Partagez | .
Kurome is back !
Invité Invité

-



MessageSujet: Kurome is back !   Dim 8 Nov - 16:12



Kill the Puppets — I


Thème


C'était vraiment étrange. Complètement embrumée, tu avais la pénible impression de rêver, perdue dans tes souvenirs s'entremêlant. Tristes et douloureux. Tes camardes te manquaient terriblement, eux qui représentaient beaucoup pour toi et dont la plupart mourraient au combat. Et Wave aussi. Sans compter ta chère grande sœur pour laquelle tu avais toujours tout donné dans l'optique de pouvoir la trancher avec Yatsufusa. 

Pourtant, te retrouver dans ce monde avait été, d'un certain point de vue, un Salut pour ta personne. Sans considérer le compte à rebours mortel qu'égrenait la prise continue de la drogue de l'Empire. Mais voilà, la fin qui avait sonné lorsque tu fus extirpée de ton univers sans consentement n'était peut-être qu'un commencement en vérité. Tes paupières s'ouvrirent lentement sur le plafond vide, alors que tu tentais, tant bien que mal, de mouvoir tes membres aux muscles bien endoloris. T'extirpant langoureusement de cette étreinte qui aurait pu s'avérer mortelle. 

Ton premier réflexe fut de jeter un œil à ton ventre, à l'endroit même où se situait théoriquement ton sceau. Les formes du Phénix de Seika se dessinaient parfaitement sur ta peau, ses contours tout aussi nets qu'à ton arrivée. Tu le frôlas du bout des doigts, comme si l'espace d'un instant, tu avais pu oser songer à Kosaten comme un mauvais rêve, baignant dans le futile espoir de retrouver tes camarades -Ou du moins, ce qu'il en restait- à tes côtés. Mais il n'en fut rien.

Seika était ta nouvelle réalité.

Tes articulations craquèrent sous leur mouvement alors que tu t'étirais lentement. Ce n'était pas la première fois que tu t'éveillais d'un sommeil similaire, mais par contre, pratiquement jamais auparavant tes souvenirs des événements les plus récents n'avaient été aussi flous. C'était frustrant et assez décontenançant, à vrai dire. Ton regard se porta d'abord sur ton avant-bras gauche, où aurait dû se trouver une blessure causée lors de la chasse aux sectaires accompagnée de Big Band, mais avait laissé place à une fine entaille translucide. Puis, examina de droite, à gauche, un peu plus en profondeur la pièce dans laquelle tu te situais.

En soi, c'était une chambre particulièrement banale. Un lit sur lequel tu te trouvais, avec à ta droite une petite table sur laquelle reposait tes protections pour les avant-bras renforcées, car optimisées pour le combat. Et à côté, ton sac rempli de tes bonbons et ta drogue ou du moins ce qu'il en restait. Sur un autre pan de mur, une fenêtre entrouverte ainsi que des étagères parsemées de quelques livres et pour finir, à proximité, l'unique porte de la salle. Rien de particulier à signaler, en somme.

Ce fut par cette même ouverture qu'un homme t’interpella, tandis que tes pupilles ébène l'analysaient calmement.

— Enfin réveillée... Encore un peu et j'ai bien cru que vous alliez y passer.

Alors, il confirmait rien qu'avec cette unique phrase que tu revenais d'un long sommeil, comme supposé. Jetant un bref coup d’œil à ta gauche, sur le bas-côté, tu distinguas dans un léger soulagement Yatsufusa. Tu te penchas légèrement pour attraper ton sabre du bout des mains et après une brève révision de son état du regard, tu soufflas dessus, action qui délogea la poussière superficielle qui sommeillait dessus en un imperceptible nuage. Étrangement, ton interlocuteur te sembla particulièrement familier, mais sur le moment, tu ne sus dire pourquoi. Ton esprit était toujours sens dessus dessous après tout.

— Combien de temps ai-je dormi ?

Il sembla réfléchir l'espace d'un court instant, comme s'il craignait de, peut-être, brusquer un peu les choses, puis se résigna en fin de compte :

— Tout juste quelques mois.

C'était beaucoup trop, même pour un coma de ta part. Par ailleurs, ça relevait du miracle que tu sois encore en vie. Et ce miracle, c'était cette drogue. Un double tranchant. Son but premier demeurait d'améliorer considérablement tes capacités au combat et tes réflexes. Sans compter que te concernant, ton corps l'avait assimilé de sorte qu'il ne se laissât pas mourir facilement. T'éliminer devenait rigoureusement compliqué par des moyens autres qu'une décapitation, par exemple. Chelsea en avait fait l'expérience. 

