Partagez | .
Crépuscule sanglant
Invité Invité

-



MessageSujet: Crépuscule sanglant   Jeu 17 Mar - 22:06

Apparence d'Adelaïde:
 

 
 
Le crépuscule.
 
Ce moment étrange, presque intemporel, où le ciel marque sa transition entre le jour et la nuit.  Où le soleil traverse l’horizon afin d’aller illuminer d’autres terres, apporter le matin en d’autres régions, pour que leur journée commence là où la nôtre se termine.  Les hommes associent énormément de sens philosophiques à ce court instant. Celui du passage entre la vie et la mort en est un exemple des plus flagrants.  
 
« … »
 
Du haut de la colline surplombant les paysages variés des terres centrales de Kosaten, mes yeux azur observaient la fuite de la sphère de feu géante. L’esprit des hommes avait le don pour associer des éléments pourtant parfaitement physiques et naturels à toutes sortes de rêveries incroyables.  Capacité fascinante et intrigante, néanmoins une arme telle que moi n’en était pas dotée. Je n’en avais pas besoin. Il me fallait au contraire garder les pieds sur terre ainsi que la tête froide, car ceux qui ne peuvent voir la réalité telle qu’elle est ne peuvent survivre bien longtemps pendant une guerre.
 
Fermant les yeux, je ramassais mon sac de tissus et mon bâton de bois, avant de me détourner de ce spectacle pour reprendre le voyage vers le Royaume qui avait invoqué mon aide. Mon rôle était-il de combattre afin que d’autres puissent rêver en toute quiétude ?
Peut-être.
 
J’avais quitté les terres enneigées de Fuyu depuis quelques jours, et sur le chemin j’avais déjà porté secours à plusieurs personnes, pour des tâches bien mineures comme déblayer des débris ou chercher des animaux disparus, mais ces minces travaux m’avaient permis de gagner cette arme de fortune et ce sac dans lequel se tenaient un simple couteau et  de minces provisions. Ce corps avait besoin de se nourrir après tout… Jeûner pendant plusieurs semaines sans même ressentir le moindre mal n’était plus dans mes capacités, rabaissées à celles de l’enfant que j’incarnais actuellement. C’était contraignant, mais c’était comme cela que les choses étaient. Me plaindre n’y changerait rien, le mieux que je pouvais faire était de m’adapter en conséquence.
 
Descendant un chemin escarpé, je m’enfonçais de nouveau dans ces montagnes que l’on nommait les Rocheuses, reprenant ma route vers le Sud. Pour le bien de ma mission, je songeais cependant à la nécessité de trouver un abri pour la nuit. L’on m’avait décrit ce monde comme dangereux et foyer d’une faune particulièrement dangereuse, et je n’étais clairement pas en état d’affronter une « bête mystique », comme on appelait ce genre de créatures dans mon ancien monde. Catégorie de monstres à laquelle j’appartiens.
 
Il me fallu quelques minutes, dans la lumière descendante, pour trouver une cavité rocheuse répondant aux critères que je recherchais. C'est-à-dire, vide et peu profonde, afin d’éviter de perturber le nid d’un quelconque animal. Naturellement habituée aux conditions extrêmes, je n’avais pas besoin de plus de confort que le coin d’une grotte, néanmoins…
 
Se perdant en écho dans les montagnes, un cri humain retentit soudainement.


Dernière édition par Adelaïde le Dim 20 Mar - 16:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 477
Yens : 1000
Date d'inscription : 05/09/2015
Age : 19
Localisation : Tout près de toi...

Progression
Niveau: 22
Nombre de topic terminé: 5
Exp:
5/6  (5/6)
avatar
Shado ¤ Inconnue ¤

- https://www.youtube.com/channel/UCGQwH4M5ts5QncrxbdzP--g



MessageSujet: Re: Crépuscule sanglant   Ven 18 Mar - 19:38


Hypocrites !

Ça fait dès jours qu'on marche dans des paysages déserts sans aucun but, tu ne voudrais pas changer un peu ? Je m'ennuie.

Depuis trois jours, je m'efforce de supporter cette voix. Même si elle est une part de ma personnalité et que, en général, nous nous entendons bien. Trois jours qu'elle ne cesse de se plaindre. De toute évidence, le calme intérieur dans lequel je pouvais me réfugier avant n'est plus là.
Un pied devant l'autre, je marche machinalement, je me perds dans mes pensées quelques secondes avant d'être ramenée par les plaintes de l'Autre.

Bon écoute, je sais que tu n'as pas une grande patience, mais moi non plus je n'en ai pas une et je ne supporte plus tes petits gémissements sans aucune utilité.

Je pense que je tiens mon impatience de toi. Je sens de la colère, j'adore la colère !

La sensation qui me traverse est bizarre, je ne saurais comment la décrire. Je suis en colère. Ça, je veux bien l'admettre. Mais je ressens également une grande excitation. C'est comme si je ressentais mes émotions et les émotions de l'Autre en même temps.

Tu sais ce que j'aime encore plus que la colère ?

Je pousse un léger soupir.

Non, mais je ne vais pas tarder à le savoir.

Oh, tu es vraiment de mauvaise humeur. Parfait, parfait ! Ce que j'aime encore plus c'est quand la colère s'exprime.


Qu'est-ce que tu veux dire par là ?

Regarde sur ta droite.

Je tourne le regard et vois un jeune couple en train de faire une pause. On dirait qu'ils sont en train de monter un camp pour la nuit. Oh, je n'avais pas remarqué que le soleil était si bas. Ces deux personnes ont un air si heureux, si... Hypocrite ! Le bonheur n'est qu'une façade. Comment peuvent ils mentir aux autres ? Comment peuvent ils leur dire qu'ils sont tout simplement heureux ensemble ?

Oui, je sais que tu en as envie. Ne te gêne pas. Ramène-les à la réalité.

