Partagez | .
Romance sanglante
Invité Invité

-



MessageSujet: Romance sanglante   Mar 23 Fév - 13:34


Rires et bonheur… Le repas se passait dans une ambiance détendue, le couple qui logeait Fumiko était content d'avoir un nouvel invité, Fumiko ravie de pourvoir garder son amour près d'elle. Il avait été convenu que Yuuya se chargerait de quelques taches journalières, en compensation de son accueil. La visite de leur chambre avait été pour la jeune fille un instant magique, s'imaginant lovée contre le corps du jeune homme, profitant de sa chaleur, écoutant son cœur battre, sa respiration…
Elle rougissait au souvenir de ces pensées, à la fois lui tardant la soirée qui les verrait se coucher ensembles mais aussi la redoutant. Pourraient-ils s'entendre dans une intimité aussi étroite ?

Pour l'heure, il s'agissait de faire visiter la capitale au jeune homme. Et force était de constater qu'elle ne connaissait pas les goûts de son aimé. Préférait-il déambuler dans les rues pour voir les échoppes, pénétrer l'atmosphère animée de l'auberge, se remplir du silence de la bibliothèque…?
Elle se demandait si seulement il avait envie de sortir. Il était tellement avare de paroles. Il fallait deviner ses pensées en examinant son visage et encore…Parfois, son impassibilité la mettait mal à l'aise. Elle avait l'impression de ne jamais savoir les réels sentiments qui animait Yuuya.

Elle décida de le sonder, par un moyen détourné. Mais avant qu'elle ne pût prononcer un mot, un banal incident décida d'un tout autre sort. Son hôtesse, voulant sans doute trop bien faire, renversa une bougie sur la nappe, laquelle s'enflamma rapidement. Fumiko, sans réfléchir aux conséquences, se saisit de son stylo.

EAU

La pluie qui se déversa sur la table eut vite fait d'éteindre l'incendie naissant.  Les hôtes en furent reconnaissants, la magie de la jeune fille leur étant connue depuis le début mais elle réalisa que Yuuya ne savait pas. Elle se tourna vers lui, le fixant maladroitement dans les yeux, essayant de deviner s'il était en proie à de la peur, de la surprise, du dégoût…Et elle ne le laissa pas réfléchir plus longtemps.


J'irais bien faire un tour en ville moi. Yuuya, ça te dirais ?



Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Romance sanglante   Mer 24 Fév - 16:05

Romance sanglante
Featuring Fumiko
Le voyage jusqu'à Kansei s'est signifié plus calme que ce que tu pouvais imaginer d'un continent en guerre. Tu l'as même trouvé beaucoup trop paisible. Et la présence de Fumiko n'y était clairement pour rien. Heureusement, tu pouvais au moins accorder au chauffard sa rapidité à atteindre la Capitale. D'après ce que t'a laissé sous-entendre l'écrivaine à la Forêt d'Émeraude, tu te trouves techniquement en territoire ennemi... Mais l'ambiance restreinte par quelques mimiques salutaires s'avère être bien moins pesante que ce qu'il n'y paraît. C'est à se demander si toutes ces histoires sanglantes de rivalité entre royaumes ne sont pas que pures spéculations par principe de dénigration... On passe d'une École maudite à une ville raciste, en passant par un boisage enchanté. Ce début de parcours paraît déjà bien peu orthodoxe... Et pourant, tu n'es pas au bout de tes surprises.

Une fois arrivé en ville, Fumiko s'est empressée de te présenter au couple d'hôtes qui lui offre si gentiment leur foyer. Vue d'extérieur, leur maisonnée n'a pas l'air si aimable que ça; mais à ta moindre surprise, son intérieur t'annonce un juste milieu. Aucun extrême n'est à pourvoir : ta compagne a bien choisie son endroit pour vivre. La bâtisse n'est ni trop pauvre, ni trop riche. Les murs blanchâtres isolent l'amas de pièces nécessaires à la définition minimale de "maison". L'entrée donne sur un escalier, alors que deux portes sur chacun des côtés présentent respectivement, à gauche, un salon, et à droite une cuisine. Après de très vives salutations envers les gérants des lieux qui détiennent désormais ton nom, on t'invita à découvrir justement l'étage supérieur.

