Partagez | .
La divine comédie de la Matriarche
Invité Invité

-



MessageSujet: La divine comédie de la Matriarche   Jeu 26 Mai - 0:21


La divine comédie du Matriarche
feat.Kaneki Ken

   Je continuais mon avancée dans les canyons avec un air songeur... J'avais cru comprendre, dans certains villages des alentours, qu'une légende existait. Une légende racontant les exploits d'une Matriarche capable d'exaucer les vœux.
Jusqu'à maintenant, j'avais décidé de ne pas repenser à mon retour à Shiloa, mais cette annonce m'avait envahi d'innombrables sentiments... De l'espoir, de la tristesse et... De la haine.

   J'avais dû me résigner à rester bloquée dans cet étrange monde, où la crainte des uns et des autres était notre quotidien. Malgré tout, je n'avais jamais perdu espoir. Mon but principal était de retourner dans mon monde d'origine. Oui, je devais repartir! Je devais venger mes parents... Venger notre vie injuste que nous avions dû vivre Kyo et moi... Notre quotidien n'avait été que vols, mensonges et haine! Cette vie d'exilés, nous avions dû la supporter! Cette vie injuste qu'aucun de nous avions choisi, mais dont on n'avait pas notre mot à dire.. Oui, je voulais ma revanche, mais avant toute chose, la mort. Oui... Eux.. Ces meurtriers... Ceux qui ont fait de moi une orpheline.. Oui, eux.. Je devais mettre fin à leur vie. Je devais rentrer, désormais!

   Aveuglée par la haine, j'avançais d'un pas déterminé, mais plus le soleil tapait fort, plus je me sentais lourde et nauséeuse.. Je décidais de prendre une pause pour respirer, m'aérer et reprendre mes esprits et redevenir maître de mes émotions. Certes j'avais ma vengeance à accomplir... Mais je ne devais pas être autant aveuglée par cela.. J'avais enfin réussi à m'adapter à ce monde, j'avais rencontré bien des personnes... Je m'étais attachée à Adakor telle une grande-soeur.. J'avais réussi à devenir proche d'une autre fille... J'avais réussi à avoir un mode de vie à peu près saint. J'avais nourri un autre sentiment de haine envers une autre personne.. Qui était bien plus ignoble que les responsables de la mort de mes parents...

   Je poussais un long et interminable soupire. Que pouvais-je bien faire maintenant? Que voulais-je réellement? Repartir dans cette vie de débauche et achever ces meurtriers? Ou rester ici, dans ce monde qui ne m'appartenait pas, ce lieu maudit où je n'étais pas née, où je n'avais pas grandi?? Mais.. J'avais rencontré Adakor! Elle.. Elle m'attendait à Chikai... Elle avait encore besoin de moi! Seulement... Elle était en sécurité, avec des personnes de confiance.. Je pouvais désormais... La laisser seule? Et repartir là où j'avais grandi avec Kyo? Là où reposait mon sauveur éternel...?

Que faire....? Que faire? Que faire que faire que faire que faire!!!!!!!!!

- Raaaaah !!!

   J'étais furieuse contre moi-même, contre Fenghuang! Il était celui qui m'avait transféré dans ce lieu qui n'était pas le mien!! Ce Phoenix avait des objectifs!? Bien!! Moi aussi j'en avais! Qui de lui et de moi était le plus important!? Lui parce qu'il était un dieu!? Mais qu'en avais-je donc à faire de lui et ses histoires de pacotilles!? Je n'étais pas d'ici! Il n'avait qu'à former des natifs pour cela!! Je ne voulais pas de cette vie! Je n'en avais jamais voulu!! Kyo n'était peut-être plus à Shiloa, ni mes parents.... Mais je devais y retourner! Je détestais cette condition honteuse!!! Depuis ce jour où Luy m'avait expliqué les conséquences... Envoyés ici pour être traités comme des pions.. oui... Je le savais..!!!! Je le savais!! Mais je voulais choisir! Etre seule maîtresse de mon destin et de ma vie!

Oui.. Ouiiii... OUI!

   La tête entre les mains, je remarquais que ma haine agissait sur moi telle un virus.. Cette haine me consumait. Je devais m'en aller d'ici au plus vite!
Je reprenais donc ma route, une douleur vive agissait à l'emplacement de mon sceau, mais je décidais de l'ignorer! C'était un rappel et je n'en avais que faire! Résultat, la douleur devenait de plus en plus présente et douloureuse à tel point de m'en faire hurler et m'obliger d’atterrir au sol.
Les larmes aux yeux, je cachais mon visage avec mes deux mains.

- Laisse-moi... Je t'en prie... Laisse-moi y retourner...!


Revenir en haut Aller en bas
Messages : 409
Yens : 3135
Date d'inscription : 05/10/2014

Progression
Niveau: 37
Nombre de topic terminé: 15
Exp:
3/6  (3/6)
avatar
Kaneki Ken ¤ Inconnu ¤

-



MessageSujet: Re: La divine comédie de la Matriarche   Ven 27 Mai - 20:32

La Divine Comédie de la Matriarche
.

Il existait certaines choses, qui ne se disaient pas. Parfois, il pouvait arriver qu'on soit témoin d'une scène unique, ce genre d'évènements qu'on ne connaitra qu'une seule et unique fois dans toute son éphémère vie, et pourtant ces choses... Peuvent rester cacher. C'est peut-être ce qu'est un trésor au final. Une chose abstraite, qui à nos yeux, possèdent une valeur inestimable. Pourquoi avoir ce genre de pensée... Je n'en savais pas grand chose non plus. Mais n'était-il pas propre aux hommes de se questionner pour un rien dès que le temps s'étendaient trop à leur goût ? Certes, je n'étais plus qu'à moitié humain désormais... Je me demande si j'étais à moitié plein, ou à moitié vide.

En attendant, mes pas m'avaient mené à la nation de Seika, et j'y séjournait depuis maintenant un bout bon de temps. Le voyage ne fut pas de tout repos, je devais le reconnaître. Depuis ma rencontre avec le fameux Rogue Cheney, moult péripéties avaient pimenté mon aventure. Néanmoins, et ce depuis quelques jours maintenant, le calme semblait avoir de nouveau repris le contrôle sur ma vie monotone. Ma collecte d'informations piétinaient, et mon Kagune n'était toujours pas revenu. Alors que le soleil se levait une nouvelle fois au-dessus d'un village Seikajin, j'ouvrais lentement les paupières, allongé dans une couche au beau milieu d'une chambre d'auberge.

Un long et profond soupir se fit entendre au sein de la pièce, avant que je ne décide de me lever afin de me préparer. Bon nombre de petits détails avaient basculé mon quotidien depuis mon arrivée en Kosaten. Au début, ce fut loin d'être une partie de plaisir. Devoir vivre tel une personne de l'âge féodal, et renoncer à tous les bienfaits technologiques qui régissaient mon monde d'origine, un pénible dépaysement. Pourtant, forcé de constater que ma capacité d'adaptation était plus grande que je ne l'eus crus. Après m'être lavé, habillé et nourris comme il se doit, je pris la décision d'aller me promener aux abords du village. Les habitants de cette petite bourgade de Seika étaient plutôt sympathiques, ou en tout cas ils l'étaient plus que d'autres Seikajins dont j'avais pus croiser la route auparavant...

