Partagez | .
L'éternelle recherche des origines - Serizawa / Geleerde
Invité Invité

-



MessageSujet: L'éternelle recherche des origines - Serizawa / Geleerde   Jeu 26 Fév - 22:23


L’ÉTERNELLE RECHERCHE

DES ORIGINES




Une violente averse s'était abattue sur le monde de Kosaten. En peu de temps, la forêt et ses alentours étaient plongées dans l'obscurité la plus totale. Deux jeunes louveteaux, s'étaient blottit à l'intérieur d'un chêne au tronc creux afin de se protéger des assauts de la pluie. Observant chaque goutte de pluie, cherchant difficilement du regard le loup qui les avaient emmenés ici.


- Tu crois vraiment qu'elle va revenir ?

- Tais toi, frère. 

- Mais...

- Regarde.


Soudain, celle qu'ils attendaient, apparut enfin : Geleerde, sous forme de louve, haletante, courrait du mieux que ses pattes lui permettaient malgré la fatigue et la douleur. Bien qu'elle n'ait plus réellement la force nécessaire pour se battre correctement, la jeune femme avait pour devoir de défendre ces louveteaux. Elle avait découvert ces deux petits, totalement seuls et affamés dans la forêt. Jugeant qu'il était de son devoir de protégée ces louveteaux, la jeune femme avait prit la décision de partir à la recherche de leurs parents. Fort heureusement, elle avait retrouvée la trace de ces derniers, mais, pour une raison de territoire, les loups avaient dû se battre contre d'autres animaux, plus féroce et unique au monde de Kosaten.

Ralentissant lentement sa course, elle finit par s'arrêter a quelques mètres du chêne où se trouvait les deux louveteaux, scrutant les horizons afin de vérifier qu'ils étaient seuls avant de se pencher vers eux. La louve lécha le museau des deux petits, en signe de réconfort.


Tâché de sang et de sueur, de la boue recouvrant une grande partie de son pelage, ainsi que quelques écorchures au niveau de ses joues, Geleerde semblait éreintée. Et bien que la jeune femme se trouvait dans un sale état, les deux louveteaux étaient rassurés de la revoir parmi eux, lui offrant un accueil chaleureux.

Un corbeau, se protégeant lui aussi de la pluie, dans les branches d'un second arbre, observait la jeune femme. Cette dernière releva la tête vers lui aussitôt, toisant le regard perçant du volatile qui émit un croassement, lui répondant à son tour, par un grognement.


« Prudence, jeune louve… »


Le corbeau émit un second croassement en agitant rapidement ses ailes afin de se sécher de cette pluie torrentielle. Cet animal soit-disant porteur de malheur, rappela les quelques parties de chasses auxquelles la louve avait participé avec sa meute, dans son monde d'origine. Arrivant parfois que ces volatiles les préviennent d'une bête malade à l'intérieur de leur territoire, afin de partager le repas. Les corbeaux étaient des oiseaux très flegmatiques, appréciant aux mieux que les carnivores sur pattes se chargent de tuer une bête afin qu'ils se sustentent des restes. Malgré cela, l'entente de ces deux animaux restait à la fois une relation rivale et intime.


Profitant des quelques secondes de faiblesse de l'averse, le corbeau vola jusqu'en direction où se trouvait Geleerde et les louveteaux. Atterrissant à même le sol au pied de la Lycanne, tournant la tête de gauche à droite pour les observer tous les trois avec fierté. A cela, la jeune femme se contenta simplement de plisser légèrement les yeux, tentant presque de lire en lui. Ils s'observèrent longuement en silence. Seule la pluie, tombant sur les feuilles des arbres aux alentours, détruisait cette curieuse atmosphère.

Contrairement à ce que l'on pouvait croire, la compagnie de ce corbeau ravit la louve. Il n'y avait que ses frères qui étaient capables de la réconforter réellement, apaisant sa solitude par leur présence. Quelques gouttes de sang perlèrent le long de la gueule de Geleerde, trouvant leur point de chute sur le front de l'un des louveteaux qui s'était blottit sous les pattes de la louve. A ce contact, l'animal émit une légère plainte de surprise et d'inquiétude : Aussitôt, la jeune femme chercha du regard la raison de ces jérémiades. Lorsqu'elle découvrit que le pelage du louveteau était souillé, Geleerde pencha lentement son visage vers lui, lui murmurant ses quelques paroles : 


- Ne crains rien, louveteau. Te voici désormais en sécurité.


A cela, elle lui souffla sur le museau pour la rassurer afin qu'il hume son odeur, puis lui lécha lentement le front. Les deux parents des jeunes louveteaux, arrivèrent quelques instants plus tard. Eux aussi épuisés, ils étaient cependant heureux de retrouver leurs progénitures saines et sauves.

- Merci pour votre aide, jeune louve.

- Nous n'oublierons pas ce que vous avez fait pour nous. Notre meute sera toujours présente pour vous, si vous le désirez.


Geleerde s'inclina, en signe de respect aux deux autres loups, pendant que ces derniers, s'éloignèrent d'elle, accompagnés de leurs louveteaux.

Reprenant forme humaine, la demoiselle récupéra ses vêtements qu'elle avait cachée non loin d'ici. Profitant d'un cours d'eau pour nettoyer son visage tout en se rhabillant, la marque de Seika clairement visible sur l'extérieur de sa cuisse gauche.




Dernière édition par Geleerde le Sam 11 Avr - 5:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: L'éternelle recherche des origines - Serizawa / Geleerde   Lun 2 Mar - 1:45

La pluie était à son apogée lorsque Serizawa pénétra dans la forêt bordant l'Empire de Seika. Le ciel, noir de nuage, ne laissait rien paraître des cieux et la plupart des animaux avaient rejoins leur tanière depuis bien longtemps. On ne pouvait croire en voyant ce tableau que ces lieux faisaient parti des plus vivants du Kosaten, grouillant de bêtes en tout genre. Ces hectares de végétation n'étaient que peu perturbés par la civilisation, pour le moment, et c'était l'un des points positifs du Kosaten selon le Lycan qui, pataugeant dans la boue, trempé jusqu'aux os, continuait sur la voie qu'il avait choisi.
Quelques heures auparavant, dans un gîte de voyage il avait dressé son itinéraire pour se rendre en territoire de Seika. Les choses étant ce qu'elles sont mais il souhaitait visité cette partie du Kosaten avant qu'il ne flambe dans les flammes de la guerre qui se préparait, chaque jour un peu plus proche de l'inéluctable.

Là, perdu dans la forêt sans autre repaire que son flair, il se taillait un chemin parmi les arbres et les plantes sans vraiment cherché d'abri. Sa nature faisait de lui un être insensible au froid, et l'humidité ne le gênait guère tant qu'il ne s'arrêtait pas. Il y avait bien la nicotine qui lui manquait un peu, mais ce n'était qu'une douce addiction qu'il pouvait évincer sans grande difficulté.
Cependant, après deux heures de marche il s'autorisa une courte pause. Il leva la tête pour sentir les gouttes de pluie tomber sur son visage et soupira bruyamment.
Il ne connaissait pas la région et avec cette pluie il ne pouvait regarder sa carte, ni même sortir une lumière pour l'éclairer. L'eau lui ruisselait sur le visage tant ses cheveux, véritable éponge à présent, ne retenait plus une once de pluie. Son barda, toujours aussi rempli, n'échappait à cette règle qu'avec l'aide de la toile hydrophobe qu'il avait dressé par dessus, et son matériel était sans doute plus important que son état corporel.
Il trouva toutefois un arbre imposant qui lui offrit un abri sommaire, caché sous ses épaisses feuilles. Ce n'était pas grand chose mais c'était toujours cela.
Serizawa s'assit sur une racine sortant du sol, posant son sac dans le creux du tronc. Il s'adossa à l'écorce de ce dernier et laissa sa tête allée en arrière tandis qu'il sortait une cigarette molle de son sac. L'humidité avait gagné du terrain là aussi, il l'alluma tout de même et tira une bouffée qu'il recracha en toussotant quelque peu.
Autour de lui, il n'entendait guère plus que l'écho des gouttes qui percutaient le sol, comme une symphonie lancinante qui berçait sa propre solitude. Chaque son donnant le tempo de mère nature sur sa propre condition. Il fit un petit sourire en coin à cette idée. Il tapa l'arbre derrière lui de son poing, toquant deux fois, un peu comme un signal qu'il envoyait à cette bonne vieille terre et se redressa. Autour de lui, tout n'était que crépuscule, les odeurs étaient diminués à cause de l'humidité et la lumière de la Lune ne perçait pas l'épaisse couche de nuage.

Il souffla un dernier nuage de fumée et s'avança de quelque pas. La pluie se mit à le punir de plus belle, quittant la protection sommaire de l'arbre qu'il venait de squatter. Il sentait une odeur familière, bien que très ancienne. Il ne mettait pas de nom dessus, tant cela faisait des années qu'il n'avait pu sentir pareille chose... Quelques flashs blancs lui revinrent en mémoire. La neige, une grande étendue de neige et le visage de sa mère. C'était étrange.
Il s'avança un peu, à l'aveuglette, humant l'air de façon intempestive et après quelques instants, il tomba sur une scène qu'il n'avait pas vu depuis des lustres...



