Partagez | .
Moisson addictive
Invité Invité

-



MessageSujet: Moisson addictive   Ven 9 Oct - 18:55


Fumiko avait eu de la chance. La rencontre d'un paysan qui se rendait lui aussi à Minshu lui épargna bien des heures de marche. Jusqu'à ce qu'elle relève ses mancherons pour se rafraîchir, elle avait du parcourir une dizaine de kilomètres et commençait à être fatiguée. Mais, étonnamment, depuis que son serpent encré était devenu visible de tous, elle n'avait pas attendu longtemps pour trouver quelqu'un qui la transporte. Mieux encore, l'homme partagea son repas avec elle. A croire que le sceau était un visa pour de la bienveillance.

Hélas, l'homme n'allait pas vers Kansei et il la déposa à un croisement, à côté des grands lacs. L'endroit était magnifique, mais malgré le temps ensoleillé, la jeune fille ne vit personne d'autre qu'elle en ce lieu. Chacun devait vaquer à des occupations plus importantes qu'une balade en plein air. Elle, avait tout son temps, et décida de profiter d'un instant de repos près du lac le plus grand. Elle déposa Kidcat dans l'herbe verte et moelleuse et alla se pencher au dessus de l'eau claire, admirant son reflet.

Ses pensées vagabondèrent et finirent immanquablement par revenir sur Kid. Il lui manquait déjà. Sa gentillesse et son soutien lui avait fait grand bien. Elle se souvenait de ces petits moments de bonheur partagé, Kid réveillé en sursaut et tombant sur sa poitrine, le doux baiser échangé, la promesse solennelle, son visage si tendre…
A cette évocation, elle ne put, une fois de plus, retenir ses larmes. Elles rebondirent dans l'eau, formant des ondulations qui déformèrent l'image de Fumiko.

Le moment de nostalgie passé, elle s'essuya les joues. Cela ne servait à rien de ressasser ces souvenirs, ils ne provoquaient que désarroi et tristesse. Mieux valait se concentrer sur l'avenir que Kid lui avait promis.

Soudain, la surface de l'eau se mit à frémir. Fumiko pensa que ses yeux étaient encore embués et qu'ils lui jouaient des tours. Puis, le liquide se mit à bouillonner sous le reflet de la jeune fille. Elle recula de surprise. Doucement, la curiosité étant plus forte, elle se rapprocha de l'eau qui s'agitait de plus en plus, il lui sembla apercevoir un gros poisson qui nageait vers la surface. Peu à peu, la vision se fit plus nette et la jeune fille vit ce qui ressemblait à une femme étrange qui remontait. D'un coup, une tête émergea, éclaboussant Fumiko.

La dame du lac:
 

C'était un mélange de femme, d'écailles, de poisson, quelque chose de bien étrange qui se présentait là. La jeune fille resta immobile, ne sachant que faire. Amie ou ennemie ? Devait-elle avoir peur et s'enfuir ou au contraire engager la conversation ? L'inconnue aquatique ne lui laissa pas le temps de se décider.


Tu m'as appelée ?




Euh, non !



Si, tu as salé le lac, donc tu m'as appelée.



J'ai…salé le lac ? Non, je ne pense pas.



Sur quoi je suis tombée, encore ! Fumiko, je sens les ennuis, fuyons !



Bien, sur ce, bonne journée.




Attends, ne pars pas, reste. Tu as pleuré tout à l'heure, c'est pour ça que je suis là. Je suis venue te réconforter, si tu me racontais un peu ce qu'il se passe ?


Le sourire engageant de la femme-sirène encouragea Fumiko à se confier. Elle raconta Kid, leur rencontre, son départ, son émotion…et les larmes ruisselèrent.
L'inconnue écoutait attentivement, intéressée, ses yeux se mirent à briller avidement quand les joues de Fumiko se mouillèrent, le visage de l'ondine reflétait plus de l'envie que de la compassion.

