Partagez | .
Le foyer dans son coeur
Invité Invité

-



MessageSujet: Le foyer dans son coeur   Jeu 15 Sep - 18:52





Le foyer dans son coeur
FEAT. Maman ♥

Cela faisait m-maintenant d-deux heures q-que j'étais p-partie. P-pas très l-loin, h-heureusement. Les r-récentes aventures que j-j'avais eu à l'extérieur de la v-ville, que ce soit a-aux abords d-du désert o-ou plus régulièrement dans la f-forêt tropicale en compagnie de la jeune fée. A v-vrai dire, je n'avais aujourd'hui m-même pas quittée les murs p-protecteurs d-de Chikai. J-j'étais simplement p-partie à la bibliothèque d-de la capitale, p-pour... Pour lire. 

M-même si endroit regorgeait d'information à u-un point presque i-inconcevable t-tant c-cet endroit était u-une véritable m-montagne d-de livre, j-je m'étais u-uniquement d-dirigée v-vers l-la partie d-des contes e-et des histoires d-de Kosaten. A-après tout, m-mes connaissances sur ce monde étaient grandement lacunaire, et comme je ne comptais à v-vrai dire pas partir d-dans un long périple a-aux milles dangers, j-je ne pouvais v-voir que ce que l'on me racontait. Et l-les livres... Ils m-m'aidaient e-en tout cas à m'évader.

Pendant c-ce temps, la jeune f-fée, qui ne savait à vrai dire pas lire, se complaisait initialement à regarder les nombreuses images d'un livre, l-laissant à chaque fois des p-petits "ooooh" et des "aaaah" de surprise et d'amusement v-vis à vis des estampes et autres c-crayonnages qui étaient gravés sur le p-papier. Mais r-rapidement, elle s'était posée au sommet de ma tête pour s'y prélasser, avant de s'y e-endormir. Sa c-conception d-des c-choses é-était s-sur ce point b-bien d-différente d-de la mienne... Elle préférait voir de s-ses propres yeux t-toutes ces merveilles d-dont on lui parlait, de toucher du b-bout de ses doigts cette réalité q-qui était a-au delà d-des frontières...

C'était en t-tout cas à la l-lueur d'une bougie que j-je tournais lentement ces pages, q-qui me dévoilaient à chaque mot les sensations un p-peu abstraites de ce qu'il y avait a-au delà de l'horizon e-et du temps... Même si c-ce n'était que des informations d-de base, c-comme u-une p-petite carte d-du monde, u-une plus d-détaillée d-de Seika... D-des informations p-par ailleurs s-sur l-la faune e-et la flore d-de la forêt t-tropicale. J-je devais dire q-que j'étais e-en tout cas v-vraiment intéressé par cela... A-après tout, j-je m'y rendais a-assez souvent, e-et... Et je retrouvais en t-tout cas beaucoup de conseils qu'Aki m'avait donné...

C'était par ailleurs un point a-assez étrange... C-cela faisait p-plusieurs j-jours, m-même plusieurs s-semaines q-qu'elle était là, logeant t-tout comme moi c-chez M. Amonwiel. A-a vrai dire, j-je me demandais un peu la raison, m-mais... J-j'imaginais q-que c'était s-surement d-des choses d'adultes, q-qui n-ne me regardait donc pas. En t-tout cas, ce n'étais pas pour m-me déplaire, loin de là ! J'étais c-contente q-quand, p-par exemple le matin, j-je me réveillai d-dans s-son étreinte...

E-étrangement, j-je n'avais pas t-toute cette gêne qui m'envahissait à la p-proximité d-d'une personne... A-alors q-que pourtant, c-c'était... B-beaucoup p-plus proche qu'un simple f-face à face... E-et je n'arrivais p-pas à décrire t-tout cet état d-dans lequel j-je me trouvais... U-une sorte d-de... De confiance que je lui donnais... Comme si j'étais dans un cocon protecteur p-presque intime...

Secouant légèrement la tête pour me reprendre après avoir tant divagué, j-je clignai rapidement des yeux, p-pour essayer de retrouver la ligne que j-j'avais perdue, avant de tourner m-mon regard vers la fenêtre, pensive, e-et de voir qu'il était déjà tard. J-je parti d-donc sans attendre, rangeant tout de même les livres que j'avais pris et empruntant c-celui q-qui m'avait l-le plus passionné p-pour le finir t-tranquillement p-pendant l-la soirée o-ou le m-matin suivant s-si je n'avais p-pas grand c-chose à faire.

I-il faisait e-en tout cas u-un peu sombre l-lorsque je me d-dirigeai vers c-chez le vampire... C-c'était l-le crépuscule, e-et l-les rues é-étaient bien vide, s-si l'on excluait l-les quelques patrouilles d-de gardes q-qui p-protégeaient ces rues, m-me souriant. I-ils étaient habitués à ma présence, à v-voir "la jeune f-fille a-aux cheveux roses" être d-dans les rues, à l-la bibliothèque o-ou à l'échoppe de l'élu a-alchimiste...

M-mais avant d-d'aller j-jusque là-bas, j-je m'autorisais u-une petite p-pause s-sur l-la fontaine o-où je lisais m-mes histoires p-pour de nombreux enfants. Evidement, i-il n'y avait p-plus p-personne, mais... C'était un endroit que j'appréciai beaucoup. Je n'avais à v-vrai dire appris le n-nom officiel d-de cette place q-que récemment... "Place Seryu Ubiquitous"... D'après c-ce que m'avait raconté u-un garde, c'était p-pour rendre h-hommage à u-une élue q-qui avait d-défendue p-plusieurs f-fois la n-nation c-contre d-des méchants... P-peut être q-qu'Aki avait u-une place a-aussi ? J-je ne le savais p-pas... Mais c-cela n-ne m'empêchai e-en tout cas p-pas de me reposer ici... A-après tout, l-le vampire é-était absent a-actuellement, e-et rien ne pressait. Nalya était déjà endormie de toute façon, et, l-la connaissant, e-elle se réveillerait s-sans doute au milieu d-de la nuit pour discuter a-avec un chat... E-et elle me raconterait s-ses aventures l-le matin e-en me tirant du lit...




Dernière édition par Orina le Ven 16 Sep - 13:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 2330
Yens : 1208
Date d'inscription : 07/08/2015

Progression
Niveau: 213
Nombre de topic terminé: 102
Exp:
15/24  (15/24)
avatar
Aki Nishiie ¦ Justicière ¦

-



MessageSujet: Re: Le foyer dans son coeur   Jeu 15 Sep - 19:26




Le foyer dans son coeur



feat.Orina !



Tanith et Aki étaient rentrés il y avait peut de temps, tout au plus quelques jours, de l'expédition qui avait été menée dans le but de trouver cuir et sang magique pour les commandes qu'elle avait passée au vampire. Pour l'instant, cela n'avait pas été fait pour d'obscures raisons, peut être parce que la rouquine avait continué d'éviter soigneusement la présence de celui qui avait l'air d'un cinquantenaire, essayant de fuir les sentiments qu'elle pouvait avoir quand il se trouvait trop proche. Ainsi, son train train quotidien s'était poursuivis, travaillant à la boutique la journée, aidant à l'hôpital la soirée et cherchant toujours à améliorer ses compétences de parfaite maman, en achetant des livres de cuisine, par exemple, ce qui n'était pas extrêmement cher. Elle essayait de passer le plus de temps possible avec Orina, à parler de plantes ou de tout autre chose qui intéressait la gamine, même si celle ci devait se sentir moins seule à présent qu'elle avait cette petite fée qui l'accompagnait partout où elle allait.

Mais il restait une chose qui n'avait pas été dite. Quelque chose que pour l'instant la Nishiie n'avait pas réussis à lui dire en face, peut être parce qu'elle avait peur que l'homonculus refuse, lui crache des mots acides à la figure et l'envoie paître, même si ce n'était absolument pas le genre de la toute petite Seikajin. Que voulez vous, parfois, lorsque l'on aime trop, aussi bon que puisse être notre instinct, aussi vive que puisse être notre réflexion, l'on se perds dans une paranoïa délirante qui nous fait croire des choses aberrantes et parfaitement erronées. Au fond d'elle même, l'archère savait très bien que l'enfant ne refuserait pas, et que, même si elle le faisait, ce serait avec tact et douceur, comme elle avait toujours fait. Malgré cet obscur point noir, la guérisseuse passait ses journées à sourire bêtement. Elle souriait aux clients, elle souriait à Tanith, elle souriait à Orina, elle souriait aux patients, elle souriait aux marchands … Tout le monde avait finis par s'y habituer, à tel point que si il lui arrivait par un malheureux hasard de perdre ses joyeuses fossettes, l'on s'inquiétait aussitôt de son état.

Mais ce jour était décisif à son sens. Cela faisait exactement deux semaines qu'elle était venue vivre dans la cave sous la boutique. Cela faisait exactement deux semaines que la petite fille illuminait sa vie comme un véritable soleil, et elle avait décidé de le lui dire. Elle voulait enfin avouer à sa protégée qu'elle avait demandé à l'alchimiste la permission de l'adopter, d'en faire enfin sa propre fille, de devenir sa véritable mère. A l'occasion, elle s'était arrêtée plus longtemps que d'habitude sur la place du marché où elle avait acheté une grande quantité de fruits et de jus aux goûts les plus délicieux, ainsi que du poisson et de la viande, mais surtout des pêches, de la farine, du sucre et du beurre, de quoi préparer un plat qui plairait sans doute à la fanatique de ces fruits sucrés et juteux.

Alors qu'elle rentrait pour la boutique, elle ralentit légèrement, comme à son habitude, en passant devant la place Seryu Ubiquitous, celle où l'enfant s'arrêtait le plus souvent pour lire des histoires aux autres jeunes qui appréciaient de plus en plus ce rituel. Sur la fontaine dressée en son centre, elle remarqua la petite carrure qu'elle commençait à connaître par cœur et un sourire plus grand encore éclaira ses yeux qui brillèrent de milles feux, comme toujours lorsqu'elle l'apercevait. S'approchant discrètement, elle s'assit au côté de la petite homonculus, posant son panier de course sur le rebord de la fontaine et adressant un regard ravi à la fillette.

Coucou toi, commença t-elle en lui ébouriffant affectueusement les cheveux. On ne s'est pas encore beaucoup vues aujourd'hui! Comment vas tu ? Des enfants sont venus ?

Le bruissement tendre de l'eau derrière elles qui s'écoulaient avec lenteur et les quelques gouttes qui voletaient toujours pour les rafraichir avaient un côté apaisant. La capitale avait beau être un endroit bruyant et parfois -très souvent- fatiguant, elle avait son charme. La chaleur qui y régnait permettait aux femmes de grandes excentricités de vêtements, ce qui laissait à Aki le loisir de passer inaperçue, elle qui s'habillait toujours d'une chemise et d'un hakama léger. En plus de cela, les fontaines réparties dans la ville étaient finement sculptées et les quelques parcs ajoutaient une touche de verdure nécessaire pour une ville aussi grande.



Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Le foyer dans son coeur   Jeu 15 Sep - 22:15





Le foyer dans son coeur
FEAT. Maman ♥

Je continuai d-d'être a-assisse ici, p-perdue d-dans mes pensées, observant s-sans lire l-le livre que je tenais d-dans m-mes mains, e-et la plaque c-commémorative qui était au milieu de la fontaine. Il... Il n'y a-avait p-pas encore d-de statue p-pour tout dire, m-mais i-il y avait l-le socle pour cela, et i-il allait s-sans doute f-falloir q-quelques s-semaines o-ou mois p-pour que cet e-endroit soit c-complet...

J-je me demandais a-aussi c-ce q-que j'allais p-pouvoir m-manger c-ce soir... I-il devait r-rester surement un peu d-de viande séché, mais... j-je ne savais plus s-s'il restait des fruits... M-malheureusement, i-il était s-surement b-bien trop tard p-pour que je puisse e-essayer de faire des achats... C-c'était u-un peu dommage, m-mais je payais l-le prix de m-ma négligence. A-au moins, j-je saurais l-la prochaine f-fois de p-prévoir c-cela avant. A v-vrai dire, m-même si Nalya é-était de t-très bonne compagnie, l'échoppe était u-un peu triste s-sans t-tout ces gens à l-l'intérieur. J-j'essayais d-de la tenir, l-le matin e-et e-en début d'après midi, m-mais j-je ne pouvais que vendre l-les stocks. D-déjà, j'étais e-en mesure d'aiguiller u-un peu près n'importe q-quel client, e-et de l-les orienter v-vers q-quelqu'un d-d'autre s-si jamais il y avait un problème... C'était à vrai dire p-peu, mais au moins cela f-faisait u-un peu d'argent, ce qui me permettait d'acheter de quoi me nourrir en ne m-me sentant pas de trop c-coupable... M-même si j'essayais d-d'en dépenser le moins possible.

