Partagez | .
Kill The Truth
Invité Invité

-



MessageSujet: Kill The Truth   Sam 5 Sep - 15:10







Kill The Truth
★ Fuyu Mada'fucka


Nashar



Nashar était vivant. Si on pouvait appeler ça comme ça. Il avait repris connaissance dans une chambre entièrement blanche, à la lumière agressive. Il faisait froid et l’odeur presque chimique ne donnait pas envie de s’y attarder très longtemps. Hélas, le mage ne pouvait plus bouger. Pas un seul cil. Il gardait en permanence les yeux ouverts, fixant le plafond blanc. De toute façon, même s’il pouvait faire le geste pour les fermer, il ne se passerait rien ; il n’avait plus aucune peau sur son visage, donc, plus de paupière. Cela faisait déjà deux jours qu’il avait affronté Zayro Jinn, et une journée qu’il s’était réveillé. Malheureusement, les supposés médecins qui s’occupaient de lui ne l’avaient pas encore remarqué. Ils croyaient qu’il était toujours dans le coma. Comment penser le contraire ? Depuis le début de son séjour, il n’avait pas pu faire le moindre mouvement.

Le bon côté de la chose, c’était qu’il ne ressentait aucune douleur physique, à cause des drogues ou des sorts qu’on lui jetait. Magnifique exemple de la médecine de Chikai. Car oui, au cours des conversations entre infirmières et autres docteurs, Nashar avait pu apprendre beaucoup de chose. Il était dans un hôpital réservé aux militaires et aux étrangers, au sein de la Capitale de Seika. Son cas était grave et peu ordinaire, on l’avait isolé des autres patients, dans une salle destinée aux grands brûlés. Il apprit aussi l’étendue des dégâts physiques. Il ne lui restait que 42% de peau sur le corps, dispatché à plusieurs endroits. Son torse, ses genoux, ses coudes, ses bras, le sommet et l’arrière de sa tête avaient été épargnés, mais les os à ces endroits étaient pour la plupart fracturés, voire cassés. Sa colonne vertébrale était brisée dans le bas du dos, la rendant irréparable. Ses organes présentaient tous de sévères défaillances. Le corps médical ne faisait pas d’illusions sur le sort de l’Ex Général, mais ils ne pouvaient pas mettre fin à ses souffrances où l’abandonné. Pas par conscience professionnelle, mais parce qu’un homme les avait grassement payés pour qu’il soit soigné durant au moins un mois. Véreux et sûrs de sa mort rapide, les médecins acceptèrent.

Les premières heures de Nashar enfermées dans son propre corps furent affreuses. Il rageait contre Zayro Jinn, et uniquement lui. C’était sa faute s’il était dans cet état ! Sa faute s’il s’était emporté et qu’il lui avait détruit le corps du mage ! Sa faute s’il était qu’une brute incapable de tuer ! Alors pourquoi devait-il subir les répercussions des erreurs d’un autre ? Cela n’avait pas de sens ! Aucun ! Quand tout mouvement était impossible et que l’on était forcé à regarder le même plafond blanc à longueur de temps, chaque pensée prenait une intensité et une profondeur infernale. Qu’importait le nombre de fois où il rejouait la scène devant lui, c’était totalement la faute du colosse. Il n’était pas normal, pas basique. C’était un rustre de la pire espèce, ne connaissant que la violence. Les mots n’avaient aucun poids sur lui. D’ailleurs, c’était louche de l’avoir rencontré au milieu de nulle part. Après tout, n’était-il pas le bras droit de Sul Hei ? Peut-être que le Roi chien avait ordonné l’assassinat de l’Ex Général ? Oui ! C’était logique ! Le dignitaire ! Il a dû en dire trop ou mal mentir ! D’une manière ou d’une autre, Sa Majesté avait dû apprendre le meurtre des politiciens que Nashar avait perpétré ! Il payerait pour avoir manqué son coup.

