Partagez | .
Les deux psychopathes de Fuyu - Feat Yuuya Kizami
Invité Invité

-



MessageSujet: Les deux psychopathes de Fuyu - Feat Yuuya Kizami   Mer 13 Jan - 17:20








Les deux psychopathes de Fuyu



Cela faisait trois jours que Shin était sortie de son combat contre la bête nommée Yasuu, il avait réussi à trouver refuge dans le village nommé "Rin", il logeait chez des fermiers gratuitement, le fait d'être un élu aidait tout de même vraiment dans la vie de tout les jours, nourrit, logé, blanchit gratuitement, c'était pas mal, seule chose à ne pas faire, tuer. Le premier jour il faillit laisser libre cours à sa folie à de nombreuses reprises, mais il arrivait maintenant à se calmer, se mordant la paroi intérieure de la joue, si bien qu'elle fût maintenant aussi difforme que de la viande hachée. Encore heureux qu'il ne restait pas avec eux trop longtemps, il partait toute la journée pour aller s'entraîner à manier son pouvoir à l'abri des regards, bien qu'il ait remarqué deux enfants du village qui l'espionnait sans cesse. Il essayait de les ignorer, il n'avait pas réussi à les semer, et les tuer était également exclu, il devrait donc faire comme s'ils n'étaient pas là, même s'il trouverait bien un moyen pour les faire partir.

Ce jour là, comme tous les autres, Shin partie donc à quelques kilomètres du village, il n'avait pas envie que les villageois voient son pouvoir, ainsi même si les gamins décrivaient le pouvoir, les villageois ne s'attendraient pas à cela s'ils décident de le chasser pour une raison ou pour une autre, il pourrait ainsi se défendre plus facilement, et attaquer aussi, bien entendu.

Le voilà donc au niveau d'une dizaine d'arbres givrés recouvert de glace et d'eau, sous une pluie battante. Il s'entraînait car il avait remarqué qu'il avait du mal à maintenir son pouvoir en place sous la pluie, l'eau de pluie se mélangeait avec son sang, lui enlevant ainsi le contrôle, il devait fournir un effort important pour qu'il soit assez condensé pour ne pas laisser l'eau se mélanger. Ce n'était pas dû à son arrivé dans Kosaten, il avait réussi assez facilement à se créer son épée lorsqu'il se trouvait à Seika, sans la pluie au-dessus de la tête.

Il s'entraînait donc à manipuler son sang, faisant toute sorte de forme, essayant de contrôler de plus en plus de sang, le rendant de plus en plus compact. Il fit un fouet qu'il fit claquer à un petit mètre des enfants qui l'espionnait, bien fait pour eux. Il eut un sourire lorsqu'il les vit décamper en vitesse, il était en fin tranquille pour s’entraîner et arriver à reconquérir le monde.

C'est alors qu'il entendit encore un bruit, à peine dix minutes après le départ des enfants, ce n'était décidément pas son jour pour s'entraîner, encore un fauteur de troubles qui allait l'emmerder. Il se tourna vers le bruit, c'était un homme qui semblait avoir dans les 17-18 ans. Il avait une chemise blanche et un jean noir, la chemise lui collant à la peau. Son regard semblait être le reflet de celui de Shin, un regard déterminé. Shin ramena son sang pour en faire une épée qu'il pointa en direction de l'homme, comme pour le mettre en garde d'approcher, il ne ressemblait pas à un des villageois, même s'il ne les connaissaient pas tous cette homme n'avait pas l'allure, il ressemblait plus à un mec qui vient d'un autre monde, il y en avait pas mal dans le coin qui plus est, il en avait même rencontré un dans le village la veille, il n'était que de passage mais avait tout de même mangé dans le village.


"Qui es-tu ? Que me veux-tu ?"





Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Les deux psychopathes de Fuyu - Feat Yuuya Kizami   Jeu 14 Jan - 19:26

Les deux Psychopathes de Fuyu
Featuring Shin
La pluie torrentielle innonde les terres d'un flux constant et brutal. Chaque goutte est une balle tirée à bout portant que les Cieux dirigent déloyalement vers la terre, incapable de contre-attaquer par un quelconque moyen. Cette bataille naturelle n'a jamais eu qu'un seul et même vainqueur, et ce sera toujours le cas. Mais les victimes de ce combat millénaire restent nombreuses. Combien ne sont par morts noyés lors de la montée des crues ? Cette pluie, combien de véhicules a-t-elle fait dérapée pour les envoyer valser dans le ravin d'à côté ? Ces larmes innocentes ont fait coulées plus de sang que d'eau depuis l'existence de l'Homme. Et même avant, quand elle n'avait aucune civilisation un peu insouciante à viser, la pluie se rendait acide pour notre plus grand bonheur.

