Partagez | .
Blues de minuit, menace nocturne
Invité Invité

-



MessageSujet: Blues de minuit, menace nocturne   Lun 13 Juil - 14:52


Blues de minuit

Menace nocturne




« Pour protéger l'innocent. »



La journée d’hier était épuisante pour Big Band. Ce n’était pas un drame, le vieux cyborg avait encore de la ressource et des muscles mais il avait effectivement participé à la reconstruction de la capitale, ce n’était pas rien pour un élu affaiblit comme lui. Lui qui arrivait avant à soulever des maisons entière juste par le billet de sa musique, une journée de brique sur les épaule et le voila quelque peu ramollit. Il se disait que cela allait passer, à force. Il l’espérait. Les autres élus, plus vieux que lui en ce monde, disaient qu’ils reprenaient la forme avec le temps. Il ne pouvait que leur faire confiance. Après tout, en Seika, il n’avait rencontré que des gens de confiance pour l’instant.

Ainsi, en ce jour, Le géant était prêt à prendre la route. Il s’était reposé dans sa maison de fortune et était prêt cette fois à quitter la capitale pour faire face aux terre neutre. Il avait entendu des rumeurs, comme quoi c’était dans cette région qu’un traité de paix était en court de négociation entre Seika et Minshu. Avide de savoir, ayant même besoin de ses informations pour accomplir son job qu’était instaurer la paix, il devait mener l’enquête là-bas et, possiblement, en apprendre plus sur ce monde, sur les contes et légendes, sur les rumeurs, tout et n’importe quoi qui lui donnerait une piste pour trouver une solution  à la situation actuelle qu’il ne connait que de l’extérieur pour l’instant.

Ainsi, le corps automatisé de Ben se traina  dehors, de bon matin. En réalité, le soleil ne s’était même pas encore levé. Dormir pour lui, c’était assez étrange … Son corps et le parasite qu’il abritait lui donnait assez de force pour se garder éveiller et même lui donner la possibilité de ne plus se nourrir. C’était un don autant qu’une malédiction. Il devait profiter du temps qu’il avait pour parcourir du chemin et profiter que les rues étaient assez déserte pour avancer. Après tout, hier aussi il voulait partir mais il fut retenu par un jeune homme puis par les travaux de la capitale. Ce n’était pas qu’il ne voulait pas aider mais voyager de nuit était une bonne excuse pour s’éclipser sans être déranger. Après tout, la nuit était son domaine, sa période favorite de la journée pour son calme et cet infini inspirant qui s’étendait au dessus de sa tête … Les étoiles de Kosaten ressemblaient tellement à celles que l’on pouvait admirer à New Meridian City. Mais trêve de distraction.

Le géant avançait mais avançait à pas lent. Lui qui d’habitude faisait trembler le sol sous ses tonnes de métal, avait un peu de considération pour les pauvres âmes essayant de se reposer. A New Meridian, ce n’était pas un problème. Même en pleine nuit, le trafic étouffait le bruit de ses pas mais ici, même une capital où les rues n’étaient pas totalement déserte, il y avait tout au plus des charettes longeant les grandes rues, tout au plus. Ainsi, à pas de loup, il se faufilait dans les quartiers de Chikai, aussi discret un géant de 2m40 pouvait l’être. Mais seulement quelque chose qu’il redoutait se produisit. Encore une fois, son attention allait être détournée et il ne pourra pas quitter la capitale, pas encore …


Alors qu’il passait devant une ruelle, il entendu une discutions subitement s’interrompre à son passage, ses personnes sans doute choquée au risque de se faire surprendre par une telle masse qu’était le one-man-band. Cela n’aurait pas perturbé le détective tant que ça si il n’avait pas entendu par la suite, grâce à son ouïe fine de musicien, la discutions reprendre sur des paroles bien mystérieuses. "J’ai reçu les ordres du maitre …" Un maitre ? L’inspecteur continua sa route pour ne pas réveiller les soupçons mais s’arrêta une fois hors de l’entrée de cette ruelle pour tendre l’oreille sur ce qui s’échapper de cette conversation.

"Nous devons garder Chikai dans l’état actuel des choses."
"Mais, ça n’a pas de sens. L’attaque a échouée. A nous seul on ne pourra jamais réduire la capital en cendre comme prévu. On aurait du s’éclipser d’ici il y a bien longtemps."
"Tu défis l’autorité du maitre ? …"
"Non mais …"
"Alors nous devons continuer de semer la peur dans le cœur de nos ennemis. Tais-toi et suis-moi. Les autres sont revenus prés de la muraille et ils sont déjà en train de préparer … « l’opération »."

Le géant resta stoïque à ce qu’il venait d’entendre alors que des bruits de pas s’écartaient de lui. Lilith lui avait parlé des sectaires et de leur tentative de conquête avant même qu’il n’ait foulé le sol de ses terres. Il ne fallait pas être détective pour comprendre la fameuse opération allait faire des morts si on les laisser faire. Cela voulait aussi dire que cela sèmerait effectivement la panique à Chikai, encore. La nation n’avait pas besoin de ça, elle était déjà fragile, le peuple surveillait déjà bien trop ses arrières… Big Band était possiblement seul sur ce coup mais il ne pouvait pas faire autrement. Il ne connaissait pas encore très bien la ville, il ne savait pas où trouver des poste de garde alors que le temps était compté … et à moins de tomber sur un autre élu en chemin, il devra gérer cette situation seul. Il aurait bien eu besoin d’un partenaire, il ne se le cachait pas. Après tout, le robot n’était plus l’arme de guerre qu’il était. Alors, lorsqu’il jugea que la voie était libre, le colosse se mit en route, discrètement, vers la muraille protégeant la ville. Il avait une petite idée de quelle partie de la muraille ces personnes malveillantes voulaient parler.

Après quelques minutes. Big Band donna raison à sa théorie en entrant dans ce quartier désert qu’était celui où la plupart des rénovations étaient encore en train de se faire. Un quartier vide car en reconstruction, avec peu de personnes habitant encore dans les quelques maisons épargnées par la guerre. La muraille,  à cet endroit, était percée d’un trou béant et venait à peine d’être rebouché. Les fondations étaient fragiles à l’heure actuelle, une cible idéale pour un groupe terroriste isolé avec peu de moyen. C’était la déduction qu’il s’en faisait en tout cas, puisqu’il croyait comprendre que ses quelques individus étaient séparés du noyau central de leur organisation. Le géant avait le dos plaqué à un coin de rue, épiant en se penchant légèrement le bout de cette avenue pavée où un groupe d’individu semblait « squater » sans réel but, la plupart capuchonné. Mais les yeux du cyborg ne le trompait pas. Quelques uns étaient accroupis dans une brèche encore ouverte de la muraille, un feu inquiétant, une magie émanant de la main d’un de ses voyou. Ils devaient être dix à tout cassé et certains semblaient être des sortes de mage.

L’inspecteur avait beau être une sorte de justicier, il n’était pas fou. Il n’irait pas plongé tête baissée dans l’action mais il ne pouvait laisser les choses se faire. Ils avaient probablement des explosifs ou bien ils préparaient un sort ayant le même effet. A l’heure actuel, cela serait peut-être du suicide de se lancer mais il estimait qu’il n’y avait personne dans les environs capable de l’aider. Il du réfléchir vite et finalement, il soupira. La solution qu’il allait adopter ne lui plaisait pas du tout car elle était basée sur la chance. Le musicien s’adossa à nouveau au mur et sortit son saxophone de sa grande veste d’inspecteur. Il porta le bec de l’instrument jusqu’à l’embout placé sur son masque respiratoire … et il se mit à jouer de son plus bel instrument en croisant une jambe sur l’autre.


