Partagez | .
Il s'en passe des choses au bord de l'eau
Messages : 1518
Yens : 39
Date d'inscription : 17/06/2016
Age : 21
Localisation : Perdu quelque part

Progression
Niveau: 179
Nombre de topic terminé: 79
Exp:
11/12  (11/12)
avatar
Roronoa Zoro Le pirate perdu

-



MessageSujet: Il s'en passe des choses au bord de l'eau   Jeu 21 Juil - 22:40


Bord de l'océan



Explorer ces terres était devenu l’objectif. Quitte à y rester plusieurs années avant de regagner la mer et rejoindre ses amis, il était préférable de connaître son environnement, ou du moins être dans l’illusion de le connaître. Car même en découvrant les différents lieux que recelaient cette gigantesque île aux paysages divers, Zoro serait incapable de les retrouver. Il se trouvait dans un endroit par hasard, mais jamais par décision.
Précédemment, il s’était perdu dans la forêt d’émeraude, avait vécu une expérience plus ou moins intéressante, et désormais, le voilà à la sortie de cette forêt de la torture. Il n’en pouvait plus de ces arbres jumeaux, il avait étouffé sous cet épais feuillage, et il était bien content de respirer du grand air.

Toutefois, à peine une heure après sa sortie de la foret, un bruit familier interpella son oreille qu’il s’empressa de tendre. Interloqué, il émit un petit « hein ? » interrogateur, et stoppa sa marche afin de mieux distinguer la nature de ce son. Pas de doute, il s’agissait de la musique des vagues : la mer !
Il se laissa guider par cette douce mélodie naturelle, et débarqua en bord de mer. Cet endroit semblait peu fréquenté, et le cœur du sabreur se serra à cette vue. Il aimait la mer, il voyageait avec elle, et la retrouver le picota de nostalgie. Une émotion qu’il chassa bien rapidement, reprenant sans plus attendre une attitude plus sérieuse et moins enclin aux envolées sensibles.

D’ailleurs, si d’un point de vue sentimental, retrouver la mer lui faisait un bien fou, il n’en était pas de même d’un point de vue plus « réfléchi ». En effet, il y avait quelques jours, il aurait tué pour être en ce lieu, en bord de mer, choper une vieille barque et se barrer de cette île. Il l’avait cherché sans succès, avant de se rendre compte qu’il tournait complètement en rond.. Et c’était une fois qu’il avait changé d’avis, qu’il s’était fait à l’idée de rester, un peu par résignation, qu’il trouvait enfin ce trésor tant convoité. Quelle blague ! La vie aimait bien se foutre de sa gueule vraisemblablement.
Cette horizon parfait qui séparait la mer et le ciel finit alors par le désespérer. S’il s’était engagé à rester ici, c’était aussi parce qu’il avait appris au fil de certaines rencontres que ses aptitudes d’autrefois n’existaient plus. Et il était hors de question de se ramener devant ses amis, qui attendaient tant de lui, dans un état d’impuissance aussi dramatique. Il ne serait plus qu’un boulet, et rien n’était pire qu’être accaparé d’un sentiment d’inutilité. De quoi aurait l’air le second du capitaine s’il revenait maintenant ? Par fierté, et surtout par crainte de décevoir, il s’était accordé un temps loin d’eux avant de reconquérir son « intégrité ». Car ses compétences et sa puissance retirés, il avait l’impression que la moitié de son âme était arrachée, il lui manquait une partie de lui, et il ne pouvait pas se permettre de l'abandonner ici

Mais elle s’étendait devant elle cette foutue mer, en le narguant paisiblement avec ses écumes ! De plus, cette île commençait à lui taper sur le système, s’il pouvait se tirer juste pour changer d’île et s’entraîner plus tranquillement ailleurs ? Ce ne serait pas de refus. Car cette île était vraiment bizarre, et rien ne lui disait que ce n’était pas cette terre qui inhibait sa puissance. Peut-être que s’il s’éloignait d’elle, il se retrouverait complètement ? Ca paraissait tout de même peu probable, lors de son combat contre l’homme de la route commerciale, il avait senti que sa puissance n’était pas seulement bloquée quelque part en lui à cause d’un quelconque maléfice, mais qu’elle l'avait bel et bien quitté. Il avait ressenti ce vide en lui… Il avait ressenti le néant gratter ses entrailles… Un instant désastreux, déstabilisant, humiliant et d’une douleur incommensurable. Il n’avait pas peur de le reconnaître, ce fut clairement l’un des moments les plus abominables de sa vie, car en s'affaiblissant, il s'éloignait de son rêve : devenir le meilleur épéiste du monde.