Quel cliché tu dus subir, lorsqu'on t'accordait à toi et à Fumiko un lit à deux places sous prétexte que vous figurez officiellement ensemble... Ce n'était pas non plus la mer à boire, et au final, tu t'en fiches pas mal; mais il est des choses qui sont devenues tellement prévisibles qu'une fois dévoilées au grand jour, elles agacent plus qu'elles ne laissent indifférent. Mais peu importe. Les rougeurs que tu décèles d'un œil subtil auprès de ta belle laisse à croire que le plan était déjà en mire depuis un bail. Alors, quitte à faire plaisir à la demoiselle, tu te contentes de sourire bêtement à ton nouveau nid...

... Et tu étais désormais parti pour endurer le quotidien d'une espèce de famille recomposée. À l'heure du dîner, on te proposa une chaise aux côtés de l'écrivaine, et les mêmes discours étaient ensuite rabâchés. "Et quels sont donc vos projets futurs ?" Qu'est-ce qu'on en sait... "Que faisiez-vous avant ?" Oh, vous ne voulez pas savoir... "Comment avez-vous rencontré Fumiko ?" Disons plutôt que c'est elle qui t'a rencontré... "Et... Ensemble, qu'allez-vous faire ?" ... Hem. Tu t'appliquais, en somme, à figurer comme le bon garçon, modèle d'innocence et de sympathie ambulant, dont l'amabilité n'a d'égal que l'amour que ta chère te porte.

Fort heureusement pour toi, il y avait bien quelque chose qui allait secouer un peu la situation. La mégère, dans un geste maladroit, fit tomber la chandelle qui éclairait la table à manger depuis le début. Stupéfait et interrogatif quant au matériau douteux qui tisse la nappe du meuble, tu avises d'un regard écarquillé les braises incandescentes qui naissent aussi subitement que la flamme tombe. Sans bouger plus que ça, si ce n'est que tu te recules d'une poussée leste de ton pied droit, tu continues d'observer, avant qu'on ne mette fin à la confusion générale qui s'installait très rapidement. Sortie de nulle part, une pluie qui n'avait clairement rien à faire ici vint calmer le feu et sauva la maison d'un avenir funeste. À mieux y regarder... Tu soupçonnes Fumiko d'en être la surnaturelle origine. Son grand calme, ainsi que son stylo sorti pour l'occasion de l'incendie te laissaient croire à une nouvelle forme de magie.

Conclusion hasardeuse et tout à fait mal placée; quoiqu'appuyée par le fait que tu sors d'un monde magique pour atterrir dans un autre, tu te rends enfin compte que tu plais à une sorte de sorcière aux pouvoirs utilitaires. La surprise ne fut en réalité pas si grande que ça, et tu ne réagis donc pas plus que ça. Sans juger Fumiko, ni même lui accorder une admiration quelconque, tu écoutes les paroles qu'elle expédie avec gêne aussitôt l'évènement terminé. Quelques instants s'écoulaient, histoire de laisser l'affaire se tasser, puis tu lui répondis d'une voix calme et douce, comme à l'accoutumée...

-... Je te suis, oui.

Tu pries n'importe quelle Divinité que ceci ne devienne pas un ennuyeux quotidien...
Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Romance sanglante   Lun 29 Fév - 14:48



Kansei…Fumiko la connaissait par cœur maintenant. Mais aujourd'hui, elle prenait un aspect complètement différent, la jeune fille n'était plus seule. Quel plaisir de faire partager à l'être aimé les lieux qu'elle avait découverts au fur et à mesure de ses sorties. Ici les échoppes animées et parfumées, là l'auberge où elle avait ses habitudes, la bibliothèque silencieuse… Elle était fière de montrer à Yuuya que le lieu où elle demeurait était tranquille et accueillant. Main dans la main, ils déambulaient ainsi. Et elle regardait autour d'elle, cherchant les regards envieux qui se portaient sur leur couple.

