Partagez | .
Quand l'ennuie vous gagne
Invité Invité

-



MessageSujet: Quand l'ennuie vous gagne   Sam 9 Mai - 15:33

Je plissais les yeux sous la lumière qui vint agresser mes paupières toujours fermées. J’ouvris lentement ces dernières pour éviter de m'aveugler avec les rayons d'un soleil au cycle déjà bien entamé. Je me redresse de mon lit en m'appuyant sur mes coudes pour m'aider dans l'effort, lâchant un long soupir. Je passais ma main sur mon visage, finalement assis en tailleur sur ma couche de l'auberge. Je tournais la tête en direction de mes vêtements posés sur une table de chevet non loin. Je pris mon courage à deux mains avant de finalement me lever du lit, attrapant d'un geste simple et fluide de quoi m'habiller. Je n'avais de toute façon que cette tenue pour le moment, cela risquait à long terme de poser quelques problèmes d'hygiène, sans doute. Mais à vrai dire je n'avais pas envie de penser à ce genre de choses, pas à cette heure ci. D'ailleurs, il était quelle heure exactement ? Je me dirige vers la fenêtre, finissant de mettre ma veste pour ouvrir complètement les volets entre-ouverts d'un geste ample du bras.

Dehors il faisait beau et bon, une légère brise parfumée par l'odeur des étales alentours se fit sentir. Le bruit de la capitale était certes non négligeable mais bien différent de celui d'une ville modère avec les bruit des moteurs, des klaxonnes et autres nuisances du même type. Au lieu d'un brouhaha mécanique les rues avaient droit à des cris de marchants énergiques, des rires d'enfants, des couples qui se parlent, des amis de longues dates qui papotent. Nul doute, j'étais toujours bien à Kosaten, à la capitale de Minshu plus précisément. Après avoir rencontré Aladdin et Tobi dans cette auberge j'avais décidé de rester ici encore un moment. Sans doute pour l'ambiance, mais aussi et surtout car ici j'avais un toit et à mangé gratuitement, bon pour les repas ce n'était rien de vraiment extraordinaire, mais au moins le patron me laissais manger sans trop rien dire et c'était déjà un miracle dû à cette fichu marque dans le dos.

Je relevais le menton ainsi que la visière de mon képi pour voir avec plus d'exactitude le chemin parcouru par l'astre brûlant dans sa course. Il était presque midi, vraiment ? J'étais resté dans mon lit à dormir aussi longtemps ? Tsss, une journée bien vide. Je sorti de ma chambre d'un pas lent, refermant la porte dans un silence de mort. Personne, j'étais seul visiblement et le fait de plus entendre la rue à l'extérieur que la population dans l'auberge était assez troublant. Je n'avais étonnement pas vraiment faim. Ne sachant que faire je décidais d'aller voir la chambre du duo d'élus pour voir ce qu'il en était. Il me fallut un peu de temps pour repérer leur numéro. Pour éviter de les surprendre je me mis à toquer à la porte.

- « C'est Jotaro Kujo, vous êtes là ? »

Pas de réponse, j'attendis quelques minutes sans qu'il ne se passe rien. Je tournais alors les talons, visiblement ils n'étaient pas là. Dommage. Et ce posait alors devant moi un énorme problème, l'ennuie, comment tuer le temps dans un monde inconnu, je n'avais rien à lire ou à faire. J'étais arrivé à Kosaten avec rien de plus que mes vêtements et cela n'allait pas être d'une grande aide contre mon problème actuel. Je me dirigeais donc vers ma chambre, quitte à ne rien faire autant dormir encore, ce n'était certes pas très constructif mais cela m'aiderais à passer le temps, au moins jusqu'au retour du duo.

Dans le coin de ma visière j’aperçus une silhouette qui se tenait dans le couloir. Une jeune femme, seule, aux cheveux blancs et aux yeux jaunes. Sa tenue singulière indiquait qu'elle n'était pas du coin, une élue ? Possible, mais après tout je ne connaissais pas assez ce monde pour affirmer cela avec précision. Cette dernière semblait attendre, l'air las. S'ennuyait elle aussi ? Probable, de toute façon il n'y avait qu'un moyen de le savoir, au diable la subtilité. Je me mis à sa hauteur, baissant la tête pour croiser mon regard vert turquoise dans celui jaune et brillant de la demoiselle.

- « Bonjour, vous semblez vous ennuyer, je me trompe ? C'est ce que je déduis à votre visage. Il se trouve que je suis dans le même cas. Quitte à être dans le même bateau autant s'occuper toute les deux, vous ne croyez pas ? »

Il était rare que je m'avance ainsi vers les autres, mais il s'agissait ici d'un cas d’extrême urgence. Et puis quitte à s'ennuyer, autant s'ennuyer à deux, qui plus est si c'est en charmante compagnie.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1282
Yens : 3152
Date d'inscription : 28/12/2014

Progression
Niveau: 11
Nombre de topic terminé: 6
Exp:
3/6  (3/6)
avatar
Gakui ¤ Inconnue ¤

-



MessageSujet: Re: Quand l'ennuie vous gagne   Sam 9 Mai - 16:25

Assise à une table de l'auberge et perdu dans mes pensées, observant les gens autour, je pouvais encore compter les jours qui ont passés depuis mon arrivée à Kosaten et pourtant il s'était passé tellement de choses. Ces temps-ci, ça s'était calmé et je me retrouve à rien faire. Je n'avais plus mon travail, ni mes études, je me demande s'il on peut en avoir ici. Je détestais mon lycée mais aujourd'hui tant qu'a faire ça m'occuperait un peu.

Je me leva de ma chaise et n'ayant aucune affaire sur moi, je décida de retourner à ma chambre prendre au moins un livre ou quoique ce soit mais j'ai le temps pour cela, faisons un détour. Ça fait bien quelque jour que je ne suis pas retomber sur Tobi ou le petit émerveillé qui le suis partout. Je me suis mise à rire encore une fois en repensant à ma rencontre avec ces deux là. Je me mis en marche vers leur chambre pensant a leur dire un truc qui me trotte à l'esprit depuis un moment.
Je chantais dans ma tête, en marchant beaucoup plus que nécessaire pour arriver au bon couloir. C'est seulement une fois arrivé que j'ai remarqué qu'il y avait un chemin plus court, c'est pourtant flagrant que j'ai monté deux étages de plus que nécessaire et donc qu'il m'a fallu redescendre. On va dire que c'est l'ennuie qui fait ça ou juste que j'aime marcher et me moquer de moi-même. Oui en faite c'est surement ça.. l'ennui bien sur que c'est amusant.

Enfin arrivée, je me suis dis qu'ils étaient sûrement dehors en faite et sur cette pensée je me suis  arrêtée, mal de n'avoir rien à faire, l’ennui me repris vite. Et je rester planté là dans le couloir à chanter dans ma tête.
Un homme vint me parler, franchement, ils sont tous si amical ici ? Chez moi, on ne me voyait même pas dans les couloirs, on me marchait dessus et même ça, ils ne le voyaient pas et continuaient leur chemin.
L'homme s'approcha, sûrement trop près et me regarda droit dans les yeux. Réaction normale, je détourna le regard et me décala mine de rien.

-Cela ce voit tant que ça ? Et bien, oui, je m’ennuie.

Vraiment, il veut s'ennuyer avec moi. Il ne s'est pas dis une seconde que je ne le connaissait pas, que j'étais peut-être sourde, trouillarde ou super dangereuse. Bon, le dernier, c'est vrai qu'en me voyant, ce n'est pas ce qui vient à l'esprit. Mais moi, c'est ce que j'aurais pensé en voyant quelqu'un dans un couloir. Quoique, je m’ennuie.

-Oui, je suis d'accord avec vous. Puis-je savoir votre nom, monsieur ?