Tout est un danger, comme tout est en danger, dans ce monde. Des menaces évidentes jusqu'aux détails de notre quotidien, rien n'échappe à ce cercle vicieux de Mort et de Souffrance. Voilà deux mots quand même assez puissants pour ne décrire que les conséquences d'une averse. Mais ces termes te plaisent tout particulièrement. Tu marches sous cette meurtrière aqueuse depuis un bon moment, déjà. Rien n'indique réellement où tu comptes aller... Toi-même, tu t'en fiches plutôt assez, pour le moment. Ce qui compte reste encore en ce moment le plaisir que t'insuffle la tristesse du paysage assombri par ces nuages larmoyants.

Décidement, rien n'est ici pour te faire oublier l'École. La seule différence là est qu'au lieu d'être piégé entre quatre murs peints par les intestins du peuple, tu te retrouves à ton tour embourbé dans cette nuée de cordes. Ce n'est pas pour te déplaire; c'est le genre de temps que tu préfères. L'ambiance mélange la violence de Nature avec la douceur d'une pluie nostalgique et dépressive sur les bords. Tu apprécies ces instants passés avec, à penser au Passé comme à l'Avenir... Tant que tu oubliais le Présent. Mettre ne serait-ce que quelques ridicules secondes tes problèmes et questions de côté, dans l'unique but de te détendre un peu.

Le visage braqué face au ciel, le regard pleinement clos, tu fais confiance à tes pas pour t'enfoncer plus profondément dans la pluie, et accessoirement, dans ces terres de nouveautés incessantes. Les plus affinés remarqueront le furtif rictus en coin qui vient tout juste de naître, en guise de signature de ton esprit apaisé. Tu es tranquille, désormais. Libéré de toute tâche ingrate tu ne penses plus à devoir vérifier tes arrières sans arrêt. Tout est calme, sous le ravage des cordes qui tombent à un rythme soutenu. C'est un paradoxe inédit, que tu ne manques pas de noter, et qui te plaît d'autant plus. Dans un sens, tu t'identifies même à cette pluie...

... Bien qu'on pourrait lui donner n'importe quelle autre définition. Mais là n'est pas la question. Tes pensées s'éloignent un peu trop loin dans ton subconscient, et étourdi par cette vision sensationnelle du monde, tu ne fais même pas attention à la direction que tes pieds suivent. Lorsque tu choisis de reprendre les choses en main, et donc de rabaisser un lourd regard observateur face à toi, tu te retrouves surpris de voir filer deux gosses à tes côtés, sans te prêter aucune œillade en retour. Deux enfants, pas plus hauts que tes cuisses, et qui paraissaient en tout point surpris -si ce n'est effrayés-. Et au vu du sentier boueux qu'ils empruntent dans leur fuite, tu devines que l'origine de leur jeune terreur provient de celui dans lequel tu t'apprêtes à t'engager.

Le regard renfrogné et mauvais, tu avances lentement, claquant lourdement ta semelle à chaque pas, tandis que ta main droite effleure ta hanche armée de la pulpe de tes doigts préventifs. Il n'y a pas trente-six mille choses qui peuvent effrayer des passants. Néanmoins, cette croisade plus que particulière te fait remarquer que tu oublies déjà Heavenly Host. Il t'a fallu une pluie et deux gamins déboussolés pour te méfier d'un tout autre danger. Comme quoi, la recette de l'insouciance ne vaut pas si chère que ça. Tant mieux, tu pourras te dénuer de ce surplus de mystères insupportable aussi souvent que tu l'entendras...

... Toutefois, la menace restait à appréhender. La pluie se fait plus brutale à chaque pas que tu places. L'air on ne peut plus sérieux, tu décides finalement d'accélérer ta progression. Le suspens n'était pas de ton goût lorsqu'on te l'infligeait. C'est pourtant un effet que tu aimes bien conserver et user avec parcimonie lors de rencontres improbables. Quelques secondes passent, et tu parviens finalement jusqu'à un terrain gelé et mordu d'une froideur à n'en point douter. Heureusement que l'École vous préparait tous à de telles chutes de températures... Mais trop pensif à cet instant, tu n'avais toujours rien remarqué de l'allure cristalline de l'endroit. Au lieu de ça, tu avises un parfait inconnu, dont le premier abord que tu juges sans vergogne ne te laisse pas croire qu'il est de nature amicale.