Comme la vie était étrange…Hier encore elle se demandait ce que serait son avenir, fait de voyages incessants, de solitude, d'illusions, de promesses irréalisables…Et aujourd'hui elle l'avait trouvé son bonheur. Yuuya…Son Yuuya tant aimé, tant admiré, tant espéré…Comme chaque serrure ne pouvait contenir qu'une seule et unique clé, elle savait qu'il était la sienne, celle qui lui était destinée.
Seule ombre à ce tableau idyllique, le passé de son aimé. Le couteau, le tueur, la violence…Elle avait essayé d'oublier tout cela mais ça ressurgissait comme la douleur lancinante d'une épine plantée dans le derme. Ce serait une ombre planant sut la sérénité de leur couple, elle en était certaine. il fallait mettre un terme aux doutes et aux soupçons qui naissaient de cet aveu fait par Yuuya. Tueur il avait été, peut-être, mais jamais plus il ne le serait, Fumiko y veillerait.

Au détour d'une ruelle, la jeune fille entraina son amour vers un banc. Elle avait besoin de calme et d'écoute attentive pour faire ce qu'elle avait décidé de faire. C'était maintenant, l'instant était là, elle devait le faire.
Elle entoura tendrement le cou de Yuuya de ses bras, rapprochant doucement ses lèvres des siennes et l'embrassa, longuement, faisant passer tout l'amour qu'elle avait pour lui dans ce baiser. puis, se séparant de lui, elle le fixa dans les yeux et lui murmura les mots qu'elle n'osait lui dire avant.


Yuuya…Je ne veux pas connaître ton passé mais je veux construire ton futur. Fais-moi plaisir, débarrasse-toi de ton couteau s'il te plaît.



Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Romance sanglante   Mar 1 Mar - 11:07

Romance sanglante
Featuring Fumiko
Et la balade commença alors... Après avoir fait un long trajet jusqu'ici, il était désormais temps d'en entamer un nouveau dans les entrailles de la cité. Toi et Fumiko vous faufilez à une simple allure, la marche leste et coordonnée pour éviter les quelques obstacles que les passants éventuels faisaient, et elle te présentait les lieux avec une joie largement trop abondante pour une activité si banale. Tu lui présentais alors un sourire heureux et amusé par sa réaction surexagérée... Mais à vrai dire, malgré la connaissance de cause dont tu fais part, tu ne saisissais pas tout à fait ces réactions si grandes envers toi. Tu avais bien compris toute l'attention qu'elle te portait, et son comportement amoureux; mais puisque tu mimes l'acceptation et la réciprocité de ces sentiments; pourquoi continue-t-elle d'agir comme si elle voulait te charmer par son immense bonté ?

Peut-être était-ce tout bêtement le caractère de la belle, et que tu te faisais déjà un trop plein d'idées mal placées. Mais il faut dire qu'elle te tend la perche. Heureusement que tu n'es pas assez idiot pour l'attraper; quoiqu'un jour tu serais bien tenté de la briser en deux, tellement c'est agaçant lorsqu'on essaie de t'assommer avec... Enfin bon. La marche continuait longuement, et on t'indiquait alors chaque lieu de la ville aux alentours du quartier où tu vas vraisemblablement habiter pour un certain temps. Restaurants, salles de jeux, bars, échoppes... Il y avait même une bibliothèque cachée entre mille et une installation. Tu pourrais peut-être y trouver quelques ouvrages historiques qui t'aideraient à mieux comprendre ta situation...

