Partagez | .
Conflit d'enfance
Invité Invité

-



MessageSujet: Conflit d'enfance   Mer 8 Juin - 22:08





Conflit d'enfance
FEAT. Morgiana Jinn

Le s-soleil était encore t-tout haut dans le c-ciel. J-j'étais u-une nouvelle f-fois e-en train d-de me balader d-dans les rues de la ville, p-préférant c-cette fois-ci r-rester m-malgré u-une certaine p-peur des gens au m-milieu de la foule, p-pour éviter l-les ruelles e-et ce qu'elles p-pouvaient contenir...

M-malgré le t-temps q-qui s'était d-déroule d-depuis la dernière fois, l-lors d-de ma r-rencontre avec Adelaïde... J-j'avais t-toujours p-peur de me f-faire attaquer d-de nouveau p-par des gens q-qui agissait p-pour me faire du mal... E-en restant au m-milieu d-de la foule... J-je r-restais s-sous la surveillance d-des gardes e-et de beaucoup d-de gens. J-j'avais bien c-compris que p-personne ne me ferait du mal sous leurs regards.

En avançant, j-je fit l-la découverte d'un terrain e-encore vierge d'habitation, n-ne contenant que q-quelques arbres e-et une p-petite cabane au sommet d-d'une butte où trônait l-le plus grand des arbres. P-plutôt curieuse à l-l'idée d-de voir ce qu'il pouvait y avoir, j-je me dirigeai alors v-vers c-ce petit amas de planche, avant une fois en haut q-que de l'autre coté était en train d-de s'amuser plusieurs enfants, dont c-certains d-devaient avoir m-mon âge p-physique. I-ils étaient en train d-de s-se combattre a-avec des bâtons, d-de courir, de sauter, d-d'essayer de grimper aux arbres. Et d-des enfants, i-il y en avait u-une quinzaine, t-tous des garçons à v-vrai dire.

M-me cachant derrière u-une planche, j-je commençai à les observer, p-presque à les espionner. C-c'était la p-première fois q-que je v-voyais d-des personnes d-de mon âge s-s'amuser... D-donc j-j'étais t-toute curieuse. C-c'était quelque chose q-que je ne savais pas, e-et que je n'avais j-jamais put apprendre... J-j'avais envie d-de voir... T-tout comme j-je voulais m-me joindre à eux, m-m'amuser m-moi aussi... M-mais je ne pouvais pas... Pas du tout...

Mais j-je m'appuyai p-peut être u-un peut trop s-sur une planche, q-qui céda s-sous mon poids p-pourtant léger, et qui m-me fit chuter à terre dans u-un fracas de bois. B-bien évidement, t-tous m'avaient entendu, et t-très rapidement, l'un d'eux cria en me désignant :

"Une espionne de Fuyu qui détruit notre QG ! Attrapez là !"

Je c-commençai à avoir peur, voyant t-tous ces enfants commencer à s-se diriger vers moi, l'air agressif, je s-secouai v-vigoureusement la tête de gauche à droite, voulant protester, mais m-ma voix était coupée p-par la crainte, t-tout comme mes jambes q-qui tremblaient...

Toutefois, je reçu une pierre au niveau du front, m'arrachant des larmes et un petit cri aigu de douleur. Passant rapidement ma main, je vis que je saignais, et p-plutôt b-beaucoup ! I-ils v-voulaient m-me faire du mal !

Ayant toujours peur en les voyant arriver, je c-commença à p-prendre la fuite, courant v-vers l-la rue q-que je n'aurais jamais dû q-quitter, p-pleurant à chaudes larmes pendant qu'ils s'empressaient de me suivre, armés de b-bâton et autres cailloux.

Je s-serpentai à toute vitesse dans deux à t-trois rues, a-avant d-de, n-ne regardant p-plus à c-cause d-de mon souffle très court devant l-l'exercice physique q-que devenais de faire, percuter q-quelqu'un d-de plein fouet. J-je tombai lourdement au sol, p-perdant pendant p-plusieurs secondes mes repères, avant d'entendre les pas rapides à quelques mètres des enfants m-me pourchassant.

Apeurée, ne sachant p-plus quoi faire et n-n'ayant p-plus la force d-de courir, je m-me mis en boule t-tout en pleurant, e-espérant q-que q-quelque chose s-se passe.




