Partagez | .
A l'épreuve du temps
Invité Invité

-



MessageSujet: A l'épreuve du temps   Dim 7 Fév - 13:10







"Ceux qui ne connaissent pas l'Histoire sont condamnés à la répéter."
- George Santayana.


     Plusieurs jours s'étaient écoulés depuis son arrivée mystérieuse dans ce monde. Lara n'était encore jamais sortie du temple, et passait le plus clair de son temps cloîtrée dans sa chambre de fortune. Les moines veillaient à ce qu'elle ne manque de rien, mais l'on pouvait sentir leur questionnement à son égard. Pour une élue du Phénix, cette jeune femme était plutôt butée, boudeuse et surtout, loin d'être d'être de bonne volonté. Elle semblait s'être enveloppée dans un fatalisme paranoïaque, refusant l'aide médicale et les bénédictions.
     L'archéologue avait songé à partir, mais elle ne connaissait rien du monde dans lequel elle vivait à présent. D'un côté, l'océan, de l'autre, les volcans en activité. Autrefois, elle se serait enfuie sans se retourner, mais depuis son arrivée, elle ne parvenait pas à trouver le courage de le faire. Pour ne rien cacher, Lara ne se reconnaissait plus. L'obscurité l'effrayait, les secousses sismiques lui rappelaient ses dernières minutes dans son monde... Et pire que tout, elle avait fléchi le genou devant Fenghuang. Où était passée Lara Croft, la pilleuse de tombes, qui ne craignait ni les dieux ni la mort...?

     Les prêtres du temple lui avaient proposé de faire ses ablutions, afin de laisser ses doutes derrière elle, et de demander le pardon du Dieu Phénix. Une large partie d'elle voulait accepter, par crainte autant que par lassitude, mais sa fierté l'empêchait de le faire. Elle n'avait jamais prêté serment à qui que ce soit auparavant, et l'idée de perdre sa liberté faisait naître en elle une colère noire.
     Mais elle devait se rendre à l'évidence: depuis que ce sceau ornait son cou, elle n'était plus libre de rien, et jusqu'à ce qu'elle l'accepte, ce temple serait sa prison.

     Durant les premiers jours, l'anglaise était restée assise sur son lit à ne rien faire d'autre que pleurnicher sur son sort. Un sort partagé par d'autres, elle le savait, mais auquel elle ne pouvait se résoudre. Ses rares sorties à l'intérieur du temple avaient été timides et parfois humiliantes, en particulier sa rencontre avec la jeune Kachou. Pourtant, Lara devait bien admettre que son isolement volontaire allait finir par la rendre folle, aussi décida-t-elle de se trouver un passe-temps.
     Par chance, les moines lui révélèrent que le temple était une grande source de connaissances, et possédait sa propre bibliothèque. La grande majorité des ouvrages étaient religieux ou historiques, ce qui raviva le moral de l'archéologue. Elle avait besoin de s'occuper l'esprit dans le calme.

     L'odeur du papier humide submergea la grande brune dès son entrée dans les archives du temple. Personne n'était présent, ce qui l'obligea à s'orienter à l'instinct à travers les allées de livres. La bibliothèque n'était pas bien grande, mais chaque ouvrage semblait authentique et unique, probablement intégralement rédigés et copiés à la main. Certains étaient récents, d'autres si vieux que leur cuir tombait en lambeaux.
     Lara fit courir ses doigts le long des tranches, puis en choisit un au hasard. Elle souffla sur l'ouvrage, soulevant une épaisse couche de poussière, avant de prendre une mine découragée. L'alphabet utilisé sur la couverture lui était entièrement inconnu. Elle posa le recueil sur un pupitre et en parcouru les premières pages, mais le livre était entièrement écrit en ce langage étrange. La brune observa rapidement les titres sur les tranches des autres manuscrits, et soupira en y trouvant les mêmes caractères. Elle aurait pourtant juré que tout le monde ici savait parler l'anglais.
     Fixant les pages d'un air éreinté, la brune fut lentement gagnée par la confusion. Elle plissa les yeux, parcourant les lignes, avant de se rendre compte de l'incroyable: elle pouvait lire. Elle parvenait à comprendre ce langage qu'elle n'avait jamais vu de sa vie. L'excitation de la découverte s'empara d'elle, tout en la troublant profondément. Était-ce là un autre tour de passe-passe de son sceau mystique?

     Sans tarder, l'archéologue se plongea dans la lecture. Le livre s'intitulait "Kosaten, initiation à la géographie continentale". Durant les heures qui suivirent, Lara en apprit d'avantage sur son environnement, s'aidant de cartes pour situer le Temple du Soleil, les frontières du royaume de Seika, ainsi que la capitale Chikai. Le pays était majoritairement aride, couvert de jungle et de désert, avec une activité volcanique importante à l'ouest. Au nord se trouvaient les régions neutres et les terres du dragon Long, et au nord-est, celles du serpent Manshe, et les territoires inexplorés.
     Lara secoua la tête d'un air perplexe. Le monde se limitait-il à cette petite Pangée? N'y avait-il rien au delà du continent de Kosaten? Ou bien la navigation était-elle encore à ses débuts dans ce monde?

     La brune laissa ces questions en suspend, et referma l'ouvrage géographique. Le nuage de poussière soulevé provoqua une légère toux chez elle, qui résonna dans la salle vide. L'endroit était assez lugubre, et la lumière des torches ne suffisait pas à distinguer les allées les plus isolées. Cela rendit l'exploratrice un peu nerveuse, tandis qu'elle s'aventurait lentement à travers l'aile "Histoire". Les couvertures effacées ne rendaient pas la tâche évidente. Lara trouva quelques recueils de légendes locales, ainsi que des récits détaillées de la construction de plusieurs villes. Il lui fallu de longues minutes avant de trouver un ouvrage plus imposant, intitulé "Une brève histoire de Kosaten".
     C'est au moment de poser sa main sur le livre que la jeune femme hésita. Elle avait soudain la sensation angoissante de ne plus être seule dans la bibliothèque obscure. Elle jeta un œil discret au dessus de son épaule, craignant d'y découvrir une silhouette menaçante, mais il n'en fit rien. Lara souffla, maudissant ses nouvelles habitudes de froussarde, et tira le manuscrit hors de l'étagère. Une vraie gamine...








