Partagez | .
La cuisine pour tous les gouts
Messages : 690
Yens : 580
Date d'inscription : 08/10/2014

Progression
Niveau: 129
Nombre de topic terminé: 47
Exp:
11/12  (11/12)
avatar
Mukuchi ↝ Looser ↝

-



MessageSujet: La cuisine pour tous les gouts   Sam 9 Jan - 11:27



Depuis un certain temps, des catastrophes naturelles ravageaient tout Kosaten. Il y avait malgré tout, un village qui était un peu épargné par les dégâts. Les maisons tenaient encore debout et la terre ni trop asséchée, ni trop inondée. Cependant, un autre phénomène s'était créé au sein de ce village. L'intervention d'une secte adorateur du dieu Dragon a fait coulé le sang à Rin. Leur motivation tournait autour d'un massacre pour calmer le dieu qui serait à l'origine de toutes ces catastrophes.

Asura s'était rapproché de ce village pour rencontrer les gens de ce culte justement. Il était sous sa forme humaine, l'air d'un samouraï sans épée et marchait de manière décontractée. A première vue, le village semblait calme de l'extérieur. Il n'était pas encore à l'intérieur et observait tranquillement. Il repéra des hommes qui rodaient tout de même. Peut être des gens de la secte qui surveillaient les visiteurs. En tout cas, l'élu de Fuyu fit comme s'il ne les avait pas vu. Puis si le danger était présent, il savait comment se défendre.

D'ailleurs, il ne se passa rien du tout. Il arriva à pénétrer dans ce village sans encombre. De plus, il y avait des gens qui circulaient dans les rues. Peu de gens mais il y avait de la vie tout de même. A ce moment là, le pseudo samouraï se demanda comment il allait s'y prendre pour faire sortir la noirceur de ce village. Un grabuge était beaucoup trop tape à l’œil. Asura devait employer d'autres moyens, de part l'apprentissage qu'il s'était donné lui même.

Il ne savait pas s'il y avait d'autres élus dans le coin. D'un certain point de vu, n'importe quel élu était un ennemi pour lui. Maintenant que le sceau ne faisait plus aucun effet sur lui, il avait ses propres affaires à régler et des plans plutôt ambitieux depuis qu'il a gagné une forme humaine. Par contre, il était devenu moins sanguinaire mais plus calculateur.

Au coin d'une rue, il repéra une auberge où on pouvait seulement manger si on le voulait. Il regarda par une fenêtre pour voir s'il y avait des gens mais apparent pas encore. Il était tôt quand même, pas l'heure d'avoir faim. Malgré ça, le voyageur rentra pour goûter à la nourriture du coin. Il n'avait pas faim mais avait une curiosité à combler. Ensuite il s'installa au comptoir et prononça le mot de politesse.

« Bonjour. »


Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: La cuisine pour tous les gouts   Lun 11 Jan - 19:31

Revenir au village de Rin... Quelle bonne idée pour commencer un voyage partout dans le monde que de simplement se diriger vers là où j'étais apparu. Certes, c'était aussi le seul endroit que je connaissais dans ce monde, et à cause de quelques égarements, les provisions avaient bien diminuées. D'autant que je n'étais pas seul...

Emily, une étrange gamine arrivée en ces terres froides par un naufrage avec un esprit de survie très faible, mais disposant de bien puissant pouvoir, était ma camarade de voyage. Certes, c'était uniquement pour retrouver son amie dans les terres de Minshu, mais... Je pouvais déjà en apprendre plus sur ce monde, mais aussi sur le futur du Japon, savoir si les travaux de Shishio n'avaient pas été vains. Toutefois je n'avais déjà aucune idée de où était les terres du Serpent, et revenir au seul endroit connu afin d'obtenir informations et ressources avaient été le seul choix disponible.

Mais... Le pire dans ce voyage, c'était bien les conditions climatiques. Désastreuses était un faible mot pour pouvoir les décrire : tempête, inondation, ouragan, et d'autres. Il n'a pas fallu trainer pour revenir jusqu'à ce village. Ce monde était bien dur avec nous.

Et pour y apprendre que la grande majorité des habitants de ce village avait été massacrée par une secte du dieu dragon. Le village avait triste mine, entre des habitants accablés par le destin marchant la tête basse et grand nombre de maison condamnés provisoirement par des planches de bois, tout en rajoutant une vague odeur de sang séché, toujours présente après ce massacre. Je ne comptais pas m'attarder plus que ça dans ce village, ayant l'impression d'être de trop dans le malheur de ces habitants.

"Ce village a connu des meilleurs jours... Je pense qu'on ne restera ici qu'une nuit maximum, en demandant quelques ressources. Allons à l'auberge, je sais où elle se trouve."


L'auberge... L'endroit où j'avais discuté avec Rhadamanthys. J'espérant intérieurement le revoir ici, mais je savais qu'il n'y serait pas, cela aurait été trop beau... En entrant dans ce bâtiment, je me rendit compte qu'il était vide, à l'exception d'un homme, assis au comptoir. Il ressemblait à un samouraï, sans arme. Au japon, j'aurai surement pensé à un ancien combattant devenu vagabond se pliant à l'interdiction du port d'arme, mais ici, sur Kosaten, cela paraissait peu probable. Venait-il lui aussi du Japon ? Peut être, peut être que non. Néanmoins, sa seul présence dans l'auberge instaurait une impression de vide, de manque, ce type de lieu, généralement agité, donnait peine à voir.

Je préféra m'assoir à une table, attendant que le gérant vienne me demander ce dont j'avais besoin à la place de le déranger, et continua d'observer l'individu.
Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: La cuisine pour tous les gouts   Mer 13 Jan - 14:16

Emily avait entendu parler de Fuyu comme un pays froid recouvert en quasi-permanence de neige.
Mais les catastrophes, ne l’ayant pas épargné, avaient complètement changé cet aspect : Tempêtes, ouragans, inondations, tornades… Si la terre du dragon avait été un enfer blanc par le passé, il s’agissait à présent d’un tout autre enfer. Moins calme, plus violent, d’autant plus dangereux que les fuyujin n’avaient rien prévu pour s’en préparer.

C’est dans ce contexte que les deux élus devaient progresser. Arrivée bien accidentellement sur les cotes du pays du froid à cause d’un naufrage, la jeune magicienne avait été secourue par Kamatari Honjo, surnommé « La Grande Faucheuse ». Afin de tuer la solitude et s’entraider durant ce voyage, ils avaient choisis de rester ensembles,  jusqu’à ce que l’élue de Minshu retourne à son pays affilié.
Cependant ni l’un ni l’autre ne savaient se repérer en Fuyu, et pour entreprendre un voyage de cette sorte des provisions étaient nécessaires. L’Umihebi qu’ils avaient vaincus avant de partir avait certes permis de tenir jusque là, mais le nombre de parts de viande était de plus en plus faible, et pour rationner, devenaient de plus en plus maigres.

Pour être sûrs de ne pas se perdre dans l’immensité du royaume, Kamatari avait mené le duo jusqu’à un village par lequel il était déjà passé : Rin. Ce lieu non plus n’était pas épargné par les conditions climatiques, mais si cela ne suffisait pas avait également été touché par la stupidité et le fanatisme des hommes. Un massacre perpétué par une secte, réduisant le village à l’ombre de ce qu’il fût, à un triste paysage désolé, que le vent et la pluie accompagnaient sinistrement bien.

Emily était accablée par autant de malheur autour d’elle. Si elle en avait eu le pouvoir, elle aurait fait tout son possible pour réparer ce qui avait été fait, guérir les blessures du corps et de l’esprit, s’acharner pour rendre le sourire aux habitants… Néanmoins, c’était impossible. On ne pouvait effacer la tragédie qui s’était déroulée ici. Et accepter cette fatalité était ce qui était le plus douloureux.

« C…c’est horrible… »


"Ce village a connu des meilleurs jours... Je pense qu'on ne restera ici qu'une nuit maximum, en demandant quelques ressources. Allons à l'auberge, je sais où elle se trouve."

La jeune fille hocha la tête. Si ça n’avait tenu qu’à elle, ils seraient partis tout de suite, et on verra bien pour les provisions et les informations. Ce lieu était insupportable.

Ils se dirigèrent donc vers l’auberge. Centre de vie et d’activité d’un rassemblement d’habitants, il n’était pas surprenant de voir que l’intérieur reflétait très bien l’extérieur : Triste et vide. Mais au moins, il ne pleuvait pas ici…
Ne se trouvait qu’un client en ce lieu. Grand, avec une armure de samouraï comme on en voyait dans les livres d’histoire, mais aucune des lames que l’on associe pourtant à ce genre de guerriers. La jeune collégienne tourna la tête vers le combattant, qui lui provenait du japon féodal, mais s’il semblait intrigué, tout comme elle, par l’accoutrement de l’inconnu, ça n’avait pas l’air d’être une de ses connaissances.
Celui-ci s’était installé au comptoir et attendait certainement le gérant. Kamatari, lui, désigna une table à laquelle ils pourraient s’installer –il n’y avait que l’embarras du choix…-, et la jeune fille le suivit sans un mot. Néanmoins…


« Atcha ! »

Ses vêtements légers, et sa constitution fragile, ne l’avaient pas protégée du coup de froid qu’elle avait attrapé à force de se déplacer sous la pluie.
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 690
Yens : 580
Date d'inscription : 08/10/2014

Progression
Niveau: 129
Nombre de topic terminé: 47
Exp:
11/12  (11/12)
avatar
Mukuchi ↝ Looser ↝

-



MessageSujet: Re: La cuisine pour tous les gouts   Mer 13 Jan - 18:35



Suite à la formule de politesse de Mukuchi, l'aubergiste sortit du fond de la salle pour se placer derrière le comptoir. Celui-ci avait une mine déconfite mais afficha un léger sourire tout de même, de quoi se montrer accueillant. Un client était un client, peu importait la situation. Et il remarqua qu'il y avait désormais trois personnes dans son auberge. Il n'était pas si heureux que ça car le danger était grand au village de Rin. Mais il devait se faire de l'argent pour survivre alors il se devait de les servir. Il se tourna d'abord vers le premier arrivé et prit la parole.

« Bonjour. Que puis je pour vous? »

Le samouraï avait jeté un regard vers le second client puis la troisième derrière lui. Il se dit qu'il y avait quand même des gens courageux pour sortir en ces temps de désespoir. La faim était plus forte que tout apparemment. Peut être avaient ils d'autres projets que de manger mais la curiosité n'était pas à un assez haut niveau pour aller leur demander directement.

« Je souhaiterais le plat du jour. Je meurs de faim. »

Mukuchi mentait mais il avait accompagné ses paroles avec une petite enthousiasme pour prouver sa bonne foi. Il voulait simplement goûter à la nourriture locale. Ou plutôt, à la nourriture que faisaient les humains. En tant qu'Asura, le démon de Fuyu, il ne mangeait que la chair fraîche. Mais depuis qu'il a gagné cette forme humaine, il avait envie de manger autre chose, découvrir de nouvelles saveurs.
Par contre, avant que l'aubergiste ne s'en aille, il profita pour lui poser quelques questions.

