Partagez | .
Entre femmes fatales, on devrait s'entendre, non ? (suite)
Invité Invité

-



MessageSujet: Entre femmes fatales, on devrait s'entendre, non ? (suite)   Sam 10 Oct - 16:37



Mission de reconnaissance

Fleya écoutait scrupuleusement tous les détails et informations que pouvait lui délivrer Dahlia. Plus qu'un asservissement, elle ne pouvait donc pas se retourner contre le dieu qui l'avait faite prisonnière. Cela lui demanderait donc d'agir la manière la plus indirecte possible, du moins tout le temps où elle serait accablée de ce sceau pernicieux. De plus, cela avait de fortes probabilités de faire baisser la méfiance générale à leur égard. Des créatures soumises et affaiblies n'inspiraient pas grandes craintes pour les moins avisés ou les plus prétentieux. Malheureusement, la femme pirate ne semblait hélas pas savoir grand chose de la cité en elle même, mais au moins elle pouvait lui donner la température.... Définitivement glaciale à ce qu'elle pouvait entendre. Un dictateur cruel et assoiffé de pouvoir.... C'était à la fois bon et mauvais. Bon parce que les êtres assoiffés de pouvoirs étaient d'une nature déjà corrompue, et se faisaient plus facilement aveugler par leur désir de puissance. Ils en devenaient manipulables..... Mais avec toutes les précautions et la finesse que cela pouvait exiger. Mauvaise, parce que ce genre de personne était souvent parano, et parfois à juste titre. Du coup le degré de sécurité crevait souvent le plafond. Un véritable challenge pour la féline qui allait devoir gérer ça en mission commando : une situation proche du cauchemardesque, et absolument aucun moyen ! Elle n'avait même pas un couteau de chasse.... pas de tenue militaire, le néant absolue. Tout en poursuivant sa réflexion, Fleya observa de loin les murs d'enceinte. Elle allait devoir partir en éclaireuse.

Elle fit signe à Dahlia de l'attendre ici, et chercha un gros monticule de neige. Elle se fourra dedans, disparaissant complètement sous la neige, et en ressortit recouverte de neige de la tête aux pieds. Ses vêtements et ses poils retenaient les gros flocons immaculés, lui offrant ainsi un camouflage naturel de fortune. Et une fois cette précaution prise, elle se déplaça rapidement vers les hauts remparts, en prenant soin de rester au plus proche du sol. Au moins l'époque lui assurait de ne pas redouter de tire de sniper ! Mais des arbalétriers ou des archers étaient à prévoir. Elle se doutait qu'il devait y avoir la présence de nombreuses tours de guets un peu partout, ce qui la forçait à devoir rejoindre au plus vite le pied du mur pour progresser dans leur angle mort. Petite tension le long du trajet, ses oreilles aux aguets du moindre sifflement de flèches ou de carreaux. Mais forte heureusement, sa première approche fut un succès, et elle pu alors étudier la structure et la composition des murs. De grosses et imposantes pierres, surement issues de carrières locales, leur assurant une certaine résistance au froid. Fleya fit minutieusement le tour, évitant les entrées toutefois. Rien, pas la moindre brèches ni fissure exploitables. Les murs étaient certes favorable à l'escalade, mais elle n'avait que ces griffes pour cela, et en pleine journée c'était hors de question. Elle redressa ses oreilles, les orientant vers le haut des murs, et y surveilla l'activité. Les rondes étaient fréquentes, pour ne pas dire permanentes. Un détail de la féline ne manqua pas de remarquer et qui la fit froncer les sourcils. Lorsqu'on faisait des rondes permanentes de la sorte, c'était qu'on était en état d'alerte....