... C'était une idée comme une autre, et tu fais bien de garder celle-ci en tête. Mais pour le moment, tu étais plutôt voué comme sous-entendu à observer les faits et gestes de ta compagne. Parmi toutes les bâtisses que tu avisais, elle n'en cherchait aucune. Au contraire, elle cherchait plutôt l'attention d'autre chose.. Tu suis alors ce que ses iris azurés poinçonnent tant bien que mal pour comprendre qu'elle assaillit les habitants de son air ravi. Pouvait-elle être aussi fière d'avoir trouvé le soi-disant amour... ? C'est... Stupide. Lorsqu'on trouve "l'être aimé", on cherche à le conserver, pas à le monter sur un piédestal comme un vieux trophée qu'on entretiendrait tous les deux jours... Si ?

Mah... Qu'importe. Qu'elle fasse ce qu'elle a envie de faire, tu te suffis à la suivre gentiment et sans perdre le moindre instant. Par ailleurs, Fumiko et toi finissez par débouchez dans une allée plus ou moins sombre; heureusement vidée des clichés de malfrats ambulants qu'on pourrait assigner au lieu; qui finit paradoxalement par donner sur un parc aux allures verdoyantes. Le contraste entre le passage emprunté, la place où vous vous situez et le reste de la ville qui est, avouons-le, plutôt terne, est frappant. Ce petit paysage maintenu dans un espace restreint est exactement comme tu penses que l'écrivaine te voit. Un trophée placé sur un piédestal, entretenu au péril du temps de certains. Tu t'entêtes à poursuivre la belle jusqu'à un banc disposé au sein de ce boisage artificiel, et vous vous y posez un instant.

Toi qui pensait pouvoir y trouver un temps de repos, te voilà bien taquiné. À peine poses-tu la main sur ledit banc qu'on t'agresse d'un baiser passionné. Et alors, la même vague de chaleur que tu découvris au sein de la Forêt d'Émeraude fit surface. Elle envahit ton être tout entier, cherchant à le conforter dans une douceur impossible à trouver ailleurs... Mais une fois l'échange fini, la plus ridicule des exigences t'était imposée. La fille pensait donc pouvoir t'acheter avec une embrassade ? Que nenni; et il est hors de question que tu te sépares de ton armement. D'une voix légère mais solide par le répondant que tu comptes bien lui rendre, tu fixes Fumiko d'un œil faussement bienveillant.

-Parce que tes tours de passe-passe sont peut-être moins dangereux qu'un banal couteau... ? Sans lui laisser le temps de répondre, tu enchaînes aussitôt en tendant ta main dans le vide par une gestuelle peinarde... Nos pays sont apparemment en guerre. Et je suis techniquement en territoire ennemi, c'est bien cela... ? Et puis... Qui te protègera, lorsque je n'en aurai pas la capacité parce que tu voudras te débarrasser de ma manière de faire ?

Sans transition, tu continues de lui répondre cette fois-ci par un second baiser. Tu t'appliques à ce que les courbes de vos lèvres s'épousent convenablement, tandis que tu joues avec la chaleur qu'elle t'a procurée pour lui en octroyer une plus tendre encore.

Essayait-elle de te scinder, en te séparant de ton petit trésor... ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Romance sanglante   Mer 2 Mar - 15:22



Ce couteau… Il ne voulait pas s'en séparer. Il disait que ce n'était que pour la protéger mais elle se souvenait de ces mots, de ces terribles mots prononcés auparavant. Je suis un tueur…Ce passé peut-il s'oublier ? Fumiko savait que ce serait une ombre à tout jamais planant sur son bonheur.
Et comme pour faire taire cette sonnerie stridente qui retentissait dans sa tête, Yuuya lui donna un baiser. Et, comme toujours, la jeune fille fit taire ses doutes et s'abandonna à son amour. Elle était heureuse.

La visite de Kansei se poursuivit ainsi, dans une béate félicité, main dans la main, offrant l'image d'un couple amoureux et épanouis, c'est ce qu'ils étaient, d'ailleurs, nul doute possible. Fumiko n'avait aucune raison de croire que le peu de paroles prononcées de son Yuuya n'était pas le fait qu'elle ne lui laissait guère de place pour s'exprimer. Le silence du jeune homme n'était pas inquiétant, il faisait partie de sa nature.