Mais ce fut un b-bruit, j-juste d-derrière m-moi q-qui me fit s-sursauter e-et tourner l-la tête dans c-cette direction en écarquillant mes yeux, avant de l-les fermer aussitôt lorsque j-je sentis l-le contact d-d'une main s-sur le haut d-de ma tête, l-là où sommeillait e-entre l-les mèches r-roses l-la petite fée, q-qui malgré c-ce tumulte n-ne se réveilla pas.

Ouvrant t-timidement mes y-yeux, u-un peu t-troublée p-par ce qui venais de ce passer je p-put voir q-qui en é-était r-responsable, e-et rien d-de moins qu'Aki ! S-sans attendre, j-je agrippa d-directement à elle, posant ma tête s-sur son ventre, v-vraiment contente de la retrouver... C'était u-un état p-presque euphorique, q-que je n'avais p-pas avant, et qui me poussait à n-ne presque p-plus avoir de retenue... M-mais uniquement a-avec elle. D-dès lors q-que j'étai c-contre elle, j-je me sentais v-vraiment b-bien, r-rassurée... E-elle é-était d-de retour, pour plusieurs jours au moins, elle allait être là !

"Je vais b-bien ! J'ai é-été à la b-bibliothèque aujourd'hui, et... J'y suis restée un peu tardivement à v-vrai dire, m-mais... J'ai fait la lecture avant d'y aller. C-c'est juste q... Qu'il se fait tard."

Je f-fermai tranquillement mes yeux, en me souvenant d-de quels comptes j'avais raconté aujourd'hui... Ce fut l'histoire d'un très bel oiseau, q-qui un beau jour é-était parti à l-l'aventure. O-on disait qu'il avait parcouru t-toutes l-les routes d-de Kosaten e-en volant, q-qu'il avait eu t-tout les paysages, p-pour finalement r-retourner c-chez lui, l-le seul e-endroit o-où il se sentait bien... Cela ne m-m'empêcha p-pas en tout c-cas d-de lui demander :

"A-alors, c-comment a-allez-vous ? E-est-ce que votre expédition s-s'est bien passée ?"

 P-puis, j-je me collais v-vraiment contre elle, l-agrippant un p-peu plus, avant de dire, d'une v-voix un peu basse :

"Je... Je suis vraiment heureuse d-de vous revoir..."


Revenir en haut Aller en bas
Messages : 2330
Yens : 1208
Date d'inscription : 07/08/2015

Progression
Niveau: 213
Nombre de topic terminé: 102
Exp:
15/24  (15/24)
avatar
Aki Nishiie ¦ Justicière ¦

-



MessageSujet: Re: Le foyer dans son coeur   Ven 16 Sep - 18:04




Le foyer dans son coeur



feat.Orina !



La petite fille s'empressa de répondre à l'affection de la Druidesse en posant sa tête contre elle dans une étreinte qui fit fondre la rouquine. Décidément, elle n'avait rien perdus de ses manières attendrissante et absolument craquantes. La petite fée qui était logée dans ses cheveux ne s'en voyait pas dérangée pour autant, à croire que cette bestiole avait le sommeil aussi lourd qu'une véritable marmotte. Les deux allaient bien ensemble, dans leur côté mignon, mais Aki ne pouvait s'empêcher de penser à Cirno à chaque fois qu'elle voyait la petite créature. La fée des glaces avait toujours été ravissante de candeur et d'innocence, même lorsque l'archère l'avait croisé proche de la capitale ennemie. Mais depuis elle n'avait plus aucune nouvelle et craignait que cette proximité avec les Fuyujins, et notamment les gardes, associés à sa capacité à manquer de discrétion, est entraînés sa perte.

Orina lui raconta avoir été à la bibliothèque et avoir lus un peu avant, et lui confia qu'elle était restée un peu tard. La Nishiie lui sourit avec tendresse en continuant à la serrer contre elle. Y avait il un moyen de ne pas tomber follement sous le charme de cet enfant ? Etait ce seulement possible d'ignorer ce pouvoir attractif indéniable qu'elle possédait ? En la voyant on avait juste envie de la protéger, de l'empêcher de souffrir, de la voir grandir et sourire le plus possible. Plus les jours passaient, plus l'amour que l'archère avait pour l'homonculus allait croissant, la dévorant, occultant bon nombres d'autres pensées. C'était donc ça que l'amour maternel ? Être prête à tout, à n'importe quoi, pour pouvoir rendre sa fille heureuse ? Si c'était ça alors c'était indéniablement le plus beau sentiment du monde.

Oui, l'expédition s'est très bien passée, on as trouvé tout ce qu'il nous fallait, je ne vais pas repartir avant quelques semaines maintenant, je compte bien profiter un peu de toi !

La guérisseuse rigola légèrement, paniquant toujours à l'idée de lui dire ce qu'il fallait pourtant qu'elle avoue un jour ou l'autre. Elle n'allait tout de même pas lui cacher une nouvelle aussi importante toute sa vie ! La fillette était loin d'être stupide, elle allait finir par se poser des questions, par se demander pourquoi une femme qui semblait si mal s'entendre avec son père adoptif vivait dans leur maison.

Si ça te dit, on essayeras de ne pas rentrer trop tard d'accord ? Ca te vas si on rentre ensemble d'ailleurs ? En arrivant j'aurais peut être une petite surprise pour toi ! Et je suis très heureuse de te revoir aussi. Ah et aussi … arrête de me vouvoyer s'il te plait !

Sur le marché elle avait également trouvé un agrafe pour les cheveux qui à l'aide d'entrelacs compliqués représentaient une créature fort semblable à celle qui dormait encore paisiblement dans les cheveux de la petite fille, de l'air innocent aux ailes diaphanes. Elle avait décidé de le lui offrir aussi, même si elle ne savait pas vraiment ce qu'étaient les goûts de sa protégée en terme de bijoux. Elle même n'en portait jamais vraiment, hormis les foulards dont elle se servait pour retenir ses cheveux en cas de tâches délicates, mais elle avait entendus dire que beaucoup de petites filles adoraient particulièrement ce genre de décorations, et faire plaisir à sa luciole lui semblait la chose la plus agréable possible en ce monde.

Elle regarda son panier qui comportait tous ce qu'elle avait acheté pour le repas de ce soir, et pendant quelques instants, se prit à regretter que Tanith soit un vampire. Si il avait été humain, ils auraient pus partager un semblant de repas de famille tous les trois, autour de la lugubre table en pierre, éclairés à la bougie, ils auraient pus rigoler, parler de tout et de rien, comme elle voyait les natifs le faire de temps à autre. Mais ce serait encore un tête à tête avec la toute petite Seikajin, alors que l'homme aux cheveux blancs oeuvrerait sur son alchimie juste à côté. Elle ne pouvait cependant pas se plaindre, la situation actuelle était plus proche d'un véritable foyer que tout ce qu'elle avait pus espérer jusque là.



Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Le foyer dans son coeur   Sam 17 Sep - 20:58





Le foyer dans son coeur
FEAT. Maman ♥

L-l'eau qui c-coulait doucement de la fontaine sur l-laquelle nous étions t-toutes deux installées é-était p-probablement le seul bruit e-extérieur à n-notre conversation, q-qui se f-formait t-tranquillement, c-comme à c-chaque fois, o-où l-la druidesse m-m'apprenait b-beaucoup d-de c-chose s-sur l-le monde e-et les quelques m-méthodes q-qui p-pourraient me servir à p-par exemple a-apprendre c-comment f-faire un onguent o-ou un petit b-baume de s-soin, de manière p-plus... A-artisanale.

A-après t-tout, j-j'avais c-commencée à m-mettre u-un peu en pratique t-toutes l-les connaissances q-que j'avais a-accumulée c-ces derniers m-mois. C-cela n-ne faisait à v-vrai dire q-que quelques semaines t-tout au plus q-que j'avais c-commencée à u-utiliser l-les... P-précieux i-instruments d-du vampire, e-et ce avec l-le plus grand s-soin e-et j-jamais s-sans, a-au début, l-la s-surveillance é-étroite de M. A-Amonwiel, q-qui vérifiait t-tout de même s-si j-je ne faisais p-pas d'erreur. M-mais t-tout s-s'était b-bien passé, e-et j'avais p-put commencer à f-faire q-quelques potions a-assez simple, p-principalement l-les plus d-demandées p-par les habitants d-de Chikai... E-et c'était surtout à vrai dire l-la potion q-qui atténuait l-les effets de la gueule de bois.

M-mais cela é-était bien d-différent d-des connaissances p-plus "naturelles" d-de la druidesse q-qui, j-juste en m-mouillant e-et pressant une f-fleur a-avait r-réussie à e-en faire u-une mousse p-parfumée, q-que j'utilisais à c-chaque f-fois q-que l-l'on me lavait. A v-vrai dire, j-je ne me lavais s-seule q-qu'assez r-rarement, p-principalement q-quand Aki et M.Amonwiel é-étaient p-partis. C-c'était p-parce q-qu'il fallait a-après tout p-préparé l-le bain e-et tout l-les produits, e-et que c-cela p-prenait d-de la p-place, b-beaucoup d-de place... A-a moins que... Ce ne soit q-qu'ils a-apprécient d-de... L-le faire ? C-ce s-serait a-assez é-étrange a v-vrai dire... M-mon c-corps p-possédant e-encore q-quelques m-marques d-de mon p-passé t-tumultueux, m-même s-si e-elles... Elles s-s'étaient p-presque t-toutes effacées avec le temps.

P-pour e-en revenir à l-la discussion q-que n-nous étions e-en train d-d'avoir avec cette personne e-en qui j'avais pleinement confiance, elle m-m'indiqua q-que l-l'expédition q-qu'elle avait eu s-s'était bien passée, et qu'elle avait t-trouver c-ce qu'elle cherchait. M-mieux e-encore, e-elle... E-elle a-allait r-rester i-ici d-de longues s-semaines, c-ce qui t-témoignait de b-bon présages ! J-j'étais u-un peu impatiente d-d'apprendre à s-ses cotés, s-si cela ne l-la gênait p-pas b-bien évidement, m-mais a-aussi d-de simplement d-discuter e-et d-de faire t-tout u-un tas d-de chose p-palpitantes q-qui r-remplissaient m-mes journées e-en sa présence et... Q-qui m-me rendait h-heureuse...

M-mais a-au fond d-de moi... J-je savais q-que t-tout cela n-ne durerai p-pas... I-il y allait b-bien a-avoir u-un jour u-un moment o-où... L-le vampire e-et la druidesse s-souhaiteraient p-passer à a-autre c-chose, p-pouvoir r-retrouver l-leurs l-libertés q-que ma présence e-endiguait... J-je savais q-qu'actuellement, j-je v-vivais p-probablement l-les m-meilleurs instants d-de t-toute ma vie...

E-en tout cas, A-aki m-me proposa d-de rentrer a-assez t-tôt p-pour q-qu'elle p-puisse m-me faire u-une... S-surprise ? N-naturellement, j-j'étais c-curieuse, e-et j-je n-ne pus m-m'empêcher d-de demander, m-même s-si c-c'était un peu idiot, c-car... C-c'était l-le principe d-d'une s-surprise n-non ?

"A-ah bon ? Q-quoi c-comme surprise ?"

P-pour l-le reste, j-j'étais c-contente d-d'entendre q-qu'elle é-était h-heureuse d-de me revoir, m-mais m-me prévenant q-qu'elle s-souhaitait q-que j'arrête d-de la v-vouvoyer. C-cela allait être d-dur, p-puisqu'après t-tout, j-j'avais t-toujours v-vouvoyé l-les gens, e-et... J-je risquais t-très p-probablement d-de me tromper... M-mais je fis u-une signe d-de tête, a-accompagné d-un sourire gêné, a-avant d-de dire, q-quelques s-secondes p-plus tard :

"A-alors... R-rentrons. J-je... J-je ne comptais p-pas r-rester i-ici t-très longtemps, c-c'était juste que c-cet endroit est... U-un p-petit peu plus c-chaleureux q-qu'une cave."


C-c'est ainsi q-que j-je me redressais p-pour me lever, r-reprenant avec m-moi le livre, avant d-de c-commencer à m-me diriger v-vers l-l'échoppe o-où nous logions.


Revenir en haut Aller en bas
Messages : 2330
Yens : 1208
Date d'inscription : 07/08/2015

Progression
Niveau: 213
Nombre de topic terminé: 102
Exp:
15/24  (15/24)
avatar
Aki Nishiie ¦ Justicière ¦

-



MessageSujet: Re: Le foyer dans son coeur   Dim 18 Sep - 3:05




Le foyer dans son coeur



feat.Orina !



