Partagez | .
Braises d'ardences
Invité Invité

-



MessageSujet: Braises d'ardences   Lun 23 Mai - 14:24





Braises d'ardences
FEAT. Solo

Malgré les nombreux bâtiments qui s'élançaient j-jusqu'aux cieux, le soleil parvenait tout de même jusqu'à mon visage, le r-réchauffant d'une douce chaleur, peut être même un peu trop... A vrai dire, je préférais presque être à l'ombre. J'avais toujours été un p-peu sensible au niveau du v-v-visage... enfin de la peau en g-général. L'astre solaire avait toujours été caché par d'épais feuillages et des massifs de verdures dans la forêt où je vivais... Mais c'était bien avant maintenant. Ce n-n'était plus qu'un souvenir...

Au final cette ville était un peu qu'une forêt, à la différence q-q-que les arbres étaient en pierres, qu'il n'y a-avait pas de végétation, et qu'elle fourmillait d'humains. Le tout était un e-e-ensemble assez terrifiant, très bruyant et presque étouffant...

Mes jambes tremblaient à vrai dire... Elles ne r-rêvaient que de s'enfuir à toute vitesse v-vers un endroit plus sur, plus i-isolé, là ou p-p-personne ne pourraient venir, qu'importe soit la r-raison... Mais je refusais catégoriquement cette possibilité qui offrait tant de sécurité. Je m'étais promis d-d'explorer et de découvrir cette ville, malgré tout ce bruit et cette agitation...

C'est donc toute décidée, mais ressentant un grand malaise que je m'engouffrais vers le centre de cette cité, qui ne cessait jamais de s'agiter, allant de pire en pire. Des hommes, des femmes, des animaux, tout se c-croisaient sans un mot, sans un cri dans pourtant u-un tel raffut. Il y avait aussi souvent des suites d'hommes, portant des lourds vêtements de m-métal qui résonnait dans un horrible vacarme. De plus, tous s'écartaient devant eux, les laissant passer comme s'ils étaient prioritaires, les saluant...h-humblement qui plus est ! C'était bien des rares a en r-recevoir.

A-Au final, je passais p-plutôt inaperçue au milieu de tout ces gens, et quand bien même cela ne me rassurait pas du tout, je pouvais avancer sans véritable problème.

Mais ce fut c-cet homme qui changea drastiquement cette j-journée...

Debout sur une sorte de...D'estrade, il portait un v-vêtement de métal lui aussi, à-à la différence que celui-ci était b-beaucoup plus... Brillant, beaucoup plus...Décoré ? Je crois que oui, c'était décoré. Me rapprochant, un peu c-curieuse de ce qu'il se passait, je pus observer son visage, qui a-avait été marqué p-par le temps et par... d'autres marques. Ses c-cheveux étaient gris, tout comme certains qui semblaient sortir de son nez...

A ses c-cotés se trouvait p-plusieurs autres hommes, qui portaient ce genre de vêtements de métal, semblant surveiller la f-foule qui s'amassait tout autour de l-l'estrade. Une fois que... beaucoup beaucoup de personnes étaient toutes devant l'amas de bois, l'homme aux vêtements décorés tapa plusieurs fois le sol avec une sorte de bâton sculpté... Une canne, je crois. Entendant ces coups sourds et forts, toute l-l'assemblée se tût en l'espace de quelques instants, ne laissant place qu'aux b-bruits de pas que faisaient les personnes qui ne s'étaient pas arrêtés...


Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Braises d'ardences   Lun 23 Mai - 14:26





Braises d'ardences
FEAT. Solo

L-L'homme prit la parole, annonçant d'une voix grave et enrouée ses intentions envers tout les g-gens :

"A cause récents événements, vous savez tous comme moi que Seika est dans une passe difficile. Les cataclysmes, le pillage, les assauts des élus de Long, qui ont osés frapper notre nation en son sein, en détruisant son temple, en blasphémant notre dieu ! Nous ne pouvons laisser passer cela, et c'est pourquoi nous avons de vous !"

