Partagez | .
Deux sabreurs de renommé à Kosaten [zoro]
Messages : 1260
Yens : 157
Date d'inscription : 27/04/2015

Progression
Niveau: 81
Nombre de topic terminé: 36
Exp:
5/6  (5/6)
avatar
Byakuya Kuchiki ¤ Inconnu ¤

-



MessageSujet: Deux sabreurs de renommé à Kosaten [zoro]   Sam 25 Juin - 21:27




Le voyage continua pour Byakuya. En plus de découvrir Kosaten, maintenant, il avait un nouvel objectif. Il voulait comprendre ce qui lui était arrivé face à Zayro Jinn, combler ces souvenirs absents qui gardaient secret cette partie de sa vie. La cicatrice sur son ventre lui donnait déjà une petite idée de la rudesse du combat, mais il ne savait aucunement comment elle était apparue. Juste l'image d'une brute épaisse en voulant aux villageois et à lui-même juste parce qu'il avait eu la curiosité de mettre un visage sur l'énergie qu'il avait senti, se formait dans son esprit.

Le capitaine s'était alors défendu pour protéger les citoyens, mais privé encore en grande partie de ses pouvoirs, il n'avait eu aucune chance. Il se demanda alors ce qu'était devenu le village. Certains des civils avaient pu fuir, mais le reste y était passé, il en était certain. Est-ce que le village était maintenant désert ou Est-ce que les plus valeureux des villageois étaient revenus ?

Il ne put y réfléchir plus longtemps car comme beaucoup de fois depuis son voyage, il sentit une énergie d'élus se rapprocher. Sans stopper sa marche, il se concentra dessus, et remarqua qu'elle était faible. Encore un élu fraîchement arrivé. Il détecta également qu'elle était tout près. D'un regard il chercha qui pouvait être élu parmi les passants qui se trouvaient autour de lui et son regard tomba soudainement sur un homme aux cheveux verts, avec trois sabres accrochée à sa ceinture. Peu de citoyens ordinaires des promenaient avec ce genre d'attirail, il y avait donc beaucoup de chance pour que cet homme soit l'élu qu'il avait détecté. Mais quoiqu'il en soit, il ne représentait aucun intérêt pour le shinigami qui décida de ne pas s'attarder dessus. Il continua alors sa marche en accélérant légèrement le pas jusqu'à entendre quelqu'un crier derrière lui.

Attention !!

D'un œil vif, il regarda dans son dos et vit une pile de cartons se renverser. Mettant ses réflexes en avant il fit un mouvement de côté, et ainsi évita les colis. Il vit alors accourir une jeune femme qui devait avoir une vingtaine d'année et qui après avoir arrêté son char venait vérifier que personne n'avait été blessé.

Excusez-moi, j'ai mal assuré le chargement. Est-ce que vous allez bien ?

Byakuya observa le tas de carton au sol, et remarqua que l'élu qu'il avait découvert ne s'en était pas aussi bien sortis. Il déclara d'une voix calme.

Je vais bien, occupez-vous plutôt de lui.

Il montra du doigt l'élu couché au milieu des cartons. Il n'avait pas eu les mêmes réflexe que le shinigami. Quelle honte...


                             

                     

             

     



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1304
Yens : 541
Date d'inscription : 17/06/2016
Age : 20
Localisation : Perdu quelque part

Progression
Niveau: 152
Nombre de topic terminé: 63
Exp:
7/12  (7/12)
avatar
Roronoa Zoro Le pirate perdu

- En ligne



MessageSujet: Re: Deux sabreurs de renommé à Kosaten [zoro]   Dim 26 Juin - 14:31

[Mauvaise manip : j'ai effacé involontairement]

Le résumé : Zoro, qui erre au hasard et ne connait presque rien à cette nouvelle vie, marche sur la route commerciale devant Byakuya sauf que comme il est dit au-dessus, une femme avec un char hurle pour les mettre en alerte mais trop tardivement, donc Zoro se fait ensevelir sous une pile de cartons. Déjà que Zoro est énervé car humilié de s'être fait bêtement ensevelir par des cartons, Byakuya en rajoute en conseillant à la jeune femme d'aller plutôt voir si Zoro n'est pas blessé. Ca fâche encore plus Zoro qui clame haut et fort qu'il n'a pas besoin d'aide, sa fierté atteinte, avant de dégager les cartons violemment pour se relever. Il voit que Byakuya le fixe, alors nonchalamment, il lui balance une sorte de " Qu'est-ce tu regardes comme ça toi ?" .. D'où la réplique de Byakuya dans le post qui suit...

Ca fait un moment que j'avais écrit cette réponse donc il doit certainement manquer des détails.


Dernière édition par Zoro Roronoa le Mar 5 Juil - 2:31, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1260
Yens : 157
Date d'inscription : 27/04/2015

Progression
Niveau: 81
Nombre de topic terminé: 36
Exp:
5/6  (5/6)
avatar
Byakuya Kuchiki ¤ Inconnu ¤

-



MessageSujet: Re: Deux sabreurs de renommé à Kosaten [zoro]   Lun 4 Juil - 16:06




La jeune femme suivit les conseils de Byakuya et s'avança vers l'élu touché au moment où celui-ci poussait les cartons du bras.

Vous avez mal ?

Le capitaine quant à lui regardait la scène d'un ton neutre et indifférent, se demandant seulement comment un élu pouvait se faire avoir par un si petit événement. Mais alors qu'il regardait passivement la scène dans laquelle l'homme refusa un peu sèchement l'aide de la civile, il remarqua quelque chose dessiné dans son cou. Une marque bleue, ronde avec un symbole de dragon en son centre. La configuration ressemblait étrangement à son sceau, et comme le shinigami savait qu'il avait à faire à un élu et que le sceau de Seika lui était déjà connu, il en déduit que ce dessin était la marque de Fuyu, d'où venait Zayro.

Il avait donc en face de lui à nouveau un élu de ce royaume. Intéressant. L'idée qu'il en avait depuis son arrivée à Kosaten était plutôt celle d'un clan puissant et cruel. Représentation qu'il fut dure d'encore croire en voyant l'humiliation que venait de subir le sabreur devant lui. Etonnante contradiction, qui pouvait s'expliquer en partie par le fait que le shinigami n'avait croisé la route que de deux personnes venant de là, et que de ce fait, son image était incomplète. S'était-il trompé en surestimant ce royaume ?

L'homme envoya valser les derniers cartons, de rage, et se releva, demandant au capitaine d'un ton énervé ce qu'il avait à le regarder de cette manière. Même si le ton employé agaçait Byakuya, il ne s'offusqua point, ayant une parfaite maîtrise de ses sentiments, et garda son assurance habituelle. Fixant l'élu de Fuyu sans broncher, il déclara.