Dernière édition par Lara Croft le Dim 14 Fév - 21:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 102
Yens : 1650
Date d'inscription : 17/01/2016

Progression
Niveau: 21
Nombre de topic terminé: 11
Exp:
2/6  (2/6)
avatar
Four ¤ Inconnue ¤

-



MessageSujet: Re: A l'épreuve du temps   Dim 7 Fév - 17:17

- A l'épreuve du temps -

La route était … Longue. Très longue. Pénible. Ereintante. Mais avec le recule, Four se disait que voyager ici ou dans son monde natale, c’était à peu prés la même sensation. Non, clairement, le problème venait d’elle mais elle ne pouvait pas y faire grand-chose. Après plusieurs jours passé avec sa partenaire, Seilah, à découvrir ensemble le malheur qui pesait sur elles, un malheur qu’on appelait « être élu » … Four prit la direction du temple du soleil. Elle avait réussit à dénicher une carte de Kosaten et suivait, lentement, la route vers ce temple non loin d’elles. Elle était seule en ce jour puisque … Elle et Seilah étaient sensée être ennemi. Une élue de Seika se reposant sur l’épaule d’une élue de Fuyu ? Cela semblait impensable mais au fond, l’hybride s’en fichait complètement et jamais elle ne verrait cette démone comme une ennemie tant qu’elle ne lui donne pas des prétextes pour le faire.

Soit, tout ça pour dire qu’elles jugeaient l’idée de mener Seilah prés du temple du Dieu ennemi n’était pas une si bonne idée que cela. Alors pour un temps, la tigresse  prit la route seule, dans l’objectif d’en apprendre plus sur ce qui se trame en ce monde et rapporter les informations à sa chère amie. Quoi de mieux que le temple de la pourriture qui les a amener ici pour apprendre ce qu’il lui passe par l’esprit ? Au pire, si elle ne trouvait rien, cela lui aura fait une balade … Non, à qui elle ferait croire ça ? Voyager est une plaie pour la scientifique … Sa maladie la ronge, encore et toujours, et là où tout le monde pourrait courir, elle marche en regardant le paysage. Là où tout le monde pourrait se dépêcher et se presser, elle vit la vie à son rythme tout en faisant un gros doigt aux règles du monde car … Elle n’avait pas la force de combattre quoi que se soit. Les mains dans les poches, le pas lourd, le moindre geste d’une lenteur presque admirable, les yeux figé dans une expression de fatigue et le même sourire las au visage, Four marchait, s’arrêtait en dessous d’un arbre pour dormir, des heures, des nuits, avant de repartir. Au bout d’un moment, la créature qu’était Four finit par apercevoir le temple.

"… Je suis vraiment retombée à l’âge de pierre. Au moins, j’pourrais leur apprendre plein de truc."

A la fin de sa phrase, elle se mit à bailler, se lécher les babines avant de ricaner toute seule, preuve d’un évident foutage de gueule dans le sens où elle sait qu’elle est bien trop fainéante pour vraiment donner des cours aux érudits de ce monde. C’était sa malédiction : la paresse. Mais plus que ça, c’était la malédiction de ses quatre cerveaux qui lui pompait absolument toute son énergie pour fonctionner … La raison pour laquelle cette scientifique aimait ne penser à rien : c’était moins crevant.

Sans poser de question, sans interpeler qui que se soit, l’étrange créature se mit à gravir les marches du grand escalier menant au temple. Tout le monde la regardait, tout les moines, les voyageurs, curieux de voir une élue si singulière. Certes, les habitants de ce monde devraient savoir à présent que beaucoup de chose extraordinaire allaient ressortir d’autre monde mais une femme tigre à quatre yeux et quatre bras, avec une coupe rasta multicolore et une blouse blanche ? C’était sans doute dans le top de l’originalité. Elle continua son ascension, arrivant en haut et regardant l’entrée, regardant à droite, à gauche d’autres entrées, un peu perdue, ou bien elle en donnait juste l’impression ? En réalité, elle se remettait de sa longue montée, regardant autour d’elle sans pour autant reprendre son souffle mais sentant ses membres tremblant, un peu. Elle croisa le regard d’un moine qui avait l’air perplexe et lui adressa un grand sourire las, un peu comme si elle avait la tête ailleurs. La malade resta là de nombreuses minutes, à contempler son environnement, à tourner de l’œil, un peu, voyant le paysage au ralentis  … De l’extérieur, on aurait qu’elle était dans son élément, fatiguée mais béate  bien qu’elle faisait totalement tâche dans le décor. Elle finit par sortir une de ses quatre main de ses poche et se frappa un peu la tempe avec, comme pour s’activer elle-même et se décider à rentrer. A l’intérieur, un religieux la remarqua et constata qu’elle était un peu perdue.

"… Excusez-moi ? Vous … Vous êtes une élue ?"

L’araignée se tourna lentement vers lui, se grattant la joue du bout d’une griffe, un petit sourire en coin. "C’est ce qu’on m’a dit, en tout cas. En même temps … Vous en voyez beaucoup, des femme comme moi ?"

L’homme paru confus suite à sa question presque ridicule en vue de son interlocutrice. "N-non, effectivement. Pardonnez moi, c’est juste … Cela surprend. Puis-je vous être d’une quelconque utilité ? Les Elus de Fenghuang sont toujours les bienvenu ici et libre de demander toute l’aide qu’ils désirent."

Apparement, le vestale semblait assumer que Four était automatiquement une élue de Seika. Il avait raison mais ce qui lui mettait la puce à l’oreille était sans doute le fait qu’elle soit si détendue et relaxe dans les couloirs même du temple. Une Fuyu, par exemple, aurait déjà eut bien des problèmes à se faire passer pour un touriste. Ça ou bien il avait remarqué ses pupilles supérieurs qui étaient ornée de la marque du phoenix. Bref, à sa question, l’hybride ferma un instant les yeux en poussant un petit « Hmmm ». Elle resta ainsi plusieurs secondes, suscitant la curiosité de son interlocuteur, jusqu’à ce qu’elle commence à piquer du nez pour immédiatement sursauter en ouvrant à nouveau les yeux. Saviez-vous qu’en plus de tout, Four souffrait d’une légère narcolepsie ?

