Partagez | .
Carpe Diem
Invité Invité

-



MessageSujet: Carpe Diem   Lun 28 Sep - 18:04


Voir la mer. Fumiko en rêvait depuis toujours, depuis trop longtemps, depuis que son père lui avait raconté.

L'eau est bleue et verte, comme tes yeux, ma fille. Elle avance lentement vers toi et quand tu crois pouvoir la toucher elle recule aussitôt, comme pour échapper à ton emprise. Elle a laissé à tes pieds des trésors marins inestimables, faits de plantes merveilleuses et de cailloux brillants. La marque brune d'humidité quelle a tracée sur le sable commence juste à s'effacer, qu'elle revient encore plus loin vers la terre et recouvre le souvenir de sa dernière visite. Et toi, tu es là, tu la regarde, tu contemple sa force et tu écoutes son chant.

Alors, mue par cette envie qui la tiraillait, Fumiko sût que c'était le moment. Elle avait entendu parler de l'océan pendant sa visite de la capitale, elle n'avait rien à perdre, pas un sou en poche, pas de situation stable, fraîchement arrivée en ce pays inconnu. Sa liberté soudaine de jeune fille insouciante l'incitait à y aller.


Je vais la voir, la mer, papa.


Elle se fit transporter vers sa destination par divers conducteurs, plus ou moins aimables, en échanges de services (elle en refusa certains, qu'elle ne trouvait pas vraiment corrects) ou même contre sa simple compagnie. Elle marcha peu et profita aussi de moyens de déplacement en catimini, cachée dans des charriots. Son père aurait été fier d'elle.


Tu ira loin dans la vie, ma Fumiko, très loin, tu es si rusée.





Non, papa, pas rusée. La ruse est l'apanage des gens qui veulent le mal. Débrouillarde plutôt, et grâce à ton enseignement.


Et maintenant, elle était là, magnifique, étalée devant ses yeux. La mer, sa mer. Tant attendue, tant idéalisée, mais encore plus merveilleuse. Comment aurait-elle pu imaginer les reflets dorés du soleil sur les vagues ? Et l effluve iodée qui venait lui chatouiller les narines ? Le bruit du va et vient de l'eau chantait dans ses oreilles, exactement comme le lui avait décrit son père. Son visage recevait avec délice les embruns frais et balayaient ses cheveux en bataille.

Elle sentit des gouttes sur ses joues. Mais celle-ci venaient de ses yeux. La joie ou la tristesse d'être loin de chez elle ? Le bonheur ou la peur de cette liberté ? Ses larmes vidaient le trop plein d'émotions accumulées depuis ces derniers temps. La vue embuée de l'océan tant désiré la rappela à la réalité : à ce moment précis, elle était heureuse. Elle leva la tête vers le ciel.


J'Y SUIS, PAPA, ELLE EST LA. JE LA VOIS, JE L'ENTENDS.



Elle s'avança alors un peu plus vers l'immensité bleutée. Délicatement, elle immergea une main dans le liquide en mouvement, puis la deuxième. Elle s'enhardit alors à agiter l'eau, provoquant des clapotis qui l'éclaboussèrent. Longtemps elle joua ainsi, apprivoisant ce nouvel élément. Puis, vint le désir d'y plonger les pieds, et même les jambes. Délice de nouvelles sensations.
Quand elle fut rassasiée de la caresse de l'eau sur ses jambes et des chatouillis du sol remuant sous ses pieds, elle alla se coucher sur le sable tiède. Pas trop loin, elle voulait que l'eau vienne lui lécher les orteils à chacun de ses retours du large.

Le ciel était rempli de formes cotonneuse changeantes, le chat devenait souris et…oh, une tête de cochon ! Fumiko riait maintenant. Le soleil qui la séchait faisait picoter ses jambes. Elle se redressa et vit un dépôt nacré sur sa peau. Un doigt inquisiteur vint recueillir la minuscule pellicule blanchâtre et la porta vers un bout de langue curieux. Goût salé. Friandise improvisée que la gourmande s'empressa de récolter encore et encore, jusqu'à saturation de ses papilles.

Satisfaite, fumiko se rallongea et ferma les yeux. Béatitude totale.
Elle n'entendit pas le crissement des grains de sable, ni ne vit l'ombre qui remplaçait peu à peu la lumière du soleil sur son visage.





Dernière édition par Fumiko le Lun 5 Oct - 9:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 2330
Yens : 1258
Date d'inscription : 07/08/2015

Progression
Niveau: 213
Nombre de topic terminé: 102
Exp:
15/24  (15/24)
avatar
Aki Nishiie ¦ Justicière ¦

-



MessageSujet: Re: Carpe Diem   Mar 29 Sep - 18:09


 
Vagues

 
AVEC — Fumiko


 


Après son détour par Tokonatsu qui suivait de très prêt sa mésaventure dans la forêt tropicale où elle avait rencontré Zayro et Hellkun, Aki se sentait animée d'une toute nouvelle motivation. Cette fugace rencontre avec Nashar lui avait ouvert les yeux sur la condition humaine, et peut être un peu aussi à Mizu, la jeune renarde blanche qui trottinait à ses cotés. Cette fois, la druidesse avait décidé de rejoindre cette magnifique plage qui ressemblait à tant à celle où elle avait fait la rencontre d'Akira, un homme démon bien spécial qui avait failli l'induire gravement en erreur sur ses sentiments. Mais la jeune femme c'était reprise après sa dernière rencontre avec l'homme glacé et avait juste envie de revoir la mer à présent.

L'odeur salée la pris bien avant qu'elle ne puisse entrevoir les flots bleus, l'échos de vague la plongeait déjà dans cette triste mélancolie que seule la mer sait vous procurer, cette mélancolie teintée de bonheur aussi, cette joie larmoyante et étrange qui était si courante chez la druidesse ... Elle ne s'attarda cependant pas là dessus et poursuivis sa marche. très vite, elle ne put résister à l'envie d'ôter ses sandales et de les attacher grâce aux courroies à sa ceinture. Elle profita quelques secondes d'enfoncer ses pieds dans le sable chaud avant de reprendre sa marche.

Finalement, elle arriva au bord de la mer, se délectant de cet arôme unique et envoûtant. Une autre jeune fille était aussi là, mais Aki n'y fit pas tout de suite attention, préférant d'abord se concentrer sur les embruns qui lui fouettaient doucement les jambes. Mizu elle s'était déjà jetée à l'eau et elle sembla presque disparaître, sa fourrure blanche se mariant à la perfection avec les embruns.

Finalement, son instinct social pris le pas sur son besoin de solitude pourtant normalement communs à tout les druides. En cela elle était différente de la majorité de ses semblables et en avait d'ailleurs beaucoup souffert. Mais ce n'était pas bien grave, à présent, personne ne se permettait de la juger sur son exubérante gentillesse ou sur sa compassion envers les humains.

-Bonjour mademoiselle, excusez moi du dérangement, mais vous êtes seule? Je sais qu'on peux trouver le coin sympathique mais il peut être dangereux!

Venant d'un homme, cette remarque aurait pus paraître pour une façon bien peu originale d'aborder cette jolie jeune fille, mais Aki comptait sur sa flagrante nature féminine pour la rassurer sur ce point. Elle lui adressa un sourire rassurant, après tout c'était une réelle inquiétude qui l'avait poussé à se détacher de la contemplation de l'horizon.

Mizu sortait déjà de l'eau et s'allongea à coté de la jeune druidesse pour contempler ce qui allait se passer. Son apparente désinvolture cachait en revanche un animal aux aguets, prête à bondir sur le moindre danger. Mizu n'était pas une renarde comme les autres, et sa mission depuis qu'elle avait rencontré la druidesse avait été de la protéger au péril de sa vie. De plus, elle vouait une haine profonde envers les humains. Cette haine avait peu à peu perdue de son intensité au fur et à mesure des rencontres qu'elle avait fait en Kosaten mais elle n'en restait pas moins méfiante face à cette race qu'elle jugeait inutilement cruelle et stupide. Un comble quand on savait que c'était une démone.
 



 

 

 

 


Dernière édition par Aki Nishiie le Jeu 1 Oct - 12:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Carpe Diem   Mer 30 Sep - 22:34


De là-haut, la nappe bleue paraissait calme, seuls des scintillements argentés révélaient que des vagues l'agitaient. L'air frais giflait le visage de Fumiko et faisait couler ses yeux. L'albatros changea soudain de direction, la jeune fille fut déséquilibrée mais elle était bien cramponnée sur le dos de l'oiseau. Ils volèrent alors à travers un gros nuage, Fumiko prit au passage un morceau du doux coton pour le déguster. Le goût lui rappela la guimauve qu'elle avait si souvent dévorée en cachette, avant, quand elle pouvait la faire apparaître, comme tant d'autres choses, simplement en les écrivant dans l'air.

Ils continuèrent à planer au dessus de la mer, la jeune fille ne se lassait pas de ce voyage dans les airs, échappant ainsi à l'attraction du sol, liberté absolue. L'albatros se mit alors à lui parler. Avait-elle bien entendu ou s'agissait-il du vent qui sifflait dans ses oreilles ? Mais non, l'oiseau continuait de lui parler. De surprise, elle bascula alors dans le vide.

Fumiko se réveilla en sursaut. Elle se redressa d'un bond et porta sa main au dessus de ses yeux, faisant barrière à la lumière aveuglante du soleil. La personne qui venait de lui parler n'était autre qu'une splendide fée.
En y regardant de plus près, il s'agissait simplement d'une jeune femme très belle, ses longs cheveux flottant au vent tout autour d'un visage angélique.
Près d'elle, un renard blanc, vraisemblablement son animal de compagnie, regardait sa maîtresse avec douceur et respect.

L'inconnue la prévenait de se méfier de cet endroit.


Comme si la mer allait m'avaler, pff !




Vous m'avez fait peur, dites donc ! Je me croyais seule ici et je m'étais endormie. Rassurez-vous, la mer ne me fait pas peur. Et puis, je n'y ai trempé que mes jambes, alors !

