Partagez | .
Sauvé par une amie de la nature, encore.
Invité Invité

-



MessageSujet: Sauvé par une amie de la nature, encore.   Mar 31 Mai - 16:47

La nuit était encore loin d'être finit lorsque le boxeur s'effondra au sol dans un dernier souffle. La forêt était toujours plongé dans le noir à cause de la terrible tempête qui venait recouvrir de sa masse obscur le ciel de Fuyu, les éclairs brisaient cette obscurité tandis que leur grondement résonnait dans toute la forêt. Des cordes de pluie gelées venaient s'écraser sur le sol de cette même forêt, laissant peu à peu la neige disparaître sous des litres d'eau. Cette tempête, Matsuo avait cru qu'elle annonçait la nuit la plus difficile qu'il n'ait à vivre, et ce fut le cas lorsqu'il affronta comme il put un colosse tout vêtu de noir, dont les lames lui avaient sectionné son bras droit un peu en dessous de l'épaule. Mais en réalité il annonçait quelques choses de bien pire, quelque chose que le géant lui avait annoncé alors qu'il délaissait la boucherie qu'il avait démarré sur ce pauvre Mat'. Alors que son propre corps avait été brisé de toute part, il n'était pas médecin et très loin de l'être, mais il savait et avait pu sentir certaines de ses côtes se brisaient sous la puissance du colosse, son nez l'était également et l'arrière de son crâne avait été sévèrement touché aussi.

Il avait réussit à blesser le géant, ce qui avait fait naître un sourire satisfait sur son visage, après quoi il s'effondra à plat ventre dans la neige qu'il ne ressentait même plus, entouré par une flaque de son propre sang donnant à la neige qui l'entourait une couleur rouge pourpre et une allure inquiétante. Ses yeux étaient maintenant clos, le laissant face au néant de sa propre existence et de ses derniers instants. Il n'avait jamais réellement pensé à sa mort, mais il n'aurait put espérer une meilleur mort que celle donné au combat, quand bien même celui ci était perdu d'avance, car c'est par cette pensée que pouvait se résumer sa vie : Se battre peut importe le danger. Ce qui lui avait permit de remporter des victoires que beaucoup parier comme perdu d'avance. Mais l'heure n'était plus à ce genre de pensée, elle n'était d'ailleurs plus à rien. Sa peau était extrêmement pâle, il n'avait pas perdu suffisamment de sang pour ne pas être guérit, mais il en avait perdu assez pour ne plus être capable du moindre geste, se retrouvant à sombrer dans l'inconscience. Mais sa peau commençait également à adopter une couleur bleu à l’extrémité de ses membres tant l'étreinte glacial de Fuyu venait lui lacérait le corps de son souffle gelée.

Revenir en haut Aller en bas
Messages : 2330
Yens : 1258
Date d'inscription : 07/08/2015

Progression
Niveau: 213
Nombre de topic terminé: 102
Exp:
15/24  (15/24)
avatar
Aki Nishiie ¦ Justicière ¦

-



MessageSujet: Re: Sauvé par une amie de la nature, encore.   Mar 31 Mai - 17:50




Sauvé par une amie de la nature, encore



feat.Matsuo





Après un long voyage à travers les territoires neutres, Aki s'arrêta un instant à la frontière de Fuyu. Devait elle y aller ? Il y avait des rumeurs, il y avait des racontars, une guerre qui aurait commencé, arrêtant la tension pour démarrer quelque chose de beaucoup plus grave, de beaucoup plus dangereux … Mais elle ne voulait pas y croire. Non, elle aurait préféré que ce soit faux, que ce soit une pure invention et que les tensions entre Seika et Fuyu puissent s'apaiser. Elle se renseignerait sur ces rumeurs une fois qu'elle serait rentrée à Seika. Pour l'instant, elle voulait visiter ce territoire. Depuis que Kamatari lui en avait parlé, elle avait été obsédée par l'idée de voir les terres couvertes de neiges, et Mune et Mizu ne s'étaient pas privés de lui rappeler, exhibant leur pelage blancs à son regard chaque fois qu'ils le pouvaient. Les fourbes ! Finalement, son envie était devenue trop fort et malgré les peurs, malgré tout ce qui aurait pus la retenir chez elle, comme le bon sens par exemple, elle était partie.

Elle était à présent presque convaincus qu'elle était assez puissante pour jouer à armes égales avec certains des élus de Fuyu. C'était une erreur, une erreur gravissime, mais cela elle ne s'en rendrait pas compte avant qu'il ne soit trop tard. Cela faisait trop longtemps qu'elle ne se battait que contre des gens de sa propre nation ou contre des nouveaux natifs, en plus, entre chaque combat, elle avait continué à progresser, gagnant en puissance un peu plus chaque jour. Et en ce jour, elle voulait aller à Fuyu, alors elle irait. Elle avait acheté des vêtements adaptés dans le dernier village des territoires neutres qu'elle avait enfilé un peu plus loin sur la route, alors que le froid commençait à se faire ressentir.

Elle enfila le pull beige fourrée de poils de martre, savourant la délicatesse de la fourrure de ses animaux sur sa peau, même si elle se sentait un peu coupable de porter quelque chose d'origine animale. Après tout, cela avait toujours été ainsi, elle avait tué des animaux pour manger, pour faire des outres, des outils, pourquoi ne pas les tuer pour s'habiller ? Ce n'était pas une décoration mais bien une protection dont elle avait réellement besoin pour survivre aux grands froids, elle qui s'était habituée à la chaleur sans fin de Seika. Elle rajouta à ce pull une cape courte qui lui couvrait juste les épaules et dont le capuchon, également fourré, vint se rabattre sur les cheveux qu'elle avait dû natter pour l'occasion. Sa grande tignasse était trop reconnaissable mais elle empêcherait également le capuchon de la protéger correctement. Rajoutant une paire de moufle et un hakama en laine ainsi qu'une paire de bottes fourrées à son accoutrement, elle s'apprêta à partir à l'aventure dans les contrées glacées qui avaient déjà commencé à répandre sa neige, juste avant la forêt de givre.

Se risquant sous les premiers arbres congelés par le froid, elle ne put que s'extasier devant ce que cette forêt avait de féérique. On aurait crus un véritable palais de glace et de verre, rayonnant sous le soleil timide qui perçait à travers les quelques nuages après qu'un gros orage ai balayé la région. La rouquine ne tarda pas à ressentir les effets du froid auxquels elle n'était plus habitué, et elle crut presque à une hallucination quand elle vit un homme allongé dans la neige, répandant du sang tout autour de lui en si grande quantité que de blanche immaculée, la poudreuse était devenue pourpre. Dès qu'elle réalise que ce n'était pas une hallucination dû au froid (et que d'ailleurs ce genre d'hallucination n'existaient pas), elle se précipita vers la forme ensanglantée et la reconnut immédiatement : c'était Matsuo, un élus de Seika qu'elle avait rencontré juste après l'attaque du temple du soleil, et sa peau était en train de prendre une dangereuse teinte bleutée ! Ce n'était rien comparé à l'état de son corps, en plus des multiples blessures qui le recouvraient, il lui manquait un bras ! Et de ce membre manquant s'échappait une flopée de sang, qui allait finir par le tuer.

Sans tarder la rouquine fouille dans son sac de guérisseuse, essayant de ne pas paniquer. Elle en sortit de la mélisse et de la passiflore qu'elle mit de côté. Elle ne perdit ensuite pas une seule seconde, et récupéra le plus de branches possibles, en hauteur afin de les trouver sèche, avant de faire démarrer un feu qu'elle plaça le plus proche possible de Matsuo pour le réchauffer. Elle y fit fondre de la neige dans son outre et dès que l'eau se mit à bouillir ajouta la mélisse et la passiflore afin d'en faire une infusion qu'elle fit boire au jeune homme. Ces deux plantes en grande quantité et correctement utilisée avait pour effet de ralentir le cœur et donc la circulation sanguine, elles empêcheraient le sang de couler à flot. Elle enveloppa ensuite le jeune homme dans une couverture qu'elle avait pris pour ses nuits dans le royaume de Fuyu. Une fois Matsuo plus en sécurité, elle commença à utiliser ses pouvoirs pour soigner les diverses plaies apparues sur le corps du jeune homme, espérant qu'il allait se réveiller et lui révéler comment tout cela était arrivé, mais réfléchissant également à la façon dont elle allait s'y prendre pour s'occuper de son bras.


Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Sauvé par une amie de la nature, encore.   Mar 31 Mai - 20:28

Ses sens revenaient peu à peu. Il sentait la désagréable sensation que son corps se mouvait, seul et sans son consentement. Il sentait sur son torse toujours dénudé la brise légère et chaude que lui apportait une vive lumière transperçant ses paupières. Soudain, il reprit son souffle redressant dans un geste synchroniser sa tête. Ses yeux s'ouvrirent et il fut ébloui par la lumière des nombreux spots autour de lui. Ses oreilles s'emplirent des nombreux cri de joie et acclamations qu'on lui scandait à travers cette foule massive.

Ses yeux s'acclimatèrent vite à la luminosité ambiante et il put voir autour de lui l'endroit qu'il connaissait le plus. L'arène du Mégasterrion et toute sa splendeur. Dans les gradin entourant ce ring de guerre permanente, il se trouvait plusieurs dizaine de millier de fan inconditionnel hurlant le nom des participants actuels. Mat' se trouvait du côté qu'il favorisait grandement, légèrement plus haut que le reste de l'arène, positionner droit debout, le torse bombé sur la pointe du semblant de montagne décoratif. Face à lui, de l'autre côté se trouvait Ikamura dit "l'Iron Crow" qui lui aussi était debout et prêt à l'affrontement.

Le boxeur n'était pas libre de ses mouvements, comme s'il était plongeait dans son propre corps, ne pouvant qu'observer la scène au travers de ses propres yeux qui, à ce moment précis n'était pas réellement les siens. Puis ce fut le déclic, son corps fonça en avant propulser par la puissance de ses jambes, il courait à toute vitesse à travers les divers éléments du décors. Fixant inlassablement son adversaire, qui lui était partie pour une envolé à travers les hauteurs de l'arène. Il connaissait cette ennemi et pas uniquement de nom, il savait de quoi il était capable, il y avait réfléchit, il avait prévu une stratégie lorsqu'ils étaient tout deux en train de se fixer à leur entrée. Ce combat n'allait pas être simple, mais il était gagnable s'il réussit à l'attraper dans les airs. Alors qu'il courait à toute vitesse à travers le champs de pilonne d'acier sur le flanc ouest de l'arène, il se mit à sauter de l'un à l'autre pour finalement arriver sur la pointe de l'un d'eux. Il se concentra un instant et sa technique "Speed dating" s'activa, recouvrant tout son corps d'une aura jaune qui laissait une traînée de la même couleur derrière chacun de ses mouvements. Grâce à cette technique, sa vitesse et sa force étaient devenu telle qu'il n'eut besoin d'effectuer qu'un seul bon pour réussir à sauter jusqu'à l'un des piliers extérieur. Il prit appuie sur celui ci pour se propulser tel un missile vers son adversaire qui envoya son déluge de plume d'acier aussi tranchante que des rasoirs. Plaçant ses deux mains devant son visage, le boxeur réussit à encaisser la majeure partie des plumes, tandis que de légères coupures commençaient à apparaître sur son corps. Mais à la fin il attrapa l'autre dans ses bras et le plongea avec lui vers le sol. Réussissant à le maintenir suffisamment fort pour qu'IronCrow ne touche le sol en premier, amortissant par la même occasion la chute de Mat'. Un bruit sec retentit au moment où ils touchèrent le sol, un énorme nuage de fumée s'éleva et les englobas, créant une séparation entre ce qu'ils pouvaient voir et ce que le public pouvait voir. Malgré le choc, Ikamura était encore conscient, il serrait les dents mais il était toujours éveillé. Il exécuta un geste gracieux et parfait pour s'extraire de l'emprise de Matsuo, et après s'être retrouvé à un mètre de lui il sourit et lança un regard vers le torse nu de son adversaire. Mat' pencha son regard vers sa poitrine et put alors découvrir l'objet qui lui apporta une défaite dont il avait encore du mal à se remettre. Une sorte de corbeau métallique mesurant une dizaine de centimètre était collé sur son torse, ses deux yeux clignotaient d'une lueur rouge.
Se souvenir lui revint, à lui qui n'était que spectateur des actions qui se déroulaient. Il reconnaissait ce combat, il comprit qu'il repensait au passé, dans le Mégasterrion et non qu'il était dans un vrai affrontement. Mais il se souvint aussi de la terrible expérience qui suivit la vision de cette objet métallique. Le corbeau de métal explosa.

Il reprit son souffle d'un seul coup, ouvrant à nouveau les yeux et bougeant maladroitement sa main restante pour s'accrocher à ce qu'il pouvait, sans succès. Durant deux petites secondes il réussit à voir autour de lui les rayons du soleil venir se poser sur la pleine, et un grand feu à côté de lui. Après quoi, ses yeux se refermèrent et son corps retomba au sol, sombrant à nouveau dans l'inconscience.

Plusieurs heures s'écoulèrent avant qu'il ne réussisse réellement à revenir à lui. Sa bouche était sèche et pâteuse, alors que sa gorge le brûlait. Il ouvrit les yeux sans ne rien réellement voir, tant sa vue était trouble et flou. A l'aide de son coude, il se redressa maladroitement pour décoller son dos du sol. Il essaya de bouger ses pieds mais ne les sentait plus vraiment. Peu à peu il réussit à voir ce qui l'entourait. Il était toujours dans la forêt gelée, mais plus de trace d'un quelconque colosse ou même de la tempête. Il régnait une douce chaleur provenant du feu qui se trouvait à côté de lui, et à côté de ce même feu se trouvait une personne, vêtu d'une gros manteau, qui était tourné vers les flammes du camp qu'elle devait avoir mit en place. Il n'arrivait pas à reconnaître cette personne, il n'avait jamais vu de tels habits mais ce n'était pas important. Qui que ce soit, elle devait être responsable de son retour dans le monde des vivants.