Viens, je vais te montrer quelque chose…


Fumiko l'entraîna dans sa taverne fétiche. Elle s'installa à sa table habituelle, faisant signe à Yuuya de venir s'asseoir près d'elle.

Ici, c'est un observatoire.  J'aime bien regarder les gens et j'imagine leur vie, ce qu'ils font, leur métier, leur caractère…Jamais je ne sais si j'ai bien vu…Je suis sûre que les apparences sont trompeuses…Tu vois la femme, là-bas ? Celle avec le grand chapeau ? Je suis persuadée qu'elle attend quelqu'un en cachette. un amant ou un enfant caché…Elle regarde partout, elle a l'air honteuse…Regarde…



Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Romance sanglante   Jeu 3 Mar - 9:56

Romance sanglante
Featuring Fumiko
Ainsi donc, ton petit coup avait marché... Mais à vrai dire, tu commences à douter de l'utilité de la rhétorique avec Fumiko. À croire qu'un simple baiser peut l'ensorceler. Si cela s'avère être la Vérité, alors la tâche sera doublement plus aisée à mener... Une embrassade ici et là, et tu peux en faire ce que tu veux. Alors, toutes les possibilités s'ouvrent à toi... Tu ne te pensais pas aussi efficace. Faire de l'écrivaine un véritable pantin à tes pieds paraît tout de suite mille fois plus facile... Mais tu t'en abstiendras. Le but n'est pas la soumission, simplement la couverture. Qu'elle te fiche la paix, à toi et ton couteau, et qu'elle continue de se croire plongée dans un monde de rêveries fantaisistes où tout est rose et où la moindre erreur est pardonnable. Tu trépignes d'impatience, toutefois, à l'idée de lui montrer comment le véritable monde est... Et hop, un poignard ici et là, et tu peux en faire une véritable traumatisée.

La belle continue de te traîner en ville au rythme de son humeur, non sans continuer à te présenter les lieux d'intérêt de la cité. La Capitale de Kansei est un endroit plutôt bien construit... Un bourg digne de ce nom, pour un monde magique au style ésotérique. À vrai dire, tu trouvais ça plutôt tape-à-l'œil... Ce n'est pour le coup, pas le genre d'architecture auquel tu es habitué. Quoique le dernier type de bâtiment que tu as côtoyé n'était pas non plus ton lieu de prédilection... Et pourtant, tu t'y es très vite adapté. C'est à cette idée que tu supposes qu'en te laissant voguer dans la méandres de la ville, guidé par la main féminine de ta compagne, tu finiras bien par t'y faire. Mais pour le moment, tu étais bloqué avec un regard secrètement écarquillé, la mine passive et souriante comme à ton habitude.

Vous finissez par débarquer au sein d'une petite taverne de bonne fortune; apparemment le point préféré de l'écrivaine. Fumiko t'y raconte l'adoration qu'elle voue à ce petit coin, où elle daigne s'entêter à envisager passé, présent et futur pour chaque passant qui osera se vouer plus extravagant qu'un autre. Une fois assis à ses côtés, tu poses tes bras sur la table ronde qui te sert alors de support une fois le coude braqué pour caler ta caboche dans le creux de ta main. Tu avises l'étrange demoiselle que Fumiko t'indique joyeusement, et écoute les hypothèses enjôleuses de la fille. Décidément, elle ne voit que de l'amour partout... C'est alors d'un timbre de voix toujours aussi douillet que tu rétorques, en ramenant une part de sombre dans les suppositions...

-... Ou peut-être fuit-elle quelqu'un ou quelque chose. Sa honte peut aussi être de l'appréhension. Il y a une discrète nuance entre les deux, difficile à cerner... Et c'est pour ça que je dis peut-être. Mais pour l'instant, cette fille-là m'a l'air plus intéressante...

