Partagez | .
La naissance de l'enfant des cendres [Geleerde + Neo]
Messages : 1707
Yens : 72
Date d'inscription : 29/12/2014

Progression
Niveau: 91
Nombre de topic terminé: 34
Exp:
0/6  (0/6)
avatar
Rumaki Oshigato マ Maman de Fuyu マ

-



MessageSujet: La naissance de l'enfant des cendres [Geleerde + Neo]    Lun 28 Mar - 22:10






L'heure approche


Ce rp se passe 9 mois et demi après le vaste plateau. C'est l'heure pour rumaki...

Certains jours, je haïssais cet enfant.  D’autres, je me réjouissais de pouvoir le tenir dans mes bras.



Un froid record, un paysage tristement blanc. Je poussai la neige avec mes pieds, la marqua de mon passage à chaque pas que je faisais. Le sol était la seule chose que je regardais, maintenant ma veste autour de mon cou pour me protéger de la basse température qui m’entourais. Mon ventre me tiraillait en ce matin ensoleillé. Il était quasiment au terme de sa croissance, et bientôt, un nouvel être allait voir la vie à Fuyu.

J’aurais pu me réjouir, faire comme toutes ces mamans qui n’attendent qu’une chose : la naissance de leur enfant. Mon amie de l’infirmerie était d’ailleurs heureuse en m’annonçant la nouvelle. Mais je me souvins encore de la catastrophe que cela avait déclenché à l’intérieur de moi. Je n’en revenais pas. Cette brute aux cheveux blancs ne s’était pas arrêté à me salir. Il m’avait imposé de porter ses gênes. J’avais l’impression de porter une croix tellement lourde et que cet être abjecte rencontré dans le vaste plateau rôdait toujours autour de moi.


Certains jours, je haïssais cet enfant…


Rien ne m’avait empêché de mettre un terme à cette souffrance en avortant. Rien n’aurait pu bloquer la rupture des liens qui me meurtrissaient. Rien… à part moi… moi et mes croyances religieuses qui me soufflait de garder cet enfant. Après l’annonce de ma grossesse, j’étais perdue, je ne savais plus quoi penser, j’avais même songé à me donner la mort. J’étais au plus mal, n’étant jamais tombé dans un gouffre de frayeur de et mélancolie si profonde.

Même à la mort de mon frère, j’avais gardé davantage de sang-froid, et pourtant je m’en voulais beaucoup. Non, apprendre que j’étais enceinte avait sonné dans les premiers instants comme la fin du monde. Seul Kyô, mon défunt frère avait pu me sortir un tantinet de cette torpeur. Il m’avait parlé, soutenue et aimée. Plusieurs fois durant ma grossesse, il m’était apparu dans mes moments de doute et m’avait rassurée. J’avais beau savoir que ce n’était qu’un mirage, une illusion, une image fictive, j’entendais sa voix, je voyais son visage bienveillant. Et ça me suffisait. Du moins, ça me consolait. Je me rappelais alors que cet enfant, outre le fait d’avoir une origine dramatique, m’avait pour origine moi. J’avais une part de moi en lui. Nous étions aussi lié.

Toutes mes convictions chrétiennes s’unissaient alors pour me souffler dans l’oreille qu’il était un bébé avant tout. Un nourrisson qui ne demandait qu’à vivre dans les bras de sa maman. Aussitôt, un sourire se dessinait sur mes lèvres, et je sentais un regain de motivation à être cette femme forte et attentionnée qu’un nouveau-né attend.



… d’autres, je me réjouissais de pouvoir le tenir dans mes bras.


J’arrivai devant l’arbre de recueillement que je m’étais confectionné. Rien d’extravagant, mais au vertu indispensable. Dans mes mains, je tenais une bougie et au feuillu blanchi par la neige était accrochée un dessin. Les visages de ma famille y étaient affichés. Un peu essoufflée du voyage, je regardai l’œuvre en silence, immobile, avant de m’agenouiller comme je pouvais sur le sol et d’allumer la bougie.

Je joignis les mains et priai les yeux fermés pendant plusieurs minutes. Cela me calma grandement, car j’avais la gorge nouée, et présentement, je ne pouvais articuler un seul mot. Au fil du temps, je sentis ce nœud s’atténuer, et je pus enfin parler.

Bonjour maman, bonjour papa, vous allez bien ?

J’esquissai un minuscule sourire.

Vous savez, je vous ai déjà parlé de ma grossesse. Elle se passe bien, les visites que j’ai passé chez Arlinda, mon amie infirmière, ont été positives. Et l’échéance approche. Papa, maman…

J’agrandis un tantinet mon sourire pour ne pas pleurer. Mon estomac se noua.

… vous allez être grand-parent.


Je continuai ainsi de parler pendant quelques minutes, partageant mon ressenti face à tout ça, avant de me relever. Mon ventre me tiraillait un peu plus, et j’avais envie de rentrer me reposer. Je me relevai, éteignis la bougie, la repris dans ma main et rebroussai chemin.



Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1708
Yens : 1445
Date d'inscription : 30/01/2015
Localisation : Avec Roza

Progression
Niveau: 103
Nombre de topic terminé: 33
Exp:
8/12  (8/12)
avatar
Neo ¦ Justicier ¦

-



MessageSujet: Re: La naissance de l'enfant des cendres [Geleerde + Neo]    Mer 30 Mar - 11:30



   
La naissance de l'Enfant des Cendres


   
Malédiction



   

Le jour avait fini d'arriver dans le Pays de Minshu, mais ce n'est que lorsque les premiers rayons le frappèrent que Neo comprit qu'il avait veillé toute la nuit... On lui avait rapporté qu'à Fuki, un groupe de nomades avait provisoirement élu domicile dans le petit village et que cette nuit-là, de nombreux vols avaient eut lieux. Au départ, un commerçant désemparé et fou de rage était partie alerté les soldats les plus proches, mais sur son chemin, il avait croisé Neo.

Maudissant et jurant par Long, le marchand attira forcément l'attention du Minshujin et c'est finalement au Foudroyant qu'on confia la tâche d'aller demander des comptes à ces nomades du nord... La traque fut longue, car Neo n'était pas un bon pisteur, seule sa rapidité lui permis de ne pas perdre la trace du groupe. Il s'était ensuite posté sur le rebord de la montagne la plus proche. Personne ne leva la tête, alors personne ne le vit. Il guettait d'en haut le campement de fortune de la troupe et appréciait l'effectif de ces nomades. Des femmes étaient en train de laver et mettre à sécher leur linge, des enfants couraient dans tous les sens, un vieillard était assis sur une souche d'arbre.

Les pupilles améthyste du jeune homme restèrent posés sur les petits garçons qui courraient à travers tout le campement, leurs rires raisonnaient jusqu'aux oreilles de Neo, qui n'avait que rarement à faire à l'innocence de l'enfance et qui avait toujours du mal à la saisir... Lui aussi se rappelait avoir été enfant, même s'il ne se rappelait d'aucune figure parentale. Sa seule occupation étant gamin, avait été de survivre car sur Terre il détruisait pratiquement tout ce qu'il touchait... Dans ces conditions, impossible d'espérer s'intégrer à un groupe, de jouer ou de s'amuser... En bref, d'être un enfant. Qui sait, élevé et aimé par au moins une personne, Neo aurait peut-être été un autre...

« ... »

À force d'observer, un sentiment de colère naissait en lui... Il ne pouvait pas redevenir un enfant, jamais il ne s'amuserait comme ceux-là. Les choses commises l'avaient étés et quelque soit la façon dont Neo avait été conçu, il avait été lésé. D'enfance, alors d'éducation et d'empathie. Le fait qu'il soit cultivé n'y changeait rien, même les animaux exprimaient une forme d'amour... Était-il pire qu'un animal ? Il n'avait jamais ris, ou aimé normalement, mais il l'avait parfois souhaité...IllustrationRP



Non... Il n'avait pas besoin de redevenir un enfant, il n'avait pas besoin de tout ça, il détestait les enfants car tous n'avaient pas soufferts comme lui, il se croyait la norme, mais était l'exception... Tout en dégainant ses lames, il assura un massacre et promit à ces garçons, une mort lente et cruelle... Non, il n'aurait sûrement pas fait un bon père...


   

   
Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: La naissance de l'enfant des cendres [Geleerde + Neo]    Ven 8 Avr - 22:13






Musique d'ambiance




Une légère tempête de givre prit siège dans la forêt du royaume nommé Fuyu.

Un paysage dénué de tout autre couleur que celle de la blancheur immaculée de la neige, étendue à des kilomètres aux alentours. Aucune trace de vie, ni d'espoir. Pourtant, dans cette forêt, si l'ont prêtait suffisamment attention, il était possible d'apercevoir, la crinière sauvage d'une louve aux yeux rougeâtre. Un contraste fort étonnant, nous pouvions le dire.

Grande habituée des terres gelées en son monde d'origine, l'hybride ne souffrait nullement d'une telle température en dessous du zéro absolu. Le corps d'un canidé étant également prévu à cet effet, son pelage blanc empêchant les bourrasques du vent glacé de la congeler sur place.

Cela devait faire plus de trois semaines que l'élue de Seika été désormais partie de son territoire habituel. Des heures qu'elle marchait dans la neige, ses traces de pas disparaissant à chaque avancée. Serait-elle perdue dans l'immensité du blizzard de Long ? Nullement. Car comme tout loup qui se respecte, le froid et l'obscurité resterait toujours leur fidèle amante de toujours, sous l’œil bienveillant de la lune mère.


Non.

Le seul problème actuellement dont Geleerde faisait face, c'était bien la faim.


Son ventre la tiraillait depuis la veille et aucun animal en vu pour se sustenter. Les rares animaux habitant ces lieux devaient être en hibernation et trouver une proie facile, ne serait pas chose aisée. Quant à la tempête, elle prit de nouveau de l'ampleur, suggérant à l'hybride de rebrousser chemin. Seulement, l'instinct de l'indomptable ne lui laisserait pas un tel choix de facilité.


Mais, comme un appel à son désir, une odeur lui vint enfin. Pratiquement indétectable, difficile à cerner à cause du vent. Malheureusement, ce n'était pas le meilleur des gibiers que Geleerde aurait pu trouver.


C'était le cadavre d'un loup.

***


Bien que le canidé ne faisait pas partie de sa meute d'origine, l'élue de Seika ressentie une lourde peine intérieure de voir la dépouille de l'un de ses frères. Car aussi étonnant que cela puisse paraître, chaque loup se retrouve a être, en quelque sorte, connectés les uns avec les autres. Tel un don sur-développé d'empathie. Doucement, l'hybride s'approcha du loup, baissant la tête dignement devant lui, en signe de respect, avant de d'hurler à la lune, pleurant la fin de cette vie. Son chant résonnant dans toute la grandeur de la forêt de givre, avant de se perdre lentement dans le ciel.


***


Elle avait ainsi longuement attendue que la neige fasse son oeuvre et recouvre la dépouille de son confrère, avant de repartir enfin. Comme une sorte de rituel, Geleerde n'aurait pu avancer sans procéder à ce rite avant. Cela restait malgré tout précaire comme signe adieu, à la différence en son monde d'origine ou les adieux d'un frère durait trois jours complet, durant lesquels, la meute hurlait en cœur, pendant que les chamanes procédaient aux derniers préparatifs.


Mais Geleerde n'était pas là par hasard. Se retrouver en territoire ennemi, à une époque où les deux nations se vouaient une haine sans limite, la louve avait suivie ce chemin pour une seule et unique raison.


Une mission.


Toutefois, la mission qu'il lui avait été donnée, n'était peut-être pas celle qui l'attendrait vraiment. Car en ces lieux, où vous ne pouvez vous fier à vos sens, que les illusions tromperont les moins aguerris, un événement qui bouleverserait à jamais l'équilibre même de Kosaten, allait naître Aujourd'hui...  





NB correcteur:
 


Dernière édition par Geleerde le Mar 8 Nov - 4:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1707
Yens : 72
Date d'inscription : 29/12/2014

Progression
Niveau: 91
Nombre de topic terminé: 34
Exp:
0/6  (0/6)
avatar
Rumaki Oshigato マ Maman de Fuyu マ

-



MessageSujet: Re: La naissance de l'enfant des cendres [Geleerde + Neo]    Dim 10 Avr - 16:21






Au commencement...




D'habitude, quand je parlais à mes parents, je me sentais soulagée. Ma vie à Fuyu, l'endroit le plus détestable que je n'avais jamais connu, me semblait moins terrible après ce passage, mais aujourd'hui, bien que réconfortée sur le moment-même, me fit aucun effet. À peine la bougie éteinte et mes jambes me portant à nouveau vers des endroits plus chauds, ma gorge se remplit à nouveau, et regardant amèrement le sol, mes yeux ne purent retenir plus longtemps l'eau qui s'étaient  accumulée. J'avançais lentement, marquant ainsi de mon eau, la neige froide qui habillait le sol.

Mon ventre ne cessait de me tirailler depuis que j'étais sortie de ma maison ce matin-là. La veille dame qui m'hébergeait avait le doux nom de Mei, et m'avait avoué son inquiétude de me voir partir seule si proche du terme. Elle me savait fragile, je lui avais tout raconté dans les détails, et je me souvenais m'être effondrée en larme dans ses bras à la fin de mon récit. La pauvre femme ne savait plus quoi dire et m'avait pris dans ses bras. Depuis, elle n'avait de cesse de vouloir me remonter le moral. Les 5 mois que j'ai passé en sa compagnie ont été une véritable aide pour tenir le coup. Oui mais voilà, elle ne pouvait m'enlever de la tête l'origine de ce bébé. Je ressentais depuis quelques jours l'envie d'à nouveau parler à Kisuke et Etsuko. J'y pensais sans cesse, et elle avait fini par accepter de me voir partir, me mentionnant que si ça tournait mal, je devais absolument  utilisé mes boules de vent pour envoyer des signaux. Elle avait alors donné une boîte de poudre colorée qui lui permettrait de reconnaître le signal. La remerciant de tout cœur, je m'étais alors dirigée vers la forêt de givre.

