Partagez | .
Il pleut, quelque part ailleurs ...
Invité Invité

-



MessageSujet: Il pleut, quelque part ailleurs ...   Sam 14 Mai - 16:41

Il pleut, quelque part ailleurs…

Si faible … Elle se sentait si faible et misérable … Elle, la puissante gardienne qu’elle était, arrivait désormais à peine à se mouvoir. Shinomori venait de renaitre, encore, et comme à la précédente renaissance, elle n’était plus que l’ombre de ce qu’elle était par le passé. Elle venait à peine revoir la lueur du jour. Son corps sortait de la terre, déformé, incomplet, la fibre végétale se reformant lentement pour former son écorce, ses vêtements, le visage torturé par une douloureuse faiblesse, son sourire carnassier rageur et haineux. Oui, elle savait ce qui lui arrivait, elle le savait très bien. Comparé à sa dernière fois, elle n’avait pas perdu la mémoire, non, loin de là. Le Dieu … Qu’importe qui il est, qu’importe son nom ou ce qu’il est … L’être supérieur qui manipulait des mondes entre ses mains, son monde, l’avait évincé de la compétition.

Elle regarda autour d’elle, lentement alors qu’elle sortait pieds de terre. La végétation était luxuriante, le soleil haut dans le ciel, c’était presque un paradis pour elle, pour ce qu’elle était : un être supérieur relié à la terre mère. Le décor ressemblait très pour très à ce qu’elle connaissait dans son monde mais elle le sentait, elle n’était pas à la maison … Et c’est pour ça et par la douleur qu’elle ne pouvait se réjouir. Le dieu qu’elle avait essayé de surclassé l’avait envoyé ici, dans cet endroit inconnu et probablement coupé de tout ce qu’elle connaissait. La rage était présente, la colère, l’envie de retourner au combat pour cette fois-ci le faire payer mais … Elle n’avait même pas la force de grogner. A la place, elle se traina lentement, se tenant le ventre d’une de ses grande mains, comme si elle était blessée.

Ce qu’elle allait faire ? Simple : retrouver ses pouvoirs, les voir grandir d’avantage et revenir défier le dieu, si celui-ci est toujours d’actualité. Pourquoi ? … Elle savait qu’elle avait changé de monde mais elle avait encore de l’espoir pour le sien. Si elle devenait une déesse, elle pourrait y revenir, elle pourrait réparer les erreurs de son prédécesseur et créer un monde sans souffrance. Un monde où personne n’aurait à vivre ce qu’elle a enduré, durant son existence humaine. Mais pour faire tout ça … Comment s’y prendre ? Elle ne connaissait rien de cet endroit, elle ne ressentait même plus les courants magiques. Ses fleures éthérées … Elle avait beau  en faire fleure dans la paume de sa main, la fleure qui l’avait mené jusqu’au grand dieu … Elles se fanées systématiquement. Le grand dieu n’était plus là. Ou alors, elle était trop faible pour même capter les essences d’autre être vivants. Quelle honte, quelle humiliation.

Réduite à l’état de simple humaine, du moins en termes de force, Shinomori décida de trainer son lourd corps vers la civilisation qu’elle aperçu du haut de sa colline. Le temps de se reconstruire, elle n’avait pas d’autre choix que de s’approcher.  Certes, elle aurait pu planter ses racines et se reposer, reprendre des forces mais … Elle n’était pas ici chez elle. Elle ne comprenait plus les mêmes informations. Il fallait qu’elle sache plus de choses. Il fallait qu’elle redevienne la créature omnisciente qu’elle était, la gardienne qui savait tout sur tout sur le monde qu’elle gouvernait, en quelque sorte.

Elle marchait, des heures entières sans rencontrer personne. La capitale qu’elle avait sous les yeux ne semblait pas se rapprocher au fur et à mesure de ses pas. La colère s’estompait petit à petit à force que la fatigue s’installait. Le souffle de la sorcière blanche se faisait pesant, le soleil ayant déjà bien changé de position. Les plaines, parfois coupé de quelques endroits boisés, ne semblaient plus en finir. Même ainsi dans son élément, la femme à la peau d’écorce se sentait flétrir. Comment était-ce possible ? Même lorsqu’elle était une humaine, elle se sentait plus vigoureuse qu’elle ne l’était maintenant. Cet endroit était magnifique et pourtant, il semblait être tout autant maudit pour elle. Elle aurait pu continuer de se lamenter mais … Un parfum singulier lui parvint. Le parfum … d’une fleure… D’une fleure éthérée. Les fleures éthérées … sa propre création, son pouvoir, sa botte secrète, son atout principale. Une effluve qu’elle seule pouvait voir lui passa devant le visage, une effluve blanchâtre qui atterrit dans le creux de sa main où poussa une fleure blanche.

