Partagez | .
Une bonne ou une mauvaise nouvelle ?
Invité Invité

-



MessageSujet: Une bonne ou une mauvaise nouvelle ?   Mar 10 Nov - 13:37





Déconcertant






Des montagnes, des montagnes, et encore des montagnes.
Il y en avait des petites et des grandes, des fines et des épaisses, mais il y en avait toujours et encore plus.
Au fur et à mesure que le temps passait, elles paraissaient moins nombreuses. Pourtant, une parmi les autres attirait un peu plus l'attention.
Pourquoi me demanderiez-vous ?
Et bien, si on regardait de plus près, on pouvait remarquer qu'il n'y avait aucune montagne après elle. Ce qui ne signifiait qu'une chose : derrière ce paysage montagneux, se cachait une autre partie de ce monde qu'elle n'avait encore pu entrevoir.

Le soleil de Minshu, avait enfin laissé ses doux rayons, parcourir la surface de son pays. D'étranges traces blanches composaient le ciel bleu azur. Elles ressemblaient à s'y méprendre, aux coups de pinceau d'un peintre fou. Un peintre qui se serait laissé aller à son imagination.
Les quelques rares voyageurs ou paysans des alentours, qui passaient par là, pouvaient fouler l'herbe encore humide, due à la rosée du matin.
Un calme olympien résonnait entre les quelques montagnes. Il n'y avait pas un souffle de vent, mais elle continuait sa marche, imperturbable.
Mise à part les quelques oiseaux qui criaient et pleuraient de douleur, quand les rayons du soleil pénétrèrent dans leurs orbites. Tout en sachant cela, elle prenait toujours goût à entendre leur chant d'agonie. Même si cela ne les tuait pas.

Et puis, elle finit par faire une halte. Elle était enfin arrivée au pied de la dernière montagne. Quelle euphorie ! Elle allait enfin savoir ce qui se cachait de l'autre côté.
Elle observa méticuleusement les lieux et en arriva à la conclusion suivante : la contourner pendrait beaucoup trop de temps et cela ne servirait à rien. L'unique façon d'y parvenir, était de l'escalader.


" - Je suppose que je n'ai pas le choix ... "


Une voix traînante, mais douce, sortit de la bouche de la jeune voyageuse. Elle avait murmuré cela à soi-même, comme pour se donner du courage.

Lentement, mais surement, elle escalada les parois de la dite montagne, et ce ne fut pas de tout repos. Elle s'écorcha légèrement, aux niveaux des mains, des genoux, et des coudes. Quelques éraflures, mais rien d'alarmant, rien qui demandait beaucoup d'attention.

Au bout de deux petites heures, elle vit enfin le sommet apparaître au-dessus de sa tête. Plus que quelques mètres, et elle y était. Accélérant le rythme, son souffle était maintenant saccadé.
Elle faillit tombé à plusieurs reprises, mais sa soif de curiosité était bien trop grande pour se dissiper à cause d'un simple dérapage.
Plaçant sa main sur la dernière pierre, elle fit propulser son corps en avant, afin de pouvoir arriver en haut et admirer le spectacle qui allait s'offrir à elle.
Et ce qu'elle vit, la rendit muette de stupeur.

Un paysage d'une beauté époustouflante venait de s'ouvrir à elle.
Un coup de vent vint soulever sa capuche, la faisant se rabattre sur ses épaules. Et une cascade d'une couleur étonnante en sortit. Sa chevelure rose flottait tout autour d'elle, en rythme avec sa cape noire.
Elle se trouvait là, debout, au sommet d'une montagne, à contempler avec adoration ce paysage si féerique, mais étrange.
Ses yeux rose pâle regardaient chaque détail afin de les retenir pour toujours. C'était peut-être la première fois qu'elle se sentait aussi bien dans ce monde, et qu'elle commençait à oublier les anciens.
Était-ce une bonne chose ?
Ça, je ne pourrait-vous le dire, pour l'instant ...

Devant elle se trouvait des étendues d'eau à perte de vue. Il y avait des lacs, des étangs, et des cours d'eau qui semblaient représenter une multitude de serpents bleutés. L'alliance entre les serpents de Minshu et la couleur bleue de Fuyu.
Puis, son regard fut attirer vers sa gauche. En plissant les yeux, elle pouvait apercevoir au loin, un semblant d'une cité. Mais elle ne s'attarda pas dessus très longtemps.
Car les rayons du soleil se reflétant sur l'eau qui ondulait au rythme de la brise et brillaient de mille feux, attirait son regard. Un parfait oxymore, n'est-ce pas ?

Plongeant son regard dans le lac le plus proche, elle eut la terrible envie de s'y jeter, tête la première. Mais il lui fallait avant tout, descendre la montagne.





Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Une bonne ou une mauvaise nouvelle ?   Dim 15 Nov - 2:09





Rencontre qui fait mal






Immobile, elle se tenait encore debout au sommet de la montagne.
Elle se délectait tellement du paysage, qu'elle ne pouvait plus s'en défaire. Pourtant, il lui fallait. Elle ne pouvait rester ici infiniment. Et puis, le lac qu'elle avait entre aperçus plus tôt, l'attirait grandement.
Et la descente infernale commença.
Heureusement pour elle, la pente n'était pas aussi raide que celle qu'elle avait escaladée. Ainsi, cela lui prendrait beaucoup moins de temps que la montée.
Elle se laissa donc glisser doucement vers le bas, tout en faisant attention à ne pas chuter. Il faut dire qu'à cette hauteur, et sur un tel « sol », un accident pouvait vite arriver. Et c'était bien la dernière chose qu'elle souhaitait.