Il balaya le bord de mer doucement, mais aucun bateau à l’horizon, pas même une vieille barque abandonnée. Ce coin là devait être un peu perdu ? Très bien, en haut d’une petite colline derrière lui apparaissaient quelques arbres. Il construirait un radeau à partir d’eux pour bouger de l’ île. Zoro était un adepte des décisions impulsives, il agissait sur le moment et ne pensait pas vraiment aux conséquences de ses actes. Il s’en alla en direction de quelques arbres qui résidaient dans la petite colline, et attrapa l’un de ses sabre et commença à trancher le tronc. Il réussit à trancher l’arbre presque d’une traite, sa force même largement réduite demeurait toujours supérieur à la moyenne malgré tout, il avait de plus réuni toutes ses forces. Il songea alors  au temps où il n’avait ni le besoin de faire d’effort, ni le besoin de se déplacer pour en découper une quinzaine d’affilés.
Quelle angoisse ! Il était rendu à jouer les Robinson Crusoë, comme s’il avait que ça à faire ! L’arbre chuta férocement, de quoi faire un bordel monstre, la terre avait légèrement tremblé aux alentours. Bref, maintenant que cet arbre était descendu, il fallait le ramener au bord de l’eau et le découper à sa guise pour prendre les éléments nécessaires afin de construire un radeau de piètre qualité. Il n’avait jamais rien capté en bricolage, bien trop méthodique et géométrique pour lui, il savait qu’on ne l’appellerait pas « l’architecte du siècle » une fois la construction terminée. Franky ou même Usopp auraient bien servi pour le coup..

Il s’occupa de trancher le haut de l’arbre, tout ce qui était feuillage et branche pour ne garder que le tronc, ce qui lui parut moins éprouvant vu que cette partie à couper était moins épaisse que le bas du tronc. Peut-être que s’il creusait dans le tronc, ça suffirait à faire une espèce de canoë ?
Bref, cela fait, il tenta de faire rouler le tronc tranquillement. Corporellement, rien ne changeait, il était le même : assez grand et plutôt robuste, sa force naturelle était son seul atout qui ne s’était pas totalement dissipée et dont il lui restait pas mal de ressources. De plus, s’il avait monté la colline pour chercher l’arbre, il devait descendre maintenant, ce qui aidait. Seulement, si les trois premiers pas à pousser le tronc furent les plus durs, le tronc ne perdit pas de temps pour prendre de la vitesse et se fut bientôt la gravitation qui permit à l’arbre de rouler vers le bord de l'océan… Mais ce qui devait arriver arriva, Zoro sentit le tronc échapper à son contrôle, il roulait bien trop rapidement pour lui au fil de la chute et il continuerait à gagner en vélocité jusqu’à la mer. Zoro n’eut pas d’autre choix que de courir après, légèrement catastrophé avant de percevoir un peu plus loin sur le bord de mer, une silhouette humaine qui n’était pas présente avant. Quelqu’un s’était amené ? Le problème était que ce type se trouvait pile sur la trajectoire de ce tronc hystérique qui roulait droit sur lui. Alors, en courant comme un dératé à côté de l’arbre, le sabreur fit de grands signes en direction de l’individu et l’interpella en hurlant :

- Eh le promeneur en bas !!! Dégage de là !!!!






† Que ce soit en bien ou en mal, tout le monde connaîtra mon nom †
Fiche Technique
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 265
Yens : 671
Date d'inscription : 10/10/2014

Progression
Niveau: 30
Nombre de topic terminé: 8
Exp:
0/6  (0/6)
avatar
Gemini no Saga ¤ Inconnu ¤

-



MessageSujet: Re: Il s'en passe des choses au bord de l'eau   Ven 22 Juil - 16:59


Sur la plage ensoleillée

Rouvrant les yeux après une séance de méditation de plusieurs heures, Saga esquissa un léger sourire satisfait en voyant s’étendre devant lui le vaste océan de Kosaten. Assis en tailleur à l’ombre d’un arbre sur une petite butte, le chevalier pouvait à loisir observer la plage se trouvant quelques mètres en contrebas, ainsi que les mouettes se battant pour quelque coquillage et crustacé qui allaient bientôt terminer dans l’estomac des volatiles. Choisir cet endroit pour méditer avait été une bonne idée, bien qu’il se trouve plus à découvert que lorsqu’il s’était installé dans la grotte dans la région des rocheuses, le cadre était bien plus agréable ici. Refermant les yeux un instant, il profita de sentir une légère brise lui caresser le visage, sensation reposant et agréable s’il en est.

Cela faisait à présent plusieurs mois qu’il n’avait remis les pieds dans le royaume de Fuyu, et sincèrement il ne s’en portait pas plus mal, et il n’était pas prêt d’y retourner ; côtoyer Sul-Hei, rien que cette idée le rendait malade et jamais il ne retournerait là-bas de son plein gré. Chassant ces mauvaises pensées d’un geste de la main, le chevalier se releva doucement avant de s’étirer un peu tout en prenant une grande inspiration d’air marin, expirant lentement et longuement par la suite.

