Partagez | .
Auberge du Croc Argenté
Invité Invité

-



MessageSujet: Auberge du Croc Argenté   Sam 15 Nov - 18:07

Après plusieurs heures de marches, Serizawa arriva près du village indiqué par le vieil homme. D'après ses dires, il se nommait Fuki et était connu pour sa gentillesse et l'accueil que réservait les habitants auprès des étrangers.
De prime abord, le Lycan pensa que c'était peu commun, surtout en se rappelant l'ambiance dans lequel il avait vécu jusqu'à lors, et surtout que ce type de mentalité ne pouvait pas survivre dans un monde en guerre.


" Les faibles sont les premières victimes de la guerre... Si cet adage est vrai, ce village pourrait bien être le premier à tomber... "

Entièrement blanc vu d'ici, le jeune homme ne ralentissait pas sa cadence. Il avait marché une bonne partie de la nuit si bien que le soleil se levait déjà. Le village devait probablement sombrer dans le sommeil encore mais cela n'était pas bien important.
Il s'était débarrassé de sa carcasse de lapin, l'ayant mangé pendant la nuit, et était quand même présentable. Son cuir, bien que poussiéreux et sale par endroit ne faisait pas trop vagabond même si ce mot a toujours été celui qui collait le mieux au personnage. Celui-là et peut être "Solitaire" pouvait faire l'affaire.

Serizawa freina l'allure alors qu'il apercevait l'extrémité du village. Il y avait une porte... Pas une porte comme il l'entendait mais bel et bien une entrée pour arriver dans le village. Une enceinte close permettait sans doute de protéger les habitants et des gardes étaient postés devant, une mine sombre mais tout de blanc vêtu.
Il était clair à présent qu'il n'était pas dans son époque... Il n'avait pas vu ce genre d'architecture depuis les quelques films médiévaux qu'il avait eut le luxe de regarder tard sur la télévision. Il n'arriva toutefois pas à dater, avec son système de datation terrestre, l'ère technologique de cette civilisation. Il soupira une énième fois avant de se diriger vers l'entrée.


- Vous êtes bien matinal !
- Autant que peut l'être un homme ayant marché toute la nuit. Je cherche un endroit pour me reposer et...
- Comprendre ce qui vous arrive ? *sourire* Ne vous inquiétez pas on s'occupera bien de vous. Il y a une auberge au bout de la rue, allez y ils vous offriront le gîte puisque vous venez d'arriver
- Huh... Merci... Je suppose...

Serizawa était quelque peu abasourdi par cette hospitalité quasiment folle, pour ne pas dire complètement absurde. Mais il comprit quelque chose très vite. Les élus n'étaient plus si "rare" désormais. Ce garde n'était même pas étonné de le voir. Ce phénomène est donc toujours d'actualité et d'autres comme lui, ou pire que lui, étaient peut être déjà sur cette planète.
Sa tête tournait et il avait mal au crâne... C'était beaucoup à assimiler d'un coup pour un être humain qui se considérait maintenant comme normal par rapport aux autres.
Toutefois il se décida à entrer et à suivre les dire du garde pour se retrouver dans cette auberge au nom éloquent.


" L'Auberge du Croc Argenté... "

Le Lycan poussa la porte de l'auberge, étrangement ouverte à cette heure matinale et se dirigea au comptoir. Un homme dans la force de l'âge vint à sa rencontre. La mine maussade, ses yeux s'écarquillèrent et un sourire passa rapidement sur son visage.

- Oh un élu! Je vous en prie, entrez, asseyez vous je vous apporte de quoi vous réchauffer.

- Merci mais ce ne sera pas nécessaire... C'est quoi ce bordel ?
- Pardon ?
- Pouvez m'expliquer clairement ce qu'il se passe ici ? Où suis-je concrètement ? Et pas de longue tirade sur la République et les bien fait de votre divinité dont j'ai oublié le nom. Je veux une carte de ce pays, une carte de ce monde et savoir où je me trouve.
- Huh... Et bien... Vous avez perdu votre maison, mais pas le Nord ! Ahahah je vous ramène ça, mais mettez vous à l'aise je vous en prie, retirez donc votre veste poussiéreuse, ma femme va vous la laver. Je vous ramène une tunique, vous y serez plus confortable !

L'homme quitta les lieux, laissant Serizawa dans la pièce. Il recula de quelques pas, tira une chaise et s'y écroula. Il laissa choir sa tête sur le rebord du meuble et soupira.

- Il me faut vraiment une cigarette...
Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Auberge du Croc Argenté   Sam 15 Nov - 20:51



* Ce RP se passe après la rencontre avec le dirigeant de Minshu*

Après la rencontre avec le seigneur de Minshu, le vieillard avait pris le chemin du nord pour aller à Fuyu. En faite, il voulait aller au temple de l’air… là semblerait-il qu’il trouvait LA réponse qui lui permettrait de vivre et survivre dans ce monde. Le vieillard s’était équipé pour ce long périple dans les terres glaciales. Une cape de fourrure qui l’entourait pour le maintenir au chaud et quelques vivres qu’il transportait dans son sac au cas où qu’il se trouverait dans une impasse et qu’il devrait passé la nuit dans la nature. Il s’était aussi équiper d’une canne de bois solide qui lui permettrait de traverser les chemins abruptes.