Durant quelques secondes, la nuit fut envahit de cette douce mélodie, puissante et résonante dans cette capitale calme. Une mélodie passionnée qui n’avait en réalité qu’un seul but … Attirer l’attention. Le quartier était vidé de sa population … Si quelqu’un devait entendre sa musique, cela serait des gardes ou, par chance, un élu passant par là. Ce n’était donc qu’une question de temps pour entendre du mouvement s’approcher de lui. Trois hommes masqué sous l’ombre de leur capuche débarquèrent du coin de la rue et, bien qu’étonné de voir une telle chose produire un son si nouveau pour eux, ils finirent par se reprendre et l’interpellé de façon musclée.

"Hey toi ! Je ne sais pas ce que tu fais mais tu vas arrêter tout de suite et tu va faire ton truc ailleurs !" Ils étaient forcement inquiet d’attirer l’attention, le but de premier de Big Band qui joua encore quelques notes avant de leur adressé un regard désinvolte, comme si il ignorait tout ce qui se passait. "Bonsoir, messieurs. Vous n’appréciez pas ma musique ? J’en suis navré … Je profitais que le quartier soit inhabité pour calmer mon insomnie." Il fixa à nouveau son saxo à son masque et joua de plus belle, soufflant d’autant plus fort au point d’en agresser les oreilles de ceux qui étaient si proche de lui comme maintenant. Les possibles sectaires posèrent leurs mains sur leurs oreilles avant de crier un peu plus pour se faire entendre, lui demander d’arrêter, Big Band marqua une nouvelle pause. "Détendez-vous messieurs. J’aime bien ce coin de la ville… Je n’ai pas envie de m’énerver alors détendez vous et appréciez la musique. Elle fera battre votre cœur." Et il reprit …

Jusqu’à ce que l’un de ses hommes ne dégaine un sabre de sa robe, courbé, le pointant vers la grande masse qu’était le géant. Il le regarda sans sourciller, lui lançant juste un petit. "Tu ne désire pas ce que tu demande, mon gars." Puis le pauvre fou tenta une estoc pour faire taire cet instrument de malheur, trouant le blouson du détective alors qu’il sentait la lame lécher et griffer son intérieur de métal qui fit grimacer le terroriste. Le géant se redressa et jeta un regard noir à l’homme qui ne semblait pas avoir comprit qu’il était fait de métal. Il souffla un grand coup dans son saxophone, l’onde qu’il produisit étant affecté par son « soundstun » et prenant forme sous les traits d’une onde de choc qui jeta à terre les deux le suivant de l’attaquant … L’envoyant voler et s’écraser lourdement sur un mur en face. "Saximum !"

Bientôt, le reste des hommes viendront l’arrêter … Il était temps de se dérouiller les pistons car il pouvait déjà voir arriver sur lui un sort qui le fera reculer, au loin. Il éspérait juste que le bruit du combat, si le saxo' n'avait pas suffit, attirera des renforts. Cette nuit promet d’être rythmée.


Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Blues de minuit, menace nocturne   Mer 15 Juil - 2:09



Blues de minuit


Tes heures de marche t'avaient inéluctablement conduit à la Capitale de Chikai. La dernière fois que tu en avais foulé le sol, cela avait été dans le but de faire face à l'assaut de la Secte Aeternam. Et aujourd'hui même, tu y étais retourné, alors que le moindre de tes pas résonnait dans le soir silencieux. Tu eus rapidement une pensée pour les jours passés. La Ville de Tokonatsu ? Tu n'y remettrais pas les pieds de sitôt. C'était beaucoup trop vivant, rempli de gens, tu ne t'y sentais de base pas forcément à l'aise, mais surtout la rencontre avec cet individu que tu n'aurais pas dû le laisser vivant en fin de compte avais tenté de te démontrer que tout ce que tu connaissais de l'Empire duquel tu étais originaire et dévouée semblait diamétralement opposé à celui de Seika. Mais ton esprit n'y avait songé que vite-fait, puisqu'on ne changerait pas ta façon de penser si facilement. Enfin. Voilà la raison pour laquelle tu avais décidé de traverser la Capitale de nuit.

Tout était calme, vide, il n'y avait que toi, accompagnée de Yatsufusa, comme à ton habitude. Ou du moins, c'était ce que tu pensais. Lorsqu'une mélodie parvint à tes oreilles. Peut-être par simple curiosité, parce que tu étais tout simplement intriguée, tu te décidas à suivre ton ouïe pour te diriger dans cette direction. Même si tu ne t'attendais pas vraiment à tomber sur quelque chose d'exceptionnel, tu ne perdrais rien à faire cela de toute façon. À mesure que tu avançais la musique qui te parvenais se faisait de plus en plus forte jusqu'à ce que les échos de ce qui te semblait désormais être un saxophone en deviendrait presque insoutenable si tu n'étais pas si éloignée. Enfin, tu fis le choix de t'engouffrer dans cette situation sans t'attendre à tomber face à cela.

-Tu ne désire pas ce que tu demande, mon gars.

Tu entendais le doux son des lames s’entrechoquant sur le corps qui sonnait métallique de leur adversaire. Ils étaient trois, pour le moment. Trois membres de la Secte, tu le savais, tu en avais déjà affronté par le passé. C'était aisément que tu les reconnaissais. Et ils affrontaient un géant que tu supposais être un élu, mais tu ne pouvais toutefois pas affirmer avec véracité l'appartenance de celui-ci à l'Empire de Seika. Enfin, pour se trouver ici et dans cette situation, c'était dans la logique des choses. Quoi qu'il en fût, une seule envie te taraudait actuellement : celle de montrer à ces sectaires de quoi tu étais capable armée de Yatsufusa.

Et cet élu ne semblerait pas être un réel fardeau en combat, alors tu ne voyais pas vraiment d'objections pour te joindre à lui. Il te faisait un petit peu songer à Seryu qui possédait un corps plutôt particulier, elle aussi. Sa façon de combattre t'intriguait davantage cependant. Il s'était servi de son saxophone pour créer une espèce de... d'onde de choc ? Tu ne savais pas vraiment. En tout cas, cela semblait avoir son efficacité, puisque deux des individus furent projetés au sol tandis que l'autre homme fut complètement éjecté contre un mur.

-Saximum !

-Eh bien...

Tu tombais pile au bon moment, semblait-il.

-Je ne pensais pas qu'il restait autant de membres de votre... secte dans la Capitale, depuis la dernière fois.

Marquant une courte pause, un léger sourire aux lèvres : tu aimais la situation dans laquelle tu te trouvais. Un combat s’annonçait et y prendre part t'intéressais.

-Bon. Et si nous passions aux choses sérieuses ?

Tu étais sûre de toi, c'était le cas de le dire. Peut-être te surestimais-tu. Peut-être n'avais-tu pas encore eu l'occasion, ni la puissance nécessaire pour récupérer la moindre de tes marionnettes. Cependant, tu avais assez confiance en tes capacités de sabreuse pour foncer dans cette bataille sans aucune préparation. Et puis, ta lame n'était pas qu'un vulgaire katana, mais un Teigu bien particulier. Tu avais dégainé ton sabre de ta main gauche, parée à toute éventualité. Ils n'étaient que trois pour le moment supposément, mais tu t'attendais bien évidemment à ce que d'autres puissent débarquer à tout instant. Les rues de la Capitale n'étaient plus si sûres qu'avant. Tu en avais déjà éliminé une partie lors de ta précédente mission, alors il n'était pas question de laisser ceux-ci filer. Tu étais prête et attendrais que tes premiers adversaires viennent à toi, après tout, tu n'allais pas faire l'effort de foncer pour ce genre d'ennemis-là.