Soudainement alerté par un étrange bruit venu des lisières des végétations qui entouraient le village, je fus surpris de voir une jeune femme, les vêtements déchirés, sortir d'entre les buissons et s'écrouler telle une masse devant moi. Sans attendre, j'accourais déjà auprès d'elle, prenant sa nuque entre ma main afin d'éviter une autre mauvaise blessure. Sans même avoir besoin de la questionner, la mystérieuse jeune femme se mit à murmurer.
- La Matriache... Je dois trouver la Matriarche...
Dit-elle, avant de sombrer dans l'inconscience. La Matriarche ? Que voulait-elle dire par là ? Je n'avais pas eu vent de la présence d'une quelconque Matriarche au sein de ce village. Mais l'heure n'était pas aux questions. Après l'avoir emmené dans un lieu où l'on saurait la soigner, je me rendis à l'auberge où je m'étais reposé la nuit dernière, afin d'y interroger le vieil aubergiste que l'on disait sage dans le coin. Je devais en apprendre plus sur cette fameuse "Matriarche". Une fois arrivé à l'auberge, je me rendis directement au comptoir avant d'y commander un verre de jus. J'interpellais ensuite l'aubergiste après que celui-ci ait effectué ma commande.
- Dites-moi, avez-vous entendu parler d'une Matriarche qui vivrait ici ?
Tout d'abord surpris par ma question, le vieil homme fronça alors les sourcils, jetant soudainement des regards alentours, comme s'il ne souhaitait pas que l'on entende ses prochaines paroles. Reportant ensuite son attention vers moi, il prit une grande inspiration avant de s'exprimer.
- Vous n'êtes pas sans savoir qu'à quelques pas d'ici, se trouve des Canyons difficilement pratiquable... Une légende raconte qu'un être divin, que l'on nomme "la Matriarche" y vivrait... Quiconque trouverait la Matriarche pourrait voir son vœu le plus cher exaucé.
Ne pouvant m'empêcher d'être surpris face à cette annonce, je pris un temps pour me concerter. Une entité divine ? Capable d'exaucer n'importe quel voeu ? Qu'est ce que cela peut-il bien signifier ? Mais ce n'était pas le plus important... Si cet être existait bel et bien, pouvait-elle renvoyer un élu dans son monde d'origine ? Cette simple pensée suffit à me faire sourire. Si j'avais entendu parler de cette légende dès mon arrivée, je ne l'aurais jamais cru. Je n'étais pas quelqu'un de superstitieux... Néanmoins, après avoir été témoin de tant de choses dans ce monde... Peu de choses encore pouvait m'étonner. Remerciant l'aubergiste de m'avoir répondu, je m'empressais de sortir du bâtiment, en direction des Grands Canyons.

Je m'apprêtais à m'embarquer dans une aventure dont je me souviendrais longtemps... Que cette Matriarche existe réellement ou non n'était pas le plus important... Si cette légende existait et persistait à faire venir tant de voyageurs déterminés comme la jeune femme de tout à l'heure, alors c'est que cette légende devait forcément posséder un fond de vérité.
(c) par elfyqchan pour Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: La divine comédie de la Matriarche   Ven 20 Jan - 21:21


La divine comédie de la Matriarche
feat.Kaneki Ken

   Je n'en pouvais plus, lasse, épuisée... J'avais marché quasiment toute la nuit, ainsi que toute la matinée. Sous cette lourde et immense chaleur, j'étais là, au sol... Et en larmes. Ma cuisse qui me faisait terriblement mal dû au sceau, il m'empêchait d'avancer.. Ou, tout simplement, n'acceptait pas que j'ai de trop mauvaises pensées concernant Fenghuang.
Mais cela n'y changeait rien.. J'avais des objectifs à Shiloa... Père et mère devaient être vengés coûte que coûte... Et depuis qu'il m'avait envoyé dans ce monde de pacotille, m'obligeant à me soumettre à sa volonté... Je ne pouvais plus accomplir ce pourquoi j'avais passé la totalité de ma vie jusqu'à ce transfert.

   J'avais passé la plus grande partie de mon temps à nourrir ma haine, à m'améliorer, m'exercer pour un jour tuer les monstres qui s'en étaient prit à ma famille.. Mon sang... Malheureusement, j'avais certaines choses qui me bloquaient depuis quelques temps. Adakor. Aki... Bref, c'était devenu compliqué, à tel point que j'avais bien failli ne plus repenser à ôter la vie de ces meurtriers. Maintenant, je n'avais pratiquement que d'yeux pour Adakor et ma première et seule amie : Aki.
Mais, ne serait-ce qu'une heure.. Ou un jour! Je ne réclamais pas des jours et des jours.. Juste la possibilité d'avoir un temps accordé pour retourner à Shiloa, dans mon monde d'origine et, ainsi, avoir enfin la vengeance que j'attendais d'accomplir depuis si longtemps. Juste pendant un temps imparti, puisque je savais où ils se trouvaient et que je n'étais pas loin de les avoir... J'étais proche de mon but!

Oui, je savais quoi demander à la Matriarche si je devais la rencontrer et si cette rumeur s’avérait être vraie.

Je reviendrai.. Je veux juste... Finir ce que j'avais commencé à faire... Après quoi, rien ne me retiendra plus, je n'aurai plus qu'à revenir ici, dans ce monde.. Alors, je t'en prie, laisse moi.. Laisse-moi essayer.. Je ne veux plus regretter de n'avoir jamais pu m'occuper de cette vengeance... Fenghuang...

   La seconde d'après, mes battements de cœur plus apaisés, ma douleur s'évaporait peu à peu. Comme si j'avais reçu l'accord du Pheonix.. Comme s'il m'autorisé à faire ce que je pouvais... De toute manière, j'avais désormais une certaine attache ici... Je devrai dans tous les cas revenir, pour veiller sur Adakor. Elle était ma seule famille maintenant. La seule et unique famille qu'il me restait. Je devais prendre soin d'elle.
Du coup, ne ressentant plus aucune douleur, j'essuyais mes larmes et me relevais. J'étais enfin prête à trouver cette fameuse ville et y rencontrer celle que je chercher. Cette fameuse femme aux pouvoirs mystiques si cela était vrai.. Ce que j'espérais.
J'avais donc repris mes esprits et, d'une allure assurée et déterminée, je reprenais ma route.

   Au bout de deux heures de marches, j'arrivais enfin dans un village. La chaleur était insoutenable et le rythme de ma marche se faisait de plus en plus lent.. Tout le long du trajet je me suis lamentée sur cette fameuse Matriarche.. Et si toutes ces rumeurs étaient fausses et que je fonçais droit dans une impasse? J'aurai perdu du temps et espéré beaucoup trop...
Mais bon, j'avais entamé cette "quête". Du coup, maintenant que j'y étais, cela ne servirait à rien de faire marche arrière. Valait mieux vérifier ces fameuses rumeurs.

   Le village semblait assez mouvementé, la vie y régnait. Peut-être qu'ils en sauraient plus sur cette fameuse femme aux dons divins? Et quel endroit était le mieux fournit en matière de rumeurs? Là où les boissons se buvaient non pas qu'une seule fois : Les auberges ou bars. Et après avoir airé dans l'enceinte de la ville, je trouvais une auberge. Décidant donc de rentrer à l'intérieur, je me dirigeais droit vers le comptoir, histoire de me rapprocher de la personne qui en saurait certainement le plus.
M'asseyant à une chaise, non loin d'un homme aux cheveux blanc vêtu de noir de la tête aux pieds.... M'enfin, j'étais épuisée et lassée de cette chaleur insupportable. Du coup, j'appelais le barman pour lui réclamer une boisson avant d'entamer la discussion concernant les bruits qui courent. Seulement, avant que je ne l'interpelle, j'avais entendu quelques bribes de la discussion qu'avait le barman avec l'homme sombre.

Étonnée qu'ils parlent de cette sorcière, je me rapprochais un peu plus de l'inconnu, puis, comme une fleur, toute souriante en m'accoudant au bar, assise, je les coupais:

- Bonjour! Pardonnez mon indiscrétion et mon impolitesse, mais... J'aimerai aussi en apprendre un peu plus sur cette fameuse matriarche... Si cela ne vous dérange pas de m'en parler aussi, ce serait très aimable de votre part... D'ailleurs, j'ai de quoi payer une boisson.. Si cela ne vous dérange pas non plus, haha.. Il fait très chaud...




Dernière édition par Kachou le Dim 5 Fév - 1:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 409
Yens : 3135
Date d'inscription : 05/10/2014

Progression
Niveau: 37
Nombre de topic terminé: 15
Exp:
3/6  (3/6)
avatar
Kaneki Ken ¤ Inconnu ¤

-



MessageSujet: Re: La divine comédie de la Matriarche   Dim 5 Fév - 0:36

La Divine Comédie de la Matriarche
Pour être tout à fait honnête, je ne savais pas vraiment ce que je faisais moi-même. J'avais récolté des informations sur ce que je recherchais, et ces informations, on me les avait donnés. Il ne me manquait plus que de me mettre en route vers le lieu indiqué, puis j'aviserais une fois sur place. Mais, si, dans la possibilité infime que cette histoire de Matriache soit vraie, que ferais-je ? Retourner à Tokyo, retrouver mes amis et m'entraîner pour pouvoir les protéger, c'était ce que je désirais plus que tout. Pourtant, face à cette entité que l'on qualifiait aisément de "divine", serais-je réellement capable d'être à la hauteur de mes désirs ?