Il... Il toussa plusieurs fois, avant de se racler la gorge d-d'une voix toujours rauque, et de reprendre :

"Il est du devoir de chacun de nous d'unir nos forces dans un but commun ! Nous nous devons de joindre nos mains, et d'ensemble retourner la terre, abattre les arbres, sécuriser nos routes ! Nous, habitants de l'empire, servants de l'empereur, devons êtres soudés pour ne former qu'un, et repousser toute la vermine en dehors de notre nation et ce monde !"

Il conclu son discours en levant d'un coup sec son bras, geste q-q-que tous imitèrent, poussant des grands cris, me terrifiant pendant que j'écarquillai les yeux et tombait sur les fesses, soufflée par la puissance qui se dégageait de la foule.

L'homme dont ce mouvement était l'origine se rapprocha d'un de ses camarades, et lui souffla quelques mots à son oreille, pendant qu'il montrait ma direction d'un mouvement de tête. L'homme à qu'il venait de parler descendit discrètement de l'estrade, s'approchant de moi avant de s'accroupir en tendant sa main, tout en disant :

"Petite, n'aie pas peur, ce n'est rien. C'est bien d'assister à un discours, mais d'ici tu ne dois pas voir grand chose, viens !"

J'avais peur, très peur, de toute la foule, et aussi un peu de cet homme. Mais... Cette main tendue, ces paroles gentilles... Cela me rappelait A-Aki, qui avait été g-gentille avec moi... Un peu craintive, je tendis ma m-main vers cet homme, qui m'aida à me relever, et me pris dans ses bras, me transportant jusqu'à l'estrade pour me poser après sur mes jambes, pendant qu'il continuait de tenir ma main de la sienne.

Il allait sans dire que ça n'arrangeait pas le problème, e-et que j-j-j'étais e-encore toute paralysée, ne bougeant pas d'un pouce.

"Si vous aussi, vous ressentez cette flamme, cette ardeur au fond de vous ! Si vous aussi, l'inactivité vous ronge, que vous vous devez d'agir, venez ! Seika a besoin de vous, et nous avons les tâches qu'il vous faut !"

L-l-l-l'homme désigna ensuite de sa main un grand bâtiment, juste derrière lui, invitant toute la foule à venir pour aider le pays, tandis q-que l'homme qui me tenait me dit, avec un...sourire :

"Si tu n'as rien à faire aujourd'hui, tu pourrais rester avec moi et m'aider ! Une jolie et gentille jeune fille telle que toi n'aura pas de problème à rester sage, non ?"

Je... Je n'osai pas refuser sa proposition, baissant un tout petit peu la tête, comme pour faire un léger hochement. De...De quoi cette journée allait-être faite ?


Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Braises d'ardences   Lun 23 Mai - 15:29





Braises d'ardences
FEAT. Solo

Malgré mes p-possibles appréhensions que j-j'avais eu vis à vis de cette journée l-lorsque to...Tout bascula, l-lorsque cet homme ne m-me laissa pas v-véritablement le choix de l'aider ou non, cette journée se passa de manière assez tranquille.

L'homme m-m'avait installé à coté d'un...bureau, où beaucoup de papier s'entassaient. En face, de...de l'autre coté, beaucoup beaucoup de gens attendaient leurs tours en étant à la suite, formant une longue ligne de p-personne avançant tour à tour vers nous.

De... de ce que j'avais compris, l'homme qui... qui m'avait pris était un... garde de la ville, une sorte de protecteur armé qui avait comme mission de s'assurer de la sécurité de tout les habitants, et qui aujourd'hui d-donnait du travail a ces mêmes personnes, qui... était impliquée pour la nation à laquelle ils appartenaient.

C'était ce que j'avais c-compris, et j'imaginais que c'était ce qu'avait expliqué l'homme aux vêtements brillant lorsqu'il était sur son...estrade. Je... Je n'avais pas vraiment tout compris, mais... observer ce que faisait ces hommes avec ardeur et... Discipline me suffisait. J-je pouvais voir c-comment tout fonctionnait s-sans p-pour autant être une gène pour eux...

Et des hommes qui tenaient des bureaux remplis de papier, il... il y en avait plusieurs, tout comme il y avait plusieurs longues files d'hommes et de femmes qui recevaient des papiers et partaient généralement avec le sourire, parfois seul, souvent en petit groupe.