Alors que sa cadence était lente mais sûre, cela commença à vite l'agacer. Bien trop impatiente, elle détestait quand le rythme n'était pas aussi rapide qu'elle le voulait. C'est pour cela, qu'elle décida de faire avancer les choses plus rapidement. Mais peut-être un peu trop dangereusement.
Qu'importe cela lui redonna sa bonne humeur.
Elle s'amusait à sauter de rocher en rocher, et à courir de plus en plus vite. Heureusement pour elle, l'herbe n'était plus humide depuis longtemps. Elle avait vite fait de sécher avec la chaleur ambiante qui augmentait.
Cela l'amusait tellement, qu'un sourire, puis un rire fou s'empara d'elle. Elle riait aux éclats, et des larmes de joie tombèrent de ses prunelles rosées. Elle avait les joues en feu, et sa respiration essoufflée, semblait étouffer son rire.
On aurait dit une gamine, jouant dans les montagnes à des jeux d'enfant. Cela aurait été mignon, si son regard et son rire ne semblaient pas aussi angoissants.
Le parfait profil d'une psychopathe qui s'amuse autrement qu'en tuant des personnes.

La pente montagneuse se termina, pour laisser place à une petite pente de verdure, sans aucun rocher, ni pierre. Hélas, cette pente-ci n'avait pas reçu de chaleur de la part du soleil, dû aux nombreuses cimes d'arbres qui formaient une ombre géante. Par conséquent, l'herbe était encore humide.
Et quand on court sur de l'herbe trempée, que se passe-t-il ?
Eh bien, on tombe, évidemment. Et c'est ce qu'il se passa pour la jeune femme.

Alors qu'un berger qui se baladait dans les montagnes avec sa petite fille, son chien et son troupeau de chèvres. Il venait de faire une halte, à quelques dizaines de mètres d'un lac. Son adorable saint-bernard s'occupe de regrouper le troupeau et ses chèvres broutent l'herbe tendre tranquillement.
Parce qu'il se fait vieux, le berger se posa sagement contre un rocher afin de reposer ses jambes et son dos. Comme cela, il pouvait toujours garder un œil sur sa petite fille hyperactive.
Et puis, il entendit la petite crier. Il se releva précipitamment, croyant qu'il lui était arrivé malheur. Il vit qu'elle pointait du doigt quelque chose de noire qui dégringolait le flanc de la montagne. Et qui venait de s'arrêter, et qui semblait être inerte sur le sol.
Serait-ce une de ses chèvres ?

" - Grand-père ! C'est une fille ! Elle est tombée ! Il faut aller l'aider !! "


Sa vue lui jouait-elle des tours ? Alors comment aurait-il pu savoir que cette masse sombre était en réalité une jeune fille ?
Voyant sa stupide petite enfant courir vers le corps inerte de cette soi-disant fille, il aboya un rapide ordre à son chien afin qu'il reste sur place pour garder le troupeau, et il se précipita derrière elle.
Il se demanda comment cette petite pouvait-elle bien être aussi inconsciente pour se jeter dans un piège pareil. Qu'elle était naïve !
Mais peut-être que cette jeune femme avait fait exprès de tomber afin de kidnapper une de ces chèvres, ou alors sa petite fille ?
Pendant quelques instants, il ralentit la cadence, se demandant si ça ne pouvait qu'être une bonne chose qu'elle disparaisse. Mais il craignait les possibles représailles de sa tante, si elle apprenait la nouvelle.
Arrivant près de sa petite fille, il regarda par-dessus son épaule pour regarder l'inconnue. C'était une très jolie jeune femme, habillée d'une longue cape noire. On pouvait seulement apercevoir sa tête, mais pas les traits de son visage, car ils étaient cachés par ses longs cheveux roses qui s'étaient dispersés.
Puis la petite brunette, accroupit près de la tête de la jeune femme, se retourna vers son grand-père, les larmes qui coulaient sur son visage enfantin.


" - Grand-père, est-ce qu'elle est vivante ? "

" - Écarte-toi, je vais m'en occuper. "


La petite finit par s'écarter, et le vieil homme se mit à genoux devant la tête de la jeune fille. Il la souleva délicatement, et écarta ses mèches qui recouvraient son visage. Il posa deux doigts au niveau de sa nuque et attendit quelque secondes.
Avant même qu'il n'est pu rassurer la petite, la jeune demoiselle ouvrit ses yeux.





Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Une bonne ou une mauvaise nouvelle ?   Dim 31 Jan - 19:18





Le vieil homme ...