Bien évidemment, la jeune fille réagit comme beaucoup l'aurait fait en demandant à connaître la surprise que la rouquine lui avait réservé. Celle ci lui fit un clin d'oeil et un sourire à la fois taquin et mystérieux, sans mot dire. Il n'y avait pas de raison de tout lui révéler dès à présent. Le vampire serait sans doute là mais ne risquait pas d'intervenir dans leur conversation tant il était froid et distant quand il le voulait. Tout ce qui était confessions sentimentales ou qu'il voyait comme mielleuse n'était vraiment pas son truc, même si pour une de leur première soirée ensemble il avait pus se laisser aller à quelques mots plus tendre qu'à son habitude. Quoi qu'il en soit, elle doutait qu'il interfère dans ce genre de révélation, ce n'était clairement pas dans ses habitudes.

Lorsque l'archère demanda à la fillette de la tutoyer, celle ci parut hésitante. Il était vrai qu'il ne lui arrivait que très rarement de passer à ce genre d'appellation pour quelqu'un. Avec l'alchimiste depuis beaucoup plus longtemps mais ne lui avait pour autant jamais donné du « tu » ou même appelé « papa ». Se considérait il seulement lui même ainsi ? Qu'était il sinon son père adoptif, celui qui s'était voué à la protéger comme la Druidesse avait décidé de le faire plusieurs mois plus tard ? Orina l’appellerait elle un jour maman ? A cette simple pensée son cœur fit un bond presque douloureux dans sa poitrine. Si un jour cela arrivait, elle ne pourrait sans doute pas empêcher quelques larmes. Peut être était elle trop émotive ? Peut être se laissait elle aller trop facilement à ses sentiments ? Après tout à 20 ans désormais on pouvait la voir encore comme une enfant, elle n'était sans doute pas assez mature pour en avoir elle même, mais avait pourtant décidé de s'occuper de la petite homonculus comme si celle ci avait son propre sang.

Etait ce un moyen de compenser ce qu'elle ne pourrait finalement jamais avoir ? Un véritable enfant qui ne soit qu'à elle, qu'elle aurait porté dans la joie de l'attente et le bonheur de voir arriver le grand moment ? Sa vie d'aventure ne correspondait pas à cela, et il fallait dire que la toute petite Seikajin était si intelligente et mature par moment qu'elle semblait ne représenter qu'un petit engagement, mais c'en était un quand même. Longtemps elle avait réfléchis sur le bien fondé de cette décision, de savoir si elle le méritait ou si elle en était capable, puis elle en était venue à une conclusion simple. Dans ce monde affreux qu'on leur avait donné, la fille aux cheveux roses n'avait plus d'autre parent qu'un vieux vampire aigri. Dans ce monde là, elle risquait sans doute de souffrir, de vivre des épreuves qu'elle n'aurait eu à subir nulle part ailleurs. Alors si la Nishiie pouvait l'aider, ne serait ce qu'un peu, un tout petit peu, elle le ferait, et elle ferait une croix sur ses peurs de ne pas être à la hauteur, car ce n'est pas en se posant un milliers de questions qu'elle pourrait lui venir en aide.

Je suis bien d'accord, cette cave n'est pas très chaleureuse, il faudrait peut être en toucher deux mots à notre vampire grognon, qu'en dis tu ?

Elle rigola doucement et se remit debout sur ses pieds en tendant une main à Orina pour qu'elles rentrent ensemble. Saisissant la poignée du panier de l'autre, elles déambulèrent ainsi dans les rues de la capitale qui commençait tout juste à se teinter des tendres lueurs du soir, lumières rouges et jaunes qui s'accordaient parfaitement aux coloris si enflammés des maisons de l'empire du soleil où tout était fait pour rappeler l'astre qui flamboyait au dessus de leurs têtes. Lorsqu'elles arrivèrent à la boutique, celle ci n'était heureusement pas encore fermée et elles se glissèrent toutes les deux dans cette pénombre qu'elle commençait à bien connaître.

Aki laissa Orina descendre la première à l'échelle et lui conseilla d'attendre quelques temps. Elle prit environ une dizaine de minutes pour foncer chez leur couple de voisin fort sympathiques qui disposaient d'un foyer et d'un four extérieur. Elle se lança dans la préparation rapide de ce gâteau que lui faisait autrefois sa mère et leur informa qu'elle repasserait dans une petite demi heure. Comme à son habitude elle déposa quelques yens dans un pot à l'entrée qu'ils utilisaient eux même pour collecter de l'argent en vue d'un voyage à Minshu. Ils ne se rendaient jamais compte de rien, mais elle se sentait mieux ainsi. De retour dans la petite cave en effet bien sinistre, elle sortit l'attache à cheveux et la lui tendit.

Voilà la première surprise ! Rien de bien exceptionnel je te l'accorde, mais en la voyant j'ai pensé à ton amie et à toi, et je me suis dit que cela te plairait peut être. N'aie pas peur de me dire si ce n'est pas le cas, je ne suis pas très douée pour ce genre de cadeau.

La guérisseuse rigola nerveusement en se passant la main qui ne tenait pas le bijou dans les cheveux, ne sachant pas trop où se mettre et espérant que sa surprise ne décevrait pas la petite fille.

Apparence approximative du bijou :
Spoiler:
 



Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Le foyer dans son coeur   Dim 18 Sep - 17:30





Le foyer dans son coeur
FEAT. Maman ♥

J-je laissai u-un petit souffle s-se faire lorsqu'Aki r-rigola v-vis à vis d-de la c-cave q-qui nous servait d-de maison, m-mais aussi d-d'atelier p-pour l-l'alchimiste. A v-vrai dire, a-avec l-l'arrivée d-d'Aki, d-de ses d-deux animaux Mune et Mizu, e-et en plus d-de Nalya, a-autant d-dire q-que n-nous allions b-bientôt n-nous retrouver t-toutes serrés, e-et... J-j'avais d-du mal à m-me faire e-encore p-plus petite q-que maintenant. J-je n'osais l-lui demander d-directement, m-mais... P-peut être a-allait-il f-falloir q-que... Q-que n-nous changions d-d'endroit ? C-c'était d-dur à penser, p-parce q-qu'après t-tout, l-la cave d-de l'alchimiste é-était u-un endroit o-où j-je me s-sentais b-bien, p-plus q-qu'en sécurité. J-j'acquieça s-simplement d-d'un signe de tête, u-un peu timide.

C-ce fut s-sans attendre q-que l-la druidesse s-se leva, e-elle aussi motivée p-pour r-rentrer c-chez le vampire p-pour se reposer a-après u-une expédition q-qui avait dût être t-très difficile e-et longue, m-mais surtout p-pour m-me réserver c-cette... S-surprise. J-j'étais v-vraiment c-curieuse, e-et j-je fus u-un peu prise de l-l'idée d-de r-regarder à l-l'intérieur d-du panier q-qu'elle avait amené a-avec elle, a-avant de secouer l-la tête. C-c'était u-une mauvaise idée. S-si elle voulait m-m'en faire l-la surprise j-justement, i-il allait f-falloir q-que j-je prenne m-mon mal e-en patience, p-pour être s-surement s-sous l-le coup d'une f-formidable surprise lorsqu'elle m-me montrera c-ce qui a-avait happé m-mon esprit !

Musique

M-mais alors q-que n-nous commencions à a-avancer, e-elle... E-elle m-me tendit s-sa m-main. U-une nouvelle f-fois, c-comme e-elle l'avait t-tant fait p-par le passé. P-pas p-pour m-m'aider, p-pas p-pour m-me sortir d-d'un mauvais p-pas, mais... P-pour q-que je sois à s-ses c-cotés, m-maintenant, et p-pour l-les temps à v-venir. C-ce fut a-avec u-un sourire que je posai m-ma main sur la sienne, en t-tenant s-ses d-doigts, p-pour ne pas la lâcher.

C-c'est ainsi q-que n-nous f-firent l-le trajet j-jusqu'à l-la boutique d-du vampire, q-qu'il avait l-laissé o-ouvert, a-alors q-que, chose é-étrange, i-il n-n'était p-pas d-du tout d-dans l-les parages, n-ni même à l-la cave l-lorsque j-j'y descendis à l-la demande d-d'Aki, qui m-me demandait d-d'attendre q-quelques minutes l-le temps q-qu'elle revienne. M. A-Amonwiel a-avait d-dût q-quitter l-la b-boutique e-en pensant q-que la druidesse p-pouvait r-revenir à n-n'importe q-quel moment...

P-pendant q-qu'elle é-était o-occupée, j-je posais m-mon livre p-proche d-de m-mon sac d-de couchage, a-avant d-de n-nettoyer u-un peu l-la cave. J-j'eu a p-peine finie q-que l-la druidesse r-revienne, e-et qu'elle s-s'adresse à moi e-en m-me t-tendant u-un... U-un p-petit o-objet. C-c'était u-un p-petit e-ensemble d-de métal f-forgé, c-comme u-une p-petite b-barrette, q-qui r-ressemblait à... A u-une fée. J-je r-regardais l-le p-petit o-objet p-pendant p-plusieurs s-secondes é-écarquillant l-les yeux s-sans r-rien dire, a-avant d-de r-regarder l-la d-druidesse e-en c-commençant à a-avoir l-les larmes aux yeux e-en disant.

"C...C'est p-pour m-moi ?"

J-je p-posais m-ma main s-sur l-la sienne, p-pendant q-que de l'autre j-je m-m'essuyais l-les yeux a-avant d-de dire d-d'une v-voix u-un peu f-faible :

"J... Je ne sais p-pas quoi d-dire... P-pas q-quoi r-répondre..."

J-je m'avançais d-d'un p-pas v-vers e-elle a-avant d-de... q-que m-mes bras n-ne s-s'entourent a-au niveau d-de s-ses hanches, e-et que je n-ne frotte m-ma tête c-contre e-elle.

"M...M-merci, d-du f-fond du coeur, p-pour... P-pour ce cadeau... Ça m-me touche, v-vraiment b-beaucoup."



Revenir en haut Aller en bas
Messages : 2330
Yens : 1208
Date d'inscription : 07/08/2015

Progression
Niveau: 213
Nombre de topic terminé: 102
Exp:
15/24  (15/24)
avatar
Aki Nishiie ¦ Justicière ¦

-



MessageSujet: Re: Le foyer dans son coeur   Lun 19 Sep - 2:16




Le foyer dans son coeur



feat.Orina !



Le bijou n'était pas une grande œuvre d'art, il n'était pas sertis de pierre précieuse, il était sans doute en argent et avait dû être vendus des centaines de fois sous différentes formes, il n'était pas bien gros et les détails pas forcément superbement ouvragés. Mais lorsque Aki était passé à côté, son œil avait tout de suite était attiré par ce petit objet ouvragés avec attention et qui avait l'avantage de représenter celle qu'on appelait Nalya, ou au moins son espèce, que la rouquine ne connaissait que très peu pour n'en avoir croisé que par deux fois. La réaction de sa protégée lui parut donc grandement disproportionné pour un si petit cadeau qui n'était au final que quelques minutes à un stand de marchand et quelques yens tout au plus. Mais sans doute n'avait elle pas l'habitude qu'on lui fasse de cadeaux. La jeune femme lui ébouriffa de nouveau tendrement les cheveux en prenant garde à ne pas réveiller sa minuscule compagne.

Bien sûr que c'est pour toi ! Pour qui veux tu que ce soit voyons !

Elle rigola doucement, charmée par la candeur enfantine de cette enfant qui avait l'air de ne décidément pas être habituée à ce qu'était une vie de famille. Comment pourrait elle réagir à ce que la jeune femme allait finir par lui dire dans cette soirée ? En y pensant, la Nishiie se sentit de nouveau paniquée en imaginant sa réaction. Et si cela ne se passait pas comme prévus ? Et si elle n'appréciait pas cela ? Et si … ? Et si … ? Non, il ne fallait pas qu'elle s'assaille de questions de la sorte. La soirée allait se poursuivre tranquillement et cela finirait par arriver sur la table … Cela se passerait bien. Elle écarta les bras puis les passa également autour du dos de la fillette pour la serrer contre elle, se sentant étrangement bien.

Ce n'est rien voyons, juste un petit cadeau en passant !

Lui administrant une longue étreinte jusqu'à temps que la petite fille en ai marre, elle s'accroupit ensuite à son niveau pour pouvoir la regarder dans les yeux. Dans la pupille gauche elle discerna distinctement les runes gravées sur la lentille qui lui permettait de ne pas tout incendier dès qu'elle ouvrait les paupières. C'est cela qui sauvait la confiance en elle de la gamine et qui lui permettait de ne pas avoir peur sans arrêt, et elle devait cette aide inespérée à Tanith. La guérisseuse se sentit légèrement coupable, jusqu'ici ses techniques de maîtrises de soi n'avaient pas été suffisantes pour que la fillette puisse se défaire de cet artefact bien pratique.

