Partagez | .
Soleil d'aplomb sur la montagne
Messages : 616
Yens : 421
Date d'inscription : 08/04/2016
Age : 23

Progression
Niveau: 9
Nombre de topic terminé: 3
Exp:
2/6  (2/6)
avatar
Halloween ¤ Inconnue ¤

-



MessageSujet: Re: Soleil d'aplomb sur la montagne   Sam 21 Mai - 19:59




Soleil d'aplomb sur la montagne

feat.Kamatari Honjo


À bout de souffle, la jeune fille arrivait essoufflée et avait du mal à aligner deux mots, le peu que je parvenais à comprendre n'avait pas vraiment de sens puisque nous venions de nous débarrasser des derniers bandits, mais finalement, elle arrivait à se faire comprendre, il semblait y avoir d'autres otages dans ses cavernes !

Réfléchissant en me relevant, je me souvins enfin de la porte close dans la pièce centrale de la caverne, là où nous attendait Ygostof, les autres otages devaient se trouver par là-bas ! Suivant Kamatari et la jeune fille, nous nous dirigeons vers l'endroit auquel mon compagnon et moi-même avions pensé.

Derrière la porte se trouvait ce qu'il devait être les quartiers des hommes, plusieurs lits étaient posés dans une série de petites pièces, fouillant l'endroit, nous finissions par tomber sur le bureau du chef, un bureau imposant aussi bien rangé que le mien accompagné d'un lit et d'un coffre en mauvais état.

Poursuivant notre exploration, nous tombions finalement sur une ultime pièce qui descendait encore plus bas où nous trouvions une douzaine de jeunes filles, les plus vieilles ne devaient pas dépasser la vingtaine d'années. Mon poing se serrait devant ce spectacle, elles étaient entassées derrière les barreaux de fer rouillé, elles semblaient faibles et atteintes de mal nutrition comme leur amie qui nous accompagnait, il était évident qu'elles avaient subi des épreuves terribles avec ses barbares, dont certaines que je ne préférais ne pas imaginer.

Entendant la porte grincer en s'ouvrant, la plupart reculaient en nous portant un regard terrorisé et je ne pouvais pas leur en vouloir, m'accroupissant à leur hauteur et prenant une voix douce tout en affichant un sourire amer, je tentais de les rassurer.


-N'ayez pas peur, nous allons vous sortir de là.

Il fallut que la jeune fille que nous avions secourue vint leur parler pour qu'elle n'accepte notre aide, mais à présent, nous pouvions enfin les libérer de leurs tourments, l'homme au kimono tranché ouvrit la porte et nous nous précipitions pour les aider à sortir de ce sinistre endroit, au moins la vie que j'avais prise n'avait pas été vains, même si elle allait me hanter à partir de maintenant. Certaines avaient à peine la force de tenir debout et je dus en prendre une sur mes épaules pour que nous puissions sortir d'ici ensemble.

Tachant de ne pas glisser sur la roche humide durant notre chemin retour en direction de la sortie de la caverne, sur le chemin, je pouvais constater que les bandits, dont celle à qui j'avais cassé le poignet, que j'avais laissé en vu avaient profiter de la bataille pour décamper.

Notre petite troupe put enfin retrouver la chaleur et la lumière du soleil, d'abord éblouies, plusieurs laissèrent leurs nerfs lâchés devant ce spectacle et je ne pus me retenir de sourire devant ce spectacle, le tournant vers Kamatari, nous pouvions reprendre la route sous les directives de mon ami, prenant certainement la direction du village qui l'avait embauché en espérant de ne pas faire de mauvaises rencontres sur le chemin.


Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Soleil d'aplomb sur la montagne   Dim 22 Mai - 14:15






Soleil d'aplomb sur la montagne



Avec : Ieta Ao
   

Ieta réussit, avec certes l'aide discrète mais efficace de la jeune fille, à faire comprendre à toutes ces demoiselles ce qu'étaient nos intentions, et surtout que nous ne leurs voulions aucun mal. Toutes semblaient très pressées de sortir, chose que je pouvais comprendre avec facilité. Elles ne souhaitaient que s'enfuir de cet endroit, retrouver les personnes qui leurs étaient cher et retrouver petit à petit une vie normale comme elles auraient toujours dût avoir, avant d'être arraché des bras de leurs foyers par des bandits qui venaient tous de fuir ou de trépasser. Si j'avais été plus fort, plus aguerri, aucun n'aurait eu la vie sauve en ayant appris ce qu'ils avaient au fond de leur caverne autant de vie humaines qui manquaient à chaque instant de se détruire.