Ouvrant des yeux troublés vers les deux inconnues qui étaient penchés au-dessus d'elle, elle les referma aussitôt quand elle sentit quelque chose de désagréable au niveau de sa hanche droite. Instinctivement, elle posa une main sur la douleur qui lui lançait, laissant apparaître au passage une moue désagréable sur son visage. Le coup qu'elle avait reçu lors de son combat avec Shin Tsuki lui avait déjà laisser un bel hématome, alors sa chute n'avait pas dû arranger le tout. Pourvue que rien ne se soit casser, comment allait-elle faire sinon ? Dans cette posture, elle ne pourrait pas se défendre, c'est sûr et certain.
Qu'elle idée de courir comme ça aussi. Il fallait vraiment être timbré pour faire une telle chose. Après tout, cela lui apprendra. La prochaine fois, elle y réfléchira par deux fois, avant d'agir avec autant d'inconscience.


" - Madame ? Madaaaaaaame, vous allez-bien ? "


Un cri strident. Puis un soupir.


" - Mais vas-tu te taire à la fin ? Tu ne vois pas qu'elle mal au point, et que tu la déranges encore plus en lui criant dans ses oreilles ?? Vas donc voir ailleurs si je suis. Regarde, même ta Blanchette n'en peut plus de t'entendre ! "


La voix mature d'un homme avait retenti dans les oreilles de la jeune femme. Plus elle recouvrait son esprit, plus ses sens lui revenaient. Et elle sentait qu'elle n'était pas posée complètement sur le sol. Son buste et sa tête étaient en contact avec le corps d'une autre personne. Sans doute celui de l'homme.
Que devait-elle faire ? Bouger ou ne pas bouger ? Essayer de s'enfuir ? Au risque de se blesser encore plus .. Hm, ce n'est pas une très bonne idée. Il valait mieux attendre encore un peu. Juste un tout petit peu ...


" - NOOOOOOOOON, Blancheeeeeeeeeeette ! "


La femme à la chevelure rosée sursauta, si bien qu'elle ouvrît de grands yeux paniqués et se débattit comme elle le pouvait afin de s'échapper et partir loin d'ici. Mais le vieil homme, avait beaucoup plus de force qu'elle et sût la retenir dans ses bras avec une facilitée déconcertante. Il l'avait plaqué contre son torse de sorte à ce qu'elle ne puisse plus s'échapper.
De loin, on aurait pu croire que c'était simplement un câlin entre un grand-père et sa petite fille. Mais cela n'était pas du tout le cas.
La demoiselle tremblait, et ne savait pas quoi faire. Elle avait tellement peur qui profite d'elle. Peut-être était-ce pour cela qu'il avait fait partir l'autre voix ... Elle n'osait plus bouger et cherchait du regard quelqu'un qui pourrait lui venir en aide. Mis à part des chèvres, il n'y avait personne. Personne pour la sauver. Ce qui était étrange qu'elle pensât ça, car d'ordinaire, c'était elle qui protégeait l'être qui lui était si cher à son cœur. Enfin, c'est du passé tout ça.
Elle sentit l'étreinte de l'homme se relâcher un tout petit peu, et sa voix résonna de nouveau:


" - Calme-toi, Petite. Tu ne risques rien, loin de moi de te faire du mal, au contraire. Tu ne risques rien, loin de moi de te faire du mal, au contraire. Mais qu'elle idée de dévaler le flanc d'une montagne aussi ... " Il laisse traîner sa phrase puis rajoute avec une voix plus grave et menaçante. " - Non mais franchement ! T'as quoi dans la tête, Gamine ?! J'en ai déjà assez d'une débile, ne m'en coller pas une deuxième, s'il vous plaît ! "


Elle ne répondit rien, bien trop choquée qu'on puisse lui parler ainsi. Jamais personne ne lui avait parler sur ce ton, depuis la mort prématurée de ses chers parents. Elle se sentait redevenir une enfant, ce qu'elle était encore d'ailleurs, n'ayant que dix-sept années et quelques mois, dans les bras de cet homme.
Il la prit dans ses bras, comme une princesse, et se releva lentement. Il commença à marcher vers son troupeau qu'il avait laissé à son saint-bernard, et une fois arrivé près du rocher, il la posa délicatement au sol. Elle, elle ne bougeait toujours pas et ne disait rien. Elle le regarda avec des yeux étonnés, cherchant à savoir ce qu'allait faire ce vieil homme à la barbe aussi blanche que ses cheveux.
Il se retourna et chercha des yeux quelque chose, ou quelqu'un. Puis après quelques instants, il détourna son regard et le reposa sur la jeune demoiselle. Il posa ses genoux près d'elle, et s'assit sur ses talons, le dos bien droit. Il scruta la jeune femme de haut en bas, comme s'il la déshabillait et cherchait à voir les blessures qu'elle s'était faites en chutant.
Il se pencha vers elle et posa sa grosse main sur sa frêle épaule, essayant de la rassurer du mieux qu'il le pouvait.


