Partagez | .
We sing the same song
Invité Invité

-



MessageSujet: We sing the same song    Lun 21 Sep - 18:18


-  We sing the same song [PV NASHAR] -




Ce monde est décidément complètement incompréhensible... Enfin je sais pas, mais je débarque dans un putain de désert aride, le truc c'est marche ou crève. Autant vous dire qu'ils vous servent pas le café là-bas, je croyais pas que j'allais m'en sortir. Enfin bref, d'abord cette fournaise infernale, suivie d'une ville immense remplie de populace, de richesses, pas si différente des capitales que j'ai pu connaître sur la Terre... Et maintenant je me retrouve dans une jungle ! Enfin, une forêt plutôt, je fais pas copain copain avec des singes actuellement, tout simplement parce qu'il n'y en a pas. Si le climat et les décors sont beaucoup plus sympas que dans le désert, je me retrouve à nouveau seule avec moi même. Je suis venue ici parce qu'il me semblait que dans une forêt je pourrais trouver de quoi chasser, et surtout de quoi bouffer gratos. En effet, je vous parle pas de la surprise quand j'ai découvert que la monnaie de chez moi ne valait rien ici. Pourtant plus que tout, je dois survivre. Hors de question de rester dans ce trou paumé, C'est vrai, je n'ai jamais rien demandé moi. Je suis une soi-disant « élue », mais j'en ai rien à foutre moi.

« Imagine une seconde que monsieur Richard cherche du jambon, et que trouve t-il ? Un cochon ! Monsieur Richard aura t-il le courage de trouver ce qu'il veut ? »

Me voilà qui parle toute seule... A un dîner d'affaires organisé par mon père, un homme m'avait posé cette question. Nous parlions du bonheur, de comment l'obtenir et de notre capacité à l'atteindre. C'était toujours comme ça aux dîners de toute façon, philosophie et économie...  Eh bien cette phrase ne m'a jamais autant parlé. En effet, même si je trouve un animal, je ne suis même pas sure d'avoir le courage de le tuer. Je crois que je commence à comprendre qu'ici c'est un faux paradis. Ou alors un autre paradis pour les riches. Je déteste ça. C'est vrai, j'me suis pas barrée de chez moi pour retrouver le même système ici. En plus ça fait un moment que j'ai pas fumé, ni consommé de mon fabuleux vertigo, et à vous dire vrai je commence un peu à sentir la frustration... Encore que je ne pensais pas capable de rester sobre aussi longtemps. Après une bonne heure de marche dans cet endroit magnifique je me suis résignée, j'aurais eu plus de chance de trouver un lapin à Chikai qu'ici putain ! Mais attends... c'est quoi cette immense flaque au loin ? Oh ça c'est une bonne nouvelle !

« C'est l'heure de s'amuser Kal' ! »

Je me suis mise à courir comme une gamine en direction de l'étendue d'eau se trouvant à une cinquantaine de mètres de moi. Au fur et à mesure j'enlève mes vêtements, après tout je suis seule ! Une fois en sous-vêtements je prends l'élan du grand plongeon, et BOUM. Enfin, plutôt « splash » à dire vrai. Qu'est ce que ça fait du bien!Je n'ai pas eu l'occasion de me laver depuis un bon bout de temps. Ma tignasse bleue commence à perler sur mes épaules des petites gouttelettes saphir. Tiens, voilà un autre problème... Il est où le magasin de couleurs capillaire ici ? Oh et puis merde, au final c'est pas ce qui m'importe le plus actuellement. Enfin il doit bien exister des fleurs aux colorants naturels ici ? Soudain je suis coupée dans ma réflexion inutile mais pourtant intense par un bruit indiscret. Aussitôt je me retourne dans la direction du son. Prudente, je sors de l'eau et me fléchit légèrement, plus un bruit... Juste une feuille ? Je m'approche tout de même un peu plus, je crois distinguer une silhouette.

« Sors de là immédiatement, à moins que tu veuilles que je vienne te chercher ? »
©MangaMultiverse
Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: We sing the same song    Lun 21 Sep - 19:29







We sing the same song ♪
★ Kill the loneliness


« U-Un… ! U-UN D-DRAGON ! UN DRAGON COMMUN ! A COUVERT ! »

La troupe de Seika qui escortait Nashar et le magicien Taen hors du pays se resserra d’un coup. Les huit hommes la composant sortir leurs lances. Même le vieux barbu, qui se hâtait pourtant de conduire l’homme de glace au Sanctuaire Blanc, se tint prêt pour la bataille. L’adversaire était énorme. Sa gueule pouvait facilement contenir un homme obèse. Voire un homme obèse et demi. Il semblait plus que dangereux et par-dessus tout, il était agressif. Déployant ses larges ailes, il comptait bien faire du groupe d’imprudent son diner. Le chef des soldats du Phoenix cria alors au reste du groupe.

- Soldat ! Bouclier en avant ! Lance par-dessus ! S’il prend de la hauteur, dispersez-vous et à couvert sous les arbres les plus épais que vous trouverez ! Magicien ! Homme de glace ! Il faut l’immobiliser pour que nous puissions attaquer !

Taen fit alors apparaitre un sceptre de nulle part et le brandit vers la créature.

- Monstre, fils des dieux malsain ! Votre existence met en péril la mission qui m’a été confiée ! Je protégerai cet homme sans que vous ne puissiez le toucher ! Gardez vos crocs dans votre gueule ! Vous ne passerez pas !

Enthousiasmés, tous les hommes crièrent d’une voix, seule et unique. Tous… Sauf Nashar. Eh oui. Quelle bonne distraction pour s’enfuir. Le bougre souffrait d’une grosse dose de paranoïa. Il pensait que Sul Hei, roi de Fuyu, avait tenté de l’assassiner par le biais de Zayro Jinn. Par la suite, il pensait que Taen, celui lui ayant sauvé sa vie, essayait de l’attirer dans un piège. Et pour cause, la veille, le vieux magicien lui avait fait prendre une poudre étrange. La poudre de Kitsune. Tant qu’il y en aurait dans son organisme, les faibles d’esprit, ou faibles élus le verraient sous son apparence normale. Normal. Pas réelle. Car après le combat contre le Messager de l’Enfer, Nashar ne possédait plus que 42% de sa peau. Il avait dû recouvrir l’intégralité de son corps avec une sorte d’armure de glace souple, pour éviter toute sorte d’infection ou de souffrance. Il souffrait de son nouveau physique, symbole de son échec. Pour courroner le tout, il était convaincu que la poudre lui faisait ressentir des sentiment… Faible.

Toujours la veille, il avait fait la rencontre d’Aki, jeune paysanne. Oh, il ne se doutait pas qu’elle était en réalité une élue du Phoenix. Il n’avait pas cherché à le savoir de toute façon. Tout ce qu’il voulait à ce moment, c’était fêter le cadeau que lui offrait la poudre de Kitsune. Personne ne le regardait dans la rue. Personne ne lui faisait de commentaire. Les femmes ne le fuyaient pas. C’était tout ce qu’il demandait. Toutefois, la jeune rousse lui avait fait quelque chose. Alors qu’il était parti pour la draguer et se la faire, il commença à ressentir certains sentiments. Des choses inhabituelles pour lui. L’amour. Il refusait de l’admettre, mais il savait que c’était là. Alors, comme chaque grand homme devant l’inconnu, il chercha l’excuse la plus plausible et fuit. Elle aussi était pour lui une espionne de Sul Hei. Elle aussi avait tenté de l’embobiner. Face à autant de traitre, Nashar se sentait obligé de partir. Il n’allait pas rester avec Taen, alors que celui-ci l’emmener peut-être dans la gueule du loup !

C’était donc sans la moindre hésitation que l’Ex Général de l’Empire s’était embourbé entre les denses bois de la forêt tropicale de Seika. Il ne savait pas où il allait. De toute façon, il était chasseur de base : survivre seule, c’était son quotidien. Il saurait se débrouiller. Bref, tout ça pour vous dire que Nashar se retrouvait seul, avec de la poudre lui redonnant son apparence habituelle. Sa paranoïa était encore haute, mais il savait qu’aucun stratège n’aurait pu prévoir la présence de ce dragon, et donc sa fuite. Tout irait pour le mieux. Il était calme maintenant. Il n’avait plus aucune raison d’avoir peur. Maintenant qu’il était seul, il allait pouvoir se reposer… Bien qu’il n’arrivait plus à dormir.

L’Ex Général continua sa « route » pendant quelques heures. Un splash attira son attention. De l’eau dans une forêt ? Une rivière ? Non. Un lac. Sans vraiment chercher à se cacher, il resta un peu loin, en tentant d’apercevoir l’animal qui venait de plonger dans l’eau. Ce n’en était pas un. Alors là, vraiment pas. Mais genre, vraiment pas. Sérieusement. C’était une femme, assez jeune d’après son manque de ride. Le premier détail qui frappait… Ses cheveux bleus ! Une parente ? Ce trait était propre à la famille de la mère du mage de glace. À moins qu’elle ne vienne d’un autre monde ? Si tel était le cas, elle était sans doute une élue de Seika. Mieux valait rester éloigné d’elle. Une Seikajin n’avait pas de raison pour travailler avec Sul Hei, mais il avait promis de laisser les élus du Phoenix en paix. Avoir deux gouverneurs sur le dos, ce n’était pas le plus conseillé.

Nashar resta un moment à observer le corps de la demoiselle. Elle était en sous-vêtement. Ce qui était visible était suffisant pour faire travailler l’imagination… Et notre ami en débordait. Une femme avec les cheveux bleus et un corps accueillant ? Qui dirait non ? Surtout quand cette dernière l’interpella vivement. A cela, d’ailleurs, le chasseur rétorqua non sans cacher son amusement.

- Mais venez donc me chercher, j’aurais la chance de vous voir plus en détail.

Phrase d’approche faite, le bleuté s’avança. Il ne savait absolument pas quand la poudre de Kitsune allait arrêter d’agir ni même si cette femme était sujette à son effet. Au cas où, il gardait une image mentale de lui assez précise. Ses cheveux bleus à lui étaient mis longs, et il portait sa tenue blanche habituelle, décorée de son écharpe ciel. La classe quoi. Il ne montra aucune gêne dans sa démarche ni dans son observation de la lady qui était sortie de l’eau. En bon gentleman, il s’avança vers le lac pour y prendre la température avec ses doigts. Trop chaude. Enfin, le bain parfait pour lui frôlait les 0° Celsius. Il détestait la chaleur. Par contre, si la demoiselle le lui proposait, directement ou indirectement, il y plongerait volontiers. Après tout, n’était-il pas un charmeur né ?

- Alors ? Vous la trouvez bonne ?

Note HRP ::
 




Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: We sing the same song    Lun 21 Sep - 21:12


-  We sing the same song [PV NASHAR] -




La silhouette se rapproche un peu, jusqu'à ce que je puisse distinguer clairement ses traits. C'est un jeune homme, d'à peu près mon âge, un peu plus âgé je dirais. Il a les cheveux bleus, comme moi, ça c'est cool ! Il pourra peut être me renseigner sur les teintures qui sait ? Il a l'air parfaitement normal, enfin du moins conformément à la « normalité » de mon monde. Mais bordel qu'est ce qu'il est beau, ça, s'en est presque irréel. Il dégage une prestance, une classe de malade. Je me sens un peu nulle maintenant, moi qui faisais ma maligne 5 minutes avant, bah là j'fais moins la fière. Surprise et intimidée par sa réponse, je le laisse passer devant moi en direction de l'eau. Même s'il semblait me porter attention auparavant, c'est comme s'il s'était lassé de moi en quelques secondes, comme si je n'avais été qu'un simple papillon sur le chemin. Déboussolée par son comportement, et je dois le dire, un peu vexée, je me retourne vers lui. Son air de défi, un peu joueur ne me déplaît pas, c'est amusant en fait. J'aime bien les mecs qui se dégonflent pas, qui ont du répondant quoi !

Je commence à avoir un peu froid, en effet malgré la chaleur ambiante, les gouttes d'eau parcourant mon corps saisissent la légère brise environnante. Pour une forêt aussi danse, cela me paraît étonnant de sentir le vent, on ne doit pas être loin de la sortie tout compte fait, mais qu'est-ce qui m'attends en dehors ? En vrai j'devrais p'tete rester là toute ma vie... Auprès des grands arbres, des étendues d'eau, comme seul et unique but de trouver à manger. La belle vie quoi ! En fait, j'suis plutôt aventurière comme fille, je me lasserai à la fin... Et voilà, j'suis encore partie trop loin, je me pose dix mille questions absolument inutiles au lieu de m'intéresser à ce qu'il se passe autour de moi. Retour à la réalité : je viens de rencontrer un mec, qui m'a surprise en train de me baigner quasi à poil, et à qui ça ne pose aucun problème. J'espère juste que ce n'est pas un voyeur ou un type dans le genre. Je sais me battre, mais avec l'estomac vide j'suis pas certaine d'être capable de me défendre comme il faut. Bien qu'un peu méfiante, un peu de compagnie ne me fera pas de mal. C'est vrai, après tout je reste persuadée que le pluriel l'emporte sur le singulier, c'était écrit sur mon bouquin de grammaire à l'école primaire.
Restant éloigné de l'inconnu, je l'observe avec insistance, son corps svelte, ses mains aux longs et fins doigts, dans mon monde ma mère aurait sûrement dit un truc du genre « il pourrait devenir pianiste ton jeune ami ». Cette pensée m'amuse, je laisse s'échapper un petit rire étouffé. Puis de retour les pieds sur terre, je reprends avec un rire franc cette fois, je m'approche du jeune homme toute enjouée et m'assieds à côté de lui, les pieds dans l'eau.

« En tout cas on est mieux dedans que dehors ! »

Je suis très proche de lui maintenant, nos visages se côtoient de très près, et je sens comme une sensation bizarre, assez indéterminable pour moi. Troublée, je me laisse tomber dans l'eau, puis en ressort la tête en riant.

« Ca vous arrive souvent de débarquer en pleine forêt et de mater les jeunes filles qui se baigne ? Enfin franchement, tu peux très bien me dire ouai, là d'où je viens on trouve pas ça très surprenant. »

Je crois que finalement, il suffit que je décide de ne pas être un simple papillon.
©MangaMultiverse
Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: We sing the same song    Lun 21 Sep - 23:02







We sing the same song ♪
★ Kill the loneliness


N’était-ce pas dangereux de parler à la première inconnue qu’il trouvait ? Surement. Mais Nashar n’était pas des plus prudent, surtout en ce moment. Encore une fois, comment résister à une femme dévoilant ses courbes, captivantes au passage, et ayant les cheveux bleus ? Une question qui allait rester sans réponse, car l’Ex Général ne comptait pas s’y attarder. Tout de suite, il avait d’autres priorités, comme essayer de deviner comme elle le percevait. Un géant de glace apathique ou un jeune et fringant jeune homme ? Sa première réaction le conforta dans cette dernière hypothèse. En effet, elle eut un fou rire. Généralement, à la vue de son armure froide, les femmes paniquaient. Là, ce fut totalement l’inverse… Se moquait-elle de son apparence normale ? On aurait dit que non pourtant.