« J'ai cru comprendre qu'il y avait des soucis dans le coin. Des gens dangereux qui en veulent à la population. Pourquoi font ils cela? Je suis un voyageur, je dirais même un mercenaire. Je peux vous aider, moyennant finance bien sur. »

Le monsieur, hésitant un instant avant de lui répondre. Il ne savait pas s'il devait se confier si facilement à un inconnu. Surtout qu'il ne voulait pas devenir une cible prioritaire de la secte en caftant des informations. Mais la situation délicate et insupportable, fit que tout aide était la bienvenue, voire un miracle pour les villageois. Alors il prit son courage à deux mains, sans élever trop la voix pour rester discret.

« Une secte qui voue un culte au Dieu dragon a élu domicile dans le coin. Elle essaie de convertir le plus de monde possible dans leur machination et leurs rituels étranges. Ceux qui n'obéissent pas, se font exécuter. Mercenaire vous dites? Je n'ai pas beaucoup d'argent. Ce village est pauvre, surtout depuis les catastrophes. Mais je vous en supplie, aidez nous... »

Mukuchi fit mine de réfléchir puis lui répondit simplement :

« Apportez moi votre plat, ma réponse sera en fonction du goût. »

En disant cela, le samouraï se tourna vers les deux autres invités avec un léger sourire. Il les observa calmement. Il avait entendu l’éternuement de la demoiselle. Elle semblait si fragile. Que faisait elle dans un endroit si dangereux? Quoi que, maintenant, tout endroit était dangereux...

« Bonjour. J'espère que vous ne faites pas partie de la secte ayant fait ce carnage dehors. Je voudrais manger mon repas tranquillement... »

Son visage montra un regard glacial afin de les intimider. C'était simplement pour appuyer sa phrase et leur montrer qu'il avait le potentiel pour les faire déguerpir. Mais il reprit un visage calme par la suite, leur donnant la possibilité de se défendre et peut être aller leur parler en toute amitié.

[Je vous laisse faire bouger l'aubergiste comme vous voulez]


Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: La cuisine pour tous les gouts   Mer 13 Jan - 20:39

L'homme avait entamé une discussion avec l'aubergiste. Comme nous, c'était un voyageur, prévoyant de manger et de se reposer un peu ici. Rien de mal en somme.

Puis, Emily vint à éternuer, de manière douce, un peu délicate, surement non sans gène. La maladie l'avait peut être atteinte, sa constitution étant loin d'être adéquate à un temps aussi rude que celui de cet endroit, bien que les tempêtes furent encore plus froide que ce village. Ou peut être que quelqu'un disait du mal d'elle, c'est une des croyances du Japon, infirmée par de nombreux scientifiques d'autres pays comme les Etats-Unis ou d'autres.

Je ne put néanmoins m'empêcher de sourire en m'étirant légèrement le dos, prenant mes aises dans cet auberge, mais ce fut le moment où l'individu s'approcha de nous, et nous adressa la parole d'un air froid, sans émotion. Je fronça un instant le mien en sa direction, pour lui montrer une petite opposition à sa suspicion, avant de prendre un air plus détaché, montrant que ce qui se passait en ces lieux ne me concernait que de loin, que de la manière d'un voyageur.

''Vous ne prenez pas de gants avec vos soupçons. Non, ce n'est pas notre cas. Nous sommes deux élus cherchant de quoi se ravitailler afin de poursuivre notre voyage en ces terres. Et au cas où mes paroles ne vous suffisent pas, peut être que l'aubergiste se souviendra de m'avoir déjà vu en compagnie de quelqu'un dont ne peut plus recommandable.''


Il détendit un peu son visage pendant que je parlais. J'avais réagis de manière direct, peut être un peu trop, mais c'était nécessaire à la vue de la situation.

''Et vous, qu'est-ce qui vous amène en ces lieux ? Etes vous un vagabond ou une sorte de mercenaire itinérant ?"


En même temps, j'appela d'un geste l'aubergiste, afin d'attirer l'attention sur nous pour prendre commande. Après tout, une auberge existe pour que d'autres puissent se reposer et de repaitre de nourriture.

Il s'approcha d'un pas rapide, un léger sourire de forçat sur son visage, en connaissance des agissements de la secte, mais, je préféra regarder Emily et lui dire de manière polie :

''Après toi !''

Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: La cuisine pour tous les gouts   Sam 16 Jan - 14:10

« D-désolée… » s’excusa-t-elle après son éternuement. C’était dans ces moments là qu’elle regrettait de ne jamais avoir appris un sort pour guérir les maladies.

S’asseyant après Kamatari, dans le vide et le calme de la salle il n’était pas difficile d’entendre la conversation de l’inconnu et de l’aubergiste, que seul le son de la pluie contre les parois usées venait perturber. Emily pu néanmoins comprendre qu’ils parlaient des tragédies ayant touché le village, que le voyageur se présentait comme un mercenaire prêt à vendre son aide.

Peut-être qu’en étant plusieurs…

Après tout, la jeune fille avait le désir d’apporter son soutien aux villageois, tout en étant consciente que des dessins et des sorts curatifs ne suffiraient pas à régler le problème. Chasser la secte de ce lieu, les convaincre d’arrêter ce qu’ils font… non, bien sûr, elle ne voulait pas aller jusqu’au meurtre, mais il était évident qu’ils se laisseraient pas faire. Et si cet homme se présentait comme mercenaire, c’était sans doute qu’il avait plus d’expérience ?...

« Bonjour. J'espère que vous ne faites pas partie de la secte ayant fait ce carnage dehors. Je voudrais manger mon repas tranquillement... »

La jeune fille eût un léger sursaut. Pendant qu’elle réfléchissait l’homme s’était tourné vers eux et les fixa d’un air qui glaça le sang de la demoiselle… avant de se montrer plus apaisé. La jeune fille se calma à son tour : Il n’avait voulu que les intimider. Quand on voyageait seul dans un monde pareil, ça devait parfois être nécessaire de faire fuir les fauteurs de trouble…
Laissant son compagnon de route répondre, elle ne fit qu’hocher la tête pour appuyer ses dires.

Puis quand l’aubergiste vint prendre leur commande,  elle demanda quelque chose de léger, une simple salade avec un petit morceau de viande locale. Manger du poisson à chaque repas, même s’il était délicieux, devenait lassant à la longue. Il prit ensuite la commande de Kamatari avant de disparaître derrière la porte de la cuisine.

Emily observa l’inconnu. Il était si grand ! Et quelque peu… sombre ? Néanmoins, ce n’était pas un problème !  S’il pouvait aider les habitants…
Rassemblant son courage, elle entama la conversation :

« J…j’ai entendu votre conversation… S-si vous aidez les gens d’ici, p-peut-être que l’on pourrait... »

Mais en plein milieu de sa phrase, des flashs lui revinrent. Le naufrage, les morts,  l’Umihebi… puis ensuite, des souvenirs plus profonds : Le royaume des morts, … Zayro. Même des évènements qu’elle avait su surpasser revenaient la hanter maintenant que son esprit était devenu plus fragile.
La tête baissée, quelques larmes coulèrent sur ses joues tandis qu’elle se mit « en boule », repliant ses jambes sur la chaise, enfouissant sa tête dans ses bras croisés sur ses genoux :

« J-je…désolée… » finit-elle par dire, avant de se murer dans le silence.
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 690
Yens : 580
Date d'inscription : 08/10/2014

Progression
Niveau: 129
Nombre de topic terminé: 47
Exp:
11/12  (11/12)
avatar
Mukuchi ↝ Looser ↝

-



MessageSujet: Re: La cuisine pour tous les gouts   Sam 16 Jan - 16:34



Mukuchi s'était avancé vers le duo derrière lui. Il avait porté directement des soupçons sur eux pour aller à l'essentiel et retirer l'épine du pied rapidement. Et apparemment, d'après leurs réponses, ils ne faisaient pas partie de cette secte. Devait il leur faire confiance? Depuis qu'il a sa forme humaine, l'ancien Asura, a obtenu l'intelligence humaine mais restait parfois naïf. D'ailleurs, il décida simplement de croire à ces mots.

Un petit sourire pour montrer sa confirmation puis il se tourna bien droit vers eux. On venait de lui poser une question. S'il voulait communiquer et s'intégrer plus facilement, il devait jouer le jeu. Et pour vraiment forcer sa présence aux autres, il s'installa à leur table. Prenant une chaise et se mit à son aise. Il se comportait comme si c'était des connaissances alors que ce n'était pas du tout le cas.

« Je me nomme Mukuchi. Et comme je l'ai dis, je suis un mercenaire. Tant qu'il y a de l'argent à la clef, je peux faire n'importe quoi. Mais pour tout vous dire, j'ai une préférence pour les missions dangereuses. Ça donne un petit peu de piquant à la vie, vous ne trouvez pas? »

On commençait déjà à sentir les bonnes odeurs des ingrédients à la cuisine. L'endroit n'était pas très grand alors on avait l'impression de se trouver à côté du cuisinier. Mais en attendant, il fallait patienter, prendre son mal en patience. D'ailleurs, la curiosité du samouraï vis à vis de la cuisine humaine, se transforma en faim alors qu'à la base ce n'était presque rien du tout. Il se demanda bien à quoi le plat qu'il avait commandé pouvait ressembler. Quelques images, non recommandable à quelqu'un, défila dans sa tête.

« Des élus vous dites? J'en ai de la chance d'en croiser deux alors. Vous pouvez effectivement m'aider dans cette mission. Mais je dois d'abord goûter à la cuisine de cette auberge. A vrai dire, je ne suis pas un très bon cuisinier. Même très nul en la matière. J'ai besoin que quelqu'un m'apprenne. Je compte demander ses services si jamais j'adhère à sa cuisine. Il n'a pas beaucoup d'argent, cela me servira de compassassions. »

En discutant ainsi pendant plusieurs minutes, l'aubergiste revint enfin les voir avec leurs commandes. Il déposa une assiette avec de la purée, des haricots verts et un morceau de poulet grillé pour Mukuchi. En vérité, ce n'était pas le plat du jour mais il avait sortit le poulet qu'il gardait en réserve pour offrir le meilleur plat possible à son invité. Puis il déposa leur commande aux deux autres.

« J'espère que cela vous satisfera. J'y ai mit tout mon cœur. »

Le mercenaire fixa longuement son plat et respira cette odeur particulière. Il en oublia les deux autres clients l'espace d'une minute, comme captivé par cette nouvelle découverte. Il se posa d'autres questions, notamment s'il allait apprécier la cuisine humaine. Il en avait déjà goûté mais il fallait du temps pour s'habituer. Alors qu'il a toujours mangé de la viande crue et de toute espèce, c'était bien différent de ses habitudes. D'ailleurs, il se rendit compte qu'il fallait utiliser les couverts pour manger. Il posa alors une main sur la cuillère et l'attrapa délicatement. Il reprit ses esprits en attendant soudainement la voix d'une des personne à table.