" - J'ai été initié aux arts de la médecine traditionnelle, donc laisse moi t'ausculter. Et sache que je ne te ferais aucun mal. Mais dis-moi avant, quel est ton nom ? "


Alors qu'elle ne le connaissait même pas, elle avait l'étrange sensation qu'elle pouvait lui faire confiance, et n'hésita donc pas à lui révéler qui elle était, même si sa voix tremblait légèrement:


" - Yu-Yuno .. Gasai .. "



Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Une bonne ou une mauvaise nouvelle ?   Lun 1 Fév - 22:43





... et la Gamine




" - Hm, enchanté Gasai. Mon nom est Tobias, mais tu peux m’appeler Docteur, Monsieur ou Maître. AHAHAHAHAHAHAH ! "


Se présentant à son tour, il ponctua son dernier mot d'un rire tonitruant. Ses épaules tressautaient à chaque gloussement, même s'il essayait, du mieux qu'il le pouvait, de se contenir. Il avait sûrement l'impression que sa blague était drôle, car il continuait de rire sous le regard déconcerté de la jeune femme.
Yuno Gasai ne savait pas vraiment comment réagir en fait. Devait-elle rire elle aussi ? Ou valait-il mieux ne rien faire, de peur de le blesser s'il pensait qu'elle se moquait de lui. Elle décida donc de ne rien faire et continua de le regarder avec deux grandes perles rosées.
Puis le dénommé Tobias, voyant que sa petite boutade ne produisait aucune réaction de la part de la demoiselle, il s'arrêta de rire et reprit son air sérieux et impassible. Il se racla la gorge et levant ses mains au-dessus du corps de Yuno, il lui demanda:


" - Je peux … ?"


Elle hocha la tête en signe d'approbation et il commença par déboutonner sa cape et la lui retira complètement, laissant voir une robe de cuir noir, accompagné de porte-jarretelles et de bottes de même couleur. Il garda le vêtement dans ses mains et le contempla pendant quelques instants. Les yeux hagards, il semblait être perdu dans un autre monde. À quoi pouvait-il donc bien penser ? La suite nous apporta un semblant de réponse.
Tandis qu'il lâcha l'habit sur le sol, Yuno en avait profiter pour se débarrasser de son sac un peu trop encombrant qu'elle portait toujours sous sa cape, en bandoulière.
Il souleva sa robe sans ménagement, afin d'ausculter sa hanche. Même s'il ne la regardait pas, elle avait remarqué que son expression était devenu dur et froide.
Tout en continuant de la palper, il lui posa quelques questions:


" - Ça te fais mal, si j'appuie ici ? "

" - Je .. Oui, un petit peu .. "

" - Je pense que ça ira, ce n'est qu'un hématome. Tu as ressenti une forte douleur sur le coup, mais ça va passer. Il te faut juste arrêter de courir comme une pauvre tarée et te reposer un peu. " Il marque une pause, puis reprit: " - Mais dis-moi .. tu es de Fuyu, n'est-ce pas ? Ne me mens pas, car je le sais. J'ai reconnu le tissu et la broderie des Fuyujins de Yuki. "


Elle n'avait donc rien de bien méchant. Ouf.
Il avait donc remarqué que la cape provenait bien de Fuyu, et de surcroît qu'elle était de la capitale. Il avait l’œil dit donc. Mais si Yuno lui répondait par l'affirmative, qu'allait-il se passer ?
Si elle était à Minshu, il devait donc forcément appartenir à ce peuple, donc cela faisait d'elle son ennemie. Or, elle n'était pas en posture pour se défendre, même s'il lui restait quelques atouts.
Elle se releva lentement, juste assez pour s’asseoir contre le rocher, et se décida enfin à répondre aux interrogations du vieil homme. Hélas, elle ne pût s'y résoudre, coupée par une enfant qui avait surgi de nulle part:


" - Évidemment qu'elle est de Fuyu ! C'est même une Élue ! Regarde, Papi, elle a le tatouage du Dragon bleu sur son néné, ihih. "


La petite qui venait de parler, avait son doigt tendu vers le haut de la poitrine gauche de Yuno, et tous les regards convergeaient vers cet endroit. La petite avait un grand sourire empreint d'une grande naïveté, la jeune femme semblait déstabilisée par la situation, et le vieil homme regardait la marque de Fuyu avec un grand intérêt .. À moins que cela ne soit son emplacement qu'il l’intriguait tant ? Dans tous les cas, la froideur de tout à l'heure avait laissé place à divers questionnements de la part de Tobias.
Gasai les regarda pendant un instant, puis soupira silencieusement avant de se décider à leur dire la vérité. De toute façon, ils avaient deviné par eux-mêmes, donc autant aller au bout des choses.


" - C'est exact, je suis bien une Élue de Fuyu. Et cette cape aussi vient de là-bas, car j'y étais il y a quelques jours, mais mes pas m'ont aujourd'hui menée jusque ici. Si vous avez le moindre problème avec mon appartenance à ce royaume que je n'ai pas choisi, sois dit en passant, et bien ce n'est pas mon problème. Et si vous voulez croiser les fers et bien soit ! Je n'ai pas peur de combattre un Vieux et une Gamine de votre trempe. "


Plus personne ne parlait.
Yuno avait un regard noir envers les deux protagonistes qui lui faisaient face. Elle voulait leur faire comprendre qu'elle n'était pas une petite Élue de pacotille qui se laisserait battre aussi facilement. Elle se battrait jusqu'à la mort s'il le fallait, mais elle ne laisserait personne lui marcher dessus aussi facilement.
Soudain, alors qu'elle s'y attendait le moins, le Vieux éclata de rire alors que la Petite semblait outrée par les propose de Gasai. Secouant les bras comme une jeune fille pas contente, elle s'exclama:


" - Eeeeeeeh ! Mais je ne suis pas une gamiiiine ! Tu es méchante, Madame ! " Elle fit mine de pleurer, mais s'installa aux côtés de Yuno avec un grand sourire. " - Mais tu es une très jolie, Madame. Je m'appelle Adélaïde, mais tu peux m'appeler Heidi si tu préfères. Et ça me dérange pas que tu sois de Fuyu, parce que Papi aussi, il vient de là-bas. Moi par contre, je suis de Seika ! !"



Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Une bonne ou une mauvaise nouvelle ?   Jeu 11 Fév - 14:32





Susceptible






Et voilà, la petite brune affublée d'une robe aussi rose que la chevelure de la jeune femme, était en train de lui raconter tout et n'importe quoi .. Maintenant qu'elle était partie sur sa lancée, on ne pouvait plus l'arrêter. Enfin, il y avait bien quelqu'un qui y parviendrait s'il s'arrêtait de rire un jour. Décidément, cet homme paraissait encore plus bipolaire que notre Yuno. Il passait de la moquerie à la joie, en passant par la froideur et la sévérité en un rien de temps. Ça en serait presque perturbant et troublant, si on ne connaissait pas déjà ce caractère. Car nous avions eu largement le temps de nous y faire, n'est-ce pas ?
Avant qu'Heidi ne révèle trop d'informations, Tobias préféra s'interposer. À moins que cela ne soit parce qu'il commençait à en avoir marre de l'entendre jacasser sans cesse ? Les deux peuvent être possibles.
Il prit donc sa grosse voix et fit sursauter la petite. Yuno était nullement impressionnée.


" - Heidi ! Tu vas arrêter de raconter ta vie ! Tu vois pas qu'elle en a rien faire, et moi aussi d'ailleurs ! C'est pas vrai ça ... Combien de fois je vais devoir te le répéter ? "

" - M-Mais ... T'es méchaaaaant, Papiii ! Booouhouuh !! "


Et la petite prit ses jambes à son cou en pleurant toutes les larmes de son corps. Alors qu'on l'entendait encore se plaindre aux près des chèvres qui n'en avaient que faire de cette dernière et qui continuaient de brouter l'herbe tranquillement, du côté de Tobias et de Yuno dominait le silence.
Pas celui qui était gênant et produisait certaines tensions et malaises dans l'air. Non. Celui-là, était un silence plutôt .. apaisant. Personne ne parlait, personne ne bougeait, mais tout deux observaient la même chose: ce qui les entourait.
La nature avait ce don d'apaiser n'importe quelle âme, même les plus tourmentées. C'est peut-être pour cela que Yuno se sentait un peu mieux. Comme si toutes les énergies négatives de son corps s'étaient subitement envolées. Bon, pas au point que sa bonne personnalité prenne le dessus, mais assez pour qu'un doux et sincère sourire apparaisse sur son visage.
Maintenant qu'elle savait qu'ils ne leur feraient aucun mal, elle se sentait un peu plus rassurée. Et puis, le vieil homme était de Fuyu, donc elle n'aurait pas de soucis à se faire, non ? Il n'aurait tout de même pas l'idée d'attaquer une personne venant du même royaume que lui ... Si ?
Elle réfléchissait un instant, et se rappela la froideur du visage de Tobias quand il avait découvert que sa cape venait de Yuki. Elle se demandait bien pourquoi il avait réagi comme ça. Détestait-il son propre royaume ?
Tournant sa tête vers lui, elle ne put donc s'empêcher de l'interroger:


" - Excusez-moi .. Mais pourquoi avez-vous mal réagi en découvrant que ma cape venait de Yuki ? La petite a pourtant bien précisé que vous étiez de Fuyu. À moins que vous soyez en conflit avec le Royaume ? "


L'homme semblait ne pas avoir entendu la jeune femme. Assis, lui aussi, sur l'herbe fraîche, il regardait du côté des lacs d'un air songeur. Ces derniers se situaient à environ deux kilomètres de leur position.
Soudain, alors que Yuno hésitait entre se relever et partir ou lui reposer sa question, le vieil homme reporta son regard sur elle. Ses petits yeux noirs semblaient être vidés de toute vie humaine. Mais à quoi pouvait-il bien penser ?
Il se racla la gorge et lui dit sur un ton qui ne laissait entendre aucune émotion:


" - C'est bien vrai, j'étais de Fuyu. Maintenant, on ne peut plus me considérer comme tel. J'ai comment dire .. Fuis, ma nation. Si je t'ai donné cette impression en voyant ta cape, j'en suis désolé. Cela fait bien longtemps que je n'avais pas croisé quelqu'un venant de ce froid royaume. Enfin ... Je n'ai pas dans mes habitudes de parler avec des gens, je vis en vieil ermite dans les montagnes de Minshu avec ma petite fille.
Alors te voir, Petite, m'a rendu assez sceptique. Mais je dois dire que j'ai été étonné de ton franc parlé. Ahahah, ça fait bien longtemps qu'on ne m'a pas parlé ainsi ! "
Il ponctua sa phrase avec un grand sourire et après un court moment, il reprit : " - Et donc, tu es une Élue de Fuyu ? C'est bien la première fois que j'en croise une. Je ne savais pas qu'il pouvait y avoir des petites filles toutes frêles. Le monde est étrange. "