... Et c'est reparti pour un tour. Quitte à jouer les Don Juan, autant aller jusqu'au bout. Et dès lors que tu finis de prononcer tes paroles, tu détournes une œillade semblant amusée vers Fumiko. Tout sourire, tu l'observes paisiblement avec la plus sincère des sérénités.

-Elle m'a l'air heureuse, souriante, chaleureuse.. Adorable.. Mais, je n'arrive pas à discerner son avenir. Tu as une idée de ce qu'elle chercherait à accomplir, exactement... ?

Quelques beaux compliments d'entrée de jeu, suivi d'un intérêt que tu portes à son futur. Parce que lui faire croire un amour fusionnel est une chose, mais savoir ce qu'elle compte en tirer prochainement en est une autre. D'autant plus que le naïf optimisme dont elle a déjà démontrée la force te laisse bien évidemment douter qu'elle tient honteusement quelques projets. Découvrir lesquels ne serait pas une mauvaise idée...

... Qu'est-ce que tout ça te réserve, en fait ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Romance sanglante   Dim 13 Mar - 11:20



Fumiko appréciait les compliments que venait de lui faire Yuuya. Elle lui prit les mains, elle avait besoin de ce contact avec son homme. Pour le savoir près d'elle et pour montrer aux autres qu'il était sien. Ainsi, il voulait parler d'avenir. De leur avenir…C'était donc très sérieux dans son esprit.
Et d'un coup, Fumiko eut peur. Etait-elle vraiment prête à se lier à lui ? Certes, elle était amoureuse, certes elle avait trouvé celui avec qui elle voulait continuer son chemin mais au fond d'elle, elle se savait tellement versatile. De combien de garçons avait-elle été éprise auparavant ?

Non, lui, c'était lui. Le bon, celui de sa vie. Elle voyait ses yeux débordant d'amour, il avait l'air tellement fou d'elle, confiance entière.


Disons que…à vrai dire, je n'y ai pas trop réfléchi…


Non, pas tellement ! Des jours et des nuits à former des projets aboutis, jusqu'à la forme de leur nid d'amour, le nombre constituant leur progéniture, la couleur de leur intérieur…

Je pense que tu devrais trouver un emploi, et puis on irait s'installer ailleurs, dans notre maison. Ensuite, je devrais arrêter de voyager et me poser un peu, surtout quand…si…

Elle n'osait avouer cette idée d'être enceinte, de porter son enfant. Elle le voyait dans un avenir si proche que ça lui donnait le tournis.  Mais lui, en était-il déjà à ce stade ou voulait-il simplement avoir une relation indéfinie avec elle ? Il lui fallait savoir ses intentions, quitte à avoir une déception momentanée.


Yuuya…Tu aimes les enfants ?


Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Romance sanglante   Mer 16 Mar - 7:17

Romance sanglante
Featuring Fumiko
La plaisante atmosphère propre à la coquette taverne dans laquelle vous vous étiez calés vous incitait à vous comporter plus gentiment que tu n'aurais pu l'être ailleurs. Accoudé ainsi à la table qui ne sert qu'en tant que maigre support, tu assailles Fumiko d'une œillade charmeuse, ne cessant guère ton petit jeu de séduction pour mieux tenir l'écrivaine dans le creux de ta main. Rien n'est jamais suffisant, en matière de manipulation. S'il y a moyen d'aller plus loin, alors il le faut. Car c'est ainsi que fonctionne l'être humain, tu te dois de la flatter autant qu'elle le désire, que ce soit volontairement ou non. Et même dans la Vie de tous les jours; le rôle d'un homme est de protéger la femme tout comme il se doit de la conforter par tous les moyens possibles. De là découle autant de façons possibles qu'il existe d'êtres vivants sur Terre. Ou sur Kosaten, pour le coup. Et parce qu'après tout, tu restes toi aussi humain, il te faut attendrir cette fille jusqu'à ce que plus une seule once de méfiance ne puisse s'installer. Embaumer son cœur d'un sentiment si puissant que tu pourras y immiscer le moindre plan nécessaire à ta survie, ou du moins à ta compréhension d'autrui, sans qu'on ne puisse te faire défaut.