Soudain, l'inconnue du lac sortit sa main, agrippa le bras de fumiko et l'entraîna dans les eaux du lac. La jeune fille fut rapidement tirée vers des profondeurs, de plus en plus sombres. Elle commençait à manquer d'air quand elles arrivèrent au fond du lac, près de l'extrémité d'un gros tube qui dépassait du sol. L'inconnue posa alors sa bouche sur celle de Fumiko et lui insuffla de l'air. Puis, sans hésiter, elle s'engouffra dans le tuyau, entraînant la jeune fille à sa suite.
Elles traversèrent une sorte de porte plasmatique et se retrouvèrent à l'air libre, dans un paysage ressemblant à peu près à celui du dessus, sauf que, pensa Fumiko, elles se trouvaient dans le sous-sol du lac.
Alors qu'elle allait demander ce que tout cela signifiait, sa kidnappeuse lui parla.


Je suis Torn'ka. Viens, je vais te montrer.




Sans laisser le temps d'une réponse, elle tira de toute ses forces Fumiko vers une grande place en terre battue, pleine d'individus ressemblant à l'inconnue. Au centre, trônait un grand siège en bois, sur lequel on fit asseoir Fumiko.


Il me prenne pour une déesse ou une reine, ou quoi ? Bienvenue chez les dingues !


Mais, cet instant de célébrité supputée ne dura pas longtemps, puisqu'au lieu d'une couronne, elle se retrouva avec des chaînes autour des chevilles, la maintenant coincée sur sa chaise.


Mais…que…m'enfin !




Peuple lacustre, moi, votre butineuse, je vous ai ramené la source.

Des acclamations s'élevèrent alors vers le ciel, à faire trembler les feuilles des arbres.


Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Moisson addictive   Sam 10 Oct - 16:53

Fumiko cria, ils étaient donc tous fous ! Toun'ka lui posa un bandeau sur la bouche.


Tais-toi donc, personne ne doit perturber la cérémonie de la récolte du kotrop.



Deux hommes écailleux s'approchèrent de la chaise, chacun tenant une anse d'un grand récipient rectangulaire fermé. Ils le déposèrent délicatement sur une toile rouge, déposée là par Toun'ka.
Fumiko entendait des clapotis provenant de l'intérieur de la grosse cuvette, elle contenait sûrement un liquide.

Des spectateurs, monta alors une clameur ressemblant à un chant religieux, ils se mirent en rang devant le mystérieux récipient. Le couvercle fut ouvert. La jeune fille distingua de l'eau un peu trouble dans laquelle se déplaçaient une trentaine de gros vers transparents.
A tour de rôle, chaque participant au rituel vint tendre un gobelet que Toun'ka immergea dans le liquide aux vers. Puis, chacun récupéra son gobelet et but son contenu avec satisfaction.
Au bout d'un moment, la foule entra dans une sorte de transe, ils étaient apparemment sous l'emprise d'une drogue.


Maintenant, peuple lacustre, nous allons récolter le kotrop.



La femme se tint alors debout face à Fumiko et prit un ton doucereux.


Kid était doux, Kid était gentil, il était bon, souviens-toi. Rappelle-toi comment il t'a embrassée, mais aussi comment il t'a laissée, il est parti.


Et ainsi, elle répéta sans discontinuer lhistoire que la jeune fille lui avait confiée quelques heures auparavant, au bord du lac. L'émotion remonta alors brusquement et Fumiko se mit à pleurer.

Le peuple lacustre hurla sa joie. Toun'ka prit alors un des vers transparents et le plaqua sous un œil de Fumiko. Il s'agissait en réalité d'une sorte de sangsue transparente, qui fixa aussitôt sa ventouse sur le haut de la joue de la jeune fille.

Un collecteur:
 

La bouche en entonnoir de l'animal se mit à chercher le coin de l'œil qui pleurait et commença à sucer les gouttes de pleurs qui en sortaient. Une autre de ces bestioles fut placé de la même manière sur l'autre œil.


Les collecteurs font leur travail, mes amis.