Devant lui, à quelques mètres, marchaient une famille de loups. Il ne pouvait discerner à cette distance les taches qui maculaient leur pelage poivre et sel mais il y avait donc bien des loups dans le Kosaten. Il les avait cherché tout ce temps, dans la mauvaise partie du continent sans doute. L'un des loups tourna la tête dans sa direction et s'arrêta. Il devait sans doute être surpris de croiser un homme au beau milieu de la forêt par une temps pareil, cependant il ne broncha pas, il baissa la tête légèrement renifla puis continua sur son trajet comme s'il n'avait croiser qu'une autre bête perdu dans la nature.
Serizawa resta bouche bée un instant, puis entendit un bruit singulier sur sa droite. Quelques pas légers partant dans une autre direction. Piqué au vif, le loup tourna les talons dans cette direction, il évita de justesse la racine trempée qui lui barrait la route et sauta rapidement sur une branche en hauteur, tournant autour de cette dernière avant de prendre appuie dessus.
Ses sens en éveil, comme s'il venait de sortir d'une torpeur longue de vingt ans, il commença la traque de cet animal mystère dont l'odeur captivait ses narines.
Les effluves qu'il percevait lui saturait le cerveau, inondant son cortex d'images d'une pureté et d'une douceur éclatante, un blanc immaculé, le visage rayonnant de sa mère, la présence des loups. Tout lui revenait.
Il sauta sur une branche qui céda sous son poids, chuta dans la boue et se redressa à la hâte. Il ne devait pas perdre cette piste. Il continua sur le sol, glissant plus que courant, sur la terre qui se décomposait littéralement sous ses pieds.
La musique de la nature donna le ton à sa course-poursuite, claquant le sol en lui révélant la position des végétaux avant même que ces dernières ne soient visible par le Lycan.
Il s'arrêta, glissa sur quelques mètres et sauta sur un rocher se trouvant là avant de bondir comme un fauve sur un arbre. L'odeur était plus vive à présent, même très proche de lui.
Haletant il s'arrêta sur la branche qui le tenait, observant en contre bas un spectacle qui n''il n'avait encore jamais vu. Un loup d'un blanc immaculé passa derrière un arbre au tronc très épais, la grâce de cet animal ne laissait aucun doute quant à son statut d'alpha bien qu'il n'était en compagnie d'aucune meute. Cependant, là n'était pas le plus étonnant pour le Lycan accroupit en hauteur car, quelques minutes après, ce ne fut pas un canidé à la noblesse étincelante qui passa de l'autre côté du tronc, mais une jeune femme aux cheveux noir de jais et aux yeux écarlates.

A demi-nue, la jeune femme s'approcha d'un point d'eau et se passa un coup sur le visage, pour se rafraichir ou se laver, le Lycan ne pouvait le dire à cette distance mais captivé par la scène, il continua de stalker la demoiselle qui se rhabillait à présent. Ce n'était pas un acte pervers bien que par plusieurs aspects c'était tout à fait possible, simplement l'esprit de Serizawa repassait en boucle ce qu'il venait de se passer. Une transformation d'une louve en humain, c'était ce qui se rapprochait de plus à sa propre race.
Il se laissa tomber sur le sol, ses jambes flagellantes par cette révélation et fit un pas dans sa direction. Elle l'aurait maintenant surement entendu, si elle n'avait pas perçu son odeur avant cela.
Un second pas et ses jambes lâchèrent, tombant à genoux devant cette vision idyllique qu'il n'imaginait même pas voir, même dans ses rêves les plus optimistes.
Il n'était peut être pas seul, après tout.

Le puissant guerrier s'affaissa et leva la tête, la pluie tombant toujours sur son visage. Il ne rêvait pas...
Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: L'éternelle recherche des origines - Serizawa / Geleerde   Lun 2 Mar - 22:16


L’ÉTERNELLE RECHERCHE

DES ORIGINES




A première vue, Geleerde ressemblait à un petit bout de femme que certains hommes auraient plaisir à protéger. Seulement, son air sauvage et ses gestes digne d'une louve dominante, prouvait aisément que la jeune louve refuserait toute protection. La demoiselle était épuisée de sa bataille en compagnie de ses frères. Malgré cela, Geleerde fut satisfaite d'avoir pu venir en aide à ces derniers et qu'aucune perte n'avait été à déplorée. La pluie ne cessait de s'abattre dans la forêt, les cheveux de la jeune femme lui collant au visage, le regard partiellement éteint de toute vigueur. Elle était plongée dans ses pensées les plus intimes, se rappelant de ses compagnons de son monde d'origine et combien ils pouvaient lui manquer.


Quelle ne fut pas sa surprise et son enthousiasme en arrivant ici, quand la jeune femme avait pu découvrir qu'il existait également des loups dans ce monde. Ils ne pouvaient pas prendre forme humaine tout comme elle, ni se transformer en Lycan, mais cela n’entachait pas malgré tout, la joie, ainsi que le soulagement que Geleerde avait eu en les rencontrant.


Soudain, une odeur alerta les sens de la jeune femme. Quelqu'un était en train de la suivre du regard. La légère tempête l'empêchant de déterminer précisément qui était-il, la louve ne sentait pas encore que Serizawa était un Lycanthrope. Poussant un léger soupir agacé en fermant les yeux un instant, elle se releva en accrochant son pantalon à sa taille et en remettant son t-shirt, tout en conservant un calme des plus olympiens. Geleerde n'était pas pudique, elle ne se souciait pas de cela, sa forme humaine n'étant pas celle qui la représentait réellement.


Se retournant pour faire face à la personne qui était présente, elle lui lança, d'un ton qui se voulait à la fois neutre et autoritaire :


- Il aurait été plus courtois que vous vous annonciez.


Lorsque la louve fit face à Serizawa, la jeune femme avança vers lui d'un pas assurée et lent. Donnant la sensation qu'elle traquait un animal blessé, pour se délecter de sa chaire jusqu'à à en être rassasiée. Son regard était froid, impassible de toute forme d'émotion.


« Cette odeur... »


Plus Geleerde avançait vers l'homme et plus le parfum de ce dernier alerta les sens de la demoiselle.


« C'est... Impossible... »


Lorsqu'elle s'approcha suffisamment de lui, la jeune femme ressentit un frisson qu'elle n'avait pas eu depuis son arrivée à Kosaten. Ses sens ne pouvaient lui mentir...


Pendant un instant, Geleerde pensait avoir en face d'elle, son fidèle bras droit, celui qui avait toujours su montrer sa grande fidélité envers elle, lorsqu'ils combattaient les monstres peuplant son monde d'origine.  Quand Serizawa releva son visage vers elle, la jeune femme était désormais juste en face de lui, le dominant de toute sa hauteur. La pluie perlant sur le visage pâle de la louve, ses yeux exprimant sa totale surprise ainsi que son incompréhension.


- Tu...


Un orage éclaira un bref instant le traits de la louve. Malgré cela, la jeune femme conservait sa position de dominante. Une habitude depuis sa plus tendre enfance, durant laquelle elle fut formée pour détruire et conquérir le territoire des ennemis des Lycanthropes de son monde d'origine.


Posant un genoux  à terre, elle pencha son visage vers celui de Serizawa, plissant légèrement les yeux, comme-ci elle tentait de lire en lui. Aussitôt, elle posa sa main droite sur l'épaule du Lycanthrope, en y donnant une légère pression. S'approchant un peu plus de son visage, elle déposa son autre main sur le visage du jeune homme, plongeant son regard rubis dans ceux de son partenaire, tentant de déceler qui était-il ainsi que sa position dans la hiérarchie de sa propre meute. La brève tempête cessa un instant, laissant les deux loups se fixaient l'un l'autre, sans un mot.


Était-il possible qu'elle ne soit pas seule ici, finalement ? Et si cela était réellement le cas, existait-il d'autres Lycanthropes de son monde d'origine en ces lieux ? La jeune femme avait eu beau lire tout les ouvrages qu'il lui était à sa disposition dans les archives de Seika, elle n'avait jamais entendu qu'un élu lycanthrope soit arrivé un jour ici, hormis elle-même.

- Enfin...

Geleerde finit par rompre le silence, collant lentement son front contre celui de Serizawa, un bref sourire se dessinant lentement sur son visage, exprimant sa joie d'être enfin de nouveau en compagnie de l'un de ses frères. La jeune femme resta ainsi pendant quelques secondes, un soupir d'apaisement effleurant ses lèvres. Cette étreinte se voulait être douce, unique et propre aux loups, afin de faire comprendre l'affection qu'ils ressentaient entre eux ou pour fêter l'arrivée d'un nouveau né.

Il n'y avait plus aucun doute désormais. Elle ne rêvait pas, Serizawa était bien réel. Rompant son étreinte doucement, la louve se releva et offrit sa main à Serizawa pour aider ce dernier à se tenir debout, un sourire serein et protecteur sur les lèvres, digne de son statut d'Alpha.


- Je te prie de ne pas tenir compte de ma familiarité, je pensais avoir été la seule à avoir atterrie dans ce monde et le fait qu'un autre Lycanthrope soit ici, me comble de bonheur.


Observant de nouveau Serizawa, tout en remettant un peu plus correctement ses cheveux trempées par la pluie, elle ajouta :


- Fais-tu partie de la meute de Bowène ? Ou celle de l'Est ? Si j'en crois ta carrure de guerrier, tu dois être l'aîné de ta famille. Pourtant, je n'ai encore jamais sentie ton odeur. Serais-tu un nouveau-né ?


La louve ne cherchait pas à blesser l'égo de Serizawa en l'appelant ainsi, mais Geleerde était convaincue que le Lycan qui se tenait devant lui, faisait partie de son monde d'origine. Quand elle y vivait encore, la jeune femme rencontrait régulièrement les meutes avoisinantes de la sienne, en signe de respect et de paix. Elle pensait donc naturellement, qu'il était un louveteau que la demoiselle n'avait pas encore pu côtoyer. Attendant sa réponse, la louve se dirigea vers ses deux sacoches de cuir qu'elle avait posée au pied d'un arbre, un peu plus tôt. Accrochant ces dernières à ses hanches, tout en sortant de l'une d'elle, une fiole vide, parcourant du regard les alentours de la forêt.


Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: L'éternelle recherche des origines - Serizawa / Geleerde   Lun 9 Mar - 21:05

La pluie accompagnait la silhouette qui s'approchait de Serizawa. Il avait compris la nature de la jeune femme bien avant que cette dernière ne se rende compte qu'il était présent et cette révélation l'avait transpercé de part en part, comme une balle en pleine poitrine. Il avait le souffle court, la respiration saccadée et son coeur était sur le point de lâcher.
Jamais dans sa vie il n'avait eut ne serait-ce que l'espoir de rencontrer un individu de sa race, bien que cette jeune femme ne venait certainement pas du même univers que le sien.