Néanmoins, pendant que Ieta s'occupait de commencer à guider toutes ces filles, je me pris d'une curiosité à aller vérifier la chambre à jamais vide d'Ygostof. Si l'endroit ne m'inspirait en lui-même aucun attrait, le contenu du coffre et du bureau pouvait réserver de bonnes surprises. Commençant par le coffre, je donnai un coup de pied dedans, n'entendant que des entrechoquements de verres. Je donnai ensuite un grand coup de mon arme dedans, afin d'observer son contenu. Rien d'autres que des bouteilles, des bouteilles et encore des bouteilles d'alcool, vide ou non. De la bière, un peu de Rhum, rien de particulièrement clinquant.

Mais quant au bureau, le résultat fut plus surprenant. En commençant par exclure la demi-douzaine de bouteilles vide ou presque sur le coté, je trouvais un journal, poussiéreux et très très mal entretenu. Il était humide, comme ayant pris l'eau à de nombreuses reprises, en plus de tâches d'alcool et gouttelettes de sang qui parsemaient les pages de part en part. N'importe quelle personne aurait eu un minimum d'entretien pour un livre, mais il semblait que cet ouvrage soit celui d'Ygostof. Qu'il sache lire et écrire était déjà surprenant... Enfin, écrire... C'était plutôt des gribouillages que des mémoires...

Au sol, un cadavre d'oiseau gisait, mort depuis peu, la tête arraché et le corps broyé. Il semblait avoir subis le courroux de l'ancien pirate. Mais pour quelle raison ? Par pur sadisme ? C'était possible à la vue de l'homme.

Mais ce fut une petite bande de papier, posé négligemment sur le bureau, pouvant presque passée inaperçue qui me fit réagir. La lisant rapidement, elle expliquai bien pourquoi ces bandits s'attendaient à me voir...

"Y.
Une aventurière est actuellement en route vers votre repère, avec comme intention de mettre un terme a vos actions. Elle semble redoutable et expérimentée. Soyez prêt.
M."


Donc il y avait au village un homme ou une femme qui était de mèche avec les bandits. Il semblait que si je voulais finir correctement mon travail, ce M allait devoir connaître le goût du fer et de l'acier.

Rattrapant l'avance qu'avaient prit mon camarade et le groupe de jeune fille, je ne m'attardai que très peu sur le fait que les bandits que nous avions épargnés avait pris leurs jambes à leurs cous, abandonnant le reste d'honneur s'ils avaient put en avoir encore.

Arrivant au niveau de Ieta, je pris soin de lui montrer discrètement le message que j'avais trouvé précédemment, avant de lui dire :

"J'espère que nous sommes d'accord sur le fait que cet homme mérite punition à ses actes. L'auteur de ce message viens du village où nous allons, reste juste à savoir qui est cet homme, et le châtiment qu'il mérite."

Prenant une inspiration, je lui soufflai les éléments que j'avais à ma disposition :

"Cet homme sait écrire, et a probablement envoyer le message à l'aide d'un oiseau. C'est tout ce que je sais pour l'instant." 

 

Revenir en haut Aller en bas
Messages : 616
Yens : 421
Date d'inscription : 08/04/2016
Age : 23

Progression
Niveau: 9
Nombre de topic terminé: 3
Exp:
2/6  (2/6)
avatar
Halloween ¤ Inconnue ¤

-



MessageSujet: Re: Soleil d'aplomb sur la montagne   Lun 23 Mai - 14:53




Soleil d'aplomb sur la montagne

feat.Kamatari Honjo


Notre petit groupe avançait lentement dans les gorges des rocheuses en direction du village mandataire de se massacre dont Kamatari et moi étions les bourreaux. Malgré le fait que je n'avais la vie que d'une seule personne sur la conscience, je me sentais affreusement mal, et cela, malgré les filles que nous avions secourus. Ces bandits méritaient-ils vraiment de finir entre quatre planches ? Au vu de la vie qu'ils avaient volé à ses filles que nous guidions, c'était évident... Mais étaient-ils tous comme ça ? La justice local ne pouvait-elle rien faire contre eux ?