Il avait déjà parcouru plusieurs kilomètres dans la forêt, puis dans les plaines verdoyantes jusqu’à ce que le climat ne descente drastiquement. Entourer de sa cape de fourrure et muni de son bâton, Mizoku marchait dans les étendus d’herbe glacé. Le vent du nord venait balayer le visage rougie par le froid du vieux qui devait prendre quelques pauses (plus que dans sa jeunesse) pour reprendre sa respiration. Le vert disparu pour laisser place au blanc laissé par la neige. Quelques flocons étaient soulevés par le vent froid pour venir s’accrocher à la barbe grise du vieillard qui commençait à geler lentement.


« Mes os sont gelés… »

Il sentait ses articulations craquer à chacun de ses pas. Cela le dégoûtait. De la morve lui coulait sur le bout du nez. Il reniflait sans cesses pour ne pas que celle-ci ne vienne ce coller un peu trop à sa moustache gelée. Il pouvait sentir son rythme cardiaque augmenter dans sa poitrine. Sa respiration était devenue sifflante et l’air froid lui donnait mal au poumon. Combien de temps cela faisait-il qu’il marchait dans la nature? Il ne le savait pas. Le vent devenait de plus en plus fort, la neige balayait tout sur son passage et il devint difficile pour le vieux de bien voir son environnement.

« Je dois me trouver un endroit au chaud. »

C’est ainsi qu’il trouva après quelques mètres un petit village vide à première vue de tous ces habitants. Sans doute qu’ils s’étaient tous réfugier quand le vent s’était lever. Le vieil homme trouva une auberge grâce au lumière qui jaillissait des fenêtres. Après quelques pas, le vieillard ouvrit difficilement la porte à cause de ses doigts gelés. Il cru pendant un instant que ses doigts briseraient pendant qu’il ouvrait la porte. Le vent souffla dans l’auberge et un homme de neige (Mizoku) entra dans le lieu. La porte se referma derrière lui. Le vieux leva doucement la tête vers l’aubergiste qui lui montra un lieu pour ce réchauffer. Mizoku la suivi et s’installa sur un banc. Il enleva sa cape de fourrure qu’il jeta dans le coin et demanda un café bien chaud. Il se frotta la barbe gelé pour enlevé les cristaux de glace collés dans le poil gris. Il sortie sa pipe qu’il alluma et fuma tranquillement avant que son thé n’arrive. Le vieux regardait les personnes présentes dans l’auberge et il aperçu un individu qui lui rappelait quelqu’un. L’aura qu’il semblait dégagé… cette force bestiale lui rappelait une personne qu’il avait connu dans son monde, mais il n’arrivait pas à ce rappeler qui. La femme arriva quelques minutes après avec son café. Le vieillard la remercia gentiment et bu une gorgé sans quitter des yeux l’homme assit un peu plus loin.


Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Auberge du Croc Argenté   Dim 16 Nov - 17:06

Le tenancier était quelqu'un de très sympathique. Mise a part peut être son côté insistant sur les vêtements que portait le Lycan, il était presque de bonne compagnie. Cependant, Serizawa était assez fatigué de la nuit qu'il venait de passer et l'on pouvait le caractériser à présent de mauvais poil.
Il avait toutefois fait preuve d'une grande politesse jusqu'à lors, mais les propos insistant de son interlocuteur le rendait de plus en plus irritable. Il termina par saisir la tunique du moustachu et l'enfila rapidement.


- BIEN ! Puisque vous n'avez pas l'air de vouloir me lacher tant que je n'ai pas enfilé votre foutu tunique, je vais le faire !

Le propriétaire esquissa un sourire satisfait, celui de l'homme qui arrive a tordre le métal, et fit une rapide révérence en signe de respect et quitta les lieux.
Le Lycan, quant à lui, termina le repas frugal que lui avait offert la maison pour reprendre des forces, se maudissant intérieurement de sa méchanceté envers cet homme qui n'était que bonté apparente.


" Au moins il y réfléchira à deux fois avant de me demander un service... "

Il était habitué a côtoyer des individus faux, hypocrites et manipulateurs que son comportement était devenu d'une extrême méfiance. Après une petite heure, alors que le village semblait sortir de sa torpeur hivernale, Serizawa sortit sur le bas de la porte pour observer la vie qui s'écoulait dans cet univers. Il y voyait des jeunes, comme des vieux, s'atteler à la tâche très tôt le matin. Que ce soit pour prendre du bois pour préparer le feu de la journée, s'apprêter à la chasse ou tout simplement pour finir de construire ça et là des choses ou d'autres pour vendre ou pour leur consommation personnelle.
Ce style de vie, simple et rudimentaire, fit sourire Serizawa. C'était la vie qu'il avait au final toujours appréciée, une vie reposant sur le travail physique pour gagner son pain.
Après quelques minutes, un vent violent se leva et la neige retomba de plus belle. Il semblait que le temps était dans cette époque un synchroniseur bien plus important que la lumière du soleil. Aussi il voyait les gens courir se réfugier pour éviter la tempête. L'enseigne bougea fortement et sortit de ses gonds. Serizawa la récupéra rapidement et la décrocha avant de la rentrer. Le tenancier arriva précipitamment avec un gros manteau de fourrure puis s'arrêta en voyant le Lycan.