Dernière édition par Orina le Ven 17 Juin - 11:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Conflit d'enfance   Jeu 9 Juin - 23:37



Conflit d'enfance


Enfin. La Capitale de Chikai. Pleine d’effervescence ainsi que d’allées et venues. Le genre d’endroit dans lequel tu ne te sentais définitivement pas à l’aise. C’était beaucoup trop... vivant. Tu gardais un pas rythmé, marchant droit devant sans t’arrêter, évitant soigneusement les gens qui arrivaient à ton opposé. Tu fixais un point invisible à l’horizon, comme pour ne pas te laisser distraire par ton environnement. Perdue et tourmentée, tu avais pris la décision qu’il te fallait te diriger vers Seika, mais désormais, tu doutais de tes motivations. Si tu voulais véritablement accomplir ton objectif idéaliste, il te faudrait bien retourner à la mère patrie ; la République de Minshu. Après tout, tu n’y avais jamais mis les pieds de ton plein gré. Et cela faisait terriblement longtemps depuis ce jour fatidique.

Tu ne pouvais plus fuir.

Tu poussas un lent soupir. Que faire ? Maintenant que tu venais de faire le tour de la ville la plus importante de l’Empire de Seika, tu doutais de la démarche à suivre. En tout cas, tenter de se diriger vers un endroit légèrement moins bondé semblait l’option la plus efficace pour te permettre de garder ton sang-froid. Ah, quelle idée aussi, venir dans la Capitale même de la faction la plus exubérante des trois. Tu ne savais pas vraiment où tu allais, mais cherchais simplement un endroit plus calme, plus apaisant, tout en continuant ton avancée machinale.

Peut-être que tu ne te concentrais définitivement pas suffisamment envers ce qui t'entourais, parce que tu bousculas quelqu’un assez brutalement. Te ramenant rapidement à la réalité, tu constatas qu’à tes pieds se trouvait une petite fille rétractée en boule. Et face à toi, galopant en ta direction, une bande de gamins qui braillaient tout en brandissant cailloux et bâtons. Il devait bien y en avoir une dizaine, c’était plutôt pas mal. Apparemment, ils martyrisaient cette fillette sans le moindre remords.

Devant toi se dessinait la caricature extrême de Kosaten : un monde fait d’injustice et de cruauté.

Et cette pauvre enfant, fragile, sans défenses, te rappelait douloureusement quelqu’un ; toi. Ton toi passé, et ton toi actuel. Tu n’arrivais pas à t’empêcher d’apercevoir ton propre reflet en la regardant dans une telle position de persécution. C’était peut-être ce détail futile qui te motiva à agir. Comme pour te repentir, expier tes péchés. Il demeurait naturellement impossible d’effacer tes crimes, mais peut-être pouvais-tu les atténuer. Même de manière infime.

Tu lâchas un soupir, puis jetas un regard noir au groupe d’enfants.

— Qu’est-ce que vous faites ? Approchez ne serait-ce que d’un mètre et je vous réduis en bouillie. C’est clair ?

Ce n’était que des menaces en l’air. Évidemment que tu n’allais pas t’en prendre à de pauvres gamins innocents, mais espérais suffisamment les effrayer pour qu’ils ne restent pas dans tes pattes. Chose qui devrait s’avérer simple, puisqu’avec ton sceau planté au milieu du front et toutes les histoires qu’ils avaient dû entendre à propos des élus, les membres de ce petit groupe devraient être en mesure de comprendre.

Les trois-quarts de la bande avaient ainsi disparu, mis à part quelque courageux qui croyaient bon de rester plantés là.

— Allez, filez.

Tu accompagnas tes paroles d’un vague geste de tes mains, patientant que les derniers ne décampent en lâchant un « Retraite, retraite ! » , puis t’accroupis aux côtés de la fillette en larmes, recroquevillée sur elle-même. Tu avanças machinalement ta main vers celle-ci, mais rétractas ton geste avant de l’atteindre, puis fis néanmoins d’énormes efforts -N’étant pas des plus expressives- pour finalement placer un sourire sur ton visage.

— Est-ce que ça va ? Tu peux te relever ? Tu n’as plus rien à craindre, ils sont partis, ils ne pourront plus te faire de mal.