Mais au bout d'un moment, l'homme qui m'avait entrainé ici me regarda, tout en se levant de sa chaise, a-avant de dire :

"Pourrais-tu me remplacer quelques minutes, s'il te plaît ?"

Mon souffle se stoppa en apprenant la n-nouvelle, i... Il voulait que j-je p-p-prenne sa place ? Moi ? Je sentis une peur qui montait en moi, avant qu'il ne pose sa main sur mon épaule, et ne reprenne :

"C'est juste l'histoire de quelques minutes. Je suis sur que tu en es capable !"

Puis il se leva, partant de la pièce avec une certaine... nonchalance, me laissant seule avec le bureau et la file presque ininterrompue de personne attendant avec une impatience grandissante de voir ce qu'ils auraient. Confrontée f-face à l-l'impossible, j'étais toutefois résignée. Il... Il fallait que je... J'en sois capable !

Prenant la place qu'il occupait précédemment, je sentis un profond malaise m'envahir, tout comme la peur de devoir parler avec toutes ces personnes, face à moi. Je voulais paniquer, m'enfuir d'ici à toute jambe, mais elles étaient paralysée, me forçant à rester assise.

Je n'avais plus le choix, j'étais confrontée à cette f-fatalité qu'on m'avait transmise, et que je n'avais osée refusée...


Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Braises d'ardences   Lun 23 Mai - 16:11





Braises d'ardences
FEAT. Solo

Ce... Ce fut au tour d'un homme de v-venir me voir. Grand, trop, il me dominait rien qu'à sa présence, pendant que je tremblais, mon œil pleinement écarquillé planté dans les siens. S'il le souhaitait, il n'avait qu'à tendre sa main pour me tordre le cou. Et... Ce n'était que le premier !

"B... Bonjour ?!" Prononça-t-t-il d'une voix int-térogratrice, presque susp-picieuse...

"J...J...J..." Essayais-je dire, bloquée par le stress qui atteignait son paroxysme

L'homme se pencha vers moi, me jaugeant du regard pendant que le bout de son visage arrivait à une trentaine de centimètres à peine du miens, avant de r-reculer, disant à semble-t-il plusieurs de ses camarades derrières :

"Il semble que la garde de Seika ai bien rajeunie. C'est bien vous qui vous chargez de donner du travail ?"

Tétanisé, il n'eu comme réponse qu'un h-hochement de tête motivé par ma peur et ma crainte qu'il puisse me faire du mal, bien que de...Dans un tel endroit...

"Bien, mes amis et moi même comptions initialement rentrer chez nous, à Hibana, par la route du sud, en profitant des paysages et de la mer, mais en apprenant que la garde donnait du travail, on aimerait faire quelque chose pour aider, vous voyez ?"

Encore une fois, j'hochai maladroitement la tête, t-toujours animé par ce même sentiment...

"Et bien, qu'avez vous à proposez ?"

J...je ne savais pas quoi faire ! Il y avait tellement de papier, et il fallait en trouver un qui qui qui p-p-pourrait correspondre à ce qu'ils avaient besoin... Mais tout se ressemblaient, les mots se mélangeaient... Je pris la première feuille qui me tomba sous la main, et donna à l'homme, fermant les yeux et tournant la tête, espérant que le hasard ferait en s-sorte que ce que je venais de lui donner lui convenait.

"A cause de l'augmentation subite du nombre de tortue géante et vorace, certains points très précis des plages ne sont plus surs. Ces points sont ceux d'alimentation de ces tortues, qu'elles défendent farouchement. Toutefois, les grandes distilleries de Seika ont besoin de ce genre d'algue pour une boisson. A ceux qui se porteront volontaire pour défendre les récolteurs, à limité l'expansion de ces tortues et à ramener un nombre conséquent d'algues, une somme conséquente sera attribués à chacun d'entre eux, ainsi qu'une dégustation gratuite de nos meilleurs produits !"

Je serrai les dents, m'attendant à recevoir une sévère remontrance de la part de l'homme a qui je venais de donné le papier qu'il venait de lire. Toutefois, après quelques secondes passées à regarder ces camarades, il dit d'une voix assez gentille et plutôt excitée :

"C'est parfait, on prend ! On va se nourrir de tortue et boire jusqu'à plus soif !"