Elle s’approcha par la suite, l’air heureuse. Donc ce n’était pas une moquerie. Mais quoi alors ? Nashar arqua les sourcils d’interrogation. Elle vint ensuite s’asseoir prêt de lui et lui révéla que la température était meilleure sous la surface de l’eau… Un sous-entendu salace ? Oh~oh ? Peut-être, peut-être pas. Seul l’avenir le révélera ! Cette rencontre allait peut-être déboucher sur quelque chose de plus réjouissant qu’une baston entre des gardes et un dragon ! L’excitation commençait à réchauffer le corps du prétendu Don Juan. Surtout quand le visage de la lady se retrouva très proche du sien. Il hésita un moment à se tourner vers elle, pour plonger son regard d’un bleu froid dans ses yeux d’un bleu plus chaud. Hélas, elle décida de retourner dans l’eau avant que la décision ne soit prise. Néanmoins, de ce qu’il avait pu voir de coin de l’œil, son visage de près n’était pas décevant. Car oui, il y avait ce genre de personne : belle de loin mais bon dieu, dès qu’on s’approchait… Et pas de métaphore sur les comportements ! C’était un détail purement esthétique ! Nez trop gros, front trop haut ! Œil difforme ! Tout cela ne se remarquait pas forcément à plus d’un mètre de distance !

Rassuré sur le visage d’une possible nouvelle conquête, Nashar contemplait la jeune femme sortir sa tête de l’eau en riant. Sa crinière bleutée perlait d’eau, tandis que de fines gouttelettes délimitaient un sourire franc. Cette fille avait la joie de vivre. Pas comme notre ami qui traversait une sorte de dépression accompagnée d’une remise en question existentielle, d’une crise identitaire et d’un putain de conflit intérieur entre deux forces inconnues. Y a pas à dire, tout cela est compliqué. Il allait de nouveau se plonger dans ces sombres et sérieuses pensées quand une voix emplie de clarté et de taquinerie le ramena à la réalité. Ainsi donc, dans son monde (ou son village si elle était originaire de Kosaten) les voyeurs étaient autorisés ? Étrange coutume, mais elle avait un certain attrait. Ou bien n’était-ce que du sarcasme, de A à Z ?

- Sans offense, puisque vous avez tout ce qu’il faut pour justifier cela, mon premier but n’était pas de vous… Mater. De plus…

Le bleuté se leva alors et posa un pied sur l’eau. Avait-il perdu l’esprit au point de croire qu’il pouvait marcher sur le lac ? Évidemment que non. Si tôt qu’il fut en contact avec la surface liquide, il la fit passer à l’état solide. De véritables blocs de glace entouraient chacun de ses pas, et uniquement eux. Il avança donc ainsi jusque la demoiselle, en prenant soin de contenir toute la froideur qu’il créait en gelant l’eau, pour ne pas incommoder sa baignade.

- … Je pense que l’eau ne sera pas à mon goût.

Ceci fait, il s’assit en tailleur, sur une sorte de couche de glace, face à la bleutée. La bleutée ? Intéressant surnom ça ! Le geste signifiait une chose : elle avait capté son attention. Ses tatouages ? Ses cheveux ? Son visage ? Son corps ? Aucune idée, elle l’avait juste éveillé beaucoup de curiosité dans l’esprit du chasseur. Allait-elle devenir une proie ?

- Appelez-moi Nash. Ce n’est pas vraiment mon vrai nom, mais j’y répondrai.

Lâcha-t-il, sourire enjôleur aux lèvres.

- Ah, et vous en faite ? Cela vous arrive souvent de vous baigner au milieu d'une forêt sauvage ?





Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: We sing the same song    Mar 22 Sep - 9:18


-  We sing the same song [PV NASHAR] -




Non mais je suis complètement malade. Ca va pas ou quoi? Je le connais même pas ce type... C'est vrai, après tout c'est pas comme si je voulais le draguer. Aujourd'hui mon but est de rentrer dans mon monde, je veux plus que tout retrouver les miens, ceux que j'aime. Quand j'ai compris ce qu'il m'était arrivé, je m'étais donné pour objectif de gagner la confiance des gens sans pour autant créer de liens avec eux... Bordel, je suis super mal partie à l'heure qu'il est. Je pense qu'en fait il vaudrait mieux que je dégage d'ici en vitesse. En même temps... Ouai bon, j'dois admettre qu'il est vraiment très beau, et que j'ai du mal à me décrocher de ce regard à la fois fascinant et déroutant. Quand je le fixe, mon corps entier est parcouru d'un frisson, ça ne m'était jamais arrivé avant... Même dans cette eau méga chaude j'arrive à frissonner. Et puis, on sait jamais, p'tete bien que mon interlocuteur connaît un moyen de se tirer d'ici. Attendez, mieux ! Imaginez qu'il vient de la Terre lui aussi, ce type pourrait devenir un excellent allié par la suite. Il ne faut pas que je perdre de vue mon horizon, mais pour arriver au bout il va bien falloir créer des alliances, quelque chose me dit que dans ce monde il n'existe pas seulement des mecs sympas qui te tendent la main... J'ai eu tellement de chance avec Aki. C'est vrai, j'étais dans un tel merdier quand elle est venue me tendre la main ! Peut être qu'avec un peu de chance j'aurais autant de chance avec ce bel inconnu.

BORDEL DE MERDE ! Il fout quoi lui ??! Non mais j'hallucine... Même complètement high j'ai pas eu ce genre d'hallu. Ce mec, oui ce gars charmeur qui paraît presque irréel est en train de faire un truc de dingue. Jésus en a rêver, il l'a fait ! Non mais sans déconner, je surjoue pas là, j'ai jamais vu ça. Ce type créer des blocs de glace sous ses pieds, et ça lui fait ni chaud ni froid, enfin... façon de parler. Je veux pas créer de polémique hein, mais éhoooooooooooo mec, wake up ! Sans blaguer tes pieds forment des énormes icebergs, tu dois couver quelque chose ! Bon ok, en apparence j'ai pas l'air si paniquée que ça, juste les yeux ronds et une moue d'égarement, mais là-dedans c'est la panique. Non mais attendez, je vous ai pas raconté le meilleur... Comme si c'était pas assez pour mon petit cœur de hamster le type s'assoit sur l'eau. Hallelujah, l'élu est parmis nous ! Ok, je suis en train de me prendre une grosse caisse à cause du manque....

A moins que ? C'est vrai, j'ai clairement éviter d'y repenser depuis, mais ce qu'il s'est passé dans le désert avec mon téléphone, c'était pas bien normal... Je croyais que c'était la chaleur qui me tapait sur la tête, mais désormais je ne suis plus sure de rien... J'ai besoin d'explications maintenant, et tout de suite. Je détourne le regard de jeune homme et j'avance pour m’asseoir à ses côtés sur la rive. Si personne ne m'éclaire j'vais faire une grosse crise d'angoisse.

« Ecoute Nash. Tu as l'air de savoir ce qu'il se trame ici. Avant qu'on apprenne à se connaître, j'ai besoin de connaître la vérité sur ce monde, il m'arrive des tas de choses bizarres... Et tes sortes de pouvoirs, tu vois ça ne me fait pas peur, mais je ne comprends pas. S'il te plait, j'ai besoin de toi. »


Je suis extrêmement calme, du à un mélange de tristesse et de fatigue. Je pose ma main sur la sienne, lui adressant un regard désespéré. J'espère qu'il aura de la compassion pour le pauvre oiseau blessé que je suis. Sa main est chaude et agréable, elle me réconforte. Pourtant, je ne peux m'empêcher de ressentir à nouveau cette drôle d'impression...
Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: We sing the same song    Mar 22 Sep - 12:51







We sing the same song ♪
★ Kill the loneliness


La réaction de la demoiselle au petit numéro de Nashar ne se fit pas attendre. Ses yeux pleins de surprises s’ouvrir et contemplèrent la scène, pourtant commune sur Kosaten. Enfin, commune. Pas réellement. La population savait ce qu’était la magie, mais ne la pratiquait pas. Cependant, elle n’était pas aussi étonnée en la voyant. Cela conforta le mage dans son idée qu’il se trouvait face à une élue. Une élue qui n’était pas habituée au surnaturel… Peut-être que sa spécialité était plus technologique, un peu comme cet Emiya sur l’ile maudite. Dans tous les cas, s’il voulait la séduire, il avait trouvé un excellent moyen de… briser la glace !

La bleutée sembla paniquer… Ou alors elle était pressée d’avoir des réponses. Elle sortit donc de l’eau pour aller s’asseoir sur la rive. Avait-elle peur de venir prêt de lui ?

- Les bouts de glaces sont solides, et croyez-le ou pas, ils ne sont pas froids. Vous pouvez venir.

Tenta Nashar pour l’attirer prêt de lui. L'une des spécificités de son pouvoir était de contrôler la température de toute chose, sans en affecter forcément l’état. C’était une capacité très pratique dans certains cas. Ainsi, il pouvait rendre un glaçon aussi chaud qu’une bouilloire. Bon, il y avait des limites tout de même. Il ne pouvait pas bloquer l’état de l’objet trop longtemps à cause du principe de… Oh, et puis non, ce n’est pas intéressant. Ce qui était intéressant, c’était que l’Ex Général s’était déplacé jusqu’à la demoiselle. Eh oui, Monsieur n’était pas resté le cul vissé à son glaçon. Il avait fait un effort, pour une personne autre que lui. Il s’assit donc à son tour prêt d’elle. Le visage plein de fatigue et quelque peu perdu, elle demanda des détails sur le monde environnant. Une nouvelle sur Kosaten.

Que lui dire ? Qu’elle sera manipulée par des dieux ? Par des gouverneurs ? Qu’elle rencontrerait des brutes de la pire espèce ? Que la mort elle-même n’avait que très peu d’emprise sur les vivants ? Avait-elle besoin de savoir tout cela ? Assurément. Devait-elle être mise au courant tout de suite ? Pas obliger. Ses mots semblaient emplis d’une profonde détresse. Cela faisait ressentir au chasseur un nouveau sentiment auquel il n’était pas habitué. Normalement, il appelait cela de la pitié. Mais cette fois, il choisit de le nommer autrement. Compassion. C’était peut-être à cause du fait qu’elle lui tenait la main. Le contact physique changeait les hommes… Mais c’était au final les hommes qui se changeaient eux-mêmes. Cela amena Nashar à une conclusion : il changeait, peut-être indépendamment de la poudre de Kitsune. Que se passait-il ?

Ayant trop réfléchi, L’Ex Général comprit qu’il avait pris de biens longs seconds. Il décida donc sans plus attendre de soulager les inquiétudes de la demoiselle. Il se libérer les mains pour les mettre l’une face à l’autre. L’espace entre elles, d’environ trente centimètres, se mit à briller d’une lueur bleue et un plateau de glace apparut. Sa forme n’était pas régulière. Et pour cause, c’était une carte de Kosaten. Le bleuté avait essayé d’en mémoriser les pourtours le plus possible. Il place approximativement les lieux qu’il avait déjà visités (et les seules qu’il connaissait du coup). Cela comprenait à Fuyu : Yuki er la forêt de givre ; à Seika : Chikai, Tokonatsu, la forêt tropicale, les canyons ; tous les territoires neutres. Quand son travail d’une petite minute prit fin, il tendit l’objet à la demoiselle.

- C’est un plan à de Kosaten. Nous sommes ici, à Seika. Au nord, c’est Fuyu et à l’est, c’est Minshu. Cette zone au milieu, c’est les territoires neutres. Ces derniers ont un traité de non-agression avec les trois autres pays. Par contre… Seika, Fuyu et Minshu sont au bord d’une guerre.

Il marqua une pause pour qu’elle assimile les informations. La géopolitique. C’était par là que tout avait commencé.

- Ça, c’était la partie cohérente. Maintenant, tiens-toi bien. Chacune de ces nations est protégée par un dieu. Le Phoenix Fenghuang pour Seika ; le Serpent Manshe pour Minshu ; et le Dragon Long pour Fuyu. Ces imbéciles n’ont rien trouvé de mieux que d’appeler des gens d’autres mondes, nous en l’occurrence, pour se battre à leurs places. Ce sont les élus.

Il venait indirectement de révéler qu’il était aussi un élu. Trop tard.

- Ces élus ont des capacités dépassant l’entendement. On les distingue par un sceau représentant l’une des trois divinités. C’est un tatouage…

Il s'arrêta pour essayer d’apercevoir le sceau de la bleutée. Au passage, il se rinçait l’œil. Elle avait de quoi passer une bonne nuit. Sans dormir.




Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: We sing the same song    Mar 22 Sep - 18:19


-  We sing the same song [PV NASHAR] -




Il écarta doucement sa main de la mienne, avec une délicatesse agréable et rassurante. Heureusement d'ailleurs, parce que ce qu'il va suivre ne m'a pas rassuré du tout, mais du tout. Enfin, heureusement qu'il a fait ça, parce que même si j'ai été extrêmement attentive à tout ce qu'il m'a raconté, j'avoue que sans carte j'aurais pas compris grand chose. J'ai un peu l'impression d'être dans un jeu vidéo, un monde parallèle tellement différent du miens qu'il me semble impossible qu'il existe vraiment. Je suis donc à Kosaten... Ca sonne japonais, et les décors de la capitale de Chikai rappelle effectivement la culture asiatique. Si j'ai bien compris, cette planète est divisée en 3 contrées et donc trois peuples : Fuyu, Minshu et  Seika... Pas que ces trois noms me parlent vraiment, mais je suis bien obligée de donner un sens à tout ça. Et en fait, Nash' m'a largement facilité la tâche. Je suis une élue. Sérieusement ? Je suppose que je ne suis pas, et ne seras pas la seule à se poser cette question mais : pourquoi moi ? C'est vrai quoi, j'ai pas de supers pouvoirs, j'ai les forces d'une fillette de neuf ans... Je comprends vraiment pas le délire sur ce coup. Enfin j'veux dire, quitte à prendre un humain, autant en prendre un plus balèze non ?

