Partagez | .
Pâle comme neige, blanche et pure.
Invité Invité

-



MessageSujet: Pâle comme neige, blanche et pure.   Mar 16 Aoû - 20:13






Pâle comme neige, blanche et pure



Avec : Rumaki Oshigato
   


Aujourd'hui, comme beaucoup d'autres journées, je marchais dans le froid, dans la neige et dans la glace. Partout aux alentours je voyais de hauts arbres au feuillage d'épines et de neige. L'écorce sombre de la végétation semblait elle même témoignée de la puissance et de la solidité de toute vie dans les terres du nord. Ni ne plie, ni ne rompt.

Au loin, entre les arbres et les quelques buttes de la forêt, peut être comme une seule lumière à l'horizon, je pouvais deviner les hauts murs de la cité blanche de Yuki, à plusieurs heures de marches. Ces murs qui protégeaient toute une population de guerrier prêts à prendre les armes au moindre signe de l'ennemi du sud ou du sud-est... En une image, la ville était elle même la gueule du dragon, et chacun des créneaux qui trônaient au dessus des pierres nacrées de la muraille était comme une dent qui broierait sans pitié un assaillant... Une ville forte, puissante, qui avait sut résister aux âges et aux éléments... Une ville...

Une ville dont j'étais l'un des parias....

Cela faisait maintenant presque une année que je n'avais pas vu cette ville, ne serais-ce que de loin, et il en faudrait encore bien d'autres avant que je ne m'y décide à remettre pied dans son enceinte. Après tout, je n'étais plus du tout dépendant de la générosité des habitants tant j'avais appris à me débrouiller par moi même avec tout ce qu'offrait la nature et c'était presque miraculeux tant elle pouvait être généreuse avec un œil attentif.

Mais surtout je n'avais pas réellement envie d'y retourner. Même si le temps avait peut être limité un peu l'agressivité des gardes à m'en encontre, il était probable que certains soit amenés à me reconnaitre, malgré le fait que je n'ai pas réellement combattu. Dans le doute, je préférai être le plus discret possible.

Toutefois, le fait d'être en plein cœur de Fuyu m'avait rendu pensif... J'avais rencontré de nombreuses personnes dans le territoire de ma nation, et nombre d'entre elles m'avaient énormément marqué... Emily déjà, de qui je n'avais pas de nouvelles... Cela faisait trop longtemps que je devais aller à Chikai, au plein cœur de "l'ennemi". Elle devait déjà y être arrivée depuis longtemps... Et probablement repartie, peut être en pensant le pire sur mon cas... Mais après tout, pour avoir tant changé... J'étais presque mort une fois.

Rhadamanthys... Même si cela faisait longtemps que je ne l'avais pas vu, je n'avais pas entendu d'autre de ses exploits depuis, comme s'il se montrait discret... Peut être trop pour ses objectifs... Toutefois, il ne me semblait pas homme à mourir. J'étais persuadé qu'un jour le monde réentendrai parler de lui...

Et il y avait encore d'autres personnes. Si Mukuchi n'avaient pas donné signe de vie ou d'exploit non plus, je ne le pensais pas disparu. Il se montrait plus... Discret dans ses actes que le juge des enfers. Après, il y avait l'homme nous ayant sauvé, Emily et moi, à Yuki, mais... Aucune trace de lui. Toutefois, je me doutais de n'entendre parler de lui, il semblait plus être un homme de l'ombre...

Et puis il y avait l'une des rencontres les plus particulières que j'avais faites. Il me semblait de très loin que cette personne était une élue... Mais comme pour Emily, je n'avais pas réellement compris pourquoi un dieu dirigeant une nation aussi belliqueuse que celle du Dragon ait put invoquer une telle personne... Pauvre Rumaki, déjà qu'avec la jeune fille nous avions poussé un peu trop dans son passé malheureusement triste...

Mais bon, l'heure n'était pas réellement à penser à cela. Toujours en avançant dans la poudreuse, plutôt éloigné des routes habituelles du pays, je prenais mon temps pour avancer, n'ayant pas réellement d'urgence actuelles, mais surtout car j'étais tout de même épuise des journées précédentes, ayant dût subir le camp d'entrainement du pays du nord, qui ne déméritait pas se réputation. Toutefois, même si j'étais actuellement sur mes réserves, je savais que j'en étais devenu plus fort...


Toutefois, ce fut une série de nombreuses empreintes dans la neige qui accapara mon attention momentanément. A la taille, il était facile de dire quelles étaient humaines. Une autre personne suffisamment courageuse pour s'éloigner des routes ? Un peu curieux, et parce que la direction coïncidait globablement avec la mienne, je commençai à suivre cette piste, ne sachant pas vraiment sur qui j'allais pouvoir tomber, mais j'espérai simplement une chose... Un visage amical. 


Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1707
Yens : 72
Date d'inscription : 29/12/2014

Progression
Niveau: 91
Nombre de topic terminé: 34
Exp:
0/6  (0/6)
avatar
Rumaki Oshigato マ Maman de Fuyu マ

-



MessageSujet: Re: Pâle comme neige, blanche et pure.   Mer 17 Aoû - 21:51






Ta famille


Ce rp se passe 6 mois avec ses rencontres avec Kamui, Mukuro et Trafalgar, à Rin. Haïko a un an

Un an... Mon bébé avait un an désormais. Le temps passait vite à Kosaten depuis cette naissance. Il faut dire que s'occuper d'un enfant, ça prend du temps, et de l'énergie. Ces 12 derniers mois ont été bien remplie pour une jeune fille comme moi, allant tranquillement vers ses 18 ans. Entre les réconforts la nuit, les moments de complicités avec lui, où il rigole joyeusement à mes petites grimaces, les instants de tendre affection lorsque je l'allaite, les premières dents,... je n'avais plus beaucoup de temps à moi, mais je m'en moquais. Ce petit bout de chou était mon rayon de soleil, ce petit coin de chaleur dans ce climat glacial qu'était Fuyu.

Marchant en dehors de Yuki en ce jour, je portais le fruit de mes entrailles sur ma taille. Mei était partie à Hyouga visiter une amie et ne pouvait pas s'occuper d'Haïko. J'avais alors eu l'idée de rester à la maison pour surveiller l'enfant, mais j'eus la soudaine envie de rendre visite à mes parents dans ce petit coin que je m'étais crée dans la forêt de givre. Haïko étant assez grand désormais, j'entrepris alors de l'emmener avec moi. Après tout, même si le père était un cruel homme, décédé à l'heure qu'il est, cet enfant faisait partie de la famille, et Kisuke et Etsuko seraient sûrement ravi de découvrir le visage de leur petit fils.

Un pas après l'autre, je me remémorai l'épisode de l'accouchement. Il fut loin d'être de tout repos et je me rappelai avoir beaucoup souffert. Sans l'aide de cette étrange femme, tout ne se serait pas aussi bien passé, je le pensai fortement. Elle méritait tout mon respect. Et Mei également avait une âme charitable comme jamais. Venir me chercher dans une tempête de neige, tout le monde ne l'aurait pas fait. Quelle charmante personne.

Arrivée sur place, je sentis le petit bouger. Il émit des petits bruits en me montrant la photo de ses petits doigts. Je souris à ce geste et m'agenouillai devant l'arbre où l'image était accrochée. Je posai mon fils sur les genoux, le tenant par la taille d'une main, avant d'étendre maladroitement une couverture à côté de moi et d'y poser l'enfant. Puis je pris la photo et l'approchai de lui. Je pointai les personnages du doigts.

Tu vois, là c'est grand-maman, là c'est grand-papa, et là, c'est tonton...

Haïko tendit le bras vers la photo, et émit des petits bruits en souriant. Une même expression, mais plus attendrit se lut sur mon visage. J'aimais ses instants de complicités entre nous deux. Ce petit être emmitouflé dans une veste qui semblait doubler son volume, surmonté d'un capuchon qui accueillait toute la tête du petit ange, ce petit était mignon comme tous.

Je continuai de parler de mes parents et de Kyô à mon enfant, tranquillement, jusqu'à entendre des bruits de pas. Relevant la tête d'un coup, je cherchai la source du bruit, inquiète. Regardant autour de moi, j'entrepris de recrocher la photo à l'arbre et de prendre Haïko dans mes bras.

Qui est là ?? demandai-je d'une voix forte, appréhendant de nouveaux soucis.



Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Pâle comme neige, blanche et pure.   Mer 17 Aoû - 23:31






Pâle comme neige, blanche et pure



Avec : Rumaki Oshigato
   
Plus je remontais la piste avec une certaine imprudence, plus je m'enfonçais dans les bois, vers semble-t-il un lieu précis. A vrai dire, il était peu probable que ce soit un réel danger que de suivre des empreintes comme celle-ci : Il s'agissait uniquement d'une personne, seule, et non d'une créature ou d'un groupe. Cela paraissait vraiment peu probable que des bandits se complexifient à marcher dans leurs empreintes tout du long, afin de ne se faire passer que pour un seul.

Si au début je n'étais qu'à une cinquantaine de pas du début de la lisière de la forêt, je m'enfonçais entre les arbres et entre les buissons emplis de neiges vers un coin plus éloignés, presque oublié de tous. Les bruits commençaient à se faire rares, et il ne restait plus que le son régulier de mes pas foulant la neige et le vent fouettant la cime des arbres. De temps à autre, un lointain cri d'oiseau se faisait entendre, mais ne changeant rien à cette tranquillité si particulière qu'avait cet endroit.

A vrai dire, j'avançai en baissant la tête. J'observai les empreintes en même temps, ne pensant pas à grand chose si ce n'était à qui elle pouvait appartenir... Surement à un bucheron ou a un chasseur à vrai dire... C'était probablement cela, tant les raisons qui pousseraient quelqu'un à s'aventurer ainsi en dehors des murs de Yuki étaient peu nombreuses...

Mais ce fut une voix qui me fit froncer légèrement les sourcils. C'était une voix de femme, portée puissamment envers toutes les directions, pour se prévenir de ce qui pourrait être un danger. C'était malheureusement probable que perdu au milieu de nulle part une rencontre puisse être celle d'un bandit. Qu'est-ce qui pouvais pousser une femme à venir ici ? Non pas que la pratique de la chasse soit interdite, du moins je l'espère, mais Fuyu semblait avoir des idées plus fixes sur la question... Mais j'avais surtout une interrogation en entendant cette voix... C'était de loin, de très loin, mais... J'avais déjà dû l'entendre... Peut être au coin d'une rue, ou bien dans un magasin...

C'est en m'approchant d'avantage que je pus voir la source de mes interrogations... C'était bien une jeune femme, aux longs cheveux noirs, portant un enfant en bas âge dans ses bras... Je pouvais peut être me tromper, mais... C'était elle ! J'en étais presque sur.

"Rumaki ? C'est surprenant de vous voir ici !"

Ainsi donc... La jeune femme enceinte était maintenant devenue une jeune mère, portant dans les bras ce pourquoi elle avait tant bataillé, tant souffert... Cela faisait au moins une année, mais la présence de cet être si particulier semblait vraiment être le plus grand indicateur du temps qui passe.

Je m'approchai d'elle, les bras un peu ballant, toujours mon arme trônant au sommet de mon dos.  A vrai dire... Il ne manquait juste que l'élue de Manshe pour compléter ce qui aurait pût être de grandes retrouvailles partagées... Mais je n'allais faire triste mine, puisque j'étais tout de même bien heureux de voir une personne qui m'est agréable.

