Partagez | .
Flammes dansantes
Invité Invité

-



MessageSujet: Flammes dansantes   Jeu 23 Juin - 12:37





Flammes dansantes
FEAT. Tanith Amonwiel

Aujourd'hui é-était une journée b-bien m-mouvementé... P-pour que j-je r-réussisse m-mieux à m-m'acclimater à l-la vie d-dans l-les murs d-de Chikaï, m-mais aussi et s-surtout p-pour q-que je ne vienne à m-manquer de rien, M. Amonwiel avait d-décidé de m-m'emmener f-faire un tour au t-très b-bruyant m-marché d-de la ville, au b-beau milieu des é-étalages et des c-commerçants q-que j-j'avais essayé d-de fuir p-pendant t-tout le temps o-où je me débrouillai seule. 

"Les poissons les plus grand et les plus juteux que vous n'ayez jamais put voir !"

Il fallait dire q-que je s-supportai e-encore assez mal l'agitation... A-alors d-devoir aller p-parler à des gens au b-beau milieu d-d'un b-brouhaha constant, a-avec des p-personnes s-se trouvant a-absolument partout e-et bloquant m-malgré eux les accès de sortie, était p-pour moi u-une épreuve très très très d-difficile... Et il fallait b-bien moins que c-cela p-pour que je me sente m-mal à l'aise. La s-simple confrontation d'un regard, m-même avec l-le vampire q-qui m'avait recueilli, était difficile... Alors il suffisait q-que je d-doive c-croiser l-la route d'un individu avec un tout petit peu de p-prestance et d'autorité q-que je ne connaissais pas... Et j-je tremblotais de tout m-mon petit corps...

M-mais la présence de M. Amonwiel m-m'aidait à n-ne pas être t-trop craintive v-vis à vis d-de ce g-gigantesque flot de p-personne bruyantes. J-je ne le quittai pas d'une semelle, m'accrochant même d'une main à son manteau afin d-de toujours être à p-proximité de lui, s-si des problèmes d-devaient survenir...

"Des fruits ! Des légumes ! Du pain en provenance direct de notre nouvel axe commercial, Shiryoku !"

Et de plus... J-j'en a-avait v-vraiment besoin... M-ma tunique q-que je portai d-depuis mon arrivée à K-kosaten c-commençait s-sérieusement à s-se déchirer d-de toute part... C-cela faisait d-des mois q-que je l'avais, et ce b-bien avant m-mon arrivée d-dans ce monde... E-elle avait connu d-des ronces, des c-crocs... Le sable, le sang, l-la terre, l'eau... Elle a-avait v-vraiment t-tout connu... E-et c'était u-un exploit q-qu'elle soit encore en m-mesure d'être portée... I-il fallait, a-aujourd'hui q-que je lui dise a-adieu, m-même s-si avec u-un peu de couture, e-elle serait e-encore en état...

M-mais M. Amonwiel n-ne l-l'entendait p-pas d-de cette oreille. I-il était a-assez peu m-matérialiste, m-mais je s-savais q-qu'il p-pensait p-pour que j'aille au mieux, d-donc i-il souhaitait a-absolument m-me procurer c-ce que j'avais besoin. I-il suffisait d-de voir l-le sac d-de couchage q-qu'il m-m'avait acheté p-pour que je p-puisse dormir... I-il était t-très c-confortable, p-peut être m-même d-de trop p-pour q-qui je suis, et s-surtout c-ce que je s-suis...

"Des épices, achetez mes épices venant directement du cœur de la forêt tropicale !"

"Pierres, matériaux rares, trouvez votre bonheur en un simple regard !"

Au final, je me laissai simplement guider par le vampire, qui malgré l'agitation e-et le soleil q-qui affaiblissait u-une partie de s-ses forces, connaissait mieux l-le coté m-marchand d-de la ville q-que moi... L-lui m-même était un c-commerçant l-lorsqu'il avait o-ouvert s-sa boutique d-de potions au coeur d-de la ville, et d-dans laquelle j-j'avais f-fait sa rencontre avec d-de tumultueuses p-péripéties...

"De la soie, du chanvre, du lin, brodés et coud par les meilleurs artisans de tout Kosaten !"

Entendant cette phrase, q-qui était n-notre o-objectif p-principal... J-je t-tira u-un peu plus l-le manteau d-du vampire, d-dans l-le cas o-où l'agitation a-avait f-fait en sorte q-que les cris n-ne lui p-parviennent pas, t-tout en disant a-avec q-quelques paroles étouffés :

"M-Monsieur A-Amonwiel... J-j-je crois q-que c'est... Ici."



Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Flammes dansantes   Jeu 23 Juin - 13:26

- Flammes dansantes -


Cela faisait maintenant quelques jours que j'avais recueillis cette petite fille du nom d'Orina. J'avais pallié au strict minimum en ravitaillant mes provisions en conséquence et en me procurant de quoi la loger, mais c'était bien peu pour accueillir et éduquer quelqu'un. La pauvre se contentait de peu de nourriture et de quelques guenilles comme vêtement. Sans parents, il était très probable qu'elle n'ai jamais était habitué a vivre en société, et se contentait de ce qu'elle trouvait dans la nature, que ce soit en termes de nourriture ou de vêtements, ce qui expliquerait sa faible constitution et son allure misérable.

Comme l'on pouvait s'y attendre de la part d'une capitale, le marché était très mouvementé : il devait bien y avoir plusieurs dizaines d'étals différents, et plusieurs centaines de clients déchainés qui s'empressaient de se ruer sur la moindre bonne affaire qu'ils pouvaient entrevoir. Les bousculades étaient légion, et il était facile de perdre quelqu'un d'aussi petit et fragile qu'Orina, aussi je posais ma main sur son épaule et la tenais contre moi, alors qu'elle même me tenait par le manteau.

Notre errance continuait sans que nous trouvions ce que nous cherchions. Le chaos ambiant rendait les étals très peu visible, et le brouhaha couvrait les annonces des marchands, les empêchant d'atteindre nos oreilles. Le peu que je pouvais apercevoir au travers des rayons solaires ne correspondait aucunement à nos exigences. Heureusement, Orina mit fin a notre errance en m'indiquant la direction d'un marchand de tissus. L'étal était tenus par un homme d'une trentaine d'année, très bien vêtus et très extravaguant, ce qui lui donnait un peu un air d'arlequin.

Enfin, son commerce proposait en effet de bien belle pièce. Si je n'avais pas déjà ce dont j'avais besoin, j'aurais très probablement envisagé de me fournir ici, mais il n'était pas question de ma personne aujourd'hui. J'inspectais rapidement les présentoirs des yeux, il y avait certaines pièces brodé, d'autre aux couleurs flamboyantes, d'autre bien plus ternes, cet homme proposait vraiment de tout, autant de pièces rares que de simple. Je me baissais au niveau de la petite fille, pour que mes paroles puissent l'atteindre sans avoir à souffrir du brouhaha.

"Prend ce qu'il te plait. Ne te gêne pas, ce n'est pas les moyens qui nous manquent, mais ne dévalise pas le magasin pour autant."

J'affichais un gentil sourire en poussant légèrement la petite fille vers les présentoirs.

Tanith Amonwiel


Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Flammes dansantes   Jeu 23 Juin - 14:56





Flammes dansantes
FEAT. Tanith Amonwiel

J'avançai p-par petit pas v-vers l-l'étalage. M-M. Amonwiel a-avait donné e-encore u-une fois son aval p-pour q-que j-je trouve q-quelque c-chose q-qui m-me c-convenait. I-il semblait, e-en tout cas, q-que l-les vêtements q-que l-le marchand v-vendait a-avaient p-plût au m-moins au vampire q-que j'accompagnai. Sinon, il l'aurait f-fait savoir, p-puis nous serions parti chercher un autre m-magasin, p-peut être b-beaucoup plus loin...

Mais m-même s'il disait q-qu'il a-avait l-les moyens p-pour acheter c-ce qu'il me fallait... J-je préférais, p-pour éviter d-d'être e-encore une fois une gêne, acheter l-la chose l-la moins c-chère possible. T-tant q-que j'avais q-quelque chose p-pour me protéger d-du soleil qui tapait violement ma peau. Même si j-je n'étais p-pas aussi vulnérable q-que M. Amonwiel à ce s-sujet, je r-restai t-très fragile...

C-c'est avec u-une grande t-timidité et a-appréhension q-que j-j'attendai mon tour, p-plusieurs p-personnes s-s'étant glissées a-avant moi, jouissant d-de plus d-d'entrain p-pour faire leurs achats, et d-disposant d-de mille fois plus de confiance en eux q-que je pouvais en avoir e-envers m-moi même...

U-une fois m-mon tour arrivée, u-une femme arriva r-rapidement d-de derrière l-le comptoir, p-pour présenter u-un b-beau vêtement. J-j'imaginai q-qu'elle en était l-la créatrice, p-puisqu'il l-lui restait d-du fil e-entortillée t-tout autour d-de ses doigts. M-mais d-dès que son r-regard s-se posa s-sur moi, elle ne put s'empêcher d-de sentir u-une e-excitation t-toute particulière, t-tout en disant :

"Quelle mignonne enfant ! Qu'est-ce qui t'amène ici ma chérie ? Tu veux acheter quelque chose ?"

S-sentant b-bien q-que j-j'étais d-devenue le centre d'attention d'elle, d-du marchand, mais aussi de quelques p-personnes aux alentours à c-cause du fait que cette dame parlait assez fortement, j-je ne put m'empêcher de rougir d-de timidité, mais aussi u-un peu à cause d-du compliment q-qu'elle m'avait fait...

"J-je..." Balbutiai-je avec difficulté, avant de prendre u-une inspiration, c-comme souvent, p-pour reprendre t-tout bas : "J-je voudrais... Quelque chose..."

Malgré l-le fait q-que surement p-personne n-n'avait p-put me comprendre, elle acquiesça en s-se penchant v-vers moi, a-avec un grand sourire, a-avant d-de me prendre p-par la main, e-et de m’entraîner d-derrière l'étalage, en disant :

"Ma chérie, j'ai exactement ce qu'il faut pour te sublimer !"

N-ne pouvant r-rien faire, t-trop surprise et apeurée, j-je f-fut amené à quelques mètres de là, où très r-rapidement, l-la femme commença à p-prendre p-plusieurs m-mesures  u-un peu partout s-sur mon corps, q-que ce soit l-la hauteur, l-la largeur o-ou l-le contour. Elle n-notait ça à t-très grande vitesse, t-tout en margotant plusieurs fois s-ses projets. U-une fois qu'elle eu fini, elle m'adressa un grand sourire tout en prenant p-plusieurs p-pièces d-d'étoffe.

"Il est vraiment temps de changer ses guenilles, tu verras, tu seras par-faite !"