En contrepartie, de plus en plus, celle-ci te consumait, réduisant considérablement ta longévité. Et à présent, tu te retrouvais sans aucune échappatoire, si ce n'était continuer d'utiliser ce genre de moyens et ainsi te battre jusqu'à la mort, comme tu semblais l'avoir toujours fait. Malheureusement, elle s'amenuisait à vue d’œil. Ce que tu redoutais le plus serait de te retrouver à l'écart ou dans l'incapacité de lutter. 

Alors, pour te permettre de continuer cette tâche, tu te devais radicalement de trouver une issue à cette impasse. Contrairement à auparavant, où l'unique route que tu te voyais de suivre était la prise continue de ce fardeau en attendant patiemment ta fin sur le champ de bataille, comme tes camarades. C'était terrible d'entendre le tic-tac meurtrier s'accélérer à mesure du temps passé, sans n'avoir encore rien accompli de tes objectifs. Il te fallait impérativement te frayer une échappatoire : dans le meilleur des cas, trouver un substitut.

— Vous vous souvenez ? Je suis Katsuro.

— Je crois bien.

En vérité, tu étais assez perdue, mais ça te revenait peu à peu. Aeternam. Aeternam et sa maudite secte. Une de tes premières grandes missions sur ce monde, lorsque les trois grandes capitales se sont retrouvées comme figées dans le temps et assaillies d'ennemis. Et lui, cet homme qui n'était à la base qu'un messager venu t'indiquer le danger -Par ailleurs, c'était la première fois qu'il te dévoilait réellement son identité-, qui avait combattu à tes côtés et qui t'avait jure loyauté jusqu'à sa mort. Oh, en cet instant précis, tu prenais rapidement conscience de la situation. Il ne fallait rigoureusement pas que tu restes une seconde de plus ici, faillant à tous tes devoirs. Et tu ne songeais même pas que pour toi, le monde s'était arrêté de tourner il y a de cela plusieurs mois, n'ayant qu'une ignorance profonde des récents événements.

— Je ne peux pas rester ici, je do-

Tu venais de subitement te relever, sans penser aux conséquences de tes actes d'insouciance. Ton mal de crâne reprit violemment alors que la tête te tournait toujours autant. Il avait été futile d'avoir cru l'espace d'une minute pouvoir ainsi avoir récupéré. Mais que pouvais-tu donc faire dans cet état ?
©MangaMultiverse

Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Kurome is back !   Sam 21 Nov - 14:42



Kill the Puppets — II


Thème

— Kurome, faites attention. Il faut vous ménager, surtout après un tel incident.

Ah, il en était hors de question. Ce serait un signe de faiblesse -Qui n'était cependant pas faux concernant ta situation actuelle-, chose que tu ne souhaitais absolument pas démontrer. Tes douleurs ne faisaient que s’accroître, alors tu te rassis finalement sur ton support.

— Non, je refuse de prouver que je ne peux plus être utile à ma faction. Qui sait ce qu'il adviendra de moi ? Et puis, je vais bien. Parfaitement bien...

Premièrement, reprendre des forces. Il te fallait radicalement partir le plus tôt possible de cet endroit. Demeurer dans ce lieu alors que tu avais dormi depuis déjà beaucoup trop longtemps n'aurais été synonyme que d’inefficacité et d'inutilité. Chose que tu te devrais impérativement d'éviter. Bon, tu subissais le contrecoup plus qu'escompté, mais ça devrait aller pour la suite. Allons, tu étais Kurome ! Il te restait encore pas mal de choses à accomplir, que tu n'abandonnais pas malgré Kosaten. En d'autres termes, tu ne pouvais pas mourir ici et pour ça, ni te permettre d'en être amenuisée.

Secondement, un détail excessivement important te préoccupa soudainement ; l'entretien de ton Teigu. Ah, c'était une arme impériale tout de même. Et vu le temps qu'elle venait de passer, elle aussi, endormie... Ce n'était pas rigoureusement conseillé. Comme toute arme, elle méritait beaucoup d'attention, encore plus au vu de ses capacités et de sa particularité.

Mais trêve de tergiversations, il te sortit de tes pensées en continuant son discours déguisé en réprimande.

— Cessez votre égoïsme et insouciance, je vous prie. Vous êtes une élue de Seika, en d'autres termes, l'espoir de Kosaten ; et plus particulièrement de cet Empire. Alors, vous devez impérativement prendre un minimum de repos. Ne faites pas de bêtises, Kurome.