Fumiko regarda longuement le renard, il l'intriguait. Elle se demanda si, en même temps que la forte diminution de son pouvoir d'écriture, elle avait aussi perdu son don de communication avec les animaux.


D'après ce que je vois, tu es une demoiselle renarde. Tu veux bien que je m'approche de toi ?


Fumiko se rappela alors de la présence de l'inconnue.


Je suis Fumiko, perdue, sans attaches, sans amis et désespérément seule. J'adore les animaux, ils ne mentent pas, ne vous trahissent jamais, ne sont jamais cause de chagrin. Ce sont des amis de confiance, fidèles et dévoués. Votre renarde est magnifique, on voit dans son regard tout l'attachement qu'elle a pour vous. Vous avez vraiment beaucoup de chance de l'avoir. Vous permettez que je la caresse ?


Revenir en haut Aller en bas
Messages : 2330
Yens : 1258
Date d'inscription : 07/08/2015

Progression
Niveau: 213
Nombre de topic terminé: 102
Exp:
15/24  (15/24)
avatar
Aki Nishiie ¦ Justicière ¦

-



MessageSujet: Re: Carpe Diem   Jeu 1 Oct - 12:37


 
Flots

 
AVEC — Fumiko


 


La jeune femme semblait totalement inconsciente du danger. Après tout elle n'était ici que depuis peu de temps, mais cela Aki ne le savait pas, elle croyait avoir affaire à une native de Kosaten et sa réponse l'étonna d'autant plus. Comment une jeune femme qui avait vécus en ce monde pouvait elle innocemment se balader seule sur la plage sans aucune crainte? C'était louche. Etait ce un piège? Non, elle n'avait pas l'air d'attendre quelqu'un pour venir détrousser Aki et son air était franc, quoiqu'un peu retenu. La druidesse eut une petite grimace de mécontentement. Après tout, si cette femme était prête à risquer sa vie et à répondre à ceux qui voulaient l'aider, soit. Elle se retint donc de la prévenir que le danger ne venait pas toujours de la mer et se contenta d'écouter la suite du discours de cette jeune fille aux vêtements très colorés et atypiques.

Elle communiqua ensuite avec Mizu. La renarde eut un mouvement de recul. Une humaine osait lui parler, à elle? Et de plus elle la prenait pour un vulgaire animal ! Mais la renarde, aussi farouche soit elle, n'oserait pas s'en prendre à cette humaine présomptueuse tant que Aki ne le lui aurait pas demandé.

Enfin cette jeune femme dit s'appeler Fumiko, prénom que Aki n'avait jamais entendus mais dont les sonorités lui étaient familières. Elle hocha la tête, oui, elle avait beaucoup de chance d'avoir Mizu à ses cotés, mais pour ce qui était de la caresser. Aki se devait de réagir si elle ne voulait pas que cette Fumiko y perde sa main.

-Vous feriez mieux d'éviter, Mizu n'aime pas trop les humains. Elle rechigne déjà à ce que je la caresse moi même, alors je doute qu'elle accepte un contact inconnu.

Elle jeta un regard amusé à Mizu qui s'était encore reculée, outrée que Fumiko fasse une pareille proposition. Se laisser toucher par une humaine qu'elle ne connaissait même pas ? Plutôt rêver ! Ses babines se retroussèrent légèrement. Approche, approche ma petite, et tu ne pourras plus caresser personne! La druidesse qui voulait changer de sujet pour ne pas envenimer la situation repris donc.

-En tout cas, enchantée mademoiselle. Je me prénomme Aki Nishiie. Mais si je puis me permettre, d'où venez vous? D'un des villages marchands du coin?

Elle lui lança un sourire engageant. Une si jolie jeune fille devait avoir nombre de prétendants dans son village natal, c'était peut être la raison pour laquelle elle avait fuis toute cette agitation seule. Pour se retrouver enfin un peu loin des gens. C'était typique le genre de comportement que Aki n'avait aucun mal à comprendre. Pourtant cette fille avait dit être sans amis et sans attache. Une vagabonde? Mais elle ne possédait aucunes armes, et semblait bien chétive. Quoique ... La druidesse aussi ne payait pas de mine, pourtant elle n'était pas en reste quand il s'agissait de se battre.

Enfin, elle serait bientôt fixée à la réponse de cette jeune femme. Aki aussi se sentait foncièrement seule, malgré Mizu, son amie de toujours. Elle aurait aimé avoir un ou une compagnon de route pour marcher ces longs kilomètres, quelqu'un qui puisse la sortir de ces vieilles habitudes qu'elle avait depuis de nombreuses années avec Mizu. Comme à chaque fois qu'elle pensait à sa solitude, un être lui revint en mémoire. Un visage qui lui seul lui redonnait le sourire à chaque fois. Aucun problème, elle le retrouverait, et elle lui proposerait de rester ensemble, et si il acceptait alors ... alors elle ne serait plus jamais seule.
 



 

 

 

 
Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Carpe Diem   Dim 4 Oct - 16:40


La renarde n'aimait pas les humains ! Fumiko n'avait jamais encore rencontré un tel animal, refusant de communiquer avec elle. Depuis son plus jeune âge, elle savait les comprendre et ils le lui rendaient bien.
Pourtant, visiblement, Mizu n'avait pas vraiment envie de se laisser amadouer, babines retroussées, regard peu encourageant, elle dégageait quelque chose d'indéfinissable qui rendait la jeune fille mal à l'aise et nerveuse.Cette renarde là était bien particulière, elle n'y retrouvait pas cette insouciance animale si caractéristique mais sa réaction était presque…humaine.
Quoi qu'il en soit, Fumiko n'insista pas. Elle avait déjà eu assez d'ennuis comme cela sans ajouter des morsures supplémentaires.

Son attention revint alors à l'inconnue. Elle se présenta sous le nom de Aki, son sourire illuminait son visage. Elle l'encouragea à lui dire d'où elle venait.


Je viens de…



Mais, d'où venait-elle au juste ? Devait-elle dire que son village était très loin et qu'elle ne savait plus où il était ? Pouvait-elle lui révéler qu'elle arrivait tout droit de Kansei, où elle avait été conduite par ce garçon, sur lequel elle avait failli "atterrir" elle ne savait comment ?
Kohaku lui avait bien expliqué que le Dieu Manshe l'avait "aspirée" dans ce monde mais Aki comprendrait-elle cela ?


Peut-être est-elle aussi une élue, mais peut-être pas. Je ne vois aucun tatouage qui la marque, méfiance….


Fumiko ne savait pas si celle-ci était du peuple local ou une appelée, comme elle. En ce cas, il était risqué de lui dire toute la vérité. Elle allait sûrement se demander ce qu'elle faisait ici, il fallait ruser.


Je viens de Kizuro , c'est un tout petit village pas connu, très loin. Je suis venue ici pour ….me reposer et…je cherche à faire de nouvelles rencontres. Je pense que je vais rester un petit moment, c'est plutôt sympa cet endroit, et puis je …hum…retournerai chez…moi.
Voilà. Et vous, vous êtes du coin ?


Revenir en haut Aller en bas
Messages : 2330
Yens : 1258
Date d'inscription : 07/08/2015

Progression
Niveau: 213
Nombre de topic terminé: 102
Exp:
15/24  (15/24)
avatar
Aki Nishiie ¦ Justicière ¦

-



MessageSujet: Re: Carpe Diem   Jeu 15 Oct - 23:46


 
Ecume

 
AVEC — Fumiko


 


La jeune fille aux cheveux bleus répondit à la druidesse, mais l'hésitation dans sa voix était sans appel, sans mentir du tout au tout, elle cachait clairement quelque chose. Même si Aki avait du mal avec toute forme de mensonge elle se contenta de froncer légèrement les sourcils. En effet, c'était sans doute plus prudent pour une jeune fille de cacher des informations aussi confidentielles, il ne fallait pas en tenir rigueur. Sans doute aurait elle même plutôt dus se méfier si elle n'avait rien caché. La jeune druidesse s'aperçut cependant que son interlocutrice était décontenancée par la réaction de Mizu.

La renarde n'était pas un animal normal, il était logique qu'elle soit distante envers Fumiko, même si généralement celle ci avait une bonne approche avec les animaux. C'était la part de démon en son amie qui parlait, cette part qui haïssait tant les humains. Ces stupides humains destructeurs, ces affreux humains qui rompaient sans arrêt le si fragile équilibre que son espèce tentait tant bien que mal de maintenir.  Aki était différente. En réalité, les Druides étaient différents. Mais la renarde ne montrerait jamais que dédain (dans le meilleur des cas) au reste de l'espèce humaine.

Quant à cette question … D'où venait elle ? Aki regarda Fumiko. Décidément elle ne pouvait pas savoir si c'était une élue ou pas. Devait elle malgré tout lui dire qu'elle en était une ? Après tout, que risquait elle ? Si ce n'était pas le cas, si la jeune fille était une native, alors elle serait peut être effrayé, et encore, beaucoup de natifs semblaient au courant de l'existence des élus et cela ne les dérangeait visiblement pas plus que ça tant que ceux ci n'étaient pas trop hostiles.

Et si c'était une élue ? Si c'en était une c'était sans doute une nouvelle, Aki ne sentait pas de fort pouvoir émaner d'elle, et si c'était le cas c'était également une bonne nouvelle. Rares étaient les occasions de rencontrer des élus sympathiques, même si la druidesse s'estimait plutôt chanceuse en réalité de n'avoir rencontré que quelques cas de cœurs sombres, dont un qu'elle avait perçus à la magnifique lueur du jour.

N'est ce pas encore plus exaltant de découvrir que sous une couche de noirceur se cache la plus belle des roses, plutôt qu'elle nous soit servie dans un plateau d'argent ? N'est ce pas meilleur encore de la cueillir soi même ? Mais le meilleur sans doute, la meilleure chose au monde, est de n'avoir une rose que pour soi, le cœur de quelqu'un tendrement mêlé au sien … Enfin, la druidesse se perdait dans des pensées qui n'avaient aucun rapports avec la conversation. Elle allait dire la vérité à Fumiko, après tout, il n'y avait aucun sentiment de danger qui émanait de la jeune fille.