Puis, elle entra. Cette silhouette qui resterait graver dans ma mémoire, cette femme qui... Qui, je ne sais pas réellement. A l'allure noble, mais au regard fatigué, elle possédait une chevelure blanche si pur que j'en restais quelque peu hébété, tout en gardant une expression de marbre bien entendu, inutile de faire transparaître des émotions aussi inutiles. La jeune femme vint s'asseoir au comptoir à quelques pas de ma position. Je détournais alors le regard, fermant les yeux pour retrouver mes pensées égarées. Malheureusement, cela ne semblait pas au goût de la demoiselle qui, quelques instants plus tard, s'approcha de moi, avant de se présenter. Enfin, c'est ce que j'aurai cru, mais la dame ne tourna pas autour du pot et évoqua directement le sujet principal. Elle était une aventurière, cela se voyait à des kilomètres.

Elle aussi, était intéressé par cette histoire de Matriache, faisant donc d'elle une rivale potentielle, ce dont je n'avais absolument pas besoin. Préférant m'en faire une alliée, je lui répondis d'un sourire aimable en hochant la tête humblement, avant d'appeler le barman.
- S'il vous plaît, je souhaiterai un verre pour la demoiselle à mes côtés, je paye la tounée.
Puis, je me tournais vers l'aventurière, laissant ma curiosité dévorante prendre le dessus.
- Gardez votre argent pour des usages plus rentables. Vous êtes une aventurière ? J'imagine que c'est cette Matriache qui vous amène dans ces lieux reculés.
Le vieil homme amena alors un verre à la jeune femme, tandis que je commandais un nouveau verre de café.  La première chose à faire était d'en apprendre plus sur elle, sur ses intentions et tout ce qu'elle pouvait m'apprendre sur ce monde. Il fallait toujours savoir utiliser les cartes que nous avions en main pour s'en sortir, telle était la règle du jeu. En général, je faisais tout pour ne pas m'attirer trop de problèmes, et cela impliquer de ne pas trop s'immiscer dans des relations qui pouvaient amener à des complications qui m'agaceraient sûrement. Mais, pour le coup, je partais droit devant un labyrinthe de ténèbres, et y aller seul ne m'attirait pas réellement, il me fallait l'avouer.

Tandis que mon verre arrivait face à moi, je repensais de nouveau à cette jeune femme qui recherchait également cette Matriarche, je me demandais si elle allait bien d'ailleurs. Pensant qu'elle avait dû se remettre de son inconscience, faudrait que je pense à aller la voir pour apprendre tout ce qu'elle savait. Mais pour l'heure, je pouvais m'attarder un peu sur cette jeune femme. Mon regard se tournait de nouveau vers elle, une nouvelle question au coins des lèvres.
- Êtes-vous une élue, à tout hasard ?
Peut-être était-ce une question trop déplacée pour être posée. Mais, parfois, il fallait savoir prendre des risques, des risques qu'il ne valait mieux pas mesurer, au risque de s'y brûler les doigts...
(c) par elfyqchan pour Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: La divine comédie de la Matriarche   Dim 5 Fév - 5:12


La divine comédie de la Matriarche
feat.Kaneki Ken

   Alors que je m'étais avancée vers l'étranger aux cheveux blancs, réclamant un verre et quelques informations concernant la femmes aux dons miraculeux, l'inconnu prit les devants pour me payer le verre et ainsi m'aborder d'une façon plus naturelle que je ne l'avais fait. Comme je l'avais abordé de sorte à pouvoir en savoir plus vis-à-vis de la Matriarche, l'homme aux cheveux blancs me demanda si c'était la raison de ma venue dans le coin... A dire vrai, je ne savais pas quoi répondre à ça... Ca me semblait tellement logique que la question n'avait pas vraiment lieu d'être... M'enfin, si c'était pour le rassurer, pas de problème! D'un sourire je lui répondis tout naturellement :

- Effectivement! J'ai eu vent de quelques rumeurs à son sujet... Cela m'intéresse grandement!

   Après avoir dit cela, le barman revenait vers nous, les mains prises par nos boissons respectives. Bizarrement, je trouvais que le garçon, qui se trouvait à mes côtés, était bien jeune pour boire du café.. Mais bon, si cette boisson lui était suffisante alors, je n'en dirai rien. Puisque de toute manière, ce qu'il pouvait boire ou manger n'était pas mon problème, tant cet homme m'était encore inconnu.
Sur cette dernière pensée, ce sombre personnage semblait malgré tout être d'assez bonne humeur. Mais sans passer par quatre chemins, le jeune homme me posa l'ultime question. Je méditais à cent à l'heure sur les raisons de cette question. Pourquoi m'avait-il posé CETTE question parmi tant d'autres? Plus que mon prénom ou quoi.. Me demander si j'étais une élue.. Carrément, d'entrée de jeu. Les raisons étaient si évidentes? Quoi que.. A bien y repenser.. Si quelqu'un était réellement doté de dons surnaturels, il était clair qu'un élu pouvait convoiter ce pouvoir. Si la matriarche pouvait renvoyer un élu dans son monde d'origine.. A supposer que cela soit possible, alors oui, il y avait de grandes chances pour qu'un élu soit attiré par une telle rumeur.... D'où cette question.

   Observant le contenu de mon verre, je décidais de le boire d'une traite pour me donner la force d'accepter cette conclusion. Il ne devait pas être n'importe qui lui non plus.. Si le simple fait d'être une élue pouvait lui sauter aux yeux, alors je devais me résoudre à lui avouer... Sinon quoi? Il y avait de grande chances pour passer à côté d'une chance inestimable et rater l'occasion d'en connaître un peu plus sur cette fameuse sorcière.
Du coup, terminant mon verre bien rapidement, je le reposais sur le comptoir en lâchant un lourd soupir d'insatisfaction. Puis, reprenant peu à peu mes esprits, me rappelant où je me trouvais en avec quelle compagnie... Il fallait donc faire attention à mes paroles et à mes actions prochaines.

- Effectivement.. Je suis une élue... Et vous?

Répondre à une question en posant la même... Comme un "ça va? Oui et toi?". M'enfin bref, cela ne m'avançait pas spécialement dans ma quête de retrouver la Matriarche... Si? En me rapprochant de cet homme, étais-je certaine de la rencontrer? Non, hein? Lui aussi devait-être tout simplement attiré par ces rumeurs la concernant... D'où sa présence en ces lieux... Enfin... C'était une conclusion... Certainement hâtive...


Revenir en haut Aller en bas
Messages : 409
Yens : 3135
Date d'inscription : 05/10/2014

Progression
Niveau: 37
Nombre de topic terminé: 15
Exp:
3/6  (3/6)
avatar
Kaneki Ken ¤ Inconnu ¤

-



MessageSujet: Re: La divine comédie de la Matriarche   Dim 5 Fév - 15:27

La Divine Comédie de la Matriarche
Son regard était révélateur de beaucoup de choses. Je voyais bien qu'elle semblait assez égarée par la manière dont les évènements se déroulaient. En même temps, il fallait reconnaître que lorsqu'on partait à la recherche d'une légende, il était rare que tout se passe comme nous l'avions prévu. Elle répondit à ma question par l'affirmative, ce qui m'ouvrait dès lors d'innombrables portes. Une élue, voilà qui elle était. Une information capitale, mais pas pour le moment. Tout en prenant une gorgée de mon café -assez mauvais en passant-, je réfléchissais tranquillement à comment en savoir plus sur elle, lorsqu'elle me retourna la question.