J-je n'avais m-même pas l-le temps d-d'acquiescer ou d-de dire quelque chose, si j-j'en avait eu la force, q-qu'elle était déjà en train d-d'enrouler d-de larges tissues sur moi, m-marquant r-rapidement c-ce qu'il lui fallait, d-découpant e-en même temps d-des parties inutiles s-sans que je ne puisse r-rien faire. J-j'étais d-devenue u-une p-poupée q-que l'on habillait.

A-au bout d-d'une d-dizaine de minute pendant lesquelles je f-fut secouée d-dans tout les sens, e-elle m-me fit essayer u-une tenue, s-se débarrassant n-non sans dégoût d-de ce qui fut m-ma tunique, avant d-de se rediriger v-vers l-l'étalage e-et M. Amonwiel, m-montrant avec fierté la robe q-que je portais :

Orina et sa robe :
 

"Ma chérie, tu es ma-gni-fique ! La beauté juvénile incarnée ! Et vous, mon bon monsieur, qu'en pensez-vous ? N'est-elle pas rayonnante ainsi vêtue ?"



Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Flammes dansantes   Jeu 23 Juin - 19:08

- Flammes dansantes -


Le stand de vêtement était assez populaire a en juger par le nombres de clients présent. Heureusement, le propriétaire était aidé de sa femme, ce qui rendait la circulation plus ou moins fluide. Orina avançait lentement et de manière hésitante vers les présentoirs, avant de se faire intercepter par la propriétaire, visiblement toute excitée a l'idée d'habiller une petite fille. Elle l'emmena quelques mètres plus loin, pour prendre diverses mesures, très probablement pour trouver une tenue adaptée. J'attendais calmement le retour de ma "fille", observant au passage le comportement des clients, qui était visiblement énervés du départ de la propriétaire, ce qui allongeait encore plus leurs attentes.

Une quinzaine de minutes passèrent avant que je commence a ne perdre patience. J'allais questionner le marchand, quand sa femme et Orina revinrent, cette dernière arborant une robe des plus flamboyante. Elle était peut-être un peu trop légère a mon goût, mais le climat de Seika le justifiait parfaitement. Ceux qui était sensible a la température devait le prendre en compte dans leur tenus, contrairement a moi.

La propriétaire me présenta fièrement son travail, mais Orina ne se prononça pas. C'était pourtant ses goûts a elle qu'il fallait satisfaire, c'était elle qu'il fallait contenter, pas moi. Je m'approchais des deux femmes afin de me faire entendre.

"Mon avis n'a pas vraiment d'importance maintenant. Orina ? Tu l'aime ? N'hésite pas a prendre d'autre tenue si tu le souhaite, ou si elle ne te plait pas."

Tanith Amonwiel


Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Flammes dansantes   Jeu 23 Juin - 20:47





Flammes dansantes
FEAT. Tanith Amonwiel

Avec t-tout les c-compliments q-qui m'étaient fait, et l-le fait q-qu'une nouvelle fois j'étais le centre d-de l'attention d-de nombreuses personnes... U-une p-petite partie d-des nombreuses personnes q-qui e-effectuait leurs achats s-s'était arrêté pour me fixer, m-m'observer. C-certains s-s'approchaient même, c-complimentant l-le travail d-d'artiste, v-voir d'orfèvre q-qui avait été effectué pourtant s-si rapidement...

T-tous étaient s-semble-t-il à l-leur égayement a-admiratif d-devant l-le résultat, q-qui selon l-la marchande mettait en valeur m-ma beauté n-naturelle... J-j'étais t-très mal à l'aise, essayant d-de c-chercher d-du regard u-un coin d'ombre p-pour pouvoir m-me faufiler e-et ainsi r-retrouver l-la tranquillité à l-laquelle j'aspire... E-et c'était j-juste p-pour trouver d-des vêtements...

L-la réponse d-de monsieur A-Amonwiel f-fut sans appel. C-c'était à s-savoir s-si c-cette r-robe q-qui avait é-été c-confectionnée s-spécialement p-pour moi m-me plaisait... J-je n-ne savais p-pas quoi dire... L-la dame a-avait c-créer c-ce vêtement s-spécialement p-pour moi, e-et refuser s-serait d-dénigrer s-son travail q-que t-tous trouvait t-très beau, d-d'autant q-qu'elle y avait mit s-son cœur d-dans cet ouvrage... M-mais refuser... P-permettrait q-que cette robe aille à q-quelqu'un q-qui m-mérite p-plus q-que moi d-de porter c-ce beau vêtement...

F-finalement... Aimai-je cette robe ? J-je me sentais c-coupable de l'attention qu'on m'avait donné, mais... Elle é-était étonnement l-légère... C-ce qui convenait à m-mes frêles épaules... D-de plus, elle était c-confortable, d-du moins c-c'était comment j-je r-ressentais son contact s-sur ma peau p-peut être t-trop sensible... E-et de plus, v-vis à vis d-d'un p-petit miroir... J-je trouvais c-cet habit v-vraiment t-très beau... C-c'était v-vraiment égoïste d-de ma part... M-mais j'aimai b-bien cette robe... Elle me plaisait.

Je me concentrai donc p-pour essayer d-d'écarter l-le bruit d-de la foule p-pour essayer d-de d-dire au vampire q-que j-je souhaitais cette robe...

"Je... J-je me sens b-bien d-dans cette robe e-et j-j'aimerai l-la prendre..."

Mais je fus très rapidement interrompu par la dame, qui revint d-de sa v-vive voix t-toute proche de moi :

"Très bon choix ma chérie, elle te va à ravir ! Tu me fais très plaisir ! Tu es adorable !"

Entendant ses réactions, j-je me glissai d-de quelques pas v-vers M. Amonwiel, p-pour l-lui saisir l-le manteau, c-craintive à cause d-de la proximité d-du brouhaha. L-le magasin d-débordait m-maintenant d-d'activité à c-cause d-de l'attraction q-que j'avais causée, et j-je p-préférai n-ne pas e-en être prisonnière...

"M-mais... J-je ne v-voudrais p-pas a-abimer c-cette b-belle robe, l-lorsque j-je vais e-en f-forêt o-ou me balader... E-est-ce q-que v-vous p-pouvez recoudre m-ma tunique ?"

"Ma chérie, tu sais bien que je ne peux rien te refuser !"

A-avant m-même de terminer s-ses mots, e-elle r-repartie v-vers l-l'arrière d-de l'étalage, avant de disparaitre, s-se remettant en travail à g-grande vitesse, m-me laissant d-donc attendre a-avec Monsieur Amonwiel.

"J-j'espère t-tout de même q-que cette r-robe v-vous convient... J-j'aimerai b-beaucoup a-avoir votre avis d-dessus. E-en tout cas, j-je me sens v-vraiment b-bien dedans."

Je laissai un sourire heureux se dégager de moi, avant d-d'être rattrapée p-par la masse de gens, et de me remettre t-toute craintive à surveiller leurs faits e-et gestes q-qu'ils pouvaient faire, a-avant de dire, assez bas...

"M...Merci beaucoup, M-Monsieur Amonwiel..."


Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Flammes dansantes   Ven 24 Juin - 1:18

- Flammes dansantes -


La petite homonculus inspecta son nouveau vêtement, d'abord sur son propre corps, puis au travers d'un petit miroir : elle semblait beaucoup l'apprécier, et ça me faisait plaisir de voir cette enfant d'ordinaire refermer sur elle même sourire. Elle s'était décidée, elle allait la prendre. L'étoffe semblait de bonne qualité et lui allait plutôt bien, je n'avais donc rien à redire. Je me baissais au niveau d'Orina, lui parlant sur un ton doux en lui caressant les cheveux.

"Content que cela te plaise. Elle est peut-être un peu trop révélatrice, mais il faut dire que le climat de Seika ne permet pas vraiment de s'habiller comme on le souhaiterait. Tu es sûr que ça te suffira ? N'oublie pas que tu peux prendre plusieurs tenues si tu le souhaite."

Je me relevais ensuite, m'adressant cette fois-ci à la propriétaire.

"Merci bien de vous être occupé de ma "fille". Elle à l'air de beaucoup aimer cette robe, on va la prendre. Vous en demandez combien ?"

Orina demanda ensuite à la propriétaire si elle pouvait s'occuper de sa vieille tunique, ne voulant pas abimée sa belle robe si elle devait voyager dans la nature, chose que la femme s'empressa de faire, avec son entrain habituel. La petite Orina se serra contre moi, intimidé par autant d'énergie, ainsi surement par l'attention qu'elle attirait. Elle me demanda également si sa robe me plaisait, et commenta qu'elle se sentait vraiment bien dedans. Je lui répondais avec un sourire chaleureux au visage.

"Elle est vraiment très belle. J'espère juste que tu n'attraperas pas froid aux épaules. Et puis, tant qu'elle te plait, elle me plait."

Orina se crispa légèrement en me remerciant encore pour tout ce que je faisais pour elle. Il n'y avait pas vraiment de raison de me remercier, je ne faisais que tenir ma parole en veillant a son bien-être, mais j'appréciais tout de même l'attention.

"Allons ma chérie, tu n'as pas a me remercier. Je t'avais bien dit que je veillerais à ton bien-être et ton éducation, non ? Il est tout à fait naturel que je veille à ce que tu sois pleinement satisfaite avant de t'enseigner quoi que ce soit."

Je me baissais encore une fois à son niveau en lui parlant, lui caressant les cheveux, avant de lui embrasser le front.

"Tu voudra d'autre vêtements ? Peut-être d'une autre échoppe ? Il faut encore que l'on s'occupe de tes cheveux, et peut-être te prendre des friandises au passage. Qu'en penses-tu ?"

Je prenais la petite fille dans mes bras, la posant sur mon bras gauche et la serrant légèrement contre moi pour lui éviter de tomber. Je faisais également très attention a ne pas froisser sa nouvelle robe et a avoir une bonne prise, en attendant que la femme revienne avec la tunique d'Orina.

Tanith Amonwiel

Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Flammes dansantes   Ven 24 Juin - 20:40





Flammes dansantes
FEAT. Tanith Amonwiel

A-alors q-que j-je m'étais approchée d-de M. Amonwiel, i-il se m-montra très gentil a-avec moi, e-en m-me f-faisant bien comprendre q-qu'il a-approuvait l-le fait que j-je prenne c-cette robe, e-et ce m-malgré t-toute les réticences q-que je m'étais émise à c-ce sujet. I-il semblait s-se moquer d-de tout c-cela, d-de tout ce que j-j'avais put faire, a-alors qu'il était c-celui q-qui en savait l-le plus...

M-mais j-j'étais contente... Q-qu'il accepte q-que je prenne c-cette robe, e-et qu'il l-la trouve j-jolie... C-cela me fit sourire u-un tout petit peu, m-même s-si c-c'était l-lui q-qui é-était à l-l'origine d-de cette journée d'achat, m-mais il l-le faisait p-pour moi... S-s'il devait s-supporter l-le soleil, l-la foule e-et les cris, c-c'était p-pour moi, a-alors q-que... Est-ce q-que je valais t-tout c-ces efforts ?

