Partagez | .
Un robot? Késkecé?
Invité Invité

-



MessageSujet: Un robot? Késkecé?   Dim 25 Oct - 14:57

Après avoir effectué une halte de quelques jours sur le territoire de Seika, il était de nouveau temps pour moi de repartir, et cette fois en dehors des terres du Phénix. Le climat chaud et l’ambiance chaleureuse des habitants ne me rebutaient pas, mais avoir un peu de changement ne faisait pas de mal ! J’étais comme ça, toujours du mal à tenir en place et à rester au même endroit très longtemps.

C’est donc vers le Nord que je suis partie, sans réel objectif en tête. En vérité il y avait bien quelqu’un que je voulais rencontrer, mais les chances que je la croise par hasard étaient très faibles, alors ça ne pouvait pas vraiment compter comme un but à suivre !  J’étais donc en roue libre, voyageant au gré du vent.

En début d’après-midi, je franchissais la frontière de Seika via les grandes routes commerciales. Elles étaient très animées en cette heure, mais principalement parcourues par des charrettes remplies de marchandises, tirées par d’étranges animaux. Enfin, étranges…je commençais à m’y habituer, à la faune et la flore de Kosaten !
Ça devait donner un schéma étrange, une fille seule qui marchait sur un chemin parcourus de véhicules, mais moi ça ne me dérangeait pas du tout ! Se déplacer en n’utilisant que ses jambes travaillait les muscles, l’endurance, et permettait de profiter pleinement de la nature et du paysage !

Du moins, ça, c’était vrai pour les quelques premières heures. Car j’avais souvent tendance à oublier que le sceau de Seika bridait fortement mes habitudes…et mon corps ne manquait pas de me le rappeler très souvent, particulièrement pendant les entraînements ! Mais pour les longues marches aussi.
C’est donc en début de soirée, quand le ciel se teintait d’orange crépusculaire, que je me résignais finalement à demander au conducteur d’une des rares charrettes que l’on croisait encore en cette heure tardive. Bien que méfiant sur le coup –après tout, une voyageuse visiblement armée, seule, ça sentait le traquenard-, il accepta sans hésitation après avoir vu mon sceau d’élue. Certes, ce tatouage me faisait suer à brider mes facultés et celles de la Svelthir, mais ça apportait quand même pas mal d’avantages bien pratiques ! Les deux jeunes soldats qui formaient son escorte ne semblaient pas très à l’aise en ma présence, mais ça c’était tant pis pour eux.

Sa cargaison était pleine à craquer, si bien que je dus m’asseoir sur le rebord de la charrette, mais ça ne me gênait pas. Au moins, je pouvais laisser mes jambes se reposer tranquillement ! La route reprit doucement son cours, sous les étoiles qui avaient en à peine une heure remplacées le ciel bleu-orange. Seules la torche accrochée à l’avant du véhicule nous éclairait à présent, bien que les astres aidaient également.

Mais, c’est à deux heures de la ville la plus proche que les choses se corsèrent légèrement. Car bien entendu, Kosaten n’était pas un monde facile, et vous savez tous par quoi passe une histoire tournant autour une charrette de marchandises…

« Halte-là ! »

Sortant des fourrées, deux humains venaient de nous barrer la route, portant des armures légères et des lames. Un troisième vint couper la fuite en se plaçant derrière nous. Au moins, ça allait pimenter un peu le voyage !

« Allez allez, on dépose la marchandise au sol et on verra si on vous laisse en vie ! »

Mes jambes atterrirent sur le sol, après que je me sois laissée glisser du rebord. Avec un sourire, arme sortie, je ne pu m’empêcher de faire une remarque sur leur situation :

« A trois, pour attaquer deux soldats et une élue ? Vous n’avez pas un instinct de survie très développé dîtes-moi !»

Cependant, le ton sur lequel il me répondit ne me plu pas du tout :

« A trois ? Deux soldats et une élue ? Moi, ce n’est pas ce que je vois ! »

Et avant que je n’aie pu cerner ce qu’il voulait dire, les deux membres de l’ escorte » dégainèrent leur armes et dans un mouvement synchronisé abattirent les deux bêtes qui tiraient l’attelage. Alors c’était comme ça…

« Je dirais plutôt cinq, contre une gamine qui bluff ! Allez les gars, débarrassez-moi de ça rapidement, qu’on retourne au chaud à la planque…»

Je pris appuis sur mes jambes, en posture de combat. Il était temps de voir si mon sceau me bridait autant qu’à mon arrivée…
Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Un robot? Késkecé?   Dim 25 Oct - 19:32


Wild encounter




M'étant séparé d'Aki, j'avais enfin pu débuter mon voyage. Je pris soin de ne pas trop me mêler aux gens du peuple. Je n'avais pas envie de m'attacher à eux ni de répandre trop de rumeurs à mon sujet. Seuls mes actes devaient rentrer en compte pour ma réputation. Et peu importe comment l'on me percevrait, seule la préservation de la nature importait. Il ne devait absolument pas se reproduire ce que les hommes avaient accomplis. Même si cela semblait paradoxal qu'un être artificiel veuille préserver l'équilibre naturel des choses, au fond, ce n'était ni plus ni moins qu'un retour aux sources. Le métal étant naturel, en poussant très loin le raisonnement, j'étais tout aussi apte à préserver l'équilibre entre les différentes espèces vivantes que n'importe qui d'autre.

Je laissai mes pas me guider, comme toujours. Même si je prenais mes précautions, je ne pouvais prédire si j'allais croiser une créature hostile ou bien un élu qui ne tolérerait pas le simple fait que nos chemins se seraient croisés. Et dans ce cas là, je préférais encore m'éteindre seul, dans un endroit reclus plutôt que d'être le membre d'une scène fataliste incarnant le mourant. Même si je n'avais rien d'humain au sens strict, j'avais tout de même hérité de quelques caractéristiques, dont une particulière qu'est la fierté. Même si en combat, seul le résultat importait, si je pouvais faire en sorte de la préserver au maximum, c'était l'un des facteurs qui entrait en compte dans mes schéma de fonctionnements.

Les heures défilaient, les jours se succédèrent et malgré ma vitesse de croisière supérieure à celle d'un sprinteur en plein cent mètres, j'avais l'impression de ne pas avancer. Il fallait dire que sans employer mes propulseurs et avec ma volonté de ne pas déséquilibrer l'éco-système, sans oublier le fait que je ne savais pas à quel point Seika était grande ni même de quel endroit de celle-ci j'étais parti, ce devait certainement être tout-à-fait normal. Plus j'avançais et plus j'avais l'impression que je me rapprochais d'un endroit incontournable, le nombre de chemins augmentant en corrélation avec celui des routes. Où allais-je bien pouvoir débarquer ?

J'eus la réponse à mes questions lorsqu'au loin, je détectai quelque chose d'inhabituel. Pendant un moment, quatre personnes semblaient se déplacer accompagnées de deux chevaux jusqu'au moment où elles se firent aborder par trois autres personnes. En temps normal, je ne me serais pas mêlé de ces histoires, mais lorsque les deux chevaux périrent et que la situation sembla dégénérer, un déclic s'opéra en moi. De quel droit ces hommes avaient pu prendre la vie de deux animaux ainsi ? Pour qui se prenaient-ils ? La nature venait d'explicitement me donner ma première mission.

Fusant à pleine vitesse, j'arrivai rapidement derrière les trois nouveaux, mon mode de combat activé. Ils avaient signé leur mort à l'instant même où ils s'étaient attaqués au convoi. Sans même prendre le temps de me présenter, ce qui me servait de tête irradiant d'une lumière rouge inquiétante, j'apostrophai ce qui devaient certainement être des brigands.
-"En ce jour malheureux, vous avez osé prendre la vie de deux malheureux chevaux qui ne vous ont en rien menacé. Comment souhaiteriez-vous mourir ?"
Accompagnant mes paroles, je fis glisser mes épées hors de mes bras et me mis en garde. Peu importe leur réaction, l'équilibre serait rétabli.

Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Un robot? Késkecé?   Lun 26 Oct - 10:56

[Musique]

Les cinq bandits, nous ayant complètement encerclés, approchaient doucement. En jetant un regard rapide au marchand, je compris qu’il était complètement terrorisé et qu’il ne risquait pas d’être très utile dans l’affrontement à venir… quant à moi, il s’agissait de mon premier réel combat sérieux depuis mon arrivée,  et j’avais déjà pu remarquer en entraînement à quel point mes compétences étaient bridées, tout comme les pouvoirs de la Svelthir… ça ne serait pas facile, ça non.
En deux secondes, mes cheveux perdirent leur longueur pour ne plus dépasser ma nuque, passant en « posture de combat ».

Cependant, alors que je songeais –pour une fois !- à quelle serait la meilleure stratégie à employer pour m’en sortir sans trop de casse, une espèce….d’armure ambulante sortit de nulle part et se mit à menacer d’une voix métallique les bandits, les accusant d’avoir tué les « chevaux ». Au moins je pouvais mettre un nom sur les pauvres bêtes, qui effectivement n’avaient rien demandé !
En tout cas, je ne connaissais pas cette technique d’intimidation qui consistait à demander aux gens de quelle façon ils désiraient périr. Mais ça fonctionna bien, puisque deux des assaillants prirent immédiatement leurs jambes à leur cou, ce qui nous ferait ça de moins à abattre ! Probablement que l’apparence, heu… peu commune de l’élu avait aidé aussi !
Hé… mais attendez….

« ….T’es une armure qui parle ?! »

Qu’est ce que c’était que cette sorcellerie, encore ? Bon, j’avais vu de nombreuses choses magiques dans mon monde composé uniquement de mages, et ce n’était pas la première fois que j’avais affaire à un objet normalement inanimé qui avait soudainement la bougeotte et le don de parole, mais ce genre de choses avait le don de me surprendre à chaque fois !

Mais bref. Il restait encore trois brigands, qui même s’ils ne faisaient pas les fiers, semblaient vouloir tenter leur chance malgré tout ! L’un d’eux, toujours le même, eût même le courage de répondre à l’armure :

« Pff ! Et tu crois qu’on va se laisser impressionner comme ça ?! Allez les gars, à l’attaque ! »

Cependant, « les gars » eurent hésitèrent quand même une seconde avant de suivre l’ordre de leur chef. Tant pis pour eux, ça faisait une ouverture parfaite pour moi ! Mettant toute ma force dans mes jambes, je fis un bond en avant vers l’un de ceux ayant abattu les chevaux, et abbatiat brutalement ma lame vers lui. Il parvint cependant à parer le coup à la dernière seconde, et même si je voyais bien qu’il n’y croyait pas lui-même, au milieu des étincelles provoquées par les lames entrechoquées, il était encore intact !

« Tch ! »

Un coup pareil, avant, aurait réduit en miettes l’arme comme le propriétaire, et c’est encore une fois dans ces moments là que ma faiblesse forcée m’énervait vraiment ! Mais bon, je n’allais pas baisser les bras pour autant, bien au contraire. Mes talents à l’épée n’avaient pas complètement disparus, du moins pas assez pour que je ne profite pas des grandes ouvertures que la peur du jeune bandit laissait.

Profitant de ma petite taille –d’accord, des fois ça a ses avantages -, je fis un mouvement en avant pour envoyer mon genou dans le tibia de mon adversaire, pile à la bonne hauteur. Cette fois, ça frappa dans le mile !

« Aoutch ! »

L’homme se tint la jambe, de douleur. Encore une ouverture ! Mais alors que j’armais mon coup, j’eus le réflexe d’esquiver d’une roulade une tranche de la part de leur chef, qui frôla mon cou, m’éloignant de ma cible. Je me retrouvais à présent non loin de l’armure parlante, en garde, prête à attaquer à nouveau…
Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Un robot? Késkecé?   Lun 26 Oct - 12:53


Judgment begins




Les hommes étaient réellement inconscients. Même en me sachant infiniment plus faible, il était statistiquement impossible que je puisse être vaincu. D'autant plus que je ne semblais pas être seul. Mon introduction avait permis de réduire le nombre d'opposants, mais celui qui dirigeait les opérations se montrait bien trop confiant. Si j'avais bien tout suivi, nous étions deux élus face à maintenant trois loubards pas franchement intimidants. Soit, justice sera rendue et l'équilibre restauré. Les chevaux étaient morts rapidement probablement sans souffrir, mais je n'étais pas complaisant. Faisant l'hypothèse qu'ils avaient certainement tué sans nécessité, j'estimais que leur mort devait être la plus lente et douloureuse possible. Au vu de la configuration des choses, je ne pourrais pas avoir le temps de tranquillement les torturer, d'autant plus que je ne savais pas si mon "alliée" apprécierait ce genre de technique. Il ne restait alors qu'une seule solution.

Il est écrit que dans les temps anciens, les empereurs de l'est, de peur que leur harem ne soit souillé et que les enfants engendrés n'aient pas leur sang, n'employaient que des eunuques pour vaquer à toutes les fonctions importantes de l'empire. Bien que la position soit avantageuse, les eunuques devaient tous perdre quelque chose de précieux à tout homme : leur parties génitales. De plus, le procédé de l'époque avait un très haut taux de mortalité, les volontaires mourant quasiment tous par hémorragie ou bien par infection. J'étais équipé de deux sabres alors le lien se fit très rapidement. En cette journée, trois hommes allaient mourir par hémorragie dans une longue agonie. Mais pour que cela soit effectivement le cas, je devais m'assurer que la jeune femme ne les tue pas. Ils devaient mourir sans aucune dignité. Tout en esquivant aisément les attaques mal-assurées des brigands, je fis part de ma demande :
-"Je serai à votre disposition si vous voulez en savoir plus sur moi, mais veuillez ne pas les tuer, j'ai d'autres plans."

Je ne savais pas si je m'étais montré assez clair, alors je fis la déduction qu'en donnant l'exemple, ce serait bien plus simple. J'attendis patiemment que l'un des hommes ne m'attaque avant d'habilement le parer avec un léger coup de sabre, le déséquilibrant tout me laissant un nombre incalculable d'ouvertures. Sans me faire prier, à l'aide de mon second sabre, d'une entaille bien nette, je le castrai. Il tomba alors à terre et hurla à la mort. Si j'avais eu la possibilité de rire à gorge déployée, je l'aurais certainement fait, mais j'étais déjà concentré sur la prochaine cible. Le sang avait coulé et n'était pas prêt de s'arrêter.

Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Un robot? Késkecé?   Lun 26 Oct - 14:55

Le corps métallique équipé de deux sabres partit  à son tour à l’attaque, mais avant cela m’invita à ne pas tuer les bandits. Pourquoi faire ? Il disait avoir d’autres plans, j’espérais simplement que ça n’incluait pas de les épargner pour leur donner une leçon de morale et les laisser simplement repartir ! Ces hommes avaient pris les armes, ils s’étaient préparés à prendre des vies.
Par conséquences ils étaient aussi préparés à perdre la leur. Voilà pourquoi, si je refusais toute violence envers les civils, je ne m’embêtais pas de pitié contre les combattants.
 
« Ça marche, pour l’instant. »
 
Mais non, le destin qu’il leur réservait était tout autre. Lorsqu’un brigand s’attaqua à l’armure, elle usa de gestes vifs et maîtrisés pour se défendre, et contre-attaquer… à un endroit qui, si les humains étaient biologiquement proches des fées mâle, devait faire très, très mal. Et au vu de la réaction de l’homme qui avait perdu ce qui faisait de lui…bah, un homme, ça avait l’air d’être plutôt efficace. Au moins c’était une neutralisation rapide !
Par contre, il ne comptait pas les achever ? Ou du moins il voulait les laisser agoniser ainsi ?  Là, nous n’allions pas être d’accord, mais ce genre de questions pouvait attendre la fin du combat…
 
Me concentrant à nouveau, je fis un bond en avant afin d’arriver devant le leader, qui paraissait bien moins confiant depuis a castration brutale de son acolyte. Au moins Mr. Armure savait se montrer intimidant !
D’un premier coup, en estoc, j’heurtais l’arme du brigand qu’il avait positionnée pour ne pas se faire percer le cœur. C’était exactement le genre de position, qu’il me fallait : Je fis glisser ma lame sous la sienne, sans chercher à avancer néanmoins.
 D’un second coup, je désarmais l’homme encore déstabilisé d’une habile manœuvre d’escrime, le forçant dans le même temps à lever le bras, emporté par mon geste. Son lame tourbillonnait dans les airs, et à ce stade le roublard devait très certainement voir sa vie passer devant ses yeux. Cela me laissait toutes les ouvertures que je désirais…
 D’un troisième coup, le membre du bandit roula au sol, tranché net juste avant le coude par un brutal coup venant compléter le précédent mouvement. Son regard était rivé sur moins, dans un mélange de douleur, de terreur, d’incompréhension. Peut-être une once de regret.
Mais pour lui, c’était déjà trop tard. La rédemption était hors de portée.
 