"Je ne pense pas que j'aurai put faire meilleure rencontre au milieu de Fuyu. Comment allez-vous depuis... Plus d'une année, déjà !" 


Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1707
Yens : 72
Date d'inscription : 29/12/2014

Progression
Niveau: 91
Nombre de topic terminé: 34
Exp:
0/6  (0/6)
avatar
Rumaki Oshigato マ Maman de Fuyu マ

-



MessageSujet: Re: Pâle comme neige, blanche et pure.   Mar 23 Aoû - 21:02






Kamatari




Je fronçai les sourcils quand la personne qui apparu soudainement prononça tout à coup mon nom. Je savais qu'il m'était coutume de dévoiler mon nom assez facilement, mais cela m'intriguait tout de même qu'une personne apparaissant sans raison dans un endroit aussi hostile puisse déclarer mon prénom sans la moindre hésitation. Je me relevai, sentant mon cœur accélérer, et, tenant Haïko d'une main, je mis la main à ma sacoche d'arme. Je ne savais pas comment j'allais pouvoir me défendre avec un bébé dans les bras, mais c'était mes réflexe de ninja qui prirent le dessus sur mon raisonnement. Forte de toutes les douleurs que j'avais ressenti depuis mon arrivée à Kosaten, je me mis en position de défense.

Forte heureusement, quand la personne s'avança vers moi, je reconnus petit à petit son visage. Le mien changea d'expression, passant de la peur à l'étonnement. En face de moi se trouvait les traits de l'homme croisé à Yuki peu avant mon accouchement. Celui qui m'avait aidé dans mon moment de faiblesse, celui qui avait été si gentil avec moi, en compagnie de la mignonne Emily au coup de pinceau incomparable.

Ka... Kamatari, c'est toi ?

Un sourire s'afficha et s'agrandit sur mon visage alors qu'il souleva avec émotion le fait qu'une année était déjà passée depuis notre rencontre, en même tant que l'homme devant moi. J'étais heureuse de le retrouver. Je restai un moment immobile réalisant ces retrouvailles qui n'auraient pas eu lieu si j'étais rester chez moi, et que le divin avait sûrement mis sur ma route pour m'offrir ce bonheur que je ressentais en ce moment.

Je m'avançai vers lui, plutôt rapidement, mais sans courir car  j'avais un enfant dans les bras. Arrivée à sa hauteur, je laissai mes envies prendre vie et l'entourai de mon bras libre.

Que je suis heureuse de te revoir. Cela faisait si longtemps !

Je restai quelques secondes ainsi avant de le lâcher et de m'excuser pour ce geste pouvant lui paraître trop intime.

Excuse-moi, je ne voulais pas... enfin, c'était sous le coup de l'émotion.

Je changeai l'enfant de bras avant de demander.

Que s'est-t-il passé pour toi pendant cette longue année sans nous voir ?



Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Pâle comme neige, blanche et pure.   Mar 23 Aoû - 22:57






Pâle comme neige, blanche et pure



Avec : Rumaki Oshigato
   
Si lorsque je prononçai son nom, la jeune mère devint rapidement méfiante à l'idée de faire une mauvaise rencontre au beau milieu de nul part, d'autant qu'elle avait avec elle le fruit de ses entrailles. Et sans pour autant l'avoir vécu personnellement, je me doutais qu'une femme était prête à farouchement défendre ses protégés. Fort heureusement, bien loin de moi était l'idée de lui faire le moindre mal, et à son expression surprise en me voyant, je devinais qu'en un instant elle avait perdue toute sa garde et toute ses craintes.

J'acquiesçai simplement d'un signe de tête et d'un sourire lorsqu'elle réalisa pleinement que j'étais bien la personne qu'elle avait put voir il y a de ça une année au cœur de la citée des neiges. Voyant son sourire se dessiner sur son visage il était maintenant évident que la jeune mère partageait l'entrain que j'avais eu en l'apercevant.

Mais j'étais loin d'imaginer qu'elle irait jusqu'à m'enlacer. Ecarquillant les paupières de surprise vis à vis de ce geste... Plutôt fort, je restais un peu immobile, ne sachant jamais si je devais répondre à ceci, que ce soit de manière formelle ou amicale, je me contentais après quelques secondes de réflexion de poser ma main sur l'arrière de son épaule, en faisant bien attention d'éviter tout geste brusque. Après tout, elle avait sur son bras rien de moins que la fragilité d'un bambin, et une maladresse serait probablement la pire chose qui pourrait arriver actuellement...

Puis la jeune femme se recula un peu, visiblement un peu gêné par la proximité surement trop grande de son geste qui avait sût me surprendre... Pourtant, ce n'était pas la première fois qu'une fille me prenait dans ses bras... Toujours à des situations importantes, parfois même critique... Emily en avait été la première, lors de la nuit qui avait été malheureusement celle de notre séparation, et Aki, lorsque j'avais posé un pied sur le chemin de la victoire contre mes démons. A chaque fois, j'avais été évidement surpris, et aujourd'hui ne manquait pas de changer cela... Néanmoins, la légère gêne qu'elle affichait me fit rire un peu, tout en répondant à sa phrase :

"Moi aussi je suis heureux de te revoir, heureux de savoir que tu va bien, et de voir que tout c'est bien passé pour ton l'accouchement."

Après ce geste fort qui avait été fait entre nous deux, j'avais abandonné l'idée de la vouvoyer plus longtemps. Après tout, elle ne s'était pas embarasée de ça avec moi, mais ce n'était pas à mal, bien au contraire. Il était surement temps pour moi de me familiariser un peu plus avec elle. Je n'avais pas de mission cruciale ou de personne à protéger en ce moment aussi, comme ce fut le cas avec Emily.

C'était un peu nostalgique que je réfléchissais ensuite aux raisons qui avaient fait que pendant toute une année je n'étais pas retourner à Fuyu... Et à vrai dire, la raison était plus qu'évidente...

"Et bien, je serais revenu plus tôt si j'en avais eu l'occasion, mais... Disons que je ne suis plus vraiment le bienvenu à Yuki... Il s'est passé beaucoup de chose, qui ont mené à ce que je sois obligé de quitter la cite blanche dans l'urgence et en trombe... Après, j'ai voyagé peu à travers les différents territoires, pour finalement me perdre dans les terres du Nord... Il y aurai tellement à raconter, tellement de personne fantastiques dont j'ai fait la rencontre..."

 J'avais tant à lui raconter, tant de chose... Maintenant qu'Emily n'était plus là, et qu'elle n'avait plus besoin de se cacher, il allait falloir que je lui avoue bien des choses, des mensonges que j'avais utilisés pour protéger la jeune fille... Mais chaque chose en son temps à vrai dire.

"Et toi, que s'est-il passé ? J'imagine que cet enfant n'a pas dû être de tout repos. Comment se nomme-t-il ? Ou elle ?" 


Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1707
Yens : 72
Date d'inscription : 29/12/2014

Progression
Niveau: 91
Nombre de topic terminé: 34
Exp:
0/6  (0/6)
avatar
Rumaki Oshigato マ Maman de Fuyu マ

-



MessageSujet: Re: Pâle comme neige, blanche et pure.   Sam 27 Aoû - 21:06






Nos histoires


Kamatari, au premier abord surpris, finit par rire de la situation et me faire part de sa réjouissance de me revoir. Finalement, il faisait partie des rares personne avec qui j'étais clairement heureuse de discuter et partager des moments ensemble. Une seule petite phrase me fit tiquer. Non, tout ne s'était pas entièrement bien passé, mais il fallait avouer que j'aurais pu connaître bien pire. J'allais probablement lui expliquer aujourd'hui les détails. Je pensai que ça pouvait peut-être l'intéresser.

Mais en attendant, j'écoutai son histoire à lui, et elle me surprit. Il annonça directement son nouveau rapport avec Yuki, ce qui me fit immédiatement demander, l'expression étonnée.

Ah bon ? Pour quelles  raisons ?

Il m'expliqua sans me donner de motifs précis qu'il avait dû fuir la capitale. Cette révélation me surpris. Il n'était pas pour moi le genre d'individu à se créer des problèmes avec de tels conséquences. Se serait-il fait manipulé, ou aurait-il été impliqué malgré lui dans une histoire dans laquelle il n'aurait plus pu faire valoir son innocence ? Et chose inquiétante...

Quelle histoire... Et Emily, comment va-t-elle ? A-t-elle réussi à fuir avec toi ?

Kamatari m'invita à mon tour à combler le fil de ses souvenirs me concernant. Que s'était-il passé dans ma vie pendant cette année ? À vrai dire, en dehors de l'accouchement et de la surveillance d'Haïko, ma vie avait plutôt été calme.

En réalité, pour tout te dire, mon accouchement a connu quelques rebondissements.

Je pointai du doigt la photo que j'avais montré à mon fils il y a quelques minutes.

Tu vois cet arbre là-bas ? C'est un coin que je me suis construit dès mes premiers jours ici. Je le vois comme une sorte de pont entre moi et ma famille dans mon monde. Il m'a permis de tenir le coup à de nombreuses reprises. Le jour de l'accouchement, j'étais par ici...

Je me tournai à nouveau vers lui.

J'ai ressentis les premières douleurs un peu plus loin, sur le chemin du retour. C'est une jeune femme très gentille qui m'a transportée dans une grotte alors que l'enfant était déjà engagé. Il est né dans cette tanière.

Je ne donnai volontairement pas plus de détail, mais s'il posait des questions, je n'allais pas hésiter à répondre. Je pris l'enfant par la taille et le tendit légèrement vers Kamatari.

Il s'appelle Haïko. Il a eu 1 ans hier. Tu veux le porter ? demandai-je avec un sourire encourageant



Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Pâle comme neige, blanche et pure.   Dim 28 Aoû - 9:42






Pâle comme neige, blanche et pure



Avec : Rumaki Oshigato
   
Musique

La jeune mère me questionna dans un premier temps vis à vis de ce nouveau lien que j’entretenais avec la capitale. Longue histoire à vrai dire, qui remontait-il y a longtemps, avec son lot de rebondissements et de fâcheuses conséquences. Physiquement, je pouvais encore trembler tant cette journée dans la neige avait été éprouvantes, tant mon corps pourtant athlétique avait été poussé au bout de ses limites à causes de nos poursuivants, des événements et du sceau du dragon qui me limitait considérablement à l'époque. Mais à vrai dire, même maintenant, je ne pensais pas vraiment être capable de tenir tête à toute une garnison de gardes Fuyujins, alors que chacun racontait l'histoire de plusieurs batailles avec les cicatrices qui ornaient leurs corps. Et puis surtout, je n'avais aucune raison de le faire, le passé étant le passé, et tout ce qui importait était rentré dans l'ordre.

Mais pour expliquer ma fuite de la cité blanche, il allait falloir que je dévoile un point qui avait été omis lors de notre précédente rencontre, et il s'agissait de l'identité de la jeune fille aux cheveux violets qui s'était tenue par le passée à mes cotés, sous l'identité de ma servante. Drôle d'histoire tout de même, je serais bien le dernier à en avoir une, surtout une aussi exceptionnelle... Mais je m'égarais.