Bien sûr, il pensait toujours à son monde d’origine, à ses frères d’armes et à Athéna, celle qu’il avait trahie bien malgré lui, il souhaitait rentrer et pouvoir se racheter, regagner son honneur… Le soucis était qu’il commençait tout doucement à s’habituer à la vie sur Kosaten, non pas qu’il appréciait être ici, mais il s’y faisait, peu à peu, se disant que si malheureusement il ne parvenait pas à regagner son monde, il pourrait vivre ici sans trop de soucis, mais il ne savait pas si ce détail devait le rassurer ou non. Il avait déjà passé un long moment loin de chez lui et commençait à se demander si il lui serait possible un jour de regagner le Sanctuaire, perspective qui semblait se faire de plus en plus distante au fur et à mesure que le temps passait et qui ne l’enchantait guère plus que cela.

Poussant un léger soupir et saisissant une des sangles en cuir de sa pandora box dans laquelle se trouvait son armure d’or, le chevalier souleva cette dernière afin de la porter sur son dos et de quitter l’ombre offerte par son arbre pour se dégourdir un peu les jambes et également se maintenir en forme, c’est donc au pas de course qu’il gagna la plage afin de la parcourir sur sa longueur, longeant la mer à grandes foulées.

C’était un entraînement plutôt léger, certes, mais cela était toujours mieux que rien, et puis cela lui permettait de faire un peu le point sur la situation dans laquelle il se trouvait, de tous ces détails qui le chiffonnaient de par leur étrangeté. Ces histoires d’élus, les tensions entre les trois grandes nations, et les différents adversaires qu’il avait eu à combattre dernièrement, comme Rhadamante par exemple, ce spectre qui provenait de son monde, mais d’une époque différente, comment cela était-il possible ? Il le découvrirait sans doute un jour, mais quand ? Trop de questions et si peu de réponses…

Faisant halte après quelques kilomètres, le chevalier reprenait tranquillement son souffle, observant à nouveau l’océan tout en restant silencieux, il fut tiré de sa contemplation par une voix, une voix qui venait de l’interpeller vivement et qui émanait de derrière lui. Se retournant alors afin de voir qui venait de lui adresser la parole et surtout, pourquoi, quelle ne fut la surprise du gold saint de voir un tronc d’arbre imposant rouler à toute vitesse dans sa direction, prêt à le percuter d’ici quelques brèves secondes. L’homme qui venait de héler Saga le prévenait certainement du danger qu’il courait à rester de la sorte dans la trajectoire de l’arbre en roue libre qui dévalait la pente à une vive allure.

Pourtant, le chevalier ne s’écarta pas le moins du monde, il était de toutes façons trop tard pour tenter d’esquiver la collision, alors plutôt que de ne rien faire et de se prendre l’immense rondin de plein fouet, Saga arma son poing et le lança sur le tronc sans hésiter une seule seconde, ce qui eut pour effet de tout simplement fendre le tronc à l’endroit même où la main du chevalier avait frappé. Les deux morceaux ainsi formés partirent de part et d’autre du gold saint, terminant leur course sur le sable de la plage sans que le moindre mal ne soit fait.

Levant ensuite le regard vers l’inconnu l’ayant averti de la chute de l’arbre, Saga remarqua sans peine les trois sabres de ce dernier. Mais pourquoi trois ? D’ordinaire un seul sabre était suffisant, dans certaines situations deux pouvaient s’avérer utile ; mais trois ? Cette particularité fit soudainement comprendre au chevalier qu’il n’avait certainement pas affaire à une personne originaire de Kosaten, mais sans doute un élu ; dès cet instant il lui faudrait redoubler de vigilance, il vérifia d’ailleurs d’un rapide coup d’œil que le bandage au niveau de son épaule gauche masquait toujours totalement son sceau, ce qui était heureusement le cas.

L’inconnu était en train de s’approcher de lui en courant, sans doute voulait-il s’assurer que tout allait bien, car il était presque certain que cet arbre coupé dévalant la petite colline était de son fait. Saga l’observa jusqu’à ce qu’il soit arrivé à sa hauteur.

-C’était votre arbre ?




Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1518
Yens : 39
Date d'inscription : 17/06/2016
Age : 21
Localisation : Perdu quelque part

Progression
Niveau: 179
Nombre de topic terminé: 79
Exp:
11/12  (11/12)
avatar
Roronoa Zoro Le pirate perdu

-



MessageSujet: Re: Il s'en passe des choses au bord de l'eau   Sam 23 Juil - 16:45


Bord de l'océan



D’où sortait ce type encore ? Qu’est-ce que c’était que cette manie de surgir de nulle part dans cette île ? Quelle impolitesse franchement, on ne pouvait pas être tranquille deux minutes. Actuellement, ce mec se dirigeait vers un écrasement certain, et la faute retomberait sur le sabreur, une nouvelle fois.
Quand le jeune homme ordonna à l’homme de bouger, cet abruti ne semblait à peine réagir. Les chances de survie étaient pourtant minces, il risquait d’être méchamment amoché après avoir été aplati par un objet aussi massif, rapide et donc puissant. Et Zoro n’avait pas signé pour une crêpe party ! Il était tombé sur le mec deux de tensions ou quoi ? Il avait largement eu le moyen de se tirer de la trajectoire mais désormais, c’était trop tard, et impensable. Zoro ne perçut d’ailleurs pas l’ombre d’une panique en cet inconnu. On aurait dit une Robin bis, le stoïcien qui acceptait son sort : « Ce tronc m’écrabouillera, mes organes seront broyés, qu’il en soit ainsi ! ». On avait le droit d’être stoïque, Zoro était le premier à garder son sang-froid dans les situations les plus désespérées, jugeant l’état de panique stressante et inutile, mais il agissait pour s’en dépatouiller, il ne restait pas planté là sans rien faire !

Mais au dernier moment, l’inconnu eut l’air de préparer quelque chose. L’imposant  tronc le cachant, Zoro ne put regarder, mais à la seconde d’après, le tronc éclata en deux comme s’il venait de recevoir une espèce d’onde de choc. Ce coup provenant visiblement de son poing s’avérait puissant. Ce drôle de loustic attisait l’intérêt du bretteur qui prévoyait d’en savoir plus après avoir poussé une gueulante parce que eh oh, il avait pété son bateau quand même !
Bien qu’ il s’était senti furtivement soulagé de constater que l’inconnu était désormais hors de danger, ça le faisait sincèrement chier que son tronc soit fragmenté. Il avait galéré pour l’amener jusqu’ici, un chemin semé d’embûches, c’était le cas de le dire.
Alors, tandis que les deux morceaux de tronc voltigeaient dans les airs sur quelques mètres, s’éloignant de l’inconnu de part et d’autre, Zoro vint achever sa course houleuse devant l’homme.

- Eh toi ! Ca t’amuse de ruiner le travail des autres ?! .. Et non.. , cet arbre appartient au Saint Esprit ! Evidemment que c’est le mien, crétin !

Une présentation chaleureuse à la Zoro comme on les aimait ! Ce gars là n’en était pas épargné. Le petit coup de gueule terminé, il se calma aussitôt et analysa un peu plus en détail cet étrange spécimen. Il ne ressemblait à aucune autre personne ici. En fait, personne ne se ressemblait ici, ils donnaient l’impression de tous provenir d’une autre planète. T’avais des mecs aux longs cheveux noirs qui se prenaient pour Scarface, y’avait aussi des orcs hideux, des disciples idiots d’un gars qui portait un nom à coucher dehors : Zayro, et on croisait même quelques femmes sauvages. C’était n’importe quoi ! Et ne valait mieux pas parler de cette île qui passait d’un climat enneigé à une forêt presque tropicale en à peine quelques heures. Rien n’avait de sens ici ! C’était le festival des créatures louches au pays de la bizarrerie. Maintenant, on se trouvait devant une espèce d’individu à l’allure chevaleresque, dotée  d’une chevelure d’un bleu/gris féerique de deux mètres de long, qui semblait tout droit sorti d’un conte pour enfants où ce héros devait combattre des cyclopes à 134 dents afin de sauver la Princesse prisonnière dans sa tour rose.
Toutefois, Zoro ne s’était pas regardé, lui aussi était peu commode avec son look de samouraï/pirate et sa poussée d’herbe sur la tête.

Enfin bref, après cette analyse digne d’un faucon, il pointa son regard dans les yeux de l’homme qui s’avérait le dépasser de quelques centimètres. Zoro croisa les bras, et posa la question que tout le monde posait par pur hasard. Il avait remarqué que c’était la question à la mode ici, alors sans savoir pour quelles caractéristiques les gens se la posaient entre eux, il se contentait de la poser dans l’insouciance totale, et rajouta une question bonus :

- Es-tu un élu ? ... Tu prends des vacances au bord de mer ?  