Ce devrait être suffisant pour la rassurer, non ? Ah, tu n'en avais pas la moindre idée. Dans tous les cas, le fait était qu’elle se trouvait en sécurité désormais. À moins que tu ne l’aies encore plus effrayée, peut-être ? Pour l’instant, tout ce que tu voyais, c’était une enfant en pleurs, morte de trouille et ratatinée en boule. Et avec une telle position défensive, c'était comme si elle érigeait une carapace autour de sa frêle personne. Espérons au moins qu'elle soit assez en confiance pour parler, ou même simplement te laisser constater de son état.
©MangaMultiverse

Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Conflit d'enfance   Sam 11 Juin - 11:39





Conflit d'enfance
FEAT. Morgiana Jinn

Alors que j-j'étais au sol, j-je ne pouvais e-empêcher un grand flot d-de larmes et de s-sanglots s'échapper de moi, de m-mon oeil... P-pourquoi f-faisaient-ils ça ? P-pourquoi v-voulaient-ils m-me faire d-du mal ? J-j'avais simplement é-été curieuse d-de leurs a-agissements, d-de leurs manières de jouer l-les uns a-avec les autres, t-tous ensemble...

Mettant mes m-mains devant m-mes yeux, j-je ne pus q-que... qu'attendre q-que l-la fatalité n-ne vienne, q-qu'ils d-déchainent leurs c-coups et leurs c-cris s-sur moi c-comme si j-j'étais l-leur e-ennemi...

M-mais étrangement... c-ça n'arriva p-pas... j'e-entendis u-une voix d-de femme, p-peut être c-celle que j'avais i-involontairement b-bousculer e-en fuyant c-ces garçons. E-elle p-parlait f-fort à v-vrai dire, m-m-mais je n-n'écoutais pas, serrant l-les dents p-pour l-lorsque l-les coups p-pleuvront...

M-mais e-en entendant l-leurs pas p-partant d-dans la d-direction o-opposée, d-de là o-où n-nous étions t-tous arriver, j-j'eu u-un doute s-sur la suite d-des événements... C-comme si il était p-possible q-qu'ils soient tous... r-repartis... C-comme intimidée p-par la d-dame c-contre qui j-je m'étais c-cognée...

J-je sentis q-qu'elle s-s'approchait, q-que je d-devenais l-le centre d-de son attention... J-je ne devais p-pas avoir peur, e-elle v-venait d-de me protéger ! J-je commençai l-lentement à, u-une fois s-ses p-paroles entendu, r-relever la tête, encore t-toute épuisée et blessée. E-et j-je portai m-mon regard v-vers c-cette femme.

Ce qui me choqua d-dans u-un premier temps  e-en la regardant f-fut la p-présence d-d-d'un sceau divin au b-beau m-milieu d-de son front, c-comme le m-mien, m-mais d-d'une couleur et f-forme d-différente... F-faisait-elle d-donc p-partie d-d'une nation différente ? M-mais qu'importe, elle v-venait d-de me sauver, t-tout comme j-je n'étais p-pas très au fait des faits d-du monde e-et des nations.

M-mais surtout... E-elle m'avait p-posée une q-question s-sur mon état, s-savoir s-si j-j'étais b-blessée ou non. J-je p-pris u-une grande inspiration, t-tout en t-tentant de s-sécher mes larmes...

"M...Merci m-madame l-l-l'élue..."

Je regardai e-ensuite mon corps, t-tout fragile et épuisée... M-me remettre d-debout n-n'allait p-pas être p-possible t-tout de suite, d-d'autant q-que j-j'avais p-plusieurs b-bleus et b-blessures q-qui parsemaient m-mon corps u-un peu partout, s-surtout au n-niveau d-du front, o-où j-je mettais r-reçu c-cette pierre.

Mais me r-rendant c-compte q-que j-j'étais t-toujours u-une gène... Je serrai u-une nouvelle f-fois les dents, t-tout en laissant m-mes larmes r-retomber s-sans f-fin sur m-mes joues... J-j'étais v-vraiment pathétique...




Dernière édition par Orina le Ven 17 Juin - 11:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Conflit d'enfance   Lun 13 Juin - 0:43



Conflit d'enfance


Tu soufflas un grand coup, premièrement satisfaite.

Au début, tu pensais l’avoir effrayé ou au moins légèrement décontenancé. Surtout qu’elle ne semblait pas encore apte à te répondre. Prenant ton mal en patience, tu attendis calmement que cette enfant dise quelque chose. Peu importait quoi. Et finalement, celle-ci prit une profonde inspiration avant de souffler trois petits mots de remerciement, le tout en essayant d’essuyer ses pleurs. Au moins, elle t’avait répondu. C’était déjà ça.