Obligé de le demander car il m'interpelle sans même se présenter. Je pensais que dans un monde ou dieux et roi régissent, les bonnes manières était la moindre des choses. Un petit rire m’échappa encore, je ris à mes propres pensées que je ne respecte même pas.

Hors RP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Quand l'ennuie vous gagne   Sam 9 Mai - 17:08

Elle se décala légèrement, me fuyant du regard, sans doute était elle intimidée par ma stature, ce n'était pas la première fois que ce genre de situations arrivaient.

-Cela ce voit tant que ça ? Et bien, oui, je m’ennuie.

Et bien sinon je n'aurais sans doute pas fait la remarque, je la laissait répondre à mon interrogation.

-Oui, je suis d'accord avec vous. Puis-je savoir votre nom, monsieur ?

Je relevais la visière de mon képi, gardant toutefois cet air sévère qui me caractérisait tant.

- « Désolé, il vrai que cela aurait été plus aimable de ma part. Je m'appelle Jotaro Kujo, mais vous pouvez m'appeler Jojo, c'est un diminutif plutôt pratique. »

Je regardais la porte de ma chambre qui se trouvait un peu plus loin avant de replonger mon regard dans celui fuyant de la jeune femme.

- « Et bien je propose d'aller dans ma chambre, elle est juste là... »

Je pointais la porte en bois avec mon pouce.

- « Ce sera toujours plus pratique que de rester debout ici, vous ne pensez pas ? Et puis je pensais à un petit jeu simple et sans prise de tête, alors autant être confortablement installés. »

Ma proposition sonnait un peut bizarrement, pour ne pas dire que la situation était en vrai plutôt malsaine vu de l'extérieur, voir vu par le demoiselle elle-même. J'avais en tête un jeu des plus innocent, mais il ne fallait pas que cela soit interprété.

- « Un bête action ou vérité, cela vous tente ? Rien de méchant, juste un petit jeu comme ça, histoire de tuer le temps. Si vous acceptez suivez moi, sinon il n'y a pas de problème vous pouvez tout aussi bien m'ignorer. »

J'étais devenu bavard ? Plus qu'à l'accoutumé en effet, sans doute le fait d'être dans un nouveau monde me rendais involontairement un peu plus sociable, mais pas moins brut de décoffrage pour autant. Je tournais donc les talons en direction de ma chambre, j'allais vite, trop vite même, pas dans ma marche, mais dans ma manière d'aborder cette jeune femme. De mon pas lourd je parcourus les quelques mètres qui me séparais de la porte, je l'ouvrit lentement d'un geste simple et ample.

Rentrant plus avant dans la pièce je n'avais pas fais attention si la demoiselle avait décidée de me suivre ou non. Malgré tout j'attrapais la chaise du petit bureau de la pièce aux meubles bien pauvres. Je plaçais le petit siège tourné face à mon lit avant de me mettre sur l'assise.

- « Vous pouvez vous installer sur le lit à votre aise. Je suppose que vous connaissez les règles d'un action ou vérité ? Le joueur choisi s'il doit produire une action ou une vérité. L'autre joueur lui pose un « gage » qu'il devra accomplir dans le cas de l'action ou bien répondre la vérité à une question posée dans le cas de la vérité. Chaque joueur joue à tour de rôle bien évidemment. Si ça ne vous gène pas je préfère commencer, et ce sera une vérité. »

Je me retourne alors, un bras sur le dossier, la tête en direction de la porte de la chambre pour voir si la demoiselle était bien là et si je n'avais pas fait toute cette explication dans le vide. Malgré tout je posais tout de même un question cruciale avant même ma vérification.

- « Du coup, sans vouloir être indiscret, quel est votre nom ? »
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1282
Yens : 3152
Date d'inscription : 28/12/2014

Progression
Niveau: 11
Nombre de topic terminé: 6
Exp:
3/6  (3/6)
avatar
Gakui ¤ Inconnue ¤

-



MessageSujet: Re: Quand l'ennuie vous gagne   Sam 9 Mai - 18:19

Il était imposant ou il s'en donné l'air tellement que d'habitude, rien qu'à la vu de quelqu'un comme Jotaro, Ni serait déjà là à grogner. Il a enfin donné son nom, enfin, je suis peut-être un peu dure, ça que 2min qu'on se parle.

-...

Tant que ma méchanceté reste dans ma tête ça devrait aller. Il ne faudrait pas le faire fuir dès le début.

Il me proposa d'aller dans sa chambre pour un petit jeu, je pense que n'importe qui aurait pensé la même chose dans cette situation, même lui il y a pensé vu qu'il s'est expliqué juste après.
Avec Ni, c'est même pas en rêve que j'entre dans sa chambre surtout avec les pensées que Gakui a eu, sur le viol et tout et tout. Après que ça soit la sienne, de chambre ou une autre, dans tous les cas, je me ferais dominer. En plus, il m'a proposer de s'ennuyer avec moi et j'ai accepté donc voilà.

-...

Je n'ai pas pu dire un seul mot, du moins je n'ai pas vraiment essayer vu qu'il a commencé à partir. Il marcha droit vers sa chambre sans se retourner et sans m'attendre ou même vérifier que je suivais. Alors soit, il m'a déjà oublié, soit pour sa fierté, il préfère ne regarder qu'en avant.
Quand il arriva au niveau de la porte, je fis le premier pas, très vite suivi les autres, j'ai eu peur qu'il me claque la porte au nez, j'aurais été de nouveau toute seule.
J’atteignis la porte un peu après, il était déjà assis et m'expliqua les règles. C'est à peine si j'avais eu le temps d'entendre que je pouvais m'asseoir. J’eus donc un long temps de bug, j’écoutais attentivement sans bouger de devant la porte.
Quand il eu fini, je me retourna et ferma la porte, j'entendis sa question et me retourna donc pour lui répondre mais je ne savais pas qu'il s'était lui aussi retourner. Le découvrir me fit légèrement sursauter mais comme si de rien n'était, je m’avança vers le lit d'un pas légers mais décidé, tout en répondant.

-C'est bien la moindre des choses que de vous le dire *souris* Je m'appelle Gakui, Takoizu Gakui. Enchantée.

Sur le lit, je devais sûrement faire encore plus petite mais c'était confortable, moelleux, je suis quelque rebond comme une enfant.

-Je connais le principe d'un action ou vérité mais Jo..

J'ai décidé de l'appeler Jo car il a proposé Jojo et je n'ai pas envie de faire ce qu'il aimerait, c'est trop prévisible. En plus, je préfère Jo ça lui va mieux que Jojo.

-Pour être franche, je n'y ai jamais jouer mais c'est pas compliqué.

Je n'avais jamais eu l'idée d'y jouer avec Koru et avec Ni ça aurait été compliqué. On sait déjà tous l'une de l'autre et si je lui donnais le gage de faire un truc pas jolie, ça reviendrait a me le donner à moi même.*ris* Et.. à part eux, je n'ai pas vraiment d'amis, pas du tout en faite.

-Bon et bien.. Que pensez-vous de l'auberge ?

Quelle question interessante, tout le monde s'en fiche mais au moins on s'ennuie moins et on verra s'il m'a invité dans sa chambre pour 'juste' jouer.
Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Quand l'ennuie vous gagne   Sam 9 Mai - 19:05

Elle était toujours là, elle avait décidée de me suivre, fort bien. Celle-ci sursauta lorsque je me retournais dans sa direction, et bien, je la trouve bien craintive. D'un pas léger, faisant écho à ce que l'on pouvait penser de sa stature, la demoiselle se dirigea vers le lit pour s'y installer.

-C'est bien la moindre des choses que de vous le dire *souris* Je m'appelle Gakui, Takoizu Gakui. Enchantée.