† Que ce soit en bien ou en mal, tout le monde connaîtra mon nom †
Fiche Technique
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 265
Yens : 671
Date d'inscription : 10/10/2014

Progression
Niveau: 30
Nombre de topic terminé: 8
Exp:
0/6  (0/6)
avatar
Gemini no Saga ¤ Inconnu ¤

-



MessageSujet: Re: Il s'en passe des choses au bord de l'eau   Mar 28 Aoû - 21:45


Coquillages et crustacés

La réaction du jeune homme aux trois sabres surprit quelque peu notre chevalier qui ne s’attendait pas vraiment à se faire hurler dessus, c’était pour le moins déroutant. Il esquissa alors un sourire désolé à l’attention de son interlocuteur, énervé par la destruction du tronc d’arbre qui devait apparemment servir à la confection d’un bateau. Le sabreur se calma presque aussi rapidement qu’il s’était emporté au grand soulagement de Saga qui commençait à remarquer la tenue de son vis-à-vis, cette dernière pouvant faire penser à une sorte de pirate/aventurier. Pour sa part, il n’était pas vêtu de son armure, portant plutôt des vêtements plus simples lui donnant l’aspect d’un homme du peuple de Kosaten, à savoir un pantalon en toile de couleur beige, surmonté d’une tunique bleue enserrée autour de ses hanches par une ceinture de cuir. Bien évidemment, la couleur bleue incongrue de ses cheveux ne pouvait tromper personne, il n’était bel et bien pas d’ici.

- Je suis désolé, j’ignorais que vous vouliez utiliser cet arbre pour construire quelque chose… Je peux vous aider à couper d’autres arbres pour vous aider si ça vous tente.

Bien qu’il n’était en rien fautif dans cette histoire, Saga voulait sincèrement donner un coup de main à cet homme. Pourquoi ? Par pur altruisme sans doute, qui sait ? Evidemment, il n’allait pas échapper à LA question que chaque élu posait lorsqu’il rencontrait quelqu’un dénotait dans le paysage. Et il allait être plutôt compliqué pour Saga d’éluder le sujet. Sans perdre son sourire amical, il hocha légèrement la tête à l’attention du sabreur, avant de prendre à son tour la parole.

- Oui, je suis effectivement un élu… Je suis venu ici pour méditer un peu, le calme me fait du bien…

Et tout en parlant, il tourna son regard vers l’étendue apparemment infinie de l’océan, le regard un peu perdu dans le mouvement des vagues. Mais trêve de rêveries, autant avouer qu’il était un élu ne plaisait pas à Saga mais bon, soit, ce n’était pas si grave ; autant devoir dévoiler à quelle faction il appartenait le dérangeait déjà un peu plus. Des derniers bruits lui étant parvenus aux oreilles, Fuyu n’était pas en très bons termes avec Seika et Minshu, la guerre était même imminente à ce qu’il se racontait. Ne connaissant pas la faction de l’étranger, Saga ne pouvait pas prendre le risque de se dévoiler à quelqu’un qui risquait de le prendre pour un ennemi, trouver un autre sujet de conversation était primordial à cet instant. Déposant au sol la caisse dorée qu’il portait sur le dos, il trouva vite de quoi aiguiller la discussion sur autre chose. Désignant d’un léger geste de la main les restes de l’arbre découpé, demanda le plus simplement du monde.

- Envie de prendre la mer ? C’est bien la première fois que je vois un élu vouloir naviguer.

Evidemment, il n’était pas nécessaire de lui retourner la question concernant le fait qu’il puisse lui aussi être un élu, ça sautait pour ainsi dire aux yeux, personne à Kosaten, du moins les natifs, ne s’habillaient comme ça. Bien que ce soit pour parler d’autre chose, il fallait avouer que Saga avait envie d’en savoir plus à ce sujet ; est-ce que cet homme avait trouvé le moyen de quitter Kosaten ? Est-ce que pour cela il fallait se rendre sur une île, un autre continent ? Si tel était le cas, c’était une bonne chose d’être tombé sur le sabreur. Tendant sa main de manière franche, il se présenta assez sobrement.

- Je m’appelle Saga.





Dernière édition par Gemini no Saga le Mar 25 Sep - 18:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1518
Yens : 39
Date d'inscription : 17/06/2016
Age : 21
Localisation : Perdu quelque part

Progression
Niveau: 179
Nombre de topic terminé: 79
Exp:
11/12  (11/12)
avatar
Roronoa Zoro Le pirate perdu

-



MessageSujet: Re: Il s'en passe des choses au bord de l'eau   Mar 25 Sep - 14:51


Bord de l'océan



"Je suis désolé blablabla, ouai tu peux l'être, abruti ! ". Cependant, le cheveux bleu proposa son aide pour se racheter. A défaut d'être profondément énervé, forcé de constater que Zoro était tombé sur un bon gars, de prime abord. Par conséquent, il souffla un coup, puis reprit son calme olympien.
Les signes distinctifs de l'élu chez son interlocuteur se réduisaient à sa couleur de cheveux aussi improbable que celle du bretteur, il se détachait nettement de toutes ces têtes semblables. Au moins, ils partageaient un point commun.