Les fleures éthérées pouvaient lui montrer le chemin vers les êtres vivants qui ont fait naitre la dite fleure. C’est comme ci elles capturaient une partie de l’âme d’une personne ou d’une créature et qu’elle désire ardâmes retrouver son autre moitié. Un simple souffle sur cette plante et les pétales s’envoleront dans la direction où se trouve cet être vivant rattaché. Shinomori grimaça. Etait-ce une bonne idée ? Qu’allait-elle retrouver à la fin du chemin ? Un humain ? Un monstre ? Mais avait-elle seulement le choix ? C’était après tout la seule fleure éthérée qu’elle arriva à faire pousser depuis des heures et des heures. Advienne que pourra, se dit-elle en portant cette petite empreinte d’âme à son visage pour souffler … et voir ses pétales tourbillonner dans un courant d’air soudain.

Elle suivit les pétales jusqu’à ce qu’ils tournoient délicatement autour d’une personne, qu’elle n’aperçu qu’après avoir traversé un petit bosquet, avant d’atterrir à ses pieds. Sa main imposante s’appuyait sur le bois d’un arbre alors que l’autre tenait toujours son corps devenu frêle. La gardienne avait du mal à respirer, regardant le sol comme si elle était en état de choc. L’effort était devenu surhumain et elle ne comprenait pas pourquoi. Elle redressa le regard pour voir une jeune femme à la chevelure d’argent, quelqu’un qui pourrait peut-être enfin la renseigner.

« Tu ... Tu es bien réelle, rassure moi ? … »

Elle serra un peu les dents, une de ses pupilles à moitié fermées, souffrante mais ayant aussi retrouvé un peu de sa hargne en découvrant quelqu’un qui pourrait la faire avancer dans sa quête. Elle serra le poing, celui-ci se craquela légèrement dans un bruit de bois déchiré, de la poussière bleutée tombant à ses pieds

« Aah … Dit moi … Dit moi quel est ce… Ce monde maudit … dans lequel je suis atterrie…  Je sais que je ne suis pas chez moi … Ahn … »

©MangaMultiverse
Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Il pleut, quelque part ailleurs ...   Lun 16 Mai - 3:26


Il pleut, quelque part ailleurs ...
feat.Shinomori

   A peine sortie de Fuki, je partais donc en direction de la capitale de Minshu, dont j'avais oublié le nom... Je longeais donc la grande route qui menait très certainement à cette capitale. La route ne devait pas être très longue, une journée de marche environ? La matinée passée en compagnie d'Irvine s'était déroulée rapidement! Je n'avais pas vu le temps passer et lorsque nous nous étions enfin séparés, j'avais repris ma route en début d'après-midi.
Je profitais du voyage pour repenser aux moments passés en compagnie d'Adakor jusqu'à maintenant... Toutes ces rencontres faites en sa compagnie, ces longs voyages, nos mésaventures...

- RAAAH!! Mais faut que j’arrête! C'est bon, on s'en fou, on s'en fou, on s'en fouuuu !!!

   Je commençais à en avoir plus qu'assez de repenser à ce moment atroce, que nous avions vécu Adakor et moi... Cet homme dont le nom pouvait donner des frissons et dont la présence rendait l'environnement figé dans le temps! Cet homme hantait la plupart de mes pensées, je n'arrivais plus à regarder les choses positivement.. Et maintenant que je me retrouvais en territoires inconnus pour ma part, je ne me sentais guère en sécurité! Mais le plus important étant qu'Adakor se trouvait, elle, en sécurité à Chikai. Loin de ce monstre.
Je reprenais donc lentement mes esprits pour la suite des événements, oui, je devais m’empêcher de penser constamment à lui, à ce que je pourrais faire lorsque je le reverrais... Je devais me préparer à toutes éventualités, mais cela ne servait à rien de ruminer autant cela. Désormais, je n'avais plus grand choses à craindre.

   Secouant la tête pour reprendre mes esprits, je prenais conscience de cet environnement tout bonnement magnifique. Des plaines à perdre de vue! Je respirais à pleins poumons l'air frais et agréable, un air différent de celui de Seika qui était bien plus chaud et lourd. J'aimais beaucoup les paysages de Seika, mais il était vrai que ceux de Minshu étaient tout aussi magnifiques. Chaque nation avait son côté agréable et paisible. En pensant à cela, je me remémorais Kamatari et sa description de Fuyu. L'envie de voyager me prenait, l'envie d'explorer à nouveau, de découvrir des environnements méconnus. Oui, je voulais explorer! Mais il s'en allait sans dire que ce n'était pas quelque chose que j'allais pouvoir faire de suite. Et Fuyu n'était pas une nation dans laquelle j'avais réellement envie de m'aventurer. C'était bien trop dangereux, je ne pouvais pas me permettre de prendre trop de risques. Adakor attendait mon retour avec impatience!