Il était temps d'entamer la douce mélodie du combat, cette fois.

©MangaMultiverse

Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Blues de minuit, menace nocturne   Jeu 16 Juil - 15:02


Blues de minuit

Menace nocturne




« Les renforts seront-ils suffisent ? »



Alors qu’il avait débuté le combat, ou plutôt qu’il avait donné suite au coup de sabre de son adversaire, le géant de la musique entendit une voix dans son dos alors qu’il rangeait son saxophone pour s’exprimer d’autres outils de son arsenal. Il comprit par les paroles de la femme derrière lui qu’elle avait déjà eu à faire à la secte, preuve qu’elle serait pour le moins utile dans ce combat. Le géant ne se sentait plus seul, plus confiant désormais, lui qui n’avait plus la vivacité d’avant Kosaten, ni la puissance musical de ses plus grandes années d’arme secrète … Il regarda alors au dessus de son épaule.

"Dieu merci, j’avais bien besoin d’un coup de main sur cette affai- …" Puis le détective se rendit compte de qui il s’agissait. Une sorte de gamine étudiante avec un sabre ? Il ne pu cacher son étonnement, ou sa déception, mais il ne fit néanmoins pas de remarque à ce sujet. Après tout, il était en Kosaten et pas à New Meridian. Ses jeunes gens là restaient à l’école dans son monde mais il avait déjà fait le constat que beaucoup de jeune gens possédaient de grands pouvoir dans d’autres monde … C’était assez étrange à ses yeux, et contraire à ses principes de laisser la jeunesse se battre à sa place mais comme pour tout, il devait s’adapter à la situation. Naruto, Sakura, même King qui prêtent être plus vieux qu’il n’y parait … Ils étaient tous des élus capable de se battre et pourtant, Big Band est quatre fois plus vieux qu’eux, du moins en apparence.

Alors que le géant se dressait fièrement face aux sectaire qu’il avait jeté à terre, il remarqua vite le reste du groupe courir pour descendre la rue vers eux, armé et pour certains, armé de pire à ses yeux pour d’autres. Il jeta rapidement un coup d’œil de droite à gauche, observant le pauvre fou qui s’était relevé pour faire une passe d’arme avec la nouvelle venue, de l’autre coté un homme courant vers eux, une boule de feu flottant dans sa main … Boule de feu qui grossit un instant avant qu’il ne l’envoi vers eux. Big Band n’était pas le plus agile des combattants en vue de sa carrure mais il prit son courage à deux mains pour bondir et atterrir lourdement entre sa partenaire et le projectile magique, encaissant le choc en brandissant une énorme cymbale devant lui en guise de bouclier. Il avait apprit à dompter la peur grâce à son corps résistant. Dépourvu de sensation, il ne connait plus que la fatigue et la douleur se fait rare dans les parties de son corps en dessous des épaules. Il n’hésitait donc pas à prendre les coups pour ceux qui n’avaient pas une constitution comme la sienne.

Le feu disparu au contacte de son bouclier, débordant un peu aux extrémités de son instrument alors qu’il recula à peine sous l’impacte. "J’te couvre, gamine. Mais soit prudente." Une fois le souffle réduit, il rangea sa cymbale sous le manteau pour constater la situation. Comme il l’avait vu auparavant, ils étaient une dizaine dont un ou deux mages, se ruant sur eux et les encerclant presque. L’un d’eux se mit à beugler ses ordres.

"On doit détruire cette muraille ! Retenez ces mécréants, pour le maitre !"

Le géant fronça les sourcils et attendit qu’il approche de lui, l’arme prête à le trancher, pour poser un genou à terre et, subitement, le coté droit de sa veste se souleva pour en laisser jaillir une énorme flute de pan qui le percuta comme une lance dans le ventre. Ben haussa sa voix grave et menaçante, calme mais persuasif "Baisse d’un ton !" Le dément eut le souffle coupé à ce coup dans le ventre alors que le détective souffla dans son masque respiratoire pour alimenter son arme en air. La flute résonna d’un petit son mélodieux qui se transforma à nouveau en vague, en une force qui frappa à nouveau la cible pour le faire tomber au sol, se tenant le ventre de douleur. Il rangea l’instrument avant de sortir un simple et presque ridicule triangle du devant de sa veste, un autre bras mécanique tenant le « beater » du triangle. De ce beater, il se contenta de donner une pichenette, rapide et vif, sur le visage d’un autre assaillant qui essayant de lui bondir dessus, le coupant dans son élan alors qu’il lâcha son arme qui rebondit sur le corps de métal du cyborg. Une fois à terre, il tendit le triangle au dessus de son visage et le frappa avec ce petit bâton de métal, provoquant des percussions aigües d’un volume tolérable mais, appliqué au « soundstun » du musicien, provoquant un mal de crane pas possible à sa victime qui cru se faire frapper à répétition dans le visage.

Il tint alors son triangle en garde comme si il s’agissait d’une arme, souriant presque de voir les autres hésiter à se rapprocher en entendant les cris de douleurs de la victime de ce dit triangle au sol, sonné et avec la migraine la plus étrange qu’il ait sans doute jamais connu. Alors qu’il les tenait enjoue, il regarda par-dessus son épaule pour adresser un regard à la fille. "Ce sont que des pions. Il faut remonter la rue. Je les ais vu en train de préparer un sort pour faire exploser la muraille, Chikai risque d’être vulnérable à cause de ça … Woho !" Il se laissa surprendre alors qu’un autre sectaire, suivit d’un deuxième, essayèrent de maitriser le colosse en escaladant de chaque coté de sa veste les pistons qui ornaient le dit-vêtement. Il grogna un peu et souffla dans son masque pour ouvrir un piston où un ennemi se tenait, l’ouvrant subitement pour en faire échapper de la vapeur chaude qui fit lâcher prise à ce singe de sectaire. Pour l’autre, malheureusement, il vint grimper sur son dos, prenant position sur le bec de saxophone qu’il avait dans le dos et tenta d’étrangler le géant avec une corde de piano. Il l’ignorait sans doute mais couper le souffle du one-man-band était sans doute son plus grand point faible. Sans le pouvoir de souffler dans son masque, il ne pouvait alimenter la plupart de ses instruments à vent qui étaient l’une des sources majeures de son « soundstun » …




Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Blues de minuit, menace nocturne   Dim 19 Juil - 23:58



Menace nocturne


-Dieu merci, j'avais bien besoin d'un coup de main sur cette affai-...

Le supposé élu se retourna en ta direction en prononçant ses paroles. Étonné ? Beaucoup se fiaient à ta frêle apparence. Une grosse erreur. Après tout, tu étais une des meilleurs utilisateurs de Teigu et pouvais tenir tête à toute la bande des Night Raid seule. Et ce n'était pas rien. Enfin, ici, tu retournais juste à l’état de sabreuse hors pair, en attendant de récupérer ta puissance et tes moyens. De toute manière, de simples sectaires ne seraient pas si compliqués à battre, peut-être plus que ce que tu ne le pensais, mais rien de bien transcendant.

Alors que des renforts ennemis arrivaient, comme tu aurais facilement pu le deviner, un de vos adversaires s'était relevé en pensant certainement pouvoir te faire face. Yatsufusa dégainée dans ta main gauche, tu n'eus aucun mal à parer ses faibles offensives. On pourrait presque dire que tu avais l'avantage face à ton unique opposant, mais c'était sans compter l'autre individu qui s'approchait, une sorte de boule de flammes à la main, se préparant manifestement à te, ou vous, porter une attaque. Peut-être que tu aurais pu simplement l'esquiver, mais tu n'eus pas réellement le temps d'y songer puisque le colosse agit avant que tu n'aies pu faire quoi que ce soit.