-Je ne viens pas d'ici, pas de ce monde. Mais dorénavant je m'y sens presque comme chez moi, et ses habitants me sont devenus familiers. Je crois que j'aime ce monde. Il est plus dur que le mien, en tout cas de mon point de vue, mais j'aime cette sensation de liberté, les gens que j'y croise, et l'air qui souffle sur ses plaines.

Le regard de la druidesse c'était illuminé d'une lueur tendre. Elle osait se l'avouer depuis peu de temps seulement. Elle était bien rare dans ce cas, la majorité des autres élus semblaient haïr ce monde, ou au moins vouloir regagner le leur. Mais ce n'était plus le cas de la rousse. Elle avait relégué ses vieilles connaissances, ses parents, ses anciens amis, dans une case de sa mémoire. Un tiroir qui la faisait bien évidemment pleurer quand elle l'ouvrait, mais elle voulait aller de l'avant. Il ne servait à rien de s'appesantir sur le passé, sur les démons qui nous hanteront toujours, ou sur l'espoir de marcher à reculons, l'avenir est toujours devant, et la druidesse entendait bien le rejoindre à grand pas.

De plus ici elle avait enfin compris certaines choses qui lui avaient toujours échappée dans son enseignement. L'humilité, l'amour, l'altruisme. L'égoïste Aki ne voulait plus sa seule survie et c'était une douce et chaude révélation que de s'en rendre compte. Ce monde l'avait rendus meilleure. Elle était redevenue faible, plus la Druidesse adulée par ses congénères pour sa force, mais juste une jeune femme qui devait de nouveau se battre pour sa place. Ça vous remets les idées en ordre, et ça relance les rêves dans les étoiles.

-Enfin … Cela vous dérangerait de me parler de chez vous ?

Elle souriait gentiment. D'où viennent les gens ? Quelles larmes scintilleront dans leurs yeux en souvenir d'un tel endroit ? Quelle rire résonnera en pensant à tel souvenir ? Qu'est ce qui fait d'une personne ce qu'elle est, quel est le passé qui l'a forgé ? Voilà une question que Aki ne pouvait cesser de se poser. Après tout, son but était de donner la bonté à chaque Homme, si elle parvenait à comprendre d'où la bonté venait, d'où la joie et le bonheur procuraient leur essence, ce serait un immense pas vers son rêve.
 



 

 

 

 
Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Carpe Diem   Sam 17 Oct - 10:21


Aki venait d'ailleurs. Cela signifiait sûrement que, comme elle, elle était une élue. En quelque sorte, Fumiko se sentait soulagée. Elle, d'ordinaire franche, n'aimait pas mentir, même si c'était par omission. Désormais, elle pouvait avouer la vérité, d'autant plus qu'elle ressentait une entière confiance en celle qui se trouvait à ses côtés. N'avait-elle pas dit aimer la liberté, exactement comme elle ? Son amour pour Mizu la rapprochait également d'elle, dont les relations avec les animaux étaient si particulières. La jeune fille avait le sentiment que Aki se sentait aussi seule qu'elle et qu'elle recherchait de la compagnie. D'ailleurs, elle voulait en savoir plus sur son monde d'avant.

Fumiko s'assit sur le sable, faisant signe à Aki d'en faire de même.

Je suis un peu comme toi, tu sais. En vérité, j'ai été propulsée ici, je ne sais trop comment, mais cela ne me déplait pas tant que ça. Mon monde d'avant, je le trouvais étriqué. C'était un petit village, rien à faire à part observer le temps qui passait. Ma principale occupation était de m'occuper des animaux, tu sais, beaucoup sont meilleurs que les humains.  J'adorais discuter avec eux, leur réponse n'était pas orale mais souvent des attitudes ou des regards signifient plus que tous les mots du monde. J'avais envie de voyage, de découverte, d'un ailleurs, mais je me sentais prisonnière. Ce désir de liberté était si fort que j'en ai ressenti de l'amertume et de la colère. J'en ai même haï mes parents adoptifs, pour de mauvaises raisons, je crois. Ils ne m'auraient pas empêchée de partir mais il me manquait ce courage et cette volonté de le faire vraiment.  

Fumiko s'arrêta un instant. Jamais auparavant elle ne s'était confiée autant. Aki n'avait pas l'air de se lasser de son discours, cela tombait bien, elle qui était très volubile, n'avait pas, jusqu'à présent, trouvé d'oreille assez patiente pour l'écouter. Même avec Kohaku, elle avait caché certaines de ses douleurs et de ses incertitudes, le garçon était gentil mais il lui semblait qu'elle l'ennuyait avec son bavardage.

Quand je suis arrivée ici, j'étais folle de joie, ivre de cette liberté qui m'était apportée sur un plateau. Et puis, on m'a détrompée.



Cher Kohaku, merci de m'avoir ouvert les yeux.


J'ai ensuite pensé que les dieux m'avaient punie de mes mauvaises pensées en m'envoyant ici. Mais, il semblerait que finalement peu de gens comme nous ne sache réellement ce qu'il fait ici.
Parce que tu es aussi une élue, tu as le serpent gravé, non ?





Revenir en haut Aller en bas
Messages : 2330
Yens : 1258
Date d'inscription : 07/08/2015

Progression
Niveau: 213
Nombre de topic terminé: 102
Exp:
15/24  (15/24)
avatar
Aki Nishiie ¦ Justicière ¦

-



MessageSujet: Re: Carpe Diem   Sam 17 Oct - 18:38


 
Sable

 
AVEC — Fumiko


 


Le soulagement était visible sur le visage de Fumiko. Comme si de savoir que Aki était une élue l'avait libérée d'un poids. La druidesse avait donc bien fait de ne pas se tourmenter et de tout révéler ainsi. Cela ne lui avait jamais causé de tort de révéler qu'elle était une élue, et cela lui avait toujours fait du bien de ne pas avoir à mentir. Elle se sentait donc tout à fait légère quand la jeune fille aux vêtements bigarrés l'invita à s'asseoir sur le sable.

Elle s'assit et pris quelques secondes pour observer cette mer qui l'avait vus arriver en Kosaten. C'était ici que tout avait commencé, et c'était ici que pour la première fois depuis des années, elle n'avait pas été avec Mizu. Elles n'en avaient jamais vraiment parlés toutes les deux, mais cette séparation leur avait semblé d'une longueur impossible et les avait sans doute encore plus rapprochés. Lorsqu'elle s'était retrouvés, cela avait été pour toutes les deux comme une deuxième naissance, une chance de tout recommencer, enfin !

Puis Fumiko se confia à Aki, comme peu de gens osent se confier. Elle lui raconta certaines choses que Aki put parfaitement comprendre, et dans les yeux de la jeune fille, la druidesse put lire des espoirs, des rêves, une chance pour elle sans doute, une chance d'accepter ce nouveau monde. On l'avait détrompé ? Pourquoi la détromper ? Il n'était pas nécessaire de briser l'illusion, en tout cas, pas trop brutalement. Le monde, quel qu'il soit, ici comme ailleurs, est fait de bonheur et d'espoir. Les obstacles ne sont là que pour rendre ce bonheur et ces espoirs plus lumineux encore, pour nous montrer à quel point leur lumière est grande.

Il ne faut pas désespérer ou haïr le monde parce qu'ils ne nous offre pas tout de suite ce que nous attendions, il faut l'en remercier. Le remercier de nous donner la chance de l'obtenir par nous même, de défier le destin, de le prendre face à face et de lui dire « Ha ! Tu ne veux pas me donner ce que je veux ? Soit, je le prendrais seul alors. » et gagner, et l'avoir, et savoir que ce que l'on a, on ne le doit qu'à nous … C'était ça la liberté pour la druidesse, la véritable liberté. Tenir ses rêves et ses espoirs entre ses mains, et non compter sur la chance ou sur un monde trop parfait pour les obtenir.

Puis Fumiko parla du serpent. Le serpent … Une seule nation possédait le sceau du serpent. Le visage auparavant calme et serein de la druidesse se tordit de dégoût. Minshu. Fumiko était de Minshu. Cette nation abjecte qui en son sein avait accueillis cet autre homme aux cheveux blancs, l'homme qui avait précipité Aki dans la peur et dans le dégoût avant que Nashar, des mois plus tard, l'en tire sans vraiment le vouloir. Seika et Minshu était normalement alliés. Mais au dépit de toutes les alliances, cet homme l'avait traité avec aussi peu de gentillesse qu'un vulgaire insecte. Pire même, elle avait lus dans ses yeux cette soif immonde et impure qui lui avait fait comprendre la réelle nature des Hommes. Minshu …

-Non, je n'ai pas cette marque là, cracha t-elle.

Puis elle réfléchis, enfin, pour une fois dans sa vie, la druidesse se posa une seconde. Combien de temps cela faisait il ? Des mois. Et elle n'avait jamais rencontrés d'autres élus de Minshu que lui. Comment pouvait elle ainsi tous les juger ? Elle avait changé depuis, et elle savait maintenant qu'il y avait du bon en tous, même en lui. Pourquoi l'aurait elle aidé sinon ? Pourquoi aurait il épargné le renard, pourquoi l'aurait il épargné, elle ? Même en cet homme il y avait du bon. Et après tout, pouvions nous juger une nation sur un seul de ses individus ?

Tout les Seikajins étaient ils des prétentieux arrogants comme Hellkun, tout les Fuyujin étaient ils de terrifiants personnages dont l'âme semblaient aussi sombres que celle de Zayro ? Non, bien sûr que non. Alors tout les Minshujins ne devaient pas être de vicieux petit personnage, trop fort pour être battus et avide de choses innommables. Aki devait s'excuser, tout de suite, sous peine de perdre la confiance de la demoiselle, ce qu'elle ne voulait pas. Ne voulait-elle pas montrer au monde le bon qu'il y a en chaque personne ? Bien sûr que si !