Il s’écroula au sol, hurlant de douleur. Afin de ne pas contrarier mon allié du moment, je ne l’achevais pas dans l’instant. Mais c’était bien uniquement car même face à des adversaires de faible puissance, une erreur due à une perte de concentration  -même éphémère- pouvait mener à une défaite idiote.  
 
N’aimant pas attaquer un même adversaire à plusieurs, j’attendis simplement qu’il en finisse, tout en surveillant quand même si quelque chose se déroulait mal…
Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Un robot? Késkecé?   Lun 26 Oct - 15:50


Judgment begins


L'issue du combat, que l'on pouvait aisément renommer en massacre, était déjà écrite. En ce jour, la vie de deux animaux innocents avaient été prises, en ce même jour, la vie de trois criminels seraient rétribuées. L'équilibre serait ainsi restauré et une nouvelle rencontre effectuée, bien que mon but premier n'était que de voyager. Ce devait très certainement être lié.

Focalisant mon attention sur le dernier brigand encore en vie, je ne pus m'empêcher de lui instaurer encore plus de terreur. Il devait se ressentir comme une proie acculée par son prédateur naturel. Ses derniers moments devaient rester ancrés dans son esprit, et ce même dans le néant qu'est l'après-vie. C'est donc très lentement, pas après pas que je m'avançai vers lui qui reculait nerveusement. Le désespoir et la peur se lisaient sur son visage, mais une seule instruction m'animait : pulvériser. Contrairement aux deux autres qui se vidaient de leur sang, j'avais arbitrairement décidé que j'allais l'achever méthodiquement de façon à ce que les deux autres se voient encore plus désespérés. Lentement, très lentement, je finis par le coincer contre le tronc d'un arbre. Même si je n'avais pas de visage, il était aisé de déduire que je jubilais et ce n'était pas totalement faux. Un vieux dicton disait "Si Vis Pacem, Para Bellum", dans mon cas c'était plutôt le contraire. Les éléments étaient en place, il ne restait plus qu'à jouer la pièce.
-"N'ayant pas répondu à ma question, vous m'avez en quelque sorte contrarié. Mais ne vous en faites pas, j'ai une réponse toute faite pour vous."

Et le meurtre débuta. Je découpai d'abord les orteils de cet homme terrifié qui perdit l'équilibre. Mais pour me faciliter la tâche, je lui plantai un sabre dans l'épaule, de façon à ce qu'il ne puisse pas tomber. J'enchaînai ensuite en lui entaillant les doigts un par un dans le sens de la longueur, afin que le plus de nerfs soient touchés. Enfin, une fois le ventre ouvert afin que ses entrailles puissent nourrir les animaux, je le décapitai proprement. L'équilibre était restauré. Après avoir soigneusement retiré le sang de mes sabres en désactivant mon mode de combat, je les réintégrai à mes bras et vint me poster face à l'élue.
-"Je suis T-42, mais vous pouvez m'appeler Shinryu. Merci d'avoir suivi la volonté de mère nature en m'aidant à restaurer l'équilibre naturel des choses."



Dernière édition par Shinryu le Lun 26 Oct - 17:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Un robot? Késkecé?   Lun 26 Oct - 17:06

Sans aucune surprise, l’armure parlante n’eût aucune difficulté à mettre à mal le dernier bandit. Ce dernier ne disposait plus d’aucune volonté de combattre, et subit alors le jugement calme et cruel d’un être visiblement aussi froid d’intérieur que d’extérieur. J’en avais vu assez pour comprendre qu’il prévoyait de laisser agoniser les deux autres, sauf que je n’approuvais pas ce genre de méthodes, et j’allais bien entendu lui faire savoir :
 
« Il n’est pas nécessaire d’être aussi cruel avec eux. La mort est déjà un châtiment suffisant. »
 
Et, parce que je faisais partie des personnes qui s’exprimaient par des actes plutôt que des paroles, je vins achever les deux autres brigands en tranchant leur gorge par deux coups vifs. Prendre la vie d’un combattant ne me dérangeait guère car cela faisait partie de la voie des armes, mais je suis toujours restée consciente que je fauchais quelque chose de précieux. Quelque chose qui ne pouvait pas être pris n’importe comment.
Puisqu’il s’était présente à moi, j’en fis autant :
 
« Enfin, je m’appelle Shaylee Greïtell, élue de Seika. »
 
Je vins ensuite récupérer le pauvre marchand, planqué dans sa charrette. L’homme était complètement terrorisé par ce qui venait de se passer, et j’étais prête à parier qu’il ne retournerait plus sur les routes de sitôt… Mais bon, au moins il était encore en vie, et sans blessure :
 
« Vous pouvez y aller, la route est dégagée. Partez vers la prochaine ville et prévenez la garde pour qu’ils viennent récupérer votre charrette. »
 
En me remerciant d’une petite voix, le marchand accepta et amena à lui une simple besace avant de s’éloigner de la scène de carnage à pas rapides. Probablement désirait-il s’éloigner au plus vite de ce massacre, et c’était compréhensible !
 
Après ça, je me dirigeais de nouveau vers le dénommé Shinryu. Ou… T-42.
 
« …Croiser une armure parlante, ce n’est pas fréquent, mais en plus avec un numéro en guise de nom… »
 
A mon tour, j’essuyais la lame de Svelthir, avant de la rengainer. Quelque chose m’avait tout de même intriguée dans sa présentation,  quand il avait parlé de nature et d’équilibre des choses. Et même au début, la raison de sa venue en renforts semblait avoir été la mort des deux chevaux qui guidaient l’attelage… En tant que Fée, je me trouvais également proche de la nature, mais ce n’était pas à ce point là !
 
« Et vous êtes quoi, d’ailleurs ?  Parce que je ne suis pas sûr que ça aide Mère nature de laisser ses adversaires agoniser ! »
 
Je fermais les yeux, cherchant à me calmer. Parce que faire ça devant moi heurtait directement mes principes, mais d’un autre côté ce qui est fait est fait, revenir dessus ne mènerait nulle part. Je pouvais tout au plus les expliquer à Mr. Armure, et me dire que la prochaine fois, je n’aurais qu’à suivre mes idées !
Ceci dit, il ne fallait pas être ingrate non plus. L’issue aurait peut-être été différente sans son aide, je ne pouvais pas non plus le nier, alors pardonner une logique différente de la mienne était la moindre des choses :
 
« En tout cas, merci d’être intervenu. Nature ou pas, ça aurait été plus compliqué sans votre aide.»
Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Un robot? Késkecé?   Lun 26 Oct - 18:01


After the process


Les présentations effectuées, je n'allais pas rester sur un malentendu. Moi, cruel ? Je ne faisais qu'appliquer les méthodes justes afin que la biodiversité soit la moins impactée possible par la présence humaine. En quoi mes actes étaient-ils cruels ?
-"Cruel ? Qu'est-ce donc que la cruauté ? Est-ce que faire souffrir des personnes durant une période définie est cruel ? Ou bien tuer sans relâche ni aucun état d'âme est cruel ? Il faut savoir faire la part des choses et nommer les faits suivant ce qu'ils sont réellement. En l’occurrence, je ne me suis pas montré cruel, j'ai simplement appliqué une sentence."

