Partagez | .
Le sol que nous foulons
Invité Invité

-



MessageSujet: Le sol que nous foulons   Sam 20 Aoû - 18:45



Le sol que nous foulons
feat. Natsu Dragnir



Nishizumi Miho
A coté du Panzer.

Takebe Saori
Dans le Panzer

Isuzu Hana
Au sommet du canyon

Akiyama Yukari
Au sommet du canyon.

Reizei Mako
A coté du panzer



Reconnaissance

Cela faisait maintenant deux heures que les cinq lycéennes d'Ooarai avaient fait inconsciemment le plus grand voyage de leurs vies, un voyage à travers les mondes, le temps, l'histoire... Un allé simple vers une vie totalement différente... Mais aucune d'entre elle n'était encore consciente de la réalité à laquelle elles étaient confrontées, et elles étaient toutes bien loin d'imaginer ce qui allait suivre.
 
Dès lors qu'elles comprirent le peu qui était à leur portée tant la situation était invraisemblable, une légère panique et angoisse eu tôt fait de les envahir, chacune se demandant ce qu'elles allaient pouvoir faire pour ne serais-ce que comprendre la situation actuelle. Après tout, elles venaient de faire une grande chute qui les avait totalement secoués, et elles passées du froid et de la neige d'un côte de Sibérie à... Une sorte de vallée ou de canyons qu'elles n'avaient pût voir que dans des reportages ou bien dans des films. Mais cet endroit n'était que leur nouvelle réalité...
 
Rapidement, après avoir réfléchi quelques instants, Miho organisa directement comment il allait falloir gérer cette situation totalement inédite. C'était souvent sur ses épaules et sur sa volonté que reposai entièrement l'esprit du groupe, pour éviter que tout le monde ne cède à la panique la plus déraisonné.
 
Tout d'abord, il fallait tout d'abord s'occuper de la main un peu douloureuse de Yukari. Certes, aucun os n'était brisé, mais le sang la recouvrait totalement. Ce n'était pas une simple coupure sur une feuille de papier ou bien avec un couteau. Une bonne partie du dos de sa main était écorché, si bien que même pendant les premiers soins administrés un peu rapidement par Saori se constituant d'un bandage, aucune ne vit le sceau du serpent qui ornait le dos de sa main droite.
 
Puis, Mako, sous l'ordre direct de la Nishizumi, tenta de remettre le contact, mais sans succès... Juste un crachotement, très faible, de la part du blindé immobilisé. Il fallait s'y attendre qu'avec autant de choc continu, certaines pièces avaient dût se désaxer, et peut être même se briser. Si certaines pouvaient être trouvées dans une boîte afin d'assurer les réparations les plus élémentaires au coeur des batailles, il était facile de craindre que le Panzer IV soit immobilisé ici pour un très long moment... Toutefois, même si elles n'étaient que des lycéennes, le quintuor était expérimenté dans ce qu'il s'agissait de l'entretien du blindé, et pour cause : c'étaient elles qui s'en étaient toujours assurées. Il fallait juste maintenant que les pièces nécessaires soient présentes...
 
Sortant l'une après l'autres, elles furent obligées de constater qu'en effet, la situation était vraiment préoccupante : Le blindé avait chuté sur une bonne centaine de mètres en dévalant une pente rocheuse bien trop inclinée. Même s'il était résistant, il avait percuté de très nombreux rochers tout au long, pour finir contre un, au fond du canyon où il y régnait une chaleur inhabituelle. De plus, il semblait que leur compagnon d'aventure avait subis une très étrange modification : Il avait perdu une partie de son blindage et de son canon, le transformant d'un Ausf H à un Ausf D, ce qui surprit les 5 amies, et manqua de faire pleurer Yukari devant cette tragique et incompréhensible perte...
 
Mais Miho ne tarda pas à donner de nouvelles directives. Il fallait absolument obtenir un maximum de renseignement sur des points clés, à savoir l'état du tank et où elles se trouvaient actuellement. A cause de sa main blessée, Yukari ne pouvait être utile pour la majeure partie des réparations, et se dévoua donc directement pour partir en mission de reconnaissance, en désignant de l'index de sa main saine le haut du canyon. Hana approuva immédiatement, et décida de l'accompagner en partant dans les plus brefs délais afin de pouvoir partir dans les meilleures conditions. De plus, il fallait l'avouer, cet endroit angoissa un peu intérieurement la plus grande des cinq filles, à cause du manque flagrant de végétation, mais surtout de vie.
 
Saori fut chargée quand à elle d'essayer de localiser leurs positions à l'aide de son téléphone portable, mais aussi de ranger un peu l'intérieur du tank. S'il fallait partir, alors il était indispensable d'éviter que de nouveaux objets ne viennent les blesser. De plus, la radio avait l'air d'avoir subit elle aussi les irrégularités du terrain.
 
Pour finir, même si Mako manquait cruellement de sommeil et bailla presque toutes les dix secondes, les deux dernières commencèrent donc l'évaluation des dégâts du blindé, et essayant de comprendre ce qui empêchai le moteur Maybach de rugir.
 
C'était ainsi qu'elles s'étaient organisés, essayant de faire au mieux malgré les difficultés rencontrées jusqu'à maintenant.
 
*****
Musique
 
Ce fut donc après deux heures d'une pénible ascension que Yukari et Hana arrivèrent au sommet du canyon. Malgré les irrégularités du terrain, les nombreux trous et bosses qu'elles avaient rencontrés pendant cette traversée, ce fut dans une relative bonne humeur qu'elle s'était fait. C'était surement l'un des dons de Yukari, exprimé à travers l'une de ses chansons favorites : Yuki no Shingun.
 
Chantée à chacune de ses expéditions, comme l'avait put l'être la reconnaissance face à Pravda, la jeune lycéenne savait mettre du cœur à l'ouvrage même dans les situations difficiles, et cela faisait effet pour ses camarades. Hana, naturellement prévenante, se souciait tout de même de l'état de la main de son amie, mais s'était prise elle aussi à former le chœur de ce chant qui les faisant avancer au pas !
 
Mais aujourd'hui, il trahissait au fond de leurs voix une grande inquiétude vis à vis de ce qu'il venait de se produire pour elles et leurs amies. Mais une fois au sommet, la découvertes des traces des chenilles du blindés avait été une surprise de plus, puisque ces dernières étaient fermement incrustées dans le sol poussiéreux, tandis que le Panzer avait ensuite glissé en contrebas. Aucun autre indice sur pourquoi ni comment elles étaient ici, si ce n'était déjà la vue :
 
Époustouflante à vrai dire. Elle dominait totalement tout le canyons, et laissait bien comprendre aux jeunes filles qu'elles n'étaient plus du tout en Sibérie : Juste du sable, de la roche orangée, et de la poussière sur des kilomètres... Après qu'elle se soit mise sur la pointe de pied, fermer les yeux et renifler un grand coup, Hana afficha une mine désœuvrée, tout en disant :
 
 Aucune végétation... Aucune fleur ni saveur que je ne pourrais reconnaître... Désolée... J'aurai tellement voulu être d'une meilleure aide.

 
Elle s'en excusa un peu malgré elle. Après tout, juste par l'odeur d'une fleur, tant bien même elle puisse être à une centaine de mètre, l'Isuzu était capable de l'identifier, et donc par conséquent de pouvoir dire grâce à ses connaissances sur le sujet dans quelle partie du Japon, peut être même du globe, elles se trouvaient. Mais rapidement, Yukari s'approcha et lui tapota amicalement l'épaule.
 
Ce n'est rien, ce n'est pas comme si on était totalement perdue déjà ! Je suis sûre que Saori va nous localiser rapidement, et on rejoindra rapidement notre école. J'en suis certaine !

 
En tout cas, l'Akiyama était à vrai dire assez enthousiasmée, mais par une autre chose : L'arme qu'elle avait reçu des mains de Katyusha était toujours dans son dos, accroché à son sac, lui donnant pleinement l'impression d'être une militaire affirmée et vétérante. Mais pour jamais, au grand jamais, elle ne délaissera le blindé au profit de l'infanterie. Il s'agit de sa plus grande passion après tout...
 
Cela ne l'empêcha en tout cas pas de prendre son arme en main, avant de s'asseoir contre un rocher, et de se mettre en position comme si elle était véritable tireuse :
 
Elles sont vraiment réaliste ! Je me demande vraiment comment Katyusha a pût produire des répliques aussi précises ! Même le chargeur ! Il semble aussi lourd que s'il était plein de balles ! J'ai l'impression d'être dans l'Africa Korps !

 
Cet entrain pour les armes réussit en tout cas à faire rire un peu nerveusement Hana, qui dans un sourire lui répondit :
 
Selon l'histoire, c'était tout de même eux les méchants, quand bien même on se soit trouvée dans leurs camps.

 
Cette inoffensive remarque de la part de Hana réussit tout de même à faire froncer les sourcils de Yukari qui en tournant sa tête répondit :
 
Méchant ou gentil, cela m'importe peu ! Il n'y avait que des soldats, qui se battaient pour leurs nations ! Et c'est cet engagement que j'admire énormément, et ce à travers les héritages que nous avons reçu !

 
Se mettant en joue une nouvelle fois, Yukari visa un peu le vide, avant de simuler quelques détonations. Bang, Bang, c'était ce qu'elle répétait de nombreuses fois sans réellement faire attention, avant que par réflexe, elle ne se prête à appuyer sur la gâchette. Trois grosses détonations partirent de l'embout de l'arme, pendant par réflexe elle l'avait lâché à terre, et que les deux amies se regardèrent, surprise. La réplique n'en était pas une, c'était une vraie !
 
*****
 
Miho concluait son inspection en notant sur un petit carnet tout les défauts relevés sur le blindé. Si Mako avait été difficile à convaincre au début à cause de son état de fatigue, une fois plongée dans le moteur, elle avait été surprenaient efficace pour réajuster les différentes parties qu'elle avait rapidement considérée comme étant défectueuse ou abîmées.
 
Arrivant devant le char, ce fut à ce moment que Saori sorti la tête d'une des trappes du Panzer, pour prévenir de l'état actuel de l'intérieur, où elle n'avait pas chômée :
 
J'ai un gros soucis ! La radio ne capte absolument aucune fréquence, alors que l'antenne n'a rien du tout ! Et c'est comme les téléphones, aucun réseau de disponible. Je n'arrive pas du tout à savoir où l'on est !

 
Entendant cela, Miho nota quelques phrases sur son carnet, tout en relevant gentiment la tête :
 
Ce n'est rien, on demandera aux habitants s'ils peuvent nous renseigner. Je ne doute pas un instant qu'ils parlent anglais, et je sais que ça ne sera pas un problème pour toi de communiquer avec eux, qu'importe où nous nous trouvons. Mako, ton diagnostic sur le moteur ?

 
La plus petite des 5 amies s'extirpa à son tour de la trappe où elle était à moitié rentrée, avant de dire, toute recouverte de graisse :
 
Il va falloir changer plusieurs bougies et une courroie, mais ce devrait être fait en quelques heures, au maximum.

 
Miho afficha tout de même un sourire un peu forcé pour compenser cette nouvelle... Quelques heures, cela voulait dire qu'il allait falloir quelles partent de nuit où qu'elles couchent ici, dans le blindé immobilisé. Cette dernière option était peut être même la plus sûre.
 
Très bien. Je vais m'occuper de changer une partie des chenilles qui sont abîmées. Ça va aussi me prendre du temps. Continuons comme ça !

 
Mais ce fut plusieurs détonations venant du sommet du canyons qui firent tournée le regard de trois amies vers le sommet du canyon... Que ce passait-il là haut ?

Note :
 


Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1383
Yens : 121
Date d'inscription : 12/04/2016
Age : 18

Progression
Niveau: 118
Nombre de topic terminé: 51
Exp:
8/12  (8/12)
avatar
Natsu Dragnir 火 Tête brûlée de Seika 火

- En ligne



MessageSujet: Re: Le sol que nous foulons   Dim 21 Aoû - 21:04





Le sol que nous foulons


feat. Anglerfish Team

Ambiance

Après sa brève escale à Tokonatsu, Natsu était prêt à repartir en direction de Minshu. Sa pause en ville lui avait permis de se réapprovisionner en provisions, et son sac était de nouveau plein à craquer de denrées alimentaires. En outre, à cet endroit, il avait pu faire la connaissance de deux nouveaux élus seikajins qui lui étaient apparus fort sympathiques. Comme lors de son premier passage dans cette cité, le mage de feu garderait d’excellents souvenirs de la place. Aussi, une seconde fois, il avait pu se régaler de la gastronomie locale, même si cette fois, ce n’était plus en compagnie de son frère qu’il avait partagé ses repas.