Fumiko ressentit alors une violente douleur : les collecteurs ne se contentaient pas d'attendre les larmes mais ils les aspiraient avec force. La jeune fille essayait bien de retenir ses pleurs mais la femme lacustre continuait de la harceler avec ses souvenirs.
Combien de temps cela dura t-il ? Une éternité pour Fumiko. Elle fut soulagée quand enfin les deux grosses outres pleines de son liquide lacrymal tombèrent sur le sol. Alors, Toun'ka les récupéra et les remit dans leur récipient, où ils se vidèrent de leur précieux contenu, sous les hourras de la foule qui était toujours sous l'effet de la drogue.

La cérémonie était finie. Les deux cerbères écailleux attrapèrent Fumiko sans ménagement et la poussèrent violemment à l'intérieur d'un cabanon qui se trouvait derrière la grande place, puis ils cadenassèrent la porte. Toun'ka lui apporta un maigre bouillon quelques instants plus tard puis s'en retourna, non sans oublier de bien refermer la geôle.


Dors bien, source, tu nous sera encore utile demain, et après le demain, et encore le jour d'après. Grâce à toi, nous aurons notre kotrop tous les jours, délice suprême, qui nous fait voyager dans les rêves.

Fumiko passa la nuit à essayer de fuir, mais comment aurait-elle pu faire ? Et quand bien même elle se serait débarrassée du cadenas, il fallait remonter en surface du lac, et seule, cela était impossible. Pourtant, elle ne voulait pas revivre la succion des collecteurs, c'était trop douloureux, trop …Elle n'avait même plus de larmes en réserve, la source était tarie.

Les lueurs du petit matin filtraient à travers les planches disjointes de la prison de bois. Des dessins étranges se dessinaient sur le sol, ombres des petites grappes de résine formées entre les planches. Mais, ce n'était ni le moment, ni le lieu de profiter du spectacle artistique.
Elles étaient quand même bien attirantes, ces ombres, la jeune fille s'imaginait que ce pouvait être des grains de raisin, ou des boules de neige, ou….

Un large sourire étira alors sa bouche.


J'ai trouvé ! Je sais ce que je vais faire.


Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Moisson addictive   Lun 12 Oct - 15:11


Toun'ka ne tarda pas à venir, lui apportant une bouillie infâme pour son repas matinal. Puis, elle l'entraîna à l'intérieur d'une cabane similaire à sa prison, un peu plus grande et faite d'un bois plus clair. Au centre, se trouvait une chaise avec des chaînes. En voyant le grand récipient posé sur le sol, Fumiko comprit que cette fois-ci, la récolte ne se ferait pas en public. Toun'ka lui posa les collecteurs sous les yeux puis se mit à lui parler, longtemps, très longtemps. Mais, les larmes ne vinrent pas. La femme lacustre insistait pourtant, le visage tour à tour empli de fausse compassion, puis d'impatience. Mais Fumiko ne l'entendait pas, elle chantonnait dans sa tête, heureuse de pouvoir échapper au supplice. Les conteneurs n'avaient rien à aspirer.
Furibonde, Toun'ka ramena la jeune fille dans sa geôle. Ce ne serait pas aujourd'hui que son peuple pourrait calmer son addiction au kotrop !


Tu ne mangera pas, demain tu sera fatiguée, et alors nous verrons bien si tu résisteras longtemps.


Mais le lendemain fut identique. Aucune récolte ne fut possible. Toun'ka enrageait, tandis que Fumiko se félicitait de sa ruse. Elle fut ramenée violemment dans son cabanon par la femme lacustre qui resta discrètement contre un mur de la prison, glissant un œil inquisiteur contre une fente espaçant deux planches.

Fumiko, à peine enfermée, porta alors ses mains à ses oreilles et en retira les deux boules de résine qu'elle avait façonnée, de manière à bien obstruer le son. Un large sourire se dessina sur son visage, elle était fière de sa trouvaille. Voir la résine couler entre les planches lui avait donné cette idée.