Il remarqua que la fille était en boule mais n'y prêta pas encore attention. Il préféra se concentrer sur la nourriture et y viendra plus tard. Son estomac était beaucoup plus important...



Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: La cuisine pour tous les gouts   Mer 20 Jan - 22:56

L'étranger s'installa à notre table. Cela me surpris un peu, d'habitude, chacun préfère rester dans son coin, à boire et manger en oubliant presque les autres, excepté lors de querelles de tavernes. Mais non, n'étant pas de ce village, il ne semblait pas partager cette peine, pouvant aller peut être jusqu'à trouver des gains dans ce calvaire. Ce n'était pas forcément une mauvaise chose après tout, chacun avait ses affaires, et tous pouvaient y trouver bénéfice, que ce soit argent ou service.

Puis, l'étranger se présenta. Un mercenaire donc, rien de bien extraordinaire, somme doute assez banale. Il y en avait qui parcourait le Japon, tel des vagabonds. Nombre d'entre eux étaient d'ancien samouraï devenu garde du corps un temps, puis lassé par l'immobilité et l'ennui, ils reprirent chausses et partirent, sans autres mots. Mais, j'avais un point à éclaircir avant...

''Un mercenaire ? Vous profitez donc souvent du malheur des autres sans partager leurs peines moyennant redevance ? Ce n'est pas plus mal, d'autant qu'il est vrai que le danger amène l'excitation... Toutefois, sans autre but que de survivre en un monde, on fini dans un fossé, vaincu par plus puissant.''

Je dis cela avec un léger sourire. J'avais mes objectifs, et j'avais tout autant connu la solitude, mais je ne souhaitait pas m'éterniser dessus, comme une sorte remarque placée uniquement pour regarder l'autre réagir en somme.

''Vous aidez dans cette mission ? Et bien... Il est vrai que nous comptions nous ravitailler ici, et donc pouvoir renflouer un peu nos bourses par la même occasion n'est pas un plus grand mal. Les gens d'ici n'ont déjà plus grand chose, il est donc préférable d'avoir au moins une raison pour pouvoir prendre une partie de leur biens.''

Puis l'aubergiste nous servit, une portion méritée de marrons chaud, avec un peu de soupe de légumes. Assez classique, mais toujours appréciable, même si le goût de la viande du grand serpent que nous avions vaincu avec Emily surpassait de loin une cette nourriture.

''Pour un mercenaire, vous semblez être plutôt apprécié par ici, il faut croire que les villageois n'ont pas d'autre recours que vous. Pourquoi pas nous associer donc ? Et puis Emily, c'est ce que voulais dire, non ?''

Sauf que la pauvre petite s'était recroquevillée sur elle même, comme souvent, murée dans le silence, peut être un peu secoué par cet endroit et tout ce qui avait put arriver. Trop... Sensible ? Cela semblait être le terme, bouleversée par des choses qui, certes sont parfois dure, ne devraient pas durer plus de quelques heures dans un esprit, même ordinaire.
Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: La cuisine pour tous les gouts   Jeu 21 Jan - 0:19

La jeune fille entendit l’inconnu s’asseoir à leur table, et commença à répondre à leurs questions.  Le grand homme était donc un mercenaire du nom de Mukuchi, comme il n’était pas si surprenant d’en voir dans ce genre de mondes. En temps normal, la jeune fille aurait certainement été curieuse d’en apprendre plus sur cette voie, de ce que cela faisait de vivre de cette manière, mais son moral était bien trop bas pour qu’elle ne parvienne à s’émerveiller de quoi que ce soit.

Emily demeura recroquevillée durant l’échange de deux hommes, écoutant leur conversation sans briser son mutisme. Elle ne releva que vaguement la tête quand l’aubergiste vint apporter son repas, qu’elle ne désirait plus vraiment en vérité, et baissa ses yeux de jade vers son assiette.  Ses instincts lui hurlaient de se nourrir, mais il n’y avait rien à faire : quand son cœur avait dicté un état, il lui était impossible de faire preuve de bon sens.

Néanmoins la collégienne se rendit compte que Kamatari lui avait posé une question,  et qu’il aurait été impoli de l’ignorer, même si ça impliquait de devoir se forcer à répondre :

« O-on devrait…oui… »

C’était ce qu’il fallait, et ce qu’elle voulait faire. Néanmoins, cela signifiait aller de nouveau au contact … de la souffrance, de la noirceur, de toute la face sombre et la cruauté de ce monde qu’elle supportait de moins en moins. Laisser des innocents dans un tel mal n’était pas tolérable, mais quelques pensées égoïstes se faisaient entendre : L’idée qu’il aurait mieux valu qu’elle n’ait appris leur sort.

Baissant sa tête à nouveau, la collégienne joua avec le couvert entre ses doigts. Mais avant de replonger encore dans le silence, elle fit un effort pour se présenter, au mercenaire qui en avait fait de même :

« Je m-m’appelle Emily Grimbald… »
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 690
Yens : 580
Date d'inscription : 08/10/2014

Progression
Niveau: 129
Nombre de topic terminé: 47
Exp:
11/12  (11/12)
avatar
Mukuchi ↝ Looser ↝

-



MessageSujet: Re: La cuisine pour tous les gouts   Ven 22 Jan - 13:31



L'élu masculin venait de lui lancer une pique sur le modèle de vie que pourrait avoir un mercenaire. Mukuchi se voyait lui même au dessus de tout le monde mais cherchait continuellement de très bons combattants. Sa phrase venait de lui remémorer certaines choses qu'il avait oublié. Cette excitation avait presque disparu dernièrement, ses objectifs ayant quelque peu changé. Mais ce petit rafraîchissement lui donna un léger sourire au visage. Puis il écouta tranquillement les paroles des élus tout en prenant enfin sa première bouchée de son plat.

L'espace d'une seconde, le temps que les saveurs montaient à son cerveau, il fut coupé du monde. Il avait bien comprit que ces élus acceptaient de l'aider dans sa mission de mercenaire mais il avait une chose plus importante à faire. Les yeux plein d'étoiles, le regard rêveur, il venait de se rendre compte qu'il devait à tout prix goûter à d'autres plats humains. Et de plus en plus vite, on le voyait manger son poulet et son accompagnement. Il en oublia presque qu'il était à table avec d'autres personnes. Et là, sans prévenir personne, il tourna légèrement son buste pour parler en direction de l'aubergiste.

« En échange de l'élimination de cette secte, je veux que vous me preniez comme apprenti cuisinier ! »

Revenu à la réalité, il reporta son attention sur les deux autres invités. D'abord un regard le jeune homme. Il semblait calme et veillait peut être sur la demoiselle. Tandis qu'elle, était en train de désespérer? Elle semblait fragile, voire perdue. Mais au moins elle venait de se présenter. A ce moment là, elle piqua un peu sa curiosité. Le samouraï mâcha tranquillement ce qu'il avait dans la bouche puis lui posa une question.

« Les temps sont durs. Tu sembles fatiguée. Justement c'est une auberge. Vous devriez prendre des chambres. D'après ce que j'ai entendu, les élus protègent leur pays. Mais elle n'est pas en état de le faire pour le moment. »

L'aubergiste se rapprocha de la table, ayant entendu les paroles de Mukuchi. Il semblait surprit et pensait même avoir mal entendu. Alors il demanda confirmation auprès de ses clients.

« Apprenti? Vous demandez seulement ça? »

Le mercenaire confirma par un hochement de tête et un petit sourire. Il avait bien entendu. D'ailleurs, il se leva de table, son assiette étant terminé. Puis il se dirigea droit vers la cuisine. Il ne fallait pas perdre une seconde. L'apprentissage était important pour lui. Il ne s'excusa pas d'abandonner ses deux autres compagnons. Puis s'ils le voulaient, ils pouvaient toujours venir le voir, il n'était pas très loin.

L'aubergiste allait le suivre quand on entendit du bruit venant de la porte d'entrée. Celle-ci s'ouvrit, laissant entendre la pluie tomber. Et un homme portant un casque de dragon pénétra dans l'auberge. A l'extérieur se trouvait de nombreuses personnes avec des masques et de longs manteaux, tous en rang autour de la porte comme pour créer un passage.

« J'ai entendu dire qu'il y avait des étrangers... Il va falloir qu'on discute. »

[Vous pouvez faire bouger les hommes de la secte comme vous voulez]


Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: La cuisine pour tous les gouts   Mar 26 Jan - 20:15

Protéger leurs pays ?
A vrai dire, ces quelques mots étaient simple, mais c'était une vision bien différente de ce que j'avais appris. Il s'agissait plutôt de combattre les autres, de ne servir au final que le rôle d'une arme, d'être un exécutant et de simplement obéir. Ma dette me forcerait un jour entre mon honneur et ce pays, toujours bien inconnu, donc le choix allait être rapide, mais restait tout de même un choix.

Toutefois, la petite présentation d'Emily me fit rappeler que je ne m'était toujours pas présenté à l'homme devant nous. Cela avait peut-être impoli de ma part, mais il ne semblait guère s'en soucier. Pour rester dans de bonnes clauses, je corrigeais cela avec un petit sourrire malicieux :

''Je me nomme Kamatari Honjo, appelé aussi 'La grande faucheuse', un récent élu découvrant le monde... rude de Kosaten.''

Un discours classique, peut être trop, mais qu'importe, cela était la vérité, ni plus ni moins. La vie était souvent faite de chose banale, même pour un combattant.

Mais Mukuchi présenta un point qui était inquiétant en effet. Emily n'était pas du tout en état de se battre contre quelqu'un, voir même quelque chose. Trop sensible émotionnellement si j'avais bien compris. Je la regarda, et voyant que son assiette était toujours pleine :

''Tu ferrais mieux de manger au moins. les gens du coin n'ont plus grand chose, et...''


Ma phrase se fit interrompre par l'arrivée d'un homme, ne manquant pas de se faire remarquer par son casque et la troupe d'homme qui l'accompagnait dehors. Plus qu'un meneur, il devait être au moins leur commandant.

« J'ai entendu dire qu'il y avait des étrangers... Il va falloir qu'on discute. »


De ma mémoire, quand une telle phrase était prononcée, cela était rarement pour simplement 'discuter'. Parfois pour interroger, d'autres fois pour malmener, pour assassiner ou tout autre chose rappelant qu'il n'était pas bon d'être l'étranger dans cette histoire. Et pour preuve, il m'est arrivé de procéder plus d'une fois à ce genre d'exercice.

De quelques gestes, il indiqua à ses hommes notre position et celle de Mukuchi, qui s'empressèrent d'aller à notre rencontre, mais sans la volonté de vouloir partagé courtoisement notre repas. L'auberge fut rapidement envahie d'hommes armés et masqués. Le commandant quant à lui s'approcha d'un pas fort de notre... Camarade ? Les hommes à notre niveau nous indiquèrent tout de suite que le moindre geste allait être notre dernier !