Un homme, manifestement posté dans ta tranche d'âge, masqué d'un tissu blanchâtre aux yeux turquoise, dont la tenue de sa coiffure laisse peut-être même plus à désirer que la tienne. Mais tu ne retiens rien de tout cela. Non, franchement, c'est loin d'être le premier détail que tu prends en compte... En plus de suivre une tenue plutôt exotique pour le coup, tu démarques sa posture aggressive, ainsi que le ton hautain avec lequel il t'adresse la parole. Il te crache ses mots à la figure comme une racaille salirait le pavé des rues avec un mollard inhumain. Et si ceci te pousse déjà à le dévisager d'un sombre regard, ce qu'il porte vers toi te dérange d'autant plus...

... Visiblement très peu commode, l'inconnu braque en guise d'avertissement un semblant d'épée écarlate. Et l'adjectif semblant n'a jamais été aussi bien pesé; la lame semble à moitié en ébullition, bien que contenue solidement, alors que tu notes la pluie qui transperce l'arme avec quelques difficultés tout de même. Qu'est-ce donc que ceci ? Un rappel de la vision illusoire dans laquelle tu es plongé ? Un autre esprit aux capacités particulières ? Non, celui-ci semble bel et bien matériel... Enfin, si ta vision ne te trompe pas. En tout cas, tu n'es plus trop disposé à réfléchir. Voilà quelques minutes que tu as laissé devant les interrogations de l'homme, et tu ne réponds toujours pas... En fait, tu agis avant. Ta main caresse ton flanc droit d'un geste précis et aguerri, et d'une seconde à l'autre, la voilà à son tour armée de ton très cher couteau. Sa lame argentée luit sous les reflets innombrables de la glace alentours. Et enfin, tu en tends la pointe vers ton éventuel adversaire, la prise sur ton arme raffermie, en signe de présentation.

-... Je te retourne la question.

Une seule pensée te traverse... Ça va être sanglant.
Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Les deux psychopathes de Fuyu - Feat Yuuya Kizami   Dim 17 Jan - 21:21








Les deux psychopathes de Fuyu



L'homme en face de lui sortit un couteau, cela voulait dire deux choses, premièrement son interlocuteur était quelqu'un de violent, les personnes qui ne le sont pas ne se trimballent pas avec un couteau de cette taille sur lui, et deuxièmement, s'il avait un pouvoir, ce n'était pas un pouvoir offensif, à moins qu'il le garde en réserve pour plus tard.

Ainsi il voulait en démordre, ce serait amusant, surtout que Shin commençait enfin à avoir un bon contrôle sur son pouvoir, il ne devrait pas avoir trop de mal à venir à bout de ce guignol en chemise.

Il tendit son épée, plia sa jambe arrière et poussa du plus fort qu'il le pouvait pour se rapprocher de son adversaire armé, près à l'embrocher. Sans doute qu'il ne devait pas s'attendre à l'attaque alors qu'il venait de poser une question, mais de toute façon la conversation aurait forcement fini ainsi, alors autant gagner du temps et tuer tout de suite son interlocuteur, dont le nom était inutile à connaître.

Son coup n'était pas mauvais, il s'habituait de plus en plus à la vie en Kosaten, il commençait à retrouver ses capacités, enfin.

HRp:
 




Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Les deux psychopathes de Fuyu - Feat Yuuya Kizami   Lun 18 Jan - 18:53

Les deux psychopathes de Fuyu
Featuring Shin
Sans transition, ni même une brève menace inutile pour la beauté de la chose, son opposant à l'identité méconnue fonce à toute allure dans ta direction, l'épée braquée et parée à pourfendre ta chair en se servant de tout son élan. La surprise fut quasi-nulle chez toi. C'est une technique de bluff assez banale, que tu uses toi-même assez régulièrement. Tromper l'ennemi qui attend nos paroles en lui répondant par le blanc d'une arme est monnaie courante, chez toi. Mais ce n'est pas faute d'avoir essayé. Finement mais aussi rapidement qu'il te soit donné de réfléchir, tu analyses le mouvement et agis en conséquence. La pluie couplée au givre de la zone rend les mouvements plus glissants... Et bien que tu viennes à peine d'arriver, si tu pouvais utiliser ton environnement aussi bien que tu le manipulais auparavant, ce sera toujours un atout supplémentaire dans ta poche.