Après quelques minutes de marche lente et éprouvantes pour rejoindre Yuki, je ressentis une énorme fatigue doublée d'une douleur plus aiguë au ventre. Je commençais à être essoufflée et dû m'appuyer contre un arbre pour faire une pause. Quelques larmes en plus tombèrent sur le manteau blanc et le nœud dans ma gorge s'intensifia. Une frustration grandissante monta en moi. Pourquoi je devais subir tout ça ? Pourquoi était-ce tombé sur moi ? Je ne le méritais, c'était injuste ! Je ne le supportais plus, s'en était trop ! Me laissant tomber à genoux, le haut du corps contre l'arbre, je sortis un kunaï de ma sacoche, et d'une main tremblante, je l'amenai vers mon ventre. À cet instant, je voulus renoncer à toutes contraintes chrétiennes, c'était trop lourd. Je voulais en finir, cesser d'avoir le cœur meurtrit. Je me souvins des paroles du ninja au rinnegan. Il voyait en lui l'élu suprême, je voyais en lui le démon. Je ne le désirais plus du tout. Je voulais mourir... Je levai ma main, pleurant franchement. Elle tremblait, j'hésitais une seconde, me mordillant une lèvre. Pardon ninja de l'akatsuki... pardon Mei... je ne peux plus vivre ainsi, je vous ai entendu, compris, mais c'est au-dessus de mes forces, je ne peux continuer à lutter. J'avais peut-être un avenir en moi, mais son enveloppe est trop fragile...adieux...

C'est alors qu'une violente douleur me fit crier et lâcher mon arme. Je tins mon ventre, grimaçant, tentant d'atténuer le mal en massant, mais rien n'y fit. ça n'allait vraiment plus et je sortis péniblement la poudre colorée de mon sac. La regardant d'une mine déformée par le mal, maudissant le fait que dans cet état, je ne pouvais rien faire. Je jetai la boîte quelque mètres plus loin, sous la rage de ce qui m'arrivait, et me mit non sans mal dans une position assise. Je sentis alors une drôle de sensation au niveau des cuisses. Je commençai par déboutonner ma veste et regardai plus précisément. Je vis alors avec stupeur que le bas de ma robe était mouillée. Je sus alors que ce n'étais pas la neige. Non, la douleur grandissante, ma soudaine fatigue plus importante que d'habitude et maintenant ça... le bébé avait réagi à mon envie de partir.

Il arrivait...

À... à l'aide... aidez-moi... tentai-je alors de crier...



Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1708
Yens : 1445
Date d'inscription : 30/01/2015
Localisation : Avec Roza

Progression
Niveau: 103
Nombre de topic terminé: 33
Exp:
8/12  (8/12)
avatar
Neo ¦ Justicier ¦

-



MessageSujet: Re: La naissance de l'enfant des cendres [Geleerde + Neo]    Mar 12 Avr - 14:34



   
La naissance de l'Enfant des Cendres


   
Vol



   

Une dernière fois, le soleil frappa les lames ocres du Minshujin avant qu'il ne fonde sur le malheureux groupe de nomades... Mais alors qu'il s'apprêtait à s'élancer dans le vide, il aperçut en contrebas deux jeunes hommes, qui arrivaient par une seconde entrée au camp. Tous deux portaient des sacs de tissus, qui tintaient de façon synchronisée avec leur pas, du métal ou des bijoux. Un petit garçon sorti d'une tente non loin d'eux, mais Neo ne put écouter le début de leur conversation, de là où il était.

Pour palier à ce problème, il se déplaça sur le flan de la montagne, puis plongea, pour atterrir un peu plus loin que le village aménagé. Discrètement, il entra, et se trouva désormais masqué par une tente, à espionner le petit groupe. Cette façon d'opérer lui était étrangère car l'Élu Foudroyant était avant tout un destructeur, mais il soupçonnait les jeunes hommes d'être les voleurs en chef du camp.

« Elle est toujours malade... elle tousse beaucoup... Père a vendu énormément de choses pour qu'elle se soigne mais son état ne s'arrange toujours pas... Et-

T'en fais pas. L'interrompit l'un des jeunes en posant la main sur sa tête. On n'a pas changé d'avis. Dit-il en adressant un sourire à son acolyte. On a eu tout ça. Il montra l'intérieur de son sac au petit garçon, et un large sourire naquit sur son visage...

Oh merci merci ! Exulta le garçon. »

« Chhhht... Le Chef du Village tolère mais n'approuve pas, alors reste discret, Gama. Dis à ta mère de continuer à se battre, on va vendre ça en ville, et... »

« Vous n'irez nulle part. »

C'en était assez pour Neo, tout était clair. Il était désormais temps d'être juste.

« Vous avez condamné votre camp par vos actes. »

La sentence semblait déraisonné, mais pour Neo, si le Chef du Village était au courant et acceptait qu'ils volent des habitants de Minshu, alors il n'épargnerait personne.

« Hein ? Quoi...? Qui êtes vous ? »

« Neo, un Élu de Minshu, vous avez volé des habitants de ma Nation. »

« N-Non...! »

D'un déplacement rapide et presque invisible, Neo se trouvait désormais derrière ses opposants... Il tenait ses lames en croix, enveloppée d'étincelles et des gouttes rouges tâchaient son front et ses joues... Ses armes étaient désormais ensanglantées, et l'ont entendit deux sons secs au sol... Les têtes roulèrent jusqu'au pied du petit garçon, qui resta sidéré. Il ne cria pas. Lorsque Neo se trouva devant lui une main posée sur son front, il resta paralysé, la tête baissée. Prendre des vies d'enfant commençait à le rendre indifférent... Son hyperviolence devenait une routine dangereuse, dont il ne se savait même pas le sujet... Effroyable.

« Menteur. »


   

   
Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: La naissance de l'enfant des cendres [Geleerde + Neo]    Dim 22 Mai - 20:12






Musique d'ambiance



L'hybride continuait son avancée, le pas lourd, l'air exténuée. Supportant la tempête de neige du mieux qu'elle le pouvait, défiant la forêt avec fierté. Le vent, glacial, devenait de plus en plus difficile à humer, jetant son dévolu sur la louve, la considérant comme une intrus dans ce lieu gelé. Pourquoi avait-elle pris la décision de partir seule, alors qu'il aurait été bien plus aisé d'être en compagnie de d'autres élus afin de mener à bien cette mission. Hormis le fait qu'elle soit une incorrigible louve têtue et indomptable, Geleerde avait ses propres raisons que nous ne pouvons comprendre pour le moment...

Toutefois, un événement vint perturber le périple de la jeune femme : une odeur étrangement familière. Celle du sang. Scrutant les environs d'un rapide coup d’œil, les sens de la louve s'alertèrent rapidement, cherchant la source de ce trouble-fête. Suivant cette piste, elle se retrouva rapidement devant une jeune femme esseulée. Geleerde se contenta de l'observer quelques secondes sans un mot, la jugeant de son regard fauve, expirant quelques bouffées d'air glacial. Mais quand elle aperçue le ventre arrondi de cette dernière et que les mots de Rumaki lui furent portés par le vent, un sentiment d'incompréhension et de malaise prit siège dans l'esprit de la louve. Aucun doute possible quant à sa situation actuelle : elle allait accoucher.


Et Geleerde était actuellement la seule personne qui pouvait lui venir en aide...


A cette idée, le visage de l'élue se décomposa aussitôt, écarquillant les yeux de surprise : la seule fois où elle avait assistée à un accouchement, fut lorsque sa jeune sœur vint au monde. Et pour être honnête... Geleerde n'avait pas été capable d'y assister jusqu'au bout. Si l'indomptable s'avérait être à l'aise sur un champ de bataille, cela en été tout autre dans ce genre de situation. Reprenant instantanément forme humaine, l'érudite releva la tête en direction de Rumaki, la fixant intensément, en quête de réponse. Mais les plaintes de douleur de la croyante ramenèrent enfin à la réalité Geleerde qui s'approcha aussitôt de Rumaki, posant un genoux à terre aux côtés de la future mère, installant sa main sur le front de l'élue de Fuyu. Cette dernière avait de la fièvre, suant à grosses gouttes. Déplacer la future mère à l'abri du froid s'avérait pratiquement impossible, voir dangereux, mais elle ne pouvait pas la laisser ici, à l'assaut de la tempête.


- Ne... Bouge pas.


Sans même attendre son accord, elle porta la mère, tirant une légère grimace, ses pieds s'enfonçant dans la neige. Trouver une tanière rapidement relevait de l'impossible, mais les arbres ne manqueront pas d'être utile, provisoirement. Elle amena rapidement l'élue de Fuyu vers l'un d'eux, se situant en pente douce et logeant en son sein une cavité qui permettrait de protéger Rumaki. La déposant délicatement sur le côté, l'hybride s'empressa de retirer la neige autour, puis de déposer son long manteau à même le sol, permettant ainsi à la mère de s'allonger. Les chances de mener à bien cet accouchement vinrent augmenter, de peu certes, mais c'était au moins ça...

Désormais à genoux devant l'élue de Fuyu, les mains posés à plat sur le sol, la louve ne savait quoi faire. Grâce à l'adrénaline du moment, elle ne s'était en premier lieu pas inquiétée plus qu'outre mesure, mais maintenant... Son souffle était devenu irrégulier, semblable à celui de la ninja et des tremblements vinrent se loger le long de ses bras. Ce n'était ni le froid et encore moins la fatigue, mais bien la peur de ne savoir comment réagir, qui l'habitait.


Quel seront les chances pour la porteuse et l'enfant, de survivre dans un tel lieu ?


Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1707
Yens : 72
Date d'inscription : 29/12/2014

Progression
Niveau: 91
Nombre de topic terminé: 34
Exp:
0/6  (0/6)
avatar
Rumaki Oshigato マ Maman de Fuyu マ

-



MessageSujet: Re: La naissance de l'enfant des cendres [Geleerde + Neo]    Lun 23 Mai - 18:26






Première naissance





La douleur ne s'atténuait pas, au contraire. Chaque parcelles de mon bas-ventre se manifestait fortement, et l'air glacial de l'endroit ne faisait rien pour me consoler. Je maudissais ce monde et ses lois. Je le haïssais comme jamais je n'avais haïs. Ma tête appuyée contre l'arbre, d'une façon lasse et découragée, je ne savais plus quoi faire. J'avais enlevé mon sous-vêtement, au prix de douloureux efforts, et je ne pouvais désormais qu'attendre que l'enfant sorte, subissant les maux qu'il procurait en chemin. Personne ne venait à mon secours, ce qui était compréhensible vu l'hostilité du climat environnant et je ne pus que prier que Mei vienne me chercher. Elle était mon seul espoir

Soufflant de façon irrégulière, gémissant, à bout physiquement, je vis soudain une forme bouger. Tournant lentement la tête, je vis un loup. Un grand loup debout devant moi. Le destin s'acharnait décidément sur moi. Je ne pouvais plus fuir, plus crier, il allait me dévorer. Le regardant en pleurant, lassement, je ne pus qu'espérer que ma mort soit douce et qu'enfin, je retourne à Kumo, vers ceux que j'aime. Fermant les yeux pour attendre le moment fatidique, je sentis quelque chose toucher mon front. Ce n'était pas pointu, ni menaçant. J'ouvris à nouveau les paupière et vit une silhouette humaine penchée à mes côtés. Comment était-elle arrivée jusqu'ici ? Où était le loup de tout à l'heure ? N'ayant pas la force de poser la moindre question, je me contentai d'entendre les quelques mots qu'elle me souffla à l'oreille. Ne pas bouger ? Bien sûr, je ne pouvais de toute façon plus.

Je me sentis soulever et ne manifestai aucune résistance. Je me laissai simplement porter, emmener par les événements. Bientôt, je fus couchée sur quelque chose de bien plus chaud et agréable que la neige. Je voulus profiter de la douce chaleur qui se faufila dans mon dos, mais mon ventre me rappela la situation dans laquelle j'étais. Le mal faisait des vagues, amenant des contractions régulières et douloureuses. Sans avoir le temps de remercier celle qui m'avait aider, je poussai un cri de douleur à chaque pic comparable à une contraction, et eut tout de même la présence d'esprit de pousser. Plusieurs fois avec Etsuko, j'avais pu assister à des accouchements, sans pour autant pouvoir aider. Je ne faisais qu'observer, mais cela me permit aujourd'hui de comprendre les variations de douleur qui m'arrivaient.

Cela me sembla durer une éternité. Sous le regard d'une parfaite inconnue, j'exécutai ce que communément on appelait un "heureux événement". Cela me fatigua énormément, me demandant beaucoup d'énergie pour supporter la douleur et pour pousser. Bientôt retentirent dans la forêt de givre des pleurs. Pas les miens, mais d'autres, qui remplacèrent ceux que j'exprimais depuis maintenant un bon moment. Je les laissai prendre la place et m'accordai enfin un répit. J'eus juste le temps de lâcher dans un murmure.

Mer...i...

Avant de tomber de fatigue dans un sommeil bien mérité.



Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1708
Yens : 1445
Date d'inscription : 30/01/2015
Localisation : Avec Roza

Progression
Niveau: 103
Nombre de topic terminé: 33
Exp:
8/12  (8/12)
avatar
Neo ¦ Justicier ¦

-



MessageSujet: Re: La naissance de l'enfant des cendres [Geleerde + Neo]    Mar 24 Mai - 15:10



   
La naissance de l'Enfant des Cendres


   
Cruauté



   

Barbare héroïque, outrageux justicier ou sauveur meurtrier, c'est avec une adresse monstre que le Minshujin venait de guillotiner ces adolescents... Cruelle fatalité, que malgré leur supériorité numérique et leur carrure plus importante que Neo, il ne suffit à leur bourreau que d'une seconde pour les arracher à ce monde. Les niveaux de puissance étaient clairement incomparables.

