Partagez | .
Le Nouveau Monde
Invité Invité

-



MessageSujet: Le Nouveau Monde   Sam 16 Juil - 4:29

Village en vue
Il y avait quelques heures de cela, ou devrais-je dire une éternité, que je venais de tomber sur des terres qui m'étaient encore très inconnues et dans lesquelles je n'avais aucun repère pour me guider.

*Pourrais-je un jour revenir chez moi?*

Je disais chez moi, mais je ne possédais nullement de souvenir de ce ''chez moi'' tant convoité. Je savais seulement que ce n'était pas ici parce que je ne me sentais pas comme à la maison. Vous savez l'endroit où on peut se dire qu'on est bien et que rien peut nous arriver? Et bien, ces lieux ne me donnaient pas ce sentiments de bien-être. Je me sentais plus comme un oiseau qu'on enferme dans une cage et qui est pris de tout les côtés par le grillage qui le retient.

Un sentiment de solitude m'envahie et mes genoux tombèrent au sol d'un seul coup et je dû déposer mes mains pour ne pas m'affaisser totalement. Comment faire quand on est seul pour affronter ce vaste territoire inconnu? Sur ma droite, une forêt extrêmement dense se tenait debout tel un mur ne voulant pas céder aux attaques d'un ennemi invisible qui tentait de l’agresser en vain. Je ne voulais pas me perdre dans celle-ci. Malgré mon bon sens de l'orientation qui m'avait sauvé la vie plus d'une fois, je ne voulais pas prendre ce risque de me perdre.

Sur ma gauche, un village d'un blanc aveuglant me faisait face. Les bâtiments étaient blancs comme la première neige d'hiver lorsqu'elle vient tout juste de tomber. Le manque d’entregent pesait lourd sur mes épaules à présent que je voyais la possibilité de rencontrer de nouvelles personnes. Le choix fût plutôt facile entre ses deux opportunités et je pris la direction du village.

Je n'avais pas fais deux pas que je pu apercevoir la route qui menait à ce petit patelin à la couleur étrange. Ce n'était pas dans mes habitudes d'aller vers les villages, mais je me devais de retrouver l'endroit où je me situais. Les seules fois que j'approchais les villes normalement, c'est quand j'avais besoin de faire du troc et encore là, si j'avais un contact dans celle-ci, je m’arrangeais pour que celui-ci sorte de l'enceinte pour venir à ma rencontre. Mon regard pu voir que certaines personnes, accompagnées d'âne pour le transport de leurs marchandises, se dirigeaient déjà vers les lieux et ceux-ci étaient étrangement aussi habillés de blanc tout comme les résidences. C'était peut-être une coutume de s’habiller de la sorte dans cet endroit. Alors, je n'en fis pas un drame et je les rejoignis sur le chemin de terre tout en gardant mes distances de quelques mètres derrière eux. Il était certain que je les avais vu me regarder avec un drôle d'air, mais j'étais un inconnu à leurs yeux donc, il était tout-à-fait normal de me regarder de la sorte.

Avançant lentement, je me rendis au village comme prévu et j'étais impatient de connaitre ce qu'il en était de ce lieu pour le moins surprenant.




Dernière édition par Spiorad Dioltas le Ven 22 Juil - 1:06, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Le Nouveau Monde   Sam 16 Juil - 5:31

Tout de blanc
Je n'aurais jamais pu m'imaginer un peuple vivant de la sorte. Blanc...blanc...blanc partout. Je n'avais pas d'autres mots en bouche que cette satanée couleur tellement elle était partout et faisait partie omniprésente de ma vision. Un fois que mes yeux en ont eu assez de faire une fixation sur ce point irréel, je me suis encore rendu compte que je me faisais zieuter d'étrange façon, mais pas par tout le monde. Certains émettaient des commentaires à voix basse que je ne pouvais comprendre parce qu'ils étaient à trop grande distance de moi.

Ne voulant pas attirer l'attention trop sur moi, je pénétrai dans la première cabane qui avait la porte grande ouverte et qui me semblait assez vide. Que ne fut pas ma chance de tomber sur un vendeur de bagatelle de toute sorte. Il était petit et trapu avec une coupe de cheveux assez farfelue de couleur noir tirant sur le grisâtre. En me voyant entrer dans son magasin, il me dit:

Hey toi mon bellâtre! Voudrais-tu m'acheter l'une de mes créations?