Quelle poisse, voila qui allait encore compliquer davantage la chose, et qui supprimait définitivement toute tentative de passer par dessus les murs. De plus, la sécurité à l'intérieur de la ville serait elle aussi conséquente, ce qui n'allait pas aider les affaires de la vampiresse. Retenant un soupir, elle continua son exploration. Elle trouva bien une sortie d'eau, une sorte d’égouts, ou en tout cas un passage. De larges barreaux protégeaient l'accès et s'offraient en passage potentiel. La tigresse releva les oreilles, très vivement intéressée par cette découverte. Elle s'approcha prudemment et regarda à l'intérieur. Elle étudiait si le passage était possible et accessible. Mais en observant plus attentivement les murs et les sols, elle découvrit plusieurs aspérités et fentes qui la firent vite déchanter. Des pièges.... Ce couloir était juste truffé de pièges du sol au plafond, en passant par les murs. La jeune femme étouffa un grognement. C'était à se demander s'ils n'étaient pas en niveaux d'alerte maximal à ce stade. Dahlia n'avait pas menti, pour le dirigeant de cette cité, la guerre était une institution et la protection un mot d'ordre. Elle en vint même à se demander s'il n'avait pas renforcé les structures et fondations des murs en y incluant des poutres métalliques pour renforcer le tout. Ce ne serait pas avec un peu de poudre ou d'explosif primitif qu'elles pourraient venir à bout ni des barreaux, ni des murs.... Sans le moindre bruit, et toujours en se recouvrant abondamment de neige pour dissimuler et sa présence et son odeur, Fleya continuait inlassablement son tour d'expertise. Et au bouts de plusieurs heures d'une recherche minutieuse et intensive, elle finit enfin par revenir auprès de Dahlia l'air contrarié.


-....Nous n'avons aucun moyen de nous infiltrer à l'intérieur de cette cité.... J'ai bien trouvé une sortie d’évacuation d'eau.... Mais l'entrée est protégée par une grille de barreaux épais, et surtout... Le tunnel est truffé de pièges. J'en ai remarqué plusieurs dans les murs, les sols et les plafonds. Je pense qu'il s'agit de piques ou de lames qui n'attendent qu'un passage pour sortir de leur cachette. En tout cas c'était le seul accès et il est inutilisable avec l'absence d'équipement actuel. Il y a également un forte activité sur les remparts en eux-mêmes, des rondes constantes, et un nombres important de gardes pour ce que j'en ai entendu. Tout cela me porte à croire que la capitale et en état d'alerte élevé peut-être même maximal. Les gardes et miliciens seront à cran. Impossible de savoir si on nous laissera rentrer dans ces conditions, ni même l'accueil une fois à l'intérieur. Cela dit, c'est notre seule option. Espérons qu'ils n'aient pas pour habitude de réduire les élus en esclavage. Après tout, nous sommes des proies faciles....

Fleya était peut-être aussi parano que le dirigeant qu'elle tentait d'infiltrer. Mais dans ce genre de contexte, sa méfiance exacerbée lui était très souvent salutaire. Après tout elle avait été entrainé et habitué au pire. La féline s'ébroua pour ôter les restes de neige sur son pelage, et commença à se mettre en route vers l'entrée de la ville. Le tout pour le tout. Au pire, elles devraient s'enfuir assez vite et surtout loin. Plus cela venait, et plus Fleya sentait qu'il allait être très long et compliqué de pouvoir mettre en place tous ses stratagèmes dans cette ville. Mais si la population était sous le joug d'un dictateur, c'était aussi le synonyme d'une population qui pouvait être une véritable bombe à retardement. Un peuple acculé et oppressé était très réceptif à la guérilla et la révolte. Et pour peu qu'il soit désespéré, c'était ni plus ni moins qu'une bombe à retardement qui promettait de sauter au visage des dirigeants tôt ou tard.... Mais pour l'heure, il fallait déjà pouvoir rentrer. Et devant elles se dressait à présent l'entrée copieusement gardée.


HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Entre femmes fatales, on devrait s'entendre, non ? (suite)   Jeu 29 Oct - 2:35






Griffes et Ongles





Comme elle se l’était dit plus tôt, Dahlia avait vu, de loin, une entrée susceptible de leur être utile dans un futur proche comme lointain. Une sortie d’égout dont les barreaux protecteur n’allaient être un problème que de quelques minutes avec les outils adéquats. A partir de ce moment là, le choix était présenté ainsi. Entrer par la grande porte et risquer d’au moins se faire connaitre, ou tenter sa chance en passant leur corps fin, souple et féminin entre les barreaux. Pourquoi n’avait-elle pas proposé l’idée, donc ? Et bien … Dahlia est une joueuse. Si on ne l’avait pas encore compris jusqu’à présent, on peut juste définir ses cas comme « désespéré ». Plus que jouer sa vie sur des coups de poker et des cartes dans ses manches, la pirate aimait se jouer des autres, une sorte de petit plaisir sadique. Après tout, l’image donnée au pirate varie du sanguinaire au rusé et autre que la ruse pour arnaquer quelqu’un, n’était-ce pas un fil conducteur que de réussir à faire faire ce qu’elle veut de cette tigresse sauvage ? Ici, il ne s’agissait que d’un jeu destiné à divertir son sens de la taquinerie mais ce genre de blague était le premier pas vers une manipulation de plus grande ampleur … Peut-être ? Qui sait ? Ainsi, entre l’admirative et la moqueuse, la belle rousse regarda Fleya plonger dans la neige pour se camoufler, sans un mot, et s’exécuter en allant chercher une meilleur idée à la place de foncer tête baissée.

"Bonne chaaaance ~ Je ne bouge pas d’ici !"

Et ainsi elle s’assit sur une souche d’arbre et regardait de loin la silhouette difficilement reconnaissable de sa partenaire du moment, sortant une pomme de sa poche pour l’entamer, petit souvenir de sa planque où elles profitaient du feu, il y a quelques heures. Seulement, pour ce petit gag, Dahlia n’avait pas réellement prévu que Fleya prenne ainsi son temps bien que c’était logique. Elle n’allait pas faire la course autour de la citadelle en demandant aux gardes postés en haut si il y avait une faille dans leur défense. Elle se rendit compte de son erreur en voyant Fleya, au loin, avancer à pas de loup qui s’éternisèrent. Une heure, deux heures, Dahlia n’était pas réellement impatiente mais pour une moquerie, c’était peut-être beaucoup. Elle commençait à réviser son choix, trop tard malheureusement, de lui révélé l’existence de cette bouche d’égout. La pomme finie, elle jeta le trognon, fit quelques pas dans la neige, escalada un arbre pour s’y poser, admirait ses bijoux, leur brillance, leur « pesant d’or », se laisser tomber lorsqu’elle en avait assez … Commencé à méditer, la main couvrant ses yeux, penchée sur elle-même alors qu’elle s’apitoyait sur sa souche. Décidément, Fleya prenait son temps et la pirate commençait à être à court d’argument pour l’excuser.

Finalement, Fleya revint à elle, l’air aussi joyeux que le sien mais puisqu’elle était à l’origine de ce tour d’horizon plus ou moins inutile, la capitaine se garda, pour une fois, de se moquer et de révéler sa taquinerie, se contentant d’écouter. Mais chassé le naturel, il revint au galop et après avoir entendu ce qu’elle avait à dire, affichant un sourire amusé en se redressant et en tapant dans ses mains.

"Et bien au moins, tu n’as pas gambadé pour rien, ma belle. On sait maintenant qu’il suffira d’un appât pour courir dans les pièges … Majoritairement … et on a une porte d’entrée discrète pour nos mauvais coups !"