Quand on y pense, il est vrai que tu n'es qu'un nouveau dans la place... Mais le plus étonnant reste que malgré l'ignorance adressée à ta propre situation, tu te fonds dans l'ambiance. Tout sourire, tu tends un regard narquois et déterminé d'une folie discrète et encore timide à ton opposant. Tu allais enfin pouvoir te défouler... Yuka, tu ne seras pas la suivante. Mais ton tour reste gravé au sang séché dans son crâne. Kizami te retrouvera, et... Et, tu sais quoi... ? Ce qu'il va faire à cet homme n'est qu'une démonstration de ce qui t'attendra. Alors, cours, cours... Va retrouver ton stupide et naïf grand frère, protège-toi... Mais pense bien que parce que toi, tu es en sécurité...
... D'autres vont le payer cher.

Voici l'ennemi, désormais face à toi, la distance étant enfin raccourcie au possible. Tout ce temps, tu étais resté figé, le couteau braqué en avant. Il plie sa jambe en avant tandis que l'autre, tendue en arrière, lui a donnée la poussée nécessaire pour te rejoindre le plus rapidement possible. Mais il n'est plus question de réfléchir. C'est désormais tuer ou être tué. Alors ni une, ni deux... Ta jambe droite se glisse sur le côté, ton pied gauche glisse en suivant à peu près le mouvement sur la plaque de glace qui vous sert de plate-forme au combat, et la lame sanguinaire vient frôler ton dos... De justesse, ta rotation sur le côté t'a sauvé d'une mort bien trop prématurée. Toutefois, ton élan ne t'éloigne pas plus que ça, et l'ennemi parvient à te taillader le dos d'une plaie légère. Le piquant de cette douleur inopinée t'octroie une nouvelle poussée d'adrénaline...

... Ton rictus carnassier s'élargit, bienheureux de connaître cette douce souffrance, et d'un geste maîtrisé, tu prends ton couteau à revers puis tu pousses ton pied contre le sol pour faire partir un coup de poignard à l'envers. Sans trop prendre la précaution de viser, la grande vitesse ainsi que la proximité entre la pointe de ton arme et sa cible sont deux avantages, compensés par ton manque de précision. Alors, ce sera quitte ou double. Tu accentues la rapidité de ton geste offensif, celui-ci tentant d'atteindre tant bien que mal l'épaule droite de l'homme alors situé dans ton dos. Ce jeu de rotation est très habile, mais reste tout aussi dangereux. Bien que tu conserves une certaine agilité, rien ne peut prédire les mouvements adverses, et toi-même conviens qu'une botte secrète pour ne te faire que du mal. Néanmoins, il est hors de question de penser que tu ne tenteras rien.

Ton coup fonce, et ton visage s'éblouit d'une lueur d'espoir. Tu n'attends plus que le son de sa propre chair, délestée d'un flot de sang proportionnel. Si tu parvenais à lui planter l'épaule, l'avantage serait double. Non seulement les nerfs que tu as si souvent vu défiler provoqueront une intense douleur chez le pauvre assailli, mais en plus, il s'agit de l'omoplate du bras armé. Mais qu'est-ce que cela signifie ? Et bien... Tout simplement, tu le gênerais énormément avec cette main-là. Le désarmer ainsi, ou bien le forcer à jouer avec son autre paume reste un détail, certes, mais un bon détail. Tous les côtés positifs sont à miser sur toi. Avoir l'avantage est primordial. Tu vas le trancher. Le poignard, l'éviscerer, le massacrer... Eh, petite sœur...

... Regarde, c'est pour toi.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

-



MessageSujet: Re: Les deux psychopathes de Fuyu - Feat Yuuya Kizami   

Revenir en haut Aller en bas
Les deux psychopathes de Fuyu - Feat Yuuya Kizami
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Deux psychopathes mènent à tellement d'options...
» Deux jeunes femmes, deux tasses, un thé... [Feat. Hyûga Hinata]
» Deux psychopathes dans la nuit (Pv Lucy)
» La solitude c'est mieux à deux ( pv Tom )
» Deux âmes perdues sur les falaises. [Nagate SEUL]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Manga Multiverse ::  :: Royaume de Fuyu :: Fjord enneigé-


Crédits : Design : Phoenix & Pingouin Règlements & Contexte : Phoenix
Forum optimisé pour Google Chrome.