Le monde entier semblait être la cause des malheurs du mage bleu. Mais quelque chose vint très vite interrompre ses pensées paranoïaques du deuxième jour. Il l’avait senti. Enfin. Depuis tout ce temps où il n’arrivait plus à utiliser ses pouvoirs de glace, il venait de ressentir le froid parcourir son corps de nouveau. Cela lui était déjà arrivé : après un effort intense, il n’avait plus accès à ses capacités pendant un petit moment, donc il ne s’en était pas inquiété. Avec le Demon’s Extract de nouveau accessible, il allait pouvoir rafistoler son corps. Petit à petit, il s’aperçut qu’il pouvait bouger le bout de ses doigts. Merveilleux, il semblerait qu’il allait pouvoir recouvrir l'usage de son corps. Ce ne fut que le quatrième jour qu’il put faire un mouvement significatif, immédiatement perçu par une infirmière. Aussitôt, une horde de blouses blanches vinrent à son chevet et il reçut une attention toute particulière. On l’étudia de plus près pour s’apercevoir que sa colonne vertébrale s’était mystérieusement réarrangée. Les os explosés avaient presque tous était remplacé par une matière dure non identifiée. Les organes semblaient avoir retrouvé leurs fonctionnements habituels. Seul l’épiderme ne connaissait pas de guérison miraculeuse. Peut-être que cela viendrait plus tard ? Impossible de le dire, mais tous furent sidérés par un tel niveau de régénération. L’éventualité que ce patient puisse être un élu fut alors une évidence.

Le mage de Fuyu n’était pas bête. Il avait eu de la chance jusque-là : personne n’avait remarqué le sceau du dragon sur sa langue. Il fallait dire que dès qu’il avait retrouvé la capacité de geler les choses, il s’était scellé la mâchoire. Affronter tout Seika dans cet état serait comme nargué de nouveau Zayro Jinn. Une très mauvaise idée. Il allait devoir très vite se remettre sur pied, quitte à être privé des drogues anesthésiantes, et trouver refuge quelque part. Il retrouvait de plus en plus le contrôle de ses membres inférieurs et arrivait, au bout d’une semaine, à plier le genou. Encore un peu… Un tout petit peu…

Les choses s’accélérèrent. Le dixième jour, Nashar fit ses premiers pas dans sa chambre. Le onzième, il put de nouveau courir. Enfin, le treizième, il lui semblait avoir récupéré quasiment toutes ses capacités. Hélas, il restait la douleur de ne pas avoir de peau. Plus que ça, une sorte de malédiction semblait s’être imprégnée en lui. Chaque courant d’air, chaque touché, chaque contact avec autre chose que du vide lui infligeait d’extrême douleur. Surement la conséquence d’être aussi exposé. Seuls les médicaments le calmaient, mais il était difficile de s’y faire.  Ajouter à cela la souffrance psychologique de voir en permanence les muscles de son visage sans jamais pouvoir fermer les yeux. C’était tout bonnement invivable. On était obligé de lui administrer de puissants sédatifs pour qu’il puisse dormir. Pour une obscure raison, les médecins étaient obligés de doubler chaque dose qu’ils lui injectaient afin que cela fasse effet. Le sang du démon qui coulait dans les veines de l’Ex Général n’était pas facile à maitriser.  

Hélas, le bleuté n’était pas au bout de ses peines. Il sentait quelque chose se produire en son for intérieur. Comme si deux forces se battaient dans un féroce combat et qu’elles prenaient toutes les deux une grande partie de son énergie. Ce n’était qu’une impression, mais qu’en était-il en réalité ?

Nashar réfléchissait à partir. Il volerait simplement de quoi tenir jusqu’à Fuyu. Si retourner dans un pays où le Roi avait peut être demandé son exécution pouvait paraitre idiot, c’était chez l’ennemi que l’on était le mieux caché. Au moins, la population ne le dénoncerait pas : le sceau était celui du Dragon, pas celui du Phoenix ni du serpent. Il n’aurait qu’à se trouver un petit village isolé et s’y installer. Oui, c’est la meilleure chose à faire. Il reprendrait des forces et pourrais mieux enquêter sur les commanditaires de son prétendu assassinat. Oui, c’était la meilleure chose à faire.