"Et bien... A ce propos... Elle est un peu en partie responsable de notre fuite à vrai dire... En fait, pour ne pas te laisser dans l'erreur plus longtemps, Emily est une élue du serpent, qui voyageait avec moi après que je lui ai sauvé la vie, afin de la ramener jusqu'à Minshu où elle serait en sécurité. Mais quelques jours après notre rencontre avec toi, alors que nous faisions notre dernier tour de la ville, un garde à l'oreille trop curieuse écouta une bride de notre conversation, et déduisit l'identité de la jeune fille."

Je fis une petite pause dans mon récit, en portant mon regard vers le ciel, en sentant un peu mes yeux s'humidifier en parlant de la jeune fille... A vrai dire, ces instants passés avec elles étaient peut être parmi les meilleurs que j'ai put avoir... Même si maintenant, ces doux souvenirs appartenaient maintenant au passé...

"Si les choses que nous réservaient les gardes de la capitale des neiges étaient évidente, nous ne devons notre évasion que par l'aide d'un homme aux cheveux roux et aux pouvoirs inouïs, qui s'est montré très intrigué par les capacités d'Emily, même s'il m'a quelque peu laissé derrière..."

C'était par un sourire un peu nerveux que je me remémorai cet instant où l'homme sauta da la muraille avec force, en semblant s'envoler, prenant Emily, blessée par une flèche avec lui, tandis qu'il me laissai sur les remparts, alors que les gardes arrivaient et que j'étais un peu blessé au pied... De cruelles préférences de sa part...

"Mais en fin de compte, et malgré un passage plus intense encore lors d'une confrontation entre... Son arme et les capacités de la jeune fille, où je n'ai put avoir qu'un rôle mineur en ne comprenant pas vraiment tout ce qui était en train de se produire, nous avons réussi à quitter les terres du dragon pour rejoindre le territoire de Manshe. C'est peu après notre arrivée là-bas que.... Que nous nous sommes séparés, car... Je risquais d'être un frein à son objectif, qui est de rentrer dans son monde d'origine, où elle serait infiniment plus en sécurité."

Puis, ce fut au tour de la jeune mère de m'expliquer plus en profondeur un détail de tout ce qu'il avait put se passer précédemment, vis à vis de son accouchement, qui ne s'était pas vraiment passé en toute simplicité... Déjà, elle me désignait sur un arbre tout proche le petit sanctuaire qu'elle avait créé, lui servant donc de mémorial pour tous ses proches qui devait l'attendre dans son monde. Une sorte d'endroit intime, lui vidant ses pensées tout en l'aidant à avancer...

Et même si cela n'avait été que par des suppositions lors de notre précédente rencontre, le fait que la jeune mère soit une élue était maintenant pleinement déclarée.

Mais cela ne changeai pas le fait que même si cet endroit avait une grande importance pour elle, il n'en resta pas moins l'un des pires endroits pour mettre au monde. Heureusement qu'elle fut assistée de cette jeune femme mystérieuse, qui méritai toute mes sympathie. Mais, aussi mystérieuse qu'avait put être sa présence en ces lieux, j'imaginai qu'elle était repartie sans un mot, dès lors que les jours de la jeune mère et de son enfant n'étaient plus comptés. Même si les choses était vague, je préférai ne pas demander trop de détails, me rappelant que cela n'avait pas été la meilleure idée que nous avions put avoir la collégienne et moi vis à vis de la jeune femme, en insistant sur un point sombre de son passé, même si elle semblait un peu plus libérée vis à vis de ce point-ci... Un peu songeur, je fis un sourire en coin en acquiesçant ce que m'exposai Rumaki d'un signe de tête :

"D'accord, je comprends qu'en effet, tout n'a pas été simple, mais vous allez bien tous les deux, c'est l'essentiel."

Mais sa proposition vis à vis de son enfant me fit écarquiller les yeux. Elle... Elle me proposait de porter son enfant. J'étais un peu désemparé face à cette proposition, après tout, c'était la première fois que je risquais d'avoir un contact comme celui là avec un être aussi fragile. J'étais plus habitué à porter des personnes adultes, parfois des adolescentes, comme fut le cas lors des nombreux endormissements de la jeune fille aux cheveux violets, ou lorsque la femme se tenant face à moi avait été pris d'un coup de fatigue ayant mit fin à nos achats. Mais son sourire faisait que je ne pouvais pas refuser, et c'est donc avec une grande précaution que je pris dans mes bras le bambin âgé d'une année.

J'étais vraiment prudent, essayant de fournir un appui solide et sur à ce que je tenais dans mes bras pour éviter tout accident, mais sans lui faire de mal en l'agrippant trop fort. Une inattention de ma part et cet enfant pouvait finir dans la neige, et c'était l'une des dernières choses que je souhaitais.

"Je ne suis pas vraiment le plus à l'aise avec les enfants pour tout dire." Avouai-je, un peu gêné, mais en continuant de porter le bambin, qui tendais ses bras vers moi d'une manière vraiment curieuse, comme s'il souhaitait me tirer les joues. Mais je commençai à me perdre dans cette innocence, en m'adressant directement à lui : "Enchanté Haïko, mon nom est Kamatari, ravi de te rencontrer !"

Je laissai une nouvelle fois un sourire se faire, avant de m'adresser à la jeune mère d'une manière un peu plus sérieuse, mais toujours détendue :


"Vis-tu toujours à Yuki ?" 


Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1707
Yens : 72
Date d'inscription : 29/12/2014

Progression
Niveau: 91
Nombre de topic terminé: 34
Exp:
0/6  (0/6)
avatar
Rumaki Oshigato マ Maman de Fuyu マ

-



MessageSujet: Re: Pâle comme neige, blanche et pure.   Ven 2 Sep - 18:29






Rancoeur



La révélation finit par tomber. L'origine de cette histoire se manifesta à mon esprit et quelque part cela me soulagea. Emily appartenait donc à Minshu, comme Morgiana et Trafalgar. J'étais un peu triste pour elle que cette identité lui est porté tant de préjudice, et que Fuyu s’appliquait jour après jour à faire payer ceux qui marchaient sur ce qu’il avait défini comme son territoire. Il semblait le garder comme un animal désirant montrer qu’il est le plus fort. Mais en même temps, je commençais à être habituée à ce caractère de rejet et casanier de cette maudite nation avec laquelle je n'avais aucun points communs. Bien entendu, je ne l’approuvais pas le moins du monde, mais les histoires liées à cette haine de son compatriotes ne me surprenait plus. Déjà quand j'ai aidé la jeune fille aux cheveux roses, il y a bien longtemps de cela, les tensions étaient rapidement montées au moment où le front de la petite avait affiché devant tout le monde le sceau du serpent. Avec Trafalgar, c’était pareil, une faute d’inattention de sa part et son statu d'étranger au dragon était mis en avant, engendrant toute une foule qui retourna sa veste et se ligua contre lui. Quel stupide réaction ! Comment pouvait-on agir de la sorte ? Dieu que je haissais cette mentalité

Malgré tout, je fus soulagée de constater que conformément à ce que je pensais, Kamatari n'avait commis aucun crime, du moins de mon point vue. Mieux encore, il avait pris le risque d'aider une élue verte, se moquant des réactions que cela allait engendrer. Quelque part, il me ressemblait. Peut-être que lui aussi ne voyait aucune frontière à Kosaten, et uniquement des combattants de mondes multiples, condamnés à servir une cause qui ne les concernaient en aucun point... C'était dommage qu'ils se séparent, mais au moins, la petite Emily était maintenant en sécurité, et c'est ce qui comptait.

Je comprends... merci à toi de l'avoir protégée jusque là, elle ne méritait en aucun cas de tomber entre les mains de ces gardes de Fuyu.

Après mon monologue contant l'histoire de la naissance de mon fils, mon interlocuteur exprima sa satisfaction de voir qu'en fin de compte, on s'en était les deux sorties et que nous vivions désormais paisiblement. Cela me fit un grand plaisir qui agrandit le sourire que j'affichai.

En effet, finalement, j’ai eu de la chance, ça aurait pu bien plus mal se passer…

Je l’observai prendre l’enfant dans ses bras, et je sentis qu’il n’était pas à l’aise, avant qu’il ne le dise lui-même. Le bébé quant à lui afficha une mine plus inquiète. Quel était ce nouvel être qui le prenait. Où étaient la personne dans les bras de laquelle je me sentais si bien ? Voilà ce que se demandait le petit être. Il gémissait de peur mais ne pleurait pas, du moins pas tout de suite. Il fixait simplement l’homme qui le portait les yeux remplis de question, son petit cœur accélérant légèrement. De mon côté je continuai de parler.

Mais même si j'espère qu'il grandira dans de bonnes conditions, il naît dans une période bien trouble... en plein milieu d'une guerre.

Mon cœur se serra à cette énonciation. Les paroles cruelles du dirigeant me revinrent en tête, comme un poignard en plein coeur. Je le haïssais mais ne pouvait rien faire contre lui. J’étais comme un oiseau en cage sous le regard d’un lion. Un poids sur l'estomac, et retenant une larme qui tentait de couler, je décidai de me confier à Kamatari, qui sans doute saurait recevoir ce que je voulais lui dire..

J'étais à l'appel de guerre, et avec un grand courage, j'ai refusé de me joindre à eux, pensant à mon enfant... et alors...

Je pris quelques secondes pour calmer la tristesse et la colère qui m'envahissait de plus en plus, avant de continuer.

...alors sul hei m'a dit que je n'étais bonne qu'à engrosser pour faire naître ses futurs guerriers. Je le déteste de tout mon être...

Je laissai un silence planer avant qu’il ne me demande si Yuki était toujours le lieux où j’habitais.

Oui, je vis toujours là-bas, auprès de Mei, que tu as vu la dernière fois que nous nous sommes vus.



Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Pâle comme neige, blanche et pure.   Jeu 8 Sep - 15:54






Pâle comme neige, blanche et pure



Avec : Rumaki Oshigato
   


Heureusement, la jeune mère n'eu aucun mal pour comprendre les raisons qui m'avait poussé à lui cacher la vérité sur l'identité d'Emily. Même si elle était une élue du dragon vivant depuis des mois dans la capitale, même plus d'une année, elle était totalement différente du caractère 'normal' des natifs de la province du Nord... Douce et gentille n'était pas vraiment ce que l'on pouvait associé à cette région, et pourtant cette femme l'était, me remerciant en tout cas d'avoir pris ces risques pour protéger la collégiennes des gardes de Fuyu...

Même si... Je devais l'avouer à moi-même, je ne l'aurais pas fait pour tout le monde. Mon lien avec Emily était très spécial, dépassant le cadre de la promesse que je lui avais fait. Même si je ne m'en suis aperçu qu'une fois sur les terres du serpent, je ne pouvais pas me résoudre un seul instant à l'abandonner, et c'était surement cette volonté qui m'avait permis d'agir pour la sauver de l'emprise de la faux de l'homme aux cheveux roux dans cette grotte, alors que j'étais blessé par notre fuite...

Et après tout, je ne pouvais pas vraiment en vouloir aux gardes de Fuyu, qui ne faisaient qu'obéir à des consignes et à des ordres... Certains élus pouvaient, sous une apparence inoffensive, se révéler comme de véritables monstres assoiffés de sang... Et prendre le risque de laisser quelqu'un entrer et sortir d'un endroit protégé et aussi important que la capitale était impensable... Non, je ne pouvais en vouloir qu'à un seul groupe d'entité, et c'était les trois divinités qui appelaient sans raisons des personnes qui ne devraient pas avoir à se battre, comme Rumaki ou Emily...