Je me fonds dans les ombres qui s'allongent et m'approche progressivement du feu de camp. Je dégaine Kisume, mon katana, encore taché du sang de ma sœur. Elle a mérité son sort et ses deux amoureux méritent le leur eux aussi. Alerté par le tintement de ma lame, ils se retournèrent et s'éloignèrent de moi précipitamment. L'homme tomba à genoux.

Pi... Pitié... Ne nous faites pas de mal !

Moi ? Vous faire du mal ? Non, moi, je rétablis la vérité.

L'instant d'après le corps de l'homme se raidit en s'écrasant sur le sol, sa tête quelques centimètres plus loin. La femme hurla.


Couleurs:
 

Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Crépuscule sanglant   Lun 21 Mar - 0:30

[INFO] Triangulation complète. Origine du son repérée.
 
Entre deux et trois cent mètres au Sud-Ouest de ma position. Lors des deux guerres mondiales auxquelles j’avais participé, le nombre d’hurlements de cette nature étaient parvenus à mes « oreilles » était incalculable. Je pouvais reconnaître un cri humain entre mille. Un son de peur et de détresse. Dans une région si hostile, le plus probable était que cette femme subissait l’attaque d’une créature sauvage, certainement cannibale.
 
Néanmoins, un cri était un appel à l’aide.  En absence d’autre objectif, c’était une mission que je devais prendre. Certes je n’étais pas plus puissante qu’un autre humain, mais je possédais un bâton, un couteau, et l'expérience de mes combats passés n’avait pas disparue. En restant méthodique, cela était généralement suffisant face à un animal.
Ne restait qu’à espérer qu’il n’y ait pas d’imprévu.
 
Laissant mon sac sur place pour augmenter ma mobilité et la furtivité, je n’en pris que le couteau qui fût ensuite accroché dans le bas de mon dos. Ma tenue, partie intégrante de mon corps, s’adapta en conséquence pour improviser un fourreau me permettant de ranger confortablement la lame. Dans mes mains je conservai mon bâton, et me dirigeais ensuite en vitesse vers l’origine du cri.
 
Il ne me fallu que peu de temps pour atteindre mon objectif. Du moins, il se trouvait à présent à quelques mètres sous ma position : Un petit campement aménagé dans une  cavité si peu profonde que j’en voyais l’intérieur depuis un chemin longeant la montagne, passant juste à côté de cette scène.
Qui n’était pas bien difficile à comprendre. Deux campeurs. Un cadavre. Une femme affolée. Une autre armée. La menace ne provenait pas de la faune comme je l’avais cru… mais d’une humaine. Dans un monde qui  connaissait tant la guerre, il n’était pas si surprenant de voir de tels spectacles de violence et d’injustice.
 
Qu’il en soit ainsi. Ma mission serait de sauver cette voyageuse innocente. Pas par altruisme, encore moins par héroïsme, mais par devoir et respect envers ce que j’étais : Une arme. Une arme n’a de faction que celle de son utilisateur. Et changeforme que j’étais, il me fallait remplir les rôles que le monde m’offrait pour préserver l’équilibre. Rejoindre celle qui portait un katana n’aurait pas de sens, en revanche celle qui ne pouvait se défendre….
 
Nul besoin d’y réfléchir plus longuement, le temps pressait. Bâton en main, je glissais le long de la paroi rocheuse pour atteindre le même niveau que les deux femmes. Terrain en cause, mes mouvements avaient été trop bruyants pour espérer réussir la moindre attaque discrète, alors je devais d’abord m’interposer entre l’ennemi et ma maîtresse temporaire. Redirigeant le peu d’énergie disponible de Spiegel pour renforcer mon corps, je m’élançais à toutes jambes vers les deux humaines, prenant l’arme de bois à deux mains. Mais au lieu de m’en servir pour attaquer, j’attendis d’être à moins de deux mètres de la manieuse de sabre pour donner une grande impulsion sur le sol avec celui-ci, et me propulser par-dessus elle pour atterrir juste devant  la victime. Une simple technique de saut à la perche, qui en d’autres termes m’avait placée entre l’attaquante et sa cible, mettant cette dernière virtuellement hors de danger. En garde, je m’annonçais, d’un ton calme ne laissant place à aucune émotion:
 
« Mon nom est Adelaïde, et il est de mon devoir de défendre cette personne. Déposez votre arme et reculez de dix pas. Tout refus de coopérer sera considéré comme une menace et fera face à de sévères répressions physiques. »
 
Le message était sans appel, les conditions claires. Je fixais cette femme au regard meurtrier dans les yeux, sans ciller, prête à réagir en cas de résistance.
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 477
Yens : 1000
Date d'inscription : 05/09/2015
Age : 19
Localisation : Tout près de toi...

Progression
Niveau: 22
Nombre de topic terminé: 5
Exp:
5/6  (5/6)
avatar
Shado ¤ Inconnue ¤

- https://www.youtube.com/channel/UCGQwH4M5ts5QncrxbdzP--g



MessageSujet: Re: Crépuscule sanglant   Lun 21 Mar - 8:56


Manipulée

Avant que je puisse en finir avec la femme, j'entends un bruit de pas. Une jeune fille s'interpose entre moi et ma cible. Ce qui me contrarie légèrement.

Oh pauvre petite, dit l'Autre avec un rire sarcastique, elle va regretter de s'être interposé. Tu détestes être interrompue, pas vrai ?

Mon nom est Adelaïde, et il est de mon devoir de défendre cette personne. Déposez votre arme et reculez de dix pas. Tout refus de coopérer sera considéré comme une menace et fera face à de sévères répressions physiques.

Elle est manipulée ça se voit. Son "devoir" est de défendre cette personne. Elle ne le fait ni pas sympathie, ni par intérêt. Il est évident qu'elle est habituée au fait qu'on se serve d'elle.