"Ah ! Oh … Euh, oui. J’suis là depuis pas longtemps … Et j’ai entendu dire que j’pourrais trouver ici de quoi me renseigner. Vous savez, Kosaten, papa dragon, tonton serpent, maman piaf, tout ça…"

Le moine haussa un sourcil, visiblement surpris que l’on réduise son dieu aux termes de « maman piaf » et tenta de la corriger sans pour autant sortir de la politesse et des règles de bien séance, de respect. "Ici … Nous préférons l’appeler « Fenghuang » ou « Le Dieu Phoenix », si vous le voulez bien … Et oui, nous avons ce qu’il vous faut ici. Vous pouvez consulter librement les archives du temple, par là-bas, les escaliers au fond du couloir."

"Cool."

Four lui leva un pouce en signe d’appréciation et tourna immédiatement les talons pour se diriger vers les archives des lieux. Elle se retenait de faire un quelconque commentaire de plus car elle allait de retour appeler leur dieu « un piaf » … Car qu’importe les conventions, le piaf l’avait arraché à la chaleur de son refuge, son appartement, ses amis, son chéri, tout ça, et jusqu’à preuve du contraire il ne méritait pas plus de respect que ça.

La scientifique descendit lentement dans les archives sombre, discrète, comme à son habitude. A peine quelques torches aux murs permettaient de distinguer les formes des étagères, des rangées de bibliothèque, de la salle de lecture plus loin où les scribes devaient aussi passer du temps à recopier X ouvrage. La Furry ne se posait pas trop de question et avançait, jetant de discrets coup d’œil aux livres qu’elle dépassait. Sa vision d’araignée combinée à son génie et la rapidité d’esprit que lui offraient quatre cerveaux lui permettait de lire les titres, même dans le noir, des divers bouquins sans même passer dix secondes sur chacun d’entre eux. Il y avait de quoi faire ici mais rapidement, elle remarqua une silhouette bougée dans les ombres. Au début, elle hésitait sur le fait qu’il y ait quelqu’un ici ou non.  Après tout, les torches étaient nécessaires pour lire mais c’était assez irresponsable de les laisser allumer, dans une pièce remplie de livre, si personne n’en avait besoin. D’un autre cotés, elles semblaient bien sécurisée alors qui sait ? Mais maintenant, elle avait la certitude qu’elle n’était pas seule. Inquiète ? Pourquoi devrait-elle l’être ? Se manifester ? Bof, de l’énergie pour rien.

Ce n’était pas voulu mais sa lenteur et la composition de son corps l’aida à passer inaperçu parmi les ombres. Les coussinets de ses pattes de tigre amortissaient tout son sur le carrelage et sa manière d’être : paresseuse et morte à l’intérieur, la faisait passez pour un spectre dans une foule, discrète et effacée. Elle déambula un petit moment jusqu’à voir la silouhette féminine aller mettre un livre sur un pupitre pour le lire, sans doute. Plusieurs bouquins sous les bras, elle se décida à s’approcher, faire enfin les présentations puisque, de toute façon, elles allaient partager un présentoir. Elle se glissa dans son dos, dans l’état d’esprit que tout allait bien et s’immobilisa un instant. Ses yeux luisaient dans l’obscurité de la pièce, démontrant presque une expression mesquine, taquine : tout allait bien et Four était toujours prêt à passer un bon moment. Du moins, c’est ce qu’elle faisait ressentir aux autres pour cacher sa dépression latente. Elle se pencha lentement au dessus de l’épaule de la jeune femme, lisant le langage étrange du bouquin quelques instant avant d’ouvrir la bouche dans un léger, très léger son de salive claquant contre son palet.

"Une belle lecture, dit-moi."

Tisha Esso
AKA
Four

Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: A l'épreuve du temps   Dim 7 Fév - 19:23




     Assise devant le pupitre, l'archéologue parcouru le livre avec une certaine forme d’agacement. Il s'agissait certes d'un livre d'Histoire, mais il se révéla être biaisé et très approximatif. L'auteur était à l'évidence un fidèle adorateur de Fenghuang et doté d'un fort esprit patriotique. Lara avait d'avantage l'impression de lire un évangile que de réels faits historiques. Selon les écrits, le dieu Phénix était presque à l'origine de tout, et ses détracteurs n'étaient rien d'autre que des âmes envieuses et torturées. La brune soupira de nouveau, décidant de tout de même parcourir le chapitre suivant, lorsqu'un léger courant d'air froid vint caresser son échine.

     La seconde suivante, une voix inconnue venait lui susurrer à l'oreille. Les cheveux de Lara s'hérissèrent sur sa nuque, tandis qu'elle se raidit comme une planche sur son siège. La jeune femme grinça des dents, sans bouger de sa place, les yeux fermés et retenant sa respiration. C'était bien l'une des plaisanteries les plus cruelles que l'on pouvait lui faire à l'heure actuelle. Elle serra alors les poings, se retournant lentement.

     - Là d'où je viens, les gens s'annoncent avant d-

     Sa voix s'estompa dans les aigus, tandis qu'elle découvrait la nature insectoïde de la créature au dessus d'elle. Cette fois-ci, Lara dut serrer les genoux pour ne pas complètement mouiller son short d'effroi. Quatre yeux jaunes étaient posés sur elle, des crocs saillants lui souriaient d'un air sinistre, et quatre bras dessinaient sa silhouette hors du commun. Dans l'obscurité, cet forme raviva en elle l'image terrifiante des gardiens du temple de Kali.
     L'anglaise, qui avait gardé la bouche grande ouverte, chercha un instant ses mots. Elle cligna des yeux à plusieurs reprises.

     - ... Ne - refaites - jamais ça. articula-t-elle lentement.

     Si la brune avait du mal à accepter ce nouveau monde, elle avait au moins autant de difficultés à se débarrasser de ses mauvais souvenirs, et ce genre de surprise n'était vraiment pas le bienvenu. Elle posa son coude sur le pupitre, massant le contour de ses yeux pour calmer ses nerfs. Tout de même, on a pas idée de faire une chose pareille...
     L'inconnue qui lui faisait face était de toute évidence une femelle: ses rondeurs surdimensionnées ne trompaient pas. A mieux y regarder, elle semblait réellement hors-norme, de son apparence physique jusqu'à son style vestimentaire. Ses cheveux colorés n'évoquaient rien de naturel, et la blouse blanche qu'elle portait semblait bien trop moderne pour Kosaten. A n'en pas douter, elle faisait également partie des élus.