   Alors que je continuais de marcher en direction de la capitale de Minshu, un sourire figé sur les lèvres après avoir repensé à ma petite protégée, des pétales m'entouraient. Des pétales blanches tournaient tout autour de moi, ce qui m’empêchait d'avancer plus loin, je restais donc figé un moment jusqu'à ce que l'idée me vienne que cela puisse venir d'une personne! Mais ne voyant personne venir des alentours, la tension redescendait, cela pouvait très bien être un événement habituel à Minshu.
Cependant, une voix venue de nulle part venait détruire mes conclusions. Quelqu'un était là, une personne qui...  Qui dans sa voix avait l'air totalement perturbé et à la fois rassurée. Interloquée, je tournais la tête dans la direction de la personne et ce que je découvrais me sidérait.

    J'avais vécu bien des choses et rencontrais bien des gens jusqu'à maintenant, mais je n'avais jamais vu un être pareil! Une personne d'apparence féminine, mais à la fois.... Végétale! Des mains disproportionnées, une peau... Bleue, une bouche à la forme bizarre et en plus de tout cela, ses yeux me donnaient la chair de poule.
Les pétales de fleurs s'en étaient allées, libérant mon espace vital et m'invitaient presque à prendre la poudre d’escampette! Mais je ne pouvais pas faire cela, c'était un manque total de respect envers une personne qui semblait être blessée et qui d'ailleurs... Avait mentionné, à peine plutôt,qu'elle venait atterrir dans un monde maudit. Cet être-vivant n'était pas une étrangerie de Kosaten, non... Elle venait d'ailleurs. Je n'avais pas le droit d'abandonner quelqu'un à son sort dans un tel état.

- Effectivement.. Je suis bien réelle, je peux vous l'assurer! En tout cas, vous m'avez l'air en.. Mauvaise forme! Si vous me le permettez... Je préférerais que vous vous reposiez quelque part! Pourquoi pas ici?

Je désignais  l'herbe à côté d'elle et m'y dirigeais en même temps tout en continuant de parler.

- Je pense pouvoir vous expliquer ce qu'il vous arrive. Mais cela risque de prendre un peu de temps, je vous conseillerais donc, de vous asseoir..

   J'accompagnais ces paroles d'un sourire, valait mieux la caresser dans le sens du poil. Même si dans son état actuel, elle était loin de pouvoir m'attirer des ennuis, je me devais de rester prudente sur mes actions. Il serait dommage de devenir son ennemie à peine sa venue dans ce monde.

Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Il pleut, quelque part ailleurs ...   Lun 16 Mai - 11:46

Il pleut, quelque part ailleurs…

Une Jeune femme à la chevelure argentée. On aurait dit elle, lorsqu’elle était encore une humaine, un détail assez coquasse qu’elle prit à peine le temps de relever en vue de la douleur qui la torturait. Dans cet état, qu’importe la personne devant elle, tout était bon. Après cette longue marche, à se trainer à travers les plaines, coupée des pouvoirs de la Terre Mère … Est-ce que cette Terre Mère existe, ici, au moins ? Shinomori comprit émit quelques théorie sur l’origine de son mal être. Elle avait besoin de magie, d’une certaine affinité avec la nature pour ne serait-ce que faire mouvoir son corps … Faire mouvoir le bois, sensé être solide, qui lui sert de membre et d’articulation. Ce qu’elle faisait n’était pas naturel, ne l’était plus … Sans doute était-ce la raison pourquoi elle sentait sa main se fendre lorsqu’elle serrait les doigts.

Bien trop préoccupée par sa condition, la sorcière blanche ne regarda que rapidement la jeune femme et alla droit au but : les informations. Elle n’écouta qu’à moitié les dires d’une jeune gamine visiblement inquiète de son état, ou était-ce pour se faire bien voir de la gardienne ? Si c’était la le but, c’était visiblement raté. Elle ne répondit rien, elle ne regarda même pas l’endroit tranquille qu’elle lui pointait … La femme à la peau d’écorce fixait le sol d’un air agacé : Elle n’avait pas le temps pour ses enfantillages et ses bonnes intentions, d’autant plus qu’elle savait bien qu’en tant que gardienne … Ou du moins en tant qu’hybride de gardienne, se reposer de cette façon n’allait pas changer grand-chose pour elle.