Effectivement, Dahlia n’était pas au courant pour les pièges, elle n’avait pas approché l’égout en question. Est-ce que ça lui faisait peur pour autant ? Visiblement, non. En tant que pirate, ou du moins dans son monde, les pièges en général étaient monnaies courante, qu’il s’agisse de dissuader des perturbateur de tombe ou simplement œuvre d’autres pirates méfiant qu’on leur pille leur trésors, elle avait eut son lot de fosse à pieux. Il faudrait un peu plus d’expertise sur ses pièges pour pouvoir déterminer le meilleur moyens de les déclencher sans attirer l’attention mais en générale, il suffirait qu’elle utilise le cordage enchanté du Nidhogg pour qu’il serpente la sortie d’eau en quête de fil tendu ou de dalle de pression.

"Et bien, le seul autre élu de Fuyu que j’ai rencontré n’avait pas l’air très esclave à mes yeux. Si c’était le cas, je suis sur qu’il m’aurait prévenu, croit moi." Car oui, Dahlia se doutait bien que ce fameux Heiwa avait quelques projets pour elle. Il a toujours tenté, tant bien que mal, à cacher sa malice mais elle se doutait qu’auprès de lui, elle se ferait avoir quelque part, à un moment ou à un autre. "Mais au cas où … J’ai de quoi leur passer du baume au cœur, à ses gardes. Nidhogg ? ~"

Ses pouvoirs étaient limité, minime, mais elle avait apprit à refaire quelques truc et astuce depuis les quelques jours qu’elle marchait dans la neige. A ses pieds, la neige disparut pour créer une flaque d’eau, minuscule, et de cette eau  étrangement profonde pour ce qu’elle était sortit une corde qui vint longer la jambe de Fortune. Celle-ci disparut sous sa veste de capitaine et passa de part et d’autre de son corps pour ainsi récupérer manteau, colliers et bijoux, ainsi que son chapeau. Les différentes pièces de son accoutrement tombèrent alors sur la flaque qui s’agrandit pour les recueillir, laissant le temps à Dahlia de refaire sa coiffure pour détacher son épaisse tresse et laisser sa longue chevelure respirer. Ce qu’elle venait de faire ? Un simple dépôt de matériel par un petit tunnel marin, magique, reliant n’importe quel endroit où se trouvait Dahlia directement à la cale de son navire, à bien des lieux de là où elle se tenait. Pour parfaire sa tenue légère, son corsait affinant sa taille et gonflant sa poitrine dénudée, elle prit une dague de fortune qu’elle trainait à la ceinture et vint légèrement entailler son pantalon ici et là, sa chemise, au niveau des épaules et surtout … Agrandissant un peu son décolleté. A cela, elle ajouta, presque sans broncher, quelques entailles réellement minime, juste histoire qu’à l’œil nue, et de loin, on puisse voir qu’elle était blessée, plus qu’elle ne l’était en vrai

"Fleya, ma chère,  j’ai cru remarquer que tu transportais du sang avec toi. Tu pourrais m’en prêter un peu ? Quitte à être destinée à semer le chaos, autant commencer le plus tôt possible !"

Elle plongea alors son doigt dans la bouteille rouge et badigeonna ses vêtements, pas trop, juste de quoi feindre des égratignure sans pour autant être dans un état tel que cela puisse repousser un homme … Car oui, Dahlia comptait bien jouer avec la pitié des gardes et si cela n’était pas assez, de son charme. Il y avait un juste milieu à tout cela car exposer trop de sang n’était pas des plus séduisants … Enfin, pour les personnes normales. Finalement, de la flaque d’eau sortit une espèce de couverture, légèrement humide, qui finit sur la tête et les épaules de la Capitaine, s’emmitouflant dans ce voile et ne laissant que son beau visage et son poitrail à l’air. Petite touche finale, une grimace lorsqu’elle saisit de la neige à deux mains pour s’en recouvrir le visage, histoire de se donner un teint maladif ou du moins, mettre un peu plus ses vêtements en pagaille avant d’engager le pas avec elle.