Parfois, je me dis que l'Autre n'est qu'une voix d'un esprit psychopathe dans ma tête. Mais à d'autres moments, comme celui-ci, sa perspicacité me laisse perplexe. Aucun détail ne lui échappe, elle est capable de tirer des conclusions plus plausibles que les miennes.

Pourquoi parles-tu de devoir ? Si tu protèges cette personne, c'est parce que tu en as envie, non ? À moins que tu ne mentes comme tous les autres, que tu n'agis que pour préserver les apparences. Je ne te connais pas, mais je peux voir que tu es manipulée comme j'ai moi-même été manipulée par le passé, avant de me rebeller. Tu crois rependre la justice, mais tu ne fais qu'agir pour des gens qui n'en n'ont rien à faire.

Qu'est-ce que tu fais ? Tue là !

Non, elle est comme moi. Juste aveuglé, perdue. Je veux lui donner une chance de reprendre son destin en main. Mais si cela ne marche pas, je serai dans l'obligation de l'éliminer.

Couleurs:
 

Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Crépuscule sanglant   Lun 21 Mar - 13:49

La menace refusa de coopérer, restant sur ses positions. Plus encore, elle prit la parole et commença à remettre en question mes convictions et objectifs.  Envie ? Justice ? Mensonge ? Ce qui était dit n’était pas inintéressant à débattre… avec une autre interlocutrice que moi. Néanmoins, je savais faire preuve de respect, et répondre aux affirmations de la manieuse de sabre ne semblait pas gêner ma mission, à conditions que je ne baisse pas ma garde. Ce que je ne comptais pas faire.

Gardant la même voix, je pris soin de contredire chacun de ses arguments :

« Non, je ne le fais pas par envie. Je ne suis dotée d’aucun désir, seulement d’une fonction que je me dois de mener à bien. Ceci est l’unique vérité. »


Elle évoqua le fait d’avoir été manipulée, de s’être rebellée ensuite. Était-ce une tentative d’inculquer le doute dans mon esprit ? En ce cas, cette femme allait se heurter à un mur. Une fois que j’avais trouvé un rôle, je le servais jusqu’au bout. Jusqu’à ce que ma présence ne soit plus utile.


« Ma position ne changera pas. Si vous ne déposez pas votre arme, je procéderais à votre élimination immédiate. »

Pour affirmer mes dires, j’avançais d’un pas vers elle, pointant mon bâton en direction de son visage. Il fallait lui faire ressentir la menace. Lui faire comprendre que j’allais agir. Néanmoins, certains mots ne laissaient pas mon esprit de marbre…

Est-ce vraiment seulement mon devoir ?

Mon œil droit se plissa faiblement. Malgré ma rigidité mentale, cette femme semblait être parvenue à placer une graine d’hésitation. Par cette action, n’avais-je pas juste désiré défendre la justice ? Les idéaux pour lesquels Elle aurait pu vouloir se battre ?

Non.

Mon existence avait été couverte de rouge. J’étais une arme, et en tant que telle j’avais tué, encore et encore. Des monstres de la pire espèce à la plus innocente des âmes, mes mains avaient été tâchées de sang de toutes natures, ne se souciant guère de la morale ou des règles, du bien ou du mal. J’avais été appelée à défendre cette campeuse à présent veuve, car c’est là où Gaïa désirait que je sois.
Il n’y avait aucune autre raison. Il ne pouvait en exister d’autre !

Mon regard se durcit à nouveau, plus froid encore :

« Ce n’est pas la justice que je défends, mais cette femme qui m’a appelé. »
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 477
Yens : 1000
Date d'inscription : 05/09/2015
Age : 19
Localisation : Tout près de toi...

Progression
Niveau: 22
Nombre de topic terminé: 5
Exp:
5/6  (5/6)
avatar
Shado ¤ Inconnue ¤

- https://www.youtube.com/channel/UCGQwH4M5ts5QncrxbdzP--g



MessageSujet: Re: Crépuscule sanglant   Mar 22 Mar - 14:18

Ai Tsukusora a écrit:

Lutte à mort

Ce n’est pas la justice que je défends, mais cette femme qui m’a appelé.

Ces mots résonnent sans aucun sens dans ma tête. Je n'arrive pas à comprendre. Cette fille défend un intérêt qui n'est pas le sien, elle sait qu'on l'utilise, mais pire encore ça ne lui fait rien.

Tu avais tort. Cette fille n'a rien à voir avec toi. Elle n'est ni aveuglée, ni perdue. Elle sait parfaitement ce qu'elle fait.

Elle sait peut-être ce qu'elle fait, mais elle ne sait pas pourquoi elle le fait.

Tu te mens à toi-même, comme les autres, comme cette femme qui se berce d'illusions avec son amour éperdu. Cependant, toi, t'as seule différence est que tu as les pieds sur terre. Je pensais pouvoir te ramener à la réalité, à ma réalité, à l'enfer qu'est ce monde. Mais tu en es bien trop loin. A présent cesse de t'amuser avec ton bâton et viens plutôt me montrer ce que tu sais faire.

Ça va devenir intéressant. Oh oui, oui, oui !

Dès fois, je me demande quel âge tu as.

Bah le même que toi pourquoi ? Eh ! Tu ne voudrais pas faire un pari pour le combat ? Un jeu, ça corse un peu les choses et c'est plus excitant.

Je lève les yeux au ciel. L'Autre est moi, et dès fois, je m'exaspère.

Je pose mes règles pour le combat, tu n'as rien à y redire. Si je gagne je tue cette femme qui est derrière toi. Le combat se déroulera jusqu'à la mort.