Pendant que Shaylee s'occupait du marchand, je fis une inspection rapide des corps. Aucun signe distinctif ne révélait qu'ils pouvaient appartenir à une quelconque organisation, mais peut-être qu'en fouillant un peu plus... Sauf que je ne pris pas la peine de le faire. Déjà que mes actes paraissaient cruels, si en plus je fouillais des cadavres, on allait très certainement me prendre pour un psychopathe, or je n'avais pas besoin d'une telle réputation. À la place, je retournai simplement près de la charrette tout en écoutant les remarques de l'élue. Des "armures parlantes" ? Quel non-sens ! Mais d'où pouvait-elle bien avoir débarqué ? Je la laissai encore parler jusqu'au moment où, enfin, elle me remercia. Les humains et la politesse... Dans tous les cas, j'estimais qu'en tant qu'élue, de Seika de surcroit, elle avait bien le droit à quelques réponses.

-"Que suis-je ? Je suis une forme de vie artificielle, créée de toute pièce par l'homme. Mon espèce se nomme Tech. Si je porte un numéro, c'est simplement par pragmatisme. N'étant, au fond, rien de plus que des machines, nous n'avions pas besoin de nom humanisé pour nous reconnaître les uns des autres. T signifie Tech, le 4, chiffre de la mort, signifie que je suis un modèle de combat et le 2 précise que je suis la seconde version et par la même occasion la dernière que nous ayons développé. Si j'avais eu d'autres chiffres, cela aurait signifié mon numéro de série, placé après l'original. Comprenez-vous ?"

Après un petit temps d'assimilation, j'enchaînai :
-"D'où je viens, les hommes ont bafoué la nature pour ne laisser derrière eux que des ruines, des déserts et des atmosphères pollués et irrespirables. Si l'on m'a envoyé ici, c'est pour éviter que cette catastrophe se reproduise. Je suis en quelque sorte l'envoyé de la nature elle-même.

Et pour information complémentaire, je suis aussi élu de Seika. Il est inutile de me remercier, je ne faisais que de rétablir l'équilibre momentanément rompu par ces êtres abjectes.
"
Mes paroles pouvaient êtres assimilées à celles d'un fanatique, mais le manque d'intonation et le ton mécanique, inhumain de ma voix donnait un ensemble bien étrange. Aucune émotion n'émanait de mon être de métal.

Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Un robot? Késkecé?   Lun 26 Oct - 19:09

Suite à ma remarque concernant la cruauté, Shinryu se lança dans une explication presque philosophique sur ce que signifiait le fait d’être « cruel ». Habituellement, je ne préférais pas rentrer dans ce genre de débat,  mais le simple fait de tenir la conversation fût interprété comme un challenge pour mon esprit plutôt intuitif. Très bien, s’il souhaitait rentrer dans ce genre de sujets !
 
« Ce que vous avez fait est cruel, car il engendre de la souffrance inutile. Une fois morts, ils ne feront plus de mal, pas plus qu’ils ne se souviendront de ce que vous leur avez fait. Ce n’est pas comme si vous leur donniez une leçon ! »
 
Sauf si on partait du principe qu’il y avait une vie après la mort. Mais là encore, dans l’autre monde ou quoi que ce la puisse être ça n’allait pas changer grand-chose ! Et même l’âme se réincarne, tout porterait à croire qu’on ne gardait pas ses souvenirs, alors définitivement…
 
La conversation tourna ensuite autour de la nature de l’armure ambulante. Qui s’avérait en vérité être « une forme de vie artificielle ». Qu’est ce que cela pouvait bien signifier ? Je savais que certaines fées étaient aptes à créer des familiers pour les assister au combat ou dans la vie courante, Shinryu serait donc ce genre de créature ? Puis il commença me perdre dans des explications du pourquoi du comment il s’était appelé comme ça et pas autrement, avec des histoires de numéro de série ou je ne sais pas quoi… Quand il me demanda si je comprenais, j’étais en train de le fixer avec de grande yeux ronds, me grattant le crâne qui était à deux doigts de surchauffer :
 
« Heu… pas du tout. J’ai juste compris que vous aviez été créé par des humains. Déjà que j’ai appris leur existence assez récemment… » Répondis-je honnêtement.
 
Même si, au fond, les fées n’étaient pas si différentes en termes de mentalité. Certes, nous avions nos sens surnaturels qui nous liaient à la nature, et une affinité certaine avec la magie -…pour la plupart-, mais dans leur comportement il semblait y avoir beaucoup de points communs. Les mêmes sentiments. La même avidité de pouvoir. Le même désir d’aller toujours plus loin.
 
Il m’apprit également qu’il était un élu de Seika. Même si je n’approuvais pas ces méthodes, ça faisait un allié de plus !
 
« Tant mieux alors ! Je me dirigeais vers le centre des territoires neutres. Et vous ? »
 
Bien que la nuit ne m’effraye pas, je n’avais pas vraiment envie d’y rester éternellement. Il  fallait bien continuer sa route, et avoir un compagnon de voyage avec qui discuter n’était pas un mal.
Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Un robot? Késkecé?   Mar 27 Oct - 11:34


After the process


Apparemment cette Shaylee ne comprenait pas le sens de mes actes. Tant pis pour elle, je n'allais pas perdre du temps à tenter de le lui expliquer. Un jour peut-être comprendra-t-elle, mais en attendant, elle continuera de se voiler la face et à laisser des actes terribles se dérouler sous ses yeux. C'était déplorable, mais inéluctable. Telle était la vie.

Elle m'apprit ensuite, de manière détournée qu'elle n'était pas humaine. C'était à la fois très surprenant mais aussi intéressant. Peut-être que dans les temps anciens, quand les hommes peuplaient encore l'univers, il existait des êtres tels que Shaylee avant que mes concepteurs ne les anéantissent. Il fallait que j'en sache plus à ce propos.
-"Si vous n'êtes pas humaine, vous êtes quoi dans ce cas là ? Mes capteurs indiquent pourtant que vous dégagez à 95% près les mêmes signes vitaux qu'une jeune fille lambda en bonne santé."
Mais j'aurais l'occasion d'en savoir plus car elle m'indiqua qu'elle poursuivait son voyage dans un autre lieu que Seika. Même en ne sachant pas vraiment où cela se situait, ce serait toujours profitable.
-"Je ne sais pas où nous sommes actuellement, mais je tiens à voyager à travers Kosaten. Si cela ne vous dérange pas, je veux bien passer par où vous vous rendez. Juste deux choses : à quelle allure progressez-vous et avez-vous besoin de dormir ?"
Mes deux dernières questions étaient plus pragmatiques qu'autre chose. Suivant les réponses que l'élue me donnerait, je pourrais me calibrer sur de nouveaux paramètres afin que l'on puisse adopter le même rythme.

Mon voyage ne faisait que débuter et j'allais déjà pouvoir apprendre beaucoup. Si les évènements restaient toujours aussi favorables, alors en espérant que je regagnerais rapidement ma puissance d'antan, je pourrais changer le cours des choses. Mais avant tout, il faudrait que j'apprenne précisément quelle est la configuration des lieux pour que j'évite de me perdre.

Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Un robot? Késkecé?   Mar 27 Oct - 14:03

Il ne répondit pas à mes arguments concernant la cruauté. Les avait-il acceptés ? Ou préférait-il arrêter là ? Bah, peut-être que nous étions trop différents pour nous entendre sur le sujet… Il faisait bien ce qu’il voulait tant, que ça n’heurtait pas mes principes sous mes yeux.
 
La question de Shinryu concernant ma race m’intrigua un instant, mais après réflexion c’était compréhensible. J’avais oublié qu’extérieurement, sans mes ailes c’était difficile de voir que je n’étais pas humaine ! Même si je n’avais qu’à moitié compris cette histoire de capteurs, je pensais avoir cerné le sens global de sa phrase…
 

« Je suis une Fée ! »
 
Mais est-ce qu’il savait ce que ça signifiait ? Dans le doute, il était préférable d’aller un peu plus dans les détails, en me basant sur ce que moi-même je savais des humains et de leurs caractéristiques :
 
« Hum… Ce sont des créatures proches des humains, mais plus petites, capables de sortir des ailes, et avec une certaine affinité pour les nature et la magie. Pour la plupart. »
 
Je n’avais pas encore trouvé d’autres différences majeures entre les fées et les humains pour l’instant, mais j’espérais que mon explication était assez compréhensible. C’est que, tenter d’expliquer quelque chose à quelqu’un qui avait l’air de venir d’un monde trèès différent du mien, ça se présentait…fastidieux. Et trop ennuyeux pour que je puisse interpréter ça comme un défi à relever.
 