Évidemment, c'était prévisible. Une sorte d'échange de bons procédés par la parole, oui, normal. Je lui devais bien une réponse sincère... A moins, qu'elle ne l'ait pas été avec moi. Après tout, n'importe quel aventurier un peu malin pouvait se prétendre élu juste pour s'attirer les bonnes grâces des natifs de ce monde, c'était une chose devenue monnaie courante depuis l'arrivée massive des élus. Mais alors que je m'apprêtais à lui répondre, les portes de l'auberge s'ouvrirent, pour laisser entrer la jeune femme que j'avais recueilli, et qui était sortit de son inconscience. Visiblement en colère, elle me regardait, sourcils froncés, et dague à la main.
- Abandonnez votre quête ! La Matriarche n'est pas ce que vous croyez !
Je m'étais retourné vers elle, un léger sourire au bord des lèvres. Comme je l'avais espéré, cette jeune femme en savait beaucoup sur cette légende, une occasion inespérée pour moi. Mais, au lieu de m'intéresser à cette individu sur le point de me sauter à la gorge, je préférais me tourner vers la jeune élue, prêt à lui donner une réponse.
- Vous savez... On aime beaucoup le café, dans mon univers d'origine.
Je terminais alors ma tasse, avant de me lever et de lentement me diriger vers la femme armée, qui ne se fit pas prier avant de m'attaquer. Agrippant d'un geste son poignet, je le tordais de sorte à lui faire lâche son arme, tout en maintenant une forte pression tandis que je m'exprimais de nouveau.
- Je suis un élu envoyé par ma nation en mission secrète. Je n'ai aucun désir envers la Matriarche, je cherche juste à la protéger de personnes malintentionnés.
Mentir. N'était-ce pas là un art dans lequel j'excellais tout particulièrement ? Je n'aimais pas mentir, c'était une sorte de trahison qui me débectait. Et pourtant, c'était ce que je faisais depuis que j'étais arrivé ici. Une lueur brilla pendant un instant dans les yeux de la jeune femme, qui réfléchit un instant à mes paroles, nous jaugeant, la jeune élue, et moi-même. Puis, d'un profond soupir, sembla se résigner.
- Depuis un certain temps, tellement de personnes la recherche pour des souhaits idiots, comme ressusciter un proche, ou bien retourner dans leur vrai monde... Mais ce n'est pas aussi simple ! Si vous êtes réellement un élu en mission, escortez-moi jusqu'à la Matriarche, s'il vous plait !
Je m'en voulais presque de ce que j'étais en train de faire. Mais, pour atteindre mes objectifs, il fallait savoir oublier certains principes. Lui souriant alors, je me tournais vers la jeune élue, tout en lâchant le poignet de la jeune femme.
- En tant qu'aventurière expérimentée, que diriez-vous de nous accompagner ?
J'avais intentionnellement omis le fait qu'elle était élue, je ne souhaitais pas que la jeune femme pense que nous sommes ensemble pour trouver la Matriarche... Et puis...

J'avais encore des questions, pour cette femme à la chevelure angélique.
(c) par elfyqchan pour Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: La divine comédie de la Matriarche   Mer 8 Fév - 19:29


La divine comédie de la Matriarche
feat.Kaneki Ken

Ambiance

   Venue de nulle part, dans un énorme fracas, une jeune femme alarmée, canif en main, les cheveux en bataille... Tout portait à croire, que nous avions là, une folle furieuse. En pleine crise de rage, la femme se rua alors dans notre direction, la lame du couteau pointée vers le jeune homme à côté de moi et... Comme si cet instant n'était qu'un détail parmi tant d'autres.. Attrapant l'air de rien le poignet de la folle, il se tournait de nouveau vers moi pour me parler de ce fameux café.... Qu'il avait l'habitude de boire dans "son monde d'origine". Comment ne pas être plus clair?
D'ailleurs, l'élu renchérit rapidement, indiquant qu'il était ici en mission pour sa nation et avouait n'avoir aucun désirs personnels concernant cette sorcière... Comment distinguer le faux du vrai? Pas simple n'est-ce pas? Mais ce qui était certain par contre.. C'est que je n'étais pas prête de lui accorder une seule once de confiance.

   Pourquoi me diriez-vous? Et bien... Je ne savais pas quoi penser de ses dernières paroles, mais ce qui était sur, un élu de MINSHU n'avait rien à faire en MISSION pour protéger une personne de SEIKA. L'alliance, aussi soudée qu'elle puisse l'être... Si une personne devait être mise sous protection... Ce n'était en aucun cas sous la tutelle d'un minshujin. Des gardes auraient prit le soin de l'escorter jusqu'à Chikai, là était la solution la plus logique... Alors lui et son discours... Je ne risquais pas de le prendre au sérieux.
Mais j'avais beau avoir découvert son "secret", je n'allais pas le lui faire remarquer... Ni à lui, ni à qui que ce soit d'autre. S'il pensait pouvoir m'avoir à un moment donné, quelconque ou non... Il était certain, que je chercherai tous les moyens possible de retourner la situation à mon avantage.

   Malgré tout, c'était les paroles de la jeune femme et la situation qui allait à une vive allure qui m'interpellait le plus. Buvant le discours du minshujin sans sourcilier, la folle lui réclama de l'escorter... Ce qui laissait croire que l'élu connaissait la position de cette fameuse Matriarche. Mon regard plongea alors dans celui de ce dernier, pendant qu'il me proposait à le rejoindre... Sans raison apparente. Non pas que je ressentais un quelconque besoin de le suivre, en aucun cas! Mais... C'était cette promesse qui me motivais à les suivre.. Oui... Cette fameuse promesse que je m'étais faite à Shiloa... Celle de venger père et mère... Eux qui m'avaient tant donné durant ma tendre enfance, avant leur fin tragique. Ma vengeance devait être accomplie... Je me l'étais promise! Pour que la justice soit rendue aux innocents... A mes parents... A l'enfant que j'étais..

   Mon coeur, aussi sensible et troublé qu'il pouvait l'être en cet instant, battait à deux mille à l'heure. L'espoir de pouvoir retourner dans mon monde... Et accomplir ce pour quoi j'avais enduré toute cette vie de sans-abris.... L'heure de ma vengeance avait sonné. Mon regard, plus déterminé que jamais, le souffle court et posé, et d'une voix claire et posée, j'acceptais sa requête :

- Je vous suis.

   Les raisons qui m'animaient ne devaient pas êtres connues de l'agresseuse. Si elle apprenait pour mes motifs... Il était certain qu'elle se serait jetée sur moi,d ans le seul but de laisser tranquille cette pauvre femme. Mais je n'étais pas prête à laisser tomber... Et si combat devait avoir lieu... Alors combat il y aurait. Je ne lâcherai pas l'affaire, il fallait que je m'en aille!
Pour me rappeler à l'ordre, Fenghuang m'envoya quelques signaux par l'intermédiaire du sceau... Bien sur, je n'avais pas oublié... Après ma vengeance tant attendue finissait par être accomplie, je reviendrai directement ici, dans ce monde qui ne m'appartenait pas. Qui ne m'appartiendrait... Jamais.


Revenir en haut Aller en bas
Messages : 409
Yens : 3135
Date d'inscription : 05/10/2014

Progression
Niveau: 37
Nombre de topic terminé: 15
Exp:
3/6  (3/6)
avatar
Kaneki Ken ¤ Inconnu ¤

-



MessageSujet: Re: La divine comédie de la Matriarche   Mer 8 Fév - 20:28

La Divine Comédie de la Matriarche
Visiblement, je n'étais pas tombé sur la dernière des imbéciles, loin de là. Je pouvais voir à travers son regard que mes paroles lui mettait quelques réserves, c'était compréhensible. De toute façon, je ne tentais aucunement de gagner une confiance de sa part, à partir du moment où je parvenais à atteindre mes objectifs, le reste n'était que futilités. En attendant, la jeune élue accepta ma proposition après une hésitation qui en laissait dire long, et ainsi se formait donc notre équipe en quête de cette Matriarche désirée de tous.
- Eh bien, mettons-nous en route !
Nous sortîmes donc de l'auberge, laissant le vieil homme pantois face à tout ce qui venait de se passer au sein de sa propre bâtisse, et nous nous mîmes en marche vers notre destination. Peut-être me précipitais-je un peu trop, à vrai dire, je n'avais aucune idée d'où nous devions aller, je préférais laisser cette jeune femme nous servir de guide. D'ailleurs, celle-ci ne tarda pas à s'exprimer, voulant probablement rompre ce silence qu'elle devait juger bien insoutenable.
- Chihaya. Mon nom est Chihaya, je suis une native du village en bas des canyons. La Matriache est un peu notre divinité à nous, on la vénère depuis des siècles. Alors, quand on a appris que certains groupes de bandits cherchaient à s'accaparer ses pouvoirs... On a tentés de la protéger...
Curieux, je tendais l'oreille à ses propos, profitant de l'occasion pour en savoir plus.
- Mon est Ken, enchanté. Protéger la Matriarche ? Ne peut-elle pas se défendre elle-même ?
La jeune Chihaya secoua la tête en fronçant les sourcils, comme si mes paroles étaient dénués de sens.
- Sa force ne réside pas dans sa capacité à combattre, ce n'est pas une divinité guerrière. Des gardiens sont choisis de générations en générations parmi les habitants du village pour servir de protecteurs... Je suis l'actuelle gardienne actuellement, mais j'ai été confronté à des malfrats qui m'ont forcée à me replier ici. C'est pour cela aussi, que j'ai besoin de votre aide, élus !
Hochant la tête de manière à exprimer ma compréhension, je portais alors mon attention vers l'autre élue qui nous accompagnait. Que pensait-elle de tout cela, elle ? Depuis notre rencontre, elle semblait perturbée et chamboulée par des émotions diverses que je ne parvenais pas à cerner, mais le fait était qu'elle n'était pas dans son assiette. Si un combat s'engageait, rien ne dit qu'elle serait prête pour la confrontation...
(c) par elfyqchan pour Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: La divine comédie de la Matriarche   Sam 18 Fév - 20:56