Gakui s'installa donc sur la couche, faisant quelques petits bonds sur le matelas comme le ferait un jeune enfant. Elle finit de s'installer et de se mettre à l'aise tranquillement sous mon silence.

-Je connais le principe d'un action ou vérité mais Jo...Pour être franche, je n'y ai jamais jouer mais c'est pas compliqué.

- « On ne sait jamais. »

Après tout j'étais dans un autre monde, ce simple fait faisait que tut ce qui pouvait me sembler « logique », « normal » ou « banal » ne l'était pas forcément à Kosaten et je me devais de faire attention. Après tout, Aladdin ne connaissait pas les contes des milles et unes nuits alors que pour n'importe qui dans mon monde cela aurait une évidence de savoir le nom de cette œuvre et son existence. Toujours est-il que Gakui connaissait les termes du jeu avant que je ne les expliquent, ce qui aidait pas mal. Elle se lança timidement sur sa première question.

-Bon et bien.. Que pensez-vous de l'auberge ?

Je pris un petit temps de réflexion, il était rare que je ne fasse pas ainsi. Pas que je ne savais pas agir vite lorsqu'il le fallait, dans le feu de l'action, mais lorsque j'en avais le luxe c'était un petit plus toujours appréciable que j'aimais bien prendre.

- « L'auberge est simple et propre, grande, au delà de mes espérances d'ailleurs. Elle n'est pas dans un grand luxe mais plus que suffisante. Elle est assez calme pour le repos et bien placée par rapport au centre ville, ce qui doit lui valoir pas mal de clients. Son architecture est banale par rapport au reste de la ville mais garde une certaine beauté, justement à cause de cette harmonie avec les bâtiments alentours. »

Je fis une petite pause les mains croisées l’une dans l'autre, mes coudes posés sur mes cuisses de manière à être plus proche de mon interlocutrice ainsi que plus tassé pour être à sa hauteur.

- « Toutefois je dois bien avouer que je m'inquiète un peu pour le gérant. Il laisse les élus de la nation dormir et manger ici à leurs guises. Non pas que je me plaigne, loin de là étant un élu moi même, mais vous l'aviez sans doute déjà remarqué à mes vêtements, mais je me dis que cela ne doit pas être très rentable pour lui. Je suppose que pour ce genre de cas celui-ci doit noter le nombre d'élus dans l'auberge ainsi que la durée de leur séjour ici, obtenant une petite aide financière de la nation. Mais là ce n'est qu'une supposition, rien de plus. »

Je me redis ma phrase dans ma tête avec un légère grimace. Si le gérant faisait un rapport comme je l'avais décrit cela voulait dire que le président Jeong aurait vent de mon existence d'élu, au moins en tant que chiffre sur un papier. Heureusement celui-ci semblait être très occupé, sans doute à cause des troubles politiques entre Seika et Fuyu, faisant qu'il ne pouvait déjà pas s'occuper des élus désirant le voir et encore moins s'inquiéter de ceux qui, comme moi, préféraient l'éviter autant que possible. Je décroissais mes mains, les laissant pendre dans le vide, toujours dans la même position penché que tout à l'heure.

- « Et bien, action ou vérité ? »

La question était simple et courte, mais efficace, il n'y avait pas besoin de tergiverser pendant des heures à ce sujet. De toute façon c'était le jeu. J'espérais pas ailleurs que Gakui était de plus en plus à l'aise, loin de moi l'idée ou l'envie de l'effrayer et plus elle serait détendue plus elle pourra se concentrer sur le jeu.
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1282
Yens : 3152
Date d'inscription : 28/12/2014

Progression
Niveau: 11
Nombre de topic terminé: 6
Exp:
3/6  (3/6)
avatar
Gakui ¤ Inconnue ¤

-



MessageSujet: Re: Quand l'ennuie vous gagne   Lun 11 Mai - 20:00

J'étais assise tranquillement et il répondait à ma question. C'était une description plutôt détaillé pour un jeu, tellement que j'avais l’impression de ne pas avoir fait attention à l'auberge alors que j'y ai quasiment passé toutes mes nuits. Et c'est vrai que c'était agréable, contrairement au campus de la fac, l'internat du lycée ou rien que la maison, comparé à tous cela c'est super calme ici.
Ça, je l'ai remarqué c'est sur.

C'est Seri qui m'a dis que le gérant me donnerait une chambre si je le voulait, pour des raisons autre que le salaire de celui-ci j'ai préféré partager sa chambre.
J’acquiesce a ses mots et m’appuie sur mes mains derrière moi, je ne m'écarte pas mais déjà qu’être assis face à face c'est un peu strict ou stressant alors si en plus il colle son visage pile en face du miens ça va pas vraiment m'aider à me mettre à l'aise.
Peut-être qu'il veut se rapprocher de moi, il pensait peut-être à d'autre genre de question, il veut me mettre mal à l'aise en faite.
Dans tout les cas, je ne laisse rien paraître et commence même à sourire un peu, je n'en reste pas moins moi-même.

-C'est vrai, ce n'est pas très rentable, il devrait demander des pourboires ou je sais pas moi mais si les élus portent un titre pareils, ils doivent bien pouvoir payer.

J'aimerais bien trouver un travail pour me faire un peu d'argent mais je ne sais pas si mon age pose problèmes ici. Je suis complètement fauchée, je ne sais même pas quel est la devise ici.
Il s'est mis à faire une tête bizarre, j'ai du me retenir de rire.
Je crois que je n'ai jamais autant ris. En vrai, je ne riait quasiment jamais dans mon monde, alors pourquoi je ris tant ici ? C'est vrai que certaines personnes que j'ai croisé on des allures bizarre et il parait que le stress ou l'angoisse provoque un rire nerveux, ça doit être ça. C'est dur quand Ni n'est pas la, on dirait qu'elle sait tout celle-là.
En tout cas, je vais continuer à me retenir de rire comme une grosse psychopathe à tout va sinon je ferrais peur à tout le monde.. surtout à moi.

-Vérité !

Neutre parfait je ne l'ai pas crier comme une gamine, bravo à moi.
Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Quand l'ennuie vous gagne   Lun 11 Mai - 20:40

La demoiselle sembla se retenir de rire. Elle sans doute dû le faire, je ne savais pas pour quelle raison cela aurait été mais au moins cela aurait sans doute allégé l'atmosphère. Je ne dis rien, préférant laisser Gakui faire ce qu'elle voulait, elle en profita pour répondre à mon interrogation.

-Vérité !

Aussi simple et rapide que la question elle même, sa réponse concise permettait de continuer le jeu. J'allais en profiter pour lui poser une question presque stupide, mais je préférais en être sûr.

- « Êtes vous une élue ? Je n'ai pas spécialement fait attention mais il ne me semble pas avoir vu de marque sur vous, pourtant votre tenue semble l'indiquer, est-ce que j'ai raison ? »

En réalité j'avais peu de doutes quand à sa véritable nature, autant que ses vêtements son allure semblait détonner du décor ambiant qu'offrait Minshu. Par ailleurs elle semblait même plus proche d'un monde plus évolué comme le mien que d'un monde aussi médiéval et traditionnel que Kotasen, comme c'était le cas pour Tobi ou Aladdin.

J'espérais pouvoir lui poser ces questions plus tard dans le jeu, j'avais même toute une série presque interminables d'interrogations pour la jeune femme. La patience était une vertu et le jeu forçait à l'employer, et puis au moins ainsi cela prendra plus de temps pour faire connaissance, et donc nous occupera, elle et moi, pour un petit temps au moins. Je me redressais sur ma chaise, re levant un peu la visière de mon képi bleu marine.