Toutefois, peut être que le manque d'acquiescement d'Emily, perdue dans ses pensées, son âge bien jeune ou je ne sais quoi conduisit un de ces hommes à lui tirer le bras, que je m'empressa de dégager d'un geste, voulant empêcher tout grand débordement que pouvais parfois commettre ce genre de bande à une femme, surtout quand elle était inoffensive et un peu perdu. Et leur réaction ne manqua pas d'ampleur.

A peine avais-je repoussé le bras de cet homme qu'un de ses camarades sortit une dague et me la planta dans le ventre, sans que je n'eu l'occasion de réagir. Rapide, sec, j'avais été neutralisé en à peine moins de trois secondes.

J'eu le souffle coupé en sentant cette lame se glisser entre mes côtes, pour en sortir tout aussi rapidement. Ma main se colla contre ma plaie, essayant de contenir mon sang, pendant que je me tordais de douleur, serrant les dents pour ne pas crier. Mon agresseur semblant lui tout à fait satisfait de son coup, si bien qu'il m'attrapa par le bras et le haut du torse, et me lança à travers la salle, finissant sur le dos en brisant une table au passage, mon dos était maintenant bien douloureux lui aussi, et mon regard, un peu flou.

Etais-je vraiment devenu si faible ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: La cuisine pour tous les gouts   Mer 27 Jan - 15:42

Quand le samouraï lui adressa la parole, Emily leva doucement la tête vers lui. Il lui conseillait de réserver une chambre pour aller s’y reposer. C’était bien vrai elle était fatiguée, mais… c’était d’un épuisement mental plus que physique, bien que son corps n’était pas en très bon état non plus. Ce voyage la rongeait petit à petit.
Et quant à protéger un pays… ce n’était pas sa volonté. Aucune terre en Kosaten n’était un lieu qu’elle pouvait appeler « foyer », pour lequel elle était prête à combattre. Bien entendu, les plus défavorisés méritaient qu’on les défende, comme les pauvres habitants de ce village, mais ça n’avait rien à voir avec la volonté d’un quelconque dieu. Pour preuve, ce n’était même pas les gens de « son » pays qu’elle voulait aider.

Forçant un sourire, elle répondit un mensonge, sur un ton qui ne duperait personne : « Ç-ça ira, ne vous en faîtes pas… »

Il la prenait sûrement pour une élue du dieu-dragon. Même avec sa naïveté et le moral aussi bas, la jeune fille avait conscience qu’il était préférable de ne pas parler de la réelle couleur de son sceau en plein milieu d’un territoire fuyujin. Ce serait du pur suicide.

La demoiselle repensa à son amie, Akina. Que ferait-elle dans une situation de ce genre ? Et que faisait-elle actuellement ? Probablement chercher à la retrouver. Mais avec quelle piste ?... Le bateau avait fait naufrage, il n’y avait aucun survivant, et elle n’en était même pas une passagère officielle. Il fallait absolument que la jeune magicienne retourne en Minshu pour la retrouver, avant que la dragonne ne s’imagine le pire…

Une pression sur son bras sortit Emily de ses pensées, et la fit enfin prendre conscience qu’un grand nombre de personnes, masquées et armées, avaient pénétré l’enceinte de l’auberge. L’un d’eux venait d’attraper la jeune fille par le bras et s’apprêtait  à la tirer vers lui, mais Kamatari s’interposa pour l’éloigner.

« Hein ?... »

Puis, avant que la jeune fille ne réalise complètement ce qu’il se passait, elle vit une dague être dégainée et plantée d’un geste vif dans le ventre de son compagnon de route. Vif comme l’éclair, cela avait duré à peine une seconde, et il fallu bien le triple de ce temps pour qu’Emily ne puisse détacher ses yeux de l’arme qui venait de transpercer la grande faucheuse. Son agresseur, ne se contentant pas d’un simple coup, l’attrapa ensuite, et le balança contre une table plus loin.

« ?!.. »

Elle entrouvrit la bouche, incapable de prononcer le moindre son, puis tenta de rejoindre le blessé mais… un bras puissant la retint dans son élan, et d’un geste brusque la plaqua au sol, ce qui l’étourdit un instant.

« Ho non jeune fille, toi tu restes là… » dit une voix… malsaine. Le même qui l’avait attrapée toute à l’heure, et qui venait de la retenir. Et pour bien se faire comprendre, il la maintint au sol d’une clé de bras, et utilisa son autre main pour placer une lame sous sa gorge.


« Tu seras une délicieuse offrande pour le Grand Dragon… » murmura-t-il à son oreille.

La jeune fille était si terrorisée qu’elle osait à peine respirer.

Pendant ce temps, deux autres sectaires s’approchaient de Kamatari pour vérifier s’il était encore conscient, et leur chef adressa la parole à Mukuchi :

« Puisque tes compagnons ont décidé de résister ils seront choisis d’office.  Maintenant nous n’avons besoin que d’une personne de plus. Alors choisis : Toi, ou cet homme ? »

Il avait parlé d’une voix calme et confiante, en  désignant l’aubergiste.


Dernière édition par Emily Grimbald le Dim 31 Jan - 13:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 690
Yens : 580
Date d'inscription : 08/10/2014

Progression
Niveau: 129
Nombre de topic terminé: 47
Exp:
11/12  (11/12)
avatar
Mukuchi ↝ Looser ↝

-



MessageSujet: Re: La cuisine pour tous les gouts   Mer 27 Jan - 19:40



Mukuchi était partit rejoindre la cuisine mais ne fut pas rejoint par l'aubergiste. Apparemment, son attention fut attirée par la venue d'un nouveau client. Cependant, le samouraï retourna dans la salle principale après avoir entendu des sons plutôt violents. Entre temps, il avait prit un couteau de cuisine, s'étant préparé pour couper de la viande ou des légumes. Il fut surprit de voir Kamatari et Emily au sol. Mais son regard fut rapidement porté sur les gens de la secte de Long. Un gars qui avait l'air d'être le chef, puis ses sous-fifres.

Mukuchi fut déçu de voir les deux élus se faire maîtriser si facilement. Il pensait qu'ils étaient plus puissant et aurait pu les tester un peu. Il ne connaissait pas vraiment la puissance des gens de cette secte mais ils ne dégageaient aucune pression vis à vis de lui. D'ailleurs, leur chef lui posa un ultimatum. Il devait choisir entre sa vie et celle de l'aubergiste pour servir de sacrifice au dieu Long. Le futur apprenti cuisinier fit mine de réfléchir, prenant un peu son temps. Cela commença même à énerver le méchant chef.

« Bon... Si tu ne veux pas choisir, je vais... »

Alors que celui-ci allait donner sa sentence, Mukuchi décida enfin à faire quelque chose. Ce dernier avait quand même remarqué que Kamatari était blessé et qu'il ne fallait pas le laisser ainsi. Malgré son côté plutôt individualiste, le samouraï savait se montrer clément de temps en temps. Surtout qu'il était d'humeur joyeuse et amical. Il venait tout juste de rencontrer ces gens et avait mangé un bon plat.
D'un pas d'assassin, il se faufila près de l'homme tenant fermement Emily puis frappa d'un coup sec et précis sur la nuque. La cible tomba immédiatement dans les pommes, écrasant par la même occasion la pauvre fille. Mais il ne s'arrêta pas là, profitant de sa vitesse pour jeter son couteau en direction de celui qui se trouvait près de l'autre élu. Une attaque mortelle, nette et sans bavure au niveau de la tête.

Les autres ennemis s’apprêtaient à réagir en conséquence mais Mukuchi se faufila près de leur chef. Celui-ci donna un coup de poing par réflexe. Contre toute attente, Mukuchi reçu le coup en plein visage, pile sur la joue. Par contre, il ne bougea pas d'un pouce, au contraire, il avait le sourire aux lèvres et avança sa tête comme si de rien n'était.

« Il manque un peu de puissance... Je vais te montrer comment il faut faire. »

Et suivant ses mots, il attrapa la gorge du chef et serra assez fort pour l'étouffer mais pas assez pour le tuer. On voyait la pauvre victime se démener pour respirer mais sans succès. La poigne du samouraï était sans équivalent dans le milieu. Sa force en tant qu'Asura était souvent vu comme illimité. Personne ne savait vraiment l'identité de Mukuchi fort heureusement.
Par la suite, le monstre qu'il était, tournoya sur lui même pour se servir du corps de sa victime comme arme et frapper un peu tous ceux autour. La salle se transforma vite en bordel mais le but était de faire sortir le plus d'ennemis possible. D'ailleurs, il se réfugia dehors lui aussi afin de laisser le temps aux innocents de se rétablir. Emily pouvait ainsi aider le blessé avec l'aubergiste.

On entendit la porte d'entrée se fermer. Tous les combattants étaient dehors, sous une petite pluie. De l'intérieur, on pouvait entendre des cris de douleur et du sang gicler. Quelques gouttes furent projetées sur la fenêtre. La bataille ne dura pas très longtemps, juste une minute. Puis le silence revint. Mukuchi entra à nouveau dans l'auberge comme si de rien n'était. Il avait quelques gouttes de sang sur ses vêtements, mais surtout le sourire aux lèvres. Il referma la porte et jeta un regard sur la pièce pour voir où étaient les autres.

« Il faut vraiment que j'apprenne à cuisiner moi... »

Dehors se trouvaient des tas de corps, dont certains étaient démembrés...


Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: La cuisine pour tous les gouts   Mer 27 Jan - 21:27

Faible...

J'essayais tant bien que mal à me redresser, prendre quelque chose pour me défendre, mais j'en était incapable, mon ventre devenant un mélange intarissable de douleurs, me bloquant la respiration de longues secondes, avant qu'elle ne se fasse par à-coup entre les différentes remontées de sang qui glissaient maintenant le long de ma joue.

L'homme m'ayant projeté semblait rire de mon état, s'avançant lentement, et s'intéressa à mon état actuel en m'écrasant du pied la blessure qu'il m'avait causé il y a une dizaine de seconde. Je réussi à m'empêcher cette fois d'émettre un cri de douleur, seul mon regard empli de haine allait en direction de son visage, de son masque. Néanmoins, il était satisfait de savoir que cela me faisait souffrir, et lança en direction de ses camarades :

''Elle ne couine pas beaucoup, la catin ! Vous pensez qu'il faudrait au moins délier sa bouche avant de..."

Sa phrase fut interrompu par la surprise : Mukuchi venait de passer derrière un ennemi d'un pas extrêmement rapide, et lui donna un coup dans la nuque, avant de jeter un couteau dans le crane de l'homme au dessus de moi, qui tomba lourdement sur le sol. Et avant que je ne put réussir à me redresser, la salle était vide de ces hommes, tout du moins de conscient, et il fallait me rendre à l'évidence : on venait de me sauver la vie.

J'étais enragé de n'avoir pas put même combattre, de n'avoir été qu'un fardeau, témoin aujourd'hui de ma faiblesse. Je frappa à plusieurs reprise le sol de rage, avant que ma blessure ne me rappelle à l'ordre, et que l'aubergiste n'accoure pour s'enquérir de mon état, qui était certes préoccupant, mais pas critique.