Le regard améthyste de l'Élu se planta dans les yeux de l'unique témoin, qui restait glacé d'effroi devant cette scène cauchemardesque et probablement incompréhensible pour le gamin. D'abord, le Foudroyant s'était demandé comment il le tuerait : De ses lames ? De sa foudre ? Rapidement, lentement ? Puis le regard vide et inexpressif de sa future victime l'avait désarçonné... Une seconde de trop, peut-être. Ces yeux, bien que d'une teinte plus ordinaire, lui en rappelaient d'autres... Les siens.

Même s'il n'aimait pas se voir dans un miroir, lorsqu'il était encore dans son univers, peu après ses premiers carnage, Neo Kara s'était vu dans une flaque d'eau, et au milieu de ses mèches tâchées de sang, ses pupilles rubis, ternes et les cernes autour de ses yeux l'avaient frappés... À l'instant même, il revoyait dans les yeux de ce gamin son propre regard, inexpressif et sidéré. Il n'avait sûrement pas toujours été comme ça. Avait-il vu la mort lui aussi ? Avait-on tué un proche sous ses yeux ? Il n'arrivait pas à se souvenir de quoique ce soit avant son arrivée sur la Terre, et ne savait même pas s'il avait de la famille ou quelque tuteur que ce soit... La seule chose qu'il avait su inconsciemment, c'est qu'il était bien supérieur à la race humaine, et que de ce fait, il l'avait supprimé.

« ... »

C'en était assez. L'Élu reprit ses esprits, et alors qu'il approchait sa main de la tête du garçon, une voix rude l'en empêcha.

« NE TOUCHE PAS À CET ENFANT !! »

« ...! »

L'homme était imposant, mais bien sûr, ça serait expéditif.

« GAMA !! FUIS !! hurla-t-il en regardant le garçon. »

L'attention de tout le campement allait sûrement être captée... De toutes les façons, dès le début, le but était de nettoyer ce camp Neo rangea lentement ses lames ocres, sans un mot, puis l'air se mit à chauffer autour de lui, quelques unes de ses mèches argentées se levèrent par intermittences, et des grésillements commençaient à se faire entendre... Qui d'autre qu'un Dieu de la Foudre pouvait faire frapper le tonnerre...?

« GAMA, BORDEL !! »

« Barugirudo... Le ciel se mit à gronder, la frappe était imminente, et le niveau magique de l'Élu, raserait probablement ce camp, en un éclair... L'homme se mit à courir en direction de l'Élu qui écarta les bras sèchement : ZAKERUGA !! »

Au loin, une détonation et une fumée noire s'élevant en direction des cieux, pour les autres, la mort...


   

   


Dernière édition par Neo le Mar 7 Juin - 15:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: La naissance de l'enfant des cendres [Geleerde + Neo]    Dim 29 Mai - 0:47







Pour la première fois, Geleerde ne savait comment réagir à ce qu'elle faisait face. La naissance d'un enfant demandait une certaine connaissance de la chose et la louve, bien qu'ayant son instinct animal, une mise au monde restait malgré tout une épreuve des plus surprenante. Une chance, la jeune mère semblait être habituée à ce genre d'événement. En premier lieu immobile, lorsque Rumaki commença le travail, une décharge électrique prit possession de l'hybride, qui concentra désormais toute son attention vers la ninja. Relevant les vêtements de cette dernière, elle se pencha pour observer l'arrivée de l'enfant, fronçant les sourcils de concentration.


Tout ce que Geleerde pouvait désormais faire, fut de la soutenir du mieux qu'elle le pouvait, tout en veillant bien à ce que la tournure des événements ne prennent pas un aspect chaotique et mortel pour Rumaki et le bébé.


***


Le feu crépitait frénétiquement dans la tanière. Après que Rumaki soit tombée dans l'inconscience, Geleerde avait emmitouflé l'enfant dans son manteau, l'accrochant contre elle, tout en portant sur le dos, la ninja de Fuyu. Elle ne pouvait pas les laisser ici, à la merci du mordant du froid et des animaux sauvage. Le bébé ne cessait hélas de crier, ne comprenant pas ce qu'il venait de se produire. Lui qui se trouvait encore il n'y a même pas quelques minutes, dans le ventre chaud de sa mère, devait désormais subir les sensations glacées de la forêt de givre, mais également le bruit et les odeurs, ainsi que la faim. L'odorat de la louve permis fort heureusement à notre trio, de trouver une grotte visiblement abandonnée. Déposant Rumaki et son bébé au fond de la tanière, elle leur laissa son manteau d'hiver sur eux, veillant bien à ce que l'enfant soit suffisamment calé contre sa mère. Les battements du cœur de sa génitrice, lui permettrait peut-être de se sentir plus rassuré.


Mais quelque chose n'allait pas.


Musique d'ambiance




***


Quand l'indomptable de Seika se pencha vers le bas ventre de la jeune femme, une violente douleur prit place dans le corps entier de Geleerde : son sceau, venait de s'activer, alors que ce dernier n'avait pas émis la moindre réaction depuis des mois entiers. Une nausée désagréable empêcha à la louve d'agir, étouffant lentement. Une sensation au niveau de son cou lui donna l'impression de se faire étrangler par une main invisible pour l’œil humain.

Aucun doute, Fenghuang se manifestait.

Supportant son poids en posant ses avant-bras dans la neige, Geleerde baissa la tête, expirant douloureusement un air glacial et paradoxalement brûlant. Pourquoi le Phénix agissait-il ainsi ? Pourquoi ne s'était-il pas manifesté plus tôt, lorsque le temple du soleil avait été attaqué par Rhadamanthys ? Pourquoi... Maintenant ? Se relevant durement, Geleerde murmura quelques paroles à une entité invisible, visage en direction du sol, les poings serrant la neige sur le sol gelé.


- Ne me dis pas quoi faire, Fenghuang. Tu as mal choisi ton moment.


Soudain, l'étreinte se volatilisa, comme par magie, ce qui surpris aussitôt l'hybride. Le Dieu Phénix avait-il cédé aussi aisément à la plainte de la louve ? Impossible. Il y avait là, quelque chose que l'érudite ignorait encore, pour le moment. Ne s'attardant pas plus à cela, elle reprit sa position initiale, pour aider Rumaki. Savoir pourquoi Fenghuang avait agi, resterait provisoirement un mystère.


***


Depuis probablement maintenant des heures, semblable à une éternité, la ninja offrit toute son énergie pour accoucher de l'enfant. La procédure semblait douloureuse et éreintante. Geleerde veillait à chaque geste de sa compagnonne du moment, guettant les éventuelles perte de conscience, pour la maintenir éveillée. Le froid environnant n'aidant pas, la louve fit comme avec son manteau et retira de nouveau une épaisseur de vêtement, pour en faire don à Rumaki : le froid n'étant pas un danger pour l'hybride, il en été tout autre pour la ninja. Conserver la température du corps de l'élue de Fuyu restait indispensable, pour sa survie et celle du bébé.


- Reste avec moi. Tu vas mettre au monde cet enfant. Je te le promets.


Les paroles de l'élue, bien qu'aux premiers abords, semblaient encourageantes, le ton de la louve restait rude et puissant. Ses mots étaient-ils réellement destinés à l'élue de Fuyu ? Étrangement, cette situation avait éveillée quelque chose que l'hybride elle-même, ignorait. Comme une épreuve personnelle, Geleerde ne voulait pas que Rumaki faiblisse, se projetant inconsciemment en la ninja.


Mais lorsque la moitié du corps du bébé fut enfin visible, l'hybride pu ressentir un bouleversement intérieur des plus improbables.

Inconsciemment, elle venait de mettre le pied vers un chemin qui perturberait à jamais, Kosaten et ses habitants...

***


Geleerde brisa inconsciemment un morceau de bois dans sa main. Admirant le feu lui faisant face de son œil valide, elle se remémora la phase d'accouchement qui avait eu lieu à l'extérieure de la tanière, une demi-heure plus tôt. Jetant un bref regard derrière elle pour apercevoir Rumaki et son enfant, tous deux endormis, la louve pesta : la mine sombre, elle retourna à son occupation du moment, en taillant le bois à l'aide d'un couteau, afin d'alimenter le feu. En cet instant, l'esprit de l'indomptable fut torturé par ce qu'elle venait d'assister, pour une unique raison :


Les origines de la mère et son enfant.


***


- Mer...ci...


Rumaki sombra aussitôt dans l’inconscience, après des heures de lutte acharnée pour mettre au monde son enfant, non sans oublier de remercier l'hybride. La louve n'avait pourtant rien fait d'exceptionnel : tout le mérite revenait à la jeune mère. Tenant désormais dans ses bras le bébé, elle l'enveloppa rapidement dans ses vêtements, le protégeant du froid de la forêt de givre. Elle fut donc la première à tenir l'enfant...


Et à découvrir, par la même occasion...
l'emblème de Manshe sur son ventre...



***

Au même instant, les oracles des trois royaumes poussèrent une plainte de douleur simultanée. Chacun d'eux, respectivement aux côtés des dirigeants au nom de Jeong Tekina, Sul Hei et Karui Hanja, prononcèrent les mêmes mots avec difficulté :


- Le destin de Kosaten...
-... Les Dieux...
-... La vérité approche...


***


Mais ce qui vint rendre cette révélation encore plus surprenante, fut qu'au même instant, lorsque Rumaki perdit connaissance et qu'elle allongea ses jambes, l'indomptable de Seika pu apercevoir sur sa hanche...


Le sceau de Fuyu....


De tout ce qu'elle avait pu lire, la louve n'avait jamais entendu parler d'un élu qui avait mis au monde un enfant en Kosaten. Était-elle d'ailleurs une ancienne ? Cet événement avait-il été prémédité ? Mais le plus important, restait à savoir pourquoi une élue du Dieu Long avait-elle pu accoucher d'un enfant appartenant à l'un des principaux opposant au Dragon...

Soudain, au même instant, un hurlement semblant sortir tout droit des enfers eux-mêmes, résonna dans l'immensité de la forêt de givre. Le vent, s'affola aussitôt et le ciel fut recouvert d'une ombre menaçante, annonçant une nouvelle ère de décrépitude. Se retournant pour faire face à la stratosphère, tenant toujours l'enfant contre sa poitrine, les pleurs de ce dernier en guise d'étrange symphonie morbide... Et simultanément, dans l'esprit de Neo, Rumaki et Geleerde, une voix leur susurra ces mots qu'ils ne pourront jamais, plus oublier :


- L'heure est enfin arrivée.


***


Un bruit éveilla de nouveau la louve de ses pensées : l'enfant venait de se réveiller, réclamant sans doute de la nourriture que seule sa mère pouvait lui donner. Lentement, Geleerde se releva, s'avançant en direction de la jeune mère endormie et du bébé, les toisant de toute sa hauteur, l'air sombre, son couteau en main. Certes, l'indomptable ne portait pas réellement dans son cœur Fuyu, les raisons étant principalement liées à Zayro Jinn, mais la ninja n'était pour l'instant pas un réel danger. De plus, Geleerde détenait en elle une chose bien plus importante que l'idée de mettre fin aux jours de Rumaki et de l'enfant : sa curiosité. Rangeant finalement son couteau dans sa poche, elle posa un genou à terre, plongeant pendant de longue minute, son regard flamboyant, dans ceux de l'enfant.


Musique d'ambiance



- Qui es-tu...


Son instinct, lui dictait que cet événement venait de bouleverser à jamais, tout Kosaten. Après l'accouchement, la louve ne cessait de se poser des questions. S'il était possible qu'un élu mette au monde un enfant portant un sceau différent du sien, tout cela venait à soulever nombreuse questions quant à l'origine même des élus en ce monde.


Dieux de Kosaten... Que nous cachez-vous ?


Geleerde serra le poing de frustration à cette question. Les élus avaient été menés de force sur Kosaten et les raisons quant à leur arrivée en ce lieu, restaient encore trop floues au goût de l'hybride. Depuis qu'elle était arrivée ici, elle avait pourtant mainte fois aidée Seika et aucune réponse ne lui avait été donnée. Pourquoi avait-elle agit, sans qu'une lueur d'espoir de retour parmi les siens, ne lui soit visible ? Quel en était le but ? Son destin ne lui appartenait-il pas ? Pourquoi Fenghuang l'avait-elle blessée, si ce n'est autre la raison que Rumaki était une élue de Fuyu ?

Toutes ces interrogations brisèrent le mental d'acier de l'hybride, qui, prit d'un soudain étourdissement, dû se retenir de ne pas s'écrouler à même le sol. Une sensation de malaise prit siège en Geleerde, qui posa instinctivement sa main contre sa poitrine, les sourcils froncés, serrant fermement le collier que sa jeune sœur lui avait offerte, il y a des années de cela. Au fond d'elle, une idée, un murmure, commençait lentement à s'immiscer en elle. Rien encore ne pouvait la préparer à cela. Une révélation douloureuse. Improbable. Intolérable. Quelque chose de sombre, d'insoutenable... Venait de naître à jamais dans le cœur et l'âme de l'indomptable de Seika :  

Si un enfant venait à naître ici et dont l'un des parents étaient un élu... Pourquoi possédait-il un sceau et particulièrement, celui d'une autre faction ? Pourquoi Fenghuang l'érudit, Long le destructeur et Manshe le stratège, s'étaient-ils manifestés ? Et surtout... Pourquoi un appelé des Dieux, obtenaient-ils l’emblème de sa nouvelle nation... Comme un bébé prenant vie en Kosaten ?


Pourquoi...

L'érudite venait à penser...

Qu'on lui mentait depuis le début ?








NB important a écrit:


Après discussion avec le reste du staff et étant moi-même une membre du staff, je me permets "d'incarner" les Dieux, ainsi que les oracles des trois royaumes.

- Seul Neo, Rumaki et Gel ont pu entendre les voix des Dieux.

- Les oracles ne savent pas que l'enfant possède un sceau différent de Rumaki et la vision reste très floue (Les trois élus liés à cet événement, sont assez haut niveau pour brouiller la vision)


Ce RP entrera d'ailleurs dans les hauts-fait du forum, inclus dans la gazette : il va de soit qu'un tel événement, bouleversera probablement le lore de Kosaten !


Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1707
Yens : 72
Date d'inscription : 29/12/2014

Progression
Niveau: 91
Nombre de topic terminé: 34
Exp:
0/6  (0/6)
avatar
Rumaki Oshigato マ Maman de Fuyu マ

-



MessageSujet: Re: La naissance de l'enfant des cendres [Geleerde + Neo]    Dim 29 Mai - 17:22






Je t'aime, mon enfant




Au moment de tomber dans l'inconscience, je sentis un immense soulagement. Toute ma douleur s'en alla, et j'eus enfin un répit. Autour de moi, c'était le noir complet. Seul une faible lumière blanchâtre émettait des rayons, me permettant d'avoir la sensation de voir quelques chose. Lentement mes yeux s'ouvrirent et je me trouvai couchée dans l'herbe, une brise faisant voltiger mes cheveux. Je me sentais fatiguée, mais étrangement sereine. Je me redressai lentement pour finir assise. J'étais vêtue d'une longue robe blanche.

Scrutant l'obscurité avec des yeux calme et une expression neutre, je vis bientôt les lumières se mouvoir. Elles formèrent un tout difforme et flou. Tout se mélangeait doucement et petit à petit un visage apparut. En réalité, je ne l'avais jamais vu, je ne le connaissais pas, mais instantanément, mon cœur fit un bond dans ma poitrine. Son identité m'était étrangement clair. Ces yeux endormis, ses joues d'ange, tout m'apparaissais comme familier depuis longtemps.

Tu... tu es...

Je ne finis pas ma phrase, c'était pas la peine. Lui et moi qui chacun était. Un sourire se dessina sur mes lèvres. Bientôt, des voix se chargèrent de continuer de rompre le silence. "L'heure est arrivée" répétaient-elle au loin, dans un écho. Qu'est-ce que cela signifiait ? Je n'en savais rien. Je les interprétai comme l'heure de la naissance. L'heure de commencer la vie, de prendre enfin le départ était arrivée. Je me contentai de fixer le visage de celui que j'avais aujourd'hui mis au monde. Juste avant que tout ne redevienne flou et que le paysage ne change j'entendis un bruit. Des pleurs, quelqu'un criait. Une petite voix résonnait alors que le paysage autour de moi tanguait.  Et ces cris continuèrent quand je repris enfin conscience.

Quand mes yeux pour la deuxième fois s'ouvrirent, je constatai que le paysage avait changé. La neige avait disparu du sol et l'endroit était beaucoup moins agressif au niveau du climat. Je vis quelqu'un surplomber ma personne et le fixai pendant quelques secondes, avant de la reconnaître. C'était la femme qui m'avait aidée, qui m'avait soutenue pendant que j'accouchai, qui était auprès de moi depuis le début. Oui, même dans l'état que j'étais, ses paroles m'étaient parvenues. Je l'ai avait clairement entendues, et elle m'avait donné la force de supporter cette épreuve.

J'aurais tellement voulu y répondre, lui témoigner ma reconnaissance d'avoir été à mes côtés, d'être apparu comme un cadeau du ciel, soulageant mes maux mais je n'avais pas pu. J'étais trop absorbée par la douleur. Son ombre dansait au rythme des flammes derrière elle. Je compris maintenant d'où venaient ces cris. Ma main était posée sur l'enfant qui venait de naître. À l'aide de mon autre main, je le pris et l'amenai sur mon ventre. Un manteau l'entourait. Pris d'une soudaine tendresse, je lui souris et l'appuyait tendrement contre moi oubliant un instant complètement d'où il venait. Je lui soufflai des mots doux, pour calmer sa tristesse.

Je finis par l'entourer de mes bras et par me redresser pour m'appuyer contre le mur la grotte. Tendrement, je berçai l'enfant, mettant tout mon instinct maternel dans cet instant avec lui. Je n'avais pas remarqué son sceau, caché par les vêtements. Rien ne pouvait alors rompre pour l'instant l'amour qui naissait entre nous. Je lui donnai quelques bisous sur le front pour le calmer avant de regarder la jeune femme.

Qui que vous soyez, sachez que je ne vous remercierai jamais assez pour ce que vous avez fait pour nous. Vous nous avez sauvé.