Couleurs:
 

Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Crépuscule sanglant   Mer 23 Mar - 22:24

J’écoutais avec attention chacune des dernières paroles de celle que je n’allais pas tarder à affronter. Que me reprochait-elle ? De me bercer d’illusions ? Pourtant, cette femme semblait bien plus éloignée de la réalité qu’elle ne le prétendait, et je décelais un évident trouble psychologique. Aucune raison logique d’attaquer la civile que je défendais. Ses mots étaient porteurs d’une haine envers le monde, qu’elle défoulait au travers du fer et du sang.
Se penser clairvoyant. Détendeur de la vérité du monde. S’imaginer que ce sont les autres qui sont anormaux, qui sont dans l’erreur. Psychopathe ? Sociopathe ? La manieuse de sabre appartenait à l’une de ces catégories, mais ce n’était pas mon rôle de la raisonner. Un combat est cependant tout aussi mental que physique, alors connaître la manière de penser de son adversaire, était un avantage pour anticiper ces actions.

Elle imposa ses conditions pour un affrontement à mort. Ma défaite signifierait la mort de ma protégée, qui était en pleurs derrière moi, accablée de terreur et de chagrin. D’ailleurs, voulait-elle périr ? Si son lien avec cet homme était assez fort, c’était une possibilité. Mais ma mission restait la même pour autant, et je l’accomplirais jusqu’au bout.  

« J’accepte ces conditions. »

Depuis quand acceptait-on de quelconques règles pour un affrontement ? En guerre, il n’existait aucune loi, rien n’était juste ou injuste… néanmoins, mon mental semblait forgé autour d’une sorte de code, qui m’imposait certaines conduites.
Probablement un moyen de différencier les duels des champs de bataille. Une tare de mon caractère ? Quelque chose que je devrai corriger dans le futur…



Mon premier assaut fût sans signe avant-coureur. Sans un seul mouvement de mes jambes, je repositionnais  soudainement mes mains sur l’arme, pour faire basculer l’arrière du bâton comme une masse, vers le crâne de mon adversaire.  Attaquer directement le visage avec la partie que j’avais pointé vers elle quelques secondes plus tôt aurait été bien trop facile à anticiper. J’espérais au moins la faire reculer avec ce mouvement, afin de l’éloigner de l’humaine. La protéger des dégâts collatéraux.

Puis, faisant tournoyer le bout de bois une seconde pour déstabiliser l’épéiste, je le rattrapais d’un geste habile pour porter cette fois-ci un coup en estoc visant le ventre, avançant en même temps pour suivre mon geste et lui donner plus de puissance.
A cet instant du combat, jauger mon adversaire était impossible, alors mon meilleur moyen de sortir gagnante était de vaincre rapidement !...


- - - - - - - - - -

[HRP] Règles:
 

Résumé:


-Frappe lourde de haut en bas, comme avec une masse, visant le crâne.

-Frappe en estoc visant le ventre, avec légère charge pour amplifier le coup.
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 477
Yens : 1000
Date d'inscription : 05/09/2015
Age : 19
Localisation : Tout près de toi...

Progression
Niveau: 22
Nombre de topic terminé: 5
Exp:
5/6  (5/6)
avatar
Shado ¤ Inconnue ¤

- https://www.youtube.com/channel/UCGQwH4M5ts5QncrxbdzP--g



MessageSujet: Re: Crépuscule sanglant   Jeu 24 Mar - 20:35


Lutte à mort

J’accepte ces conditions.

Juste après la fin de sa phrase, elle essaie de m'abattre à coups de bâton. Intérieurement, j'en ris presque. J'esquive le coup d'un simple pas sur le côté. L'arme de mon adversaire passe à quelque centimètre de mon visage, mais tout est calculé.

Je peux jouer ? S'il te plaît ! Laisse moi prendre le contrôle.

Hein ? Mais de quoi tu parles ?

Laisse moi prendre le contrôle de ton corps, au moins juste pour le combat. Tu n'es pas la seule à vouloir te défouler.

Je ne vois pas vraiment ce qu'elle veut dire par là. Bien sûr, je comprends les mots "prendre le contrôle de ton corps" mais je ne vois pas comment elle pourrait procéder. Est-ce que nous échangerions de place le temps du combat ? Une seule façon de le savoir, et puis autant expérimenter cela tant que je suis face à un ennemi "mineur".

C'est d'accord. Aller fait toi plaisir.

Chouette ! Merci !

C'est alors que je me sens comme basculer dans la brume. Je ne suis plus reliée à mon corps, mais juste à l'esprit de l'autre. J'ai toujours cette vue subjective, mais je ne contrôle plus rien, je ne ressens plus rien. Je reporte, avec effort, mon attention sur le combat. La fille charge sur nous, l'Autre esquive avec un salto avant par-dessus elle. Je ne savais pas mon corps si souple. À vrai dire, je n'aurais jamais essayé une esquive de la sorte, d'ordinaire, j'aurais esquivé par le côté pour me retourner et affliger un coup de katana. Après avoir atterri l'Autre reste pencher au sol et se retourne brusquement jambe tendue pour effectuer une balayette. Dans la vitesse de l'action et avec cette sorte de brume, je suis incapable de dire si cela a réussir ou non. En tout cas, je ne pensais pas que j'avais en moi une forme de vie aussi énergétique et combative, l'Autre. Au moins, je sais qu'elle me comprend, elle ne m'abandonnera pas. Elle est moi, je suis elle. Et ensemble, nous allons gagner cet affrontement à mort.

Couleurs:
 

Résumé:
 

Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Crépuscule sanglant   Mar 29 Mar - 13:44

Dès la première seconde de cet affrontement, une chose m’est clairement apparue : Cet adversaire n’était pas à sous-estimer. En fait, elle était même à prendre très au sérieux, une sévère menace comme j’en avais déjà affronté auparavant. C'est-à-dire, en pleine possession de mes moyens… ce qui n’était plus le cas.
Esquiver mes assauts ne sembla lui posa aucun problème, c’était comme ça nous évoluions chacune dans une trame temporelle différée, la mienne étant bien trop lente et la sienne bien trop rapide. Non, je ne me plaignais pas, ni ne comptais abandonner, mais analyser objectivement une situation fait partie du nécessaire pour vaincre.
 