     - Désolée, marmonna-t-elle sans vraiment y croire. Mais si j'avais été armée, j'aurais pu vous faire sauter la cervelle.

     En vérité, sans doute pas. Lara était armée: l'un de ses pistolets était fixé à sa cuisse, dissimulé sous la toge qu'elle portait au dessus de sa tenue, mais dans sa surprise, elle n'y avait même pas pensé. Lara poursuivit tout de même après une courte pause, levant un sourcil:

     - ... Qui êtes vous?

     La brune en resta à cette question. Elle avait failli demander "qu'êtes vous", mais avait la sensation que la question serait malvenue. Cette femme à quatre membres l'intriguait, et si son demi-sourire semblait pacifique, l'anglaise restait tout de même sur ses gardes. Elle n'avait encore jamais croisé une créature inconnue en qui elle puisse avoir confiance.








Dernière édition par Lara Croft le Dim 14 Fév - 21:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 102
Yens : 1650
Date d'inscription : 17/01/2016

Progression
Niveau: 21
Nombre de topic terminé: 11
Exp:
2/6  (2/6)
avatar
Four ¤ Inconnue ¤

-



MessageSujet: Re: A l'épreuve du temps   Lun 8 Fév - 1:26

- A l'épreuve du temps -

Le sourire de Four ne pu s’empêcher de s’élargir en voyant la réaction de la brune devant elle. Au son de sa voix, elle s’était radie dans un sursaut, tel que l’hybride pouvait presque entendre son cœur battre hors de sa poitrine. La surprise : la blague la plus vieille du monde et encore à se jour l’une des meilleur. L’humaine tenta de ne pas perdre la face en lui faisant la leçon, sur laquelle elle était Ô combien fautive, effectivement. Mais en se retournant, elle aperçu la créature qui s’était penchée au dessus de son épaule, provoquant une nouvelle réaction qui la fit doucement ricaner d’un rire lent et lourd. C’est vrai, elle n’y pensait plus, elle n’avait pas de raison d’y penser : dans son monde, elle était normale.

Ici, pour chaque humain, elle était un monstre mais elle le vivait bien. Elle le vivait bien pour la simple et bonne raison qu’elle est une « élue » et que grâce à cette excuse, elle était autorisée à être bizarre aux yeux des autres : de quoi lui simplifier la vie en Kosaten et tout ce qui lui simplifie la vie est bien accueillit, opportuniste qu’elle est. Cette femme était elle aussi une élue, c’était évident en vue de son apparence. Four avait parcouru une bonne partie du pays, passé par des villages, des villes, constater leur niveau de vie … Ses pauvres gens ne savaient même pas réagir contre les changements climatique de leur nation ainsi que les catastrophe naturel, prouvant qu’ils étaient à l’âge des métaux ou un truc du genre. Et ça ? Ce n’était pas le visage de quelqu’un appartenant à ce monde. Les humains, c’était comme une science à part entière dans son monde elle l’hybride avait déjà bien raclé tout les sujets scientifique de son monde, au point de pouvoir discerner les failles dans les visages humain. Ce jolie petit brin de femme n’était pas du même calibre que les autres. Sa collègue élue, surprise donc, finit par lâcher lentement et bien articuler une demande bien précise, ce à quoi Four répondit exactement de la même manière, lentement et bien articulé, à quelques centimètres de son visage… Juste parce que ça sonnait marrant dans sa tête de réagir comme ça à ce moment.

"C’est – noté – mademoiselle ~"

Elle lui déclara par la suite qu’elle aurait été capable de la tuer si elle était armée. Mieux, elle utilisa les mots « faire sauter la cervelle » ce qui était une autre preuve que, dans ce monde ne possédant pas de quoi « faire sauter la cervelle », elle venait d’ailleurs et d’un monde bien plus développé. La menace en elle-même ? Ni chaud ni froid sur l’hybride : elle ne craignait nullement la mort pour la voir à chaque fois qu’elle croise un miroir. L’ombre de la faucheuse planait toujours sur elle et elle s’y était habituée, habituée à la cacher, habituée à sourire … Se faire sauter la cervelle ? Il y a pire. Mieux, elle trouva un moyen de tourner ça en une blague.

"Cela n’aurait pas bien aidé, tu sais ? Il me faudrait au moins quatre tirs en pleine tête pour espérer me descendre."

Et oui, une petite private joke que l’inconnue ne pouvait pas comprendre. Au moins, elle pouvait y rire toute seule car, vous savez, Four, quatre, quatre cerveaux …  Le Summum de l’humour !

Elle lui posa ensuite la fameuse question et pour y répondre, elle déposa ses livres sur le pupitre d’à coté avant de poser lentement une main griffue sur l’épaule de la dame, le plus doux possible pour lui faire ressentir ce sentiment de tranquillité qu’elle transportait toujours avec elle.

"Quelqu’un qui ne vous veut aucun mal dans un endroit totalement sécurisé. Alors relaxez-vous un peu, stresser, c’est fatiguant !"

Puis elle vint s’installer à ses cotés avec la ferme intention de se relaxer et de lire ses bouquin. Mais en compagnie d’une personne lui ressemblant, dans le cadre de Kosaten en tout cas, les livres pouvaient bien attendre un peu alors elle s’affala sur une chaise non loin, prenant ses aises, deux mains dans ses poches, deux bras étendu sur plusieurs chaises, croisant les jambes dans ses jeans déchiré … Et elle continua les présentations, toujours de son air à la fois joueur et épuisé.

"Sinon, tu peux m’appeler Four. J’ai débarqué y a pas longtemps, ici … Un peu comme toi j’suppose ? Heh heh … C’est vraiment un connard, ce piaf, hein ?" Elle lui fit un clin d’œil en faisant allusion au dieu Phoenix qui les avait mit dans cette situation délicate. "Et je suis ici parce que j’aimerais en apprendre plus sur Kosaten. En bonne scientifique, ‘me semblait que les archives, c’était un bon moyen de commencer."