- « Si jamais tu veux quelque chose à boire ou à manger n'hésite pas à me demander, je pourrais toujours aller chercher quelque chose à l'accueil en cours de partie. Comme ça tu auras plus de temps pour réfléchir, après je ne te force à rien c'est à toi de voir. D'ailleurs considère que pour mon tour je prends action, bien sûr si tu me demande d'aller cherche quelque chose ne considère pas ça comme me coûtant l'action de mon tour. »

J'avais choisit action, autant pour offrir un peu de diversité dans le jeu que pour voir ce qu'elle pourrait me proposer, ce genre de jeu permet souvent de discerner la façon de penser et d'agir des gens. Ce n'était pas non plus un test de psychologie très poussé mais cela permettait d'obtenir quelques indices sur une personne, et quitte à faire autant connaître le mieux possible les autres résidents de l'auberge.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1282
Yens : 3152
Date d'inscription : 28/12/2014

Progression
Niveau: 11
Nombre de topic terminé: 6
Exp:
3/6  (3/6)
avatar
Gakui ¤ Inconnue ¤

-



MessageSujet: Re: Quand l'ennuie vous gagne   Dim 17 Mai - 13:37

Il réfléchissait à sa question pendant que j'observais la pièce, très peu de différence de ma chambre ou celle de Tobi, la mienne me semble bien plus grande pourtant.
Le jeu continuait sans accro et dans une ambiance plutôt calme, la faute de Gakui évidemment.

- « Êtes vous une élue ? Je n'ai pas spécialement fait attention mais il ne me semble pas avoir vu de marque sur vous, pourtant votre tenue semble l'indiquer, est-ce que j'ai raison ? »

Je commençais vraiment à me dire qu'il faudrait que je cache le fait que je vienne d'un autre monde ou alors que je mente, tout simplement. Je n'aime pas mentir mais je ne suis pas sure que ce soit bon que beaucoup de gens connaissent mon existence. En plus je ne rencontre que des élues, à croire qu'il n'y a que ça ici.
Je demanderais à Seri.

-Oui, je ne viens pas de ce monde mais je n'emploi pas le terme d'élue, je ne vois pas ce qu'il signifie exactement, c'est un trop grand mot pour ce que nous sommes. Ma marque, quand à elle, n'est pas visible vu que je suis habillée.

Ça me rappelle que Seri est devenu tout rouge quand il l'a vu, je ne voulais pas lui montré, je n'étais même pas sur de son existence, j'étais apeuré par tous cela mais ça façon d’être gêné était tellement adorable que l’atmosphère qui régnait était très agréable. J'ai peut-être été trop stricte encore une fois en parlant du mot élu, il ne me revient vraiment pas.

-Je n'ai pas vu la votre mais vous me l'avez dis vous même que vous étiez un élu. Je vous crois donc.

Il n'y avait pas un seul blanc trop long ou gênant mais je me mis à battre un petit rythme sur mes cuisses. Je n'ai aucune idée de pourquoi, j'en avais envie je crois. Il me proposait à boire et tout, il tient son rôle d’hôte, c'est très bien mais je n'ai pas soif. Je dois pas être la meilleur des invités, surement pas la plus bavarde et loin d'être la plus amicale, au bout d'un moment il va me jeté dehors tellement je suis pas vivable.. *ris*

-Non merci Jo, ça ira.. mais merci !

Faut croire que je n'avais pas faim dans ce monde, à part le petit déjeuner avec Tobi et quelques autres fois je n'ai pas manger depuis au moins un jour. Ce n'étais pas si grave donc passons.Il a choisi action, je comptais le prendre après, j’espérais être la première à le choisir sinon il va croire que je le copie.. et bien je le prendrais la prochaine fois.
Sinon lui, je ne le connais pas trop, je n'ai pas trop d'idée.

-Action !? Et bien, vous devrais passé les 3 prochains tours debout.

Trop d'idées sont venues en même temps en faite mais toutes, étaient trop.. amical. C'était des gages un peu trop personnel on va dire, Jo et moi ne nous connaissons pas encore assez pour cela. J'ai donc préféré celui-la, il est simple mais légèrement méchant, il suffit que je fasse durer les tours et s'il est faible il commencera à avoir mal aux jambes.
C'est pas si méchant mais c'est un début, niveau sadique je ne dépasserais jamais Ni, elle aurait proposer qu'il se laisse faire pendant qu'elle joue avec ses organes, c'est vraiment dégouttant, tout à fait son genre. Pas le mien.

Hors Rp:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Quand l'ennuie vous gagne   Dim 17 Mai - 23:57

La jeune demoiselle, comme stipulé dans les règles du jeu, répondit à ma question.

-Oui, je ne viens pas de ce monde mais je n’emploie pas le terme d'élue, je ne vois pas ce qu'il signifie exactement, c'est un trop grand mot pour ce que nous sommes. Ma marque, quand à elle, n'est pas visible vu que je suis habillée.

Elle prit un instant une petite pause, pensive, avant de reprendre.

-Je n'ai pas vu la votre mais vous me l'avez dis vous même que vous étiez un élu. Je vous crois donc.

- « En effet, tout comme vous elle est cachée sous mes vêtements, mais elle se trouve dans mon dos. »

C'était une simple information sans importance, je pouvais donc me permettre de le lui dire sans passer par la case du jeu. Gakui commença à tapoter un air sur ses cuisses, comme lorsque l'on veut meubler une attente, un tic, une habitude, un réel ennui, difficile à dire. Toujours est-il que je lui proposais donc un rafraîchissement.

-Non merci Jo, ça ira.. mais merci !

- « Très bien, si vous voulez changer d'avis à ce sujet n'hésitez pas, je peux toujours y aller à tout moment. »

Son refus fut simple et poli, et s'était de toute façon dans son droit. Elle réfléchit un moment avant d'apposer son verdict quant à ma sentence.

-Action !? Et bien, vous devrez passer les 3 prochains tours debout.

- « Si ce n'est que ça... »

Je me levais sur mes deux jambes, fixant la jeune demoiselle du haut de mon mètre quatre-vingt quinze. D'ici Gakui paraissait encore plus petite, assise sur mon lit, me forçant à la fixer de haut, non pas que je n'en avais pas l'habitude, mais je ne voulais pas mettre la demoiselle mal à l'aise à cause de cela. Après son défi était très gentillet, après avoir passé tout un voyage à marcher dans un désert, le simple fait de rester debout pendant trois tours ne semblait pas être insurmontable, d'autant plus que les tours se devaient d'être rapide étant donné le nombre de joueurs.

- « Et bien il semble que ce soit à votre tour, action ou vérité ? »

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1282
Yens : 3152
Date d'inscription : 28/12/2014

Progression
Niveau: 11
Nombre de topic terminé: 6
Exp:
3/6  (3/6)
avatar
Gakui ¤ Inconnue ¤

-



MessageSujet: Re: Quand l'ennuie vous gagne   Mar 19 Mai - 17:09

Jo s'est levé, c'était peut-être pas une bonne idée ce gage, je me sens petite maintenant. Je suis pas petite, j'en ai juste l'air. Il doit être gène ou pas savoir où se mettre, moi je suis là assise et je le regarde debout. Il a obéis avec un air plutôt déçu ou arrogant, 'Si ce n'est que ça...' ça veut dire quoi ? il est nul mon gage ? trop innocent ? trop facile ? et bien je n'ai que ça en réserve donc faudra faire avec..
Il est grand en faite, je ne l'avais pas remarqué dans le couloir vu que j'évitais un peu de le regarder.

- Ça vous gène si mes pieds sont sur le lit ?

Je me suis reculer jusqu'au mur auquel je me suis adossée puis j'ai ramener mes genoux vers ma poitrine sans vraiment attendre sa réponse, c'est le plus loin de lui que je puisse être et en même temps c'est plus confortable et moins bizarre que de rester assise au bout du lit. Maintenant que je suis plus loin, je n'ai pas a lever la tête pour le regarder, c'était gênant.