- Merci, elle a tendance a s'envoler quand il y a un peu de vent * sourire *
- J'ai vu ça, tenez.

C'est mal à l'aise qu'il retourna à sa place. Le tenancier lui rapporta un thé chaud lorsque la porte s'ouvrit, laissant entré une vague de froid dans la maisonnée. C'était un homme d'âge mûr et complètement gelé qui se fraya un chemin jusqu'au comptoir. Un signe de tête et le souriant propriétaire, toujours dans sa tenue d'esquimau désigna une table libre au vieillard.
Serizawa l'observa un moment, ses narines dilatées alors qu'il scannait le nouveau venu. Effluves hivernales, traces de boues sur ses chaussures, neige fondue dans sa barbe, l'individu avait fait un long voyage avant d'arriver ici, et la tempête ne lui avait pas fait de cadeau. Le Lycan porta son thé à sa bouche sans même vérifier sa température, cela n'avait aucune importance.

Sa tenue légère faisait contraste avec les manteaux chauds de ces deux individus, renforçant la singularité du personnage. Mais quelque chose clochait, pour un nouveau venu, Serizawa sentait clairement que le vieux n'était pas comme les autres. Il avait également cet aura, celui qui laissait transparaître l'unicité d'un individu. Il ne pouvait se noyer dans la masse.

" Serait-ce également un élu ? "

Pour confirmer ses pensées, le vieux ne le lâchait pas des yeux. Il commanda son café et se réchauffait en regardant Serizawa comme s'il avait vu un spectre.
Agacé, le Lycan prit la parole.

- Hey Oji-san! Tu sais que la politesse incombe de ne pas fixer les étrangers du regard? Je connais des petites frappes qui n'auraient pas hésité à te péter les deux genoux pour cette attitude. Et quand on peine a traversé un hivers en vie, on ne cherche pas des crosses à plus fort que soi.

En terminant, Serizawa fini d'une traite son thé brûlant tout en regardant le vieil homme. Il reposa la tasse et ne montra pas un signe de douleur. Ce monde était peut être nouveau pour lui mais c'était toujours la même rengaine, montrer les crocs le premier pour pas se faire emmerder.
Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Auberge du Croc Argenté   Dim 16 Nov - 19:36



Un sourire arqua les lèvres du vieillard qui tourna les yeux vers sa tasse. Il regarda le liquide noir qu’il porta à ses lèvres pour se réchauffer l’intérieur. Il rit doucement en écoutant l’affront que lui faisait l’inconnu qui lui rappelait quelqu’un, mais la réplique de celui-ci lui prouva qu’il avait tord. Ce n’était pas son ancien rival. L’homme qu’il avait connu dans le Yuukan autrefois avait déjà une certaine prestance et pouvait avoir du respect envers autrui tout en gardant un certain langage cru. Mizoku déposa sa tasse devant lui et tourna la tête doucement vers le jeune homme tout près de lui.

- Pardonnez-moi… vous me rappeliez quelqu’un que j’ai déjà connu par le passé… mais je constates avec nostalgie que vous n’êtes pas celui que je pensais que vous étiez. Non… vous êtes trop… directe et vous manquez de respect envers les autres.

Il prit calmement une gorgé de café en quittant des yeux le loup enragé. Le comportement agressif de Serizawa faisait rire doucement le vieux. Cela lui rappelait des souvenirs, sa première rencontre avec son ancien rival et la rage qui l’avait envahi la première fois alors que, lui, était resté calme, presque polie envers lui. Aujourd’hui, les rôles semblaient s’inverser.

-Vous parlez de politesses… mais vous ne savez même pas être polie envers vos aînés. De plus, vous me menacer alors que je ne vous ai rien fait à part vous regarder. Cela vous a peut-être paru déplacé et je m’en excuse. Je ne savais pas qu’un simple regard de la part d’un vieux comme moi puisse vous enrager à ce point. Dit-il en riant doucement.

Mizoku, malgré son âge avancé, ne pouvait s’empêcher de taquiner la bête tout près de lui. Pour quel raison faisait-il cela? Pour s’amuser sans doute… ou bien qu’il renvoyait la pareille à ce qu’on lui avait fait endurer par le passé. Le vieux termina sa tasse de café et en commanda un autre. On lui en ramena un presque aussitôt et Mizoku le remercia d’un sourire et de quelques yens.


Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Auberge du Croc Argenté   Dim 16 Nov - 20:24

- My my, en aucun cas je ne voudrais avoir la mort d'un vieil homme sur la conscience Oji-san... Je dis ça pour que tu puisses tenir sur tes vieux os encore un bout de temps.

Serizawa avait croisé ses bras derrière sa tête et se basculait sur sa chaise à l'aide de la table, ayant les pieds sur cette dernière. Il vieil homme était sage, mais n'avait pas non plus peur de lui. Pas de doute ça confirmait ses pensées, il s'agissait bien là d'un élu. Un vieil homme lambda aurait baissé le regard sans pipé un mot.

- Désolé d'avoir gâché tes souvenirs Oji-san, peut être croiseras-tu cette personnes plus tard, dans ce monde de fou.

Il faisait référence au changement d'univers, persuadé que Mizoku l'avait vécu tout comme lui.