Elle se mit à regarder ailleurs, commençant à apprécier l’ambiance tamisée et sombre à l’extrême de ses lieux, à regarder un peu partout, à  … Divaguer. Elle se replongeait un instant dans ses pensées, un court moment d’absence suite à la conversation que tout ses cerveaux avaient entre eux. C’était sans doute comique à dire mais devoir gérer quatre esprit différent, c’était pas toujours simple. Elle bailla en se grattant la joue, les paupières lourde … Avant de tilter et lui faire un petit signe de la main.

"Oh … Et vous ?"

Tisha Esso
AKA
Four

Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: A l'épreuve du temps   Lun 8 Fév - 13:49




     Si la créatures aux allures reptiliennes paraissait parfaitement à l'aise, Lara elle, ne pouvait s'empêcher de la dévisager d'un air incrédule. Elle avait croisé des êtres hors du commun durant sa vie, mais jamais rien d'aussi... troublant. Elle ne savait même pas dans quel œil regarder.
     L'attitude décontractée de la chimère sonnait pour l'anglaise comme une moquerie. Premièrement, elle semblait se vanter d'être un peu plus coriace qu'une personne lambda, ce que Lara était prête à croire. D'autre part, après l'avoir volontairement effrayée, elle avait le culot de lui enjoidre de se détendre. A cause d'elle, Lara allait devoir se changer en sortant. Et pire que tout, elle venait de glisser l'une des ses quatre mains sur son épaule.
     La jeune femme posa un œil sur la main griffue près de son visage. Elle n'était pas aussi froide qu'elle l'aurait imaginée, mais Lara n'étant malgré tout pas une personne très tactile, cela était plus embarrassant qu'autre chose. Elle fit circuler son regard le long du bras jusqu'à croiser celui de l'arachnide, avant que cette dernière ne se décide à la retirer.

     Après s'être installée négligemment sur plusieurs chaises grinçantes, l'inconnue s'annonça comme "Four". La Croft leva un sourcil, supposant qu'il devait d'avantage s'agir d'un surnom ou d'un pseudonyme en rapport avec les doubles-paires qui la composaient physiquement. Un peu à la manière de ce "Big Band" instrumental, probablement. Néanmoins, c'est ce qui vint ensuite qui choqua l'anglaise.
     "Ce connard de piaf". Les yeux de Lara s'arrondirent presque immédiatement. Elle semblait attendre un soudain cataclysme, levant les yeux sur Four, puis vers le haut. A chaque mauvaise parole, ou même mauvaise pensée, qu'elle avait pu exprimer à l'égard du dieu phénix, la brune s'était vue violemment châtiée à travers le seau qui ornait sa nuque. Brûlures soudaines et étranglements la réduisait au silence, ne se calmant que lorsqu'elle acceptait de soumettre son jugement à celui de la divinité.
     Mais rien n'arriva. L'araignée continua paisiblement son monologue, expliquant être une femme de science à la recherche de savoir. Après quoi, elle sembla lentement s'assoupir au fil de ses distractions. Encore une fois, Lara ne pu s'empêcher de la fixer, bouche bée. Pourquoi n'avait-elle pas encore reçu le courroux de Fenghuang, après l'avoir insulté dans sa propre demeure...?

     Reprenant ses esprits, Four lui retourna sa question d'origine d'un air absent, mais la londonienne ne put répondre immédiatement.

     - Attendez, comment est-ce que...? entama-t-elle, ayant du mal à trouver une bonne manière d'orienter sa question. Comment avez-vous fait...? Je veux dire, pourquoi n'êtes vous pas...

     Lara secoua le tête pour regagner sa composition, puis se pencha sur la table pour parler plus doucement. Elle semblait craindre d'être entendue.

     - Fenghuang ne tolère pas les défis... Faîtes attention à ce que vous dites.

     La brune sentit chauffer légèrement le symbole gravé sur sa nuque lorsqu'elle prononça le nom du Phénix. Ce n'était pas comme elle que de s'exprimer ainsi, elle qui avait fondé sa vie sur la profanation, mais les constants rappels à l'ordre de son nouveau Dieu avait fini par altérer sa conduite. A présent, elle surveillait ses mots, et ne questionnait plus la légitimité de l'idole.
     Mais alors pourquoi d'autres pouvaient-ils se le permettre...? Peut-être Fenghuang considérait-il que, n'ayant pas encore été directement présentés à lui, ils n'étaient pas entièrement responsables de leur rébellion? L'anglaise agita une main en fronçant les sourcils, chassant ces questions de son esprit.

     - Désolée, peut-être... reprit-elle avec une pointe d'hésitation. Non, oubliez.

     La jeune femme soupira. Elle se demanda un instant si le dieu Phénix avait des projets spéciaux pour cette Four. Ou si à l'inverse, ses constantes punitions morales ne s'appliquaient qu'à elle, en représailles des nombreuses insultes qu'elle avait pu faire aux divinités durant sa vie passée. Elle se résolu à remettre la réflexion à plus tard, reprenant la conversation d'origine.

     - Je m'appelle Lara. Lara Croft. Je suis, enfin j'étais, archéologue. J'ai été "appelée" il y a une semaine environ.

     Archéologue. Un titre plutôt ronflant pour une pilleuse de tombe, pensa-t-elle. Elle avait sauvé à peu près autant d'artefacts du passé qu'elle en avait accidentellement détruit. Et ce qu'elle avait obtenu, elle ne le partageait avec aucun musée.

     - Je suis venue aux archives pour la même raison que vous, expliqua-t-elle en essayant de reprendre une position confortable. Mais ces gens sont un peu moins érudits que je l'imaginais. C'est à croire que leur guerre stagne depuis toujours. Je n'arrive même pas à trouver l'origine du conflit initial...

     Étrangement, Lara se sentait un peu soulagée de rencontrer une scientifique, fut-elle d'un autre monde et pleine de bras. La compagnie insipide des moines avait affaibli son jugement, et celle d'une femme de science allait peut-être l'aiguiser à nouveau. Et qui sait, les deux jeunes femmes allaient peut-être trouver des réponses à leurs questions en retournant les archives du passé...