Tu ne le quittas pas une seule seconde du regard, alors qu'il se permettait une telle remarque. Ah, ben voyons ! Comme si tu ne savais pas ce que tu faisais ! Et son comportement te paraissait sensiblement différent que lors de votre rencontre.

— Vous êtes beaucoup plus bavard que la dernière fois.

— Disons que les circonstances n'étaient pas des plus adéquates pour discuter.

Ton interlocuteur avait énoncé ces mots sur un ton assez sec.

— Je suis à même de comprendre la frustration d'être écarté du champ de bataille. Je l'ai été aussi, il m'a bien fallu récupérer des blessures de l'affrontement contre la Secte. Celui où j'ai été à vos côtés et où vous m'avez sauvé ma vie ainsi que celle de quelques-uns de mes camarades, vous vous souvenez ? C'est une dette que je ne peux rembourser.

Oui, tu t'en souvenais. Il le savait. Et donc ?

— Et puis, n'oubliez pas, que comptez vous faire ? Vous ne connaissez rien des événements qui se sont déroulés durant votre absence, sans compter que votre état n'arrangera rien.

Il ne pouvait pas comprendre, cependant. Seuls ceux qui venaient du même Empire que le tien pouvaient savoir, pouvaient connaître. Mais ses paroles demeuraient toutefois pertinentes. Et tu pouvais l'écouter, c'était un allié de Seika, un camarade d'armes qui avait croisé le fer à tes côtés.

— Cela dit, c'est aussi pour cette raison que je respecterais le moindre de vos choix, j'espère donc que vous ne vous y tromperez pas.

Certes, il y avait certains sujets sur lesquels il t'était impossible de changer d'avis. Mais tu restais tout de même un minimum raisonnable. Tu soupiras. Ah, tu te retrouvais sans tes amis des Jaegers, ni marionnettes. Les seuls que tu acceptais rarement de côtoyer désormais n'étaient que les membres affiliés à ta nation. Ton interlocuteur en faisait partie, donc. Comme quoi, ton travail représentait vraiment toute ta vie, autant auparavant que ça semblait l'être aujourd'hui aussi.

— C'est bon, j'ai compris. J'ai l'impression que je n'ai pas vraiment le choix, de toute façon.

Alors qu'il t'avait semblé sérieux et grave depuis le début, son visage finit par se radoucir. Et tu remarquas finalement l'énorme épée qu'il portait. Ce n'était pas le genre de lame qu'il possédait la dernière fois, mais tu te souvenais qu'après une attaque qui se serait voulue mortelle, ce fameux messager avait terminé par utiliser la lourde arme employée par son ennemi sectaire, abandonnée dans son épaule. Peut-être cela lui avait-il ouvert les yeux sur une meilleure façon d'optimiser son style de combat. Ce qui n'était pas plus mal. Ah, même là, tu ne pouvais t'empêcher de penser au champ de bataille ! C'en devenait presque triste, en vérité.

Enfin bon, pour ponctuer ton approbation, il émit un léger rire.

— Bien, je suppose que vous devez avoir beaucoup questions à poser. Alors que diriez-vous d'en discuter autour d'un bon repas ?

Tu avais des interrogations, oui. Énormément de zones d'ombre se faisaient sentir, à ton sens. Ce qui était normal, au vu de ta longue absence en Kosaten, après tout ! Mais tu ne doutais pas que cet homme-là ne manquerait sans doute pas de t'y répondre.

* * *

Finalement installés face à face et pouvant désormais débuter la conversation, tu attendais néanmoins que celui-ci brise le silence de votre table, avant de t'en occuper toi-même par le biais de cette basique phrase, ne souhaitant plus attendre une minute de plus :

— Alors, que s'est-il passé ces derniers temps, à Kosaten ?

Tu étais bien empressée d'apprendre les informations qui t'étaient impérativement nécessaires pour la suite. Le ton de ta voix, pas autant neutre que tu l'aurais espéré, le dévoilait malheureusement.

— Hé bien, vous m'avez l'air plutôt impatiente.

Tu ne répondis rien, mais attendais calmement pour le moment qu'il éclaire ta lanterne sur la situation actuelle, plantant ton regard de jais dans le sien.
©MangaMultiverse

Revenir en haut Aller en bas
Kurome is back !
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Kurome is back !
» R.M.S TITANIC IS BACK!
» Flash-Back with Hitsu [PV: Zelles Hitsugaya]
» Gloglo is back avec un diplome en poche !!!!
» Made in Flash Back

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Manga Multiverse ::  :: Empire de Seika :: Capitale de Chikai-


Crédits : Design : Phoenix & Pingouin Règlements & Contexte : Phoenix
Forum optimisé pour Google Chrome.