À la fin du treizième jour, alors que le soleil allait se coucher dans environ deux heures, un médecin, très bien habillé, vint prendre des nouvelles de son bien étrange patient. Il avait aussi un autre but, jusque-là,  Nashar n’avait dit un seul mot, il espérait au moins apprendre son nom.

- Bonsoir, monsieur le miraculé. Vous allez bien ?

L’élu de Fuyu se contenta lui faire oui de la tête avant de la tourner ailleurs. Il voulait le moins de contact possible avec les Seikajins.

- Pouvez-vous parler ? Ou écrire ? Nous devons au moins connaitre votre nom. Ce n’est qu’une formalité pour que nous puissions vous enregistrer.

Le bleu aurait bien donné un faux nom, mais parler maintenant donnerait l’ascendant sur lui. Il ignora donc les questions sans faire le moindre mouvement.

- Je vois. Nous savons que vous êtes un élu, à cause de vos capacités de régénération hors norme. Vous avez subi un traumatisme… Important. Très, important. N’importe qui serait brisé par cela. Nous avons tous notre part de faiblesse.

Brisé ? Part de faiblesse ? Mais de quoi se mêlait-il ? Comme si Nashar y était pour quelque chose ! C’était Zayro Jinn ! Zayro Jinn ! Il était l’unique responsable ! Le chien de Sul Hei ! Mais il n'osait rien dire, déjà qu'il avait deviné son identité d'élu.

- Bien, je vois que nous avons quelques réactions musculaires qui semblent être… Agressif. Tant mieux, cela prouve que vous comprenez ce que je dis, et que vous semblez ne pas aimer l’entendre. Je vais donc continuer à vous parler en guettant vos réactions.

Comme si le chasseur allait s’abaisser à un simple test émotionnel ! Il pouvait supporter bien plus que cela ! Beaucoup plus ! Et puis, il allait bientôt partir, il n’était pas dans son intérêt de dévoiler la moindre information.

- Hum… Monsieur, j’essaye de vous aider. Il va falloir coopérer si vous voulez être soigné plus efficacement. Vous nous devez bien ça non ? Après tout ce que nous avons fait pour vous.

Tout ce qu’ils avaient fait pour lui ? Ils n’avaient rien fait à part lui injecter des calmants et le nettoyer ! Il s’était guéri tout seul ! Bien que sa colonne vertébrale et ses organes se soient régénérés mystérieusement...

- Bon, vous vous sentez bien ?

Toujours aucune réaction. Nashar avait décidé de ne pas participer à la conversation.

- *soupir* avez-vous mal ?

Quelle question idiote, inutile d’y répondre.

- … Savez-vous ce qui vous a fait ça ?

Il commençait à s’aventurer sur une pente huileuse.

- Règlement de compte ? Une bête ? Avez-vous pu vous défendre ?

Qu’il se taise !

- Êtes-vous heureux d’être en vie ?

PAYSAN !

- Avez-vous cru que vous alliez mourir ?

S’en était trop. Nashar devait lui dire de se taire ! Alors, empreint de rage, il se décongela la mâchoire pour ouvrir sa bouche. N’ayant pas fait ce geste depuis un moment, celle-ci se retrouva grande ouverte, laissant le docteur voir avec effrois le sceau du Dragon.

- Mais qu…. Qui êtes-vous !?

Mais l’horreur ne s’arrêtait pas là… Il était dur d’articuler des mots après tout ce temps. Toutefois, cela n’avait aucune importance. Le mage s’était mis en tête de faire comprendre à ce bon samaritain qu’il n’était pas commode. Alors, sans vraiment se rendre compte des possibles malentendus, il décida de dire le nom de son agresseur. Le colosse était craint, peut-être qu’une personne ayant pu survivre à un de ses assauts le serait aussi ?

- Z… Za.. Zay…ro… Jinn.

Le médecin eut un recul de panique. C’était un peu exagéré… A moins que… non… Quelle était la dernière question ? « Heureux d’être en vie ? » Non ! Il en avait posé une autre après celle-là ! Que ?