Pendant un moment il oublia tout. Le Kosaten n'était qu'une vague idée dans son esprit, tout comme Minshu et les autres factions. Les luttes qui se préparaient, et les actions qu'il comptait mené, tout ceci n'était plus que poudre aux yeux d'un enfant perdu sans famille. Ses pensées n'étaient plus que Geleerde, cette femme à l'aura dominante qui distillait en Serizawa une notion de profond respect et de crainte docile. Lorsque cette dernière arriva à son contact, il n'entendit même pas les premières paroles qu'elle prononça, ses yeux perdus dans l'éclatante blancheur immaculée de son visage qui n'avait de contraste que le noir profond de ses cheveux et ses yeux incandescents qui semblaient scruter jusqu'au fondement du Lycan.
Son visage, trempé par la pluie, ne laissait paraître qu'une stupeur non dissimulé et parmi les gouttes qui lui roulaient sur le visage seuls les dieux savaient s'il ne s'y cachait pas de larmes.
Le fier guerrier était aussi dépourvu que le louveteau qu'il était à la mort de ses parents, deux corps sans vie allongé dans la neige.

La main de la jeune femme fit frissonner le combattant qui revint l'espace d'un instant dans le monde des vivants, juste assez pour sentir la caresse d'une main sur sa joue puis la présence réconfortante d'un front sur le sien. La jeune femme ferma les yeux et esquissa un sourire que le loup ne sut interpréter. Etait-ce de la joie ? Du soulagement ? Peut être était-elle dans le même état d'esprit que lui, toujours est-il qu'elle se redressa pour lui dire les premiers mots qu'il comprit depuis qu'il avait posé les yeux sur elle...


- Je te prie de ne pas tenir compte de ma familiarité, je pensais avoir été la seule à avoir atterrie dans ce monde et le fait qu'un autre Lycanthrope soit ici, me comble de bonheur.

Elle lui offrit sa main comme pour l'aider à se relever et c'est à ce moment qu'il comprit où il se trouvait. Il reprit conscience des choses, de la pluie qui lui perlait sur le visage comme s'il venait de quitter un océan de larmes, du froid qui lui mordait lentement le corps avec ses jambes qui trainait dans une boue visqueuse qui doucement gagnait du terrain, et de cette chaleur, ce feu intense qui bouillonnait en lui, qui consumait chaque parcelle de son être dans une étreinte dévorante et qui lui intimait les plus vives actions.
Ses yeux perdirent ce voile vague qui lui masquait le regard et il retrouva sa lucidité. Toujours captivé par la jeune louve qui enchaina :

- Fais-tu partie de la meute de Bowène ? Ou celle de l'Est ? Si j'en crois ta carrure de guerrier, tu dois être l'aîné de ta famille. Pourtant, je n'ai encore jamais sentie ton odeur. Serais-tu un nouveau-né ?

Il comprit alors les choses. Elle était tout comme lui une élue, perdue dans ce monde qu'elle venait sans doute de rejoindre. Elle devait le confondre avec des individus de son propre univers, signifiant alors une chose : Il existait par delà les cieux un monde dans lequel des êtres semblables à lui même vivaient en harmonie. Il sourit timidement, hocha lentement la tête et se releva péniblement. Ses jambes étaient encore chancelante et il lutta pour se trouver un peu de contenance.
Elle se retourna pour aller chercher des sacoches qu'elle accrocha rapidement avant de reporter son attention sur sa personne.

- Je... Je ne crains que vous me confondiez avec quelqu'un que je ne suis pas...


Il détourna le regard de la princesse qui lui faisait fasse, par gène et par pudeur et enchaina :

- Je n'ai jamais fais partie d'une meute, mes parents ont été tués lorsque j'étais encore enfant, j'ai moi même reçu une balle qui me laissa pour mort avant que des loups ne prennent soin de moi.

Il ne savait même pas pourquoi il racontait sa vie, il ne l'avait jamais dit à une autre personne que celle qu'il considérait comme sa tante et qui lui avait permis de vivre une vie "normale". Serizawa pesta contre lui même, pourquoi agissait-il de la sorte ? Pourquoi se confiait-il ainsi à une inconnue planté au beau milieu d'un territoire potentiellement ennemi ?

- Je... Vous... Vous venez d'arriver dans ce monde n'est ce pas ? Je pense sentir que vous n'êtes pas d'ici et je peux également sentir, d'une étrange manière, ce que vous êtes... Je ne parviens pas à l'expliquer... C'est la première fois que je rencontre un autre... Enfin, quelqu'un comme moi...

Il ne la regardait toujours pas en face quand il s'adressait à elle, malgré la différence de taille et de carrure, il se sentait, par un procédé qu'il ne s'expliquait pas, inférieur à cette nouvelle venue dans le Kosaten bien qu'il avait, physiquement, le pouvoir de la briser d'un coup d'un seul.
Il s'inclina légèrement, regardant le sol à présent et se présenta :


- Je suis Serizawa Suzuran, enchanté de faire votre connaissance...
Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: L'éternelle recherche des origines - Serizawa / Geleerde   Mer 11 Mar - 18:26


L’ÉTERNELLE RECHERCHE

DES ORIGINES




Malgré la tempête, Geleerde conservait son aplomb et son allure d'Alpha, heureuse de pouvoir faire enfin face de nouveau à l'un de ses semblables. Sa posture était élancée et fière, lui redonnant cette caractéristique que ses compagnons ne connaissaient que trop bien dans son monde d'origine. La présence de Serizawa lui offrait un second souffle, une nouvelle force pour en venir à ses propres fins. Ses frères avaient toujours eu ce don bien particulier pour lui offrir cela. Bien que ne se connaissant pas, nos deux protagonistes étaient liés de part leurs origines et la confiance mutuelle était donc tout à fait naturelle entre eux pour se confier sans retenu.

Écoutant attentivement son partenaire, la louve procédait en même temps à une fouille des alentours : écartant quelques buissons à l'aide de ses mains, le regard alerte, tendant son visage de part et d'autres afin de déceler l'objet de sa convoitise qu'elle tentait de découvrir dans cette forêt. Dans son monde d'origine, sa meute ainsi que les autres peuplant les terres de Geleerde, avait pris une certaine habitude à analyser méthodiquement leurs environnements et ainsi, de connaître tout ce que la nature pouvait leur offrir de meilleur, mais aussi, de pire.

Puisque ce monde était désormais le sien, l'érudite se devait donc de tout connaître de Kosaten. Étonnée qu'il existait si peu d'ouvrage concernant la botanique dans les archives de la Capitale, Geleerde avait décidé d'en découvrir plus sur ce sujet.

Contrainte de rester dans les alentours de Seika pour certaines raisons pendant encore quelques temps, la louve comptait bien ne pas y rester sans rien faire. Il lui fallait donc se dépenser aussi bien physiquement que mentalement et faire en sorte que chaque jour lui soit profitable pour retrouver l'usage de ses pouvoirs d'antan.

Écoutant malgré tout attentivement les paroles de son compagnon pendant son inspection, Geleerde se retourna vers lui lorsqu'il lui avoua qu'il n'appartenait pas du même monde que le sien. Esquissant un bref sourire, la jeune femme s'agenouilla un instant pour récupérer une des plantes qui poussait dans ce lieu afin de la mettre dans sa fiole et ainsi, de l'analyser au moment le plus opportun. L'érudite était en effet quelque peu déçue d'apprendre que Serizawa ne venait pas du même monde d'origine qu'elle, mais cela ne l'empêcha pas malgré tout, d'être heureuse de retrouver quelqu'un d'aussi proche de ses propres racines.


- Serizawa... Tout le plaisir est pour moi.


Remettant l'une de ses mèches derrière son oreille, l'érudite se releva tout en rangeant dans sa sacoche la fiole qu'elle avait en main. Reportant son attention vers Serizawa,  la jeune femme prit un instant de réflexion afin de comprendre la situation de son compagnon, tout en s'approchant de lui, les bras croisés sur sa poitrine, l'air calculateur. Il était donc seul, privé de la compagnie de ses frères depuis des années. Ses parents n'avaient pas pas pu terminer son éducation et Serizawa était désormais contraint d'avancer, sans personne à ces côtés. Pendant sa réflexion, la louve s'arrêta un instant, caressant délicatement ses lèvres du bout des doigts, observant le sol humide de la forêt.

- Je ne pensais pas qu'il était possible qu'un autre monde pouvait exister en dehors du mien et encore moins qu'un Lycanthrope y vivrait.

Tant de question venaient en tête dans l'esprit de la louve : Geleerde voulait en savoir plus sur le monde d'origine de Serizawa, ces capacités, ces ambitions, ces croyances... Il lui fallait tout savoir. Elle marqua une courte pause afin d'humer les odeurs nouvelles de ce monde et plongea son regard rubis en direction de son compagnon, posant ses mains sur les hanches :

- En effet, je suis arrivée à Kosaten depuis peu. Mes connaissances concernant ce monde sont encore limitées, mais je ne compte pas que cela reste ainsi encore bien longtemps. Tout ce que je pourrais apprendre ici me sera favorable.

La louve pouvait ressentir la gêne du lycanthrope lui faisant face. En premier lieu, elle ne comprenait pas pourquoi était-il si embarrassé par sa présence et qu'il n'osait pas la regarder dans les yeux. Geleerde ne connaissait que trop bien cette sensation quand un jeune louveteau se présentait à elle ou qu'un gradé inférieur à cette dernière lui faisait face, mais pour un lycanthrope doté d'une telle carrure, cela en était des plus étonnants. D'une certaine façon, l'érudite en était fière, Serizawa devait probablement ressentir quelle position pouvait avoir la louve lui faisant face. Mais lorsqu'il lui fit part de sa situation familiale, Geleerde ressentit une grande peine pour lui, ainsi qu'une certaine amertume. Serrant les poings, ses batailles lui revinrent aussitôt en mémoire dans lesquelles, nombreux de ses frères avait été tués.

- Je regrette de savoir cela, Serizawa. Un loup ne devrait jamais perdre sa famille, peu importe les raisons.

Malgré les nombreux compagnons que la jeune femme avait perdu au combat, la louve savait combien il était difficile de faire face à la mort et que personne, ne pouvait être préparé à cela.

- Bien que nous n'appartenons pas du même monde, nous sommes liés, toi et moi. De part nos origines, nos esprits sont connectés et ce, qu'importe si nous n'avons pas foulé la même terre.