- Une théorie de chez moi explique que plusieurs univers existent, parallèles entre eux. Il y aurait donc un autre moi, un autre toi, un autre barbu comme lui là-bas qui vivraient leur vie, tout simplement... Tous pareils et tous différents...

Il arrêta de se basculer et se redressa.

- Je n'y ai jamais cru... En même temps qui le croirait... ? Je me présente : Serizawa Suzuran *sourire cynique*

Il se présenta sans même savoir que son nom ne ferait que renforcer la première impression de son interlocuteur. Le jeune loup cherchait en lui un point d'accroche, après tout il était le seul dans les environs à partager ce qu'il vit en ce moment. Il voulu continuer la conversation mais s'arrêta promptement. Il tendit l'oreille, renifla deux fois et tourna la tête vers la porte.
Quelques instants après deux gardes entrèrent dans l'auberge. Ils regardèrent rapidement la salle, repérèrent le vieux puis se concentrèrent sur Serizawa.


- Jeune homme, veuillez nous suivre je vous prie.
- Huh ?

Le Lycan s'était levé de sa chaise. Il n'aimait pas ça du tout. Il avait souvent eut affaire aux forces de l'ordre dans son monde, cependant il connaissait le système juridique, il avait une certaine immunité, fort de connaître son innocence. Mais ici ? Dans ce monde médiévale, il ne savait pas ce qui l'attendait s'il choisissait de les suivre.

- Et pourquoi je ferais ça ?
- Parce qu'on te le demande gentiment, ne nous force pas a faire quelque chose qu'on a pas envi de faire gamin, on est du même camp.
- Vous croyez ça ? *sourire carnassier*

Le soldat posa sa main sur son sabre, son collègue resserrant son emprise sur sa lance.

- On ne le répètera pas deux fois, suis nous sans faire d'histoire.
- Encore un chien fou de je ne sais quel univers...

Le mot "chien" résonna dans la tête de Serizawa comme mille coups de canon. Lui, un noble loup insulté de la sorte c'était plus qu'il ne pouvait le supporter, ajouter à ça le fait que son sang bouillait dans ses veines et que son corps lui réclamait de l'action, c'était beaucoup trop pour qu'il puisse se contenir.
D'un bond il franchit les quelques mètres qui le séparait du garde à la lance, celui qui prononça le mot interdit et d'un chassé puissant il l'envoya contre la porte. Cette dernière céda, s'ouvrit et le garde finit sur le sol de la rue.
L'épéiste tenta de dégainer son épée mais un coup de paume rapide au niveau de la garde l'en empêcha, en close combat le jeune homme était bien plus fort, sans arme, le garde était impuissant.
Serizawa le saisit au niveau du col et le fit tourner avant de le projeter sur le côté, droit vers ce qui servait de fenêtre. La bâtisse céda et le garde termina son vol dans la rue également.


- Qui sont les vulgaires chiens maintenant...

Le visage de Serizawa était teinté d'une certaine colère, les dents serrées, Mizoku pouvait apercevoir ici les crocs de ce dernier poussé alors que des griffes remplacèrent les ongles.

Deux flèches furent décochées, Serizawa les entendit avant même de les voir. Il les esquiva d'un mouvement rapide du bassin et elles se figèrent dans le mur de bois derrière lui, il retourna la tête vers la source du tir et une troisième flèche le toucha en pleine poitrine. Il grogna, arracha la flèche et sauta dans la rue.
Il sentait que quelque chose n'allait pas, quelque chose avait changé. La nuit dernière déjà, la pleine Lune n'avait pas eut l'effet habituel sur lui et maintenant, alors que le cycle lunaire était clairement a son avantage, il sentait que la blessure mettait plus de temps qu'à l'accoutumer pour se refermer mais qu'importe.
Les gardes envoyés dehors s'étaient relevés tous deux, armes au clair, ils avaient été rejoins par un autre épéiste tandis que les archers derrières les couvraient à une distance raisonnable.


" Bien, ils ne pourront pas tirer tant qu'un des leurs est debout... "

Se tournant de tel manière a ce que les gardes soient entre les archers et lui même, Serizawa esquiva le coup de lance avec facilité, attrapant au passage cette dernière et la brisant d'un coup de griffes rapide.
La lame dans son dos ne trouva pas non plus sa cible, un bond sur le côté suivit d'un coup de ce qu'il restait de la lance en plein visage assomma le garde.
La riposte du Lycan était la plus rapide. Passant outre la défense du dernier épéiste, il frappa deux fois au sternum, une fois dans la glotte et une dernière fois au visage avec une rapidité exceptionnelle. Le garde s'écroula tout simplement, incapable de respirer correctement. Il n'en mourrait pas, là n'était pas le but, mais il aurait son compte pour le restant du combat.

Deux flèches furent encore décochées, la première rata sa cible mais Serizawa encaissa la seconde au niveau de la cuisse. Il grogna de plus belle et sauta sur le côté. Le dernier garde debout tentait de se replier vers sa couverture mais le Lycan ne pouvait le laisser faire.
Il courut après son dernier adversaire, sauta dans son dos et le plaqua contre lui, une main griffue au niveau de sa gorge.


- Déposez les armes ou je lui taille une seconde bouche figée dans un sourire écarlate !