Sans perdre Nashar de vue, l’homme quitta la pièce dans la hâte. Sa voix raisonnait dans le couloir. Puis dans les rues de Chikai

- ZAYRO JINN EST ICI ! APPELEZ LA GARDE ! LES ÉLUS ! VITE !

La réponse à son appel à l’aide ne se fit pas attendre, malgré l’incohérence d’une telle visite.



Pendant ce temps, un vieil homme barbu cherchait une certaine chambre…




Revenir en haut Aller en bas
Messages : 638
Yens : 536
Date d'inscription : 24/10/2014
Age : 21

Progression
Niveau: 103
Nombre de topic terminé: 24
Exp:
8/12  (8/12)
avatar
Schneiden Non-validé

-



MessageSujet: Re: Kill The Truth   Dim 18 Oct - 23:10


• Entrainement •


Le soleil tapa d’une main de fer sur l’entièreté de la capitale de Seika, Chikai. Les rues étaient animés et les gens actifs, comme toujours. Mais l’événement le plus intéressant se déroulait au niveau du palais royal, plus précisément au niveau des casernes réservées aux soldats. En effet, un certain maître de l’espace y avait élu résidence cette après midi avec sa compagnie de recrue qu’il avait formé depuis son ascension au rang de capitaine qui avait eu lieu peu avant les croisades contre les sectaire d’Aeternam dans les forêts denses de Seika. Ils avaient pris du niveau depuis et  la plupart avaient désormais la technicité et la force d’un soldat lambda avec d’autre cas exceptionnel étant largement au dessus.

« Un ! Deux ! Un ! Deux ! Encore ! Plus rapidement cette fois ! Un ! Deux ! Un ! Deux ! »

La plus grande partie des recrues reproduisait au millimètre prés la gestuel du maître de l’espace. Ce dernier mettait s’efforçait à reproduire les katas basique du Poing Furieux de Seika, l’art martial du pays de Phoenix. Contrairement au Croc du Serpent qu’il avait appris des moines combattants de Minshu, le Poing Furieux se focalisait plus sur la puissance physique pure ainsi que les enchainements solides et puissants. Il avait appris les bases de cet art du combat pour pouvoir l’enseigner à ses hommes mais la vérité était qu’il avait lui aussi du mal avec les différents Katas proposés. Tout était beaucoup trop éloigner de ce qu’il avait appris à Minshu. Contrairement au Croc du Serpent qui requérait souplesse, agilité et les contres, le Poing Furieux requérait rigidité, puissance et un enchainement de coup constant. Et il était hors de question d’enseigner un art ancestrale de Minshu aux soldats de Seika. Il respectait beaucoup trop son maître, Zhao, pour lui faire cet affront.

« Capitaiiiiiiiine ! Vous ne voulez pas faire une pause ? Cela fais des heures qu’ont répètes les mêmes mouvements encore et encore »

« Idiot ! Tais-toi un peu, Kiryuu. Ce n’est pas parce que tu es faible que tu dois entrainer le reste du groupe dans ta fainéantise  »

« Haaan !? Ta un problème, Ren !? Tu veux te battre !? »

« Tu as un désir de mort, paysan ? »

« Tu me dira ça quand tu sera six pied sous terre, fils a papa »

Une claque sur la tête de la part du maître de l’espace les fit instantanément taire. Schneiden soupira en voyant les deux recrues qui ne semblaient jamais s’entendre. Que ce soit en entrainement ou la vie de tous les jours, il n’avait jamais vu les deux jeunes hommes être sur la même fréquence. Pourquoi de toute les recrues, il était tombé sur le duo infernale ? Où chaque rencontre se terminait sur une lutte à mort ?

« Qu’est ce que j’ai fais à Fenghuang pour tomber sur vous deux ? »

« Nous aussi ont auraient préférés tomber sur le groupe de votre amie vous savez, Capitaine »

« Ah… Imbécile »

Une veine se forma sur la tempe de Schneiden alors qu’il observa sa recrue la plus gaffeuse. Il avait l’air calme en surface, mais si l’on s’attardait sur ses yeux, ont pouvait voir que sa pupille était pris de petit spasmes incontrôlables, signe de son agacement. D’ailleurs, sa voix montra bien son état d’esprit. Venimeux. Comme le croc d’un serpent.