Dernière édition par Lara Croft le Dim 14 Fév - 21:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 102
Yens : 1650
Date d'inscription : 17/01/2016

Progression
Niveau: 21
Nombre de topic terminé: 11
Exp:
2/6  (2/6)
avatar
Four ¤ Inconnue ¤

-



MessageSujet: Re: A l'épreuve du temps   Jeu 11 Fév - 17:10

- A l'épreuve du temps -

La brune semblait bien silencieuse. Faisait-elle si peur que cela ? La surprise est une chose, cela provoque un choque qui peu rendre confus l'esprit mais après celle-ci passé, Four déduisait qu'en voyant son allure pour le moins peu hostile, elle reprendrait ses esprits et discuterait avec elle comme avec une personne normal ... Ou du moins quelque chose qui s'en rapprochait. Mais non, elle était encore bouche-bée et la regardait d'un air un peu bête qui aurait eu le don d'amuser l'hybride si ça ne lui donnait pas l'impression d'avoir fait un grosse bêtise. Okay, la petite blague n'était peut-être pas du meilleur gout même si elle ne voyait pas pourquoi l'humaine était si stressée à la base. Après tout, un voyage inter dimensionnel, c'était pas grand chose hein ? Mais cela ne justifiait pas ses yeux de merlan frit.

Elle eut ensuite un semblant de réponse. Elle semblait avoir fait quelque chose d'extraordinaire sous la forme de "défier" le dieu de sa nation. Elle ne s'en était même pas rendu compte, ou plutôt, si elle faisait référence au "connard de piaf" qu'elle avait lâché il y a peu, Four ne voyait pas ça comme une marque de défiance. Au contraire, c'était même affectif au possible ... Non, en réalité, si on devait échelonné sa relation avec Fenghuang, cela serait la grande neutralité comme plus ou moins les 95% de ses connaissances. Depuis longtemps, elle a adopté la règle du "Je m'en foutisme" dans l'espoir de vivre heureuse. Ainsi, certes, le phénix l'avait arraché à tout son confort mais était-ce vraiment nécessaire de lui en vouloir à ce point là ? La haine, ça gaspille de l'énergie alors en plus envers un dieux, c'est une haine et un désire de vengeance qui ne sera jamais rentabilisé alors elle avait accepté cette fatalité dés l'instant où elle apprit sa condition. Le jour où Fenghuang viendrait lui faire coucou, elle lui ferait un signe de la main avec un petit sourire.

Cependant, elle fit quand même l'effort d'apporter sa théorie à la jeune femme confuse devant elle, une théorie tout autre qui, d'après elle, tenait tout autant debout. Pas la peine d'oublier la question lorsqu'on avait quelque chose qui se rapprochait d'une réponse.

"Nan, je comprend pourquoi t'as la trouille. J'ai entendu dire que les élus récalcitrant se faisaient littéralement torturer par leur dieu. Jamais eut affaire à ce phénomène pour l'instant et je pense pas y être soumise un jour. Tu vois ... La douleur est la forme la plus primaire de peur et ... Si il veut un jour me contrôler ..." Son regard se fit plus sombre l'espace d'un instant. La lassitude et le désintérêt de tout se changeaient subitement en regard noir, balayant lentement la pièce comme si elle essayait de faire passer un message au dieu lui-même. "Il doit savoir qu'il est impossible de faire peur à qui ne craint pas la mort. Du moins, pas de cette façon."

Mais en l'espace d'un instant, son petit regard méfiant s'effaça et d'un simple claquement de doigt. Elle lui adressa un sourire de ses crocs blanc en ricanant, comme à son habitude. Certes, elle venait de lui tendre une perche pour expliquer les choses mais en réalité, la scientifique n'est pas fada du fait de raconter son histoire en long et en large. Dix longue année à faire face à la mort, quelque chose de peu appréciable, surtout dans les débuts.

"Et puis, je lui ais soufflé des mots doux à l'oreille, pas fait exploser son précieux temple !"

Après ce trait d'humour, la créature écouta la fameuse Lara Croft se présenter. Une archéologue, hein ? Un métier qui a sa définition dans son monde mais qui n'a vu que très peu d'élu être gratifier de cet emploi : un honneur que de pouvoir explorer les ruines des temples ancien qui, dans son monde, étaient d'énorme source d'énergie magique et donc une grande concentration de ressource mais aussi de danger.

Lorsqu'elle décrit l'état d'esprit général derrière la rédactions des livres, ici, au temple du soleil, Four se redressa péniblement et vint s'assoir prés de l'archéologue, ne se gênant pas pour bien, bien se coller à elle, croisant les bras sur la table, un autre bras venant soutenir sa tête pour que celle-ci n'ait pas trop d'effort à faire pour tenir toute seule. La proximité ne la dérangeait pas. La table était large mais son sans gêne l'était tout autant. Plus que ça, on pouvait la décrire de tactile, un moyen pour elle de se rapprocher des gens, au sens propre comme au figuré. Elle regarda un instant l'un des ouvrages que Lara avait en main, se léchant un peu les babines comme si elle se réveillait d'une bonne cuite : son état naturel.

"Tu sais ... L'histoire est écrite par les vainqueur. Je m'y attendais un peu, à vrai dire... Si un bouquin disait du mal du dieu Phénix en ses lieux, il aurait été brulé à la première seconde, même si ce qu'il dit est totalement véridique. Pour espérer trouver un peu de cohérence, il faudrait lire le même article écrit par chaque nation et vérifier leur fait ensemble. Le Phénix est un héro en Seika, une ordure en Fuyu. Ainsi, si le dieu phénix a commencé tout ça, par exemple, jamais un moine n'oserait dire ou écrire que c'est de sa faute."

La tigresse araignée lui adressa un petit regard malicieux et taquin.

"Mais je pense ne rien vous apprendre là, chère "collègue" ~"

C'est vrai, tout ce qu'elle venait de dire était un peu le b-a ba des études d'archéologie et il n'était pas vraiment nécessaire de revenir là dessus, à son gout. Elle replongea alors son museau dans le bouquin et fit défiler les pages tout en gardant une main sur celle qui était déjà ouverte et que Lara devait lire à l'instant. La vitesse de défilement n'était pas rapide comme l'éclaire mais assez pour être sur et certain qu'aucun être humain normal ne pouvait lire la moitié d'une page à cette vitesse. Et pourtant, si sa collègue regardait  ses yeux au moment de ce feuilletage, elle pouvait y voir ses quatre orbites bouger de manière différente, presque insectoid, pour regarder en plusieurs directions à la fois. Une fois arriver au bout, elle rouvrit le livre sur la page initiale, s'étirant un peu sur la table avant de poser un coude dessus pour se tourner un peu plus vers l'humaine.