Sans même vraiment lui jeter d'attention, je lui fis signe que non en jetant un regard par la porte afin de discerner si on me fixait encore du regard. Ce n'était pas vraiment les gens du dehors qui posaient leurs yeux sur moi, mais bien plus le propriétaire qui sortit de derrière son comptoir afin de s'approcher de moi, de poser sa main sur mon épaule droite et de me dire:

Si vous ne voulez rien m'acheter, vous allez devoir quitter la place gamin.

M'apercevant que je ne voulais pas être l'inconnu sans politesse, je jetai un regard vers le vendeur et me tourna face à lui pour lui répondre en pointant un objet au hasard qui se situait sur une tablette pour l'exposition des choix qu'on avait:

J'ai changé d'avis en voyant cet création. C'est très original et je voudrais en savoir plus.

Lâchant mon épaule, un sourire de satisfaction apparut dans le visage de l'homme qui était devant moi. Je me fichais bien de ce qu'il allait me dire donc, je le laissai parler dans le vide en hochant la tête et émettant certaines onomatopées de temps à autre et en le suivant d'un pas lent lorsqu'il changea d'objet pour m'en présenter et me faire la liste des produits disponibles. Après une dizaine de minutes à tourner en rond dans le petit magasin, le propriétaire me dit:

Alors... Y a-t-il quelque chose qui t’intéresse dans ce que je t'ai présenté?

Ne voulant pas trop l'offusquer, je projetai mon regard sur l'intérieur de la place et lui dis:

Vous m'avez signalé qu'il ne vous restait pas beaucoup de cette broche de bois taillée élégamment et ornée de bijou pour tenir les cheveux. Il m'en faudrait deux de la sorte.

Sans m'adresser la parole, le trapu quitta la pièce pour aller dans son entrepôt qui se situait dans l'arrière boutique. Je pouvais entendre des bruits de boites déplacées et d'objets qui se faisaient balancer d'un côté et de l'autre. Revenant après un moment, il me dit le prix que ça allait me coûter que je lui remis sur le champs et celui-ci me remercia avant de retourner derrière son comptoir comme un robot qui avait achevé sa tâche. J’introduisis le tout dans mes poches et quitta la résidence.



Dernière édition par Spiorad Dioltas le Ven 22 Juil - 1:13, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Le Nouveau Monde   Dim 17 Juil - 14:12

La découverte
Sortant de cette bâtisse d'un pas rapide pour que le vendeur ne me prenne pas sur le fait de rester encore trop longtemps dans sa propriété, je me retrouvai encore dans le chemin principale du village. La différence de lumière entre l'intérieur et l'extérieur obligea mes yeux à se réadapter et durant un moment, je me trouvai complètement aveugle. Ceci ne durera pas longtemps et une fois la vue retrouvée, je me mis en marche et me dirigea vers le cœur de la ville. Mon intention était de trouver une petite auberge sympathique où j'aurais pu prendre un certain temps pour me remettre les yeux dans leurs trous et tenter de faire le point sur ce qui se passait et le lieu dans lequel je me situais.

Soudain, une porte brune attira mon regard. Elle avait un lion en son centre que l'on pouvait utiliser pour cogner sur celle-ci afin de signaler sa présence à ceux qui étaient à l'intérieur. Un morceau de bois accroché sur une tige de métal qui était plantée au-dessus de la porte balançait dans le vent qui était peu présent. Sur celle-ci, il était écrit: La taverne d’Œdipe. Poussant tranquillement sur celle-ci, je passai ma tête dans l'ouverture ainsi créée et regardai s'il y avait âme qui vive. Une jolie barmaid se tenait derrière le bar. Cheveux noir avec une allure svelte, je comprenais totalement pourquoi c'était elle qui était là et non pas un homme sans grande attirance. J'entrai dans la taverne et me dirigea directement au comptoir.

Levant les yeux sur moi, elle me dit d'une voie douce:


Bonjour mon cher, que puis-je vous servir?

Sa voix était tellement douce que je ne savais pas quoi répondre vu que je n'avais pas vraiment entendu sa question car j'avais trop été surpris par la chaleur de la dame.

Hummm...eee...quoi?

Que désirez-vous?

Secouant la tête d'un côté et de l'autre, je remis mes yeux dans leurs orbites pour pouvoir répondre clairement.

Un verre d'eau s.v.p.

Elle se tourna d'un coup sec et versa le liquide dans un buck de bière et le mis devant moi.

Vous n'êtes pas d'ici vous. Vous devriez faire attention à comment vous parlez et où vous allez.

Ha oui? Pour quelle raison?