« Ooohh~ Alors comme ça, tu n’es pas satisfait de mes enseignements ? »

« H-Hein ? »

« 100 tours du palais »

« Q-Qu-»

« Maintenant »

« Mais- »

« Maintenant »

« Oui ! »

Schneiden regarda le jeune Kiryuu détaler pour sauver sa vie et soupira légèrement avant de se détourner et regarder dans un coin de l’aire d’entrainement. Une petite partie des troupes se trouvait en face d’une jeune femme et semblait absorber comme des éponges la moindre information qu’elle régurgitait. Son regard s’adouci légèrement quand il regarda le jeune femme, c’était sa partenaire de toujours après tout. Geleerde avait accepté de l’accompagné lors de sa session de formation avec ses hommes. Par la force des choses, elle s’était ensuite retrouvé à former une petite partie de ses hommes. Pourquoi ? Comment ? Ce n’était pas à lui de le dire. Cela semblait presque être trop bon. Ils étaient tout les deux là, à entrainer ses hommes dans une ambiance relativement calme. Seika se portait bien. Ses habitants aussi. Tout allait trop bien. C’était comme le calme avant une tempête. Et Dieu… Qu’il avait raison.

« Schneiden ! Schneiden ! »

Le justicier fronça les sourcils et se retourna pour voir arriver en trombe un des messagers de Seika qu’il avait prit l’habitude de côtoyer. Il se mit instantanément sur ses gardes  et se rapprocha de l’homme qui était à bout de souffle. Il tendit l’oreille en direction de ce dernier et écouta attentivement les mots qui s’échappèrent de sa bouche. Il ne fallut qu’une milliseconde pour que le manieur de la Muramasa ne se redresse brutalement et qu’il ne laisse échapper sa voix rugissante.

« Quoi !? Zayro à été aperçu !? »

Sa mine se renfrogna instantanément et son expression se fit plus froide. Il lâcha un regard en direction de la jeune hybride qui se tenait derrière lui, l’air alerte. Le messager de l’enfer était revenu.



Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Kill The Truth   Sam 7 Nov - 13:47






Les lueurs de midi tapèrent avec détermination sur les murs de la Capitale de Chikai, temple du Phénix et de ses élus aux tempéraments de feu et d'acier. L'entrainement accordé aujourd'hui fut mené au bon soin de Schneiden et Geleerde, tout deux occupant la place de maître, formant les jeunes recrues. Bien que ce privilège soit habituellement attribué exclusivement au protecteur de Seika, les choses finissaient par changer avec le temps. L'alliance entre les terres du Serpent et du Phénix, étant l'un des facteurs menant à ce dit changement. En effet, les forces militaires se devaient d'être bien plus imposante désormais et l'aide de n'importe quel élu serait le bienvenu pour cela.

Aussi, lorsque le manieur de démon se dirigea au palais royal pour s'occuper de ses jeunes soldats, la louve étant forcément dans les parages, elle accepta bien volontiers la demande de son allié pour l'accompagner. Toutefois, lorsqu'ils passèrent les portes de la zone d'entrainement, les regards lourd de sens des soldats éveillèrent en Geleerde, une envie folle de frapper le premier venu. Et les quelques remarques à son égard n'arrangèrent pas cela :


- Il nous fait quoi, là ?

- J'savais pas qu'on pouvait ramener sa p'tite amie ici, hey !

- Tu crois qu'ils l'ont déjà fait ?

- Il doit pas trop s’ennuyer en tout cas...

- Ksh.


Evidemment.

Comment avait-elle pu oublier que les femmes combattantes étaient la plupart du temps mal vu à cette époque ? Bien que le peuple de Seika fasse parti des plus compréhensif sur le sujet et que ces quelques remarques furent prononcées d'un ton se voulant taquin, il ne fallait pas oublier qu'au temps de l'ère Edo, une femme était loin du champ de bataille. Aussi, pouvait-on leur en vouloir ?


Pour l'hybride, c'était évident.