Mais lorsque j'eu l'enfant dans les mains, et que je tentais d'éviter qu'il ne tombe ou ne prenne peur de moi, ce qui n'était pas très simple à vrai dire, la mère du bambin laissa exprimer ses inquiétudes vis à vis de la guerre pour l'avenir de l'enfant, passant avant le sien... Avant qu'elle ne passe à autre chose, des paroles qu'elle me confiait, qui trahissait un poids, une frayeur...

Je restais pensif quelques secondes à la découverte de cette nouvelle... Là où je n'avais pas été, la jeune mère avait franchi les portes du repaire de Sul Hei, pour s'y présentée comme élue, pour refuser ensuite de participer à la guerre... Fermant les yeux quelques secondes supplémentaires, je les rouvris lentement, affichant un air compatissant :

"Tu as eu beaucoup de courage d'aller là-bas... Et encore plus pour refuser de participer à cette guerre insensée devant l'un des belligérants..."

Je m'avançais d'un pas vers elle, tout en gardant pour le moment son enfant en prenant soin de ne pas le faire tomber malgré mon inexpérience en la matière, pour continuer :

"Et ne prête pas attention aux paroles de cet homme belliqueux. Tu vaux bien plus que ça, et je suis persuadé que tu donneras un très bon avenir à Haïko."

Je tournais par ailleurs mon regard vers le bambin dans mes bras... Combattre pour une telle folie, c'était bien la dernière chose que je pouvais lui souhaiter... Même s'il avait encore de longues années avant de choisir vers quoi son avenir s'orientera... J'étais tout de même curieux, allait-il prendre les armes ? Devenir un explorateur ? Peut être quelqu'un de plus posé, fonder une famille et la protéger... Ou bien peut être qu'il avait le potentiel d'un mage. Tout était possible après tout sur ces terres, tant qu'il devenait ce qu'il souhaiterait...

Je fus une nouvelle fois un peu songeur à entendre la réponse sur le fait qu'elle vivait encore à Yuki, et ce malgré les événements qui se sont déroulés lors du conseil de guerre... Certes, le tyran n'avait pas l'intention de la tuer, mais... Je craignais qu'il puisse être capable d'enlever l'enfant que je tenais actuellement pour l'endoctriner et en faire un fanatique... Je partageais d'ailleurs directement ces inquiétudes :


"Ce ne doit pas être simple d'y vivre avec ce qu'il se passe... Et j'espère que Sul Heï ne touchera pas à cet enfant pour en faire un soldat... N'as tu pas songer à quitter cette ville pour un endroit plus calme et moins sous la terreur de ce dirigeant ?"


Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1707
Yens : 72
Date d'inscription : 29/12/2014

Progression
Niveau: 91
Nombre de topic terminé: 34
Exp:
0/6  (0/6)
avatar
Rumaki Oshigato マ Maman de Fuyu マ

-



MessageSujet: Re: Pâle comme neige, blanche et pure.   Lun 19 Sep - 22:05






Courage



Du courage ? Peut-être, mais jusqu'à maintenant, je n'avais pas vu les choses de cette façon. Si je m'étais rendue à cet appel abominable, c'était par obligation. L'officier qui était venu me chercher ce jour-là ne m'avait pas laissé le choix. Pour lui, et pour le dirigeant, depuis mon arrivée à Kosaten, je n'avais quasiment pas servie Fuyu, et m'était contentée, à leur yeux, de vivre dans ce monde, sans remplir mon rôle d'élue. J'étais peinarde chez eux. Si seulement ils savaient combien j'avais souffert à cause de leur maudite marque... Quoiqu'il en soit, je n'avais rien trouvé comme argument à adresser à l'officier, et c'est tête baissée que j'avais abdiqué. Oui, j'y étais allé par obligation.

Cependant, le fait que Kamatari est interprété mon refus comme du courage me mit du baume au cœur. Je me souvins de toute la tention qui parcourait mon corps et mon esprit lorsqu'au prix de grands efforts, j'entrepris de me retourner, signalant ainsi ma déclinaison à l'ordre de Sul hei. C'était la première fois que je me laissais allé à tant d'audace, et me voir féliciter pour mon courage sonna comme une récompense pour moi. Un soulagement et un encouragement à continuer sur cette voix.

Merci beaucoup Kamatari, tu es tellement gentil.

Je le pensais sincèrement, et un sourire s'esquissa sur mon visage. Haïko quant à lui ne supporta plus vraiment nager dans l'inconnu. Je l'entendis gémir de plus en plus fort, puis se mettre à sangloter. Je baissai les yeux sur lui et rigola doucement.

Peut-être vaudrait-il mieux que je le reprenne, il n'a pas l'habitude de voir des visages inconnus

Je tendis les bras pour le récupérer, juste avant d'entendre la question de mon interlocuteur, qui fit écho à des pensées que j'eus depuis quelques mois é présent. Quitter Yuki... au fond de moi, je voulais quitter Fuyu tout entier... quitter cet environnement de conquête et de puissance que je détestais. Je voulais m'en aller vers des contrées plus compréhensives et moins répressive, mais finalement, deux choses m'en empêchaient. Mon caractère peureux qui redoutait les deux autre royaume d'une part. Comment allait m'accueillir Seika et Minshu en voyant le sceau sur ma hanche ? J'étais marquée d'une réputation qui ne me correspondait en aucun point mais qui allait forgé de façon solide une opinion de ma personne dans l'esprit des habitants.

D'autres part, il y avait Mei. Je ne pouvais pas la quitter après tout ce qu'elle avait fait pour moi. Et elle, ne semblait pas vouloir partir. Je n'avais pas le droit de la forcer. Alors je m'étais résignée à être à ses côtés, et à renforcer ce lien presque maternel qui s'était crée entre nous. Après quelques secondes de silence, je finis par répondre.

Pour tout te dire, j'aimerais bien, Fuyu est détestable, et j'ai songé de nombreuse fois à le laisser derrière moi, mais si je le fais, qui accueillera une Fuyujin ? Et pour Haïko, le dirigeant n'est pas au courant, il n'en sait rien. En fait, c'est la première fois que je sors cet enfant de la maison depuis l'accouchement.

Je laissai planer un silence, avant de demander.

Et toi, Kamatari, honnêtement, que penses-tu de cet univers ?

J'avais besoin de savoir si j'étais la seule à être mal à l'aise dans ce monde...



Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Pâle comme neige, blanche et pure.   Mar 20 Sep - 16:20






Pâle comme neige, blanche et pure



Avec : Rumaki Oshigato
   
Je ne pus que faire un sourire à entendre la jeune mère me complimenter vis à vis de ce que je pensais réellement. Après tout, je ne m'y étais même pas présenté, et c'était pour en partie ne pas être confronté aux regards de toute l'assemblée qui m'aurais dévisagée en apprenant qu'un guerrier, élu de Fuyu qui plus est, décidait de ne pas répondre positivement à la fonction pour laquelle il avait été amené dans ce monde. En pensant ainsi, je trouvais vraiment qu'elle avait fait preuve d'un grand courage, plus grand encore que moi.

Etais-ce vraiment de la gentillesse ? Peut être, après tout, aucune vipère n'était sortie de ma bouche, et j'avais parlé avec sincérité, et... j'avais été récompenser par un sourire de sa part, ce genre de sourire qui me faisais bel et bien comprendre que les élus restaient des êtres humains, et que malgré les intentions belliqueuses de certains, l'ensemble ne voulait au final que vivre en paix...

Lui redonnant avec précaution le bambin qui commençait à s'agiter dans mes bras, commençant à gémir, je fus presque aussi rassuré que lui lorsqu'il retrouva les bras de sa mère... Et c'était là où il devait se trouver, et non pas dans les rangs de Sul Hei... Mais même si le fait qu'il puisse être enrôlé de force semblait être encore très loin, l'avenir se construit sur le présent...

Toutefois, je fus toutefois un peu surpris de la réponse de Rumaki sur l'idée de partir des terres du Nord pour trouver la tranquillité ailleurs... Selon elle, personne n'accueillerai une Fuyujin... Mais fort heureusement, elle précisait que l'existence d'Haïko n'était pas encore connue du dirigeant... Pour l'instant. Il arriverait sans doute le pire à un moment, et ce n'était pas ce que je souhaitais à cette petite famille...

"Tu... Tu n'es pas obligée de dire que tu viens de Fuyu. Tu peux te faire passer pour une native facilement, provenant de Minshu ou même des territoires Neutres, et y partir ! Crois moi sur parole, peu de personnes douteront de toi si tu ne laisses rien transparaitre. Je parle par expérience, cela fit plusieurs mois que je me fais passer pour une native, et personne ne ma encore percé à jour."

Puis je posai ma main au niveau de mon menton, pour réfléchir et la conseiller... Peut être même pour la convaincre :

"La majorité des élus dont j'ai fait la rencontre ne semblaient pas très à cheval sur toutes ces questions de sceau etc. Certains pourraient t'aider ! Mais bon, si jamais un jour tu décide de partir d'ici, n'hésites à me contacter pour que je puisse t'aider."


Toutefois, vint une nouvelle question, posée sur cet univers, dans lequel nous évoluons, me laissant un peu songeur, quelques secondes...


"Et bien... Je sais qu'il est imparfait. La cruauté et la violence sont deux choses malheureusement trop présentes sur ces terres, c'est un fait... Et je comprends tout à fait ceux qui désirent ardemment rentrer d'où ils viennent, mais... Ce n'est pas mon cas. Ce monde est le miens, c'est ici qu'est ma place... Et même si c'est peut être inconscient de ma part, peut être même idéaliste, mais j'essaye à chaque fois que l'occasion se présente de faire un peu de bien et d'aider dans la mesure du possible."


Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1707
Yens : 72
Date d'inscription : 29/12/2014

Progression
Niveau: 91
Nombre de topic terminé: 34
Exp:
0/6  (0/6)
avatar
Rumaki Oshigato マ Maman de Fuyu マ

-



MessageSujet: Re: Pâle comme neige, blanche et pure.   Ven 30 Sep - 21:52






Bannir "peur" de mon vocabulaire


Ce que proposa Kamatari me fit tout drôle. Cela réveilla une pensée que j'avais tenté d'enfuir au plus profond de mon être. Il me demandait de mentir. Je n'avais jamais fait cela auparavant. Kamui, l'assassin de Makoto, le ninja de l'akastucki, sans oublier le cruel homme du vaste plateau, tous m'avaient fait comprendre à leur manière que je vais m'endurcir. Je ne devais plus avoir avoir. J'avais été jusqu'à m'en faire un objectif pour moi, mais aussi pour Haïko. Oui mais... étais-je capable de mentir quand je ne l'avais jamais fait ? N'allais-je pas regretter cet acte pour anodin dans un monde comme celui dans lequel je vivais actuellement ?

J'oubliai parfois que je n'étais plus à Kumo, entourée de ceux que j'aimais et en sécurité, n'ayant pas la peur au ventre presque quotidiennement. Je soupirai. Quelque part, je n'avais pas le choix. Si je voulais atteindre mon objectif, je ne devais plus être freinée par le doute. Je devais surpasser cette appréhension, et enfin oser me lancer dans l'inconnu... cependant, c'était plus facile à dire qu'à faire...

En reprenant délicatement mon fils dans les bras, je finis par déclarer.

Mentir... il faudra donc que je mente alors que je ne l'ai jamais fait avant... je crois que je n'ai plus le choix... espérons que ça suffise.  