Après qu'il eut fini ses explications, plutôt claires d'ailleurs, j'ai eu l'impression étrange que je ne savais pas tout. Enfin, du moins qu'il manquait quelque chose pour que je me sente mieux. En effet, Nash' a parlé d'une sorte de tatouage, « un sceau » qu'il a dit, qui révélerait notre appartenance à un de ces 3 royaumes. Pourtant je ne m'étais encore aperçu de rien. Je regarde mes bras, sur mon tatouage actuel, rien de nouveau, sur mes jambes, les mains, les chevilles... Absolument rien. Je me disais aussi que c'était bizarre qu'ils veuillent de moi comme combattante pour la foie ou j'sais pas trop quelle guerre bidule truc. Eh ben voilà, c'est ça qu'il fallait pour me rassurer.

« Je savais bien que je n'avais rien à foutre là moi, franchement, j'ai une tête à faire la guerre ? »

Et alors que je me relevais pour aller chercher mes vêtements, un étrange reflet de moi même apparu sur la glace parfaitement étincelante qui surplombait une partie du lac. Qu'est-ce que... Mon visage se décomposait au fur et à mesure que je me mettais à comprendre ce que je voyais. Mon dos, l'intégralité de mon dos était recouvert d'un immense tatouage représentant un pheonix. Bordel de merde... Ca peut pas être vrai. Ca ne PEUT pas. Alors, je suis restée silencieuse pendant quelque minutes, ignorant la présence de Nash, qui ne m'ayant rien fait à du trouver le temps long je l'admets, mais j'avais besoin de cette atmosphère pesante pour accepter la réalité des choses. Dépitée mais consciente de ma situation, je me suis avancée, je me suis habillé toujours dans le silence le plus total, j'ai essoré mes cheveux encore trempés, avant de me rasseoir calmement à côté de Nash'. Enfin apaisée, je me dis qu'il était temps de reprendre la parole.

« Merci Nash', je sais pas si j'ai encore tout bien encaissé, mais en tout cas j'ai compris dans quelle merde je me suis foutue. Tu sais... »

Ouai, j'ai eu un p'tit moment d'hésitation je l'avoue. A ce moment je n'étais pas entièrement sure de pouvoir lui en parler. Après tout, lui aussi faisait des trucs chelous avec ses mains et ses pieds ! Et ça me perturbe trop pour que je ne lui en parle pas. J'ai ramené mes cheveux en arrière, enfilé mon bonnet et essuyé doucement le maquillage qui coulait de mes yeux.

« Je voudrais te montrer quelque chose. »

Mon air reste toujours bien plus grave que d'habitude, mais je me sens excitée à l'idée de lui montrer mon tour de passe-passe. Amusée je me rue sur mon sac posé un peu plus loin, récupère mon téléphone portable -qui n'affiche bien évidement, et maintenant je sais pourquoi, toujours pas de réseau- et le jette avec une brutalité voulue sur le sol. Comme prévu, les pièces explosent de partout, et je me sens toute fière, nostalgique et anxieuse. Là, je positionne mes mains légèrement arquées au dessus de la zones ou les pièces sont éparpillées, et je me concentre en fermant les yeux. Alors, comme la première fois, doucement le téléphone se ré-assemble, chaque mouvement à l'inverse de lorsqu'il est tombé, et revient dans mes mains prêtes à l’accueillir. Tout sourire, je plonge mon regard dans celui de Nash'.

« Alors ??! Ca déchire non ?? »
©MangaMultiverse
Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: We sing the same song    Mar 22 Sep - 20:50







We sing the same song ♪
★ Kill the loneliness


La demoiselle examina aussi son corps. Elle ne trouva rien… Nashar lui ne perdait pas une miette du spectacle. Ce n’était étrangement pas la première chose qu’il avait cherché à voir sur elle. Une fois son inspection terminée et l’imagination de l’Ex Général hautement satisfait, elle se rendit compte que son sceau était dans son dos. Ceci offrit au bleuté le loisir de la voir de derrière. Tout aussi exquise. Hélas, les minutes qui suivirent furent assez silencieuses. Il ne voulait pas parler, il pouvait comprendre que se retrouver au milieu d’un endroit inconnu était… Attendez. Il pouvait comprendre un autre humain ? Nashar ? Comprendre quelqu’un ? Se mettre à sa place ? Ressentir ce qu’il ressentait ? Hors combat ? Impossible. IMPOSSIBLE.

Le bleuté réalisa qu’il devenait… Gentillet. Trop mou, trop faible, trop aimant. Quelque chose ne tournait pas rond chez lui. Encore un plan de Sul Hei ? Ou cette poudre à la noix ? Oui, il en était convaincu. C’était soit l’un, soit l’autre. Peut-être même que c’était cette fille. Utiliser Aki la paysanne contre lui n’avait pas suffi au Roi de Fuyu… Il poussait le vice encore plus loin en lui exhibant une femme qui semblait parfaite… Il ne se laisserait pas berner deux fois à la suite ! Il poserait une pierre sur son cœur pour ne plus rien ressentir de la sorte. Maintenant, c’était lui qui allait piéger le piégeur ! Première étape, en savoir plus sur la demoiselle.

Cela tomba bien. Elle lui fit une démonstration de ses pouvoirs… Elle semblait être capable de réassembler des trucs. Ou alors c’était de la télékinésie ? Non. En y regardant de plus près, les pièces empruntaient le même chemin qu’elles avaient pris quand elles s’étaient cassées, dans le sens inverse. Une réversion du temps ? Oh, que c’était intéressant ça ! Elle pourrait… Mais oui ! Elle pourrait redonner sa peau à Nashar ! Mais si elle était vraiment nouvelle en ce monde, ces capacités devaient être fortement limitées… Tant pis, il n’aurait qu’à la coller jusqu’à ce qu’elle soit assez puissante ! Enfin une bonne nouvelle ! Espionne de Sul Hei ou pas, il ferait en sorte qu’elle lui obéisse !

- Euh oui… ça… Euh… Déchire ? C’est ça ? Désolé, je ne sais pas ce que ça veut dire… Ni même ce que c’est que cet objet.

Le tout était accompagné d’un rire gêné. Eh oui, le principal problème dans la cohabitation de personne de plusieurs mondes différents, c’était la barrière culturelle. Par exemple, dans l’univers de Nashar, les villages fermaient leurs gueules et écoutaient le chef de l’Empire. Pas comme à Kosaten où chaque dirigeant écoutait les doléances du bas peuple. Enfin… Ils apprendront quand l’Ex Général sera Empereur du continent.

- Quoi qu’il en soit, votre pouvoir m’a l’air plus qu’intéressant. Vous semblez être capable de réparer des choses, ou, j’ose l’espérer, les remettre à un état antérieur. Un contrôle du temps…

Cela n’étonna pas le bleuté. Son pouvoir à lui était celui de tout geler. Tout, temps y compris. Mais cette faculté était difficile à utiliser. Il n’était pas maitre en la matière. De toute façon, il était bien trop rapide pour avoir recours à un arrêt du temps.

- Ce n’est pas tout ce que vous devez savoir. Le sceau bride vos capacités. Par le passé, dans mon monde, je pouvais congeler des continents entiers en quelques minutes. Mais maintenant, c’est à peine si je peux créer une maison de glace digne de ce nom.

La plainte discrète de sa perte de pouvoir fut suivie par un profond soupir.

- Cependant, je peux témoigner que le sceau perd de sa prise sur les élus, ce qui libère de la puissance. Ah et oui, les dieux donnent des ordres via les sceaux, qui nous obligent à les suivre.

Le détail le plus chiant. Obéir aveuglément à une entité dite supérieure. La plaie, surtout quand elle vous projetait en pleine attaque. C’était un véritable danger au fait. En parlant de danger…

- Jeune lady…

Nashar s’approcha de la bleutée un peu plus, en la fixant intensément dans les yeux.

- Il y a en ce monde des gens dangereux. Et ils sont très puissants. Karui Hanja, Jeong Tekina, Sul Hei, Zayro Jinn, Aladdin. Faites en sorte de ne jamais les croiser. Et si par malheur, vos destins se coupent… Faites tous ce qu’il faut pour rester en vie.

L’Ex Général n’était pas la meilleure des personnes pour parler de ça. Monsieur avait nargué ouvertement le terrible Zayro Jinn, ce qui lui avait valu beaucoup déboire. C’était un miracle qu’il ne soit pas dans le royaume des morts.

- Cela fait un moment que je suis ici. Je peux vous aider. Je peux vous apprendre à vous défendre, peut être en contrôlant votre don… Mmh… Comment vous appelez vous ?

Leurs deux visages étaient maintenant de nouveau proche. Bah oui, il s'était bien avancé le bougre. Ce fut donc tout naturellement qu'il dégagea une mèche bleue de son interlocutrice, qui retombait sur son front. Allait-elle le laisser faire ?




Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: We sing the same song    Mer 23 Sep - 15:19


-  We sing the same song [PV NASHAR] -




-Euh oui… ça… Euh… Déchire ? C’est ça ? Désolé, je ne sais pas ce que ça veut dire… Ni même ce que c’est que cet objet.

Cette phrase est beaucoup trop adorable ! C'est vrai que Nash' à l'air froid -et pour cause- et qu'il ne montre pas trop qui il est... Mais alors ça c'est trop mignon ! J'ai eu envie de le serrer dans mes bras très fort jusqu'à ce qu'il explose ! Enfin...Non, pas qu'il explose littéralement, c'est une expression, genre pour dire qu'il est trop cool...Bref, je me perds là. Évidement qu'il n'a aucune idée de ce que c'est, de par sa façon de parler et ses manières, je crois comprendre qu'il ne vient pas de la même planète que moi malheureusement ! Bon bah, on oublie le coup de main pour rentrer chez moi, mais tout en sachant ça je ne désintéresse pas de lui. Je sais pas, y'a un truc qui se passe, il est là pour moi et je pense que c'est exactement ce dont j'ai besoin maintenant. Pour ne pas qu'il pense que je me moque de lui ou de sa façon de parler, je me retiens comme je peux et garde un air sérieux. Je pense qu'il n'a rien vu, mais je suis pas super discrète en règle générale. S'il continue à faire des choses comme ça je vais finir par craquer, entre son physique qui colle parfaitement à mes critères, et sa façon maladroite de s'exprimer avec moi ça va être difficile !

Après cet épisode de self-control à demi réussi, les choses redevinrent plus sérieuses. A vrai dire, je n'avais pas réfléchis une seconde à la nature de mon pouvoir, qu'est ce que ça pouvait être ? Réparer, pourquoi pas. Ca paraît plausible, mais la déroulement des choses incite effectivement plutôt à la deuxième option. Le contrôle du temps ! Bordel, j'en reviens pas. Est-ce que c'est possible ? Avoir une emprise sur le temps ?? Mais ça résoudrait tous mes problèmes ça ! Bon,ok, je commence peut être un peu à m'emballer, mais réfléchissez deux secondes. Pour l'instant je ne le fait qu'avec un objet, tout petit en plus, sans oublier que l’événement vient d'arriver. Mais en remontant plus loin, beaucoup plus loin, je pourrais peut être revenir sur Terre ?? Après tout, cela fait partie de mon passé. Je me sens un peu euphorique, à chaque mot que sors Nash', je suis un peu plus heureuse. Même son histoire de bride de l'Etat grâce aux sceaux qu'ils nous imposent, ça m'a fait sourire ! Je suis cela dit extrêmement impressionné parce qu'il a ajouté. Il peut geler des continents entiers ? Ca fait froid dans le dos, sans mauvais jeu de mots. Sans déconner, il vaux mieux se faire des amis ici, et peut être qu'allier Nash' pour ma cause pourrait s'avérer utile dans le futur.

Mais l'euphorie s'éteint assez vite... Devinez avec quoi s'amenuise la bride ? Avec le temps bien sur ! Trop facile sinon. Si j'avais du aller chercher l'épée du roi Arthur, ou encore la potion magique de Panoramix, je me serai mise à courir maintenant, mais ce n'est pas aussi simple... Si j'atteins un pouvoir maximum dans disons, 20 ans, je ne serai plus à même de remonter aussi loin dans mon passé. Si je les oubliais ? Hein ? Si je vivais tellement d'autres choses que mes souvenirs se désagrègent avec les années ? Il faut que je me souvienne de tout. Comment faire ? Tenir un carnet illustré par exemple ? Mais... J'ai les photos sur mon téléphone aussi. Je regarde l'écran éteint avec mélancolie. Je reprendrai cette réflexion plus tard !

Quelques instants après cette petite passe de nostalgie, je fus surprise par le rapprochement soudain de Nash', auquel je réagis simplement par une légère couleur rosée sur mes joues. Il me mets en garde contre les dangers que renferme ce monde. Et plus particulièrement sur les personnes à ne pas croiser. Je prends cette mise en garde très au sérieux, je n'ai absolument aucune envie de mourir, encore moins ici et avant l'heure.

Après cela, l'atmosphère se détendit un peu, je crois qu'il était temps de se détacher complètement des tensions que la situation pouvait présenter. Nous étions là tous les deux, dans un endroit merveilleux, et vu sa façon d'être avec moi, je pense que je ne le laisse pas indifférent... Ce n'est pas que j'ai oublié mes sentiments pour Ethan, mais il a disparu, pour peut être toujours, c'est comme si il était mort, non ? Comme si je l'avais perdu pour toujours.. Je ferai tout pour le retrouver, y retourner et le plus vite possible, mais est-ce que je dois m'empêcher, ou m'arrêter de vivre pour lui ? Nash' est très près de moi, je me sens gênée et sous son emprise, j'aime pas trop être ce genre de filles qui tombe dans le panneau. Je m'avance vers son visage, mes lèvres très près des siennes, sa main s'avança vers mon visage, dégageant avec délicatesse une mèche qui cachait mon visage. Alors que je m'apprêtais à l'embrasser, mon ventre fit un gros, un énorme, UN IMMENSE PUTAIN DE BRUIT A LA CON. Ok, je sais estomac, j'ai pas été très généreuse avec toi ces derniers temps, mais tu crois pas que t'aurais pu choisir un meilleur moment ? Aussitôt je recule, confuse mais d'un autre côté rassurée de ne pas avoir fait de bêtise.

« Je crois que si tu veux m'aider, le mieux serait de m'aider à trouver à manger. Je n'ai pas trouvé quoi que ce soit depuis des jours entiers, alors ce sera pas difficile de faire mieux ! »

Comme pour m'excuser, et pour lui témoigner l'affection que je ressentais pour lui, un geste enfantin qui pour moi avait beaucoup d'importance, je le pris dans mes bras. Je l'ai serré de longues secondes, tentant de lui communiquer tout ce qui circulait en moi. Je ne suis pas sur qu'après le coup que je viens de lui faire, il souhaitera retenter l'expérience, mais je regrette déjà de ne pas avoir terminé ce que j'avais commencé. Alors je m'écarte doucement, le sourire aux lèvres, comme si je l'incitai  à oublier ce qui venait de se passer.