Rien... je me demandais uniquement comment un sabreur pouvait joindre royaume réputé, et se présenter de façon si lamentable. À moins que ces armes ne soient qu'une décoration...

Il évoquait les trois sabres à la ceinture de l'homme. Lui-même en avait un, et il trouva cela étrange d'en avoir autant. Pendant qu'il parlait, la jeune civile, aider de deux hommes commençaient déjà à ramasser ce qui était tombé. Ils ignoraient la discussion et se faisait discrets, n'ayant aucun intérêt à interférer dans les affaires des élus.



                             

                     

             

     

Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1304
Yens : 541
Date d'inscription : 17/06/2016
Age : 20
Localisation : Perdu quelque part

Progression
Niveau: 152
Nombre de topic terminé: 63
Exp:
7/12  (7/12)
avatar
Roronoa Zoro Le pirate perdu

- En ligne



MessageSujet: Re: Deux sabreurs de renommé à Kosaten [zoro]   Lun 4 Juil - 21:46


Le long de la route
Byakuya & Zoro



Pauvre femme, elle se prenait le courroux de l’épéiste en pleine face. Alors qu’au final, il n’avait rien contre elle. C’était la faute de cette honteuse situation, et de ce foutu mec qui en rajoutait, en l’observant avec cet air pénible.
Agacé, Zoro s’était occupé de poser une fausse question de façon nonchalante à cet homme qui ne connaissait vraisemblablement pas la courtoisie. Ce à quoi ce dernier répliqua, de manière tout à fait posée, sous forme de question ironique, comment un type de Fuyu pouvait fournir une « présentation » aussi pitoyable ? Vrai que dans ce cas, il n’était pas l’image exemplaire de ce royaume, et d’ailleurs, il ignorait totalement  comment était représenté Fuyu. Il venait fraîchement d’arriver, et était donc complètement à côté de la plaque. Les seules informations récoltées pour le moment se résumaient à savoir qu’un sceau symbolique était apparu sur sa peau en guise de « signature » , d’appartenance à un territoire, et que ce territoire s’entendait bof bof, voire pas du tout,  avec ses deux voisins.

Bref, la réplique mordante que lui adressa l’homme en face, lui tapa sur le système. Ses yeux s’écarquillèrent de frustration, tandis que sa mâchoire se crispait. D’où ce crétin sorti de nulle part se permettait de brusquer l’ego du cheveux vert, avec une telle confiance ?! Il ignorait ce qui l’attendait ! Quelle impertinence : « C’est qu’il commence doucement à me BRISER LES NOIX CET ENFOIRE….. ! ».
Emporté par sa fureur, légèrement susceptible avec toute cette pression qu’il accumulait récemment, il avança de quelques pas vers lui et la main sur l’un des manches de ses katanas, il s’apprêtait à les dégainer à tout instant. Désormais, parfaitement face à face à l’homme, Zoro se pria intérieurement de reprendre son calme. Ne pas se laisser perturber par cet imbécile. En valait-il vraiment la peine ? Moins volcanique, il en profita pour jauger l’individu de la tête aux pied d’un œil impassible.

En résultat à cette scrupuleuse analyse digne d’un faucon, il repéra une espèce de dessin similaire au sien sur le cou du garçon. Alors lui aussi connaissait probablement le même sort que Zoro, ou du moins l’avait connu, car il ne semblait pas plus désorienté que cela. Probablement était-il plus ancien et avait su s’informer sur sa condition. Il se demandait si ce type avait également perdu quelques unes de ses compétences, et avait été également arraché d’un endroit, sans explication, avant d’atterrir ici ? Peut-être que ces gens munis des sceaux comme lui, qu’on appelait visiblement « élus » étaient nés là, et que le fait d’être devenu impuissant en étant envoyé ici d’un seul coup était un cas unique, seulement arrivé à Zoro ? Le voilà désormais accablé de questions. Longtemps que ce n’était pas arrivé, et comme d’habitude, il se pressa de les freiner avant d’être attaqué par un lourd mal de crâne à force de cogitation.
D’ailleurs, à y repenser, le sceau que cet odieux personnage portait était différent du sien. Il ne représentait pas la même chose. D’ici, il n’était pas certain de ce que cela représentait, mais peu lui importait, il décida de répondre aux questions provocatrices de cet homme aux sarcasmes aiguisés.  :

- Premièrement, je n’ai rien demandé, une force m’a amené ici contre mon gré et je me retrouve avec un gribouillis sur le corps qui dit que j’appartiens à un royaume que je ne connais même pas. Deuxièmement, ce n’était pas une présentation. A aucun moment, je n'ai eu l'intention de me présenter à un crétin tel que toi. Et troisièmement…

Il marqua une petite pause dans son discours, un sourire en coin s’afficha sur son visage, puisqu’il s’apprêtait à répondre à cette dernière  provocation quasi impardonnable : oser comparer trois armes aussi précieuses à de simples décorations ? Vraiment ? Ils les insultaient... !

- Que dirais-tu de tester leur authenticité maintenant ?!


Il en attrapa alors deux, dans chaque main, ne se sentant pas contraint de dégainer la troisième pour de telles enfantillages. Même si dans le pire des cas, cette futile altercation devait dégénérer en bagarre, ça n’était pas un vrai combat. Le sourire figé sur le visage, ayant repris son air flegmatique, il fixa l’homme malicieusement. Il était quasi impuissant désormais, mais s'il pouvait se défouler un peu, pourquoi pas ? Faible ou pas, sa passion pour le combat, elle, ne s'affaiblissait jamais.






† Que ce soit en bien ou en mal, tout le monde connaîtra mon nom †
Fiche Technique
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1260
Yens : 157
Date d'inscription : 27/04/2015

Progression
Niveau: 81
Nombre de topic terminé: 36
Exp:
5/6  (5/6)
avatar
Byakuya Kuchiki ¤ Inconnu ¤

-



MessageSujet: Re: Deux sabreurs de renommé à Kosaten [zoro]   Ven 8 Juil - 20:40




Sa remarque toucha un point sensible apparemment chez son interlocuteur qui manifesta des signes de contrariété. Cela ne faisait ni chaud ni froid au shinigami, qui n'avait simplement qu'énoncé ce qu'il pensait. Il vit l'élu de Fuyu porter sa main à son sabre, et sans bouger le moindre sourcil, se prépara mentalement à une attaque non-réfléchie. Mais elle ne vint pas. L'homme aux cheveux verts se calma avant de laisser planer un silence que le capitaine soutint sans aucune difficulté. Il était sûr de lui et ne doutait pas de ses mots. Il en avait regretté aucun. Si cet homme voulait le défier, il ne broncherait pas. Il avait déjà une idée de l'énergie qui circulait en lui, mais était certains qu'elle était inférieure à la sienne.