Ieta…

Retrouver son ami pyromancien était l’une des principales raisons qui poussaient Natsu à diriger ses pas vers la nation du Serpent. Cela faisait un moment qu’ils ne s’étaient plus recroisés, et le garçon aux cheveux roses voulait s’assurer du bon état du gothique. En outre, entre temps, la guerre contre Fuyu avait été annoncée, et il était curieux de connaître la position de l’épéiste aux cheveux noirs à ce sujet. Peut-être désapprouverait-il l’engagement du chasseur de dragons dans la bataille ? Même si l’ardent jeune homme voulait absolument aider les autres et défaire Zayro Jinn, il lui arrivait ces derniers temps de douter du bien-fondé de son accord à ce conflit. Toutefois, en contrepartie, le garçon à l’écharpe réalisait que son opinion avait au final peu importé et que les belligérants se seraient affrontés de toute manière.

La guerre… Natsu avait déjà connu la guerre entre guildes lorsque Fairy Tail avait affronté Phantom Lord. Il n’en résultait que de la destruction, de la souffrance et des morts… Ceux qui avaient la chance d’en ressortir vivants étaient marqués à vie par une cicatrice profonde… Toutefois, à cette époque-là, cette pseudo guerre n’était en réalité qu’un basique affrontement contre une autre guilde qui les avait provoqués. Mais ici, le cadre était complètement différent : on parlait d’un conflit qui concernait trois nations entières, c’est-à-dire plusieurs millions d’habitants, qui n’avaient rien demandé… Tous étaient désormais menacés et susceptibles de mourir sous les coups de l’ennemi. C’est pour cela que la Salamandre voulait les défendre à tout prix.

D’autre part, la guerre aurait inévitablement de tragiques conséquences. Natsu repensa à ses connaissances fuyujins : il y avait Amaya, jeune fille à qui le pyrokinésiste avait expliqué les bases de Kosaten, et avec laquelle il avait noué un lien très amical. Affronter le royaume de Sul Hei signifiait affronter cette belle élue, et le fils de dragon se le refusait catégoriquement : jamais il ne pourrait se battre contre elle, jamais il ne le ferait ! Peu importe les résultats qui en découleraient.

En revanche, Natsu n’aurait aucun mal à combattre le dernier élu protégé de Long qu’il connaissait. De fait, c’était un homme cruel qui ne paraissait connaître aucune pitié, ni aucune émotion. Seule la force brute primait chez lui, il en avait d’ailleurs proposé un petit aperçu au Seikajin, qui avait failli en mourir. Mais ce dernier prendrait sa revanche : il vaincrait Zayro Jinn, quel qu’en soit le coût. Il le ferait non seulement pour lui, mais aussi pour préserver ceux qu’il aimait et qui avaient eux aussi subi les affronts de ce colosse : Aki, Emily…

Il releva la tête pour observer l’horizon. Au loin commençait à se dessiner le relief très caractéristique des grands canyons. Natsu les avait déjà traversés une fois, lorsqu’il était revenu à Chikai, après son long périple tout autour du continent. Il y avait ainsi rencontré une élue ne connaissant pas la nation à laquelle elle appartenait, une mage tout comme lui, répondant au nom de Marian Hawke. Cette région de la nation des flammes était particulièrement chaude et rocailleuse, et la tête brûlée de Seika appréciait beaucoup le simple fait de la traverser. Y repasser le mettait de bonne humeur.



Natsu pénétra avec un léger sourire dans les falaises rouges qui lui tiendraient compagnie pendant un petit moment. Le paysage n’avait guère changé depuis la dernière fois. Le garçon s’accorda un moment de répit et se cala contre une pierre brûlante, reprenant lentement son souffle. Ses forces s’égrenaient plus vite depuis que Fenghuang avait eu la mauvaise idée de l’arracher à Fiore, et même si la torche humaine retrouvait à petit rythme ses capacités, il était loin d’avoir rattrapé son véritable potentiel… Il devait donc se ménager, surtout s’il se faisait attaquer, afin de pouvoir se défendre efficacement.

Tout à coup, une détonation lui fit dresser l’oreille. Puis une deuxième survint alors. Et une troisième ! Natsu se demandait ce qui avait pu produire un tel son… Cela ne pouvait pas provenir d’une simple bête sauvage. De plus, le bruit était assez similaire à celui produit par les armes à feu de Lara. Peut-être était-elle dans le coin. D’autres auraient sans doute fui, mais le Dragnir n’était pas fait de ce bois, et il commença à gravir peu à peu une côte qui semblait le mener à l’origine de ce qu’il avait entendu. Arrivé au sommet, il découvrit qu’il n’était en effet pas le seul à se promener dans les canyons.

Il y avait ici deux jeunes filles, qui, bien qu’elles lui fassent face, paraissaient ne pas l’avoir remarqué. Natsu en profita pour les détailler du regard. L’une d’entre elles avait des cheveux assez courts, de couleur plutôt marron, et des yeux assortis sur la même teinte. L’autre avait à l’inverse de longs cheveux de couleur noir ou bleu foncé, et des yeux bruns. La première tenait dans ses mains une arme comme le mage avait pu en voir l’usage dans les mains de l’aventurière brune, ou encore comme celles qu’utilisait Bisca à Fairy Tail. Il décida de s’avancer pour les saluer et leur dit en souriant :


« Salut, vous aussi vous traversez les grand canyons à pied ? C’est sympa, pas vrai ? »




Je ne suis pas seul... Ils parlent à travers moi... Leurs voix... Leurs sentiments... Ce n'est pas ma seule puissance... Leur volonté... M'encourage, me supporte... Me donne la force de me relever ! Je sens la puissance de mes amis traverser mon corps !

Yami:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Le sol que nous foulons   Lun 22 Aoû - 19:22



Le sol que nous foulons
feat. Natsu Dragnir



Nishizumi Miho
A coté du Panzer.

Takebe Saori
Dans le Panzer

Isuzu Hana
Au sommet du canyon

Akiyama Yukari
Au sommet du canyon.

Reizei Mako
A coté du panzer



Passion dangereuse

Hana et Yukari étaient toutes deux stupéfaites. Pendant tout ce temps où elles s'étaient déguisées en des copies presque conforme de militaire pour une fête, combien de fois Yukari avait-elle put diriger sa Sturmgewehr 44 dans la direction de ses amies, de ses camarades, en faisant semblant de tirer avec en mimant de sa bouche les tirs à répétitions du fusil d'assaut, et en la déplaçant pour imiter le recul de la puissante arme automatique... Combien de fois avait-elle, avec l'innocence d'une enfant, mis en danger tout le monde ? Que se serait-il passé si elle avait réellement pressé la gâchette alors qu'elle se fascinait à reproduire quelques techniques des guerriers de notre siècle dont elle possédait un fragment de leur héritage ?

C'est après quelques instants et en s'approchant à pas de loup que la fautive des trois détonations précédentes remis lentement sa main quelque peu tremblotante sur l'arme, en prenant soin de ne pas mettre son doigt sur la gâchette pour ne pas risquer à nouveau les malheurs qu'elle aurait put causer par maladresse.

Elle tourna ensuite son regard en direction de Hana, pour essayer de trouver du réconfort dans ses yeux, ne serais-ce que quelques mots pour enlever cette culpabilité qui commençait à la ronger alors qu'aucun drame n'était à déplorer. Mais cela n'empêcha pas la tireuse du tank de s'approcher, et de poser la main sur l'épaule de son amie.

Fais attention avec cette arme. Range-la rapidement et tout se passera bien. Nous ferions mieux d'aller voir si les autres vont bien. Elles sont surement inquiètes à cause des détonations.


Yukari acquiesça d'un hochement de tête. Il était clair qu'actuellement, il fallait mieux éviter qu'un terrible accident ne se produise, d'autant que les seules personnes aux alentours sont ses meilleures (et seules) amies. Toutefois, la passionnée restait véritablement admirative envers ce qu'elle tenait entre ses dix doigts... Une arme allemande de la seconde guerre mondiale, fonctionnelle qui plus est ! Peut être était-elle une vraie, et non pas une réplique fonctionnelle...

Malgré ce qui venait de se produire, elle ne pouvait s'empêcher de fantasmer sur toute l'histoire qui pouvait être cachée derrière cet assemblage si dangereux d'acier et de bois... Avait-elle eu son lot de combat ? Avait elle utilisé au cours d'une des nombreuses batailles ayant opposés les alliés aux forces de l'axe ? Peut être même... Qu'une des balles tirées par cette arme avait atteint sa cible d'un coup mortel ?!

La jeune fille ne pouvait s'empêcher de sourire un peu bêtement tout en sentant entièrement son corps trembler sous l'effet de l'excitation que lui apportait l'objet au but meurtrier... Mais elle ne pouvait s'empêcher de penser aux autres armes qui avaient été distribuées à ses amies... Peut être... Qu'elles aussi étaient des vraies ? Qu'en plus d'un blindé de la plus grande guerre qu'ai connu le monde, elles allaient avoir de véritables armes ! Même le plus grand des collectionneurs ne pouvait rêver pareille découverte ! Yukari savait maintenant une chose, lorsqu'elle recroiserai la capitaine de l'équipe de Pravda, elle la suppliera de lui montrer son armurerie dont le fusil d'assaut était issu, et peut être pour essayer de pouvoir la garder en souvenir ! Bien entendu, elle n'en ferait aucun usage, mais le fait de entretenir une telle relique, une vraie...

Toutefois, cet instant d'engouement intense fut interrompu par une voix, provenant de derrières eux à quelques mètres, qui les surprirent énormément. Si les deux s'étaient tournées dans la direction de leur interlocuteur, Yukari avait, à cause de ses pensées dirigées vers l'arme entre ses mains, mis en jour le garçon en ayant le doigt sur la gâchette ! Toutefois, en a peine une seconde, Hana s'était placé entre les deux, en tendant son bras vers son amie, mais en disant d'une voix ferme !

Yukari !


La jeune fille mis quelques instant pour comprendre ce qu'il se passait, pour très rapidement se mordre la lèvre de honte enlevant immédiatement le chargeur de son arme et en le rangeant dans son sac, pour finalement accroché le fusil d'assaut sur son dos, en baissant la tête...

De... Désolée, je ne sais pas du tout ce qui m'a pris... J'étais perdue dans mes pensées...


Hana laissa un souffle de soulagement en voyant que son amie avait finalement repris raison sur elle même avant de dire d'une voix assez douce, mais encore dans la fermeté :

Tu aurais dû directement ranger cette arme lorsque les premiers coups de feu étaient partis. Il ne s'est peut être rien passé aujourd'hui, mais qui sait ce qu'il pourrait advenir...


Puis, pendant que honteusement la brune aux cheveux court rangeai totalement l'arme dans son sac pour éviter toute tentation avec cet objet qui la fascinait tout en s'asseyant sur une pierre non loin, la grande s'approcha de l'individu qui les avait surpris à l'instant. Et quel individu à vrai dire ! Sa tenue n'avait rien à voir avec un uniforme ou des habits de tous les jours, tandis que ses cheveux un peu marginaux avaient le don d'attirer facilement le regard... Mais ce n'était rien en comparaison du grand tatouage sur l'épaule du garçon, qui, à vrai dire, ne semblait pas être bien plus vieux que les lycéennes.

Veuillez accepter mes excuses vis à vis de ce que vous venez d'assister. Nous avons eu une journée assez mouvementée. Je me nomme Isuzu Hana, et mon amie assise ici là se nomme Akiyama Yukari. Enchantée de vous rencontrer.


Terminant ses mots par une petite révérence, elle fut accompagnée d'un signe de tête ainsi qu'un léger sourire en coin de la part de son amie, qui préférai pour le moment garder le silence à cause de ses actions passées. Toutefois, l'ainée du groupe savait bien que le tatoué avait posé des questions pour amorcer une discussion, même s'ils se trouvaient au milieu de nul part... Peut être pourrait-il les renseigner sur de nombreux points... Elle répondit donc en mettant la main à son menton, pensive :

Hum... Je ne saurais pas vraiment dire si cet endroit est véritablement sympathique à cause de l'aridité, mais il est impressionnant en tout cas.


L'Isuzu n'était pas vraiment la grande amie de la chaleur. Elle aimait bien le soleil certes, mais sans excès et souvent au bord de l'eau avec un grand chapeau de paille et un livre la plongeant au coeur d'une histoire romantique. Mais loin semblait être cette idée du soleil et des vacances. Il fallait qu'elle apprenne où elle et ses amies se trouvaient :

Je suis navrée de vous demander ça aussi rapidement, mais pouvez-vous nous dire où se trouve l'autoroute le plus proche pour rejoindre une ville ou un village ? Avec quelques amies, nous nous sommes quelques peu égarées, et nous aimerions éviter de nous attarder ici plus que de raison ou de nous perdre d'avantage.


Elle espérait vraiment beaucoup que le garçon puisse lui répondre vis à vis de la position des jeunes filles. Il fallait qu'il le puisse, sinon, qui d'autre le pourrait ?


Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1383
Yens : 121
Date d'inscription : 12/04/2016
Age : 18

Progression
Niveau: 118
Nombre de topic terminé: 51
Exp:
8/12  (8/12)
avatar
Natsu Dragnir 火 Tête brûlée de Seika 火

- En ligne



MessageSujet: Re: Le sol que nous foulons   Jeu 25 Aoû - 17:44





Le sol que nous foulons


feat. Anglerfish Team

Sitôt que Natsu s’était avancé pour saluer le duo de filles qui discutaient entre elles, celle qui tenait l’arme à feu l’avait pointé vers lui, et tout laissait à penser qu’elle était prête à tirer si le mage continuait à s’approcher. Même si ce dernier ne craignait pas les balles de ce genre –il avait en effet déjà survécu à un tir au révolver à bout portant dans sa bouche–, l’idée d’être pris pour cible ne l’enchantait guère… Mais alors qu’il s’apprêtait à se mettre en garde, tout en certifiant qu’il n’avait que des bonnes intentions, si toutefois intentions il avait, la deuxième jeune fille s’interposa entre le chasseur de dragons et son amie au fusil, demandant fermement à cette dernière de  se calmer.

Après un court moment où rien ne se passait, celle-ci abaissa son arme et s’excusa pour son attitude. Puis, la fille aux cheveux bleus sermonna sévèrement l’autre, et pendant cette scène plutôt hilarante pour Natsu, ce dernier avait l’impression d’avoir été oublié. De fait, les pré-adultes se faisaient face et ne parlaient qu’entre elle, alors que le garçon aux cheveux roses n’avait toujours pas reçu de réponse à sa première interrogation.

Finalement, celle qui avait l’air de commander le duo se présenta sous le nom d’Isuzu Hana, effectuant une petite courbette, alors que le nom de son amie était également révélé : Akiyama Yukari. Celle-ci, probablement encore gênée par son geste, ou peut-être choquée, préférait rester en retrait et salua rapidement Natsu d’un petit signe de tête. Le garçon à l’écharpe eut lui aussi un petit sourire, qui ne dévoilait qu’une partie de sa bonne humeur, et s’avança de quelques pas pour éviter de tenir une conversation sur plusieurs mètres.


« Ne t’en fais pas ! Je suis Natsu, Natsu Dragnir, également enchanté de vous rencontrer ! »

Pour finir, Isuzu Hana aborda la dernière partie de la demande de Natsu, celle concernant la visite des canyons, qui avait plus pour but d’aborder poliment les demoiselles que d’obtenir des informations sur leurs objectifs. Apparemment, elle avait l’air du même avis que le fils de dragon concernant l’impressionnant dénivelé qui les entourait, même si la chaleur et le côté désertique de l’endroit semblaient la déranger, comme beaucoup d’autres. Puis, soudainement, elle posa à son tour une question au pyromancien.

Natsu se montra tout ouï. Le duo semblait perdu et ne savait pas où il se trouvait. D’abord, la Salamandre aurait pensé à un groupe de natifs en voyage, ou peut-être en exil à cause de l’annonce de la guerre –car il était évident que Seika vaincrait, avec l’aide de Minshu, Fuyu–, mais lorsqu’il fut mentionné le terme « d’autoroute », il se fit la réflexion que toutes deux étaient peut-être comme lui, des élues arrachées à leur vrai monde. Après tout, il n’avait jamais entendu ce mot à Fiore comme à Kosaten… C’est pourquoi il décida de vérifier cela en leur indiquant leur position uniquement avec des données connues par quelqu’un vivant sur ce continent. Pour prouver ses dires, il sortit une carte de son sac et la présenta à la fille aux cheveux bleus, en illustrant ses explications par un tracé avec son doigt.


« Vous vous trouvez actuellement dans la zone des grands canyons, qui fait office de frontière entre Seika et les territoires neutres. »


Cependant, autre chose intrigua le Seikajin : dans ses propos, Izusu Hana faisait mention d’autres amies, un détail qui risquait d’infirmer sa supposition quant à la provenance d’un autre monde de ses interlocutrices. Il n’avait ainsi jamais entendu parlé de groupes élus, et même s’il avait eu l’occasion de recroiser Erza, également membre de Fairy Tail, celle-ci semblait être arrivée après lui… Poussé par la curiosité, le pyrokinésiste interrogea donc la fille à ce sujet :

« Quelques amies ? Tu veux dire qu’Akiyama Yukari et toi n’êtes pas les seules de votre groupe ?! »




Je ne suis pas seul... Ils parlent à travers moi... Leurs voix... Leurs sentiments... Ce n'est pas ma seule puissance... Leur volonté... M'encourage, me supporte... Me donne la force de me relever ! Je sens la puissance de mes amis traverser mon corps !

Yami:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Le sol que nous foulons   Ven 26 Aoû - 20:31



Le sol que nous foulons
feat. Natsu Dragnir



Nishizumi Miho
A coté du Panzer.

Takebe Saori
Dans le Panzer

Isuzu Hana
Au sommet du canyon

Akiyama Yukari
Au sommet du canyon.

Reizei Mako
A coté du panzer



Au bord du gouffre

Musique

Miho fixait avec la plus grande angoisse le sommet du canyon, là où Hana et Yukari s'étaient dirigées. Depuis les trois détonations précédentes, rien... Aucun signe d'elles, pas même un regard où une manière détournée de la brune aux cheveux court pour faire passer un message, de manière discrète ou non. La connaissant, elle aurait très certainement tenté d'utiliser sa montre ou bien sa gourde comme un petit miroir et d'utiliser les reflets du soleil pour éblouir la Nishizumi... Elle aurait surement même laissé un message en morse, afin de prévenir de ce qu'il advenait au sommet... Mais rien, aucun son ne transparaissait du sommet, si ce n'était le bruit du vent qui s'engouffrait dans le canyon.

Je devrais y aller... Elles sont peut-être en danger.


Miho se murmurait ça plusieurs fois, angoissée toutefois que quelque chose de grave ait put se produire... Si c'était le cas, jamais elle ne pourrait faire l'ascension avec suffisamment de vitesse pour
pouvoir les aider... Et cela ne faisait que l'angoisser d'avantage, de ne pas être en mesure d'aider ceux qui comptaient sur elle, d'autant que dans cette situation difficile... Tout reposait sur son commandement. Elles n'auraient jamais dût se séparer, jamais. Se mordant la lèvre inférieure, elle commençait à regarder le chemin le plus proche pour entamer l'escalade, si tenter qu'elle puisse la faire... Bien évidement, elle était on ne peut plus tendue, et elle sursauta lorsque Saori lui mis dans sa main un objet peu commun...

Je suis sûre qu'elles vont bien, elles ont probablement fait une découverte qui les retiens un peu. Utilise ça pour leur envoyer un signe, et si tu décide de monter, alors nous venons avec toi ! Personne ne volera le blindé, il ne peut pas démarrer de toute façon.


Miho regardai sa main, dans laquelle se trouvait maintenant depuis peu un pistolet de détresse... Pour donner un signal, c'était probablement le meilleur moyen, et elle espérait que cela suffise à donner un signe à ses deux amies qu'elles s'inquiétaient pour elles. Levant l'arme presque jusqu'au niveau du soleil, la Nishizumi ferma l'œil en visant tout de même le canyon, avant de faire feu, en espérant d'une réponse prochaine !

*****

A l'évocation du nom du jeune homme, les deux lycéennes ne furent pas réellement surprise de la consonance très peu japonaise de ce dernier. Après tout, elles avaient croisés des personnes à l'éducation d'un grand nombre de pays, qui au final étaient toutes des japonaises. C'était en grande partie à l'orientation que chaque académie prodiguait à ses étudiants, et pas que ! Tout l'équipage, tous les passagers étaient priés de se mêler aux coutumes et aux traditions locales. Comparer Pravda à Kuromorimine serait un blasphème, alors que les deux étaient de la flotte du pays du soleil levant !

Puis il s'approcha des deux filles, répondant directement à l'Isuzu une carte de l'endroit, en pointant du doigt une zone géographique. C'était extrêmement intriguant pour la jeune fleuriste, cet endroit lui était totalement inconnu. Elle avait beau être tout de même une bonne élève, pas extraordinaire tout de même, mais dans les normes, même un petit peu au dessus  grâce à son travail sérieux. Fronçant les sourcils devant cet endroit, elle fit un signe de la main à Yukari, qui s'approcha de plusieurs pas, avant de voir la carte, et de secouer la tête pour dire à son amie là chose qu'elle craignait... Cet endroit était totalement inconnu pour les lycéennes.

Je vois. Merci tout de même de votre aide, mais j'ai bien peur que cela ne nous aide pas réellement. Ce... Cet endroit nous est totalement inconnu, mais... Pouvez-vous nous dire à combien de kilomètres nous nous trouvons approximativement des côtes est de la Sibérie ? Ou bien du Japon ?


Même si l'hypothèse d'avoir déplacé comme rapidement était aux yeux des jeunes filles totalement invraisemblable, elle était la seule explication possible pour le moment... Le lieu changeait radicalement entre la neige auparavant et le sable de ces terres... Tout semblait concorder pour dire qu'elles étaient vraiment très loin de là où elles se trouvaient avant, mais... A quel point ? Sur quel continent avaient-elles été amenées ? Pourquoi, comment ? Un trop grand nombre de question déferlaient en elles, sans aucune réponse, ne laissant qu'une inquiétude grandissante.

Toutefois, les paroles du garçon aux cheveux roses vis à vis de la présence de leurs amies au fond du canyon semblaient remplies de surprise, comme s'ils ne s'attendaient pas à trouver d'autres jeunes filles dans le canyon.

Oui ! Trois de nos amies sont en bas, dans la vallée. Etant donné qu'on était toutes vraiment perdues, Hana et moi sommes parties voir ce qu'il en donnait, pendant qu'elles s'occupent de...


L'Akiyama n'eu pas le temps de finir sa phrase qu'un long sifflement se dégagea, avant de les dépasser en hauteur accompagné d'une lueur rougeâtre mai flamboyante, qui s'éleva encore dans le ciel sur des dizaines et des dizaines de mètres, avant de retomber un peu plus loin sur le plateau. Hana s'offrit quelques instant de réflexion, avant de tourner la tête vers son amie, et de dire d'un sourire un peu tendu :

Je crois que les détonations d'il y a quelques minutes les ont inquiétés. Il faudrait leur donner au moins un signe. Approchons-nous pour voir de quoi il en ressort.


La grande aux longs cheveux noirs s'approcha alors du rebords, accompagnée directement de son amie, qui elle même invitai Natsu à venir pour qu'elle puisse lui montrer, même de loin, où elles se trouvaient. Une fois au bord, il était très facile de voir les traces qu'avait laissées le blindé en dévalant toute la falaise, tant les rochers étaient marqués des lourdes chenilles du Panzer. Au fond, même s'il n'y avait que des silhouettes au loin, on pouvait voir les trois jeunes filles s'affairer autour du blindé, tout en regardant tout de même dans la direction. Après tout, elles avaient fait feu il y a quelques secondes.

Je m'occupe de leur faire signe !


Toujours pleine d'entrain, la jeune passionnée d'armée posa son lourd sac à terre, et commença à en sortir quelques objets, avant de tomber sur celui qu'elle cherchait ! C'était une sorte de sifflet, tout de métal, légèrement peu commun. Dès qu'elle le trouva, elle se prit d'un grand sourire, avant de souffler avec force dedans, et s'approchant du bord. Le bruit qui en sorti était similaire au sifflement caractéristique d'une bombe qui chutait jusqu'au sol, devenant de plus en aigu jusqu'à l'impact, qui bien entendu n'arrivait pas.

Yukari était toute fière que l'une de ses nombreuses reliques puisse être aussi utile, surtout dans une situation aussi complexe et stressante qu'avait été l'arrivée dans cet endroit et les quelques péripéties qui avait suivi leur arrivé sur le canyon.

Mais malheureusement... La jeune fille eu l'idée peut être trop risque de s'approcher encore d'avantage du bord, pour voir si ses amies avaient entendu le bruit caractéristique qu'elle avait fait... Mais le bord de la falaise, fragilisé par le passage précédent et violent du panzer IV ne résista pas plus longtemps aux pas de la lycéenne, pourtant assez légère, et un morceau plutôt conséquent se décrocha... Le morceau et se trouvait la jeune fille.

A peine avait-elle eu le temps de comprendre ce qu'il se passait qu'elle commençait à chuter, commençant à accélérer. Prise de court, Hana ne put qu'écarquiller les yeux, en se jetant en à terre pour tenter d'accrocher les doigts de son amie... Chose qu'elle réussi à faire, mais d'extrême justesse, en ne pouvant que tenir que du bout de ses doigts... Combien de temps allait-elle tenir ? Quelques secondes ? Une minute au maximum... Mais elle ne pouvait se résoudre à lâcher... La vie de Yukari était en jeu !


Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1383
Yens : 121
Date d'inscription : 12/04/2016
Age : 18

Progression
Niveau: 118
Nombre de topic terminé: 51
Exp:
8/12  (8/12)
avatar
Natsu Dragnir 火 Tête brûlée de Seika 火

- En ligne



MessageSujet: Re: Le sol que nous foulons   Mar 30 Aoû - 10:09





Le sol que nous foulons


feat. Anglerfish Team

Musique

Comme Natsu s’y attendait, la carte qu’il présenta n’indiqua pas grand-chose aux deux jeunes filles. Pourtant, même si elles n’avaient été que des pauvres natives, elles auraient tout de même dû entendre à un moment donné le nom des trois nations principales composant Kosaten. La pré-adulte aux cheveux bleus confirma cette réflexion lorsqu’elle avoua que la zone lui était totalement inconnue. Par ailleurs, réclamant de nouvelles informations, elle demanda la localisation de territoires dont le mage de feu n’avait jamais entendu parler… Un signe de plus qu’il était sur la bonne voie. Mais comment leur révéler la vérité, si toutefois ça l’était, alors que le duo semblait convaincu de se trouver encore dans son monde ?

« Le Japon ? La Sybérie ? Je n’en ai jamais entendu parler… C’est donc ainsi que s’appellent les continents dans votre monde ? »

Par cette simple remarque, le chasseur de dragons espérait ne serait-ce que titiller la curiosité du petit groupe. Mais aussi en apprendre plus sur Isuzu Hana et Akiyama Yukari, car c’était peut-être lui qui se trouvait dans le tort, peut-être ces noms étaient-ils des petits villages de cet endroit ?

Puis, l’autre fille révéla à Natsu que trois autres membres du sexe féminin, leurs amies, se trouvaient en contrebas. Elles s’étaient vraisemblablement séparées afin de répartir les tâches, mais avaient l’air de former un groupe uni. C’est alors qu’un sifflement aigu vint interrompre tout propos, suivi d’une trainée aux teintes rouges. Le projectile était légèrement entouré de flammes, et le garçon aux cheveux roses se mit en garde par réflexe, prêt à intervenir s’il le fallait. Après tout, les grands canyons offraient des cachettes exceptionnelles, notamment aux bandits du coin, et l’élu savait qu’ils n’étaient pas à l’abri d’une attaque.

Toutefois, les deux filles ne semblaient guère inquiétées… Au contraire, l’une d’entre elles sourit à cette vue, mentionnant le fait que les coups de feu, qui avaient attiré le garçon à l’écharpe, avaient probablement angoissé leurs amies restées en bas. Natsu se détendit alors : il apparaissait, même si la Salamandre ne comprenait pas tout, que le tir provenait de leurs partenaires. De fait, Isuzu Hana décida de s’approcher du bord pour faire signe à ces dernières. Et le pyromancien, faisant de même, put en effet constater la présence de trois formes humaines au loin, qui avaient l’air de s’activer autour d’une grosse machine, dont quelques reflets du soleil indiquaient la présence de métal.

Après quoi, Akiyama Yukari sortit de ses affaires une sorte de sifflet et souffla dedans, provoquant un bruit assez particulier, sans doute pour répondre au signal de leurs copines. Cependant, la jeune fille, de nature apparemment insouciante, continua de s’approcher du bord, et ce qui devait arriver arriva : elle glissa et se rattrapa de justesse à la main de son amie qui s’était précipitée à son secours. En dessous, une chute probablement mortelle. D’abord décontenancé par la scène, Natsu se précipita pour aider la fille aux cheveux bleus à remonter l’autre. A deux, ils y parvinrent sans réelle difficulté, d’autant plus que celle qui s’était mise en danger ne pesait pas lourd.


« Tu aurais pu faire attention quand même ! Kosaten ne te fera pas de cadeau, si tu te mets ainsi en danger. Est-ce qu’au moins tu n’es pas blessée ? »

Natsu leur accorda quelques instants de répit, avant de se jeter à l’eau :


« Dites-moi, est-ce que vous avez été récemment victimes d’une sorte de transport instantané d’un endroit à un autre, ou une téléportation ? Est-ce qu’un flash blanc vous ait apparu ? Si c’est le cas, je pense que nous devrions rejoindre vos amies, car il y a certaines choses que vous devez savoir ! »




Je ne suis pas seul... Ils parlent à travers moi... Leurs voix... Leurs sentiments... Ce n'est pas ma seule puissance... Leur volonté... M'encourage, me supporte... Me donne la force de me relever ! Je sens la puissance de mes amis traverser mon corps !

Yami:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Le sol que nous foulons   Mer 7 Sep - 21:07



Le sol que nous foulons
feat. Natsu Dragnir



Nishizumi Miho
A coté de Natsu

Takebe Saori
A coté de Natsu

Isuzu Hana
A coté de Natsu

Akiyama Yukari
A coté de Natsu

Reizei Mako
A coté de Natsu



Retrouvailles en trois scènes

L'aide du jeune homme ne fut pas de trop pour ramener Yukari sur un sol plus stable, à quelques mètres du bord. S'il n'avait pas apporté son aide, il aurait été probable que l'Isuzu aurait tout tenté pour sauver son amie de cette chute, quitte à prendre sa place d'un geste inconsidéré. Mais aucune de filles présentes là haut ne voulait repenser à ce qui venait de se produire, préférant dans un premier temps reprendre leur souffle d'une manière un peu difficile tant une situation aussi dangereuse leur était totalement inconnue... Yukari, qui n'était pourtant pas une novice en sport, c'est à dire dans les courses d'endurance, dans la natation et dans l'escalade, avait les nerfs à vifs, sentant encore son cœur battre la chamade pendant qu'elle essayait de le calmer en modérant sa respiration...

Mais Hana était plus pensive. Certes, la situation de crise dont elles venaient de se sortir embrumait encore considérablement son esprit, mais une partie restait tout de même fixée sur quelques termes que Natsu avait employés... "Votre monde"... Il n'y en avait qu'un dans l'esprit de la tireuse, c'était absurde de dire un tel terme... Sauf s'il considérait qu'un endroit aussi éloigné d'ici s'apparentait dans la tête du garçon à un autre monde. Et ça, c'était plus probable déjà.

Une fois relevée et non plus assise par terre, l'Akiyama commença tout d'abord à réutiliser son sifflet, pour indiquer au groupe de Miho que tout allait bien malgré tout, puis se pencha de manière brusque en avant, tout en disant quelques mots pour s'excuser :

Je suis sincèrement désolée ! Cela n'arrivera plus, je vous le promets !


Encore une fois, Yukari avait gaffée. Décidément, ce n'étais pas du tout sa journée, et, comme une enfant réprimandée à de trop nombreuses reprises, elle n'allait plus rien faire du tout, si ce n'était suivre les personnes qui elles ne faisaient rien de dangereux ou de grave... Autrement dit, elle attendait que sa "mère" ait fini de discuter avec le monsieur pour rentrer à la maison...

Mais ce fut une nouvelle fois les termes utilisés par le jeune homme qui mirent la puce à l'oreille de Hana. Après tout, il était en train de parler d'un flash blanc... Mais surtout d'une téléportation, et c'était ça ce que les deux lycéennes avaient suspectés en découvrant les traces du passage du blindés... Ou tout du moins l'absence !

Pour ce qu'il s'agit d'une téléportation, aussi improbable que cela puisse paraitre, je crois bien que ce soit quelque chose qui nous soit arrivées. Il y a encore quelques heures, même pas, nous étions en pleine tempête de neige, et nous voilà maintenant ici. Par ailleurs, il y a encore les traces de ce qui semble être notre soudaine et brutale arrivée, ici !


La fleuriste termina ses mots en s'avançant vers l'endroit où les chenilles du panzer IV avaient marqués la terre et la roche lors de sa fracassante arrivée qui avait précédée la chute... Néanmoins, consciente des risques pris tantôt par son amie, l'Isuzu ne s'approcha pas trop du bord de la falaise, émettant même une théorie sur le sujet :

Nous sommes arrivées ici, et avons chutez jusqu'en bas à bord de notre tank. C'est probablement ce qui a fragilisé la falaise, qui s'est affaissée lorsque Yukari s'est approchée. Quand à ce qui s'agit d'un flash blanc... Il y en a eu un, précédant de quelques secondes notre arrivée ici, mais il correspondait au flash d'un vieil appareil photographique. Bien qu'il nous ait éblouie assez longtemps, il me semblait assez naturel... Aurait-il un lien avec notre... Téléportation ?

 
Mais selon le jeune homme, la chose semblait être trop importante pour être expliquée à plusieurs reprises, et qu'il vallait mieux qu'elles puissent en discuter toutes ensemble.

Très bien, allons les voir. Nous mettrons sans doute moins de temps à descendre qu'à monter, puisque nous connaissons la route maintenant, mais cela va prendre du temps... Une trentaine de minute je pense. Partons sans attendre.


*****

Un sifflement caractéristique avait surpris les trois lycéennes se trouvant au fond du canyon. Une seule personne était en mesure de le reproduire à vrai dire, et uniquement de manière artificielle. Il n'en fallait pas plus pour que la chef de char pousse un long soupir de soulagement, en regardant avec un sourire en coin le haut de falaise, où elle pouvait apercevoir tout la haut la silhouette de son amie... Mais une interrogation subsistait à son esprit... Et cela concernait l'origine des coups de feu entendus précédemment... Il allait falloir qu'elle leur demande si tôt qu'elles seraient réunies. Elle se tourna vers Saori, pour lui poser la question quand à savoir ça, mais un craquement suivit de la chute de plusieurs rochers non loin d'elles avait immédiatement ravivé la flamme de l'inquiétude !

La rousse ne voyait absolument rien, et s'était tournée vers Miho et Mako pour les renseignements. C'était le défaut d'une vue imparfaite, et les lentilles de contact ne corrigeaient pas tous les problèmes... Mais même Miho n'y voyait pas grand chose, mais elle discernait tout de même ce qu'il se passait, et senti son souffle se couper à la vue de cette situation critique ! Mais la suite des événements l'apaisa un peu, avant qu'une nouvelle fois le son du sifflet ne la rassure... Si elle était blessée, elle aurait probablement utilisé un autre de ses sifflets, pour indiquer que la situation était différente... Mais même avec ce signal, la Nishizumi ne serait que pleinement rassurée à la vue de ses amies. Cela n'empêcha pas Saori d'être curieuse et inquiète !

Qu'est-ce qu'il s'est passé la haut ?


Miho se tourna lentement vers elle, regardant une nouvelle fois le haut de la falaise, d'où tombaient encore quelques petits cailloux qui arrivaient presque au niveau du blindé.

Je ne sais pas vraiment, mais... Hana ou Yukari a failli tomber de la falaise... Mais elles ont l'air d'aller bien.


Mako pris alors la parole, perdant son regard sur les chenilles endommagées du blindé, mais répondant avec une précision presque inquiétante.

C'était Yukari, et un garçon aux cheveux roses était avec Hana pour l'empêcher de tomber.


Saori écarquilla les yeux en entendant ça. Certes, elle savait que Mako avait une excelente vue, mais c'était toujours impresionnant... mais c'était surtout le fait que les filles aient trouvées un garçon en haut du canyon qui avait eu le plus grand effet chez la rousse... Qui regrettai maintenant de ne pas être montée au sommet. Qui sait, peut être que le prince charmant allait se trouver en haut d'une falaise ? Celui qui lui enlèvera son premier baiser...

Pendant que la Takebe se perdait dans ses idées, Miho laissa une mine inquiète se dessiner sur son visage, avant de regarder à nouveau le haut de la falaise, tout en disant à voix basse :

J'espère qu'elles reviendront bientôt...


*****

Une quarantaine de minute s'était écoulée depuis que Yukari avait frôlée la mort au sommet du canyon. Sur le chemin du retour, elle s'était montrée grandement silencieuse à vrai dire, préférant considérer que ses quelques maladresses étaient déjà bien suffisantes pour la journée, et que par conséquent elle se contentait de suivre le mouvement. Hana ne parlait pas beaucoup non plus, se concentrant uniquement sur les indications à donner pour suivre le chemin que les lycéennes avaient empruntées précédemment afin d'arriver jusqu'au sommet. Elle indiquait quand il fallait tourner, quand des pierres étaient au beau milieu du sentier, et ce jusqu'à ce que le groupe de trois arrive au fond.

Lorsque les deux groupes furent réunis, Saori ne put s'empêcher de prendre dans ses bras ses deux amies qui avaient vécues au sommet bien des aventures, et qui revenaient en plus avec un garçon ! Enfin, à vrai dire, le câlin fut collectif entre les 5 meilleures amies, avant que Miho ne s'en écarte, et se penche pour saluer poliment l'homme qui avait sauvée une de ses camarade.