La divine comédie de la Matriarche
feat.Kaneki Ken

Ambiance

   Ayant décidé de suivre ces deux personnes, un élu de Minshu et une folle alliée... Je ne savais pas vraiment dans quoi je m'embarquais, mais ce qui était certain, c'est que je ne faisais pas cela sans raison.
Du coup, étant tous trois prêts à partir en route, je remerciais le barman avant que nous nous en allions en direction de cette fameuse matriarche. Puisque je ne savais pas où nous allions, mais que le minshujin semblait s'y connaître, je me plaçais à ses côtés, tout comme la native et suivais ses pas. Sauf que, bien rapidement, il laissait le choix de la destination à la jeune femme. Donc, finalement, il laissait tomber peu à peu sa couverture, pour que nous arrivions à bon port... Si port il y avait.

   L'ambiance était très loin d'être festive.. N'étant pas du genre à rigoler avec des inconnus, je n'aidais pas à l'ambiance, mais pour ma part, cela ne me dérangeais pas le moins du monde. J'avais prit l'habitude de voyager seule, même si depuis quelques temps, maintenant, Adakor m'accompagnait dans la quasi totalité de mes voyages.
La folle se mit donc à se présenter pour couper ce silence qui planait sur nos têtes. Se présentant alors sous le nom de Chihaya, elle nous parla de la Matriarche. Chihaya avoua idolatrer la Matriarche.. C'en était presque à mourir de rire. Depuis quand les natifs étaient-ils permis d'idolatrer quelqu'un d'autre que le dieu de leur nation? Ici étant Fenghuang le Phoenix et maître des terres de Seika?

   Je l'observais donc nous parler, nous indiquant qu'elle avait tenté de protéger la Matriarche de certains bandits... A croire que les rumeurs la concernant n'étaient pas des mensonges. C'en était presque rassurant, si cette femme existait réellement, étant en possession de dons aussi puissant... Alors, oui, c'était même bien plus que rassurant. Cela voulait dire beaucoup de choses, voir... Tout. La possibilité pour que je puisse rejoindre Shiloa était peu à peu plus réelle, c'était vraiment quelque chose de fou. Mais cela me rendait nostalgique, des images de mon monde défilèrent dans ma tête, les détails que j'avais récoltés tout le long de ma jeunesse pour mettre à mort les assassins de père et mère.. J'étais à deux doigts de les anéantir! Je devais saisir cette opportunité coûte que coûte!

   L'élu de Minshu se présenta lui aussi. Son nom me parut particulier.. Tout comme chaque élu en réalité. Mais Ken enchaîna rapidement par des questions à l'encontre de Chihaya. Lui demandant alors si la Matriarche, aussi puissante soit-elle, n'était pas capable de se protéger elle-même de simples bandits.
Ses questions étaient pertinentes et importantes pour la suite. Au moins, je n'avais pas à regretter mon partenaire du jour. Mais malgré ses questions, les réponses le furent tout autant. Chihaya expliqua que la Matriarche n'était pas une divinité guerrière.. Mais à en croire ses paroles, c'est comme si elle considérait cette femme aux dons comme un dieu... Tel que Fenghuang ou Long ou encore Manshee. A mourir de rire. D'ailleurs, cette femme nous avoua être une "protectrice" pour cette fameuse matriarche.

- Excusez-moi, mais vous avouez être une "protectrice" de cette fameuse Matriarche? Et si je comprends bien.. Elle serait une divinité? Excusez-moi, mais ça me semble un peu tiré par les cheveux non? A part les dieux des trois nations, que nous connaissons tous, je n'ai pas eu vent de cette quatrième divinité! D'ailleurs, quel est son nom? A part la nommer Matriarche... J'espère sincèrement que vous n'êtes pas là pour nous faire tomber dans un piège.

   Je m'arrêtais de marcher, la fixa du regard. Je voulais bien la croire, mais là.. Il allait lui falloir plus que des preuves pour me faire avaler ses dires. Je n'étais pas dupe et j'avais tendance à rester sérieuse sur la plupart des choses que je faisais.. Donc hors de question de tomber dans le panneau. D'ailleurs, même mon nom, je ne le lui donnerai que si elle me donnait ne serait-ce qu'une seule raison de pouvoir lui faire confiance. Sans cela, elle ne recevrait rien de ma part.


Revenir en haut Aller en bas
Messages : 409
Yens : 3135
Date d'inscription : 05/10/2014

Progression
Niveau: 37
Nombre de topic terminé: 15
Exp:
3/6  (3/6)
avatar
Kaneki Ken ¤ Inconnu ¤

-



MessageSujet: Re: La divine comédie de la Matriarche   Mar 7 Mar - 16:05

La Divine Comédie de la Matriarche
Tandis que la jeune Chihaya était de nouveau calme, et faisait un point sur la situation actuelle des évènements du Grands Canyons, mon attention se portait sur cette jeune élue qui m'accompagnait et dont le regard m'inspirait... Absolument rien. Non pas que je ne sois pas réceptif à ce genre de choses, disons plus que cette femme devait vouloir cacher ses sentiments, ses pensées... Et, c'était probablement la meilleure chose qu'il y avait à faire. D'ailleurs, cette dernière ne tarda pas à prendre part à la conversation pour partager son avis sur les dires de Chihaya.