Son interlocuteur finit par briser le silence, se plaignant de son état d'élu. Il était vrai que ce sceau était bien contraignant, et le shinigami en avait déjà fait l'expérience au cours des mois à Kosaten. Sur ce plan-là, il rejoignait l'homme en face de lui. Mais les mots qui continuèrent le discours de ce dernier ne lui plurent pas autant. Comment osait-il le traîter de "crétin" ? Savait-il à qui il avait à faire ? Même affaibli, le capitaine ne doutait pas de sa supériorité. Il tiqua une demi-seconde mais n'émit aucun signe extérieur. Il se contenta comme à son habitude de fixer celui qu'il considérait maintenant comme un vulgaire vantard.

Celui-ci surenchérit en proposant de voir de plus près les armes qu'il portaient. Ridicule... Byakuya laissa une ou deux secondes s'écouler avant de répondre, toujours d'un ton calme.

Je te conseille de réfléchir au mot que tu utilises devant moi, tu pourrais le regretter, jeune prétentieux.

Il le fixa droit dans les yeux.

De plus, tu es tellement inconscient que tu défies quelqu'un qui t'es largement supérieur. À ta place, je rangerais ces sabres. Je ne me répèterai pas.


Il ne toucha pas à sa propre arme, ne jugeant pas utile de s'en servir pour l'instant. Au cas où il viendrait à l'esprit de ce jeune effronté la pathétique idée de concrétiser sa menace, il aurait tout le loisir de répliquer autrement. Qu'allait faire l'élu de Fuyu  ?

                             

                     

             

     

Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1304
Yens : 541
Date d'inscription : 17/06/2016
Age : 20
Localisation : Perdu quelque part

Progression
Niveau: 152
Nombre de topic terminé: 63
Exp:
7/12  (7/12)
avatar
Roronoa Zoro Le pirate perdu

- En ligne



MessageSujet: Re: Deux sabreurs de renommé à Kosaten [zoro]   Lun 18 Juil - 20:22


Le long de la route
Byakuya & Zoro



Tout fraîchement arrivé, Zoro ne s’était pas encore confronté à l’intensive réduction de ses compétences, bien que quelques signes le démontraient comme cette incapacité à esquiver de pauvres cartons quand en temps habituel, il aurait repéré cette anomalie 20 secondes à l’avance. Il sentait une baisse de réflexe et une perte d’énergie mais sans plus, il pensait que ces sensations n’étaient que le fruit de son imagination dû à sa désorientation. C’était l’occasion de mesurer sa nouvelle force.

Ce fut alors que cet homme hautain adressa un long regard silencieux à Zoro avant de répliquer qu’il pourrait le regretter. Zoro connaissait ce genre de discours, il l’avait entendu maintes et maintes fois, c’était une façon de dissuader l’adversaire pour ne pas être démonté en plusieurs petits morceaux, que du bluffe ! L’épéiste n’était pas un fan de cette « fausse » vantardise qui consistait seulement à le tromper selon lui.
Voilà maintenant qu’il inventait une histoire comme quoi il lui était largement supérieur ? Qu’est-ce qui lui permettait d’affirmer un tel propos ? Il le menaçait réellement ? C’était profondément débile et arrogant ! D’ailleurs, le cheveux vert vint à sourire légèrement, ce petit numéro était pitoyable. Ce gars là souhaitait juste fuir, mais par orgueil, il tentait de s’attribuer la victoire en utilisant la technique de la fourberie appelée « Je raconte des absurdités avec prétention pour effrayer l’ennemi, comme ça j’m’en sors indemne ». C’était d’une lâcheté sans nom. Une lâcheté non assumée qui plus est.

Zoro n’avait aucune idée que ce type prononçait tout simplement la vérité, il ignorait que sa puissance s’était envolée à ce point, et s’il combattait, il risquait d’avoir de jolies surprises, même si dans tous les cas, il n’avait aucunement l’intention d’énormément violenter cet individu. C’était juste un petit conflit de fierté, car ce fumier s’était permis de froisser l’image du bretteur.

- .... Que de mots… Pourquoi ne pas simplement passer à l’action au lieu de perdre son temps en blabla inutile, hein ?

Ne pas être trop méchant avec lui, ça ne servait à rien de le tuer pour si peu. L’objectif était simplement de lui donner une petite leçon, pas trop sévère non plus. Zoro lança un dernier regard joueur vers l’individu avant de faire tournoyer ses katanas de manière à pouvoir attaquer avec le côté non-tranchant, ça devrait largement suffire, inutile de sortir le grand jeu.
Sans plus attendre, il s’avança assez rapidement vers l’homme, prit de l’élan avec l’un de ses bras, dans le but de viser sèchement au niveau de la cage thoracique du garçon avec le dos de l'une de ses lames. C’était un coup net, assez fort mais très basique, qui n’incluait aucune technique particulière. Il avait la prétention de sous-estimer gravement son adversaire, ne pensant pas une seconde à être battu de si tôt désormais.







† Que ce soit en bien ou en mal, tout le monde connaîtra mon nom †
Fiche Technique
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1260
Yens : 157
Date d'inscription : 27/04/2015

Progression
Niveau: 81
Nombre de topic terminé: 36
Exp:
5/6  (5/6)
avatar
Byakuya Kuchiki ¤ Inconnu ¤

-



MessageSujet: Re: Deux sabreurs de renommé à Kosaten [zoro]   Mar 19 Juil - 13:37






Aucun des deux hommes ne cédaient. Personne ne voulait faiblir face à l'autre prétendant, porté par un orgueil et une assurance sans faille. Mais néanmoins, Byakuya avait un avantage sur l'élu de Fuyu qu'il ne soupçonnait même pas. Contrairement à son futur adversaire, le shinigami était conscient de ses nouvelles limites, et se préparait au combat en ayant en tête qu'il avait moins de possibilité qu'à la soul society. En face de lui, c'était l'ignorance à ce niveau.

Quoi qu'il en soit, ce qui devait arriver arriva. L'homme aux cheveux verts exprima une dernière proposition, rhétorique bien entendu, avant de faire tournoyer ces sabres. Plus de doute, une bataille allait se déclencher. Un affrontement qui devait déterminer d'une part le plus valeureux des deux qui avait comme but réciproque de remettre à sa place l'adversaire. À peine le capitaine fit cette constatation, qu'il lança à l'intention des civils qui finissaient de charger les cartons tombés.