C’est d’ailleurs ainsi que j’avais remarqué un changement chez ma cible, subtil mais certainement réel. Sa première esquive avait été méticuleuse, calculée, directe. Aucun mouvement superflu, le strict nécessaire pour annuler l’intégralité de mon coup. Alors que la seconde était… Plus impressionnante. Si cette femme était apte à lire ainsi dans mes mouvements, bloquer mon estoc aurait du être fait de cette même manière suffisante.
Et pourtant, elle avait effectué une acrobatie… C’était peut-être un détail, mais chaque détail comptait.
 
Heureusement, c’est cet élan de zèle soudain qui me permit de ne pas me retrouver au sol, car au moment où ses pieds l’avaient touché, j’avais effectué une roulade avant immédiate, bien consciente qu’un adversaire bondissant dans mon dos voulait en profiter pour frapper dans mon angle mort. Pour cette fois, mon expérience avait compensé la différence entre nos capacités.
Pour cette fois.
 
Me redressant face à elle, et nos positions à présent inversées, j’analysais la situation. La femme que je devais défendre était derrière cet assassin, ce qui démontrait que celle-ci semblait tenir parole : Elle aurait pu la tuer d’un geste avec une vitesse pareille, mais gardait toute son attention sur moi.
C’était comme si elle jouait. Ou alors avait-elle un certain sens de l’honneur. Si c’était le deuxième cas, c’était appréciable… pour peu qu’une arme puisse apprécier quoi que ce soit. Seul le résultat comptait.
Et le résultat, j’allai bientôt l’obtenir.
 
Je fixai mon arme improvisée. Trop lente. Puissante, mais inutile face à quelqu’un capable de l’anticiper si aisément. La lame courte dans mon dos était plus rapide, mais disposait de moins de portée, et de force d’impact. Mais c’était la seule solution… il allait falloir frapper méticuleusement, et mettre un terme à ce combat.
 
Je fis mine de prendre de l’élan pour charger de nouveau. Néanmoins, au lieu d’une attaque au corps à corps, j’utilisais une dernière mon bâton en tant que… javelot, rassemblant mes forces pour le lancer droit en direction du visage de mon adversaire. Certes, il n’avait pas de pointe, mais ce mouvement était une distraction plus qu’autre chose, destiné à couvrir mon véritable assaut, plus risqué : Dégainer ma dague, pour foncer vers ma cible.
 

D’une impulsion (non sans douleur) de mes jambes renforcées par Spiegel, je m’approchais en vitesse  de la manieuse de sabre, tendant la lame vers mon objectif : Son cœur ! 


[HRP]:
 

- - - - - - - - - - 

Action 1: Roulade pour esquiver la balayette. 
Action 2: Jette le bâton sur Aï, comme un javelot.
Action 3: Charge pour tenter de percer le coeur de Aï, avec une dague.
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 477
Yens : 1000
Date d'inscription : 05/09/2015
Age : 19
Localisation : Tout près de toi...

Progression
Niveau: 22
Nombre de topic terminé: 5
Exp:
5/6  (5/6)
avatar
Shado ¤ Inconnue ¤

- https://www.youtube.com/channel/UCGQwH4M5ts5QncrxbdzP--g



MessageSujet: Re: Crépuscule sanglant   Mar 29 Mar - 21:32


Lutte à mort

Quand l'Autre se relève et que ma vision se stabilise, je peux de nouveau me concentrer sur le combat. Notre adversaire se trouve un peu plus loin qu'avant j'en déduis qu'elle a dû esquiver le coup par un quelconque mouvement sur le côté. Elle nous lance son bâton qui lui sert d'arme comme s'il s'agissait d'un javelot. Pathétique. Combien de fois avais-je vécu cette situation avec mes "camarades" lors des entraînements dans mon Ancien Monde ? C'est un coup classique. Lorsque l'adversaire est désemparé face à la situation, il jette son arme, ou un autre objet pouvant blesser, de façon délibérée vers l'autre combattant dans l'espoir de créer une diversion et ainsi avoir le temps de sortir une seconde arme pour charger l'adversaire. L'Autre semble avoir suivie le fil de mes pensées, car elle ne se concentre pas sur le bâton qui nous arrive dessus.

Tu sais que tu dois au moins l'esquiver ? Sinon il lui sera beaucoup plus facile de te surprendre alors que tu seras en train de te relever.

L'Autre ne me répond pas, mais lorsque le projectile arrive, un peu trop prêt à mon goût, elle dévia sa trajectoire à l'aide de ma lame. Ensuite, elle reporte son attention sur la petite masse qui nous fonce dessus à son tour. À ce moment précis l'Autre aurait pût faire tellement de choses, comme lui planter cette lame dans le cœur, ou encore lui trancher la tête, ou bien même juste esquiver. Mais elle choisit une fois de plus quelque choses qui ne m'aurait jamais traversé l'esprit. L'Autre saisit le bras armé de la jeune fille, s'empare du poignard et le jette au loin. Je l'entends rire intérieurement. Elle doit vraiment avoir envie de se défouler, sinon elle aurait directement planté le poignard dans la jeune fille. Mais comme un prédateur sadique, elle fait agoniser sa proie.

Couleurs:
 

Résumé:
 

Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Crépuscule sanglant   Mer 30 Mar - 20:51

Définitivement… cette femme ne faisait que s’amuser. Je n’avais rien pu faire pendant qu’elle me désarmait, ce qui signifiait qu’avec des mouvements plus directs, plus simples, et en dépensant moins d’énergie, prendre ma vie aurait été très facile. Une telle négligence risquait bien de lui faire perdre la sienne… A moins qu’elle ne m’estime à ce point si faible ?
 
Je fis un bond en arrière, me mettant hors de portée directe de son arme, pour maintenir une distance de sécurité.
 