Mais seule la rage m'animait : j'étais trop faible, trop faible défendre, d'autre ou moi, trop faible pour payer les dettes de sang que je contractais, trop faible pour obtenir la victoire en ce jour et en d'autres.

Mais néanmoins, le lieu profitait un peu en mon apaisement, et la discussion que j'eu ici avec Rhadamanthys il y a quelques semaines jouait un peu.

''Je comprend maintenant... Pourquoi je suis inutile dans cet état... Ceux qui n'arrivent pas à évoluer sont...voué à disparaître...''

Je me laissa tomber lourdement au sol, inquiétant peut-être d'avantage les autres, mais je leva le poing à mi-hauteur, terminant ma phrase entre mon sang et celui de l'homme m'ayant blessé :

''Ça n'arrivera pas... J'évoluerai, je trouverai ma place, quitte à devoir explorer l'enfer et en affronter tout les spectres !''

Désolé Makoto, les gros poissons mangent les petits... Je ne suis qu'un petit poissons dans cette mer...

Le sceau, ma blessure, mon sang quittant mon corps, la fatigue, le froid, et tout le reste avait épuisé mon corps, mais c'est mon esprit qui le laissa sombrer dans l'inconscience, qui me fit lâcher prise. Si je ne survivais pas, l'enfer allait craindre la grande faucheuse !
Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: La cuisine pour tous les gouts   Dim 31 Jan - 14:52

Emily ne bougeait plus d’un pouce, les yeux fermés, tremblotant légèrement. Une fois encore, son manque d’expérience et de volonté au combat l’avaient menée à être aisément neutralisée par quelques hommes intimidants, qui pour la plupart étaient pourtant plus faibles que ce qu’elle était censée être.
 
Elle était rongée par la peur, de ce qu’ils comptaient lui faire, et de la mort qu’ils lui réservaient. Elle allait périr, sacrifiée par le fanatisme envers les divins qu’elle détestait, loin de chez elle et de toutes ses chances d’obtenir des réponses à ses questions. Loin de son amie dragonne qui était sûrement en train de retourner ciel et terre pour la retrouver…
 
Et la jeune fille se sentait coupable. C’était  son incapacité à se défendre d’elle-même, à protéger les autres, qui allaient coûter non seulement sa vie, mais aussi celle de son compagnon de route qui subissait à nouveau les conséquences de sa faiblesse.
Comment avait-elle seulement pu s’imaginer capable de défier les dieux et de trouver un moyen de quitter ce monde, si de simples humains suffisaient pour mettre un terme à son voyage ?
 
Je suis nulle…
 
Un bruit sec, suivit d’un lourd poids, la sortirent néanmoins de ses sombres pensées. Se risquant à ouvrir un œil, elle remarqua que son bras était libre, et que la personne qui la menaçait était évanouie. Bougeant un peu sa tête pour agrandir son champ de vision, la demoiselle aperçut Mukuchi derrière celui qui la retenait encore quelques secondes plus tôt. Le samouraï jeta un projectile vers un homme proche de Kamatari, qui s’effondra aussitôt, avant d’aller littéralement attraper le leader des sectaires… et de l’utiliser comme arme pour combattre ses compagnons, les forçant à sortir de l’auberge, pour les suivre dehors.
C’était… stupéfiant. La jeune fille avait croisé peu d’êtres de cette force en Kosaten, et ceux qu’elle avait vus étaient pourtant des élus. Cet homme ne disait pourtant qu’être un mercenaire…   la puissance de certaines personnes était parfois effrayante. Heureusement qu’il était de leur côté.
 
Se relevant non sans mal, en bougeant doucement le corps qui était sur elle, Emily s’empressa de retourner à ce qu’elle avait initialement prévu : Porter secours à Kamatari.  Son regard s’arrêta un instant sur l’homme mort à ses côtés, ayant reçu un couteau de cuisine entre les deux yeux, mais elle s’en détourna en secouant la tête. Dire qu’il y a quelques semaines, un écoulement de sang la choquait, et la vision d’un cadavre aurait pu l’envoyer en dépression quelques temps… La demoiselle était toujours aussi sensible, mais les images de ce type d’horreurs devenaient presque une habitude. Son cœur s’y était renforcé.  
 
Quand elle s’approcha, Kamatari prononça quelques mots déterminés, avant de malgré tout sombrer dans l’inconscience. Pour un combattant avec une renommée telle qu’il en avait un titre, se retrouver ramené à un état aussi faible devait être un choc. L’aubergiste s’était également rapproché, ne sachant pas quoi faire, mais la jeune magicienne intervint :
 
« J-je vais m’en occuper. »
 
L’aubergiste la fixa, perplexe. Après tout il venait de la voir se faire  vaincre sans difficulté, ce n’était pas étonnant qu’il doute de ses compétences.
 
« Vous êtes sûre ? »
 
Elle hocha la tête, et le cuisinier recula, avant de tourner la tête vers l’entrée quand Mukuchi revint avec quelques tâches de sang. Les bruits dehors avaient cessé, comprendre ce qu’il avait pu se passer n’était pas difficile.
 
« Vous…les avez chassés ? » demanda-t-il, stupéfait.
 
La jeune fille n’y prêta pas attention pour l’instant, préférant se concentrer sur ce qu’elle faisait : Soigner Kamatari. Elle positionna sa main au dessus du blessé, et entama son incantation :
 
« Morpheus regis mea manus. »
 
Une douce lumière entoura le combattant, tandis qu’elle continuait son chant, qui se répétait en écho dans l’auberge :
 
« Tui Gratia… Jovis Gratia… Sit Cura ! »
 
La lumière se concentra alors sur la plaie, puis en quelques secondes et étincelles  celle-ci s’était refermée en ne laissant qu’une légère cicatrice. Sa magie avait grandit en puissance depuis son arrivée en Fuyu, particulièrement depuis le rêve commun qu’ils avaient fait en route.
Elle invoqua ensuite, sur la table, une fleur un peu large pour servir d’oreiller à Kamatari, puis vint se mettre face à Mukuchi, et s’inclina très bas :
 
« M-merci de nous avoir aidés ! »
 
Elle était sincère. C’était une personne de plus envers qui elle avait une dette à présent. La jeune fille se redressa, puis fit une proposition hésitante :
 
« S...si vous voulez, j-je peux vous aider, p-pour la cuisine… J-je cuisine souvent. »
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 690
Yens : 580
Date d'inscription : 08/10/2014

Progression
Niveau: 129
Nombre de topic terminé: 47
Exp:
11/12  (11/12)
avatar
Mukuchi ↝ Looser ↝

-



MessageSujet: Re: La cuisine pour tous les gouts   Dim 31 Jan - 16:29



Mukuchi était revenu dans l'auberge complètement trempé. Heureusement qu'il ne craignait pas de tomber malade. Cependant, il fut surprit de se faire remercier par Emily. Il ne s'attendait pas à tant de politesse. D'ailleurs il en resta silencieux, ne sachant pas quoi répondre. A la place, il préféra rebondir sur le fait qu'elle lui propose ses services en cuisine. Là, il retrouva un sourire plus chaleureux que de psychopathe après avoir terrassé tous ses ennemis.

« Ah? Volontiers alors. Comme ça j'apprendrais plus vite avec deux professeurs. »

Il se rendit compte que la blessure de Kamatari ne saignait plus. Lui aurait elle fait quelque chose en particulier? Peut être un sort de soin. En tant qu'Asura, ancien vétéran de guerre, il a déjà vu ce genre de chose se produire. Mais il savait aussi que ce genre de prêtresse ou de magicien médecin, n'étaient pas très doués pour le combat. Alors tout ça avait une logique si jusque là, elle n'avait pas montré de signe de combativité.

La samouraï n'avait pas répondu au interrogations de l'aubergiste non plus, préférant lui faire comprendre par le silence que c'était évident. Il était revenu sain et sauf et les ennuis n'étaient plus là. Du moins pour le moment. Qui savait s'il n'y avait pas d'autres gens de cette secte dans les parages? D'ailleurs, il allait falloir nettoyer les corps dehors. Mukuchi venait de s'apercevoir qu'il avait salit l'accès vers cette auberge et que cela pouvait faire fuir de potentiel client.

« Ah... » Sortit naturellement, comme si une évidence venait de naître en lui.

Mais pour le moment, il allait devoir donner un coup de main aux gens autour de lui. L'auberge était en bordel. Puis il y avait encore un cadavre et un gars évanouit. D'ailleurs, qu'allait il faire de celui encore vivant? Pour ne pas trop s'imposer et agir en homme tout à faire respectable, il préféra leur poser la question.

« Et qu'est ce qu'on fait du gars que j'ai assommé? Je suppose qu'en se réveillant il va vouloir nous tuer. Je peux l'achever si vous voulez. Ça ne me pose aucun soucis. »

Tout en disant cela, le mercenaire commença à relever les tables et les chaises. Il jeta un regard sur l'homme mort puis sur l'autre encore vivant. Il y avait des taches de sang à nettoyer par contre. Quant à l'aubergiste, il ne savait plus vraiment quoi faire. On pouvait lire la panique sur son visage. Il avait besoin de quelqu'un pour le soulager. Mukuchi n'allait pas jouer ce rôle car il avait les idées ailleurs.

Une fois la salle à peu près correct, il retourna près de Kamatari et le souleva d'une main pour le porter comme un sac de patates. D'un geste pas très délicat, il le déplaça sur son épaule et porta son attention sur l'aubergiste puis Emily.

« Je vais le laisser dans une chambre. Il sera mieux que par terre. Vous n'y voyez aucun inconvénient monsieur l'aubergiste? »

Le concerné lui répondit non de la tête, toujours bloqué dans sa panique. Le futur cuisinier se dirigea vers l'étage supérieur, avec le jeune homme endormit puis trouva une chambre et un lit où le déposer.


Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: La cuisine pour tous les gouts   Mar 2 Fév - 22:05

Une pression contre ma cage thoracique vint me réveiller. Je toussa, encore très faible, disposant de peu de souffle ou de force pour résister, déplaçant juste mon bras comme un objet inanimé sur mon torse pour ressentir quelque chose de dur et de lisse...

J'ouvrit les yeux, et regarda cette chose. Il s'agissait d'un crane vide de tout reste de chair, me dévisageant de ses deux orbites vides. Comment était-il arrivé là ? Et où étais-je ?
Mon regard examina lentement les alentours. J'étais allongé au beau milieu de nul part, perdu dans une véritable tempête maritime d'ossement, de chair et de cadavre rongé par le temps, le tout immobilisé, comme perdu dans les limbes... Il n'y avait pas de lumière, pas de ciel, pas d'horizon, juste des cranes et moi dans l'immensité de cet endroit.

Si l'enfer avait une image, je pense que je n'en n'étais pas loin. C'était peut-être ma place, après tout.

Mon bras saisit le crane, bien lourd pour ce qu'il était, et je me redressa, commençant à observer cet ossement comme un enfant s'épanoui, si on enlève tout l'amusement, et toute la vie. Mais, avant que je ne pus le poser, il vint à tomber en poussière, disparaissant à travers la mort qu'il représentait.
La solitude m'accabla. D'habitude, je n'étais pas quelqu'un à me soucier de ce genre de chose, mais les récents événements ont montré on ne peut plus ma faiblesse, et ma nécessité d'évoluer vers quelque chose d'autre.