Mat' ouvrit lentement la bouche et essaya de parler, sans qu'aucun son n'en sorte. Il se racla la gorge comme il pouvait, un désagréable goût de sang séché s'y trouvait, et il réussit à émettre un faible son qui ne ressemblait à aucun mot. Mais suffisant pour que la personne ne l'entende. N'arrivant visiblement pas à parler, il continua de regarder autour de lui et repensa à son bras manquant en le voyant, la où il avait été tranché vif plus aucun sang ne s'écoulait, mais un épais bandage refermait cette plaie. En voyant cela, il se sentait honteux et faible d'avoir perdu son bras, d'avoir perdu aussi ridiculement face à cette adversaire et surtout de n'avoir rien réussit à faire contre lui. Il essaya de se redresser un peu plus, réussissant finalement à se remettre sur les fesses, bien qu'une simple action comme celle ci ne l'épuisait énormément.
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 2330
Yens : 1258
Date d'inscription : 07/08/2015

Progression
Niveau: 213
Nombre de topic terminé: 102
Exp:
15/24  (15/24)
avatar
Aki Nishiie ¦ Justicière ¦

-



MessageSujet: Re: Sauvé par une amie de la nature, encore.   Mar 31 Mai - 22:49




Sauvé par une amie de la nature, encore



feat.Matsuo



Le temps passait avec une lenteur toute nouvelle dans cet univers blanc et poudreux. Mizu et Mune restait assis, les yeux fixés sur le feu, le poil brunâtre du louveteau sonnant comme une éternelle remontrance aux yeux de la rouquine, un rappel des erreurs qu'elle avait faites, encore récemment. Un jour ce poil rêche repousserait, laissant de nouveau place à la fourrure tendre et douce  du petit animal. Un jour sa vue ne serait plus un déchirement pour la rouquine. Un jour ses erreurs en tant qu'être humaine et en tant que Druidesse seraient expiés. Les larmes lui venaient encore aux yeux en souvenir de cette terrible journée qu'elle avait provoquée elle même, au souvenir des erreurs qu'elle avait commise, au souvenir de son idiotie. Elle s'en voudrait sûrement pendant encore des années, pourtant, ni le loup ni la renarde ne lui en avait voulus une seconde.

Le manque de ses tatouages commençait à se faire ressentir. Ses émotions la submergeaient de plus en plus souvent, menaçant de déchaîner le feu sur des innocents. Et que dire alors, des jours où elle aurait retrouvés tout ses pouvoirs ? Des jours où la nature lui obéirait au doigt et à l'oeil ? Que se passerait il ? Comment pouvait elle faire ? Ce n'était pas pour rien que la tradition des tatouages se perpétuait depuis des générations de Druide, ce n'était pas pour rien que leur philosophie du calme et de l'abnégation était la première chose que l'on apprenait à un apprenti. Tout cela avait un sens. Ils ne devaient pas perturber l'équilibre de la nature, ils ne devaient pas prendre le contrôle de Gaea.

Elle soupira un instant avant de se mettre en quête du prochain ingrédient de son soin. Avec un peu de chance, le bras du jeune homme n'était pas loin, et il lui suffirait alors de greffer le membre au moignon qui restait au jeune homme. En attendant, elle ne pouvait pas permettre que la plaie se cicatrise, mais il ne fallait pas pour autant qu'elle s'infecte ! Elle demande aux deux animaux de veiller sur le blessé pendant qu'elle retournait la neige sur un grand périmètre jusqu'à trouver l'objet de sa convoitise. Enfin, une terre verte et sèche sous la neige attira son attention.

Se servant d'une flèche elle en détacha un bloc conséquent, creusant avec application pendant une bonne demi heure. Enfin, se munissant de ce bloc encore un peu trop léger à son goût, elle retourna au simulacre de camp où elle s'évertua à le broyer sur un tissus étendus au sol. Avec une grosse pierre, elle frappa chaque petit bloc qui se séparait à chaque fois, jusqu'à obtenir une poudre très fine qu'elle mélangea à de l'eau qu'elle venait de faire bouillir de nouveau pour la désinfecter. Elle prit la pâte ainsi créé dans ses mains et l'appliqua sur la plaie à vif du jeune homme, l'étalant sur tout le moignon sanglant. L'argile alla se loger dans les interstices, absorbant ainsi le pus et les impuretés répandues dans la blessure et l'empêchant de se refermer. Elle utilisa ensuite le tissus où elle avait réduit l'argile en poudre et où elle avait fabriqué la poudre pour faire un bandage protecteur et guérisseur.

Elle reprit ensuite un stock de neige et recommença à la faire chauffer après avoir alimenté le feu une fois de plus. Les flammes léchaient l'outre bien heureusement protégée du feu par le cuir dans laquelle elle avait été fabriquée. Se soufflant sur les mains dont elle avait enlevé les gants pour se livrer à ces manipulations précises, elle les maintenait à une distance respectable du brasier, essayant de trouver le juste milieu entre une brûlure au troisième degré et un froid glacial. Finalement, alors qu'elle allait abandonner et remettre ses espèces de moufles, elle entendit un grognement derrière elle. Il s'était réveillé !

Saisissant l'outre pleine d'eau elle aida Matsuo à s'appuyer contre un tronc d'arbre et lui tendit le petit réservoir d'eau qu'elle plongea auparavant dans la neige pour la refroidir un peu et ne pas lui donner de l'eau bouillante. Alors que le jeune homme s'abreuvait, elle lui adressa un sourire, espérant qu'il l'avait reconnus malgré son emmitouflement particulier.

Alors Matsuo ! Tu te met toujours dans des situations pas possibles toi !

Elle se laissa aller à un petit rire, essayant de détendre l'atmosphère, même si, après avoir perdus un bras, le garçon ne devait pas avoir spécialement envie de se marrer.


Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Sauvé par une amie de la nature, encore.   Mer 1 Juin - 6:16

La personne emmitouflé dans une épaisse tenue se retourner assez rapidement après que Mat' n'ai essayé de parler, celle ci l'aida en le saisissant par l'aisselle restante à s'adosser au tronc d'un arbre qui avait été légèrement réchauffé par le feu, cette sensation lui fit un grand bien. Ses yeux étaient encore un peu dans le flou, encrasser et se fermant encore tout seul, il ne réussit pas immédiatement à reconnaître cette personne, une chose était sur elle ne semblait pas lui vouloir de mal. Elle saisit ensuite une gourde qu'elle lui tendit, Matsuo y colla ses lèvres d'un geste imprécis, repoussant un peu cette gourde tant il ne sentait pas totalement ses mouvements. Et après avoir réussit à contracter les muscles de son coups et grâce à l'aide de l'inconnu, il réussit à boire une lampée d'eau, puis une seconde et plusieurs autres. Fermant les yeux pour savoure cette eau fraîche qui lui soulagea grandement la gorge et le revigora. Lorsqu'il rouvrit les yeux, sa vision était plus clair, plus précise et il reconnut le visage amical et souriant d'Aki, la druidesse qui l'avait déjà sauvé une fois, lorsqu'il avait mangé des champignons qu'il n'aurait certainement pas du avaler. Elle se trouvait de nouveau face à lui, l'aidant à boire à sa gourde dans l'exacte même position que la dernière fois, à l'exception prêt que tout ses membres étaient encore collé à lui, la dernière fois. Et qu'elle ne fut pas sa joie de voir cette belle demoiselle venir de nouveau le sauver in extremis d'une mort probable.

Pour amorcer la discussion elle lança une phrase qui fit sourire malgré lui l'homme au sol. Elle avait raison, ils ne s'étaient croisé que deux fois, et les deux fois étaient précisément des moments où il était en terrible position de faiblesse. Il espérât qu'un jour il puisse lui montrer ce qu'il peut être réellement, un grand et fier combattant et pas un minable rigolo qui joue avec sa vie comme si rien n'était. Son visage démontrait deux choses totalement différentes, à la fois le bonheur et la joie de la revoir et d'être toujours vivant, mais aussi la douleur qui continuait à parcourir son corps toujours endolorit malgré les baumes et les soins de la druidesse.

Essayant de lui répondre, il ouvrit à nouveau sa bouche, articulant d'autant que sa mâchoire ne lui permettait et se lança, mais le peu de son qui sortait de sa bouche était tellement déformé que cela ne rima à rien. Il essaya de se gratter la gorge comme il le pouvait, chacun de ses raclements était entrecoupé d'une dizaine de seconde pour lui permettre de continuer à puiser l'énergie nécessaire. Quel moment ridicule ne vivait il pas. Et finalement, après un énième essaie, il réussit enfin à prononcer des mots compréhensible, sa voix était faible et cassée.


" - Je ... crois bien qu ... que ce monde m'en veux ... si t ..."


La fin de sa phrase se perdit au fond de sa gorge, tandis qu'il releva avec peine sa main gauche en direction de la gourde. Lorsqu'Aki l'aida à apporter de nouveau la gourde à ses lèvres il rebut deux bonnes gorgées. Il la laissa replacer la gourde dans la neige alors qu'il se remit à regarder la druidesse. Durant quelques instants son regard se perdit dans la chevelure rousse de la jeune femme, admirant leur ondule-ment délicat au grès du vent. Puis, finalement il réussit à en décrocher son regard, un sourire bancale mais sincère naquit sur son visage, il inspira une nouvelle fois avec difficulté avant d'ajouter toujours d'une faible voix.

" - Je suis le ... roi des i ... idiots ! Mais heureu ... heureusement j'ai un ange gardien pour veiller sur moi."

Il reprit son souffle et ajouta sans laisser le temps à la demoiselle de parler.

" - Semblerait il."

Il aurait aimé la remercier plus, l’enlacer dans ses bras pour lui faire don de l'un de ses fantastiques câlins qu'il ne gardait en général que pour ses plus grandes fans, mais sans compter le fait qu'il n'avait plus qu'un bras, il n'était pas en état pour serrer qui que ce soit contre lui. Il n'était même pas en état de se relever, il se sentait mieux grâce au différents remèdes de la druidesse, comme la fois précédente, mais il était encore trop faible pour faire quoi que ce soit. Alors il ne fit que sourire, espérant qu'elle le comprendrait comme tel, et dès qu'il serait guérit il ferait en sorte de lui être redevable de ses deux sauvetages. Quitte à travailler pour elle, dans la recherche de ses plantes ou même dans ses recherches sur les différents monde et les élus de Kosaten. Pour l'heure, il savait très bien pour déjà avoir été dans cette mauvaise posture, qu'il ne devait rien faire d'éprouvant en attendant que ses os et son corps ne se remette de leurs blessures. Reprenant de nouveau sa respiration d'autant qu'il le put et finit par dire d'une voix, cette fois si moins cassé mais toujours assez faible.

" - Merci de m'avoir retrouvé et sauvé.
J'étais sur qu'on allait se revoir, mais pas ainsi. Qu'est ce qui t'as guidé jusqu'ici ?"
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 2330
Yens : 1258
Date d'inscription : 07/08/2015

Progression
Niveau: 213
Nombre de topic terminé: 102
Exp:
15/24  (15/24)
avatar
Aki Nishiie ¦ Justicière ¦

-



MessageSujet: Re: Sauvé par une amie de la nature, encore.   Mer 1 Juin - 11:52




Sauvé par une amie de la nature, encore



feat.Matsuo





Elle ressentait un réel soulagement à le voir encore si complètement vivant. Il respirait, avait même souris à son semblant de blague, et malgré son bras manquant, il était toujours là. Kosaten. Quel monde affreux que Kosaten. Quel monde cruel que Kosaten. Un monde qu'elle changerait. Alors qu'il tentait pour la première fois de s'exprimer, ce ne furent que des mots faibles et désarticulés qui émergèrent de sa gorge, râpé comme la voix d'un ancien, trébuchant comme un bébé qui apprends à marcher. En effet, il fallait croire que le monde lui en voulait. Mais ce monde en voulait à tout le monde. Étonnamment Aki était passée à côté de bien des souffrances. Elle n'avait pas souvent frôlé la mort, elle n'avait pas souvent été seule, elle n'avait que peu perdus d'amis, et elle avait heureusement pus aider les gens qui lui étaient cher la majorité du temps, comme lorsque Kachou s'était faites agresser par Zayro Jinn. Ce Zayro Jinn. Serrant de nouveau les dents, Aki essaya de penser à autre chose alors qu'elle aidait Matsuo à se désaltérer une nouvelle fois.

Il reprit ensuite la parole, la définissant comme son ange gardien, ce qui provoqua un grand sourire à la rouquine. Un ange gardien ? C'était plutôt une bonne nouvelle si quelqu'un la voyait de cette manière, cela voulait dire que d'une manière ou d'une autre, elle remplissait sa mission. Elle aurait voulus l'être plus encore, elle aurait voulus pouvoir empêcher les gens qu'elle appréciait de se mettre dans de telle situation. Si elle avait vraiment été le réel ange gardien de Matsuo, il aurait encore son bras à l'heure actuelle. Elle n'était qu'une pauvre idiote qui tentait avec ses pauvres moyens de sauver la vie des gens qu'elle croisait. Et parfois c'était trop tard. Et parfois non. Et à chaque fois qu'elle arrivait dans les temps, elle n'était qu'une pauvre idiote persuadée d'avoir fait quelque chose de bien de sa vie, alors qu'au final … elle n'était qu'une pauvre idiote.

Elle rendit cependant le sourire que Matsuo lui adressait, et son regard qui voulait dire qu'il lui revaudrait cela. Elle eut envie de lui dire que c'était normal, qu'il ne lui devait rien, que c'était dans sa nature de sauver les gens, qu'elle l'aurait fait même pour un ennemi tombé à terre. Mais il était souvent des gens dont la fierté reposait sur le fait de n'avoir aucune dette, et puis ce n'était pas le moment de débattre avec lui, il était blessé, faible, si elle s'opposait à lui, il risquait de gaspiller encore plus ses forces, et il fallait qu'il en garde le plus possible, surtout si elle ne retrouvait pas son bras. Elle n'était absolument pas en capacité de le faire repousser, et si la blessure cicatrisait, elle doutait que personne d'autre en soit capable, il faudrait alors qu'il accepte qu'il n'aurait plus jamais de bras. Il finit par demander à Aki comment elle était arrivée ici, la Druidesse lui livra alors la réponse la plus banale qui existait en ce monde.

Je suis tombée sur toi par un pur hasard … J'ai toujours voulus visiter Fuyu, malgré le danger que cela représentait. Et lorsque je suis arrivée dans la forêt de givre, j'ai trouvé un homme dans la neige rouge, alors je t'ai aidé, voilà tout ! L'histoire n'est pas bien complexe, en revanche, lorsque tu iras mieux, c'est toi qui auras des histoires à me raconter !

Elle laissa une pause de quelques instants, regardant autour d'elle. Il avait neigé très récemment, sans doute juste avant qu'elle ne trouve Matsuo, tout les environs étaient recouverts d'une couche fine et qui commençait à geler, si elle voulait retrouver le bras du jeune homme c'était maintenant ! Elle ne voulait pas le brusquer mais elle devait bien le faire si elle voulait pouvoir l'aider. Elle se rapprocha un peu plus pour que le boxeur n'est pas à faire d'efforts pour l'entendre ni pour lui répondre.

Matsuo … Ne saurais tu pas par hasard où est ton bras ? C'est un peu bizarre de te le demander comme ça, mais je serais peut être capable de te le remettre en place si je le retrouves! Je ne te promets rien, et si j'y arrive il ne sera pas utilisable tout de suite et ce sera sans doute très douloureux, mais … mais tu ne serais plus manchot. C'est à toi de décider et de me dire où il est si tu veux que je le fasse.

Elle ne put s'empêcher de grimacer à l'idée de la douleur qu'elle allait très certainement lui infliger. Raccorder tout les muscles entre eux, tout les nerfs, tout les fragments de peau, ce serait des heures de souffrance pure.


Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Sauvé par une amie de la nature, encore.   Mer 1 Juin - 13:39

Il n'eut pas besoin d'attendre longtemps pour recevoir une réponse de la demoiselle, celle ci lui indiqua simplement son envie de voyager à travers les territoires enneigé de Fuyu. Il n'avait que vaguement entendu parler de l'endroit avant d'y avoir mit les pieds, principalement comme le territoire des élus les plus dangereux et mauvais de Kosaten, un territoire gelée où il ne faisait pas bon vivre. Elle devait sans doute avoir entendu d'autres définitions de ce lieu, car pour lui tout ce qu'on lui avait dit était advenu. De plus, quel idée de venir découvrir un territoire au paysage uniquement blanchie à cause du froid permanent. Mais après tout, chacun avait ses propres objectifs et envies, alors soit. Finalement, c'était un vrai hasard qu'elle passait par ici au moment où il en avait besoin, cependant le hasard était une chose à laquelle il ne croyait pas vraiment, si les choses arrivaient c'était souvent pour de bonne raison. Elle lui signifia également que, si elle répondait dans le plus grand des calmes à ses questions, lui aussi devrait répondre à certaines des questions de la demoiselle lorsqu'il se porterait mieux. Sans doute le pourquoi du comment il s'était retrouver dans une telle impasse. Ce serait sans doute délicat à rencontrer, il n'était pas réellement sur de ce qu'il avait affronté, sa mémoire était assez flou par rapport au combat, à la forme de son adversaire. Son état avait été si déplorable que ses sens et sa mémoire s'en était retrouvé affecté. Il entreprit de lui répondre d'une voix un peu plus forte mais toujours relativement faiblarde.

" - On verra ça."

Elle laissa planer cette phrase dans les airs l'espace d'un instant, durant lequel elle sembla chercher du regard quelque chose. Avec une légère difficulté, Mat' en fit de même, tournant sa tête à gauche puis à droite à la recherche de se qu'elle pouvait vouloir trouver. Il aperçut à ce moment, enrouler en boule, la renarde de la druidesse ainsi qu'un autre animal au pelage brun, tout deux juste à côté du feu. Eux aussi avaient l'air de vouloir se réchauffer de ce froid glaciale. Puis finalement, elle se retourna en direction du boxeur et lui posa une étrange question qu'il n'aurait sans doute jamais cru entendre. Savait il où était son bras ? Car si elle le retrouvait, elle semblait être capable de lui recoller comme si de rien n'était. Cette possibilité le plongea dans un terrible dilemme, préférait il faire comme avec ses poings métallique ? Gardait la trace physique de la blessure qui changea une partie importante de sa vie et lui permit de devenir ce qu'il avait finit par être ou ce le faire recoller comme si, effectivement rien ne s'était passé ?  Il était plus du genre à vouloir garder une trace physique et psychologique de ses affrontements, pour continuer à avancer en apprenant de ses erreurs, mais ne même temps un bras en moins allait être extrêmement handicapant et il était déjà assez faible comme ça pour le moment. De toute manière, lorsqu'elle lui recollerait, si elle y arrivait, il en garderait certainement des séquelles, peut être une coordination moins facile, ou des sensations affaiblies. Quelques choses qui lui rappellerait simplement cette étrange passage du début de son existence en Kosaten.

Dans le doute, avant d'avoir prit sa décision, il la mit de côté pour réfléchir à où son bras pouvait il être. Il réussit à se souvenir avoir été violemment projeter contre un arbre, et seulement une fois qu'il s'était retrouvé encastré dans cette arbre il eut l'incroyable douleur qu'était celle de perdre un bras et de sentir son sang jaillir de la plaie béante. Face à lui, à une cinquantaine de mètre il reconnut l'aire dans laquelle tout s'était déroulé, il n'y avait presque plus aucun arbre dans l'espace d'une dizaine de mètre de diamètre, même un bout de la montagne avait été désintégré. Il aperçut également après un terrible effort à reconnaître l'arbre qui contenait encore la trace de son passage. Son bras devait sans doute être la bas s'il n'avait pas était emporté par le courant de l'eau qui déferlait sur la forêt hier soir ou s'il n'avait pas été emporté par le colosse qui l'avait massacré.
Assez maladroitement il leva son bras gauche, pointant du doigts la direction qu'il pensait être la bonne.


" - Je crois, je crois que c'est par la. Tu vois le truc où y'a plus d'arbre ni de roche ? Il doit se trouver dedans, où exactement je sais pas.
Tout est assez flou, je ne suis plus bien sur de ce qu'il c'est passé dans les détails."  


Tout en laissant son bras retomber vers le sol il espéra que son bras fut toujours présent. Sa décision était prise, dans ce monde recelant des tas de danger, il ne pouvait se permettre d'avoir un membre en moins, quand bien même il aurait voulu garder une trace de cette affrontement, une marque douloureuse qui lui aurait permit de s'en souvenir et de s'en servir pour s'améliorer, comme l'était ses deux poings, mais ça il l'aurait quand même avec son bras. Si toute fois elle réussissait à lui ré attaché à son corps, chose qu'il avait déjà put voir auparavant, malgré tout, elle même l'avait dit : la magie de ce monde n'est pas la même que celle des autres mondes. Alors il ne fit que s'accrocher à un peu d'espoir de pouvoir sentir et bouger à nouveau son bras manquant. Essayant de garder simplement le sourire pour ne pas attrister la druidesse sur son état, chose qu'il aurait détesté.

Il pouvait voir sur le visage d'Aki un peu d'appréhension, chose qu'il ne voulait pas voir non plus, c'était un guerrier au physique affaiblit ici, mais au mental toujours solide et prêt à lutter contre l'adversité. Alors qu'elle allait se relever pour partir dans la direction qu'il lui avait indiqué, il posa sa mains sur son bras pour la retenir quelques instants de plus, prenant une profonde inspiration qui laissa sortir du tréfonds de son torse un inquiétant sifflement.


" - T'en fais pas, je reste solide. Même si tu n'y arrives pas je survivrais et ça restera grâce à toi."

Il lui sourit de nouveau avant de la relâcher et la laisser allait à la recherche de son bras tranché.
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 2330
Yens : 1258
Date d'inscription : 07/08/2015

Progression
Niveau: 213
Nombre de topic terminé: 102
Exp:
15/24  (15/24)
avatar
Aki Nishiie ¦ Justicière ¦

-



MessageSujet: Re: Sauvé par une amie de la nature, encore.   Mer 1 Juin - 14:37




Sauvé par une amie de la nature, encore



feat.Matsuo




Le garçon ne semblait pas complètement emballé à l'idée de devoir expliquer comment il avait perdus son bras. Elle s'en voulut un instant de lui avoir posé cette question avant de se raviser. Non, c'était parfaitement dans son droit. Après tout, elle aussi était dans cet endroit dangereux à présent, et si il y avait des créatures ou des personnes dont elle devait se méfier, elle était en droit de le savoir. Cependant, elle lui laisserais bien sûr le temps de se remettre avant de le bombarder de questions, et elle avait avant tout trouver une solution pour son bras.

Après sa question concernant la localisation du membre perdus, il sembla longtemps réfléchir. Pour Aki, la réponse avait pourtant parus logique et la question de savoir si il voulait ou non récupérer son bras était réthorique. Pourtant Matsuo hésitait réellement ! Certes, la souffrance serait terrible, mais elle était persuadée que le boxeur serait capable de résister à pareille épreuve. Quant au fait qu'il aurait sans doute un bras amorphe à porter pendant plusieurs mois d'ici qu'il puisse de nouveau l'utiliser, c'était toujours mieux que de ne pas avoir de bras du tout pour toujours non ? En tout cas, la rouquine était hautement surprise de voir l'hésitation de Matsuo, mais elle ne dit rien de plus, le laissant réfléchir aux conséquences et à tout ce à quoi il voulait penser avant d'accepter, ce qu'il finit bien heureusement par faire.

Il pointa alors de sa main gauche une zone imprécise où il devait avoir perdus son membre. Elle s'apprêtait à s'y rendre lorsqu'il l'arrêta d'un geste, la rassurant sur ce qu'elle s'apprêtait à faire. Elle lui souris avant d'effleurer sa main dans un geste qui se voulait aussi rassurant. Elle ferait tout ce qu'elle pouvait pour que Matsuo puisse reprendre une vie normale -si tant est que ça soit possible, lorsqu'il retrouverait l'usage de son bras. Elle se leva donc, et, d'un signe de tête, demanda à la petite renarde de venir l'aider. Depuis quelques temps, depuis son erreur en combat en fait, elle n'osait plus demander grand chose au loup, de peur de voir ressurgir les erreurs du passé. Trottinant à ses côtés, Mizu en profita pour jeter un regard dédaigneux et plein de haine au jeune homme. Un humain, un humain connus, mais un humain.

Elles arrivèrent toutes deux au lieu où Matsuo devait avoir perdus son bras, et se mirent à chercher, la renarde à contrecoeur, bien entendus. Elles déplacèrent des monceaux de neige, pendant un long quart d'heure, déblayant chaque monticule à la forme suspecte. Finalement, une tâche rouge attira l'attention de la renarde qui, lançant un coup de patte pour déplacer la neige, remarqua que ce n'était pas une énième branche morte, mais bien de la chair qui dépassait. Elle glapit de sa fausse voix d'animal, appelant Aki qui déblaya le bras non sans ressentir des hauts le cœur. La chair à l'endroit où il avait été détaché du corps était complètement démolies, des lambeaux pendaient encore, figés par la glace.

Fronçant les sourcils, elle s'empara du lourd bloc qu'elle porta jusqu'au feu, le plaçant juste à côté et attendant que la gel qui l'avait figé se fonde lentement. Pendant ce temps, elle se plaça à côté de Matsuo et commença à défaire les bandages, dévoilant la patte verte qui avait séché. Ce n'était pas joli à voir. Réprimant un nouveau haut, le cœur elle vida le reste de la gourde sur son moignon pour le débarrasser de l'argile guérisseuse et ainsi laisser la place à ses pouvoirs pour agir. Le bras ne tarda pas à être prêt pour l'opération. Elle l'amena donc à proximité et tenta de trouver la meilleure manière de la garder contre le moignon le temps qu'elle prendrait pour le ressouder.

Peux tu t'allonger s'il te plait ? Et mets ceci dans ta bouche, ça t'aidera à ne pas crier.

Elle lui tendit un foulard propre, se rendant compte qu'elle n'avait plus rien d'utilisable et qu'il faudrait sans doute qu'elle en rachète au prochain village. Attendant qu'il s'allonge, elle porta ensuite le bras jusqu'à ce qu'il soit tout contre le moignon, puis posa ses mains sur l'ouverture qui restait. Un Fluide de couleur verte commença à s'échapper de ses mains, coulant dans la blessure et reliant, reconnectant peu à peu chaque partie à son ancrage d'origine. Le douleur devait être immense, mais Aki préféra en faire abstraction, il fallait qu'elle se concentre. Cela allait être long, mais ça devait marcher.


Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Sauvé par une amie de la nature, encore.   Mer 1 Juin - 16:01

Après qu'elle n'ai reçu l'information de la zone dans laquelle cherchait, elle lui fit un geste pour le rassurer lui aussi, tout comme il avait essayé de le faire. Puis elle partit en direction du bras, suivit de prêt par la renarde blanche. Se retrouvant seul, face au feu et à l'autre boule de poil qui elle ne bougeait pas, il profita de ce petit moment pour remarquer que malgré le faite qu'ils ne se connaissaient que très peu, après ne s'être rencontrer qu'une seul fois dans une situation aussi folle que celle ci dans laquelle Mat' s'était encore mit en position dangereuses. Tout deux était confiant envers l'autre, et il n'aurait pas crut un seul instant qu'Aki ne lui veuille du mal et que c'était tout le contraire et sans doute dans l'esprit de la demoiselle devait elle se dire la même chose, à la nuance prêt que le guerrier était un brin inconscient. Mais cela restait un sentiment qu'il aimait à retrouver dans Kosaten, l'un des plus importants au sein du Mégasterrion et des Dragons d'acier qui était celui de la confiance réciproque et de l'entraide sans gêne. Il hésitait tout de même sur les motivations de la demoiselle, agissait elle si généreusement et amicalement parce que c'était tout simplement dans sa nature ? Ce qui lui semblait fort probable au vue de son comportement, ou uniquement parce qu'il était lui aussi un élu de la nation du phénix ? Il n'avait pas envie de lui poser une telle question, de peur de la froissée. Finissant tout simplement sur l'idée qu'il finirait par le découvrir si elle continuait à le sauver comme elle le faisait si bien.

Chaque minute qui s'écoulait, il avait l'impression de recouvrir un peu plus ses forces, le faux sentiment de redevenir normal. Il voulut en profiter pour se rapprocher du feu, qui était proche mais le vent s'était levé de nouveau, non pas pour annoncer un nouveau déluge mais simplement pour rappeler aux élus d'une autre nation qu'ici ils étaient dans un pays qui ne leur voulait pas forcément du bien. Il essaya donc de se rapprocher, avançant centimètre par centimètre sur ses fesses à l'aide de sa main et de ce qu'il pouvait bouger de ses jambes. Malheureusement cette essaie se solda par un échec, il s'effondra sur son flanc droit. Usant une nouvelle fois de sa main restante pour essayer de se redresser, il aperçut qu'Aki était toujours en pleine recherche et qu'elle ne semblait pas l'avoir remarqué. Il en profita pour se reculer lentement vers le tronc d'arbre qui lui servait de dossier, l'air de rien.

Décidant alors d'attendre le retour de la druidesse, sans essayer de faire quoi que ce soit. Patientant simplement en ruminant ses souvenirs de la veille. Le géant avait était terriblement agressif, frappant avant de parler. Il avait était extrêmement rapide pour sa stature et chacun de ses coups faisaient preuve d'une brutalité extrême. Mat' n'avait eut absolument aucune chance face à ce monstre de Kosaten mais il avait tout de même essayé, dans le doute d'une erreur de son adversaire. Sauf que cette erreur n'était pas venu et il s'était simplement fait laminer par ce sombre inconnu.

Finalement, Aki revint vers Matsuo qui était toujours dans la même position, elle tenait en ses mains le bras gelée qui manquait à l'appel. Cette vision réconforta le boxeur qui, si ça s’avérait impossible à la druidesse de lui "recoller" le bras, au moins il pourrait récupérer son poings métallique, et peut être qu'un jour il lui serait de nouveau utile. Elle le plaça proche du feu, et vint vers Mat pour s'occuper de ses bandages, laissant apparaître une étrange mixture verdâtre à l'odeur infâme, il put voir la druidesse soutenir un haut le coeur tandis que lui même du se reteindre d'en avoir un. Puis, lorsqu'elle retira la pâte à l'aide de l'eau contenu dans sa gourde, la vision de son bras mutilé fut encore plus dur. Il avait eut l'habitude d'avoir des membres cassées voir même déchiquetés, mais à chaque fois un petit tour de passe passe magique et il était de nouveau comme neuf le lendemain matin, mais ici il doutait de guérir aussi facilement. Elle lui demanda de s'allonger, chose qu'il fit sans protester, il ne voulait en aucun cas perturber ses actions. Elle lui glissa ensuite un morceau de foulard dans la bouche, lui demandant de le serrer fort entre ses dents. Il pensait ne pas forcément en avoir besoin, après tout sa résistance à la douleur était hors norme quand on y repensait, mais si elle lui disait de faire une telle chose, alors il le ferait. Mordillant le foulard comme elle le voulait sans sourcilier.