Ecartez-vous, si vous ne voulez pas être pris dans l'affrontement.

Un simple avertissement, rien de plus. Désormais, Byakuya n'allait pas se retenir, quitte à blesser par inadvertance les civils. C'était à eux de se tenir éloigner pour ne pas recevoir ses coups ou ceux de son adversaire. Celui d'ailleurs n'attendit pas pour foncer contre le capitaine, sabre en avant, tourné par ailleurs du côté non-tranchant de la lame. Le shinigami sortit son sabre et para sans difficulté.

Tu es lent...

Le coup était précis et contenait plus de force que ce qu'avait imaginé le shinigami, mais il n'était pas impressionné pour autant. Il pu juste se rendre compte que dans son monde originel, cet homme devait exceller dans son domaine. Manque de chance, ici, il n'était plus rien. Le chef des Kuchiki repoussa son ennemi d'un revers et répliqua aussitôt. D'où il était, zoro pouvait soudainement voir quelques rochers se soulever alors que son ennemi ne bougeait pas. Certains d'entre eux étaient gros, et d'autre étaient plus modestes. Tous rejoignirent le capitaine qui énonça

Danse de Révolution de la Terre

À peine ces mots articulés, les projectiles foncèrent sur l'homme à trois sabres. Celui avait énervé le capitaine de la 6ème division, qui voulut lui faire payer son arrogance. Ainsi, il suivit de près le dernier rocher pour asséner un coup de sabre au niveau de l'épaule.

                             

                     

             

     

Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1304
Yens : 541
Date d'inscription : 17/06/2016
Age : 20
Localisation : Perdu quelque part

Progression
Niveau: 152
Nombre de topic terminé: 63
Exp:
7/12  (7/12)
avatar
Roronoa Zoro Le pirate perdu

- En ligne



MessageSujet: Re: Deux sabreurs de renommé à Kosaten [zoro]   Mer 20 Juil - 15:53


Le long de la route
Byakuya & Zoro



L’homme à la longue crinière semblait se soucier du sort des civils puisqu’il leur recommanda fermement de s’éloigner, à moins qu’ils désiraient se prendre un coup perdu.
Zoro lui, n’avait pas attendu, c’était à eux d’avoir la jugeote de dégager, ils étaient assez grands pour comprendre eux-même que cette zone de combat était dangereuse. Le sabreur fonçait droit vers son adversaire, mais au dernier moment, ce dernier dégaina son sabre et para sans sourciller. A peine leur lame se rencontra que l’ennemi repoussa aisément Zoro, qui vint à reculer de cinq, six petits bonds.

Cet abruti ne put s’empêcher de commenter, de quoi frustrer davantage l’épéiste qui avait également ressenti cette lenteur inhabituelle. Serait-il malade ? Qu’est-ce que c’était que cette performance minable ? En temps normal, il attaquait si rapidement qu’il était quasi impossible de le percevoir et donc de le parer, à moins d’exceller soi-même.
Alors soit ce type était un monstre, soit c’était lui qui se rouillait pour une quelconque raison.. La seconde option était la plus plausible mais aussi la plus effrayante : « ça doit venir d’ici ! L’air de cette île alourdit mes gestes ! Il est vraiment temps que je me tire ! ».  Il tentait de se réconforter comme il le pouvait. Dans tous les cas, il n’était pas décidé à se laisser abattre, il en avait affronté des plus redoutables que lui !

Ce fut alors que des rochers se mirent à frémir avant de se soulever dans les airs. Zoro en fronça les sourcils, ne quittant pas du regard ces roches inquiétantes qui rejoignirent dés lors le sabreur ennemi. Cet homme était en possession d’un fruit du démon. Il n’y avait aucun doute là-dessus !
Mais ce n’était certainement pas ces quelques cailloux qui impressionneraient le jeune épéiste fougueux. Il les éviterait ou les trancherait comme du beurre, rien de bien nouveau là-dedans. Ce n’était pas un danger très menaçant pour un type comme lui, enfin, c’était ce qu’il pensait. Ce fut pour cette raison qu’il ne paniqua pas plus que cela, et ne semblait guère particulièrement sceptique.

- Tiens tiens.. un utilisateur de fruit du démon.. Intéressant

Puis, la voix de l’homme s’éleva dans les airs : « Danse de Révolution de la Terre ». Qu’est-ce que cette phrase ? On aurait dit un vieux slogan pour défavorisés. Mais ça avait surtout tout l’air d’une attaque !
Et en effet, à peine prononça-t-il ses mots que les rochers se jetèrent en direction de Zoro. Aucun problème, il ne bougeait pas d’un poil,  les fixant se rapprocher dangereusement de lui. Au dernier moment, il s’abaissa pour laisser un des rochers passer au-dessus de sa tête, mais aussitôt d’autres s’amenèrent, et prirent quelque peu le jeune homme au dépourvu. Un coup à droite, un coup à gauche, un coup en bas. Il esquivait, mais de plus en plus difficilement, jusqu’à ce que l’une d’elle le prit par surprise. Il se poussa de sa trajectoire de justesse, mais elle parvint à lui égratigner le bras malgré tout. Ses mouvements étaient décidément très ralentis ici, jamais il ne se laisserait attraper sur un jeu de vitesse ordinairement.

Très bien, la situation le contraignait à user des grands moyens. Il tourna dés lors ses deux lames du côté tranchant et attendit la prochaine et dernière pierre qui s’approcha de lui. Il avait l’intention de se servir de son attaque « samon » qui consistaient à trancher de la matière en diagonale, et donc couper la roche en X avec ses deux sabres. Mais au moment de l’action, rien ne se produisit. Il se sentit comme dépourvu de la force qui était censée animer cette attaque, il la cherchait, mais ne la trouvait pas ! Manquer une attaque était d’une humiliation sans nom, il serait capable de se laisser mourir pour cela ! Toutefois, il n’eut pas le temps de s’interroger davantage qu’il fallait sans plus attendre esquiver avant de se prendre ce monstrueux bloc en pleine face.
Ses réflexes l’obligèrent à se jeter sur le côté gauche, mais ce fut sans compter sur cette douleur imprenable qui vint le saisir au moment de sa chute. Pas de doute, il connaissait cette souffrance pimentée : Le tranchant d’une lame avait fendu sa peau, au niveau de l’épaule.