Mais pendant qu'elles discutaient l'heure tournait et il fallait dire que le gâteau qui cuisait au beau milieu du feu des voisins n'en aurait plus pour très longtemps. Encore une fois la soigneuse était saisie d'angoisse à l'idée de louper son plat. Ce n'était qu'un cadeau de moindre importance que celui d'un simple gâteau aux pêches, mais elle voulait que ce jour soit parfait, elle voulait ne rien avoir à se reprocher si d'aventure cela pouvait mal se passer. Son cœur battait à tout rompre et elle ouvrit une première fois la bouche sans rien pouvoir dire. Elle eut envie de se gifler elle même. Comment pouvait elle éduquer une enfant si elle ne pouvait même pas lui avouer qu'elle souhaitait devenir sa mère ! Elle n'avait même pas la maturité de lui dire la vérité alors qu'espérait t-elle ?

Orina … j'ai quelque chose de très important à te dire … Rien de grave rassure toi ! J'espère même que ce sera une bonne nouvelle … Tu te souviens de quand nous étions encore à la forêt tropicale ? Je t'avais parlé d'un grand secret, un secret que je te révélerais un jour mais dont je voulait parler avec monsieur Amonwiel … Je pense que c'est le moment de te le dire maintenant …

Elle inspira un grand coup en fermant les yeux, se mordant nerveusement la lèvre.

Avant je devrais peut être … j'ai laissé ta deuxième surprise chez les voisins, si tu m'attends encore deux minutes, nous pourrons en discuter autour d'un gâteau.

Elle lui fit un clin d'oeil, contente d'avoir au moins une occasion de reporter encore de quelques minutes la révélation.



Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Le foyer dans son coeur   Lun 19 Sep - 14:00





Le foyer dans son coeur
FEAT. Maman ♥

C-ce fut e-en assurant s-son geste d-de quelque p-paroles q-qu'Aki confirma q-que... que l-l'objet q-qu'elle t-tenait d-dans sa main était p-pour moi... C-c'était p-pourtant u-un objet q-qui avait dût être f-fabriqué a-avec d-du temps, d-de la patience... E-est-ce q-que... Que je m-méritais v-vraiment u-un tel p-présent ? B-bien é-évidement, j-je pensais q-que non, n-n'ayant r-rien f-fait d-d'extraordinaire o-ou de v-valable p-pour a-avoir un t-tel remerciement... J-je... J-je ne comprenais p-pas...

M-mais e-en même temps, c-cela m-me f-faisait b-beaucoup plaisir, comme s-si... A t-travers c-ce cadeau, i-il y-y avait p-plus q-qu'un b-bien matériel... C-comme s-si i-il y avait u-une p-part d-d'elle, d-de toute s-sa générosité e-et de toute sa g-gentillesse i-ici, d-dans l-le creux d-de s-sa main... C-ce qui m-me faisait m-me reposer l-la même question... Est-ce que... J-j'en étais d-digne ? A s-ses yeux... I-il semblait q-que oui... I-il semblait q-que... J-j'en valait l-la peine.

E-elle... Elle d-disait que ce n-n'était q-qu'un petit c-cadeau, m-mais à m-mes yeux, c-cet objet v-venait d-d'avoir u-une valeur i-infinie... L-le premier c-cadeau q-que l'on me donnait, q-qui n'était p-pas nécessaire p-pour moi, c-comme l'avait p-put être m-mes vêtements ou m-mes sandalettes q-que le vampire avait acheté... O-ou l'argent q-que m'avait d-donné Ayae i-il y a longtemps, q-qui m'avait p-permis d-de me nourrir l-les premiers j-jour, a-avant q-que j-je ne fasse l-la rencontre d-du vampire...

E-et ce fut s-son geste, q-qu'elle m-me prenne à s-son tour dans ses bras, q-qui m-me r-refit p-pleurer u-un peu d-de j-joie, m-me sentant... V-vraiment b-bien i-ici. D-dans c-cette sorte d-de petit c-cocon q-qu'elle f-formait à l-l'intérieur d-de s-ses bras... U-une bulle protectrice et à l-l'écart d-du monde extérieur et de tous ses dangers... Une enclave où j-je savais q-que rien n-n'arriverai, s-si ce n'était l-la gentillesse d-de la druidesse.

"M...Merci !" M-murmurai-je de n-nombreuses fois e-en séchant mes larmes sur ses habits, a-avant de, a-au bout de plusieurs m-minutes, l-la lâcher l-lentement e-en affichant u-un g-grand s-sourire, t-tandis q-que l-la lumière d-de la cave f-faisait s-scintiller l-le bas d-de mes yeux e-et mes j-joues h-humides.

T-toutefois, l-la suite n-ne fut p-pas m-moins troublante. S-se m-mettant à m-mon niveau p-pour m-me r-regarder p-pendant p-plusieurs s-secondes s-sans rien dire, t-tout en r-remuant s-ses lèvres, c-comme si e-elle v-voulait d-dire q-quelque chose d-de... D-difficile. C-cela m-m'arrivait a-après tout très souvent... M-mais c'était b-beaucoup p-plus rare c-chez l-les autres, e-et... C-cela m'intriguait, d-d'autant q-que f-finalement, e-elle avouait a-avoir q-quelque c-chose à m-me dire, u-un secret q-qui r-remontait i-il y-y a m-maintenant p-plusieurs s-semaines, l-lorsque n-nous nous étions r-retrouvées t-toutes deux d-dans la forêt, l-lors d-d'un m-moment q-qui fut p-pour moi d-difficile, m-mais dont l-la fin é-était a-après t-tout h-heureuse.

E-et e-elle c-comptait m-me dire c-ce q-que ce secret é-était... M-mais a-alors q-que j-je ressentais d-dans tout m-mon corps l-les battements de mon coeur, me p-paralysant u-un peu s-sans savoir pourquoi j-j'avais u-une telle appréhension d-de cette nouvelle q-qui... Q-qui s'annonçait tout de même comme q-quelque chose d'important... E-elle r-reporta d-de quelques minutes e-en quittant l-la cave p-pour... P-pour une... P-pour une d-deuxième surprise ? U-un... Un gâteau.

J-je restais s-sur place e-essayant d-de c-comprendre... D-deux s-surprise e-et... U-une grande révélation ?! C-cela c-commençait à b-beaucoup m-m'inquiéter, à m-me f-faire s-sentir t-toute curieuse... M-mais j-j'allais d-devoir a-attendre u-un tout p-petit p-peu plus...

P-profitant d-donc d-de c-ce petit i-instant o-où je ne pouvais a-avoir l-l'esprit t-tranquille, j-je posa a-avec d-délicatesse l-la fée endormie s-sur m-mon oreiller, l-là où elle dormait t-tout le temps, a-avant d-de détacher m-mes d-deux c-couettes, p-pour n'en f-former p-plus qu-qu'une seule à l'arrière de ma tête, e-en utilisant l-le cadeau d-d'une valeur i-infinie d-de la druidesse... E-et j'allais e-en prendre l-le plus grand soin...


Revenir en haut Aller en bas
Messages : 2330
Yens : 1208
Date d'inscription : 07/08/2015

Progression
Niveau: 213
Nombre de topic terminé: 102
Exp:
15/24  (15/24)
avatar
Aki Nishiie ¦ Justicière ¦

-



MessageSujet: Re: Le foyer dans son coeur   Lun 19 Sep - 17:35




Le foyer dans son coeur



feat.Orina !







Touchée jusqu'au plus profond de son cœur par les larmes de la petite fille, Aki avait foncé d'un seul trait chez les voisins qui avaient sortis pour elle le gâteau de leur four. Ils la regardaient avec curiosité, se demandant pourquoi elle avait l'air aussi paniqué. Elle leur fit un grand sourire et les remercia au moins trois ou quatre fois de leur générosité. Depuis son arrivée ici, elle leur avait toujours emprunté leur cuisine quand elle voulait préparer quelque chose de plus complexe. En échange elle offrait avec plaisir un baume contre l'arthrite au vieux mari et soignait tous les maux de cette famille quand ils en avaient besoin. Elle s'était par exemple occupée d'une méchante toux de leur fils. C'était dans des moments comme cela qu'elle bénissait son apprentissage. Il avait été long et douloureux, pleins de souffrances et de peurs, on lui avait arraché son enfance et son innocence en lui faisant croire que c'était ce qu'elle voulait, mais en échange on lui avait transmis le plus beau don au monde, celui de pouvoir guérir les autres. Ses pouvoirs et ses soins pouvaient rendre Kosaten meilleurs, et pour cela elle ne pourrait jamais assez remercier Shi, malgré tout ce qu'il lui avait fait endurer. Le plat chaud entre les mains elle rentra à la boutique et retrouva la fillette en train de s'attacher les cheveux avec son nouveau cadeau.

Un sourire heureux vint encore orner le visage de la Druidesse qui déposa sa deuxième surprise sur la table et chercha dans un recoin deux bol en bois mais ne servit qu'à l'intérieur d'un seul pour l'instant. Donnant une portion généreuse elle fut ravie de pouvoir déjà constater que l'odeur de son plat était celle du sucre caramélisé et de la pêche, une senteur qui lui donnait l'eau à la bouche.

Voilà la deuxième surprise que je voulais te faire. Bon, connaissant mes talents débutants en cuisine, ce peut être un cadeau empoisonné. Elle rigola de bon cœur, consciente qu'un véritable pâtissier aurait fait mille fois mieux qu'elle. Mais comme je sais que tu aimes les pêches, je m'étais dit que peut être … ce serait une bonne manière d'agrémenter la soirée, qu'en dis tu ?

L'invitant à s'asseoir là où elle avait remplis le premier bol elle se posa juste en face, le menton entre les paumes de ses mains, les coudes posés sur la table, regardant l'enfant avec tendresse et joie. Elle attendit patiemment que celle ci eût goûté en première et donné son avis pour se servir à son tour. Le goût n'était pas aussi délectable que dans son souvenir mais au moins l'on pouvait encore sentir l'onctuosité des fruits que Orina aimait tant. Mais il n'était plus question de cuisine à présent. Elle lui avait parlé de ce secret, et il allait falloir le dire. Le cœur battant à tout rompre, à tel point qu'elle croyait qu'il était sur le point d'exploser, la guérisseuse prit une grande inspiration puis se lança.

Orina … J'ai longtemps réfléchis. Tu es encore une enfant, et la cruauté de ton ancien monde et de celui ci as fait que tu es seule pour affronter l'avenir. A mes yeux c'est une réalité intolérable. Tu es sans aucun doute la petite fille la plus mignonne et la plus gentille que je n'ai jamais rencontré et je ne peux pas me résoudre à me dire que jamais tu ne connaîtras le bonheur d'avoir des parents. J'ai … Je sais que je suis peut être un peu jeune, je sais qu'il y a pleins de raisons qui pourraient aller contre moi, c'est pour ça que j'ai mis beaucoup de temps avant de te le dire, et j'en suis désolé. Excuse moi d'avoir fait autant de mystère autour de tout ça. J'en ai parlé à Tanith, et je me suis renseignée sur les procédures du pays, il me semble que en tant qu'élue, aucune difficulté ne me sera faite, le gouvernement s'en fiche même et … bref … Orina, si tu l'acceptes, et seulement si tu l'acceptes, je ne voudrais te forcer à rien du tout, j'aimerais …

J'aimerais devenir ta maman Orina. J'aimerais pouvoir te présenter comme ma fille et je voudrais prendre soin de toi pour tous les jours qu'ils nous restent à vivre toutes les deux. Je ne suis peut être pas la personne idéale, je voyage un peu trop et je ne serais pas là tout les jours, mais, dans la mesure du possible, je voudrais t'apporter tout le bonheur que tu mérites, pouvoir te soutenir quand tu ne vas pas bien, te couvrir de cadeau quand j'en ai envie, et t'apprendre tout ce que je sais. Je voudrais te prendre dans mes bras si tu en as besoin et m'occuper de toi comme si tu étais de mon propre sang. C'est une décision difficile à prendre, je m'en doute, alors je vais te laisser le temps qu'il te faut pour y réfléchir, et saches surtout que je ne me vexerais pas, quel que soit ton choix final.

Un autre sourire, plus timide et penaud s'était glissé sur ses lèvres, ses yeux s'étant mis à briller de larmes d'émotions. Elle l'avait fait ! Elle l'avait dit !



Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Le foyer dans son coeur   Lun 19 Sep - 23:05





Le foyer dans son coeur
FEAT. Maman ♥

Musique

I-impatiente e-et encore s-sous l-le choc des s-surprises q-que m-m'avait réservée A-Aki, j-je n-ne tenais p-pas v-vraiment e-en place, n-ne sachant p-pas d-du tout s-si j-je devais m-m'asseoir s-sur une c-chaise, e-en essayant d-de paraître l-la p-plus s-sereine p-possible p-pour ne pas gâcher t-tout ses efforts, t-tout ce q-qu'elle f-faisait p-pour moi, o-ou bien m-me c-cacher, q-quelque p-part, t-tellement j-j'avais p-peur de ne pas être à l-la hauteur d-de ses espérances, d-de ne p-pas savoir s-si... J-je pouvais être u-une s-suffisamment b-bonne p-personne p-pour d-déjà seulement t-tenter de voir son ombre... A c-chaque seconde, j-j'angoissais u-un peu plus, f-faisant l-les cents p-pas d-dans la cave, i-inquiète c-comme jamais, d-d'autant que... Q-qu'elle c-comptait m-me révéler u-un secret d-des plus i-importants à s-ses yeux, u-une chose q-qui r-risquait s-sans d-doute d-de n-nous bouleversé... S-sinon, i-il n-n'y aurait s-sans d-doute p-pas eu a-autant d-de chose...

M-mais quel était c-ce secret ? J-je n'en avais a-aucune idée... E-et j-je n'arrivais p-pas du tout à m-me concentrer p-pour y r-réfléchir... C-craignant à l-la fois l-le pire e-et le m-meilleur, s-surtout l-les d-deux mélangés m-me d-donnant e-encore p-plus de confusion...

Toutefois, c-ce fut l-le son h-habituel d-de la porte d-de la boutique s-s'ouvrant q-qui m-me fit un peu sursauter, e-et m-me faire c-comprendre q-que la druidesse r-revenait, e-et c-ce fut a... Avec u-un gateau q-qu'elle p-posa s-sur l-la table d-de la cave. Je... j-je ne savais e-encore une fois p-pas comment réagir, f-fixant ce q-qu'elle avait p-préparée a-avec p-patience, j-juste... J-juste p-pour nous... L-la vue d-du m-mince f-filet d-de f-fumée e-en plus d-de l'odeur a-avait a-amplement s-suffit p-pour m-m'ouvrir l-l'appétit, e-et j-je n'eu pas v-vraiment l-le temps de discuter que j-je me retrouvais à t-table, a-avec u-une p-part plus que c-conséquente p-pour moi d-dans u-un bol d-de bois, pendant q-qu'elle m-m'expliquait u-une nouvelle f-fois que c'était une s-surprise, e... Et qu'elle était p-pour moi, m-malgré, c-comme e-elle le disait, s-ses t-talents e-en cuisine, m-mais s-si ça venait d-d'elle, j-j'étais s-sure q-que ça serait d-délicieux. I-il n'y avait p-pas à e-en douter !

A... A-affichant u-un s-sourire u-un peu g-gênée d-d'être l-la cible d-d'une si grande attention, j-j'hésitai q-quelques secondes a m-manger, n-ne sachant p-pas si j-j'en était d-digne, a-avant d-de me lancer, c-croquant à p-pleine d-dent d-dans c-ce qui avait été p-préparé s-spécialement p-pour moi, a-avant d-de faire u-un grand s-sourire d-devant l-le goût à l-la saveur d-de pèche, c...C-comme e-elle me l'avait i-indiquée. E-et...C-c'était v-vraiment d-délicieux !

"C...C'est vraiment b-bon, m-merci b-beaucoup !"

E-et e-encore u-une f-fois, q-quelques l-larmes c-coulèrent d-de m-mes yeux, p-pour tomber s-sur l-la part q-que je tenais e-entre m-mes mains, d-de laquelle j-je repris u-un morceau, t-tout e-en disant d-d'une v-voix b-basse, t-tout en souriant :

"E... Et un peu s-salé m-maintenant..."

J-je l-laissais u-un p-petit r-rire se faire, a-avant d-de r-retourner à m-mon état p-pensif... A-après t-tout, j-je ne s-savais t-toujours p-pas si je méritais t-tout cela, si je méritais t-toute ces attentions, ces surprises... Et surtout ce s-secret q-qu'elle s'apprêtait à m-me faire part...

E...Elle s-s'expliqua, p-parlant l-longtemps p-pendant que je l-l'écoutais d-d'une o-oreille t-très attentive, c-cherchant à c-comprendre o-où elle v-voulait e-en venir, a-avant q-qu'elle n-ne précise l-le fondement de s-sa p-pensée, c-cette c-chose q-qui... Qui f-fit t-totalement b-basculer c-cette s-soirée.

Musique N°2

Je p-posais lentement la p-part du gâteau qu'elle a-avait préparée dans l-le bol, e-entrouvrant l-légèrement l-la bouche p-pendant qu'un long s-silence s'installait, devenant très r-rapidement o-oppressant, c-coupé s-seulement p-par les q-quelques respirations. E-elle... Elle s-s'était expliquée... E-elle avait présentée tout, s-ses envies, s-ses motivations, a-autant s-ses défauts q-que toute l-la motivation q-qui l-la poussait à... A-aujourd'hui, d-demander... c-cela...

Ce... C'était p-pourtant ce... Ce que j-j'avais s-souhaitée, u-un nombre t-trop g-grand d-de fois i-intérieurement... M-mais pourtant, a-aujourd'hui... J-je ne pouvais m-m'empêcher de... De m-me sentir é-étrangement m-mal... P-pourquoi ? P-parce q-que... J-je ne l-le méritais p-pas... I-il y avait t-tant d-d'autres e-enfants, q-qui e-eux a-aussi avaient s-souffert, a-avaient s-subis... C-certains n-nayant p-pas l-la chance d-d'avoir r-reçu l-la protection d-d'un être c-comme l-le vampire... E-et surtout, n-n'attirant p-pas autant l-les problèmes q-que moi... U-un enfant q-qui... Qui ne r-risquerai p-pas d-de la b-blesser o-ou de m-mettre t-toute u-une ville e-en danger p-par sa simple e-existence...

Je... Je n'avais a-au final p-pas l-le droit d-d'avoir u-une famille, j-j'étais... J'étais t-trop... S... Spéciale p-pour cela...

J-je m-me levais l-lentement d-de l-la chaise, l-le r-regard v-vide, e-et presque s-sombre, e-et f-fit q-quelques p-pas a-autour d-de la table, p-pour arriver à coté d-de la druidesse, e-et de l-la regarder d-dans l-les yeux. I-il y-y eu u-un petit f-flottement d-de plusieurs s-secondes, o-où j-je restais t-totalement i-immobile, c-comme p-paralysée, a-avant q-que d-des mes y-yeux n-ne sortent d-des larmes, c-comme d-des cascades, e-et que je m-me jette à s-son cou e-en l-la serrant f-fort c-contre m-moi, s-si fort q-que l-la chaise m-manqua d-de b-basculer e-en arrière.

Musique N°3

J-je me serais c-contre e-elle, m-me moquant m-maintenant de s-savoir s-si cela s-se f-faisait o-où n-non, m-me moquant d-de t-tout c-ce que j'avais p-put penser j-juste avant, d-d'absolument t-tout... C'était p-probablement v-vrai, e-et j-je n-ne méritais s-surement p-pas u-une personne a-aussi g-gentille e-et aussi p-parfaite q-qu'elle, m-mais... J-je v-voulais q-que l-les choses soient ainsi, q-qu'elles n-ne soient p-pas différentes... C-ce lien... Ce... J-je bafouillais q-quelques m-mots, p-perdue e-entre t-tout ces sentiments, n-nommés j-joie e-et bonheur...

"Je... Je... J-j'accepte ! J-je v-veux être a-avec v-vous p-pour t-tous c-ces jours, p-pour être a-avec v-vous... P-pour maintenant et d-demain... J-je..."

D-devenant i-incapable d-de parler d-de manière c-compréhensive t-tant j-je pleurais e-et le sanglotais, d-devenant u-une c-cohue i-incompréhensible m-mais e-euphorique... P-parce q-que t-toutes c-ces larmes... E-elles étaient d-de bonheur... C-celui d-d'avoir d-des p-personnes q-que j'appréciais e-et aimais à m-mes c-cotés... D-d'avoir... D'avoir trouvée u-un véritable f-foyer, u-un e-endroit où j-j'avais m-ma place...

F-frottant m-ma tête c-contre s-son épaule, j-je... Je n-ne pouvais r-réussir à e-essuyer l-le flot d-de larme s-sans f-fin, e-en r-réussissant t-tout de m-même à d-dire à s-son oreille :

"Je... J-je veux être... V-votre f-fille... J-je v-voudrais l-l'être..."

P-peut être que tout cela n'était q-qu'un rêve, q-qu'un songe, m-mais... C-c'était e-en tout c-cas l-le plus b-beau d-du monde !


Revenir en haut Aller en bas
Messages : 2330
Yens : 1208
Date d'inscription : 07/08/2015

Progression
Niveau: 213
Nombre de topic terminé: 102
Exp:
15/24  (15/24)
avatar
Aki Nishiie ¦ Justicière ¦

-



MessageSujet: Re: Le foyer dans son coeur   Mar 20 Sep - 0:33




Le foyer dans son coeur



feat.Orina !







Le silence tomba doucement sur la pièce. Il s'installa confortablement entre elle. Il pénétra chaque espace de libre de cette grande cave froide et la rendit plus glaciale encore. Frissonnant à cause de cet inquiétant mutisme de la part de sa protégée, la rouquine attendait, patiemment, craignant plus chaque seconde que celle qui l'avait précédée. Pourquoi ne pas parler ? Pourquoi ne rien dire ? Quel était ce visage qu'elle ne parvenait plus à décrypter. Se mordant les lèvres nerveusement, Aki continuait à attendre, pendant ce qui lui sembla être une éternité, alors que la petite fille ne bougeait pas, ne pipait mot, se contentant de la regarder. Etait ce de la surprise ? Du dégoût ? De la peur ? Un refus dissimulé ? Une incapacité de répondre ? Certes dès le départ la Nishiie avait avancé qu'elle lui laisserait tout le temps qu'il lui faudrait mais elle aurait au moins escompté un « je vais y réfléchir » ou un hochement de tête … Quelque chose qui lui prouverait qu'elle avait été entendue et n'était pas directement rejetée ! Cette situation devenait de plus en plus crispante et elle aurait voulus s'en mordre les doigts jusqu'au sang mais n'osait rien faire, ni rien dire, de peur de déclencher un cataclysme.

Même Mune et Mizu qui avaient commencés à s'habituer à cet endroit et avaient trouvés refuge comme à leur, désormais nouvelle, habitude dans le sac de couchage en fourrure d'ours blanc de la Druidesse, ne respiraient plus. L'un comme l'autre s'étaient pris d'affection pour l'enfant et malgré tout l'esprit prosaïque dont ils pouvaient faire preuve, ce moment, cet instant, restait très important dans leur vie. Jusqu'ici la vie qu'avait choisie la guérisseuse, habiter avec le vampire taciturne et s'éclipser de temps à autres pour se ressourcer ou pour aider son prochain, avait été une situation précaire et instable susceptible de se briser à n'importe quel moment. Un simple « oui » ou « non » de la bouche de cette toute petite Seikajin pourrait faire pencher la balance définitivement. En effet, pourquoi rester si Orina ne voulait pas d'elle ? Et pourquoi un jour partir si elle acceptait d'être sa fille ? La souffle coupé, les deux animaux et leur amie sur deux pattes attendait la réponse avec une impatience qu'ils étaient incapable de dissimuler.

Puis elle se leva de sa chaise, lentement, presque religieusement. N'osant toujours pas bouger, la soigneuse se contenta de la regarder approcher d'elle et de lui rendre son étreinte, les yeux clôt. Lorsqu'elle commença à parler, lorsque la voix fluette de l'homonculus s'éleva dans la cave, brisant le silence avec une pureté de cristal, les larmes de la Seikajin n'eurent plus aucunes raison de se retenir de rouler. Un sanglot s'empara d'elle alors qu'elle serrait l'enfant contre son cœur en voulant la calmer, se sentant ridicule d'essayer de consoler la petite fille alors qu'elle même pleurait à chaude larmes. C'était un oui ! C'était un oui ! Cette phrase résonnait dans son crâne comme une promesse de bonheur éternel. Plus rien ne pourrait l'atteindre si, aujourd'hui, elle avait dit oui. Elle avait presque l'impression de s'envoler tant sa joie était grande. Posant sa tête sur les longs cheveux roses de la petite luciole, elle continua à pleurer pendant quelques longues minutes, la serrant toujours contre elle.

Je … Tu ne peux pas savoir à quelle point je suis heureuse … Je te promet de veiller sur toi chaque jour que Gaea m'aura donné, de faire tout mon possible pour que tu sois l'enfant la plus heureuse du monde et d'être la meilleure mère que je pourrais être, malgré mes défauts. Je ne peux pas te promettre la perfection, je n'en suis pas capable, mais tout ce que je pourrais te donner, tu l'auras. Je te chérirais chaque jour de ma vie, comme je n'ai jamais chéri personne. Et chaque jour, où que tu sois, je pourrais être fière de t'avoir comme … de t'avoir comme fille.