"Suit mon jeu, ma belle ~"

Ainsi, la pirate passa son bras au dessus des épaules de son amie à fourrure et traina un peu des pieds, comme quelqu’un de mal en point, qui venait de se faire attaquer… Fleya devait avoir comprit depuis longtemps quel jeu elle voulait jouer, elle espérait juste qu’elle le suivra jusqu’au bout. Elles se présentèrent ainsi face aux portes où une petite troupe de garde sortait justement en patrouille. Malgré la marche qui se déroulé à coté d’elles, elles ne purent entrer sans attirer l’attention des gardes restants de chaque cotés de la porte, une petite troupe d’une demi-dizaine d’homme qui virent à la rencontre des deux femmes. Comme prévu de la part d’un militaire de Fuyu, ce ne fut pas avec de grand sourire ou une grande délicatesse qu’on les reçu.

"Déclinez votre identité et la raison de votre visite."

Dahlia prit alors son rôle à cœur, nul sourire sur son visage, juste une mine fatiguée, exténuée et dépitée, à bout de force alors qu’elle pendait au cou de sa partenaire du crime, des paroles molles et pénible sortant de ses lèvres.

"Nous … Aah … Je suis … Elisabeth Skye. Je cherchais mon chemin quand … Je me suis faite attaquée. Je n’ai rien demandé à personne … Je suis une élue … Arrivée que récemment mais … Je … Minshu … Minshu n’a pas cherché à comprendre, apparemment … J’ai couru jusqu’à tomber de fatigue et … Cette … Adorable créature m’a relevé et … porté jusqu’ici …"

A ses révélations, complètement improvisées bien évidement, les gardes se mirent à se regarder entre eux … Impossible seulement de savoir si ils étaient douteux vu leur air glacial permanent. La seule chose qui ressortit fut des messes basses que maladroitement dissimulée aux oreilles des deux femmes.

"Minshu … Comme si on n’avait pas déjà assez de ses chiens de Seika. Nous n’avions pas signé une trêve avec ses histoires de secte noire, d’ailleurs ?"

"Je ne sais pas mais si elle nous dit la vérité, j’irais mettre au courant le capitaine quoi qu’il en soit. Si des troupes de Minshu viennent chasser les élus jusque dans nos terres, trêve ou pas, c’est une déclaration de guerre."

"Que doit-on faire d’elles, du coup ?"

"On voudra entendre leurs histoires, sans doute, alors …"

Dahlia se mit à grimacer un peu. L’idée de se retrouver nez à nez avec un gros bonnet de la garde ne lui plaisait pas vraiment alors elle passa rapidement au plan B. Elle lâcha sa comparse et avança vers le garde le plus compétent, à ses yeux, en balbutiant avant de trébucher (volontairement) pour se rattraper à l’armure de celui-ci, se hisser … Se blottir contre lui, le regard suppliant alors qu’il devait sans doute avoir une belle vue de là où il était.

"Mes… Mes excuses … Pitiés, noble garde … Je … Je suis blessée et … Aah … Pitié, laissez-nous nous reposez, moi et … et … mon amie … Je … Je n’en peux plus … Je … Ahn …"

Et dans un dernier gémissement, elle fit semblant de perdre un peu conscience, se laissant tomber comme un poids mort contre l’homme … Dans l’espoir de toucher, voir faire rougir assez ses hommes pour qu'ils aient la jugeote de l'envoyer à l’infirmerie.

Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Entre femmes fatales, on devrait s'entendre, non ? (suite)   Lun 2 Nov - 20:14



La divine comédie

Fleya était revenue contrariée. C'était extrêmement rare qu'elle revienne d'une mission de reconnaissance bredouille, chaque installation possédant toujours une faille exploitable quelque part. Mais cela était en partie dû au fait qu'elle ne possédait pas non plus toutes ses facultés habituelles. Quelle poisse. Après avoir fait un rapport peu réjouissant un à Dahlia, celle-ci sembla trouver parade aux pièges que la féline avait détecté. La tigresse poussa un léger soupir. Elle n'aimait pas être l'oiseau de malheur qui portait les mauvaises nouvelles. Mais elle n'était pas partisane du gaspillage d'hommes, même en terme de chair à canon. Ça pouvait toujours servir tôt ou tard. Croisant les bras en faisant une moue embêtée, elle lui répondit.