Un lien se créait petit à petit avec l'enfant. Encore l'esprit brumeux, je ne savais plus les circonstance de sa venue, et je ne cherchai pas à le savoir. Je voulais en cet instant juste le serrer dans mes bras et lui témoigner tout l'amour dont une maman pouvait faire preuve.


~~~~~À Yuki, au même moment ~~~~~


Mei n'étais pas tranquille. Des heures déjà que Rumaki était partie, et aucune nouvelle d'elle, que ce soit son retour ou la poudre rose dans le ciel. Très inquiète, elle avait nez collé à la fenêtre, attendant un signe. Les heures passaient, semblant être une éternité, et toujours aucun signe de sa petite protégée. Jouant avec ses doigts nerveusement, elle finit pas prendre une veste et se diriger vers la forêt de givre. Il fallait qu'elle sache où Rumaki était, et s'il ne lui était rien arrivée.



Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1708
Yens : 1445
Date d'inscription : 30/01/2015
Localisation : Avec Roza

Progression
Niveau: 103
Nombre de topic terminé: 33
Exp:
8/12  (8/12)
avatar
Neo ¦ Justicier ¦

-



MessageSujet: Re: La naissance de l'enfant des cendres [Geleerde + Neo]    Dim 19 Juin - 1:23



   
La naissance de l'Enfant des Cendres


   
Surprises



   

Les mèches blanches du jeune homme dansaient calmement... Masquées par ses paupières, les pupilles mauves de Neo ajoutées à la position immobile de l'Élu, ne laissaient rien transparaître de l'état de plénitude dans lequel il se trouvait actuellement. Il s'était volontairement privé de la vue, pour permettre à tous ses autres sens de baigner dans cette atmosphère que le commun des mortels n'avait pas le loisir d'expérimenter au cours d'une vie... Celle du champ de bataille une fois celle-ci terminée... Celle de la mort omniprésente.

L'odeur brûlante de chair et de bois carbonisé, le goût métallique de sang dont des gouttes étaient arrivés sur les lèvres du Minshujin, la brise mortuaire suivant la fin du combat et surtout... Les faibles gémissements des rares survivants, plaintifs, abasourdis ou sidérés, qui signifiaient qu'il y avait un travail à achever.

Un soupir chaud et presque inaudible s'échappa de la bouche du Foudroyant : « Haa... » Lentement, l'ange d'éclair ouvrit les yeux, et avec autant de lenteur, ses iris balayèrent le champ de bataille. La puissance de Barugirudo Zakeruga avait bien augmenté, parallèlement à sa puissance magique. Ce camp n'avait aucune chance, seul la pitié aurait pu le sauver, mais c'était un sentiment que Neo n'avait que peu, voire jamais ressenti.

Puis vint le moment de flottement, de vide, de fatigue et de lassitude qui suivait l'action, l'expression de Neo ne changeait pas. Cette "paix", l'amena à se rappeler des objectifs de sa mission, si c'en était une. "Demander des comptes", hein ? Il ramènerait ce qu'il trouverait encore en état. L'Élu avança finalement en direction des débris, perforant les crânes et les cœurs, prenant des vies, comme il l'avait toujours fait, ignorant que loin de là, il l'avait donné, une fois...






La lame ocre du Minshujin, ressortie pourpre du corps d'une ménagère quinquagénaire, se voyait nettoyée sur les vêtements de sa victime ; Ce devait être la dernière, selon l'Electroreception du jeune homme. Le camp était désormais vide de toute âme, silencieux tel un cimetière, ce que deviendrait probablement ces ruines d'ici quelques jours. Neo approcha les lames de son dos, attendant que le Venom Suit les ré-assimile... Mais étrangement, la réaction tardait à venir. L'œil violet de Neo se porta machinalement sur sa combinaison. « Qu'est-ce que...? » Soudain, tel de la boue noir, le Venom Suit se mit à couler du corps de Neo, jusqu'à totalement en disparaître, le laissant dans le plus simple appareil. Le vêtement organique s'infiltrait dans le sol comme de l'eau et le Lien mental entre Venom et son hôte permit à ce dernier de sentir les déplacements de la combinaison, désormais liquide pâteux, sous la terre, comme fuyant son hôte... Neo était pratiquement né avec ce vêtement extraterrestre, les deux êtres partageaient presque une conscience commune, et aucune des réactions de la combinaison n'aurait pu le surprendre, mais là, il était clairement dans l'incompréhension.

« V-Venom...? »

Cette action du Suit, était réalisée lorsque d'une manière ou d'une autre, Neo venait à être séparé de sa combinaison, à ce moment, cette dernière le rejoignait par voie souterraine, car elle dépendait de lui d'une façon vitale : elle se nourrissait en absorbant des nutriments à même la peau du Minshujin. Elle le détectait en traçant sa signature ADN, donc simplement en trouvant un endroit où il avait touché quelque chose, pour le pister tel un canidé... Mais là, l'Élu était clairement à ses côtés, et cette confusion ne pouvait pas venir d'une maladresse, Venom n'ayant même pas de libre arbitre... Ça ne c'était jamais produit avant... Et alors que l'Élu s'apprêtait à reprendre le contrôle de l'entité parasite, un murmure dans lequel se mêlait trois intonations différentes souffla à même son esprit :

« L'heure est enfin arrivée. »

« ?! »

Neo regarda autour de lui, instinctivement, comme tous ceux qui étaient sujets à de la télépathie sans en être capable. Il ne vit rien. Alors il se concentra un bref instant et s'aida cette fois de son Électroréception, mais il ne détecta personne...

*Qui a dit ça...?*

L'heure est enfin arrivée. Sur le coup, ces mots ne raisonnèrent pas particulièrement dans l'esprit de l'Élu, encore dans le flou de ces deux événements successifs mais en réfléchissant un instant, plusieurs hypothèses naquirent dans son esprit "scientifique", ne l'embrouillant que davantage. Était-ce un message de son vêtement organique, qui avait décider de s'émanciper ? Un message général de Minshu, par le biais d'un quelconque télépathe ou d'une machine ? Ou plus inquiétant, était-ce un message général à Kosaten, à l'attention de tous les Élus...? Il ne voyait aucune raison à ce qu'une personne isolée lui dise ces mots, car officiellement, il ne s'était jamais fait d'ennemi... Et ces trois intonations... Un trio...? Les trois dirigeants ?! Les trois dieux...?! Non, il ne fallait pas s'emballer... Il n'avait aucune piste. Le jeune homme posa la main à l'endroit où se trouvait son cœur, et par le biais d'une génération électrique accrue, augmenta son rythme cardiaque pour récupérer l'attention de sa combinaison.

« Venom ! Lança-t-il. »

Quelques instants plus tard, un liquide brûlant enveloppa les pieds du Minshujin, ce dernier se détendit, il ne le montra pas, mais une frayeur l'avait traversé. La cause de cette réaction incongrue du Suit restait étrangère au Minshujin... Il restait perturbé, car la seule raison de cela aurait été la détection d'un être génétiquement proche de lui, mais...

« ... »

Il n'eut pas réellement le temps de penser à cela. Il devait récupérer des objets, les moins abîmés, et ne pouvait laisser un désordre pareil derrière lui... Alors il décida de faire un bûcher, avec les débris en bois des habitations, dans lequel il réduirait en cendres les corps. Il avait du travail... Il ignorait alors, qu'à l'arrière de son genou droit, manquait une partie du Venom Suit, de la taille d'une bille... Trop loin pour subir instantanément l'appel du Minshujin, cet échantillon avait pu continuer son voyage souterrain, en direction de ce qu'il pensait être Neo...


   

   
Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: La naissance de l'enfant des cendres [Geleerde + Neo]    Ven 22 Juil - 8:25








L'hybride reste un long moment muette de stupéfaction, se contentant d'observer l'enfant endormi, ainsi que la jeune mère. Si seulement elle savait que la réponse à ses interrogations, n'était simplement que le père était un élu de Minshu, expliquant sans doute pourquoi porte t-il le sceau de son géniteur. Toutefois, même en prenant en compte cette idée, pourquoi le sceau de Minshu a t-il été choisi et non celui de Long ? N'y aurait-il pas eu, plutôt, une moitié de chacun d'eux ? Malheureusement, Geleerde ignorait ce détail.

A moins que cela ne soit un avantage, pour l'avenir...

Finalement, Rumaki s'éveille de sa longue léthargie. Encore légèrement endormie, l'indomptable lui laisse le temps dont elle a besoin, pour revenir parmi eux. Il va de soit qu'une tel événement, devait être bien plus épuisant, que Geleerde n'aurait pu l'imaginer. Toutefois, une chose des plus surprenante et unique, ramena aussitôt à la réalité, notre hybride. En effet, la louve pu apercevoir, en cet instant précis... L'éclosion de l'amour d'une mère, pour son enfant.


Musique d'ambiance



Rien ne saurait être plus belle preuve de vérité et d'innocence, que ce geste que peuvent avoir toutes les mères. A cela, la gorge de l'érudite se noue d'un désespoir soudain... Une pensée, vint longtemps prendre place en elle, alors qu'elle tentait vainement, de l'oublier. Mais comment ne pouvait-elle pas songer... à sa propre mère, en admirant tel spectacle sous ses yeux.

Anna, « La Gracieuse ».

Son poing se crispe aussitôt et Geleerde baisse lentement la tête, ses mèches rebelles voilant son visage pâle et ses yeux rubis. Non. Elle ne devait pas faiblir. Pas maintenant. Pas tout de suite. L'hybride fut incapable d'aider Rumaki à se relever, laissant la jeune mère, berçait son enfant, sereinement devant elle. Ce fut d'ailleurs la ninja qui finit par rompre le silence, prononçant des mots aussi lourd qu'une sentence, pour le cœur de l'indomptable.

- Vous nous avez sauvé.

Ces paroles, surprennent l'élue de Seika, mais qui ne laisse rien percevoir, conservant toujours la tête basse. Sauvé ? Il n'en est rien. Elle n'avait jamais fait une telle chose.

- Je...

Vous nous avez sauvé.

- Le mérite vous revient. Je n'étais là qu'au bon moment, par chance ou hasard.

Ou par destin...

Pour le moment, la ninja n'avait pas encore aperçue le sceau de son enfant. Une bonne chose, en soit. Il serait regrettable qu'elle le découvre maintenant, détruisant ainsi éventuellement, l'amour qu'elle porte pour lui. Mais pouvait-elle réellement juger ? Rumaki faisait partie du clan de Fuyu, c'était un fait. Toutefois, sa douceur, ne ressemblait en rien, aux élus de Long. Devrait-elle lui faire confiance ?

Devrait-elle lui dire ?

Geleerde relève finalement la tête en direction de Rumaki, tentant de la regarder dans les yeux, mais elle ne peut hélas tenir guère longtemps, devant toute l'innocence de la jeune mère. Comment un enfant pourrait-il survivre ici, en Kosaten ? Comment Sul Hei le prendrait-il, en découvrant que l'enfant, ne porte pas le sceau du Dieu Dragon ?

Devrait-elle lui dire ?

Comment... Rumaki serait traité, dans le pays du froid et la conquête ? Profiterons-ils des sentiments de cette femme, pour utiliser l'enfant, à des fins néfaste ?

Devrait-elle lui dire ?

Sa mâchoire se serre lentement, à mesure qu'une violente douleur au crâne vint prendre place chez la louve, qui retient de poser sa main contre sa tempe. Secouant doucement la tête, Geleerde tourne précipitamment le dos à Rumaki et au bébé, avançant vers la sortie de la grotte.


- Pardonnez-moi. J'ai besoin de prendre un peu l'air. Restez au chaud près du feu. Je nous apporte de quoi le ravitailler. N'hésitez pas à vous servir dans la sacoche se trouvant à côté : vous pourrez y trouver de quoi vous sustenter.



***

Une fois dehors, Geleerde marcha quelques longues minutes dans la neige environnante de la forêt de givre. Le froid glacial, apaise ses maux l'espace d'un instant et elle inspire sereinement, l'air ambiant, yeux clos, tête tourné vers le ciel.

Mais son visage redevient rapidement impassible, tandis qu'elle baisse le regard en direction de la paume de ses mains, les contemplant, cherchant une ultime réponse. Cet enfant avait le droit de vivre. Sa mère également... Mais pourquoi fallait-il que cela soit en son monde ?

Elle resta ainsi longuement, silencieuse, seule. Paradoxalement, elle se sentait déjà bien trop concernée par la condition de Rumaki et sa progéniture. Elle qui pourtant, ne s'attachait jamais trop rapidement à quelqu'un. Ce n'est toutefois pas par sympathie, que l'érudite songe ainsi. Peut-être, au final, est-ce simplement que la vision d'une mère avec son enfant, lui rappelle de bien nombreux souvenirs lointain...

Et c'est ainsi que, soudain, une idée lui vint. Une idée qu'elle aurait préférée ne pas avoir à choisir. Une idée, dont elle tenta par tous les moyens possible, de ne pas utiliser. Une idée... Qui semblait pourtant être, le seule échappatoire possible.


Une idée qui, inclurait... De mentir... Une nouvelle fois.

Père. Mère. Qu'auriez-vous fait, à ma place ?







HRP - Neo et Ruru

Neo : Je te laisse gérer la petite partie du Venom Suit dans ton prochain post~
Ruru : J'attends l'arrivée de ton PNJ~

Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1707
Yens : 72
Date d'inscription : 29/12/2014

Progression
Niveau: 91
Nombre de topic terminé: 34
Exp:
0/6  (0/6)
avatar
Rumaki Oshigato マ Maman de Fuyu マ

-



MessageSujet: Re: La naissance de l'enfant des cendres [Geleerde + Neo]    Dim 24 Juil - 18:35






Mystère




Info pour le correcteur:
 

Que je détestais ce climat. J'y avais vécu depuis toujours, je le connaissais, bien avant que la nouvelle volée d'élus ne se présente, mais j'avais toujours eu de la peine à m'en accomoder. De plus, j'avais déjà voyagé dans ma jeunesse au delà des frontières, et ce que j'y avais découvert m'avait profondément plu. Un climat agréable, des personnes accueillantes, bref, tout pour mieux vivre. Pourquoi n'avais-je pas quitté Fuyu me direz-vous ? Eh bien allez savoir pourquoi je m'étais attachée à ma terre natale. Même si j'étais loin d'être en accord avec le dirigeant actuel, je n'ai jamais pu me résoudre à quitter la terre qui m'avait vu naître, et maintenant, je le regrettais encore moins. Car j'avais une mission ici. Ma place était au près de l'âme que j'avais recueillie, et qui demandait mon soutien. Ma place était auprès de Rumaki.

Et c'est justement pour elle que je bravais en ce moment-même le froid de la forêt de givre. Sa seule pensée me donnait le courage d'avancer dans ce climat hostile, la tête à moitié plongée dans le col de ma veste. Le vent s'était levé, et m'envoyait son lot de neige sur le visage, ce qui rendait ma recherche plus complexe. Mais qu'importe, c'était une raison de plus pour la retrouver. Avec ce temps et dans son état, Rumaki allait sûrement avoir besoin de moi. Mais où était-elle passée ?

C'est alors que j'arrivai approximativement près de l'endroit qu'elle s'était crée et dont elle m'avait parlé. Elle me l'avait montré une fois où il faisait plus chaud, et je me souviens avoir été contente qu'elle est aménagé son coin à elle, son jardin secret, et par la même occasion, qu'elle continuait de se battre malgré ce qui lui arrivait. Je baissai la tête et vit des tâches rouges.  Je m'en approchai et constata que c'était du sang. Mon cœur s'accéléra et mes yeux s'ouvrirent.  À qui était ce liquide ? Tout laissait penser que...

Oh mon dieu ? Rumaki !!! Rumaki où es-tu ?? appelai-je, commençant à avoir peur.

Aucune réponse ne me parvint, à ma grande déception. Deux scénario étaient possibles. Soit elle s'était fait attaquée, soit... l'heure était venue... La première option semblait plus plausible, mais je ne pouvais y croire. Ou du moins, je le refusai, par peur inconsciente de paniquer. Laissant aller mon regard aux alentours, je remarquai que les traces continuaient, comme si la personne qui saignait s'était déplacée.

Sans perdre une seconde, j'entrepris de suivre ces traces. Elles m'emmenèrent dans un coin de la forêt où je n'avais encore jamais mis les pieds. Je commençai à douter. Qu'allais-je bien pouvoir faire si c'était réellement des personnes qui l'avaient attaquée ? Qui étais-je pour leur tenir tête ? Mes pas ralentirent. Quelle était la meilleure solution ? Je sentis un brin de panique m'envahir, avant que je n'aperçoive de la lumière au loin. Une lumière dansante. Ils étaient là. D'un pas tremblant, je m'approchai aussi discrètement que je le pouvais et me postai à l'ombre d'un arbre pour observer l'entrée de ce que j'identifiai comme une grotte. L'obscurité de la nuit ne me donnait pas une vision très complète.

Mais je sursautai quand j'entendis des pleures. Et pas n'importe lesquels, c'était clairement les pleures d'un enfant... d'un bébé. Ma main vint se placer d'elle-même se placer sur ma bouche, alors que mes poumons se remplirent d'air. Cette fois il n'y avait plus de doute, tous les éléments concordaient, ça ne pouvait être une coïncidence, ma chérie avait accouché. Des larmes coulèrent sur ma joue. De joie, mais aussi de surprise.

Esquissant un pas pour rejoindre Rumaki, je vis une silhouette sortir de la grotte. Me stoppant dans mon geste, je la fixai, avant de me rendre compte que ce n'était pas ma protégée. Qui était-ce ? Avalant difficilement, je sortis un couteau de ma poche. J'en avais toujours sur moi, car Fuyu était des terres hostiles, même pour des civils. Et il faut dire qu'en partant chercher Rumaki, je m'attendais au pire. Je m'approchai de la silhouette et cachant le fait que j'avais très peur du mieux que je le pouvais, je l'interpellai. Ma voix cependant, me trahit quelques peu, car elle était tremblante.

Eh toi, qui es-tu ? Qu'as-tu fait de Rumaki ? Parle !

~~Pendant ce temps dans la grotte ~~

Rumaki s'étonne de la réaction de Geleerde, et lui demande si tout va bien, mais l'hybride lui déclare qu'elle a besoin de prendre l'air. Rumaki ne conteste pas et la laisse aller un sourire aux lèvres. Puis sentant sa fatigue peser, elle s'approche du sac et farfouille pour trouver à manger. Elle n'en prend qu'un petit peu pour ne pas abuser de la gentillesse de Geleerde. Le bébé cesse petit à petit ses pleures, mais est toujours éveillé. Rumaki profite qu'il n'y ait personne pour tenter de l'allaiter pendant qu'elle mange.





Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1708
Yens : 1445
Date d'inscription : 30/01/2015
Localisation : Avec Roza

Progression
Niveau: 103
Nombre de topic terminé: 33
Exp:
8/12  (8/12)
avatar
Neo ¦ Justicier ¦

-



MessageSujet: Re: La naissance de l'enfant des cendres [Geleerde + Neo]    Dim 11 Sep - 17:42



   
La naissance de l'Enfant des Cendres


   
Le Lien



   

L'intensité du bûcher ne faiblissait pas. La suppression par le feu était l'une des plus absolues possibles et son accessibilité était sans égale ; Il ne suffisait que d'une branche, d'une pierre et quelques feuilles pour allumer un feu, feu provoqué par une étincelle... Cette réalité, gardait aussi une part de métaphore : Facilement, avec un rien, on pouvait réaliser beaucoup...

Le karma, l'effet papillon, le destin, Dieu... Quelque soit la façon dont on avait choisi de l’exprimer, chacun savait que toute action amenait son lot de conséquences. Qu'en était-il pour les actions importantes ? Les événements d'une vie...? Voler la virginité d'une pauvre fille, pour un plaisir unilatéral, par exemple...

Non. Sans aucun doute, Neo ne croyait pas à ces choses-là, il ne vivait que l'instant et malgré son esprit scientifique, ne versait pas beaucoup dans la prédiction. Ça le rendait plus direct, mais aussi d'une certaine façon, plus égoïste, moins empathique... plus animal... grossièrement. Un littéraire bestial, d'un calme impulsif et d'une paix violente... Jusqu'à la racine même de son être, Neo n'était qu'une succession de contradictions... Une chimère, un ovni, qu'il fallait avoir longuement côtoyer pour cerner entièrement... Deux comme lui, n'auraient pu existé en un même monde.

Le bruit d'une cabane qui s'écroulait, tira le Minshujin de son état passif... Il s'était perdu dans ses pensées, si au moins ces dernières lui avaient appartenus. Le bûcher était bien avancé, presque tout avait été éradiqué, d'abord par la puissance magique de sa foudre, puis par la consomption des flammes. Il ne restait plus qu'à mettre fin à cette fumée et à ce feu, qui attireraient les badauds.

L'Élu ouvrit la main, et un dôme, dont la paroi était composée d’électricité soudée, naquit autour du brasier. Sans bouger, il utilisa son autre main, avec une concentration accrue, pour en modeler la forme, la rapprochant progressivement de celles du tas ardent, comme pour l'en vêtir... Avec son bouclier électrique, il privait progressivement l'incendie d'air, jusqu'à l'éteindre complètement. Il retourna ensuite la terre, en utilisant son champ de force sous forme de disque, pour enterrer les restes du bûcher. Pour l'odeur de brûlé en revanche, il ne pourrait rien faire. Une fois son méfait arrangé, l'ange d'éclair fit demi tour, un sac d'objets ayant appartenu à tout le campement, dans la main. Ce serait un don, aux Minshujins lésés. Une légère brise lui fit fermer sa veste, alors qu'au dos de son genou, sa combinaison avait fait le nécessaire pour remplacer le morceau du Suit manquant, désormais oublié par l'Entité principale.

La bille noire quant à elle, se déplaçait à grande vitesse, comme de l'eau en sous sol, si cette dernière n'avait pas été soumise à la gravité. À l'abri des variations de températures, ou de quelconques prédateurs, le parasite traversa à vitesse grand "V" le monde des Trois Dieux, car sa survie dépendait entièrement de son "maître". Elle ne le savait pas encore, mais elle devrait s'adapter légèrement, car son hôte ne se nourrirait plus des mêmes choses, ne se promènerait plus aux mêmes endroit, ne l'utiliserait plus aux mêmes fins... Son développement serait probablement moins rapide, ou juste différent, mais ce serait toujours meilleur qu'une disparition totale, sans association au système cellulaire du "deuxième Neo".

Un peu moins d'une heure plus tard, le voyage était terminé. Aucun cheval n'aurait pu traverser Minshu et s'enfoncer dans Fuyu en autant de temps, mais aucun cheval n'avançait qu'en ligne droite, et ne mesurait que deux millimètres. Sous une grotte, le Venom Suit "2" jaillit et retomba, comme une simple goutte d'eau, sur la peau infiniment douce d'un nourrisson, voire d'un fœtus à peine terminé... Pour l'instant on aurait pu croire à un simple grain de beauté derrière l'oreille mais en réalité, c'était le commencement d'une autre vie, grâce à une autre vie plus âgée de seulement quelques minutes... Ils seraient, maintenant et pour toujours, inséparables...


HRP :
 
   

   
Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: La naissance de l'enfant des cendres [Geleerde + Neo]    Dim 2 Oct - 23:40







Père. Mère. Qu'auriez-vous fait, à ma place ?


- Eh toi, qui es-tu ? Qu'as-tu fait de Rumaki ? Parle !

La voix de Mei sonna tel des tambours de guerre dans l'esprit de l'hybride. Sortant de sa léthargie, elle tourna lentement la tête vers sa direction, pour le moins surprise d'apercevoir un tel individu dans un lieu aussi hostile que la forêt de givre. Sans compter le fait que le moment venait d'être cruellement choisi par les Immortels : encore bercé par sa propre décision, la louve n'avait pas imaginé qu'elle devrait avoir également à faire à quelqu'un autre que la ninja elle-même.

Cette intervention viendrait-elle poser problème ?


- ... Rumaki.


C'était donc le nom de la jeune mère. A n'en point douter, les deux femmes se connaissaient, voir même, étaient très proche l'une de l'autre, en vu de la réaction de Mei à l'égard de Geleerde. Un simple regard vers cette dernière et la louve pouvait sentir qu'elle n'était pas une élue, mais bien une native. Il n'était pas bien difficile pour elle d'émettre cette conclusion aussi hâtivement, de part ses sens développés naturel. Le ton de sa voix ne laissa également guère de soupçon quant au fait qu'elle était apeurée. L'élue ne pouvait la blâmer de se montrer aussi méfiante à son égard : tout en Geleerde, représentait la fière louve sauvage qu'elle était. Que cela soit dans sa posture, ses cheveux en bataille, son regard aiguisé et sa prestance...

Elle restait une bête, qui à jamais, ne saurait être apprivoisée.


- Calmez-vous. Je ne suis pas une ennemie.


Sans poser un regard vers le couteau de son interlocutrice, l'hybride resta à sa juste place, afin de tenter une approche docile et confiante envers la vieille femme. Après tout, le moment n'était pas venu de provoquer un incident regrettable.


- Rumaki se porte bien. Elle se trouve dans la grotte, juste derrière moi. Elle ne craint rien.

Pour le moment...


Inutile de lui dire que la ninja venait d'accoucher : si elle se prétendait réellement sa protectrice, nul doute qu'elle le savait déjà. Désormais à quelques mètres l'une de l'autre, l'élue de Seika continua d'observer la protectrice de Rumaki, tout en se plaçant face à elle, lui accordant quelques secondes, afin qu'elle assimile ses propos précédents.  


- Si vous voulez bien poser ce couteau, je vous y accompagnerais afin que vous puissiez la voir de vos propres yeux.


A dire vrai, un simple canif était loin d'impressionner une élue, mais il était important à ce qu'un climat de semi-confiance prenne place entre elles, avant toute chose. L'idée de blesser Mei ne viendrait pas un seul instant en tête à la louve, mais quand serait-il de la part de la vieille femme ?

Restait à voir si Mei accepterait de baisser sa garde aussi rapidement... Ou non.






Ruru:
 
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1707
Yens : 72
Date d'inscription : 29/12/2014

Progression
Niveau: 91
Nombre de topic terminé: 34
Exp:
0/6  (0/6)
avatar
Rumaki Oshigato マ Maman de Fuyu マ

-



MessageSujet: Re: La naissance de l'enfant des cendres [Geleerde + Neo]    Lun 3 Oct - 22:17






Retrouvailles




Mei

Quand l'individu tourna la tête vers moi, j'eus comme une montée d'adrénaline, comme si d'un simple regard, elle m'avait attaquée. J'eus du mal à le soutenir, alors que pourtant, il n'était pas agressif. Que devais-je faire ? Pourquoi n'attaquait-elle pas ? Soudainement, elle répéta le prénom de ma chère petite, ce qui me fit comme une éclair dans le corps et me fit répondre spontanément.

Oui Rumaki, celle que tu détiens, rend-là moi !

Je n'étais pas totalement sûre qu'elle l'avais enlevée, mais sous le coup de l'émotion et des cris de bébé que j'entendais, il n'y avait que cette option qui me semblait plausible. Du coup, je l'accusais à tort. Jamais je n'aurais été capable d'une telle chose, mais les circonstances faisaient que je ne me contrôlais plus. La jeune femme en face de moi ne semblait pas plus effrayer que ça de mon couteau. Etait-elle habituée ? Tablait-elle sur mon âge avancé pour se sentir en sécurité ? Je n'en savais rien, mais elle finit pas décrocher un mot, ou plutôt une phrase, m'affirmant qu'elle avait de bonnes intentions.

Je ne répondis rien, ne sachant plus quoi faire. Je restai là, plantée, ayant très envie d'entrer dans la grotte, sans oser le faire. Mon interlocutrice continua, me confirmant que Rumaki se trouvait dans la grotte. Alors lentement, mais sûrement, la lame toujours pointée vers elle, le regard toujours planté dans le sien, je me décalai, pas après pas, pour me rapprocher de l'entrée.

Ne bouge pas... ne bouge surtout pas.

Elle me proposa de lâcher mon arme pour qu'elle m'accompagne. Apparemment, elle n'était pas menaçante, mais je devais rester prudente. Je n'étais qu'une civil perdue milieu de nulle part. Le moindre faux pas pouvait me coûter cher. D'autant plus que je foulais les terres abritant les pires élues de Kosaten, exceptés quelques personnes comme Rumaki. Je lui répondis donc spontanément.

Pas la peine, restez où vous êtes...



Puis je reculai lentement, jusqu'à arriver proche de l'entrée. Je me détournai prudemment, et là, je la vis. Rumaki... debout... tenant... un bébé dans ces bras. À cet instant, plus rien ne compta d'autres qu'elle. Nos deux regards se croisèrent, et instantanément, je lâchai mon arme pour courir vers elle pour l'enlacer.

Rumaki !!! Oh mon ange, tu n'as rien ??

Mei !! Oh je suis tellement navrée, j'aurai dû te prévenir... je vais bien rassure-toi, tout s'est bien passé...quelle joie de te revoir !!

L'étreinte dura de bonnes secondes avant que la vieille dame ne pose des yeux attendris sur l'enfant.

Voici donc ton enfant.

Oui... désolée de ne pas t'avoir prévenue...

Aucun problème ma chérie, le plus important c'est que tu sois en vie.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Rumaki

Après m'être rapidement sustanter, je pris mon enfant sur les genoux et l'allaitai. C'était la première fois que je faisais ça, et je manquais un peu d'habileté, mais néanmoins, je pus accomplir ma tâche sans trop de problème. Quelque goutte de lait perlèrent sur la joue de mon fils, rien de plus. Une fois que celui-ci ne voulut plus de boisson, je me rhabillai et me levai pour calmer les pleurs de l'enfant, qui commencèrent juste après. Tout en me dégourdissant les jambes dans la grotte, j'appuyai le garçon contre mon cœur et lui soufflai une petite chanson que me chantait Etsuko dans mon jeune âge. Je le berçai légèrement pour le rassurer.

C'est alors qu'à travers les bruits de l'enfant, j'entendis d'autres sons. Des voix, presque inaudibles depuis l'endroit où je me trouvais. Etait-ce Geleerde ? Mais avec qui pouvait-elle parler ? Intriguée, je fis quelque pas en avant pour observer, mais je stoppai mon avancée quand quelqu'un se présenta devant l'entrée. Malgré la faible lumière qu'offrait le feu, je la reconnus tout de suite. D'ailleurs, nos regards ne tardèrent pas à se croiser. Un immense sentiment de joie m'envahit alors qu'elle accourait vers moi. J'étais si heureuse de la revoir. De mon bras libre, je la serrai de toute mes forces. Elle avait parcouru tout ce chemin pour me retrouver. C'était de ma faute, je ne l'avais pas averti avec la poudre rose. Elle a dû tellement s'en faire pour moi...

Mei !! Oh je suis tellement navrée, j'aurai dû te prévenir... je vais bien rassure-toi, tout s'est bien passé...quelle joie de te revoir !!

Mais la vieille dame m'excusa sans problème. C'était vraiment une personne en or. Je l'adorais, et la considérais comme ma nouvelle maman. Comme un cadeau venu du ciel. J'avais eu une chance incalculable de tomber sur elle il y a 4 mois et demi.



Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: La naissance de l'enfant des cendres [Geleerde + Neo]    Dim 9 Oct - 7:36






Musique d'ambiance


D'un soupir, l'hybride se contenta pour répondre à Mei : la vieille femme lui fit rapidement comprendre qu'elle ne désirait pas que Geleerde l'accompagne dans la grotte. Soit. Sans doute que des retrouvailles dans la plus pure des intimités, devait être une bonne chose, en somme. Jetant un regard derrière son épaule pour apercevoir Mei entrant lentement dans la caverne, elle frotta négligemment sa nuque endolorie. Le temps de chercher du bois pour entretenir le feu serait sans doute suffisant pour permettre à Rumaki et sa protectrice de se ressourcer entre elles.  


***


Une demi-heure plus tard, l'indomptable retourna sur ses pas, une fagot de ramure tenu sous le bras. Désormais face à la tanière, elle prit quelques secondes de pause avant d'y entrer à nouveau. Son regard s'attarda sur les deux formes féminines tenues à l'écart, entourant la progéniture de la ninja. S'éclaircissant la gorge pour leur faire savoir sa présence, Geleerde posa un genou à terre afin de s'occuper du feu mourant. Son attention ne délaissait toutefois pas Mei et Rumaki, qui continuait de les observer discrètement. Aucune parmi elles, n'avaient pu remarquer le grain de beauté qui venait de se loger derrière l'oreille de l'enfant et quand bien même cela aurait été le cas, elles ne se douteraient pas un seul instant de ce qu'il signifierait.

Devant cette scène attendrissante entre la nouvelle mère et sa protectrice, Geleerde ne se sentait toutefois pas à sa place. L'idée de les quitter sans un mot lui vint en tête, mais une chose l'en empêchait encore de le faire :

Le sceau de l'enfant.


- La nuit ne va plus tarder à tomber. Je ne vous conseillerais que trop bien de rester ici et de repartir demain matin. Me déplacer dans l'obscurité et vous accompagnez ne serait pas un problème habituellement, mais le froid risquerait de mettre en péril l'enfant...

Poussant un franc soupir de lassitude, elle croisa le regard toujours méfiant de Mei à son égard. Si ces suppositions étaient exactes, la vieille dame refuserait sans doute son offre. Ce pourquoi, elle ajouta aussitôt :

- Je resterais éveillée cette nuit, par sécurité. J'effectuerais ma garde dehors, afin de prévenir une éventuelle attaque d'animaux sauvage désirant entrer dans la tanière.

Le regard de Mei ne faiblissait toutefois pas encore et sa main restait toujours accroché au couteau caché dans sa poche. Si la louve été capable de lire les pensées, elle aurait pu jurer avoir entendu ceci :


Je ne sais pas d'où tu viens, ni qui tu es. Mais je n'ai pas suffisamment confiance en toi pour te laisser prendre les décisions.

Quant à Rumaki, l'effet inverse se produisit : cette dernière, bien que nous ne pouvions pas dire qu'elle apportait une confiance aveugle envers une inconnue, été toutefois prête à accepter l'offre. Après tout, Geleerde l'avait sans doute sauvé et son aide pendant l'accouchement, fut un don du ciel, pour la croyante qu'elle était. Bien que cela ne pouvait ravir la protectrice, elle finit par accepter à son tour : après tout, une nuit de sommeil pour la jeune mère éreintée, serait sans doute bien plus profitable que de s'entêter à quitter les lieux au plus vite, loin de Geleerde.

***

Quelques heures plus tard



***

Malgré cela, Mei resta également éveillée, tout comme l'hybride : l'idée de s'endormir et laisser une opportunité à une éventuelle ennemie au nom de la louve de les attaquer pendant leur sommeil, lui était irrecevable. Bien que cela lui fut difficile, elle fit de son mieux pour ne pas être attirée par les bras de Morphée. La ninja, quant à elle, après s'être longuement occupé de son enfant, était allongée au fond de la grotte. Mei et le bébé à ses côtés, Rumaki était déjà partie dans le monde des songes, tandis que sa protectrice, tenant le bébé d'un bras, caressa doucement la chevelure de la jeune femme, l'accueillant d'un léger sourire satisfait et apaisé.

Mais le bruit d'une branche que l'on pose sur le feu, ramena à la réalité la vieille dame. Reportant son attention vers cette direction, elle y découvrit Geleerde, qui venait de rentrer dans la tanière, afin de ravitailler de nouveau le feu. Dévêtue de son manteau et de sa première épaisseur de vêtement dont elle avait faire grâce à Rumaki, elle ne portait qu'un simple débardeur en capuche déchirée. Pourtant, grâce à son métabolisme animal, le froid n'avait pas raison d'elle.

Sans un mot, elle se releva, accordant un dernier regard à la protectrice, avant de lui tourner le dos et de s'éloigner :

- J'ai à vous parler, obasan.

L'apparition de Mei sera t-il un avantage ?




NB CORRECTEUR:
 
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1707
Yens : 72
Date d'inscription : 29/12/2014

Progression
Niveau: 91
Nombre de topic terminé: 34
Exp:
0/6  (0/6)
avatar
Rumaki Oshigato マ Maman de Fuyu マ

-



MessageSujet: Re: La naissance de l'enfant des cendres [Geleerde + Neo]    Mar 11 Oct - 21:14






Confiance