L'érudite se confiait sans la moindre retenue, chose extrêmement rare de la part de cette dernière. Elle prenait habituellement plaisir à contourner les questions de ses interlocuteurs afin qu'ils répondent aux siennes avant tout. La louve était toujours en constante recherche de savoir, de connaissances. De plus, il ne viendrait jamais à l'esprit de la jeune femme de raconter des détails concernant ses capacités à un inconnu. Mais Serizawa était cependant un cas particulièrement à part : bien qu'étant différent sur certains points, ils avaient les mêmes origines. Il était donc naturel que l'érudite lui fasse part de ses propres croyances.

- Dans ce monde, je me dénomme Geleerde. Je tairais mon véritable nom pour des raisons qui me sont propre. Mais pour toi, je ferais peut-être une exception, un jour.

Bien qu'ils soit tout les deux des mêmes racines, la louve conservait son amour du jeu et de la taquinerie. Elle aimait ne pas tout dévoiler de sa personne ou laisser quelques informations, dans l'ombre, pour son propre plaisir, mais également, pour sa sécurité personnelle.

- Si tu n'as pas de meute, tu dois la construire par la propre force de ta volonté, Serizawa. ... Rien n'arrête la volonté d'un loup, nous nous battons, qu'importe les épreuves et les ennemis.

De part la carrure de son partenaire, Geleerde avait en premier lieu eu la sensation de se retrouver auprès de son bras droit. Mais devant la gêne de son partenaire, la louve voyait en lui maintenant, son jeune apprenti. Il n'avait pas de nom, ou du moins, l'érudite lui avait retiré ce droit, tant qu'elle ne le jugerait pas suffisamment digne d'en porter un en prouvant sa valeur à cette dernière.

« Louveteau... Qui va s'occuper de ton éducation maintenant que je ne suis plus avec toi ? »


Ne doutant pas malgré tout de la grande force de caractère de son interlocuteur, Geleerde pensait que ce dernier avait besoin que quelqu'un lui vienne en aide pour le soutenir dans ces ambitions et ces propres croyances. Agissant ainsi avec aisance et naturel, par habitude de son monde d'origine à venir en aide aux plus jeunes louveteaux, Geleerde continuait son discours avec force et détermination.

- Ton odeur est différente de tout ce que j'ai pu sentir depuis, mais qu'importe le monde dont tu viens...

Posant sa main droite sur l'épaule de Serizawa, elle plongea une nouvelle fois son regard dans celui de son compagnon, un sourire protecteur et combatif aux lèvres :

- Tu n'es plus seul désormais, mon frère.




Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: L'éternelle recherche des origines - Serizawa / Geleerde   Mer 11 Mar - 21:22

Pendant son discours la jeune femme tourna autour de lui comme si elle pistait quelque chose. Elle semblait fouiller autour de la zone à la recherche d'une plante qu'elle trouva peu avant qu'il ne termine son monologue. Bien que cette attitude était impolie, voir même rude lorsque quelqu'un s'ouvrait à vous, Serizawa n'en tint même pas compte et termina son speech par sa présentation. La louve ne répondit pas de suite, le regardant comme une mère regardait l'un de ses rejetons, avec une once de compassion et de pitié pour un animal blessé.
Elle s'adressa à lui, exprimant d'une façon son incompréhension sur ce monde, enfin sur la complexité des mondes et la multiversité des choses, avant d'aborder le sujet du Kosaten de façon plus terre à terre.
A mesure que ses paroles coulaient comme le plus fin des nectars, Serizawa retrouvait de la contenance. Il se tint petit à petit plus droit, toisant alors la jeune femme de quelques centimètres en plus et redressa la tête pour jeter quelques coups d'oeil vers Geleerde sans encore la fixer dans les yeux.
Bien que la jeune femme s'affirmait comme étant un alpha, elle n'avait pas le même poids hiérarchique face à un paria, d'autant plus lorsque celui-ci n'a jamais vécu dans une meute. Serizawa était son propre alpha et possédait ce que peu d'animal pouvait avoir : un libre-arbitre.

Le loup se taisait encore, écoutant la louve se présenter puis aborder un sujet intéressant qui arracha au jeune homme son premier sourire en coin, celui qu'il arborait quasi en permanence. Il s'effaça très vite néanmoins et il tourna la tête lorsque la jeune femme posa sa main sur son épaule et prononça ces quelques mots :


- Tu n'es plus seul désormais, mon frère.

Son sourire et son ton laissait transparaître la bienfaisance, comme si elle s'était fait le serment de le protéger tel un louveteau égaré. Il afficha une mine surpris, répéta ce mot "frère" comme s'il n'en saisissait pas le sens, sans toutefois le prononcé. Il ne s'y habituait pas, lui qui vivait en solitaire depuis aussi longtemps que remonte sa mémoire, lui l'apatride dans son propre pays, l'être vivant sans semblable errant dans un monde qui ne l'acceptait pas.
Un sourire se dessina également sur son visage, un sourire franc et sincère et il posa sa main sur celle de Geleerde et la retira doucement avant de la fixer du regard pour la première fois. Il prit alors la parole.


- Je n'ai pas attendu votre conseil pour commencer ce que je considère ici comme étant ma famille * sourire * Je suis arrivé sur le Kosaten comme étant un élu de Minshu, cependant je n'accepte ni ne tolère ce principe qui vise à nous caser dans des factions alors que nous fûmes arracher de notre monde sans notre permission...

La véhémence regagnait le corps du Lycan. La docilité s'embrasa pour devenir flambeau ardent porteur de la combattivité du loup. La présence d'un semblable à sa race amplifiait ce phénomène, comme lorsqu'on jète de l'huile sur un feu dansant qui n'attendait plus que le vent pour se répandre aux quatre coins du globe.

- Plusieurs élus ont entendu mon appel et rejoignent mes objectifs. Ce monde n'est pas le notre mais nous pouvons le façonner à notre image. J'ai longtemps chercher un sens à ma vie et paradoxalement c'est mon arrivée ici qui me l'a donné.

Les émotions bouillonnaient dans le corps de Serizawa comme autant d'idées qui ne demandaient qu'à sortir. Galvanisé par Geleerde, des objectifs qu'il pensait alors irréalisables trouvaient un sens des plus réconfortants... La présence des loups sur ces terres, la présence d'une Lycan tout comme lui... Tant d'extrapolation qui dessinaient dans sa tête des comptes et des récits d'une vie idyllique qu'il ne connaitrait jamais.
Le loup secoua la tête et se pinça l'arrête du nez comme il le faisait souvent lorsqu'il devait réfléchir, son interlocutrice devait le trouver fou à ce moment là, et il s'expliqua:


- Pardonnez moi, c'est que... J'oeuvre dans l'ombre des gouvernements depuis un long moment maintenant, depuis mon arrivée dans le Kosaten, pour fournir aux élus un endroit où vivre loin de la tyrannie des régimes en place. J'ai voyagé dans une grande partie de ce monde, croisé d'innombrables âmes qui y vivaient et ce n'est qu'à présent que je conçois les choses clairement...

Il serra le poing, marquant sa détermination et ne quittait plus la jeune femme des yeux.


- Je vais renverser ces pays, briser nos chaînes et offrir aux élus un moyen de retourner chez eux et aux loups... La place qui leur revient de droit * sourire carnassier *

Spoiler:
 

L'esprit de Serizawa zigzaguait entre son humanité qu'il exprimait le plus souvent et sa bestialité latente qui reprenait le dessus en présence de la mère-louve. Le poids que cette dernière avait sur le jeune homme n'était pas total, car ce dernier n'était exactement de la même espèce que Geleerde, mais la noblesse et l'autorité d'un sang-pur n'était pas aisément contestable aussi, et après son accès de d'éloquence fervente, Serizawa se rendit compte qu'il fixait la jeune femme depuis bien trop longtemps, c'était rapproché d'elle bien trop prêt, et devenait de plus en plus mal à l'aise.
Il fit un pas en arrière, détourna le regard en se grattant l'arrière de la tête et termina :


- Je... Je peux vous offrir ce monde, si vous le désirez...
Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: L'éternelle recherche des origines - Serizawa / Geleerde   Jeu 12 Mar - 4:34


L’ÉTERNELLE RECHERCHE

DES ORIGINES




Geleerde écoutait désormais son partenaire avec attention. Tout d'abord surprise par ce soudain regain d'énergie du loup qui lui faisait face, l'érudite fut par la suite, satisfaite de voir cette flamme si particulière dans les yeux de Serizawa qu'elle avait pu voir de nombreuse fois dans ceux de ses frères. Enfin un combattant digne de son rang. La louve ne le quittait plus des yeux, un sourire se dessinant lentement sur son visage pâle : il était tout à fait digne d'être un lycanthrope. Fier, sûr de lui, combatif et bestial.

Quand elle aperçu que le loup se pinçait l'arrête du nez pendant sa pleine réflexion, l'érudite s'en amusa : elle avait également ses propres manies quand elle était bercée par ses propres pensées, oubliant tout ce qui pouvait l'entourer, l'espace d'un instant. Le discours de son partenaire lui rappelait les siens, qu'elle énonçait dignement avant chaque bataille afin de raviver l'esprit combatif de ses compagnons. Il était tout aussi digne qu'elle, d'obtenir la place d'Alpha dans une meute.

Quand ce dernier s'éloigna d'elle en se rendant compte qu'il s'était laissé aller dans son interprétation, Geleerde ne pu retenir un rire amusée, bien loin d'être moqueur. Cette énergie que dégageait Serizawa était des plus précieuses et rendit la louve, encore plus fière de l'avoir rencontrer aujourd'hui.

- Ne t'excuse pas de la fougue de tes paroles, Serizawa. Laisse les au contraire, te mener vers ton but.

La jeune femme s'avança de nouveau vers son interlocuteur, brisant de nouveau la distance que Serizawa avait établi lui-même, sans pour autant être totalement collé à lui. Elle ne ressentait aucune gêne, ni la moindre appréhension dû à cette proximité qui était pour la louve des plus naturelle, bien qu'étrange pour des inconnus. Malgré que son partenaire le dépassait d'une tête, la louve restait sûre d'elle et de ses capacités, exprimant fièrement son statut en plongeant ses yeux rubis dans ceux de son compagnon.

- Même sans meute, tu restes fier, Serizawa. Une qualité, chez nous, qui peut être perçu comme un défaut pour d'autres.