Même si elle semblait plutôt intimidée -Ou tu le supposais, d’autant plus qu’elle bégayait énormément-, la fillette releva la tête et croisa ton regard. Une mèche de cheveux camouflait son œil gauche. Et son œil droit, rouge ardent et plein de larmes, se pointa finalement en ta direction. Sa crinière rosée, dont la teinte se rapprochait de la tienne, se trouvait séparée en deux couettes et devait bien lui arriver au moins à la taille.

— Appelle-moi Morgiana, je n’aime pas toutes ces formalités. Et tu n’as pas besoin de me remercier, je t’ai aidé par choix.

Et c’était rigoureusement vrai. Enfin, il y avait aussi le fait que ce n’était qu’une enfant et surtout qu’elle te faisait penser à toi, d’une certaine manière, qui te poussaient sans doute à te sentir concernée par sa situation. Peut-être que tu le faisais néanmoins inconsciemment dans un but égoïste, mais en tout cas, si ta petite personne préférait ne pas être impliquée, tu ne te trouverais pas là à te préoccuper de son état.

Par ailleurs, concernant celui-ci, tu pouvais deviner quelques ecchymoses sur son corps, notamment au niveau de son front. Bon, ça aurait pu être pire, certes... Mais pour une enfant de cet âge -D’une dizaine d’années, supposément-, cela devait déjà être assez éprouvant et violent. Et quelle injustice de devoir subir de tels dommages, si jeune, dans un monde comme Kosaten. Alors, pour pallier à ce léger problème, tu réfléchis à la démarche à envisager. Même si tu n’eus pas réellement le temps avant de te retrouver devant une nouvelle complication.

Pour une raison qui t’échappait, la demoiselle fondit une nouvelle fois en larmes. Tu lâchas précipitamment, sous la légère panique :

— Oh ! Qu’est-ce qui t’arrives ? Tu as mal quelque part ?

Fait qui ne serait pas si étonnant, après réflexion. Bon... Que faire ? Vraiment, ce n’était définitivement pas dans tes habitudes. Qu’est-ce qu’il t’avait pris d’interagir dans une situation qui risquait de bien vite te dépasser ? Tu n’avais pas la moindre idée de ce qui pouvait bien avoir déclenché une telle réaction chez ton interlocutrice. Et pendant que tu réfléchissais aux possibles éventualités, ses larmes ne s’arrêteraient pas de rouler. Tu continuas donc de l’assaillir d’interrogations, tentant désespérément de trouver une solution.

— Hum... Tu as besoin d’aide ? Que veux-tu faire ? Tu habites par ici ?

Beaucoup de questions. Enfin, beaucoup pour quelqu’un comme toi. En même temps, tu ne savais absolument rien de ta jeune interlocutrice. Autant tu étais étonnamment prête à l’aider, autant ce simple fait s’avérerait légèrement plus compliqué sans la moindre information de sa part. Surtout que tu avais du mal avec les enfants et ne pouvais pas deviner ce qu’elle voulait, à moins que la demoiselle ne te l’indique de vives voix. Ce que tu espérais de tout ton être avant que la situation ne t'échappes trop.

— Mais ce serait peut-être plus pratique si je te demandais d’abord ton nom...

Tu t’interrogeais sur quoi faire ou que dire à présent, semblant avoir utilisé toutes les options qui t’apparaissaient à l’esprit.

Ah, les rapports humains étaient vraiment compliqués.
©MangaMultiverse

Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Conflit d'enfance   Lun 13 Juin - 10:31





Conflit d'enfance
FEAT. Morgiana Jinn

M-malgré que j-je ne sois qu'un p-poids, q-qu'une gène p-permanente p-pour cette f-femme, j-je s-sentais b-bien q-qu'elle essayait d-d'être gentille a-avec moi, d-de m-me montrer q-que je n'avais p-pas de raison d-d'avoir peur, d-de la craindre e-et q-que j-j'étais e-en sécurité p-puisque t-tout c-ceux q-qui voulait m-me f-frapper a-avait f-fuit d-devant s-ses paroles e-et ses menaces...

J-je p-passa m-ma main a-au niveau d-de mon œil, t-tentant d-de sécher l-les larmes q-qui envahissaient sans s'estomper m-mes joues, l-les rendant s-si humides q-qu'elles e-en reflétaient l-le soleil...