Elle s'agenouilla face à la jeune fille et courba le dos jusqu'à ce que son front touche le sable chaud. C'était humiliant, certes, mais il ne fallait pas y penser. Humilité. Humilité. Elle avait été détestable avec cette jeune fille, que ce soit dans son attitude ou dans l'acidité de ses derniers mots, elle lui devait de vrais, de véritables excuses, et pas juste un ''pardon'' lâché du bout des lèvres.

-Excuse moi Fumiko, ma réaction était stupide et disproportionnés. Tu n'es que la deuxième personne à porter cette marque que je rencontre, et la première ne m'a pas fait bonne impression. Cependant je me rends compte de mon erreur et je te prie de m'excuser mon impolitesse.

La druidesse avait les yeux fermés. Humilité. Humilité. Ne pas se sentir ridicule. Ne pas se sentir faible. Reconnaître ses erreurs, savoir s'excuser, c'était une force, non le contraire. Humilité. Humilité.  

Elle se releva ensuite et poussa ses cheveux roux sur le coté pour dévoiler sa nuque à la jeune femme. Le phœnix rouge s'y étalait, majestueux.

-Je viens de Seika. Nous sommes alliés, mais cela n'a pas vraiment d'importance. Ce qui compte, c'est que tu puisses ne pas en vouloir à ma nation pour la façon dont j'ai réagis et que tu ne fasses pas payer à des gens meilleurs que moi les erreurs que j'ai pus commettre. Je t'en prie.

Auparavant, la druidesse n'aurait jamais réagis de la sorte, mais elle se rendait compte que c'était un comportement qui valait à lui seul son appellation de protectrice de l'équilibre. Elle n'aurait mérité le respect de personne autrement. Sa fierté comme son humilité devaient être contenus là dedans. C'était ce qui faisait d'elle quelqu'un de différent par rapport à certains autres abjects personnages. Bien sûr elle aurait voulus paraître forte, sans faille et sans doute, impressionnante et respectable, mais aucune raison de se mentir, elle n'était rien de tout cela.
 



 

 

 

 
Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Carpe Diem   Sam 17 Oct - 21:19


Aki n'avait pas cette marque. C'était étrange, Kohaku lui avait pourtant dit que tous les élus avaient un sceau. Fumiko ne savait que penser.

Soudain, Aki se mit en face d'elle et s'inclina bien bas, jusqu'à toucher le sol. Elle s'excusait de son impolitesse. Mais, laquelle ? Fumiko n'avait pas remarqué quelconque affront de sa part, toute occupée qu'elle était à réfléchir sur l'absence du serpent encré sur la peau de Aki.

Mais…que…euh, bien mais je ne …Tu es toute excusée, mais relève toi, je t'en prie, tu me gènes là.  


Mais déjà, Aki se relevait et lui montrait son tatouage, qui représentait un autre animal, signe d'une autre nation. Peu importait pour Fumiko, l'important était de se trouver des ressemblances pour pouvoir communiquer facilement et de s'enrichir des différences entre elles.

Ils sont quand même bizarres, les gens d'ici. D'abord le garçon au visage figé qui semblait ne pas avoir d'âge et puis maintenant celle-ci qui s'excuse de ne pas avoir le même tatouage que moi. Vraiment très très étrange…

Fumiko s'inclina alors de la même manière que l'avait fait Aki, elle ne voulait vraiment pas qu'il se créé un malaise ou une sorte de supériorité de l'une sur l'autre. Si c'était une coutume dans le pays d'où elle venait, autant la respecter. Puis, elle se releva à son tour et regarda Aki, droit dans les yeux, de façon à bien lui montrer sa franchise.

Ne t'inquiètes donc pas, je ne t'en veux absolument pas. Je suis même ravie de faire ta connaissance, j'ai l'impression que nous pourrions bien nous entendre. C'est surtout toi d'ailleurs, qui va m'entendre, tu as du remarquer que je parle beaucoup.
Tu sais, je ne comprends pas trop pourquoi on est ici, pourquoi il y a des serpents verts ou des oiseaux rouges dessinés sur nos peaux, mais en tous les cas, je ne veux absolument pas finir seule ici, alors si nous pouvons nous soutenir et nous aider, peu importe ta nation et...


Depuis un petit moment, un éclat brillant du côté des rochers bordant l'océan gênait Fumiko.  Elle tourna la tête pour trouver l'origine de cet éclat. Les rayons du soleil semblaient se refléter sur quelque chose près de l'eau et ils atterrissaient directement sur sa pupille. Elle décida d'aller y voir de plus près, non sans prévenir Aki, pour ne pas qu'elle prenne cet interruption de la conversation pour une fuite due à une vexation.

Il y a dans les rochers, là-bas quelque chose qui brille et qui m'envoie de la lumière dans les yeux. Je vais voir ce que c'est, tu m'accompagnes ?


Et sans attendre la décision de Aki, Fumiko se précipita vers l'endroit d'où semblait venir le rayon lumineux.


Revenir en haut Aller en bas
Messages : 2330
Yens : 1258
Date d'inscription : 07/08/2015

Progression
Niveau: 213
Nombre de topic terminé: 102
Exp:
15/24  (15/24)
avatar
Aki Nishiie ¦ Justicière ¦

-



MessageSujet: Re: Carpe Diem   Mar 20 Oct - 19:46


 
Sel

 
AVEC — Fumiko


 


Fumiko ne semble pas gênée par la méchanceté de Aki, au grand étonnement de la druidesse, elle n'a même pas l'air d'avoir été offensée avant ses excuses, comme si elle n'avait pas entendus l'acidité et le venin dans les paroles de la rousse, pourtant c'était bien là, toute cette haine, tout ce dégoût, ça l'avait balayé un instant, ça avait tué la vraie Aki, ça avait fait revenir de mauvaises choses en elle, des choses qu'elle s'était empressée d'entasser de nouveau sous des couches de gentillesse. Non. Elle devait avoir espoir, elle devait y croire. Elle devait aimer les gens, elle en avait besoin, il fallait qu'elle tienne.

La jeune fille aux cheveux bleus sembla remarquer quelque chose sur la plage et voulut s'y rendre, proposant à Aki de l'accompagner, ce que la druidesse accepta avec plaisir, soulagée en réalité que son inconstance n'est pas créée plus de problèmes. Elle se leva donc d'un bond et suivis la jeune fille, Mizu également sur ses talons.

Elle ne marcha cependant pas aussi vite, prenant le temps d'apprécier les grains de sable qui s'insinuait entre ses orteils, elle se sentait de nouveau apaisée, maintenant que son erreur était rattrapée, laissant ses pensées vagabonder au gré du vent et de ses envies. Qu'il est bon de ne pas avoir à se soucier de ce que les autres pensent de nous. Cela faisait à peine quelques minutes qu'elle était de nouveau en présence de quelqu'un et déjà son besoin de solitude l'accablait. Il y avait une personne, une seule personne, qui ne lui mettait pas cette constante pression. Une personne dont le regard ne l'avait pas jugé ...

Heureusement que Mizu était là, ses yeux bleus glacés se posant sur le monde avec une froideur incomparable, tout lui était égal, sauf Aki. Cette amie qui jamais ne la laisserait tomber, qui l'aimait pour ce qu'elle était, qui l'aimerait jusqu'au bout du monde si il le fallait, jusqu'au bout de leurs vies.

-Et alors, tu vois ce que c'est? demanda la druidesse à Fumiko, curieuse malgré tout de sa découverte.

Elle risqua un regard par dessus l'épaule de Fumiko, cherchant à apercevoir l'objet brillant. Oui, elle n'aimait pas devoir réfléchir à chacune de ses actions ou de ses paroles pour plaire aux autres, mais elle devait admettre qu'avoir de la compagnie n'était pas si désagréable que ça. Fumiko était sympathique et souriante, surtout très conciliante, peut être Aki n'avait elle pas besoin d'autant se forcer pour la ménager, c'était une élue après tout !

Le fait qu'elle soit de Minshu n'entachait pas sa valeur, c'était d'ailleurs Aki elle même qui prônait à longueur de journée que les gens de Fuyu était souvent très gentils. Elle pensait avant tout à Fleya quand elle s'exprimait ainsi, mais aussi à Russie qui était une des premières personnes qu'elle avait rencontré ici. Elle avait aussi l'intuition que Vergil en était, puisqu'il n'avait pas voulus donner sa nation. Seul Zayro l'avait effrayé, mais d'un autre coté, il avait tenus parole, il ne l'avait pas touché, et d'ailleurs il lui avait laissé une chance de survivre, et c'était quelqu'un qui incitait au respect ... Non, la druidesse ne pouvait décidément pas juger Fumiko sur sa nation seule.
 



 

 

 

 
Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Carpe Diem   Mer 21 Oct - 10:14


C'était une bouteille dont le goulot était cassé, sans doute quand la mer lui avait fait finir sa course contre les rochers. Fumiko la prit délicatement pour ne pas la casser. Elle avait déjà vu semblable récipient dans l'auberge de Kansei, elle contenait alors un liquide rougeâtre dont la clientèle avait l'air de raffoler. Mais celle-là venait de la mer, elle portait sur elle quelques lambeaux d'algues filandreuses. La jeune fille la nettoya un peu, il n'y avait pas d'étiquette collée dessus, comme dans l'auberge mais Fumiko distingua un petit morceau de bois assez bizarre à l'intérieur.
Elle ne trouva pas d'autre moyens que de finir de casser la bouteille pour récupérer le bout de bois, qui s'avéra être un minuscule parchemin enroulé.
Elle le déplia, curieuse de découvrir ce qu'il cachait.


Fumiko essaya de comprendre à la signification du message.

Des couleurs que je n'ai pas choisies, moi je préfère le bleu, donc restent le vert et le rouge. Mais le noir ? C'est peut-être dans la nuit ? Rejoins-nous, une invitation à une fête dans la nuit, il faut se déguiser en rouge et vert. Ouais, bof !


Regarde Aki, un message mystérieux. Je me demande bien qui a écrit ça et ce que ça veut dire. Tu y comprends quelque chose, toi ?