Les dernières paroles de son compagnon étonnèrent la demoiselle qui arqua un sourcil interrogateur, croisant de nouveau ses bras sur sa poitrine, toisant son partenaire. La louve retint un sourire amusée et poussa un bref soupir, l'espace d'un instant. Quelques mèches rebelles vinrent voiler un instant le regard de l'érudite, avant qu'elle ne reporte de nouveau son attention sur Serizawa.

- M'offrir ce monde... Si mon père t'entendait, il penserait que tu veuilles faire de moi ta promise. Beaucoup te dirait alors que tu es totalement fou de vouloir cela. Mes compagnons ne connaissent que trop bien mon caractère. Ne prend pas mal cette remarque je te prie, je sais que tu n'as pas les mêmes coutumes que moi et que ce n'était pas ce que tu voulais dire en me disant cela. Tu veux que nous, élus soyons libre. Je respecte et comprend cela plus que tu ne pourrais le croire.

D'une certaine façon, ces paroles avaient ravie la louve, lui permettant de lui rappeler de nombreux souvenirs en compagnie de sa meute. Geleerde était une femme qui n'avait rien à envier aux hommes : tout comme eux, elle était autoritaire et totalement indépendante. Serizawa ne pouvait pas savoir quand disant cela, il s'aventurait vers une coutume totalement unique du monde de Geleerde.

- J'ai déjà mon propre territoire dans mon monde. Kosaten n'est qu'une épreuve de plus pour moi, afin de prouver que je mérite ma position. Je ne laisse personne décider pour moi.

Malgré cela, la jeune femme fut intriguée par la fin du discours du lycanthrope ce qui la déstabilisa quelque peu. Renverser les territoires et permettre aux élus de retourner dans leurs mondes respectifs... Cela sonnait étrangement comme les paroles d'Aeternam, que la louve avait pu découvrir il y a peu de temps dans la Capitale de Chikai. La présence d'Aeternam avait été sans appel : leur cruauté, était égale à celle des Faucheuses. Jamais la louve n'accepterait de se rallier à un tel groupe, cela serait l'un des plus grands déshonneur qu'elle pourrait faire à sa meute. Si la louve n'avait pas été confrontée à Aeternam il y a de cela quelques jours, la demoiselle aurait été heureuse d'accueillir les paroles de son partenaire. Cependant, tout était différent désormais.

- Toi qui est arrivé bien plus longtemps que moi ici, tu dois tout me dire sur ce que tu connais des royaumes de ce monde. Ne laisse rien au hasard, il me faut tout savoir. Quels sont tes plans ?

Mais l'érudite savait pertinemment qu'un jour où l'autre, elle devrait faire un choix. Accepterait-elle de franchir les limites de ses propres convictions afin de retourner dans monde ? Fronçant les sourcils à cette pensée tout en continuant de soutenir le regard de son partenaire, elle ajouta :

- Tes attentions sont louable, Serizawa. Le chemin que tu empruntes à l'heure actuelle est justifié de part ton statut de loup solitaire dans ton monde d'origine. Je sais que tu te battras jusqu'au bout, nous nous rejoignons sur cela. Je n'ai jamais voulue rejoindre ce monde, les miens m'attendent depuis déjà trop longtemps. Je ne peux pas les abandonner alors qu'actuellement, mes frères se battent pour leur propre vie.

Reprenant de nouveau son allure d'Alpha, nos deux protagonistes étant des Lycanthropes, il est évident que, malgré la joie de retrouver un de leur frère, un loup reste malgré tout, un être fier de sa position dominante et qu'ils n'hésiteraient pas à prouver au monde ainsi qu'à leurs propres compagnons, qui mériterait réellement le statut d'Alpha.

Si Serizawa avait un autre moyen que Aeternam pour retourner dans son monde d'origine, il était désormais primordiale que la jeune femme sache cela. Pour le moment, Geleerde tenta de dissocier Aeternam et les paroles de Serizawa, espérant qu'il n'emprunterait pas une voie qui serait contraire à ses propres principes. Son désir était de retourner dans son monde, afin de combattre Valkyrja qui, à l'heure actuelle, devait détruire les territoires de sa meute. A cette pensée, la louve serra les poings. Valkyrja, sa plus grande ennemie, était toujours là-bas, détruisant tout sur son passage et elle ne pouvait pour le moment, rien y faire pour arrêter cela.

- Cependant, dans mon monde, nous éprouvons le plus grand des respects envers les autres races. Nous sommes maîtres des territoires et nous sommes respectés par tout ceux qui vivent sur ces terres. Un loup, bien que fier, reste humble et fera tout pour que sa famille vive heureuse. Nous aimons conquérir et dominer, tout comme nous savons utiliser nos pouvoirs avec parcimonie.

Il était vrai qu'en effet, ayant chacun d'eux vécu à leur façon avant d'arriver ici, les deux loups avaient chacun leur propre vision des responsabilités et des priorités. Geleerde mettait toujours tout en oeuvre afin que sa meute soit prospère, malgré les batailles incessantes contre les Faucheuses, leur but étant de régner dans le monde de l'Au-delà et détruire ces démons.

- Je suis d'accord concernant le fait que personne n'est en droit de décider pour nous, de la faction que nous devons suivre et de nos propres actions. Cependant, ici, à Kosaten, nous devons respecter les habitants de ce monde, sans pour autant nous plier à leurs désirs. Nous devons trouver une solution pour nous, élus, souhaitant retourner dans nos mondes respectifs, sans que nous commettions l’irréparable... . En arrivant à la Capitale, j'ai fais la connaissance de quelques personnes qui ont pu m'aider dans mes recherches et avec qui j'ai établie un certain lien : je n'accepterais personne qui agirait sans avoir mûrement réfléchi aux conséquences de ses actes. Je te demande donc, de me raconter exactement ce que tu comptes faire.

La jeune femme avait eu droit à un bref aperçu des buts de l'Empire de Seika grâce à ces discussions avec Schneiden, lui permettant de comprendre que les habitants de ce monde avaient eux aussi, des rêves, mais également, leurs propres problèmes. Aucun d'entre eux n'avaient fait quoi que ce soit pour que les élus arrivent ici, tous, ignorant totalement comment une telle chose était possible. La louve se devait donc de savoir jusqu'à où Serizawa était capable d'aller, afin de déterminer s'ils étaient sur la même longueur d'onde où si cette dernière devait le rappeler à l'ordre.

- Je veux savoir précisément comment comptes-tu renverser les territoires de ce monde et ce que deviendrons les habitants de Kosaten. Selon ce que tu me diras, je déciderais si je marcherais à tes côtés ou non.   




Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: L'éternelle recherche des origines - Serizawa / Geleerde   Jeu 12 Mar - 18:09

La question qui taraudait la jeune femme était celle qui lui tournait le plus dans la tête. Il ne savait pas concrètement comment il parviendrait à remplir ses objectifs, il savait juste que cela devait être fait et que sa nature lui dictait d'emprunter ce chemin. Il avait écouté attentivement la louve pendant ses réponses, la laissant terminé afin qu'il puisse répondre le mieux possible à ses attentes. Il sourit lorsqu'elle aborda le fait qu'il voulait faire d'elle son épouse, son esprit s'égara un moment puis il reprit un visage stoïque, comme se rappelant à l'ordre tout seul et se punissant de son comportement. Lorsqu'elle souligna le fait qu'elle voulait explicitement connaître les détails de ses plans, il afficha une mine contrariée. Son regard se perdit dans le vague et il releva légèrement la tête avant de soupirer.

- Il n'y a pas vraiment de plan pour le moment. Mes connaissances en matière de mysticisme ne sont que trop mince aussi je ne sais que ce qu'on m'a appris... Je vais commencer par le début, il sera plus aisé alors pour vous de comprendre et faire vous même le constat des évènements. Pour se faire j'ai besoin de mes affaires, je les ai laissé lorsque j'ai capté votre effluve qui m'a conduit jusqu'à vous. Par ici, si cela ne vous dérange pas.

Le Lycan se retourna et emprunta la direction qui menait aux grands arbres sous lequel il avait laissé son sac. La pluie s'était clamé quelque peu, mais continuait de tomber sur les deux protagonistes tandis que Serizawa, en tête, commença son récit.

- A mon arrivée ici je me suis retrouvé proche d'un petit village de Minshu. Ces gens m'ont accueilli sans une once d'arrière pensée et m'ont offert le gîte et le couvert. J'ai alors fait la rencontre d'un élu qui m'a expliqué le fonctionnement du Kosaten, dans les grandes lignes et alors que je m'apprêtais à faire le choix de rencontrer ce leader qui nous dirige, des gardes ont fait irruption dans l'auberge et m'ont intimé l'ordre de les suivre.

Il afficha un petit sourire en coin que la louve ne pouvait voir, mais ce changement léger altéra le ton du jeune homme aussi elle pouvait aisément comprendre ce qu'il avait en tête.

- Après avoir refusé de la plus stricte des manières, cet élu a sauvé la vie des gardes et a permis mon arrestation. Je fus donc conduis à la capitale où ce même élu m'a fait évadé pour que je l'aide dans une mission que lui avait confié Jeong, le président de Minshu. Une secte sévissait alors dans une région de Seika, une grande bataille a eut lieu et j'y ai participé, enfin, d'une certaine façon. Avec un groupe d'élu de Minshu nous avons affronté un individu s'appelant Aethernam, un ancien élu qui a su résister au joug des factions et qui désirent à présent regrouper les élus et prendre le contrôle de ce monde... Si nos objectifs sonnent comme deux mélodies similaires, notre harmonique n'est en aucun cas compatible...

Serizawa bougeait les bras en parlant, comme s'il se tenait en face de Geleerde, tout en marchant. L'absence de contact visuel avec la jeune femme lui permettait de retrouver une certaine véhémence, une certaine contenance dans ses paroles, oubliant momentanément le trouble dans lequel le plongeait la belle dès qu'il posait les yeux sur elle.
Il serra le poing et continua :


- J'ai été témoin de leur méthode, des plus barbares, recrutant démons et fanatiques pour changer ce monde en un tas de cendre et de sang sur lequel il pourra gouverner... J'ai également été témoin de sa puissance et j'en ai fait les frais... Cependant il m'a appris une chose importante : Se sont les dieux de ce monde qui amènent les élus sur le Kosaten, et en les tuant, nous pouvons rompre ce cercle vicieux qui dure depuis plusieurs générations. Les élus du passé sont quasiment tous éteints, mise à part Aethernam, ce qui nous laisse suggérer le triste sort qui nous attend. Nous ne sommes que des armes de guerre, des pions que les factions déplacent à leur guise pour économiser leurs troupes et leurs ressources. C'est un jeu des plus cruel et il me tarde d'y prendre part en tant que joueur, plutôt que pion.