Une fois dans la posture exact qu'elle désirait, il tourna légèrement la tête pour voir ses agissements. Elle apporta simplement le bras découpé contre la plaie béante de l'épaule. Usant de sa magie pour appliquer une étrange aura verte qui vint réunir les deux morceaux du membre amputé. Il s'attendait à tout sauf à ça, à peine l'effet de son art avait débutait que son corps se crispa. Un profond hurlement de douleur jaillit de son être, légèrement réduit par le foulard et la mâchoire fermer du plus fort qu'il le pouvait. Il comprit en l'espace d'un instant que ses dents se seraient brisées les unes contres les autres si le foulard ne s'était pas trouvé ici. Lui qui était prêt à faire le fier et se pavanait avant, il ne l'était plus du tout, espérant que ce rituel de souffrance s'arrête aussitôt que possible. Ses yeux étaient fermement clos et sa tête tourné vers le côté gauche, laissant sa joue rentrer directement en contact avec la neige alors que son nez s'infiltrait dedans.

Il résista aussi longtemps qu'il le put, alors même que chaque secondes semblaient durer des heures. Sans savoir depuis combien de temps il ne supportait tant bien que mal cette atroce douleur, il finit par sombrer une nouvelle fois dans l'inconscience, son corps restant aussi crispé qu'il ne l'avait été précédemment.

Lorsqu'il revint à lui, la nuit était tombé et il réussit à voir non loin de lui la jeune demoiselle à moitié vers lui et à moitié vers le feu, semblait veiller tel l'ange quelle était. Il ne prit pas la peine d'essayer de se relever, il ne sentait pas vraiment son corps et n'avait pas la force de le faire. Il s'exprima simplement d'une voix assez faible.

" - Est ce ... Est ce que j'ai crié comme une fille ou ça allait ?"
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 2330
Yens : 1258
Date d'inscription : 07/08/2015

Progression
Niveau: 213
Nombre de topic terminé: 102
Exp:
15/24  (15/24)
avatar
Aki Nishiie ¦ Justicière ¦

-



MessageSujet: Re: Sauvé par une amie de la nature, encore.   Mer 1 Juin - 17:27




Sauvé par une amie de la nature, encore



feat.Matsuo





Ce qui fut ressoudé en premier par les pouvoirs de la rouquine furent les nerfs. Un par un tout les neurones se reconnectèrent, créant ainsi des afflux de douleur, sans doute les pires de toute l'opération. Vinrent ensuite les veines, les tissus, la chair, les muscles, le tout se reforma petit à petit, sous les cris étouffés de Matsuo que Aki tentait tant bien que mal d'ignorer. Une goutte de sueur perla sur son front, puis une deuxième. Le temps passait à une vitesse folle et la fatigue l'accablait très vite. Ce bras semblait ne jamais vouloir se ressouder. De temps à autre, le corps rejetait un élément, ce qui forçait Aki à reprendre une grosse partie de l'opération avec encore plus d'application. Au bout d'une heure entière le bras tenait enfin tout seul, ce qui permit à Aki de relâcher sa pression et d'user toutes ses forces restantes pour le menu travail, les détails qui jugeraient au final du bon déroulement de l'opération. Les articulations étaient la partie la plus facile de ce travail, venaient ensuite le raccord des muscles. La musculature du boxeur était très développé, il ne fallait pas faire d'erreur et surtout que les nerfs se déplacent correctement à l'intérieur.

Certains avaient été déplacés par l'arrachage du bras, et il fallait que le Fluide de la rouquine remette tout en place. Malgré la neige qui commençait doucement à retomber et le vent qui s'était levé pendant qu'elle cherchait le bras, elle était trempée de sueur et ses mèches dégoulinantes lui tombaient devant les yeux, elle était sans cesse obligée de les rejeter derrière son oreille, jusqu'à ce qu'elle retombe à nouveau, lui causant ainsi des tourments pourtant bien éloignés de ceux que devaient subir Matsuo. Deux heures passèrent encore, jusqu'à ce que le bras de Matsuo soit complètement rattaché à son corps. Lorsque le Fluide vert se rétracta, retournant dans les mains de la rouquine qui s'effondra en arrière dans un grand soupir.

C'était finis. Il ne restait qu'une longue barre rouge qui faisait le tour de l'épaule du boxeur, et sans doute une douleur vive ainsi qu'une sacré difficulté à le mouvoir. Les cheveux dans la neige, elle se laissa quelques secondes de repos pour fixer les nuages blancs qui s'amoncelaient, annonciateur d'une tempête de neige. Ce n'était pas le soir pour que cela arrive, mais le froid ne leur demanderait pas leurs avis. Elle se releva donc, constatant que Matsuo avait perdus connaissance. C'était sans doute mieux pour lui, il n'avait comme cela pas eu à subir l’entièreté des trois heures d'opérations. Cependant, le travail de la rouquine était loin d'être terminé. Si un peu plus tôt elle lui avait fait prendre une infusion censée ralentir son cœur, elle ne pouvait pas le laisser dans cet état de faiblesse trop longtemps. Elle extirpa donc de son sac médicinal – qui commençait à se vider, des graines de Ginkgo qu'elle pressa du plat de la lame d'une de ses flèches avant de les mettre dans de l'eau bouillante. Encore une fois, elle plaça l’émulsion aux côtés du jeune homme pour qu'il puisse la boire en se réveillant.

Elle ne tarda pas à entendre son ventre gargouiller. Cela faisait longtemps qu'elle n'avait pas mangé, mais la tempête commençait à se lever ! Elle commença donc à récolter des branchages qu'elle plaça en forme de tente au dessus du corps toujours inconscient de Matsuo et du feu, s'appuyant sur l'arbre pour les faire tenir. Se servant des fichus sales qu'elle avait utilisé, elle fit quelques nœuds au point stratégique, créant ainsi un abri pour le moins sommaire qui tremblerait sans doute au moindre coup de vent. Mais au moins ne seraient ils pas ensevelis sous la neige et le feu resterait vivace, malgré le blizzard. S'accroupissant sous ce simulacre de tente, elle se mit en devoir d'utiliser quelques plantes, non médicinales cette fois, pour concocter une soupe aux épices. Il faudrait bientôt qu'elle retourne chasser, elle était à court de provisions, mais le temps n'était pas propice pour l'instant. Lorsque Matsuo se réveilla, elle lui tendit son bol en bois qu'elle avait remplis de soupe.

J'étais bien trop concentré pour t'entendre, seuls les arbres pourraient te répondre ! En attendant, mange et bois ce que je t'ai préparé, tu devrais te sentir mieux. Elle marqua un instant de pause, cherchant comment aborder la question. Matsuo … comment ça t'es arrivé ?


Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Sauvé par une amie de la nature, encore.   Jeu 2 Juin - 15:12

Assez rapidement après son étrange phrase signifiant son réveil, la druidesse se tourna vers lui un bol dans les mains. De ce bol provenait une délicieuse odeur épicés qu'elle déposa à côté de lui. Le faisant d'abord boire plusieurs gorgée de l'un de ses nombreux remèdes. Celui ci avait un goût amer qui rebuta Matsuo malgré qu'il le but entièrement sans sourciller. Le goût de cette boisson n'était pas le plus dur qu'il avait à supporter actuellement, il jeta un coup d’œil vers sa droite et put voir son bras de nouveau mit en place, presque comme s'il n'avait jamais été coupé, à ce ci près qu'il restait une marque rouge vive à l'endroit où il avait été tranché. Après avoir but l'entière gourde de ce nectar que la druidesse lui avait préparer, il n'eut le temps de reposer sa tête sur le sol que quelques secondes, après quoi celle ci lui amena le bol qu'elle avait préalablement déposé à côté de lui, et lui en fit boire le bouillon qu'elle avait préparé. Celui ci était bien meilleur et réussit même à effacer le goût moins agréable de la précédente décoction.

Pendant qu'il buvait la préparation, levant son bras gauche qui fonctionnait toujours très bien pour attraper le bol et délester Aki de cette tâche. Elle en profita pour répondre à sa question, sous entendant qu'elle n'avait pas fait attention à ses cris, ou peut être n'avait il pas crié très fort tout simplement, ce qui lui semblait moins probable. Mais il était plutôt content qu'au moins il ne se soit pas montré trop faiblard. Puis elle laissa un instant de silence pesait dans l'abri de fortune, uniquement rompu par le bruit d'un début de tempête s'élevant à nouveau dans Fuyu. Et lorsqu'elle reprit la parole ce fut pour lui poser la question à laquelle il s'attendait à avoir de toute évidence. Comment avait il fait pour finir dans cette état. La question n'était pas évidente et il le savait, il s'appuya de son coude gauche pour se redresser et finir sur assis, il croisa les jambes et put sentir durant ses mouvements que son bras droit, bien que de nouveau recollé, ne fonctionnait que très peu, il ne le sentait presque pas d'ailleurs hormis la douleur constante qu'il lui provoquait.

Il déposa le bol de soupe à sa gauche et entreprit ses longues et imprécises explications.


" - Et bien, pour dire vrai je ne suis pas sur de tout ce qu'il c'était passé.
Depuis notre dernière rencontre j'ai vu le temple, et j'ai eut un déclic qui m'a un peu chamboulé, mais ça n'est pas important."


Il émit une légère pose, repensant vaguement à cette période pas si lointaine, puis reprit.

" - En faite, j'ai finit par arriver ici un peu par ... hasard je dirais, même si j'y crois pas trop.
La nuit allait commencer quand une énorme tempête est arrivé, et pour ne pas avoir eut de ciel ni de soleil durant ma vie sur le Mégasterrion j'peux te garantir que j'étais un peu surpris. Fin bref, y'a un type, un colosse vêtu d'un gros manteau noir avec des lames en bas, ça je m'en souvient parce que j'ai réussit à le couper derrière la jambe grâce à ses lames. Et ce mec est venu et a voulu qu'on s'affronte, j'avais juste aucune chance, il était vraiment très puissant, sans doute qu'il rode sur Kosaten depuis un moment. Bref le combat était ridicule, du moins je crois. Il m'a promené un peu comme il voulait avec ses coups, j'te dit tout est flou dans mes souvenirs. J'me souviens surtout qu'à un moment où j'suis rentrer dans un arbre, j'ai sentit une putain de douleur au bras et en regardant bin ... tu vois quoi, il était tranché."


Il ne réussissait pas à se souvenir précisément de tout, principalement du froid, de la douleur constante et de son entêtement à combattre alors même qu'il ne voyait plus grand chose et qu'il était presque incapable d'aligner deux pas. Mais au moins, il avait essayé. Il inspira une nouvelle fois avec difficulté, avoir autant parlé avait utilisé beaucoup de son souffle et de son énergie. Sa respiration eut de nouveau un léger sifflement provenant du fond de sa gorge. Mais il prit tout de même la peine d'ajouter.

" - En tout cas, j'me souviens que j'avais fait un super feu de camp alors que j'ai découvert ça en Kosaten et que je galérais à en faire, et aussi j'ai chassé un lapin."

Un aussi grand sourire qu'il put le faire naquit sur son visage, car malgré la faiblesse qu'il avait clairement présenté à plusieurs reprise à la druidesse. Il voulait tout de même l'impression d'avoir réussit quelque chose de bien, même si ce n'était pas très impressionnant, d'avoir progressé et s'être un peu amélioré dans quelque chose depuis leur dernière rencontre et surtout d'apporter une touche un peu détendu à la situation délicate.
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 2330
Yens : 1258
Date d'inscription : 07/08/2015

Progression
Niveau: 213
Nombre de topic terminé: 102
Exp:
15/24  (15/24)
avatar
Aki Nishiie ¦ Justicière ¦

-



MessageSujet: Re: Sauvé par une amie de la nature, encore.   Jeu 2 Juin - 15:45




Sauvé par une amie de la nature, encore



feat.Matsuo






Matsuo avait l'air heureux de l'opération qui lui avait été faites. En même temps, retrouver son bras aussi facilement devait être un soulagement pour qui l'avait perdus. Aki n'avait encore jamais eu à subir ce genre d'expérience mais elle se doutait que ce n'était pas quelque chose d'agréable, ni quelque chose que quelqu'un voudrait vivre. Sans doute avait il eu à un moment la crainte de ne plus jamais avoir de bras ! Elle avait bien sûr remarqué les poings en fer que le jeune homme possédait, visiblement ce n'était pas la première fois qu'une pareille chose lui arrivait. En revanche, Kosaten ne disposait pas de pareilles technologies, Aki ne connaissait personne qui soit capable de réaliser un tel œuvre, et c'était sans doute plus dur encore pour un bras entier que pour des mains.

Il commença par parler d'un déclic qu'il avait au temple, signalant que ce n'était pas important. Hors, pour la rouquine, c'était loin de ne pas l'être. Récemment elle s'était mise à penser aux dieux en d'autres termes, des termes bien plus négatifs, bien plus assassins. Les dieux l'avaient déçus, plus que personne ne l'avait sans doute jamais déçus. Ses êtres bons s'étaient fourvoyés dans la direction à emprunter. Totalement. Quel genre de déclic pouvait avoir eu l'élu, c'était une question importante. Avait il pus communiquer avec les dieux, avait il eu une révélation quelconque par leur entremise ? Y avait il quelque chose qu'à présent il savait et que Aki ne savait pas par rapport au dieu ! Il avait tort, c'était loin de ne pas être important, elle s'empressa donc de lui demander d'en dire plus.

Au contraire, c'est très important ! Quel genre de révélation as tu eu ? As tu pus parler à notre dieu ?Ce genre de sujet ne doit pas être négligé, loin de là !

Elle l'écouta ensuite attentivement raconter son histoire. Au fur et à mesure que les mots sortaient de sa bouche, l'horreur et la stupéfaction gagnèrent la rouquine. Un homme à l'armure noire bardée de lames ? Un colosse destructeur et puissant ? Elle connaissait cet homme, elle ne le connaissait que trop bien. Attendant de reprendre son calme, elle laissa les secondes s'égrener. Une minute passa. Matsuo avait finis de parler, il avait même lancé une autre phrase qui l'avait fait sourire, mais Aki n'avait pas réagis. Elle réfléchissait. Elle analysait la situation. Etait ce vraiment lui ? Es ce que cet élu maléfique qui avait fait du mal au boxeur était encore, encore et toujours, Zayro Jinn. Elle releva la tête, plantant ses yeux dans ceux de Matsuo, et lui parla d'une voix inquiète.

Matsuo … L'homme qui t'as attaqué avait il les cheveux blancs ? Emanait il de lui une puissance incroyable ? Avait il la peau foncée ? Et par dessus tout … se nommait il Zayro Jinn ?