Je ne pouvais pas lui donner tord. Plus le combat avançait, plus le fossé entre nous paraissait large. Profond. Mon sceau en était certainement le coupable, mais il n’y avait pas que ça… cette épéiste semblait bel et bien formée à son art. Élue ou pas, son style démontrait une certaine technique, une certaine assurance. Était-ce une guerrière ? Avait-elle connu les champs de bataille ?
 
En tout cas, cela changeait ma stratégie. Mon expérience seule ne suffirait pas à combler le palier entre nous, puisque je devais à présent considérer qu’elle en disposait d’autant, si ce n’est plus.
Je fixai mes frêles mains. Elles qui, en dépit de leur apparence, avaient possédé une force surhumaine, étaient à présent bien amoindries. Pourtant, je devrais bien m’en contenter une fois de plus, maintenant qu’elles restaient ma seule option.
 
Mon adversaire prenait ça pour un jeu… très bien, cela lui avait fait manquer une chance de m’abattre. La prochaine fois, cela lui fera manquer une chance d’éviter un coup mortel. En tout cas c’était ainsi que je planifiais les choses.
Mais pour cela… il me fallait un plan. Il fallait que j’en sache plus sur elle. Si cette assassin ne prenait pas les choses au sérieux, peut-être qu’elle serait prête à discuter ? Même pour un temps court, cela me ferait gagner quelques précieuses secondes pour réfléchir à mes prochains mouvements.
 
Ou peut-être que je suis juste curieuse d’en apprendre plus sur un tel adversaire.
 
Chassant vivement ces pensées parasites, j’engageais la conversation, de ma même voix sans émotion :
 
« Vous n’êtes pas une simple brigande. Cette technique n’est pas celle d’une amatrice »
 
Dans certaines ères où la violence était considérée comme un art, que deux combattants se parlent pendant une joute n’était pas si étrange. Dans la mienne c’était difficilement concevable, mais ce monde adoptait les mœurs d’une époque si reculée… et cette manieuse de sabre n’avait pas l’air d’avoir vécu dans un monde moderne.
 
« Qui êtes-vous ? Une militaire ? Une créature surhumaine ? »
 
Rappelant néanmoins que je n’abandonnais pas le combat, je prenais une pose d’art martial, m’orientant presque de profil face à mon adversaire, la main droite prêt du bassin, et la main gauche tendue, paume ouverte.
 
« Et surtout, quelle est votre raison d’agir ainsi ? »
 
Une leçon de morale ? Non, c’était une diversion… mais je voulais lui faire croire que je cherchais à la comprendre.
En fait, peut-être le cherchais-je vraiment ?
Mais dans tous les cas, mon objectif final restait inchangé : J’allais tuer cette femme.
 

C’était mon rôle.
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 477
Yens : 1000
Date d'inscription : 05/09/2015
Age : 19
Localisation : Tout près de toi...

Progression
Niveau: 22
Nombre de topic terminé: 5
Exp:
5/6  (5/6)
avatar
Shado ¤ Inconnue ¤

- https://www.youtube.com/channel/UCGQwH4M5ts5QncrxbdzP--g



MessageSujet: Re: Crépuscule sanglant   Jeu 31 Mar - 18:38


Explication

L'Autre n'exprime aucune émotion, ni joie, ni peine. Elle rit, tout simplement. Je crois qu'elle s'est un peu trop amusée. Plus le temps passe plus j'ai l'impression qu'elle devient incontrôlable.

C'est bon tu en as assez fait rend moi mon corps maintenant.

Silence. Elle ne dit rien, pas un mot, pourquoi est-elle si calme tout à coup ? Je redoute le pire.

J'ai dit redonne moi le contrôle de mon corps ! MAINTENANT !

Je ne savais pas que l'on pouvait mettre autant de puissance dans un cri intérieur. En tout cas, ma tête siffle et me fait souffrir, et en même temps, je me sens émerger et reprendre la pleine possession de mes moyens. À ce moment celle qui m'oppose encore une résistance s'adresse à moi.

Vous n’êtes pas une simple brigande. Cette technique n’est pas celle d’une amatrice. Qui êtes-vous ? Une militaire ? Une créature surhumaine ? Et surtout, quelle est votre raison d’agir ainsi ?

Ces quelques derniers mots me firent l'effet d'une bombe. En un instant, je me retrouve hors de moi, mais extérieurement, je reste de marbre.

Comme si tu cherchais à me comprendre. Vous avez tous l'air gentil avec vos jolies phrases "je t'aimerais toujours" ou encore "je ne te quitterai jamais" et dans ton cas le fameux "je cherche juste à te comprendre". Très bien puisque c'est ce que tu souhaite je vais te donner une chance de comprendre mais ce n'est pas pour ça que je vais t'épargner par la suite.
J'ai été entraînée depuis que je suis toute petite au maniement de la lame et aux arts martiaux dans le but d'être une arme fatale dans l'Abysse. Mes parents m'ont abandonnée ainsi en étant de simple pion, je me suis refusé l'entrée sur l'échiquier et je me suis enfuie après avoir requis les forces nécessaires. Plus tard, j'ai eu un petit-ami, nous nous sommes fait capturer par son peuple, considéré comme un traître, il a lâchement choisi la mort au lieu de se battre à mes côtés. J'ai rencontré quelqu'un d'autre ici, à Kosaten, il s'appelle Shin Tsuki lui, il me déteste parce que je peux créer des illusions. Il a commis une faute que j'ignore par le passé, il rejette la faute sur la magie, il rejette la faute sur moi. A chaque fois que ma vie me paraît confortable, le lendemain elle ne l'est plus.
Alors voilà la réponse à ta question. La raison pour laquelle j'agis ainsi est que je veux montrer aux autres que le bonheur n'existe pas, ce n'est qu'une illusion, un mirage que l'on voit au loin dans le désert. Maintenant prépare toi à affronter la réalité. Prépare-toi à mourir.