Cet étrange spécimen au bord de l'océan confirma aussitôt les doutes du pirate quant à son potentiel statut d'élu. Il avoua également apprécier méditer au calme, près des flots à la mélodie harmonieuse et constante. Du moins, ce fut ce que le ronin en interpréta. Si tel était réellement le cas, alors l'on comptait un nouveau point commun en plus.

Pour ce type qui se présentant sous le nom de Saga, il parût tout aussi évidemment que cet autre en vert soit un élu. Il l'affirma comme un acquis lors de sa question concernant le but de tout ce cirque, certainement grâce à son sceau du dragon exposé en évidence sur le côté droit de son cou. Saga comprit rapidement son intention de vouloir naviguer, bien qu'il semblait indirectement se moquer de l'idée par son ton aux airs ironiquement niais et gentillets. Probablement qu'il imaginait cette initiative impossible, mais qui ne tentait rien n'obtenait rien. Or Zoro voulait tout.

- Moi c'est Zoro. Et pas le choix que de prendre la mer, il m'est impossible de rester pourrir ici. Une destinée bien plus grande m'attend, au-delà de ses flots. On verra bien s'ils sont si infranchissables qu'on le dit. L'eau ne me fait pas peur, elle n'est qu'un obstacle que je maîtrise.

Récemment, le jeune homme avait appris d'un taré qu'il se trouvait dans un autre monde. On le prenait vraiment pour un con. Il était clairement loin de ses amis, mais toujours sur sa terre. Le contraire semblait invraisemblable, illogique, irationnel. Ces balivernes détenaient l'intention de l'effrayer, mais dans un déni solide, il ne se ferait pas à l'idée avant d'avoir testé par lui-même les limites de cette gigantesque île dite sans issue. Rester bloquer sur une île qui le voulait, ou qui culvtivait la peur. Ces histoires de "mur inébranlable", tout autour de Kosaten étaient plus débiles les unes que les autres, et n'étaient qu'un prétexte servant la couardise. Ca en arrangeait bien certains de se croire en cage, de ce fait ils ne risquaient pas leur vie misérable.

- Tu sais construire un radeau ?

Le questionna-t-il, tout en se dirigeant vers de nouveaux troncs à découper. Si ce Saga possédait des connaissances en la matière, il pourrait lui être d'un grand soutien, parce qu'à part observer Franky et Usopp passivement sur des bricolages, l'épéiste n'avait jamais construit quoique ce soit de concret.







† Que ce soit en bien ou en mal, tout le monde connaîtra mon nom †
Fiche Technique
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 265
Yens : 671
Date d'inscription : 10/10/2014

Progression
Niveau: 30
Nombre de topic terminé: 8
Exp:
0/6  (0/6)
avatar
Gemini no Saga ¤ Inconnu ¤

-



MessageSujet: Re: Il s'en passe des choses au bord de l'eau   Mar 9 Oct - 19:47


Il s'en passe des choses...

C’est en détaillant un peu plus le jeune homme du regard que Saga remarqua le sceau qu’il arborait dans le cou, le dragon bleu de Fuyu ; ainsi donc ils étaient de la même nation, ce que Zoro, comme il venait de se présenter, ignorait encore pour l’instant, le sceau de chevalier bien à l’abri des regards, recouvert par des bandages.
Il apprit également que la mer était tout pour cet homme, et qu’il ne comptait pas rester plus longtemps sur la terre ferme ; ce devait être une vie assez particulière que de vivre sur les flots en permanence, certainement remplie d’aventures toutes plus folles les unes que les autres ; a l’inverse de ce qu’avait connu le chevalier au Sanctuaire.

- Ravi de vous rencontrer Zoro… J’en déduis donc que vous êtes un marin, voire un pirate ?

Demanda t’il avec un léger sourire, sans la moindre moquerie dans la voix. Après tout, il avait bien rencontré un homme à la peau verte pouvant voler, un chat parlant pouvant se transformer en chat et bien d’autres encore, en quoi un pirate serait-il surprenant ? Ce qui était intriguant par contre, c’était ces trois sabres que Zoro portait à la ceinture, pourquoi trois ?
Il aurait aimé poser la question, mais le sabreur fut plus rapide que lui en lui demandant s’il s’y connaissait dans la fabrication d’embarcations maritimes, pour le coup la réponse serait décevante.
Ramassant sa pandora box avant de suivre le bretteur aux cheveux verts, Saga observait les quelques arbres qui avaient déjà été coupés, reprenant la parole.

- C’est un domaine auquel je ne connais rien du tout malheureusement ; je n’ai que rarement eu l’occasion de me retrouver sur un bateau, je voyageais peu avant.