Son cœur battait la chamade. Si c'était lui … Si c'était lui ça voulait dire qu'il n'était pas loin, cela voulait dire qu'elle pourrait tout simplement le chercher à Fuyu, qu'elle pourrait le trouver, qu'elle pourrait peut être se venger, qu'elle pourrait peut être essayer de le ramener sur le droit chemin ! Si c'était lui, alors elle pouvait faire quelque chose pour le bien de Kosaten. L'esprit maléfique, le démon de Kosaten était là, à portée de main, peut être une ou deux journée de marche, tout au plus. Serrant les dents, elle se tourna vers les deux boules de poils. Mune ne bougeait pas. Les yeux du loup brun étaient fixés sur la neige tâchée du sang qui provenait de la blessure de Matsuo.

Cependant, lorsqu'il sentit le regard de la rouquine, il leva la tête, lentement. Ses yeux bleus saphirs empreints d'un désespoir et d'une colère incomparable. Zayro Jinn, l'élu qui avait tué la première fille avec laquelle il s'était lié. Zayro Jinn, son pire ennemi, et Zayro Jinn n'était peut être pas loin ! Pour l'instant rien n'était certains, il fallait attendre que Matsuo parle, qu'il leur dise la vérité. Cet élu était il le messager des enfers, l'élu sombre auquel Aki avait déjà eu à faire, qui avait déjà blessé Kachou et Adakor, et maintenant peut être Matsuo ?



Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Sauvé par une amie de la nature, encore.   Jeu 2 Juin - 17:24

Il se rallongea contre le sol, se maintenant la tête à l'aide de sa main gauche. Il ne prenait pas cette posture pour se détendre, mais plutôt pour épuiser ses forces car mine de rien rester assis lui puisait une partie de ce qu'il lui restait pour le moment. Il écouta les réponses de la druidesse et fut surpris, il ne s'attendait pas à ce l'histoire de son passage au temple ne l'intéresse, mais cela sembla être le cas, elle voulait en savoir plus. Il continua cependant son récit sur ce qu'il c'était produit face à l'engeance maléfique, la terrible lute qu'il avait eut dans l'obscurité complète, cette même obscurité qui ne lui permettait pas de décrire l'homme en détail. Mais son récit quand à cette rencontre inattendu sembla la perturber énormément. Elle prit un air plus grave et lui demanda plus de détail sur cette homme. Mentionnant au passage un potentiel nom, celui de Zayro Jinn. Ainsi pouvait s'appeler le type qui l'avait détruit et lui avait découpé un bras. Ce même homme qui avait voulu voir ce dont le boxeur pouvait être capable et qui était partit sans l'achever. Assez rapidement, elle se retourna vers ses deux compagnons. Elle devait s'intéresser énormément à ce colosse, et au vu de ses réactions ce ne devait pas être la première fois qu'elle rencontré quelqu'un de blessé suite à la rencontre de cette homme.

Il prit un instant pour attraper la gourde et l'amener à sa bouche, s'apprêtant à boire de l'eau mais lorsqu'il la pencha au dessus de sa bouche plus rien n'en coula hormis une goûte du remèdes infâme. Son visage afficha un léger dégoût avant qu'il ne s'essuie le bout de la langue de sa main gauche, laissant sa tête en suspens au dessus du sol. Après quoi il replaça sa main comme précédemment pour la tenir à nouveau. Il essaya de se remémorer au mieux de ce dont il se souvenait, énonçant en même temps ce qu'il réussissait à se rappeler d'une voix un peu perdu et sur une longue période.

" - Ahem ... je sais pas trop, c'est possible qu'il ai les cheveux blancs, il régnait une obscurité presque total et hormis grâce aux éclairs on se voyait presque pas.
Mais oui je crois que ses cheveux était blanc. Hum ... il m'a ... littéralement défoncé, je pouvais pas faire grand chose. Il m'a juste baladé comme il voulait et ouais sa puissance était monstrueuse. Sa peau j'y ai pas vraiment fait attention, avec la neige, le froid et tout j'sais pas trop, mais c'est possible.
Et Zayro Jinn ? Il m'a pas donné de nom, il m'a juste appelé "Vermine" à un moment je crois, je suis pas certain j'entendais presque rien.

En tout cas, il était très fort et pas très causant, dans le genre super hautain et super sûr de lui qu'a peur de rien.
En faite, quand je lui ai demandé son nom, il a dut me fêler une ou deux côtes comme réponse. Pour te dire.

Il a très peu parlé, m'a juste insulté une ou deux fois. Fin le truc lambda pour les grosses brutes à bagarres qui sont "diaboliques".

Il est partit dans cette direction, je crois, j'suis vraiment pas sur. Et quand il est partit il a dit un truc, au début je n'avais pas compris, mais je crois qu'il avait parlé d'une guerre.
T'es au courant qu'une guerre à commencé toi ?"


Sa réponse avait bien prit 3 ou 4 minute, ce qui lui permit en même temps de ne pas parler trop vite et essayer de vérifier au maximum les informations qu'il transmettait pour ne pas fausser la druidesse. Si elle voulait monter une vendetta contre ce type, il lui fallait avoir les informations les plus précises possible. Et même s'il n'était pas sur à cent pour cent de ce qu'il disait, il les pensait juste. En même temps, sans vraiment y prêter attention il essayait de bouger son bras droit, sans grand succès, il arrivait à peine à faire bouger le bout de ses doigts, et même cette simple action lui provoquait comme une piqûre de douleur au niveau de l'épaule. Il continua tout de même, de temps à autre quand la douleur s’éteignait un peu il redémarrait ses mouvements, cette désagréable sensation lui était au final un soulagement, il préférait souffrir en sentant son bras que ne plus le sentir du tout.

Cependant, une question trottait tout de même dans son esprit quand à la réaction de la druidesse, qu'il ne tarda pas à poser.


" - Mais, ce Zayro Jinn que tu recherches, qu'est ce qu'il a fait pour que tu lui en veuilles comme ça ?"

La réponse l'intéressait beaucoup, parce que si elle cherchait à lui nuire, à le tuer ou quoi que ce soit de néfaste pour ce type, il accepterait sans gêne de se joindre à elle dans sa quête vengeresse. Et si ce n'était pas le cas, il retournerait le voir et l'affronterait lorsqu'il aurait recouvré ses forces.
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 2330
Yens : 1258
Date d'inscription : 07/08/2015

Progression
Niveau: 213
Nombre de topic terminé: 102
Exp:
15/24  (15/24)
avatar
Aki Nishiie ¦ Justicière ¦

-



MessageSujet: Re: Sauvé par une amie de la nature, encore.   Jeu 2 Juin - 22:12




Sauvé par une amie de la nature, encore



feat.Matsuo






Matsuo ne tarda pas à répondre à a question de la rouquine. Il expliquait qu'il faisait noir au moment du combat, à cause de l'orage qui avait éclaté sans doute. Elle ne savait pas non plus l'heure à laquelle s'était déroulée l'altercation, n'ayant aucune capacité de savoir quand la blessure avait été faite. Cependant, il lui affirma que la puissance de l'élu de Fuyu était effrayante, et que celui ci avait pus le battre sans problème. Cette force qu'il décrivait correspondait en tout point à celle que possédait Zayro, ce pouvoir phénoménal, ce Fluide qui transcendait tout. Elle en frissonnait encore. A l'époque elle n'avait même pas osé l'affronter, elle lui avait obéis, lâchement, essayant au passage de sauver la vie de Hellkun. Mais depuis c'était différent. Bien des choses avaient changées.

Aki avait gagné en énergie depuis tout ce temps, mais c'était sans doute le cas pour lui aussi. En revanche, on avait raconté qu'il était mort, qu'il avait disparus, et il était revenus, sous la forme de Zayro Jinn. Serait il aussi impressionnant qu'avant à présent qu'il était revenus d'entre les morts, plus encore ? Elle ne voulait pas envisager cette éventualité, la présence de l'homme était telle, déjà dans le passé, que l'imaginer plus grande encore ne pouvait que la terrifier. Matsuo répondit ensuite pour ce qui étaient des considérations physique. Il n'avait pus le discerner clairement et ne savait pas si il avait les cheveux blancs, même si cela semblait fort probable, quand à la couleur de sa peau, elle était totalement indiscernable. Il l'avait également appelé Vermine, un genre de propos qui ressemblait beaucoup à l'élu sombre. C'était lui, le corps entier de Aki le lui soufflait. C'était lui, et personne d'autre. Il n'y avait que lui.

Elle essayait de ne pas se laisser submerger par la rage et la haine, de rester sereine, malgré ce qu'elle venait d'apprendre. Elle était elle même consciente qu'elle n'avait sans doute pas la résistance requise pour se battre contre un tel monstre. Mais elle ne pouvait pas non plus faire marche èarrire, elle ne pouvait pas non plus faire comme si elle ne savait pas qu'il était là ! Ce ne serait qu'hypocrisie de sa part. Qu'allait elle faire si elle ne saisissait pas sa chance maintenant, attendre une meilleure opportunité ? Mais il n'y en aurait peut être pas d'autre, et alors elle aurait laissé le monde avec ce démon sans rien faire pour essayer de le contrer. Quelle protectrice pourrait elle être si elle laissait faire pareille chose ? Matsuo lui indiqua la direction vers laquelle était partis le géant du mal, que Aki nota dans un coin de sa tête. Elle commencerait par se rendre au village dont elle avait entendus parler dans la forêt, et ensuite elle se mettrait en recherche du messager des enfers.

Il parla également de la guerre. Ainsi, Zayro lui aussi confirmait qu'une guerre était en cours ? Trop d'indices se réunissaient à présent, Seika et Fuyu avaient entamé un affrontement ouvert. L'archère prit quelques secondes pour accuser le coup, tout en secouant la tête pour répondre au boxeur. Jusqu'ici cela n'avait été que des rumeurs, mais à présent qu'il était certain qu'elle était bien une réalité, il fallait s'attendre à des combats sanglants, à des morts dans les deux camps … Que ferait elle ? Qu'allait elle faire ? Le sceau l'obligerait elle à se lancer dans ce conflit idiot qui venait encore rajouter à l'horreur de ce monde ? Alors qu'elle se posait encore trop de question, le brun demanda à Aki ce que lui avait fait Zayro.

Le plus important, ce n'est pas ce qu'il m'as fait personnellement, si même ce qu'il a fait à mes proches, ou même à toi. Le plus important c'est que cet homme est le mal incarné, et que je ne peux pas le laisser continuer à répandre autant de douleur sur terre … Je ne VEUX pas le laisser faire. Combien de villages encore vas t-il brûler,  combien de personnes vas t-il démembrer, combien de litres de larmes et de sang vas t-il encore faire verser ?

Elle se tut, ne cherchant pas à plus s'épandre sur le sujet, les raisons qu'elle avait exposé lui semblant déjà suffisantes. Finalement, pour ne plus penser à rien d'autre, elle commença à fabriquer une petite écharpe pour Matsuo, nouant une de ses écharpes personnelles autour de son cou pour lui passer le bras à l'intérieur en faisant le plus doucement possible pour ne pas lui faire mal. Tout le temps qu'elle y passait, elle ne parla pas une seule fois.



Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Sauvé par une amie de la nature, encore.   Ven 3 Juin - 0:40

Chacun des mots qu'il prononça bouleversèrent la druidesse, elle semblait s'énerver de plus en plus ce qui confirmait clairement le faite qu'elle en voulait terriblement à cette homme qui pouvait porter le nom de Zayro Jinn. Mat' n'avait pas une excellente mémoire, était ce de naissance ou à cause des nombreux coups qu'il avait reçu sur le crâne ? Il n'en était pas sur, et sans doute que personne ne le saurait jamais, mais pourtant il se souviendrait toujours de ce nom si tel était le bon, car il n'oublie jamais un guerrier qu'il n'a pas réussit à mettre au tapis. Car oui, il ne voulait pas sa mort pour autant, il avait tué durant sa jeunesse, mais depuis que la brutalité des affrontements était devenu un art pour lui, il se refusait au meurtre, le coma tout au plus mais il essayait de se limiter pour que ses ennemis ne puissent survivre et continuer leur lutte. Ici tout était différent, il n'y avait plus de code de l'honneur des combattants, un pays aussi grande était il une jungle plus luxuriante pour les carnages et les bains de sang que son monde pittoresque remplit de guerre de gangs ? Les deux devaient se valoir, mais en tout les cas il ne souhaitait pas la mort de ce colosse, uniquement sa décente au fin fond de l'impuissance, ce qui serait une punition encore plus terrible pour le combattant qu'il était, et c'était bien la punition que le boxeur avait l'impression d'avoir subit.

Puis elle finit par briser le silence qui s'était doucement installé, en lui expliquant que ce n'était pas réellement elle qui avait subit la brutal démesure de cette être, mais Kosaten en général. Cette homme avait d'après elle déjà brûlé des villes, organisé des massacres à grande échelle et ce genre d'autre palmarès digne des grands méchants de fiction. Sans nul doute il devait être l'une des personnes les plus puissantes de ce monde, peut être même l'élus le plus fort. Alors qu'est ce qu'elle espérait réussir face à lui ? Seul ? Elle risquait de se faire tuer bêtement, sur une impulsion de haine qui allait la pousser aveuglément à faire une erreur fatale. Et il ne voulait pas que ça lui arrive, pas maintenant, mais avant qu'ils ne se quittent à nouveau et qu'ils repartent tout deux dans leur direction, il prendrait un instant pour lui parler lorsqu'elle serait plus calme. Pour le moment cela ne ferait qu'attiser sa colère et ce n'était pas ce qu'il désirait. Il ne fit qu’acquiescer un peu triste au dire de la dame laissant ainsi un silence de plomb retombé.

Elle commença la création d'une attelle pour le bras encore inefficace de Mat', elle semblait extrêmement concentré et il ne voulait pas la déranger, surtout qu'elle devait encore ruminer ses idées noir. Il se laissa tout simplement bercer par le souffle d'un vent glacial qui venait caresser la tente, tandis que celle ci se soulevait de temps à autres légèrement du sol. Il replaça son bras sous sa nuque pour maintenir sa tête et ferma les yeux, il n'avait pas spécialement s'endormir. Voulant juste profiter de la tranquillité du moment, profiter du calme après la tempête allongé ici à côté d'un bon feu et d'une jolie fille, sans avoir aucune arrière pensée. De temps à autre il ré ouvrait un œil pour vérifier la progression de la druidesse, sans voir de changement flagrant tant cela semblait lui prendre de temps, elle devait vouloir le faire parfaitement. Il retourna dans ses pensées, réfléchissant à tout et à rien, il se reposa une question assez simple à laquelle il n'était plus sur de vouloir une réponse, mais pourtant il se la posait bien. Était elle réel ou était elle, elle aussi une illusion ? Comme le guerrier d'hier soir ? Ses sens l'avaient déjà trompé une fois, pourquoi pas une nouvelle fois ? Il finit par se dire que, de toute manière qu'il se pose la question ou non, ça ne changerais rien, alors quitte à ce que son propre esprit ne le pousse à la folie, pourquoi chercher à l'éviter et perdre une majeure partie de son temps à douter.