-Malheureusement, à moins que tu disposes d'hommes pouvant se rendre intangibles ou recouvrir une forme éthérée, cette entreprise sera vaine. Au vu des trous que j'ai distingué dans les murs, les sols et les plafonds, ce ne sont pas des petites fléchettes empoisonnées qui vont en sortir. Le sol est composé de longs bloc unis qui se suivent.... En premier lieu, je dirais qu'il va y avoir du bon gros pieu en métal, avec à peine assez d'espace pour passer la main entre chaque.... Plus loin il y a des fentes donc des lames épaisses.... Le tout finissant dans le mur opposé. Ils ont l'air assez porté défense et attaque dans le coin, ils savent ce qu'ils font. Il faudra plus que quelques sacrifices pour pouvoir les flouer..... Surtout que je n'ai vu là qu'une partie des pièges.

Il n'était pas dans l'intérêt de la féline que Dahlia fasse des pertes inutiles, ou qu'elle se fasse prendre dans une tentative infructueuse. La pirate pouvait tout aussi bien savoir ce qu'elle faisait, que de se laisser aveugler par son orgueil, un manque de réalisation de la situation, ou tout simplement des habitudes qu'elle pouvait avoir de son précédent monde et qu'elle aurait gardé ici sans s'en rendre compte. La féline devait prévoir le maximum de scénarios possibles. Elle ne pouvait pas non plus dicter sa conduite à la jeune femme, mais elle pouvait au moins lui donnait le maximum d'informations et son avis sur la question. C'était là le mieux qu'elle puisse faire pour l'instant. Néanmoins, même sans passer par ce passage, il n'était pas question d'abandonné. Et puisqu'il n'était pas possible d'entrer en douce, les deux femmes allaient devoir passer par l'entrée.... Cela n'enchantait pas Fleya mais tant pis. Elles n'avaient pas le choix. Dahlia avait tenu quelques propos destiné à rassuré la féline sur l'éventualité de finir ou pas en esclavage. C'était toujours ça de prit. Mais elle avait l'air d'avoir également une idée en tête. Elle demanda quelques ressources à la tigresse, qui lui céda sans rechigner. L'observant se grimer et s'abîmer un minimum, la tigresse devina où elle voulait en venir. Jouer ce genre de comédie n'était plus vraiment à son goût depuis bien des années. Elle avait prit l'habitude des attitudes guerrières, et des approches plus militaires. Mais il n'en restait pas moins que c'était là des techniques qui avaient fait leur preuve.

La tigresse se laissa à son tour se faire "maquiller", avant d'entrer dans la combien de la pirate. Elle l'observa faire son numéro, toujours un poil surjoué à son goût, mais en même temps, le but n'était pas d'offrir une représentation de théâtre exceptionnelle, mais bien de flouer les gardes, tout en semant les graines de la discordes. Un mâle restait un mâle, et bien que gardes entrainés, Fleya avait bien vu le regard de l'homme en armure qui s'était que trop attardé sur le décolleté de sa comparse. Elles représentaient actuellement le stéréotype même des pauvres demoiselles un peu trop bousculées, qui avaient "besoin de réconfort" et de se "sentir rassurées". Si l'importance de la comédie n'avait pas été si présente, la féline en aurait bien vomi. Elle se contenta d'adopter une mine inquiète lorsque Dahlia trébucha, avant d'offrir un petit sourire à l’autre garde. Elle ne perdit pas la moindre miette de ce que les gardes se dirent, gardant précieusement ce qu'elle venait d'entendre. Cela pourrait lui être utile pour la suite. La féline fut plutôt satisfaite de voir que les gardes n'étaient finalement pas pressé de remettre ce "témoin" entre les mains de leur chef. Mais mieux valait-il être sûr.