A s-sa réponse... J-je baissai l-la tête... J-je n-ne voulais p-pas d-demander tant d-de chose, t-tout comme j-j'étais p-prête à a-apprendre l-l'alchimie e-et l-la magie q-qu'il connaissait. J-j'étais même un p-peu impatiente...

Toutefois, j-je fut encore p-plus s-surprise l-lorsque j-je sentis s-son contact s-sur mon front, s-stoppant m-ma respiration e-et les battements d-de mon coeur p-pour v-voir q-que son visage s-s'était c-collé contre le m-miens l-l'espace d-d'un instant, a-avant q-qu'il n-ne me prenne d-dans ses bras e-et me soulève, t-tandis q-que je m'accrochai, t-tremblotante e-et v-vraiment perdue d-dans mes pensées...

E...Etais-je v-vraiment d-digne d-de m-mériter u-un t-tel g-geste d-d'attention de sa part ? J-je ne savais pas... J-j'en doutais m-même f-fortement... I-il y a-avait b-beaucoup d-d'enfant p-perdu q-qui méritaient beaucoup plus que moi d'être éduqué, p-par n'importe qui, d-d'autant que l'enseignement d-du vampire p-promettait d-d'être riche d-de savoir... J-je m'en voulais d-d'être p-privilégiée ainsi, s-surtout a-avec ce que j'avais put faire...

M-mais je ne d-devais p-pas à-à cause de ma mélancolie détruire c-cette j-journée qui é-étaient emplie d-de la sympathie e-et de la bonne humeur d-de tout ces gens. L-la femme qui avait fait ma robe l-l'avait fait p-par pur passion, s-sur un v-véritable c-coup de tête... E-et M. Amonwiel... N-ne semblait p-pas v-vraiment contrarié d-de v-veiller s-sur moi... J-je ne savais v-vraiment pas q-quoi faire...

J-je répondis n-néanmoins à M-Monsieur Amonwiel, q-qui se d-demandait s-sur ce que nous a-avions encore à f-faire c-comme échoppe, h-honteuse d-de demander q-quelque chose...

"J-je...Il... D-d'accord... Et, j-j'aurai p-peut être b-besoin d-de nouvelle sandales... M-mais ce n'est pas t-très important, c-celles q-que j'ai m-me conviennent t-très bien."

F-finalement l-la m-marchande r-revint avec m-ma tunique q-qui avait été r-raccommodée a-au niveau des nombreux accros et déchirures que c-ce vêtement avait put subir p-par m-mon tumultueux passé... J-j'étais contente d-de voir q-que mon h-habit ordinaire a-avait été r-rafistoler e-et étais prêt à être d-de nouveau porté.

"Et voilà, mon bon monsieur ! Voici la tunique de votre magnifique fille. Et je ne suis pas peu fier de mon travail !"

Toutefois, ce fut s-son mari, l-le marchand, q-qui r-reprit les dires d-de la d-dame, s-se raclant d'abord la gorge.

"Donc, entre la robe confectionnée sur mesure, et l'artisanat effectué sur la tunique... Cela nous fait un total de 120 yens."

"Voyons, fait leur un prix ! Cette petite ange m'a inspirée, m'a illuminée !"
Répliqua néanmoins la dame, en se retournant vers l-l'homme.

"Bon... Pour une centaine de yens, mais pas moins !"



Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Flammes dansantes   Ven 24 Juin - 23:49

- Flammes dansantes -


La petite Orina se laissait faire, mais il était évident qu'elle était gênée, de l'attention qu'elle attirait, mais aussi peut-être de celle que je lui donnais. Elle arrivait toute fois à bafouiller une demande, disant qu'elle aimerait bien remplacer ses vieilles sandales, même si elles lui convenaient. Ses chaussures étaient en piteux état, les lanières ne tenaient presque plus en place, et le cuir était très usé. La jeune fille devait avoir beaucoup errée avant de me rencontrer. Je lui répondais sur un ton gentil et attentionné.

"N'ai pas peur de vouloir quelque chose ma petite, tu n'es plus seule maintenant, je suis là. Si tu désire quelque chose, tu n'as qu'à le demander. Tu es ma "fille" maintenant, c'est mon rôle de veiller sur toi et a ce que chacun de tes besoins soient comblés."


Je passais gentiment ma main dans ses cheveux, avant d'être interrompus par le propriétaire qui m'annonçait le prix de ses services : cent-vingt yens. C'était un prix honnêtes pour ce qui avait été fait, et même si sa femme voulait nous offrir une ristourne, je sortis l'argent que demandait le marchand d'une bourse accroché a l'intérieur de mon manteau et le posais sur le comptoir.

"Je n'ai pas besoin d'une ristourne madame, votre travail mérite salaire, et j'ai les moyens de le payer. Merci bien de nous avoir accordé votre temps."


Je glissais la tunique d'Orina le long de mon bras droit alors que je faisais demi-tour, m'éloignant du stand de vêtement pour m'enfoncer de nouveau dans le marché. C'était une satisfaction que je n'avais pas ressentis depuis plus d'un siècle : m'attacher comme ça a un autre être et lui dédié mes efforts. La nostalgie me fit abordée un sujet qui était délicat pour moi.

"C'est étrangement agréable de t'avoir avec moi, tu as l'air de bien apprécier l'endroit, malgré tout le stress qu'il te cause. Mon dernier "enfant" remonte à plus d'un siècle, un jeune homme droit et exemplaire, toujours très chaleureux avec les autres. Lui aussi aimait les endroits très peuplés. C'était quelqu'un de très dévoué a tout ce qu'il faisait."

Je caressais gentiment la joue d'Orina de ma main droite alors que nous avancions au milieu de la foule et du brouhaha. Comme a chaque fois que ce genre de pensée me traversait l'esprit, mon visage affichait un sentiment de mélancolie, comme si j'étais perdu dans d'agréables souvenirs.

Quelques secondes de blanc marquèrent cette absence, avant que je ne m'en rende compte. Je secouais un peu la tête, pour reprendre un peu plus mes esprits, avant d'aborder un sujet un peu plus "important".

"Enfin, nous avons encore des choses à faire. Il faut donc t'acheter de nouvelles bottes, et peut-être s'occuper de tes cheveux, non ? Tu aimerais les couper, ou peut-être qu'un lavage suffirait ? Sans vouloir être méchant, cela doit faire quelques temps que tu ne les a pas lavé, non ?"

Je caressais a nouveau gentiment les cheveux de ma fille, comme pour lui signaler que je ne parlais pas a mal.

Tanith Amonwiel


Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Flammes dansantes   Sam 25 Juin - 15:15





Flammes dansantes
FEAT. Tanith Amonwiel

I-il s-semblait qu'en q-quelques j-jours j-j'étais devenue l-la f-fille d-de M. Amonwiel, q-qui se dévouait b-beaucoup p-pour moi, p-peut être m-même de trop... E-encore u-une fois, a-alors q-qu'il confirmait ses dires, j-je me contentais d-d'hocher l-la tête, p-préférant n-ne pas l-le contredire s-sur ce terrain... J-j'aurais p-put une nouvelle f-fois t-tenter d-de le faire c-changer d-d'avis s-sur c-ce qu'il voulait faire, s-sur ce lien q-qu'il d-développait a-avec moi, q-qui p-pouvait m-mal finir a-avec m-mes pouvoirs q-que je n-ne pouvais c-contrôler... M-mais le vampire s-semblait p-plutôt... empli d-d'entrain à v-vouloir m-mon bien, t-tout comme en ce m-moment, m-mon pouvoir était i-inactif, s-sommeillant... J-je n'avais p-pas d-de risque d-de t-tout détruire, e-et avec u-un p-peu de prudence... L-les choses s-seraient très bien ainsi...

E-et puis, m-même s-si j-je m'en voulais d-d'être u-une e-enfant s-si privilégiée... L-le fait q-que ce soit gênant c-car je n-n'en valais pas la peine... J-j'appréciai u-un peu ç-ça... Honteusement à-à vrai dire...

M-mais l-lorsque l-la f-femme revint et annonça l-le prix, j-je rougis d-de honte... C-c'était b-beaucoup... E-et juste pour moi... E-est-ce q-que j-je devais r-rendre c-cette robe e-et ainsi m-moins c-coûter à M-M. Amonwiel ? J-je n'eu p-pas l-le temps d-de contester, q-qu'il a-avait déjà p-payé s-sans p-profiter d-de l'offre q-qu'avait fait la dame s-sur son prix... J-j'étais u-un peu surprise, m-mais n-néanmoins contente d-de garder c-cette robe q-que je trouvais t-très jolie...

P-puis, n-nous quittions l-le magasin, e-et j-je fus u-une nouvelle f-fois surprise d-de voir m-mon protecteur s-se c-confier d-d'une t-telle manière, d-disant très c-clairement q-qu'il a-appréciait... S-s'occuper de moi, a-alors q-que d-depuis l-le début j-je n'avais é-été qu'un poids e-et une perte d-d'argent... J-j'avais d-du m-mal à l-le comprendre...

I-il parlait a-aussi d-d'un autre e-enfant, l-le dernier q-qu'il avait eu... U-un siècle... C-c'était v-vraiment b-beaucoup, e-et à vrai dire... J-j'étais c-curieuse a-au sujet d-de ce garçon, d-de ce qu'il était d-devenu, b-bien q-que je me doutais q-qu'il n-n'était pas s-sur Kosaten, e-et que p-par conséquent...J-je ne pourrais j-jamais l-le rencontrer, l-lui e-et p-peut être t-tout ceux q-qui l'avaient p-précédés...

M-mais avant q-que je ne dise q-quoi que ce soit... I-il r-reprit l-le fil d-de la discussion, p-parlant s-sur nos p-prochaines d-destinations, q-que je ne p-pouvais q-qu’acquiescer...

"O-Oui... J-je p-pouvais f-faire d-dans m-mon monde l-le minimum, m-mais i-ici c-comme l'eau e-est p-plus rare... J-je n-n'ai pas v-vraiment p-put... J...Je p-préférerais s-simplement l-les c-couper u-un peu..."

J-je laissa e-ensuite u-un long s-souffle d-de stress e-et de tension s-sortir d-de ma b-bouche, m-me sentant t-toujours m-mal à l'aise d-de recevoir c-ces attentions... M-mais m-ma curiosité r-reprit u-un s-sujet précédant :

"V-Votre d-dernier e-enfant... Q-qu'est-il d-devenu... S-si c-ce n'est p-pas trop... privé o-ou indiscret..."



Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Flammes dansantes   Mar 28 Juin - 17:00

- Flammes dansantes -


J'étais perdu dans mes pensées à me remémorer les moments que j'avais passé avec Brelïn, tous ces petits instants agréables perdus dans le flot de l'éternité. Ces souvenirs étaient un trésor que je chérissais ardemment, et que personne ne pouvait m'enlever, ni le temps, ni la mort, rien. Je me rappelais les errances dans la rue, à le voir jouer gaiement avec les autres enfants, ou encore les plans incroyables qu'il concoctait pour ne serrait-ce que me faire rire. Un jeune enfant rayonnant, droit, gentil et attentionné.