Il fut extirper de ses étranges rêveries lorsqu'Aki lui annonça qu'elle avait terminé, elle s'approcha de lui et attrapa son bras fraîchement greffé, puis avec une extrême précaution elle lui enfila sa création. Elle fut si douce qu'il ne sentit presque aucune douleur provenant de son bras ce qui le ravit presque. Cependant, il profita de cette étape, lorsque celle ci avait terminé de lui enfilait mais qu'elle était toujours en train de lui tenir le bras, pour lui poser une question d'une voix lointaine qu'il n'était pas totalement sur de vouloir poser, tant il doutait qu'elle ne comprenne son sens.

" - Aki, es tu réel ? Ou est ce que toi aussi comme Vegeto, Hellkun et peut être d'autre tu sors juste de ma tête ?"

Il prit un instant, se redressant légèrement à l'aide de son bras gauche, plongeant son regard dans celui de la demoiselle.

" - Parce qu'avant, j'arrivais à les gérer, mais depuis que je suis ici et plus faible, je contrôle plus rien. J'crois que je deviens fou, enfin j'veux dire que . . .
C'est trop bizarre en faite à expliquer, disons que on va passer outre tout ça okay ?"


Il se rallongea, replaçant encore une fois sa main comme à l'accoutumée et ajouta. Il avait remarqué les cernes naissantes de la druidesse, si lui avait été terriblement fatigué à cause de tout ça, il ne fallait pas la négliger, elle aussi avait utilisé beaucoup de ses forces, alors qu'elle dorme un peu ne lui ferait pas de mal. Il ne se sentait pas fatigué, au contraire il avait l'impression d'avoir dormit pendant déjà trop longtemps.

" - Tu m'as l'air exténué, repose toi un peu j'crois que tu en as besoin. J'ai pas envie de dormir, je crois que je l'ai déjà assez fait ses derniers jours."
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 2330
Yens : 1258
Date d'inscription : 07/08/2015

Progression
Niveau: 213
Nombre de topic terminé: 102
Exp:
15/24  (15/24)
avatar
Aki Nishiie ¦ Justicière ¦

-



MessageSujet: Re: Sauvé par une amie de la nature, encore.   Dim 5 Juin - 1:03

Aki Nishiie a écrit:



Sauvé par une amie de la nature, encore



feat.Matsuo







Une fois que l'attelle fut terminée et que le bras de Matsuo fut passée à l'intérieur avec le minimum de douleur, Aki sentit tout à coup toute la fatigue qu'elle avait conservé prudemment, de peur de faire une erreur, ressurgir à la surface. Elle bâilla longuement et s'étira avant de se concentrer de nouveau sur ce que Matsuo lui disait. Il lui posait une question bien étrange. Etait elle un produit de son imagination ? Il parlait de Hellkun et de Vegeto en tant qu'images fictives qu'il aurait lui même créé. Elle ouvrit de grands yeux surpris alors qu'il lui expliquait qu'il avait toujours plus ou moins eu ce genre de vision mais que depuis qu'il était arrivé en Kosaten et que sa force avait grandement baissé, il n'arrivait plus à les gérer. Elle eut envie de nier tout de suite cette étrange accusation mais se dit qu'il y avait là matière à réfléchir.

Etait elle bien réelle, et bien vivante ? Qu'est ce qui l'empêchait de croire qu'elle n'était qu'une hallucination du jeune homme ? Qu'est ce qui l'empêchait de penser qu'elle n'existait pas ? Elle était bien à l'intérieur d'elle même, et non pas telle une observatrice extérieure, comme l'on pouvait l'être parfois durant les rêves, mais était ce suffisant ? Avait elle réellement le contrôle d'elle même ? La rouquine leva le bras, spontanément, puis le laisse retomber tout aussi promptement. Visiblement elle se maîtrisait. Et puis il lui restait ses souvenirs. Des choses qu'elle n'avait jamais évoqué devant Matsuo et qu'il était totalement incapable de savoir. Si elle lui demandait comment s'appelait sa mère ou son père, il serait incapable de répondre, alors qu'elle même le savait. C'était la meilleure preuve qu'elle put trouver pour elle même. Maintenant il fallait en convaincre le jeune homme. Elle posa sa main sur le bras encore dans l'attelle et parla d'une voix douce, censée rassurer le jeune homme qui semblait bien mal vivre toutes ces visions.

Cette attelle ne s'est pas faite toute seule, non ? Ton bras ne s'est pas recousus tout seul, et ta douleur ne s'est pas envolée par miracle. Je pense que la preuve de mon existence à moi est ici, et également dans le fait que tu ne sais pas tout de moi. Tu serais bien incapable de me dire quel jour je suis né ni quelles sont mes fleurs préférées, cependant, moi je le sais.

Elle réfléchit encore quelques instants. Il avait parlé de Vegeto et de Hellkun. Elle aurait bien incapable de parler d'eux si elle ne les connaissait pas, mais il se trouvait que ces deux personnes, elle les avait déjà croisé. Ils étaient d'ailleurs fort semblable dans leur arrogance insipide et leur orgueil démesuré. A partir du moment où Matsuo reconnaîtrait donc l'existence de la jeune femme, il lui serait alors impossible de nier celle des deux autres.

Quant à ces deux personnes dont tu m'as parlé, je les connais moi aussi. Ils sont un peu hautains, mais pas méchants pour deux sous, n'est ce pas ? Tu vois, si moi je suis réelle et que je les vois aussi, alors c'est qu'ils le sont comme moi. Tu n'es pas si fou que tu ne le penses.

Elle lui sourit encore une fois. Jamais la Nishiie n'aurait pus croire que cet homme là aurait de tels troubles. Elle le voyait plutôt comme quelqu'un d'inébranlable mentalement, tout le contraire d'elle, mais elle réalisait qu'il possédait aussi ses faiblesses, et non des moindres. D'un certain côté, cela le rendait peut être plus sympathique à ses yeux, et plus humain aussi, moins … élus, aussi ridicule que puisse être une telle pensée.

Matsuo lui proposa ensuite de se reposer. La chasseuse allait protester, lui prétextant que c'était plutôt lui qui devrait dormir, mais il ne semblait pas vraiment en avoir l'envie. Elle le remercia alors d'un énième sourire avant de se blottir contre le feu et de laisser ses yeux se fermer, sans plus de cérémonie. L'épuisement ne tarda pas à la happer dans ses bras, l'emmenant dans les méandres des rêves et faisant disparaître avec lui Zayro Jinn, bras arrachés et neige, lui rapportant de vieux et lointains souvenirs, qui la firent sourire et pleurer, au prise avec les bras de Morphée. Mizu et Mune restèrent éveillés, veillant sur la Druidesse et sur le jeune homme, espérant que celui ci ne tenterait rien de stupide durant la nuit, comme par exemple essayer de s'en prendre à leur amie.



Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Sauvé par une amie de la nature, encore.   Dim 5 Juin - 16:47

La druidesse ne tarda pas à répondre, elle semblait avoir réfléchit suite à l'étrange question que Mat' ne lui avait posé, et elle le regarda même un peu étrangement, remettant sans doute la santé mentale de celui ci. Mais lorsqu'elle répondit, ses mots avaient beaucoup de sens et elle avait sur trouver un argument convaincant. A la seul limite qu'elle avait raison sur le faite que, oui sans elle il n'aurait pas son bras de recollé à l'heure actuelle, certes sans son arrivée il serait sans doute mort de froid ou de la perte de son sang. Mais, si le colosse sombre qui était venu la veille au soir, n'existait pas non plus ? S'il n'était qu'une création de son esprit pour pousser le boxeur à ne pas se laisser abattre et à continuer à vivre et combattre. Alors si lui n'était pas réel, elle ne le serait sans doute pas non plus. Il était vrai également qu'il était incapable de dire sa date d'anniversaire, car, comme il le savait il n'avait pas le contrôle sur ses hallucinations, seul une part de son esprit pouvait le faire alors il arrivait souvent qu'il ignore énormément de chose de ses propres illusions. Tel est le danger lorsqu'on devient boxeur, et qu'on passe son temps à se prendre des coups à la tête, à force le cerveau est touché et des dommages irréversibles ne surviennent causant des problèmes quelques peu délicats pour la vie de la personne touché.

Elle prit ensuite quelques instants pour réfléchir à nouveau, à la fin duquel elle parla d'Hellkun et de Vegeto. Elle aussi les avait rencontré, leur avait parlé et les avait connu, elle les d'écrivit d'ailleurs plutôt bien. Mais alors qu'est ce que ça voulait dire ? Est ce qu'ils avaient été réel et qu'Il avait mentit ? Ou est ce que c'était une preuve bien au contraire qu'Aki n'existait pas, comme une grande partie de ce monde sans doute ? Il se souvenait s'être déjà posé ses questions à son arrivé, tout ressemblait bien à l'une de ses visions, mais à ce moment la il avait décidé de laisser couler et de faire avec. Alors qu'est ce qui lui avait fait changer sa manière de voir les choses ? Il ne savait pas et n'arrivait pas à mettre la main dessus. Il ne répondit pas à Aki, préférant se terre sur le sujet et même en changer s'il n'était pas trop tard. Il n'était pas embarrassé à l'idée d'en parler, mais il voulait soigner son image un minimum et bien souvent les fous n'ont pas très bonne image.

Finalement, la druidesse conclut par l'accord des conseils de Mat' quand au faite qu'elle ne devrait se reposer. Elle s'installa à côté du feu et rejoignit le royaume du sommeil assez rapidement. Après quoi, ses deux animaux de compagnies se déplacèrent légèrement afin d'entourer leur maîtresse, ils fixaient tout deux l'homme blessé de sorte à lui faire comprendre que même pas en rêve il ne pourrait s'approcher d'elle. Et ce n'était pourtant pas du tout dans ses projets. Il était bien trop perturbé pour le moment pour faire quoi que ce soit d'autre que s'allongeait paisiblement, ramenant sa main gauche une nouvelle fois derrière sa tête. Il observa le plafond de l'abris de fortune, se laissant repartir dans ses pensées, essayant de se souvenir des différentes choses qu'il avait vécu dans ce monde. Alors que les minutes défilaient, il s'aperçut que le vent s'était calmé, il ne régnait autour d'eux qu'un souffle léger sifflotant paisiblement à travers les arbres. Cependant, minutes après minutes, le toit de la tente s'affaissait de plus en plus. Voyant cela arriver, Mat' se redressa et se retourna pour soulever à l'aide de sa main valide le bord de l'abris de toile. Il put voir à l'extérieur de gros flocons de neiges venant recouvrir et reformer le sol de poudreuse blanche qu'il avait traversé à son arrivée.

Il se releva, non pas sans peine, avec la ferme intention de ne pas laisser la tente s'écraser sur eux à cause du poids de la neige. Une fois debout, il vérifia que l'attelle était toujours bien en place, puis voyant qu'elle l'était il sortit de l'abris. Dans la forêt il régnait un froid hivernal qui hérissa harmonieusement tout les poils du corps de l'homme. Ses guibolles se mirent même à trembloter alors qu'il passait de l'agréable chaleur d'un feu à une température s'approchant du zéro. Il marcha quelques pas dans les quelques centimètres de neiges qui étaient déjà tombés, pour finalement faire le tour de la tente et voir pas mal de neige sur le dessus de celle ci. Il était plutôt petit, bien en dessous de la moyenne, mais par chance Aki n'avait pas monté une trente très haute, en se mettant sur la pointe des pieds, il put réussir à tracter pas mal de neige à l'aide de sa main gauche pour la faire tomber sur les bords de la tente. Se dépêchant un maximum pour ne pas rester sous un tel froid, il prit moins de cinq minutes pour dégager toute la neige qui affaissait le haut de l'abris, il trouva un long bâton de bois qui pourrait lui permettre de la faire tomber de l'intérieur de la tente et voulu rejoindre l'entrée. Il fit également le tour du coin pour ramasser et récupérer encore un peu de bois pour continuer à alimenter le feu. Lorsqu'il put voir que l'une des boules de poils de la druidesse avait sortit la tête de la tente et semblait l'observer.

Prit d'un sourire affectif, Mat' retourna à l'intérieur de la tente. L'animal c'était réinstallé à côté de sa maîtresse comme si de rien n'était. Mais le boxeur savait, il s'installa à sa place et remit un peu de bois dans le feu, suffisamment pour que la chaleur ne soit toujours aussi forte, mais pas assez pour que le feu ne s'agrandisse et brûle quelque chose. Il s'allongea ensuite, déposant le reste de bois à sa gauche. Puis toujours avec le sourire il murmura.


" - Je l'savais, vous pouvez pas me détester à ce point."

Après quoi, il resta allongé, toujours bien conscient et réfléchissant à tout et à rien. Qu'allait il faire ensuite ? A son arrivée, lorsqu'il avait comprit qu'il ne pourrait pas repartir, il avait décidé de changer de vie et ne plus être un guerrier. Mais alors que faire ? Il n'avait connut que ça de toute sa jeune vie. Tout en se perdant dans ses pensées, il tendait l'oreille au cas où quelque chose ne venait à leur rencontre. Et pourtant, les heures s'écoulèrent les unes après les autres sans que rien ne se passe ce qui restait une bonne chose au vue de la situation.
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 2330
Yens : 1258
Date d'inscription : 07/08/2015

Progression
Niveau: 213
Nombre de topic terminé: 102
Exp:
15/24  (15/24)
avatar
Aki Nishiie ¦ Justicière ¦

-



MessageSujet: Re: Sauvé par une amie de la nature, encore.   Dim 5 Juin - 22:42




Sauvé par une amie de la nature, encore



feat.Matsuo







Les rêves de la rouquine ressassaient sans cesse les mêmes évènements. Une enquête qui piétinait, la lassitude et le dégoût d'être piégée dans la capitale ensoleillée avec Irvine. Un indice, une piste à suivre, une maison agitée à l'intérieur de la nuit. Des gobelins, beaucoup trop de gobelins, auxquels Morphée faisait prendre des formes fantasques et terrifiantes, ils surgissaient, bondissaient de toute part, plantant leur dents aiguisées et leur lames tranchantes dans les moindres faiblesses. La peur qui commençait alors à brûler son corps, tendre et terrible amie, qui la soutenait et la frappait à la fois. Mune noyé sous la masse, Irvine en danger, Mizu écrasée contre un mur. Et la peur qui se retirait, laissant place à la colère, à la rage souveraine, et le feu qui jaillissait, destructeur et sans pitié. Il brûlait tout sur son passage, sans le moindre remords, mordant ennemis et alliés sans se soucier de la différence, un feu sans autre raison que la haine.