Il avait pas l'air faible alors il faudra surement plus de 3 tours pour que ça le gène, en même temps en tant qu'élu s'il ne peut tenir sur ses pieds ça serait drôle. On va donc jouer sans faire traîner les choses.

- Ce sera vérité pour moi, monsieur *sourit*

Vu qu'il vient de le prendre ce sera pour la prochaine fois, il va peut-être penser que j'ai peur de choisir action. Ou peut-être qu'il ne pense pas à tous cela et que je me fais des idées comme d'habitude, je me prend pas trop la tête. Je veux pas être amicale avec quiconque mais bon je sens que j'ai pas le choix, de toute façon, c'est juste pour éviter l'ennui que je suis là alors pourquoi ne pas être aimable.
Je le reverrais surement plus après.
Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Quand l'ennuie vous gagne   Mer 20 Mai - 22:40


Quand l'ennui vous gagne




« Dans ce jeu tu ne peux cacher la vérité »


- Ça vous gène si mes pieds sont sur le lit ?

- « Non pas de problèmes, mettez vous à l'aise. »

Je n'allais pas m'offusquer pour ce genre de détails, elle pouvait même attraper ma couverture pour s'en servir comme un cocon pur se couvrir que cela ne me gênerait pas. Ce genre de détails étaient sans importances pour moi, tant qu'elle se sentait un peu mieux, moins gênée en ma présence pour ce genre de compromit triviaux c'était bon. Le demoiselle n'attendit pas vraiment de réponse de ma part, reculant sur le lit, se positionnant dos au mur. Elle plia les jambes, les genoux au niveau de sa poitrine, là où elle se trouvait je devais moins baisser les yeux et elle moins lever les siens. Une fois confortablement installée elle entreprit de répondre à ma question, histoire de faire avancer le jeu.

- Ce sera vérité pour moi, monsieur *sourit*

C'était un petit sourire, elle devait être simplement timide, à n'en pas douter, et essayait de se rassurer comme elle le pouvait. En même temps je ne pouvais lui en vouloir d'être un peu nerveuse, lorsqu'un inconnu de près de deux mètres de haut vous accoste pour « jouer à un jeu afin de tuer le temps » dans sa chambre d'hôtel, il était plus que normal d'être en parti mal à l'aise et peu rassuré.

Mais j'avais pour le moment autre chose à penser, qu'est-ce que je pouvais demander à la jeune Gakui ? Ses centres d'intérêts ? Cela aurait pu la décontracter un peu mais cela ne semblait pas très pertinent, du moins pour le moment, de plus il ne manquait plus qu'elle me renvoie cette question et, non pas que je n'avais pas de passe temps, mais je n'avais aucunement envie d'en parler avec elle. Si elle avait déjà croisé des élus ? Non, pour peu qu'elle soit encore plus récente que moi dans ce monde cette question aurait pu être inutile, de plus je ne connaissais moi même pas grand monde si ce n'est Tobi et Aladdin, du fait quand bien même elle ait rencontré une foule de personne cela n'aurait pas grand intérêt... quoi que... peut être pour plus tard, en fait cela me permettrais d'avoir quelques informations supplémentaires, la question restait donc dans un coin de ma tête, pour un prochain tour.

Cela faisait déjà un petit moment que je réfléchissais, il ne fallait pas trop faire patienter le jeune femme. Une question simple, pas trop intrusive, ça devait bien exister, non ? Je repensais à Aladdin et Tobi, ils étaient ici pour voir le président Jeong, peut être était-ce également le cas de Gakui, il me fallait vérifier.

- « Êtes vous ici pour venir voir le président Jeong et essayer d'avoir une entrevu avec lui ou êtes vous ici pour une autre raison ? »

C'était certes bien plus intrusif que ce que je ne voulais à la base mais au moins j'aurais des réponses quand à la raison de la présence de la demoiselle dans la capitale, cela pourrait me donner d'autres idées de question par la suite, du moins je l'espérais. Et puis j'en saurais plus sur le but à court terme de Gakui, du moins si sa réponse était réellement tournée vers la rencontre avec Jeong. C'était la fin de mon tour, mais je terminais de la même façon que le tour précédent avant.

- « Pour mon prochain tour je choisis également vérité. »

Elle pouvait me retourner la question voir même essayer de creuser sur ce qu'elle voulait, de toute façon je n'étais déjà pas un menteur de bas et j'avais un tact plutôt...légendaire, donc elle pouvait poser une question sans crainte de toute façon comme le stipulait les règles je ne mentirais pas.


Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1282
Yens : 3152
Date d'inscription : 28/12/2014

Progression
Niveau: 11
Nombre de topic terminé: 6
Exp:
3/6  (3/6)
avatar
Gakui ¤ Inconnue ¤

-



MessageSujet: Re: Quand l'ennuie vous gagne   Dim 24 Mai - 17:53

- « Êtes vous ici pour venir voir le président Jeong et essayer d'avoir une entrevu avec lui ou êtes vous ici pour une autre raison ? »

- Jeong ? C'est celui qui régné ici, c'est ça ? Non, je n'ai pas prévu d'aller le voir, je ne vois pas ce que j'aurais a lui dire.

La discussion sur la différence entre roi et président que j'ai eu avec Aladdin me reviens à l'esprit et me fais sourire. Il avait l'air tellement perdu, c'était trop mignon. Il m'avait posé la même question et j'y ai répondu tellement brutalement que je lui ai fais un peu peur.
C'est sûrement là qu'il est en ce moment avec Tobi, celui-ci voulait lui demander ce qu'il devait faire dans ce monde et il est censé me répéter ce qu'il lui aura dis.
Moi aussi, je veux savoir pourquoi je suis là et surtout savoir quoi faire mais je suis perdu car Seri montre une telle haine envers les autorités de ce pays voire du monde entier que je suis pas sur que je devrais me faire connaitre de celles-ci.

- Quand vous dites ici, je suppose que vous voulez dire dans cette ville. Et bien, c'est simple.. je suis ici parce que c'est la première ville que j'ai trouvé quand j'ai quitté mon monde, depuis je n'ai quasiment jamais bougé de l'auberge et je n'ai aucune idée de ce que je peux ou dois faire.

Il doit maintenant avoir une image bien triste de la petite fille qu'il a en face de lui, perdue, seule, frêle, timide ou solitaire. C'est pas très jolie tout ça.

- Vous pourriez peut-être me dire ce qu'il en est pour vous, Jo. En dehors du jeu bien sur. Je ne vais pas vous offrir le droit d'échapper à mes questions.

Prenant un peu plus de confiance, j'étais bien, sur le lit.
Maintenant que j'y pense, cette chambre est très similaire à celles de l'internat, bon.. c'est moins moderne ça se sens mais niveau superficie et disposition des meubles, on s'y croirait. Je pense de moins en moins a mon monde comme s'il n'existait plus alors quand un souvenir me revient je ressens un sentiment de nostalgie alors que ça fait moins d'un mois.

Le temps passait pendant que jetais perdu dans mes pensées, il fallait que je me reprenne avant qu'il s'impatiente.

- Avez vous laissé quelqu'un la ou vous viviez avant qu'on vous force a venir ici, quelqu'un qui vous manque tout les jours ?

C'était personnel mais je ne suis pas du genre sentimental alors cette question ne me fais rien, en revanche je ne suis pas sûre de la réaction de Jotaro.

Le jeu continuait et on ne voyait pas le temps passer, je ne pourrais pas dire depuis quand je suis ici autant que je ne peux dire si je m'amuse ou non.

- Je choisi action cette fois..

J'avais plutôt hâte de savoir ce qui m'attendait.

HorsRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Quand l'ennuie vous gagne   Jeu 28 Mai - 13:50


Quand l'ennui vous gagne




« Ce que j'ai laissé derrière moi ?... »


- Jeong ? C'est celui qui régne ici, c'est ça ? Non, je n'ai pas prévu d'aller le voir, je ne vois pas ce que j'aurais a lui dire.