Ils arrivèrent maintenant à l'endroit où il avait laissé son sac. Il repéra bien vite les traces d'animaux qui étaient venus renifler ses affaires à la recherche des denrées qu'il contenait. Il n'en avait cure à ce moment et repoussa le tissu qui recouvrait son barda pour commencer à rechercher quelque chose à l'intérieur.

- Dès lors j'ai commencé à recruter des élus, venus de toutes les factions. Principalement des élus de Minshu pour commencer, puis de Fuyu et de Seika. Certains ne furent pas prompts à me rejoindre, d'autres ont embrassé ma cause spontanément. Toujours est-il que rien ne doit choisir le destin qui nous attend, surtout pas un leader que l'on a pas eut le loisir de choisir... Je ne pourrais vous dire aujourd'hui le nombre d'élus, ni même vous donnez leur identité. Pour la plupart, il s'agit de pseudonyme, d'autres, je n'ai pas eu de leur nouvelle depuis un moment. Mais un camarade proche met au point une technique en ce moment même, un sceau qui nous permettrait de communiquer sur de grande distance et qui nous permettrait de mettre au point des stratégies sur la durée, de nous rallier le moment opportun et de coordonner nos actions...

Il sortit de son sac une carte pliée ainsi qu'une besace de laquelle il révéla une collation. Il tendit la carte à Geleerde, retrouvant à ce moment là une pointe de timidité, puis tendit le sac de nourriture.

- Tenez... C'est... Huh... Une carte de ce monde, vierge, pour vous aidez dans vos futurs voyages et, si vous avez faim, j'ai de quoi se sustenter quelque peu...

Une fois fait, il sortit de sa veste une cigarette humide qu'il porta à ses lèvres. Il l'alluma sous la protection des feuillages et tira une bouffée de tabac qui ne s'avéra pas excellente. Il perdit son envie de fumer, écrasa la clope dans la paume de sa main et laissa tomber le reste sur le sol qui se noya dans une flaque proche.

- Je... Je ne suis pas un meurtrier... Je déplore le fait d'ôter une vie et si je le fais c'est uniquement lorsque je dois protéger des camarades qui dépendent de moi. Bien entendu je ne suis pas un saint, mais je n'ai pas prévu de génocide pour prendre le contrôle de ce monde. Certes des têtes devront tomber, c'est une certitude, mais il suffit de trancher la tête du serpent pour que suive le reste de son nid... La première étape est de fournir un asile sûr pour les nouveaux arrivants, qu'ils ne tombent pas sous les serres avides de pouvoir de tel ou tel leader. Ensuite, je compte porter un coup d'estoc au royaume de Minshu et confronter son président pour obtenir son trône... Cependant...

Il baissa la tête, avec un sourire en coin des plus las.

- Je ne suis pas un roi, je ne saurais diriger un peuple et les contraintes que cela implique... Aussi... Mon plan ne pourra se dérouler sans accroc s'il n'y a quelqu'un de confiance pour prendre les rennes laissés vacants par Jeong...

Cette phrase, lourde de sous-entendu, résonna un moment dans la nature avant que le Lycan ne brise le silence dans un dernier avertissement.

- Ne croyez pas que ce monde nous prend en pitié. Beaucoup d'habitants nous accueillent à bras ouvert car ils voient en nous des armes qui se battront à leur place, épargnant leurs fils, leurs frères et leurs maris. Ceci...

Le loup ouvrit la paume de sa main droite et révéla le symbole de Minshu, tanné par ses expériences passées ici et légèrement moins marqués que le tatouage bien vif de Geleerde.

- Permet aux souverains et aux hauts dirigeants de ces factions de nous contrôler, selon leurs bons désirs... Vous resterez conscientes de vos actes, sans pour autant les approuver, mais dans l'impossibilité de les réprimer également... Restez loin de la capitale, et des chiens de gardes qui l'habitent, la seule raison pour que les gouvernements cherchent à rassembler les élus dans leur place-forte est pour garder un contrôle quasi-total sur eux, le temps de leur endoctrinement...

Il se rapprocha de la jeune femme, plongeant ses yeux dans les siens et termina :

- Réfléchissez... Personne ne vous a t-il conseillé de rester entre les murs de la capitale pour votre "sécurité" ?

Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: L'éternelle recherche des origines - Serizawa / Geleerde   Ven 13 Mar - 21:26


L’ÉTERNELLE RECHERCHE

DES ORIGINES




Geleerde suivi de près Serizawa pendant que ce dernier allait chercher ses affaires non loin d'ici. Bien que son partenaire était devant elle, la louve continuait de l'observer, analysant chaque mouvement, chaque tic verbal de son compagnon. Il était primordiale pour la jeune femme de déterminer les attentions de Serizawa et de savoir s'il lui disait la vérité.

Bien qu'appartenant au même genre d'espèce, l'érudite se devait d'être prudente : un ennemi potentiel peut être également présent, même dans une famille. Son père lui avait toujours appris à ne pas donner sa confiance rapidement aux personnes qu'elle rencontrerait et de toujours faire preuve de prudence. Il était bien trop aisé d'être déçu par une personne en qui nous accordons notre foi trop prestement.  Pourtant, aux côtés de Serizawa, la louve se sentait bien. Calme, sereine. Sa rencontre lui avait offert un nouvel espoir, appréciant fortement l'esprit combatif que son partenaire dégageait à chaque parole qu'il prononçait. Il n'était pas né loup pour rien.

Quand nos deux protagonistes arrivèrent au point d'arrivée de là ou était déposé le sac de Serizawa, Geleerde installa son dos contre le tronc d'un arbre, jetant quelques regards autour d'eux, sans pour autant relâcher son attention sur son partenaire. La jeune femme décrocha un sourire simple afin de remercier les offrandes que le loup lui proposa, attrapant d'une main, la carte tout en prenant à l'aide de son autre main libre, un peu de nourriture dans le sac de Serizawa.

- Je te remercie pour ta bienfaisance, Serizawa. Cette carte me sera très utile pour la suite des événements.

A l'instant où la louve voulu mordre dans la nourriture, le corbeau qu'elle avait rencontré plus tôt dans la forêt, se tenait sur les branches de l'arbre faisant face aux deux loups. L'érudite comprit rapidement qu'il était là pour partager le festin, comme les nombreuses fois qu'un loup allait chassé un nouveau bétail.

Tendant son bras en direction du corbeau, un morceau de nourriture dans la main, le corbeau n'hésita pas un seul instant et vola vers la direction de Geleerde, s'accrochant au bras de cette dernière. Les serres du volatile écorchèrent quelque peu le bras de la jeune femme qui n'en tenu pas rigueur, accordant un sourire attendrit pour l'animal qui se servait dans la main de Geleerde. Allant par la suite, se poser sur l'épaule de la demoiselle, jetant à son tour, quelques rapide coup d’œil sur la carte que tenait Geleerde tout en attrapant dans son bec, une mèche de cheveux de l'érudite pour jouer avec.

Analysant encore quelques instants la carte vierge, la louve la rangea dans l'une des sacoches se trouvant sur ses hanches tout en fermant les yeux un instant en posant sa tête contre l'arbre, humant les odeurs de la forêt tropicale... Enfin, Geleerde releva la tête vers le ciel encore assombri par la tempête, quelques gouttes de pluie tombant encore légèrement sur le visage pâle de l'érudite.

- Il n'existe aucun monde dans lequel la paix est totale. Chacun de nous, avons vécus en des lieux et des temps différents, mais la douleur reste la même, malgré tout. Je suis consciente qu'il faudra faire des sacrifices ici également, mais si tu veux accomplir un tel acte, il te faudra être entouré de conseiller ainsi que de combattant, tous, plus brave et intelligent les uns que les autres. Tu n'a pas attendu pour mettre en action tes paroles, Serizawa, et c'est en cela que je vois déjà chez toi, l'esprit d'un leader.


Tournant son visage en direction de Serizawa qui était à ses côtés, la louve plongea de nouveau ses yeux rubis dans ceux de son partenaire, l'air serein. Le corbeau s'envola de nouveau en croassant, brisant le silence dans lequel la forêt se trouvait. Quand Serizawa lui montra sa marque, Geleerde s'approcha, tendant doucement ses mains vers lui, sans se soucier si son partenaire serait gêné par ce contact et attrapa délicatement la main de son compagnon, observant la marque de plus près.

Une nouvelle fois encore, la flamme du savoir apparut dans les yeux de la jeune femme : c'était la toute première fois qu'elle pouvait voir le sceau de Minshu d'aussi près et Geleerde n'avait pas hésité une seule seconde à s'y approcher. Encore une nouvelle chose que la louve allait découvrir. Il n'y avait pas plus grande satisfaction pour la jeune femme que la quête de connaissance et les combats. Un large sourire apparut sur son visage habituellement si calme, telle une enfant ayant découvert un nouveau jouet des plus fascinant. Gardant la main de Serizawa toujours dans les siennes en se focalisant sur la marque, la louve ajouta :

- J'ai entendu dire que Jeong était un homme souhaitant la plus grande des libertés pour ces habitants, mais également pour les élus. Il est réputé pour n'avoir jamais utilisé cette marque pour soumettre un élu. Je suis étonnée que tu ne sois pas de Seika d'ailleurs, toi, un noble guerrier, serait sans doute mieux tomber là-bas.

Pendant quelques instants, l'érudite resta silencieuse, bercée dans ses propres réflexions en réfléchissant sur les paroles de son compagnon tout en retirant sa prise sur la main de Serizawa. Détournant le regard pour mieux se concentrer, elle déposa délicatement son index sur ses lèvres, les caressant lentement. Son visage s'assombrit aussitôt à l'évocation du nom d'Aeternam.