Aki n'était plus Aki, elle était le feu, le brasier hurlant et crépitant qui dansait dans la nuit, la mort qui jaillissait, reine de l'ombre et maîtresse de la lumière, dévorant tout, faiblesse ou force. Aki avait tué, tant en une seule fois, et si peu à la fois. Aki était Mune. Le loup était affalé, il avait peur, elle avait peur, à sa place à lui. Les gobelins allaient mettre fin à sa vie, si il ne se défendait pas. Alors il frappait, mordait comme il le pouvait. Il faisait confiance à la Druidesse, une confiance aveugle, qui se méritait, il l'espérait. Mais le feu arriva sur lui, il ne vit plus que rouge orange et jaune, il trembla, ses yeux s'emplissant de l'élément destructeur, il frémissait, fermant ses paupières pour ne pas voir. Puis ce ne fut que douleur, incandescence.

Il se sentait fondre, gémissait, se débattait, hurlant au feu de le laisser en paix, de partir. Ses coussinets venaient frapper son corps, compulsivement, cherchant à éteindre les millions d'incendies qui s'étaient déclenchés sur sa peau à vif. Il ne pouvait pleurer de douleur mais il aurait voulus tant la souffrance était grande. Il aurait voulus ouvrir sa gueule et hurler à la mort, mais il n'y avait plus d'air autour de lui, rien d'autre que la fumée de son corps en train de se consumer. Finalement, ses dernières forces le quittaient, il ne restait plus rien en lui, plus aucune vie, plus aucune espoir, même plus l'envie d'essayer de se réveiller de nouveau. Il laissa le sommeil l'emporter, emportant avec lui la douleur et tout le reste. Enfin, la mort seule libératrice de cette torture.

Aki se réveilla en sursaut, transpirant étonnamment beaucoup étant donné le froid qui régnait. Ce rêve ne l'avait plus quittée depuis les terribles évènements qui avaient roussis le poil du louveteau. Elle le chercha des yeux, et reposa sa tête en soupirant dès qu'elle vit que Mune était toujours là, bien vivant, même si c'était à un prix énorme qu'elle n'aurait jamais pensé payer. Au bout de quelques minutes ou elle essaya de se rendormir en gardant les yeux fermés, elle comprit que le sommeil ne voulait plus d'elle et se releva difficilement. Il faisait nuit, c'était certain. Elle ne se souvenait même plus de l'heure à laquelle elle s'était endormis et ne savait pas si elle s'était reposé durant plusieurs heures ou même pendant presque 12 heures. Elle se référerait à Matsuo sur ce point.

D'ailleurs le boxeur était toujours là, c'était il endormis ? Ne voulant pas le déranger, elle se glissa hors de la tente de fortune qu'elle avait monté et qui avait visiblement était déblayée pendant la nuit, sans doute par les soins de l'élu de Seika. La rouquine profita aussitôt de la fraîcheur de la neige qui fondait à son contact, l'humidité s'insinuant dans ses habits, et le froid virulent semblant les geler aussitôt par dessus. Elle frissonna, le vent glacé fouettant sa peau avec une violence toute particulière alors qu'elle venait juste de transpirer, et une buée blanchâtre s'échappant de ses lèvres qui commençaient déjà à bouillir.

Levant le visage elle contempla pendant plusieurs minutes les étoiles qui scintillaient doucement dans le ciel, dans un instant de pure nostalgie. Rien ne lui paraissait plus beau en cet instant que les lumières qui éclairaient ce ciel, ces milliers de bougies célestes, purs produit de la magie aux yeux du peuple de la chasseuse.



Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Sauvé par une amie de la nature, encore.   Lun 6 Juin - 8:18

A plusieurs reprises, les yeux du boxeur se fermaient dans des pauses toujours plus longues, mais lorsque cela arrivait il secouait son visage pour se réveiller, se claquant une petite baffe si nécessaire, ce qui lui permettait de rester éveiller quelques minutes de plus avant qu'ils ne se closent à nouveau. Sur le Mégasterrion il avait moult boisson énergisante dont certaine avec des éditions à son nom qui pouvait lui permettre de rester éveiller pendant plusieurs sans peine, juste une petite chance d'arrêt cardiaque en cas d'indigestion, ce qui était plutôt l'une des meilleurs morts que les différents produits de la bas pouvait apporter. Mais ici, il n'avait rien, il n'était même pas sur que le café existe. Alors pour se maintenir éveillé, de temps à autre il remettait un bout de bois dans le feu. Après quatre bonnes heures passaient à attendre, le feu s'épuisant peu à peu sous les branches humides qu'il rajoutait, l'obligea à retourner à l'extérieur, affronter de nouveau le froid pour retrouver de quoi maintenir tout le petit monde à l'intérieur de la tente au chaud, c'était le moins qu'il ne puisse faire. Alors prenant son courage, il affronta le froid et la tempête de neige qui s'était levé, avança pas à pas dans une trentaine de centimètre de poudreuse blanche, pour finalement revenir quelques minutes plus tard avec à peine plus de cinq ou six morceaux qui ne maintiendrait pas longtemps le feu allumait.

Une fois revenu dans la tente, le feu de nouveau allumé, son envie de dormir s'était estompé, ironiquement brûlé par le froid. Le laissant ainsi seul avec une demoiselle et ses deux animaux dormant les uns contre les autres. Mat' se rassit la où il était depuis le début, profitant ainsi de se calme pour se parler à haute voix et seul, essayant de l'appeler car il avait quelques problèmes à régler avec lui. Mais Il ne vint pas, Il ne venait que quand sa lui chantait et pas quand Mat ne le voulait, alors tant pis. Il parla seul, remémorant ses souvenirs de la bas comme s'il discutait avec quelqu'un, alors que seul les crépitements du bois dans le feu ne lui répondait. Il essayait de se souvenir des bons moments, racontant avec fierté comment il avait remporté des victoires pourtant parfois serré, et il parla aussi des tristes passages qui lui étaient arrivé, le laissant couler une larme ou deux. Puis après ce moment passé, finissant par se rendre compte qu'il ne faisait que parler comme un vieux à une assemblée inexistante qui n'avait certainement même pas envie de l'écouter, il s'allongea de nouveau. Mais cette fois ci, il laissa sa main gauche tendu dans les airs, observant l'ombre projeté par la lumière des flammes contre la tente. Et tel l'enfant qu'il était encore, il s'amusa un moment, imitant diverse animaux que seul lui aurait put reconnaître car ils ne ressemblaient franchement à rien de bien concret. Il s'arrêta au moment même où il aperçut le compagnon au pelage blanc de la druidesse qui le regardait avec dédain et compassion. Laissant retomber son bras, Mat' était tout de même content d'avoir trouvé un moyen de faire passer le temps, et puis quand bien même ce que pouvait penser cette animal, il restait ce qu'il était. Il se mit à rigoler, repensant alors à quel point il pouvait être ridiculement enfantin à certain moment, alors même que la veille il n'avait affronté la mort en face sans rechigner. La vie était parfois étrange et les gens qui y participait bien plus.

Il finit par fermer les yeux, somnolent paisiblement tout en faisant attention à ce qu'il pouvait entendre, mais rien ne se passait. Rien du tout même.

Les heures continuèrent à passer, et finalement il put entendre Aki se réveiller en sursaut, il ouvrit les yeux un instant trop tard. Elle s'était déjà relever et ne semblait pas avoir prit soin de voir s'il était encore réveiller, mais lui pouvait voir la sueur perlait de son corps. Il ne pensait pas avoir créé un feu suffisamment imposant pour la mettre dans un tel état, et la voyant sortir il se leva à son tour. Un terrible cauchemar avait sans doute du perturber sa nuit. Il ouvrit simplement la toile de la tente de sa main valide, apercevant la druidesse les yeux rivé vers le ciel. Un épais nuage de vapeur sortait de sa bouche, elle était prête à trembloter alors que ses vêtements humides ne se recouvrait déjà de gel. Il prit un instant de plus pour finir de sortir de la tente et venir jusqu'à côté de la demoiselle, lui demandant alors d'une voix douce et calme pour ne pas l'effrayer.

" - Y'a t'il un problème jeune druidesse ?"
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 2330
Yens : 1258
Date d'inscription : 07/08/2015

Progression
Niveau: 213
Nombre de topic terminé: 102
Exp:
15/24  (15/24)
avatar
Aki Nishiie ¦ Justicière ¦

-



MessageSujet: Re: Sauvé par une amie de la nature, encore.   Lun 6 Juin - 13:50




Sauvé par une amie de la nature, encore



feat.Matsuo








Le soleil germait tranquillement derrière les montagnes enneigés, dans une scène parfaitement surréaliste. Les rayons mordorés venaient frapper un par un la glace éclatante, répandant autour d'eux une lueur féérique, mélangeant les couleurs du sang, de l'automne et de l'or dans un tourbillon fantasque. Emplie de cette vision idyllique, Aki ne disait mot, ne bougeait plus, n'osait même cligner des yeux. Son premier lever de soleil en territoire Fuyujin la scotchait littéralement sur place, dans toute sa splendeur. Lorsque les premiers dards du soleil vinrent caresser sa joue, tendres et frais, elle ferma cependant les yeux, imprimant contre ses paupières chacune des couleurs pastels qui ornaient encore le ciel. Le tendre frôlement du soleil vint toucher son front, son nez, ses lèvres, et tout son visage qui se délecta de ce pur instant de paix, un instant qui n'avait nul pareil. Le discret chant des oiseaux mélomanes vint accompagner ce moment, pépiant chacun leur note bien à eux, sans discontinuer, formant à eux tous le concert le plus impressionnant qui soit. Et l'odeur du matin qui venait parachever l'ensemble, celle de la rosée qui se dépose délicatement sur les branches nues, celle du soleil qui nait, si particulière et indescriptible, celle de la neige qui ne veut pas fondre, invariablement la même, et pourtant différente à chaque fois, celle des nuages qui s'amoncelle déjà, refusant de céder leur place à la lumière trop longtemps.

Et contre son cœur battant, une lueur d'espoir, si faible mais si forte, si tendre et si dure, si violente et si douce, si laide et si belle. Unique seconde où le monde s'ouvre enfin, dévoile son âme, nous susurre des mots à l'oreille que nous pensons entendre, que nous voulons saisir, mais qui nous échappent pourtant, nous donnant l'impression d'avoir oublié d'apprendre à comprendre, nous laissant un goût étrange dans la bouche, celui d'avoir frôlé la vérité sans l'avoir atteinte, celui d'avoir touché du bout des doigts l'ultime sacrement mais d'avoir refermé sa main dans le vide, celui d'avoir saisis durant une fraction de seconde le sens de toute chose, puis de l'avoir oublié aussitôt. En cet instant il n'y avait rien de plus que ce goût acide et aigre sur le bout de sa langue. Cette chose qu'elle avait sus avant de l'oublier, ce rire qui avait naquis sur ses lèvres avant de céder la place aux larmes de dépit, où était ce ? Où était ce partis ?

Elle rouvrit les yeux, prenant conscience qu'elle n'était plus seule. Depuis combien de temps ? Elle ne saurait le dire, mais en revanche il lui avait parlé. Elle adressa un sourire à Matsuo, un sourire qui devait encore être empreint de tout ce qu'elle venait de ressentir et de tout ce qui venait de se passer en elle. La chasseuse n'avait plus peur de la mort désormais. Elle avait pris sa décision. Elle n'avait pas peur de perdre ou d'échouer face au messager des enfers, la seule chose dont elle avait peur c'était de ne pouvoir mettre un terme à ses agissements. Elle le retrouverait, et elle l'affronterait. Elle lui donnerait autant de coup qu'il faudrait, autant de frappe et dans chacune, elle y mettrait toute son énergie, même si cela devait ne rimer à rien, elle n'en avait que faire. Elle allait bien, elle allait mieux. Sa vie n'avait aucune importance comparée au nombre qu'elle avait une chance de sauver. Une infime et ridicule chance, mais une tout de même.

Il n'y a aucun problème jeune combattant. Je crois qu'au contraire, il n'y a que des solutions.

Mune et Mizu étaient à ses côtés, stalagmite inébranlable contemplant l'horizon peinturlurés. Dans leur silence, ils répondaient à son appel. Ils seraient là. Avec elle. Jusqu'au bout. Quelle que soit l'issue. Ils seraient là. Une larme unique roula le long de la joue de l'archère. Elle n'avait jamais été seule. Même quand il n'y avait personne avec elle, elle n'était pas seule, elle ne le serait jamais. Au bout de longues minutes elle se releva et se plaça face à l'homme au bras en écharpe.

Je vais traquer Zayro Jinn. Ni pour te venger, ni pour moi même, mais pour que le sang cesse de couler inutilement. Si je doit en mourir, j'en mourrais, mais je ne peux laisser cet élu continuer sans essayer de l'arrêter.

Elle souriait, sans s'arrêter elle souriait. Elle savait que ce sourire partirait, qu'elle serait sans doute sur ses traces pendant de longues semaines, qu'elle aurait de nouveau peur, qu'elle se lasserait à certains moment, qu'elle envisagerait de rebrousser chemin une dizaine de fois. Mais sa décision était prise et elle ne reviendrait pas dessus. Quelle qu'en soient les conséquences.



Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Sauvé par une amie de la nature, encore.   Mar 7 Juin - 20:48

Debout dans le froid glacial d'un début de journée, il resta planta la gardant la bouche ouverte à l'exact même position que ses dernières paroles. Face aux flancs droit de la demoiselle, la voyant figé sur place sans bouger, les yeux clos. Comme perdu avec elle même, elle devait vivre l'un de ces moments où tout bascule, où tout change et que la définition même de sa propre existence ne soit bouleversé. Mat' connaissait ce sentiment, il connaissait ce moment, il était persuadé que lorsqu'elle ouvrirait de nouveau les yeux, l'attitude effrayé et perturbé qu'elle avait eut à son réveil aurait disparu. Car en ce moment, au plus profond d'elle même elle venait de comprendre quelque chose qui changerait les jours à venir. Ce n'était sans doute pas le moment de la déranger, ni même d'essayer de lui parler, bien au contraire, peu importe le temps qu'il lui faudrait, le boxeur resterait à ses côtés et attendrait bien que le froid ne viennent lui gelée les os.

Puis finalement, elle ouvrit les yeux et se tourna légèrement vers Matsuo, comme il l'avait cru, elle était calme et son regard bouillonnait de cette nouvelle vérité. Elle annonça paisiblement qu'il n'y avait pas de problème,  que des solutions. Sa phrase étonna Mat' l'espace d'un instant, avant qu'elle ne conclut ses propos en rajoutant qu'elle avait la ferme intention d'affronter le colosse sombre qu'était Zayro Jinn. Cette idée était comme une mort programmé, car dès lors qu'elle n'aurait mit la main dessus, sans réellement connaître les forces de la demoiselle, le boxeur était presque sur qu'elle y passerait. Seul elle n'aurait aucune chance, et ce n'était pas une supposition mais une vérité qu'elle devait connaître depuis longtemps, il ne voyait pas l'utilité de la mettre en garde ou de l'empêcher d'agir comme elle le désirait car ce serait inutile, elle venait de franchir le cap en elle même ou rien ne pourrait la faire changer d'avis. Tout comme lui avait cherché à devenir le meilleur, elle ne s'arrêterait que lorsqu'elle aurait réussit ou qu'elle ne se serait faite tuer. Il baissa solennellement la tête, le regard empli de cette compréhension, se tourna légèrement pour admirer lui aussi le lever du jours et plaça sa main valide sur l'épaule de la demoiselle, et d'une voix sereine il dit.