Merci d'avoir sauvée notre amie ! Je me nomme Nishizumi Miho, et voici Takebe Yukari et Reizei Mako. Enchantée de vous rencontrer.


Une fois nommée, les deux autres avaient fait un signe pour bien qu'il puisse comprendre qui était qui. La chose ne devait pas être très simple pour lui de se retrouver avec autant de fille d'un coup... A vrai dire, beaucoup de garçons d'Oarai auraient été mis dans un grand embarras. Après tout, les 5 amies étaient tout de même de bien belles jeunes filles !

Rapidement, Hana et Yukari se retrouvaient surchargée de questions de la part des trois filles restées en bas, et elles auraient toutes réponses en temps et en heure... Mais pour le moment, Hana mit un peu d'ordre, et laissai place au discours que le garçon avait sans doute préparer vis à vis de cette téléportation et de ce flash blanc, qui était la clé de voûte qui expliquerait comment et pourquoi les  lycéennes se retrouvaient ici.


Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1383
Yens : 121
Date d'inscription : 12/04/2016
Age : 18

Progression
Niveau: 118
Nombre de topic terminé: 51
Exp:
8/12  (8/12)
avatar
Natsu Dragnir 火 Tête brûlée de Seika 火

- En ligne



MessageSujet: Re: Le sol que nous foulons   Mar 13 Sep - 17:38





Le sol que nous foulons


feat. Anglerfish Team

La fille qui avait échappé de peu à de terribles blessures, sinon la mort, une fois qu’elle fut remise intégralement sur pied, et bien entendu après qu’elle eut récupéré complètement, tant physiquement que mentalement, de cette éprouvante chute, usa une nouvelle fois de son étrange sifflet, sans doute pour communiquer avec le trio demeuré en contrebas. Néanmoins, Natsu n’en voyait pas franchement l’intérêt, puisqu’elle avait fait de même il y quelques instants auparavant… Juste après, Akiyama Yukari s’excusa platement, jurant tous ses grands dieux que le chose ne se reproduirait plus. Se voulant rassurant, le mage de feu lui sourit :

« Bah… Ce sont des choses qui arrivent… Fais quand même attention à toi ! »

Puis, l’amie de la brune confirma au garçon aux cheveux roses les détails de leur arrivée. Un brusque déplacement instantané d’un point A, bien connu des jeunes filles, à un point B, localisé en Kosaten, ici les grands canyons, et dont les demoiselles n’avaient jamais entendu parler. Cette description convainquit Natsu sur le statut de ses interlocutrices. En effet, peu importe l’élu rencontré, à chaque fois, ce genre de détails revenait… A tel point qu’à la fin, les plus anciens connaissaient par cœur, ou presque l’intégralité du processus. Par ailleurs, Isuzu Hana mentionna des traces de leur arrivée, en s’avançant vers le bord. Le chasseur de dragons nota au passage qu’elle ne s’avançait pas aussi loin que sa copine, signe d’une certaine sagesse.

Natsu s’approcha à son tour, et put effectivement constater des traces sinueuses et globalement rectilignes, dont l’origine demeurait mystérieuse. En tout cas, la chose semblait massive, ou bien lourde, puisque, par de nombreux endroits, la roche avait été broyée par son passage. Isuzu Hana ne tarda pas à mentionner la présence d’un tank. Cela n’évoquait rien au pyromancien… Toutefois, la fille aux cheveux sombres confirma également le flash blanc caractéristique de l’arrachement des élus à leur monde, bien que les circonstances de celui-ci semblent différentes de ce qu’avait pu connaître le garçon à l’écharpe. Mais, en réponse à la demande de ce dernier, la discussion fut reportée le temps de rejoindre le reste du groupe.

Le trajet, bien que d’environ une quarantaine de minutes seulement, un temps bien court par rapport aux traversées que faisaient habituellement Natsu, sembla à ce dernier fort long… De fait, Akiyama Yukari se muait dans un silence le plus total, et son amie se contentait d’indiquer la route à suivre pour rejoindre les demoiselles du bas. Et même malgré les quelques tentatives du pyrokinésiste pour lancer la conversation, celle-ci ne dura jamais… Heureusement, ils arrivèrent finalement à leur destination.

Les cinq filles réunies s’enlacèrent toutes pendant quelques secondes. Natsu comprit alors à quel point le lien qui les unissait était solide, peut-être plus qu’une simple amitié. Quelque chose dans le même style que ce qui unissait la Salamandre à son frère de flammes ? Peu de temps après, l’ardent jeune homme fut une nouvelle fois remercié, mais, toujours souriant, il fit signe de la tête que ce n’était pas la peine. Ensuite, le reste du groupe se présenta, en ayant la bonté d’illustrer ce discours par des gestes, afin que l’unique garçon puisse identifier qui était qui. Après quoi, les explications ayant été résumées par Isuzu Hana, le silence se fit, afin que lui puisse poursuivre ses indications. Natsu n’était pas très à l’aise, ainsi entouré, chose dont il n’avait pas vraiment l’habitude, mais il leur devait bien cela.


« Bon. Je ne vais pas tourner autour du pot pendant des heures, alors je vais aller droit au but. J’ignore d’où vous venez, et vous ne connaissez sans aucun doute pas mon monde d’origine. Sauf que là, nous ne trouvons ni dans l’un, ni dans l’autre, mais dans un troisième, sur un territoire appelé Kosaten, ce dont je vous parlais toute à l’heure. Ce flash blanc est en effet la cause de votre transfert ici : il vous paraissait peut-être normal, mais je puis vous assurer que ce n’était pas le cas. Le flash que vous avez vu vient de vous arracher à votre monde, à vos amis, à votre famille… »




Je ne suis pas seul... Ils parlent à travers moi... Leurs voix... Leurs sentiments... Ce n'est pas ma seule puissance... Leur volonté... M'encourage, me supporte... Me donne la force de me relever ! Je sens la puissance de mes amis traverser mon corps !

Yami:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Le sol que nous foulons   Mar 13 Sep - 21:07



Le sol que nous foulons
feat. Natsu Dragnir



Nishizumi Miho
A coté de Natsu

Takebe Saori
A coté de Natsu

Isuzu Hana
A coté de Natsu

Akiyama Yukari
A coté de Natsu

Reizei Mako
A coté de Natsu



Il n'y a pas d'autre monde

Il avait fallu de quelques mots, d'à peines un ensemble de phrase pour que le discours du garçon aux cheveux rose ne déstabilise complètement les lycéennes, qui affichaient un air grandement étonné sur leurs visages. Un long silence s'était installé, ne laissant que le son du vent s'engouffrant dans le canyon le troubler.

Et pour cause, il paraissait bien évidement totalement impossible que ce qu'avançait le jeune garçon puisse être vrai. Après tout, il s'agissait du fait que les jeunes filles aient littéralement changer de monde, et que le flash blanc qui correspondait à celui de l'appareil photographique pour la commémoration de leurs costumes et de cette journée qui s'annonçait pourtant comme prometteuse. Katyusha avait beau avoir un caractère difficile à supporter au premier abord, elle pouvait être très amicale, et elle avait un sens certains du spectacle ! Tous ceux qui avaient assistés au match qui opposait Oarai à Pravda en demi finale du tournoi se souvenaient de ces trois heures qu'avait donner la jeune capitaine d'éducation russe à ses adversaires, alors que les outsiders étaient touchée moralement, et piégée dans une église avec leurs six blindés... Trois heures d'une angoisse, de difficulté, sous le froid et la tension...

Non, c'était impossible. Il n'y avait aucun moyen que les lycéennes aient... Changées de monde. Après tout, il n'y avait pas d'autre monde ! Enfin, rien n'était sur, mais il n'existait aucun moyen de changer de monde, et ce n'était surement pas un appareil photographique qui risquait d'en être la cause. Très rapidement, Saori secoua la tête, affichant un sourire, bien que mitigé :

Non, vous avez dût recevoir un mauvais coup sur la tête. Il n'y a pas d'autre monde, et... Ce n'est certainement pas un appareil photographique, même ancien, qui aurait fait cela.


Il n'avait en tout cas pas fallut plus de temps pour que la Reizei ne rapplique, annonçant froidement et d'une logique quelques arguments :

Les rares théories qui indiqueraient un voyage dans l'espace et le temps pouvant justifier un changement de... Monde serait de dépasser la vitesse de la lumière, chose impossible, ou de passer à travers un trou de ver, ce qui l'est également.


Avançant d'un pas sur le coté, elle se permit de mettre la main au niveau de son menton, pendant qu'à vrai dire juste elle pouvait comprendre ses explications :

Et même si nous serions arrivée sur une autre planète, il aurait fallut aux bas mots voir même des années, voir même des millénaires pour que nous puissions trouver une exo planète vivable avec un climat similaire à la terre avec la technologie actuelle. Et pour nous rendre aussi loin en un instant... Cela est possible, mais uniquement en faisant appel à la relativité d'Einstein à un niveau presque infini tant la vitesse exigée doit être proche de celle de la lumière.


Son explication laissa un léger silence dans les rang des ses amies, avant qu'Hana ne reprenne de manière plus compréhensible :

Enfin... Comprenez que même si notre arrivée dans ce canyon est très suspecte, c'est impossible que nous ayons changée de monde. Enfin... Avez vous des preuves concrètes pour nous expliquer ce qui vous fait penser... Cela ?


L'Isuzu ne le savait pas encore, mais la marque sur le coup de Miho qu'aucune d'entre elle n'avait encore remarquée, verte et représentant le serpent, le fourbe et l'insaisissable dieu de Minshu, était bien une des preuves que les jeunes filles recherchaient... Seulement, il allait falloir que le garçon aux cheveux roses ne la voie... Ou bien qu'il distingue ce même symbole au niveau de l'intérieur d'une des cuisses de Mako, mais la chose était surement moins facile, bien qu'elle se soit légèrement bougée et placée de profil à un moment...


Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1383
Yens : 121
Date d'inscription : 12/04/2016
Age : 18

Progression
Niveau: 118
Nombre de topic terminé: 51
Exp:
8/12  (8/12)
avatar
Natsu Dragnir 火 Tête brûlée de Seika 火

- En ligne



MessageSujet: Re: Le sol que nous foulons   Sam 1 Oct - 18:13





Le sol que nous foulons


feat. Anglerfish Team

L’étonnement qui se lisait sur le visage des jeunes filles, le blanc qui suivit la déclaration de Natsu, tous ces indices étaient lourds de sens… Bien évidemment, ce que le mage de feu venait d’annoncer aux cinq demoiselles, ainsi que ce qu’il pouvait leur révéler par la suite, n’était pas une chose facile à admettre. S’entendre dire que l’on vient d’être transporté dans un monde dont l’existence nous était jusqu’ici inconnue est difficile à croire… A ce stade-ci, chaque nouvel élu avait une réaction différente : certains avalaient tout d’une seule traite, faisant aveuglément confiance à celui qui leur apprenait le sens de Kosaten ; d’autres réfutaient chacune des informations offertes par cette même personne. Le chasseur de dragons avait, quant à lui, failli détruire une taverne, de colère, en découvrant qu’il ne reverrait sans doute jamais ses compagnons de guilde…

Ce fut Saori, la rousse, qui prit la parole en première. Elle ne croyait pas Natsu et assurait qu’il était illogique et impossible, impensable même, qu’une telle chose se produise. Quant au flash blanc, elle doutait qu’il n’émane d’autre chose que de l’appareil photo dont il avait été fait mention un peu plus tôt. Malgré ces propos, elle souriait, comme par compassion, et ne semblait pas s’offusquer qu’on lui raconte de telles balivernes. En outre, elle fut rapidement rejointe dans ses idées par Mako qui, plus scientifiquement, tentait de prouver leur bon raisonnement à un pyromancien quelque peu perdu par toutes ces explications sur l’espace, le temps et la lumière.