Et malgré t-tout, elle e-essayait d-de savoir c-ce qui n'allait p-pas, p-pour t-tenter d-de m'aider, d-de résoudre a-avec g-gentillesse m-mes problèmes... A-alors q-que j-je ne p-pouvais p-pas la remercier a-autrement q-qu'avec m-mes paroles... J-je pris u-une b-bonne inspiration, a-avant d-d'expliquer à c-cette femme c-ce qui s-se passait... Ou t-tout du moins... Tenter d-de le bredouiller...

"E-excusez-moi, m-m-madame l-l'é... M-madame Morgiana... C-c'est j-juste q-que... Je... J-je suis d-désolée d-de v-vous causer d-des soucis..."

E-et puis e-elle m-m'avait p-posé d-de nombreuses q-questions, n-notamment s-sur m-mon état... E-elle m-m'en avait p-posé tant q-que m-ma tête t-tournait un peu a-avec m-mes larmes e-et l-les blessures q-qui l'ornait... S-si j-j'étais incapable d-de m-me défendre c-contre d-des enfants o-ou des animaux... Comment a-allais-je p-pouvoir être u-utile à quelqu'un, u-un jour ?

M-mais i-il f-fallait q-que je r-réponde à s-ses questions...

"J... Je m-m'appelle O-Orina... J... J'étais e-en train d-de me balader q-quand j-j'ai v-vu d-des e-enfants d-de mon âge e-en train de j-jouer... J-j'étais c-curieuse, p-puisque c-c-c'était l-la p-première fois q-que je voyais d-des jeux d-d'enfants... N-néanmoins, q-quand i-ils m'ont vu... I-ils m-m'ont d-donner l-la chasse... J-jusqu'à c-ce que j-je vous percute..."

Je b-baissa la tête, avant d-de la r-remercier à n-nouveau, m-malgré q-qu'elle m'avait d-dit p-précédemment q-que j-je n'avais p-pas besoin... m-mais j'insistai...

"M-merci v-vraiment b-beaucoup, M-madame Morgiana..."

M-mais m-malgré t-tout mes r-remerciements... M-mes blessures n-ne s-se guériraient p-pas t-toute seules... I-il allait f-falloir q-que j-je l-les soignes... O-ou q-que j'ennuis d-de nouveau u-une p-personne p-pour ça a-alors q-que j-je n'en valais p-pas la peine...

"E...Est-ce q-que v-vous savez o-où s-se trouve u-un... G...Guérisseur ? Ça m-me fait m-mal p-partout..."

J-j'essaya d-de me lever, m-mais e-en réalisant ça, j-je poussai un p-petit c-cri d-de surprise et d-de douleur a-avant d-de me t-tenir fermement l-la cheville... E-elle d-devait être blessée... C-comment a-allais p-pouvoir marcher m-maintenant ?







Dernière édition par Orina le Ven 17 Juin - 11:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Conflit d'enfance   Mer 15 Juin - 2:36



Conflit d'enfance


Cette fois, ta jeune interlocutrice semblait légèrement plus apte au dialogue que précédemment. Ou en tout cas, elle commençait à te répondre un peu plus précisément. Fort heureusement, la discussion ne tournerait plus en rond et tu pourrais ainsi en apprendre plus sur la curieuse enfant devant toi. Au moins de sorte à pouvoir l’aider, t’étant suffisamment impliquée pour ne plus pouvoir la laisser en plan. Apparemment, elle semblait s’en vouloir de t’occasionner autant de problèmes. Et tu ne trouvas rien de sensible à lui répondre, sur le moment.

À vrai dire, oui, elle te causait des soucis. Ce serait mentir que d’affirmer le contraire. Mais la nuance se trouvait dans le fait que tu agissais de ton plein gré. Il te fallait mobiliser de nombreux efforts pour ainsi t’investir dans sa situation, alors si en plus, elle passait son temps à culpabiliser pour un détail aussi futile que celui-ci... Tu préféras donc ne rien ajouter, ayant conscience de ton manque de tact qui pourrait lui arracher encore d’autres excuses et auto-accusations.