Certaines personnes sont très suspicieuses ici et n'aiment pas les gens de l'extérieur. Je vous conseille de changer de vêtement pour une couleur plus pâle et de tenter de vous faire petit. Si vous voulez, je peux vous héberge durant la journée jusqu'à demain, mais après de laps de temps, vous allez devoir partir parce que ma maîtresse va revenir et elle n'aimerait pas que vous soyez ici parce qu'elle fait partie de ces gens qui ont une mauvaise vision des étrangers.


J'hochai de la tête et la remerciai de son hospitalité. Je lui demandai la direction de ma chambre parce que j'étais épuisé comme ça ne se pouvait pas et je savais que si je me couchais là, j'allais dormir jusqu'au lendemain et il me fallait tout les forces disponibles pour repartir.



Dernière édition par Spiorad Dioltas le Ven 22 Juil - 1:19, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Le Nouveau Monde   Lun 18 Juil - 0:33

Réveil brutal
Entrant dans la chambre à coucher, je me surpris à bien aimer la petite pièce devant mes yeux malgré sa taille minuscule pour être honnête. Les couleurs étaient variées et il était certain que celle-ci appartenait à une femme. D'après moi, c'était le lieu de la jolie barmaid et cela me plaisait qu'elle me fasse assez confiance pour me prêter sa chambre pour cette nuit qui s’annonçait longue. C'était mieux que de dormir à la belle étoile. Un lit avec des draps pastels, un miroir avec des mixtures étranges que je ne connaissais pas, mais qui pouvaient ressembler à du maquillage et une armoire remplie de robe et jupe de toutes sortes et dans tout les tons. Il était agréable de s'y trouver parce que la pièce chantait la joie et la bonne humeur.

Je m'assis sur le lit qui se trouvait près de moi et enlevai mes bottes sans plus attendre parce que mes pieds me faisaient vraiment beaucoup souffrir présentement. Le matelas était des plus confortables et je cru sentir une couche de plume d'oie pour le confort du dormeur. Me couchant en enlevant mon long manteau et mon foulard, je me glissai sous les couvertures douces et fermai les yeux afin de tenter de trouver sommeil le plus rapidement possible. Ce ne fut que de courte durée.


SORS D'ICI ESPÈCE D'AVORTON!!!

Je reçu une claque sur le côté du visage qu'on avait dû entendre à des kilomètres à la ronde et, ouvrant les yeux, m'aperçu que j'allais en recevoir une deuxième qui aurait fait encore plus mal. Par réflexe, je mis mes mains devant moi pour me protéger et roulai sur le côté pour essayer de débarquer du lit pour me sauver de la grande dame qui m'attaquait. J'eu juste le temps de bouger que la claque passa à quelques millimètres de mon visage et je crois bien avoir sentis le courant d'air que celle-ci émis.

Durant ma roulade, j'avais réussis à récupérer mes choses d'un coup de bras dans les airs et me lançai moi-même par la porte ouverte de la pièce pour atterrir sur le tapis qui faisait office de plancher dans le couloir en frappant mon dos contre les poutres de la rambarde. Entendant la femme continuer de me crier après, je compris que je n'avais peut-être rien à faire là finalement.

Descendant les marches qui menaient à la salle principale de l'auberge, je croisai du regard la jeune et jolie demoiselle qui m'avait accueilli et elle était aux éclats en me voyant semi-nu de la sorte et m'échappant de ce que je conclue être la propriétaire en colère. Je lui fis un signe de tête courtois en sortant pour la remercier et pris mes jambes à mon cou vu que j'entrevu la maîtresse de la maison suivre mes pas à une vitesse fulgurante qui me surprenait quant à sa rapidité d'exécution.

Sans faire ni une ni deux, je déguerpis alors vers l'endroit que je compris être la cachette parfait où elle ne me suivrait pas et si elle le faisait, me perdrait rapidement vu que c'était mon élément: la forêt. Dormir à la belle étoile aurait peut-être été une bonne idée finalement.



Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

-



MessageSujet: Re: Le Nouveau Monde   

Revenir en haut Aller en bas
Le Nouveau Monde
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Relations d'un tout nouveau monde
» [Fiche d'île] Les Mers du Nouveau Monde
» À l’aube d’un nouveau monde. — EVENT.
» Tout un nouveau monde à découvrir
» MI7 ► à la conquête du nouveau monde.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Manga Multiverse ::  :: République de Minshu :: Village de Fuki-


Crédits : Design : Phoenix & Pingouin Règlements & Contexte : Phoenix
Forum optimisé pour Google Chrome.