Je me leva, déterminé à en finir avec cette partie de moi, de mon histoire, de ma personne. Mes pas devinrent marche, qui devint course, instoppable à travers cet étendue, jusqu'à ce que mon corps, au bout de minutes ou d'heure, je ne le sais, ne tombe à genoux, et qu'une voix ne vint me parvenir :

''C'est ainsi que ton chemin se finit ? Perdu dans les enfers que tu as remplis ?''

Mon visage se tourna vers cette voix, pendant que mon corps tombait sur le coté, vaincu. C'était un crane, voletant à plus d'un mètre de hauteur, me fixant une nouvelle fois.
J'avais envie de pleurer, d'accepter de mourir, mais... Ce n'était pas pour moi, pas encore.

''Ces enfers là ne sont pas miens, ils ont déjà un maître, et je connais son nom. Appelle-le !''

Le crane me fixa, se tournant un peu sur lui même, avant tomber inanimé au sol et de devenir poussière à son tour. Cette dernière commença à provenir de toute part, s'accumulant à quelques mètres de moi afin de devenir un homme :

Entouré de bandelettes, vêtu d'un kimono sombre et son katana dégainé posé contre son épaule, il ne s'agissait qu'une d'une seule personne, dont je murmurais le nom tout en ne cachant plus mes larmes :

''Makoto Shishio...''


Il me regarda avec un air de défiance, mais empli de sévérité. Conscient de cela, de ma position fort peu intimidante, je sécha d'un coup mes larmes, avant de me relever, animé par une force inconnue jusqu'à ce jour, mais surtout par beaucoup de peur. Il m'était dur de l'avoué, mais, que ressentir lorsque s'oppose à l'homme le plus fort du monde ? Face à son chef ? Face au maitre des enfers ? Face à l'homme que l'on aime ?

Je lui fit un léger sourire, en le regardant timidement dans ses yeux, avant de baisser le regard et de reprendre une expression plus grave...

''Je suis désolé... Désolé d'être faible... Désolé de ne pouvoir vous servir plus... D'être devant vous maintenant, les bras vides de conquêtes et d'exploits... De n'avoir put être là pour tenter de vous sauver ce jour fatidique...''

Je ne bougeais pas d'un pouce, la pression de son regard suffisait à me paralyser, à me faire regretter chacune de mes paroles, de mes pensées, mais je continuai à parler :

"Je sais que je suis faible devant d'autres, devant vous. Je ne serais jamais le plus fort ou le plus beau de tous, jamais je n'ai eu le moyen d'attirer votre regard, excepté maintenant... Mais je ne le regrette pas. Tout ces moments passés à vos cotés étaient les plus beaux de mon existence, il est temps pour moi de tourner ultimement la page.''


Je ferma les yeux, trouvant son regard sans y penser, mes pas se dirigeant vers lui instinctivement.

''Les gros poissons mangeront toujours les petits... Cela ne changera pas, jamais, mais ce n'est plus mien. Adieu.''


Je sentais déjà que je passais à coté de lui, mes yeux toujours fermés, laissant échapper de nouvelles larmes au moment où je prononçais ces mots :

''Je vous aimais, Mr. Shishio.''

Je continua ma route sans me retourner, mes yeux maintenant ouverts et fixé sur l'horizon, humidifié par mes larmes, mais emplis d'une nouvelle force, entre espoir et libération. Mais j'atteignis rapidement l'inconscience, tombant dans un sommeil salvateur, pour mieux affronter la réalité.
Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: La cuisine pour tous les gouts   Dim 7 Fév - 16:32

[HRP] Zzz... :
 

Il était vrai qu’il restait une personne assommé. Emily avait presque oublié son existence. Ou peut-être avait-elle juste préféré faire comme si, zapper ce mauvais moment de sa mémoire. Néanmoins, la question de savoir quoi en faire subsistait, et… Jamais elle n’aurait voulu l’achever. Selon sa vision des choses c’était un être vivant, et aucun être vivait ne méritait de souffrir ni de mourir, mais…
Sa faiblesse lui avait encore fait défaut. Si elle n’avait pas pris peur et qu’elle avait cherché à combattre, peut-être que les choses se seraient mieux passées ? Il n’était pas compliqué de deviner ce que le mercenaire avait fait des autres sectaires. La jeune fille en avait assez vu ce monde pour savoir comment ces choses là se finissaient.
 
Alors… elle se surprit à avoir une pensée. Une pensée, simple, intelligente, mais complètement démarquée de sa psychologie habituelle : Un mort de plus, qu’est ce que ça allait changer?
 
Cette idée lui donna un léger vertige. Ou plus précisément, c’était le fait de l’avoir eue qui la troubla au point que sa conscience manqua de s’écrouler l’espace d’un instant. La vision floutée, un mal de crâne, la tête baissée, une main sur son front : La réalité s’imposait à son esprit. Et c’était désagréable.
 
« J…je ne sais pas, faîtes ce que vous voulez… »
 
Préférant déléguer cette responsabilité à quelqu’un d’autre, la collégienne vint ranger quelques objets, jusqu’à ce que Mukuchi vienne prendre Kamatari pour aller le déposer dans une chambre. La jeune fille approuva :
 
« J-je vous suis, j…j’aimerais vérifier s’il n’a pas d’autres blessures. »
 
Se replongeant dans le silence, elle emboîta le pas du samouraï jusqu’à un lit. Cette raison n’était qu’une excuse, Emily avait simplement besoin de rester au calme, se remettre du choc de ce qu’il venait de se produire.
Lorsque le mercenaire s’éloigna elle fit une demande :
 
« V-vous pouvez finir de…r-ranger, l’auberge ?...»
 
Le message était implicite, néanmoins probablement pas difficile à comprendre. Car elle ne parlait pas de ranger les meubles…
 
« J…je vous rejoins d-dans la cuisine, après ! »
 
Penser à autre chose, faire une autre activité. La sensible demoiselle préférait simplement oublier cette histoire, faire comme-ci. Renier, c’était le meilleur moyen qu’elle avait trouvé pour préserver son esprit de toutes ces horreurs… mais même cette méthode atteignait parfois ses limites.
En regardant Kamatari dormir, Emily ne put pas s’empêcher de se sentir coupable. C’était de sa faute s’il avait été blessé, déjà par l’Umihebi lors de leur rencontre, puis maintenant. S’il ne l’avait pas rencontrée, si elle avait été plus forte… Les choses se seraient passées autrement, c’était sûr.
 
« J…je suis désolée… » Murmura-t-elle tout doucement.
 
Elle s’assit sur le lit, se plongeant dans ses pensées. Les pirates, le naufrage, l’attaque du monstre-serpent, leur rude voyage… puis les sectaires. Il n’y avait aucun répit.
Néanmoins, comme pour contester ces derniers mots, sa narcolepsie la rattrape pile à ce moment, la plongeant elle et Kamatari dans le monde onirique…



Explications monde onirique :
 


Musique du rêve

 
L’enfer. Ce rêve n’était que l’enfer. Un enfer vide, un enfer morne. Je m’étais assoupie pour fuir  l’horreur du monde, mais l’endroit qui m’accueillait à présent était bien pire que tout ce que j’avais pu voir dans la réalité : Une mer… Non, un océan funeste, jonché de morceaux de chair, de cadavres, d’ossement abandonnés ici depuis l’éternité, si ce n’est plus. Tout n’était qu’un spectacle de rouge et de blanc, de mort et de désolation.
Comprendre le sens de ce fragment de songe n’était pas difficile. Après tout, je dormais sur le territoire d’un massacre, proche d’un homme ayant lui-même ôté de nombreuses vies.
 
En l’évoquant, des bruits de voix-dont une familière- me parvinrent, de derrière une colline squelettique. Je la contournais doucement, rassemblant toute ma volonté pour ne pas tomber de dégoût, de désespoir, me concentrant sur une unique pensée : Ce n’était qu’un rêve. Me réveiller y mettrait fin.
 
 Et Kamatari était là. Face à un homme…. Recouvert de bandages, de la tête aux pieds. Seuls sa bouche et ses yeux sévères étaient visibles, posés sur une peau mâte. Équipé d’un kimono et d’un katana, il était clair que cet inconnu provenait du passé de l’homme qui m’avait sauvée… trois fois, maintenant ?
Une projection née de son inconscient. Un souvenir ayant pris forme. Mais qui était-il ? Leur conversation ne tarda pas à me donner la réponse…
 
Conversation qui se révéla être un monologue. Ce « Makoto » était mort… Et Kamatari, vidait son sac face à lui. Même dans un tel cadre, c’était une scène magnifique : Un soldat déchu prononçant à son seigneur défunt les mots qu’il n’avait pu lui faire entendre de son vivant, se débarrassant de tout ce qui entravait son cœur : Ses excuses, ses regrets, ses aveux, ses adieux… et ses sentiments. Tant de choses qui avaient dû le hanter, le ronger de l’intérieur, un fardeau étiqueté d’une unique phrase : « Je ne peux plus lui dire maintenant. »
 
C’est en tout cas ce que j’interprétais. Et mes yeux n’oublièrent pas de verser des larmes.
Qui étais-je pour juger ça ? Combien de personnes regrettaient encore, d’avoir tant hésité à ouvrir leur cœur à la personne qu’ils aimaient, et s’étaient rendu compte de la fragilité de la vie bien trop tard ?
 
Mes yeux se fermèrent en douceur, tandis que le monde onirique fermait ses portes…
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 690
Yens : 580
Date d'inscription : 08/10/2014

Progression
Niveau: 129
Nombre de topic terminé: 47
Exp:
11/12  (11/12)
avatar
Mukuchi ↝ Looser ↝

-



MessageSujet: Re: La cuisine pour tous les gouts   Dim 7 Fév - 20:33



Les deux élus n'étaient pas au mieux de leur forme. Mukuchi en était un mais ne l'avait pas signalé encore. En vérité, il trouvait ça plutôt désavantageux pour lui car il voulait rester discret. Il comptait suivre la demande d'Emily, ranger le bordel en bas mais resta d'abord une minute. Mais en partant, il se rendit compte que la jeune fille s'était endormit aussi. Il n'avait pas ressentit l'aura onirique qui se dégageait d'elle. Il ferma quand même la porte derrière lui pour les laisser en paix. Il ne savait pas vraiment quelle relation il y avait entre eux et cela ne le concernait pas. Par contre, il se demanda si un jour il avait rencontré quelqu'un qui se préoccupait de lui comme ça. Dans ses souvenirs encore flou, il n'arriva pas à dénicher le souvenir qu'il voulait.

Il descendit donc, jetant un regard vers l'aubergiste qui était en train de ranger quelques trucs. Apparemment, le mercenaire avait carte blanche pour se débarrasser des corps et même celui qui était endormit. Un petit sourire en coin, il savait déjà ce qu'il allait faire à sa futur victime. Mais avant ça, il voulu rassurer le pauvre aubergiste et lui dire que tout allait pour le mieux.