Revenir en haut Aller en bas
Messages : 2330
Yens : 1258
Date d'inscription : 07/08/2015

Progression
Niveau: 213
Nombre de topic terminé: 102
Exp:
15/24  (15/24)
avatar
Aki Nishiie ¦ Justicière ¦

-



MessageSujet: Re: Carpe Diem   Mer 21 Oct - 10:59


 
Marée noire

 
AVEC — Fumiko


 


Lorsque Fumiko montra à la druidesse ce qu'elle avait trouvé, celle ci entrepris aussitôt de lire le message inscrit sur le papier abîmé par le voyage. Cela ressemblait à une énigme, mais tout de suite, le "Rejoins nous" laissait clairement entendre que c'était une quelconque organisation qui appelait à la venue de volontaire, ou une espèce de publicité, de propagande. Quant au reste du message ... Il ne lui resta pas obscur bien longtemps dans sa grande majorité.

Les couleurs étaient celles des trois nations, forcément, le rouge pour Seika, le vert pour Minshu, le bleu pour Fuyu. Mais le noir? Elle pensait à de vieilles rumeurs qui couraient sur une secte dont les pratiquants s'habillaient tous en noir. Mais quel était donc son nom? Aeternam peut être bien! Mais il semblait à la druidesse que cette secte n'avait pas vraiment bonne réputation. Et pourtant ... Quelque chose dans ce message la froissait, la troublait.

Non, elle n'avait pas choisis, et elle en avait assez de ces nations, de ces gens qu'elle aurait voulus avoir pour amis et qui , arborant le bleu, risquaient un jour de se retrouver face à elle lors d'un combat, elle en avait assez de se dire qu'au moindre appel de son sceau elle devrait répondre, elle ne voulait pas se battre, ce n'était pas ce qu'elle voulait. Elle voulait juste pouvoir protéger ceux qu'elle aimait, et pas une quelconque nation pour laquelle elle n'avait aucun attachement du fait de sa rivalité avec Fuyu.

Alors peut être cette secte, ou tout du moins cette organisation entendait elle résoudre les problèmes qu'elle avait? Non. Non non non. C'était un raisonnement idiot. Elle était une druidesse, elle ne pouvait se lier ainsi avec des organisations sombres. Ce n'était pas la bonne Voie. Si elle devait se libérer de ce sceau, elle le ferait par elle même, en acquérant puissance et discernement, pas autrement, et sûrement pas par l'entremise d'une quelconque secte idiote et remplie de noirceur.

Mais devait elle le dire à Fumiko? Devait elle expliquer la signification de ce message à la jeune fille? Elle risquait de vouloir rejoindre la secte, et Aki était à peu près sûre que cela l'éloignerait grandement du chemin de la bonté. Mais si elle ne lui expliquait pas, alors que serait elle, une menteuse, une manipulatrice, et ça, Aki ne voulait pas le devenir. Elle devait laisser aux gens la possibilité de faire leur propre choix.

-En réalité, je crois comprendre quelque chose. Pour moi les trois premières couleurs sont celles qui correspondent aux nations, à notre sceau. Tu es de Minshu, tu appartiens à la nation verte, moi je suis de Seika, la nation rouge, et la troisième et dernière nation, Fuyu, est la nation bleue. Quand au noir ... Je crois que cette couleur appartiens à une secte, mais de cela j'en suis moins sûre, une secte qui serait contre cette appartenance aux nations mais qui procéderait de manière très peu humaine après tout.

Elle regardait la jeune fille, cherchant à percevoir sa réaction dans ses traits, cherchant à voir si l'existence de cette secte l’intéressait. Et si c'était le cas? Si c'était le cas alors que devrait elle faire? Essayer de la raisonner sans doute, mais Fumiko ne semblait pas femme à se laisser convaincre aussi facilement. Alors peut être la Druidesse regretterait elle toute sa vie de lui avoir révélé l'existence de cette secte.

Mais cette réaction était peu probable de la part de la jeune femme de toute façon. Avant l'apparition de la rousse elle ne semblait même pas être au courant de l'existence d'autres nations, elle n'en avait donc pas encore souffert comme Aki l'avait déjà fait.
 



 

 

 

 
Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Carpe Diem   Mer 21 Oct - 11:25


C'était donc ça ! Kohaku lui avait bien parlé de la guerre entre trois royaumes, mais Fumiko  pensait  que les deux autres royaumes étaient très loin d'ici, mais pas à Kosaten. Ce qu'elle prenait pour des régions de ce monde étaient en réalité les trois nations qui se faisaient la guerre. Mais alors…

Il faut que je me méfie de ceux qui ne sont pas de Minshu. Je dois repérer les sceaux différents des miens.


Une phrase prononcée par Aki lui revint alors en mémoire. Elle l'avait trouvée anodine mais à présent qu'elle y repensait, son sang se glaça.

Elle a dit qu'elle n'avait pas cette marque là, et elle l'a dit d'une drôle de façon. Elle a donc une autre marque et…..


Fumiko regarda Aki sous un autre angle. Elle en eut soudain très peur. Et si elle l'attaquait ? Elle qui naïvement lui avait montré son serpent. Quelle bécasse !

Et voilà que ce message lui offrait la possibilité d'appartenir à une nation noire, indépendante des trois autres royaumes donc. Fini alors de redouter de rencontrer quelqu'un d'une autre nation, puisqu'elle serait neutre. C'était là une bonne solution qui s'offrait à elle. Mais, où fallait-il aller pour rejoindre ce groupe ?

Elle reprit calmement le message des mains de Aki et le serra fortement dans sa main, persuadée que sa sérénité future en dépendait .

Elle n'osait plus parler à Aki. Elle regarda Mizu qui la fixait avec haine. Ces deux-là lui semblaient maintenant vraiment menaçantes. La jeune fille frissonna. Elle devait prendre congé de Aki sans attirer son attention, en faisant comme si tout allait bien dans le meilleur des mondes. Elle toussota.

Hum hum. Bien, je crois que je vais y aller maintenant. Je suis enchantée de t'avoir connue, vraiment. On pourrait se revoir un jour, si tu veux ?



Revenir en haut Aller en bas
Messages : 2330
Yens : 1258
Date d'inscription : 07/08/2015

Progression
Niveau: 213
Nombre de topic terminé: 102
Exp:
15/24  (15/24)
avatar
Aki Nishiie ¦ Justicière ¦

-



MessageSujet: Re: Carpe Diem   Mer 21 Oct - 14:27


 
Détresse

 
AVEC — Fumiko


 


Ce que la druidesse lut sur le visage de Fumiko l'horrifia. Elle avait peur, elle avait peur d'elle et de Mizu, l'explication que Aki venait de faire lui avait fait comprendre qu'elle n'était pas de la même nation, et maintenant, elle serrait fermement le morceau de papier dans sa main. Elle allait rejoindre la secte, c'était écrit dans ses yeux.

Cette capacité à analyser les autres qu'avait Aki était en train de lui faire du mal, elle était en train de voir à quel point elle aurait préféré ne pas savoir les intentions de Fumiko, car maintenant, elle risquait de ne jamais se pardonner si la jeune fille aux vêtements colorés rejoignait la secte. Il fallait trouver un moyen de la convaincre ! Et vite! Elle commençait à parler de s'en aller, mais la druidesse ne pouvait pas la retenir physiquement, Fumiko risquait de le percevoir comme une agression, et impossible de la convaincre de ne pas rejoindre la secte tant qu'elle se méfiait des deux amies.

Suivant le regard de Fumiko, Aki s'aperçut que Mizu avait un regard dédaigneux, presque haineux, celui qu'elle adressait aux humains. Voilà pourquoi elle avait tellement peur ! La druidesse lança un regard énervé à Mizu. Très bien, elle n'aimait pas les humains, mais là, elle en faisait trop, beaucoup trop ! Il fallait que la rousse réagisse, vite, maintenant!

-Attends ! Nos ... nos nations sont alliées alors ... alors si tu veux je pourrais te faire visiter les endroits que je connais?

Elle avait insisté sur le mot "alliées" espérant que Fumiko comprendrait ainsi qu'elle ne lui voulait pas le moindre mal. Et si elle acceptait, alors cela laisserait peut être le temps à Aki de la convaincre que la secte était vraiment une très mauvaise alternative. Mais comment? Elle ne connaissais pas assez de choses dessus pour réellement la dissuader ... C'était juste des rumeurs et une intuition, la profonde intuition que ce n'était pas des gens bien.

Peut être devrait elle lui expliquer que c'était dangereux? Tout le monde risquait de l'attaquer, de lui vouloir du mal ! Alors que jusqu'ici, à vrai dire, même les gens de Fuyu n'attaquaient pas toujours leurs ennemis.

Spoiler:
 
 



 

 

 

 
Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Carpe Diem   Jeu 22 Oct - 9:34


Fumiko ne voulait pas tomber dans un piège quelconque. Pouvait-elle faire confiance à Aki ? Certes, elle lui avait fait bonne impression dès le début, il lui semblait que le contact se faisait naturellement. Mais cette révélation de l'existence de camps ennemis au sein même de Kosaten la faisait douter de ses sentiments instinctifs.

Aki n'avait pas l'air bien méchante mais sa renarde, oui ! Jamais Fumiko n'avait vu tant de haine dans le regard d'un animal. Elle avait croisé des loups sauvages pourtant, mais plus que de la méchanceté, c'était surtout de la peur qu'elle lisait dans leur regard. Sans Mizu, peut-être que la jeune fille serait revenue directement dans les bras de Aki, en s'excusant et en espérant que cette rencontre allait aboutir sur ….qui savait ? Une amitié ?

Nos nations sont alliées, vraiment ? Comment tu sais ça ? Tu as déjà rencontré des gens de mon camp ? Et Mizu, elle le sait, elle, que nous sommes alliées ?


Et puis, il y avait cette offre si tentante de ce groupe neutre, avec  lequel Fumiko envisageait un avenir serein et sans animosité vis-à-vis des autres nations. Kohaku lui avait dit qu'elle devrait combattre pour son royaume mais si elle appartenait à ce groupe noir, elle ne serait plus obligée de le faire. Le sablier apposé sur le parchemin indiquait que le temps s'écoulait tranquillement avec eux, comme les grains de sable.