Ses questions me taraudaient, j'ignorais si j'avais fait les bons choix depuis mon arrivée en Kosaten. Me sortant de mes pensées, mon compagnon du jour me montrait discrètement un petit message qu'il avait dû trouver dans le bureau d'Ygostof qui disait clairement que l'arrivée de Kamatari avait été trahi par l'un de ses commanditaires, évidemment le jeune homme n'avait pas l'intention de laisser cette taupe s'en sortir comme ça et ses intentions étaient très clairs. J'en avais assez de toute cette histoire, poussant un soupir, je répondais à mon camarade avec une voix terne, en plongeant mon regard vers le sol.


-Je t'aiderais à trouver ce M, ce que tu feras de lui ne regarde que toi. Je n'ai pas de compte à régler personnellement et j'ai suffisamment de sang sur les mains à mon goût...

Je ne savais pas comment réagirait Kamatari, mais j'avais l'esprit trop embrumé, en colère contre moi même, pour réfléchir calmement. Je n'avais qu'une envie, partir de ses montagnes. Il ne fallut que quelques heures à notre groupe pour arriver au village qui avait commandité le carnage du groupe, les jeunes filles pouvaient enfin rentrer chez elle, le visage plein de joie de retrouver leur proche ou couvert de tristesse en apprenant qu'ils avaient disparu durant le temps qu'elles avaient été enfermées, voir leurs bonheurs me redonnais espoir en mes actes, mais un goût amer me restait au travers de la gorge.

Rejoignant l'homme au kimono, il était de nous mettre en quête de sa balance.


-Une fois que nous aurons attrapé ton homme, je prendrais congé, garde la récompense pour toi, savoir que ces filles sont sauves me suffit. Par où commençons-nous ? Une idée de qui pourrait être ton M ?

M... Le Maire du village peut-être ? Non, il avait dû signer de son nom logiquement, mais n'étant pas du coin et au vu de mon état d'esprit, j'avais bien peur de ne pas être bien utile dans cette enquête.

Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Soleil d'aplomb sur la montagne   Lun 23 Mai - 21:26






Soleil d'aplomb sur la montagne



Avec : Ieta Ao
   

Le soleil annonçait la fin de l'après midi, mais surtout la fin de cette journée qui avait vu tant de sang versé et de combat. Il y avait de ces journées où rien ne se passait, pas même une rencontre, pas même un brin d'étonnement. C'était de ces longues journées de voyage, qui se perdaient parmi tant d'autres. Et il y avait des journées remplie de combat, qui ne se terminait que dans le sang et les larmes.

Mais surtout, la fin de cette journée s'annonçait comme étant la fin du calvaire pour toutes celles que nous accompagnons. Nous entrions dans villages, faisant bien évidement force impression, pendant que tout le monde observait, surpris. Certains se laissaient tombés en larmes, fonçant vers ce qui semblaient être leurs filles, la chair de leurs chairs.

Une fois au centre du village et chaque fille rendue à ceux qui pouvaient s'en occuper, famille, ou ami, le chef du village vint nous voir, trop heureux pour nous parler sans verser lui même des larmes :

"Je suis heureux de voir que vous allez bien, que nos filles qui nous ont étés arrachés sont saines et sauves... Et que... Ce monstre n'est plus."

Il serra sur la fin. Parler de cet homme semblait avoir un certain ressentiment d'amertume, comme si... Ygostof était responsable d'une partie de son malheur... Que dans celles que nous avions sauvées n'était pas celle qu'il attendait... Il reprit d'une voix plus basse :

"Nous n'avons pas encore préparé la prime qui ira avec vos efforts, mais laissez nous au moins nous occuper de vos blessures, et de vous offrir le gite et le couvert !"

Je souris devant cet homme, qui se dévoua malgré tout pour la communauté. Mais... je tenais à en finir avec cette histoire, comme Ieta le souhaitait :

"Nous accepterons tout cela... Une fois que nous aurons régler un dernier point. Connaissez-vous un homme qui posséderais des oiseaux ?"