Les griffes de Serizawa laissèrent un sillon ensanglanté dans sa proie, afin de montrer qu'il était sérieux.
La tension était palpable, et c'est à ce moment là que le Lycan réalisa que la rue était bien calme. Les habitants étaient rentrés chez eux, effrayés sans doute, regardant depuis leur sécurité relative l'aboutissement de l'altercation. Les archers hésitaient étrangement, on sentait qu'ils voulaient baisser leur arme, mais sans doute craignaient-ils la réaction du Lycan. Sans leur arc, il n'y avait que quelques mètres les séparant de la bête...


- Déposez les !
Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Auberge du Croc Argenté   Dim 16 Nov - 21:27



Une lueur brilla dans le regard de l’homme quand il entendit le nom du loup. Comment était-ce possible? L’idée qu’il y ait plusieurs mondes parallèles intriguait un peu le vieux, mais jamais il ne s’était attardé sur cette idée de plusieurs mondes parallèles, cela ne l’intéressait pas vraiment d’ailleurs. Comment ce pouvait-il que l’homme tout près de lui puisse s’appeler Serizawa Suzuran, alors qu’il n’était sans doute pas l’individu que le vieux avait connu dans son monde. Mizoku plissa les paupières sans le quitter des yeux. Cet homme au trait bestial l’intriguait encore plus. Ses questionnements furent mis sur pause quand la porte s’ouvrit. Deux gardes armées entrèrent dans l’auberge. Mizoku détourna le regard pour se concentrer sur sa boisson chaude. Il ne voulait pas ce frotter encore une fois à ces gardes qui disaient vouloir la liberté, mais obligeait les autres à les suivre. Il écoutait distraitement les dialogues entre le loup et les gardes et rapidement la situation s’envenima. Un garde fut projeté par la porte et un autre par la fenêtre. Le vieux tourna le regard vers Serizawa pour apercevoir des crocs et des griffes tranchantes.

« Une bête sauvage… rien ne pourra enlevé sa rage de combattre… » Pensa-t-il sans bouger.

L’animal sauvage fonça à l’extérieur. Mizoku se leva, s’assura que l’homme de l’auberge allait bien et se retourna vers la sortie. Une flèche perdue traversa la pièce et fonça vers le vieux qui la bloqua avec sa lame cachée, brisant la flèche en deux.


« Je dois arrêter cet affront avant qu’un innocent ne ce fasse tuer par cette bête enragée.»

Ce qu’il vit à l’extérieur le surpris un peu. Les gardes étaient couchés au sol, blesser plus ou moins gravement, mais dans l’incapacité de poursuivre le combat. Mizoku leva les yeux vers Serizawa qui sauta en direction d’un garde qui tentait de fuir. Le Sekai, qui pensait avoir pris une retraite sur le combat, se sentait obliger d’agir pour protéger la vie du garde. Il savait qu’aucune discussion ne pourrait calmer Serizawa. Il devait utiliser la force pour calmer la bête enragée.

Mizoku disparu pour réapparaître entre le garde et Serizawa qui s’apprêtait en un bond de plaquer le garde au sol. Mizoku attrapa le poignet de loup enragée, mais celui-ci le contrat aussitôt avec son autre main valide que Mizoku arrêta à son tour. Immobilisé dans les airs pendant quelques secondes, le vieux repoussa l’animal un peu plus loin.


- Suffis! Ces gardes ont eut tord de te menacer certes! Ce n’est pas une raison pour faire un bain de sang dans ce village paisible! Dit-il d’un ton autoritaire, presque froid.

Une aura blanche entoura le corps du vieux. Son sceau sur son front s’illumina et ses yeux gris devinrent blanc. Ses poings s’entourèrent d’énergie blanche et l’énergie qui se dégageait du vieux étaient surprenante, au point que les archer et quelques gardes restant reculèrent d’un pas. Mizoku leva la main vers les autres gardes de Minshu.


- Laissez le… je vais m’occuper de calmer la bête…

Mizoku fit un pas devant lui, puis il disparu aussitôt. S’était dût à sa vitesse surélevé qu’il parvenait à bouger aussi aisément, mais il n’était pas aussi rapide que par le passé et il était encore possible de le voir un peu. D’ailleurs, c’est-ce qui arriva, car au moment que le vieux apparu derrière Serizawa pour l’immobiliser, celui-ci le sentit et bloqua son coup facilement.

« Il est vif et rapide… »

Une contre attaque du loup manqua de prêt à toucher Mizoku qui recula d’un pas pour esquiver le coup de griffe qui fut suivi aussitôt d’un autre coup. Une barrière lumineuse apparue devant le vieux. Les griffes touchant le mur de lumière créa des étincelles. Mizoku fut projeté un peu plus loin sans aucune blessure apparente. Il sauta ensuite dans les airs pour se laisser tomber vers le loup, le pied devant qui se planta dans la neige au lieu de toucher sa cible. Le coup manquer, Mizoku utilisa la force de son pieds touchant le sol pour se propulsé vers l’avant et donné un coup de genou dans le ventre de Serizawa, suivi d’un coup de poing dans le menton et du plat de sa main dans sa gorge pour le repoussé et l’étouffer. Essoufflé par cet assaut rapide, Mizoku déposa sa main sur son torse. Ses poumons lui faisaient mal et il se mit à toussé et cracher du sang. Serizawa prit se temps pour contre attaquer, touchant le vieux qui grimaça de douleur pour rouler dans la neige. Il se remit sur pieds et décida d’user d’une autre tactique. Il lança plusieurs shurikens vers sa cible et en même temps qu’il esquivait, le vieux usa de son agilité pour réapparaître à quelques centimètres de Serizawa. Sa lame cachée sortie, il en approcha l’extrémité pointue de la gorge du loup enragé.