"Ghnn ... Et bien ... Merci à une amie de Fuyu, je peux déjà dire que Long et Fenghuang sont trés différent, même vis à vis de leur propre nation. Long est un dieu sévère, voir cruel qui prône la robustesse, l'esprit conquérant, la puissance, ce genre de connerie quoi ... Alors que ce livre nous décrit de long en large que de tout les dieux, le phénix est juste, droit, prône la connaissance, la paix, tout ça ... Donc pour l'instant, j'aimerais croire que Long fou la merde mais c'est qu'une supposition, heh heh ..."

Oui, elle venait de lire l'ouvrage en entier et en avait fait un résumé trés brouillon mais sur ce point, ceux qui la connaissent ne devaient pas s'attendre à beaucoup mieux. Elle est une grande scientifique, intelligente, un puits de connaissance certains pourraient dire mais il lui faut pas mal de motivation pour procurer le minimum de résultat.

Tisha Esso

Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: A l'épreuve du temps   Jeu 11 Fév - 22:10




     Four avait une théorie regardant l'impunité de ses sacrilèges. En effet, malgré son language familier, elle ne pensait pas forcément à mal, contrairement à Lara dont les insultes correspondaient exactement à la pensée. Le Phénix était donc un peu moins pointilleux sur la forme que sur le fond.
     La scientifique prit ensuite une mine plus sombre, concluant que l'on ne pouvait la contrôler ni par menace de mort ni par douleur.

     - Oh... répondit simplement l'anglaise à mi-voix.

     Ce dernier ajout la fit réfléchir. Certes, Lara était une aventurière et une survivante. Elle avait mené une vie de tête-brûlée, et défié de nombreux dangers, mais après sa chute en Egypte, elle ne pouvait nier l'évidence: elle avait peur de la mort. Fenghuang l'avait bien comprit, et il avait également comprit que Four était au dessus de cette crainte. En cet instant, la brune respecta d'avantage la femme-araignée.
     Après un bref silence, cette dernière reprit le ton de l'humour, et se redressa pour contourner la table. L'humanoïde n'était pas spécialement grande, mais lorsqu'elle décida de s'installer à ses côtés, Lara pu constater à quel point elle aimait s'étendre et occuper de l'espace. Le contact physique fut largement rétabli, ce qui poussa l'archéologue à s'écraser sur elle-même. A présent, elle se trouvait coincée entre l'araignée et le mur d'enceinte. Il y avait décidément bien trop de mains et de crocs à proximité, et cette manie de passer sa langue fourchue entre ses lèvres n'arrangeait rien.
     Tandis que Lara faisait de son mieux pour se décoller des formes envahissante de la scientifique, Four lui rappela avec flegme le principe d'écriture et ré-écriture de l'histoire. Étrangement, malgré leurs différences anatomiques, les deux femmes semblaient être issus de mondes au fonctionnement fondamentalement similaire. Que ce soit sur Terre ou dans une galaxie lointaine, la notion de vainqueur et de vaincu était universelle.

     - Je ne connais pourtant aucune divinité qui se cache de son passé, remarqua tout de même l'archéologue. D'où je viens, ils sont aussi adorés pour leurs bienfaits que pour leur courroux. Les rois et les chefs, en revanche, s'arrangent toujours pour être les héros de l'histoire.

     Lara se frotta le bout du nez. La tigresse à ses côtés dégageait un parfum qui lui était totalement étranger. Elle était toujours surprise de constater à quel point certaines choses pouvaient parfois être très similaires entre les mondes, et d'autres fois très différentes. Four faisait presque entièrement partie de ces "choses différentes", de son apparence jusqu'à son odeur.
     Sa singularité se renforça encore tandis qu'elle se mit à dévorer le manuscrit. Ses multiples yeux parcouraient les pages à la vitesse de l'éclair, chacun s'occupant d'un paragraphe à la fois. De nouveau, la brune se retrouva subjuguée par cette prouesse, qu'elle n'avait encore jamais vu à l'oeuvre. Four tournait les pages si vite que l'on pouvait en venir à s'inquiéter pour l'état du livre lui-même. Après être parvenue à la dernière lettre, elle rabattit l'ouvrage à sa position initiale, et s'étala un peu plus sur la table.

     Le résumé qu'elle en fit fut bref. Fenghuong était un dieu érudit, traditionnel et procédurier. D'après ses dires, Long, la divinité du royaume de Fuyu, était d'avantage connu pour sa rigueur militaire. Restait à en apprendre d'avantage sur le dieu de la république voisine...

     Lara observa un instant l'araignée en tapotant ses doigts sur le bord de la table, avant de reposer son regard sur le livre. Le manuscrit, intitulé "Une brève histoire de Kosaten", n'avait jamais aussi bien porté son nom.

     - ... Waoh.

     Sur cette conclusion inspirée, la brune s'appuya sur le pupitre pour se redresser sur ses deux jambes. Elle ferma l'ouvrage dans un bruit sourd, puis se décolla de sa voisine pour aller le remettre dans son rayon initial. A l'évidence, elle était impressionnée par la chimère, mais n'était plus intéressée par la lecture du livre. Elle fit le tour de l'aile, sélectionnant quelques manuscrits supplémentaires. Si la scientifique se contentait du nécessaire concernant le passé de ce monde, l'archéologue semblait chercher d'avantage de précision.

     - On ne peut pas se contenter de ça... Il me faut des dates, un calendrier, des biographies... Je ne sais même pas en quelle année nous sommes.

     De retour les bras chargés d'ouvrages en tous genres, Lara lâcha le tout sur le pupitre, prenant soin de s'asseoir de l'autre côté de la table cette fois ci. Elle passa en revue les différentes couvertures, puis ouvrit finalement un livre intitulé "La Guerre Divine: Chronologie commentée". Tout en lisant la préface, elle poursuivit:

     - Les trois dieux ont l'air différents, mais ça n'explique pas pourquoi ils sont opposés... Leur iconographie est similaire, comme s'ils formaient une triade. Il doit bien y avoir-

     L'anglaise fut interrompue par une secousse importante, qui fit vibrer le temple tout entier. Une épaisse couche de poussière tomba du plafond, tandis que la Croft avait placé ses bras au dessus de sa tête en prévision d'un éventuel éboulement. C'était certain maintenant: elle détestait les séismes, surtout en intérieur. Le tremblement passé, elle ouvrit lentement les yeux, et entreprit d'épousseter ses cheveux et ses épaules.