- « Je vois, je comprends parfaitement. »

Au moins nous avions un point commun, visiblement ni l'un ni l'autre ne désirait croiser le président de la nation du serpent. Par contre les raisons de ce désintérêt envers Jeong était pour le moins différentes. Elle, ne voulait pas spécialement le voir mais plus par manque d'envie de parler avec lui alors que pour ma part s'était une esquive, et sans doute bientôt une fuite, de la figure dirigeante de Minshu. Gakui réfléchit rapidement avant de répondre à la deuxième parti de ma question.

- Quand vous dites ici, je suppose que vous voulez dire dans cette ville. Et bien, c'est simple.. je suis ici parce que c'est la première ville que j'ai trouvé quand j'ai quitté mon monde, depuis je n'ai quasiment jamais bougé de l'auberge et je n'ai aucune idée de ce que je peux ou dois faire.

- « La aussi je vous comprends, lorsque l'on tombe ici il est assez difficile de savoir quoi faire. Nous nous retrouvons tous seuls et abandonnés dans ce lieu sans but, tout ce qu'il faut, même si c'est plus facile à dire qu'à faire, c'est de trouver quelle voie mais surtout quelle vie nous voulons suivre à Kotasen. Après je suis du genre à voir les problèmes sous leurs plus mauvais jours, et du fait je suppose qu'il y ait une probabilité pour que nous restions bloqués dans ce monde. Du fait trouver une raison de vivre ici semble ne pas être superflu, juste au cas où. »

Ce que je venais de dire ne plairait peut être pas à la jeune fille, mais je préférais ne pas me voilà la face, visiblement certains élus sont présents en ce monde depuis déjà bien longtemps, et pourtant aucun d'eux n'a réussit l'exploit de retourner chez lui, ou en tout cas pas en laissant un indice derrière lui.

Étrangement je devais être parmi les élus l'un des seuls à ne pas avoir un mal du pays à Kosaten et à vouloir rentrer dans son monde le plus vite possible. Non pas encore une fois que mon monde natal m'étais insupportable et que je n'éprouvais aucune sympathie pour lui, mais terminer mes jours ici ne semblait pas vraiment être un point qui me faisais grincer des dents. Peut être que le temps me fera changer d'avis à ce sujet mais pour le moment c'était ainsi que je voyais la chose. La demoiselle profita de mon petit instant de monologue interne pour me poser une question.

- Vous pourriez peut-être me dire ce qu'il en est pour vous, Jo. En dehors du jeu bien sur. Je ne vais pas vous offrir le droit d'échapper à mes questions.

A une question aussi franche et direct je ne pouvais que dire la vérité, de toute façon je n'étais pas là pour mentir, et je n'en voyais guère l'intérêt.

- « Pour ma part je le fuis, j'ai entendu dire que nos sceaux nous forçait à lui obéir, et au vu des esprits qui se chauffent dans les pays voisins il ne manquerait plus qu'il nous enrôle de force dans l'armée par mesure de précaution, ce que je ne voudrais pas vraiment. Un jeune garçon m'a dit qu'il était quelqu'un de bon, mais entre le bonheur et la paix de sa nation et le libre arbitre des élus du serpent, je pense que Jeong prendra vite sa décision. Ce ne sont que des hypothèses de ma part mais par acquis de conscience je vais tout de même essayer de l'éviter au maximum, du moins tant que j'aurais encore ma marque sur mon dos.

Pour ce que je fais encore ici, c'est plus pour une raison pratique, je préfère prendre un peu de repos ici avant de partir, mais d'ici quelques jours tout au plus je partirais voyager dans ce monde. Autant pour fuir le président de Minshu que pour en apprendre plus sur ce monde et devenir fort pour effacer mon sceau. »


C'était une réponse aussi franche et sans détour que la question de Gakui. Cette dernière semblait par ailleurs commencer à se détendre et à prendre son aise sur le lit, pour ma part j'étais encore debout à cause du défi précédent, mais cela ne me posais pas problème. Je prenais le dossier de la chaise pour la retourner, mettant donc l'assise dos à moi afin d'éviter que je ne m'assoie dessus pas réflexe ou par simple oubli du jeu. La jeune femme cherchais encore une question à me poser pour continuer le jeu, cela lui prit un petit temps mais elle finit toutefois par trouver quelque chose qui semblait lui convenir.

- Avez vous laissé quelqu'un la ou vous viviez avant qu'on vous force a venir ici, quelqu'un qui vous manque tout les jours ?

Je devais bien avouer que je ne m'attendais pas à cela, mais c'était une partie du jeu, la surprise était toujours de mise dans ce genre de duel verbal. Je haussais vaguement les épaules avant de lui répondre.

- « Ma mère Holy, mais ce doit être tout. Elle est la seule famille, proche en tout cas, que je côtoie, après je ne suis pas vraiment du genre à me faire des amis. La seule personne que je puisse nommer ainsi et qui est toujours en vie est retourné dans son pays natal et je n'ai plus de nouvelles depuis. Donc la seule personne que j'ai laissé derrière moi c'est elle, une femme douce et aimante, peut être qu'elle s'inquiète pour moi mais pour ma part je sais qu'elle est capable de s'en sortir seule, et en cas de besoin mon grand-père sera là pour l'aider.

D'ailleurs je me demande ce qu'il se passe dans notre monde d'origine pendant que nous sommes ici, le temps continu t-il son cours pendant notre absence ? Et si tel est le cas passe t-il à la même vitesse qu'ici ? Plus vite ? Moins vite ? Encore une fois, et je m'en excuse, j'ai une vision assez pessimiste de la chose, amis si nous retournons chez nous, retrouverons nous vraiment le monde que l'on a quitté ? Et si retour il y a nous souviendrons nous de notre passage ici ? »


Je regardais la jeune fille sur le lit, je baissais ma visière d'un geste de la main.

- « Désolé je parle encore trop, décidément être ici me change, d'habitude je ne suis pas si bavard. D'ailleurs puis-je me permettre, en dehors du jeu également, de vous retourner la question ? Je dois être un cas plutôt isolé de quelqu'un qui est parti sans quitter grand chose, mais je suppose que ce n'est pas votre cas, n'est-ce pas ? »

Le temps semblait passer, tant mieux, c'était le but de ce jeu, mais en même temps c'était dommage car j'appréciais tout de même en savoir plus sur la jeune Gakui. Elle décida de continuer le jeu en annonçant le suite de la partie.

- Je choisi action cette fois..

Il fallait réfléchir, qu'est-ce que je pouvais bien lui demander de faire ? Il fallait quelque chose d'assez taquin sans pour autant que se soit mal interprétable, quelque chose qui ne soit pas gentillet sans la mettre mal à l'aise. Je fouillais dans ma mémoire pour voir si je n'avais pas vécu ce genre de gage. Malheureusement les seuls choses que je trouvais étaient les travaux de Stelly Dan de la carte de l'amoureux, et je me voyais mal demander à la jeune femme de me servir de pont humain ou de me cirer mes chaussures. D'ailleurs cette homme avait fini par payer sa dette et son visage devait encore être marqué par le poing de Star Platinum à l'heure qui était. Cette vision me fis sourire intérieurement mais ne réglait en aucun cas mon problème actuel.

Je devais bien avoir quelque chose en stock, je n'allais tout de même pas lui demander de faire la même chose que moi. Lui demander de faire le flamant rose ? Non, trop facile aussi, mais un effort physique pouvait être sympathique. Il fallait que je trouve une idée et pour cela je me retournais la tête... retourner la tête ?

- « Mmmh je crois que j'ai trouvé. Faites le poirier sur le lit jusqu'à ce que je me rassois sur ma chaise. »

Un effort, une durée, bref tout était là, bon après heureusement que la porte était fermée parce que sinon nous aurions l'air un peu idiot dans nos positions respectives.