Yuno écoutait attentivement ce que lui disait l'homme et hochait la tête en signe d'approbation. Elle aussi, détestait la compagnie des autres, alors elle comprenait tout à fait là où il voulait en venir. Mais quand il termina de parler, elle plissa les yeux, mécontente. Certes, il était plus grand, peut-être un peu plus fort qu'elle, et même s'il était vieux, elle ne pouvait laisser passer ça. C'était comme un affront. Elle ne supportait pas qu'on l'a dénigré ainsi. " Petite ? ", " Frêle ? ". Non mais d'où pouvait-il penser ça ?
Elle se releva précipitamment avec un regard noir, et le menaça avec son doigt, elle commença à s'énerver:


" - J'ai du mal comprendre ... Ou alors j'espère que vous n'avez pas oser dire que j'étais Petite et frêle, n'est-ce pas ? Parce que voyez-vous, je suis bien loin d'être comme vous pouvez le penser. Et puis qu'est-ce que je peux en avoir à faire de vos paroles, hein ? Je ne vous connaît même pas. Et j'en ai d'ailleurs pas envie. " Elle fit quelques pas en avant, fixant toujours cet homme qui la regardait avec un air surpris, mains un regard qui finit vite pas s'obscurcir. C'était bien la première fois qu'il avait parlé autant avec quelqu'un, et elle lui manquait ouvertement de respect. Ne pouvant l'arrêter sur sa lancée, elle rajouta: " - Ne me regarder pas comme ça. Vous pensez que vous me faite peur ? Ahah, la bonne blague. Comme si un vieux débris, incapable de se relever tout seul, pouvait m'inspirer ne serait-ce qu'une once de crainte. Je n'ai rien à faire ici. Bon vent ! "


Elle remit son sac à sa place, ainsi que sa cape noire. Elle avait remarqué qu'il avait serre ses poings de rage, mais elle s'en fichait, elle était bien trop énervée pour lui faire ses excuses. Et puis vous avez déjà entendu Yuno Gasai s'excuser ? Jamais. Et ce n'est pas aujourd'hui que ça allait commencer.
Partant d'un pas assuré dans l'objectif d'atteindre les Lacs, sa destination principale pour l'instant, elle entendit au loin la voix suraiguë d'une jeune fille. Même sans se retourner, elle savait à qui elle appartenait. Mais elle ne prit pas la peine de lui répondre, et continua son chemin.


" - Yuuuuunooooo, au revoooooooir ! "



Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Une bonne ou une mauvaise nouvelle ?   Mar 16 Fév - 20:42





Remise au point






Au bout de cinq minutes de marche, elle ne pouvait plus se contenir et poussa un petit cri. Elle n'était pas vraiment en colère contre le vieil homme. Non. Elle pestait surtout contre elle-même.
Étrangement, cet homme provoquait chez elle, un sentiment de confiance mêlée à de la curiosité. Elle aurait aimé rester, sachant qu'elle aurait pu en savoir plus sur ce monde et ses diverses nations, mais son côté solitaire et associable avait vite pris le dessus. Elle n'aimait pas se sentir dépendante des autres comme cela. Mais était-ce de sa faute si elle avait débarqué dans un monde aussi différent que les précédents ?
Elle souffla une nouvelle fois et reprit sa marche vers les Lacs, laissant dans un coin de sa tête cette rencontre qui pourrait peut-être un jour se renouveler.

S'éloignant enfin des montagnes, elle prit le premier sentier qui venait et le suivit docilement. Il y avait quelques arbres autour d'elle, qui lui paraissaient beaucoup plus chaleureux que ceux de la forêt gelée de Fuyu.
De coutume, je pourrais vous dire qu'elle entendait le gazouillement mélodieux des oiseaux et que cela lui mettait tellement du baume au cœur qu'elle en était ravie au plus au point. Mais ça serait faux. Totalement faux. Car, croyez le ou non, il n'y avait aucun son provenant d'un quelconque animal volant aux alentours. Mais elle n'en tint pas vraiment compte et continua sa route, l'air de rien.
Au bout d'une dizaine de minutes, à quelques pas d'elle, elle vit un groupe de paysans agglutiné à un carrefour. Ils avaient tous une mine sombre et inquiète. Yuno s'arrêta près d'eux et fit mine de regarder les panneaux qui indiquaient les possibles directions à prendre, afin d'écouter ce qu'ils pouvaient bien se dire. Leurs tons étaient graves et ils chuchotaient presque leurs paroles, comme s'ils avaient peur de ce qu'ils disaient:


" - ... mon dieu, c'est horrible ce qui leurs est arrivé ... "

" - ... peur ... quatre pauvres petits égorgés ... "

" - ... n'est qu'une rumeur ... pas sur que ce soit vrai ... tu sais comment sont les gens de la ville ... "

" - ... Jiyuu est proche ... faire attention à vos enfants ... "

" - ... m'a dit qu'ils étaient peut-être encore dans la région ..."