Mais alors qu’elle se contenait un peu pour ne pas faire ressortir le pire coté de sa personnalité en ce moment de crise, la petite humaine continua de s’inquiéter d’elle, chose bien sympathique mais presque insultante à ses oreilles. Elle vivait l’expérience d’un changement de monde assez mal, il fallait se l’avouer. Tout ce qu’elle désirait était des informations avant de continuer sa route vers son objectif, aussi faible était-elle. Elle savait intimement que le temps soignera ses blessures : Après tout, elle avait eut assez de puissance pour renaitre par deux fois désormais, et la fois précédente, elle était devenue plus puissante que jamais de par son aventure. Elle était confiante, cela allait se reproduire.

Mais ici, qu’on la traite comme une vieille femme fragile à qui on aurait besoin de ménager ses paroles ? Non, elle n’avait pas la patience pour ça. La lèvre supérieure de Shinomori se releva d’un coté, fronçant les sourcils en grognant un peu. Sa main quitta le tronc de l’arbre pour le remplacé par son poing qui frappa violemment le bois. En temps normal, elle aurait tellement secoué l’arbre que la moitié des feuilles en seraient tombé mais là … Au moins, le geste était là, représentatif de son état d’esprit.

« Ne me prend pas pour une faible et naïve ignare ! Je n’ai peut-être plus la force de me tenir droite mais ta pitié n’est pas ce que j’ai demandé !! Et n’imagine pas une seule seconde prendre des gants avec moi, dit moi juste où je suis ! »

Elle poussa un petit grognement de douleur alors que ses doigts venaient écorcher l’écorce de l’arbre sur lequel elle s’appuyait encore. La gardienne se sépara de lui, d’ailleurs,  et s’avança vers la jeune femme, l’air toujours aussi massacreur. Cependant, elle ne vint pas la saisir par le col ou toute autre forme d’agression, de menace, d’intimidation comme pourrait le faire croire son regard pendant un instant fou … Elle passa à coté d’elle, comme si elle était invisible, se trainant lentement, titubant, en direction de la capitale qui se dressait au loin. Après tout, Shinomori avait sans doute un caractère difficile lorsqu’elle était à fleure de peau mais elle n’était pour autant dénuée de raison. Malgré son apparence étrange et trompant, elle n’allait pas se jeter sur elle juste parce qu’elle passait par un mauvais moment.

« J’ai voulu défier … Les dieux… Il tenait dans la paume de sa main des centaines et des centaines de monde … Je … Je sais que pour se débarrasser de moi … Il m’a jeté tel un déchet dans l’un de ses monde, un monde qui n’est pas le mien. Je SAIS … Que je ne suis pas chez moi alors … Epargne moi … le couplet adoucissant ! »

Shinomori n’était pas tendre, sa vie humaine ne lui a pas autorisé à être tendre. Depuis toujours, elle était une esclave, elle s’écrasait devant tout le monde … Sa vie d’humaine n’était que souffrance, jusqu’à ce qu’elle décida de se redresser pour lutter. Pour elle, surtout en cet instant, il n’y avait pas de politesse, d’attention, de code de bonne conduite, juste la colère, la frustration, la confusion … Des sentiments qui … Très vite, changèrent de bord lorsque la femme en kimono sembla buter du pied sur quelque chose…

La chose fut plus horrifiante lorsqu’elle regarda au dessus de son épaule, à quatre patte au sol, pour voir qu’elle n’avait chuté sur rien mais qu’en réalité, le fin tronc qui lui servait de pied s’était brisé et l’extrémité se retrouvait dans le sol. Un long soupire parcourra les plaines, cela ne lui avait pas fait tant mal que ça mais c’était aussi une preuve qu’elle n’était plus rien. Elle regarda le sol un instant, ignorant complètement la présence de la jeune femme pour se dire à elle-même.

« Je suis plus dans mon monde … Je ne suis plus rien désormais … Même si j’y retournais, dans cet état … Jamais je n’arriverais à faire les choses bien … Aaah … Je me sens si mal … »

Elle se redressa pour se mettre à genoux, croisant ses bras de manière à se tenir chaque épaule, penchée ne avant, frustrée, misérable … Sa façade tombait un peu.
©MangaMultiverse
Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Il pleut, quelque part ailleurs ...   Lun 23 Mai - 2:53


Il pleut, quelque part ailleurs ...
feat.Shinomori

   Je restais sans voix devant une telle attitude agressive et irrespectueuse vis-à-vis de ma pitié envers elle. Elle aurait dû être reconnaissante, au lieu de cela je m'en prenais plein la tête pour avoir osé vouloir aider une personne dans le besoin. Pour qui se prenait-elle celle-là? En plus d'être non humaine, il fallait accepter sa mauvaise humeur où elle s'en prenait au premier venu!? J'allais lui apporter des réponses à certaines de ses questions et voilà où cela me menait... Quelle ingratitude face à ma générosité! La prochaine fois que je verrais une telle étrangeté, je ne m'arrêterai pas et je tracerai ma route!