Ses sanglots repartirent de plus belle après ce court dialogue. Sa voix avait tremblé tout le long, éreintée par l'émotion puissante et sans borne qui lui empoignait le cœur. En ce jour, en cet instant, à la seconde précise où Orina avait accepté, quelque chose avait changé en elle. C'était peut être quelque chose d'infime et d'imperceptible pour l'instant, ce n'était que le déclencheur de tout ce qu'elle avait accumulé depuis qu'elle l'avait rencontré. Il y as des moments, des instants, des secondes que les mots ne peuvent exprimer, que seuls les pleurs d'une jeune femme et d'une petite fille se serrant dans les bras, l'une contre l'autre, au delà de toute considération de l'extérieur, peuvent montrer. De ces moments où l'on voudrait que rien ne change jamais, que le temps se fige et que tout s'arrête. Des ces instants que l'on voudrait transformer en tableau de musique et de couleur. Des ces secondes où, malgré tout, le monde se stoppe, pour regarder la beauté des sentiments qui transcendent deux êtres.



Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Le foyer dans son coeur   Mar 20 Sep - 17:27





Le foyer dans son coeur
FEAT. Maman ♥

Qu'est-ce q-qui a-avait fait q... Q-que aujourd'hui, a c-cet instant p-précis, j-je m-me trouve d-dans l-les bras d-d'une p-personne a-aussi f-fantastique q-qu'elle ? Q-que j-je sois c-celle s-sur q-qui e-elle a-ai jetée s-son dévolue ? F-faisant d-de m-moi u... U-une p-privilégiée ? J-je ne savais p-pas, e-et rien d-de ce q-que j'avais p-put vivre auparavant n-ne pouvait m-m'indiquer q-que j-je p-puisse ê-être a-aussi h-heureuse u-un jour...

Je... J-j'avais v-vécue t-tant d-de choses... J'avais v-vécue t-tant de d-difficulté... J-j'avais c-connue... L-le remord, la faim, l-la douleur... J-je m'étais d-dégoûtée d-de ma p-propre e-existence, e-et c-combien d-de fois a-avais-je essayée d-de... De m-mettre f-fin à m-mes jours e-en m-me b-blessant, e-en n-ne me n-nourrissant p-pas, e-en m-me laissant s-seule, d-dans l-la neige... A-avant d-de m-me forcer à s-survivre, n-ne pouvant e-endurer t-toute c-cette s-souffrance... A... Avant d-d'être amenée i-ici, d-dans c-ce monde q-qu'est Kosaten, e-et d-de faire s... Sa connaissance...

S-si j-je ne l'avais p-pas croisée c-ce jour, a-au beau milieu d-de la forêt... J... J'aurais p-probablement r-refait l-les mêmes e-erreurs q-que tantôt... E-et j-je serais u-une n-nouvelle f-fois s-seule e-et désespérée... Et i-il suffisait d-de voir a-aujourd'hui a q-quel p-point j-j'étais h-heureuse p-pour s-savoir q... Que j-j'avais f-fait l-le bon choix e-en lui faisant c-confiance.

Mais... T-tout était t-trop b-beau... L-l'idée q-que t-tout n-ne soit e-en réalité q-qu'un rêve m-me vint en tête, m-me terrifiant q... Quand à l-la possibilité que t-tout cela n-ne soit q-que l-le fruit d-de mon i-imagination... Q-qu'aucun d-de ces moments n-ne soit vrai... P-peut être q-que la druidesse n-n'était j-jamais r-revenue ? J-je ne l-le savais p-pas... M-mais j-je murmurais à v-voix b-basse e-en a-ayant é-écoutée s-ses paroles...

"J... Je f-ferrais t-tout p-pour être l-la meilleure f-fille a-au monde, q-que v-vous p-puissiez être f-fière d-de moi, q... Q-que j-je s-sois d... Digne d-de t-tout c-ce que v-vous m-m'apportez... D-de t-tout ce q-que v-vous f-faites p-pour m-moi... P-parce q-que... C-c'est p-plus q-que tout ce q-que je p-pouvais e-espérer..."

J-je m-me c-calais c-contre s-son épaule, t-tout e-en continuant d-de murmurer à s-son oreille...

"C... Car a-aussi l-longtemps q-que d-durera c-ce rêve, c-ce songe, j-je...Je m-m'émerveillerai... J-je s-serais d-dans c-ce monde m-merveilleux..."


Je continuai à pleurer, t-toujours d-de joie, avant de terminer s-sur quelques mots p-pour profiter de... De cette chaleur, d-de cette euphorie que j'avais i-ici... M-même si c-ce n'était p-pas l-la réalité...

"T... Tout c-cela est s-simplement t-trop b-beau pour être réel.."


Revenir en haut Aller en bas
Messages : 2330
Yens : 1208
Date d'inscription : 07/08/2015

Progression
Niveau: 213
Nombre de topic terminé: 102
Exp:
15/24  (15/24)
avatar
Aki Nishiie ¦ Justicière ¦

-



MessageSujet: Re: Le foyer dans son coeur   Mar 20 Sep - 18:53




Le foyer dans son coeur



feat.Orina !







Comme on pouvait s'y attendre, Orina répondit encore à sa manière si particulière, toujours aussi craintive et soucieuse de son mérite. La rouquine secoua la tête avec un sourire. Il ne fallait pas qu'elle pense comme cela. La vie était fragile et il ne fallait pas vivre pour la mériter. Elle n'avait d'ailleurs rien besoin de prouver, mais le manque de confiance en elle de la fillette parlait à sa place. Comment lui faire reconnaître qu'elle n'avait pas à être aussi effrayée de ne pas mériter les affections de la Druidesse ? Cela semblait être presque maladif chez elle, sans doute dû à son statut d'homonculus qu'elle abhorrait tant et qui n'était pourtant rien d'autre qu'un nom. Elle était tout aussi humaine que Aki elle même, il n'y avait aucun doute à ce propos. Elle ressentait, pleurait, riait, blaguait même parfois, comme un humain tout ce qu'il y avait de plus normal. Certes, elle possédait quelques pouvoirs qui dépassaient largement la moyenne des enfants de son âge et grandissait et évoluait à une vitesse hallucinante, mais ce n'était là que des caractéristiques purement physique. Ce n'était pas là dessus que l'on pouvait reconnaître l'humanité ou non d'un être, c'était sur son âme, sur son cœur, et la toute petite Seikajin était humaine bien plus que pouvaient l'être d'autres personnes qui pourtant étaient nées avec cette appellation.

Tu n'en as pas besoin Orina, tu n'as pas besoin de te forcer à être meilleure que ce que tu es déjà. Quoi qu'il se passe, quoi qu'il t'arrive, tu n'as pas besoin d'être digne de quoi que ce soit, tu n'as pas besoin d'être à la hauteur, je ne te demande rien de pareil. Si tu es ma fille, je t'aimerais toujours autant, quelles que soient tes erreurs, parce que c'est normal d'en faire. Quand on grandit on trébuche, tout n'arrive pas d'un seul coup, et on apprends, et ce n'est pas grave de se tromper. Je sais comment tu es, je commence à comprendre le point auquel tu as peur de décevoir ceux qui t'aiment. Mais tu sais, monsieur Amonwiel et moi, nous ne t'aimons pas pour tes réussites, nous t'aimons juste parce que tu es toi même, et tu ne nous décevras jamais.

Sa tête contre l'épaule de l'archère, elle semblait avoir l'impression d'être dans un rêve, vision évidemment partagée par la rouquine qui ne comprenait pas comment d'une simple gamine de 17 ans et demi, perdue et pleine d'envie de vengeance envers un homme aux cheveux blancs croisé dans les rocheuses, elle avait pus passer à une presque femme de 20 ans, avec une maison, une fille, et une raison d'avancer. Tout cela était presque trop beau pour être vrai. Elle avait haïs Kosaten au début, elle aurait voulus détruire ce monde immonde, mais désormais elle ferait tout pour le préserver, car il était l'univers qui lui avait permis de réaliser son rêve. Caressant doucement la tignasse rose de sa protégée, elle lui répondit de nouveau d'une voix si douce qu'elle en était presque un chuchotement.

Ce n'est pas un rêve Orina. Ca as la beauté d'un rêve, mais c'est la réalité. Et même si c'en était un, alors à ce moment là je ne souhaiterais jamais me réveiller.

L’étreinte se poursuivit encore pendant de longues secondes, ou minutes, dans un silence religieux qui n'était même pas brisé par le souffle timide des deux amis à fourrure de la guérisseuse. Ils savaient l'un comme l'autre que c'était sans doute un des plus beaux moments de la vie de leur grande amie, et qu'interférer, même si c'était pour témoigner également leur joie, n'apporterait rien de bon, ou de nécessaire. Les yeux fermés et les larmes roulant toujours le long de sa joue humide, la Nishiie se demandait comment elle pourrait un jour être triste après cela … Tout ce bonheur était encore trop grand. Au bout d'un certain temps, elle relâcha légèrement l'étreinte qu'elle portait à la fillette pour pouvoir la regarder dans les yeux.

Je suis vraiment heureuse que tu ai accepté. Il vas falloir demander à Tanith d’agrandir un peu le coin, tu ne vas pas dormir éternellement sur le sol. Je me demande si ce serait possible avec ses pouvoirs …



Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Le foyer dans son coeur   Jeu 22 Sep - 21:23





Le foyer dans son coeur
FEAT. Maman ♥

Musique

C... Cela était tout simplement t-trop b-beau... L-l'étreinte de la druidesse q-qui m-m'avait p-plongée a-aux c-creux d-de ses bras, c-contre s-son corps, c-contre elle... C... Cela signifiait t-tout a-aujourd'hui, e-et p-pour toujours... J-j'entendais l-le son d-de s-sa respiration, j-je sentais l-les battements d-de son coeur, t-tandis q-que le mien r-résonnait d-dans t-tout mon c-corps f-frénétiquement, s-semblant être p-prêt à e-exploser d-de bonheur, à être t-tout simplement s-submergé p-par toute c-ces émotions q-qui c-contrôlaient m-mon corps, p-par ces s-sentiments q... Que j-je n-ne connaissais p-pas, q-que je n-ne pouvais c-contrôler, m-mais dont la simple p-présence m-me f-faisait d-devenir l-la plus h-heureuse d-du monde...

Et... Qu'est-ce qu'ils étaient ? I-ils e-effaçaient l-la peur et la crainte... I-ils annulaient c-colères e-et angoisses, e-en m-me faisant r-ressentir u-une confiance p-pleine, m-m'occultant d-du monde... Marquant c-ces instants à jamais d-dans m-mon esprit, d-devenant... H-heureuse.

Sans a-attendre, l-la druidesse continuait d-de m-me réconforter, d-de me d-dire que... Q-qu'elle m-m'aimerait t-toujours, q-qu'elle... S-serait toujours là... E-et q-qu'elle ne me jugerait p-pas sur mes actes, s-sur m-mes échecs o-ou mes réussites... A-aimer q-quelqu'un j-juste p-pour son être... E-elle qui s-savait ce q-que j'étais, c-ce que j-j'avais p-put faire p-par le passée... E-elle...

J-je bougeai j-juste u-un peu la tête, p-pour acquiescer s-silencieusement, p-pour n-ne pas p-perdre c-ce moment... D-d'intimité e-entre n-nous deux. U-un moment q-que j-je ne voulais p-pas v-voir la fin, u-un rêve q-que je souhaiterai en être p-prisonnière... U-un songe d-dont m-mes seules p-pensées s-serait de v-voir réel...

M-mais e-elle p-posa s-sa m-main s-sur l-l'arrière de m-ma tête, m-me faisant f-frissonner, a-avant q-qu'elle n-ne m-me caresse a-avec sa douceur h-habituelle. J-je me sentais v-vraiment c-comme s-sa privilégiée, c-comme s...Comme sa fille... E-et elle b-brisa c-ce doux s-silence, m-m'indiquant que... Que ce n'était pas un rêve... Mais qu'il était tout aussi beau... C...C'était donc... Le v-vrai monde ? J-je ne savais p-pas, m-mais je l-lui d-donnais toute ma confiance... R-resserrant u-une fois d-de plus mes bras a-autour d'elle, j-je répondis d-d'une v-vois t-toute faible, c-chuchotée à s-son oreille :

"M-moi a-aussi... J-j'aimerai q-qu'il d-dure u-une éternité... M...Ma..."

L-les d-dernières s-syllabes r-revinrent u-un flot d-de larme, f-fracassant, q-qui m-m'empêcha d-de dire c-correctement c-ce mot q-qui était s-si... Si... I-important...

"Ma...M..."

M-mon visage s-se serra, j-je voulais l-le dire... J-je voulais lui dire ce que j-je voulais q-qu'elle soit, c-ce qu'elle... Ce lien q-qu'elle... Qu'elle allait avoir, lui d-dire c-ce que j'avais t-trouvée e-en elle... L-lui dire a q-quel point e-elle compte p-pour moi...