Le vieil homme fut un peu surpris de ma réponse, mais me désigna une maison, où un certain "Masani" vivait. Cela me convenait mais je ne précisai pas mes intentions à l'homme, me déplaçant juste lentement vers cette baraque, avant de me faire rejoindre par Ieta, qui me demanda l'avancement sur celui qui avait prévenu les bandits, mais surtout qu'il souhaitait que je garde la récompense pour moi. Je lui répondis donc, un peu surpris par son changement de comportement entre les minutes qui avaient suivis notre rencontre et maintenant, bien que je savais la raison :

"Lorsque je vous ai proposé de m'aider à combattre les bandits, je pensais que vous étiez conscient de ce que vous risquiez de commettre. Ce qui est fait est fait. Peut être étais-ce un homme qui tuait par passion, ou au contraire un père de famille qui s'était converti au banditisme pour nourrir les siens... Il vaut mieux maintenant prendre conscience des faits de la journée, pour arriver à en prendre expérience. Mais surtout, finissons cette histoire sans perdre une seule autre seconde."


Prenant une bonne inspiration, je donnai un coup de pied dans la porte, la faisant s'ouvrir d'un coup sec, provoquant une volée de plume et piaillement à l'intérieur de la maison. Une douzaine au moins d'oiseaux paniquaient ainsi, pendant qu'un homme, assis au fond de la pièce, semblait nous attendre, patiemment, tandis qu'une fillette, pas une que nous avions sauvé, était dans ses bras, craintive.

Il nous restait juste à trouver ses raisons qui l'ont poussé à agir.


Revenir en haut Aller en bas
Messages : 616
Yens : 421
Date d'inscription : 08/04/2016
Age : 23

Progression
Niveau: 9
Nombre de topic terminé: 3
Exp:
2/6  (2/6)
avatar
Halloween ¤ Inconnue ¤

-



MessageSujet: Re: Soleil d'aplomb sur la montagne   Mar 24 Mai - 22:54




Soleil d'aplomb sur la montagne

feat.Kamatari Honjo


Kamatari avait beau avoir raison, mais j'avais beau savoir ce que je risquais en acceptant de l'aider, il fallait croire que je n'étais pas près psychologiquement pour ça... Serrant les dents et mordant ma lèvre inférieure, je retins ma colère en le suivant chez ce qu'il semblait être la demeure de celui qui semblait être la taupe qui avait prévenu Ygostof de l'arrivée de sa faucheuse. Ouvrant la porte d'un grand coup de pied digne de film policier, nous faisions face à un paysan, assis au fond de la pièce.

Le pauvre homme à l'air chétif semblait attendre notre arrivée, ou plutôt celle de mon compagnon à l'allure féminine, serrait une petite fille dans ses bras, comme si il craignait pour sa vie, cette vision ramenait mes remords de plus belle dans mon esprit, mais je savais ce que Kamatari avait l'intention de faire... Mais j'ignorais si j'allais pouvoir laisser son acier parler, l'homme semblait avoir une raison d'avoir fait ça et il avait de grandes chances pour que cette raison se trouve dans ses bras en ce moment même. Je posais ma main sur l'épaule de Kamatari, prenant la parole d'une voix froide et sans vie.


-Vous avez prévenu Ygostof de la venue de mon camarade n'es pas ? L'homme hochait la tête et déglutinait sa salive. Pourrions-nous savoir pourquoi vous aviez fait ça ? Il vous payait ?
-Non non, se n'est pas ça. Les filles que vous avez ramené se sont fait enlever durant une attaque de se bandit sur le village, par chance ma fille chérie à était épargné ! J'ai tellement eu peur pour elle, que j'ai pu passer un accord avec Ygostof...
-Vous lui vendiez des informations sur les caravanes marchandes qui transitaient par là ainsi que les chasseurs de primes qui le prenait pour cible en échange de l'assurance qu'il ne reviendrait pas dans votre village...


L'homme hochait de nouveau la tête, les larmes coulaient le long de ses joues sales, comme celle de sa fille qui tenait son père fort dans ses bras. Je serrais le poing, que faire dans une telle situation ? Ce bouseux avait clairement mal agi, mais pour protéger ce qu'il avait de plus cher à ses yeux. Cela excusait-il tous les morts qu'il avait provoquées indirectement... ? J'étais de plus en plus perdu, il était clair que le châtiment que lui réservait Kamatari était mérité, mais priver une fille de son père ainsi ne ferait-il pas de nous les mêmes ordures que nous avions combattues dans la caverne ?