A vrai dire, elle s'était souvenue de ce jour lointain où, toute fillette, elle avait eu la sensation de moins bien entendre les bruits qui l'entouraient. Son père lui avait alors examiné les oreilles et l'avait grondée. Elle devait nettoyer la cire contenue dans ses oreilles tous les jours, il le lui avait bien dit, sinon la cire les bouchait. Mais, Fumiko pensait que ce n'était pas là chose essentielle. La boule qu'elle retira alors de ses oreilles, après le sermon paternel, lui prouva le bien fondé de cette habitude hygiénique.
Si retirer une boule de cire d'une oreille permet de mieux entendre, alors pourquoi ne pas en mettre une pour devenir sourde ? Et voilà comment la résine était devenue bouchon anti-bruit.

Mais, son enthousiasme s'arrêta net quand Toun'ka ouvrit brusquement la porte. A son regard, Fumiko comprit qu'elle venait de l'espionner et qu'elle avait compris son stratagème.


Tu te crois maligne, source, mais demain je contrôlerai tes oreilles, et crois-moi, tes yeux vont pleurer.



Zut, pas de chance ! Il faut que je trouve un autre moyen d'y échapper, et vite !


Ne plus penser à Kid, ne plus penser à Kid, ne plus penser à Kid…Les larmes qui tombèrent sur le sol de la cabane ne furent pas nombreuses mais elles étaient suffisantes pour que les collecteurs aillent les chercher de force, malheureusement.

Ses pensées allèrent alors vers son père. Qu'aurait-il fait dans cette situation ? Ne jamais considérer que tout est perdu, ne jamais baisser les bras, ne jamais perdre espoir. Pour gagner sur ton ennemi il faut chercher son point faible. Pour la plupart des personnes, c'est un élément qui fait qu'ils se sentent différents des autres, qu'ils n'entrent pas dans une norme établie. Cette différence, même infime, est un point faible.
Elle se mit alors à réfléchir sur ce peuple lacustre. Quelles étaient ses différences ?

A part qu'ils ont des écailles, qu'ils sont moches, qu'ils nagent bien et qu'ils sont drogués à mes larmes, je ne vois vraiment pas dans tout cela ce qui pourrait être un point faible.


Et ce monde sous-marin ? Il n'y avait pas de réelles différences non plus avec le monde d'en haut, on y trouvait des habitations, de la végétation, des chemins, des bestioles, il y faisait très chaud par contre, toujours très très chaud et c'était invivable, même pas une petite brise pour se rafraîchir…


Pas de vent, il n'y a pas de vent ici !


Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Moisson addictive   Mar 13 Oct - 15:19


Le soleil matinal venait lécher les jambes de la jeune fille à travers les entailles du mur de planches. Puis, doucement, le rayon remonta vers son visage. Quand la lumière se positionna sur ses paupières closes, elle se réveilla, comme si elle l'avait captée.
Elle se prépara alors mentalement à tout ce qui allait se produire, se répétant le plan qu'elle avait conçu.

Quand Toun'ka la fit sortir de sa cabane, elle vit la foule sur la grande place. Sûre de sa victoire, la femme lacustre avait organisé une cérémonie comme le jour de son arrivée, conviant tous le monde à la fête. Tant mieux, ce n'en serait que mieux pour que tout se passe comme prévu. Fumiko suivait la femme, nonchalamment, elle semblait résignée.

A l'instant où elles arrivèrent au centre de la place, la jeune fille attrapa discrètement son stylo puis écrivit promptement TEMPÊTE dans l'air. Un violent vent se mit alors à souffler, bousculant tout sur son passage. Le peuple lacustre fut soudainement affolé, se demandant ce qui arrivait. Tout volait autour d'eux, ils ne connaissaient pas ce phénomène, d'une extrême violence à leur yeux.


Pas de vent ici, ils ne savent même pas ce qu'est une petite brise !


Du sol, s'élevait une immense poussière qui les faisait tousser, ils retenaient leurs cheveux, leurs vêtements, pensant qu'ils allaient s'arracher. Ils étaient terrifiés. Beaucoup s'étaient recroquevillés sur le sol, la moindre feuille d'arbre qui venait les percuter dans sa folle course les faisait hurler. Un homme se retrouva prisonnier, les jambes coincées sous un gros tronc d'arbre qui venait de lui tomber dessus.
Fumiko savoura alors cet instant. Ce sentiment de toute puissance : par la peur qu'elle provoquait, elle les contrôlait.