Mais la petite Orina, en me demandant ce qu'il était advenus de lui, fit ressurgir des souvenirs beaucoup moins plaisant. Une guerre, où les morts servaient de fer de lance, un prince arrogant et avide de pouvoir, un coup au cœur, et, la mort. Je sortais de ma transe, légèrement choqué par ses souvenirs douloureux qui revenaient pendant quelques secondes, avant de reprendre mon calme habituel. Etant son prédécesseur, il n'était que naturel qu'Orina cherche à en savoir plus sur Brelïn, et je ne voyais pas de raison de ne pas satisfaire sa curiosité, aussi douloureux que mes propos puissent être, je répondis donc sur un ton mêlant légèrement mélancolie et regret.

"Il est mort. Je l'ai tué. Brelïn était un enfant que j'avais trouvé abandonné prêt d'une ville en flamme, a la frontière entre Valer et Samal. Il portait un pendentif qui symbolisait la famille royale de Valer, aussi, après l'avoir sauvé, je décidais de l'élever. A ses dix-huit ans, il décida de quitter mon enseignement pour explorer le monde. J'étais content de voir qu'il avait grandis au point de ne plus avoir besoin de moi, même si il était quand même douloureux de voir son enfant partir, je n'allais pas le séquestrer a mes cotés. Puis, quelques années plus tard, des rumeurs parlant du retour du prince perdu de Valer atteignirent mes oreilles. J'étais encore plus heureux de savoir que Brelïn avait rejoint la place qui devait être la sienne, mais, quelques moi plus tard, d'autres rumeurs ont commencé à se faire entendre, des rumeurs parlant de la mort bien étrange du roi, et de l'élévation du prince Brelïn. J'ai commencé à me poser des questions, mais je pensais que lui, ne serait pas comme ses prédécesseurs et ne tournerait pas mal. Je gardais plus ou moins confiance en l'enfant que j'avais élevé, mais quelques semaines plus tard, Valer déclara la guerre à Samal. Brelïn, devenus roi, avait décidé d'attaquer le pays qui l'avait vus grandir, d'attaquer tout ses anciens amis, et moi également. Cet idiot utilisait même des cadavres ambulants comme soldat, une magie impossible a l'homme et qui n'est réservé qu'aux démons. Je l'ai confronté, mais il n'a pas voulus entendre raison. Nous avons combattus, mais après avoir épuisé presque toute ses réserves magiques, il a perdus le contrôle des démons avec qui il avait pactisait, qui transformèrent son corps en un amas de chair difforme. Je ne pouvais que regarder l'enfant que j'avais élevé, se contorsionner d'agonie, sous l'effet de sa propre bêtise."

Je soupirais après avoir finis mon récit avant de regarder d'un air légèrement dépité Orina.

"Je n'ai jamais eu de chance avec les enfants. J'en ai élevé dix au cours de toute ma vie. Je les ai éduqué, les ai chéris, leurs ai donné tout ce que j'avais, mais, ils ont tous mal tourné. Cinq ont même essayé de me tuer. Mais je continue, encore et encore, espérant trouver un jours quelqu'un qui pourra rendre les choses meilleures."

J'affichais un léger sourire en caressant tendrement la joue de la petite fille, avant de regarder devant moi, d'un air plus déterminé.

"Enfin, ce sont des histoires passées. Aujourd'hui, c'est toi qui est sur le devant de la scène, c'est toi que je dois éduquer et chérir, jusqu'à ce que tu prennes ton envol."

Tanith Amonwiel

Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Flammes dansantes   Mar 28 Juin - 19:13





Flammes dansantes
FEAT. Tanith Amonwiel

A l-la vue de la r-réaction de M. Amonwiel, il semblait q-que ma question avait é-éveillé en l-lui de nombreux souvenirs... Des bons... M-mais aussi des mauvais... C-cela s-semblait être u-un des poids d-de l'immortalité q-que je partageai a-avec lui... J-je n'en avais p-pas c-conscience, m-mais... T-toute l-les personnes q-que je croisais, à c-chaque instant... C-continuai l-leurs chemins v-vers u-une unique destination, q-que l'on n-nommait c-comme une fatalité... L-la mort...

J-j'avais b-beau en être épargnée... J-j'en avais l-la plus grande peur... L-les jours... Les heures... les minutes et les secondes n-ne m'affectaient pas, mais t-tout le reste... était une menace... D'autant que j'étais très vulnérable, s-sans possibilité de combattre...

P-puis, le vampire c-commença u-un long dialogue, d-dévoilant t-toute l'histoire du dernier enfant de cet immortel, m-mais surtout, d-de toute l-la tristesse q-qu'elle contenait... A-A la fin d-de son r-récit, j-j'avais l-les joues e-et les yeux humides, a-ayant versés d-des larmes d-devant c-ce qu'il avait d-dû affronter...

I-il avait é-élevé p-pendant des années u-un enfant... L-lui apprenant t-tout sur le m-monde, p-pour au final d-devoir l-l'affronter e-et l-le voir... M...Mourir sous ses yeux... C-c'était v-vraiment triste... E-et s-selon lui... C-ce n'était pas un c-cas isolé... P-par dix fois i-il a-avait tenté, m-mais à c-chaque fois... T-tout s'était mal fini... E-et d-de tout c-ce malheur, d-de toute c-ces histoires horribles... J-j'en étais l-l'héritière...

J-j'avais l-la lourde t-tâche q-que de n-ne pas mal tourné... D-de ne pas me r-retourner contre cette homme q-qui m'éduquait... J-je ne voulais pas lui faire d-du mal, e-et je souhaitais lui montrer q-que t-tout ce qu'il faisait n-n'était pas inutile... M-même s-si je ne maitrisais pas mes pouvoirs... Même s-si j-j'avais peur de tout... J-je voulais... Le faire.

"J-je suis... Désolée d-de vous avoir f-fait r-remémorer d-de tels souvenirs... M-mais j-je vous jure d-de ne pas s-suivre c-cette m-même voie q... Qu'ils ont put empruntés... J-je vous jure q-que malgré tout, c-comme l-le fait q-que j-je suis i-instable a-avec mes pouvoirs, q-que je ne les maitrise pas.... J-je ne t-tournerais p-pas comme eux !"

C-c'était p-peut être un p-peu trop présomptueux d-de ma part d-de l-l'affirmer c-comme c-ceci... M-mais j'en a-avais l-la conviction, j-j'allais t-tout faire p-pour a-aller dans c-ce sens... J-j'espérai v-vraiment en être capable, d-de tout mon être...

Néanmoins, j-je fermai les yeux, r-ressentant l-l'étouffante chaleur q-qui embrasait tout l'endroit. Malgré les journées que j-j'y avait passé, le soleil restait assez d-difficile à supporté, sur les longues périodes tout du moins. y être e-exposé quelques minutes m-m'allait, mais des heures...

F-finalement, nous arrivâmes au niveau d'un n-nouvel étal au milieu d-du marché, q-qui semblait f-faire d-des sandales t-tout à fait c-convenable. J-je ne savais p-pas s-s'ils avaient l-la taille d-de mes petits pieds, m-mais i-il allait f-falloir l-le demander...


Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Flammes dansantes   Mer 29 Juin - 17:01

- Flammes dansantes -


La petite Orina était vraiment quelqu'un d'adorable, comme tous ceux que j'avais vus grandir, et mourir. Elle était visiblement affectée par mon récit et était au bord des larmes, comme l'on pouvait s'y attendre de sa part. Mes larmes à moi avaient séché depuis des siècles. Ma femme, mes amis, mes enfants, j'avais enterré tout ceux qui m'étaient cher au fil des siècles, la solitude était le seul compagnon qui ne m'avait jamais quitté, et même si celle-ci était immortelle, probablement qu'elle finirait par se lasser de moi et partir élargir ses horizons.

"Ne te soucie pas de moi ma petite, contente toi de suivre ta voie, la mienne est déjà toute tracée. Ma vie a toujours était remplie de douleur depuis ma naissance, et jamais cela ne changera. Je suis condamné à vivre seul et a souffrir en silence, je m'y suis fais. Même si je trouvais d'autre immortels, je doute qu'ils voudraient passer l'éternité en ma compagnie."


J'affichais un petit sourire gêné, conscient que ma plaisanterie n'allégerait guère l'atmosphère, avant que notre errance nous mène à un autre étal, qui proposait cette fois-ci des bottines et autres souliers. Le stand était tenu par un homme d'une quarantaine d'année ventripotent et souffrant d'une calvitie assez prononcée. Il était occupé à clouer une semelle sur une botte assez usée, aussi je décidais de le laisser finir son ouvrage sans le déranger. Je me postais au comptoir en attendant, en posant Orina au sol.

"Regarde les étals, tu trouveras peut-être quelques choses qui te plait, même si je doute que ça soit a ta taille, on pourra toujours demander du sur mesure, ce n'est pas les moyens qui manquent."

Tanith Amonwiel


Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Flammes dansantes   Jeu 30 Juin - 11:56





Flammes dansantes
FEAT. Tanith Amonwiel

Musique

L-l'atmosphère d-de notre discussion, l-l'ambiance q-qui régnait c-commençait à d-devenir l-lourde, p-pesante p-pour n-nous deux... M-M. Amonwiel é-était c-comme pris d-d'une fatalité, c-celle d-de vivre seul p-pour l'éternité... J-je voulais l-lui dire q-que non, q-que je serais l-là, m-mais... J-je ne le s-savais p-pas moi-même... A-ayant soif d-d'aventure, d-de d-découvrir ce monde... J-je ne pouvais pas... M-mais j-j'étais sûre q... Qu'il y avait un moyen... Un moyen p-pour q-que ce vampire v-vieux d-de plusieurs c-centaines d-d'années p-puisse s-sourire à n-nouveau...

"J...Je..."

Je b-bafouillai m-médiocrement q-quelques m-mots... C-comme à m-mon habitude, m-m'exprimer e-en public é-était difficile... E-et même a-avec q-quelqu'un q-que je c-commençai à c-connaitre j-je restai m-mal à l'aide... I-il n-n'y a q-que lorsque q-que je me p-parlais t-toute seule, p-pour e-essayer d-de m-me motiver à a-aller d-de l'avant q-que j-je n-ne bafouillai pas... P-pour reprendre m-mes mots, j-je pris u-une nouvelle g-grande inspiration, avant d-d'expirer t-tout en disant :

"J-je suis s-sûre q-que v... Vous vous trompez, M-M. Amonwiel !"

J-j'étais p-peut être fière d-de ma déclaration, m-mais j-je me fis t-toute petite j-juste ensuite, a-ayant osé c-contredire p-pleinement l-l'homme q-qui m-m'hébergeait, q-qui comptais m-m'apprendre b-beaucoup de chose...