Heureusement pour Natsu, Hana, ayant sans doute perçu son incompréhension, résuma brièvement leur point de vue. Concrètement, sans preuve tangible, il était impossible pour le groupe de croire de tels faits, qui dans leur monde étaient théoriquement impossibles. Pendant toute leur argumentation, le garçon à l’écharpe n’avait pas dit un mot, se contentant, pour une fois, d’écouter ce que ses interlocutrices avaient à lui dire. Mais devant leur unité et les connaissances que les jeunes filles déployaient, il devait bien se l’avouer, ce ne serait pas aisé de se sortir de ce tourbier…


« Malheureusement, il est vrai que cette histoire est complètement incroyable et j’ai moi-même mis du temps avant de m’y faire… Vous me demandez des preuves ? Je n’en ai pas. Je possède bien une carte présentant la géographie de Kosaten, je l’ai d’ailleurs déjà montrée à Hana et Yukari, quand nous nous trouvions dans les hauteurs, mais c’est à peu près tout… »


Natsu avait une nouvelle fois sorti le bout de papier que lui avait confié la petite Adakor, même s’il sentait que cela ne convaincrait pas plus les autres…

« Cet endroit ne vous est pas familier, n’est-ce-pas ? Il ne me l’était pas non plus quand je suis arrivé… Moi aussi, je n’appartiens pas à ce monde. Vous ne me croyez pas ? Là d’où vous venez, vous fabriquez des tanks, mais savez-vous faire ceci ? »


Pour illustrer son ultime tentative pour convaincre son public, Natsu avait levé son bras et venait de l’enflammer puissamment, tout en l’agitant avec un grand sourire, pour montrer au club des cinq qui maîtrisait parfaitement ses flammes. Après quoi, il les dissipa et, espérant leur avoir au moins prouvé sa bonne foi, reprit ses explications en rebondissant sur les affirmations des filles :


« Saori, j’admets que c’est surprenant pour toi d’imaginer que ce flash que tu as vu n’appartenait pas à cet appareil photo… Mais trouves-tu cela normal que sitôt cette lumière blanche dissipée, tu te retrouves à un autre endroit ? »


Après quoi, le Seikajin s’orienta vers Mako, en se frottant les cheveux, repensant au discours scientifique qu’elle avait tenu un peu plus tôt :

« Par rapport à ce que tu as dit, Mako, j’avoue que je n’ai pas tout compris, mais malheureusement, encore aujourd’hui, je me demande comment j’ai pu être arraché à mon monde de cette manière… Admets tout de même que le fait que vous vous retrouviez ici, toi, tes amies et votre véhicule, alors que vous étiez il y a peu en un autre endroit, dépasse tes théories scientifiques… On m’a appris qui était à l’origine de ce déplacement, mais encore une fois, vous n’allez pas me croire… »


Natsu prit quelques instants pour réfléchir. Il y avait forcément quelque chose qui pourrait lui permettre de convaincre définitivement les filles. C’est alors que son regard se posa sur le sceau qu’il portait sur son avant-bras, symbole de son appartenance à Seika. Si les représentantes de la gente féminine étaient effectivement des élues, alors elles devaient forcément porter un tatouage !


« Par exemple, si je vous disais que c’est un dieu qui est à l’origine de ce transfert ? Impensable, pas vrai ? Et pourtant, l’une d’entre vous n’aurait-elle pas une sorte de tatouage, qui n’était pas là auparavant ? Vous voyez mon bras droit, vous voyez ce phénix rouge ? Il signifie que je suis un élu de Seika ! Je suis persuadé que vous en portez également. »




Je ne suis pas seul... Ils parlent à travers moi... Leurs voix... Leurs sentiments... Ce n'est pas ma seule puissance... Leur volonté... M'encourage, me supporte... Me donne la force de me relever ! Je sens la puissance de mes amis traverser mon corps !

Yami:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Le sol que nous foulons   Dim 2 Oct - 14:16



Le sol que nous foulons
feat. Natsu Dragnir



Nishizumi Miho
A coté du Panzer.

Takebe Saori
Dans le Panzer

Isuzu Hana
Au sommet du canyon

Akiyama Yukari
Au sommet du canyon.

Reizei Mako
A coté du panzer



Ne pas perdre de vue l'objectif

A première vue, les différentes répliques des cinq amies incrédules devant une telle histoire semblaient avoir déconcerté le jeune homme, qui mit un peu de temps à répondre, étant donné la complexité des informations qu'il devait transmettre, a des personnes qui n'étaient pas réellement prête à recevoir une telle nouvelle, préférant surement se bercer de mensonge en pensant qu'il suffirait de rouler une heure vers le soleil pour trouver le premier autoroute, et ainsi retrouver la civilisation. Après tout, cet endroit pouvait très bien être l'Australie ou les USA. Il allait falloir se montrer plus persuasif que cela, mais surtout, donner l'argument irréfutable... Sauf qu'il n'en existait pas, et Natsu était bien démuni vis à vis de cela, n'ayant d'autre choix que de sortir une nouvelle fois la carte de Kosaten pour la montrer aux jeunes filles.

Si toutes jetèrent un coup d'oeil rapide à la carte pour se rendre compte qu'elles ne connaissaient pas du tout un tel endroit, ce fut Mako qui la garda finalement, restant de longues minutes à l'observer silencieusement, visualisant et comparant à toutes les îles du globes dont elle avait connaissance, mais en prenant aussi en compte les différentes plaques tectoniques afin d'étudier si le monde avait connu des bouleversement, et si ce n'était pas un saut dans le temps qu'elles avaient fait, mais rien de tout cela n'était comparable, du moins à l'échelle de quelques minutes. Il allait falloir mesurer ça avec la montée des eaux prévus et en milliard d'année, autrement dit, quelque chose qu'elle ne pouvait pas faire dans l'immédiat. Son intelligence avait des limites.

Pendant ce temps, le reste des jeunes filles se regardaient un peu silencieusement, avant que le garçon ne leur pose une question, et ne montre un art beaucoup plus spectaculaire ! Il vennait d'enflammer totalement son bras en une fraction de seconde, ce qui ne manqua pas de faire faire un mouvement de recul aux quatre amies, qui écarquillèrent les yeux avant de voir les flammes se dissiper d'un coup sec, et que le bras du garçon ne redevienne normal, sans aucune trace de blessure, sans aucune odeur, pas même celle de l'essence qui aurait put créer un tel artifice. C'était... Inexplicable.

Mais avant qu'elles ne puissent bombarder de question le pyromancien, il les interloqua tour à tour, commençant par Saori, vis à vis que le flash blanc n'avait été qu'un instant avant leurs arrivées en ces terres étranges. C'était un point qu'elle ne pouvait contester, à moins que ce flash ne coïncide avec un évanouissement très... Long. Mais Katyusha n'aurait jamais fait un tel stratagème pour gagner par forfait, ce n'était pas son genre. Elle préférait briser ses adversaires sur le champ de bataille plutôt que de les empêcher de combattre...

Et pour ce qu'il s'agissait des théories scientifiques de Mako, qui était toujours concentrée sur la carte, il les réfutait totalement, disant que ce qu'il se déroulait ici dépassait totalement ce cadre. C'était... Inconcevable, mais qui ou quoi pouvait être à l'origine d'un tel déplacement ? La réponse ne vint pas à tarder...

Un dieu. Non pas les hommes, non pas les extraterrestre ou tout autre chose, rien de moins qu'un dieu ! Bien entendu, cela était totalement fou, mais... Après la démonstration que venait de faire le garçon sans rien sentir alors que les flammes lui avaient juste un temps dévorer le bras quelques minutes auparavant, les jeunes filles n'étaient plus sûre de rien, bien au contraire. Mais de la à tout accepter...

Néanmoins, Saori se tourna vers Miho, et commença à lui observer le cou. Elle avait beau être myope, il lui semblait bien avoir vu quelque chose sur cette partie du corps de son amie, et ce fut avec stupeur qu'elle vit une marque, ressemblant dans le style à celle du garçon aux cheveux roses.

Vous voulez dire... Une marque comme celle-ci ?!


Toutes étaient choquée, particulièrement la Nishizumi, inconsciente d'avoir depuis longtemps un tel tatouage sur elle, mais... Cela allait le sens de ce qu'il racontait, bien que ne soit pour le moment qu'un grand tissu d'affabulation sans fondement, qui... Pouvait en trouver ici. Mais avant toute explication, l'Isuzu pris la parole, en s'avançant d'un pas :

Et admettons que ce soit vrai. Admettons que nous sommes dans un autre monde... Comment pouvons nous rentrer chez nous au plus vite ?


Hana était sévère avec ses paroles, mais... Elle devait l'être, car c'était ça le plus important, rentrer chez elle, retrouver au plus vite leurs proches et leurs amies !


Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1383
Yens : 121
Date d'inscription : 12/04/2016
Age : 18

Progression
Niveau: 118
Nombre de topic terminé: 51
Exp:
8/12  (8/12)
avatar
Natsu Dragnir 火 Tête brûlée de Seika 火

- En ligne



MessageSujet: Re: Le sol que nous foulons   Ven 7 Oct - 20:28





Le sol que nous foulons


feat. Anglerfish Team

Cette fois-ci, les propos de Natsu semblèrent beaucoup plus convaincants aux yeux des jeunes filles, peut-être du fait de l’apport de preuves par le mage de feu. Tout d’abord, l’usage de ses pouvoirs avait vraiment l’air de les surprendre, ce qui confirma au chasseur de dragons que la magie n’était pas partie intégrante du monde d’où elles venaient, ou tout du moins pas sous cette forme, et devait sans doute aussi entrer en contradiction avec leurs esprits beaucoup plus scientifiques que le sien, notamment celui de Mako. En outre, la carte paraissait avoir fait son petit aussi effet elle-aussi, contrairement à toute à l’heure.

Toutefois, ce qui fit le plus réagir la ribambelle de demoiselles, ce fut la mention de Natsu du sceau, ce fameux tatouage rouge, vert ou bleu représentant le dieu de la nation à laquelle appartenait l’élu et brimant ses capacités, tout en assurant une certaine loyauté à cette même nation. Quoiqu’il en soit, il apparut que Saori avait repéré une telle marque sur le cou de l’une de ses amies, plus précisément celui de Miho. Le garçon aux cheveux roses s’en approcha et put aisément reconnaître le serpent caractéristique du dieu Manshe, protecteur de la République de Minshu. Au moins, ces jeunes filles ne seraient pas ses ennemies dans la guerre totale qui s’annonçait contre les forces fuyujins. Le pyromancien se repositionna là où il était initialement, avant d’expliquer ce qu’il savait à ce sujet :


« En effet, ce sceau indique que votre amie, et vous toutes sans doute, avez été arrachées à votre monde par le dieu serpent Manshe. Ce qui signifie aussi votre appartenance à la nation de Minshu, située au Nord-Est de la carte que je vous ai montrée à l’instant. »


Cependant, Hana, guère peu impressionnée par les explications, prit rapidement les devants et demanda à Natsu quelle était la méthode pour regagner leurs terres d’origines. En entendant ces mots, prononcés de manière si banale, le sang du Seikajin ne fit qu’un bond. Cela faisait déjà plus d’un an qu’il parcourait les territoires de ce continent avec cet objectif et la réalité était très dure… Une flamme traversa ses yeux bruns, tandis qu’il montait en ton sans même s’en rendre compte :


« Si je le savais, je ne serai plus ici ! Kosaten est une prison, une prison de laquelle il est très difficile, sinon impossible de s’échapper ! Alors il va falloir s’ôter rapidement cette idée de la tête, sinon vous ne survivrez pas bien longtemps ! »


Mais tout à coup, Natsu réalisa qu’il s’était inconsciemment mis en colère contre cette jeune fille qui ne faisait que formuler une question normale… Il s’apaisa aussitôt et détourna le regard, légèrement gêné et intimidé par son manque de contrôle de soi face à cette quinte féminine.

« Excuse-moi, je ne voulais pas crier… C’est que… Cela fait déjà un moment que je cherche comment regagner mon monde, retrouver mes amis, mais rien n’y fait… Et puis, les élus que je croise ne cessent de me répéter que je fais que poursuivre un rêve impossible… »

Natsu reporta son attention sur le groupe, à qui il devait quelques explications, si celles-ci le souhaitaient bien sûr.

« Je sais que cette histoire de dieux, de nouveau monde, d’élu est difficile à avaler, pourtant je vous jure que c’est la stricte vérité… Si vous êtes prêtes à me croire, alors je peux vous apprendre ce que je sais, même si c’est en fait bien peu… »




Je ne suis pas seul... Ils parlent à travers moi... Leurs voix... Leurs sentiments... Ce n'est pas ma seule puissance... Leur volonté... M'encourage, me supporte... Me donne la force de me relever ! Je sens la puissance de mes amis traverser mon corps !

Yami:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Le sol que nous foulons   Sam 8 Oct - 16:18



Le sol que nous foulons
feat. Natsu Dragnir



Nishizumi Miho
A coté de Mako

Takebe Saori
A coté de Mako

Isuzu Hana
Face à Natsu

Akiyama Yukari
A coté de Mako

Reizei Mako
Inconsciente



Le choc

La seule réponse qu'eurent les jeunes filles en potentiel état de choc ne fut pas vraiment en leur faveur. Certes, elles avaient trouvées une marque type que ce qu'annonçait le jeune homme en face d'elles, une marque qui n'existait pas avant, leurs arrivées dans ce canyon, mais surtout... Cela confirmait ses dires, cela confirmait qu'elles étaient bien loin de la chaleur de leur foyer, bien loin de leur école... Et bien loin de leur monde... Mais fort heureusement, l'Isuzu ne s'était pas démoralisée, et avait directement posée la question qu'il fallait, afin de avoir comment elles pouvaient revenir chez elles. Avec un peu de chance, cela n'allait être qu'une question de jours, au plus de quelques semaines, et elles n'auraient rien à apprendre de plus sur ce dieu et ce pays qu'elles devaient servir, mais la réponse ne fut pas... Celle qu'elles espéraient.