Elle soulevait un point intéressant. Elle semblait difficilement croire au potentiel divin de cette fameuse Matriarche, ce qui eut le don de me faire sourire intérieurement. S'arrêtant dès lors, elle nous incita à en faire de même, souhaitant mettre au clair la situation, suspectant un éventuel piège de la part de la jeune Chihaya. Celle-ci, fronçant alors les sourcils, se tourna vivement vers l'élue aux cheveux décolorés, avant de s'exprimer.
- Il n'a jamais été question des Trois Bienfaiteurs de Kosaten ! Oser comparer la Matriarche avec nos Dieux Primordiaux, voilà bien un comportement d'élus ! Sachez, que pour nous, peuple des Canyons, il existe plusieurs degrés de divinités, la Matriarche est notre divinité exclusive qui nous sert d'Ange gardien. En outre, nos pensées et offrandes vont bien évidemment à Fenghuang le Majestueux ! Et puis, n'est-ce pas vous qui avez proposé de m'escorter ? Je me serais montré bien plus amical si j'avais souhaité vous tendre un quelconque piège !
Me contentant de rester silencieux, j'observais les deux jeunes femmes dont la tension entre les deux semblait monter d'un cran. Effectivement, je n'avais moi-même jamais entendu parler de divinités autres que les trois protecteurs de Kosaten. Cependant, nous élus ne savions encore que peu de choses sur le fonctionnement de ce monde, qu'il existe des villages et peuples possédant des croyances autres n'était en rien surprenant. Dans mon propre monde d'origine, il existait une quantité presque infinie de croyances diverses, quel que soit les paradoxes que pouvaient susciter leur existences, chacun préférait se laisser le choix de penser ce qu'il... Existait-il de telles libertés en Kosaten ? Possiblement.
- Et puis, pour une personne qui ne daigne pas donner son nom, je ne crois pas être la plus suspicieuse ici.
C'est alors que je notais du bruit provenant de derrière les falaises au dessus de nous. Eh bien, il semblerait que nous ne soyons pas seuls. Me raclant alors la gorge, j'incitais tacitement aux deux demoiselles de se taire un instant, tandis que je commençais à m'avancer prudemment, en direction de l'endroit où j'avais entendu le bruit. Néanmoins, aucune présence autre que la nôtre ne semblait être ici, peut-être avais-je rêvé. Dans tous les cas, nous devions désormais se montrer plus discrets. Après être revenu auprès de Chihaya et de ma partenaire du jour, je préférais calmer le jeu entre ces deux-là.
- Chihaya, si ne pas connaître son nom te gêne à ce point, saches que je fais entièrement confiance à cette jeune élue, et puis... La question n'est pas de savoir si la Matriarche est une divinité avérée, mais de permettre à ce peuple de pouvoir respecter leur tradition. Je pense que nous sommes suivis, il vaudrait mieux ne pas trainer ici et se mettre en route.
Sur ses paroles, je me grattais l'arrière de la tête tandis que je reprenais ma marche nonchalante, rapidement dépassé par la jeune Chihaya qui, après quelques minutes de balade seulement, baissa la tête avant de reprendre la parole.
- Veuillez pardonner mon attitude irrespectueuse, je ne devrais pas parler de la sorte à des élus des Dieux, je suis juste tellement sous pression avec ce rôle de Gardien... C'est mon rêve depuis toute petite de reprendre le flambeau, je dois avouer que je ne suis pas sereine.
Puis nous reprîmes notre avancée calmement, jusqu'à arriver devant un pont suspendu séparant les deux côtés de l'immense falaise que nous traversions.

Quelles sortes d'épreuves nous réservait cette traversée jusqu'à pouvoir rencontrer cette Matriarche ?
(c) par elfyqchan pour Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: La divine comédie de la Matriarche   Dim 26 Mar - 6:04



La divine comédie de la Matriarche
feat.Kaneki Ken

Il fallait croire que mes paroles avaient eu l'effet d'une bombe imminente. S'empressant de me répondre avec énergie la demoiselle stéréotypa les élus en insinuant que nous n'avions pas la même connaissance, comme s'il n'y avait pas d'autres élus à par les trois seigneurs de ces terres. Mais très franchement, ce que Chihaya nous annonçait n'avait rien de "logique". A part Fenghuang qu'elle priait.. Elle avait foi en une autre divinité? De plus, il était compliqué de savoir si cette "divinité" était faite de chair et de sang ou non. Sincèrement, j'y comprenait rien dut out çà son blabla ! En plus, elle osait retourner la situation à mon insu en prétextant que c'était MOI qui m'étais proposée de l'escorter.. Non mais franchement, plus folle qu'elle fallait abuser! Quant est-ce que je m'étais proposée?? Je voulais simplement voire cette Matriache, ensuite.. J'avais commencé à discuter avec l'élu de Minshu, puis elle s'est interposée entre nous folle furieuse qu'elle était!
Il y avait des baffes qui se perdaient par ici ! Puis, "être plus amicale" pour amadouer des personnes... Très franchement, lorsqu'on était doué en la matière, on savait très bien qu'il n'y avait pas de manière très franchement appropriée pour telle ou telle situation. Soit tu réussissais, sois tu te plantais. Que tu sois plus gentil ou non. Mais ça.. Qu'est-ce qu'elle pouvait en savoir? Puis, très franchement, je ne me sentais pas l'envie de lui rappeler ces détails.. Autant la laisser dans son ignorance.

Et encore du blabla insupportable... Rejetant ainsi le doute sur ma personne en insinuant que ne pas donner mon nom était signe de suspicion. Elle était vraiment timbrée cette fille, je voyais pas d'autre conclusion.
Prenant sur moi toutes ses paroles qui me sortaient par les trous de nez, fini par lui répondre tout en sourire :

- Mon nom n'est pas un secret.. Je comptais le prononcer avant que vous nous coupiez la parole précédemment. Je n'y peux pas grand chose si vous ne me laissez pas la possibilité de parler, il faudrait peut-être penser à vous poser un peu par moment... Et boire un peu de thé. Cela calmerait un peu vos nerfs trop tendus à mon goût.

Je m’apprêtais à lui dire autre chose, lorsque Ken racla sa gorge, je compris que ce geste était inhabituel.. Puisque cela sonnait faux. Du coup, je tournais ma tête dans sa direction, arrêtant ainsi les gamineries avec l'autre folle. Ainsi, je faisais attention aux alentours en comprenant la situation.. Moi-même j'avais entendu du bruit, mais j'avais cru à un simple bruit causé par les éléments de la nature.. Mais peut-être avais-je eu tord de conclure cela, de toute manière, valait mieux être davantage sur nos gardes, cela ne nous ferait pas de mal.. Et ça empêcherait Chihaya de parler à tout va et constamment.
Ken s'était séparé de notre trio le temps de quelques instants puis, tout naturellement, il revenait vers nous avec pour premiers mots d'envoyer la folle au tapis! Je lui aurais bien hurler un "ALLEZ BIIIM", mais bon... Pas trop mon genre de me montrer aussi familière avec une inconnue complètement timbrée.

Ensuite, le minshujin enchaîna ses paroles l'air de rien, comme si cela avait un lien avec notre discussion actuelle, mais Ken dévoila alors ses pensées en nous annonçant croire que nous étions suivis. Ah bon? Par qui? Pour quoi? Depuis quand? Par combien de personnes? En bref, plusieurs questions dont il n'aurai aucune réponse certainement.. Puisque l'élu s'était seulement séparé. Il n'avait rien fait de spécial pour en savoir plus sur nos poursuivant. J'aurai bien dit que je lui faisais confiance,t out comme il l'avait dit à Chihaya me concernant.. Sauf que tel n'était pas le cas. La confiance, ça se méritait.
Reprenant alors notre route, tous nos sens en alerte, la folle dingue reprenait tout de même la parole... A croire que même en situation dangereuse, sa langue ne pouvait pas rester dans sa bouche. Bah non, il y a toujours des choses à dire après tout.. Comme parler de la pluie et du beau temps, voyons! M'enfin bon, elle s'excusait de son comportement tout en expliquant les raisons de son agacement trop facile "Son rêve s'est réalisé"... Mais WOUAW... Trop méga super hyper trop cool, yeeaaaah.. Mais... Genre? Depuis quand c'était une raison pour péter des câbles comme ça? Du jamais vu, fallait vraiment avoir des neurones en moins pour croire en un tel charabia.
Puis finalement, nous arrivâmes devant un long et peu large qui servait d'intermédiaire entre deux parcelles de terres. Observant le trou qu'il y avait en dessous.. Je me voyais très mal traverser le pont tout en sachant que des personnes nous suivaient.. S'il s'avérait qu'elles étaient néfastes.. Il y avait de grandes chances pour qu'on nous attaque lors de notre traversée...

- Je propose.. Que l'on passe un par un. L'un des deux élus, donc Ken ou moi ouvre la marche, ensuite Chihaya passe en seconde et le dernier à ne pas être passé y va à son tour.. Comme ça, on évite de prendre de trop gros risques.. Qu'est-ce que vous en pensez?


Revenir en haut Aller en bas
Messages : 409
Yens : 3135
Date d'inscription : 05/10/2014

Progression
Niveau: 37
Nombre de topic terminé: 15
Exp:
3/6  (3/6)
avatar
Kaneki Ken ¤ Inconnu ¤

-



MessageSujet: Re: La divine comédie de la Matriarche   Dim 23 Avr - 15:04

La Divine Comédie de la Matriarche
Je ne me sentais définitivement pas à l'aise au milieu de ces falaises qui nous entouraient. Il y avait bien trop d'endroits susceptibles de cacher de potentiels agresseurs. Avec une personne aussi importante que Chihaya à nos côtés, nous ne pouvions que nous méfier, même si on finissait par devenir parano. Dans tous les cas, j'observais mes deux partenaires, tentant de noter à quel point la situation entre ces deux-là était tendue. Je remarquais bien que l'élue aux cheveux de neige n'était pas réellement de celles qui sympathisaient avec facilité, mais avec ce qu'il s'était passé... Poussant un bref soupir, je préférais mettre ce sujet sur le côté, tandis que notre équipe arrivait face à un pont.