   Je préférais ne rien dire face à une telle attitude, je ne relevais aucun argument et affichais le sourire passe-partout. Après tout, elle pouvait bien en dire ce qu'elle en voulait, ce qu'il lui arrivait n'était guère de ma faute, elle le savait, mais elle voulait tout de même déverser sa colère. Et forcément, j'étais la personne sur qui elle le faisait. Je pouvais comprendre bien des choses... Mais le respect ne devait jamais être oublié, ce qui n'était pas le cas en cet instant présent, voilà pourquoi j'étais agacée voir énervée.
Malgré tout, je prenais sur moi en attendant qu'elle calmait ses ardeurs, mais au contraire, l'étrangeté qu'elle était avait fait un pas dans ma direction, puis un autre et encore un autre. Une expression sur le visage qui aurait pu en effrayer plus d'un, mais ce qui ne m'en faisait guère trembler. Si elle osait s'en prendre à moi, elle comprendrait rapidement que cela ne servirait à rien.

   Finalement, elle passait à côté de moi, déterminée. Elle avait très certainement dû remarquer la capitale qui se trouvait plus loin derrière moi. Dans tous les cas, je ne voulais pas m'impliquer plus que cela avec une telle personne. Seulement, je ne pouvais pas vraiment avoir le choix. Un énorme bruit sourd s'était fait entendre derrière moi. Poussant un long soupire, je me retournais et je pouvais la voir à terre. Ce qui lui servait pour marcher s'était détaché d'elle, voilà pourquoi elle se retrouvait au sol. L'orgueilleuse poussait un soupire indiscret et avait le regard dans le vide, oubliant ma présence, elle se parlait à elle-même tout en se repliant sur soit.

La position des fous, hahaha! Halalaa... Voir un tel spectacle... Ce serait presque jouissif si elle était une personne horrible. Pour le moment, on dirait plus un chien errant. Elle est intelligente, c'est déjà ça, au moins elle ne me fera pas répéter, hein? Autant se débarrasser des choses à lui faire comprendre, ensuite je me casse illico presto! J'espere seulement que ce n'est pas une seikajinne... Je n'ai pas DU TOUT envie de me coltiner un tel énergumène.. Déjà qu'il a fallu supporter la papy vampire, la dernière fois...

   Je réprimais presque un bâillement après avoir passé une telle journée... Cette espèce vivante était une élue et c'était la deuxième que je rencontrais dans la même journée. Irvine étant le premier. J'allais donc devoir réexpliquer certaine chose, pour la deuxième fois! Que d'ennuies... J'avais tendance à éviter les choses ennuyeuses et prises de tête. Il n'y avait, à mes yeux, que ma vengeance et mon devoir de protéger les personnes que j’appréciais... Le reste passait après. Bieeeeeeeeeeeeen après.

- Je suis au regret de devoir refuser votre demande. Vous ne voulez pas de ma pitié, souate, je ne passerais donc pas part quatre chemins. Mais vous devriez prendre plus soin de vous à l'avenir. Effectivement, comme vous le dites si bien, vous êtes dans un autre monde, un autre univers. Celui de Kosaten. En ce moment-même, vous vous trouvez dans la nation de Minshu. Si vous voulez en savoir plus, je me ferais une joie de vous renseigner. A une seule condition. Que vous arrêtiez de crier. Cela pourrait ameuter des monstres assez dangereux, non pas que cela me fasse peur, très loin de là! Mais je ne serais pas en mesure de vous protéger.

Je croisais les bras tout en la regardant.

- Avant de venir dans ce monde, vous deviez très certainement avoir une puissance sans égal, mais ici, vous êtes restreinte. Et j'en connais la raison. Je peux même vous dire, que vous êtes une personne spéciale en ce monde. Une élue. Vous avez été choisie par un dieu... Alors évitez de vous énerver. Je ne suis pas là pour vous prendre par pitié ou vous ridiculiser. Je peux vous apporter mon aide et si vous n'en voulez pas, je peux continuer ma route, si cela vous dérange. Malgré tout, je me dirige vers cette ville, où vous comptiez partir à l'instant. Dans votre état actuel, j'imagine qu'il vous serait difficile d'atteindre la ville avant la nuit, contrairement à moi. Je vous laisse faire votre choix... Mais j'appuie sur le fait, que je peux vous apporter des réponses à vos questions.


Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Il pleut, quelque part ailleurs ...   Mar 31 Mai - 19:56

Il pleut, quelque part ailleurs…

Le lion avec l’écharde dans la patte, c’était la meilleure façon de décrire son comportement. Sauf peut-être que cette fois, l’écharde prenait forme d’une immense faiblesse et, de par sa nature partiellement magique, provoquait une espèce de manque, douloureux à chaque mouvement, à chaque respiration. Être agréable était, en effet, bien difficile en de tels moment alors que le désire primaire que chacun auraient en cette situation serait juste de stopper la douleur et qu’on lui foute la paix, en quelque sorte. Mais la voilà … La jambe écorchée, face à la réalité bien difficile à avaler pour celle qui était fière d’être aussi puissante qu’elle était. Elle devait accepter … Elle devait l’accepter d’autant plus vite alors qu’elle entendit un soupire dans son dos, un soupire emportant le poids de toute les moqueries et humiliations du monde. Elle était misérable et elle détestait ça. Elle était en colère et ne pouvait pas la déversée. Elle était pleine d’ambition et n’avait plus aucun moyen de les réaliser. Elle était bloquée sur tous les plans, humiliée …

Shinomori écouta d’une oreille les dires et explications de la jeune humaine. Elle la trouvait bien arrogante de traiter ainsi un être comme elle. Cependant, cette pensée s’effaça bien vite lorsqu’elle fit le bilan de sa situation, surtout après s’être écroulée ainsi au sol. Elle devait donner un piètre spectacle. Elle devait être ridicule de prendre ainsi de grands airs et ne craindre rien ni personne alors qu’un enfant pourrait la maitriser comme maintenant. Oui, elle le méritait sans doute, ne serait-ce que par son manque de force flagrant.
Durant son humiliation, elle retenu cependant qu’elle était à Kosaten et dans le pays de Minshu. Des noms seulement, une base. Force est de constaté que ce monde ressemblait au sien, ne serait-ce que par les paysages, les noms similaire. Si elle n’était pas persuadée d’être ailleurs, elle aurait pu passer plusieurs jours, voire mois dans l’erreur.

A sa suggestion de baisser d’un ton, la femme à la peau d’écorce, toujours penchée au-dessus du sol, acquiesça telle une femme subissant la défaite. « Vous en savez plus que moi … Très bien. »

La suite ne fut qu’un résumé de ce qu’elle avait déjà constaté. La sorcière blanche n’avait de sorcière plus que le nom, et de pouvoir que sa faculté à avoir un mauvais caractère. Cette histoire d’élus et de Dieu … C’était étrange mais à la fois, est-ce que cela divergeait à ce point des gardiens de son monde ? Des élus des dieux destiné à protéger le monde. Même le mot « élu » figurait dans la description de son statut. Cependant, être aux services des dieux, sachant que son dieu à elle avait mené son monde à sa perte … Mais la rage n’était pas présente. Avant de s’occuper de cette affaire, de planifier un moyen de défier les dieux, elle devait comprendre de quoi ce monde en retournait : si il était mauvais, bon, parfait ? Et puis même, peut-être cela n’avait pas d’importance, peut-être voulait elle créer son propre monde de toute façon, qu’elle soit dans le sien, dans un autre, dans un monde torturé ou parfait… Elle ne savait plus … Chaque choses en son temps, elle devait d’abord apprendre à marcher de nouveau, avant de vouloir courir.

Tremblante, elle prit en considération la suggestion de la personne sur qui elle est tombée. Elle y réfléchit longuement, en silence … Jusqu’à avoir subitement peur que son mutisme n’éloigne la jeune femme qui, en étant réaliste, avait de grande chance d’être son seul espoir.

« La douleur … La douleur déforme mes idées … A-Avant toute chose … La part d’humain en moi tenait à s’en excuser … » Dit-elle d’une voix certes un peu rauque mais bien plus calme qu’il y a quelques instants. « Lors de ma vie d’humaine … Tellement peu de personne s’est comportée comme vous. Vous dites pouvoir m’aider mais vous ne demandez rien en retour ? Ah … Ah ah … » Elle regarda par-dessus son épaule pour voir la femme aux cheveux argenté, souriante d’un air triste de sa lèvre rudement taillée. « Avec le peu de gentillesse qui reste dans mon cœur, je peux honorer ça chez quelqu’un. »

Malgré la douleur, s’effondrer et se briser le pied avait coupé net son énervement. Avant cela, la douleur avait fait ressortir cette facette qui détestait le monde avant qu’elle ne montre aujourd’hui cette mélancolie. Elle espérait garder cette « chance » de s’en sortir et de prospérer en priorité bien qu’elle aimerait en apprendre plus sur ce monde mais … L’idée de s’humilier d’avantage devant quelqu’un qui en a déjà bien trop vu était suffisante pour juste lui demander un coup de main et lui servir d’atèle.