Elle serra le message dans son poing crispé.  C'était la première fois qu'elle devait prendre une décision aussi importante, sans personne pour la conseiller. Rester verte ou devenir noire ? La réponse de Aki  devrait l'éclairer sur le choix à faire.


Revenir en haut Aller en bas
Messages : 2330
Yens : 1258
Date d'inscription : 07/08/2015

Progression
Niveau: 213
Nombre de topic terminé: 102
Exp:
15/24  (15/24)
avatar
Aki Nishiie ¦ Justicière ¦

-



MessageSujet: Re: Carpe Diem   Jeu 22 Oct - 15:44


 
Abordage

 
AVEC — Fumiko


 


La question de Fumiko prit Aki totalement au dépourvus. Oui, elle avait déjà rencontré quelqu'un de Minshu mais ... mais celui là, lui avait fait tant de mal qu'en parlait risquait de ne faire qu'accroître la méfiance de la jeune fille à son égard. Pourtant, lui mentir n'était sans doute pas la solution non plus. Alors il allait falloir essayer de s'y prendre le mieux possible pour qu'elle ne prenne pas peur. Peut être ne pas donner les détails de cette sordide histoire, se contenter de l'évoquer, voilà comment Aki allait procéder quand Fumiko parla de Mizu. Mizu dont les yeux étaient emplis d'une haine pure et froide. Que se passait il?

-Mizu ...

Aki tentait d'avoir une voix douce et mesurée, même si la colère l'empêchait d'être tout à fait calme. Pourquoi cette renarde gâchait elle ainsi tout ses efforts, ne comprenait elle pas qu'il était important pour la Druidesse de parvenir à mener les gens sur la bonne Voie? Et voilà qu'à cause de la demi-démone, il allait se passer l'exact opposé. Fumiko qui était une jeune fille sympathique et souriante allait se tourner vers la Voie de l'ombre.  Mizu détourna les yeux de la jeune fille pour les plonger dans ceux de son amie. Quelque part, Aki comprit. Mizu était terrifiée. Elle n'avait pas peur pour elle, mais pour Aki. Elle avait peur que Fumiko rejoigne la secte et que l'état dans lequel Aki s'était trouvé avant de rencontrer Nashar la reprenne à nouveau, qu'elle perde de nouveau foi en ses rêves. Et cette peur l'empêchait d'agir avec cohérence, elle entraînait son amie elle même là où elle ne voulait pas qu'elle aille.

La Druidesse oublia un instant Fumiko et s'accroupit à coté de la renarde, ses yeux toujours rivés dans les siens. Elle posa doucement sa main sur la tête triangulaire de son amie, pas comme une caresse, mais comme un moyen de la rassurer, et elle appuya son front contre la petite tête blanche. Elle sentit la tension quitter le corps contre elle et se détendit aussitôt. Quand elle se redressa, elle était de nouveau sereine. Fumiko n'irait pas dans cette secte, elle ferait tout pour l'en empêcher, c'était sa mission désormais.

-Fumiko ... Je suis de Seika, dans mon Empire on m'a déjà dit que nous étions alliés avec Minshu, et ce même si la seule personne que j'ai rencontré à part toi de cette nation ne m'a pas fait bonne impression. De toute façon, quoi qu'il en soit, même si tu avais été de Fuyu, je me fiche des nations et de ce qu'elles veulent dire, et nombre d'élus pensent de la même manière que moi. Cette ... secte n'est pas la solution. Elle pervertis les esprits, corrompt les âmes les plus pures. Tu n'as pas ta place là bas. Et tu n'accéderas pas à l'impunité, au contraire, presque tout les élus se battent contre la secte. Tout le monde t'attaqueras, te voudras du mal. N'y vas pas Fumiko. Ne me rends pas responsable de ce malheur, je t'en prie, je ne me pardonnerais jamais.

Il y avait des larmes dans les yeux de la Druidesse, des larmes sincères, ses seules armes avec les mots pour lutter contre la noirceur qui rongent l'âme des gens. Ses seules armes mais également les plus puissantes. Une fois déjà, une fois déjà elle avait éclairer l'ombre, une fois, une autre fois, elle avait ravivé la lumière. Elle n'échouerait pas cette fois là non plus. Elle ne devait pas échouer. Non. Elle n'en avait pas le droit.
 



 

 

 

 
Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Carpe Diem   Jeu 22 Oct - 21:25



Aki  ne se préoccupait pas de Fumiko. Elle câlinait sa renarde. Cela attisa la jalousie et l'amertume de la jeune fille.

Elle n'aime pas les humains, tu parles ! Elle ne se laisse pas caresser, là peut-être ? On ne m'enlèvera pas de l'idée que cette renarde n'est pas comme les autres, elle a du mauvais en elle et c'est tout !

Puis, Aki se redressa. Son regard avait changé. Fumiko y lut de la compassion et de la tristesse, quelques larmes brillaient entre les cils. Elle avoua avoir eu une mauvaise impression des gens de Minshu à cause d'une personne auparavant. Mais, à l'entendre, elle n'était pas contre un rapprochement entre elles et surtout, elle la mettait en garde contre cette secte noire qui avilissaient les âmes plus qu'elle ne les libérait.

Fumiko hésita. Aki semblait vraiment sincère, elle mettait même en avant sa responsabilité. La renarde semblait moins farouche aussi, comme si sa maîtresse lui avait demandé de faire meilleure impression pour l'aider à persuader la jeune fille de ses bonnes intentions. Tout cela était bien compliqué. Manifestement, la guerre entre les différents royaumes n'était qu'affaire des grands dirigeants mais les élus n'en tenaient pas vraiment compte. Serait-ce à dire que Fumiko pouvait espérer faire des rencontres amicales dans n'importe quelle nation ? Cela changeait évidemment la donne. Et puis, à y regarder de plus près, cette secte noire lui semblait bien ….noire.

Fumiko se dirigea alors vers la mer, ouvrit sa main et jeta le message publicitaire dans les flots. Elle regarda s'éloigner  le parchemin porteur de faux espoir jusqu'à ce qu'il disparaisse.

Bon, écoute Aki, je crois que je vais encore essayer de m'adapter à  cette nouvelle vie. Mais là, je me sens si seule que ça me déprime. Tu envisages quoi, toi, pour ces prochaines heures ?  


Revenir en haut Aller en bas
Messages : 2330
Yens : 1258
Date d'inscription : 07/08/2015

Progression
Niveau: 213
Nombre de topic terminé: 102
Exp:
15/24  (15/24)
avatar
Aki Nishiie ¦ Justicière ¦

-



MessageSujet: Re: Carpe Diem   Jeu 22 Oct - 22:18


 
A quai

 
AVEC — Fumiko


 


Le regard de Fumiko était dur, mais il s'adoucit au fur et à mesure que Aki parlait, celle ci se sentant de mieux en mieux tandis que la jeune fille semblait se laisser convaincre par les paroles de la Druidesse. Finalement, non sans jeter un dernier regard au papier qu'elle tenait dans sa main, elle le lança à la mer.

La rousse le regarda quelques instants, noire bouée se laissant ballotter par les vagues, s'attendant presque à ce que cette fumeuse propagande se jettent sur elles pour avoir oser la renier, mais rien n'en fut, elle sombra peu à peu, gagnée par l'humidité salée de la mer, coulant enfin, disparaissant de la vue des deux jeunes filles. Aki se sentait mieux, libérée de ce poids, enfin. Quoi qu'elle ait fait, quoique Fumiko puisse penser d'elle, elle ne rejoindrait pas cette secte.

Puis la jeune fille aux cheveux bleus parla de nouveau. Et même si ces paroles étaient empreintes de tristesse elles firent sourire Aki. La Druidesse posa une main sur l'épaule de Fumiko.

-Qui sait ... Me faire une amie?

Mizu s'éloigna légèrement, sentant qu'elle était de trop. Elle détestait que Aki se lie avec d'autres personnes, mais elle devrait malgré tout le supporter. Son amie avait beau être une Druidesse qui avait souvent besoin de se ressourcer loin des Hommes, elle aimait la chaleur que peut apporter l'amitié, elle aimait se sentir importante, pendant quelques secondes, pour quelqu'un, n'importe qui. Parfois, et c'était désolant, elle se contentait de vivre à travers les autres, reniant ainsi un bon nombre de principes druidiques. Bien certainement, elle n'était pas la meilleures des Druides. Mais Mizu l'aimait, elle l'aimait tellement. Et chaque fois qu'elle la regardait, cela lui faisait légèrement mal de voir qu'elle n'était pas la seule. Si seulement elle n'avait eu à la partager qu'avec des démons comme ce Méliodas ou Akira, ou même Vergil, mais non, elle se liait avec des gens comme cette Fumiko qui n'était qu'une humaine. Et où était sa place dans tout cela, sa place à elle?

Aki comprenait les sentiments de son amie, elle savait que ne pas avoir l'exclusivité sur le coeur de Mizu lui aurait fait tout autant mal mais elle ne pouvait se contenter de l'amitié d'une seule personne. Et Fumiko était une personne très sympathique, agréable, ayant en elle cette légèreté qu'elle avait perdue. Une légèreté qu'elle aimerait bien retrouver à travers elle, ne serait ce que le temps de quelques heures.

-Tu serais d'accord?

Elle lui adressa un clin d'oeil. Non décidément, elle n'en pouvait plus des inconnus et des étrangers, elle voulait se lier avec quelqu'un, enfin. Et tout ces gens avec qui elle avait tenté d'amorcer une quelconque amitié, et tout ces gens qu'elle avait perdus de vue avant. Et peut être ce soir une nouvelle chance d'y croire encore quelques instants. Peut être ne pas se sentir seule quelques heures, et avoir l'impression que ça peut durer.