« Ne vous inquiétez pas. Plus personne ne viendra vous embêter tant que je serais là. J'irais moi même chercher les ingrédients pour cuisiner si vous voulez. De toute façon, je dois sortir. Avez vous une charrette à me prêter? »

L'aubergiste hésita avant de répondre. Il se sentit un peu rassuré face aux mots de Mukuchi mais n'en était pas moins encore inquiet. Qu'allait il devenir lorsque le mercenaire s'en ira? Est ce que les gens de cette secte allait revenir? Le samouraï perçu cette once d'inquiétude toujours présente chez lui et se devait de lui faire oublier.

« Réfléchissez au plat que vous voulez m'apprendre. Je vais en avoir pour une heure ou deux. Un ami ne va pas tarder à venir. Je lui dirais de veiller sur vous et les deux petits d'en haut. »

« Je...mmh... Oui... Merci. Oui il y a une charrette derrière l'auberge. Mais est ce que... »

Même pas le temps de finir sa phrase que Mukuchi quitta l'établissement par la porte d'entrée. Il se retrouva devant la montagne de cadavres. A ce moment là la pluie venait de s'arrêter. Il leva son regard pour observer les nuages gris dans le ciel. Les commerces devaient presque tous être fermés à cause des événements récents mais il fallait quand même tenter sa chance. Au pire, faire un peu de chasse lui ferait le plus grand bien. Pour le moment, il chercha la charrette derrière puis s'attela à une tache bien particulière. Il empila tous les cadavres dans la charrette. Du sang était versé de partout et le sol était même devenu rouge, mélangé à la boue engendrée par la pluie. Il ne pouvait pas nettoyer ça, espérant que la nature allait le faire à sa place. Un bras par-ci, une jambe par là. Il ne fallait rien laisser traîner.

Quelques heures défilèrent. Mukuchi s'était débarrassé des corps et était même revenu récupérer ceux à l'intérieur. Personne ne savait ce qu'était devenu celui encore vivant. En tout cas, il n'était pas revenu les mains vide. Plusieurs paniers avec des légumes et de la viande, notamment un sanglier mort sur ses épaules. Il déposa le tout dans la cuisine, devant les yeux surprit de l'aubergiste.

« Du sanglier ce soir? »


Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: La cuisine pour tous les gouts   Mar 9 Fév - 15:44

Mes yeux s'ouvrirent lentement, craignant le contact d'une simple torche après les abysses et les enfers qui avaient fait office de décor pendant mes songes. Ma respiration était assez forte, encore sous l'adrénaline qui avait parcourue mon corps, et mes sens revinrent peu à peu, tout comme une douleur dans le ventre qui me fit grincer des dents, néanmoins atténuée par rapport à précédement. J'avais dut recevoir des soins, même sommaire, de la part d'Emily, de l'aubergiste ou de Mukuchi.

Une chambre. J'étais allongé dans un lit de l'auberge. Si le confort était présent, les conditions qui l'amenèrent était plus... Préoccupante. Toutefois, j'avais décidé d'avancer malgré tout.

Je me redressa un peu à la force un peu chancelante de mes coudes, tout en sentant un poids sur mes jambes : c'était la jeune Emily, encore une fois endormie, chose que je pouvais comprendre après cette rude épreuve, après tout, j'avais fait la même...

Avec un peu d'hésitation, de précaution, et de peur qu'elle se réveille, je caressa gentiment sa tête. A vrai dire, je m'en voulais un peu de causer parfois autant d'inquiétude, et surtout aujourd'hui... Comment pouvais-je la raccompagner jusqu'à Minshu si je n'étais pas capable de tenir debout ? J'imagine que j'allais apprendre.

''Ma pauvre, à cause de moi, nous allons devoir reporter notre départ vers Minshu...'' Dis-je à voix basse, presque inaudible. Je n'attendais pas vraiment de réponse, étant donné quelle dormait.

Il ne fallait pas plus d'indice pour que me doute qu'elle ait put partagé mon rêve comme je l'eu fait il y a quelques temps. Dans un certains sens, nous étions quitte à ce niveau, mais... J'avais un peur de sa réaction. Après tout, j'avais avoué mes sentiments à M.Shishio, et je sais bien qu'entre deux hommes ces choses sont prohibés. Est-ce que cela la choquerait ? Est-ce qu'elle allait me trouver répugnant pour cela ?

''Advienne que pourra..." Ces mots s'accompagnèrent d'un bâillement. Tant qu'à être obliger de se reposer, autant le faire. Je ferma donc les yeux, me préparant à retrouver la voie du sommeil.
Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: La cuisine pour tous les gouts   Sam 13 Fév - 21:06

Entendant quelqu’un parler et sentant un contact sur sa tête, la jeune fille se réveilla doucement. Ses yeux encore embrumés de sommeil s’ouvrirent avec lenteur, pendant que ses autres sens tachaient de comprendre sa position actuelle. Néanmoins, instinctivement, elle répondit à sa première phrase :

« Ce n’est pas grave…tant que vous allez mieux… »

La jeune fille prit ensuite un instant pour regarder où elle se trouvait, et remarqua que sa tête était posée contre ses bras eux-mêmes appuyés contre quelque chose de solide, caché sous une couverture.  Elle eût un léger mouvement de sursaut, lorsqu’elle remarqua que son coussin improvisé n’était autre que Kamatari ! Et plus particulièrement, ses jambes.

« J-j-j-je suis désolée ! » s’exclama-t-elle  en se redressant vivement. Un peu trop d’ailleurs, ses jambes ankylosées n’assumèrent pas l’élan que la jeune fille venait d’émettre et celle-ci tomba à la renverse, heureusement sans rien percuter d’autre que le sol.

« Ghnaie… » Dit-elle, une main caressant l’arrière de sa tête, avant de relever le haut de son corps. Plus doucement cette fois-ci.

« J-je ne voulais pas d-dormir ici, c-c’est juste que… »

Elle s’interrompit. Kamatari savait très bien qu’elle était narcoleptique, puis il ne semblait pas avoir été spécialement gêné. Emily l’était cependant largement assez pour deux.
Puis, des images lui revinrent : Celles du rêve. Les Enfers. « Makoto ». Et cette déclaration… De l’amour. Entre deux hommes peut-être, mais ce genre de relations ne lui posait aucun problème ! Akina semblait parfois avoir une attirance pour les filles, et ça n’avait jamais dérangé Emily. Qui était… une romantique pure, croyant dur comme fer à la beauté de l’amour éternel, des couples inséparables, peu importe le sexe des amants.
Elle devait lui dire. Son respect et sa confiance envers la grande faucheuse étaient trop grands pour qu’elle lui cache le fait qu’elle ait assisté à cette scène. C’aurait été… similaire à un grave mensonge, son honnêteté l’empêchait d’agir ainsi.

La jeune fille se releva alors complètement, et avoua :


« Je…j’ai vu… votre rêve.»

Elle attendit un instant, laissant le temps au guerrier de cerner ce qu’elle voulait dire. Il n’était probablement pas surpris : il s’agissait de la seconde fois qu’il avait affaire au monde onirique. Mais néanmoins, ces paroles n’avaient été prononcées que pour introduire la suite. Et c’est avec quelques larmes qu’elle continua :

« E-et c’était…magnifique… »

Gênée par ce qu’elle disait, et par le fait qu’au fond, c’était tout de même une scène privée qu’elle avait espionné elle se cachait partiellement derrière ses mains croisées :

« E...enfin, je…suis d-désolée. »

Que ce soit à cause du silence funeste qui régnait, l’isolation de moyenne qualité des murs, ou peut-être un mélange des deux, Emily entendit des bruits en provenance de la cuisine. Certains étaient lourds, comme si on déposait quelque chose.

« C’est sûrement M-Mukuchi qui vient de rentrer… Je vais aller l’aider p-pour la cuisine, p-pour vous laisser vous reposer un peu. »

Attendant sa réaction quelques instants, elle quitta ensuite la pièce après s’être inclinée avec respect, et se dirigea vers le lieu où se trouvaient l’aubergiste et le mercenaire. Il y avait là plusieurs ingrédients ramenés par ce dernier, dont un animal certainement fraîchement tué.
Elle n’aimait pas beaucoup la chasse. Mais après avoir combattu et tué un Umihebi , et s’être nourris de sa viande pendant tout leur voyage, Emily ne pouvait pas vraiment contester ni lui reprocher.
Ce qui la rassura cependant, était la disparition des corps dans la salle principale. Et en effet, elle n’allait pas poser de question. Ni même songer à ce qui leur était arrivé. Cette histoire était déjà lointaine, oubliée. Ou en tout cas c’est ce que la sensible jeune fille se forçait à faire.

La cuisine. C’était un sujet sur lequel il fallait se concentrer, pour s’éloigner des massacres, des tempêtes et des enfers qui tourmentaient son esprit.
S’inclinant pour saluer les deux adultes, elle prit timidement la parole :

« J-j faisais s-surtout de la pâtisserie de t-temps à autres, m-mais sur Kosaten j’ai du apprendre a imp…improviser avec des éléments n-naturels… j-j’espère que ça vous va ?... »
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 690
Yens : 580
Date d'inscription : 08/10/2014

Progression
Niveau: 129
Nombre de topic terminé: 47
Exp:
11/12  (11/12)
avatar
Mukuchi ↝ Looser ↝

-



MessageSujet: Re: La cuisine pour tous les gouts   Dim 14 Fév - 16:42



Avant l'arrivée d'Emily, Mukuchi et l'aubergiste avait un peu commencé à faire la cuisine. Et c'était un peu un champ de bataille en lui même. Le mercenaire essayait de suivre les directives comme il pouvait mais son excitation était telle, qu'il ne dosait jamais assez bien ou bien était quelque peu maladroit. Le fait d'apprendre quelque chose de nouveau le rendait très heureux, comme un enfant qui aurait obtenu un cadeau. D'ailleurs on pouvait voir des légumes mal épluchés ou bien des résidus d'aliments un peu partout dans cuisine. A cause de la peur ou du mal aise, l'aubergiste n'osait jamais lui dire les bonnes choses à faire.

« Mons... Monsieur, faites attention avec ce couteau, il ne... faut pas jouer avec. »

Effectivement, Mukuchi était en train de faire tournoyer le couteau de cuisine entre ses doigts. Pour lui ce n'était qu'un instrument de mort alors il n'avait pas fait attention à son entourage. Mais il devait faire des efforts et posa simplement l'objet sur la table. Malgré son aura légèrement un peu menaçante il se faisait tout gentil. D'ailleurs en guise de bonne foi, il lui offrit un sourire chaleureux. Le contraste rendait l'atmosphère un peu pesante mais il fallait s'habituer.

« Et après je... »

Alors qu'il allait continuer à suivre la recette, Emily entra finalement dans la cuisine. Elle semblait plus à l'aise avec la pâtisserie, une chose que le meurtrier ne connaissait pas. Des gâteaux? Il n'en avait jamais goûté. Il savait ce que c'était bien évidemment mais ses goûts sont changé depuis qu'il a une forme humaine, il se devait de connaitre ça. Par contre, ça sera pour plus tard car son péché mignon restait la viande alors il fallait commencer par ça.