Mais parmi ces divers bouts de phrases, elle arriva quand même à discerner ce qu'il pouvait se tramer dans la région. Ou plutôt à " Jiyuu ". En même temps, il était facile de comprendre avec un minimum d'imagination. Il y avait dû avoir quatre meurtres, des enfants sans doute, et leurs meurtriers étaient encore en cavale. De quoi faire peur notre belle jeune femme, non ? Bien sûr que non, comment pourrait-elle avoir peur d'une personne qui pratique les mêmes activités qu'elle ?
Enfin bref, ce n'était pas son problème. C'est vrai ça, ce n'était pas son " pays " alors qu'est-ce qu'elle en à faire de ce qui s'y passe ? Tiens .. Étrange, on dirait bien que Gasai s'est habitué à nommer Fuyu, comme étant sa nation. Mais il ne faudrait pas qu'elle oublie son monde d'origine, et ce qu'elle est.

Passant son chemin, elle se dirigea en ligne droite vers les Lacs. Et arriva enfin à sa destination. Il s'en était passé du temps, qu'elle se rendit à peine compte que le soleil commençait à décliner faiblement.
Elle chercha un coin où elle était sûre qu'il n'y aurait personne, et s'affala sur le sol. Elle ôta son sac et le posa près de sa cape qu'elle avait défit quelques instants avant. Enlevant ses longues bottes noires, puis ses chaussettes, elle déposa ses pieds dans l'eau. Un frisson glacé vint parcourir son échine, quand sa peau entra en contact avec le liquide froid. Elle bougea lentement ses pieds et après l'engourdissement du froid, elle finit par s'y habituer et trouver l'eau tout à fait à son goût.
Soudain, elle se releva et enleva sa robe noire et la jeta près de ses affaires. Elle n'était maintenant habillée que de ses sous-vêtements et porte-jarretelles tout aussi sombres que le reste de ses vêtements. Ainsi vêtue, n'importe qu'elle homme, ou femme, du coin resterait ébahi devant elle. Hm, les hommes ne devait avoir comme habitude de voir, que des vieilles culottes blanches et non les bouts de tissus aussi sexy qu'elle avait sur elle.
Enfin bref, elle se jeta à l'eau.

Elle nagea un temps, puis elle prit le temps de frotter chaque recoin de sa peau avec le morceau de savon qu'elle avait échangé à Yuki. Après cela, elle se mit sur le dos et tout en fermant les yeux, elle se laissa porter par l'eau. Moins elle bougeait, plus elle avait la sensation d'être comme dans son lit. Chez elle. Dans son monde. Avec Yukiteru.
Elle souffla et ses paupières se rouvrirent, laissant ses prunelles contempler le ciel qui commençait à changer de couleur en prenant une teinte plutôt orangée. La brise était faible, et les quelques nuages présents stagnaient au-dessus d'elle. Brisant le calme et la sérénité du lieu, sa voix se fit entendre:


" - Kosaten ... Mais où est le Japon que je connais ? J'ai tellement l'impression d'être entré dans un univers médiéval d'un monde complètement différent. Depuis combien de temps, suis-je ici ? Deux semaines ? Hm, oui, je pense que ça doit être ça, ou ça s'y approche en tout cas. " Elle marqua une pause, puis reprit: " - En tout cas, je sais que je ne suis pas la seule à avoir atterri ici, c'est peut-être réconfortant ? Non, je me fiche de ces gens de toute façon. Enfin ... Il y a bien ce bel homme .. Dante. Et dire que je vais le revoir une nouvelle fois, certes en compagnie de l'autre fille, Roza, mais je le reverrais. Je me demande ce qu'il fait à l'instant. Peut-être s'occupe-t-il de calmer l'excité Chacha ? " Elle se mit à rire doucement en pensant aux bêtises qu'il aurait pu inventer. " - D'ailleurs cette fille .. C'est étrange, mais j'ai l'impression que l'on se ressemble, ou alors un peu. Enfin, je verrais bien lors de notre entraînement. J'ai vraiment hât... "


Sa voix se brisa quand elle entendit un son qui lui était bien familier et qui continuait de raisonner dans l'air:






Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Une bonne ou une mauvaise nouvelle ?   Mer 17 Fév - 22:15





Surprise !






Elle ne bougeait plus. Ses muscles étaient tendus au maximum, sa bouche ouverte tremblait et ses yeux convulsaient à moitié. Tous le bien-être qu'elle avait ressentis jusqu'à là s’évanouit d'un seul coup, et le froid s'abattit durement sur elle. Au bout d'un certain temps, elle réussit à se mouver et à atteindre la berge. Elle se hissa avec difficulté sur l'herbe et tomba à genoux près de son sac.
Le ciel perdait de ses couleurs claires pour laisser place à un bleu qui s'assombrissait de minutes en minutes. La nuit arrivait.
Encore trempée, elle passa seulement sa cape autour de ses épaules, afin de couvrir son corps pour ne pas attraper une quelconque maladie.
Elle tremblait, pas de froid non, mais plutôt de .. peur ? Oui, c'est ça, elle avait peur. Peur de ce qu'elle allait découvrir en ouvrant sac et en prenant dans ses mains l'objet qui ne l'avait jamais quitté auparavant. Pourquoi avait-il sonné ? Il ne devait pas. Depuis qu'il était mort, il n'avait plus jamais émis aucun son. Logique, puisqu'il ne marchait que parce qu'elle avait Yuki à ses côtés. Mais maintenant, ça allait changer.