Finalement, la fillette te résuma sa mauvaise aventure. Elle se nommait donc Orina. Bon, au moins tu avais finalement découvert son prénom. Mais un détail te fit tiquer... C’était la première fois qu’elle voyait des enfants s’amuser ? Bah, tu pouvais comprendre son ressenti d’une certaine manière parce qu’ayant été vendue relativement jeune en tant qu’esclave, tu n’avais pas réellement bénéficié d’une enfance ordinaire, mais... Que pouvait-elle avoir vécu pour en arriver là ? C’était étrange. Par ailleurs, son apparence l’était tout autant, elle ne ressemblait pas à une native de ce monde. Et quelque chose de singulier se dégageait aussi de son odeur, faible, mais bien présent.

Mais ce ne pouvait pas être une élue, pas vrai ? À cet âge, impossible.

Bah, il y avait de toute manière plus important à régler pour le moment et tu ne voulais définitivement pas confirmer cette éventualité. Orina te remercia une seconde fois, accompagnant ses dires d’un « Madame Morgiana ». Tu n’avais pas vraiment l’habitude qu’on orne ton identité de tant de qualificatifs, mais bon, elle avait l’air d’y tenir. Tu lâchas un fin sourire -En espérant qu’il n’ait pas l’air trop crispé ou nerveux, parce que bon, ce n’était plus aussi simple qu'auparavant-, comme pour lui répondre, comprenant qu’il ne servirait à rien de lui expliquer que ce n’était pas la peine de s’excuser et remercier à tout-va.

Puis la demoiselle t’exposa une nouvelle demande. Un Guérisseur ?

— Je suppose qu’en cherchant un peu, on devrait pouvoir en trouver un.

Tu n’en avais pas la moindre idée, mais puisque vous vous situez tout de même à Chikai, Capitale de Seika, ce serait chose aisé. Enfin, tu le supposais, ce n’était que la première fois que tu mettais les pieds ici, après tout. La tentative de se relever d’Orina fut soldée d’un échec. Elle ne pouvait même plus marcher ? Apparemment, le problème venait de sa cheville. Ses blessures étaient peut-être plus graves qu’elles n’en avaient l’air, après tout.

— Hm. Puisque tu n’as pas l’air d’être en mesure de marcher, je n’ai pas vraiment d’autre choix...

Pour accompagner tes paroles, tu saisis son frêle corps pour la prendre dans tes bras. La tenant fermement tout en veillant à ne pas plus la faire souffrir.

— ... que de te porter.

Et elle était étonnamment légère ! Un véritable poids plume. Déjà qu’à la base, ta force physique te permettait de soulever des charges exceptionnellement lourdes, mais là, tu avais quasiment l’impression de ne rien tenir. Enfin, à voir si elle supportait ton geste -A sa place, tu ne l’aurais sûrement pas toléré, mais bon toi et les contacts...-, mais il n’y avait pas grand-chose d’autre à faire, et puis, elle causerait sans doute beaucoup plus de soucis en restant assise par terre dans l’incapacité de bouger que maintenant.

En tout cas, si cela lui convenait, il n’y aurait plus qu’à demander à droite, à gauche, la route pour débouler chez un Guérisseur, un médecin, peu importait. Mais au moins, bon nombre de problèmes seraient ainsi réglé.
©MangaMultiverse

Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Conflit d'enfance   Ven 17 Juin - 13:00





Conflit d'enfance
FEAT. Morgiana Jinn

A-alors q-que je serrai l-les dents p-pour ne pas pleurer a c-cause de cette nouvelle d-douleur q-qui m'avait mise à terre... L-la m-madame m-me pris d-dans ces bras, p-pour me porter e-et m-m'emmener v-voir un guerriseur...

J-j'étais t-très g-gênée... Et a-accablée p-par ma faiblesse d-de ne r-rien pouvoir f-faire p-par moi-même... J-j'étais t-toujours d-dépendante d-des autres... J-j'avais t-toujours b-besoin d-d'être a-aidée p-par les autres, d-d'être soignée et s-sauvée des s-situations d-dans lesquelles j-je m-m'imisçait p-par m-mon imprudence e-et ma c-curiosité... J-je voulais t-toujours en a-apprendre plus... Et à c-chaque fois... Cela c-causait du tort, q-que ce soit aux autres... Ou à m-moi même... Et dans ce dernier cas, une autre personne é-était toujours o-obligée d-de m'aider...