Il s'était déplacé entre vous deux, interceptant donc l'attaque du sectaire. Utilisant une grande cymbale pour contrer son sort presque totalement. Pour quelles raisons ? La réponse ne t’effleurerait jamais l'esprit. Il ne te connaissait même pas, n'avait même jamais combattu à tes côtés. Tu aurais très bien pu te retrouver être une ennemie potentielle. Auquel cas agir ainsi lui aurait valu un lourd désavantage. Mais cous étiez sans nul doute de la même faction, des alliés donc, en somme. Mais quand bien même. Les règles ici différaient de tout ce que tu connaissais, cela ne faisait aucun doute.

-J'te couvre, gamine. Mais soit prudente.

Tu ne lui répondis rien, déjà que tu n'étais pas vraiment bavarde à la base, ce serait encore pire en situation de combat. Puis tu constatas bien vite qu'une dizaine de sectaires vous entouraient désormais. Encerclés. Avant que l'un d'entre eux ne se mette à hurler, donnant des ordres aux autres :

-On doit détruire cette muraille ! Retenez ces mécréants, pour le maître !

Tu ne savais pas vraiment de quel maître ils parlaient, cela aurait pu être Aeternam en personne, tout comme cette Capitaine du feu que tu avais auparavant affronté. Enfin, là n'était pas le plus important. Ton camarade actuel d'armes était aux prises avec ses propres ennemis, tandis que tu n'étais pas non plus en reste. Forcément, le but étant d'être retenus. Enfin, deux, trois coups de lame et tu pouvais ainsi simplement tenir à distance ceux qui tentaient de vainement de se mesurer à toi au sabre. Tu n'étais pas invincible, seulement difficile à vaincre, c'était certain., mais ta maîtrise du sabre surpassait néanmoins la leur. Tandis qu'à ce moment, ton allié du moment se retrouvait à faire face à quelques complications.

En difficulté, un sectaire tentant de l'étrangler de tu ne savais quelle manière. Au fond, sa vie ne t'importait pas tant que ça. Les faibles mourraient tandis que les forts survivaient. C'était la seule règle et tu le savais, l'ayant bien appris à tes dépens. Mais plus le temps passait ici, plus ce simple fait était remis en question. Comme lorsque tu avais fait face à la Secte, combattant au côté de Lilith. La loi du chacun pour sa peau ne semblait plus être si effective que cela en ce monde. L'entraide primait, il te l'avait même démontré plus tôt. Alors peut-être pourrais-tu lui apportais un coup de main ? Lui rendre la pareille, même si la notion d'être redevable n'était pas une des plus importantes à ton sens, surtout qu'il avait agi de son propre chef.

Tu étais assez agile pour faire quelque chose, ce genre d'acrobaties ne t'étaient pas inconnues. Mais le tenterais-tu, pour cet élu ? Il fallait croire que oui. Mais tu n'en demeurais pas moins un peu perdue sur les raisons de son acte. Tergiverser davantage ne te mènerait à rien. Tu n'avais qu'à le faire. Et puis, voyant cet ennemi occupé, il te laissait une parfaite occasion de l'éliminer. De la plus simple et courante des façons (ou du moins de ton monde d'origine) : la décapitation.

Prenant appui rapidement comme tu le pouvais sur le côté du colosse, tu te donnas une impulsion avant de pivoter légèrement et ainsi avoir tout le loisir de porter une attaque à cet adversaire. Ton sabre n'étant pas qu'une vulgaire lame, mais un Teigu, le trancher serait aisé. Ce que tu fis avec dextérité, bien que ce mouvement ne te fût pas tellement étranger. Séparant son faible corps en deux, laissant sa tête rouler sur le sol.

-Ne jamais baisser sa garde.

Tu te retrouvais désormais à nouveau à côté du géant, froide et impitoyable au combat, profitant de chaque opportunité. Même si tu avais un peu perdu de ta façon d'agir d'auparavant à mesure du temps passé ici. Enfin, le tout était de maintenant savoir ce qu'il vaudrait mieux considérer désormais. Yatsufusa en leur direction, peu importait la démarche qu'il serait préférable de suivre, tu serais parée.

-Alors. Qu'est-ce que l'on devrait faire ?
©MangaMultiverse

Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Blues de minuit, menace nocturne   Mar 21 Juil - 0:23


Blues de minuit

Menace nocturne




« Manœuvres audacieuses »



Alors que le géant était en difficulté, perdant un peu ses moyens en manque d’air, il sentit finalement une relâche qui lui fit reprendre une grande bouffée d’air et lui permettre de balancer son adversaire vers l’avant en se penchant brusquement. Il plongea à nouveau son visage dans son masque, rassuré, avant de comprendre pourquoi le sectaire venait de lâcher prise. Il avait perdu la tête, littéralement, une tranche claire et précise. La vision était peu ragoutante et certainement contraire à beaucoup de ses principes mais … Pouvait-il seulement discuter ?

C’était ce genre de vision qui lui faisait remarquer qu’il n’était plus à New Meridian. Ici, il y avait des gardes, pas de gentils policiers. Ici, il y avait des terroristes qui déclenchent des guerres, pas de simples altercations de gang qui finissait avec une paire de menotte. Big Band devait se faire aux nouvelles règles … Et de toute façon, ce n’était pas le moment de parler moral. Sa sauveuse lui fit la leçon avant qu’il ne s’éclaircit la voix, ne regardant même pas derrière lui, gardant un œil sur les sectaires qu’il mettait en joue de son regard noir.

"C’est pas faux, gamine … Merci." Et alors qu’il les jaugeait tous du regard, il ne détecta aucune peur dans le regard de ses maniaques, tout au plus un peu d’hésitation sur la manière la plus efficace d’aborder le géant mais sans plus. Ses hommes … Il ignorait tout de cette secte mais une chose est sure : Pour ne pas sourciller alors qu’un de leur camarade venait de se faire trancher la tête, c’est qu’ils avaient une foi inébranlable en leur croyance ou qu’ils ont subit un lavage de cerveau … Ou les deux … Une fois qu’ils sauraient comment s’attaquer aux deux élus, ils n’allaient pas hésiter alors, en recherche d’une réponse à la question de son allier, le cyborg de la musique jeta rapidement un coup d’œil autour de lui.

Il n’y avait rien à faire. Il fallait passer leur ligne de défense et progresser … Il fallait arrêter ses mages fou qu’il voyait au loin, créant un feu lumineux au plus profond de la crevasse encore en réparation du mur. A coup sur qu’ils étaient assez malade pour se faire sauter avec et c’était sans doute leur plan depuis le départ. Lui pourrait forcer le passage mais la fille … Simplement saisir son poignet serait suffisant pour la ralentir et la faire s’effondrer sous une marrée d’homme. Il eut un semblant de plan qui pourrait aider la petite à passer… Il regarda par-dessus son épaule, lui disant assez discrètement. "Bouche-toi les oreilles …"

Puis, rapidement, il sortit deux énormes cymbales de son dos et, pour évité que la foule de sectaire ne comprenne à quoi cela servait, les fit brusquement claquer l’une contre l’autre. "Cymbale Clash !" Une onde, couleur dorée, s’échappa des instruments et le son ravageur, magique que produit l’homme orchestre fit grincer des dents et gémir tout l’auditoire. Certains se tenaient la tête, d’autres étaient à genoux, leur arme servant d’appui … D’habitude, le son de ses cymbale les auraient même jeté à terre sur quelques mètres mais là … Il devait se rendre à l’évidence que la malédiction qui venait avec le sceau d’élu faisait effet. Il n’était plus si puissant qu’avant. Mais au moins, pour le moment, c’était suffisant pour faire ce qu’il avait à faire. Il effectua une rotation du haut de son corps, détaché du bas, pour regarder la jeune femme, puis sortit son énorme bras fait d’instrument du  coté de son manteau d’inspecteur.