~~~~~~~~~~Rumaki ~~~~~~~~~~~~

Après les premières émotions, Mei me demanda des détails sur ce qui s'était réellement passé. Tenant toujours mon enfant contre moi, j'entrepris de lui expliquer tout ce qui s'était passé, depuis mes premières douleurs jusqu'à nos retrouvailles. Je n'hésitai pas à mettre en évidence l'aide que la mystérieuse femme m'avait apporté. Mon hôte sembla un peu surprise en entendant mon récit. Elle finit par me demander.

Tu es sûre que cette femme ne t'a fait aucun mal ?

Non je t'assure Mei. Elle a été adorable. répondis-je avec un sourire.

Je vois... en tout cas, je suis heureuse que tu ailles bien. Et ne t'inquiète pas, j'accueillerai cet enfant comme je t'ai accueilli toi.

Merci beaucoup Mei.

Nous nous prîmes ensuite dans les bras, contente que cette histoire se soit bien terminée. Ce fut peu avant que ma sauveuse ne revienne, du bois sous le bras. Je la regardai venir avec un sourire amicale. Je ne vis par contre pas la grimace que fit Mei en la voyant arrivée. Silencieusement, nous la regardâmes fait revivre le feu. Puis elle nous proposa de rester ici cette nuit. En y réfléchissant bien, c'était plutôt sage de sa part de nous proposer cela. Il est vrai que je m'étais tout de même affaiblie, et le voyage était long jusqu'à Yuki. J'allais accepter, quand les deux autres protagonistes prirent la parole, quasi en même temps. Mei fut la première, et ne put prononcer que ces quelques mots.