"J-je pense q-que... V-vous n'êtes p-pas condamné... I-il faut q-que vous t-trouviez v-votre p-place i-ici, e-en c-ce monde..."

P-puis toutefois, v-vint l-le marchand, q-qui était occupé... M-M. Amonwiel, m-me déposa, a-avant q-que je c-commence à r-regarder d-dans l-les quelques étals q-quelque c-chose q-qui m-me convenait... E-et je trouvai b-bien rapidement d-des tailles q-qui s-semblait m-me convenir... M-mais i-il y avait b-beaucoup de chose, d-des bottes, a-aussi é-étrange q-qu'exotique, d-des c-chaussures, p-presque plaqués... M-mais c-ce qui i-interpella m-mon regard, c-c'était u-une p-paire de s-sandalette, t-toute s-simple, s-sans aucune f-fioriture, c-conçue u-uniquement p-pour durer e-et ce m-malgré m-monts et t-tempêtes...

C-c'est elles q-que je choisi d-de prendre, a-avant d-de les a-amener a-au marchand, q-qui j-juste souleva s-son regard vers m-moi, a-avant d-de marmonner u-un prix d-d'une v-vingtaine d-de yens... P-pour l-lui, c-ces chaussures n-ne semblaient être q-que d-de la camelote, q-quelque c-chose d-dont i-il n-n'espérait p-pas u-un bon prix, m-mais pourtant... C-c'était c-ce que je voulais, ç-ça et p-pas autre chose...

M-mais c-ce fut un b-bruit d-dans la r-rue q-qui m-me fit t-tourner m-mon regard : P-plusieurs c-cavalier semblait r-réclamer l-le passage, p-pour j-je ne sais q-qu'elle raison, j-juste d-disant q-qu'il s'agissait des ordres d-de l'empereur... L-le chef d-de Seika...

N-néanmoins, u-une fois q-que ces derniers f-furent passé, j-je pus v-voir qu'à u-une vingtaine d-de mètre s-se trouvait u-un b-barbier c-coiffeur... Et c-comme M. Amonwiel v-voulait m-m'y emmener, je l-le prévenu a-alors d-de ce magasin n-non loin...

"L-là bas, i-il y a... U-un c-coiffeur..."


Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Flammes dansantes   Dim 3 Juil - 1:54

- Flammes dansantes -


La petite Orina faisait preuve de la même gentillesse que l'on pouvait lui connaitre. Elle tentait de me remonter le moral, de me convaincre que rien n'était fixé et que je pouvais trouver ma place dans ce monde. C'était gentil de sa part, mais plusieurs siècles passé à arpenter la terre, seul, sans véritable compagnie, avait grandement affaiblis mes espoirs. Ma place, je la connaissais, c'était de vivre au coté de l'humanité, de l'améliorer de mon mieux, même si elle me déteste et me renie. J'embrassais le front de l'enfant avant de lui parler gentiment.

"C'est gentil Orina, mais je sais déjà où est ma place, et elle n'est pas parmi les humains. Je vie a leur cotés, je les observe, je les mémorise, je les enterre, mais jamais ils ne m'accepteront, ni moi, ni mes enseignements. Ça a toujours été comme ça, et je doute que cela change un jour. Mais je garde une trace de tout ceux qui m'ont été cher, au fond de ma mémoire, là où rien ni personne ne pourra les changer. Il m'arrive même parfois de croire que ma femme est encore vivante et derrière moi, mais ce n'est que mon esprit qui s'érode."

Je laissais ensuite Orina se promener entre les étals, alors que j'observais la foule en attendant son retour. Cet étal semblait un peu moins populaire que celui de vêtement, peut-être parce que le marchand était moins actif dans sa propagande, et se concentrait plus sur son travail méticuleux plutôt que sur sa publicité. Les quelques connaisseurs qui était présent semblaient reconnaitre le travail de l'artisan, et n'hésitaient pas à payer le prix fort pour ses articles.

Quelques minutes plus tard, Orina revint avec une paire de bottines toute simple, mais visiblement résistantes. Je payais le prix qu'elle m'annonçait au marchand, en posant toute fois une petite question a l'homonculus.

"Hmm, ce sont des bottines plutôt ordinaire que tu as pris là. Tu ne préférerais pas prendre de plus belle chaussure pour ta robe ? L'argent ne manque pas."

Orina m'indiqua également avoir trouvé un coiffeur auxquels nous pourrions nous rendre une fois nos affaires ici terminées.

Tanith Amonwiel

Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Flammes dansantes   Dim 3 Juil - 13:29





Flammes dansantes
FEAT. Tanith Amonwiel

J-j'étais u-un peu attristée d-de voir M. Amonwiel condamné à n-n'être q-qu'un observateur d-de l'humanité, e-et non un acteur à p-proprement parler... I-il avait c-connu b-bien d-des gens, t-traversés t-tant d'époque... P-pour au f-final f-finir à chaque f-fois trahis p-par ceux q-qu'il aidait, et à être s-seul p-pour toujours... E-enfin p-pas pour toujours, p-puisque aujourd'hui j-j'étais là, à r-recevoir l-les enseignements d-de plusieurs siècles d-d'expérience...

...Mais je restais triste d-de n-ne pas pouvoir l-l'aider d-davantage... L-la seule c-chose q-que je pouvais faire... Etais d-de me montrer d-digne d-de tout c-ce qu'il m-m'apprenait, e-et de faire en sorte q-qu'il puisse être ... Fier ? J-je ne savais p-pas si c'était le bon mot... Mais... Q-qu'il puisse être c-content d-de me voir tirer p-profit de c-ce qu'il m'aurait appris...

D-de plus... J-j'étais u-un peu c-curieuse v-vis à vis de... De l-la femme d-de ce vampire... C-comment était-elle ? Etait-elle aussi u-une vampire ? J-je n'en savais r-rien à v-vrai dire, e-et ce serais s-surement t-trop indiscret d-de le demander... J-je me gardais d-donc cette question, l-la scellant s-sous des tonnes d-de verrous p-pour être s-sure qu'elle n-ne revienne jamais...

T-toutefois p-pour c-ce qu'il s-s'agissait d-des s-sandalettes q-que j'avais t-trouvé e-et que j'avais choisi, M. Amonwiel s-semblait u-un peu sceptique, m-me conseillant u-une nouvelle fois d-d'en prendre u-une autre en plus...

"Ç-Ça ira... J-j'ai d-déjà t-trouver... Chaussure à m-mon pied... E-elles sont t-très bien."

M-malgré m-ma t-tentative de montrer m-mon e-enthousiasme v-vis à vis d-de ce qui était d-déjà beaucoup p-pour moi, j-je restais t-toujours g-grandement i-intimidée p-par toute la foule q-qu'il y avait... M-mais l-le prochain étalage n-n'étais p-pas loin, q-qui devait s-s'occuper d-de m-mes cheveux, a l-la demande d-de m-mon professeur.

Malheureusement, l-les cavaliers q-qui étaient p-passés p-précédemment avait c-causé u-une v-véritable c-cohue à travers l-la foule, q-qui s'agitait b-beaucoup t-trop. J-je restai p-proche d-du vampire, p-pour ne pas le perdre et m-me retrouvée s-seule a-au milieu d-de tout ces gens q-qui vaquaient à l-leurs o-occupations, m-mais...

A-au milieu d-de toute ces personne, a-alors q-que j-j'étais t-toute petite, p-presque invisible, j-je sentis à c-contact f-fort au n-niveau d-de ma bouche t-tout en me bloquant u-une main, t-tandis q-que j'étais t-tirée au m-milieu d-des gens, m-me faisant d-de prime b-beaucoup b-bousculée. S-sur le c-coup, j-je ne comprenais p-pas c-ce qu'il s-se passait, n-ne voyant q-que des gens d-défiler à g-grande vitesse, m-mais surtout M-M. Amonwiel s-s'éloigner d-de plus en plus d-de moi., n-ne sachant m-même pas s-s'il avait r-remarqué q-que...

J-je m-me faisait enlevée...

J-je fut t-traînée j-jusqu'à une r-ruelle, o-où d-d'abord u-un seul homme, c-celui q-qui m-m'avait t-tenu, m-me jeta t-tout au fond, à u-un endroit n-non visible d-depuis l-l'extérieur, p-pendant q-que p-plusieurs autres d-de ces c-camarades s-s'approchaient e-et surveillaient l'endroit...

M-mais surtout... j-je r-reconnaissais l-le visage d-d'un d'entre eux, q-qui s-s'approchait d-de moi... I-il a-avait aussi t-tenté de m-m'enlever, i-il y a plusieurs s-semaines, a-avant q-que je ne rencontre M. Amonwiel... C-c'était... Cette changeforme, d-du nom d-d'Adelaïde q-qui m'avait s-sauvée l-la vie d-des m-mains d-de ces personnes...

M-mais... P-pourquoi r-recommençait-il ?


Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Flammes dansantes   Jeu 7 Juil - 15:41

- Flammes dansantes -


La petite Orina me dit qu'elle ne voulait pas prendre autre chose et que les bottes qu'elle avait prises lui suffisaient amplement. Elles avaient certes l'air pratique et relativement confortable, mais elles manquaient assez de personnalité. J'aurais pensé qu'une enfant donnerais plus d'importance que cela a l'apparence de leurs vêtements, mais l'homonculus ne semblait pas l'entendre de cette oreille, pour elle, seule l'utilité était importante, quelque chose d'aussi frivole que l'apparence ne voulait pas dire grand chose pour elle qui avait vécue seule.

Un grand tumulte commençait à se lever, a cause du passage de quelques cavaliers. Il devait se passer quelque chose en ville, mais cela ne m'intéressait guère. J'avais mes propres objectifs, et ils ne coïncidaient pas avec ceux de ce monde. Bien évidement, si je ne perdais rien à les aider à avancer les leurs, je ne m'en priverais pas. Après tout, ils me logeaient et m'accordaient une certaine protection, mais leurs problèmes n'étaient pas les miens.

Mais un spectacle plutôt surprend allait se passer sous mes yeux : un autochtone profita du remous causé par la foule pour kidnapper Orina. Je n'arrivais pas à croire que l'un d'entre eux ai le courage de s'en prendre a une élue, tout en pensant échapper aux conséquences. Que pensait-il que je ferrais ? Le regarder enlever ma fille sans broncher, juste parce que nous étions dans une foule ? Quelle erreur. Orina avait un physique très léger, et un homme de sa carrure n'était aucunement protéger par le corps frêle de l'homonculus. Il me suffisait d'attendre que la vue soit dégagée pour apprendre à cet énergumène, ce que cela signifiait de s'attaquer a moi. Le voyous s'enfuit avec la petite fille sous le bras jusqu'à une ruelle, ou d'autres racailles de son espèces montaient la garde. Je m'approchais nonchalamment de leur cachette, et les vigils ne purent qu'émettre quelques menaces futiles.

"T'en mêle pas le vieux, ou il va t'arriver des bricoles."