- Toi qui a combattu Aeternam, je suis surprise que tu sois si sûr qu'il dise la vérité concernant les Dieux de ce monde : bien qu'en comparaison de lui, tu ne souhaites pas tuer des innocents, penses-tu réellement qu'Aeternam n'a pas rendu publique cette information afin que, nous, élus, nous souhaitons nous aussi, la mise à mort des Dieux de Kosaten ? N'est ce pas là plutôt, une façon subtil de nous faire espérer l'impossible et de lui rendre la tâche, plus aisé ? Je reste réservée sur cette hypothèse, je ne te conseillerais que trop bien de te renseigner encore plus sur ce point. Sache que j'en ferais de même, de mon côté et que je te transmettrais ces informations.

Pour la louve, chaque chose que pouvait dire Aeternam était simplement pour offrir le bénéfice du doute aux élus, afin de les attirer vers lui, plongeant Kosaten dans le chaos le plus total. S'il fallait réellement tuer les Dieux de Kosaten pour retourner chez eux, il fallait que la jeune femme en soit certaine avant de commettre un tel acte. Schneiden ne lui avait que trop bien conseillé de se méfier d'Aeternam et l'érudite accordait pleinement sa confiance à son compagnon.

Quand Serizawa lui demanda si quelqu'un ne lui avait pas conseillé de rester dans les murs de la Capitale pour sa propre sécurité, la louve ne pu retenir un soupir amusée, se rappelant de sa petite bataille amicale contre Schneiden. Continuant de plonger son regard de braise dans ceux de Serizawa, ses quelques mèches se collant sur son visage de jeune femme,


-  Il y a bien quelqu'un qui correspondrait à ce profil, c'est vrai. C'est un élu riche en connaissance et courageux. C'est un homme bien, en qui j'accorde une grande confiance. Lorsque Aeternam s'est manifesté il y a de cela quelques jours maintenant, je lui est fait part de mon désir de l'accompagner afin que nous trouvions des indices nous permettant sa destruction. Mais il était pour lui hors de question que je vienne avec lui, me jugeant encore trop faible pour combattre ces démons. Je l'ai donc ouvertement provoqué et nous nous sommes battus.


Ne sachant pas encore combien ces paroles allèrent atteindre Serizawa, la louve parlait d'un ton léger, sans ressentir la moindre rancœur envers Schneiden, esquissant parfois un sourire en évoquant sa petite mésaventure avec son compagnon erudit. Si les rôles avaient été inversé, Geleerde aurait agi de la même manière.

Le ton de la louve s'assombrit par la suite, en repensant à ses pouvoirs d'antan, désormais réduit au plus strict minimum.

- Je ne peux pas lui en vouloir. Bien que je sois fière et têtue, il avait raison : je n'ai malheureusement pas assez récupérée depuis mon arrivée ici et mes capacités sont extrêmement limité. Et la seule façon pour moi que quelqu'un me fasse savoir que j'ai tort, est de me combattre.

A ces mots, la louve serra les poings : elle avait horreur d'avouer qu'elle était faible. Il était désormais capitale pour l'érudite de retrouver ses pouvoirs et ce, au plus vite.


« Père... Je ne vous décevrez pas. »





Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: L'éternelle recherche des origines - Serizawa / Geleerde   Ven 20 Mar - 18:21

La jeune femme suivit presque docilement le loup jusqu'à l'endroit qu'il désigna comme étant son campement. Lorsqu'il lui présenta ses offrandes, elle le remercia avec une grand sourire et accepta volontiers ce qu'il lui proposait avant de continuer son monologue. La louve semblait déjà être la reine de la nature. Un corbeau se déposa sur son épaule, tandis que le Lycan continuait son récital en l'observant toutefois. Il haussa un sourcil, par surprise, mais continua ses explications. Il était enivré par une vigueur retrouvée, comme s'il venait de trouver la réponse à une équation sur laquelle il se penchait depuis des années. La jeune femme lui répondit alors, l'interrompant dans ses plans et ses extrapolations qu'aucun désignerait comme farfelu.
Elle le désigna comme étant un leader, un mot qui ne lui aurait fait autant d'effet qu'une simple salutation s'il ne s'agissait pas là d'un membre de son espèce. Le jeune homme baissa la tête instinctivement, cherchant à cacher ce qu'on ne saurait voir dans cette nuit, à savoir un rouge léger qui lui montait au joug, et une énorme bouffée de fierté dans la poitrine d'un individu qui venait de se rendre compte qu'il cherchait depuis sa plus tendre enfance l'aval d'un être chère, d'un membre de son espèce.

Lorsqu'elle lui saisit la main, Serizawa frémit imperceptiblement à son contact. Lui habitué à la rigueur d'une vie de solitaire, entrecoupé de combats et de griefs, était des plus fébriles aux contacts humains, en particulier avec la gente féminine, et le fait que Geleerde soit une louve n'aidait en rien la chose, pire, ça le rendait des plus nerveux. Elle lui caressa la main, comme pour comprendre toute la signification du signe qu'il possédait, le dévorant littéralement du regard. Malgré ça, il trouva asez de contenance pour continuer son récit, mais lorsqu'elle parla de Jeong, il ne pu se contenir d'avantage. Le louveteau appeuré et docile se lovant dans la chaleur de l'alpha se changea rapidement en une bête sauvage grognant à l'évocation de ce nom.
Il retira sa main, sans doute plus férocement qu'il l'aurait voulu et commença son manifeste anti-Jeong
.

- Jeong n'est qu'un chien dirigeant une armée de brebis incompétentes et stupides qui accourraient à l'abattoir dans un pur instinct grégaire... Il y a moins d'une semaine, il a envoyé une délégation venir me capturer dans un ville proche de la capitale. J'y ai rencontré un élu du nom de Neo que j'ai cherché à recruter, à sauver de l'emprise de Jeong mais il était trop tard... Cet homme n'a pas besoin de sceau non, je lui reconnais en lui une qualité rare et qui vaut tout le pouvoir du monde : l'éloquance. Il réussi à contraindre par la parole les élus à le suivre. Dans cette ville, l'élu qui venait d'arriver depuis quelques jours seulement n'a pas hésité un seul instant à retourner ses armes contre moi, sans une once de remord et à proclamer ma mort. J'ai vu les soldats, ivres de haine, accourir jusqu'à moi avec l'unique intension de me tuer. Forte heureusement, ces hommes ne sont ni courageux, ni braves, simplement stupides de suivre leur supérieur sans même prendre en considération leur propre vision du monde. Jeong m'a déclaré ennemi de l'état, et sans un regard sur mes actions, ses hommes se sont jetés sur moi...

Il marqua une courte pause, se calmant et regrettant le geste brusque qu'il eut pour la jeune femme encore inconsciente du monde qui l'entourait réellement. D'une voix lente il termina son aparté.

- Après les avoir mis hors combat, sans en tuer un seul. Le capitaine qui dirigeait ses hommes n'a pas hésité à utiliser son propre sceau de commandement pour incapaciter Neo, le jeune élu, le plongeant dans un coma forcé, et il le téléporta on-ne-sait où... Le point est que Jeong, comme ses hommes, ne rebutent devant rien pour arriver à leur fin... L'éthique ne doit simplement pas exister à cette époque... Concernant ma faction je pense que Minshu me convient mieux que Seika au final, je n'ai pas la mentalité pour... Je ne suis pas de ceux qui suive bêtement un leader sans prendre en considération le monde qui nous entoure... Je suis loyal, certes, mais pas stupide pour autant. Je ne pourrais suivre qu'une personne en qui je crois, en un idéal qui me correspond...

Le loup afficha une mine dépitée. Un brusque retour à la réalité pour un homme qui se voulait anarchiste dans un monde féodal. Il se passa une main dans les cheveux, chassant par la même le surplus d'eau qu'il s'y trouvait et soupira. Toute ceci était une autre histoire et il ne désirait pas abordé ce sujet pour le moment avec la belle qui rempila sur une autre sujet qu'il avait abordé: Aethernam. Il était vrai que son point de vue soulevait une information cruciale pour la suite de ses plans. Il était après tout plus que probable que tout ceci ne soit qu'un mensonge dont le but était le soulèvement des élus contre leur faction respective, ce à quoi œuvrait le Lycan depuis un bon moment maintenant...Se pourrait-il que tous ses projets n'étaient que poudre aux yeux, qu'il était tombé dans le panneau d'un homme qu'il haïssait ? Il marqua une courte pause pour réévaluer cette idée, cependant il était partit beaucoup trop loin dans son raisonnement, il s'est beaucoup trop impliqué pour hésiter maintenant et s'il n'était pas sûr de lui, qui le serait à sa place ?
Non, ce n'était pas acceptable, il devait avoir un moyen de quitter ce monde, et si Aethernam ne disait pas la vérité, il trouverait le moyen de partir, pour tous ses élus qui avaient confiance en lui. Il n'y avait aucun retour en arrière possible.


- Je ne sais si ce qu'il dit est vrai, mais j'en saurais plus bientôt... Cet homme est très fort, il a bien failli me tuer lors de notre précédente rencontre, cependant je suis plus fort maintenant que je ne l'étais ce jour là. Dès que mes capacités seront revenus, je m'occuperais de son cas et trouverais les réponses aux questions qui persistent. Et s'il n'y a pas de moyen de revenir chez nous...

Il marqua une courte pause et serra le poing dans lequel se trouvait sa marque.

- Je créerais mon propre moyen !