Aki ne savait pas à quoi était dû ce soudain besoin de compagnie, peut être trop de personnes différentes, trop de rencontres, trop de relations amorcées et inachevées, peut être le besoin tout simple qu'à n'importe quel humain d'établir ses repères.
 



 

 

 

 
Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Carpe Diem   Ven 23 Oct - 14:09


 Pour la première fois depuis qu'elle était arrivée ici, Fumiko se sentit à l'aise avec quelqu'un. Aki était si gentille, prévenante et agréable. Son sourire réchauffait le cœur solitaire de la jeune fille.
Et elle lui demandait d'être son amie. Elle, qui ne savait vraiment communiquer ses sentiments qu'avec les animaux, que tout le monde prenait pour une idiote naïve, qui venait de passer bien près d'un futur noir parce que toute sa vie elle n'avait fait qu'agir avant de réfléchir. Sa spontanéité et son bavardage incessant avaient plutôt tendance à agacer les autres, elle le savait bien, mais rien de pouvait changer cette nature extravertie. Et Aki, le douce Aki, si calme et si posée voulait bien devenir son amie.

Submergée par une immense joie, Fumiko se mit à pleurer toutes les larmes de son corps.

Je ….suis si heureuse….Aki. Tu es ….une fée, un don du ciel….Bien sûr que …je voudrais…être amie avec toi.


Mais voilà, elle était de Minshu , elle se devait de vivre là-bas, et Aki ne resterais pas longtemps avec elle. Il faudrait bien qu'elle regagne sa nation, c'était sa destinée.  Mais, savoir que quelqu'un serait proche d'elle, qu'elles pourraient se soutenir en cas de besoin, même si elles ne se voyaient pas souvent, lui fit soudain paraître la vie plus légère.

Les larmes séchées, Fumiko sourit et alla maladroitement enlacer Aki, non sans avoir surveillé du coin de l'œil que Mizu ne réagissait pas à cette démonstration de tendresse.

Aki, à partir de maintenant, tu es mon amie la plus précieuse. Peu importe si nos chemins ne se croisent pas souvent, tu occuperas toujours une place dans mon cœur. Je vais voyager, tu sais, pour trouver des réponses à mes questions. Mais, où que je sois, si tu veux me retrouver, je laisserai toujours un message pour toi au bibliothécaire de Kansei, comme ça, tu sauras où me trouver.

En attendant, on peut faire la route ensemble jusqu'à ce que nos routes se séparent, n'est-ce pas ?



Revenir en haut Aller en bas
Messages : 2330
Yens : 1258
Date d'inscription : 07/08/2015

Progression
Niveau: 213
Nombre de topic terminé: 102
Exp:
15/24  (15/24)
avatar
Aki Nishiie ¦ Justicière ¦

-



MessageSujet: Re: Carpe Diem   Ven 23 Oct - 16:20


 
Départ

 
AVEC — Fumiko


 


Elle pleurait ?! Réellement, elle pleurait ! Aki qui avait cette propension à recevoir de pleins fouet les émotions des autres, une capacité que nous connaissons tous et qui se nomme l'empathie, se mit à pleurer à son tour, ne sachant pas vraiment si c'était de la joie, du soulagement, ou juste une tristesse trop longtemps contenue et enfin libérée par le sentiment que la personne en face de nous est juste quelqu'un de bien. Une fée ? Un don du ciel ?! A travers le rideau de larme, Aki eut un petit rire triste.

-Oh je ne suis sûrement rien de tout cela, c'est toi qui as réussis à me donner le sourire!

Enfin, elle se sentait bien. Des amies, elle n'en avait jamais vraiment eue. Elle pensait à Fleya, la grande tigresse au regard dur. Oui, si elles étaient restés ensemble plus longtemps, elles seraient sans doute devenues de vrais amies. Mais c'était trop dur. La différence de nation, Fleya étant de Fuyu, la différence énorme de caractère. Elle n'avait pas pus développé de réelles relations amicales, même si Aki avait une très grande affection pour la vampiresse.

Enfin, les deux femmes séchèrent leur larme et Fumiko enlaça Aki, étreinte que la Druidesse lui rendit aussitôt. Mizu de son coté s'était rendue à l'évidence. Elle n'aurait jamais Aki pour elle toute seule. Les mots que prononcèrent Fumiko ensuite donnèrent une nouvelle fois à Aki l’irrépressible envie de pleurer. Elle eut envie de se contenir, de ne pas se montrer aussi faible mais ce qui est irrépressible n'est pas maîtrisable et de nouveaux de lourdes larmes roulèrent sur ses joues pour former des tâches sombres dans le sable.

-Tu occuperas la même place dans mon coeur Fumiko. C'est avec plaisir que j'accepte de faire un bout de chemin avec toi et avec horreur que j'envisage le moment de nous séparer. Mais ne t'en fais pas, nous nous reverrons, quoi qu'il se passe.

Comment en si peu de temps peut on se sentir si proche d'une personne? Peut être que c'était logique, deux jeunes filles esseulées, un peu perdues, joyeuse et sympathiques, qui se rencontrent tout à coup, cela peut facilement créer un lien. Et finalement, cette bonne humeur simple affichée sur le visage de Fumiko, cette franchise, c'était tout simplement agréable. Il n'y avait pas besoin de l'analyser, de chercher la vérité au fond de ses yeux. Ce qu'elle était c'était ce qu'elle montrait. Quel bonheur!

-Par où comptait tu aller? Je voulais retourner à Seika mais je ne suis jamais vraiment aller du coté de Minshu alors je te laisse décider!

Heureusement, oui, heureusement que la druidesse n'était pas restée sur sa première impression quant à Minshu. Sinon, elle serait passé à coté d'une fille formidable.
 



 

 

 

 
Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Carpe Diem   Sam 24 Oct - 12:41


Et c'est ainsi que les deux jeunes filles partirent, bras dessus, bras dessous, vers la forêt d'émeraude. Fumiko pensait que la meilleure solution serait de contourner la forêt par le sud pour éviter les mauvaises rencontre et une fois arrivées sur les routes marchandes, alors elles se sépareraient ou… Et c'est ainsi que les deux jeunes filles partirent, bras dessus, bras dessous, vers la forêt d'émeraude. Fumiko pensait que la meilleure solution serait de contourner la forêt par le sud pour éviter les mauvaises rencontres et une fois arrivées sur les routes marchandes, alors elles se sépareraient ou…

Le voyage fut bien agréable, chacune racontant un peu de sa vie d'avant à l'autre, mais juste le nécessaire. Inutile de revenir sur un passé que l'on ne pourrait jamais retrouver. Ainsi, Fumiko se demandait bien quels pouvaient bien être les pouvoirs cachés de Aki, car les élus en avaient tous, c'était Kohaku qui le lui avait dit.

Je suis sûre que c'est quelque chose en rapport avec sa renarde, elles ont l'air trop …semblables.

Les premiers arbres se dessinaient déjà devant elles. Au fur et à mesure de leur avancée, devisant joyeusement, elles se rendirent compte qu'une odeur de fumée arrivait à leurs narines.

Fumiko courut en avant et découvrit avec horreur que la forêt se faisait dévorer par des flammes.


AKI, MIZU, CACHEZ-VOUS, PROTEGEZ-VOUS QUELQUE PART, IL VA PLEUVOIR !


Fumiko sortit alors son stylo et traça en lettres d'air EAU, qui se transforma en une pluie torrentielle. Les flammes furent vaincues mais beaucoup d'animaux de la forêt furent si effrayés qu'ils courraient dans tous les sens, se percutant dans l'affolement. Ils étaient vraiment trop nombreux pour que la jeune fille puisse les calmer, un ou deux à la rigueur mais autant, c'était mission impossible.


Revenir en haut Aller en bas
Messages : 2330
Yens : 1258
Date d'inscription : 07/08/2015

Progression
Niveau: 213
Nombre de topic terminé: 102
Exp:
15/24  (15/24)
avatar
Aki Nishiie ¦ Justicière ¦

-



MessageSujet: Re: Carpe Diem   Sam 24 Oct - 14:54


 
Désastre

 
AVEC — Fumiko


 


Elles entamèrent un voyage vers la forêt d'émeraude, un endroit que Aki n'avait jamais vus, elle se rangeait à la décision de Fumiko de la contourner par le Sud, elle n'avait pas envie de se battre, mais au retour elle ferait sans doute une halte à l'intérieur pour s'abreuver de la paix d'une forêt, elle qui n'en avait pas vus depuis trop longtemps. Elle apprécia grandement ce voyage avec la compagnie de quelqu'un. Elle n'avait toujours voyagé qu'avec Mizu, une nuit seulement avec Fleya pour lui tenir compagnie, et voilà qu'elle avait une amie avec qui elle pouvait rire, papoter, bavasser tranquillement le long d'un chemin agréable et coloré.

L'espace d'un instant, elle oublia ainsi toutes ses peurs, toutes ses craintes, elle oublia qui elle cherchait, elle se contenta de vivre au jour le jour, appréciant la riante compagnie de la jeune fille. Qu'il était bon de s'abandonner au présent, d'oublier les tourments passés, d'oublier les tourments futurs, et de se laisser aller au temps qui passe, sans s'interroger sur la direction que l'on prends, en allant là où le vent semble nous pousser …

C'est en arrivant à proximité de la forêt d'émeraude que ce voyage prit une teinte plus sombre. Ce fut d'abord l'odeur de fumée qui gagna les narines d'Aki et le décontenança. De la fumée en forêt ? Puis elle se rendit compte que le bois entier était en train de brûler. Elle ouvrit de grands yeux affolés, cherchant une solution. Tout ses arbres qui craquaient lugubrement, tout ses animaux affolés qui tentaient de s'enfuir, le pelage en feu, la Druidesse voulait pleurer mais elle ne pouvait pas, pas encore, pour l'instant il fallait faire quelque chose, et vite ! Quelque chose, quelque chose, c'était bien joli, mais quoi ?