     - ... Il doit bien y avoir un conflit originel quelque part, conclut-elle en tâchant de prendre un air naturel.

     Lara n'était pas certaine de sa théorie, mais elle connaissait suffisamment les panthéons polythéistes pour y trouver des ressemblances. Les triades divines étaient presque toujours complémentaires.

     Jupiter, Junon et Minerve.
     Brahma, Vishnu et Shiva.
     Odin, Freyr et Thor.

     Le sacré, la fécondité et la force.
     Le créateur, le préserveur et le destructeur.
     Le monarque, le producteur et le soldat.

     Restait à découvrir pourquoi, au contraire de ces exemples, le Phénix, le Serpent et le Dragon refusaient de s'entendre. La brune balaya la poussière qui recouvrait sa page, puis se plongea à nouveau dans la lecture. Cette fois-ci, elle espérait en tirer quelque chose d'utile.

     - J'ai cru voir une aile réservée aux sciences et aux mathématiques,  déclara-t-elle sans lever les yeux. Qui sait, si vous trouvez un mode d'emploi pour nous ramener chez nous...

     Pour une fois, il y avait une trace d'humour dans sa voix. A moins que...?






Revenir en haut Aller en bas
Messages : 102
Yens : 1650
Date d'inscription : 17/01/2016

Progression
Niveau: 21
Nombre de topic terminé: 11
Exp:
2/6  (2/6)
avatar
Four ¤ Inconnue ¤

-



MessageSujet: Re: A l'épreuve du temps   Lun 1 Mai - 19:17

- A l'épreuve du temps -

Depuis qu’elle était arrivée ici, Four avait montré son petit talent à quelques personnes et elle ne comprenait toujours pas pourquoi tout le monde semblait si choqué  de sa vitesse de lecture. Encore une fois, non, elle comprenait en réalité, mais cela faisait tellement partit de son quotidien que ce n’était nullement bizarre pour elle. Mais qu’importe, car Lara ne tarda pas à se redresser après son petit « woah » d’exaltation. On aurait presque pu croire qu’elle fuyait son contacte mais la scientifique refusait de croire cela de sa nouvelle amie, dans sa grande innocence due à sa paresse.

Penchant donc un peu sur le coté puisque l’archéologue n’était plus là pour soutenir son corps, elle déglutit cependant un peu en la voyant se ramener avec des tonnes de bouquins  et les lâcher de l’autre coté de la place. Oh non. Quelle horreur. Encore du boulot. Elle comprenait qu’il fallait en apprendre plus sur leur situation mais Four restait Four : Une mama cool plus paresseuse que l’animal lui-même. On aurait pu dire qu’elle devenait pâle si elle n’avait pas toute cette fourrure, lorsqu’elle commença à réclamer des dates et des biographies.

« Euh … Et … Pourquoi on ne peut pas se contenter que de ça, exactement ? »

Forcément, sa petite remarque presque humoristique passa par la trappe puisque l’humaine devant elle prenait les choses au sérieux, par rapport à la scientifique hybride. Lara continua de parler jusqu’à être coupée par une secousse qui fit vibrer les murs. Four, que relativement peu préparée à ce genre de phénomène, eut un petit réflexe de sursaut avant que la secousse ne viennent la faire descendre de quelques crans sur son siège, à moitié couché sur celui-ci au lieu d’être assise, s’agrippant à la table devant elle pour limiter les dégâts. La scientifique resta dans cette position un peu ridicule pendant un long moment, regardant d’un air surpris la femme qui continuait à parler et lire devant elle.

« … Oui, non, je suppose qu’on ne va pas questionner ce qui vient de se passer. Ça me va comme ça … »

C’était dit de manière ironique mais nullement agacé. Si quelqu’un ici avait la sale manie de ne faire attention à rien ici, c’était bien la scientifique maladive. Lorsqu’elle procura un effort surhumain pour se remettre droite, elle lâcha un long soupire à entendre Lara lui parler et surtout lui insinuer ce qu’elle devrait faire pour le bien de tous. La furry posa une de ses nombreuse main sur le dossier de sa chaise et poussa sur ses jambes une nouvelle fois dans un gémissement étouffé de douleur.

« T’as pas d’pitié pour mes vieux os, poulette … Mais je dois te remercier car j’ai vraiment l’impression que t’insinue… que j’serais la seule capable de résoudre ce mystère, heh heh … »

Une boutade plus loin, Four se traina dans les rangées de livres et se mit à analyser, à son rythme, les titres des divers bouquins et les indications sur chaque rouleau ancien. Une cherche qui jouait du ping pong entre Four et Lara et ceux, pendant quelques heures à chercher le passé inconnu de Kosaten, à chercher ce que les dieux avaient à raconter, pourquoi leur querelle éternelles et ainsi de suite … Mais au bout d’un moment, Four posa juste la tête sur la table, un livre entre les deux, poussant un long râle.

« Uuuurk … Cela ne sert à rien … Z’ont rien d’intéressant ici … C’est que des contes et légendes religieuse, pas de détail révélateur … J’ai sommeille … Urk … »

Et sur ses mots, Four s’endormit seulement pour se réveiller dans un lit réservé aux visiteurs du temple. Lara avait du l’y conduire après sa soudaine crise de narcolepsie … Il restait à savoir si elle allait la recroiser un jour, cette petite madame archéologue car elle n’était pas à portée de vue lorsqu’elle se réveilla, et personne ne semblait exactement où elle s’était échappée…

Tisha Esso

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

-



MessageSujet: Re: A l'épreuve du temps   

Revenir en haut Aller en bas
A l'épreuve du temps
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Il faut faire preuve de lucidité, David.
» Un Temps pour chaque chose:Le Choix Judicieux
» "Ô temps ! suspends ton vol, et vous, heures propices ! ..."{Frédérick & Milena}
» Prix du petrole a travers le temps
» Arrêter le temps...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Manga Multiverse ::  :: Empire de Seika :: Temple du soleil-


Crédits : Design : Phoenix & Pingouin Règlements & Contexte : Phoenix
Forum optimisé pour Google Chrome.