Ce fut donc sans surprise que Geleerde fit savoir à son coéquipier qu'elle souhaitait remettre en place certains de ces soldats, en les entraînant de son propre côté, une veine naissante sur le coin de sa tempe. C'était une occasion idéale pour elle de démontrer de quoi elle était capable. Un exercice qu'elle n'avait que trop rarement pu faire depuis son arrivée en Kosaten, à son goût. Bien que sa pédagogie ne convienne pas à tous et encore moins aux plus jeunes...

Bien qu'habituellement, l'hybride préférait mener les troupes dans les zones hostiles pour forger les entraînements de ces derniers, préférant sans doute la pratique à la théorie, cette étape restait primordiale pour tout combattant qui se respecte. De plus, appartenant désormais à la nation du feu, Geleerde se devait de respecter les coutumes et autres traditions de ce second foyer, malgré quelques réticences personnelles de part son statut d'hybride. Du côté de la louve, les soldats furent bercés d'une profonde concentration, effectuant des mouvements lents et souple. Commençant d'abord par une série du Poing Furieux que Schneiden s’évertuait à apprendre, l'élue de Seika passa rapidement à sa propre méthode. Les épuisant tout d'abord physiquement, elle allait désormais travailler sur leur mental et leur endurance.

Une base du Chi-kong, permettant de conditionner son énergie intérieure en complément de la force extérieure. Pour les moins assidus, Geleerde ne manquait pas une occasion pour les frapper à l'arrière du crâne, tout en faisant comme ci de rien n'était, pendant que le rêveur se massait douloureusement le sommet de sa tête. Pour un néophyte dans le domaine et voyant l'entrainement de loin, il ne comprendrait sans doute pas l'importance capitale de ce type d'exercice. Pourtant, cela constitué une étape indissociable avec les autres. Ainsi, lorsque la voix de Kiryuu se fit entendre, la louve retenue un sourire taquin, terminant sa forme sans en être affectée, jetant un regard provocateur en biais lorsque ce dernier fut réprimandé par le manieur de la Muramasa. Pointant du doigt le gaffeur, la louve y ajouta sa petite touche personnelle :


- La prochaine fois Kiryuu, je me ferais un plaisir de t'avoir dans mon groupe. J'espère pour toi que tu es endurant, je te réservais un entrainement spécial.


Il fallait bien l'avouer, Geleerde appréciait particulièrement ce genre d'effet. Mais qu'est-ce qui pouvait bien le plus déplaire à Schneiden, dans cette remarque ? Le fait que son apprenti préfère un entrainement - en apparence - plus doux, ou pour le fait que Kiryuu aurait mieux apprécié pouvoir observer la plastique de la jeune femme en face de lui que les muscles de son supérieur ? L'hybride jeta un regard en direction des soldats lui faisant face, découvrant avec étonnement que certains, encore peu habitué à ce genre de pratique, étaient essoufflé. Un demi-sourire moqueur, Geleerde s'approcha d'eux et éleva la voix :


- Entraîner seulement le corps n'est d'aucune utilité dans un combat. Si votre esprit n'est pas en parfaite harmonie avec le reste, vos mouvements seront erronés. La prochaine fois, il vous faudra être capable de maintenir cette position pendant quinze minutes... Et pour ceux qui douteront de l'efficacité de cet entrainement, je me ferais un plaisir de vous faire une petite démonstration de style avec les volontaires.


Quelques recrues ne purent se retenir d'exprimer une grimace à cette idée, pendant que d'autres, bien plus conscient de l'exercice en question, poussèrent de brefs soupirs. S'ils savaient seulement ce qu'elle réservait, ils en seraient encore bien plus inquiet. Mais n'était-il pas préférable de ne pas dévoiler toutes ces cartes au premier tour ?

Toutefois, un événement changea la donne de cette journée. Une perturbation, aussi surprenante qu'inattendue, se fit entendre. Le retour de Zayro Jinn, le messager des enfers. Aux mots de son compagnon, les muscles de l'élue se crispèrent et son regard s'enflamma d'une colère noire. Une série de flashe interminable se déroula devant elle, tandis qu'une vive douleur l'interpella au niveau de son œil perdue.