C'est aimable à vous, mais...
 

L'élu de Seika reprit la parole pour mentionner qu'elle allait rester pour monter la garde. Je trouvai cela vraiment gentil de sa part. Elle faisait preuve là d'une grande bonté. Mais par contre, je fus un peu surprise de la demi-réponse de mon hôte, qui clairement, était réticente à cette offre. Remarquant à cet instant son visage inquiet, je lui posai une main sur l'épaule.

Tu n'as pas à t'inquiéter Mei, je suis certaine que cette femme a de bonnes intentions. Si ce n'était pas le cas, elle aurait eu plein d'occasion de m'attaquer.

J'accompagnai mes propos d'un sourire encourageant. La vieille dame me regarda un instant, hésitant franchement sur ce qu'elle devait faire. Elle vit tout de même que je n'étais pas en forme et ses yeux descendirent sur l'enfant. Elle se dit alors qu'elle ne pouvait pas faire subir un tel froid à ce petit, même par crainte. Rumaki n'était non plus pas en état de marcher. Quel dilem... s'enfuir de cet endroit ou elle était mal à l'aise, ou privilégier le repos d'une mère et son fils ? Soupirant, elle accepta à contre-coeur...

Très bien, si tu es sûre de toi...

Je me tournai alors vers la femme qui m'avait recueillie.

Merci beaucoup pour votre dévotion madame.... nous resteront ici.