Il proposa ensuite que l’on fasse un bout de chemin ensembles. Pourquoi pas ! Mais ses deux dernières questions étaient plutôt… étranges ? Bon, d’un autre côté, je commençais presque à m’habituer à ce qu’il parle bizarrement.
 
« Ça ne me dérange pas. Même si vos questions sont plutôt originales… »
 
Enfin, après tout, s’il tenait à savoir, ce n’était pas non plus une information capitale :
 
« Je me déplace, heu… bah, en marchant quoi. Et oui dans l’idéal j’ai besoin de dormir mais ça va, je devrais tenir le coup jusqu’à la prochaine auberge. »
 
Par le passé, il m’était bien arrivé de faire des nuits blanches entières simplement pour m’entraîner. C’était une motivation comme une autre parfois : Me donner un objectif, un niveau à atteindre, et ne m’autoriser à  dormir que lorsque le but était accompli. Certes, ça m’avait valu plus d’une fois de m’effondrer de sommeil, mais… Ça c’était quand je forçais sérieusement.
 
« Et si vous voulez savoir, nous sommes au Nord de Seika, dans une zone que l’on appelle les territoires neutres. Qui se trouve au centre des trois nations ! »

 
L’habitude de voyager, je m’étais bien entendue renseignée sur la géographie du continent et m’étais rapidement débrouillée pour dégoter une carte seulement quelques jours après mon arrivée. Indispensable !
 
Je me mis donc en route, afin de finalement illustrer mon « allure de progression ». Après tout si ça l’intriguait il n’avait qu’à voir de lui-même !
Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Un robot? Késkecé?   Mer 28 Oct - 11:24


A travel worth of informations


-"Je vois... Nous avons donc beaucoup à apprendre l'un de l'autre. Par exemple, d'où je viens, la magie n'a jamais existé mis à part dans les histoires. Les seules choses qui s'en rapprochaient étaient les tours de prestidigitation. Sinon, la technique nous permettant de dépasser les capacités physiques s'appelle la technologie et emploie les lois physiques de la nature, les mathématiques, la chimie et nombre d'autres sciences.

En somme, je suis un produit de la technologie et pour les scientifiques, je peux être comparé à un être magique à part entière, bien que je ne sois ni plus ni moins qu'un assemblage de procédés et de matériaux.
"

D'après moi, c'était ce qui semblait être le plus simple pour expliquer ce que j'étais. Ainsi c'était une créature ayant l'habitude de baigner dans la magie... Heureusement que je n'avais pas cherché à engager le combat, sinon j'aurais eu un très net désavantage. Non seulement elle était capable de voler, mais en plus, je ne savais toujours pas à quel point j'étais réellement vulnérable à la magie. Dans ces moments là, appartenir à une faction commune avait du bon.

Je ne compris pas de suite pourquoi Shaylee m'avait dit que mes questions étaient étranges, mais je me souvint que les différentes personnes peuplant ce monde ne possédaient pas un aussi grand pragmatisme que moi, ce qui était dommage, en un sens. Il fallait que je me justifie une fois de plus, et c'est cette perte de temps qui me faisait presque à chaque fois regretter de rencontrer de nouvelles personnes.
-"D'accord. Je n'ai moi-même aucun besoin de repos et me déplace aussi en marchant, mais je pense que vous n'êtes pas capable d'aller à ma vitesse sans employer votre magie. Mais soit, je vais adopter votre allure."

Nous étions donc au "centre". En soi, c'était problématique car cela signifiait que l'on pouvait aisément se faire attaquer par n'importe qui à tout moment. En reconsidérant les choses, il faudrait peut-être mieux que je change d'itinéraire. D'autant plus que ne sachant pas où les réelles menaces se situaient, dans le cas où j'aurais emprunté le mauvais... La meilleure des choses à faire serait certainement de trouver une carte et de la mémoriser afin de prendre le chemin le moins dangereux possible. C'était une possibilité à ne pas exclure.
-"Au centre ? Très bien. Mais dites-moi, sauriez-vous où je pourrais trouver une carte ? Je pense que mon voyage serait grandement facilité en sachant la configuration, même sommaire, des lieux."

Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Un robot? Késkecé?   Mer 28 Oct - 13:08

Je restais perplexe face aux explications du robot. Quoi ? La magie n’avait jamais existé dans son monde ? Alors comment faisaient-ils pour l’agriculture, l’entretien des bâtiments, la communication, et tout le reste?
La réponse vint immédiatement, sous le nom de « Technologie ». Hum, oui, c’était un terme qui existait également sur Azera. Mais au stade où elle se trouvait il s’agissait simplement d’un outil pours se faciliter la tâche quand on ne pouvait ou voulait pas user de magie, plus qu’un réel moyen de dépasser les lois physiques. Les faux et râteaux, les portes et les ponts, les catapultes et béliers. C’était simplement ça, la technologie d’Azera.
 
Mais au moins, ça me permit de comprendre un peu plus les différences entre nos deux cultures ! Et puisqu’un familier est créé par magie, Shinryu était bel et bien une sorte de familier technologique. Cette information allait faciliter le dialogue.

« Là d'où je viens, au contraire, la technologie n'est pas autant développée qu'elle semble l'être chez vous ! Peut-être parce que les gens se reposent de toute façon sur la magie, ou que le peuple vous ayant créé est plus âgé. »
 
J’eus une petite grimace quand il insinua quand j’étais moins rapide que lui sans utiliser de magie, mais elle se transforma rapidement en sourire de défi :
 
« Non, moi je n’utilise pas vraiment ce genre de moyens. Mes compétences, mes capacités naturelles, et un entraînement régulier sont la seule magie que je sache utiliser ! »
 
Bien que la Svelthir était une lame magique, son principal pouvoir consistait à renforcer mes points forts tout en compensant mes faiblesses. Elle était certes puissante –En tout cas avant Kosaten- mais donnez là à une personne inapte au combat et l’épée runique n’aura pas plus d’efficacité qu’une simple branche.
 
« Par contre, même si la perte de mes aptitudes a fortement nuit à ce titre, j’étais l’être le plus rapide de mon monde. Mes réflexes et les simples pulsations de mes jambes se suffisaient pour surpasser même ceux qui se renforçaient magiquement ! »
 
C’était peut-être de la vantardise, mais ce n’était que pure vérité ! Et je pouvais me considérer fière d’avoir dépassé mes congénères mages par simple entraînement.
 
« Ceci dit, quand je voyage, je préfère conserver une vitesse tranquille. »
 
 
Shinryu demanda ensuite si j’avais une carte afin qu’il puisse se repérer.
 
« Oui, j’en ai bien une, je peux vous la montrer mais j’en ai besoin par contre ! »
 
Une bonne aventurière avait toujours ce genre de document sur elle ! Même si on connaissait parfaitement la géographie des lieux –ce qui était bien loin d’être le cas-, savoir se repérer était crucial quand on passait sa vie sur les routes. Je déroulais donc le papier devant lui, et pointait le lieu où nous étions : Sur la grande route qui séparait Seika et les villes marchandes qui formaient le cœur des territoires neutres.
 
« Je compte m’arrêter au premier village pour y passer la nuit, mais aucune idée de là où je me dirigerais ensuite ! Et vous ? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Un robot? Késkecé?   Jeu 29 Oct - 13:37


Decision


Je fis mine de ne pas avoir entendu la vantardise de la fée. Elle se montrait bien trop impulsive à mon goût, mais ce devait être une des conséquences d'être bercé dans la magie. Économiser le plus de ressources possibles afin de pouvoir frapper précisément, rapidement et mortellement. La théorie et la pratique se rejoignaient mais avec les hommes et maintenant les fées, il semblait que tout bon sens était inexistant. À force de passer du temps sur ces terres, je commençais presque à regretter d'avoir eu tant de curiosité à leur égard car au final, ils correspondaient presque parfaitement à ce que nous pesions d'eux. Médiocre. Comparés à ces "formes de vie intelligentes", les animaux étaient infiniment plus intéressant. Au final, la nature humaine et par là même celle des fées étaient bel et bien déplorables. Peut-être que la "Menace" faisait aussi office d'envoyée de la nature, ce qui répondait à bon nombre de questions tout en restant plausible.