« Je m'appelle Kaëlyss Noway, mais tu peux m’appeler Kal' »

©MangaMultiverse
Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: We sing the same song    Mer 23 Sep - 16:47







We sing the same song ♪
★ Kill the loneliness


Le cœur battait à la chamade. Encore. Comme avec Aki ? Non. C’était étrangement plus excitant. Agréable. Vrai. Pourquoi ? C’était tous les deux des femmes. Aucune différence sur ce point-là. Un lien avec leurs personnalités ? La bleutée avait en effet plus de caractère que la rousse. Cela suffisait ? Le Nashar qui était assis, sur ce banc, prêt d’Aki ; et le Nashar qui était à quelques centimètres de la bouche de la demoiselle dans cette Forêt… Pas de doute, les ressentis étaient très différent. Son geste de lui enlever une mèche sur le visage, motivé par un désir caché, allait déboucher sur quelque chose de plaisant. Non. De grandiose. L’Ex Général pouvait sentir son corps entrer en ébullition. La ferait-elle fondre ?

Un bruit vint cependant casser l’ambiance. Et casser est un euphémisme pour « anéantissement des espoirs de Nashar ». La tension retomba aussi rapidement qu’elle était montée. Le bleuté observa la femme reculer en réalisant les derniers sentiments qu’il avait éprouvé. Encore une fois, ce n’était pas normal. Encore une fois, il n’avait pas l’habitude de cela. Il manipulait tout le monde. Il savait comment se comporter avec toutes les personnes qu’il croisait pour en tirer quelque chose. Même elle, même cette inconnue qui se baignait. Il voulait rester prêt d’elle au cas où son pouvoir lui permettrait de le soigner… Mais il se demandait maintenant si autre chose ne rentrait pas en ligne de compte ?

Après avoir informé que le bruit étrange était son estomac, la demoiselle se présenta. Quelle joie de pouvoir l’appeler autrement que par « la bleutée » ou demoiselle ! Elle se nommait donc Kaëlyss, abrégé Kal’. Charmant. L’Ex Général grava ce prénom dans un coin de sa tête, se promettant de ne pas l’oublier, mais aussi d’en apprendre l’orthographe exacte plus tard. Après cela, le mage réalisa ce qu’elle venait de dire.

- Des jours entiers ? Oh, mais il faut vous trouvez quelque chose !

Il décrocha alors sa sacoche pour sortir de la viande séchée enroulée dans un mouchoir. Le met avait été préparé par un boucher de Tokonatsu. Taen en avait acheté un bon paquet pour le restant de la route, bien que le stock soit resté avec lui. D’ailleurs, Nashar ne le savait pas encore, mais le magicien en avait fini avec le dragon et le recherchait activement. Mais bon, il n’allait pas le trouver tout de suite.

L’Ex Général tendit la victuaille à Kal’.

- Bœuf séché. Enfin, c’est quelque chose qui ressemble à du bœuf… Avec.. Euh... Quelques membres en plus.

Il ne prit pas la peine de décrire les six pattes de la chose, ni même les yeux placés sous la bouche. La faune de Kosaten… Nashar sortit aussi un autre morceau et le goûta avant la demoiselle. Ainsi, elle pouvait voir qu’il n’y avait aucun piège. Mais cela n’allait surement pas suffire, surtout si elle n’avait pas mangé depuis plusieurs jours.

- Vous savez chasser, Kal’ ?

Vu l’état de son corps, à l’architecture attirante, mais pas forcément construite pour des cavales en pleine nature, la réponse était très certainement non. Mais notre bleuté adoré voulait lancer une sorte d’invitation à un jeu. Certes, une lady pouvait avoir certaines réticences à l’idée de traquer une pauvre et innocente bête. Mais celle-ci avait l’air plutôt décontractée. Dans le pire des cas, celui d’un refus, il irait lui-même choisir le repas.




Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: We sing the same song    Jeu 24 Sep - 17:09


- We sing the same song [PV NASHAR] -



Dieu m'a envoyé Jésus. Croyez moi ou non, mais je me contre fous de la religion,pourtant il ya parfois des faits qu'on ne peut pas nier. Ce type marche sur l'eau, sait chasser, et me sort de la nourriture de son sac magique.

« Bœuf séché. Enfin, c’est quelque chose qui ressemble à du bœuf… Avec.. Euh... Quelques membres en plus. »

Ca tombe bien j'adore le bœuf en fait. Je ne tiens même pas compte de sa dernière remarque, qui certes aurait du m'effrayer, mais ne me remua pas plus que ça en raison de la faim qui me tenaillait mon corps et mon esprit. Et puis, lorsque j'étais avec Aki' à Chikai, j'ai vu des choses, des êtres vivants même très étranges ; nous sommes allées dans une auberge ensemble, ça f'sait un petit peu la scène d'entrée du bar dans Star Wars. avec toutes ces créatures louches qui te regardent du coin de l'oeil, prêt à te sauter dessus à la moindre occasion. Je souris à Nash' en guise de remerciement, et prends le petit bout de bœuf, que je mange avec un plaisir considérable.

« Ch'est crop bon ! »

Dans ma tête c'est du genre « ne parle pas la bouche pleine Kal', t'as l'air d'une gamine ridicule ». En quelques bouchées j'ai terminé le morceau de viande, qui m'a fait du bien, mais ça ne suffira pas à me redonner assez d'énergie pour continuer mon périple. Heureusement, Nash' avait bien compris ça. Et là, il me propose un truc trop cool ! J'étais venue pour ça à la base, mais j'avais déjà abandonné l'idée... La chasse ! Bon ok, j'ai absolument aucune idée de comment m'y prendre, et d'autre part je n'ai pas envie de lui avouer que je n'y connais rien. Du coup je décide de prendre les devants, histoire de lui en mettre plein la vue.

« Avec grand plaisir ! J'adore ce genre de choses, chasser, camper, regarder les étoiles... Je suis une fille de la nature, une aventurière quoi ! »

Toute excitée que je suis, je me relève d'un bond, et lui tend la main pour l'aider à se lever à son tour. Je suis prête à lui montrer de quel bois je me chauffe ! De plus, le jour commence doucement à décliner, les derniers rayons du soleil se perdent dans les arbres, pour venir éclairer nos visages d'une pâleur de plein hiver. Je dois avouer qu'à bien le regarder, on pourrait être de la même famille, ou plutôt c'est une sorte de double masculin : il a un peau très claire, presque aussi blanche que la neige, des cheveux bleus éclatants (ça m'étonnerait qu'il fasse sa couleur toutes les semaines, ça voudrait dire que c'est sa couleur naturelle?), un silhouette fine, droite et et élancée. Ce sentiment d'attirance serait-il alors issu d'un trop grand amour propre. D'une envie narcissique trop extrême ? D'habitude, c'est pas mon genre, non... Je ressens autre chose, de plus fort, de plus intense. Je viens de le rencontrer, mais quelque chose se passe entre nous. Tsss... Je suis ridicule, je sens que je me fais des films encore ! C'est vrai quoi, il a rien retenter après. Peut être s'inquiétait t-il plus de ma santé ? Non, ce genre de mec ça existe plus. Vous savez, ce que mes parents appelaient de leur temps les « gentlemen ». 

Je m'avance dans la forêt épaisse, dans laquelle la lumière se fait rare. Je frissonne un peu à cause du changement brutal de climat, je ne me retourne pas mais à mon avis Nash' n'a même pas remarqué. Cette pensée m'amuse beaucoup. Je réfléchis à pleins de situations dans lesquelles ça devrait être embêtant. Je me mets à rire, mais pas longtemps puisque, inattentive, je trébuche sur un tronc d'arbre tombé, je suppose à la suite d'une tempête. Cette situation plutôt ridicule eu pour avantage de me donner une super idée. On est tous d'accord, on ne chasse pas un animal à mains nues, encore moins dans ce monde où les animaux n'en sont pas. Enfin, comparé à ce qu'on a l'habitude de connaître.
Donc, revenons en à nos moutons, enfin à notre idée plus exactement. Mettant de côté le grotesque de la scène, et fière de l'idée qui venait d'émerger dans ma p'tite tête, je décidai d'en faire part à Nash'.

« Je vais créer un arc ! Tu vas voir, après Robin des bois, Kal' de la forêt. »


A peine quelques secondes après avoir réalisé que le jeune homme ne reconnaîtrait probablement pas la référence, il était temps de remonter mes manches ! Je sorti un couteau de mon sac à dos, et commença à tailler dans le tronc d'arbre... En fait ça marche pas très bien. J'ai vite réalisé que je n'y arriverai pas, même en me donnant une heure pour le faire. Un peu déçue et sur les nerfs, je lance mon couteau dans l'herbe, comme si ça pouvait soulager ma colère.
On me dit souvent que je suis trop extrême dans ma façon d'être. En fait, c'est soit je suis méga heureuse, soit méga en colère, ou complètement triste... Il y a des bon côtés évidement, je vis pleinement les moments de bonheur, mais je suis anéantie totalement par les moments difficiles. C'est pour ça que j'ai aussi peur d'aimer, de me lancer dans quelque choses, en sachant que ça peut me faire souffrir. Avec Ethan c'était une évidence, il n'y avait pas de choix à faire, il n'y avait pas de décision à prendre ou de question à se poser. Mais là j'ai peur, c'est ça la vérité, c'est que ce sentiment que je ressens envers Nash' me fait peur.


©MangaMultiverse

Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: We sing the same song    Jeu 24 Sep - 18:40







We sing the same song ♪
★ Kill the loneliness


À la surprise de l’Ex Général, Kaëlyss certifia qu’elle savait chasser. L’affirmation aurait pu être prise au sérieux si elle n’avait pas rajouté " camper " et " regarder les étoiles ". Heureusement qu’il la trouvait charmante, sinon, il aurait simplement tourné les talons et serait retourné à sa fuite. La voir parler la bouche pleine, cela lui donnait un côté enfantin… Attendrissant ? Encore un nouveau sentiment méconnu. Bref, cela lui fit se rendre compte que le charme qu’elle avait n’était pas que physique. Son comportement jouait aussi ? Très certainement. Il y avait déjà un peu pensé, quelques instants auparavant. Parce que pour être claire, même si la question avait une certaine légèreté, le sujet qu’elle traitait était très important pour Nashar. Il avait passé sa vie à chasser. C’était plus qu’une façon de vivre, c’était un art. Il préférait les matelas d’herbe que les plumeaux du château, la symphonie du vent dans les feuilles plutôt que les jacassements de la cour, la sensation de prendre une vie plutôt que d’ouvrir des présents en fin d’année… Cela le rendait si vivant ! Débusqué ! Traqué ! Il ne s’en lassait jamais !

Mais revenons-en à notre fille de la nature qui avait pris les choses en main. Nashar savait assurément qu’elle n’était pas une grande chasseuse, mais il était prêt à être surpris. Et puis, il trouvait cela amusant et mignon de la laisser essayer de faire ses preuves. Il ne réagit donc pas et la suivit dans son épopée vers la nourriture. Les pas menèrent à un peu plus profondément dans la forêt. Épaisse et peu lumineuse, l’ambiance y était plus exécrable. L’homme de glace pensait que ce coin, réputé tropical, devrait être ravissant une fois recouvert de neige. Ce projet fut interrompu quand Kal chuta. Elle avait trébuché à cause d’un petit tronc d’arbre (ou d’une grosse branche, il faisait sombre). Fait surprenant, elle passa par-delà la scène peu avantageuse dans laquelle elle se trouvait pour se tailler un arc… Comme un certain Robin, inconnu du bleuté. Sans doute un archer célèbre de son monde. Il la regarda donc faire, en tentant de ne pas rire. Il ne put cependant se retenir de lâcher un petit gloussement quand elle abandonna son projet.

- Eh bien, vous arrêtez là ?

Il ne voulait évidemment pas se moquer d’elle, simplement la calmer, puisqu’il sentait qu’elle était un peu déboussolée de son échec. La faim amplifiait surement ses réactions, il ne fallait pas lui en vouloir. Hm ? Deux ? Deux nouveaux sentiments d’un coup ! La prévention et l'accomodance ! Nashar décida de ne même pas y prêter attention. Ces nouveaux ressentis lui procuraient… Il se sentait bien. Il se sentait mieux. Et c’était le principal. N'est-ce pas ?

- Vous aviez eu une bonne réflexion en cherchant une arme… Même si votre couteau semble plus efficace que votre ébauche d’arc…

Il termina sa phrase par un sourire qui se voulait rassurant. Énervé ou pas, il voulait la faire sourire.

- Mais vu l’état de votre estomac et la délicatesse de vos bras, je pense qu’il vous faudrait une arme sur-mesure pour vous. Quelques choses ne vous demandant pas d’effort physique considérable…

À ce mot, il fit mine de réfléchir, alors qu’il avait déjà la solution. Il surjoua exprès, en haussant le sourcil et en se frottant le menton, comme il le faisait avec ses petits cousins (qu’il avait fini par tuer). Il finit ensuite sa mauvaise comédie en écarquillant les yeux et en levant l’index, comme pour dire « eurêka ». Aussitôt, il posa un genou par terre, y posa son bras et baissa la tête.

- Milady Kaëlyss, laissez-moi être votre arme. Je jure de combler chacun de vos désirs alimentaires.

Il marqua une petite pause pour se relever, face à elle. Le regard rempli d’une fausse innocence, il rajouta :

- Ou tout autre… désir.

Il la laissa réagir et pensa dans le même temps à ce qu’il venait de faire. Plier l’échine devant une personne. Il ne l’avait fait que devant son Empereur. C’était une plaisanterie ici, mais la fierté de l’Ex Général aurait quand même dû en pâtir. Sauf que là, rien. Se prenait-il moins au sérieux ? Cela devait surement être le cas. Cela faisait des années qu’il n’avait pas cherché à faire rire quelqu’un, sans être saoul.

- Maintenant que vous avez l’arme la plus belle, la plus robuste, la plus adorable et la plus forte de cette forêt, il vous faut une cible. Saurez-vous en trouver une, Kal’ de la Forêt ?




Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: We sing the same song    Ven 25 Sep - 12:05


-  We sing the same song [PV NASHAR] -





C'est dingue. Plus le temps passe et plus je me dis que ce type est génial. Quand je crois l'avoir cerné, l'avoir compris, il change tout à coup. Je lui avais trouvé ses qualités, mais j'avais pu aussi pointer ses défauts. Ouai, au début il était un peu distant, enfin je veux dire très sérieux et calme. Le genre de mecs que je fréquente plus trop depuis ces dernières années. En fait ça fait une éternité que j'avais pas rencontré quelqu'un d'aussi stable et raisonnable. Mais là... Irrésistible. Alors que j'étais vautrée sur le sol, dépitée, il a tenté de me remonter le moral en m'disant que mon idée de base était pas si mauvaise. Je lui fis un sourire ironique, c'est gentil mais je me doute bien qu'il me dit ça pour me redonner la pêche. Bah écoute, le résultat c'est que ça marche bien.