- Calme toi Serizawa!




_________________
Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Auberge du Croc Argenté   Lun 17 Nov - 19:37

L'ancêtre se déplaçait au final encore très bien, preuve qu'il ne s'agissait pas là d'un individu ordinaire. Se fourvoyant dans les intentions premières du Lycan, il sauva la vie du garde que le jeune homme voulait comme garant de sa sécurité. Il n'avait pas de soif de sang, il n'en avait jamais eut, mais l'excitation de la bataille entraine des excès qui peuvent être regretté. En cela, Serizawa lui était reconnaissant, cependant, dans l'état où il était, il ne pouvait s'en rendre compte.
Les premiers échanges de coups commencèrent donc entre les deux élus, et même si Serizawa ne saisissait pas encore très bien ce que cela voulait dire, il était content de pouvoir partager un combat.
La dernière passe du vieux fut grandiose, une diversion simple mais efficace et un déplacement quasi-instantanée pour mettre la gorge du Lycan à sa merci.


- Que je me calme Oji-san... My my, je suis calme en ce moment, laisse moi montré l'étendue de ma colère !

Les crocs et les griffes grandirent encore une fois alors que Serizawa tentaient de laisser sortir la bête. Il savait qu'une lame de cet acabit ne pourrait rien contre son cuir naturelle mais quelque chose clochait, il ne parvenait pas a laisser sa rage emporter son corps dans une transformation canine.
Cependant, la décharge d'énergie dans le corps du Lycan suffisait a elle seule à créer une brèche, un instant d'inattention, de relâchement ou de recul qui permit au jeune homme d'expédier son crâne dans le visage de l'ancien, brisant son nez dans un fracas sonore. Alors qu'il relâchait sa prise, surpris par l'ampleur du choc, Serizawa glissa agilement sur le côté, gardant les jambes bien campées sur ses positions et saisit Mizoku à la taille pour l'éclater au sol dans une prise de judo improviser.
Ses griffes trouvèrent la chair au milieu de ce fourretout hivernal et laissèrent leurs premières marques ensanglantées.

Le sourire carnassier de la bête se fit plus grand encore, mais de courte durée. Un coup de talon bien placé dans le menton de Serizawa le fit reculer alors que Mizoku se remit en garde à l'aide d'une roulade et d'un bond en arrière. Toutefois, lorsqu'il releva la tête pour fixer son adversaire, il ne vit que les flocons tombés dans la rue.
Un craquement léger attira l'attention de Mizoku sur sa gauche et il vit le Lycan en pleine extension, adressant un coup de pied horizontal magistral dans le flanc de l'ancien ninja.
Ce dernier ne pouvait éviter l'attaque, trop rapide pour lui, mais eut le réflexe de parer l'attaque de ses deux bras. Le choc fut violent, soulevant la neige autour des deux protagonistes, puis une boule compacte quitta la poudreuse pour se river dans le mur d'un bâtiment derrière.

Lorsque la poussière laissa place à l'oxygène, on pouvait voir Mizoku en train de se relever péniblement des décombres tandis que le Lycan, en posture de prédateur, n'attendait qu'un signe pour continuer ses assauts.


- Tu ne bas bien, je ne reconnais, mais tu ne me vaincras jamais avec ce genre d'artifice !

La bête banda ses muscles et se rua de nouveau sur le vieil homme qui préparait déjà sa riposte.
Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Auberge du Croc Argenté   Mar 18 Nov - 0:58



Malgré les assauts répétés et rapides de Serizawa et le coup final qui le propulsa contre un mur de bois, le vieux arrivait à tenir difficilement sur ses jambes. Le bras ayant arrêté le plus gros du choc était dans un sale état. Mizoku était certain que Serizawa le lui avait brisé avec son coup de pied. Le sang ruisselait sur son visage et son nez était méconnaissable. Le rouge lui barbouillait le bas du visage et coulait de son manteau pour tâcher la neige blanche.

- J’en ai terminé avec ces enfantillages à savoir qui est le plus fort… Je veux seulement que tu te calmes et …

Mizoku pivota sur le côté au moment que Serizawa s’apprêtait à le toucher avec son poing qui termina sa course contre le bois fissuré. Malgré la douleur qui l’élançait dans le bras gauche, l’ancien shinobi utilisa la technique du lariat (sans l’électricité) dans la gorge de Serizawa. En même temps, il termina sa phrase, interrompu par le loup qui s’apprêtait à le toucher quelques secondes plus tôt.

- Arrêter ce combat ridicule.