Puis, la tempête cessa.


Emparez-vous de son crayon, c'est avec lui qu'elle a réveillé le ciel !




Quelques hommes courageux s'élancèrent vers la jeune fille mais elle se mit en position de combat, stylo pointé vers l'avant comme si il s'agissait d'un fleuret, menaçante.


Ne bougez pas ou je recommence et encore plus fort. Laissez-moi partir maintenant.


Tout le monde s'immobilisa, ils la craignaient, c'était évident.


Et comment feras tu, source, pour remonter à la surface ?




Le simple fait que Toun'ka pose cette question signifiait qu'elle n'avait aucunement l'intention de la raccompagner.


Si je reste ici, je réveillerai le ciel tous les jours.



Le peuple regardait Toun'ka avec insistance, l'implorant de faire quelque chose pour éviter cette menace.
D'un geste de la main, la femme lui signifia alors de la suivre, elle s'avouait vaincue.

Mais Fumiko était loin d'être naïve. En la suivant, elle était à peu près certaine de se mettre en danger. Qui empêcherait les hommes de suivre les deux femmes et de capturer Fumiko quand elle aurait le dos tourné ?

Tout le monde rentre chez soi, je ne veux plus voir personne ici, exceptée toi, la butineuse. Et vite, sinon le gros vent !


Ce fut alors la course, chacun voulant se mettre à l'abri le plus rapidement possible. Certains ne savaient même plus où ils habitaient et s'enfermaient chez leurs voisins, leur interdisant l'entrée de leur propre maison.
Bientôt, ne restèrent que Fumiko et Toun'ka, qui se regardaient, méfiantes.
Un gémissement se fit alors entendre. L'homme coincé sous l'arbre ouvrait de grands yeux inquiets, persuadé de sa fin prochaine. Mais, Fumiko l'ignora. Il n'était pas près de courir après quiconque !

La remontée fut rapide, la jeune fille regagna alors la rive, sous le regard haineux de Toun'ka. Elle avait bien essayé de trouver le stylo de Fumiko pendant le voyage de retour, en la tâtonnant nerveusement. Mais l'objet était introuvable, caché dans un endroit bien trop secret et intime pour y être décelé.

La femme lacustre plongea vers les profondeurs, tandis que Fumiko sortit de l'eau. Elle essora ses vêtements et ses cheveux. Elle se sentait étourdie, la tête lui tournait un peu. Elle s'assit sur un tapis d'herbe tendre et se mit à repenser à tout ce qui venait de lui arriver.
Certes, elle n'avait pas la force physique pour bien se défendre mais elle était capable d'aller chercher, au plus profond d'elle-même, des ressources étonnantes, comme l'ingéniosité, la ruse ou encore son esprit vif et inventif.
Elle savait que désormais, elle pouvait se débrouiller sans attendre l'aide de personne, son indépendance, elle venait de la gagner.

Un petit miaulement sortit d'un buisson, à sa droite. Des moustaches apparurent entre les branches des arbustes.


Kidcat, c'est toi ! Tu m'a attendue tout ce temps !



Le chat vint réclamer son dû de caresses en se blottissant dans les bras de la jeune fille. Et là, au bord du lac, Fumiko réalisa qu'elle n'était plus seule.


HRP Faits réels :
 


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

-



MessageSujet: Re: Moisson addictive   

Revenir en haut Aller en bas
Moisson addictive
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» presentation de benoît moisson
» CHAPITRE1. les 76th hunger games, la moisson
» II,1. la moisson du district cinq
» II,1. la moisson du district quatre
» II,1. la moisson du district un

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Manga Multiverse ::  :: République de Minshu :: Grands lacs-


Crédits : Design : Phoenix & Pingouin Règlements & Contexte : Phoenix
Forum optimisé pour Google Chrome.