"Ma...Ma"

J-je pris u-une i-inspiration, a-avant d-de c-caler à n-nouveau m-ma tête s-sur son épaule, e-en fermant l-les yeux, e-et en expirant à s-son oreille d'un m-murmure p-presque inaudible c-ce mot...

"Maman..."

M-mon v-visage se délia, s-se prenant d'un sourire c-confiant p-pendant q-que j-je m'abandonnai, m-me berçant p-presque c-contre elle t-tant j-je m'y s-sentais b-bien, t-tant ce m-moment était u-unique... E-et ce fut a-après p-plusieurs m-minutes q-que j-je m-m'assis s-sur u-une de ses jambes, m-me soutenant g-grâce à elle...

E-elle m-me confia t-tout son bonheur, toute sa joie... E-et ses projets... E-elle voulait a-agrandir l-la maison, c-comme e-elle l'avait s-suggérée t-tantôt... J-je f-fis j-juste u-un petit signe d-de tête, t-tout e-en d-disant f-faiblement :

"Je... Je suis s-si h-heureuse... D-d'avoir t-trouver d-des g-gens c-comme v-vous... D'avoir t-trouver u...u-une famille... O-où j'ai m-ma place..."

J-je fis u-un p-petit s-sourire, t-tout en posant l-le coté de ma tête s-sur son épaule, e-et de dire à v-voix b-basse e-en mettant u-une de mes mains a-au niveau d-de ma bouche, p-pour dire p-presque h-honteusement...

"E...Est-ce q-que j-je p-pourrais... D-dormir a-avec vo... A-avec t-toi, M... Ma...Maman ?"



Revenir en haut Aller en bas
Messages : 2330
Yens : 1208
Date d'inscription : 07/08/2015

Progression
Niveau: 213
Nombre de topic terminé: 102
Exp:
15/24  (15/24)
avatar
Aki Nishiie ¦ Justicière ¦

-



MessageSujet: Re: Le foyer dans son coeur   Jeu 22 Sep - 23:38




Le foyer dans son coeur



feat.Orina !





Lorsque la première syllabe sortie de la bouche d'Orina, le cœur de Aki se serra avec une force insoupçonnée. Un organe humain pouvait il faire ce genre de chose ? Etait ce normal que sa gorge en fasse de même ou que son estomac se noue ? Etaient ils naturels les tremblements qui l'avaient pris et les flux d'adrénalines qui la parcouraient ? Etait ce sain si elle se sentait heureuse au point de pouvoir en exploser ? Pour l'instant elle n'en demandait même pas plus. Si il fallait plus de temps à la fillette pour dire un mot aussi important, elle était largement prête à l'accepter. Cependant ses yeux se fermèrent lorsqu'elle tenta une deuxième fois, essayant de ne pas trop en espérer et de se répéter que si elle n'y arrivait pas, ce ne serait pas un soucis, que ce n'était pas bien grave et que c'était normal d'avoir du mal à dire ce mot. Mais pourtant … mais pourtant … lorsqu'enfin ce mot, ce mot magnifique et si plein d'émotions s'échappa des lèvres de sa fille, le bonheur qu'elle croyait déjà si grand et irremplaçable devint encore plus fort et puissant.

Etait il seulement possible qu'un bonheur aussi grand existe en ce bas monde ? C'était … si incroyable … si impensable. Une famille, un foyer ! Aussi instable, aussi ridicule, aussi étrange qu'il puisse paraître, en cet instant, elle avait sa fille sur les genoux et la câlinait tendrement alors que son père ne tarderait pas à rentrer. Comment pouvait on espérer autre chose que ce bonheur si essentiel à toute vie ? Comment pouvait on privilégier n'importe quoi d'autre à cela ? Il n'y avait pas de raison de vouloir autre chose. Il n'y en avait aucune. La Nishiie ressentait au plus profond de son cœur que c'était là ce qu'elle avait toujours espéré. Chaque seconde de son existence elle l'avait voulus. Depuis qu'elle avait vus, en étant Druidesse, des parents nourrir leur bébé en rigolant, depuis qu'elle avait observé les couples qui tenait chacun de leur côté la main de leur petite fille. Depuis tous ces moments où elle s'était dit que cela lui serait interdit, elle n'avait fait que rêver de retourner dans le passé, de ne plus être une Druidesse, et de sentir la minuscule main de son enfant blottie dans la sienne.

L'homonculus semblait d'accord à l'idée d'agrandir l'endroit, mais malgré tout, c'était une épineuse question. Rester ici dans cette cave lugubre où le vampire dormait dans une tombe et elles dans un sac de couchage, ou peut être acheter une nouvelle maison où ils pourraient vivre tous ensemble, avoir des fenêtres, peut être un jardin, une vraie table familiale, une cuisine qui ne servait pas qu'à faire des potions … Il faudrait sans doute en parler à l'être de la nuit. Mais comment celui ci allait il bien pouvoir réagir lorsqu'elle lui demanderait ce qu'il en pensait ? Elle vivait déjà chez lui après tout, ce qui était un service énorme qu'il lui rendait pour qu'elle puisse être auprès de la toute petite Seikajin, si en plus elle lui demandait de déménager … Non, elle allait juste lui parler de place en plus, l'air de rien, et voir ce qu'il en pensait. Peut être voudrait il rester seul dans la boutique ? Etait ce une bonne idée ?

Pensive à cette idée, la guérisseuse sentit que tout son être ne voulait pas que cela arrive. Orina avait aussi besoin d'un père, quelqu'un de droit, qui pourrait continuer à lui apprendre l'alchimie, quelqu'un qui serait une figure d'exemple pour elle. Mais ce n'était pas la seule raison, non … Elle n'avait pas envie de perdre cette proximité avec lui, ces habitudes et … ses espoirs qu'un jour, ils formeraient une véritable famille. Elle voulait que cela reste intact, quel que soit l'endroit où ils vivraient. Mais si jamais il refusait, elle devrait penser au bien être de sa fille en premier. Divaguant, elle en avait presque louper la question de cette dernière et lui adressa un grand sourire.

Bien sûr ma chérie ! Ce ne serait pas génial, un grand lit à baldaquin, juste pour nous deux, ajouta t-elle en riant doucement ? A ton avis, Mizu et Mune auront le droit de dormir avec nous ou pas ? Si on doit partager, j'ai besoin de ton avis.

Rien de plus beau. Il n'y avait rien de plus beau.


Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Le foyer dans son coeur   Sam 24 Sep - 14:05





Le foyer dans son coeur
FEAT. Maman ♥

Musique

Me l-lovant contre e-elle, c-contre l-la druidesse q-qui m-m'avait acceptée dans s-sa famille, q-qui m'avait d-demandée d-de l'être... Q-qui voulait faire d-de moi s-sa fille, e-et qu'elle s-soit ma... Ma mère...  J-je m-me sentais v-vraiment b-bien... M-mon souffle, ma respiration, é-étaient devenus plus calmes, p-plus apaisés... S-si bien q-que, c-callée contre elle, c-contre son corps, j-je pouvais p-presque être amenée à être m-me bercer e-et à trouver l-le voie d-du sommeil... O-ou m-même l-le p-plus b-beau songe ne pourrait égaler t-tout ce que j-je ressentais actuellement, tout ce bonheur, t-toute cette joie q-qui m-me faisait s-sentir a-aussi b-bien...

Et e... E-elle é-était d-d'accord... C-ce q-que j-j'avais d-demandé, é-étant v-vraiment o-osé, d-de prendre b-beaucoup d-de place d-dans son i-intimité, e-elle... E-elle venait d-d'accepter, d-de m'accepter d-dans c-cet espace... D-d'encore une fois, m-me prouver q-que t-tout ceci é-était p-plus fort que l-le reste, que m-mon passé... Q-que ce qu'il se p-passait maintenant é-était e-extraordinaire e-et dépassait p-pleinement t-toutes mes espérances.

L-lançant u-un regard v-vers l-les deux a-amis d-de la druidesse, M-Mune e-et M-Mizu, j-je n-ne p-put m-m'empêcher d-de l-leur a-adresser u-un s-sourire. A-après t-tout, l-les d-deux a-avaient t-toujours a-adorables a-avec m-moi, particulièrement l-le louveteau. I-il... Il n-n'était p-pas rare q-que j-je le retrouve b-blottit c-contre m-moi à m-mon réveil, c-comme... U-une petite p-peluche t-toute douce e-et adorable. C... C'était à v-vrai d-dire c-comme u-un d-doudou, e-et j-j'étais p-plutôt c-contente d-de le r-retrouver l-le matin, c-car... C-cela v-voulait d-dire q-que l-la druidesse é-était là, s-signe q-que j'allais p-passée u-une bonne journée.

Q-quand à l-la petite r-renarde, e-elle a-avait t-toujours été g-gentille avec m-moi. E-elle... E-elle était m-moins expressive q-que l-le louveteau, m-mais e-elle restait t-très m-mignonne... J-je savais q-qu'elle e-et Aki a-avait u-un lien u-unique e-entre e-elles... U-un lien t-très fort, t-totalement u-unique, e-et... M-maintenant, j-j'en avais u-un a-aussi a-avec elle...

P-posant ma tête c-contre e-elle à nouveau, j-je répondis a-avec u-une petite voix, e-en fermant l-les yeux...

"O-oui, b-bien sûr... Q-qu'ils peuvent..."

L-leurs p-présences, b-bien q-qu'autrefois i-intimidante d-dû a-aux p-peu de liens q-que j'avais e-eu avec d-des animaux q-qui n-ne voulaient p-pas me manger, m-m'étaient m-maintenant r-rassurante... E-et après t-tout, i-ils... I-ils m'avaient déjà protégés d-du danger, l-lorsque n-nous devions d-défendre l-le convoi f-face à b-beaucoup d-de bandits... M-mais j-je tournais l-la tête e-ensuite e-en direction d-de la f-fée l-lorsque c-cette dernière p-poussa u-un g-grand b-bâillement, e-et q-qu'elle décolla l-lentement d-du sol e-en zigzaguant u-un peu, n-n'étant p-pas t-très m-matinale, a-avant d-d'être c-comme appâtée p-par l'odeur d-du gâteau d-de la druidesse, e-et de se poser s-sur la table, c-comme affamée, l-le regardant a-avec u-un grand appétit... M-même s-si c'était b-bien trop grand p-pour elle... M-mais e-elle s-se tourna j-juste ensuite v-vers n-nous, p-pour n-nous dévisager quelques s-secondes avant d-de dire en s'extasiant :

"Ouaaaah, vous êtes trop mignonnes comme ça, on dirait une vraie famille !"

E-elle avait d-dit ça a-avec p-presque des étoiles d-dans l-les yeux, c-comme i-impressionnée p-par n-nous, a-avant q-qu'elle n-ne prenne u-une petite p-portion, e-et qu'elle n-ne commence à l-la dévorer.

J-je ne p-put m'empêcher d'écarquiller u-un instant l-les yeux, a-avant d-de s-sourire, p-puis d-de faire u-un tout p-petit r-rire e-en me blottissant c-contre l-la druidesse, c-contre... M-ma maman... Q-qu'il avait é-été d-difficile d-de dire c-ce terme, d-de poser c-ce lien e-entre n-nous... M-mais j-j'étais à c-chaque f-fois a-au bord d-des larmes q-quand je l-le pensais o-ou le disais...


Revenir en haut Aller en bas
Messages : 2330
Yens : 1208
Date d'inscription : 07/08/2015

Progression
Niveau: 213
Nombre de topic terminé: 102
Exp:
15/24  (15/24)
avatar
Aki Nishiie ¦ Justicière ¦

-



MessageSujet: Re: Le foyer dans son coeur   Sam 24 Sep - 23:26




Le foyer dans son coeur



feat.Orina !





Le sourire et la joie visible sur le visage de Orina était une raison de plus de rendre la Druidesse heureuse. Comment pouvait on ne pas devenir totalement accro à ce genre de réaction ? Comment pouvait on ne pas avoir envie de le provoquer chaque jour que Gaea ferait ? La serrant tendrement contre son cœur, Aki écouta sa réponse en souriant. Il semblait qu'en effet, la petite fille et les deux animaux s'entendent à merveille. De nombreuses fois, la Nishiie avait réfléchis aux raisons qui faisaient que Mizu, la renarde d'ordinaire si froide, s'entendait si bien avec l'homonculus. La première réponse qui lui venait à l'esprit était qu'il ne s'agissait pas d'une humaine, la haine de la gardienne des arbres étant généralement tournée vers cette espèce, cela pourrait peut être expliquer son manque de répulsion. Mais son affection, non. Envers Nalya qu'elle voyait comme un animal humanoïde, elle restait froide, loin de la colère mais bien loin également de toute forme d'amour, se contentant de l'ignorer la grande majorité du temps. La seule explication plausible était donc la gentillesse inhabituelle de la compagne de toujours avec les enfants. Il était vrai qu'avoir rencontré la rouquine alors que celle ci n'était qu'une petite fille avait été le point de départ de leur relation, et de là, un besoin irrépressible de veiller sur tous les êtres de cet âge était né.