Ensuite, la jeune femme donna raison à Serizawa concernant un individu qui cherchait à la garder dans la capitale. Et a mesure que la jeune femme continuait de raconter cette histoire qui pouvait sembler anodine de prime abord. Le loup se renferma petit à petit dans un mutisme des plus morbides tandis que ses traits de durcir à l'appel de la bête. Il sentait, sans pouvoir l'exprimer, perdre la face contre cette entité bestiale qui grognait et grondait en lui pour sortir et exploser. Il serrait les poings et ses muscles se bandaient, roulant sous sa peau comme pour l'arracher pour leur permettre de libérer leur plein pouvoir. La louve était en comparaison comme la plus douce des fleurs, évoquant cette histoire comme un évènement des plus amusants, elle se permit même de sourire. Puis elle aborda ses pouvoirs, amenuisés depuis son arrivée, mais le Lycan ne l'écoutait plus. Un son sourd résonnait dans ses oreilles, comme une clameur lointaine pour l'inciter à combattre, à montrer les crocs et à déchiqueter celui qui avait affronté sa reine. L'instinct du loup reprenait le dessus, sa noblesse cherchant à défendre l'honneur de son alpha. Ses yeux voyaient les lèvres de Geleerde bouger, ses oreilles percevaient un son mais son esprit, brouillé par une rage informe n'en saisissait pas le sens.
Les dents serrés, il parvint toutefois à dire une phrase, une unique phrase pour commencer son investigation et orienter sa soif de sang. Une tête allait tombée sous peu, et avec elle, l'affront qu'il avait fait à sa reine.


Serizawa se retourna, pour empêcher de voir la lueur meurtrière qu'elle ne manquerait pas de lire sur son visage. Sur un ton rauque sortant de la gorge du Lycan, il prononça:

- Comment s'appelle t-il...
Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: L'éternelle recherche des origines - Serizawa / Geleerde   Sam 21 Mar - 23:24


L’éternelle recherche des origines




Bien que la louve était prête à s'attendre à tout la plupart du temps, Geleerde fut surprise par la réaction de Serizawa à l'évocation du nom du président Jeong. Inconsciemment, elle avait réveillée en lui de mauvais souvenirs et cela lui valut de voir une nouvelle facette du lycanthrope. Ne portant pas rigueur au fait qu'il retira sa main un peu plus brutalement que Serizawa l'aurait voulu, la louve reporta son attention sur son partenaire afin de l'écouter. Quand il termina son discours, l'érudite ajouta calmement :

- Seul les livres que détiennent les archives de la Capitale me permettre d'avancer mes arguments concernant Jeong. Mais ton expérience m'est bien plus profitable que ce que de simples ouvrages peuvent me décrire.

Bien que la jeune femme était une grande lectrice, elle se fiait généralement à ce qu'elle pouvait voir de ses propres yeux. L'histoire étant toujours décrite par les vainqueurs, il était donc naturel que la louve ne buvait pas toutes les paroles sans avant y réfléchir correctement. Quand Serizawa lui fit part de son but concernant Aeternam, Geleerde fut satisfaite de voir en lui, l'étoffe d'un gagnant qui ne fuirait pas face à l'adversité.

- J'approuve tes paroles, Serizawa. Aeternam doit être détruit coûte que coûte. Je ferais parti de ceux qui vont se battre contre lui et j'extirperai moi-même sa tête hors de son corps. Tu peux compter sur moi.

A ces mots, le visage de la louve s'assombrit une nouvelle fois. Repensant aussitôt à Zayro qu'elle avait malheureusement rencontrée il y a peu ainsi que sa cuisante défaite contre ce dernier. Pour le moment, Geleerde avait bien plus d'ennemis que d'alliés à ses côtés. La demoiselle baissa légèrement la tête, les yeux clos, tout en croisant les bras sur sa poitrine, ne remarquant pas l'état de colère de son partenaire. La louve eu, pendant un bref instant, un moment d'égarement. Ses pensées étaient obstruées par le visage du messager des enfers et baissa malheureusement sa garde, continuant son récit sans réellement s'écouter elle-même.

- Pour être honnête, je ne suis pas la bienvenue ces derniers temps à la Capitale. Les habitants ont déjà eu les échos concernant mon tempérament qui ne semble être définitvement apprécié que par les membres de mon espèce.

En effet, depuis son retour à la Capitale, la jeune femme pouvait clairement ressentir les regards réprobateurs des habitants de Chikai. Bien qu'elle n'en portait pas réellement rigueur, il lui fallait leur faire comprendre que ses actions n'avaient pas pour but de causer du tort.

- Son nom ?

Finalement, Geleerde reporta son attention sur Serizawa. Sans même se douter de ce que pouvait ressentir son partenaire à l'heure actuelle et ne pouvant voir son visage, Geleerde daigna répondre à la question du lycanthrope. Apportant ainsi, la pièce manquante au tableau pour que le loup réclame vengeance contre celui qui avait entiché l'honneur ainsi que la fierté de la louve.

- Schneiden...

Serizawa était étrangement calme et silencieux. Quelque chose n'allait pas. Les sens de la demoiselle l'alertèrent aussitôt, bien que trop tard, sans savoir de quoi devait-elle se méfier alors qu'elle était en présence d'un membre de son espèce. Fronçant les sourcils et reprenant une position d'Alpha comme si elle faisait face à un louveteau qui n'avait pas suivi ses ordres, Geleerde ajouta, dans un souffle, l'air sombre :

- Pourquoi cette question, Serizawa ?

L'appel de la traque avait sonné.

HRP:
 



Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: L'éternelle recherche des origines - Serizawa / Geleerde   Jeu 26 Mar - 21:08

La jeune femme parla quelque peu mais le Lycan ne l'écoutait pas. Les poings serrés à s'en faire saigner les phalanges il luttait pour se contrôler et ne pas simplement secouer la louve jusqu'à obtenir sa réponse. Une sourdine atroce chantait les plus doux massacres dans les oreilles de Serizawa qui grinçait des dents petit à petit, à s'en briser l'émaille épaisse de sa race. Puis, lorsque Geleerde répondit, presque innocemment, à sa question il était trop tard.
Le tapage devint silence, la rage et la haine devinrent muette et pendant un instant, il parut s'apaiser. Il avait maintenant un nom, la traque pouvait commencer.
Sans prendre la peine de répondre à la jeune femme qui lui demanda pourquoi il était intéressé par le nom de Schneiden, il se retourna, une expression impassible sur son visage, comme celui qu'il affichait aux gens qui ne l'intéressait guère et commença à prendre la route vers la capitale. Il avait étudié les cartes depuis suffisamment longtemps pour savoir où se trouvait Chikai et à présent que son esprit combattif était à son paroxysme, c'était comme s'il pouvait sentir, de là où il se trouvait, la présence de son adversaire. Il n'y avait plus rien qui pouvait l'empêcher de déchiqueter le monstre qui bafoua l'honneur de sa reine, pas même cette dernière relayer dans un coin de la tête du Lycan. Cet état de berserk était paradoxal si bien qu'il ignora ouvertement la question et les propos de Geleerde pour laver son honneur. Dans sa tête tout n'était plus qu'un silence de mort, précédant le combat, son sang, bouillonnant comme un torrent de magma, enflammait son corps à chaque battement de son coeur...

Il était prêt.



Bande son

Avec un bref coup d'oeil vers la jeune louve suffit à faire comprendre l'état dans lequel était la jeune louve.   Après tout c'était comme s'il cessait de lui accorder de l'attention, comme si l'un de ses semblable ne la reconnaissait plus comme tel, mais ce n'était plus l'intérêt de Serizawa à présent. Il la passa, sans un mot et fit quelques pas dans la direction de la capitale.
L'ai était froid, humide, et de la bruine perlait sur la scène, rendant le tableau un peu plus dramatique. Laissant ses affaires sans une once de remord, le Lycan s'arrêta quelques mètres après avoir passer Geleerde dont il sentait encore le regard inquisiteur. Elle se demandait visiblement ce qu'il se passait, ce qu'elle avait dit de travers pour le mettre dans cet état.
Le louveteau craintif et respectueux était devenu un guerrier dans toute sa splendeur. D'un voix qui ne laissait rien transpirer d'autre que l'autorité et la confiance en soi, le Lycan s'autorisa un dernier monologue.


- L'attitude de ce... Schneiden... Ne restera pas impuni. Je vais lui faire comprendre ce qu'il en coûte de poser la main sur un membre de mon espèce. Je défendrais jusqu'à ma mort mes semblables, il en va de mon honneur.

Il redressa sa main, la contempla un moment avant de refermer le poing sur la marque de Minshu qui entachait sa chair. Son poing trembla sous l'effort qu'il mettait dans sa poigne et il termina.

- A compter de ce jour, ma Reine, toute vermine voulant vous approcher devront passer par moi... Qu'il soit soldat ou paysan, élu ou natif, roi ou dieu de ce monde... Je les tuerais tous !

En terminant ses paroles qui ne laissait aucun doute sur ses nouvelles intentions à propos de ce fameux Schneiden, Serizawa en un battement de paupière du champ de vision de la louve qu'il laissa là, seule au milieu de la végétation...

Un grincement se entendre, des oiseaux prirent peur et s'envolèrent dans la fin de la nuit. Le crépuscule gagnait peu à peu la forêt tandis qu'une bête fauve en traversait les terres de bout en bout. Sautant de branche en branche, griffes sorties et crocs en avant, Serizawa laissait sa bête s'exprimer tandis qu'il réfléchissait à la manière la plus simple d'atteindre cet élu qui avait affronté sa reine. Il ne doutait pas que ce dernier devait se terrer dans la cité et que le débusquer ne serait pas le plus aisé, mais il était déterminé à retourner toute la ville s'il le fallait.
Après le désastre d'Aethernam qui avait frappé la capitale, le péril bestial s'approchait désormais, moins impressionnant, certes, mais avec toute la volonté du monde d'occire Schneiden et de le rayer de ce monde.


" L'idéal que je battis aujourd'hui n'a pas de place pour des ordures de son espèce... Schneiden, qui que tu sois, tu seras le premier à montrer la voie à de nombreuses victimes qui pensent encore sottement que ce monde leur appartient... L'époque du Phoenix, du Dragon et du Serpent est révolu... Voici venir l'ère des loups ! "

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

-



MessageSujet: Re: L'éternelle recherche des origines - Serizawa / Geleerde   

Revenir en haut Aller en bas
L'éternelle recherche des origines - Serizawa / Geleerde
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Guildes (La quête des origines et Eldorado)
» PAM GENTIL CANICHE ABRICOT 9 ANS recherche fa dans le 13
» recherche amie
» recherche chien/chienne de petit poids (environ 2-3 kg)REGLE
» recherche un ami

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Manga Multiverse ::  :: Empire de Seika :: Forêt tropicale-


Crédits : Design : Phoenix & Pingouin Règlements & Contexte : Phoenix
Forum optimisé pour Google Chrome.