"Il va falloir me faire confiance sur ce coup, gamine. Grimpe !" Il vint alors passer sa main de métal prés du sol et l’incita à y poser les pieds dessus, sa paume assez grande pour qu’elle « surf » dessus. Une fois cela fait, il pivota une nouvelle fois pour faire face au haut de la rue et la faille, changeant ses talons en roulette et, propulsé par le son de son saxophone dorsale, se mit à rouler et accéléra rapidement, bousculant violemment les hommes sur son passage. A grande vitesse, les deux élus remonta presque une centaine de mètres avant que le colosse ne se fasse surprendre par deux mages sortit de nulle part qui créèrent une barrière de feu devant lui. Trop lourd pour arrêter sa course, le mech fronça les sourcils et, par réflexe, serra les dents et souleva la gamine pour la jeter avec force au dessus du feu, non loin  de leur cibles.

Toujours prit dans son élan, lui, brandit son bras gigantesque afin de choper d’un geste rotatif les deux enflures qui avaient essayé de les cramer vif. Le géant traversa les flammes, broya les mages dans sa poigne de fer pour ensuite les jeter en arrière, tordu de douleur, la barrière s’évaporant. Il faisait maintenant face à tout ce brave monde qui les avaient suivit après s’être remit du coup de cymbale, soufflant dans son masque pour  faire échapper de la vapeur de son corps qui, d’un coup sec, éteignit les flammes qui lui léchait la veste.

"Je les retiens ! Interrompt leur petit manège !"

Puis il sortit une pédale de grosse caisse, relié à son pied, aussi grand que lui, et appuya sur celle-ci pour faire lourdement tomber le percuteur sur le sol, avec force. "Giant Step !" Le sol trembla sous le coup de ce marteau imposant, déséquilibrant la plupart des coureurs qui durent reprendre leur balance… Big Band ne bougea alors plus de cet endroit, au milieu de la rue, prêt à en découdre alors qu’il rangeait son percuteur pour sortir un vrai set  de tambour autour de lui. S’ils s’approchaient, ils allaient s’en mordre les doigts.


Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Blues de minuit, menace nocturne   Ven 24 Juil - 23:25



Blues de Minuit


Peut-être que ce n'était pas une excellente façon d'agir, trop violente, mais ce n'étaient pas des choses qui te traversaient l'esprit. Éliminer. Peu importait la façon, loyale -Ce que tu n'étais pas forcément- ou pas, délicate ou non. Tuer, c'était ce pour quoi tu avais été éduquée, ce pour quoi ton corps avait été drogué, modifié, ce pour quoi tu avais passé toute ta courte vie, alors que nombreux de tes camarades perdaient la leur sous tes yeux. Même si tes idéaux se devaient de changer de par ta désormais affiliation à l'Empire de Seika, dont les normes étaient plus différentes que jamais des tiennes, tes habitudes et tout ce qui faisait de toi une Jaeger persistaient, ou du moins dans les limites que te permettaient le sceau. Mais l'heure était plutôt à se pencher sur l'issue que pourrait bien avoir ce combat.

Détaillant la scène pour constater les mages au loin s'adonnant à la réussite de leur plan, alors que bon nombre de sectaires se trouvaient devant vous de manière à vous arrêter et / ou ralentir un minimum. Alors que tu réfléchissais vainement à la solution qui serait la plus rentable à effectuer, l'élu te dit rapidement de te boucher les oreilles, ce à quoi tu plaquas rapidement tes mains sur celles-ci, plissant le regard lorsqu'il sortit deux énormes cymbales qu'il fit retentir l'une contre l'autre. Sans chercher à comprendre comment il avait réussi un tel exploit, les sectaires se trouvaient à terre pour certains, abasourdis pour d'autres, mais tous avaient au moins un minimum subis l'attaque de ton camarade d'armes. Enfin, tu n'avais ressenti qu'un léger contrecoup, puisque cet élu t'avait heureusement prévenue avant toute chose.

— Il va falloir me faire confiance sur ce coup, gamine. Grimpe !

Ce n'était pas une notion que tu accordais facilement, néanmoins, tu sentais et avais compris que cet homme -Ou du moins, s'il était encore possible de le qualifier de tel- était de ton côté, au moins durant cet affrontement. Poussant un léger soupir, un rare sourire en coin, tu l'écoutas et grimpas sur son espèce de gros bras métallique, y posant ton poids plume. Ceci fait, tandis que tu possédais Yatsufusa dégainée bien en mains, il se dirigea donc à travers la foule ennemie sans grand souci à la base, puis vous remarquèrent que deux sectaires -supposément mages- venaient de monter un mur de feu, devant vous. Ton allié était peut-être bien trop lourd pour s'arrêter, puisqu'il ne semblait pouvoir stopper son élan si aisément.

En tous les cas, sans se décontenancer, il te souleva avant de te projeter par-dessus les flammes. Ce genre d'acrobaties ne t'étaient guère étrangères, alors sans une trop grande difficulté, tu fus éjectée de ton support avant d’atterrir sur tes fines jambes, non loin de tes ennemis. Ton regard ébène détailla la scène, dont le colosse détruisit avec brio ses deux adversaires du moment, réduisant à néant la sorte de barrière qu'ils avaient tenté de dresser. Puis, il utilisa une sorte de pédale pour faire littéralement trembler le sol, déstabilisant la plupart des sectaires. Il se tenait prêt, sous tes yeux, derrière toi. Retenant ses hommes, le temps que tu puisses en finir avec leur petit ménage, ce qui était mot pour mot ce qu'il t'avait dit.

— Eh bien...

Pour résumer la situation, il y avait toi, en face des sectaires qui se préoccupaient de tout mettre en œuvre pour faire exploser la muraille, comme ils l'avaient annoncé et à l'opposé, ton camarade d'armes, affairé à retenir les sectaires, ayant échangé les rôles. D'abord, l'individu qui avait tenté de riposter, laissant ses confrères continuer leurs occupations, se retrouva avec Yatsufusa en plein l'abdomen. Il aurait pu avoir les ressources de mieux résister, mais le premier coup était toujours le plus inattendu. Rapide et précise, ce fut sans réelle difficulté que tu le plantas. Basiquement, ce simple coup t'aurait permis de le posséder et ainsi d'en faire tout ce que tu désirais avec. Seulement, les règles de ce monde ne semblaient pas en accord avec cela. Peut-être qu'avec un peu plus de temps passé ici, tu pourrais enfin retrouver certaines capacités qui t'étaient plus ou moins vitales.