Le plan de la jeune femme me parut plutôt cohérent. De nous trois, il était plus probable que ce soit les élus qui puissent agir le plus efficacement en cas de problème. Mais avant de traverser, il fallait tout d'abord s'assurer de la sûreté du passage. Attrapant un caillou trainant par là, je le jetais alors sur le pont de bois, vérifiant qu'aucun piège ne s'active. Une fois rassuré, je hochais la tête vers mes compagnons avant de me proposer pour passer en premier.
- Je vais passer en premier, histoire de pouvoir m'assurer que chacune de vous arrive à traverser sans danger. Jeune chevalière, je compte sur toi pour assurer nos arrières.
Ponctuant ma phrase d'un sourire chaleureux, je commençais alors à traverser le pont assez lentement, tout en m'accrocant à la corde servant de rambarde, jetant un œil par-dessus afin de constater de la hauteur. Si on tombait de là, il n'était même pas sûr de retrouver des miettes de nos corps. Finalement, je parvins à traverser sans trop de soucis, et pus donner le signal à Chihaya pour que celle-ci traverse à son tour. Elle aussi, prenait bien son temps pour avancer, mais alors qu'elle posa un pied sur une des planches, celle-ci se brisa et la Gardienne trébucha, faisant tanguer le pont de manière inquiétante. Finalement, elle pu se stabiliser et arriva de mon côté toute tremblante, s'effondrant au sol tout en poussant un vrai soupir de soulagement.

Un nouveau sourire lancé vers elle pour la rassurer, je laissais à présent la chevalière passer. Pensant qu'elle saurait s'en sortir, je me tournais alors vers la suite du chemin, remarquant que ce dernier allait nous mener droit vers les montagnes des Canyons. Soudainement, mon regard fut attirer par une ombre en haut d'une colline qui décocha alors une flèche vers ma partenaire élue. Ni une ni deux, j'activais brièvement mon Kakugan et interceptait la flèche en plein vol avant de la briser en deux, avant de faire disparaître mon Kakugan assez rapidement pour m'assurer que personne n'avait pu le voir. Observant alors ma main, je remarquais que celle-ci était ensanglanté à cause de la pointe probablement. Je n'étais donc toujours pas assez fort pour intercepter une simple flèche ? Au moins, la chevalière avait échapper au pire, même si une intuition me disait que même sans mon intervention, elle s'en serait sortit.
- Monsieur Ken ! Vous n'avez rien ? D'où venait cette flèche ?
Levant alors les yeux vers la colline de tout à l'heure, je notais que l'ombre avait disparue. Ils comptaient donc nous affaiblir petit à petit ? Quelle minable stratégie.... Mais assez rusé pour que je les applaudisse. Me tournant ensuite vers Chihaya, je m'assurais qu'elle n'avait rien non plus.
- Ne t'en fais pas, je vais bien. Cependant, il est évident maintenant que nous n'atteindrons pas notre objectif indemne.
Attendant alors que l'élue finisse par nous rejoindre, je m'accordais un temps pour me faire un bandage improvisé autour de ma main en sang. Était-ce réellement une bonne idée de continuer d'avancer sans réel plan de secours ? Si nous nous faisions encerclés, à seulement trois, il n'était pas dit que nous pouvions repartir. Après nous être réunis, nous nous mirent de nouveau en marche, mais pour un court instant. La flèche de tout à l'heure n'était qu'un avertissement, un signal pour nous dire de rebrousser en chemin. En effet, alors que nous n'avions effectuer que quelques mètres...

... Voilà qu'une dizaine de combattants nous firent face, jaillissant de tous les coins, et nous pointant de leur armes aiguisés, prêt à nous faire disparaître définitivement.
(c) par elfyqchan pour Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: La divine comédie de la Matriarche   Dim 23 Avr - 19:56



La divine comédie de la Matriarche
feat.Kaneki Ken

   Le plan que j’avais énoncé semblait convenir au groupe, mais avant de continuer notre avancée, le minshujin décida de vérifier que la voie était libre. Du coup, il prit une pierre et l’envoya rencontrer le pont. Il fallait croire que cette seule et unique pierre qui avait atterrit dans une seule partie du pont, avait suffit à le convaincre que la voie était libre. Après avoir eu sa certitude, il prit la décision de partir le premier en confier les arrières à mes soins.
J’avais confiance en mes capacités, malgré le fait que je n’ai guère pu récupérer mes capacités. J’avais foi en mes compétences actuelles pour protéger les deux autres… Même si je ne pouvais absolument pas supporter cette fameuse Chihaya, elle ne méritait pas de mourir sans avoir été un temps soit peu protégée.

Bref, Ken passa sans encombre, ce qui ne fut pas le cas de la native. Criant avec exagération, toujours de mon point de vue, mon regard se porta à sa jambe coincée. Bizarrement, cette femme réussit à se relever sans trop trop de difficulté et continua de traverser pour rejoindre Ken toute tremblotante. Je devais certainement être trop sur la défensive… Je n’arrivais vraiment pas à me voir son visage, me semblant très certaine trop gnangnan et du coup être le boulet de service dont on pouvait très bien se passer.
C’était finalement à mon tour de passer sur ce fichu pont qui semblait être l’épreuve de la journée. Le temps d’avancer jusqu’à l’endroit où avait failli tomber Chihaya, mes oreilles commencèrent à siffler pendant quelques secondes. Ce sifflement ne présageait rien de bon, mon regard s’était donc levé du pont pour regarder dans les parages, mais je n’y découvrais rien… Et le bruit strident avait fini par disparaître. Mes yeux cherchèrent alors du regard les deux autres personnes que j’étais censée rejoindre et je vis Ken rejoindre tranquillement la native avec quelque chose de différent…

Le temps de traverser, j’avais médité sur ce qu’il venait de se passer… Et ce sentiment d’avoir raté quelque chose était de plus en plus pressant. Ken était différent et ce son que j’avais entendu et qui semblait se diriger vers moi… Bref, il manquait quelque chose, mais cette disparition auditive et ce changement chez le minshujin, il devait bien y avoir un lien. Le fait que Ken n’en dise rien, c’était là, la seule chose de louche dans l’histoire… Pouvais-je réellement lui faire confiance s’il osait taire certaines informations ? Certainement pas… Mais s’il désirait vraiment taire l’affaire, alors j’allais le laisser faire. J’aurai mes réponses tôt ou tard de toute manière, j’en étais persuadée. Raison pour laquelle, je ne demandais strictement rien à Ken et ainsi nous pouvions poursuivre notre route tous les trois.

Mais à peine avions nous commencé à marcher qu’une multitude de personne avaient fini par nous encercler, armes en mains… Nous étions menacés. Leur visage à tous était particulièrement imprégné d’une expression marquante…. Très marquante : la haine. Mais plus que ça encore…. Cette expression cachait quelque chose d’encore plus profond qu’il était difficile de cerner au vu de la situation actuelle, ce sentiment qu’ils dissimulaient tous derrière leurs armes pour nous faire reculer à tout prix.