Il lâcha un de ses sabres en vol, et posa une main sur son épaule, et atterrit comme une loque contre le sol en roulant sur un bon mètre, de quoi faire danser la poussière de la route. Enfin contre le sol, face à demi contre terre, il grimaçait de douleur. Il se pensait largement plus endurant, il en avait connu des blessures, et bien plus méchantes que cela, mais aucune d’aussi futile n’avait réussi à le mettre dans un tel état. Pourquoi son attaque ne fonctionnait pas? Pourquoi sa rapidité le quittait ? Pourquoi une entaille comme celle-ci suffisait à le foutre en PLS ? Pourquoi se sentait-il aussi faible ? Pourquoi le « fluide » dans lequel il puisait sa puissance semblait quasi inexistant ? C’était tellement désagréable ! Son corps tremblotait, toujours étendu contre le sol. On ignorait finalement s’il grimaçait et tremblait à cause de la douleur, ou à cause de la frustration de ne plus ressentir cette puissance couler dans ses veines. Pourtant, il ne se trouvait pas particulièrement fatigué, et il n’était jamais malade, alors qu’est-ce qui pouvait expliquer cet état chaotique et profondément humiliant si ce n’était cette île malsaine ?!

Il tapa soudainement avec rage son poing contre le sol, et se redressa en position assise avant de détourner un regard sinistre vers cet enfoiré. Il fallait faire abstraction de sa douleur, comme autrefois !

- C’est bon, t’es content, t’as fini de faire joujou avec tes cailloux ? T’as bouffé quel fruit encore ? Celui de la lévitation ? … Ca t’amuse d’inhiber ma force comme ça tas de fumier ?!

Ces accusations ne valaient rien, Zoro savait parfaitement que cette sensation de faiblesse était bien plus profonde que cela, mais l’irritation de cet instant pénible et humiliant le faisait parler. Puis, il se releva tout simplement, et s’apprêta à former une nouvelle lame d’air en direction de son adversaire : le fameux calibre 36. Mais alors qu’il préparait sa lame, il ne souvint plus comment faire, il ne se souvenait plus dans quelle force puiser pour créer cette attaque à distance à un seul sabre !
Enervé, à bout de nerfs, il serra la mâchoire et se contenta juste bêtement de lancer violemment son katana vers l’adversaire comme s’il s’agissait d’une simple lance. Un geste complètement désespéré, qui était visiblement son seul dernier recours puisqu’il n’était plus capable de faire quoi que ce soit d'autre. Il se sentait seulement apte à faire un petit demon slash, et encore, il risquait de ne pas jouir d’une très bonne qualité.

Il lui restait seulement le katana de Kuina, mais il ne daigna même pas  le dégainer, il avait déjà déshonnoré deux de ses précieuses lames, il était inutile de ruiner la dignité du dernier, il ne se sentait d’ailleurs plus digne de les porter. Il était devenu ce sabreur bon marché qui se prétendait être une élite et qu’il haïssait tant. « Rien de plus cruel châtiment que de ne plus connaître ses épées ! Leur pouvoir m’échappe, je ne suis plus capable de les maîtriser ». La honte était telle qu'il peinait à s'entendre respirer, à se supporter. Même sa force mentale et son extraordinaire sang-froid s'était fragilisés. Il était comme revenu à la case départ : ce sale gamin frustré qui n'arrivait jamais à rien et se laissait submergé par ses émotions. Cependant, si intérieurement, il s’opérait actuellement une destruction massive, il s'efforça de résister physiquement pour ne rien laisser transparaître, et excepté les tremblements nerveux de son corps, il parvint tout de même à garder un visage presque impassible.








† Que ce soit en bien ou en mal, tout le monde connaîtra mon nom †
Fiche Technique


Dernière édition par Zoro Roronoa le Sam 23 Juil - 20:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1260
Yens : 157
Date d'inscription : 27/04/2015

Progression
Niveau: 81
Nombre de topic terminé: 36
Exp:
5/6  (5/6)
avatar
Byakuya Kuchiki ¤ Inconnu ¤

-



MessageSujet: Re: Deux sabreurs de renommé à Kosaten [zoro]   Ven 22 Juil - 20:43




Pendant l'assaut, l'adversaire de Byakuya fit une remarque que le capitaine ne comprit pas. Il était question de "fruit du démon", élément inconnu pour lui. Sans se soucier de sa signification pour l'instant, il termina son attaque et planta réellement son sabre dans l'épaule de l'homme. Celui-ci tomba lamentablement au sol, se tordant de douleur. On sentait une frustration émanant de sa personne, probablement énervé d'être ainsi humilié. Mais le shinigami n'émit aucune émotion. Il était même satisfait intérieurement de l'état de l'épéiste. Il n'avait pas à manquer de respect à quelqu'un de son rang. Il n'avait que ce qu'il méritait.

Le dominant de sa personne, tenant toujours le sabre dans sa main, il fixa son adversaire d'un regard méprisant, traduisant quelques peu ce qu'il pensait de lui.

Je n'ignore de quoi tu parles, mais sache que je n'ai rien à voir avec un démon.

Il retira sans une once de douceur son arme du corps de l'élu de Long. Puis agacé intérieurement, il reparti la tête haute, content d'avoir pu remettre ce minable à sa place. Du moins, c'est ce qu'il croyait, car ce dernier n'avait pas abandonné. Il s'était mis en position assise et recommençait à l'insulter et à lui parler de ses fruits mystérieux. Ainsi, il n'avait pas compris la leçon. Il était clairement insupportable. Il était semblable à Ichigo. Le capitaine commença à perdre patience. Il haussa le ton, trahissant une partie de la colère qui l'animait désormais.

Mesure tes paroles, sinistre avorton si tu tiens à tes jours.

En réponse, il vit un sabre foncer sur lui. S'en était trop. Il avait fait preuve d'indulgence jusqu'ici, mais ce sabre, qu'il envoya valser avec le sien dans un bruit d'entrechoque, fut la goutte qui fit déborder le vase. Ce coup était pathétique, mais reflétait l'impertinence de l'homme à 3 sabres. D'un geste rapide, il tindit de doigt vers Zoro.

4e technique : foudre blanche.

Un éclaire sortit de son doigt pour foncer contre le sabreur. Que l'attaque est réussi ou non, le shinigami rebroussa chemin et alla se poster à quelques mètre de l'élu de Fuyu, le regard encore plus oppressant qu'avant.

Sache où es ta place. Face à moi tu ne vaux rien, et tu as beau venir de Fuyu, un royaume réputé puissant, jamais tu ne m'égaleras. Ne te fais pas d'illusion. Alors reste tranquille si tu tiens à la vie à Kosaten.