Heureusement, selon les dires de Kamatari, il existerait là-bas, des personnes prêtes à m'accueillir malgré mon sceau bleu. Cela pouvait être un bon point de départ.

Il faudra donc que je me mette en quête de ces personnes compréhensive. Connais-tu leur nom ?  

Puis, quand l'homme fit part de son ressenti face à Kosaten, je fus tout d'abord soulagé qu'il soit pareil au mien. Mais je déchantai rapidement, quand à ma grande surprise, il appelait Kosaten "sa place". Mes yeux s'agrandir légèrement. Je n'arrivais pas à le croire.

Ta... ta place est ici ? T...tu ne désire pas partir ? Pardonne-moi, mais j'ai du mal à concevoir qu'on puisse aimer autant cette terre pour rejeter ses origines... Moi je ne rêve que de retrouver ma famille... mais... peut-être as-tu eu de meilleurs jours que les miens...



Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Pâle comme neige, blanche et pure.   Sam 1 Oct - 20:03






Pâle comme neige, blanche et pure



Avec : Rumaki Oshigato
   
Je laissais un souffle se faire lorsque j'entendis la réponse de la jeune mère à ma remarque, alors qu'elle reprenait son fils dans ses bras, là où il se sentait bien mieux, et surtout là où était sa place. Visiblement, la jeune mère semblait un peu anxieuse et peu habituée à prendre autant sur soi et à mettre de coté une partie de sa conscience pour mentir, chose que je pouvais comprendre... C'était une preuve d'une certaine innocence dans un sens, mais... La chose était maintenant nécessaire, et je tentais de la faire déculpabiliser en disant quelques mots que je souhaitais rassurants :

"Un mensonge reste un mensonge, mais... Lorsqu'il est fait avec de bonnes intentions, il est parfaitement excusable. Et tu as probablement les meilleurs raisons qui puissent exister de le faire !"

Puis, je repris d'une voix plus faible, lorsque Rumaki me demanda des informations sur des personnes susceptibles de l'aider. De manière générale, il y avait bien des rencontres que j'avais fait qui pourraient l'aider, mais... C'était sous l'identité de Kaede, et non sous celle de l'élu de Fuyu... Cela ne limitait donc la liste qu'à quelques personnes... Moi, Emily et...

"Aki, Aki Nishiie. C'est une élue de Seika, aux cheveux roux comme des flammes et aux yeux tels deux pommes. C'est une bonne amie, que j'ai rencontré plusieurs fois, et elle m'a sauvé la vie récemment. Elle se moque aveuglement des sceaux présents sur les élus, et se jauge à leurs caractères. Et surtout, ce n'est pas quelqu'un qui refuserai d'aider une personne dans le besoin. Si un jour, tu es amenée à la croiser, tu peux lui faire confiance. Et n'hésite pas à dire que tu me connais, c'est une personne très gentille."

Je réfléchissais encore un peu, avant de dire d'une voix un peu plus mitigée :

"Malheureusement, les autres rencontres que j'ai fait... Je n'ai pas vraiment la preuve formel qu'ils ne vouent pas une haine contre les élus du nord, mais beaucoup d'élu sont prêt à aider autrui."

Puis, en lui racontant, que ma place était ici, la jeune femme semblait véritablement choquée par ma réponse. Cela ne lui semblait pas être possible, et c'est avec un sourire en coin que je lui répondis, m'apprêtant à lui révéler dans quel monde je vivais avant, donc mon passé.

"Je comprends tout à fait ton rêve, et je ne peux qu'espérer que tu y parviennes un jour, mais ce n'est pas le miens, simplement... Parce que de là d'où je viens, je n'y ai aucune attache. Pas de famille, pas d'amis, juste quelques personnes qui sont partis dans des directions bien diverses avec le temps. Au final, j'étais seul."

Fermant les yeux quelques secondes en baissant le regard, je le relevai lentement en penchant la tête :

"La seule chose que je sais faire, c'est utiliser cette arme qui trône dans mon dos. Si ici je peux au moins l'utiliser pour aider des personnes au quotidien, pour éviter le pire, dans mon monde, je n'ai pas ce droit, pas cette possibilité. Les avancées technologiques et la politique ont rendus presque criminels les arts martiaux."


Me mordant un peu la lèvre, je laissais un petit soupir, avant de reprendre à voix basse :

"J'ai essayé de me battre contre cette ère, accompagnés de ceux qui étaient avant des camarades... Sojiro Seta, Yukyuzan Anji... Ils en faisaient partis tout comme moi, ils faisaient partis des dix sabres de Makoto Shishio, notre chef."


Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1707
Yens : 72
Date d'inscription : 29/12/2014

Progression
Niveau: 91
Nombre de topic terminé: 34
Exp:
0/6  (0/6)
avatar
Rumaki Oshigato マ Maman de Fuyu マ

-



MessageSujet: Re: Pâle comme neige, blanche et pure.   Mar 4 Oct - 17:43






Vieux souvenirs ?



Une raison au mensonge ? Y en avaient-ils de valable ? Probablement pas... ou alors elles étaient rares. Devais-je alors me servir d'un prétexte pour mentir ? et que se passerait-il si la vérité reprenait à nouveau ces droits ? Décidément, j'avais beaucoup de peine à accepter de mettre de côté mes convictions religieuses qui ici n'avaient que très peu de poids. Je levai les yeux au ciel un court instant, en soupirant. Que me conseilles-tu de faire, toi là haut, toi l'être qui m'a toujours recouverte de mon amour, toi qui a été le guide de ma vie. Devais-je désobéir à tes commandement pour une vie meilleure ? Est-ce qu'une bonne intention te suffit à me pardonner ?Et d'ailleurs, allait-elle être meilleure, ma vie ? Qui le garantissait après tout ?

Je rebaissai la tête en soupirant une nouvelle fois, la mine quelques peu chagrinée. Je voulais voir ces autres royaumes, je voulais voir si la vie au-delà de Fuyu et des territoires neutres étaient la même ou pas. Il fallait donc que je convainque d'une fois dans ma cvie enfreindre les règles qu'en presque 18 ans de vie je n'avais jamais trangressées. Quel changement cela me procurait, mais quelque part à Kosaten, je n'avais pas vraiment le choix...

Tu as peut-être raison, je tenterai de ne pas avoir mauvaise conscience en cachant la vérité...


Puis, Kamatari me révéla un premier nom. Je ne l'avais jamais entendu auparavant, et je le trouvai plutôt joli. Tentant de m'en souvenir, je restai tout de même attentive aux informations complémentaires concernant cette personne. Les détails étaient peu nombreux, mais me permettais néanmoins de me faire une image approximatif du visage à rechercher. Souriant à l'élu de Fuyu, je la remerciai.

Aki Nishiie. Très bien, je m'en souviendrai. Je ne sais pas encore quand j'aurai le courage de franchir les frontières de Seika, mais quand ça arrivera, je me mettrai alors en quête de cette femme. Je te remercie beaucoup de ton aide.

Puis, mon interlocuteur m'avoua la raison de son attachement à Kosaten, au détriment de son monde d'origine. En vérité, il était comme moi avant la rencontre de Mei. Il était seul. Pas étonnant qu'il se sente plus à l'aise ici, si par bonheur il avait pu trouver une raison de vivre et des amis. De ce fait, tout s'expliquait. Moi je rejetais ce monde car c'est lui qui m'a réduit à l'état de solitude, et que tous les personne que j'aimaient depuis 16 ans m'étaient brusquement arrachées. Lui, c'est le contraire. Rien ne le retenait chez lui, et du coup, il n'avait eu aucun mal à s'en éloigner.

Quelque part j'étais triste pour lui. Mon visage afficha une certaine empathie pour lui. Mes mots, à mon tour, se voulurent rassurant.

Je ne connaissais pas cette histoire. Tu as dû passer des moments douloureux dans ton monde. Je comprends à présent ton sentiment pour Kosaten, et je suis heureuse de voir que ta vie ici est meilleur que là-bas. Moi c'est le contraire, d'où mon envie de rentrer.

Haïko commença à jouer avec ma chevelure que j'avais laissé tomber sur mes épaules. Il tira un peu fort, ce qui me fit prendre sa main pour doucement le faire lâcher. Puis je changeai de bras et lui déposai un bisou sur le front pour le calmer. Ce fut juste avant que Kamatari n'évoque un nom qui provoqua comme un déclic dans mon esprit... ce Makoto... serait-ce le même que...

Makoto tu dis ? J'en ai rencontré un à mes débuts en Kosaten, il avait des bandages un peu partout et le corps chaud. J'ai tenté de lui apprendre à manipuler l'énergie en lui. Serait-ce le même ?



Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Pâle comme neige, blanche et pure.   Mer 5 Oct - 20:35






Pâle comme neige, blanche et pure



Avec : Rumaki Oshigato
   
Ce fut avec un certain soulagement que j'entendis la jeune mère se résoudre à accepter ce que je lui avais proposé tantôt. Je pouvais comprendre que ce ne soit pas simple, et que parfois les convictions morales étaient elles que les dépasser était très difficile, voir impossible dans certains cas, mais au moins je serais un peu soulagé de la savoir ailleurs qu'en plein milieu de Yuki... A vrai dire, même les autres villes de Fuyu étaient plus sûre... Et Hyuga, la ville où elle avait vécue un temps, était une autre possibilité...

Tout commencer donc à bien s'améliorer. Cela allait être dur, et j'espérai vraiment pouvoir l'aider si elle se décidait à partir de la cité blanche, mais... Je la savais tout de même forte, capable d'endurer tout de même bien des choses, et de toujours garder la tête haute, d'être là, pour son enfant malgré son ascendance...

Puis, elle réagit d'une voix douce à mon histoire, comprenant maintenant pleinement pourquoi j'étais attaché à Kosaten, et non pas à mon monde. Et même si c'était différent de ses convictions, elle l'acceptait, et je la remerciai intérieurement pour ça, tout en me grattant un peu l'arrière de la tête, un poil gêné d'être la cible pour une fois d'une telle attention... Habituellement, c'était plus moi qui l'offrais...

Néanmoins... Tout ça n'était rien, toute cette petite gêne, cette petite brise et ce léger froid. Mon air enjoué et amical de la revoir, de m'inquiéter pour elle et son enfant... Tout cela ne fut rien comparer au puissant frisson dans le dos lorsqu'elle... M'avouait innocemment avoir rencontré un homme dont le nom, la description et les particularités étaient celle de... De M. Shishio ! Elle avait entendu le nom que j'avais prononcé ! Elle connaissait son nom ! Une telle coïncidence ne pouvait pas être fortuite !

Faisant un pas en arrière, puis deux, mes yeux étaient grands écarquillés, sous la surprise qu'était cette déclaration ! Que... Comment ? Pourquoi ?! C'était impossible ! Non, ce devait être un autre, mais pourtant... Il allait falloir que je la questionne :

"Makoto Shishio. Couvert de bandage, le regard plein de défi et d'ambitions ! Gravement brûlé, le corps chaud... Un épéiste d'une incroyable puissance ! C'est... C'est impossible que tu l'ais rencontré, mais pourtant... Je ne suis sur de rien... Parles-moi de lui, je t'en prie ! Qu'est-il advenu de lui ? Où puis-je le trouver ? Qu'elle est sa nation ?!"

Je devenais d'un coup peut être trop envahissant, perdu à la fois entre le choc d'une telle nouvelle, la rationnalité d'une simple confusion et l'espoir irréel que ce soit lui... Je mettais involontairement avancé jusque devant elle, la dépassant, avant de m'en rendre compte et de mettre la main sur mon front en reculant, tout en serrant les dents...