Un souvenir...


Zayro... Comment le colosse avait-il pu entrer ici ? Qu'avait-il l'attention de faire en débarquant dans la cité même où se trouvait sa Némésis, Schneiden ? Serrant les dents et le poing, Geleerde se rapprocha aussitôt du manieur de la Muramasa, le dépassant, pour se planter droit devant le messager de Seika, l'attrapant brutalement par le col.



- ... Où ?



-----------------------------------------------------



Accourant à toute hâte vers l'hôpital désigné par le messager, la louve s'arrêta dans sa course pour inspecter les alentours, le regard alerte, cherchant le démon de Fuyu. S'il espérait pouvoir entrer dans la Capitale, il se trompait lourdement. Elle ne le laisserait pas s'échapper. Pas cette fois. Pas encore.


- Zayro ! Montre toi !


A l'intérieur de l'hôpital, des cris arrivèrent aux oreilles de la louve qui fronça les sourcils en réaction. Une aura malsaine entourant la jeune femme, Geleerde n'attendit pas une seconde de plus pour entrer dans le lieu qui deviendrait le tombeau du géant de fuyu...


- Ou je viendrais moi-même te chercher...





Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Kill The Truth   Lun 11 Jan - 18:56







Kill The Truth
★ Fuyu Mada'fucka



Le médecin s’était sauvé en toute hâte, laissant Nashar seul dans la pièce. Il semblerait qu’un malheureux quiproquo venait de se produire. Bah, il n’en était plus à un près. Mais l’homme avait appelé la garde et les élus… De gros ennuis allaient lui tomber dessus maintenant. C’était pour ainsi dire la fin. Même lui le savait. Il avait beau avoir retrouvé quelques capacités, il ne pourrait pas partir à temps. Déjà, n’étant jamais venu à Chikai, il ne pourrait pas se repérer. Et puis son apparence ne passerait vraisemblablement pas inaperçue. La douleur avec la friction de l’air serait d’autant plus insupportable quand il serait à l’extérieur. Sans compter que ses pieds, dénudés de peau, entreraient en contact avec le sol. Bien des souffrances pour un objectif incertain. Cela en valait vraiment la peine ?

Les premiers sur les lieux furent deux simples gardes. Leurs statures laissaient à deviner qu’ils n’auraient pas était de taille face au véritable Zayro Jinn. Même contre un Nashar en pleine forme, leurs chances de survies auraient été minces. Cependant, le bleuté était extrêmement affaibli. La troisième mise à mort de sa vie serait donc exécutée par des faibles. C’était rageant. Lui qui aurait voulu mourir de sa belle mort, sur son trône fait d’os et de chair, ou même mourir au combat, dans une glorieuse bataille… Il allait encore se faire décapiter en place publique. C’était… Affligeant. Surement sa destinée. Mourir humilié. Qu’elle genre de monde pouvait-il y avoir après celui-ci ? La première fois, il s’était retrouvé en Kosaten. Peut-être que d’autres dieux avaient besoin d’un mage de glace ? Il accepterait volontiers de passer un marché, même avec le diable. Sentant sa volonté peu à peu faillir, il remarqua étrangement que ses pouvoirs lui revenaient en même temps.

En parlant de diable. Un vieillard était à l’accueil. Il était fortement troublé par l’accumulation de garde et par les consignes qu’on lui donnait. « Veuillez évacuer cette zone, elle va se transformer en champ de bataille sous peu » ; « Partez ! » ; « si vous n’êtes pas un élu ou un soldat, vous n’avez rien à faire ici ». Il se doutait bien que cela avait un lien avec l’objet de sa présence en ces lieux. Nashar. Se serait-il fait démasquer ? Cela pourrait devenir intéressant. Alors, sa voix de gentleman abattue par les années, il déclara à l’un des gardes :

- Je me nomme Taen, puissant mage au service de l’Empereur depuis… Rof, depuis ma plus tendre enfance, et je ne suis plus très jeune. J’ai notamment servi le Grand Prêtre Majan, il y quelques années, un fieffé orateur celui-là… M’enfin, je peux vous demander ce qui se passe ?