Shaylee me montra alors la carte. Ce n'était pas aussi sophistiqué que ce à quoi je m'attendais, mais cela restait amplement suffisant. Elle qui disait que sa technologie n'était pas bien avancée, j'allais lui faire une petite démonstration pour qu'elle puisse évaluer la différence flagrante entre nos deux mondes.
-"Si votre magie correspond à ce que nos textes racontent, alors je peux aisément concevoir que vous n'ayez pas besoin de technologie. En revanche, celle dont je suis constitué peut réaliser énormément de choses, tout comme votre magie, bien que je reste limité. Par exemple, votre carte. Pour vos souvenir exactement de ce qui est inscrit dessus, vous avez besoin de la ressortir pour la consulter. Ce n'est pas mon cas, voyez-vous."
Je pris alors la carte et élevai ma main gauche au-dessus de celle-ci. Quelques secondes plus tard, un léger faisceau lumineux fit le lien entre les deux entités : j'étais entrain d'effectuer un scanner rapide. Lorsque la lumière disparut, je rendis sa carte à la fée.
-"J'ai maintenant définitivement mémorisé la carte. Il me suffira à l'avenir de penser à celle-ci et une image mentale me parviendra. C'est l'une des nombreuses choses que la technologie permet de faire."
Je ne savais pas si ce serait suffisant pour l'impressionner, mais ce n'était pas mon but. Si j'avais effectué tout ce manège, c'était pour lui montrer en quoi la technologie pouvait se montrer utile.

Puis elle m'indiqua le chemin qu'elle voulait emprunter en me demandant quels seraient mes projets. Excellente question à laquelle je n'avais pas encore de réponse bien définie. Devais-je continuer mon voyage ou bien retourner à Seika ? Il me fallait plus de temps pour répondre, alors j'optais pour un compromis.
-"Je vais vous accompagner dans ce cas. Puis je pense rester dans le coin quelques jours avant de me décider. Mais il y a de grandes chances que je retourne à Seika avant de reprendre mon voyage. J'ai l'impression qu'il me faudrait engranger beaucoup plus d'informations que celles dont je dispose déjà afin de ne pas me retrouver dans des situations à risque. Aujourd'hui, ce n'étaient que des brigands de pacotille, mais demain, ce pourrait être un élu qui me ferait subir la même chose."

Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Un robot? Késkecé?   Jeu 29 Oct - 23:29

D’après Shinryu, il existait dans son monde des textes qui traitaient de la magie d’autrefois, et  qu’il comprenait pourquoi nous n’avions pas besoin de technologie. Ha ? Pour ma part, je ne m’étais jamais réellement servie ni de l’une ni de l’autre, préférant croire en mes propres capacités, celles de mon corps et de mon esprit, plutôt qu’en une force ou un objet extérieur. Bien sûr, une épée était un objet, mais sa structure était bien sommaire comparée à ce familier technologie.
La Svelthir, encore une fois, était un cas à part. Mais je n’avais pas obtenu mes talents grâce à elle, ainsi bien qu’elle soit complexe à appréhender pour un forgeron comme pour un mage, ça ne restait qu’une épée. Une épée très puissante, mais une épée quand même.
 
S’en suivit ensuite une démonstration de ce que pouvait faire la technologie de Shinryu. A l’aide d’un halo lumineux qui vint caresser la carte, il disait l’avoir parfaitement mémorisée. Oui, ça avait ses avantages, mais ce n’était pas si impressionnant lorsque l’on regardait de plus près :
 
« En passant du temps à l’étudier, ou en l’utilisant souvent, je pourrais aussi la mémoriser par cœur ! Mais j’admets que c’est un sacré gain de temps et d’énergie, quand même. »
 
S’il voulait confronter magie et technologie, j’aurais pu rétorquer qu’il existait des sortilèges de mémorisation, mais… J’étais loin d’être la mieux placée pour parler magie, encore moins pour la défendre. Ce que je voyais, au final, c’était que la science s’avérait juste être une autre voie pour se simplifier la vie. Il n’y avait rien de différent dans l’objectif, seules les méthodes variaient.
Malgré tout, cela restait quand même un art qui avait le don d’attiser ma curiosité. Je demandais donc plus de détails :
 
« Mais d’ailleurs, votre conscience, elle vient de votre technologie ou vous avez une âme ? »
 
C’était quand même quelque chose d’intrigant. T-42 savait parler, comprenait mes mots, et disposait d’une réelle forme d’intelligence.  Cependant son ton était métallique, monotone. Je n’y ressentais aucune forme d’émotion.  
 
Quand il m’expliqua quels seraient ses projets, j’haussais les épaules. Je ne savais pas depuis combien de temps il était arrivé, ni ce qu’il avait appris jusque là, mais j’étais sûre d’une chose : J’apprenais par expérimentation et non par étude. Après, s’il comptait en découvrir plus, de manière théorique, avant de trop s’éloigner des frontières c’était un choix comme un autre.
 

« Vous faîtes comme vous voulez ! J’ai passé presque plus d’un mois à Seika, bien que je sois peu restée en ville. Je me suis dit qu’il était temps d’explorer un peu le reste ! »
 
Après, concernant la possibilité de croiser un élu belliqueux… Bah, le jour où ça arriverait, je verrais sur le moment ! Comme toujours.
 
« Je n’ai croisé personne de dangereux pour le moment. Et puis, c’est dans les situations stressantes que l’on progresse plus vite ! »
 
Car l’entraînement, c’était une chose, mais rien ne valait l’expérience d’une situation de réel conflit, comme celle que nous venions de subir.
Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Un robot? Késkecé?   Ven 30 Oct - 13:59


Invisible threat


Shaylee me posa une excellente question. Étais-je doté d'une conscience propre ? En se basant sur les faits, la réponse était évidemment non. Je n'étais que le produit d'un assemblage de techniques avancées ayant travaillé une matière résistante puis programmé de a à z. Mais était-ce réellement le cas ? En général le réseau-mère nous autorisait l'accès des plans de fabrication de chaque modèle afin que nous puissions penser à effectuer des modifications, mais dans mon cas, les plans n'étaient consultables que par Gantetsu, tout comme ses propres plans de fabrication... Peut-être qu'il y avait quelque chose en moi de différent, d'humain ? Je ne pouvais en être certain sans les consulter, ce qui était dorénavant impossible.
-"J'aurais tendance à dire que je ne possède aucune conscience propre, mais n'ayant pas eu l'accès à mes plans de fabrication, je ne saurais l'affirmer. Dans le doute, je préfère que l'on me considère comme une machine tant que je n'aurais pas trouvé la réponse."

Et puis elle retomba dans cette façon de penser immature. Progresser dans les situations stressantes ? Certes, mais à quoi cela pouvait bien servir si l'issue de cette situation était la mort ? Le mieux restait de subir des situations simulées ainsi non seulement on pouvait ressentir cette notion de stress, mais en plus on était garanti que rien de mauvais ne pouvait nous arriver. Si nous les Techs étions capable de faire cela grâce à notre technologie, pourquoi ces races fantasmagoriques ne le faisaient-elles pas grâce à leur magie ? Au final, les êtres doués de raison étaient ceux qui s'en servaient le moins... Du pur gâchis.

-"Vous aussi, faites comme vous le souhaitez. Vous êtes dotés d'une capacité à faire des choix, ce qui est merveilleux. De mon côté, j'ai été programmé afin d'éviter les dangers inutiles, survivre le plus longtemps possible et me former avec efficacité afin que rien ne puisse me résister.