"Désolé... C'est... Je dois savoir. Dis-moi... Tout ce que tu sais de lui... Je m'en veux de t'imposer cela mais... C'est cruellement important pour moi..."


Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1707
Yens : 72
Date d'inscription : 29/12/2014

Progression
Niveau: 91
Nombre de topic terminé: 34
Exp:
0/6  (0/6)
avatar
Rumaki Oshigato マ Maman de Fuyu マ

-



MessageSujet: Re: Pâle comme neige, blanche et pure.   Mer 5 Oct - 21:32






Embarras



Je n'aurais jamais pensé que simplement mentionné le fait que j'avais rencontré un Makoto dans ma vie ici-bas, allait provoquer un tel élan d'adrénaline chez Kamatari. Il semblait réellement bouleversé, comme si ce que je disais était impossible, ou plutôt, comme s'il ne voulait pas y croire. Je crus donc comprendre qu'il entretenait une relation plutôt étroite avec lui. De quel genre, je n'en savais rien, et mon intention n'avait jamais été de le mettre dans cet état. Un peu prise au dépourvu face à cette réaction totalement inattendue, je restai silencieuse, le visage légèrement perdu, avant d'arriver à bredouiller.

Euh... ça va Kamatari ? Aurais-je quelque chose de mal ?

Il me coupa presque la parole, pris dans ses émotions, et me demanda de me parler de lui et de ce qu'il était advenu de lui. Si sur la première partie de sa réponse ne me posait aucun problème... la deuxième m'en posait de nombreux. Je ne pouvais pas... je n'avais pas le droit de lui annoncer la fin tragique qu'à connu Makoto. Je m'en souvenais comme si c'était hier. J'était en première loge, avec ma naïveté d'il y a un an. Je me rappelle m'être effondrée, et avoir crié à l'homme responsable de sa mort mon ressenti. ça ne lui avais fait aucun effet, mais qu'importe, l'image de ce jour restait gravée dans ma mémoire. J'étais persuadée que Kamatari voulait tout entendre... tout sauf ça.

Mais je ne pouvais non plus pas lui mentir. Il avait tellement été gentil avec moi ces derniers temps, que lui voiler la vérité me semblait malhonnête. Que faire ? Que devais-je lui dire ? Que devais-je garder cacher ?

Euh... ben...


Jusqu'où aller ? Comment réagirait l'élu de Fuyu si je lui annonçais la mort de son ami ?

Ben... en réalité... je...

Mon cœur accélérait, et le bébé le sentait. Il me regardait les yeux remplis de question. Sa maman était dans un état critique. Elle le serrait davantage que d'habitude. Je me mordillai la lèvre, toujours indécise quant aux informations que je voulais lui donner. Puis, je finis par lâcher en me retournant vers mon interlocuteur.

En réalité, je l'ai rencontré ici dans la forêt de givre il a 2 ans de cela. Il m'a confié chercher un pouvoir magique, car lui n'en maîtrisait aucun. Je lui ai alors montré une technique que je connaissais et ai tenté de le lui apprendre. Mais, il n'a pas pu... c...c'est tout ce qui s'est passé

Puis je rajoutai, dans un souffle, la mine légèrement attristée... je ne pouvais pas m'en empêcher.

C'est tout...


Je n'étais décidément pas faite pour mentir...



Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Pâle comme neige, blanche et pure.   Mer 5 Oct - 22:56






Pâle comme neige, blanche et pure



Avec : Rumaki Oshigato
   
Je me trouvais pitoyable...

Pitoyable d'être raccroché à un aussi maigre espoir, pitoyable d'être victime encore d'une ombre de mon passé, d'un spectre mort depuis plus de deux années...  Pitoyable d'infliger ça à cette jeune femme... Où je devais sans aucun doute passer pour quelqu'un de très inquiétant, presque nerveux et dangereux...

Pitoyable d'en être encore là, à voir un fantôme dès qu'une ombre se profilait... Ce nom, ces aveux, toutes ces choses n'avaient elles aucun sens ? N'avaient-elles absolument aucun poids ? Etais-je donc condamner à être pour l'éternité son esclave et son soldat ? Lui qui avais pendant longtemps capturé mon cœur et accepter mon bras...

Et puis, qu'est-ce que je ferrais dans les deux cas ? Si elle ne savait rien de plus sur lui, j'étais condamner à courir à travers à fantôme pour le restant de mes jours, et intérieurement, je commençais à regretter d'avoir évoqué ce sujet... Ce n'était pas parce que je le voulais, mais c'était parce que je le devais... Une partie de moi... Ne pouvant lui faire définitivement adieu... Et dans le cas où il était encore vivant et qu'elle savait où il se trouvait... La chose allait être encore plus complexe... Que faire ? Accepter d'être à nouveau son pion ? Le voulais-je ? Je ne savais pas, et il me fallait... Il me fallait savoir ce qu'elle savait de lui !

Ce fut en retenant mon souffle que je buvais chacune de ses informations ! Il n'avait pas de pouvoir, comme l'être de mon monde... Et puis deux années... Cela coïncidait... C'était à ce moment là où il avait disparu du japon... Mais comment ? Il était mort ! Il l'était ! Hoji n'aurait jamais mentis à ce sujet, il aurait même été le dernier à l'avouer !

Mais... Cela semblait si peu... Le peu qu'elle savait... Ne me donnait rien. Juste une brise de savoir... A peine de quoi faire de moi un fou ou un pantin qui avancerait vers l'éternité à la recherche d'un fantôme... Mais ce fut au moment où je vis son visage, beaucoup plus renfermé qu'à l'habitude que je compris qu'elle... Qu'elle me cachait des choses... Et connaissant la jeune mère, je savais qu'elle faisait ça pour éviter d'aborder un sujet délicat, un sujet qu'elle ne souhaitait pas aborder... Mais encore une fois... Je devais la forcer sur un sujet de son histoire... Et... Je m'en trouvais vraiment pitoyable...

"Tu sais... même si j'ai dis tantôt qu'un mensonge avec de bonnes intentions est excusable, je... Je dois savoir. S'il te plaît, dis-moi tout ce que tu sais de lui, ce qu'il lui est advenu, ou le dieu qu'il l'a invoqué, j'ai besoin de savoir ça, sinon... Le fait d'avoir appris que ça puisse être lui, qu'il existe dans ce monde... Cela me tuera chaque jour de ne pas savoir !"

Je fis un pas vers elle, avant de baisser énormément la tête, tout en serrant les dents, pour reprendre d'une voix implorante :


"S'il te plaît, ne me cache rien, et racontes-moi ce que tu sais sur lui."


Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1707
Yens : 72
Date d'inscription : 29/12/2014

Progression
Niveau: 91
Nombre de topic terminé: 34
Exp:
0/6  (0/6)
avatar
Rumaki Oshigato マ Maman de Fuyu マ

-



MessageSujet: Re: Pâle comme neige, blanche et pure.   Ven 7 Oct - 16:16






Refus




Il m'avait percé à jour. Il avait lu en moi comme dans un libre ouvert. Je n'étais pas faite faite pour cacher les choses, et d'autant moins à des personnes qui avait gagné mon affection. Il comptait pour moi. Il faisait partie des personnes que je désirais le plus voir heureux. Alors pourquoi ? Pourquoi a-t-il fallu que je mentionne ma connaissance de Makoto ? Pourquoi n'ai-je pas pu m'empêcher de clâmer que je le connaissais. Je m'étais mis moi-même dans un pétrin immense. Et maintenant, Kamatari savait que je gardais en moi quelque chose de grave. Quelque part, le secret était déjà à moitié dévoiler.

Je ne voulais pas lui dire, mais lui le voulait. Il me suppliait de tout son être de laisser éclater la vérité, aussi cruelle soit-elle. Ses mots me demandait de révéler ce que je voulais garder au fond de mon esprit, pour éviter à Kamatari de souffrir. Mais maintenant, plus rien n'allait changer. Que je parle ou non, Kamatari allait souffrir, et c'était à cause de moi. Que faire ?

Makoto... est...


Instinctivement, je reculai de quelques pas. Puis d'autres, me stoppant dans mon discours. Non, je ne pouvais pas lui briser tout espoir de le savoir vivant. Me mordillant la lèvre alors que je tournais le dos à l'élu de Fuyu, je déclarai.

Nan, je ne peux pas... c'est au dessus de mes forces...

Les souvenirs de ce jour noir, la culpabilité de faire souffrir Kamatari qu'importe ce que je disais à présent, le refus de mentir... tout cela me serrait le cœur. Je marchai de plus en plus vite pour m'éloigner de lui. Je le faisais à contre-coeur car je l'appréciais vraiment, et ne voulais pas abréger ce moment de retrouvaille, mais j'agissais pas instinct. Cela me semblait la meilleure méthode pour éviter d'annoncer la fatalité du destin de Makoto.

Je... je dois y aller... pardon...

Je laissai ce dernier mot partir, comme une supplication de ne pas insister et une demande de bien vouloir comprendre. Mais je me berçais d'illusion. Maintenant, l'appât était lancé, le poison avait mordu. J'allais devoir dévoiler la mort de son ami, je le savais, mais j'essayais tout de même d'échapper à l'inévitable... encore un peu...



Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Pâle comme neige, blanche et pure.   Sam 8 Oct - 12:31






Pâle comme neige, blanche et pure



Avec : Rumaki Oshigato
   
Mon cœur ratait à chaque instant les fonctions vitales qu'il devait faire, à chaque seconde des battements se loupait, pendant que le temps semblait se ralentir alors que je pointais du doigt ce qui me semblait être un mensonge protecteur de la part de la jeune mère, pour ne pas m'avouer une fatalité qui serait de toute évidence cruelle à entendre... Et il n'y en avait pas tant que ça, et je redoutais d'avance ce qu'elle allait me dire...

Me réveler que l'homme que j'ai aimé pendant des années avait disparu, me dire que j'aurais peut être put le sauver au moins cette fois-ci, que j'aurais put être utile... Mais que maintenant, cette chose était trop tard, qu'il avait disparu, comme tant d'autres... Tous types de personne, qu'importent leurs nations, qui n'avaient pas survécus aux épreuves de ce monde que les dieux imposaient... Depuis mon arrivée, en ces terres, Rhadamanthys, le premier homme ne venant pas de ce monde que j'ai rencontré, m'avait immédiatement prévenu... Pour combien des morts un élu arrivait à se détacher de l'influence de son dieu ? Surement trop. Même moi, je savais que cet être avait encore une influence sur moi, et que peut être il se déciderait à me contraindre lors d'une situation critique... Mais en attendant, il allait falloir que je me renforce encore, pour ne pas courir ce risque de blesser des personnes en étant rien d'autre qu'un pion.

Mais pour en revenir à ce que m'annonçait la jeune mère, il semblait que tout ce qu'elle voulait dire était encore plus dur à prononcer pour elle qu'à entendre pour moi... Mais... Il fallait qu'elle le dise, qu'elle ne me laisse pas dans un doute pour l'éternité.

Toutefois... Cela semblait être véritablement trop dur pour elle, elle ne voulait pas me l'avouer... Mais c'était tout ce que j'avais besoin... Juste... De ce qu'elle savait, de ce qui était maintenant clair dans mon esprit, mais il me fallait entendre ce mot... Qu'elle me dise clairement qu'il... Mais je ne voulais pas la forcer, je ne... Ne pouvais pas, lui faire de mal, l'obliger à me dire ce que je voulais...