Il projeta Serizawa plus loin qui fit plusieurs roulades dans la neige. Mizoku se teint le bras gauche de douleur et sorti des décombres qui l’empêchaient de bien bouger. Une mèche de cheveux gris mélangés de sang tomba devant ses yeux. L’homme aurait pu continuer et faire la morale à Serizawa, mais il savait que cela ne donnerait rien et que le loup ne l’écouterait pas. Les archers réapparurent et tirèrent une pluie de flèches vers le lycan dans la neige. Ne tolérant pas cette attaque gratuite contre son adversaire, Mizoku lança plusieurs shurikens pour bloquer les flèches qui se brisèrent au contact des étoiles métalliques. Les gardes ne comprenaient pas le comportement du vieux qui fixait Serizawa. Il s’avança tranquillement vers le jeune homme qui l’attaqua par surprise en lui sautant à la gorge. Mizoku reçu plusieurs lacérations au niveau du cou, mais son artère principal ne fut pas toucher.

Il devait trouver un moyen pour arrêter ce combat avant que l’un d’eux ne finissent entre la vie et la mort. Mizoku couru vers le loup sauvage, mais il ne pu utiliser sa vitesse accéléré à cause de son épuisement physique. Arrivé devant la bête, il commença une combinaison de coup de poing et de pieds qu’il bloqua aisément. Le loup tenta une contre attaque sur le flanc, mais Mizoku commençait à comprendre son système de combat et bloqua avec son bras endolori le coup. Grognant de douleur, Mizoku tenta de ne pas laissé sa blessure le déconcentré. Il repoussa Serizawa et fit un mouvement de jambe agile pour se rapprocher de son adversaire. Il fit croire à l’animal qu’il allait pour le frapper avec son bras droit, mais à la dernière seconde élança son bras gauche pour l’atteindre dans le ventre.


- Arg!

La douleur lui martyrisait le bras gauche, mais il parvint quand même à faire ce qu’il voulait, c’est-à-dire atteindre le loup dans le ventre pour le soulevé légèrement du sol. S’ensuivi ensuite d’une rotation sur lui-même pour porter le plat de son pied dans son torse. De l’énergie jailli du pied de Mizoku qui chuchota un mot inaudible du bout des lèvres.

- Désolé…

Le chakra blanc créa une impulsion puissante qui projeta Serizawa à quelques mètres dans la rue. Son corps fit quelques rebonds dans la neige rouge. Pendant que Serizawa était dans les airs, Mizoku avait suivi sa trajectoire pour qu’une fois qu’il soit au sol, qu’il puisse l’immobilisé en le soulevant du sol et en mettant son bras autour de la gorge.

- couché maintenant!



Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Auberge du Croc Argenté   Mar 18 Nov - 17:20

Le vieux sage était droit, intègre sans doute mais il jugeait les livres à leur couverture et ne comprenait que ce qui semblait être. Certes, il protégea Serizawa d'une attaque fourbe des archers, mais prenait toutefois leur partie, contre-attaquant les assauts du Lycan, mais visant visiblement à le mettre hors d'état de nuire.
Son enchaînement, sans doute le dernier selon le jeune homme, était fulgurant, violent et porta ses fruits. Le Lycan sentit plusieurs de ses os se fendre sous les chocs répétés mais rien de vraiment grave.
Il roula sur le sol après un uppercut à l'estomac et sentit la poigne de Mizoku contre sa gorge dans une clé de bras. Le vieil homme cherchait la soumission, probablement à plonger Serizawa dans une torpeur défaitiste.
Il y parvint presque, s'il n'avait pas prononcé ses derniers mots qui résonnèrent en écho dans la tête de Serizawa...


Le corps du Lycan s'agita de nouveau, de la salive et du sang sortait de sa gueule crochue alors qu'il tentait de dire ces quelques mots :

- Vieux con... Comme oses tu !?!

Le Lycan, dans un effort surhumain, se roula sur le dos, passant ainsi au dessus de Mizoku qui ne lâchait pas sa prise. Là, écrasé par la bête, Mizoku du lâcher prise sous les coups de dos répétés du Lycan fou de rage. Il n'avait pas calmer le monstre, il venait de le déchainer !
Emporté par son honneur bafoué et sa vanité insulté, Serizawa se dégagea de l'emprise du vieil homme si tôt qu'il le pouvait et déchaina sur ce dernier la rage du loup-garou.
Le frappant à souffle coupé, le jeune homme tentait réellement d'éviscérer son adversaire du moment et avant de porter un coup qu'il pensait fatal, il suspendit son attaque.
Une tache de sang se répandit rapidement au niveau de l'épaule de Serizawa et un second choc vint l'ébranler de nouveau. Il baissa le bras.
Regardant le sol, il ne voyait plus Mizoku, mais un monceau de bois réduit en charpie, le vieil homme se trouvant devant lui accouder au mur, mal en point.
Il semblait hurler quelque chose à une personne derrière le Lycan. Ce dernier tourna la tête lentement, comme si le monde tournait au ralentit, et vit la lance qui lui perçait l'épaule. Une intense douleur... Il vit la flèche lui pénétrer le flanc. Plus rien.