Il a une façon de tourner ses phrases, c'est à la fois amusant et plaisant. C'est vrai, j'ai déjà entendu ce genre de langage soutenu auparavant, mais certainement pas chez moi ! Même mes snobs de parents ne me parlez pas comme ça, certes ils me vouvoyaient, mais ils n'avaient pas l'habitude d'employer le vocabulaire qui allait avec avec moi. Ils savaient que j'en avais rien à carrer, et même que ça me dégoûtait, leur ballai dans le cul. Mais chez Nash' c'est différent, j'ai l'impression que ça fait parti de lui, ça souligne cette maladresse qu'il a quand il me parle, et j'aime bien ça. Il essaie de me comprendre, même si j'utilise des mots que je ne connais pas il ne se frustre pas dans ses manières, et ça me fait plaisir.

Puis conscient de mon désarroi, Nash' commença à réfléchir à une solution alternative à la mienne. C'est le moment de me relever, j'époussette rapidement mon pantalon sali de terre, et mets face au jeune homme. Une autre surprise s'en suit. Il prend une posture largement exagérée, ce qui me fait beaucoup rire. Il joue vraiment très mal, mais c'est ça qui est drôle. Sherlock est sur le coup de l'affaire « chasse à Kosaten », je n'ose pas l'interrompre en pleine réflexion. Puis, comme ayant trouvé THE SOLUTION, celle qui nous sauverez la vie même face à une meute entière de loups affamés, il s'agenouilla devant moi. Alors, je rentre dans son jeu, et je me redresse bien droite, le menton haut, les poings sur les hanches. Je décoche un petit sourire, le buste gonflé comme celui d'un oiseau qui chante.

« Milady Kaëlyss, laissez-moi être votre arme. Je jure de combler chacun de vos désirs alimentaires. »

Puis, surjouant à mon tour toutes mes réactions, je prends un air étonné, ouvrant grand la bouche, ma main droite sur la poitrine, comme sidérée par ce qu'il venait de me dire. Certes, cette proposition est sur le ton de la rigolade, et je n'ai pas la prétention de considérer la situation avec sérieux, mais ce qu'il ajouta après engendra chez moi un petit instant d'hésitation, et m'embrouilla l'esprit. « Ou tout autre désir », vous comprenez quoi vous ? J'suis pas folle, c'est carrément de la drague là ? Mais je n'ai pas envie de lui montrer ce que je ressens, ce serait trop risqué de montrer la moindre faiblesse. A la place, je décide de rétorquer, pour lui montrer que je ne me démonte pas. Et puis, puisqu'il rentre dans mon jeu, je dois aussi faire des efforts non ? Ca va pas être facile mais je vais essayer d'adopter son langage.

« Quelle audace monsieur. Mais puisqu'il en est ainsi, soit, vous serez mon arme. Je vous demande allégeance à la couronne. Vous vous adressez tout de même à Kaëlyss De La Forêt, première du nom. »

A la fin de ma tirade, je me sentais fière et ridicule. Jamais j'aurai pensé être capable de sortir une phrase dans le genre, et encore moins faire la noble. Mais après tout, ce sont mes origines non ? Je me mets à rire tout en le regardant, un regard empli d'un grand « MERCI » que l'on pourrait presque lire en toutes lettres. Ce mec est un géni, il me fait tellement rire, j'ai l'impression d'avoir toujours été avec lui, que nous sommes dans une sorte de bulle suspendu du temps. Un petit dôme isolé qui est régi par d'autres règles, qui permet d'oublier ce qui se passe en dehors. Est-ce on pouvoir qui fait cela ? Après tout, j'entretiens un rapport avec le temps très particulier maintenant, rien ne sera jamais plus pareil. Peut être qu'un jour, je serai immortelle, et que je pourrais remonter dans le temps de manière infinie... Rendre la vie à ceux qui en sont évincés.

Encore plein d'humour et d'auto-dérision, à moins qu'il ne traduise un ego surdimensionné, Nash' me propose de prendre l'initiative de la chasse une fois encore. Il a confiance lui, après la démonstration que je viens de lui offrir...

« Je tiens les paris ! »

Un p'tit clin d’œil et zouh, pas de temps à perdre. Je me mets dans un coin de la forêt qui semble plutôt calme et je m'arrête. J'ai déjà fait ça, quand on était parti avec les potes en semaine de survie. Pouaaah, là aussi quels souvenirs. Enfin, en réalité je me souviens de la sensation de bonheur, mais c'est à peu près tout, je perds mes souvenirs, je le sais, et c'est à cause de cette merde que je consomme. Elle me pourri mon présent, mon passé. Je la détesterai si elle me rapportait pas autant de fric. Bref, je ferme les yeux, sans plus faire aucun geste. J'entends le bruissement d'une feuille, le craquement d'une branche, ça y est ! Un large sourire aux lèvres, je pointe immédiatement là ou j'ai repéré la cible à Nash. A lui de jouer !

« LA ! »
©MangaMultiverse
Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: We sing the same song    Ven 25 Sep - 14:01







We sing the same song ♪
★ Kill the loneliness


Le petit procédé avait marché. Son saut d’humeur était passé, elle semblait maintenant s’amuser. Bien. Dommage que la petite remarque désinvolte n’ait pas eu de réponse. Tant pis, au moins il ne s’était pas fait recaler. Le presque baiser de tout à l’heure avait instauré (en tout cas dans la tête de Nashar) un jeu. Celui de qui fera le prochain pas le premier. Prendre la main ? Enlacé ? Embrassé ? Déshabillé ? Quelle serait l’action suivante ? Et surtout, qui en serait à l’initiative ? Si l’Ex Général semblait sûr de lui, il était cette fois plus prudent. Normalement, il aurait foncé dans le tas sans réfléchir. Il aurait charmé, puis fait son affaire, et serait repartis. Mais cette fois, il ne se sentait pas l’envie de jouer au Don Juan sans cœur. Preuve en est, son habituel visage de dragueur s’était adouci en une expression plus sincère et plus douce lorsque Kaelyss s’essaya à un langage plus soutenu.

- Moi Nashar, chevalier de l’audace, vous servirez jusqu’à satiété.

Il ne fallait pas oublier qu’en vrai, son visage de glace restait impassible, ce n’était que son état d’esprit qui était reflété. D’ailleurs, il espérait que la poudre n’allait pas cesser d’agir… Oh non. Cela serait terrible ! Elle le fuirait ! Elle le détesterait ! Elle serait… déçue… Non, non, non et non ! Il n’allait pas la laisser le voir ainsi ! Pas dans cet état lamentable. Pas en tant que statue de glace ! Pas en tant qu’homme sans peau ! Elle allait le trouver laid ! Moche ! Elle peut-être partir en hurlant, surtout qu’elle n’avait pas l’air habitué avec le surnaturel. Le bleuté comprenait, qu’aussi doux fût ce moment, il devrait bientôt y mettre un terme. Au moins le temps se réapprovisionner en poudre de Kitsune… Mais Taen avait dit que c’était très difficile d’en trouver… En parlant de lui, pouvait-il vraiment soigner l’homme de glace ? Il avait recréé sa colonne vertébrale après tout. Mais cette histoire de Sanctuaire, c’était louche. Ça sentait Aeternam à plein nez.

Le chasseur remarqua un détail dans sa précédente phrase. Il avait utilisé son prénom complet. Trop de relâchement. Trop à l’aise peut-être ? Pas grave, sur Kosaten, le nom n’avait pas beaucoup d’importantes. Quoique… Bref. Nashar laissa la bleutée procéder à son inspection. Du bruit résonna derrière par-delà les arbres avoisinants. Alerte, la chasseuse le signala tout de suite à son arme, qui s’empressa à l’analyser. Vu le son du craquement de la branche et l’absence de bruit de pas, cela devait être une petite proie. Petite, donc rapide. Il fallait agir vite !

- Si mademoiselle me permet. J'aimerai que nous nous envoyions en l'air.

Encore une petite allusion. Héhé, c'était assez drôle à placer. Il se releva de sa potion à genou, puis, sans laisser le choix à Kaelyss, l’attrapa par les jambes et par les épaules pour la porter. Heureusement que l'illusion agissait sur tous les sens. Sinon, elle aurait senti la peau dur et froide de l'Ex Général. Ainsi, s’attendant à quelques mouvements de protestation, il ne croisa pas son regard et se contenta d’ajouter.

- Accrochez-vous, ça va… déchirer.

D’un saut unique, ils se retrouvèrent au-dessus des grands arbres. Tout ce qui montait redescendait… Pas cette fois ! Nashar avait la capacité de faire flottait les morceaux de glace qu’il créait. En les accrochant à ses chevilles, ses poignets, et son dos, il pouvait aisément volait lui-même. Pourquoi ne pas l’avoir utilisé avant ? Le sceau l’en empêchait. Cependant, il sentait qu’il avait regagné en puissance depuis l’incident du Canyon. Alors il eut envie de voir s’il pouvait de nouveau parcourir le ciel à haute vitesse.

Le bleuté essaya de retrouver la trace de la créature qu’avait détectée la demoiselle. Plus rien, ils avaient mis trop de temps. Hélas, il risquait de la décevoir. C’était inacceptable. Il fonça alors dans la même direction, les sens en alerte. Et par sens, il y en avait surtout un qui travaillait : sa capacité à détecter les températures. Il finit vite par trouver un petit lapin, surement la proie de tout à l’heure. Toutefois, un peu plus loin se trouvait une plus grosse source de chaleur. Un porc ? Non. Un sanglier. Avec trois yeux, certes, mais un sanglier. Le chasseur redescendit au sol et posa sa passagère par terre. Le futur repas était à quelques mètres, le museau enfoui dans l’herbe. Nashar avança prudemment, voulant éviter d’affronter l’animal. Pas par peur de perdre, mais par peur de montrer son… Appétit sanglant. Eh bien oui, quand l’Ex Général se mettait à combattre…

La distance se réduisait entre le chasseur et sa proie. Il avançait à petits pas pendant qu’elle se remplissait goulument la panse. L’avantage d’avoir une peau de glace, c’était que cela ne laissait pas les odeurs naturelles à l’air libre. Ainsi, le flair du sanglier ne lui serait d’aucun secours. Ce furent ses oreilles qui le prévinrent de la présence des intrus dans sa salle à manger géante. Aussitôt, il bondit en arrière, faisant face aux deux bleutés. Agacé par la surprise, il se prépara à une charge. L’effronté pensait avoir une chance ! L’Ex Général ne chercha pas à se mettre hors de danger. Après tout, ce n’était rien. La bête démarra au quart de tour, droit sur les jambes de cet importun. Impassible, Nashar ne bougea pas. Il n’allait pas se faire toucher. En effet, plutôt que d’attendre naïvement l’assaut, il avait recouvert la moitié de la distance les séparant d’une couche de verglas. Inutile de raconter la suite. Le sanglier glissa, tomba et l’homme froid lui donna rapidement le coup de grâce en lui gelant la tête. Net, sans bavure, et sans sang.

Toujours d’humeur taquine, il s’adressa alors à Kaelyss en toisant le repas du regard.

- Bien, vous avez habillement chassé votre proie. J’ai beaucoup aimé ce que vous avez fait avec le sol.

Son orgueil de mâle des cavernes était maintenant au plus haut point. Homme avoir chasser nourriture pour femme.

- En tant qu’arme, laissez-moi le soin de découper la viande. La prochaine étape, c’est de faire du feu… A vous de jouer, votre altesse.




Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: We sing the same song    Dim 27 Sep - 18:31


-  We sing the same song [PV NASHAR] -





Je m’efforce de faire abstraction de toutes ces choses complètements dingues qui m'entourent, de tous ces nouveaux éléments qui vont faire partie de ma vie désormais, d'être comme l'un de ces héros de film d'animations qui découvre que son monde est rempli de peuples magiques et qui trouve ça juste surprenant. Moi en fait, j'suis plus comme l'héroïne du « royaume des chats » si vous captez la référence. Elle est complètement paniquée la pauvre, bah moi grosso merdo c'est pareil. Je suis à la fois émerveillée et complètement paniquée. Si je vous dis ça, c'est parce que je flotte actuellement dans les airs. Après que je lui ai montré la cible, Nash' a de suite réagi. J'étais déjà super enthousiaste, mais c'est sans compter sur sa détermination et sa force. J'suis sure que je vais bouffer quelque chose avec lui ! Je sais bien que le pacte que l'on vient de passer était une plaisanterie, mais au moins pour ce soir cela m'aura bien rendu service.

S'en suit un phénomène de liquéfaction plutôt intense. Par liquéfaction , j'entends la réaction physique de l'eau lorsqu'elle passe du froid glacial à un H2O liquide et tempéré. Si il y a quelque chose que je déteste bien, c'est qu'on me prenne pour une princesse. Quand j'étais petite j'avais les cheveux très longs, blonds et avec mes grands yeux bleus et les belles robes que me faisait porter ma mère, j'étais la petite princesse. Évidemment dans l'établissement privé dans lequel je me trouvais, il n'y avait rien d'étonnant à ça, mais je ne veux plus être cette petite idiote sans cervelle, ignorante de la misère du monde. C'est d'ailleurs la raison pour laquelle j'ai toujours les cheveux courts, que je ne porte presque pas de maquillage, aucune robe, et que je n'ai plus jamais vue cette couleur blé que je déteste tant...  Je suis pas un garçon manqué, je ne veux juste pas être une de ces demoiselles cruche, naïve, qui a besoin qu'on s'occupe d'elle en permanence. Autant dire que du coup, quand Nashar m'a pris dans ses bras telle une princesse, j'étais ultra énervée. Même si j'avais ris à sa remarque précédente, je peux vous garantir que j'ai vite déchanté. Pourtant, avant même que je n'ai le temps de faire une démonstration de ma colère, le jeune homme saisi une fois encore l'opportunité de me surprendre.

« - Accrochez-vous, ça va… déchirer. »


A cet instant, mon cœur s'est rempli d'une petite lumière douce et agréable, qui a apaisé toutes les tensions que mon corps renfermait. Je pousse un grand soupir, et je dois le dire, plus du tout énervée je me suis serrée contre lui. POUR NE PAS TOMBER HEIN. Non mais attendez ! Oh la la, je vous vois venir gros comme une maison. Ca y est... Vous vous dites : « la princesse rebelle est tombée dans le panneau du prince un peu trop parfait pour être vrai ». Rah et merde.... C'était sur ça. Vous vous trompez bien comme il faut, mais alors bien bien quoi. Bon ok c'est vrai... Mais non c'est pas vrai qu'est ce que je raconte moi... ? Bordel, eh vous savez quoi, même plus je m'intéresse à ce que vous pensez -sachant que je ne sais même pas à qui je m'adresse hein soyons bien clairs-.