Finalement, ce fut Fumiko qui trouva la solution. Elle appela Aki et Mizu, leur demandant de s'abriter, disant qu'il allait pleuvoir. Comment cela il allait pleuvoir ? La Druidesse resta plantée là, se triturant encore les méninges pour trouver une solution au désastre qui s'étendait sous ses yeux quand elle fut témoin d'un véritable miracle. Fumiko traça un mot dans l'air et tout à coup, des torrents d'eau tombèrent du ciel, éteignant le feu. La rouquine ouvrit de grands yeux étonnés. Voilà donc le pouvoir de cette fille aux cheveux bleus ! Qu'il était beau ! Elle lui décocha un coup d'oeil appréciateur.

Mais à présent, c'était son tour de servir à quelque chose. Les animaux étaient affolés, beaucoup étaient blessés, la forêt était en colère, c'était terrible. Aki s'avança légèrement, tentant de ne pas plus effrayer les animaux que ce qu'ils ne l'étaient déjà, puis elle s'assit en tailleur au milieu des cendres et ferma les yeux avant de commencer à chanter une mélopée légère. Aucune magie là derrière, elle employait juste la langue de la Terre que Shi lui avait apprise, cette langue qui fait mal à celui qui l'emploie, qui lui sors tout ce qu'il à, mais une langue qui calme, une langue qui rassérène quiconque l'entends. Les animaux se calmèrent aussitôt, laissant à Aki la possibilité de les soigner, ceux qu'elle pouvait en tout cas.

Elle se précipita d'abord vers une biche au flanc complètement carbonisé. Ses pouvoirs de soins étaient un peu rouillés faute d'utilisation mais ce n'était pas grave, cela l'exercerait. Une vapeur blanche sortit de ses mains, son Fluide. Il s’immisça dans le corps de l'animal, lui tirant des gémissements de douleur qui firent grimacer Aki. Elle était obligée d'appuyer légèrement sur le corps meurtri de l'animal pour analyser ses plaies.

Ensuite seulement elle laissa la vapeur blanche se teindre d'un vert vif et poser sa chaleur apaisante. Les plaies se refermèrent, la peau calcinée repoussa doucement et la respiration de la biche se fit plus calme. Aki était soulagée, elle avait réussis à sauver celle là.

Elle passa à l'animal suivant et occupa ainsi une grande partie de l'après midi, ayant oublié le reste du monde, puisant dans la moindre de ses ressources pour sauver ceux qui pouvaient l'être et prier pour ceux pour qui c'était trop tard.
 



 

 

 

 
Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Carpe Diem   Dim 25 Oct - 10:50


C'était donc là son pouvoir. Magnifique pouvoir. Merveilleux pouvoir. En cela, elles se rejoignaient encore. Fumiko avait de la facilité à se faire comprendre des animaux et Aki avait ce don suprême d'entrer en communication avec eux et de les soigner. En cet instant, plus rien n'existait autour d'elles.

Envolées les questions et les craintes sur le futur incertain, disparues les nations, les sceaux et les batailles inutiles, effacée la chimère d'un beau futur dans la secte noire, simplement, là, quelque chose d'inexplicable se produisait entre Aki et les animaux et qui apaisait tout autour d'elle.

Fumiko se prit alors à regarder Mizu avec tendresse. Elle comprenait maintenant ce lien si fort qui l'unissait à Aki, ce n'était pas de l'ordre de dominé à dominant, mais d'égal à égal. Elle tenta une nouvelle approche.

Mizu, je devine ton inquiétude, mais je peux t'assurer que je ne prendrais jamais la place que tu tiens dans le cœur d'Aki. Je te laisserai toujours le premier rôle dans sa vie, sois-en sûre.

La jeune fille crut percevoir un éclat différent dans le regard de la renarde, loin de la haine ou de la peur. Mais, n'était-ce point son imagination qui lui faisait voir ce qu'elle souhaitait ?

Elle n'osait pas interrompre la magie de cet instant mais le soleil déclinait déjà à l'horizon et il fallait se remettre en route. Aki était toujours isolée dans sa bulle, elle devait l'en sortir délicatement.


Hum hum ! Moi aussi j'ai toujours été en symbiose avec la forêt.




Revenir en haut Aller en bas
Messages : 2330
Yens : 1258
Date d'inscription : 07/08/2015

Progression
Niveau: 213
Nombre de topic terminé: 102
Exp:
15/24  (15/24)
avatar
Aki Nishiie ¦ Justicière ¦

-



MessageSujet: Re: Carpe Diem   Dim 25 Oct - 11:35


 
Larmes

 
AVEC — Fumiko


 


Que Fumiko lui parle directement et avec tant de compréhension surprit vraiment Mizu. Cette stupide humaine aurait elle compris la force de l'amour qui les liaient ? Peut être … Ce serait étonnant mais peut être … Et tant qu'elle laissait à la renarde sa place, alors cela lui allait. Mizu était la seule personne dont Aki avait besoin, et même si elle avait toléré Meliodas, Akira et Vergil grâce à leur nature démoniaque, elle ne tolérerait pas d'humain. Au moins, à la suite de cette révélation, la haine qu'elle ressentait envers Fumiko disparut légèrement. Elle n'avait pas l'intention de lui voler Aki, c'était une bonne nouvelle.

Aki quant à elle finissait de soigner un lapin quand elle entendit la voix de Fumiko qui lui semblait très éloignée, trop éloignée. Elle releva la tête qui lui tourna légèrement et ferma les yeux une seconde pour ne pas s'effondrer. Il restait encore tant d'animaux à sauver, et tant d'animaux pour lesquels elle n'avait rien pus faire, mais la nuit commençait à tomber et Aki n'avait plus aucune énergie. Elle ne pourrait plus soigner personne avant le lendemain matin. Elle se releva alors et se rapprocha de Fumiko en titubant légèrement.

-Ce que tu as fait pour cette forêt en arrêtant ce feu, elle te le devras pour toujours.

Dans les yeux de la Druidesse luisaient un nombre incalculables d'émotions. De la reconnaissance envers Fumiko, de la peur, de la tristesse pour ceux qui étaient mort et une espèce d'extase due à la trop forte utilisation de son pouvoir. Elle se retourna une seconde pour contempler le carnage et les larmes qu'elle se retenait de verser ne purent attendre plus longtemps pour venir finir de mouiller son visage déjà trempé de sueur. En temps normal, elle aurait adressé une prière pour toutes les âmes qu'elle n'avait pas pus sauver mais elle ne s'en sentait même plus l'énergie, et après tout, elles étaient mortes naturellement, leur chemin se trouverait tout seul.

-Je suis désolé Fumiko, je ne me sens pas de marcher encore ce soir, ne pourrions nous pas trouver un endroit pas loin d'ici ?

Sa voix était rendue tremblante par les sanglots qui la secouait mais elle parvint tout de même à se reprendre au bout d'un moment et à regarder Fumiko dans les yeux sans flancher de nouveau. Elle lui était vraiment reconnaissante d'avoir sauvé la forêt avec sa magie. Une superbe magie d'ailleurs. Mais elle était vidée, complètement, ses mains la faisaient atrocement souffrir  et ses jambes flageolaient dangereusement. Elle ne tiendrait pas longtemps debout, il fallait vite qu'elles trouvent un endroit où monter un semblant de campement.
 



 

 

 

 
Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Carpe Diem   Lun 26 Oct - 10:56


Aki avait l'air épuisée. Elle semblait vidée de toute son énergie, sans doute utilisée à soigner tous les animaux blessés. Elle ne pouvait plus marcher, c'était évident. Et elles étaient loin de tout hébergement, seules, à l'orée de la forêt. Le sol était boueux à cause de la pluie torrentielle déversée, il ne fallait pas espérer se faire un nid douillet par terre.

Fumiko avisa un petit rond d'herbe épargné par l'eau, au pied d'un grand arbre.

Installe toi là, assied toi contre le tronc de l'arbre. En attendant, je vais voir comment passer une nuit acceptable. Mizu, tu peux venir réchauffer ton amie ?  Viens t'installer sur elle.

Ce n'était pas vraiment le moment de savoir si la renarde appréciait ou pas qu'elle s'adresse à elle ou qu'elle lui donne un ordre, elle n'avait pas le temps de lui faire une demande notariée avec accusé de réception !

Elle entra plus avant dans la forêt, là où les arbres n'avaient pas trop subi les flammes. Un grand arbre d'espèce indéfinissable offrait des branches robustes et très feuillues, elles pourraient y dormir, en hauteur, à l'abri de tout prédateur. Les dernières branches du bas étaient tout de même trop hautes pour les atteindre. Comment pourraient-elles escalader ce tronc ?

Elle eut alors l'idée de récupérer des morceaux de bois calcinés, de tailles différentes et les empila au pied de l'arbre. Cet entrelas de bois offrait un moyen d'atteindre la première branche, elles pourraient ensuite grimper le plus haut possible dans l'arbre.
Elle retourna chercher son amie, à moitié assoupie.


Aki, ne t'endors pas ici, c'est risqué, viens avec moi.


Et les jeunes filles escaladèrent ainsi la montagne de bois emmêlés puis réussirent à se hisser jusqu'à une hauteur suffisamment protectrice. Après cet effort supplémentaire, Aki n'en pouvait plus. Fumiko l'aida à s'installer le mieux possible, allongée sur la large branche, dos coincé contre le tronc. Elle ne serait pas si mal que ça dans cette position. Mizu avait suivi et reprit sa place sur les jambes.

Fumiko s'installa de la même manière sur une branche voisine et bientôt, les bruits de la forêt s'estompèrent.


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

-



MessageSujet: Re: Carpe Diem   

Revenir en haut Aller en bas
Carpe Diem
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Jusqu'au bout de la nuit [Pv : Carpe Diem]
» Carpe diem, carpe horam feat Priam
» [Quart] Slokurn / Tiger vs Sylquartz / Carpediem
» Carpe Diem [ Joanne Whalley]
» « CARPE DIEM » Roxy A. Hopkins 'story

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Manga Multiverse ::  :: Territoires neutres :: Bord de l'océan-


Crédits : Design : Phoenix & Pingouin Règlements & Contexte : Phoenix
Forum optimisé pour Google Chrome.