Couleurs:
 

Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Crépuscule sanglant   Dim 3 Avr - 14:59

Ma cible accepta de répondre à ma question, vidant son sac, me racontant son passé pour le moins tragique et les raisons qu’elle bravait pour justifier ses actes. En analysant chacun de ses mots, je ne pu que reconnaître que cette femme n’avait pas eu une vie facile, sans cesse balayée par le destin chaque fois qu’elle commençait à se construire.
Ainsi, la manieuse de sabre généralisait son vécu, et avait déduit que le bonheur n’existait pas, simplement parce qu’il lui avait été refusé.  Haïr ainsi le monde était courant chez les personnes ayant eu une si mauvaise étoile, cela en revenait à ma première déduction. Néanmoins, il y en avait une autre qui était possible…
 
« Vous êtes jalouse du bonheur des autres. Parce que vous n’avez pu l’obtenir, vous vous êtes mis en tête de détruire la vie de ceux qui en disposent, vous persuadant qu’il n’existait pas. En vérité, vous agissez ainsi car vous ne supportez pas de voir entre les mains d’autrui ce qui vous a été refusé. C’est la réalité. »
 
Était-ce mon rôle de l’aider à voir la réelle plaie dans son esprit ?
Non.
Peut-être.
 
Néanmoins, cela donnait une explication concrète à ses actions. Ainsi qu’une idée de son profil. Mais mes connaissances en psychologie s’arrêtaient là, j’étais incapable de dire si mon point de vue sur la chose lui donnerait seulement une ombre d’hésitation, que je pourrais ensuite tourner en avantage. Si ce n’était pas le cas, sa lame serait toujours aussi dangereuse.
 
Ce dialogue eût au moins l’effet d’éveiller une question : Qu’est ce que le bonheur ? Une notion certainement inhérente à l’esprit humain, une de plus que je ne pouvais réellement comprendre. Cependant, des flashs m’apparurent : Le début de ma vie, le visage de ma première maîtresse, celle dont j’avais emprunté le nom et l’apparence…  Les jours paisibles à ses côtés…
 
C’est ça, le bonheur.
C’est ce qui se rapprochait le plus du « Bonheur », dans ma mémoire. Quelque chose de complexe. Bien trop pour une arme. Et ce n’est pas quelque chose qui a une quelconque utilité sur un champ de bataille, ainsi je ne m’en souciais pas.
Et si elle était une vraie guerrière, ne devrait pas s’en soucier non plus.
 
« La cruauté de ce monde, comme des autres, est un fait avéré. Vous n’en êtes pas la première victime, ni la dernière. Vos actes sont dus à un déséquilibre psychologique, un bouleversement mental  qui vous pousse à agir contre les lois morales dont votre nature humaine est normalement dotée. Je vais donc…vous stopper ici, avant que vous ne provoquiez d’autres dégâts. »
 
Mes mots étaient francs, et mon objectif encore plus clair. Fixant mon adversaire droit dans les yeux, conservant ma position de combat, j’adoptais une stratégie défensive et me tint prête à réagir à ses prochains assauts, qu’ils soient imminents ou pas.
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 477
Yens : 1000
Date d'inscription : 05/09/2015
Age : 19
Localisation : Tout près de toi...

Progression
Niveau: 22
Nombre de topic terminé: 5
Exp:
5/6  (5/6)
avatar
Shado ¤ Inconnue ¤

- https://www.youtube.com/channel/UCGQwH4M5ts5QncrxbdzP--g



MessageSujet: Re: Crépuscule sanglant   Lun 4 Avr - 13:59


De beaux mensonges

Et si ce que cette fille dit est vrai. Si c'est moi qui me voile la face. Suis-je jalouse d'un bien immatériel que je ne possède pas ? Ce bien est aussi intemporel qu'éphémère, un jour il apparaît et le suivant disparaît. On dit toujours que l'on ne peut pas manquer de quelque chose que l'on n'a jamais eu. Mais le problème est que j'ai déjà goûté à ce fruit. Si doux au début, si amer sur la fin. Je ne peux pas nier l'existence de ce bonheur. Mais contrairement à ce que l'on peut penser, il détruit des vies. Le bonheur est le plus doux des mensonges, il a l'apparence d'un arc-en-ciel et la puissance dévastatrice d'une tornade.

C'est toi qui ne te rends pas compte de la réalité. Tu te laisses bercer par de douces paroles et tranquillement, elles t'emmènent au loin. Le bonheur est le pire des poisons.

En une seconde, je franchis les quelques mètres qui nous séparent, bien trop peu pour m'empêcher de couper le fil qui la rattache à la vie. Je me penche pour lui murmurer à l'oreille.

C'est fini maintenant, tu peux reposer en paix.

Je recule lentement et je retire ma lame de son ventre. Les chances qu'elle ait encore assez de force pour essayer de me porter un dernier coup sont aussi faibles que ses chances de survie. Dans ce monde où le bonheur n'est qu'illusoire, c'est la loi du plus fort qui s'applique. Manger ou être mangé. Et je n'ai aucune envie de rester en bas de la chaîne alimentaire.

Couleurs:
 

Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Crépuscule sanglant   Lun 4 Avr - 15:48

La dérangée ne se laissa pas adoucir par la raison. Ce n’était pas si surprenant, je ne me serais pas attendue à ce que ces quelques mots provoquent un changement drastique dans son caractère.  Ce plan avait donc échoué, mais au moins je savais pourquoi je devais la stopper, et pour se faire je n’avais d’autre moyen que de la combattre.
Et la tuer.
 
Il ne me restait que mes poings, ainsi mes connaissances en nombreux arts martiaux et sport de combat allaient être utiles. Face à une épéiste le mieux à faire rester encore de laisser sa garde diminuer quand elle m’attaquerait, puis de la harceler de coups en restant très proche, derrière la portée efficace de son arme.
 