« Je peux sentir que je ne suis pas la seule « élue » ici … Votre fleure était … Très belle. Trop belle, même … Je n’ai pas eu assez de patience ou même de conscience pour l’apprécier. Vos forces aussi vous ont abandonné ? » Elle montra ensuite ses mains tremblante, lourde, comme pour lui montrer son état fébrile, soupirante dans un gémissement de douleur. « … Etiez-vous dans le même état, à votre arrivée ? »

©MangaMultiverse
Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Il pleut, quelque part ailleurs ...   Lun 6 Juin - 11:31


Il pleut, quelque part ailleurs ...
feat.Shinomori

J'étais surprise de son changement d'attitude... A vrai dire, je ne m'attendais pas à ce qu'elle accepte ma demande de baisser d'un ton, mais elle l'avait accepté et avait agit en conséquence à ma grande satisfaction. Au moins... Elle n'allait pas tenter de me mettre des bâtons dans les roues trop longtemps. Une bonne chose de faite!

Je ne disais rien, attendant son choix, mais l'attente se faisait de plus en préssente, ce qui me donnait bien du travail à faire concernant ma patience... Mais lorsqu'elle reprenait la parole, j'étais encore plus étonnée. Cette "personne" qui avait donné une si mauvaise image au départ et qui, maintenant, se remettait en question... Commençant d'abord par se chercher des excuses pour finir par m'en faire. Cet être bleu trouvait mon attitude honorable devant son comportement accusateur et injuste... Mais si elle savait... Si elle savait à quel point ce n'était que pour se faire bien voir des autres! Mais bon, il était vrai que je l'avais tout de même fait. Au final.. Peut-être avais-je eu tout simplement pitié d'elle... Quoi que j'étais prête à l'abandonner et la laisser dans ses ténèbres.

Son espèce m'intriguait réellement. Elle arrivait à savoir qu'elle avait changer de monde sans même avoir échangé de mots avec qui que ce soit d'autres. Avant même de me rencontrer, elle savait déjà pour son transfert, c'était même la raison de son comportement désagréable et repoussant. Et maintenant.. Elle m'avouait avoir deviner mon statut d' "élue". Je ne pouvais m’empêcher de ressentir de la suspicion à son égard... Je n'approuvais que trop rarement que l'on devine qui je pouvais être. Seulement, elle avait enchainé avec un terme qui rendait les choses moins suspicieuses.

Une fleur? ... Mais de quoi elle parle..? Elle parle des pétales qui me tournaient autour pile avant son arrivée? Ce serait ça son pouvoir? Elle peut localiser les autres élus comme ça? Hola... Je sens qu'elle n'est vraiment pas n'importe qui, elle...

La nouvelle cherchait certainement à comparer son arrivée avec la mienne.. Surement pour se rassurer? Mais je n'avais pas tellement envie de me rappeler de tout cela... Car je comprenais parfaitement ses angoisses. Je m'étais retrouvée dans la même situation, mais j'avais paniquée et m'étais enfuie pour échapper à la réalité. Je voulais seulement rentrer.
Je baissais mon regard au sol en repensant à cela et je souriais amèrement.

- Pour répondre à votre question...

Je reprenais rapidement mon attitude joyeuse et souriante pour lui répondre.

- C'était ignoble. Je me sentais lourde et incapable. Comme si toute mon énergie s'était envolée... En plus de cela, j'étais perdue. Totalement. Je ne suis pas comme vous en totalité, car effectivement, je suis moi aussi une élue... Mais je n'ai pas cette même capacité, que vous avez, pour savoir réellement que j'avais changé de monde. J'avais l'impression de faire un mauvais rêve dont je n'arrivait pas à me sortir. Tout me paraissait inquiétant, des personnes couraient de partout en me bousculant. Ils étaient eux aussi paniqués.

Je soupirais lourdement en repensant à cet événement et reprenais la parole.