Une fois cette décision prise, il ne me fallut pas longtemps pour m'allonger et trouver le sommeil. Après avoir confié le nouveau-né à Mei, qui m'indiqua vouloir veiller encore un peu, je pus enfin trouver le repos. J'en avais besoin.



~~~~~~~~~Mei ~~~~~~~~

Une fois la jeune fille endormie, je ne pus m'empêcher de me faire du mouron pour elle comme pour moi. Je savais qu'elle pouvait être naïve par moment, et je trouvais qu'elle accordait sa confiance à cette femme bien vite. Je n'avais certes pas été là au moment de l'accouchement, et je n'avais pas pu observer exactement ce qu'elle avait faite pour la jeune mère, mais il était fort possible que cette dernière est quelque peu embellie la vérité, pour se rassurer elle-même et ne pas m'inquiéter. Que savions-nous exactement de cette fille ?

J'étais de nature accueillante et bienveillante. Je détestais voir souffrir autrui et étais altruiste. Caressant la chevelure de rumaki délicatement, je ne cessai de me dire que j'avais tort de m'en faire autant. Après tout, cette fille n'a jamais manifesté le moindre geste offensif, et semblait tout faire pour notre bien-être. Rumaki paraissait lui faire confiance... elle qui l'a vu depuis le début, avait-elle raison ? Je n'en savais rien, et ces interrogations me perturbèrent tellement, que je ne pus ferme l'œil de la nuit, ou du moins juste une petite heure maximum. Je me sentais protectrice de la jeune ninja, et c'est ce que me fit rester éveillée la majorité de la nuit.

Elle avait les yeux ouverts, mais soulignés par la fatigue, quand elle vit la louve revenir dans la grotte. Elle était bizarrement vêtue pour le frois qui régnait dehors, mais ça ne semblait pas la déranger outre mesure. Avait-elle le même statu que Rumaki ? Cette hypothèse ajouta un peu de méfiance, mais quand la jeune femme proposa de sortir, je fis la navette entre Rumaki et elle avec les yeux. Devais-je lui faire confiance ?

Je finis par me dire que de toute manière, je n'étais qu'une civile. Bonne intention ou pas, j'étais maintenant à sa merci. Alors je tentais de rester calme, et de profiter de ces instants sans problèmes pour être honnête avec elle.

Mon nom est Mei. Que désirez-vous savoir ?

Contrairement à la veille, le ton de sa voix se fit bien plus coopératif. Plus aucun reproche, une ouverture au dialogue, Mei ne reprochait plus rien à Geleerde, du moins si l'on se référait à l'intonation de ses mots.



Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: La naissance de l'enfant des cendres [Geleerde + Neo]    Mer 26 Oct - 5:04






La louve attendit patiemment l'apparition de Mei, à l'extérieur de la tanière, observant la stratosphère étoilée que Kosaten lui offrait, en cette nuit sombre dans la forêt de givre. Une brise glaciale traversa les cheveux rebelles de l'hybride, son regard de braise, brillant dans la pénombre. Le dos tourné à la grotte, elle n'eu cependant aucune difficulté à sentir la présence de la vieille dame. Les paroles de cette dernière, s'envolèrent au gré du vent, tandis que l'indomptable resta plongé dans un silence religieux pendant quelques secondes. Penchant sa tête derrière son épaule, elle croisa un instant le regard de la protectrice, avant de lui répondre, simplement :

- Geleerde.

Le ton de sa voix était grave et mystérieux, laissant comme présage, une discussion des plus sérieuse, que Mei ne voudrait probablement pas entendre... Était-ce cependant, la bonne chose à faire ? Geleerde devait-elle réellement, agir ainsi ? Quelle était la bonne voie ? La bonne réponse ?

- Je n'irai pas par quatre chemin. Il y a quelque chose que vous devez savoir au sujet de cet enfant.

Musique d'ambiance



Enfin, elle se tourna lentement vers la protectrice, bombant le torse fièrement, la tête légèrement basse, tel un prédateur prêt à attaquer sa future proie. Pourtant, elle ne voulait aucun mal à Mei, loin de là. Seulement, le poids de son discours et de sa condition d'hybride, lui était indissociable de ce qu'elle était. L'élue de Seika était persuadée qu'elle détenait là, une chance unique d'en savoir plus sur les origines de ce monde... Mais à quel prix ?


- Il porte un sceau différent de celui de sa mère. Celui de Manshe.

Quelques secondes s'écoulèrent avant que la louve reprit, dans un murmure :

- Il appartient à Minshu.

Avançant d'un pas décidé vers Mei, elle releva fièrement la tête, ses mèches rebelles voilant quelque peu son visage où seul ses yeux rubis pouvaient être perçu :

- Je suppose que vous savez déjà ce que cela veut dire... Si Sul Hei l'apprend... Vous, l'enfant et sa mère ne reverrez jamais la lumière du jour.

Elle se doutait que ses paroles seraient pour le moins difficile à entendre, mais Mei était cependant en droit de savoir, si ce n'était pas déjà le cas. Elle qui était une native de Fuyu, devait connaître bien mieux que Geleerde, la triste réputation de son Roi. Se mordillant légèrement la lèvre inférieure, la louve ferma un instant les yeux, penchant la tête vers la droite :

- Vous tenez à Rumaki, n'est-ce-pas ?

Sans bouger son visage, elle ouvrit de nouveau les yeux, croisant en biais ceux de la protectrice, cherchant à déceler la moindre parcelle de doute ou de terreur dans le cœur de Mei. Elle jouait sans doute beaucoup trop sur la corde sensible, mais il était important de lui faire prendre conscience de la gravité de la situation. Toutefois, par acquis de conscience, elle porta doucement sa main sur l'épaule de la vieille femme, lui murmurant, telle une confidence :  

- Pour son bien, pour l'avenir de son enfant, vous devez me faire confiance.

La sentence allait bientôt sonner. Geleerde ne pouvait plus reculer, désormais. Serrant le poing gauche, elle prit une longue inspiration, avant d'ajouter :

- Je ne suis pas votre ennemi, ni celui de votre protégée. Je ne vous impose pas ce choix. Prenez le juste en considération et réfléchissez bien. Cela va vous paraître invraisemblable que quelqu'un comme moi, connaissant à peine Rumaki, souhaite protéger son enfant et son avenir. Mais c'est ce que j'ai décidée. Ce bébé... Il y a quelque chose, qui nous échappe. Nous ne pouvons pas le laisser à la merci de Sul Hei et de sa tyrannie. Je vous mentirais si je ne disais pas que cela couvre également ma propre curiosité et mon avide soif de comprendre, mais croyez-bien... Que je jure de protéger cet enfant et sa mère, jusqu'au bout...


*En m'aidant, vous sauverez Rumaki et son bébé.
En vous aidant... Je frôlerais du doigt, une partie de la vérité.*



Au même instant, elle porta sa main en direction de sa sacoche, jetant malgré tout un oeil à Mei, afin qu'elle ne pense pas qu'elle comptait sortir une quelconque arme blanche. A la place, ce fut une bague qu'elle en ressortie, d'une couleur violacée, brillant faiblement dans l'obscurité de la nuit.

- C'est pourquoi... Nous devons cacher ce sceau, aussi longtemps qu'il le faudra.

- Vous avez le choix, Mei. Tout comme j'ai eu le choix de me mêler à cette affaire, ou non. Mais sachez, que même si nos intérêts divergent un temps soit peu... Rumaki restera en vie aussi longtemps que je serais sur cette terre.

Tout aurait été si simple...
Si Geleerde connaissait réellement l'origine de la confection cet enfant.

Tout aurait été si simple...
Si les Dieux n'avaient pas réagit à cette naissance.

Tout aurait été si simple...
Si cet enfant ne portait pas de sceau.

Tout aurait été si...


Aisé.


- ... Que décidez-vous ?




CORRECTEUR:
 
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1707
Yens : 72
Date d'inscription : 29/12/2014

Progression
Niveau: 91
Nombre de topic terminé: 34
Exp:
0/6  (0/6)
avatar
Rumaki Oshigato マ Maman de Fuyu マ

-



MessageSujet: Re: La naissance de l'enfant des cendres [Geleerde + Neo]    Lun 31 Oct - 21:05






Du vert à Fuyu


C'est un peu à contre-coeur que je sortis de la grotte pour aller à la rencontre de la jeune femme. D'une part le climat s'était encore refroidi, et d'autre part, malgré ma bonne volonté, je n'arrivais pas à me détendre face à la sauveuse de Rumaki. Elle n'avait jamais émis de geste suspicieux, mais c'était plus fort que moi. Je n'émis aucune parole quand je foulai pour la première fois de la journée le sol enneigé de la forêt de givre. À vrai dire, je ne savais pas trop quoi énoncer. Mais mon interlocutrice se chargea de lancer la conversation. Elle commença par un mot que je ne compris pas tout de suite. Je supposai, comme je venais de me présenter, qu'elle me disait son nom en retour, mais je ne pus le comprendre.

Elle enchaîna en m'annonçant qu'il y avait quelque chose de particulier avec le bébé. J'augmentai mon attention, car ce bébé, je ne le rejettais pas, malgré son origine. Il méritait l'affection d'adulte, car lui n'a rien demandé. Mais qui aurait cru que le malheur allait s'abattre sur ce pauvre nourrisson dès sa naissance. Comme si avoir un père violeur ne suffisait pas... Ma main vint se mettre d'elle-même devant ma bouche alors que mes yeux s'agrandir. L'élu de Seika n'avait pas besoin d'en dire plus. Lorsqu'elle prononça le mot "Manshe", je compris tout de suite de quoi il s'agissait.

C'était le pire qui pouvait arriver à Rumaki, et à son fils. Personne n'allait l'accepter si sa marque était dévoilé. Rumaki allait devoir fuir Fuyu, et si par miracle elle parvenait à échapper au redoutable Sul hei, elle allait se retrouver seule... encore... de plus, comme l'avait si bien dit cette jeune femme devant moi, il était même probable que j'y passe moi-même. Je n'avais plus la force ni l'âge d'être en cavale. Les autorités me rattraperaient sans aucun problème, et je ne ferais que gêner ma pauvre petite chérie.

Oh mon dieu... oui, je vois très bien... c'est pas vrai...

- Vous tenez à Rumaki, n'est-ce-pas ?


La gorge serrée par l'émotion et l'adrénaline que la nouvelle générait en moi, je répondis avec conviction.

Oui, plus que tout, mais qu'est-ce qu'on peut faire ?

La jeune femme avança vers moi, et instinctivement, j'eus un mouvement de recul. Puis, quand elle posa sa main sur mon épaule, je me crispai sans pouvoir m'en empêcher. Au fond, je ne voulais pas être si méfiante, je voulais lui laisser sa chance, mais c'était impulsif, malheureusement. Petit à petit, alors que la jeune femme me demanda ma confiance, je me forçai à légèrement me détendre. Je devais dépasser mes craintes pour Rumaki. Soupirant, j'hochai la tête en lâchant.

Très bien, je vous écoute.

Les parole de l'hybride eurent une drôle d'effet sur moi. Elle m'affirmait encore une fois ne pas être mon ennemi, ce que au fond de mes entrailles, j'avais compris, mais ce qui me surpris, c'est l'engagement qu'elle prit devant moi, l'importance qu'elle accordait à ce bébé, que finalement rien ne liait à elle. Elle l'expliqua en partit par une curiosité de sa part, mais je soupçonnais quelque chose de plus profond. Un simple intérêt de sa part ne pouvait à lui seul justifier un tel dévouement de sa part.

Ne pouvant émettre un seul son, encore boulversée par la nouvelle et indécise sur ce que je devais faire, je la vis fouiller dans sa sacoche pour me tendre une bague violette. Je ne compris pas ce geste, et la prit timidement, intriguée. Une fois l'objet dans ma main, je ressentis une énergie m'envahir. Pas très grande, mais quand même suffisamment pour que ça me réveille et me redonne des forces. Je saisis alors l'importance de ce bijou et regardai la jeune hybride pour avoir plus d'information, ce qu'elle ne tarda pas à me donner.

Elle désirait cacher le sceau.

Cela fit émerger dans mon esprit une méthode que je ne pensais pas avoir à réutiliser de sitôt. Je l'avais apprise il y une cinquantaine d'années et m'en était servie qu'une dizaine de fois. Allais-je devoir la faire remonter à la surface aujourd'hui ? Avec cette bague, je pouvais y arriver c'était certain, et pour le bien de Rumaki j'allais...J'allais devoir mentir... lui mentir... Je n'aimais pas ça. Je ne voulais rien lui cacher, comme elle ne me cachait rien. Je voulais une réelle complicité entre nous. Mais aujourd'hui, la donne avait changé... si je ne le faisais pas, c'est nous trois qui étions clairement menaçés...

Je...


Ce n'était pas une décision facile à prendre, mais je dus me faire violence pour la prendre, pensant au bien-être de ma petite protégée.

Je connais un sort d'illusion faible qui pourrait fonctionner

Je marquai une pause pour enfin lever mes yeux de la bague et regarder la jeune femme.

Il permet de cacher quelque aux yeux de quiconque. Avec ce bijou, je peux probablement le réutiliser... ça va suffire selon vous ?

Je serrai l'objet entre mes mains pour contenir mon stress.

Et vous, qu'allez-vous faire ? Avez-vous des sorts à proposer ?




Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: La naissance de l'enfant des cendres [Geleerde + Neo]    Mer 2 Nov - 9:45






Ce fut presque bercée d'un soulagement, que l'hybride accueillie les paroles de Mei. Elle devinait aisément que cette décision n'avait pas dû être facile à prendre, mais elle avait le bon choix. La protectrice, tenant toujours le bijou en main, la louve en profita pour reposer de nouveau la sienne également, serrant sa prise, sans pour autant lui faire le moindre mal.

- ... Vous avez pris la bonne décision.

Fermant lentement les yeux, elle inspira une grande bouffée d'air glaciale, ses cheveux dansant sereinement derrière elle, au gré du vent nocturne. Son aura s'extirpa lentement de son corps, se regroupant en un seul et même point : le bijou qu'elles tenaient toutes les deux. La lumière de la bague devint aussitôt plus intense, au point d'éclairer Mei et Geleerde. Une perle de sueur naquit sur sa tempe droite : la louve venait de s'affaiblir spirituellement, mais pour une bonne cause.  

- Votre sort d'illusion sera renforcé par la puissance de ce bijou et de la mienne. Il devra être toutefois maintenu constamment : il vous faudra être prudente et ne pas vous épuiser plus que nécessaire.

L'indomptable fini par enfin relâcher totalement le bijou, l'offrant à la protectrice, sans l'ombre d'un regret.

- Cette solution sera malheureusement provisoire : l'illusion ne pourra pas durer éternellement... Quand vous jugerez que l'heure sera venue, faites le moi savoir en me faisant parvenir une lettre, dans les territoires neutres. Pas de nom, rien qui ne puisse nous tracer toutes les deux. La seule chose que vous devrez mettre, sera des fleurs séchées de Silène, dans une enveloppe scellé. Vous pourrez en trouver aisément dans votre contrée. J'enverrais une personne de confiance afin d'intercepter votre message. Il y restera aussi longtemps qu'il le faudra.

A cet instant, l'hybride prit une profonde inspiration. Ce qu'elle allait ajouter, changerait considérablement leurs destins respectifs :

- Une fois cela fait, je reviendrais auprès de vous... Et je vous guiderais à Seika.

Qu'osait-elle dire ?


Musique d'ambiance



- Je clamerais le droit d'asile à l'Empereur Karui, afin que nous vous protégions.

Une folle promesse ou la vérité la plus juste ?

- Rappelez-vous, Mei : Rumaki ne doit rien savoir, tant que nous l'aurons pas décidées. Cela serait trop risqué.

Il fallait effectivement éviter à tout prix que cette information soit divulguée au plus grand nombre. Qui sait ce que l'oracle de Fuyu, pourrait voir dans ses visions, si la jeune mère était au courant...

Jetant un dernier regard vers la grotte, la louve accorda un discret sourire se voulant rassurant, à Mei. La ninja avait beaucoup de chance d'avoir une telle alliée en sa compagnie. Une famille reconstituée : était-ce cela que Geleerde devrait se résoudre à faire, un jour ? Instinctivement, elle songea à Schneiden et Mirya. Dans le fond, la vérité n'était pas si loin.

Mais Geleerde ne pouvait l'accepter.
Les siens l'attendaient, dans son monde d'origine.  

Un long silence s'installa entres elles durant quelques instants, tandis que les premières lueurs de l'aurore étaient sur le point de naître, annonçant la fin de cette entrevue.

- Le jour ne va plus tarder à se lever. Vous pourrez bientôt retourner chez vous.

Les yeux clos et sans l'ombre d'une difficulté, l'élue de Seika reprit sa forme originelle : celle d'une louve au pelage ivoire, d'une taille bien plus imposante que ses confrères. Elle ne jugea pas nécessaire de récupérer les vêtements offert à Rumaki et préféra éviter de lui souhaiter au revoir. Car au fond d'elle, Geleerde savait qu'elles se reverraient, un jour où l'autre. D'une pensée mentale, elle adressa à la protectrice, ces derniers mots :

- Prenez-soin de vous, obasan : Soyez forte. Quoi qu'il arrive.

L'indomptable en avait enfin terminée avec cela. Pouvait-elle toutefois ressentir un quelconque soulagement, à cette voie qu'elle avait prise, en leurs compagnies ? Elle ne se doutait pas encore des épreuves qu'elles devraient affronter et encore moins, de la réaction de l'estimé Hanja. Pourtant, Geleerde avait mis son honneur et sa fierté en jeu : elle ferait tout pour obtenir son accord.

Absolument... Tout.



NB Ruru et Neo:
 

NB CORRECTEUR:
 
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1707
Yens : 72
Date d'inscription : 29/12/2014

Progression
Niveau: 91
Nombre de topic terminé: 34
Exp:
0/6  (0/6)
avatar
Rumaki Oshigato マ Maman de Fuyu マ

-



MessageSujet: Re: La naissance de l'enfant des cendres [Geleerde + Neo]    Ven 4 Nov - 15:45






Un mensonge doré





Alors que j'avais les deux mains jointes et la bague à l'intérieur, je me demandai toujours si ce que j'avais établi était la seule solution. Est-ce que j'allais être assez forte pour maintenir l'illusion le temps qu'il faudra ? Qu'allait-il se passer si quelqu'un d'autre découvrait la vérité ? Comment allait réagir la pauvre mère si elle apprenait que je lui avais menti ? Allait-elle comprendre mes intentions en lui cachant ce sceau ? La jeune femme devant moi eut beau me rassurer en m'indiquant que j'avais fait le bon choix, je n'étais toujours pas tranquille. J'abritais déjà une élue considérée comme traîtresse non-officielle du royaume, et maintenant, je m'opposais indirectement à Sul hei en protégeant un Minshujin sur ses terres.

Je fus surprise de la lumière qui s'échappa de la bague quand Geleerde y posa ses mains. Regardant l'effet d'un œil étonné, je finis par observer la jeune élue, et vit une perle de sueur sur son front. Je compris alors ce qu'elle était en train de faire. Elle me confiait de l'énergie. Elle sacrifiait une partie de ses forces pour me permettre de mener à bien ce qui devenait à présent ma mission. Plus de retour en arrière possible, j'allais devoir tout mettre en œuvre pour protéger celle que j'avais pris sous mon aile il y a à peu près cinq mois. Qui aurait cru que ma vie aurait pris un tel tournant en si peu de temps. Moi, civile de longue date à Fuyu, menant une vie banale et solitaire, devenait impliquée dans les histoires -mêmes des élus. Je prenais des risques pour des êtres originaires d'univers parallèles. Allais-je parvenir à m'en sortir ? N'avais-je pas mis le doigt dans un engrenage fatal ?

Malgré cette notable angoisse, je me forçai d'écouter la sauveuse de Rumaki. Ces moments, bien que chargés en émotion, étaient importants, et souvent, beaucoup de chose se jouaient déjà à cet instant. Elle voulut que je la prévienne quand j'aurai jugé qu'il était temps de faire éclater la vérité, en m'indiquant comment garder cela secret aux yeux du monde. La mine attristée, la gorge serrée, l'esprit encore un peu perdu, je répondis doucement, peu sûre de moi.

Des feuilles de silènes... très bien...  


Je levai enfin la tête pour observer celle qui me parlait. Pourquoi allait-elle si loin pour nous ? Elle ne nous connaissait à peine, ne savait rien de nos caractères, de nos opinions, de nos projets et nos intentions, et pourtant, elle promettait d'aller jusqu'à défier un dirigeant pour nous permettre une issue de secours en cas de problème. Cela semblait presque trop beau. Cette solution d'un asile tombait comme un cadeau du ciel, mais semblait empoisonné. Qu'avait-elle en tête derrière ses excès de gentillesse ? Je n'avais aucune envie désormais de me méfier d'elle. Elle m'avait suffisamment montrer de preuve pour que je lui fasse un peu confiance, mais je devais avouer que beaucoup de questions me taraudait encore l'esprit.

Puis, vint le moment des adieux. La jeune élue trouva les mots pour m'encourager et me rassurer dans ma décision, mais elle ne reçut rien en retour. J'aurais tellement voulu la remercier, lui demander pourquoi elle faisait tout ça, lui dire à combien son aide à aider précieuse, m'excuser pour des menaces que j'avais proférer à son encontre et qui maintenant me paraissaient bien malhonnêtes, je voulais sceller cette relation qui s'était tissée en un rien de temps entre nous, briser les malentendu, je le désirais vraiment, mais rien ne sortis de ma bouche, rien ne put s'échapper. Je dus me contenter de la regarder s'éloigner dans les contrées enneigées, sous la forme d'un loup fier et sûr de lui.

Encore toute retournée par les évènements, je fixai le vide, pour calmer mes pulsions, réaliser ce qu'il m'arrivait et doucement, revenir sur terre. Avais-je réellement fait le bon choix ? Le froid caressa mes joues, et atténua mes appréhension. Je devais me calmer pour agir avec pertinence. Après une dizaine de minutes à laisser la brise me rafraîchir les idées, j'entendis une petite voix énoncer mon nom.

- Mei, tu vas bien ? Où est la jeune femme qui m'a aidé ?  

Lentement, je me retournai, et je vis la jeune mère, appuyée contre les murs de la grotte, son bébé dans les bras. Discrètement, je rangeai la bague dans une de mes poches. La regardant avec une expression nostalgique que je ne pus cacher, je lui répondis.

Elle est partit... elle me demande de te dire aurevoir


Quitte à mentir, autant le faire tout de suite. Je m'approchai d'elle et de l'enfant, pour lui suggérer.

Rentrons, l'enfant doit avoir froid.

Je la vis afficher une mine déçue, probablement par le départ de la jeune femme, mais elle se reprit bien vite, et déclara.

Très bien, allons-y


Elle me donna l'enfant, et s'appuya sur moi. Lentement, au rythme de la jeune fille, nous prîmes la direction de Yuki. Une nouvelle page allait s'écrire pour nous trois. Qu'allait nous réserver l'avenir ?





Pour gel douche:
 
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1708
Yens : 1445
Date d'inscription : 30/01/2015
Localisation : Avec Roza

Progression
Niveau: 103
Nombre de topic terminé: 33
Exp:
8/12  (8/12)
avatar
Neo ¦ Justicier ¦

-



MessageSujet: Re: La naissance de l'enfant des cendres [Geleerde + Neo]    Jeu 8 Déc - 4:17



   
La naissance de l'Enfant des Cendres


   
Génétique



   

La journée approchait de son terme. Pour le chemin du retour, contrairement à celui de l'aller, le jeune homme n'avait pas eu à courir, à bondir ou à épier. Il empruntait la voie normale, visible de tous, d'un pas assuré et d'un air calme.

Neo avait de grandes capacités d'observation et d'analyse mais étrangement, il ne s'observait jamais, ne s'analysait jamais. S'il l'avait fait, il aurait pu noté qu'à travers son expression neutre et ses traits froids, il était arrogant, suffisant. Il fallait de l'arrogance, beaucoup d'arrogance, pour massacrer une troupe sans défense, puis s'afficher aux yeux de tous. Il fallait se croire intouchable, s'enfermer dans un bulle d'impunité, s'imaginer au dessus des lois, pour espérer ne répondre de rien. Le Minshujin devait être d'une arrogance si grande, qu'il ne l'exprimait plus, mais se contentait de l'appliquer.

Ce jour là encore, fut un jour sans conséquences. L'Élu de Minshu arriva au village et il y reçu des louanges. On l’accueilli chaleureusement, on fit cuisiner des femmes pour le remercier, avec modestie. Modestement, il ne mangea pas beaucoup, mais accepta tous les compliments. On lui dit qu'il serait toujours le bienvenue, et il le prit au pied de la lettre.

Après avoir décliné une proposition à se reposer sur place, l'Élu de Minshu entreprit la route jusqu'à son appartement de Kansei. La nuit était déjà tombée depuis plus d'une heure, et la brise de l'après-midi avait laissé place aux vents nocturnes, plus piquants, mêmes aux abords de Minshu... Neo s'arrêta au milieu du chemin, les yeux fermés, et la main sur sa combinaison, pensif. Il s'en était rendu compte depuis quelques temps déjà, mais avait dû fouillé dans sa mémoire, pour parvenir à la conclusion la plus plausible sur la fuite d'une partie de sa deuxième peau... Sa conclusion apportait plus de questions que de réponses, mais il n'existait aucune autre possibilité, pour qu'un être lié et dépendant à lui depuis sa naissance, décide d'aller chercher ailleurs...

« Chacun son Venom Suit... »


HRP :
 
   

   
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

-



MessageSujet: Re: La naissance de l'enfant des cendres [Geleerde + Neo]    

Revenir en haut Aller en bas
La naissance de l'enfant des cendres [Geleerde + Neo]
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» L'enfant des cendres de l'enfer ~
» Haiko Naraku
» L'enfant et le mur. (acrylique 41cm X 51cm)
» Enfant abandonné à Morne Calvaire dans un champ de mais
» Enfant abandonné ou tué devant Food for the Poor- Attention photos sensibles

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Manga Multiverse ::  :: Royaume de Fuyu :: Forêt de givre-


Crédits : Design : Phoenix & Pingouin Règlements & Contexte : Phoenix
Forum optimisé pour Google Chrome.