-Tuez moi si vous voulez, mais laisser ma fille tranquille !
-Non, ne faite pas de mal à mon papa !

Sur ses mots, je tournais les talons, me dirigeant vers la sortie après avoir lâché ses quelques mots à Kamatari :

-Comme je te l'ai dit tout à l'heure, c'est ta venue qui a été annoncé, je n'ai rien contre lui et je ne veux pas priver cette petite de son père... Le choix te revient Kamatari.

Sortant de la maison, je partis près d'une petite rivière qui coulait là, mettant l'eau fraîche sur mon visage pour essayer de me rafraîchir les idées, en vain. Je cherchais alors les conseils de Zeymah, mais celui était resté silencieux et introuvable et c'est adossé contre un arbre, seul, que je finis par attendre mon compagnon.

Je n'étais pas de très bonne compagnie, mais je ne pouvais pas partir sans lui dire au revoir, nous avions risqué nos vies côte à côte dans cette caverne tout de même et c'est le regard perdu dans le vide, l'esprit plein de questions, que j'attendais la décision de l'homme au kimono.


Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Soleil d'aplomb sur la montagne   Mer 25 Mai - 16:10






Soleil d'aplomb sur la montagne



Avec : Ieta Ao
   L'homme savait que nous allions venir. Depuis le moment où il m'avait vu revenir de cet grotte il savait que les choses ne finiraient pas comme à chaque fois, sans un bruit, sans un mot, juste avec le sang. Mais ce dernier l'appelait toujours, inlassablement, entrainant toujours plus d'innocentes victimes dans ce sillage.

Aujourd'hui et tout les autres jours, par sa faute, combien d'homme, de femme et d'enfant, libre de leurs actions, ayant la volonté de faire le bien, de vivre ou même simplement de grandir ? Personne ne pouvait le savoir, pas même lui, et cela pouvait lui donner bonne conscience...

J'assistai simplement aux questions que Ieta posa à l'individu, qui ne chercha pas à résister ou mentir, juste à avouer en se justifiant. Il avait collaboré pour protéger quelqu'un qu'il aimait. C'était presque beau, mais est-ce que cela signifiait pour tous ceux qui avaient trouvé la mort ? S'il avait aidé les aventuriers qui seraient venu, Ygostof aurait peut être déjà eu sa tête d'enterrée, et ce depuis des mois.

Ieta vint me revoir, quittant la pièce en me laissant seul maître de la vie de cet homme. Cela me convenait. Cette histoire avait débutée lorsque cet homme m'avait vu entrée en son village, et se terminerait entre lui et moi, dans un ultime face à face, bien qu'à sens unique.

"Est-ce qu'il est facile pour vous de trouvez le sommeil ? Est-ce, qu'avec tout ce sang versé par votre faute, qui se trouve sur vos mains, vous avez encore ne serais-ce qu'une conscience ? Il est simple et facile de se bander les yeux derrière ce qui motivait vos actes... Mais est-ce que vous les ouvrirez en voyant ce qui est en partie de votre faute ?!"


Je m'approchai pas par pas vers l'homme, qui commençait à sentir une certaine peur lorsque mon pied entrait lentement en contact de son plancher. Il resserra son étreinte sur sa fille, qui ferma les yeux, par peur pour son père. Qu'importe si elle était présente, je décochai un violent coup dans la joue de ce père, le faisant tomber au sol, la faisant saigner du nez alors qu'il ne lâchai pas sa fille.

"Sur toutes ces filles enlevés, ces hommes courageux qui sont partis dans l'espoir de vous aider, ces marchands qui venaient ravitailler votre village contre toute les tempêtes, combien d'entre eux sont là maintenant ? Combien d'entre eux sont parti, et ne peuvent que vous maudire d'être responsable ? A mes yeux, vous êtes tout autant coupable que ces hommes ayant fini leurs vies sur le fil de mon arme. Alors subissez ce que vous avez fait !"