Peut être que la toute petite Seikajin ne se rendait pas compte de la façon exceptionnelle avec laquelle elle était traitée. Même envers l'archère, Mizu n'avait jamais apprécié les câlins prolongés ou les caresses sur le haut du crâne, mais ce regard, ce regard si particulier, celui qui surveille et qui couve, qui caresse de loin et qui est attentif au moindre danger à proximité, c'était une preuve d'amour incroyable pour la petite boule de poil, qu'elle n'avait jusqu'ici réservée qu'à l'amie des animaux. Quant à Mune, sa nature peureuse n'avait pas eu besoin de longtemps pour être désamorcée par la tendresse et la gentillesse de la mage aux yeux de flamme. La Seikajin aurait presque pus en être jalouse, à les voir ainsi aussi souvent blottis l'un contre l'autre, mais en réalité, elle ne pouvait qu'être heureuse pour sa fille qui avait sus se dégotter les deux meilleurs gardes du corps qu'elle n'avait jamais connus, deux animaux dévoués et au cœur énorme qui, malgré leurs défauts, savaient faire preuve d'une abnégation incroyable envers ceux auxquels ils s'étaient attachés.

La petite fée toujours blottis dans les cheveux de la jeune luciole commença doucement à émerger, s'étirant et bâillant de manière aussi attendrissante que sa maîtresse. Se mettant à voleter dans la pièce, elle s'extasia, les yeux brillants, devant la scène de tendresse, qu'elles avaient l'air de former là une véritable famille. Son sourire s'élargissant, la guérisseuse passa sa main dans les cheveux roses de sa protégée.

C'est sans doute parce que nous en formons une à présent.

Achevant cette étreinte en la serrant encore plus fort contre elle pendant plusieurs longues secondes, elle finit par l'inviter doucement à descendre de ses genoux pour se lever et utiliser la table pour commencer à cuisiner. N'ayant pas la volonté de remonter chez les voisins, elle commença par confectionner des onigiris avec le riz qu'elle avait précuis un peu plus tôt, et fabriqua quelques sushis du poisson crus qu'elle avait acheté sur le marché. Rien de fabuleux, mais ce serait un repas largement suffisant pour elle deux, puisque le vampire ne semblait de toute façon pas décidé à rentrer. Elle avait crus comprendre qu'il avait un rendez vous chez un client important dans la journée, peut être que celui ci avait duré plus longtemps que prévus.

De toute façon, même si il avait été de retour, il n'aurait pas mangé avec elles, sa seule nourriture étant, encore et toujours, le sang chaud qui coulait dans les veines de ses victimes ou qui reposait tranquillement dans les tubes qu'il portait partout où il devait aller. Il valait mieux que la soigneuse ne pense pas à son mode d'alimentation si elle ne voulait pas devenir rouge comme une pivoine et perdre tous ses moyens. Installant tout ce qu’elle avait soigneusement préparé sur deux plateaux en bois, elle les disposa devant leur chaise en rigolant à l'ordre de leur repas, le dessert étant passé avant le plat.


Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Le foyer dans son coeur   Dim 25 Sep - 11:59





Le foyer dans son coeur
FEAT. Maman ♥

Musique

N-nalya doubla l-la taille d-de son sourire e-en entendant la p-phrase annoncée p-par la druidesse. E... Elle l-le r-répétait e-encore, n-nous f-formions a-a présent u-une d-drôle d-de petite f-famille, c-composée d-d'élu d-de m-monde s-si p-particuliers... M-même s-si j-je ne c-connaisais a-au final q-que très p-peu d-du miens, n-n'ayant p-pas vraiment v-vécue l-longtemps l-là-bas, e-et n-ne souhaitant p-pour rien a-au monde y-y retourner... I-ici, j-j'étais v-vue c-comme u-une enfant, e-et non p-pas comme u-un objet o-ou un monstre... J-j'avais a-au quotidien l-le support e-et l'aide d-de M.Amonwiel, d-d'Aki, d-de Nalya, de Mune, de Mizu, e-et de tous l-les gens d-de Chikai q-qui était s-si gentil avec m-moi... M-mais surtout, j-j'avais m-maintenant e-et pour toujours s-son amour, e-et c'était... La plus b-belle chose au monde.

Profitant d-de cet instant, j-je me l-laissais f-faire sans rien dire, u-uniquement p-portée p-par l-la confiance e-et l-le bonheur q-que j-je ressentais a-avec e-elle, a-avant q-qu'elle n-ne me d-demande g-gentiment d-de descendre p-pour que nous puissions a-au moins terminer l-le repas... I-il était v-vrai q-que m-même si l-le gâteau q-qu'elle a-avait p-préparé é-était d-délicieux, c-ce n-ne pouvait p-pas f-faire u-un repas p-pour n-nous deux, e-et c-c'est en acquiesçant d'une signe de tête q-que j-je retournai à m-ma place, a-avant d-de l-la r-regarder p-préparer l-le repas, p-pendant que la fée, e-elle aussi intriguée m-mais surtout gourmande, était attentive, terminant tout de même sa petite part d-de gâteau avec un g-grand sourire.

E-elle m-même, d-d'ordinaire t-très sociable e-et parfois u-un peu trop bavarde, ne disait rien, s-se contentant simplement de s-s'asseoir s-sur le bord de la table, e-en me s-souriant, v-visiblement t-très contente p-pour moi, t-très contente q-que j-j'ai trouvée u-une famille, e-et s-surtout q-que c'était u-une personne t-telle... t-telle qu'Aki. U-une druidesse, e-en lien avec l-la nature... I-il n'en f-fallait p-pas plus p-pour s'attirer l-la sympathie d-de l-la fée... M-même s-s'il fallait p-peu d-de manière g-général p-pour les avoir...

P-puis... A-Aki servit l-le r-repas q-qu'elle avait c-confectionnée s-sur la table, s-sous m-mes yeux. I-il s-s'agissait d-de p-petites b-boulettes d-de riz a-avec p-parfois d-du poisson a-au dessus, e-et ce f-fut avec u-un grand s-sourire q-que j-je la remercia, e-en c-commençant à m-manger, e-et e-encore u-une fois, sans m-même y avoir gouté, j-je savais q-que c-cela allait être t-très bon, e-et ça n-ne manqua p-pas !

M-mangeant c-copieusement p-pour m-mon gabarit, c-c'est à d-dire à v-vrai dire p-pas g-grand chose, m-mais d-de b-bon coeur, j-je fus r-rapidement repue, e-et j-je fus p-prise d'un l-long bâillement. L-la journée a-avait é-été l-longue, e-et l-la soirée r-riche en é-émotion. A-aller t-trouver l-le sommeil a-allait probablement être d-dans m-mes prochains p-plans e-et c'est p-pour cela q-que j-je me leva l-lorsque l-la druidesse eu f-fini d-de manger, p-pour dire :

"Je... Je v-vais a-aller m-me reposer, b-bonne n-nuit, M...Maman."

J-je fermai u-une nouvelle f-fois l-les yeux e-en disant c-cela, v-vraiment h-heureuse d... D-de pouvoir l-l'appelée p-par un t-tel n-nom. M-mais s-sans q-que je le sâche, d-deux g-grains d-de riz s-s'étaient p-posé s-sur m-ma joue...


Revenir en haut Aller en bas
Messages : 2330
Yens : 1208
Date d'inscription : 07/08/2015

Progression
Niveau: 213
Nombre de topic terminé: 102
Exp:
15/24  (15/24)
avatar
Aki Nishiie ¦ Justicière ¦

-



MessageSujet: Re: Le foyer dans son coeur   Dim 25 Sep - 13:52




Le foyer dans son coeur



feat.Orina !







Une fois qu'elles eurent toutes deux finis de manger, la nuit avait commencé à tomber, même si de l'intérieur de la cave sombre et sans fenêtre il était totalement impossible de le voir. Tanith n'était toujours pas rentré, son rendez vous devait s'éterniser. Malgré tout ce qu'elle pouvait se dire, Aki sentit une pointe d'inquiétude de voir l'heure tourner sans qu'il ne rentre. Les rues de la capitale étaient censées être sécurisées et le vampire n'était pas homme à se laisser attraper et pouvait aisément se défendre contre tous les natifs qui lui cherchaient des noises (à moins qu'il s'agisse d'un groupe de gardes surentrainés, ce qui restait difficile), mais si il s'agissait d'un élu plus puissant ? Certes, il avait toujours démontré une assurance sans faille, quel que soit l'ennemi en face, mais jusqu'ici, il n'avait pas encore eu, à sa connaissance, à affronter des démons comme Zayro Jinn ou même l'homme aux cheveux blancs des rocheuses… Son arrogance ne l'aiderait sans doute pas dans ce genre de situations, au contraire, et elle ne souhaitait sans doute pas le perdre stupidement de la sorte. Mais pourquoi s'inquiétait elle ? Il n'était pas sa propriété et il pouvait bien faire ce qu'il voulait, tant qu'il ne décevait pas Orina, n'est ce pas ?

La petite fille avait d'ailleurs finis de manger également et quelques grains de riz étaient collés sur sa joue alors qu'elle déclarait vouloir aller se coucher. Rigolant doucement, la rouquine les décolla du bout des doigts et les déposa sur le plateau en bois devant elle en taquinant gentiment l'homonculus sur le sujet. Ses yeux picotaient doucement également, la journée avait été longue et les blessés à l’hôpital plus nombreux que jamais. Un jeune homme avait été attaqué par un animal étrange à l'extérieur des murs et était dans un état proche de l'horrifique, il avait fallu en prendre soin alors que tous les autres patients réclamaient également de l'attention. Parfois, la Nishiie se demandait comme les centres de soins pouvaient gérer leurs malades sans personnes douées de pouvoirs pour les aider.

Je vais sans doute venir avec toi, je commence à fatiguer moi aussi.

Souriant doucement, la Druidesse rejoint sa fille jusqu'aux sacs de couchages qui étaient posés l'un et l'autre à proximité. Rapprochant légèrement la lourde peau d'ours blanc dans laquelle elle dormait, elle borda avec attention la toute petite Seikajin qui semblait s'endormir sur place en fredonnant une musique douce qui lui rappelait celle qui lui chantait sa mère lorsqu'elle avait eu l'âge de la fillette. S'allongeant à son tour dans ses propres peaux, l'archère se mit sur le côté pour caresser doucement les longs cheveux rose de sa protégée en continuant à chantonner un air qui n'avait nulle autre parole que l'affection qui viens du cœur, que l'amour infini d'une mère à son enfant.

Les minutes passèrent lentement alors que ses paupières se faisaient également lourde … Lorsqu'enfin la toute petite Seikajin eut sombré dans les doux bras de Morphée, la jeune femme posa sa tête sur les fourrures, les yeux encore ouverts pendant quelques secondes pour contempler le visage innocent et candide de celle qui illuminait sa vie. Elle s'endormit un grand sourire sur les lèvres, également complètement détendue, n'entendant pas le moment où l'alchimiste revint de cette rencontre qui s'était éternisée.

Au lendemain matin, aux alentours de quatre heure, alors que le soleil n'était pas encore réellement levé, elle ouvrit de nouveau les yeux pour regarder la petite fille dormir. Paisible et tranquille, elle faisait sans doute de doux rêves, un sourire béat sur le visage. Rajustant légèrement la couverture sur les épaules de sa protégée en prenant garde de ne pas la réveiller, la guérisseuse resta ainsi à s'attendrir devant sa fille qui tenait serrée dans ses bras Mune, visiblement aussi heureux qu'il pouvait l'être, pendant de longues minutes qu'elle ne prit pas la peine de compter, jusqu'à ce que le matin achève de se lever et qu'il faille le rejoindre pour ouvrir la boutique.


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

-



MessageSujet: Re: Le foyer dans son coeur   

Revenir en haut Aller en bas
Le foyer dans son coeur
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Le foyer dans son coeur
» "Je cherche un peu de chaleur à mettre dans mon coeur" [Magenta]
» FROLIC BB JACK RUSSEL 11 MOIS (49) asso COEUR SUR PATTES
» Emilie de Vendières ◘ Le chirurgien doit avoir un oeil d'aigle, un coeur de lion et une main de femme
» «Quand une personne entre dans votre cœur, elle y reste pour toujours.» [Demon Murray]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Manga Multiverse ::  :: Empire de Seika :: Capitale de Chikai-


Crédits : Design : Phoenix & Pingouin Règlements & Contexte : Phoenix
Forum optimisé pour Google Chrome.