Toujours son sabre taché du sang de Zoro à la main, il resta immobile, anticipant une potentielle nouvelle tentative de son adversaire du jour.







Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1304
Yens : 541
Date d'inscription : 17/06/2016
Age : 20
Localisation : Perdu quelque part

Progression
Niveau: 152
Nombre de topic terminé: 63
Exp:
7/12  (7/12)
avatar
Roronoa Zoro Le pirate perdu

- En ligne



MessageSujet: Re: Deux sabreurs de renommé à Kosaten [zoro]   Sam 23 Juil - 22:24


Le long de la route
Byakuya & Zoro






Le plus douloureux fut quand le brun retira son arme cruellement de son épaule. Mais Zoro s’était repris, avait probablement glissé un couinement involontaire dans le lot, mais il avait su ignorer sa douleur le temps de lancer nerveusement son katana vers l’adversaire. Un débutant était capable d’esquiver cette demi attaque, et Byakuya ne fut pas l’exception puisqu’il envoya valser le sabre un peu plus loin à l’aide du sien. Il s’était autorisé en prime à le menacer, mais vu l’état minable dans lequel Zoro se noyait actuellement, il n’en avait que faire qu’il mette fin à ses jours ! Au contraire, il lui rendrait presque service, c’était toujours mieux que de devoir assumer le triste échec d’un homme qui, quelques heures auparavant, scintillait au sommet :

- Tu commences à me gonfler Dracula !


Lui cracha-t-il, avant que le brun ténébreux invoque une espèce de foudre qui émana du doigt du brun. Zoro l’avait vu venir, Zoro aurait pu l’éviter, mais Zoro ne fit rien. Il ne voulait pas rester une seconde de plus ici, cette situation le désemparait, il n’existait plus aucune adhésion entre ses lames et lui, ni même entre lui et lui-même d’ailleurs ! Le désordre régnait dans ce corps, c’était fini.
De ce fait, il se prit volontairement l’attaque en plein torse. Electrocuté de tous ses membres, il gigota frénétiquement comme un zombi épileptique avant de se laisser tomber sur le dos une nouvelle fois, légèrement fumant mais cette attaque était loin d’être fatale. Par rapport à la foudre du soi-disant Dieu Eneru qu’il avait subi, celle-ci était de la rigolade. S’il survivait à la foudre « divine », il survivrait à celle-ci. Puis, sans compter sur Nami qui le foudroyait pour des broutilles, il s’était presque forgé un bouclier naturel à force d’habitude contre les électrocutions,  quand elles ne franchissaient pas une certaine limite bien sûr. Alors non, connaissant cette sensation douloureuse pratiquement par cœur, il n’eut pas l’impression de suffoquer plus que cela.

Toutefois, une odeur de cochon grillé planait légèrement au-dessus de lui, tandis qu’il ressemblait désormais à un écureuil coiffé à l’iroquoise avec ses cheveux qui défiaient désormais toutes les lois de la gravité. Il s’accorda une petite pause méditative, étendu sur ce sol aride, face à un soleil brûlant, pour réfléchir. Il ferma les yeux, et se sentit comme un citron desséché au bord d’une autoroute ayant perdu tout son jus, mais peu importait.
Pour commencer, ce fruit du démon était bizarre, sans compter sur sa réflexion à ce sujet qui n’échappa pas au cheveux vert malgré les circonstances. Dracula avait été interloqué quand Zoro l’avait accusé de porter un fruit du démon, comme s’il ne connaissait pas l’existence de cette chose ? Etait-ce du bluff ? A quoi cela servirait-il de nier quelque chose grillé à 100 000 km ? Non, il semblait jouir d’une autre force. D’ailleurs la lévitation et la foudre étaient deux choses différentes, et Zoro savait pertinemment qu’il était impossible de posséder deux fruits du démon à la fois, excepté dans le cas de ce gros dégueulasse de Marshall D. Teach mais ce n’était pas la question.

S’ensuivit un flot d’infos non négligeables qui rompit net la petite pause spirituelle du sabreur. Il ouvrit ses paupières brusquement et releva sa tête en direction du ténébreux, afin de mieux capter ce qu’il avait à dire. Fuyu ? Etait-ce à ce royaume auquel s'identifiait le sceau qui se dessinait sur son cou ? Certainement, puisque Dracula semblait connaître les origines du vert, en se fiant probablement à cela. Il avait repéré son regard insistant sur son sceau lors du début de leur rencontre, et à partir de ce moment là, il s’était comme vanté d’emblée de connaître la provenance de Zoro. Cet abruti ne s’était pas dispensé de se foutre de sa gueule par rapport à cela, en prétendant ne pas comprendre comment un type comme Zoro pouvait venir d’un royaume avec une telle réputation. Et de là avait découlé ce stupide affrontement.. Et mieux, il lui offrait le nom de cette île ? Kosaten ? En ce qui concernait le reste des paroles, ce n’était que de la gueule, rien d’exceptionnel.  M’enfin, rien de tout cela ne semblait important désormais.

Il se redressa encore une fois et s’avança vers l’homme d’une démarche résignée, et quelque peu défaillante à cause des coups qu’il venait de subir.
Il était bien trop fier pour reconnaître la défaite ! C’était tout simplement inadmissible pour un type comme lui… Et puis.. sa promesse faite à Luffy ?! Celle de ne plus jamais perdre à nouveau ? Il ne pouvait pas la rompre aussi pitoyablement. Il faisait un remake de son combat contre Dracule Mihawk, qui au passage avait un nom quasi similaire au surnom que Zoro avait attribué à Byakuya de part son allure sombre : Dracula. Une ironique coïncidence.
Pour l’instant, l’idée de crever ou du moins sombrer dans l’inconscience pendant un laps de temps lui semblait être la solution la plus supportable, et raisonnable. Si Zoro prenait le temps de se reposer, de voir clair, il saurait se reprendre et faire face à cet aléa, mais dans le feu de l'action, il était désemparé et faisait des choix aussi impulsifs qu'extrêmes. Il fallait savoir qu'il ne prenait jamais ce genre de décision abusive dans son état "normal". Son désespoir avait tendance à amplifier le drame.
Donc quitte à ce que ce combat ressemble à celui contre Mihawk, autant y aller jusqu’au bout. Plongeant une dernière fois son regard sévère dans celui de Dracula, il articula d'un air confiant, tout en finalement fermant son oeil :

- Allez Dracula… Aie le cran d'achever ton travail !