Un de tes adversaires sembla prendre la décision de t'arrêter, laissant aux autres la tâche de terminer leurs agissements. Même s'il riposta, usant de ses sorts de feu pour tenter de t'éloigner -Ou t'éliminer, qui sait-, tandis que tu l'esquiva vainement d'un mouvement sur le côté. Après une rapide passe d'armes, Yatsufusa finit par avoir raison de lui, le second. Tu pris la peine d'observer, te rendant compte qu'il restait encore quelques sectaires à abattre, songeant que ça allait beaucoup trop lentement. Avant, tu te serais débarrassé de tous ses ennemis en un rien de temps. Tu poussas un léger soupir, détournant le regard en direction de ton allié, pour s'assurer qu'il s'en sortait bien.
©️MangaMultiverse

tongue
Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Blues de minuit, menace nocturne   Lun 27 Juil - 16:33


Blues de minuit

Menace nocturne




« One-man-band ? More like One-man-army. »



Voila en quoi se résumerait le combat de cette nuit alors. Un « last stand », une barrière le temps que sa partenaire se charge du reste du boulot …  Big Band aurait pu l’accompagner au lieu de couvrir leur arrières et possiblement en finir plus vite avec cette affaire mais le géant était un vieux de la vieille qui avait apprit à ses dépends que prudence est mère de sureté. Dans son esprit, accompagner la petite pour achever les mages derrière lui était une erreur quand une dizaine d’homme étaient à leurs trousses. A supposé qu’ils arrivent à faire le ménage plus vite, là bas, ils seraient ensuite aculé. Fondamentalement, le cyborg ne craignait pas pour lui. A moins que l’un d’eux ne jette un sort extrêmement bien placé, le reste des troupes se percuteraient sur son corps de métal mais la petite … Bien qu’elle semblait froide et … cruelle … Elle restait son allier et en ce moment même, elle luttait pour cette ville. Personne n’était parfait mais le musicien pouvait reconnaitre les bons cotés des gens.

Et puis même, c’est tout simplement pas son style que de laisser quelqu’un derrière, bon comme mauvais, le colosse avait un trop gros cœur pour cela ce qui lui porta déjà préjudice mais que voulez-vous ? Il pense que la mort n’est pas une bonne fin, sauf quand celle-ci se produit après des années et dans un sommeil paisible. Mais avant de se lancer dans un débat sur la vit et la mort, les punitions et la justice, le flic devait faire ce qu’il était bon pour lui de faire, à savoir, avoir la conscience tranquille et faire en sorte qu’une mêlée générale ne tombe pas sur le coin du visage de cette jeune femme.

De ses pistons, sur les cotés de son corps, sortirent des marteaux de tambour  qui vinrent doucement percuter la peau de ses instruments à percussion, produisant un faible roulement harmonique. Mais alors que ses ennemis se ruèrent vers lui, sans hésitation cette fois car ces fanatique semblait réellement déterminé à empêcher les deux élus d’agir, dévoué à leur cause comme des fanatique qui ne craignent pas la mort pouvaient l’être … Le géant de music se mit à lever ses bras mécanique bien haut, le visage caché par l’ombre de son couvre-chef. "Tympani Drive !" Et alors qu’on lui sautait dessus, arme à la main pour essayer de le trancher au visage même, le géant abattit ses marteaux pour les faire raisonner lourdement. Le son qui en sortit produit, à chaque battement, une onde de choc qui coupa net certains sectaire dans leur saut, en faisant même décoller un qui avait négligemment posé le pied sur un tambour pour prendre appui. A partir de ce moment là, l’homme orchestre entra dans une sorte de transe.

Guidé par la musique, il fermait presque les yeux pour se concentrer sur ce rythme, puissant, qu’offrait une symphonie de percussion … Alors que chaque instrument apporte sa dose de tendresse, de brutalité, de fragilité ou d’angoisse dans un orchestre, ses percussions étaient celles qui faisaient trembler le cœur avec agressivité. Ce n’est d’ailleurs pas pour rien que si on devait appeler un instrument « De guerre » cela devait être les tambours. Immobile, une cible stationnaire, entouré de son set de tam-tam, batterie et s’en suit, le géant repoussait chaque assaut au prix d’une lourde fatigue qui se faisait lentement ressentir. Frappant avec force et surtout avec une rapidité rarement aperçue dans les mouvements de Big Band, il martelait, frappait ceux qui réussissaient à s’approcher de sa force de machine alors qu’il enfonçait les autres de ses ondes sonore qui étaient presque ressentit comme de lourd coups de poing. Cependant, dans cette Tympani Fortissimo, son ouïe développée décela d’autres ordres d’un capitaine d’équipe mal en point, se rappelant qu’il était celui qui a gouté de sa flute de pan plus tôt.

"Il est imposant et lent …  Ne vous préoccupez pas de lui, il faut … que l’autre élue n’interfère pas avec le rituel !"

Et effectivement, ils essayèrent alors de le contourner en constatant que, à cause de ses instruments, il était cloué au sol mais c’était mal le connaitre. Essoufflé, le musicien réussit quand même à ranger ses instruments sous son grand manteau en un instant et sortit à nouveau son bras titanesque, son « Bass Knuckles » et dans l’élan d’un grand mouvement, entrainé lui-même par le poids de cette masse, eut vite fait d’un seul coup de poing de mettre à terre ceux qui pensaient pourvoir l’ignorer, le laissant seul face au dernier survivant qui semblait un brin plus costaud. Big Band n’était pas spécialement blessé, si ce n’est peut-être qu’un coup de chaleur à cause du mur de feu, mais il souffrait surtout de la fatigue, son corps métallique, le parasite qu’il abritait fatiguait à force d’utiliser le pouvoir de la musique. Ce monde lui drainait sa force et son souffle était lourd, audible, même à travers son masque respiratoire, son ton toujours sévère.

"Tu jette l’éponge ou t’en a pas encore eu assez ? …"


"Je … Je sais pas si je peux te battre … Mais le maitre ne me pardonnerait jamais si je n’essais pas … jusqu’au bout de mes forces. Nous  n’avons pas pour instruction de tuer des élus … Mais si tu te dresse sur notre chemin …"


"Ah … Toujours la même rengaine, hein ? Alors vas-y." Fronçant les sourcils, le détective brandit son énorme bras vers lui, tendit la main et fit aller ses doigts métallique comme provocation, l’invitant à s’approcher. "Frappe-moi, si tu l’ose."

La provocation était un bon outil pour le géant qui savait encaisser les coups. Bien qu’il était prudent, il était aussi confiant en son corps de métal pour lui permettre de nombreuse ouverture. Lui qui n’était pas le plus vif et le plus agile des combattant compensait par une constitution solide et un style qui lui ouvrait des portes. Se laisser toucher pour mieux rendre le coup au centuple. Et ainsi, presque heureux de voir son ennemi s’avancer, il s’étonna cependant de ne pas le voir brandir une arme mais faire apparaitre une boule de feu dans sa main libre qu’il utilisa pour embrasser le sol sous le cyborg. Le musicien ne broncha pas et laissa le métal de ses jambes rougir, n’en ressentant pas particulièrement la douleur de toute façon et le laissa approcher jusqu’à ce qu’il vienne faire glisser sa lame sur le corps de métal, remontant en réalité jusqu’à son visage qu’il réussit à égratigner.

Un liquide transparent mais légèrement jaunit coula sur sa joue … Big Band n’avait plus de sang depuis longtemps dans les veines … C’était un prototype d’huile qui alimentait son corps mais ce n’était qu’un détail. Dans la fournaise, Big profita de ce rapprochement et du fait qu’il lui avait sauté au coup pour écarter son visage de la lame et donner un coup de boule épicé à cet idiot.  Le sectaire déstabilisé, recula d’un pas ce qui laissa le temps au géant de sortir deux articulations métallique de ses piston pour créer à leur extrémité une moitié de cloche chacun. Il referma ses pinces sur le sectaire pour l’enfermer dans cette cloche géante que le musicien secoua de droite à gauche pour la faire sonner avec violence avant de la ranger … Découvrant le sectaire le regard vide, tremblant, s’effondrant au sol en faisant disparaitre les flammes, du sang coulant de ses oreilles. Il n’était sans doute plus capable de l’entendre avec cette cloche mais il jeta quand même avec mépris.

"Attend toi au même accueil la prochaine fois."

Lentement, le géant ne perdit pas le nord et se tourna vers sa partenaire en faisant quelques pas, fatigué, plus aussi énergique qu’avant et la joue recouverte de cette huile épaisse … Il espérait que rien ne lui était arrivé et qu’elle avait finit le boulot.


Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Blues de minuit, menace nocturne   Sam 1 Aoû - 1:40



Menace nocturne


Le temps que tu jetas un coup d’œil au géant de Seika, un de tes deux adversaires tenta de te porter un coup que tu paras sans mal avec ton sabre. Mais ce fut sans compter le second qui pensait te frapper de son arme, contre lequel tu eus simplement le réflexe de placer ton bras devant toi en guise de simple protection. Fort heureusement, celui-ci était entouré d'une sorte de protection de cuir qui, à l'heure actuelle, t'avait bien aidée. Tu t'en sortais uniquement avec une grosse entaille, pas aussi profonde qu'elle en avait l'air, mais tout de même pas si superficielle que cela.

— Oh...

Blessée ? Bravo. Pour que de vulgaires sectaires parviennent à te porter le moindre coup, c'était que tes capacités se trouvaient véritablement réduites. Et pour que tu te permettes de te déconcentrer d'un affrontement pareil afin de t'assurer de l'état d'un simple élu, c'était que tu t'étais vraiment ramollie. Puis l'autre ne se contenta pas de demeurer en reste, puisqu'il tenta une attaque à l'horizontale, que tu évitas simplement en te baissant, en profitant pour lui trancher les jambes.

— Et si tu arrêtais de bouger un peu ?

Tu entamas de le trancher dans la diagonale, jusqu'au point où ta lame bloqua légèrement après avoir atteint sa colonne vertébrale. Il était vrai que tu avais perdu depuis ton arrivée, autrefois, il aurait été coupé net. Enfin, rien de bien problématique pour un Teigu solide comme le tien, tu forças un peu histoire de briser l'os et ainsi finir la tâche. Non sans un lourd cri de douleur, son corps tomba inerte sur le sol, séparé en deux parties distinctes. Ce n'était pas très propre comme manière de procéder, mais au fond, tant que le travail était fait, peu en importait la manière.

Un troisième et dernier ennemi, celui qui était encore occupé avec la muraille, finit par tenter de t'attaquer de dos, pensant que c'était la meilleure chose à faire. À croire que dans la crainte de voir tous ses camarades tomber, il avait abandonné ce dont tous s'étaient battus en ayant l'espoir de t'éliminer une bonne fois pour toute. C'était compréhensible, ta frêle apparence n'était pas un véritable indicateur de ta puissance. Enfin, quelle erreur de s'être lancé à ce moment précis, tu venais juste de récupérer une concentration parfaite, et tes réflexes hautement sur-développés ne te laisserais pas te faire avoir ainsi. Il l'aurait tenté lorsque tu avais fait la bêtise de te désintéresser pour tenter de constater comment s'en sortait l'homme de métal, son attaque aurait eu largement plus de chances de fonctionner. Te retournant en un laps de temps beaucoup trop court, ta lame maudite trancha son cou de manière précise et nette, tandis que tu ne sourcillas même pas.

— Dommage.

Retournant en direction du second sectaire non loin, qui continuait de se vider de son sang, tu contemplas ton pseudo-carnage. Combien de fois avais-tu vu cette scène par le passé ? Trop pour avoir compté, semblait-il. Tu refermas tes deux mains sur Yatsufusa, la pointe de ta lame en direction de son abdomen. Malgré tous les efforts du monde, il aurait forcément fini par mourir d'hémorragie, mais ses cris constants, sa souffrance perpétuelle et l'impression d'un travail inachevé te poussaient à agir ainsi. Ce n'était pas réellement de la pitié en somme, étant une notion dont on t'avait séparée très jeune. Tu finis par enfoncer ta lame dans son corps meurtri, tandis que sa vie quittait son désormais cadavre dans un dernier râle.

Tu l'avais achevé, lui évitant donc une mort lente et douloureuse. Au fond, tu n'étais pas donc si méchante que cela ! Bon, d'accord, ne laissons pas de côté le fait que tu avais l'habitude de jouer avec les cadavres de tes victimes par le passé. Mais les capacités de ton Teigu bridées ne te permettaient plus de perpétuer de telles actions ! Malheureusement ou heureusement, tout dépendait du point de vue. Enfin, ce qui comptait était la réussite de ta mission.

Tu te retournas en direction de ton camarade d'armes, ton regard énigmatique -après avoir fait un bref constat de son état- bifurquant en direction de sa blessure. Même si ce ne semblait pas être du sang qui coulait sur son visage, il ne semblait néanmoins pas en super forme. Tu étais toi-même légèrement essoufflée de ton affrontement et ton bras creusé par l'entaille sanguinolente était toujours bien présente. Mais, étais-tu inquiète pour lui ? Et bien... Tu t'étais vraiment adoucie depuis ton arrivé en ce monde. Peut-être parce que tu ne vivais plus dans la corruption totale de la Capitale, qui sait. Enfin,

— ... Tu vas bien ?

Il avait tout de même été un très bon allié ! Tu ne pouvais pas le nier, alors tu le questionnas vainement sur son état. Et peut-être que son apparence très... métallique t'avais fait oublier qu'il risquait lui aussi sa vie ainsi.
©MangaMultiverse

Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Blues de minuit, menace nocturne   Lun 3 Aoû - 16:55


Blues de minuit

Menace nocturne




« Happy Ending »



Ce fut un combat … Plus rude que prévu. Le premier, depuis son arrivé ici et c’est dans ses moments là qu’il pouvait constater à quel point ce sceau allait le freiner dans sa quête. Se battre ? Il savait encore le faire. Avec efficacité ? Oui, il avait mit une dizaine d’homme à terre … Mais tout ceci était le résultat de son corps métallique qui ne pouvait, par définition, pas tant souffrir que ça d’une faiblesse. Par contre, lorsqu’il jouait de ses instruments … L’impact donné était bien maigre par rapport à ce qu’il faisait par le passé. Ses coups de cymbales ne produisent plus d’onde de choc, ses tambours ne faisaient plus trembler la terre et ne lui permettait plus de léviter … Et si ce n’était que ça. Le combat, ne nous voilons pas la face, n’avait pas duré si longtemps que ça et bien qu’il n’ait souffert d’aucune vrai blessure, si ce n’est une entaille au visage, le musicien était K.O. …

Il trainait des pieds, usé par ce pouvoir qui lui réclamait désormais bien trop d’énergie, le regard petit à petit vide alors qu’il avançait vers la faille du mur, là où il aurait du y avoir une explosion. Mais rien. La gamine avait donc réussit ? Il espérait car maintenant que ses instruments étaient froid et sortait peu à peu de cet état d’adrénaline, ses réflexe seraient des plus médiocre et l’intensité de la résistance qu’il pourrait fournir à l’ennemie, réduite. Il remonta donc la rue et une fois à l’intersection avec la muraille protectrice, il finit par poser un genou à terre, penché en avant, respirant difficilement, plus lourdement. Il prit son temps en fermant les yeux pour se ressourcer un temps soit peut avant d’ouvrir à nouveau les yeux en entendant la question.

Elle était là, devant lui, à relever le regard sur lui justement. Le géant reprit un peu de vigueur, comme pour ne pas l’inquiété car évidement, elle devait s’en fait pour poser cette question. Il afficha un sourire en coin, hors de son masque respiratoire en se redressant. "Disons juste que je suis plus tout jeune mais on fait aller. Et toi ? C’est finit alors ?" Après cette question, il se dirigea lentement vers l’endroit où les cultistes faisaient leur manigances et il constata le massacre.