Finalement, tout ça pour dire que Nash m'a pris dans ses bras, et que nous nous sommes « envoyez en l'air ». Les quelques petites secondes en suspension au dessus des cimes des grands pins suffirent à me glisser à l'oreille une idée incongrue. Nashar sait voler. Bon ok, il a ni balai magique ni des ailes dans le dos, mais grâce à ses icebergs il PEUT voler. C'est extrêmement intéressant ça. Après tout, ce monde n'est pas enfermé sous un dôme, enfin pas que je sache. On doit pouvoir en sortir par le biais du ciel, ou au moins comprendre à quoi elle ressemble, de quelle galaxie elle fait partie. J'veux pas me venter mais j'suis balèze en astronomie, si on était simplement de l'autre côté d'un trou noir ? Je serai prête à prendre le risque de foncer dedans. Il y a une explication logique  à tout ça, c'est sur. Et je vais la trouver. Mais à peine eus-je  le temps d'émettre une ou deux hypothèses sur l'existence de cet univers parallèle que Nash' avait trouvé ce qu'il voulait.

Une fois à terre, mon regard s'est lentement tourné vers la proie. Putain j'suis une bosse ! Vous auriez vu cet énorme animal que je vous ai déniché. Pouah, balèze. De loin, cela ressemblait à un porc, à la seule exception qu'en y regardant de plus prêt on lui distinguer trois yeux. Perplexe, je pris un air d'enfant dégoûté par ses brocolis, avant de baisser la tête vers mon ventre. Arf, il tremble,  après tout un porc mutant ça ira très bien. En deux temps trois mouvements, Nashar avait choper la bestiole, évidemment qu'avec des supers pouvoirs n'importe qui pourrait le faire ! Tssss, et en plus il fait son malin. Ca m'est égal, de toute façon il a raison, sur ce coup c'est lui qui a assuré. Ce soir aurait pu être une bien triste soirée pour mon ex, Thomas.

« - En tant qu’arme, laissez-moi le soin de découper la viande. La prochaine étape, c’est de faire du feu… A vous de jouer, votre altesse. »


Amusée de voir qu'il continuait le petit jeu qui s'était installé entre nous, j'ai décidé de faire de même. J'ai croisé les bras, le corps un peu penché à la façon de la tour de Pise, un sourire narquois aux lèvres.


« Vous avez prouvé votre valeur chevalier, à moi de vous montrer l'étendue de mes capacités, vous risquez d'être surpris. »

Cette fois pas de souci à se faire, j'ai la solution, toute trouvée. Je m'étire les bras et les doigts en les croisant devant moi, comme pour dire qu'un long travail m'attendait. Je prends une minute ou deux pour réunir quelques brindilles et autres conneries du genre. Plus long, à la façon d'une artiste je mets à la recherche de petits galets de diamètre plus ou moins similaires, et les dispose autour du tas d'allume-feu. Alors, hyper fière de moi je m'assois en tailleurs à côté, fouille dans ma petite sacoche. Une fois la main sur ce que je cherchais, je relève la tête vers Nashar, toujours ce petit air narquois qui marque les traits de mon visage, et sort mon zippo. Je la brandis avec orgueil vers lui, et l'ouvre. Une petite flamme émane de la ficelle. Je l'aime tellement ce briquet, il en a pris des coups, mais il est toujours là lui aussi ! J'approche la flamme des feuilles qui s'embrasent immédiatement, et qui transmettent les flammes aux branchages. Alors je referme le zippo, et le remet dans la poche de ma veste. Le soleil commence à sérieusement décliner, en plus de servir à cuire la viande, le feu va pouvoir nous éclairer et nous réchauffer, il était temps qu'on le fasse. La vue du briquet me rappela tristement que ça faisait des jours entiers que je n'avais pas fumé.


« Est-ce que tu fumes ? Ca m'étonnerait, mais on sait jamais. Tu sais peut être si il y a du tabac ici, si il existe des herbes qui y ressemble. »

Puis me plongeant dans une réflexion plutôt courte, je plonge mon regard dans celui de Nashar.

« J'suis bête, si ça se trouve tu sais même pas ce que c'est du tabac. Je ne sais même pas d'où tu viens, à quoi ressemble ton monde. J'aimerai savoir, je voudrais que tu me raconte. »

A la manière du petit prince, je me suis donné pour mission de connaître chacun des mondes qui existent. Je l'avais déjà demandé à Aki, et je le demanderai à la prochaine personne que je rencontrerai. Je ferai un dessin qui représente pour moi chacun de ces mondes, et alors je pourrais me faire une idée de ce qu'est vraiment l'univers. En guise d'invitation, je dégageai la place à côté de moi des petites écorces de bois qui avaient vieillies ici.

«On ne voit bien qu'avec le coeur. L'essentiel est invisible pour les yeux. »
Antoine St Exupéry.

©MangaMultiverse
Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: We sing the same song    Mar 29 Sep - 15:42







We sing the same song ♪
★ Kill the loneliness


Dépecer et préparer ce sanglier allaient prendre un moment. Pourtant, Nashar ne put s’empêcher de regarder la demoiselle se mettre à l’œuvre. Ses mouvements, fluides et sûrs d’eux, laissaient voir qu’elle était habituée à agir. Peut-être sans réflexion ? Après tout, c’était la caricature des élus de Seika. Foncé dans le tas, enflammé par la passion. Fuyu non plus n’était pas très loin de cela, mais c’était la destruction et la conquête qui motivaient principalement les troupes. Mais il ne fallait pas s’avancer. La bleutée réservait des surprises, à n’en pas douter. L’idée qu’elle puisse être une espionne de Sul Hei retraversa l’esprit de l’Ex Général. Il ne voulait pas y croire. Pourquoi le Roi du Nord s’acharnerait-il ainsi comme cela ? Certes, l’élu avait exécutait deux dignitaires de sang-froid… Mais c’était pour sauver la vie du troisième ! L’une des victimes était-elle un parent de l’encorné ?

Un petit détail vint attirer l’attention de Nashar. Kaëlyss avait sorti un petit appareil qui fit jaillir du feu. Un Teigu ? Il ressemblait à s’y méprendre à une version miniature de Rubicante, l’arme basée le bec de l’oiseau de feu. Alala, quelle chasse cet oiseau. Non seulement, il volait très haut, mais en plus, ces saletés de flamme ne disparaissaient jamais. A l’heure qu’il était, plusieurs cadavres des subalternes de l’Ex Général devaient encore brûler. Toute l’escouade de chasse avait dû ruser pour l’attirer sous l’océan, où il mourut noyé. Il s’était bien défendu le piaf. Comment cette demoiselle avait-elle eu une arme aussi dangereuse ? En était-ce une d’ailleurs ? Il n’inspirait pas beaucoup de crainte.

- Bravo ! Au moins, vous n’êtes pas de ces faiblardes qui ne savent pas se débrouiller. J’apprécie cela. Cet appareil… explose ?

Eh bien oui, l’attaque cachée de Rubicante était une explosion si puissante, qu’elle formait un champignon de fumé dans le ciel et que toute personne qui foulait l’endroit de la détonation tombait mortellement malade. Alors il avait de quoi se méfier.

Le feu était maintenant allumé, et il crépitait sur le soleil couchant. Le jour n’allait pas tarder à partir. Et Nashar aussi. Il ne resterait pas plus longtemps. Il avait peur que la poudre de Kitsune ne cesse d’agir, mais aussi que Taen ne finisse par le rattraper. Mais avant tout chose, il fallait nourrir cette princesse. Le bleuté n’avait plus le temps d’entièrement préparer l’animal. Il en avait trop perdu à regarder la bleutée travailler. De ce fait, il sectionna uniquement la jambe la plus musclée du sanglier au moyen d’un couteau de glace. Il gela l’os pour le faire se casser plus facilement, puis alla l’installer sur le feu, par un moyen laissé à votre imagination.

- Fumer ? Je ne peux pas me permettre ce luxe, cela réduirait beaucoup mon endurance. Pour ce qui est du tabac, il y en a dans ce monde, et dans le mien aussi. Surement une constante que les dieux ont instaurée. Une constante assez malsaine.

Il était vrai qu’il avait vu les dangers du tabac en la personne qu’était son père. L’imbécile ne pouvait plus faire un pas sans gémir. Ou était-ce parce qu’il était obèse ? Un mélange des deux, surement. Nahsar sortit alors sa fidèle bouteille de rhum d’une de ses poches.

- Mais j’ai un autre vice…

Avant d’en proposer à Kaëlyss, l’élu de Fuyu vint asperger la viande qui cuisait pour lui donner plus de goût. Il ne s’écoula pas longtemps avant que l’odeur ne vienne s’élever dans la forêt. Des prédateurs allaient être attirés ? Tant mieux, cela permettra de triompher d’eux devant la belle donzelle. Vous vous rappelez ? Homme des cavernes tuer bête pour femme.

Il tendit ensuite la petite bouteille, vidée de moitié, à sa compagne de la journée.

- Rhum, venu tout droit des plaines froides de Fuyu. Un miracle qu’ils puissent, en fait. La végétation n’aime pas ce genre de température de base.

Il s’assit de l’autre côté du feu, de manière à avoir son interlocutrice fasse à lui. Qu’allait-il bien lui dire sur son monde ?

- Eh bien… D’où je viens, mon oncle est l’Empereur le plus puissant du monde connu. Mais c’est un faible d’esprit. Toujours est-il que note pays prospère, en partie grâce à moi et mon armée. Sinon, à part les animaux qui sont un peu plus agressifs, il n’y a pas de différence avec Kosaten.

Nashar fouilla alors dans sa proche pour sortir une autre bouteille, beaucoup plus petite cette fois. C’était de l’alcool de Piro, une autre spécialité de Fuyu. C’était tout bonnement infect ! Mais, comme tout alcool, il avait ce petit quelque chose qui faisait qu’il était irremplaçable. L’Ex Général en prit une gorgée avant de continuer.

- Les pays voisins du mien sont de grands profiteurs. Ils ont réussi à éviter une invasion en créant des choses appelées « alliance internationale ». Le principe est tellement stupide, que je doute qu’il existe ailleurs. Deux puissances militaires s’associant et échangeant.

Il se rappela alors de l’alliance entre Minshu et Seika, puis soupira. Ce n’était pas que dans son monde.

- Mais je parle trop. Et vous, parlez-moi un peu du vôtre ? Toutes les jeunes femmes sont aussi belles que vous ? Laissez-moi déjà en douter…




Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: We sing the same song    Mer 30 Sep - 9:41


-  We sing the same song [PV NASHAR] -




« - Fumer ? Je ne peux pas me permettre ce luxe, cela réduirait beaucoup mon endurance. Pour ce qui est du tabac, il y en a dans ce monde, et dans le mien aussi. Sûrement une constante que les dieux ont instaurée. Une constante assez malsaine. »

Ca c'est plutôt drôle. En fait, c'est même une pensée très intéressante. Il existerait des constantes, des éléments communs à chacun des mondes, comme des objets clés de l’existence que l'on serait apte à utiliser comme insigne à l'humanité. Je suppose qu'il existe beaucoup de monde comme celui de Kosaten ou le miens, qui se ressemblent beaucoup, mais aussi d'autres, plus sombres et dont les valeurs et les lois nous sont absolument inconnus. C'est un peu comme si, croisant la créature la plus étrange, je pouvais lui prouver notre parenté en lui proposant une clope. Ce cerbère m'agresse ? Pas de souci puisque j'ai ma pipe à bois sur moi ! Ça c'est plutôt amusant, en revanche c'est également très sérieux. Si effectivement des éléments forment un pont entre les différentes dimensions, alors ça voudrait dire qu'il existe un moyen de les rassembler, de transposer ces objets, ou quelque chose du genre. Il s'agit de trouver un lien entre eux, j'en suis sure.

Enfin, même si cette idée traverse mon esprit, il est certain qu'à l'heure actuelle je n'ai absolument aucune envie de partir d'ici, je suis profondément heureuse. Il a un autre vice, enfin, cet homme a un vice tout court ? Très intéressant. Intriguée par l'objet de son désir je fixe chacun de ses mouvements avec attention. Avec lui je m'attends à tout et n'importe quoi depuis qu'il m'a fait flotter dans les airs.

Du Rhum ! Bordel oui ! Alors là j'applaudis, bravo monsieur. Enfin, en réalité je n'applaudis, je me contente d'un sourire hallucinée, je fronce les sourcils et croise les doigts pour réfléchir. Du genre « est ce bien raisonnable mon seigneur ? ». Bien sur que non ? But who cares ? Je me saisi de la bouteille à moitié vide, ou à moitié pleine à vous de réfléchir sur la philosophie de vie que vous voulez adopter, et lui fais un câlin. Je fais ça pour amuser Nash' bien sur, mais en vrai la vue de l'alcool me réjouit vraiment. Putain vous vous rendez pas compte la prison émotionnelle, j'ai rien pour me déstresser ou me faire planer, j'ai plus l'habitude ! J'espère qu'il en a encore un stock de bouteille givrée parce que là elle va pas faire long feu. Pendant qu'il me parlait de son monde, je buvais de grandes gorgées de temps à autre, entre deux traits de dessins. En effet, j'avais sorti mon carnet à croquis de mon sac, et m'appliquais à redessiner avec précision ce qu'il me disait. L'oncle faible d'esprit, l'armée fière de défendre son pays, Nash' le superbe prince, les animaux enragés... Tout était sur le petit bout de papier. Cela dit, l'alcool commençait à me monter à la tête, et je dois reconnaître que les dernières esquisses n'étaient pas vraiment représentatives de ses propos. Je ne m'en rendais pas vraiment compte, en fait j'étais vraiment très concentrée dessus.

« - Mais je parle trop. Et vous, parlez-moi un peu du vôtre ? Toutes les jeunes femmes sont aussi belles que vous ? Laissez-moi déjà en douter… »

Alors là ça va pas aller... Non mais je déconne pas. Déjà qu'avant je me sentais fragile face à lui, s'il commence à me faire son numéro, avec la vitesse à laquelle je fais descendre la bouteille je vais pas pouvoir retenir mes pulsions longtemps... Décidant d'ignorer sa provocation, je pris quelques secondes de réflexions, et d'organisation des mots de la personne bourrée, pour parler de la Terre. Que dire ? Je déteste cet endroit, il me répugne.