L'énervement et la réponse du manieur de feu ne fut pas pour apaiser les consciences, bien au contraire. A l'entente de ces mots, toutes se figèrent, écarquillant grands leurs pupilles... Il... Il n'y avait pas de sortie ? Non, impossible ! Il devait y en avoir une ! Comment pouvaient-elles être arrivées ici sinon ? Il y avait une porte, un moyen ! Même s'il allait falloir faire affaire avec les divinités elles mêmes ! Mais toutes ces réflexions étaient bien loin de l'esprit des jeunes filles, qui par le ton et la violence des termes du garçon, n'étaient pas en mesure de le contredire...

Survivre... Impossible...Prison...

Puis, après les pensées pour elles, d'êtres bloquées pour l'éternité dans un monde qui n'était pas le leur, ce fut envers leurs familles, leurs amies, leurs proches qu'elles les tournèrent. Ne... Ne plus jamais les revoir, les laisser seules, non ! C'était impossible pour elles ! Elles ne pouvaient pas les laisser avec une telle inquiétude ! Mais brusquement, la pression sanguine de Mako diminua, si bien que la jeune fille commença à vaciller, avant d'être attirée sur le sol, alors que les jeunes filles n'écoutaient plus les paroles du garçon, trop choquée pour entendre ses excuses ou ses explications...

Mako !


Saori avait eu le bon réflexe, et c'était par miracle que la jeune fille avait rattrapée son amis inconsciente, en amortissant sa chute, puis en regardant paniquée ses amies, qui ne savait pas quoi faire devant une succession aussi subite de révélation et d'événement. Pour Mako, l'idée de ne plus revoir sa grand-mère, la seule famille qui lui restait, suffisait à la faire plonger dans l'inconscience...  Mais rapidement, sous le regard implorant et très inquiet de la rousse, elles l'assistèrent, Yukari partant immédiatement chercher la trousse de premier soin à l'intérieur du tank, pendant que Miho et Hana se tenaient au coté de Yukari, qui s'était assise sur les genoux, servant d'oreiller à l'inconsciente...

Puis, l'Isuzu se tourna vers le garçon, en partie responsable de ce qui venait de se produire, et lui afficha toujours un regard sévère, comme elle avait put le faire juste avant. Si c'était une blague, alors elle n'avait que trop durée ! Mais au fond d'elle, elle se doutait bien que tout cela faisait trop de coïncidence... C'était malheureusement la vérité...

Si vous avez d'autres nouvelles de ce genre à nous apprendre, faites-le. Il vaut mieux que nous l'apprenions maintenant qu'à un moment encore plus préjudiciable.


Un ton sec, qui ne lui ressemblait pas. D'habitude calme, parfois sévère, l'Isuzu était véritablement énervée, contre ce monde, contre tout, et Natsu était malheureusement le seul représentant à portée... Toutefois, l'arrivée de Yukari avec de quoi stabiliser Mako la calma un peu, remettant le centre d'attention là où il devait être : sur l'état de la pilote.

Après quelques vérifications rapides faites par les jeunes filles, le constat fut formel : Rien de grave, si ce n'était qu'elle allait avoir besoin de repos. Restait à savoir ce que le garçon aux cheveux rose allait pouvoir dire de plus.


Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1383
Yens : 121
Date d'inscription : 12/04/2016
Age : 18

Progression
Niveau: 118
Nombre de topic terminé: 51
Exp:
8/12  (8/12)
avatar
Natsu Dragnir 火 Tête brûlée de Seika 火

- En ligne



MessageSujet: Re: Le sol que nous foulons   Dim 9 Oct - 12:10





Le sol que nous foulons


feat. Anglerfish Team

Alors que Natsu s’exprimait avec violence pour être sûr de convaincre ce groupe de jeunes filles encore naïves quant à leur sort, la plus scientifique de toutes, Mako, s’effondra tout à coup à terre et ne fut rattrapée qu’in extremis par la rousse, mue par un réflexe inouï. Bien entendu, les demoiselles se précipitèrent au chevet de l’inconsciente, afin de prendre des nouvelles, de s’assurer que son état n’était pas trop grave. Le mage préféra ne pas bouger, se sachant responsable de la nouvelle condition de la fille, mais en même temps conscient de n’avoir affirmé que la vérité. Libre à elles de l’accepter ou non, le chasseur de dragons n’avait pas l’intention de se battre pour qu’elles le croient. Quoiqu’il en soit, le groupe, très autonome, s’occupa rapidement de la fille, trousse de secours à l’appui.

Seule Isuzu Hana était demeurée debout, faisant face à Natsu, un air furieux sur le visage. Et pour cause, le pyromancien venait de toutes les choquer, jusqu’à provoquer l’évanouissement de l’une des amies de la fille aux cheveux sombres. Ses propos étaient sans doute très durs, mais le Seikajin ne pouvait lui en tenir rigueur : lui-même avait pire dans la même situation… Toutefois, malgré le fait qu’il comprenne ce que traversait les jeunes filles, qu’il devine que l’idée de ne jamais plus revoir leur terre natale, leurs amis, leur famille puisse être extrêmement douloureuse, le garçon aux cheveux roses ne se laissa pas démonter pour autant. Il soutint le regard son interlocutrice pour bien le lui faire comprendre, tout en conservant un ton calme :


« Je n’ai fait que dire la stricte vérité. Je suis désolé pour votre amie, mais ce n’est ni une blague, ni un mensonge. Quant à ce que je peux aussi vous apprendre, ce sera uniquement sur les nations. Rien d’aussi choquant que ce que je viens de vous dire. »


Natsu n’était pas du genre à se laisser marcher sur les pieds. Il était donc hors de question pour lui qu’il discute plus en détails sur Kosaten, et explique ce qu’il savait, si c’était pour continuer à se faire rabâcher, ou bien qu’à force de sous-entendus, on lui fasse comprendre qu’il n’était pas cru ou apprécié pour ce qu’il racontait. Ces filles étaient jeunes, certes, mais elles avaient au moins l’âge du fils de dragon. Ce dernier les jugeait donc apte à comprendre ce qu’il se tramait en ce monde. Si toutefois ce n’était pas le cas, malgré tout ce qu’il faisait pour, alors il n’insisterait pas, considérant qu’il avait fait sa part du contrat. Bien entendu, avant cela, le jeune homme leur indiquerait un village proche pour se ressourcer.

« Maintenant, il va falloir que tu, que vous vous montriez fortes, car la réalité n’est pas facile à vivre. La plupart des élus apprennent avec difficulté qu’ils risquent de ne jamais plus revoir leur monde ou leurs proches… Je faisais partie de ceux-ci… Toutefois, difficile ne veut pas dire qu’il ne faut pas chercher à le faire. Voyez, malgré mes paroles dures qui avaient pour but de vous faire comprendre ce qu’il fallait comprendre, je suis moi-même à la recherche d’une échappatoire à ce continent… Je pense qu’en vous serrant les coudes, vous devriez tenir le choc, en aidant votre amie par exemple, et vous pourriez vous aussi rechercher une telle issue… Quant à ce que je peux vous apprendre d’autre, Isuzu Hana, c’est à toi de décider si tu souhaites m’écouter davantage ou non ! »


D’une certaine manière, Natsu était jaloux de la cohésion qui émanait de ce groupe. La Salamandre, depuis son départ de la guilde, n’avait jamais retrouvé l’ambiance magique d’une équipe soudée, malgré les excellents amis qu’elle avait pu rencontrer… Peut-être ce quintuor s’en sortirait mieux que lui pour ces raisons ? En tout cas, l’impétueux garçon s’accroupit près de Mako, après s’être approché, pour s’enquérir de son état.





Je ne suis pas seul... Ils parlent à travers moi... Leurs voix... Leurs sentiments... Ce n'est pas ma seule puissance... Leur volonté... M'encourage, me supporte... Me donne la force de me relever ! Je sens la puissance de mes amis traverser mon corps !

Yami:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Le sol que nous foulons   Mar 11 Oct - 15:38



Le sol que nous foulons
feat. Natsu Dragnir



Nishizumi Miho
Face à Natsu

Takebe Saori
A coté de Mako

Isuzu Hana
A l'écart

Akiyama Yukari
A coté de Mako

Reizei Mako
Inconsciente



Entraîne la tristesse

Les ongles de l'Isuzu s'enfonçaient avec force et rage dans sa peau pendant qu'elle serrait le poing en se confrontant à ce garçon. Lui qui avait été aimable et sympathique au sommet du canyon, se montrait aussi cruel et rude que l'hiver une fois dans la vallée, et ce malgré les flammes dont il avait fait la démonstration juste avant.

La stricte vérité, aussi froide qu'elle pouvait être. Ses mots, même s'ils étaient plus calmes, ne semblaient transcrire aucune émotion, aucune empathie ou compassion pour les jeunes filles, alors que l'une d'entre elle était tombée dans le coma. C'était en tout cas la sensation, peut être non objective, qu'Hana avait de lui actuellement... Et ses prochaines paroles n'allaient pas forcément dans le bon sens.

Selon lui, il allait falloir qu'elles soient fortes, qu'elles se montrent résilientes et endurantes ! Qu'elles n'abandonnent pas et qu'elles persévèrent, pendant tout une année s'il le faut, et même plus ! Cela faisait après tout déjà une révolution entière qu'il était à la recherche de la sortie de ce monde, et qu'il restait bredouille... Et il partageait cette mauvaise expérience avec les jeunes filles qui étaient encore sous le choc d'une telle nouvelle... Et l'Isuzu, toujours énervée, ne put s'empêcher de lui faire remarquer, mais avec dans sa voix une grande peine, celle du désespoir, celle d'apprendre que de revoir ses amies et sa famille serait très long, ou même impossible :

Vous êtes dur, Natsu Dragnir. Vous partagez notre situation, celle d'être éloignée de vos amis, des personnes qui vous sont chères, et plutôt que de compatir une seule seconde, vous... Vous montrez beaucoup trop direct ! Il y a de...Des....Des manières de...


Ses mots devenaient de plus en plus perdus, alors qu'elle commençait à avoir quelques larmes qui coulaient, ne pouvant réellement croire qu'elle ne rêverait plus jamais son lycée, toute ses camarades, et sa mère... Même si les relations avec elle n'avait pas été simple depuis qu'Hana avait choisi la voie du tank, elle l'aimait... Ne pouvant continuer son argumentation, elle s'écarta de plusieurs pas, essayant de calmer ses nerfs à vif...

Pour les autres aussi la nouvelle était dure à encaissée. Mako en avait déjà fait pleinement les frais, ayant pensé directement à sa grand mère qui représentait tout à ses yeux, tandis que les trois autres se morfondait, imaginant malheureusement comment tous s'inquiéteraient ce leur mystérieuse disparition. Elles ne pouvaient sourire, elles ne pouvaient être heureuses en cet instant, se mettant tour à tour à pleurer, si bien qu'il ne restait après quelques minutes que la Nishizumi, qui restait silencieuse, avant de prendre la parole envers le pyromancien.

Vous n'avez pas le bon rôle dans cette histoire... Mais vous n'y êtes pour rien. Je suis désolée que les choses soient ainsi, désolée pour la gêne que nous sommes, mais... Je vous remercie de... De nous avoir au moins appris cela... Mais... Est-ce que vous avez d'autres choses à nous dire ? Des idées pour commencer à chercher comment rentrer chez nous ? Il faudrait peut être que... Nous essayons de communiquer avec l'un de ces dieux... Quelqu'un a déjà essayé j'imagine...


Se relevant après coup, elle lui tapota doucement, l'épaule, avant de lui demander de la suivre, pour qu'ils puissent se mettre un peu à l'écart des autres qui étaient encore en plein choc. La Nishizumi l'était, elle aussi, ne voulant pas perdre les personnes à qui elle tenait mais... Elle avait déjà dût recommencer une fois tout ce qu'elle avait faite dans sa vie, après une de ses plus difficiles décisions. Donc en plus d'avoir des épaules un peu plus solide, elle était d'autant plus déterminée à retourner chez elle !

Je m'excuse de vous avoir entraîné ici mais... Il vaut mieux que je leur explique, à tête un peu plus reposée. Donc... Si j'ai bien compris ce que vous nous expliquer, mes amies et moi sommes donc des... élues de la nation de l'est, d'un monde totalement différent du nôtre, c'est ça ? Bien... Est-ce que nous devons savoir des choses sur les nations ou sur ce que les élus sont et doivent faire ?