Cependant, malgré le sang et les cadavres, paysage contraire à ce que lui avait laissé du combat, il ne prit pas d’air sévère ou déçu, ni même du dégout puisqu’il était habitué à voir les pires crimes. Bien entendu, tuer ainsi était une solution de dernier recours pour lui car un flic n’était pas là pour ôter la vie des criminels … Mais parfois, ils n’avaient pas le choix. Ses gens de la secte n’auraient pas hésité, eux, à les tuer alors … Disons … Qu’il était dans un autre monde et qu’il devait accepter l’idée que, parfois, cette justice qu’il chérissait tant soit différente dans ce monde. C’est pour ça qu’il ne dit rien, ni réprimande ni leçon à donner envers la jeune sabreuse, bien que cela n’enlevait rien à la tristesse de la scène. Si jeune et déjà tuer de sang froid de ses semblables.

Il trouva alors un petit dispositif magique ou technologique, après tout il ignorait beaucoup de ce monde, qui se résumait en un socle soutenant un cristal rouge qui crépitait d’énergie. Il ne fallait pas être érudit pour savoir que ce dispositif était douteux et, en vue de ce que les déments disaient, destiné à faire sauter la muraille. Ainsi, difficilement, le géant reforma son bras gigantesque pour soulever la chose, l’écarter de la faille fragile du mur pour le poser en plein milieu de la rue. Il analysa la chose. Pas de boutons, pas de levier, rien, juste un socle tenant un cristal au comportement violent. Il adressa un regard à sa partenaire.

"Je suppose que tu n’as aucune idée de comment ça marche, hein ? Bon … Ne prenons pas de risque alors, je ne veux pas que ce truc explose sans prévenir." Ainsi, le géant sortit une petite cloche d’un de ses piston sur le coté de son corps et s’en servit pour déloger le cristal de son support. Il posa ensuite la cloche sur le supposé explosif et utilisa un autre bras pour frapper sur la cloche d’un petit marteau. Le son était aigue mais étouffé par son contacte avec le sol mais bientôt, cela n’eut plus d’importance car les ondes que produit les pouvoirs de Big brisèrent la pierre précieuse qui souleva un peu la cloche dans une mini-explosion. Désormais, tout était finit.

Dans un râle d’effort, le géant porta son poids pour se redresser, regardant son amie. "Merci d’être venue. Je l’admets, c’était une belle performance …" Dit-il en ricanant, un peu jaune en réalité car il n’y avait pas grand-chose de beau dans le massacre derrière lui mais il est claire qu'elle savait se battre. "Je viens de débarquer en Kosaten et … Vu comment le sceau m’affecte, j’aurais jamais pu m’occuper d’eux tout seul, je pense. Je t’en dois une alors si t’as besoin d’aide un jour … Sonne Big Band." Dit-il d’un air gaillard en se désignant, comme une présentation un peu tardive. Mais il perdit vite son sourire pour tousser, se raclant difficilement la gorge alors qu’il avait cessé de « saigner » mais le liquide coulait toujours le long de son visage. Il reprit son calme et regarda le bras de sa partenaire du soir, prêt à mettre fin à cette nuit de folie et d’aller se reposer un peu dans une proposition finale.

"Je pense qu’on a tout les deux besoin d’un petit remontant. Je te raccompagne à un médecin ? Faut pas laisser cette plaie s’infecter… J'irais voir les gardes pour qu'ils récupère la vermine."


Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Blues de minuit, menace nocturne   Mer 5 Aoû - 12:46



Blues de Minuit


Apparemment, il allait bien, te demandant même si tout était terminé.

— Il semblerait.

Répondis-tu tout en essuyant vainement le sang sur ta lame, rengainant ensuite Yatsufusa d'un geste rapide dans son fourreau. Tu avais tellement perdu de tes capacités d'antan, ce qui venait de se produire en était la preuve formelle. Mais tout semblait enfin fini. Alors, il te questionna -De manière assez rhétorique- sur si tu avais une quelconque idée du fonctionnement de ce bidule, ce à quoi il eut pour toute réponse un hochement négatif de ta tête. Mais le géant s'en occupa puis te remercia de ton aide. Une belle performance ? C'était plus... Une banalité, pour quelqu'un comme toi.

— C'est simplement ce pour quoi je suis née.

Une bien triste affirmation d'un point de vue extérieur, sans doute. Entraînée à éliminer diverses cibles, sans jamais te poser la moindre question. Était-ce bien ou mal ? Certaines questions t'assaillaient depuis ton arrivée ici, des interrogations qu'il aurait peut-être fallu te poser plus tôt. Il finit par se présenter, finalement. Big Band, hein ? Ah, ce qui te poussait à repenser, il fallait bien que tu te présentes aussi, surtout après un tel combat ! Tu lâchas un léger « Kurome » dans un souffle, accompagné d'une esquisse de sourire. Le contact social n'était pas vraiment ton point fort, disons.

Quelle chance il avait que ta lame ne puisse le transpercer. Oui, décidément, il était bien à l’abri de ta folie, de ta corruption... Et ce, fort heureusement pour lui ! Pour dire la vérité, il existait deux types de personnes que tu transpercés de ton Teigu, utilisant ses capacités... particulières : les ennemis, notamment ceux s'avérant difficile à tuer, ou du moins qui pourrait t'apporter un quelconque intérêt en prenant place dans ta collection et... les alliés. Ceux qui tombent à tes côtés au combat, que tu ne supportes plus de voir mourir, que tu souhaites garder avec toi pour toujours. Même si c'était sous la forme d'une vulgaire marionnette. Enfin, même s'il pouvait se glisser difficilement dans la seconde catégorie, tes pouvoirs bridés, il n'y avait plus matière à bavarder.

Ton regard se posa sur ton bras, sur lequel dansait cette énorme entaille, bien que moins grave que ce qu'elle semblait. Depuis quand n'avais-tu pas subi de telles blessures ? Si on mettait de côté, le coup qui aurait dû s'avérer mortel de cette maudite Chelsea -qui te laissa tout de même quelques séquelles, cela dit-, cela faisait bien longtemps que tu n'avais pas été blessée. Sa proposition d'aller voir un médecin était bien aimable, seulement totalement inutile. Un point négatif soulevé par ta prise constante de drogue -Par le biais de tes biscuits, cela dit- améliorant en permanence tes capacités, outrepassant tes limites. Il ne pourrait rien faire, comme ce jour où tu restas alitée plusieurs jours, dans un pseudo-coma, entre la vie et la mort et dont la seule chose possible fut d'attendre. Peut-être qu'au final, c'était cette même drogue qui faisait en sorte que ton corps déjà trop consumé ne meurt jamais, que ton cœur même s'il s'arrêtait se remettrait tout de même à battre.

— Je vais me débrouiller, ça ira.

Forcément, il t'était préférable de ne pas non plus trop t’éterniser. Tu savais quoi faire et peut-être même préférais rester seule durant ce moment de... faiblesse, disons. Sur le point de faire demi-tour, fidèle à toi-même, une dernière esquisse de sourire se dessinant vainement sur ton visage. En tous les cas, tu le reverrais sans doute un jour, si Kosaten n'a pas raison de lui avant.
©MangaMultiverse

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

-



MessageSujet: Re: Blues de minuit, menace nocturne   

Revenir en haut Aller en bas
Blues de minuit, menace nocturne
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Papy Blues
» Quand la virée nocturne se transforme en cauchemar | Nicolas de Ruzé |
» Nouveau lac formé par le séisme en Haïti menace d'inonder Grand-Goâve
» MICHEL MARTELLY MENACE DE GAGNER LES RUES
» Escapade nocturne [Galyana]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Manga Multiverse ::  :: Empire de Seika :: Capitale de Chikai-


Crédits : Design : Phoenix & Pingouin Règlements & Contexte : Phoenix
Forum optimisé pour Google Chrome.