« Mon monde est gris, sale, impur. Il engendre la perdition de la nature humaine. Nous sommes esclaves d'autorités écervelées, qui elles mêmes ne sont guidées que par des chiffres qui n'ont pour moi aucun sens. Tu sais, il y a de ces êtres humains qui ne respectent pas la nature, qui la pollue, qui détruisent chacun de nos espoirs, jusqu'au dernier. Je viens d'une famille très riche, et mes parents étaient à la tête de cette destruction massive. Leur rôle, c'est de brûler les forêts, ils calcinent par centaine de milliers ceux qui nous offrent la vie chaque jour. Ils n'ont de respect pour rien ni personne, en fait ils détestent l'humanité, ils la méprise. Le désir de pouvoir est quelque chose de très dangereux, il te fait perdre ce que tu as de plus cher, sans que tu t'en rendes compte tu es seul contre tous. J'enfouis en moi cette haine, cette haine de la vie, cette rage qui sommeille en moi contre ce système qui nous épuisent chaque minute un peu plus. »

Je m'arrête. Je me rends compte que j'ai beaucoup trop parlé, que je me suis encore laissée emportée. J'ai peur de tout ça, de ce que je suis, de ce qu'il peut penser de moi maintenant. Je ne veux pas qu'il ait peur, je ne veux pas qu'il s'enfuit de moi. Reste. J'étouffe. Je sens cette légère migraine, cette suspension du temps comme au bar avec Aki... Un effet différent de l'alcool dans ce monde ? Je tremble un peu, je n'ai pas envie qu'il disparaisse pour toujours, non je veux qu'il reste ici avec moi pour toujours. Qu'il me parle de son monde, de ce qu'il aime, de ce qu'il déteste. Je veux connaître sa couleur préférée. Le temps s'arrête. Alors je me lève, j'avance vers lui très doucement.

« Je ne te laisserai pas partir Nashar. »

Je pose ma main sur son visage, et avec douceur je pose mes lèvres sur les siennes. Je ferme les yeux, le cours du temps reprend. C'est ici que je voudrais qu'il se fige. Mais, c'est étrange... Je sens le froid, ma main, mes lèvres. Tout est froid, comme de la glace. J'ouvre les yeux. Je sais que c'est lui. Je crois que je l'ai toujours su. Vous voyez, on ne voit bien qu'avec le coeur. L'essentiel est invisible pour les yeux. Je ne change pas d'expression, j'entre-ouvre la bouche légèrement, je suis toujours sous l'effet de l'alcool mais cette fois je ressens une grande sérénité. Je le regarde intensément, mon regard plongé dans le sien, je suis toujours collée à lui, je ne l'embrasse plus, j'attends qu'il m'explique.



©MangaMultiverse
Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: We sing the same song    Mer 30 Sep - 15:47







We sing the same song ♪
★ Kill the loneliness


Nashar resta suspendu aux lèvres de Kaëlyss. Oh, pas dans la scène de baiser. C’était pendant qu’elle parlait de son monde. Leurs mouvements étaient emplis d’une grâce… Chacun de ses traits fins se redessinait à chaque mot. L’Ex Général prenait une photo mentale à chaque seconde, pour essayer de se souvenir un maximum d’elle. Il n’était pas bête. La poudre de kitsune était dure à trouver. Cela allait mettre du temps avant de pouvoir s’en procurer et de la rencontrer à nouveau. Il voulait profiter de toutes les secondes qu’il passerait avec elle. Étrange ? Oui. Ce n’était pas un sentimental, plus habitué à torturer qu’à roucouler. Tout cela était nouveau pour lui. L’ivresse de cette première sensation l’empêchait de faire preuve de sa prudence naturelle. Normalement, il serait déjà loin. Normalement, il se serait arrêté, aurait trouvé la demoiselle à son goût, puis il se la serait faite avec ou sans son accord. C’était méchant. Mais c’était Nashar.

Sauf que cette fois, les choses étaient différentes. L’élu était plus humain. Plus gentil. Plus respectable. Aussi, quand la bleutée parla de son monde, en proie à de véritables cancers dût à l’humanité, il ne put s’empêcher d’éprouver de la pitié et de la colère. De la pitié, car il se doutait que de nombreux hommes et femmes n’y étaient pour rien, mais qu’ils devraient eux aussi payer les conséquences des actes des autres. De la colère, car des personnes agissaient dans un but néfaste, sans se soucier justement des autres. C’est alors qu’il reprit cet argument et que, d’une manière ou d’une autre, il le retourna contre lui-même. Lui aussi agissait dans son propre intérêt… Cela faisait de lui une mauvaise personne ? Assurément. Il le savait, depuis tout petit déjà. Mais pourquoi cela le gênait maintenant ? En cherchant à faire le tri dans sa tête, il répondit à la demoiselle.

- La haine, hein… Elle est présente en nous tous… Vous… Tu n’as pas à en avoir peur ni à la cacher. De grands hommes ont accompli de miracle, grâce à ce noble sentiment. Je compte bien en faire partie, peu importe la route que je devrais emprunter.

Il était vrai que le but de Nashar était la conquête du monde. Mais avec un objectif bien précis. Instaurer la paix. Une paix dont il serait l’unique garant, avec évidemment les avantages qui allaient avec. Le monde… Non, l’univers irait mieux sous son commandement. Et qui sait ? Après Kosaten, il trouverait un moyen de renvoyer les élus chez eux et… envahirait leurs mondes aussi. Il commencerait par remettre de l’ordre dans celui de Kaëlyss, puisque cela semblait lui causer des soucis. Il repensa ensuite à la phrase qu’il avait énoncée. Sa haine. En ce moment, la majorité de son animosité était dirigée vers une seule personne : Zayro Jinn. Il mourrait de la main de l’Ex Général, dut-il allait en enfer pour avoir sa vengeance. Mais… Il était trop faible.

- Néanmoins… Ne la laissez pas s’emparer de v… de toi. C’est… une maladie qui ronge l’intérieur. Je suis déjà atteint et viendra un jour où elle m’emportera.

Il en était conscient. Sa petite scène de provocation contre le Messager de l’Enfer aurait pu lui coûter la vie. Que se serait-il passé si Taen ne l’avait pas trouvé ? La Mort. Simplement. La mort. Un contact physique vint interrompre sa sombre réflexion. Elle… était entreprenante. Déjà le calin lorsqu'il lui avait donné la bouteille... L’ennui, c’était que Nashar, pour la première fois de sa vie depuis sa puberté (et un peu avant), n’avait pas envie d’aller plus loin. Pas par dégoût. Pas par respect non plus. Tout simplement par peur. La peur qu’elle ne le voit sous son vrai visage. Et il ne pensait à son masque de glace là, mais à son véritable comportement. Bon, le fait que son fidèle adjudent était prit sous une épaisse couche de givre était aussi une raison, mais ce n'était pas tout. Ses exactions, ses jeux macabres, ses blasphèmes à la vie. Elle serait dégoûtée… Elle serait… Elle ne le laisserait pas partir ? Ces mots étaient aussi réconfortants que le baiser qui s’échangea par la suite. Beaucoup d’émotions défilèrent. Trop pour les lister, mais ce fut très différent de ce que Nashar éprouvait normalement lorsqu’il embrassait quelqu’un. C’était plaisant. Oui, plaisant.

Puis elle stoppa le délicieux moment. Son regard teint d’azur plongea dans les yeux froids de l’Ex Général. Le temps s’arrêta, tout comme son cœur. Il le comprit instantanément. La poudre avait cessé de faire effet. Les dieux étaient vraiment des salauds… Après tout ce qu’il avait vécu, n’avait-il pas droit à un peu de réconfort ? Avait-il tant pêché dans sa vie ? Cela leur importait vraiment qu’il souffre ainsi ? Il ne trouvait pas les mots. Sa grande gueule n’avait rien pour l’ouvrir. Honte, peur, et échec. Il pensait à tout cela. L’extrémité de son ressenti fut telle, qu’il s’imagina, l’espace d’un instant, ôter la vie de la bleutée afin d’en être libéré. Mais il n’allait pas faire ça. Il… Il tenait maintenant trop à elle.

Il essaya de s’expliquer, mais tout ce qui sortit de sa bouche fut des balbuties et des bégaiements incompréhensibles. Il ne faisait pas honneur à son rang, à sa réputation. Depuis qu’il avait croisé Zayro, il se faisait honte chaque seconde. Vivre dans la souffrance physique et morale de s’être fait humilier de la sorte. Et là, il devait expliquer cela à une personne qu’il aim… appréciait. Il n’en aurait pas le courage.

- N’aie pas peur, Nashar. Laisse-toi guider par ton cœur, et non par ton orgueil. Ton chemin vers rédemption commence par là.

Cette voix, douce, apaisée et féminine, ne raisonna que dans la tête du bleuté. L’alcool donnait des hallucinations ? Surement. Déjà que cela avait inhibé Kaëlyss qui était devenue bien plus entreprenante… Néanmoins, elle calma Nashar, qui tremblait jusqu’à l'os.

- Je… Celui que vous aviez vu avant… C’était bien moi… avant…

Mais malgré tout, les mots étaient encore trop difficiles à venir. Cela semblait insurmontable. Tout seul, du moins.




Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: We sing the same song    Jeu 1 Oct - 8:34


-  We sing the same song [PV NASHAR] -




J'ai l'impression que le soleil tape fort sur ma tête, qu'on est en pleine canicule. J'ai chaud, putain qu'est ce que j'ai chaud. Pour tant je suis en pleine lui, le seul astre qui surplombe le ciel, c'est la Lune, et en face de moi j'ai l'être le plus froid de la Terre. Je suis un peu éméchée, je n'ai même pas fini la bouteille... J'ai vraiment plus l'habitude de boire. Je suis là, à me tenir devant lui chancelante, je ne tiens pas sur mes deux pieds mais pourtant je ne me suis jamais senti aussi présente. Cette scène contrastée résume l'histoire de ma vie, des contradictions permanentes qui sèment le chaos. De quel droit je le retiens ? Je n'ai pas le droit.

Je l'observe, je fixe chacun des détails de sa peau de givre, je peux voir mon reflet. Je pense à lui, à ce qu'il ressent à cet instant, à ce qu'il peut éprouver face à moi avec ce visage qui n'est pas le sien, le visage d'un autre qu'on lui aurait imposé. Pourquoi a t-il cela ? Une malédiction, ou alors peut être n'est-il juste la victime d'un trop grand pouvoir... Il n'arrive pas à parler, en fait, il n'arrive pas à me parler. Je veux comprendre, je veux tout connaître de lui, et je sais qu'il reste le même, je sais qu'il ne change pas. Je me sens triste. Je me sens sale, comme ce monde d'où je viens. Peu importe le temps qu'il mettra à me dire, à tout me raconter, j'attendrai. Sur cette planète, le temps est différent. Je ne fais plus la course contre la montre, tout m'est bien égal, plus rien n'a de sens. Alors je peux juste attendre ce qui est important pour moi, au fond je sais que je ne réussirai jamais à rentrer chez moi. Il se met à parler, il me dit qu'il était lui avant, qu'il était la personne que j'avais vu avant. C'est faux.

« Je sais que c'est toi, Nashar, je pris un temps de pause, et je sais que tu es encore plus toi qu'avant. »

Lorsque l'on s'est embrassé, j'ai ressenti cette barrière, ce quatrième mur que connaissent les acteurs, se briser. J'ai senti tout cette distance s'envoler, ce faux-semblant disparaître. L'alcool commence à redescendre, je me sens plus posée. Il est évident que Nash' se sent mal, vraiment mal. Il tremble un peu, moi aussi d'ailleurs, et son regard exprime de la honte et de la haine.

« Ca ne change rien, ce que je vois n'est pas différent, je te vois toi, et personne d'autre. Je veux simplement comprendre pourquoi tu n'étais pas toi avant, pourquoi tu as honte. »

Nous avons tous quelque chose de mauvais en nous, quelque chose de sombre qui ronge nos instants de bonheur par l'angoisse. Je sens cela en Nashar, mais je n'arrive pas à me résoudre. Cet homme, si gentil, attentionné avec moi, comment pourrait-il avoir une noirceur enfouie en lui ? En fait, c'est encore plus simple que ça, je m'en fiche. Ça m'est égal, ça m'a toujours été égal. Ethan a fait 3 ans de prison, il a fait de très mauvaises choses, mais il m'aimait, il était là pour moi et c'était tout ce qui comptait. Je crois que ma noirceur à moi, c'est cet égoïsme. J'ai beau prétendre me soucier des autres, et être touchée par le sort réserve à l'humanité toute entière, je pense à moi avant tout. Il ne doit pas essayer de cacher ce qui le répugne, en fait nous devons faire face. Prendre de front tous ces petits défauts, ces manies qui nous pourrissent la vie.

Je veux lui montrer que je n'ai pas peur de lui, qu'il ne me dégoûte pas comme ça. Alors sans attendre de réponse, je pose mon front contre le sien, ferme les yeux et l'embrasse de nouveau. Il ne doit pas penser que je veux qu'il parte maintenant. Malheureusement, je crois que cette fois il n'aura pas le choix. Sans aucune discrétion, un attroupement d'Homme fit irruption dans la forêt. Qui sont ils ? Vu la réaction de Nashar, ils ne sont certainement pas des amis. Comme j'ai un peu décuvé, je peux les compter, ils sont 8. Il y en a 7 qui semblent jumeaux, équipés de la même armure et de lances identiques, mais le dernier se détache un peu du groupe. Il paraît plus âgé, ses vêtements amples font penser à ceux d'un magicien tout droit sorti de l'univers de J.R.R Tolkien. Son bâton confirme mes dires, et ne fait que renforcer le sentiment qu'ils ne sont pas venus fumer le calumet de la paix. Je leur fait volte face, Un air renfrogné arborant mes traits marqués par la fatigue et l'émotion.

« Qui êtes vous ? Répondez ! »
©MangaMultiverse
Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: We sing the same song    Jeu 1 Oct - 13:13







We sing the same song ♪
★ Kill the loneliness


L’ambiance était définitivement morte. Nashar n’avait qu’une envie, s’envoler loin de là. Hélas, il ne s’en sentait pas la force. Il était… choqué. Pourquoi était-il encore si sensible ? L’effet de la poudre continuait un moment après que l’illusion ? À moins que ça ne soit permanent ? Eh merde. Pourquoi cela lui arrivait !? Pourquoi le destin s’acharnait sur lui !? Il n’était pas un modèle de bonté, mais là… C’était horrible. Pire encore, il n’était pas totalement convaincu que tous ces changements étaient horribles. Les expériences vécues dernièrement lui avaient donné plus de joie que la moitié de sa vie ne lui en avait procurée. Alors au final…

Le silence de la nuit fraichement tombé devint pesant. La douce odeur de la viande était semblable à une purée de pois écœurante. Indubitablement, Nashar ne se sentait pas à l’aise. Impossible de décrire le labyrinthe émotionnel dans lequel il était. C’était comme s’il venait de tuer sa mère… Mais qu’elle souffrait terriblement avant. Oui, un mal pour un… mieux. Les paroles de la bleutée étaient réconfortantes. Il aurait pu se sentir encore plus rassuré s’il avait symbolisé le baiser échangé en une délivrance de son lui intérieur, une révélation au monde réel. Mais le bougre était encore nouveau dans le domaine empirique. Tout ce qu’il retint, c’était que son apparence ne la dérangeait pas. Étrange ?
N’importe qui serait effrayé ! Si les rôles étaient inversés, l’Ex Général serait déjà loin.