Je relevais doucement la tête, un immense sourire malsain aux lèvres, alors qu'un fin rayon noir sortie de mes yeux et alla se planter dans la base de la gorge du premier garde, laissant un petit trou fumant, et un bruit d'os brisé. Avant que l'autre ne réagisse, un autre rayon partis cette fois-ci de mon index gauche, cette fois-ci dirigé dans le genou gauche du garde, qui s'effondra de douleur. Je m'engageais alors dans cette petite ruelle, ou se trouvait trois brigands et Orina. Ces derniers avaient bien remarqué ma présence, ainsi que les bruits du "combat" précédent, et même si leur chef semblait garder un semblant de calme, les autres étaient totalement tétanisés. Je continuais d'afficher mon immense sourire sadique en m'adressant aux gardes du voyou.

"Je vais être magnanime et vous laissez fuir comme les larves que vous êtes, à moins que vous ne préféreriez mourir comme votre camarade ?"

Les deux hommes qui servaient d'escorte au kidnappeur se regardèrent, et voyant qu'ils étaient tout aussi tremblotant l'un que l'autre, se tournèrent vers leur chef, qui se cachait derrière le corps frêle d'Orina, puis me regardèrent une dernière fois, avant de lâcher leurs armes et de fuir tel des fillettes, en faisant bien attention de longer les murs, de peur que je ne les tue dans leurs fuites.

Il ne restait plus qu'un stupide voyous, un blessé, un cadavre et une forte odeur de peur dans cette ruelle.

"Et bien, et bien, nous voila seuls maintenant. Maintenant dis moi, que pensais-tu accomplir en kidnappant ma fille, hein ? Tu pensais peut-être que je ne verrais rien ? Que tu pourrais échapper à ma colère ? Et bien tu va apprendre la dureté de ton erreur, mon petit. Chercher querelle à un élu, un mage et un vampire avec tes capacités ridicules, voila bien le raisonnement d'un imbécile. Je vais t'apprendre où est ta place, mécréant."

Deux fins rayons noirs quittèrent alors mes yeux pour aller se loger dans l'entre-jambe du brigand. Ce qui faisait de cet "homme" un homme n'était maintenant plus. Le bougre s'effondra au sol laissant tombé Orina sur le coté.


Tanith Amonwiel

Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Flammes dansantes   Ven 8 Juil - 12:31





Flammes dansantes
FEAT. Tanith Amonwiel

"Tu t'souviens de moi ?"

J-je hochais à p-peine la t-tête, b-baissant m-mon regard v-vers le s-sol tandis q-que j-je me sentais t-terrorisée à c-cause d-de toute c-ces p-personnes q-qui étaient a-armés d-de mauvaises i-intentions... M-mais q-que voulaient-ils f-faire ? J-j'avais... P-peur d-d'obtenir u-une réponse...

"Dans c'cas, tu dois t'souvenir aussi d'mon pote que ta copine à refroidi, nan ?"

E-encore une fois, j-je hochais l-la tête, apeurée. L-l'homme q-qui m-m'interrogeais e-et qui m-me menaçais s-semblait a-avoir c-complètement g-guéri d-de l-la blessure q-qu'il avait r-reçu l-lors d-de cette terrible journée... E-et i-il revenait pour... P-pour s-se venger et f-finir le travail q-qu'il avait c-commencer.

"Bien, t'va m'aider à trouver ta copine, qu'on puisse lui expliquer ce qu'il en coûte de tuer l'un des nôtres ! On va pas te faire du mal..."

Toutefois, cela n-ne l'empêcha p-pas de me cracher au visage, avant de me pousser contre un mur a-avec v-violence, m-me mettant a-au sol.

"Du moins, on s'assura que t'puisse voir ta sauveuse mourir sous tes yeux !"

J-j'avais v-vraiment p-peur. C-contrairement à l-la première f-fois o-où i-il avait p-pris la fuite, a-avant d-d'être intercepté p-par un projectile d-de la changeforme qui m'avait sauvée... M-mais aujourd'hui... I-il était là, e-et je restais v-vulnérable... C-comme t-toujours... L'on n-ne pourrait p-pas toujours m-me sauver d-de ce genre d-de situation... J-je devais a-apprendre à me débrouiller seule...

M-mais c-cet alors q-que j'entendis u-un b-bruit d-de l'entrée d-de la ruelle e-et que je vis... M-M. Amonwiel. I-il venait f-froidement d-de tuer q-quelqu'un e-et d'en b-blesser un autre, q-qui criait d-de douleur... E-encore u-une fois... L-les choses s-se répétaient... L-le sang était versé p-pour moi... M-mais c-cette fois-ci par une autre personne... Qui savait qui j'étais...

V-voyant c-cela, l-le b-bandit d-décida d-de me p-prendre en otage, m-menaçant d-de me blesser s-s'il avançait d-davantage...Mais c-c'est avec u-une t-tête e-effrayante q-que M-M. Amonwiel mit en d-déroute l-les deux derniers camarades d-du méchant, a-avant d-de s'occuper d-de son cas, p-personnellement... J-je préférais n-ne pas regarder, p-par peur, m-mais surtout p-par honte d-d'en être la cause... J-je m-me levais s-simplement, a-avant d-de m-me lover, a-abattue, a-au niveau d-de la jambe d-du vampire, e-et d-de me mettre à pleurer à chaude l-larmes, t-tout en le t-tirant p-pour q-quitter a-au plus vite l-la ruelle, alors q-que des gardes commençaient à arriver pour s-se rendre compte du carnage. Ils reconnurent toutefois les d-deux élus que n-nous sommes, e-et c-comprirent r-rapidement l-la situation.

"D...Désolé... J-j'aurai d-dû f-faire p-plus attention... E-et tout ceci n-ne serait p-pas arriver... Ce n-ne serait... Jamais arrivé..."

J-je continuai à pleurer, t-tout en étant t-totalement inconsolable, a-avant d-de reprendre, entre d-deux reniflements :

"C... Cet homme en a-avait après... Adelaïde... L-lorsqu'elle m-m'avait s-sauvée, elle avait t-tué u-un bandit... E-et il cherchait v-vengeance e-en m-m'utilisant c-comme appat..."


Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Flammes dansantes   Ven 8 Juil - 19:23

- Flammes dansantes -


J'affichais un grand sourire satisfait alors que le brigand se tordait de douleur en hurlant un flot d'insulte du peu de force qu'il avait. Quel plaisir de voir ce genre de mécréants, de tâches qui assombrissaient l'humanité, souffrir et disparaitre, le monde ne pouvait que mieux se porter sans les personnes de cette espèce.

Un contact a ma jambe me sortis de mes jubilations : la petite Orina était en larmes et a bout de force. Alors que je la prenais dans mes bras dans une vaine tentative de consolation, je me rendais compte du spectacle que je lui avais donné et du carnage que ça avait été. Certes il fallait qu'elle le voie et l'accepte, mais c'était encore tôt, et elle n'était certainement pas prête.

"Ce n'est rien Orina, je suis là. Ce n'est pas ta faute, ni la mienne. Ce sont ces gens qui ont été assez stupide pour s'en prendre a des élus. Ce qu'il s'est passé aujourd'hui leur serait arrivé tôt ou tard, par ma main ou une autre. Ce n'est aucunement notre faute, nous n'avons fait que nous protéger. Et qui sait, peut-être que leurs morts servira d'exemples, et évitera a d'autres de faire les mêmes erreurs."

Je serrais la petite fille contre moi, la couchant dans mes bras en lui caressant la joue. Tant d'émotions pour quelqu'un d'aussi frêle, toute ses forces devaient avoir été siphonnée. Elle réussit toutefois a marmonner que le bandit cherchait a se vengeait d'Adélaïde, qui avait tué l'un de ses comparses en protégeant Orina.

"Si ça n'avait pas été nous, ils seraient tous mort face a Adélaïde, elle n'est pas du genre à faire dans la finesse. Quand elle est attaquée, elle contre-attaque avec tout ses forces, et ces imbéciles d'autochtones ne font pas le poids face aux élus. Ils n'auraient pas tenus plus de dix minutes."

Je bordais lentement Orina, afin de la calmer et qu'elle puisse se reposer du mieux qu'elle pouvait. En quittant la ruelle, je voyais une poignée de garde stationné a l'entrée, prêt à s'occuper des voyous. Je m'adressais à eux d'une voix dur avec un visage légèrement colérique.

"Je vous laisse vous en occuper, apprenez lui ce qu'il en coute de s'attaquer à des élus. Et a l'avenir, soyez plus minutieux dans votre travail, je ne serais pas toujours là pour le faire a votre place."

Le soldat se raidit de stress devant ces quelques reproches, surement intimidé par le carnage que j'avais fait.

"O-Oui Monsieur. Ça ne se reproduira plus Monsieur."

Puis tous me firent un salut militaire, que j'ignorais en continuant à marcher doucement. La journée que nous avions préparé était gâchée, dur de reprendre nos emplettes après de tels évènements, tout ce qu'il nous restait à faire, c'était de rentré chez nous.

Tanith Amonwiel


Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Flammes dansantes   Sam 9 Juil - 10:44





Flammes dansantes
FEAT. Tanith Amonwiel

Musique

Malgré m-mes larmes qui s-s'étaient séchés sur m-mes joues et ma r-respiration p-plus posée, b-bien qu'encore u-un peu irrégulière e-et par q-quelques à-coups, j-je restais e-extrêmement s-silencieuse, c-comme si l-la situation n-n'avait p-pas besoin d-d'être troublée davantage p-par m-mes paroles, q-qui n-n'auraient été q-que des e-excuses p-pour m'être fait e-enlevé p-par ces hommes... E-et d'avoir i-implicitement été r-responsable d-des événements qui ont suivit... Ceux qui o-ont mit fin à l-la vie d'un des leurs, e-et qui blessèrent deux autres...

Cela n-ne servait à r-rien que je parle... P-puisque M-M. Amonwiel a-allait m-me dire, u-une nouvelle fois, q-que je n'y étais p-pour rien, e-et que c'était l-la faute d-de ces bandits... Après t-tout, c-c'était eux q-qui avait d-décidé d-de me k-kidnapper... M-mais ils avaient u-une raison... C-celle de venger un d-de leur c-camarade...

Aujourd'hui... J'avais p-put voir u-une a-autre facette d-de cet homme q-qui m-m'enseignai l-la m-magie et l'alchimie... J-j'avais p-put voir, sentir, e-entendre s-sa magie destructrice, t-tout comme j'avais p-put être témoin d-de sa colère e-envers q-quelqu'un... M-même âgé d-de plusieurs siècles... C-certaines émotions étaient t-toujours présente m-malgré s-sa grande i-impassibilité... Tout comme j-j'avais p-put v-voir s-sa dévotion e-envers l-le cas q-que j'étais...