" - Si tel est ta décision, ton but finale, je ne vais pas essayer de t'en empêcher ou de te dire à quel point cette tâche semble être presque impossible.
Une chose est sur, Aki, si un jour tu as besoin de mon aide, je te rejoindrais dans ta lutte sans une once d'hésitation."


Il laissa retomber sa main gauche contre son corps, la glissant ensuite dans sa poche. Il avança de quelques pas dans la neige, et finit par se retourner vers la druidesse, bombant le torse et prenant une posture presque héroïque avec le coucher de soleil derrière lui.

" - En tout cas, t'es pas la première personne que j'ai rencontré dans ce monde arriéré, mais t'es sans doute celle qui m'a amené au plus de réflexion sans forcément que tu le veuilles. Alors même si tout ça n'est qu'une putain d'illusion ou est la vérité, alors que j'ai crut ces derniers temps que je devais me laisser aller parce que je n'arrivait pas à faire la différence entre le vrai du faux et que j'avais l'impression d'être fou. Je devrais juste y aller à fond et vivre comme je l'entends, comme on devrait tous l'entendre.
Si on a été obligé de venir ici, autant agir à notre guise comme notre cœur nous guides de le faire ! Les dieux peuvent vouloir de nous beaucoup de chose, mais s'ils nous choisissent c'est pour ce qu'on est alors autant l'être jusqu'au bout !"


Il émit une légère pause, voyant maintenant derrière la demoiselle, ses deux compagnons tournant presque autour de ses jambes. Ses deux créatures étaient lié à elle d'une manière très forte que Mat' était impossible de comprendre car il n'avait jamais été lié aussi fortement à qui que ce soit, alors si elle décidait de suivre cette voie, ses animaux le voulaient ils aussi ? C'était une question qu'elle devait peut être se poser avant de partir dans une telle vendetta. Elle semblait si sur d'elle d'un seul coup qu'elle n'y avait peut être pas pensé. Il sembla important au boxeur de précisait cette information, même s'il était sans doute inutile puisqu'elle devait déjà y avoir réfléchit. Il s'avança pour retourner vers la tente, et s'arrêtant juste à côté de la demoiselle il ressortit sa main pour lui reposer sur l'épaule, et lui demanda d'une faible voix.

" - Mais, tes deux amies ? Sont ils d'accord avec toi ?"
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 2330
Yens : 1258
Date d'inscription : 07/08/2015

Progression
Niveau: 213
Nombre de topic terminé: 102
Exp:
15/24  (15/24)
avatar
Aki Nishiie ¦ Justicière ¦

-



MessageSujet: Re: Sauvé par une amie de la nature, encore.   Mer 8 Juin - 13:51




Sauvé par une amie de la nature, encore



feat.Matsuo







Matsuo avait respecté le silence de la rouquine, et elle lui en était reconnaissante. C'était bien le genre de moments où l'on ne souhaitait pas être dérangé. Cependant, dès qu'elle lui eut affirmé sa décision, il se lança lui aussi dans un monologue, prenant une pose théâtrale qui fit sourire la jeune femme. Il proposait son aide, mais au vus de l'état de son bras, il risquait surtout de se faire tuer si il la suivait. Malgré tout, elle était heureuse qu'il l'est proposé. Elle était évidemment bien consciente qu'elle risquait de mourir en affrontant Zayro, que c'était même plus qu'un risque, une certitude, mais ce n'était pas pour autant qu'elle fuirait le danger en rebroussant chemin à présent que sa décision était prise. Il continua son discours, prenant une posture héroïque face au soleil levant, une scène qui d'un point de vue extérieur devait tout avoir du cliché. Mais, bien loin de cette attitude présomptueuse, les mots qu'il prononça étaient empreints de vérité. Chacun des élus qui étaient arrivés sur Kosaten devaient suivre ce que leur cœur leur dictait de faire, qu'importe les choix des dieux ou la raison, si tant est que leur cœur ne soit pas raisonnable.

La Druidesse n'était pas certaine qu'ils aient été choisis pour ce qu'ils étaient, elle avait plutôt l'impression d'un hasard sans nom, comme si les divinités jouaient au loto avant de piocher leur nom et de les envoyer dans cet enfer. Mais à présent, ils devait assumer leur choix -ou leur non choix justement, et les garder tels qu'ils étaient. Parfois idiot, parfois intelligent, parfois fonçant droit dans un mur consciemment. C'était leur vraie nature, et c'était tout ce qu'ils conservaient de leur ancienne vie, ils ne pouvaient pas le renier. La chasseuse, par exemple, ne pourrait jamais tuer de sang froid ses ennemis sans leur avoir laissé une chance, elle ne pourrait jamais s'empêcher de soigner quelqu'un de blessé. Le boxeur lui continuerait sa quête de puissance, quoi qu'il lui en coûte. Kachou quelque part, cherchait à se venger de Zayro Jinn, Lilith la mercenaire voulait gagner de l'argent et s'amuser, nom de dieu ! TK voulait sans doute retrouver son monde, Nashar … qu'était il devenus ? Fumiko, si elle avait été toujours là serait en quête d'amour, Irvine recherchait le calme. Aucun d'entre eux ne s'était travestis pour plaire aux dieux.

Après la question du jeune homme au bras rattaché, elle se retourna vers les deux boules de poils qui ne la regardaient pas. Elle ne pouvait pas parler à leur place, c'était certains. Mais la détermination et la loyauté de ces deux animaux était sans faille, elle ne pouvait que persister dans sa voie, autrement, ce serait eux qui lui en voudraient. Souriant légèrement, elle ne bougea pas pendant quelques secondes, puis elle répondit au boxeur, une pointe de conviction dans la voix.

Nous avons tout les trois une raison d'haïr cet homme. Ils me suivront, même si ça doit leur coûter la vie, et je ferais tout pour les sauver, même si ça doit me coûter la vie. C'est ce qui nous unis.

Alors que Matsuo s'apprêtait à rentrer dans la tente, Aki jugea que le moment opportun était arrivé. C'était maintenant qu'elle allait partir. Il n'était pas nécessaire d'attendre plus longtemps. Matsuo n'avait plus besoin de son aide, si il le voulait, il pourrait tout simplement retourner dans des terres moins dangereuse que le royaume givré. Elle en revanche, voyait les traces de sa proie s'effacer un peu plus à chaque seconde qui passait. Plus tôt elle se mettrait en route, mieux ce serait.

Où vas tu aller maintenant ?

La Nishiie se relevait doucement et commençait à rassembler ses affaires, les dernières plantes qui lui restaient un peu éparpillés. Elle attendait la réponse de l'élu de Seika puis elle s'en irait, sans demander son reste.



Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Sauvé par une amie de la nature, encore.   Mer 8 Juin - 18:02

La druidesse affirma que ses deux compagnons étaient prêt à la suivre dans chacune des étapes qu'elle affronterait, ce qui n'était pas pour rassurer Mat' espérant qu'ils servent à canaliser ce désir qu'elle avait de tuer cette homme. Mais non, et au moins elle le faisait en toute conscience ce qui était une bonne chose, elle ne serait pas aveuglé par la colère ou la rage car elle avait dépassé ce stade. Une phase des plus honorables qu'elle venait de réussir. Alors que Mat' allait rentrer de nouveau dans la tente dans l'espoir de se reposer quelques peu après l'attente éveillé qu'il avait effectué le temps que la demoiselle ne se repose, il fut interrompu par Aki qui lui posa une nouvelle question auquel il n'avait pas vraiment de réponse. Où allait il aller ? Il ne savait pas trop, il n'avait toujours pas trouvé de réel attache dans ce monde, qu'il soit vrai ou non. Il n'avait rencontré personne avec qui voyagé ou qui veuillent créer un réel lien d'amitié, bien que tous ceux qu'il avait rencontré devait maintenant pouvoir figuré dans la partie amicale de son répertoire de contact, il ne s'était pas encore fait de vrais amis. Mais tôt ou tard ça finirais par venir, il n'en doutait pas et même si ça n'arrivait jamais, ça ne lui changerait au final pas grand chose de son ancienne vie.

Il laissa le bord de la tente retomber alors qu'il se retournait vers Aki, apportant sa main valide à son menton, levant les yeux vers le ciel pour réfléchir. Zayro avait parlé d'une guerre, sans préciser qui contre qui ni pourquoi elle aurait lieu, retourner vers les terres de Seika serait une bonne décision pour en apprendre plus, peut être même aller jusqu'à la capitale. Il ne s'était pas beaucoup intéressé à cette ville à son arrivé, bien que celle ci ne soit magnifique. C'était décidé, son prochaine objectif serait de retourner vers sa "nation", mais il ne connaissait que vaguement la carte du territoire de Kosaten et l'envie d'en découvrir toujours plus sur ce monde suscitait un grand intérêt pour sa curiosité. Il tendit sa main devant lui, plaçant ainsi son bras à l'horizontal, ferma les yeux quelques instants et tourna légèrement sur lui même jusqu'à se stabiliser pour avoir une direction, rouvrant les yeux il affirma d'une voix décidé.

" - J'irais par la !"

Il laissa retomber son bras contre son corps, se tournant vers la druidesse et haussa les épaules avec un grand sourire.

" - Ça me semble être le meilleur chemin pour aller je sais pas trop où.
Mais ça promet une aventure d'enfer."


Il s'avança de quelques pas en direction de la demoiselle, laissant son sourire s'effacer peu à peu, finissant par baisser légèrement la tête. Un peu plus triste de savoir que cela sonnait la fin de leur nouvelle rencontre, que la demoiselle n'allait pas tarder à repartir le laissant de nouveau seul avec lui même et le froid glacial qui régnait dans cette région. D'une voix morose il ajouta.

" - Cela veut dire que tu comptes partir bientôt ?
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 2330
Yens : 1258
Date d'inscription : 07/08/2015

Progression
Niveau: 213
Nombre de topic terminé: 102
Exp:
15/24  (15/24)
avatar
Aki Nishiie ¦ Justicière ¦

-



MessageSujet: Re: Sauvé par une amie de la nature, encore.   Mer 8 Juin - 23:27




Sauvé par une amie de la nature, encore



feat.Matsuo






En réponse à la question de la chasseuse, le boxeur tendit son bras dans un direction incertaine, qui semblait être environ vers Seika, mais rien n'était moins sûr. Quoi qu'il en soit, il assurait que ses pas le dirigeraient vers là bas, et que c'était pour lui le meilleur moyen d'arriver là où il souhaitait aller, c'est à dire n'importe où. Une remarque qui fit sourire l'archère, au moins il ne se prenait pas la tête comme elle dans la passé qui se posait un million de questions sur pourquoi et comment aller sur tel ou tel chemin. Ce jeune homme était assez optimiste pour redonner le sourire à une armée de mort, clamant que dans les contrées où il irait -n'importe où donc, il aurait une aventure à vivre, et visiblement marrante. Aki en revanche, sentait que ce ne serait pas la même chose pour elle dans la direction où mènerait ses pas. Elle allait bien sûr vivre des aventures, mais elle ne serait pas du même acabit que celles du boxeur, et le pire dans tout ça, c'est que ce serait très certainement les dernières épopées qu'elle aurait à connaître. Respirant pleinement pour essayer de ne plus penser à tout ça, elle hocha tristement la tête à l'interrogation du Seikajin.

Oui je vais partir. Il est encore tôt et cela ne fait pas trop longtemps que Zayro est partis. Chaque heure que je passe ici est une heure qu'il me faudra rattraper sur lui, d'autant plus que si il sait où il va, moi je n'ai aucune idée d'où l'on porté ses pas, et je risque de le perdre. Je suis désolé de te laisser si vite Matsuo, mais je suis certaine que nous nous recroiserons.

Comme d'habitude, ses lèvres s'étiraient dans un semblant de sourire. Comme toujours, ce simulacre de joie était parfaitement incapable de dissimuler tout ce qu'il y avait d'autre dans le cœur de la Druidesse. Comme éternellement, la tristesse et la peur dansaient au fond de ses yeux, dans un bal incessant. Mais momentanément, elle se sentait assez bien pour essayer de l'oublier. Juste une seconde, une minute, une petite heure. Elle pouvait se reposer sur ses lauriers. Elle avait sauvé la vie d'un homme, et elle partait pour en sauver d'autres. Que son entreprise soit une réussite ou un échec, elle serait allé jusqu'au bout, et lorsqu'elle rejoindrait le royaume où l'on accueille les morts, elle le ferait sans regret.

Achevant de rassembler ses affaires, elle garda tout de même quelques plantes à l'extérieur, sûrement les dernières de sa réserve, qui ne lui auraient servis à rien de toute façon. Constituant un tout petit paquetage, elle le tendit au jeune homme et le plaça dans le creux de ses mains, en continuant d'afficher la même expression joyeuse.

Tu peux te faire une infusion avec ça tout les soirs. Ce ne sera pas délicieux, c'est certains, mais ça atténuera la douleur qui pourrait revenir parfois, et ça accélérera les processus de cicatrisation en cours, notamment ceux de ton bras. Ne l'utilises pas, pendant 2 ou 3 mois, ou tu risques de te faire vraiment mal et d'en perdre l'usage définitivement. Je te fais confiance.

Se relevant, elle passa sa besace sur son épaule et l'ajusta correctement puis ramassa son arc et son carquois qu'elle fixa dans son dos, soupirant légèrement et contemplant la fumée blanchâtre qui s'échappait de ses lèvres gelées. Rabattant la capuche sur son visage et couvrant de la même manière sa longue tignasse flamboyante et son sceau qui trônait encore dans son cou, elle contempla une dernière fois l'horizon, comme si elle s'apprêtait à l'abandonner.

Surtout, prends bien soin de toi. Je ne veux pas avoir à te sauver une troisième fois.

La chasseuse partit alors dans sa dernière traque avant une potentielle fin, laissant ses empreintes dans la neige immaculée, des traces qui avaient pour elle l'odeur du sang qui allait couler. Son sang. Celui de Zayro Jinn -elle l'espérait, et surtout celui qui ne coulerait plus des gens qu'elle aimait si elle ne faillait pas à la mission qu'elle s'était donnée.



Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

-



MessageSujet: Re: Sauvé par une amie de la nature, encore.   

Revenir en haut Aller en bas
Sauvé par une amie de la nature, encore.
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» recherche amie
» Amie, ennemie...[Victoire+Marianne] - [terminé]
» Spiruline !!!
» La nature en sommeil... [pv Hypnos]
» La pirate, cette amie versatile... [Pv]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Manga Multiverse ::  :: Royaume de Fuyu :: Forêt de givre-


Crédits : Design : Phoenix & Pingouin Règlements & Contexte : Phoenix
Forum optimisé pour Google Chrome.