Revenir en haut Aller en bas
Messages : 409
Yens : 3135
Date d'inscription : 05/10/2014

Progression
Niveau: 37
Nombre de topic terminé: 15
Exp:
3/6  (3/6)
avatar
Kaneki Ken ¤ Inconnu ¤

-



MessageSujet: Re: La divine comédie de la Matriarche   Mer 26 Avr - 22:48

La Divine Comédie de la Matriarche
La blessure que j'avais reçu à la main n'était pas si importante que cela en fin de compte. Enfin, du point de vue de mon état de goule. Je n'avais fais un bandage que dans le but de tromper Chihaya, mais en réalité je savais déjà que ma blessure s'était refermée d'elle-même. Les capacités de régénérations que me procuraient ce nouveau corps étaient stupéfiantes, j'aimerai beaucoup étudier mon corps à l'occasion. La chevalière qui m'accompagnait pour cette quête improvisée semblait poser des regards suspicieux à mon encontre. Souriant intérieurement, je me disais qu'elle était définitivement une personne loin d'être naïve. Je me disais qu'elle aussi, avait dû avoir une vie mouvementée. En attendant, la situation dans laquelle nous nous trouvions était loin d'être aisée, et tenter de se la jouer diplomate n'était probablement pas une option.
- Serait-il possible de savoir ce que vous nous voul-
- NE JOUEZ PAS AUX INNOCENTS !! Nous ne vous laisserons pas faire un pas de plus !
Un éclat de voix masculin venait de jaillir de la troupe de guerriers qui nous encerclait. Un homme avança prudemment vers nous, nous menaçant de sa lance. Après nous avoir menacés, il lança un étrange regard à Chihaya qui le fixait aussi avec des yeux pleins de haine. Ils semblaient se connaître, peut-être était-ce les bandits qui voulaient nuire au peuple de Chihaya ? Préférant ne pas bouger, je tournais simplement la tête vers notre protégée afin de l'interroger.
- Oui, ce sont les bandits qui veulent se servir de notre Matriarche à leur propres fins...
Visiblement, ces mots ne semblèrent pas plaire à nos interlocuteurs, et l'un d'eux décocha tout simplement une flèche en direction de la jeune fille. D'un geste, je poussais Chihaya sur le côté, la déviant de la trajectoire du projectile. Se rendant compte de ce qui se passait, la jeune Gardienne alla se réfugier derrière, quelques pas derrière la chevalière et moi-même. Ils étaient armés, et le moindre geste leur suffirait pour nous attaquer. Sans quitter mes ennemis des yeux, je lançais à haute voix.
- Eh bien, jeune élue... Me ferez-vous l'honneur de me montrer un aperçu de vos capacités ?
A l'entente du mot "élue", les guerriers semblèrent alors étonné, et échangèrent quelques regards entre eux... Exactement ce que je souhaitais. Notre position au sein de ce monde était également une chose bien pratique parfois. Sans attendre, je fonçais vers le guerrier qui m'avait interrompu plus tôt, et lui porta un vif coup de poing au niveau de l'abdomen, le pliant en en deux. Sans attendre, je lui portais un coup du côté de ma main sur sa nuque, le mettant alors à terre. Désormais, plus aucune stratégie ne pourrait nous sauver, il était temps de faire confiance à nos simples poings. Les bandits commencèrent alors à nous attaquer armés de leurs lances. L'avantage de ces armes étaient qu'avec leur portée, il était plus aisé de se prémunir d'une éventuelle riposte.... Encore fallait-il savoir s'en servir. Esquivant un coup lancé à mon encontre, j'agrippais fermement la lance avant de la tirer vers moi, entraînant son porteur dans la lancé, avant de l'accueillir d'un violent coup de boule qui le sonna directement.

Alors que je m'occupais de tous les combattants qui m'attaquait, je préférais ne pas me déconcentrer, plaçant toute ma confiance vers la chevalière aux cheveux de neiges. J'avais l'intime intuition que de toutes les personnes présentes actuellement ici...

... C'était elle, la plus dangereuse.
(c) par elfyqchan pour Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: La divine comédie de la Matriarche   Lun 1 Mai - 19:33



La divine comédie de la Matriarche
feat.Kaneki Ken

La logique des choses voulait qu’avant de croiser le fer, nous demandions la raison d’un tel attroupement. Le minshujin prit donc l’initiative de demander ce qu’ils voulaient.. Mais la haine qui s’exprimait sur leur visage, s’exprimait aussi dans leurs actions. L’un d’entre eux ne prit pas le temps de répondre à Ken et le coupa même en nous hurlant dessus.
Leur objectif était clair : nous faire reculer. Pourquoi ? Bonne question, mais parler ainsi d’ « innocents », cela ne devait pas être anodin. Cet homme, qui avait élevé la voix parmi ce regroupement de personnes, s’avançai de quelques pas histoire de se démarquer des autres… Certainement celui qui donnait les ordres. D’ailleurs, il nous pointait avec le bout de sa lance et, malheureusement pour lui, je n’appréciais guère être ainsi menacée. Nous ne leur avions rien fait et ces terres ne leur appartenaient pas, ils n’avaient donc aucune raison de nous agresser de la sorte… Jusqu’à ce que son regard aille se planter dans celui de la fameuse Chihaya.

Cette dernière confirma alors que ces individus étaient les personnes qui voulaient contrôler le pouvoir de la fameuse Matriarche que nous recherchions jusqu’à maintenant. Sauf que dans tout cela, quelque chose clochait. Mais quoi ? Entre ce que Chihaya nous avait dit jusqu’à maintenant et la situation actuelle… Tout ne semblait pas clair et mes doutes en ce qui concernait Chihaya devenaient de plus en plus pressant, sans que je ne sache pourquoi. Je n’arrivais pas à me rappeler le détail qui m’obligeait à douter d’elle… Raison pour laquelle je ne pouvais absolument pas tourner ma lame contre elle, c’était mon principe. Tant qu’elle n’avait rien fait, je ne pouvais la menacer… A l’inverse de ces personnes qui, à peine avait-elle prononcé ses mots, attaquèrent. Une flèche visant Chihaya, je la vis mais Ken fut plus rapide et poussa la native qui évita alors la flèche de justesse.

La demoiselle alla se réfugier vers moi ce qui me fit grincer des dents.. Mais j’étais bien obligée de l’accepter et, pendant ce temps, je dégainais mon épée d’un regard froid. Ma main agrippant le manche de mon arme, je répondais à la question du minshujin alors que les « ennemis » semblaient moins confiants après avoir entendu le terme qui nous désignait :

- Ken, je ne serais pas devant vous, alors ne crevez pas.

Sur ces belles paroles, un sourire s’afficha sur mon visage et, alors que je m’attendais à voir nos adversaires foncer vers nous, c’était le minshujin qui entama les hostilités en allant s’en prendre au chef de la bande.
Il ne faisait clairement pas dans la demi-mesure, mais le souci… C’était les doutes qui m’animaient. Chihaya me semblait suspecte et la réaction qu’ils avaient eu après avoir eu connaissance de mon statut d’élu… Pour moi c’était clair, quelque chose clochait. Et ce qui me turlupinait le plus, c’était Ken, agissant comme si rien ne le troublait… Je fermais les yeux quelques secondes le temps de méditer sur la situation et si l’un de nos adversaires osaient poser un pied dans ma direction pendant ma méditation… Il ne ferait pas long feu.
Je ne pouvais clairement pas dire que j’avais confiance en Chihaya et je n’étais absolument pas certaine de ce que j’avançais en ce qui concernait les hommes qui nous faisaient face… Mais ce qui était sur…

- Mais qu’est-ce que vous attendez !? Allez, ils nous attaquent, il faut les éliminer !

D’un calme des plus déconcertants, j’ouvris les yeux et refermais ma poigne sur mon épée. Etait-ce la panique qui la faisait réagir ainsi ? Ou était-ce… Cet empressement de mettre fin à l’adversaire ? Elle n’était pas nette et je ne pouvais rien faire dans l’immédiat… Rien.
Alors, silencieusement, j’avançais d’un pas, d’un second pas… Et courais droit vers mes ennemis actuels. Alors que certains fonçaient droit sur moi, j’avais décidé de laisser mon épée dans son fourreau et leur laisser le bénéfice du doute. Après avoir prit de l’élan et dans une rotation, mon arme alla frapper le ventre, le dos, le sommet du crâne, voire même la nuque de chaque homme ou femme qui osait croiser le fer avec moi. Esquivant les premiers coups qui m’étaient destinés, certaines lances venaient effleurer ma peau ou vêtement à deux trois reprises. Fort heureusement pour moi, le port de mon armure m’empêcha d’être blessée grièvement ce qui m’incita à devenir davantage plus précise dans chacun de mes mouvements.



Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

-



MessageSujet: Re: La divine comédie de la Matriarche   

Revenir en haut Aller en bas
La divine comédie de la Matriarche
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Kurai Hoshi, La lame divine / Kurama, le roi rouge
» Glee [Comédie]
» Effondrement de l'école ''Grace Divine''Canapé Vert
» [Débat] Une comédie musicale ?
» Academy-divine

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Manga Multiverse ::  :: Empire de Seika :: Grands canyons-


Crédits : Design : Phoenix & Pingouin Règlements & Contexte : Phoenix
Forum optimisé pour Google Chrome.