Fumiko était vraiment une fille bien pour ce rôle. La gaieté d'un Amour fantaisiste; le style de relation que l'on ne peut s'imaginer qu'entre personnages d'un conte de fées; la rendait aussi naïve que tu pouvais la rendre heureuse sur l'instant. Toutefois, tu ne te pensais pas possesseur d'un si grand talent de bienfaisance... Ah, l'ironie des masques ne te lassera jamais. Parodier les clichés du Prince Charmant pour voiler ta terrible face distordue reste un passe-temps agréable et d'autant plus amusant. Certes, tout cela n'est que se répéter... Mais c'est justement en insistant dessus que l'on prouve ton grand intérêt caché pour cette activité. Tu ne vois d'ailleurs ça qu'ainsi. Une activité. En effet, tu aurais pu te rapprocher de quiconque autre que la belle; mais les rencontres t'ont poussés à jouer avec elle. Et personne d'autre. Maintenant, la règle était simple. Devenir le meilleur amant, pour mieux jouer avec la victime inconsciente. Mais malgré la mauvaise ambition qui traîne derrière le moindre de tes faits et gestes à l'encontre de la demoiselle; l'idée reste paradoxale et totalement ridicule en sortant de tes pensées. Il paraît vraiment impensable que tu deviennes un amant... Pourtant, tu n'es pas en train de postuler pour un rôle de cuisinier dans le Fast-Food du coin.

T'extirpant par la même occasion de ta pensive torpeur, une voix efféminée alors très familière te perce soigneusement les tympans pour t'adresser une de ces questions comme on en pose généralement pas. Ou peu, du moins. C'est à vrai dire un sujet sur lequel la confiance doit être de mise, et par conséquent, il n'y a guère besoin de s'interroger là-dessus... Mais cette brève réflexion te surprend toi-même. Tu te retrouves à réfléchir comme un aimable et naturel personnage... C'est donc ça, être banal ? Quel ennui, penses-tu si fortement... Tu ravises la belle d'un regard adouci, tes prunelles synchronisant un ou deux battements de cils anodins et significatifs de ton insouciance innée, puis tu t'efforces de conserver le rictus qui s'affaiblit discrètement. Un vif coup d'œil te permit de constater la vague gêne émanant de l'expression faciale de la pauvre. Tu en aurais presque pitié, en vérité.. Mais au lieu de ça, tu préfères mimer un air paisiblement amusé.

-... Si j'aime les enfants...

Ah, Yuka... Où te caches-tu en ce moment même ? Hein, Petite Sœur... ? Es-tu seulement en sécurité, si tu es encore là-bas ? Pourquoi ne pas avoir accepté la protection de ton Grand Frère... ? Pourquoi ne pas t'être laissée te faire tuée par Grand Frère ?!

-... Bien sûr, que j'aime les enfants. Je les adore, même.

Et ton couteau aussi, d'ailleurs... Ton sourire effilé par une fausse émotion digne d'une victime de l'adorable image qu'une ribambelle de gamins pourrait lui inspirer s'élargit, et tu réajustes ta posture comme si un léger frisson enjoué parcourait ton corps. Mais alors...

... À quoi pense-t-elle ?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

-



MessageSujet: Re: Romance sanglante   

Revenir en haut Aller en bas
Romance sanglante
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Patte Sanglante, Nuage Sanglant ?
» Une nuit sanglante!
» La chasse de la Flamme Noire
» Découvert d'une sœur (PV Aurore sanglant)
» Et une matinée ennuyeuse de plus, une ! (libre !)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Manga Multiverse ::  :: République de Minshu :: Capitale de Kansei-


Crédits : Design : Phoenix & Pingouin Règlements & Contexte : Phoenix
Forum optimisé pour Google Chrome.