Serizawa s'écroula au sol, entendant des bruits de pas et une voix s'élever au dessus de tout ça.
Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Auberge du Croc Argenté   Mer 19 Nov - 1:14



Les derniers mots du vieux furent sans doute exagérer, car le loup s’emballa et parvint à se libérer de l’emprise qu’avait Mizoku sur lui. Repoussé par la force de Serizawa, l’ancien shinobi recula de quelques pas. Pendant ce temps, enragé comme jamais, la bête s’était jeté sur sa proie. Ses griffes semblaient encore avoir allongé et ses crocs étaient tranchante comme des rasoirs, voir plus. Le vieux bloquait les coups avec ses avant-bras, mais les griffes venaient lui lacéré la peau, déchirant ses vêtements au niveau des bras et à répandre le liquide pourpre sur le sol. Adossé contre le mur, le vieux ne pouvait plus rien faire. Il aurait pu poursuivre le combat, esquiver le coup aisément et attraper Serizawa à la gorge, mais il ne fit rien de cela. Pourquoi? Tout simplement qu’il voyait dans les yeux de son assaillant la colère, mais aussi la blessure que le vieux avait fait à son orgueil de jeune loup cherchant à devenir chef de meutes. Les griffes de Serizawa s’arrêtèrent à quelques centimètres de son œil, mais ne le toucha pas. La bête, toucher par une lance, s’écroula sur le sol devant le vieux qui ne bougeait pas. Un garde au gradé s’avança vers le jeune loup évanoui. Il lui jeta un regard hautain et leva la tête vers Mizoku qui ne bougeait pas.

- Sale bête! S’il n’était pas important pour le seigneur… on l’aurait tuer.

- Il vous aurait fait la peau bien avant s’il l’avait voulu. Dit Mizoku d’un ton calme.

- Et vous? Qu’est-ce qu’il vous prend de vous mêler des affaires des autres?

- J’ai seulement évité que votre collègue ne se fasse trancher la gorge. Je lui ai sans doute sauver la vie.

- Tch! Allez les gars! On l’embarque!

- Une minute.

- On a assez traîné comme ça… laisse nous faire notre boulot.

- Vous allez le traîner jusqu’à Kansei dans cet état? Il ne tiendrait pas la route…

Mizoku brisa la lance et enleva la pointe plantée dans l’épaule du jeune homme, puis il souleva le corps de Serizawa inconscient. Le vieux grogna de douleur à cause de son bras gauche et de son dos. Il déposa le corps du loup sur une planche de bois et s’occupa de nettoyer sa plaie sanguinolente. Il déchira se qui restait de sa tunique tâché de sang qu’il mit en boule et s’en servit comme compresse pour arrêter le saignement.

- Pourquoi faites-vous ça? Il était prêt à vous tuer il y a deux minutes…

- J’ai appris avec le temps qu’il était inutile de garder de la rancœur envers les autres qui nous voulait du mal… cela ne faisait qu’attisé la haine et à détruire le peu de bon qu’il reste en nous.

- Vous êtes rendu trop vieux pour ce genre de chose… vous ne voyez même plus clair.

- Vous croyez? Je préfère encore le soigner et le savoir en vie prochainement que de savoir que j’ai été la cause de la mort d’une personne qui voulait simplement se défendre. Si j’ai commencé le combat, c’est pour empêcher un bain de sang… mais sa colère envers vos gardes étaient justifiés. J’aurai agis de la même façon si j’avais eut son âge.

« Et mes paroles ont été trop sévère envers cet homme. Même s’il n’est pas le Serizawa que j’ai connu… celui-là va accomplir de grande chose… il va sûrement suivre le même chemin que mon ancien rival. Je ne tiens pas à ce qu’il meure sans avoir accompli ces grandes choses. Bonne ou mauvaise. »


Entre même temps qu’il parlait avec le garde, il avait enroulé le torse avec une bande de tissu qu’il avait toujours dans son sac de voyage. Une fois qu’il eut terminer de soignée légèrement le jeune homme, il laissa les gardes s’en occuper, mais avant que ceux-ci ne disparaisse de sa vie, il dit :

- Ne le malmenez pas trop… sans quoi cela pourrait se retourner contre vous dans le futur. Ce n’était qu’un avertissement. Dit-il toujours avec calme.

Puis, il retourna dans l’auberge abîmée. Mizoku alla voir l’homme accueillant qui ne semblait plus l’être après les événements qui venaient d’avoir lieu dans sa demeure. Le vieux s’excusa et avant qu’il ne soit jeté dehors de l’auberge, il laissa quelques yens pour la réparation du lieu en espérant que l’argent qu’il lui remettait serait suffisant. Il se baissa avant de reprendre sa route dans la neige. Il remit sa cape de fourrure sur ses épaules. Il n’avait pas pris la peine de ce soigné. N’ayant plus sa place dans ce petit village, Mizoku reprit sa route calmement dans la neige froide pour s’aventurer dans les terres de Fuyu.


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

-



MessageSujet: Re: Auberge du Croc Argenté   

Revenir en haut Aller en bas
Auberge du Croc Argenté
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Il ne manquait plus que toi.[PV Rivière 'Argentée]
» Une soirée à l'auberge (libre)
» Lucille, la chevalière argentée
» Chaudron Baveur (Auberge)
» L'auberge du Joyeux luron (PV)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Manga Multiverse ::  :: République de Minshu :: Village de Fuki-


Crédits : Design : Phoenix & Pingouin Règlements & Contexte : Phoenix
Forum optimisé pour Google Chrome.