Ne pas se laisser toucher. C’était le plus important. Attentive au moment où ses pieds bougeraient pour indiquer un mouvement immédiat, je concentrais toutes mes ressources pour anticiper son geste.
 
[INFO] Initialisation du module décisionnel.
 
Spiegel accéléra mon temps synaptique, me donnant l’illusion que le temps avait été ralentit par deux. Néanmoins ce n’était pas vrai : Seule ma vitesse de réflexion avait bougé, c’est-à-dire la vitesse à laquelle les signaux nerveux circulaient. Cela me permit d’observer avec précision son attaque venir.
Cela me permit d’observer avec précision la mort arriver.
 
Sa vitesse était telle que, dans cet état où mes sens captaient deux fois plus vite les informations, la tueuse se déplaçait normalement. Cependant, mon corps, lui, ne pouvait bouger qu’à vitesse réduite.
Aucun calcul ne donnait de résultat satisfaisant. Mes chances d’éviter restaient nulles. Dans une ultime intuition, mes jambes entamèrent un mouvement sur le côté.
 
[ALERTE]Dégâts critiques subits. Fonctions curatives saturées.
 
Quelque chose transperçait mon ventre. Quelque chose n’appartenant pas à mon corps. Mes yeux se baissèrent, sur la lame plantée si aisément dans la chair d’Adelaïde. Peu de temps après, un liquide chaud et rouge s’écoulait lentement de la plaie, et de ma bouche. Pour conserver son énergie, ce corps commença à diminuer les fonctions non-vitales, comme ma vue qui commençait déjà à se flouter.
Néanmoins, pas suffisamment pour ne pas voir celle que j’étais censée défendre, qui me regardait, tétanisée. J’avais échoué. Cette femme allait mourir, et par ma faute. Pourtant, jusqu’à la dernière seconde, il restait toujours un semblait d’espoir de gagner une bataille.
 
Ou peut-être étais-je juste trop têtue pour lâcher l’affaire.  En tout cas, mon bras droit bougea presque de lui-même, animé par Spiegel, et trouva je ne sais quelle énergie pour déployer une lame de poing de la largeur d’un glaive, et porter un ultime coup vers cet adversaire dont j’ignorais le nom.
Est-ce que ça l’avait blessée ? Est-ce que ça l’avait seulement touchée ? Au moment où le coup était partit, mes sens m’avaient lâché, à un point où je ne ressentais même plus le sabre qui me traversait.
 
[ALERTE]Ressources insuffisantes pour maintenir la forme actuelle.
 
Je n’avais plus aucune perception, mais je pouvais dire avec précision ce qu’il se passait. Une étrange précision d’ailleurs, au vu de mon état… Néanmoins, mon corps était en train de partir en fumée. Une fumée bleue, constituée de l’énergie magique que j’avais empruntée jusque là pour le maintenir. A présent qu’il m’était impossible de rester matérialisée en ce monde, je rendais ce pouvoir à Gaïa. D’abord les fluides disparaissaient, comme le sang, puis c’était au tour de mon corps et mes vêtements –étant la même entité-.  Les extrémités, comme les doigts et les orteils, plus éloignées de mon Centre, disparaissaient en premier. Cela se répandait ensuite sur mes membres, ensuite la tête, puis le torse jusqu’à ce qu’il ne reste plus qu’une petite sphère translucide à côté de l’emplacement où s’était trouvé mon cœur.
 
Mon véritable visage. Qui ne tarda pas, à son tour, à tomber en poussière.


[HRP] o.o :
 
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 477
Yens : 1000
Date d'inscription : 05/09/2015
Age : 19
Localisation : Tout près de toi...

Progression
Niveau: 22
Nombre de topic terminé: 5
Exp:
5/6  (5/6)
avatar
Shado ¤ Inconnue ¤

- https://www.youtube.com/channel/UCGQwH4M5ts5QncrxbdzP--g



MessageSujet: Re: Crépuscule sanglant   Mer 6 Avr - 13:13


Ambitions

Comme la plupart des personnes avant leurs morts Adelaïde essaie, en vain, de me porter un dernier coup. La lame qu'elle me lance passe au moins à un mètre de moi. Sa vision doit être trouble, elle se vide lentement de toutes ses forces. Je regarde patiemment son corps se désagréger, jusqu'à ce qu'il n'en reste qu'une petite boule translucide. Je me retourne alors vers mon objectif premier, qui avait été interrompu dans son exécution. La femme se replie sur le sol visiblement éprouvée, elle me supplie de la laisser partir. Je ne peux pas tuer tout le monde. Même s'ils vivent dans un berceau de mensonges, ils ont quand même le droit de vivre. En tuant tout ceux qui se trouvent sur mon passage, je ne fais que supprimer les symptômes, pour remédier au problème, je dois en éradiquer la source.

Pars. Loin, que je ne te revois plus.

La femme s'enfuit en courant. Je suis enfin seule pour réfléchir, mais c'est sans compter sur l'Autre.

Pourquoi l'as-tu laissée partir ? Hum... Ça ne te ressemble pas. Qu'est-ce que tu as derrière la tête ?

Oh trois fois rien. Cela demandera du temps et de la patience, mais je sais que j'y arriverai. Oui, je prendrai le contrôle de Minshu !

Couleurs:
 

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

-



MessageSujet: Re: Crépuscule sanglant   

Revenir en haut Aller en bas
Crépuscule sanglant
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Un rendez-vous sanglant. [Faith]
» prédateur sanglant "justice sauvage"
» Griffe et aura. Combat sanglant...
» Le bosquet du crépuscule... - Terminé
» [Mission de rang B] Un mariage sanglant. Duexième partie. (PV: Jisetsu Sei)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Manga Multiverse ::  :: Territoires neutres :: Rocheuses-


Crédits : Design : Phoenix & Pingouin Règlements & Contexte : Phoenix
Forum optimisé pour Google Chrome.