- « Pour mon prochain tour je vais également prendre action. »

Hrp:
 


Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1282
Yens : 3152
Date d'inscription : 28/12/2014

Progression
Niveau: 11
Nombre de topic terminé: 6
Exp:
3/6  (3/6)
avatar
Gakui ¤ Inconnue ¤

-



MessageSujet: Re: Quand l'ennuie vous gagne   Sam 30 Mai - 16:41

Il restait honnête avant tout et me donnait son opinion pour tout, la conversation était intéressante. Pour ma part, je savais quoi répondre mais il ne m'en laissait pas vraiment le temps et je ne lui montrais pas non plus. De plus, j'étais surement un peu trop concentré sur la question que je devais lui posé que je n'ai pas répondu à propos du président de Minshu. J'aurais pu lui dire que j'étais d'accord avec lui, c'est vrai que je n'ai pas été très précise quand j'ai répondu mais je vois bien qu'on pense à peu près la même chose. Il est hors de question que je laisse mon existence se savoir auprès de quiconque pouvant me contrôler, cette idée me rend malade.
J'ai finalement trouvé question à ui poser et il m'a répondu avec encore une fois une certaine honnêteté simple..

- « Désolé je parle encore trop, décidément être ici me change, d'habitude je ne suis pas si bavard. D'ailleurs puis-je me permettre, en dehors du jeu également, de vous retourner la question ? Je dois être un cas plutôt isolé de quelqu'un qui est parti sans quitter grand chose, mais je suppose que ce n'est pas votre cas, n'est-ce pas ? »

- Non c'est bon, voyons on est là pour ça, ça ne me gène pas du tout. Je pensais exactement la même chose c'est dingue. Cela fait un moment que j'ai cette idée dans la tête comme quoi pendant que je suis ici chaque minutes équivaut à des heures là-bas voire beaucoup plus. Je suis un peu pessimiste moi aussi je vous l'avoue et donc je ne pense pas que le temps passe lentement dans l'autre monde car je ne me vois pas du tout rentrer et reprendre les choses là où elles étaient quand je suis partie. J'imagine une scène beaucoup plus déprimante..

Je le regardais m'écouté, c'était à mon tour de dire ce que je pense, je n'allais pas m'en privé.

- Pour l'instant, je ne pense pas que ce monde me manquera et donc l'oublier ne me dérangera pas mais vu que je ne risque pas de partir tout de suite, si jamais je trouve quelque chose à faire je pourrais peut-être commencer à apprécier ce lieu. Voilà, je voulais exposé mon avis, je m'excuse d'avoir laisser votre question en suspens, j'y viens de suite.
Je ne sais pas ce qui vous donne l'impression que je tiens à quelque chose dans mon monde mais je ne vous en tiendrais pas rigueur. En vérité, il n'y a pas grand chose que j’apprécie de mon monde, plutôt rien en faite. J'ai un ami là-bas, le seul et bien, je l’apprécie et il me manque un peu mais je ne pense pas vraiment à lui, il peut se débrouiller seul et il ne l'ai pas vraiment d'ailleurs, il a plein d'amis lui et sa famille. La mienne.. me voir une fois par semaine les embête plus qu'autre chose et je n'éprouve rien en particulier pour eux.


Je me suis tu un instant, je vais paraître triste mais ce n'est pas le cas, il va avoir pitié mais il n'y a pas de quoi. Je pense à Ni.

- I-il y a bien une personne qui me manque vraiment mais je ne m'attendais vraiment pas à ce qu'elle ne vienne pas avec moi, on a, littéralement toujours été ensemble. Ni-san, vous allez me croire folle mais elle a toujours été en moi depuis la naissance, c'est ma sœur.

Je n'avais pas vraiment envie d'entendre son avis à ce sujet mais s'il en parle, je l'écouterais. C'est ma faute, j'ai été honnête, je n'aurais pas du en parler mais je suis vraiment bavarde quand il s'agit de moi faut croire. Je choisi donc action et après un instant de réflexion, il m’annonça son gage. Un effort physique.

- « Mmmh je crois que j'ai trouvé. Faites le poirier sur le lit jusqu'à ce que je me rassois sur ma chaise. »

- Ahah, vous voulez vous venger, c'est cela !? J'accepte ! Euh.. une question, il reste combien de temps, je n'ai pas compter je l'avoue.

Je me mis debout sur mes genoux et rentra mon t-shirt dans mon bas, pour éviter de le mettre mal à l'aise à la vu de quelques centimètres de peau. Puis je me suis tourné face au mur et fit le poirier. C'est plutôt dur sur un lit car c'est mou et donc l'équilibre est précaire mais le poirier est toujours plus simple quand on peut s’appuyer contre une surface verticale. Je vais pouvoir rester comme ça facilement.

- Ça ne me gène pas mais pourriez-vous me prévenir quand je pourrais arrêter ? Je risque d'oublier *ris* maintenant pour vous se sera..

Que dire ?

- De crier des injures dans le couloir avant de vous rasseoir quand votre précédent gage sera terminé.

Qu'elle gamine je suis, c'est plutôt pathétique, non ? Des enfantillages. J'adore.

- Je prend vérité.

HorsRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Quand l'ennuie vous gagne   Lun 8 Juin - 1:26


Quand l'ennui vous gagne




« Ce que j'ai laissé derrière moi ?... »


Je lui retournais donc sa question, c'était une demande d'information en dehors du jeu et elle pouvait littéralement refuser sans que cela ne paraisse anormal. Toutefois, avec une grande politesse, la jeune demoiselle répondit à mon interrogation.

- Non c'est bon, voyons on est là pour ça, ça ne me gène pas du tout. Je pensais exactement la même chose c'est dingue. Cela fait un moment que j'ai cette idée dans la tête comme quoi pendant que je suis ici chaque minutes équivaut à des heures là-bas voire beaucoup plus. Je suis un peu pessimiste moi aussi je vous l'avoue et donc je ne pense pas que le temps passe lentement dans l'autre monde car je ne me vois pas du tout rentrer et reprendre les choses là où elles étaient quand je suis partie. J'imagine une scène beaucoup plus déprimante..

Ainsi donc elle avait donc la même vision que moi, ce n'était pas vraiment des plus réconfortant mais il valait mieux réfléchir à une potentielle réalité, aussi sombre soit elle, plutôt que de devoir y faire face le jour J. La jeune femme décida de reprendre la parole, continuant sa réponse.

- Pour l'instant, je ne pense pas que ce monde me manquera et donc l'oublier ne me dérangera pas mais vu que je ne risque pas de partir tout de suite, si jamais je trouve quelque chose à faire je pourrais peut-être commencer à apprécier ce lieu. Voilà, je voulais exposer mon avis, je m'excuse d'avoir laissé votre question en suspens, j'y viens de suite.
Je ne sais pas ce qui vous donne l'impression que je tiens à quelque chose dans mon monde mais je ne vous en tiendrais pas rigueur. En vérité, il n'y a pas grand chose que j’apprécie de mon monde, plutôt rien en faite. J'ai un ami là-bas, le seul et bien, je l’apprécie et il me manque un peu mais je ne pense pas vraiment à lui, il peut se débrouiller seul et il ne l'ai pas vraiment d'ailleurs, il a plein d'amis lui et sa famille. La mienne.. me voir une fois par semaine les embête plus qu'autre chose et je n'éprouve rien en particulier pour eux.


Je ne dis rien, visiblement elle non plus n'avait pas abandonnée grand chose derrière elle, comme quoi j'avais plus de points communs avec Gakui que ce que j'aurais pu croire aux premiers abords. Elle avait mit en avant sa relation (visiblement tendue) avec ses parents, je ne voulais pas insister là dessus, je ne voulais pas plomber l'ambiance et c'était un problème qu'elle se devait de régler seule car de toute façon personne de Kosaten ne pourra venir l'aider dans son monde d'origine. Je voulais tout de même revenir sur le début de cette deuxième partie de réponse, pour donner une brève explication de mon point de vu.