Je terminai ma phrase en sortant mon arme et armant un violent coup, auquel je criai pendant que je frappai. Il semblait avoir accepté cette fatalité, et ses derniers gestes étaient de protéger son enfant...

Du moins, cela aurait été ses derniers gestes, si je n'avais décidé depuis le début de mon attaque de viser juste à coté de sa gorge, plantant ma lame dans le sol, pendant que, pensant être mort, il ouvrait petit à petit les yeux, pour ne voir que mon pied arriver dans son nez, lui fracturant d'un seul coup et le faisant saigner abondement.

"Le sang appelle le sang, mais aujourd'hui, trop à déjà coulé. Je suis fatigué de cette histoire, d'en être le bras armé... Je vous laisse un choix, soit vous vous dénoncez auprès du chef du village, qui doit surement avoir des doutes quant à votre sujet, et acceptez de mettre votre vie dans les mains de ceux que vous avez trahis... Soit vous essayez de devenir quelqu'un de meilleur, en acceptant de changer et d'agir non pas pour vous ou pour votre fille, mais pour toute cette communauté dont le malheur est en partie votre faute."


Je tournai les talons, commençant à me diriger vers la sortie, continuant ma phrase :

"L'un de ces choix vous mènera vers une corde autour du cou, et connaissant la folie qui emporte les hommes dans la colère, votre fille aura surement un traitement plus horrible encore avant de vous rejoindre. L'autre fera de vous un homme qui aura accepté ses fautes, et qui travaillera d'arrache pied pour les expier, et ce jusqu'à son dernier souffle. C'est beaucoup plus dur de vivre toute une vie en étant en proie aux remords et aux regrets, croyez-moi."

Avançant de quelques pas supplémentaires vers la sortie, préférant mettre au clair une possibilité qu'il était probablement en train d'étudier

"Gare à vous si vous tentez de vous enfuir. Si c'est le cas, je vous traquerai sur toute ce monde et même dans les suivants pour vous faire subir ce que vous n'osez même pas imaginer..."

Je passai l'arcade de la porte, avant d'entendre les quelques paroles qui terminait mes actes dans cette triste affaire :

"P...Pour ma fille, je vivrai..."

Je tournai le regard vers ces deux malheureux, les regardant une ultime fois. L'homme tentait tant bien que mal de contenir le sang qui coulait en abondance de son nez, pendant que la jeune fille pleurait en abondance des larmes, ne lâchant pas son père. Mais c'est sans un mot que je quittai la pièce. Même si j'avais un peu de son sang sur mes mains, un sourire pouvait se distinguer sur mes lèvres, content que cet homme n'ai pas versé encore une fois le sang d'une innocente : sa fille.

Mes pas me menèrent ensuite vers Ieta, que je voyais à une cinquantaine de mètres, posé contre un arbre. Il semblait m'attendre, probablement pour mettre des mots sur le fait que chacun repartirait d'où il viendrait, gardant de vagues souvenirs de cette journée entre le fait d'avoir versé le sang mais d'avoir sauver nous ne savions combien de vie... Malgré les blessures que nous avions, j'affichais un sourire en coin, bien qu'un peu mitigé, avant de dire :

"Peut être qu'aujourd'hui plusieurs personnes ont trouvés la mort à cause de nous, mais beaucoup ne finirons pas entre leurs griffes. Ces filles, des marchands ou d'autres héros d'une journée comme nous."

Je pris une bonne inspiration, avant de lui tendre ma main :

"J'insiste pour que tu prenne une partie de la prime. Savoir ces filles sauves te calmera peut être l'esprit, mais ne te remplira pas l'estomac..."

Mon regard se tourna vers le ciel, puis descendis vers l'horizon, vers l'avenir, vers tous les prochains jours qui attendaient la destinée de chacun. Reportant mon regard vers mon camarade, je lui fis un salut de la tête, avant de terminer notre discussion

"Ce fut un privilège que d'effectuer cette mission à tes cotés. Au revoir, Ieta, puisse tes journées être éclairée d'une meilleure aube."