Elle renouvela ensuite la question tant redoutée. Que devait-il faire ? Lui expliquer ? Avouer sa faiblesse ? Jamais. Surtout pas devant elle. Il avait beau être un tantinet plus guimauve que la normale, sa fierté était toujours à son paroxysme. Mais d’un autre côté, elle avait promis de rester à ses côtés… Il avait comme l’impression de la trahir en gardant le silence. Cette dernière considération le troubla énormément. Il avait peur de trahir ! Lui ! Première nouvelle ! Mais la véracité de cette fidélité se renforça lorsqu’elle l’embrassa de nouveau. Il eut l’impression de décoller et de voyager à travers les étoiles. La poudre de Kitsune. Plus jamais.

L’instinct de mal prenant le pas sur les considérations émotionnelles, il la plaqua au sol pour l’embrasser plus intensément, n’hésitant pas lui caresser la taille. Sa température frigide monta pour se caler sur celle de sa partenaire. Il n’allait pas répondre à l’interrogation de la femme, pas encore. Il ne pouvait pas faire preuve d’autant d’insultes face à lui-même. Tout ce qu’il voulait maintenant, c’était… Que voulait-il ? Il ne pouvait avoir aucune relation sexuelle à cause de son état… Alors… Que pouvait-il faire ? Eh bien simplement continuer à planer dans le ciel.

Mais tout cela ne fut que de courte durée. Car, brisant la « romance » dans l’air, des bruits de pas et d’armures déglinguées se rapprochèrent rapidement. Très vite, Taen et les soldats de Seika arrivèrent sur les lieux.

- Eh bien, eh bien. Un fuyard qui allume un feu… Tu me déçois, chasseur. C’est donc pour cette donzelle que tu nous as abandonnés aux crocs d'un dragon ?

Zut ! Enfin… Merde ! Toutes ces histoires avaient trop distrait l’élu. Il en avait même fini par oublier que le magicien allait sans doute venir à sa recherche. Il ne pourrait plus détaler maintenant, les pouvoirs du barbu l’en empêcheraient… Nashar lâcha alors son emprise sur la bleutée pour faire face à la troupe. L’avantage d’avoir une armure de glace, c’était qu’aucune forme inconvenante ne pouvait être vue à travers elle, même après ce "calin".

- Le dragon a failli nous avoir, tu sais. Tu aurais au moins pu lui geler les pattes avant de partir. Fort heureusement, il n’y eut que des blessés légers que j’ai pu soigner. Allez, tu as assez batifolé, tu viens avec moi.

L’homme de glace serra le poing. Il savait qu’il ne pourrait rien faire. Se tournant vers Kaëlyss, c’est avec des yeux pleins de regret qu’il annonça.

- Ces hommes m’escortent jusqu’à mon échafaud. Ils sont dangereux, ne tentes jamais rien contre eux. Fuis les gardes de ton pays et restes éloigné de leurs affaires.

A cela, de grands râles de mécontent se firent entendre. En même temps, insulter des gardes devant des gardes… Cependant, ce fut Taen qui lui ferma le caquet.

- Ne l’écoutez pas. Il n’est pas dans son état normal depuis qu’il possède cette apparence. Nous l’emmenons se faire soigner, mais il est un peu réticent… Peut-être pourrait vous lui faire entendre raison ? Pourquoi ne pas nous accompagner un moment ? De toute façon, nous ne pourrons pas laisser une jeune demoiselle dans cette forêt en pleine nuit.

Comme pour conforter son argument, il montra du doigt l’état des équipements et des vêtements des soldats. Déchiqueté et déchiré. Nashar serra encore plus les poings. Il n'avait pas envie de la laisser au milieu de bête sauvage... Non, il ne les laisserait pas l’embarquer dans leurs magouilles pour autant ! Pas elle ! Il se dresserait devant les dieux ou même Zayro Jinn une nouvelle fois s’il le fallait ! Oui, il était prêt à affronter le barbu et les soldats après, de tout son être !

- Nashar. Ne m’oblige pas à t’assommer encore.

La confiance et le mépris dans sa voix découragèrent aussitôt l’Ex Général. Sa condition d’élu ne lui permettait plus d’agir comme bon lui semblait. Qu'allait faire Kaëlyss ?




Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: We sing the same song    Sam 3 Oct - 14:18


-  We sing the same song [PV NASHAR] -



J'y crois pas. Mais quelle idiote. Je me suis laissée avoir. J'ai voulu y croire, j'avais envie de penser que j'étais tombée sur quelqu'un de bien pour une fois. Mais ce type n'est pas ce qu'il prétend être. Ils l'appellent « le fuyard » ou encore « chasseur », ça n'a rien avoir avec ce qu'il prétend être. Et ça explique aussi pourquoi il a chassé notre proie avec tant de facilité. J'ai affaire à un rodeur, non pas à un fils d'empereur. Chef de guerre pour son pays ?? Un homme comme ça n'abandonnerai pas lâchement ses compagnons contre un dra... UN DRAGON ? Nooooooooon, ils sont pas sérieux là ? Il y a des dragons dans ce putain de monde ? Je suis complètement perdue. Je suis plus sure de comprendre ce qu'il m'arrive. Jusqu'ici je me faisais une raison de ma situation... Mais, et si tout cela n'était pas réel ? Si je rêvais, ou bien si on m'avait droguée dans une de mes soirées ? Une blague ? Je sens l'angoisse montée en moi, mon cœur accélère, et je dévisage tour à tour chacun des personnages autour de moi. Réfléchis Kal'... Est-ce que tout cela peut être réel ? Qu'est ce qu'il faut que je fasse pour sortir de ce merdier ?

Mais à nouveau tout deviens différent. Nashar se tourne vers moi, son regard empli d'un regret sincère. Qui dois-je croire ? Je ne sais vraiment plus du tout. Quand il a sorti l'alcool... Et, il m'a pris les hanches, il était si entreprenant. Après tout il a été interrompu, alors est-ce qu'il aurait pu vouloir abuser de moi ? J'en suis sure maintenant, toutes ces sensations sont si intenses, ce que je vis est véritable. La seule chose que je dois définir maintenant, c'est qui est le méchant de l'histoire. Pourquoi se serait-il donné tant de mal pour me violer ? Avec sa force et ses pouvoirs il aurait pu le faire d'entrée. Non ce n'est pas logique. Et après tout, moi non plus je n'ai pas été totalement honnête avec lui. J'ai mes secrets, ceux que personne de doit découvrir. Et puis, ces mecs... Ils sont pas clairs. Je veux dire, ils débarquent comme ça, armés jusqu'aux dents. Qu'est ce qu'ils veulent à la fin ?

A peine le temps de poser la question que voilà la réponse. Toujours en fixant, Nashar s'adressa à moi, comme pour essayer de m'expliquer ce que j'avais besoin de comprendre. A l’échafaud ? Ces types vont tuer Nash ? Même s'il a pu me mentir je ne veux pas qu'il meurt, il est mon seul allié ici. La troupe ne semble pas vraiment s'intéresser à moi, je suppose  qu'il ne voient aucun danger dans la jeune fille frêle que ma silhouette dessine devant eux. Je remontais mes manches prêtes à leur casser la gueule en dépit des préventions émises par Nash', mais ce qui semblait être leur chef m’interrompit dans mon élan. J'étais enfin sur de ma décision, mais ce qu'il dit changea la mise. Ils me proposent de les accompagner, de convaincre Nashar d'accepter son triste sort. Bien sur que je ne le ferai pas. En revanche, les attaquer de front ici c'est de la folie. En gagnant leur confiance sur le chemin par contre, il sera plus facile de permettre au détenu de s'échapper. Je n'ai peut être pas de supers pouvoirs, mes j'ai des poings qui ont donné plus de coups qu'ils n'y paraissent. Je serai là pour défendre ce qui me semble juste, peu importe ce que cela implique.

« Après tout je ne le connais pas. Vous avez raison il a eu un comportement étrange ces dernières heures, vous feriez bien de vous dépêcher si vous comptez le soigner. Je n'ai que faire de cet énergumène, mais je serai heureuse d'avoir une escorte pour sortir de cette fôret. Je vous accompagnerai. »

Je suis désolée Nash', tu ne dois absolument pas comprendre ce qu'il t'arrive. Mais ils ne doivent pas douter de moi, ni de la confiance qu'ils me portent. Je pris un air extrêmement sombre. Comme si je n'avais jamais été moi même avec lui. Ça me fait mal de faire ça, mais je n'ai pas le choix. Je ne dois rien laisser paraître.

Je ramasse mon sac, passant devant Nashar, sans même lui adresser un regard. Les gardes se rapprochent de lui, comme pour s'assurer qu'il ne tenterait pas de m'attaquer. Ce n'est pas une trahison, je veux simplement que tu vives. Mes poumons me supplie de lui hurler, mais rien ne sort de ma bouche. Je reste muette jusqu'à me retrouver à côté du sorcier.

« J'ai de grands pouvoirs. Je saurai le faire obéir s'il le faut. Allons-y. »

Le magicien s'adressa à ses hommes de coin de l'oeil, et c'est alors seulement que l'on commença notre longue et périlleuse marche.
©MangaMultiverse
Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: We sing the same song    Mar 6 Oct - 12:10







We sing the same song ♪
★ Kill the loneliness


Quelque chose se produisait en Nashar, et il n’arrivait pas à voir ce que c’était. Alors qu’il arrivait enfin à faire en sorte que cette chose se révèle à lui, des troubles fêtes virent troubler la fête. Le groupe d’homme était arrivé à un bien mauvais moment. Le jeune homme aurait bien voulu les geler à mort ou faire s’écraser un énorme iceberg sur eux, mais Taen était d'un tout autre niveau. Le Magicien avait déjà montré ses pouvoirs, d’autant plus que, d’après ses dires, ils venaient d’affronter un dragon. Il pouvait être affaibli, mais l’Ex Général n’était pas assez fou pour aller se battre contre un tueur de dragons. Il se contenterait de faire le mieux pour sa survie.

Il était prêt à suivre Taen en laissant Kaelyss ici, même si cela lui causait une grande peine. C’est alors que le vieillard proposa à la bleutée de rejoindre le groupe. Non. Il ne le permettrait pas. Jamais ! Enragé, ses poings se serrèrent, ses muscles se raidirent, il fut prêt à sauter à la gorge de son compagnon. Hélas, celui-ci savait que Nashar le craignait, alors il ne se gêna pas pour le menacer. Cela eut l’effet escompté, laissant le bleuté espérer que la demoiselle refuse l’offre.

C’est alors qu’elle répondit. Chaque mot, chaque syllabe, chaque son qu’elle prononçait eut l’effet un coup de poignard dans sa chair déjà meurtrie. Comment avait-elle pu ? Elle mentait tout ce temps ? Elle jouait ? Elle jouait… Elle jouait !? Non ! Cela ne pouvait pas être… Elle était sincère. Oui ! Sincère ! Elle était drôle, c’était une blague, rien qu’une petite blague pour faire chier Taen. C’est ça… Pourquoi faisait-elle ça ? Quel intérêt ? Survivre face à l’ennemi ? Mais Nashar était là ! Il aurait pu la protéger ! Elle n’avait pas confiance en lui ? Elle ne lui faisait pas confiance ! Après cette magnifique journée ! Elle jouait avec lui ! Il avait ouvert son cœur pour la première fois en un nombre incalculable d’années et maintenant…

Maintenant il était agacé. Non, il était déchainé. Aucun mot ne sortait de sa bouche. Des larmes coulaient néanmoins sur son visage de glace. Des larmes gelant immédiatement, tandis qu’il serait tellement fort ses dents que sa peau factice se fracturait autour de sa bouche. Il bouillonnait de froid à l’intérieur. Sa colère allait sortir. Des grognements prévenaient de l’attaque imminente. En plus elle poussait le vice plus loin en affirmant pouvoir le dominer. Qui était-elle pour dire cela ? QUI ??? Il ne le permettrait pas ! Jamais une femme autre que sa mère ou sa tante ne lui avait autant manqué de respect ! Il ne laisserait pas cela passé ! Jamais !

Sans même penser à une stratégie de la part de Kaëlyss, Nashar bondit immédiatement vers elle, dans le but visible de la tuer. Mais une boule de lumière l’arrêta et le maintint en plein vol.

- Prévisible.

La voix de Taen multiplia encore plus la colère qui commandait l’Ex Général.

- Je t’avais prévenu pourtant. En plus, tu ne comprends pas le cœur d’une femme. Navrant.

La lumière s’intensifia et Nashar tomba inconscient. Encore. Le Magicien, quant à lui, dirigea son corps vers le soldat le plus costaud.

- Je suis désolé d’encore vous demander cela, mais pouvez-vous le porter jusqu’à son réveil s’il vous plait ? Attention, il risque de vouloir vous tuer.

Le garde de Seika attrapa l’homme de glace et le mit sur son dos, sans crainte. Il savait que le barbu neutraliserait cet excité en cas de problème. Ce dernier s’adressa d’ailleurs à la demoiselle, en espérant qu’elle ne soit pas trop effrayée.

- Veuillez nous excuser pour cette mésentente. Comme vous pouvez le voir, il est assez instable et ne supporte pas la moindre forme de trahison… Allez savoir pourquoi. Bref, nous allons vous escorter au moins jusqu’à la sortie de la forêt. Ensuite, deux gardes vous mèneront où vous voulez aller.

À peine avait-il terminé sa phrase, il agita sa main pour soulever le bout de viande du feu. La pauvre nourriture était à moitié cramée. Cependant, tout cadeau de dame nature devait être respecté, alors le vieillard prit le morceau le plus noir et l’apporta à sa bouche, laissant le reste, bien plus digeste, à l’assistance.

- Mangeons et reposons-nous pour l’instant. Nous nous en irons demain matin. Nashar va dormir une bonne journée et demi.


HRP:
 





Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

-



MessageSujet: Re: We sing the same song    

Revenir en haut Aller en bas
We sing the same song
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» sing me a song of a lass that is gone ∞ roxane
» 03. [Appartement Robertson] Let's sing together.
» 04. Love you like a love song, baby...
» Love is a song of hope... [PV Eclair Sournois ]
» 03. Sing if you can...!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Manga Multiverse ::  :: Empire de Seika :: Forêt tropicale-


Crédits : Design : Phoenix & Pingouin Règlements & Contexte : Phoenix
Forum optimisé pour Google Chrome.