† Que ce soit en bien ou en mal, tout le monde connaîtra mon nom †
Fiche Technique
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1260
Yens : 157
Date d'inscription : 27/04/2015

Progression
Niveau: 81
Nombre de topic terminé: 36
Exp:
5/6  (5/6)
avatar
Byakuya Kuchiki ¤ Inconnu ¤

-



MessageSujet: Re: Deux sabreurs de renommé à Kosaten [zoro]   Mar 26 Juil - 21:30





Malgré l'état dans lequel se trouvait son adversaire du jour, il trouva de quoi retoquer. Byakuya devait avouer, malgré son avis plus que catastrophique sur l'individu, et même s'il était faible, il avait un sacré mentale. Etait-il borné ou simplement persévérant, il n'aurait su le dire, mais en tout cas, il n'abandonnait pas. Ce qui avait ce jour-là le don d'agacer le chef des Kuchiki. Celui-ci le regarda gigoter  de douleur, immobile, son regard méprisant et dominant posé sur lui. Il n'émit aucune once d'émotion ou de compassion. Cet être n'en méritait pas. Il ne recevait en ce moment que le prix de son arrogance. Il espérait juste que désormais, il aurait retenu la leçon.

Alors que ce dernier était encore au sol, dans un sale état, le shinigami s'éloigna de quelques pas, afin de trouver de quoi nettoyer son arme. Il trouva quelques feuilles et essuya méticuleusement son zanpakuto. Une fois ce travail fini, il le rangea dans son fourreau. C'est le moment que choisi l'élu de Fuyu pour se relever. Du coin de l'œil, le capitaine l'observa, et l'entendit bientôt lui proposer d' "achever le travail". C'était pathétique.

Il me le méritait pas, c'était trop facile. Il devait comprendre que défier ainsi à l'aveuglette un être clairement plus puissant que lui ne restait pas sans conséquence. Une dose de colère en plus, Byakuya décida d'augmenter sa pression spirituelle. Zoro put alors sentir un poids de plus en plus grand peser sur ces épaules. Le shinigami ne cessa d'augmenter la pression, jusqu'à ce que son adversaire du jour ne pose ne serait-ce qu'un genou par terre. Maintenant sous son emprise, il put hausser le ton.

Ecoute-moi bien sale insecte, tu abuses clairement de ma patience. Premièrement, cesse de me nommer par ses sobriquets vulgaires et irrespectueux. Ensuite, je ne vais pas te tuer, tu ne mérites pas de mourir de ma main, et je me salirai pas pour quelqu'un d'aussi futile que toi. Alors contente-toi de perdre et reste à ta place, est-ce bien claire ?
                             

                     

             

     

Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1304
Yens : 541
Date d'inscription : 17/06/2016
Age : 20
Localisation : Perdu quelque part

Progression
Niveau: 152
Nombre de topic terminé: 63
Exp:
7/12  (7/12)
avatar
Roronoa Zoro Le pirate perdu

- En ligne



MessageSujet: Re: Deux sabreurs de renommé à Kosaten [zoro]   Mer 27 Juil - 15:16


Le long de la route
Byakuya & Zoro



Alors que Zoro attendait que son heure vienne pendant que cet odieux personnage était retourné vaqué à ses occupations, l’air de rien, sans une once de respect, il daigna lui accorder un furtif coup d’oeil à la demande du marimo au bout de ses forces. Mentalement, c’était l’apocalypse, s’il n’était pas capable de tenir une promesse, alors il méritait la mort : « Je ne suis plus digne de vivre ». Du moins, c’était ce qu’il pensait actuellement, complètement déstabilisé à l’idée de n’être plus qu’au stade du débutant. Il passait du lion au cafard. La transition n’était donc pas facile à traverser. Une telle régression semblait même quasi impossible à surmonter, mais il finirait bien par se faire une raison et à trouver quelque part en lui la force de se pardonner… Fallait-il encore qu’il vive pour cela, et pour le moment, il n’en était pas question.

Dracula décida alors de passer à l’action afin de mettre un terme à ses jours, enfin, ce fut ce que Zoro crut avant de vite s’apercevoir qu’il n’en était rien ! En effet, après l’avoir défié de la sorte, il s’attendait à un coup net et rapide de la part du brun, histoire que cet insolent d’épéiste aux cheveux verts disparaisse de la terre au plus vite.
Mais à la place, un poids de plus en plus massif s’écrasa sur ses épaules. Une espèce de pression qui augmentait considérablement, comme pour forcer le jeune homme à rejoindre le sol. Bien que complètement dépassé par les événements, ce n’était pas dans ses plans de mourir à terre ! Alors malgré cette force qui l’attirait vers le sol, il tenta de résister un maximum.

Toutefois, cette pression invisible qui s’exerçait sur ses épaules ne cessait de s’alourdir péniblement, et des perles de sueur ne tardèrent à se former de part et d’autre sur son visage. Il évita d’afficher une quelconque douleur mais ses petits gémissements, sa mâchoire contractée, ses poings serrés au point d’en faire blanchir ses phalanges le trahissaient. Il se sentait se plier progressivement malgré lui, et la honte qu’il ressentit à cet instant était telle qu’il sentit les larmes lui picoter les yeux. Il cloua son œil droit pour retenir cette pétasse de goutte salée qui ne demandait qu’à exprimer sa détresse le long de sa joue. Mais il n’en fut rien !
C’était fini le temps des pleurs et des lamentations, il avait assez donné dans le domaine du mélodramatique dans le passé.

Les jambes pratiquement fléchis et tremblotantes comme jamais, il continua la lutte, en dépit de savoir que ce combat était vain. Toutefois, ce fut ce poids sur son épaule blessé qui lâcha Zoro lamentablement au bout d’un moment. Cette épaule ne pouvait supporter davantage de souffrance, ce qui engendra une soudaine perte d’équilibre du côté de cette épaule. Le genou de ce même côté percuta sauvagement le sol, tandis que l’humiliation dévora le jeune homme de fond en comble au moment même où le genou toucha la terre, et s’amusa à pomper ses dernières forces vitales. Cette scène faisait pitié à voir.
L’autre genou, maintenu levé, peinait moins à résister à cette lourde charge qui assaillait le combattant. Et comme un désastre ne venait jamais seul, cet abruti se sentit obligé d’en rajouter une couche avec un discours d’une sévère cruauté. En effet, refuser d’abattre son adversaire, en choisissant de le laisser dans un état psychologique aussi agonisant, l’abandonnant seul avec ses ténèbres, était monstrueux. Il osait le laisser dans une terrible impasse.. En effet, s’il n’était pas digne de vivre, ni de mourir, alors où était sa place ?! Cette entre-deux l’achevait un peu plus. Il se répugnait lui-même.

- Ch...Chien !