Et ce n’était rien de le dire ; sa vie, Saga l’avait presque entièrement passée au Sanctuaire d’Athéna, ne le quittant qu’en de très exceptionnelles occasions. C’était aussi une des raisons qui l’avaient poussé à explorer Kosaten, voulant se rattraper de n’avoir pu parcourir son monde à lui comme il l’aurait voulu.
Une fois arrivés en lisière de la petite forêt qui allait fournir le bois nécessaire à la fabrication du radeau, il déposa sa box au sol tout en levant les yeux vers la cime des arbres.

- Combien faut-il encore en couper ? Puis, reportant ses yeux sur les trois armes du pirate, il ajouta, le plus sérieusement du monde. Puis-je demander pourquoi trois sabres ? Tu les utilises simultanément ?

Une telle technique de combat était improbable, mais encore une fois, Saga avait déjà eu le loisir de croiser son lot de bizarreries depuis son arrivée à Kosaten, que cela serait à peine étonnant qu’une telle façon de se battre existe bel et bien. Il était également à noter que le chevalier était passé au tutoiement envers Zoro, continuer de le vouvoyer aurait très certainement été perçu comme une sorte de snobisme mal placé, ce que bien sûr notre ami voulait éviter.



Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1518
Yens : 39
Date d'inscription : 17/06/2016
Age : 21
Localisation : Perdu quelque part

Progression
Niveau: 179
Nombre de topic terminé: 79
Exp:
11/12  (11/12)
avatar
Roronoa Zoro Le pirate perdu

-



MessageSujet: Re: Il s'en passe des choses au bord de l'eau   Lun 22 Oct - 18:02


Bord de l'océan



Cet étrange bonhomme portait des airs chevaleresques, aussi bien dans sa posture que dans son discours. Probablement descendait-il de la noblesse. Tout en avançant à l'orée de la forêt, Zoro répondit à la question de Saga, de façon sèche et directe, il n'avait rien à cacher sur son statut ;

- Un pirate !

De plus, il apprit sans grande surprise que cet opportuniste ne servirait à rien dans sa tâche. Ce n'était pas étonnant de ne pas s'y connaître en bricolage s'il provenait d'une grande lignée, peut-être un chevalier vu son allure héroïque ? La finesse de la dentelle ne se mariait pas avec la rudesse artisanale. Deux catégories bien distinctes qui engendraient deux formes de savoir-faire opposées.

- Dans quel domaine t'y connais-tu dans ce cas ? Et puis qu'est-ce t'es au juste ? Un aristocrate ? Un chevalier ? Tu as une sacrée dégaine...  

Encore une fois, Zoro se posait une question alors Zoro la posait. Pourquoi tergiverser 120 ans et prendre des détours alors que la réponse à vos spéculations pouvait être fournie instantanément.
Bien que les connaissances en construction navale des deux compères s'avéraient limitées, ils savaient tout deux comment commencer : en coupant du bois. Nos deux amateurs s'improvisaient bûcherons, et mine de rien, ils s'en sortaient pas si mal dans leur tâche. Quand Saga s'interrogea sur le nombre souhaité de rondins, le sabreur laissa le dernier arbre qu'il était entrain de cisailler se pencher vers le sol jusqu'à s'écraser, puis jeta un coup d'oeil au résultat.
De son avis, il y avait largement assez de troncs récoltés. Ils pourraient dés à présent passer aux choses sérieuses. En unissant leur deux cerveaux, ils arriveraient peut-être à former quelque chose de pas trop dégueulasse ?

- Arrête-toi là. Maintenant on va les rouler jusqu'à la plage, en priant pour qu'aucun abruti suicidaire ne se remette sur la trajectoire

Il souligna volontairement l'abruti suicidaire" à destination de son collègue en guise de référence à tantôt. Certes, il le taquinait mais en réalité, si Zoro avait accepté son aide, ça signifiait que ce spécimen lui inspirait un minimum de confiance. Il semblait assez stable et tranquille dans sa tête, même s'il ne rejetait pas l'hypothèse qu'un taré pouvait très bien cacher son jeu.
Quant à la question sur les sabres, elle réussit à faire naître une esquisse sur le visage du bretteur. Il appréciait qu'on puisse s'intéresser sur la chose qu'il aimait le plus au monde, après l'alcool. Il vouait une véritable passion pour les katanas. Il prit une pause dans leur travail pour s'expliquer, tournant sa hanche sabrée vers l'individu pour les mettre en évidence, tandis qu'il rangea le katana utilisé, pour la découpe, dans son étui :

- C'est une technique que j'ai inventée, le Santoryu (technique à trois sabres). Dans mon monde, je suis le seul pratiquant, à ma connaissance, mais j'ai su la rendre célèbre. Si un jour nous avons l'occasion, tu verras ça à l'oeuvre !