Je m'éloignai alors, avant d'obéir à mon corps et mes pas qui se dirigèrent alors vers l'auberge pour pouvoir trouver quelques soins aux blessures que j'avais, qui étaient certes peu génante mais pouvaient le devenir sans attention particulière. Il était temps pour moi de trouver au moins une soirée et une nuit de repos méritée, en espérant seulement que les prochains jours me laissent le temps d'appréhender l'avenir avec sérénité.


Revenir en haut Aller en bas
Messages : 616
Yens : 421
Date d'inscription : 08/04/2016
Age : 23

Progression
Niveau: 9
Nombre de topic terminé: 3
Exp:
2/6  (2/6)
avatar
Halloween ¤ Inconnue ¤

-



MessageSujet: Re: Soleil d'aplomb sur la montagne   Jeu 26 Mai - 15:38




Soleil d'aplomb sur la montagne

feat.Kamatari Honjo


Gardant les yeux clos, je tachais de me vider l'esprit sans grand succès, essayant de me concentrer sur le bruissement du vent, mais ne pouvant qu'entendre le hurlement des hommes qui étaient morts ce jour, c'était la première fois que je participais à une telle tuerie et j'allais m'en souvenir...

Kamatari avait finalement fait son choix, revenant vers moi pour me rappelait que nous avions sauvé des vies innocentes aujourd'hui malgré le sang que nous avions tout deux sur les mains. Me forçant à lui sourire, il était un homme bien et surtout bien plus fort que moi sur bien des domaines, j'attrapais la main qu'il me tendait, ne préférant rien répondre lorsqu'il me dit de prendre tout de même une part de la récompense, ne serais-ce que pour pouvoir survenir à mes besoins, une nouvelle fois, il n'avait pas tort.


-Ce fut un privilège pour moi aussi Kamatari, désolé pour mon état j'ai du mal à me faire à tout ça, mais je sais que tu as raison... Prend soin de toi, nos chemins se croiseront peut-être de nouveau.

Échangeant un dernier sourire et un ultime regard, je le regardais s'éloigner sous un soleil déclinant, attendant de ne plus l'apercevoir, je décidais de reprendre la route moi aussi, même si je ne savais plus quoi faire ni où aller... Ma motivation qui m'avait conduit jusqu'ici avait disparu, je n'avais plus que le visage de cet homme que j'avais tué à l'esprit et le goût du sang dans la bouche.

Quittant le village après avoir vagabondé pendant plusieurs heures, je m'arrêtais à côté d'une petite rivière pour passer la nuit. Dévoré par les remords et la solitude dû à l'absence de mon compagnon enfumé, la nuit fut très agitée.

Enchaînant les cauchemars sur l'homme que j'avais tué me poursuivait sans jamais se fatiguer, suivis de ceux ou sa famille ou les camarades que j'avais épargné me traquaient pour me tuer... Je finis par réveiller à sursaut, couvert de sueur pour aller vomir dans la rivière, les larmes aux yeux et la gorge nouées. Regardant mon reflet dans l'eau, je crus avoir une crise cardiaque lorsque le visage de celui que j'avais tué apparu derrière moi, me retournant en poussant un cri pour faire face au vent qui était devenu mon unique ami, je croyais être en train de devenir fou.

Le regard vide de vie, je me contentais de poursuivre ma route, laissant mes jambes me portaient là où elles le souhaitaient, voulant juste que ses visions d'horreur cesses.

Étais-je devenu le mal incarné en tuant se bandit, malgré le nombre de filles que nous avions sauvé ? Cette question me déchirait l'esprit et je ne parvenais pas à trouver une réponse qui me convenait, alors je me contentais de continuer d'avancer.





Chapitre X
Soleil d'aplomb sur la montagne

~Terminé~

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

-



MessageSujet: Re: Soleil d'aplomb sur la montagne   

Revenir en haut Aller en bas
Soleil d'aplomb sur la montagne
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» Soleil d'aplomb sur la montagne
» LOT N°10 : Un séjour en montagne dans un chalet
» Manifestation pour la paix a Cite-Soleil
» Cité Soleil, Evens serait le plus riche des pauvres
» Fort-St Michel lieu macabre devenu le Cité Soleil du Cap-Haitien

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Manga Multiverse ::  :: Territoires neutres :: Rocheuses-


Crédits : Design : Phoenix & Pingouin Règlements & Contexte : Phoenix
Forum optimisé pour Google Chrome.