Elle déglutit faiblement, et commença à ouvrir son sac.
En premier lieu, elle vit son uniforme scolaire, le prit et le déposa à ses pieds. Ensuite, ce fut autour des deux crânes, puis de ses armes: son katana et sa hache, de prendre place près de ses vêtements. Pendant qu'elle remuait son sac, des objets en acier se cognaient entre eux laissant entendre une magnifique mélodie familière qui lui rappelait de bons souvenirs.
Et puis là, au fond à droite, son portable émettait de la lumière. La diode clignotait, laissant penser qu'elle avait reçu un message. Mais quoi donc ?
Elle tendit des mains hésitantes vers l'objet et le prit en tremblant. Le ramenant vers elle, elle le regarda avec une mine effrayée. Au bout d'un certain temps, n'y tenant plus, elle l'ouvrit et un cri étouffer sortit de sa bouche.
Une page était ouverte:


(Tour de magie: Passer le curseur sur l'image)



M
I
R
A
I

N
I
K
K
I













Ai no nikki




12/01     19:26
Yukii est à Kosaten. Je suis troublée. Il est vivant et est de nouveau là pour moi.





Plus elle regardait l'écran de son portable, moins elle arrivait à apercevoir ce qu'il y avait d'écrit. Malgré que la phrase " Yukii est à Kosaten. " restera graver dans sa mémoire à tout jamais.
Ses yeux s'embuèrent vite de larmes, qui finirent par couler le long de ses joues. Son portable glissa entre ses doigts et tomba sur l'herbe. Elle eut un soubresaut quand il toucha le sol, et le repris dans ses mains à toute vitesse. Elle avait oublié que s'il s'était rallumé, elle allait devoir en prendre soin si elle ne veut pas mourir tout de suite. Même si elle aurait préféré le jeter à l'eau et faire comme si de rien n'était.


" - Pourquoi ? Comment ? Comment est-ce possible ? Ce n'est pas concevable. Il était .. mort ?
Non ... ? "


Mille et une question se bousculaient dans sa tête. Et elle avait raison. Comment était-ce possible que le jeune homme soit encore en vie ? Elle l'avait pourtant tué, elle en était même plus que sûre. Elle avait d'ailleurs un trophée qui le prouvait. Mais alors comment ?
Elle ne se rendit compte qu'au bout d'un moment, qu'elle grelottait. La nuit était maintenant là. Elle se dépêcha de revêtir son uniforme, et remis sa cape noire sur ses épaules. Elle rangea soigneusement sa robe dans son sac avec les objets qu'elle avait sortis plus tôt. Enfin, elle finit par s'allonger sur l'herbe, son sac en guise de coussin et sa cape comme couverture lui serviraient de lit pour la nuit. Une belle nuit à la belle étoile, que rêver de mieux ?

Mais ses pensées ne figuraient pour l'heure, pas dans le top de la positivité.
Certes, une part d'elle était complètement heureuse qu'il soit de retour. Elle voulait d'ailleurs à tout pris le retrouver. Partir là, maintenant, tout de suite. Mais comment le retrouver ? Elle-même ne savait pas vraiment où elle se trouvait. Elle n'a découvert qu'une infime partie de ce monde, alors que faire ? Et puis son Mirai Nikki ne lui avait fournit qu'une seule information. Preuve qui démontrait qu'elle n'avait toujours pas récupéré ses forces d’antan, d'ailleurs.

Et puis d'un autre côté ... Elle ne voulait pas de lui. Elle ne voulait pas retourner à ses côtés. Oh, ça non. Elle désirait plus que tout, sa liberté. Elle en avait marre de devoir toujours être collée à lui, suivre le moindre de ses faits et gestes. Car elle était comme ça. Une Yandere. Voilà comment on la définissait. Et elle savait très bien que si elle retournait près de lui, elle redeviendrait la si gentille et douce Yuno, et ça, elle ne le voulait pas non plus. Il n'aimait pas son côté psychopathe, ce côté qui tue n'importe qui, et ce, rien que pour le plaisir.
Étant donné que c'était actuellement cette partie qui dominait Yuno, voilà ce qu'avait décidé:
Fuir Yuki. Ne jamais le retrouver. Fuir Yukiteru. Ne jamais le rencontrer. Fuir Amano Yukiteru. L'oublier.

Elle rangea précieusement son portable dans le sac et regardant une dernière fois les étoiles, elle se fit la promesse que malgré toutes les difficultés qu'elle éprouverait à oublier Yuki, elle le ferait tout de même. Un dernier regard remplie de larme, et elle se laissa aller dans les bras de Morphée.





Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

-



MessageSujet: Re: Une bonne ou une mauvaise nouvelle ?   

Revenir en haut Aller en bas
Une bonne ou une mauvaise nouvelle ?
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Mauvaise nouvelle (pv Davros)
» Lettre et mauvaise nouvelle [PV]
» Bonne ou mauvaise journée ? [ Bailey ]
» De retour dans son pays natal, bonne ou mauvaise nouvelle?
» Ma mère m'a dit un jour qu'une mauvaise nouvelle, n'était qu'une bonne nouvelle déguisée. -C'était avant qu'elle t'abandonne ? -Oui, tout à fait. ✖ Sid

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Manga Multiverse ::  :: République de Minshu :: Grands lacs-


Crédits : Design : Phoenix & Pingouin Règlements & Contexte : Phoenix
Forum optimisé pour Google Chrome.