Tout s-ses camarades derrière lui poussèrent un grand cri, semblable à celui que j'avais subis tantôt, me f-faisant inconsciemment me mettre au plus p-profond du siège que j'avais, pour d-disparaitre de cette pièce. Toutefois, il se pencha une nouvelle fois vers moi, u-un sourire aux lèvres :

"Merci, et bonne journée !"

Je rouvrais mon œil, apeurée, pour voir que l'homme et ses camarades étaient en train de partir, un sourire aux lèvres, chantant un certain enthousiasme.


Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Braises d'ardences   Lun 23 Mai - 16:57





Braises d'ardences
FEAT. Solo

Le départ de ce groupe d'homme coïncida avec le r-retour du garde, qui reprit sa juste place, plutôt bien satisfait de voir que j'avais r-r-réussi à être à la h-hauteur de la tâche qu'il m'avait confié, l'espace de quelques minutes.

J'étais de mon coté plus que contente que d'abandonner cette place qu'on m'avait donné, qu'on m'avait forcé à prendre, bien que t-temporairement. Celle que j-j'avais me convenais très bien, et une fois réinstallée dessus, je pus enfin reprendre mon calme, prenant des longues inspirations tout en sentant mon cœur battre fort dans ma poitrine, me remettant des précédentes émotions.

Toutefois, je fus surprise de voir à nouveau la main tendue du garde vers moi, mais surtout que...que...Que sa main contenait quelque chose, une sorte de...D'emballage, accompagné de quelques mots de sa bouche :

"Tiens, c'est pour toi, pour m'avoir permis de prendre une pause et d'être si sage !"

Je... Je ne savais pas qu-quoi faire, s-si je devais refuser ou b-bien accepter c-ce qu'il m'offrait. Mais devant son insistance, je tendis mes mains, jointes, tandis qu'il déposa son cadeau.

Le rapprochant de mon corps, je commençai à le déballer, pendant qu'il m'observait un sourire aux lèvres. Après plusieurs secondes, je me rendis compte qu'il s'agissait d'un petit pain, que l'homme avait acheté pour... pour... pour moi. Je regardai l'homme, qui me fit un sourire ainsi qu'un petit mouvement du visage, tout en disant :

"Mange, tu l'as bien mérité."

J'étais un peu stupéfaite, ne sachant quoi dire. Après quelques bafouillages, je baissai la tête, un peu honteuse, avant de commencer à grignoter ce qu'il m'avait offert, sentant les larmes me monté au visage à cause d'un tel élan de gentillesse pour moi.

Je sentis alors ses doigts passer sous mes yeux, séchant mes larmes avec un sourire, avant qu'il ne reprenne ce pourquoi il était à ce bureau.

D'autant que... Le pain qu'il m'avait offert était... Très bon. C-c'était la première fois que j'en mangeais un comme ça, et... je m'en régalais, faisant durer ce repas pendant plus d'une dizaine de minutes, le mangeant presque miette par miette.

"M...M-Merci !" Dis-je au garde après avoir fini mon repas !

Le garde se tourna à nouveau vers moi, avant de passer sa main sur mes cheveux d'une manière... affectueuse, et de dire :

"Ce n'est rien, tu es une brave petite. Tu peux revenir quand tu veux !"

J'acquiesçai en souriant, toujours un peu gênée, avant de m'incliner po-poliment, et de partir, toute troublée mais... Heureuse.


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

-



MessageSujet: Re: Braises d'ardences   

Revenir en haut Aller en bas
Braises d'ardences
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Marche entre les braises [ ThunderHead]
» Un fruit de braises ardentes
» Le réconfort des braises. [Aodrène]
» [Quête or Olrik] [FB] Les braises de mes larmes... - Partie 1
» Que les braises de la guerre s'embrasent de nouveau !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Manga Multiverse ::  :: Empire de Seika :: Capitale de Chikai-


Crédits : Design : Phoenix & Pingouin Règlements & Contexte : Phoenix
Forum optimisé pour Google Chrome.