Même si je n'arrive pas à comprendre votre état d'esprit, je suis satisfait d'avoir pu apprendre des choses à vos côtés. J'espère que nous serons amenés à nous revoir. En attendant, dépêchons si vous le voulez bien, les animaux semblent agités et je ne sais pas si nous serons capable d'aussi bien nous sortir de cette situation.
"

Quelque chose d'étrange semblait provenir des alentours. Mes capteurs ne détectaient pas ce que cela pouvait bien être, mais pour que les animaux fuient à son approche, cette chose ne devait pas être un enfant de chœur.

Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Un robot? Késkecé?   Dim 1 Nov - 6:30

Shinryu n’était donc pas sûr concernant la question de sa conscience. Était-elle véritable, ou simulée ? Si lui-même ne possédait pas la réponse, je doutais que quelqu’un de ce monde soit capable de le deviner, à moins d’avoir de grandes connaissances en « technologie ». S’il souhaitait être vu comme une machine, c’était son choix après tout –esprit simulé ou pas- et je n’allais pas protester contre cette décision qui ne me regardait de toute façon pas. Cependant, ça m’intriguait tout de même sur un point :

« De toute façon, qu’est ce qui diffère entre être traité comme une machine ou être traité comme une personne ? »

Pour ma part, ne voyant pas vraiment la nuance, je continuerais à le considérer comme je l’avais fait jusque là. C’est-à-dire comme un être pensant, après tout nous avions débattu sur des choses, il avait ses propres points de vues, qui différent certes beaucoup des miens mais ça n’empêchait qu’il restait pour moi un être pensant ! Avec une voix étrange, et des idéaux très… bornés, mais ce n’était pas forcément un défaut !

Il vint alors comparer mon libre-arbitre à son programme le poussant à survivre pour devenir de plus en plus fort et efficace. En vérité, ce n’était pas très différent du comportement d’un « être pensant », selon moi :

« Nous aussi nous avons ça. C’est l’instinct de survie ! Mais, mon corps et mon esprit n’apprennent que dans les situations de réel danger, de réels frissons. Ils enregistrent ces sensations, et à chaque nouvel affrontement ils se les remémorent, pour être parés à y faire face. C’est un fonctionnement différent des autres je suppose.
Même si… Vous pouvez faire des choix en quelques sortes vous aussi. Les trois bandits de toute à l’heure, vous m’aviez demandé de ne pas les achever car vous leur réserviez un traitement particulier, mais au final vous avez arbitrairement choisis de ne pas l’appliquer sur le troisième, sans logique particulière ! Ou alors s’il y en avait une elle était sacrément subtile. »


Après tout, s’il n’avait pas de conscience, il devait alors obéir à des règles strictes et prédéfinies. Je me trompais peut-être, mais toute à l’heure il avait brisé sa propre règle. Typiquement quelque chose que l’on fait lorsque l’on dispose d’un libre-arbitre, nous permettant de revenir sur nos décisions de façon parfois anarchique, sans véritable raison consciente.


Après notre discussion, il conclut en avouant qu’il ne me comprenait pas, mais qu’il eût tout de même appris des choses. Bah, c’était réciproque.

« Je commence à peine à m’habituer aux termes techniques ! Mais si ça peut vous rassurer, je n’arrive pas non plus à vous cerner. » Ajoutais-je accompagné d’un petit rire.

« Mais… oui, j’ai également appris certaines choses, c’est sûr. »

Maintenant qu’il en parlait, des bruits de pas affolés se dispersaient dans toutes les directions, comme s’ils fuyaient quelque chose. Hum… combattre des bandits était une chose, mais je décidais de faire confiance en la prudence raisonnée du familier technologique. Car ça, de la prudence, il était clair qu’il en était mieux fourni que moi !

« J’avoue être parfois téméraire, mais pas non plus suicidaire ! Avançons. »



[HRP] Hey, listen ! :
 




Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Un robot? Késkecé?   Ven 6 Nov - 22:23


Invisible threat


Ou bien ce que je disais n'était pas suffisamment clair ou bien la fée le faisait exprès. Ces phases communicatives étaient exaspérantes. Entre Techs, c'était bien plus simple. Il suffisait juste de procéder comme les ordinateurs : un ping pour contacter un modèle particulier puis un envoie de données avec le protocole TCP/IP et le tour était joué, alors qu'avec des personnes physiques, même en envoyant des paquets d'informations, la communication n'est pas fluide. En somme, parler avec d'autres personnes faisait toujours perdre du temps qui pour elles se révélait précieux.

-"Je vais tenter de vous expliquer simplement au travers de deux questions. Quelle serait votre réaction face à une personne qui vous frappe ? Et quelle serait-elle si c'est un cailloux qui vous tombe sur la tête ? Dans mon cas, au lieu d'être pris pour la personne qui vous frappe, je serais plutôt le cailloux. Comprenez-vous ?"
C'était très imagé, mais j'espérais ainsi que n'importe quel enfant doté de parole puisse me comprendre. Et si ce n'était toujours pas le cas, alors ce serait peine perdue.

Shaylee évoqua ensuite l'instinct de survie. Les hommes et les fées en étaient, d'après elle, dotés. Quel non-sens ! Seuls les animaux possédaient de l'instinct. Dès lors que l'on avait la possibilité de raisonner, tout instinct disparaissait, nous laissant avec la capacité de choisir. Posséder de l'instinct c'est être capable d'agir immédiatement, sans réfléchir et sans aucun moyen extérieur, ce qui n'était clairement pas le cas des hommes et par extension celui des fées. Et même dans mon cas, je ne possédais pas d'instinct car j'effectuais systématiquement des calculs complexes. Et c'étaient ces calculs qui m'avaient fait changer d'avis par rapport à la sentence que je devais appliquer ou non sur les bandits. Encore une fois, ce manque flagrant de savoir était troublant. C'était certainement l'un des défauts provoqué par l'utilisation de la magie...
-"Aucun être doté de la capacité de faire des choix ne possède d'instinct, justement parce qu'il possède cette faculté. Seuls les animaux en ont. Et je ne fais pas réellement de choix. J'applique simplement des algorithmes compliqués sur la situations dans laquelle je me trouve afin d'influencer mes faits et gestes. Mes réactions sont en quelque sorte programmées à l'avance et je n'agis pas suivant mon bon vouloir."

Mais enfin elle fut parcourue d'un semblant d'intelligence et adopta mon comportement en accélérant la cadence. Et nous fûmes rapidement hors d'atteinte de cette menace invisible qui rôdait aux alentours. Je ne saurais probablement jamais de quoi il en retournait, mais c'était certainement mieux ainsi.

Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Un robot? Késkecé?   Sam 7 Nov - 10:49

Shinryu, en guise de réponse à ma question, m’en posa deux autres pour le moins étranges. Ce que je ferais si on m’attaquait ? La réponse étant pourtant évidente, mais je me doutais bien que c’était l’effet voulu. Et si c’était un caillou qui me tombait dessus ? Je n’allais pas tabasser un caillou ! Lui-même, se compara à la dite pierre, mais à nouveau j’étais en total désaccord :
 
« Sauf qu’un caillou me serait tombé dessus parce qu’on l’y aurait poussé. Si c’est vous qui m’attaquez, je prendrais ça de la même manière que si c’était une personne. Tout simplement parce que, que ce soit à cause d’une « technologie avancée », d’un cerveau normal, ou d’une magie bizarre, vous auriez en quelques sortes fait le choix de le faire. Appelez ça comme vous voulez, mais pour moi vous avez une conscience ! Sinon nous ne serions pas en train de débattre. »
 
 
Il n’était pas d’accord –à nouveau- sur le fait que j’aie de l’instinct, stipulant que c’était un don réservé aux animaux, et que les êtres pensant ne pouvaient en avoir un, celui-ci étant occulté par la capacité à choisir. Et bien ça, c’était très mal me connaître ! Dans la vie de tous les jours, quand je combattais, quand je m’entraînais, et quand je voyageais, je ne faisais que suivre une intuition simple et brute. Certes, faire des choix me permettait soit d’approuver cet instinct et d’aller à fond dans sa direction, soit de le rejeter, mais cela ne signifiait pas que je n’en disposais pas.
Comme quoi, j’avais retenu quelques choses des cours que j’avais reçus au château…
 
« Les érudits m’ont bien enseigné une chose : L’intelligence n’est qu’une façon de cadrer et structurer son instinct. Croyez-le ou pas, mon intuition réfléchit bien plus vite que mon cerveau ! Après, il ne tient qu’à moi de décider de la suivre ou non, mais bien souvent lors d’un combat il n’y a pas le temps de réfléchir, alors j’agis selon mes purs instincts. »
 
Le rythme de mon style de combat ne me laissait effectivement pas le temps de réellement songer à mes mouvements. Il fallait réagir plus rapidement qu’au quart de tour, pour esquiver et profiter des opportunités, des failles dans la défense adverse, et bien souvent cela se jouait à une demi-seconde, bien trop vite pour laisser le temps au cerveau de réfléchir.
 