-On ne peut jamais être sûr des intentions des autres nations. Peut-être est-ce un incident isolé. De toute manière vous avez surement déjà songé à vérifier s'il n'y a aucune caravane ou autre élu d'agresser dans les prochains jours. Au quel cas... vous leur rappellerez qui commande ici.


Comment faire croire à quelqu'un qu'il avait eu une idée. Elle ne doutait pas que ces hommes là savaient faire leur métier, mais la flatterie plus ou moins cachée ça n'avait jamais fait de mal à personne. De quoi faire passer la pilule, tout en mettant en avant qu'ils n'avaient pas besoin d'ouvrir un dossier pour un seul et unique rapport. La "pauvre" Dahlia n'y tenait plus et elle feint l'inconscience. le garde se retrouva bien embêté avec ces mains prises. Enfin si on pouvait parler d'embarras, car il n'avait pas forcément l'air contrarié. D'un signe de tête à ses compagnons, il l'emmena plus loin, tandis que les autres gardes se tournèrent vers Fleya.


Nous allons... prendre soin de votre amie. Elle vous rejoindra dès qu'elle sera remise sur pied. Vous pouvez circuler.

Voila quelque chose que la féline n'avait pas prévu mais qu'importe. Elle n'insista pas et se contenta d'acquiescer avant de s'éloigner.... Du moins juste ce qu'il fallait pour trouver un angle mort et disparaitre du champ de vision des gardes. Elle longea le mur qui entourait le bâtiment dans lequel le garde qui avait emmené Dahlia était entré. Elle allait bien trouver une fenêtre quelque part. Il lui suffirait après de retrouver l'odeur de la pirate. Tout ceci dans l'éventualité ou la dame n'aurait pas trouvé un moyen de s'esquiver des pattes du gardes. Venant d'elle, cela ne l'étonnerait guère. Elle n'était pas née de la dernière pluie. Et surtout elles étaient rentrées. Il fallait néanmoins agir avec finesse. Ce n'était pas le moment de faire des remous et d'être expulsées ou pire à peine la capitale pénétrée. La tigresse restait donc alerte. Elle vérifiait qu'on ne l'observait pas, et de ne pas paraitre suspecte. La discrétion était de mise.... Et une fenêtre fut trouvée ! La tigresse dressa l'oreille et la truffe. Il ne semblait pas y avoir âme qui vive. Elle y risqua un œil qui confirma ses sens précédent. Elle passa alors la tête à travers le trou et huma l'air. L'odeur de Dahlia était assez présente, elle devait être tout proche. Que faire ? Il n'était pas judicieux de foncer tête baissée pour l'instant. La tigresse décida de tendre davantage l'oreille, attentive à ce qu'elle pourrait entendre. Si la pirate criait ou semblait en difficulté, elle pourrait toujours se presser à ce moment là. Mais autant la laisser aller jusqu'au bout de son plan. Du moins, si elle en avait un qui prévoyait d'aller aussi loin....

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

-



MessageSujet: Re: Entre femmes fatales, on devrait s'entendre, non ? (suite)   

Revenir en haut Aller en bas
Entre femmes fatales, on devrait s'entendre, non ? (suite)
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Soirée entre femmes (Pv Miliani)
» - Event II - Jolie Jeune Femme... Fatale !
» On règle ça entre femmes. [Kity]
» Femmes fatales ♦ Avinashi
» Il est bon de lire entre les lignes, cela fatigue moins les yeux [Suite]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Manga Multiverse ::  :: Royaume de Fuyu :: Capitale de Yuki-


Crédits : Design : Phoenix & Pingouin Règlements & Contexte : Phoenix
Forum optimisé pour Google Chrome.