Murmura-t-il difficilement et sans réfléchir à l'encontre de ce type. Intérieurement, il ne restait que des ruines, la tornade Dracula avait tout ravagé sur son passage. Maintenant, rester à savoir si Zoro allait s’abandonner aux ténèbres de l’outre-tombe, ou prendre la peine de se relever pour tout reconstruire plus solidement ?

Il étudia alors un peu plus en détails les paroles de son assaillant : «  tu ne mérites pas de mourir de ma main » … De sa main ! Très bien, alors pourquoi ne pas s’en charger soi-même ? Se tuer était une mort indigne, mais comme il se sentait indigne comme jamais, alors ça ne posait plus de problèmes. Les deux s’accordaient parfaitement, et il ne méritait pas mieux. Il avait rompu sa promesse. A partir de ce moment là, il n’était plus rien, même un asticot n’avait pas à lui envier sa vie.

Dans son dernier recours, il lâcha son deuxième genou qui cogna le sol à son tour, et se rattrapa à l’aide de ses deux bras. Il abaissa sa tête également vers la terre, tandis que ses mains s’enfoncèrent dedans :

- Je… Je… suis désolé…. Luffy !... Je n’ai pas su… T’emmener au bout de ton rêve… Comme je te l'avais... Promis

Ses paroles furent affligeantes et haletantes à cause de ces incessants tremblements dus à la pression mais surtout dus à cette violente torture qu’il s’imposait. La défaite était terrible certes, mais la rupture d’une promesse était elle, inacceptable.
Son œil se rouvrit, et sa tête vira légèrement à droite en direction d’un objet qui pourrait l’aider à abréger ses souffrances : une bonne caillasse non loin de sa main. Il l’attrapa en un couinement de difficulté, s’autorisa quelques secondes à la scruter dans sa paume avant d’entreprendre quoi que ce soit. Et avant même d’entrer dans le cercle vicieux des hésitations, il vint réunir toutes ses forces pour se porter un coup fatal.
Enfin « fatal », c’était ce qu’il aurait voulu, mais au final, la pression humiliante de son adversaire l’avait sauvé. Même s’il avait réussit à braver la pression qui ralentissaient ses mouvements pour se cogner méchamment la tête, ce ne fut pas aussi intense que prévu. En fait, ça l’assomma seulement. Demain, il se réveillerait avec une bosse, ou au pire un petit saignement mais rien de bien grave. En attendant, il s’effondra au sol comme une sombre loque, sur le côté gauche, relâchant la pierre dans sa chute. Etendu et inerte, c’était parti pour un bon dodo. Au réveil, ça risquait néanmoins d’être un peu difficile mais, reposé, la clarté l’aiderait à ne pas se retrouver dans un état d’esprit aussi désespéré.

Bien qu’il survive, et parvienne à surpasser ce douloureux et inadmissible serment brisé, le fait de s’être un jour fait défoncer par un Dracula en puissance avec des morceaux de tôles grisâtres égarés dans les cheveux lui resterait en travers de la gorge durant un bon bout de temps. Ca l’emmerdait profondément, et il tenterait probablement de recroiser le chemin de ce type dans l’avenir. Quitte à se pardonner, alors autant ne pas rester sur une défaite aussi lamentable !  







† Que ce soit en bien ou en mal, tout le monde connaîtra mon nom †
Fiche Technique
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1260
Yens : 157
Date d'inscription : 27/04/2015

Progression
Niveau: 81
Nombre de topic terminé: 36
Exp:
5/6  (5/6)
avatar
Byakuya Kuchiki ¤ Inconnu ¤

-



MessageSujet: Re: Deux sabreurs de renommé à Kosaten [zoro]   Ven 29 Juil - 13:50




Dans un ultime espoir, l'élu de Fuyu tenta de résister à la pression. Même s'il ne le montrait pas, Byakuya admirait la détermination dont il faisait preuve. Il avait beau être arrogant, il savait se donner corps et âme dans la bataille pour ne jamais rien lâcher. Si cette rencontre n'avait pas si mal commencé, le capitaine aurait pu se montrer plus indulgent avec lui, et peut-être alors qu'une amitié aurait pu naître. Ou du moins, un respect mutuel. Mais hélas, Zoro n'avait pas cessé de provoquer le shinigami, et celui-ci n'avait pas hésité à répliquer. De là était né un lien tendu entre les deux protagonistes qui avait évincé l'espoir d'une meilleure relation.

L'homme aux cheveux verts finit par tomber, un peu lourdement, sur le sol, ce cognant violemment la tête. Byakuya resta sans enlever l'effet de sa technique encore quelques secondes, puis relâcha la pression. Il s'approcha lentement de son adversaire, encore prêt à se défendre si cet imbécile pensait se relever. Il arriva à côté du sabreur sans encore et se pencha pour poser sa main sur son cou. Il n'était pas mort, juste assommé par le violent coup qu'il avait reçu. Cela rassura un peu le capitaine, car malgré le dégoût qu'il portait au pirate, son intention n'avait pas été sa mort.

Le chef des Kuchiki se releva et scruta l'horizon. Il savait désormais que cet homme allait chercher à le revoir. Il ne savait ni son nom, ni probablement son royaume, mais des hommes de cette trempe arrivait toujours  leur fin. Les retrouvailles, si elles avait lieu, promettait d'être intéressante. Il était clair qu'ici, l'élu de Fuyu était grandement limité par le sceau qui ornait son cou. Il était loin d'avoir tout montré au capitaine. À l'avenir, quand il aura foulé la terre de Kosaten pendant quelques mois, il pourra enfin lui montrer de quoi il était vraiment capable.

Et là, Byakuya verrait comment on peut se battre avec autant de sabre en même temps. Bien sûr, le shinigami aura aussi évolué, ce qui rendra cette rencontre, d'autant plus enrichissante. Mais ça, seul l'avenir pouvait le dire.



                             

                     

             

     



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

-



MessageSujet: Re: Deux sabreurs de renommé à Kosaten [zoro]   

Revenir en haut Aller en bas
Deux sabreurs de renommé à Kosaten [zoro]
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Deux sabreurs de renommé à Kosaten [zoro]
» La solitude c'est mieux à deux ( pv Tom )
» Deux âmes perdues sur les falaises. [Nagate SEUL]
» Duel entre deux âmes soeurs. [PV Luke Kayan]
» Deux humoristes virés du poste

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Manga Multiverse ::  :: Territoires neutres :: Route commerciale-


Crédits : Design : Phoenix & Pingouin Règlements & Contexte : Phoenix
Forum optimisé pour Google Chrome.