I-il ne f-fallait p-pas que j-je garde d-de cette j-journée q-que le négatif... A-après t-tout, j-j'en avais appris p-plus sur l-la vie q-qu'avait m-mené cet homme si particulier... D-de tout l-le malheur q-qu'il avait v-vécu et dont i-il n-n'était m-maintenant q-que le seul témoin... E-et de mon coté... T-toute ma jeune v-vie avait é-été d-dans l'ombre d-d'un drame que j'avais causé... Le drame... Qui m'avait é-été ma création...

Au final... P-peut être q-que ceux q-qui ont c-connu l-le malheur... S-sont destinés à s-se croiser ? J-je ne sais pas... P-pas du tout, m-mais... C-c'était p-possible...

Ce f-fut alors d-dans un silence p-pesant q-que nous rentrions à l-la boutique d-de M. Amonwiel, e-et que nous d-descendions d-dans l-les quartiers, c-c'est à dire l-la cave, l-là où se trouvait m-mon sac de couchage, o-ù je m'assis, encore p-perdue d-dans toutes m-mes pensées... A-après p-près d'une minute d-de silence p-prolongé, t-toujours s-sous la d-dominance d-de la gène e-et de l'angoisse... J-je prononçai quelques mots, p-peut être trop bas...

"J-je... M-malgré c-ce qui c'est passé... S-si on l-l'exclu t-tout du moins... C-ce fut u-une... Agréable... M-même s-si n-nous n'avons p-pas put aller v-voir l-le coiffeur p-pour m-mes cheveux."

Mais j-je ne pus m-m'empêcher d-de repenser à ses bandits, e-et d-de à n-nouveau e-en être t-très attristée... M-même s-si tout cela é-était m-maintenant derrière... C-cela allait m-me laisser u-une marque q-qui serait d-dure à enlever...


Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Flammes dansantes   Sam 9 Juil - 15:04

- Flammes dansantes -


Je continuais à marcher d'un pas calme vers ma maison. La petite Orina continua de pleurer quelques temps, avant de se plonger dans un nouveau silence de pierre, tout en continuant de me serre contre elle. La petite devait être épuisée de toutes ses émotions et devait surement avoir besoin de se reposer. Je serais l'enfant contre moi en continuant ma route, en faisant bien attention à ne pas la déranger.

La route jusqu'à la boutique fut plutôt calme, même si quelques personnes semblaient avoir fait tourné le mots sur ce qu'il s'était passé, comme le laissé pensé ceux qui m'éviter de peur de mourir a leur tour. Voir quelqu'un avec autant de pouvoirs, même si cette personne était dans leur camp, ne pouvait qu'éveiller la peur chez eux. Mais cela m'était égale, je tuerais tout ceux qui feraient l'erreur de s'en prendre a Orina, même si cela devait ternir mon image. J'avais déjà eu mon lot de diabolisation au cours de ma vie, et cela ne me faisait pas peur d'en subir de nouveau si cela permettait a quelqu'un de vivre en paix.

Une fois arrivé a la boutique, je descendis Orina a la cave où nous vivions, et la déposait doucement sur son sac de couchage, où elle resta silencieuse. Je quittais son coté pour aller lui chercher une coupelle de jus de fruit dont-elle était assez friande, avant de revenir la déposer devant elle. La petite homonculus était si effondré de n'avoir ne serait-ce qu'assister a la mort de quelqu'un, et pourtant, savoir tuer était une chose immensément importante a connaitre pour survivre dans le monde humain. Si elle n'était pas préparée maintenant, j'espérais qu'elle puisse accepter cette triste vérité le plus tôt possible.

Puis Orina brisa le silence qu'elle avait instaurée en disant avoir appréciée la journée, malgré ces évènement et que nous n'ayons pas pus aller jusqu'au bout de nos plans en allant voir un coiffeur pour Orina. J'affichais un sourire attendris de la voir se remettre de ces évènements. Mais il est vrai que nous n'avions pas encore finis, si nous n'avions pas de coiffeur, je devais m'en occuper moi même.

Sans dire un mot, je me levais avant de me diriger vers les rangements de la cave, où je pris un grand bassin ainsi que diverses fioles de produit que j'installais au milieu de la pièce. Puis j'ouvris un grand tonneau d'eau, que je transvidais petit a petit dans le récipient jusqu'à qu'il soit remplis aux trois quarts. Je plongeais ensuite ma mains dans l'eau froide, et en matérialisant des flammes dans mes mains qui allaient se faire dévorer par le liquide, j'augmentais la température de l'eau jusqu'à qu'elle soit chaude sans être brulante. Puis j'invitais Orina a me rejoindre.

"Je vais m'en occuper. Viens, je vais t'aider a te laver."

Tanith Amonwiel


Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Flammes dansantes   Sam 9 Juil - 20:21





Flammes dansantes
FEAT. Tanith Amonwiel

A-alors q-que je venais d-de perturber l-l'oppressant silence qui s-s'imposait d-dans c-ces lieux, j-je f-fus c-contente d-de v-voir M-M. Amonwiel m-me faire u-un sourire. P-pas à p-pleine dent, p-pas de rire, m-mais juste u-un léger m-mouvement d-de ses lèvres, q-qui indiquait q-que lui a-aussi a-avait p-profiter c-comme il p-pouvait d-de cette journée, a-avant q-que ces hommes n-ne décide d-de détruire c-ce calme q-qui se créait, a-au milieu p-pourtant d'une o-oppressante foule... M-mais je n-ne m'en inquiétai p-plus... L-le vampire a-avait b-blessé l-l'homme p-pour l-lui faire c-comprendre s-ses actes... E-et il était e-entre l-les mains d-des gardes d-de la ville... J-j'espérai v-vraiment n-ne plus jamais l-le revoir... Q-qu'il m-m'oublie c-comme j-j'espérai l-le faire...

T-toutefois... J-je fus s-surprise q-que d-de voir m-mon p-professeur c-commencer à p-préparer q-quelque chose... P-peut être allait-il m-mettre à p-profit l-le restant d-de cette journée p-pour p-préparer q-quelques p-potions e-et autres onguents ? P-peut être allait-il p-pouvoir m-m'apprendre d-des choses dessus ? D-dans le d-doute, j-je p-préférais n-ne pas m'imposer, e-et d'attendre q-qu'il vienne o-ou non m-me demander d-de regarder, t-tout en m-me faisant l-la p-plus petite p-possible, a-au fond d-de ce q-qui me servait d-de lit...

M-mais l-lorsqu'il m-m’appela, q-qu'il requerra m-ma présence, j-je fus s-sous l-le choc d-de voir q-que c-ce n'était p-pas p-pour faire d-de l'alchimie q-qu'il venait de p-préparer d-de l'eau e-en grande q-quantité, m-mais... P-pour s-s'occuper d-de ce q-que n-nous n-n'avions p-pas put faire e-en ville...

"D...D'accord."

J-je m'approchai alors prudemment d-du bassin qu'avait p-préparer M. Amonwiel, a-avant d-de p-poser m-ma robe e-et mes q-quelques autres v-vêtements s-sur un m-meuble n-non loin. I-il allait f-falloir q-que j-j'en prenne l-le plus g-grand soin, e-et q-que je les nettoie c-chaque fois q-que c'était n-nécessaire.

J-je rentra e-ensuite d-délicatement d-dans l-le bain qu'il avait préparer. B-bien q-que l-la température é-était p-plutôt agréable, j-je tremblais u-un peu en s-sentant c-cette c-chaleur entourer m-ma peau e-encore t-trop sensible... J-j'avais e-eu en t-tout cas m-mon lot d-de sueur f-froide p-pour la journée, e-et... J-j'espérai q-que c-cela m-m'aide à m-me rassurer... D-d'autant q-que l-le vampire a-avait p-prévu ensuite d-de s'occuper d-de mes cheveux... I-il était v-vraiment a-attentionné envers moi...

U-une fois d-dans l'eau, J-je m-me mis un p-peu en boule, p-peut être p-par réflexe, n-ne sachant p-pas vraiment c-ce q-que j-je devais f-faire, m-mais e-en tout cas, j-je laissais p-pleinement l-la v-vue d-de mes deux c-couettes e-et de mon dos au vampire... I-il p-pouvait v-voir a-avec f-facilité q-que q-quelques t-traces d-de brûlures y étaient m-marqués... C-comme s-sur tout mon corps... C-c'était q-quelque chose q-que j'avais remarqué... Q-que mes cicatrices s-s'effaçaient a-au bout d-de plusieurs mois... S-surtout e-en fait l-les brûlures q-que causait m-mon œil l-lorsque j-je l'utilisais p-pour me s-soigner e-en cautérisant m-mes plaies...

M-mais a-aujourd'hui, m-maintenant... J-je n'avais p-pas de r-raison d-d'avoir peur... J-je ne risquais r-rien... Ici.


Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Flammes dansantes   Sam 9 Juil - 21:36

- Flamme dansantes -


La petite Homonculus ne mis guère longtemps avant de se dévêtir, sans aucune gêne étrangement. La notion de pudeur devait être totalement étrangère à cette petite fille qui avait vécus seule. Elle s'installa dans la baignoire, se mettant presque en boule, ce qui ne me laissais qu'une vue sur son dos et l'arrière de ses cheveux. Je pouvais voir qu'elle s'était quelque peu raidie avec les derniers évènements. Je pris une des fioles qui était posé a coté de la baignoire, et j'imprégnais mes mains de l'huile qu'elle contenait, avant de poser des mains sur les épaules de la petite fille.

"Détend toi ma chérie. Ce n'est pas bon pour ton corps de te crisper de la sorte, tu va finir par avoir des crampes."

Je commençais à masser les épaules et le dos d'Orina, avec suffisamment de fermeté pour détendre ses muscles, et après un début légèrement douloureux, je commençais à prendre la main en adoptant un rythme et une pression adaptée a son corps frêle. Sa peau était étrangement douce malgré les tumultes qu'elle avait dut traverser, et sa peau était légèrement tanné par le soleil. Ses muscles étaient plutôt discrets, laissant une silhouette fine et gracieuse à la petite enfant, bien qu'un peu maladif.

"Tu es plutôt belle pour une Humaine artificielle. J'ai hâte de voir ce que cela donnera dans le futur."

Je me souriais à moi même à cette réflexion. Je continuais ensuite mon office, et après quelques minutes de massage, je me préparais à attaquer la suite de mon travail.

"Tourne toi vers moi, que je te lave le corps."

La petite fille s'exécuta timidement, me laissant découvrir les diverses brulures qui recouvraient son corps.

"Oh, tu as l'air d'avoir eu du vécu ma petite. Tu veux que je m'en occupe ? Ça risquerait de faire mal, mais en quelques minutes tes brulures seraient disparues. Sinon, je dois avoir de quoi traiter des brulures de ce genre dans la boutique. Enfin, on verra ça après avoir finis. Donne-moi ta mains."

Je prenais une éponge et la recouvrais du contenus d'une seconde fiole, avant de prendre délicatement la main d'Orina et de frotter doucement son bras avec cette éponge imbibée, qui commençait à produire de la mousse.