Et p-pourtant... C-cela f-faisait b-bientôt... deux mois q-que j-j'étais a-arrivée d-dans ce monde s-si étrange q-qu'était Kosaten... Et donc 8 mois q-que j'avais vu le jour... 8 mois... Est-ce que... Bientôt... J-j'aurai le droit... à un anniversaire ?

J-je savais q-que c'était une coutume q-qui existait... M-mais personne ne devait m-me le souhaiter... P-puisque... J-je ne pense pas l-le mériter... J-je n'apporte q-que des soucis... Et des problèmes.

P-pour en revenir à c-cette d-dame q-qui me portait... M-même si j-je tressailli les premiers instants p-par la surprise q-qu'elle s'abaisse a-autant pour moi... M-mais... Elle m-m'avait p-protéger d-du danger, e-et se montrait s-si gentille a-avec moi... J-je n-n'avais p-pas de r-raison d-d'avoir p-peur d'elle... M-même si son sceau é-était différent du mien...

E-en fait... T-tout ceux q-que j'avais rencontré... Avait été... Tous gentils a-avec moi... Peut être q-que c'était le cas de tous l-les élus ? D-des sortes d-de justicier a-au sein des nations ? J-je n'en savais rien... M-mais i-il me fallait r-remercier à n-nouveau cette dame :

"M-m-merci b-beaucoup, m-madame M-Morgiana... S-sans vous... J-je... Je..."

J-je ne prononçai plus un mot... E-elle d-devait t-très bien s-savoir c-ce q-qu'il s-se serait passé s-si elle n-n'était p-pas intervenue... C-ce que tous c-ces enfants, p-pourtant d-de mon âge p-physique... A-aurait p-put m-me faire d-du mal e-en me frappant...

"D-désolée... J-je ne c-connais p-pas c-cette p-partie d-de la ville... J-je v-voulais j-juste découvrir t-tout cet endroit... A-apprendre c-ce qui se p-passe à l-l'intérieur d-de ces murs q-qui protègent d-du monde extérieur, q-qui est... D-dangereux..."

J-je serrai e-encore u-une fois l-les dents, a-avant d-de poser m-mes yeux s-sur son front... S-son sceau... M'intriguait...

"Que... V-vous ê-êtes u-une élue d...De quel p-pays ?"


J-je ne connaissais pas v-vraiment l-les deux autres n-nations d-de Kosaten... A v-vrai dire... J-je connaissais à p-peine c-celle q-qui me logeait, à s-savoir Seika... Q-quant à s-savoir p-pourquoi s-son dieu m-m'avait invoquée... J-je restais s-sans réponse...

************

Note :
 

Pendant le t-trajet, la d-dame qui me transporta r-restait extrêmement silencieuse, se c-concentrant principalement s-sur une seule c-chose : T-trouver r-rapidement u-une p-petite c-clinique d-de quartier a-afin d-de pouvoir me déposer l-là bas pour q-que je p-puisse recevoir c-ce que j-j'obtenais souvent m-malgré m-moi : D-des soins...

J-j'essayais p-pourtant v-vraiment b-beaucoup d-d'être p-prudente, e-et d'éviter d-d'être b-blesser p-par d-des gens, comme ce fut le cas il y-y a u-un certain temps l-lorsque d-des bandits m-manquèrent d-de très p-peu de m'enlever... H-heureusement q-qu'Adelaïde, l-la changeforme q-qui semblait venir d-du même monde que moi, m'avait sauvé c-cette journée là...

D-demandant juste q-quelques informations nécessaires p-pour trouver q-quelqu'un d-de compétent d-dans le d-domaine, elle continuait stoïquement sa marche, pour au final arriver vers ce qui semblait être une clinique bien entretenue. Sans attendre d'avantage, elle me déposa à l'intérieur, puis parti directement, sans un autre mot...

C'est ainsi que se termina ma rencontre avec cette dame... Dont je ne savais au final que le nom...


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

-



MessageSujet: Re: Conflit d'enfance   

Revenir en haut Aller en bas
Conflit d'enfance
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Conflit Est-Ouest au cœur du Caucase
» Conflit gauche droite... du cerveau...
» Excuses ou conflit ? Un temps pour chaque choses. [Asté...]
» Conflit de générations
» Un petit arrangement vaut mieux qu'un grand conflit [Livre I - Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Manga Multiverse ::  :: Empire de Seika :: Capitale de Chikai-


Crédits : Design : Phoenix & Pingouin Règlements & Contexte : Phoenix
Forum optimisé pour Google Chrome.