D’abord ennuyé par la quantité d’information abrupte et inutile, le garde réfléchit rapidement à la situation et conclut qu’ils auraient besoin de toutes les forces nécessaires pour arrêter Zayro Jinn.

- Ne l’ébruitez pas, mais le Messager de l’Enfer est ici. Je ne suis pas très gradé, mais je pense sans me tromper que le gros des troupes va débarquer sous peu. En attendant, nous allons devoir évaluer le danger…


- N’en dites pas plus, je suis volontaire, coupa soudainement le magicien.Je sens la présence de personne près de… Zayro Jinn. Des gardes, je présume ? Je vais maintenir notre gredin en l’incapacitant, vos hommes devront quitter la pièce immédiatement. C’est du suicide de se retrouver seul avec lui dans une aussi petite chambre.

Avant que le garde ne retourne son argument contre lui, Taen disparut sous ses yeux. Il réapparut instantanément devant la porte de la chambre de Nashar. Ouverte, il se glissa à l’intérieur et contempla, par-delà deux hommes sévèrement blessés et possiblement dans les vapes, un cadavre vivant.

- Ma foi, vous avez repris du poil de la bête, Nashar.

Debout et ne ressentant quasiment plus la douleur, le mage de glace se givrait peu à peu le corps, le protégeant ainsi de la friction avec l’air.

- L’adrénaline. Comment connaissez-vous mon nom ?

Le bleuté se rapprocha alors dangereusement des deux pauvres gardes qui étaient lacérées de partout. Les pauvres avaient été victimes de ses lames de glace dansante. Le magicien s’interposa alors.

- Inutile de faire cela, mage de glace. Vous ne voudriez pas vous attirer les foudres de Karui Hanja. Déjà qu’on vous prend pour Zayro Jinn. Et puis, cela serait… Hmpf.

Sa phrase fut interrompue par un couteau de glace lancé rapidement dans sa direction. Heureusement, seuls quelques poils de sa barbe furent arrachés. Une menace.

- Je vous ai posé une question. Si vous êtes venu me tuer, cela ne se fera pas sans mal.

Taen jaugea la situation. Son protégé était sur les nerfs, il fallait le calmer.

- Je ne suis pas là pour vous tuer, vous seriez déjà mort sinon. Bien au contraire, c’est à moi que vous devez la vie. À moi et à un ami. Nous vous avons injecté… Des larmes d’anges. Elles font bien leurs boulots on dirait. Pour votre peau par contre… Bref, je vous connais parce que je vous connais. Cela serait trop long à expliquer, et de toute façon, nous avons plus urgent à régler. Il y a des chances pour que tout Seika cherche à vous occire…

- Qu’ils essayent, je ne serai pas le premier Fuyujin à leur échapper in extrémis.

- Ils y arriveront. Vous êtes dans un état lamentable, je me demande même comment vous pouvez parler.

- L’adrénaline.

- Non. Vous avez régressé. Le fait que vous ayez encore vos pouvoirs en est la preuve. Le sang de démon dans votre corps a le dessus sur les larmes d’ange… C’est inquiétant…

- Comment… !?

« …savez-vous pour le sang de démon ? » ; c’était ce qu’il aurait aimé demandé. Hélas, un autre garde arriva à la porte, celui-ci beaucoup plus costaud.

- Vous ! J’ai été le garde personnel de Majan pendant des années et je ne vous ai jamais vu ! C’EST UN IMPOSTEUR QUI CONSPIRE CONTRE L’EMPIRE !

- Hmpf, l’Empire contrattaque on dirait…




Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

-



MessageSujet: Re: Kill The Truth   

Revenir en haut Aller en bas
Kill The Truth
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Born to kill all lives...
» Tell me would you kill to save a life. || Esprit d'Enfant.
» Who is Josh Groban? Kill yourself!
» Hidden Truth [ Partenariat ] Fermé
» Kill points

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Manga Multiverse ::  :: Empire de Seika :: Capitale de Chikai-


Crédits : Design : Phoenix & Pingouin Règlements & Contexte : Phoenix
Forum optimisé pour Google Chrome.