- « Pour ma part cela me gênerais de ne pas me rappeler de ce qui s'est passé ici, d'une part parce que c'est tout de même une expérience à prendre en tant que tel, qui nous forge et nous grandit. D'autre part si jamais je reviens dans mon monde et que pour une raison ou pour une autre le temps s'est écoulé ou que l'âge que j'ai pris ici reste, si ce n'est les deux, je préfère savoir ce qu'il s'est passé entre les deux. Recroiser d'anciennes connaissances plus âgées sans pouvoir me remémorer tout ce que j'ai vécu entre temps serait une épreuve trop troublante pour moi. »

J'avais réussi à profiter d'une petite pause qu'elle avait elle même créé pour mon propre dialogue, mais il était maintenant temps pour la jeune femme de reprendre la parole, ce qu'elle fit.

- I-il y a bien une personne qui me manque vraiment mais je ne m'attendais vraiment pas à ce qu'elle ne vienne pas avec moi, on a, littéralement toujours été ensemble. Ni-san, vous allez me croire folle mais elle a toujours été en moi depuis la naissance, c'est ma sœur.

Je tiquais sur sa dernière phrase, fronçant légèrement les sourcils, « elle a toujours été en moi depuis la naissance, c'est ma sœur ». Que voulait dire cette phrase ? Était-ce juste une métaphore ? Un moyen de décrire une relation très proche ? Ou bien quelque chose de plus mystique, une sorte « d'âme jumelle » ou bien une malédiction. Cela n'était pas clair, il me faudrait lui demander plus de détails, ce point avait réussi à piquer ma curiosité, et fort heureusement le jeu me permettrais d'assouvir cette demande. Mais il était maintenant temps pour moi de lui annoncer son défi, et visiblement lui demander de faire le poirier ne semblait pas vraiment la gêner.

- Ahah, vous voulez vous venger, c'est cela !? J'accepte ! Euh.. une question, il reste combien de temps, je n'ai pas compter je l'avoue.

La jeune demoiselle se prépara de manière à ce que tenir dans cette position ne fasse pas tomber son haut. Je la laissais faire, elle se mit en position, la tête à l'envers, s'aidant de ses jambes pour se caler sur le mur. La règle ne le lui interdisait pas, elle était donc bien dans son droit et de toute façon je m'y attendais car il aurait été bien compliqué de réussir un poirier sur une surface aussi instable.

- Ça ne me gène pas mais pourriez-vous me prévenir quand je pourrais arrêter ? Je risque d'oublier *ris* maintenant pour vous se sera..

- « Normalement au début de mon prochain tour je pourrais de nouveau m’asseoir, donc votre défi ne durera pas longtemps. »

C'était donc à mon tour de subir une action, elle ne sembla pas réfléchir longtemps avant de lancer sa sentence.

- De crier des injures dans le couloir avant de vous rasseoir quand votre précédent gage sera terminé.

Je tournais donc les talons, poussant la chaise derrière moi au passage pour pouvoir passer plus facilement. Je passais le pas de la porte pour renter dans le couloir. Sans gêne je commençais donc.

- « Espèce de sal*pe ! J'ai déjà croisé de sacrées p*tes mais là ! Ferme ta sale gueule et fait comme les autres tra*nées et écarte les cuisses en la bouclant, au moins je ne serais pas obligé de me farcir ton halène de porc. »

Je retournais dans la chambre en refermant la porte derrière moi, je refais quelques pas pour revenir à ma place initiale.

- « Ça vous convient ? »

La jeune demoiselle continua avec son propre tour.

- Je prend vérité.

Cette fois le choix ne fut pas dur.

- « Et bien dans ce cas je vais revenir sur ce que vous aviez dit précédemment, vous aviez dit que votre sœur « vivait en vous depuis votre naissance », que vouliez vous dire par là ? Au fait, je prendrais également vérité. »


Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1282
Yens : 3152
Date d'inscription : 28/12/2014

Progression
Niveau: 11
Nombre de topic terminé: 6
Exp:
3/6  (3/6)
avatar
Gakui ¤ Inconnue ¤

-



MessageSujet: Re: Quand l'ennuie vous gagne   Dim 12 Juil - 17:29

Debout sur mes bras, je le regardais et l'écoutais surtout faire son gage, il m'avait un peu choqué. Peut-être était-ce le sang qui me montait à la tête mais Jo disait des choses très vulgaires pour la petite fille que je suis. Quoique Ni c'était quelque chose aussi, elle ne se retient pas elle, c'est sûr. Après tout, je ne pouvais pas le critiquer étant donné que c'était moi qui lui avais demandé, par conséquent je lui souriais quand il revenait s'asseoir.

- « Ça vous convient ? »

- C'était.. intéressant enfin oui.

A mon tour, j'avais choisi vérité. Je ne m'y attendais pas qu'il pose cette question, j'aurais pensé qu'il n'oserait pas ou alors qu'il y viendrait plus tard. En plus, il annonçait son tour comme si ce n'était qu'une question comme une autre.
J'ai choisi vérité, c'est le jeu. Je devais répondre et sans mensonge, mal à l'aise, je ne voyais pas comment le dire sans être trop ennuyante.

- Pour faire simple, je suis né avec les cheveux d'une couleur très inhabituelle, un côté blanc et l'autre turquoise, mais il n'y avait pas que ça. En plus, j'avais une voix dans ma tête qui n'était pas juste.. dans ma tête.. Elle pouvait contrôler mon corps comme si c'était le sien, ce qui est vrai en quelque sorte..

Je le regardais m'écouter, je devais avoir l'air d'une folle ou peut-être qu'il pensait que j'étais schizophrène ou pire.. comme Jekyll et Hide.

- Oh, et elle pouvait parler aussi, enfin je veux dire avec ma bouche pas que dans ma tête, mes parents le savent même qu'ils parlaient plus avec elle qu'avec moi.. pas parce qu'ils ne m'aimaient pas, non. J'étais très timide et aussi, ils pensaient que c'était Ni leur fille et moi l’intrus,.. ils le pensent toujours d'ailleurs.

Des mauvais souvenirs me revenaient, mais bizarrement, en parler ne me gênait pas tant que ce que j'aurais cru.

- Je crois que c'est tout, si vous avez d'autres questions, j'y répondrais.. bien ! Passons à vous !

Je n'avais pas vraiment d'idées alors j'ai décidé de faire au plus simple et en plus ça me faisait rire.

- Votre avis.. sur ce que je viens de dire. *ris* Suis-je folle ? Je fais peur ?

Franchement, cette question me faisait sourire comme pas possible, si je ne me retenais pas, j'exploserais, de plus, son avis m’intéresse alors je l'écoute.
Et le jeu continuait pendant un moment, Jotaro se dévoilait petit alors que Gakui avait arrêter de parlait d'elle. Elle commençait à se lasser après une dizaine de tour et donc elle est retourné dans sa chambre.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

-



MessageSujet: Re: Quand l'ennuie vous gagne   

Revenir en haut Aller en bas
Quand l'ennuie vous gagne
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Quand l'ennui vous pèse, la plume vous apaise...
» Je ne vous abandonne pas
» Quand Mère Nature vous offre des surprises... pas toujours bonnes. | Adrian & Willy
» Quand la faim vous pousse... [ Terminé ]
» Quand la nuit vous apporte un invité inatendu. (PV)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Manga Multiverse ::  :: République de Minshu :: Capitale de Kansei-


Crédits : Design : Phoenix & Pingouin Règlements & Contexte : Phoenix
Forum optimisé pour Google Chrome.