Avançant rapidement de quelques pas, je coupai sa trajectoire, écartant juste à moitié mes bras, tout en la regardant dans les yeux tandis que mon air était entre la tristesse et la perdition... Et ce fut d'une faible voix que j'expliquais à Rumaki... Que j'en avais besoin.

"Je... Je suis désolé que le sujet ait été amené, et désolé de te demander cela... Mais il est trop tard, je dois savoir ce qu'il est advenu de lui. Je dois savoir... Pour pouvoir avancer. Je ne te cacherai pas que si c'est ce que je crains, j'en serais touché, bien évidement..."

Je marquais une petite pause, laissant une grande inspiration d'air froid et glacial envahir mes poumons, avant de continuer pour ce qui allait je l'espère expliquer :

"Mais je préfère être affligé maintenant par cette vérité, que d'en souffrir chaque jour un peu plus en courant après un spectre en ayant le faux espoir qu'il soit encore en ce monde. Alors... S'il te plaît, dis-le..."


Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1707
Yens : 72
Date d'inscription : 29/12/2014

Progression
Niveau: 91
Nombre de topic terminé: 34
Exp:
0/6  (0/6)
avatar
Rumaki Oshigato マ Maman de Fuyu マ

-



MessageSujet: Re: Pâle comme neige, blanche et pure.   Dim 9 Oct - 20:32






Abdiquer





Alors que je regardais droit devant moi pour ne pas à me sentir coupable de mon départ, Kamatari se plaça devant moi, me barrant le chemin. Je stoppai donc ma marche pour que mes yeux croisent ceux de Kamatari. Et ce que je vis me fit encore plus mal au cœur. Une supplication de lui dire la vérité. Une demande de briser le mystère, déjà bien entamé, autour de Makoto, lever le voile sur une nouvelle qu'il savait déjà mauvaise. La boule dans ma gorge se dilata encore pour réellement me torturer la gorge. Mes lèvres tremblaient. Je serrai encore davantage le petit être dans mes bras, marquant ainsi mon immense malaise. Je ne voulais pas lui dire, mais je n'avais pas le choix. Pendant la pause de l'élu de Fuyu, je glissai, triste comme jamais.

Kamatari...je...


Mais je ne fus pas assez rapide. Je voulais lui expliquer que je ne voulais pas lui faire de mal, que si lui voulait la vérité, moi je voulais son bien-être. Les deux n'étaient désormais plus compatibles. Je devais faire un sacrifice de l'un d'eux pour débloquer la tragique situation que je vivais. Le porteur de faux argumenta encore qu'il préférait la vérité tranchante, mais brève, qu'une vie de doute, guidée par un faux espoir dont je serais quelques part l'investigatrice. Il termina par une dernière supplication qui finit d'enfoncer le poignard dans ma poitrine. Je me retrouvais dos au mur.

Je relâchai mes épaules et baissai la tête, comme un signe d'abandon. J'allais lui dire, j'allais céder et enfin briser le tabou sur ce qu'il était advenu de Makoto. C'était une décision accablante à prendre, mais en y réfléchissant bien, peut-être que c'était la meilleure solution. Je restai ainsi dans cette position, enlevant péniblement les derniers doute que mon cœur martelait à chaque coups.

Puis je finis par à nouveau regarder Kamatari, commençant par ses mots.

Makoto est...

Mes pensées ne cessaient de m'encourager avec le message "allez, courage, tu as pris la bonne décision" mais cruellement, ce petit mot de quatre lettres était horriblement dur à prononcer, porté par tous le sens qui l'accompagnait. Prenant une grande inspiration, je finis par l'articuler.

Il est mort...

Dès cet instant, j'enchaînai sans laisser le temps à mon interlocuteur de réagir. Je craignais que sa très probable déception ne me freine dans le courage que j'avais mis dans de mal à acquérir.

Il a été assassiné devant mes yeux, alors que je me dirigeais vers le temple de Fuyu. Je ne connais pas l'identité de l'assassin, il me l'a pas dit, il m'a juste dit que Makoto était sa cible...


J'avais mal pour lui, j'étais vraiment gêné de lui annoncer ça. Je finis par conclure, dans un souffle.

Je suis vraiment désolée Kamatari....



Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Pâle comme neige, blanche et pure.   Lun 10 Oct - 18:13






Pâle comme neige, blanche et pure



Avec : Rumaki Oshigato
   
Musique

Il était évident que ma demande d'information mettait particulièrement mal à l'aise la jeune femme, qui devait se mutiler pour éviter de m'avouer quelque chose dont elle souhaitait me protéger. Après tout, les malheurs étaient présents dans ce monde, beaucoup trop, et se renseigner sur ce qu'était le passé n'allait pas arranger les choses... Mais cela était nécessaire aujourd'hui, pour que je puisse avancer, pour que je puisse être ! Pour ne pas remuer ciel et terre à la recherche de quelqu'un ayant disparu, pour me concentrer sur des problèmes plus importants, comme ceux qui sévissaient dans ce monde...

Je n'étais pas la personne qui le sauverait de tout ce mal qui sévissait, jamais je ne le serais... Ayant mes défauts et beaucoup trop de sang sur les mains. Je ne serais jamais ce héros que Kosaten avait besoin, de quelqu'un capable d'unir les trois nations sous une bannière plus juste. Non, cela ne me ressemblait pas, et il y aurait d'autres personnes, homme ou femme, natif ou élu, qui réussiront à cet endroit. Ma tâche dans cette histoire était encore bien incertaine, et elle se jouait en partie sur ce qu'allait m'apprendre la jeune mère, qui après de long moment à hésiter se consentit enfin à me dire la dure réalité.

Elle avait connu Makoto, et elle témoignait de sa mort, assassiné par un homme, un chasseur de prime. Et elle n'avait rien put faire, tout avait dût se dérouler trop vite, trop précipitamment pour qu'elle puisse agir... Et pour que l'homme aux multiples bandages puisse être tué, cela avait sans aucun doute été une attaque surprise ou quelqu'un d'extrêmement puissant...

Mais surtout, je retombais des faux espoirs que j'avais eus. Bien que je m'en doutais avec sa manière de se comporter, la chose était officiellement dite. Par deux fois, il était mort, et je n'avais rien put faire... Je n'avais pas put le protéger... Je serrais un peu les dents, avant de simplement baisser les yeux, et de souffler. Mes mains ne tremblaient pas, mes yeux n'étaient pas humides, et pourtant j'étais emprunt d'une très grande mélancolie, me renvoyant des années en arrière l'espace d'une seconde, avant que je n'avance d'un pas qui fit craquer la neige, et que je ne prenne la jeune mère dans mes bras.

C'était la première fois sans doute que je provoquais un tel geste, que je m'autorisais à faire cela, et j'allais probablement le regretter, mais... Il le fallait. Elle avait souffert elle aussi, de voir quelqu'un mourir sous ses yeux, qu'une nouvelle fois je l'oblige à ressasser ses souvenirs... Par simple désir personnel d'en apprendre plus.


"Merci de me l'avoir dit... Tu n'as pas à t'excuser de ce qui s'est passé, c'est malheureusement arrivé, mais tu n'es en rien responsable. C'est plutôt à moi de m'excuser, de t'avoir demandée de te rappeler d'aussi douloureux souvenirs... Alors aussi humblement que je le puisse, je te demande pardon..."


Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1707
Yens : 72
Date d'inscription : 29/12/2014

Progression
Niveau: 91
Nombre de topic terminé: 34
Exp:
0/6  (0/6)
avatar
Rumaki Oshigato マ Maman de Fuyu マ

-



MessageSujet: Re: Pâle comme neige, blanche et pure.   Mer 12 Oct - 11:32






Tendresse




Sa réaction se fit attendre. J'avais l'impression d'avoir énoncé la mort de Makoto depuis des heures, et pourtant, ça ne devait faire qu'une petite minute, tout au plus. Regardant timidement Kamatari, je ne pus prononcer un mot. Je ne voulais de toute manière pas en prononcer. Dans ces moments de terribles nouvelles, il valait parfois mieux laisser le temps s'occuper de panser les plaies que l'annonce suscitait. J'avais l'impression qu'aucun de mes mots n'allaient pouvoir le réconforter, et je ressentais une telle tristesse teintée de pitié pour cet homme que je n'allais pas être d'une très grande aide en parlant.  

Kamatari semblait lutter, lutter pour ne pas pleurer. Il avait les dents serrés, le regards baissé. Il devait probablement se battre intérieurement pour résister à l'envie de laisser éclater sa tristesse. Etait-ce à cause de moi qu'il s'acharnait à retenir ses larmes ? Etait-ce une honte de dévoiler sa faiblesse à autrui ? Peut-être était-ce qu'il pensait et je n'avais pas envie qu'il se retienne à cause de moi. C'est humain de pleurer. Combien de fois n'avais-je pas verser de larme dans ma propre vie, que ce fut celle ici-bas, ou encore avant. Non, Kamatari, ne garde pas tes larmes au fond de ton cœur, elle vont te meurtrir. Laisse les couler et emporter ton chagrin avec elle. Vide-toi de cette amertume qui te ronge en ce moment.

C'est ce que j'avais envie de lui dire. C'est les mots que je m'apprêtais non sans peine dûe à l'émotion, à lui dire, mais une fois de plus, je fus coupée dans mon élan, par un geste que je n'attendais pas le moins du monde. Kamatari me pris dans ses bras. Je me crispai un instant, surprise de ce geste. Ce dernier me coupa toute parole, et me continua à me faire muette. Seuls mes yeux exprimèrent mon étonnement en s'agrandissant. C'est alors que l'élu de Fuyu ne s'arrêta pas là. Il me glissa à l'oreille des mots qui me parurent insensés à la première écoute. Il... s'excusait ? Mais pourquoi ? En quoi était-il fautif dans cette histoire ? C'est moi qui lui avait apporté une nouvelle pour le moins choquante, le meurtrissant, et c'est lui qui demandait pardon.

Je ne savais plus trop quoi faire, mais mon cœur me disait de l'entourer lui aussi. De profiter de ce moment de tendresse auxquels je n'avais que le droit avec Mei jusqu'à maintenant. Mon bras libre vint l'enlacer aussi, et je me sentis soudainement mieux. Comme soulagée. Comme si cette étreinte me réconfortait de tous les maux. Il y a longtemps que je n'avais pas bénéficié d'un moment aussi tendre. Tout mon corps sembla ce réjouir de ce moment si privilégié, à tel point que à la place de l'étonnement et de la mélancolie, un petit sourire attendrit vint prendre place sur mes lèvres.

Tu n'as pas à t'excuser, car tu n'as rien à te reprocher. C'est moi qui t'ai fait attendre. Quoi de plus normal que de s'inquiéter du bien-être de nos amis après tout. J'ai été égoïste en voulant te le cacher plus longtemps. Je pensais à ton bien-être, mais quelque part, l'attente d'une nouvelle que l'on sait mauvaise, est pire que l'annonce elle-même. J'ai dû il est vrai me rappeler de cette scène, mais ce sacrifice est bien maigre comparé à ce qu'il t'apporte. La nouvelle d'un ami.... Pardonne-moi d'avoir autant hésité...  

Cette étreinte m'avait redonné confiance en moi, et me permettait enfin de parler à nouveau, et de consoler quelqu'un qui comptait beaucoup pour moi.



Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Pâle comme neige, blanche et pure.   Jeu 13 Oct - 18:47






Pâle comme neige, blanche et pure



Avec : Rumaki Oshigato
   
Musique

Cette étreinte étant à vrai dire tant de chose... Ce moment de vulnérabilité que j'essayais de cacher, d'être toujours et encore quelqu'un sur qui les autres peuvent s'appuyer, et non l'inverse, le fait d'être présent pour les autres, et non que ce soient eux qui le soient pour moi... Je ne pensais à vrai dire pas mériter d'avoir le soutien de tierces personnes... Mais je pouvais déjà aider, et c'était ce qui m'importait, peut être le plus.

Mais même avec toute l'assurance que je pouvais avoir, bien qu'avec la discussion j'étais à fleur de peau, je tressaillis lorsque de son bras libre elle me rendit cette étreinte de son bras libre. Toute l'assurance, tout mon calme se brisait en éclats de verres, me faisant m'en mordre l'intérieur de la lèvre avec tension, mais me calmant à son contact, avant de la relâcher quelques dizaines de secondes après, une fois qu'elle ait prit la parole, pour m'expliquer que... je n'avais rien à me reprocher... Et s'excusant d'avoir eu tant de mal à m'avouer la lourde vérité...

"Ce n'est rien, tu n'as pas à t'excuser de cela. Ne t'en veux pas."

Je fis quelques pas dans la neige, laissant lentement cet air froid et glacial emplir mes poumons, avant de soupirer lentement, et de trouver le regard de la jeune mère, qui devait sans doute fourmiller de question alors que j'étais plongé dans une profonde nostalgie et une certaine mélancolie.

"Makoto était... quelqu'un de très important pour moi. Comme j'ai put te le dire, il était l'homme que je suivais, pour qui mon bras et mon esprit était. Mais... Il est mort... Et c'est l'un des points que je ne comprends pas... Comment cela est-il possible... Qu'il puisse avoir été tué dans mon monde... Et ici ? Peut être que... La mort est le moyen que les dieux utilisent pour nous amener ici ?"

Je clignais plusieurs fois des yeux, m'engouffrant surement dans un terrain dont personne n'avait la réponse, si ce n'était ces êtres divins... Qui ne laisseraient pas leurs secrets tombés entre les mains des élus, par peur qu'ils trouvent un moyen de retour... Même si ça ne risquait pas d'être moi.

"Vis à vis de mon arrivée... Cela se tient, étrangement. Mes derniers souvenirs dans mon monde sont ceux d'un naufrage en pleine mer, dans un très vaste océan... Et il serait impossible pour un homme d'en réchapper... Est-ce que cela veut dire que les dieux jouent sur notre monde pour nous y amener, ou bien... Qu'ils ne peuvent le faire qu'à cet instant précis..."


Je soupirai une nouvelle fois, avant de demander à Rumaki son avis :

"Tous ce que font les dieux est bien mystérieux... Et... Et toi, quels sont tes derniers souvenirs de ton monde ?"


Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1707
Yens : 72
Date d'inscription : 29/12/2014

Progression
Niveau: 91
Nombre de topic terminé: 34
Exp:
0/6  (0/6)
avatar
Rumaki Oshigato マ Maman de Fuyu マ

-



MessageSujet: Re: Pâle comme neige, blanche et pure.   Sam 15 Oct - 15:27






Similitude




Ce moment de répit fut bien court. J'avais l'espace d'un instant fermer les yeux pour profiter de cette tendresse dont j'avais si peu droit en ces terres hostiles. J'avais beau n'avoir vu Kamatari qu'une seule fois, et encore, brièvement, mais déjà, je me sentais bien à ses côtés. Il faisait partie des personnes que je portais dans mon cœur. Lorsqu'il mit fin à cette étreinte pour m'énoncer une fois de plus qu'il ne m'en voulais pas, j'avais gardé ce sourire béat sur mon visage. Mais il s'en alla de lui-même quand je vis son visage. Celui affichait une notable tristesse. Mes yeux se baissèrent d'eux-mêmes. Non, je n'avais pas le droit de sourire alors que lui apprenait la mort d'un proche. Surtout que cette nouvelle, c'est moi qui lui avait annoncé. Je savais ce que c'était de perdre un proche, et je savais que dans ces moments-là, le soutien des proches était important. Je fus alors remplie de compassion pour lui.

Je n'osais plus trop le regarder jusqu'à ce qu'il me tourne le dos et fasse quelques pas dans la neige. Lentement, je changeai Haïko de bras, car celui qui le portait commençait à fatiguer. Il n'avait plus deux mois cet enfant, il faisait son poids. Puis, en silence, je regardais de dos l'élu de Fuyu, qui commença à se confier. Je trouvai cela touchant qu'il se confit tant à moi. Cela pouvait souligner le lien fort qui était en train de se créer entre nous. Une aide mutuel, un soutien, voilà ce qu'on pouvait s'offrir, et ce que j'avais réellement envie de lui donner, lui qui m'avait réconfortée et qui avait tant pris soin de moi il y a un an.

Je lui fis l'honneur d'alors prêter une oreille attentive, comme si par ce geste, je le remerciai silencieusement de sa confiance. Apparemment, Makoto était quelqu'un de cher à ses yeux, et il l'avait déjà perdu dans son monde. Quelle torture se devait être de traverser à nouveau cette épreuve, pour la même personne. Mais en y réfléchissant bien, il fut alors étrange que je l'aie croisé après sa mort. Avait-il raison en supposant que la mort était un moyen de ramener des élus ici-bas ? Est-ce que Kamatari avait vraiment succombé à l'accident dont il parlait ? Pourtant, quand je me souvins de ma propre arrivée, je n'étais pas morte...pas moi... mais... quelqu'un avait été tué par le clan Fukushi, quelqu'un de proche... avait-ce son importance ?

Pour te répondre, j'ai été aspirée ici-bas deux jours après la mort de mon frère... moi, j'étais dans ma chambre à faire son deuil, je n'étais pas menacée du tout... Est-ce que dès qu'une mort autour le personnage, les dieux en profitent ? Peut-être se nourrissent-ils de notre chagrin, ou de nos peurs... je ne sais pas...

Kyo... sa pensée me fit un petit nœud à l'estomac, mais je n'en fis rien paraître. Cela allait faire deux ans et demi que tu m'avais quitté, qu'à cause de moi, tu avais péri. Que pensais-tu de tout ça, là-haut dans le ciel ? Avais-tu la vérité ? Je soupirai... même s'il l'avait, il ne pouvait pas me la donner, et de plus, je ne pouvais pas étaler mes problèmes alors que Kamatari souffrait. Je m'approchai de lui lentement, je me mis en face de lui, et tenter d'un sourire timide.

Mais quoi qu'ils aient fait pour nous attirer ici, ils m'ont permis de te rencontrer, et ça c'est déjà beaucoup.

Un moyen comme un autre de faire baisser son chagrin. Restait à savoir si cela allait marcher. De toute manière, mes propos étaient sincères, et ça, je pensai que Kamatari l'avait compris.





Dernière édition par Rumaki Oshigato le Lun 24 Oct - 16:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Pâle comme neige, blanche et pure.   Lun 17 Oct - 18:47






Pâle comme neige, blanche et pure



Avec : Rumaki Oshigato
   
Même si la théorie que j'avais énoncée n'était qu'une hypothèse, j'y croyais avec fermeté, comme si elle était indiquée très clairement pour être la seule et unique vérité de ce monde, même si au final, jamais je n'aurais cette réponse, et que je trouverais très rapidement un contre exemple... Est-ce les dieux étaient soumis à des lois ? A des règles ? A défaut, j'aurais pensé que non, puisque des êtres surpuissants étaient arrivés en ces terres... Mais étrangement, il y avait d'autres points dont j'étais plus sceptique, notamment avec le sceau qu'ils imposaient... Si c'était uniquement pour s'assurer de la fidélité de leurs servants, ce n'était pas vraiment gagné, puisque de mon point de vue... Beaucoup trop se jouaient des histoires de guerre et de combat, pour essayer déjà de survivre... Et puis même, s'ils étaient tous puissants, ils pourraient sans peine contrôler les élus qu'ils invoquaient, et exploiter sans restriction leurs potentiels destructeurs !

Peut être que les trois divinités s'étaient accordés sur certains points, mais... Qu'il reste pendant aussi longtemps inviolé était presque légendaire, et pourtant c'était le cas... A ma connaissance, pas un seul élu n'était arrivé avec ses pleins potentiels... Et tous faisaient état d'une marque bien spécifique sur leurs corps... Une marque que l'on nommait sceau, une marque qui symbolisait la servitude... Une marque dont je ne m'étais toujours pas défait, malgré plus d'une année et demie en ces terres.

Puis la jeune mère pris la parole, coupant mes réflexions... Elle n'avait pas été sur le point de mourir, ce qui fit voler immédiatement ma théorie en éclat... Mais j'en apprenais plus sur elle : Son arrivée dans les terres de Kosaten, peu de temps après la mort de son frère... N'ayant à vrai dire presque plus aucun souvenir de ma famille, c'était difficile à vrai dire pour moi de comprendre la peine de la jeune mère... Mais je pouvais être sur d'une chose : Cela n'avait pas dût être facile...

Cette jeune mère n'avait vraiment pas de chance... Sur Kosaten, elle avait connue malheur sur malheur, entrecoupés de rares et brefs instants de répits... Elle n'avait que trop souffert, et... La moindre des choses que je pouvais faire serait de l'aider. L'aider à trouver un endroit où elle puisse enfin se poser, être à l'abri et se sentir chez elle, en sécurité, loin des conflits et de la mort...

Mais je devais aussi avouer que ses prochains termes eurent l'effet de me mettre un peu mal à l'aise, et un peu dans l'embarra, trouvant en ma personne un point j'entendais surement pour l'une des premières fois... Que son arrivée dans ce monde... Avait permis de faire ma rencontre... Me grattant un peu l'arrière de la tête, pris par surprise avec une déclaration de ce type, je répondis en souriant, et en essayant d'être humble :

"C'est gentil, mais... Il y a des personnes qui sont bien plus fantastiques que je puisse l'être. Après tout, contrairement à eux... Je n'ai que mon arme, et aucun pouvoir. Je suis juste un combattant, si ce n'est un vagabond, bien perdu qui essaye simplement de rendre les choses un peu mieux qu'elles ne peuvent l'être. Je n'ai rien d'exceptionnel."


Je laissais un soupir se faire, avant de lancer un regard vers le bambin que la jeune mère tenait dans ses bras... Et ce fut en lui adressant un sourire que je m'inquiétai un peu à son sujet :

"Il ne risque pas d'attraper froid ? Enfin... C'est que les conditions à Fuyu sont parfois rudes..."



Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

-



MessageSujet: Re: Pâle comme neige, blanche et pure.   

Revenir en haut Aller en bas
Pâle comme neige, blanche et pure.
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» L'amour c'est comme une boule de neige - Valaina
» Perséphone G. Gritch : «Sois comme la neige, belle mais froide.»
» Le bonheur est comme la neige : il est doux, il est pur et il fond.
» Soit comme la neige belle mais froide - Bella {EN COURS}
» L'effet boule de neige

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Manga Multiverse ::  :: Royaume de Fuyu :: Forêt de givre-


Crédits : Design : Phoenix & Pingouin Règlements & Contexte : Phoenix
Forum optimisé pour Google Chrome.