- Oui, j'étais comme vous. J'avais perdu toute ma puissance et mon énergie... Mais je peux vous rassurer sur cela. On retrouve notre force avec le temps, elle revient petit à petit au fur et à mesure du temps passé dans Kosaten. Vous verrez, vous redeviendrez comme avant. Mais il y a bien des choses que vous deviez apprendre. Comme savoir de quelle nation vous êtes l'élue. Seika, Mishu ou Fuyu? Et pour le savoir... Il n'y a qu'un seul moyen de le découvrir et c'est en découvrant l'emplacement de votre sceau qui s'est imposé sur votre... Corps, lors de votre arrivée en ce monde.

Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Il pleut, quelque part ailleurs ...   Dim 4 Déc - 17:04


Il pleut, quelque part ailleurs ...
feat.Shinomori

Le regard posé dans la direction où j'allais et ma proposition de l'aider toujours suspendue en l'air.. Je continuais de sourire, puis me retournais à nouveau vers l'étrangeté. Je n'avais pas énormément de temps à perdre dans cette cambrousse, puis elle avait certe soudainement changer d'attitude, cela n'empêchait pas qu'elle avait été désagréable et hautaine.
Le sourire figé sur mon visage, j'avançais jusqu'à elle.

- Je pourrais vous en dire bien plus, mais j'ai peur que la nuit ne tombe trop vite et que le froid vienne nous gêner dans notre discussion. Ou bien, je pourrais vous laisser à la ville où je me dirigeais et alors vous pourrez vous débrouille seule. Etant donner votre nature, vous devriez pouvoir vous en sortir seule, non?

Je lui attrapais un bras, puis l'autre et sans même lui demander son avis, je décidais de la porter sur le dos.

- Veuillez éviter de trop vous agiter, ou bien je vous jetterais sur le bas côté et continuerai ma route seule. Sur le chemin, je pourrais toujours vous en apprendre un peu plus... Etant donné, que l'on dirais que je suis abonnée à accueillir les nouveaux venus aujourd'hui, autant tout vous dire. Et même s'il s’avérerait que vous êtes une élue de ma nation ennemie, je vous promets de ne pas vous achever. Je ne suis pas cruelle au point d'enlever la vie à une innocente, si telle est votre nature.

Je repensais à Kamatari Honjo, cet homme de la nation Fuyujin et qui s'était avéré être un innocent venu en aide à ma plus chère amie... Ô ma petite citrouille me manquait terriblement, il fallait que je rentre au plus vite.
La tête bien droite et remplie de souvenirs joyeux malgré mes rencontres fastidieuses... Je commençais à marcher en direction de la capitale de Minshu.

- Vous allez très certainement découvrir le sceau de votre nation en arrivant. Je vous laisserais le découvrir seule, je ne tiens pas à savoir si vous faites partie de mes ennemies potentielles ou même alliée. Etant donné ma nature solitaire, je ne tiens pas à vous assurez une éternelle protection, j'ai déjà suffisamment à faire, veuillez m'excuser. Donc je vous disais.. Vous découvrirez votre sceau qui déterminera votre nation qui est sous l'emprise d'un Dieu. Soit de Manshee le serpent, pour Minshu, soit Fenghuang le phénix pour Seika ou encore Long le dragon, pour Fuyu.

Le trajet se faisait dans l'échange d'information. Je lui en apprenais un peu plus sur ce monde encore inconnu pour elle et en échange, elle osait me parler un peu plus de cette fleure blanche qui m'avait encerclé tout à l'heure.
Dans cet échange de dialogues, je pouvais confirmer, qu'elle n'était pas mon ennemie. Sauf si dans un futur proche ou incertain, il viendrait un moment où elle en viendrait à s'en prendre à Adakor ou mes autres proches...
Une fois arrivée à la capitale, je la déposais à une auberge. Je n'attendais rien d'elle, pas même un remerciement. Ne me laissant pas le choix de l'apprécier ou non, je tournais les talons et partais chiper quelques provisions pour mon retour à Seika.



Enfin FINI XD
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

-



MessageSujet: Re: Il pleut, quelque part ailleurs ...   

Revenir en haut Aller en bas
Il pleut, quelque part ailleurs ...
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Si jamais vous avez une centaine de secondes qui traine quelque part . ^^'
» Le secret de la volonté est quelque part entre la fureur et le calme total.
» « Je ne vous aurais pas déjà vu quelque part ? » [Taylor]
» en retard, en retard. j'ai rendez-vous quelque part ! (jin kyung)
» Etre né quelque part c'est toujours un hasard...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Manga Multiverse ::  :: République de Minshu :: Plaine verdoyante-


Crédits : Design : Phoenix & Pingouin Règlements & Contexte : Phoenix
Forum optimisé pour Google Chrome.