« Ah Emily. Content de te voir. J'espère que le jeune homme va mieux. Tu n'as pas meilleure mine par contre. On dirait que tu as fait un cauchemar... »

Mukuchi s'approcha du sanglier et l'observa sous toutes ses coutures. Il se demandait comment il fallait procéder pour le découper. L'aubergiste le suivit avec un bon autre couteau, beaucoup plus gros et commença à préparer la viande. On sentait sa gêne mais il savait qu'il n'avait pas d'autre choix pour survivre alors il essayait quand même de faire un bon professeur.

« J'aimerais bien apprendre la pâtisserie plus tard. Mais je veux savoir comment cuisiner ce sanglier. On pourrais demander à Kamatari de goûter après. Je suis sûr qu'un repas à son réveil lui ferait le plus grand bien. »

Tout en faisant son travail, l'aubergiste s'adressa à Emily afin de lui donner un rôle dans la cuisine. C'était son auberge mais il se sentit plus rassuré avec elle en plus. Au moins il ne restait pas en tête à tête avec cet homme qui tuait sans culpabilité.

« Vous tombez bien. Il faudrait faire une soupe de légumes. Donnez quelques conseils à ce monsieur. »

L'odeur de la nourriture commençait déjà s'échapper de la cuisine pour monter vers les étages. Et même avec la devanture quelque peu tachée par le sang, d'autres clients entrèrent dans l'auberge. Des gens de la secte ou de simples voyageurs?

[Je vous laisse décider quel genre de clients on a]


Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: La cuisine pour tous les gouts   Lun 15 Fév - 21:45

La voix d'Emily m'empêcha de tomber pleinement dans le sommeil. Entrouvrant un œil et tournant légèrement la tête, je l'entendis s'excuser. De quoi ? Je l'ignorais. Mais ce fut un bruit plus sourd et la vision d'Emily tombant en arrière qui me redressa rapidement, peut-être un peu trop pour un blessé, afin de constater son état. Heureusement, elle allait bien, obtenant au maximum une bosse entre ses cheveux d'améthystes.

Toutefois, elle commença à essayer de s'expliquer, parlant du fait quelle dormait dans ma chambre, fait qui, pris sous d'autres angles, pourraient amener à bien des suspicions de la part d'étrangers. Bien heureux sont-ils alors de ne pas connaître la nuit de notre rencontre.

Je fis un simple de geste de la main accompagné d'un léger sourire, tentant d'être rassurant face à la panique qu'elle commençait à avoir à peine à mon réveil. A moins que ce ne fut pour avoir put voir mon rêve ? Je ne savais pas vraiment comment réagir, alors, je la laissais s'exprimer dessus, afin de savoir si elle souhaitait en parler ou non, et ce fut ce qu'elle choisit de faire.

Et je dois avouer que je fut... très surpris. Magnifique ? Qu'est-ce qui avait put l'être ? Le décors, un amas d'ossement et de chair ? Mon impuissance ? Mes aveux d'échecs ? Ou tout simplement l'abandon de la tâche que me confia l'être qui fut aimé pendant tant d'années ?

Mais en voyant son regard empli de quelques larmes qu'elle tentait de caché que je sut que je trompais. Ce qu'elle trouvait magnifique n'était pas ces choses, mais... Que j'exprime tout ce que j'avais au fond de moi, de mes regrets à...Mes sentiments. De toute mes attentes, de toutes mes craintes, jamais je n'aurais pensé trouver quelqu'un qui puisse... Tolérer un tel amour, alors quand à l'accepter...

Ce fut un bruit sourd qui me sortit de mes réflexions et de ma surprise. C'était vrai qu'Emily pouvait aider Mukuchi dans son apprentissage de la cuisine.

''Très bien alors, j'espère juste que ma légère convalescence ne va pas me forcer à devoir jeûner. J'espère pouvoir goûter vos essais en cuisine !"


Puis, la laissant partir, je me laissa tomber sur l'oreiller tout en souriant, et très vite, le sommeil me gagna.
Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: La cuisine pour tous les gouts   Mar 16 Fév - 20:03

La jeune fille sourit doucement aux paroles de l’apprenti-cuisinier. Avec tout ça, elle devait effectivement avoir l’air épuisée… et ce n’était pas qu’une façade. Néanmoins, il fallait qu’elle pense à autre chose. Qu’elle s’occupe pour se changer les idées.

Enfin, ce n’était pas la seule raison. Si ça n’avait été qu’elle, probablement que la fragile demoiselle aurait préféré fuir dans le réconfort d’un oreiller et d’une couverture, plutôt que d’aller faire la cuisine. Mais voilà, Kamatari avait été blessé par sa faute, par sa propre faiblesse, et lui avait bien mérité son repos. Alors qu’elle, n’avait rien pu faire pour l’aider, et au final s’en était sortie sans dégât physique. Se plaindre d’avoir besoin de repos, dans ces circonstances, n’aurait pas été loin du manque de respect.

« O-oui, il m’a d-demandé de lui faire goûter ce qu’on aura p-préparé ! »

On lui demanda d’aider Mukuchi à faire une soupe de légumes, ce qui la fit réfléchir. Même avec les évènements actuels, Fuyu restait une région froide, ainsi une soupe d’hiver était plus appropriée. D’autant que l’aubergiste devait avoir ce genre d’ingrédients.
Elle s’approcha donc du mercenaire, tentant de ne pas penser qu’il venait de massacrer plus d’une dizaine de personnes.

« P-pour une soupe de légumes, il faut… »

Et elle commença à lui expliquer. C’était une recette simple, mais très agréable lors des saisons froides, en plus de ne pas nécessiter d’ingrédients rares ni de grandes compétences. Pour débuter, c’était un bon choix.

« C-coupez vos légumes en morceaux grossiers, p-pas besoin qu’ils soient droits… E-et attention, il faut les mettre avec les oignons dès qu’ils sont dorés, pas attendre q-qu’ils cuisent complètement… »

Au bout de quelques minutes, l’odeur de nourriture sur le feu envahit l’endroit. Emily n’était probablement pas la meilleure des enseignantes, néanmoins elle s’efforçait de rendre ses explications le plus clair possible, malgré ses difficultés à parler.

La porte de l’auberge s’ouvrit. Emily en sursauta presque, mais fût rassurée en voyant qu’il ne s’agissait visiblement que d’un couple de voyageurs. Elle se proposa d’aller les accueillir, mais l’aubergiste refusa gentiment et s’en chargea. Il était vrai que c’était son enseigne après tout, mais la jeune fille avait de nombreuses fois fait ce genre de travail, en Kosaten. Voyager n’était pas gratuit.

En tout cas, la soupe fût préparée, et dans une bonne proportion. Assez pour que la jeune fille se permette d’en prendre un petit bol. Ils avaient déjà mangé plus tôt, alors il n’y avait pas besoin de plus, mais le guerrier devait avoir besoin de reprendre des forces.

« J-je vais apporter la soupe à M. Honjo ! » dit-elle avant de sortir de la cuisine, et de se diriger vers la chambre où il se reposait.

Entrant à pas de loup dans la pièce, elle vint déposer le bol fumant sur la table de nuit. La jeune fille resta ensuite quelques instants pour vérifier s’il dormait tranquillement, puis s’apprêta à sortir.


[HRP]Zzz... :
 
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 690
Yens : 580
Date d'inscription : 08/10/2014

Progression
Niveau: 129
Nombre de topic terminé: 47
Exp:
11/12  (11/12)
avatar
Mukuchi ↝ Looser ↝

-



MessageSujet: Re: La cuisine pour tous les gouts   Ven 19 Fév - 11:27



L'apprenti cuisinier était désormais sous la tutelle d'Emily. Il prit soin de suivre ces indications mais avait parfois un peu de mal à le faire avec exactitude. C'était normal pour un début mais il ne perdait pas espoir. De temps en temps il ne pouvait pas s’empêcher de goûter l'aliment par curiosité. C'était important pour lui car il ne connaissait pas beaucoup de saveur après tout. Mélanger deux choses inconnus étaient bizarre pour lui. Il mit même un peu d'ail dans la bouche pour voir ce que c'était et tira une sale gueule. Il fit de même avec l'oignon et afficha la même tête. Il se demanda bien le résultat final avec ce genre d'ingrédients dans un plat.

Au bout de quelques minutes, on entendit des gens entrer dans la bâtisse. L'aubergiste se nettoya les mains et partit accueillir ses clients. En attendant, Mukuchi observait son plat avec un peu de fierté. Ce n'était pas tout à fait ça, quelques morceaux de légumes traînaient encore dans le potage. Et une nouvelle fois, il goûta le plat. Par on ne savait quelle raison, il trouva ça pas mal du tout. Pour une fois, il trouva de la nourriture sans viande à son goût. La soupe pouvait même être servit. C'était d'ailleurs le vrai plat du jour qui devait être servit.

Du côté de la salle principale, un homme et une femme s'étaient assit à table. L'aubergiste prit leur commande, toujours un peu gêné de ce qui s'était passé auparavant. Il gardait quand même un sourire forcé pour se montrer agréable. Il revint en cuisine et termina sa tache et demanda à son apprenti de préparer deux bols de soupe. Le mercenaire s'attela à la tache, prenant deux bols et les remplissant doucement. Il était rare que Mukuchi obéisse à quelqu'un mais il savait que c'était pour une bonne cause là. Surtout pour son apprentissage personnelle. Et pour lui donner le plaisir de servir son propre plat, l'aubergiste l'invita à aller leur livrer. Avec u léger sourire aux lèvres, l'apprenti attrapa les deux bols de soupe et les déposa devant chaque client.

Cependant, après avoir tendu son oreille, il capta la conversation de ces gens. Il parlait d'un monstre qu'on avait jamais vu non loin de là. Après avoir entendu ça, le regard de Mukuchi s'assombrit. Il se rappela de sa mission principale. Et suivant son objectif, il devait quitter cet endroit pour retrouver ce monstre. Il se sentit un peu désolé de devoir partir comme ça mais avec toute discrétion, il ne retourna pas en cuisine mais quitta l'auberge. Sa formation n'allait pas être complète mais il aura sans doute d'autres occasions d'apprendre la cuisine...

[Je quitte ici. Je vous laisse terminer et mettre en correction quand vous voulez]


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

-



MessageSujet: Re: La cuisine pour tous les gouts   

Revenir en haut Aller en bas
La cuisine pour tous les gouts
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» La cuisine pour tous les gouts
» Des bonbons pour tous les goûts <3 [Pv]
» de la lecture pour tous !
» [RP DERIVE] Tous pour un, un pour tous
» Une honte pour tous les haitiens

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Manga Multiverse ::  :: Royaume de Fuyu :: Village de Rin-


Crédits : Design : Phoenix & Pingouin Règlements & Contexte : Phoenix
Forum optimisé pour Google Chrome.