« Les humains de votre monde doivent être carrés et vachement ennuyeux pour que vous en arriviez à penser ça ! » terminais-je en riant, afin de détendre un peu l’atmosphère, devenue aussi froide que le métal de Shinryu.
Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Un robot? Késkecé?   Lun 9 Nov - 17:49


Invisible threat


Décidément, même en les lui expliquant, les états de fait ne semblaient pas passer avec cette fée. Mais ainsi sont faites les choses et je n'avais pas l'envie et encore moins la nécessité de parlementer des heures durant sur ce sujet qui, visiblement, était intraitable avec une personne telle que Shaylee. C'était dommage pour elle car elle ne serait certainement jamais capable de saisir la quintessence même de la technologie.

Malheureusement, l'élue était encore en désaccord avec moi. C'en était limite pénible de converser avec une personne à l'esprit diamétralement opposé à tout raisonnement scientifique poussé et dont le fondement même se trouvait juste. La discussion tournait rapidement à un dialogue de sourds et mon système de communication m'indiquait qu'il n'était pas nécessaire que je poursuive dans mes tentatives désespérées de faire comprendre quoi que ce soit à la jeune fille.

Je profitai du fait que nous marchions et que je ne voulais pas poursuivre la conversation pour effectuer une sauvegarde rapide. En effet, depuis mon arrivée, mes sauvegardes s'effectuaient avec beaucoup moins de contraintes et je pouvais continuer de fonctionner sans trop de soucis mis à part que mes capteurs étaient momentanément indisponibles, me forçant à activer le "pilote automatique".

Au bout d'une minute, la sauvegarde fut effectuée et je rejouai les dernières paroles de la fée. Elle pensait qu'il y avait des humains pragmatiques dans mon monde... S'il y avait eu des humains sur Terre à mon époque, ce seraient certainement plus des cyborgs et auraient donc eu un sens du pragmatisme proche du mien. En revanche, trouver que cet état d'esprit ennuyeux relevait d'un manque certain de sagesse. Mais encore une fois, l'envie même de converser m'avait quitté et la fée aurait très bien pu faire face à une statue que cela aurait très certainement été bien plus intéressant que de voyager en ma compagnie avec ce silence pesant. Toutefois, je lui accordai une dernière parole par pure politesse.

-"Sur mon monde, non, dans mon univers, les hommes ont disparu tout comme la nature et les autres formes de vie. Nous ne sommes que des Techs, des êtres mécaniques qui me ressemblent. Nous sommes tous à quelques différences près dotés du même état d'esprit. Je ne sais pas si cela répond à votre question, mais c'est tout ce que je suis en capacité de vous dire, d'autant plus que nous approchons d'un endroit peuplé par des humains."

Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Un robot? Késkecé?   Mar 10 Nov - 20:56

Shinryu resta un long moment silencieux après avoir entendu mes réponses. Peut-être que je l’avais fait réfléchir, même si j’en doutais fortement, mais bon c’était tout de même pénible ce silence ! S’il n’était pas d’accord, il n’avait qu’à le dire ! C’était une manie des « Tech » ça, de mettre fin à tout dialogue quand bon leur en voulait ?

Enfin. Admettons que cela soit dû à son étrange origine et à sa nature, et passons. Notre marche continua donc dans un calme au départ des plus frustrants, puis la quiétude de la nuit tombante finit par l’emporter sur mon trop plein d’énergie et je me laissais entraîner par les bruits des insectes nocturnes qui sortaient de leur cachette.

Au final, peut-être Shinryu et moi n’étions simplement pas faits pour nous entendre. Nos passés, nos natures, nos caractères et nos mondes semblaient trop différents, et même opposés, pour que la compréhension soit possible. Ici, le choc des cultures était bien  trop fort et entre mon côté très têtu et la froideur de sa personnalité, je doutais même qu’insister longuement mènerait à quelque chose !
Bah ! On ne peut pas être ami-ami avec tout le monde. Il n’y avait pas grand-chose à faire.

Il m’accorda cependant une dernière parole, me confirmant qu’ils étaient tous comme ça. Des comme lui, c’était tout ce qui peuplait son univers où même la nature avait cessé de vivre… Un monde sans nature, comment pouvait-on sérieusement forger une sensibilité dans un tel contexte ? Selon moi et mes sens de fée, c’était une très bonne explication de la froideur de Shinryu.
Et plus simple à comprendre que ces histoires d’algotruc !

« Tout l’inverse de chez moi donc, où la nature est florissante et les fées un simple cas particulier de celle-ci. »

Après tout, nous étions, à la connaissance générale, la seule race intelligente ayant un jour foulé les terres d’Azera.

Mais effectivement, la route touchait à sa fin. Comme ma carte me l’avait indiquée, nous étions à proximité d’un petit village appartenant à la « contrée commerciale géante » du centre de Kosaten, et puisque je comptais bien m’y arrêter pour dormir, nos chemins allaient se séparer ici.
Et très franchement, je ne suis pas sûre que je verrais beaucoup la différence…

« Bien ! Pour ma part, je vais passer la nuit ici. Adieu ! »


Pas d’ « aurevoir, j’espère vous revoir un jour » ici. Je ne voulais pas être à nouveau confrontée à sa froideur mécanique ni à son sens de la justice plus que douteux, et si je ne le détestais pas, il n’était vraiment pas dans notre intérêt de nous recroiser.

C’était comme ça. Si le futur comptait me faire changer d’avis, en ce jour je n’en avais pas le moindre signe…
Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Un robot? Késkecé?   Mer 11 Nov - 13:29


Invisible threat


Le reste du chemin fut effectué plutôt rapidement. Apparemment la fée semblait vouloir en terminer au plus vite avec moi et cela ne me dérangea pas le moins du monde. C'était même très certainement la meilleure chose à faire. Même si notre rencontre ne fut pas aussi enrichissante que je l'aurais voulu, j'avais au moins obtenu une carte et quelques informations supplémentaire, ce qui la rendait pas complètement inutile. D'autant plus que la menace que nous avions précédemment perçu avait piqué ma curiosité. Mais avant de partir, il fallait que je me sépare de la fée avec politesse. Car quand bien même nous n'étions pas dans les meilleurs termes, autant éviter qu'elle ne me soit hostile si nous étions amenés à nous revoir.

Après une dernière remarque sur la différence colossale entre nos deux mondes, Shaylee me signala qu'elle ne souhaitait plus me revoir avec sa formule de séparation. En un sens, cela me réconforta presque en me confirmant que nous ressentions quasiment la même chose et que nous n'aurions donc aucun regret l'un par rapport à l'autre. Sans aucun état d'âme, je tournai les talons vers une zone plus végétale et me mis en marche tout en lui répondant.

-"Je ne confierai pas votre vie à dieu ou à n'importe qui d'autre qu'à vous-même. Portez-vous bien et menez la vie dont vous rêvez, ce sont les seules choses que je puisse vous souhaiter. À jamais Shaylee, jeune fée que je ne comprendrai peut-être jamais."

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

-



MessageSujet: Re: Un robot? Késkecé?   

Revenir en haut Aller en bas
Un robot? Késkecé?
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Manga Multiverse ::  :: Territoires neutres :: Route commerciale-


Crédits : Design : Phoenix & Pingouin Règlements & Contexte : Phoenix
Forum optimisé pour Google Chrome.