Tanith Amonwiel


Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Flammes dansantes   Sam 9 Juil - 22:56





Flammes dansantes
FEAT. Tanith Amonwiel

Musique

M-même s-si l-les v-vampires a-avaient, s-selon l-les q-quelques c-connaissances q-que j'avais d-de mon monde e-et d-des m-moments q-que j'avais vécu e-en Kosaten, l-le sang f-froid, l-le contact d-des mains de M-M. A-Amonwiel s-sur mes épaules r-restait chaud, m-mais r-réussit à m-me faire f-frémir u-un peu d-de surprise...

Je... Je p-pouvais m-me l-laver s-seule, j-je l'avais déjà fait à p-plusieurs r-reprises, dans les bois, dans une mare o-ou dans une petite r-rivière s-sauvage... M-mais la seule chose q-que j'allais f-faire a-aurait é-été d-de frotter t-tout en m-me perdant u-un peu d-dans l-l'eau, b-bien qu'aujourd'hui c-c'était la première f-fois q-qu'elle était chaude... Ici, l-le vampire a-avait s-sous la main b-beaucoup d-de produit, d-de fioles e-et de p-potion. J-je ne s-savais p-pas à quoi e-elles servaient, et b-bien q-que j'en s-sois u-un peu curieuse, c-ce n'était p-pas vraiment l-le moment d-de l-le demander, a-alors q-qu'il s-semblait en a-appliquer l-le contenu s-sur m-mon corps p-peut être un peu trop sensible d-de manière g-générale...

D-de plus, p-pendant q-qu'il abordait u-un étrange r-rythme r-régulier a-au niveau d-de mes épaules, s-son c-compliment m-me fit r-rougir, un p-peu... J-je n'avais... P-pas l'habitude d-d'en recevoir... Enfin, s-si, j-j'en recevais, m-mais c-celui l-là était d-différent... C-c'était q-que... J-je ne m-m'attendais p-pas à recevoir u-un t-tel compliment d-de sa part, tant i-il parait p-parfois sérieux... M-mais il y avait u-un point o-où... I-il se trompait, m-malheureusement...

"J-je... Je g-grandirai pas... p-pas p-plus... J-je sais q-que m-mon c-corps e-est c-celui d-d'une e-enfant, m-mais c-c'est celui q-que je garderai... T-toute ma vie."

I-il n-n'y avait p-pas d-de futur p-pour mon c-corps, j-juste u-un é-éternel p-présent, q-qui allait être t-toutefois r-rempli d-de découverte, d-de sensations... L-l'odeur d-des épices, la s-sensation d-du coton... J-je me souvenais d-de chacun d-de ces instants... G-garder c-cette a-apparence... N-ne me faisait p-pas peur...

T-toutefois, l-le vampire m-me demanda d-de me t-tourner p-pour l-laver l-le devant de mon corps q-que j-je lui c-cachais i-involontairement. J-je m'exécuta d-donc , s-sans b-broncher, p-pour q-qu'il puisse c-continuer s-sa tâche... M-mais surtout i-il p-put voir l-le gros d-des quelques b-brulures q-qui p-parsemaient m-mon corps... Quant à s-sa p-proposition d-de les enlever...

"N-non, ç-ça ira... E-elles s-s'en i-iront a-avec l-le temps... E-et puis, j-je ne les sens pas d-du tout... E-elles e-existent j-juste, s-se faisant... T-toute petite, c-comme moi..."

P-puis j-j'obéis l-lorsqu'il m-me demanda d-de tendre m-mon bras, p-pour qu'il puisse... n-nettoyer m-mon bras d-de toute l-la poussière e-et de la saleté q-qui l-l'occupait... B-bien q-que le contact soit u-un peu étrange, j-je f-fus s-surtout s-surprise à voir u-une s-sorte d-de nuage s-se créer s-sur mon bras. D-de ma main d-de l-libre, j-je touchai c-cette d-drôle d-de chose, avant d-de demander a-au vampire, un peu inquiète et c-curieuse :

"Q... Qu'est-ce q-que c'est ? C... C'est n-normal ?"



Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Flammes dansantes   Sam 9 Juil - 23:40

- Flammes dansantes -


Orina commentait ne pas pouvoir grandir et que sa beauté ne progresserait plus, son corps étant figé dans le temps. C'était un peu dommage qu'elle ne puisse changer, mais elle était déjà très belle comme elle était, ce qui rendait le mal assez insignifiant. Mais même avec un corps figé, il y avait une infinité de possibilités de style, de coiffures. Elle pouvait encore surement s'embellir.

"Ton corps ne vieillira peut-être pas, mais ça n'empêche en rien que tu devienne encore plus belle, Orina. Maquillage, tatouage, vêtements, coiffure, il en existe une infinité. Tu trouvera certainement des combinaisons qui feront tomber les garçons à tes pieds."

Je riais quelques peu après ces propos. La petite Homonculus était encore jeune, bien trop pour s'intéresser aux garçons, mais qui sait, l'immortalité pouvait réserver bien des surprises.

Ma petite Orina semblait effrayé par la présence de la mousse sur son bras alors que je le nettoyais. Une petite sauvageonne comme elle ne devait jamais avoir vu de parfum ou de savon de la sorte de sa vie. Je souriais alors que je la rassurais.

"C'est normal, c'est du savon. J'en ai créé avec quelques matériaux rassemblé au cours de mes expéditions. Ça nettoiera ta peau en la parfumant."

Je continuais d'astiquer son bras jusqu'à ce qu'il soit propre, avant de m'occuper du second. Puis venait la plus grande partie du travail.

"Lève-toi s'il te plait, que nous finissions de te laver."

J'astiquais ensuite le corps de la petite fille sans aucune forme de pudeur ou de perversité, je me contentais de faire assidûment mon travail, en n'omettant aucune parcelle de son corps frêle. Puis vint le moment d'attaquer la dernière étape.

"Bien ma chérie, tu es maintenant toute propre, il ne reste plus qu'a s'occuper de ces cheveux. Allez assis toi confortablement et laisse Papa s'en charger."

Je pris de l'eau dans mes mains et la fit couler le long des cheveux d'Orina pour les humidifier. Mais malheureusement, quelques gouttes atteignirent ses yeux, et avec les produit utilisé jusqu'à maintenant, cela pouvait créer quelques désagréments, mais rien de grave.

"Désolé. Ça va, tu n'as pas mal ?"

Disais je en frottant doucement ses yeux avec un linge.

Tanith Amonwiel

Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Flammes dansantes   Dim 10 Juil - 12:24





Flammes dansantes
FEAT. Tanith Amonwiel

M-M. Amonwiel m-m'expliqua que, m-malgré l-le fait q-que je sois b-bloquée p-pour l'éternité d-dans ce corps qui n'allait pas évoluer, q-qui allait r-rester t-tel quel p-pour t-toujours, je puisse t-trouver à l-l'aide d-de d-différents v-vêtements e-et accessoires t-tous aussi c-complexes e-et dur à fabriquer l-les uns les autres u-un moyen d-de me rendre e-encore p-plus belle, a-afin de... Faire tomber les garçons à m-mes pieds ?! C-ce n'est p-pas vraiment c-ce que je voulais, d-d'autant q-que... L-les seuls enfants d-de mon âge q-que j'avais v-vu m-m'avait jeté des pierres... I-il fallait q-que j-je trouve u-un moyen !

M-mais a-au n-niveau d-de c-cette étrange m-matière q-qui p-pullulait s-sur mon bras, l-le vampire m-m'expliqua q-que c'était t-tout à fait n-normal, e-et q-que c'était u-un des produit q-qu'il avait créé e-et qu'il appliquait m-maintenant p-pour nettoyer m-mon corps, t-tout e-en l-lui donnant u-une odeur a-agréable, d-du moins c-c'était c-ce que je comprenais.

P-puis i-il passa à l-la suite, e-en lavant m-mon autre b-bras, p-puis t-tout m-mon c-corps. J-je subissais p-plus l-les frottements q-qu'il effectuait, m-me tenant c-contre l-le bord d-du bassin p-pour n-ne pas t-tomber à l-la renverse, p-pendant q-que l-le savon q-qu’utilisait M-M. Amonwiel e-envahissait t-tout mon corps... A-au final, c-c'était... P-presque b-beau, o-on aurait d-dit q-que j-j'avais u-une robe t-tout en nuage, c-comme u-une fine p-pellicule d-de neige m-mais pas aussi froide q-que cette poudreuse.

U-une fois c-ceci fait, i-il f-fallait p-passer à l-la dernière é-étape, m-mes c-cheveux... J-je me d-doutais q-qu'il y-y avait b-beaucoup d-de t-travail à c-ce niveau, t-tant ils é-étaient l-long e-et m-mal entretenu... L-les m-mouiller n-ne suffisait p-pas à assurer q-qu'ils soient p-propre, d-du moins, c-c'était c-ce que je me disais, p-puisqu'il fallait s-s'en occuper m-maintenant...

T-toutefois, j-je m-me pris p-plusieurs g-gouttes d-d'eau a-avec d-des produits d-dans m-mon œil, c-ce qui me l-le picota un peu pendant que j-je tressailli, f-fermant a-avec force p-pour essayer d-d'avoir m-moins mal... J-je tentai d-de passer m-ma main d-dessus, m-mais e-elle était e-elle aussi pleine d-de p-produit... J-j'étais p-pour le moment t-totalement a-aveuglée à c-cause de ça...

M-mais c-ce fut b-bien vite r-réparée a-avec l-les excuses d-de celui q-qui prenait b-beaucoup d-de temps p-pour moi, q-quand il passa u-un bout d-de tissue p-pour e-essuyer m-mon œil. M-même s-si je n'arrivais p-pas à l'ouvrir t-totalement, s-sous l-les picotements q-que je subissais, c-cela aida, e-et l-la douleur d-diminuait p-progressivement. E-encore u-un peu aveuglée, j-je dis, t-tout en c-cherchant m-mes repères avec l-le bord d-du bassin :

"O-oui, ç-ça va... J-je ne m-m'y attendais p-pas."

D-dans t-tout les c-cas, j-je le laissai c-continuer, p-pour q-qu'il puisse f-finir c-ce qui é-était s-surement l-la partie l-la plus d-difficile, s-sauf q-que cette fois-ci, j-je comptais g-garder m-mon œil f-fermé j-jusqu'à c-ce que ce produit s-s'en aille !


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

-



MessageSujet: Re: Flammes dansantes   

Revenir en haut Aller en bas
Flammes dansantes
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Flammes dansantes
» "Ravivons les flammes du passé" ~ Anthéa x Paris
» Y'a pas de fumée sans flammes ! [CLOS]
» # Les Flammes #
» Du sang et des flammes [Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Manga Multiverse ::  :: Empire de Seika :: Capitale de Chikai-


Crédits : Design : Phoenix & Pingouin Règlements & Contexte : Phoenix
Forum optimisé pour Google Chrome.