Il marqua une pause puis, revint sur le sujet premier :

- Il nous faut des lianes solides pour attacher les rondins entre eux ! ...







† Que ce soit en bien ou en mal, tout le monde connaîtra mon nom †
Fiche Technique
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 265
Yens : 671
Date d'inscription : 10/10/2014

Progression
Niveau: 30
Nombre de topic terminé: 8
Exp:
0/6  (0/6)
avatar
Gemini no Saga ¤ Inconnu ¤

-



MessageSujet: Re: Il s'en passe des choses au bord de l'eau   Lun 5 Nov - 19:26


Pirate!

La réponse ne s’était pas faite attendre, Zoro était donc un pirate, et un pirate pour le moins atypique par rapport à l’image que l’on se faisait de ces voleurs de mers dans son monde. La question lui fut retournée peu de temps après qu’il ait avoué ne pas s’y connaître en fabrication navale ; et Saga ne pu s’empêcher d’esquisser un léger sourire à la demande de son interlocuteur qui, pour le coup, avait visé juste en lui demandant s’il était un chevalier.

- Je suis effectivement un chevalier, mais d’un genre particulier si je peux dire ça comme ça… En bref, je faisais partie de l’élite d’un ordre de chevalerie dévoué à la protection d’une déesse de mon monde.

C’était, à son sens, l’explication la plus concise et claire qu’il pouvait donner à Zoro ; s’il avait dû entrer dans les détails, Sara en aurait eu pour le reste de la journée. Mais ils n’étaient pas là pour papoter tranquillement, ils avaient des arbres à couper, et ils s’y mirent rapidement. Alors que le pirate aux cheveux verts abattait les arbres en les tranchant d’un seul et unique coup de lame, Saga de son côté usait de ses poings pour les faire tomber au sol ; il cessa alors la coupe lorsque le sabreur décida qu’ils avaient là assez de matière pour la fabrication de l’embarcation, expliquant la marche à suivre en lançant un petite pique à l’attention du chevalier. Pique qui fut prise avec le sourire de la part de Saga, bien qu’en son fort intérieur il pouvait entendre Arlès émettre une protestation en rapport avec les propos de Zoro.

*- Tu le laisse dire ? *

*- Du calme, c’est juste une plaisanterie*

Le court échange entre les deux personnalités ne dura qu’une fraction de seconde, alors que déjà Saga faisait rouler un premier tronc d’arbre vers la légère pente menant à la plage, tout en écoutant les explications de Zoro sur la technique qu’il avait non seulement inventée, mais qu’en plus il était le seul à pratiquer dans son monde ; ce n’était pas donné à n’importe qui de pouvoir réaliser une telle chose, et c’est très certainement pour cela que le pirate était un élu. Effectivement, il avait très envie de voir cela à l’oeuvre, et serait même prêt à faire de même en remerciement, si l’occasion venait à se présenter.

- J’en serai ravi, car je dois dire que je suis très intrigué.

Trêve de blabla, car ils étaient en train de s’éloigner du sujet principal, le radeau. Il fallait des lianes ? Cela tombait plutôt bien car, avant de se mettre en plein sur la trajectoire du tronc d’arbre quelques instants plus tôt, Saga était justement passé devant ce qui semblait être des lianes pendues dans les branches d’arbres impressionnants ; d’un geste de la main, il invita Zoro à le suivre, se mettant déjà en route.

- Suis-moi, je sais où on peut en trouver.

L’endroit n’était pas loin, mais cela allait leur prendre une bonne dizaine de minutes pour l’atteindre, donc pourquoi ne pas reprendre la conversation, afin de ne pas devoir subir un silence pesant.

- J’imagine que tu fais partie d’un équipage, tu en es le capitaine ?

Il serait étonnant qu’il en soit autrement, car d’après Saga, cet homme avait le charisme nécessaire pour commander à tout un équipage de flibustiers de tout poil.



Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

-



MessageSujet: Re: Il s'en passe des choses au bord de l'eau   

Revenir en haut Aller en bas
Il s'en passe des choses au bord de l'eau
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» et la nuit, il se passe des choses que le jour ne comprend pas.
» Sur le pont des arts, il s'en passe des choses ~ [pv Chen]
» AVIS DE RECHERCHE !!!!! LE PASSE SIMPLE AU PASSE COMPOSE !
» Qu'est-ce qui se passe en Haiti ?
» Un certain bord de mer...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Manga Multiverse ::  :: Territoires neutres :: Bord de l'océan-


Crédits : Design : Phoenix & Pingouin Règlements & Contexte : Phoenix
Forum optimisé pour Google Chrome.