Note :
 


Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1383
Yens : 121
Date d'inscription : 12/04/2016
Age : 18

Progression
Niveau: 118
Nombre de topic terminé: 51
Exp:
8/12  (8/12)
avatar
Natsu Dragnir 火 Tête brûlée de Seika 火

- En ligne



MessageSujet: Re: Le sol que nous foulons   Dim 16 Oct - 11:27





Le sol que nous foulons


feat. Anglerfish Team

Pour les larmes

Une nouvelle fois, celle qui se démarquait du reste du groupe par son caractère violent réagit avec rage face aux propos de Natsu. Comme on avait souvent reproché à ce dernier, elle critiquait son manque de tact évident et son absence de compassion. A une époque, le mage de feu aurait admis cela, admis que Kosaten l’avait changé en ce qu’il n’avait jamais voulu devenir… Mais aujourd’hui, avec les combats qui faisaient rage, avec ses amis à protéger, avec des élus cruels et sans pitié qui ne laisseraient aucune chance à ces demoiselles en détresse, le chasseur de dragon se devait d’être fort et franc avec elles. Même si cela revenait à se faire détester par la suite…


« Tu ne comprends pas, Hana ! Je viens d’un monde où la seule famille qu’il me restait était ma guilde, mes amis. Les perdre ainsi du jour au lendemain m’a déchiré et, sans l’aide de certaines personnes, je ne serais sans doute plus aujourd’hui en train de vous parler. Ce que je cherche à faire, c’est vous préserver de ce danger, en vous avertissant dès maintenant ! Et si vous devez toutes me haïr pour cela, eh bien faites-le ! »

Natsu n’était pas réputé pour ses talents d’éloquence ou bien de réflexion, et cela se voyait dans chacune de ses paroles. Mais au moins, le pyromancien disait ce qu’il pensait, tout en ne comprenant que trop bien la peine ressenti par ses interlocutrices. Au final, tout ce qu’il avait réussi à faire, c’était d’humidifier les joues de son auditoire…

En fait, une seule des cinq jeunes filles semblait demeurer stoïque : il s’agissait de la demoiselle aux cheveux clairs qui s’était présentée sous le nom de Miho. Elle n’avait pas beaucoup parlé jusqu’ici, mais était vraisemblablement la plus forte psychologiquement parlant. Celle-ci annonça à Natsu qu’elle comprenait qu’il n’avait pas une tâche aisée et qu’elle se doutait que ce n’était pas son but premier que de toutes les déprimer. Par ailleurs, elle formula une question, sans doute rhétorique au vu du ton, à propos des dieux. Du coup, le garçon à l’écharpe conserva le silence.


Les dieux… Si seulement tu savais…


Mais, après quelques instants, elle demanda à Natsu de la suivre, afin de discuter des détails un peu plus loin. Même si le manipulateur de flammes n’était pas une lumière, il comprit où elle voulait en venir et acquiesça à sa volonté. L’autre s’excusa et l’interrogea à nouveau sur ce qu’il y avait encore à savoir sur les nations.


« Ne t’excuse pas, c’est normal que je vous dise ce que je sais, avec les risques que cela implique. Et aussi, tu peux me tutoyer… Enfin comme tu le souhaites… Bref ! Vous cinq êtes effectivement affiliées à la nation de Minshu, la République plus précisément, dirigée par le Président Jeong Tekina. Son dieu protecteur est le serpent Manshe. Comme tu t’en doutes, nombreux sont ceux à avoir essayé de communiquer avec lui, mais rien n’y fait. Les dieux sont l’autorité de Kosaten et ce sceau nous empêche de les trahir. Toutefois, j’ai entendu dire de certains qu’à force d’entraînement et d’exploration, son influence s’amoindrissait. »

Natsu marqua une pause afin de s’assurer que la jeune fille assimilait tout, car elle s’était auto-attribuer la lourde responsabilité d’avertir ses amies.  Il fallait donc qu’elle comprenne bien les choses.

« Il vous faudra prendre garde à la nation de Fuyu, celle qui est au Nord-Ouest, car celle-ci est entrée en guerre contre l’alliance entre les deux autres nations, dont la vôtre. Cependant, comme partout, le cas général n’est pas d’actualité : tous les élus de Fuyu ne sont pas belliqueux, certains sont mêmes très sympathiques. »


Le jeune homme ne put s’empêcher de repenser à la jeune Amaya, perdue dans ce conflit…


« Quant au rôle que vous devez jouer, il n’y en a pas. La seule chose que vous ne pouvez faire, c’est renier votre nation ou votre dieu. Sinon, rien ne vous est interdit… »





Je ne suis pas seul... Ils parlent à travers moi... Leurs voix... Leurs sentiments... Ce n'est pas ma seule puissance... Leur volonté... M'encourage, me supporte... Me donne la force de me relever ! Je sens la puissance de mes amis traverser mon corps !

Yami:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Le sol que nous foulons   Mer 19 Oct - 18:55



Le sol que nous foulons
feat. Natsu Dragnir



Nishizumi Miho
Face à Natsu

Takebe Saori
A coté de Mako

Isuzu Hana
A l'écart

Akiyama Yukari
A coté de Mako

Reizei Mako
Inconsciente



Au revoir

Ce fut non sans une certaine tristesse et mélancolie que la Nishizumi écouta les dires du jeune garçon qui avait pris la lourde responsabilité de ne rien cacher aux étudiantes, et de leur avouer d'une manière assez brutale le sort qui leur était réservé. Celui d'être enfermées dans un autre monde, d'être séparé de leurs proches... Peut être même pour l'éternité... Mais la chef de char avait mit de coté ses émotions, ses peurs et ses craintes pour les autres. Il fallait qu'elle en apprenne plus sur cet endroit, pour qu'elles puissent trouver un moyen ou des pistes pour rentrer chez elles, là où elles devaient être, et non dans un autre monde qui... N'avait rien de bien accueillant.

Trahison, autorité, danger, guerre... Ce monde n'avait rien d'enviable, rien d'appréciable... Elles étaient plongées dans une tyrannie et un conflit qui les dépassaient grandement, au point de renforcer la détermination de Miho, celle qui la mènera jusqu'en dehors des terres de Kosaten, jusque chez elle, jusqu'à son foyer, jusqu'à toutes ses amies... Et elle n'abandonnerait pas, pas tant qu'elle vivrait, pas tant qu'il y aurait une piste, un espoir... Pas tant qu'elle n'aurait pas fouillé Kosaten de fond en comble ! Elle n'abandonnerait jamais, et cela, tous pouvaient le noter, élus ou dieux !

Et dans cette histoire, elle n'était selon l'échiquier qu'un pion, manipulé par la nation de Minshu et par son dieu serpent, Manshe. Un pion peut être, mais qui allait se surpasser, se démener pour trouver la sortie de ce champ de bataille... Mais la guerre... N'était pas une chose qu'elle souhaitait faire, bien au contraire... Donc... Elles allaient devoir rester dans les factions qui étaient imposés comme étant alliés, à savoir Minshu et donc... Seika. Il fallait donc mieux qu'elles évitent la nation nommée Fuyu, et la majorité de ses représentants, même si... Certains d'entre eux n'étaient pas belliqueux... Mais comment pourraient-elles les reconnaître sans risquer gros ? Et surtout... Comment pourraient-elles reconnaître un élu de Fuyu d'un autre ? Surement en fonction du pays où elles se trouvaient...

Mais étant donné qu'elles ne comptaient pas s'y rendre, la question était vite vue... Et si les combats s'approchaient, elles ferraient comme toutes civils qu'elles étaient, à savoir fuir. Ce n'était pas parce qu'elles pilotaient une ancienne arme qu'elles comptaient l'utiliser à des fins néfastes ! Après tout, chez elle, c'était un sport, et non pas la guerre... Et elles n'en ferraient que cet usage !

Pour le moment, la jeune fille se contenta d'acquiescer d'un signe de tête, en affichant tout de même un regard bas, en assimilant les informations de ce qui serait son quotidien pour des journées, des semaines ou plus encore... Mais elle se releva ensuite, avant de s'incliner devant le pyromancien, à la fois par politesse, mais aussi par remerciement pour tout ce qu'il avait put lui apprendre, pendant qu'elle disait, à voix haute :

Merci beaucoup de nous avoir aiguillé en ce monde Je sais que... Malheureusement, vous n'aurez pas tout les remerciements que vous méritez, mais... Acceptez déjà les miens. Je suis désolée que les choses se soient passées ainsi...


Se redressant, elle fit un sourire au garçon, avant de commencer à faire quelques pas en arrière, les premiers d'un au-revoir, qui devait être fait. Les autres filles n'étant malheureusement pas vraiment apte à communiquer avec le jeune homme qui... Symbolisait des temps difficiles à venir malgré lui... Pour le moment, il valait mieux qu'il laisse les jeunes filles entre elles, et ce fut donc, à la fois un peu triste mais consciente que c'était la chose à faire que la jeune fille prononça d'autres mots :

Merci encore, mais... Je crois qu'il vaudrait mieux que vous nous laissiez seules. Merci encore pour votre aide, et... Bonne route !


Ce fut sur ces mots que la jeune fille lui tourna finalement le dos, pour se diriger vers ses amies, et entreprenant une longue, très longue explication sur ce monde, et sur où elles devaient aller...



Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1383
Yens : 121
Date d'inscription : 12/04/2016
Age : 18

Progression
Niveau: 118
Nombre de topic terminé: 51
Exp:
8/12  (8/12)
avatar
Natsu Dragnir 火 Tête brûlée de Seika 火

- En ligne



MessageSujet: Re: Le sol que nous foulons   Ven 21 Oct - 23:46





Le sol que nous foulons


feat. Anglerfish Team

Miho hochait de la tête à chacune des informations apportées par Natsu : elle lui signifiait ainsi qu’elle comprenait ce qu’il disait, et le mémorisait, afin d’expliquer ces faits à ses amies. Elle-aussi s’était attribuée une rude tâche : répéter les paroles du mage aux autres filles ne serait sans doute pas chose aisée… Toutefois, la demoiselle connaissait ses partenaires et saurait bien évidemment trouver des mots meilleurs que ceux choisis par le chasseur de dragon, auquel on reprochait d’ailleurs souvent son manque de tact. En même, ce dernier préférait se montrer plus direct, plus incisif, pour éviter de contourner la réalité.

Finalement, celle qui semblait diriger le groupe s’inclina, remerciant Natsu pour lui avoir dit ce qu’il savait. En outre, elle s’excusa de ne pas lui offrir la reconnaissance qu’il, selon elle, méritait… Toutefois, l’interrompant dans cela, le garçon aux cheveux roses lui indiqua d’un geste de la tête que ce n’était pas la peine. En réalité, il ne faisait que rembourser la dette contractée auprès de Kachou lorsque lui-même avait débarqué à Kosaten.


« Ne t’excuse pas ! Je comprends ce que vous ressentez car je l’ai moi-même traversé… C’est juste qu’avec le temps et les rencontres, certaines choses changent… Vous serez sans doute amenées à changer votre façon de penser, d’agir en fonction de votre entourage… Peut-être me haïrez-vous dans un futur proche, m’associant à cette catastrophe ? »


Après quoi, la jeune fille commença à reculer, prête à s’en retourner à la rencontre de ses amies laissées un peu plus loin. Le temps de la séparation était venu. Natsu avait pu dire ce qu’il devait dire, peu importe les conséquences, et il était désormais assuré que le quintuor pourrait se débrouiller à l’avenir. Bien sûr, il faudrait à ce groupe découvrir avec brutalité le quotidien de certaines places sur ce continent… Mais Kosaten avait aussi ses joies, ses amitiés, ses amours. Le Seikajin sourit tristement en retour à Miho.

« Prends-soin de toi, et veille sur tes amies ! »

Puis, la Salamandre repartit dans la direction qu’il s’était initialement fixée. Natsu avait décidé de rejoindre Kansei, la capitale minshujin, avec l’espoir d’y retrouver Ieta. Mais avant cela, il lui faudrait traverser la zone des Grands lacs. En clair, il lui restait encore un bon bout de chemin à parcourir. Tout en cela en conservant en tête son objectif de fuir Kosaten.





Je ne suis pas seul... Ils parlent à travers moi... Leurs voix... Leurs sentiments... Ce n'est pas ma seule puissance... Leur volonté... M'encourage, me supporte... Me donne la force de me relever ! Je sens la puissance de mes amis traverser mon corps !

Yami:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

-



MessageSujet: Re: Le sol que nous foulons   

Revenir en haut Aller en bas
Le sol que nous foulons
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» ce que nous faisons : les sauts en image
» Et si nous fermions la frontière avec la RD ?
» Il nous a quittés.
» OH AFRIQUE TU NOUS RESERVES TOUJOURS DES SURPRISES..........
» Ils font chier ces N... . Débarassons-nous en !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Manga Multiverse ::  :: Empire de Seika :: Grands canyons-


Crédits : Design : Phoenix & Pingouin Règlements & Contexte : Phoenix
Forum optimisé pour Google Chrome.