Partagez | .
Souffrances Salvatrices
Invité Invité

-



MessageSujet: Souffrances Salvatrices    Dim 25 Sep - 20:00





Feat. Aki

Souffrances Salvatrices



Une semaine s'était écoulée depuis qu'Aki et moi avions laissé Orina pour nous aventurer dans la forêt de Seika. Le but était de récupérer suffisamment de sang et de cuir pour me permettre de créer les commandes de la druidesse : une armure de cuir capable de s'adapter au physique de son porteur, même quand celui-ci est capable de changer de formes, ainsi qu'un sceau capable de permettre a la jeune femme de mieux contrôler ses pouvoirs. La récolte avait pour le moins était fructueuse, puisque nous avions ramené la presque totalité du sang de trois Nekomata particulièrement imposant, ainsi que la carcasse de deux d'entre eux.

La charrette était arrêté dans la cour, le cheval était détaché et gambadait dans le peu de verdure présent. Nous avions notre précieuse matière, mais elle restait trop volumineuse pour ne serrait-ce que passer la porte d'entrée. Je me tournais vers mon amie chasseuse et lui demandais si elle était capable de récupérer le cuir des deux individus avant que je ne les découpe pour mieux les entreposer.

A l'intérieur, Orina semblait absente. Peut-être était-elle partie à la bibliothèque ou peut-être se promenait-elle en ville. C'était une opportunité en or pour nous occuper de la partie la plus délicate de la commande d'Aki : le sceau. L'enchantement d'objet était simple et offrait ses capacités à tout porteur se munissant de celui-ci. L'enchantement d'être vivant en revanche, était une toute autre paire de manches. L'opération était particulièrement douloureuse et avait traumatisé plus d'un militaire endurcis, mais le résultat était plus puissant, et permanent, en comparaison avec un objet aux mêmes propriétés.

"Orina n'a pas l'air d'être là. Elle est probablement à la bibliothèque ou entrain de se promener. Ça serait l'occasion rêvé de nous occuper de ton sceau, étant donné que l'opération est particulièrement douloureuse. J'ai déjà vus plusieurs vétéran de guerre être traumatisé par le processus, alors je te préviens, tu souffriras probablement comme jamais tu n'as souffert, mais en échange tu auras un sceau permanent qui t'aidera à maîtriser tes pouvoirs. Ton âme et ton corps souffriront mille supplices, mais tu en sortira vivante je te le garantis."


Revenir en haut Aller en bas
Messages : 2330
Yens : 1258
Date d'inscription : 07/08/2015

Progression
Niveau: 213
Nombre de topic terminé: 102
Exp:
15/24  (15/24)
avatar
Aki Nishiie ¦ Justicière ¦

-



MessageSujet: Re: Souffrances Salvatrices    Lun 26 Sep - 1:51




Souffrances Salvatrices



feat.Tanith, un méchant vampire torturateur de jeunes filles





La carriole s'arrêta dans un crissement entre les roues en bois et les quelques graviers qui se trouvaient encore sur la route. Descendant doucement en prenant garde de ménager ses muscles, Aki prit quelques secondes pour s'étirer. Ces longs voyages où elle ne pouvait pas bouger librement les jambes ou les bras par crainte de déranger celui qui conduisait les chevaux ou tout simplement parce que l'espace était trop étroit lui pesaient vraiment. Si elle avait eu le choix elle aurait sans doute préféré marcher, mais pour ramener toutes ces bêtes mortes jusqu'à Chikai, il était clairement plus intelligent d'avoir procédé de la sorte. Bâillant largement alors qu'elle ouvrait la porte de la boutique pour déposer sa sacoche dans la cave, elle se fit la réflexion qu'elle avait déjà ses petites habitudes, même si celles ci étaient encore minimes et qu'elle se sentait toujours obligée de jeter un coup d'oeil à l'alchimiste pour voir si cela ne le dérangeait pas. Regardant dans toute leur habitation lugubre, elle ne trouvas pas la petite homonculus et son cœur se serra sous la crainte. Où était elle ? Pourquoi n'était elle pas à la maison ? Qu'était elle en train de faire ? Lui était il arrivé quelque chose ? Le cœur battant elle remonta et se rasséréna en voyant encore le soleil haut dans le ciel. A cette heure elle était peut être en train de lire ses histoires aux enfants au niveau de la fontaine, malgré tout elle posa sa question d'une voix inquiète au vampire.

Tu sais où est Orina ? Je sais qu'elle est très maline et débrouillarde mais … ça fait une semaine que nous sommes partis, je m'inquiète de ne pas la voir là …

Fronçant légèrement les sourcils, elle accéda malgré tout à la requête de son compagnon de voyage, grimpant à l'arrière de la charrette pour dépecer attentivement la première carcasse. Elle commença par tracer une longue incision partant au niveau du bas-ventre jusqu'au haut de la gorge, puis procéda de même sur l'intérieur de chaque patte en partant de sa précédente coupure. Il s'agissait ensuite d'enlever la peau en emportant le moins de graisse possible, car une fois séchée, celle ci rendait le cuir plus difficile à travailler. Glissant sa lame entre l'espèce de gélatine blanchâtre et la peau noire (bien qu'elle soit légèrement plus claire à l'intérieur, presque beige), elle la décolla petit à petit avec application. En quelques minutes ce fut accomplis et elle s'attela au deuxième cadavre. Les deux avaient été conservés par des moyens magiques forts pratiques, ce qui leur évitait d'avoir à empester la viande avariée. Une fois les deux peaux correctement détachées, elle les posa sur le bord de la charrette avant de retourner s'adresser au mage.

Tu as besoin que je les travaille ou si elles sont telles quelles cela t'ira ? Je peux faire en sorte de les rendre beaucoup plus souple et faciles à utiliser, mais je ne sais pas si cela change quelque chose pour tes pouvoirs.

Finalement elle se figea légèrement à la question, ou plutôt proposition, du père adoptif de sa fille. Oui, le sceau. La souffrance. Il avait raison, le moment était parfait, il valait mieux que la fillette aux cheveux roses ne soit pas dans les parages pendant l'opération, sinon elle risquait de vouloir faire quelque chose pour l'aider … Mais il n'y avait rien à faire. C'était le prix à payer pour retrouver la paix et pour une maîtrise quasi totale de ses pouvoirs. Elle n'était pas folle, elle comprenait bien que le vieil homme n'avait plus les mêmes pouvoirs qu'avant et qu'il serait sans doute beaucoup plus compliqués pour lui d'endiguer une puissance qui était deux ou trois fois supérieure à la sienne. Elle hocha donc la tête avant de sortir son calepin pour tracer un sceau noir, le tatouage qu'elle avait auparavant.

Te serait il possible d'y ajouter ce dessin ? C'est peut être ridicule, il ne comportera aucun effet sans les rituels appropriés mais … au moins il viendra un peu de chez moi et qui sait, si un jour je trouve des informations qui se rapproche de nos traditions, je n'aurais alors plus qu'à repasser dessus, comme le veut la coutume … Quoi qu'il en soit … quelles sont les préparatifs nécessaires ? Des objets, un endroit ? Quant à la douleur … Je supporterais, tant que j'en sors vivante, et sur ce point là, je te voue une entière confiance.

Regardant attentivement l'être de la nuit, elle resta tout ouïe pour entendre sa réponse. La hâte d'en être débarrassée talonnait la terreur de ce qui allait se passer.



Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Souffrances Salvatrices    Mar 27 Sep - 20:53





Feat. Aki

Souffrances Salvatrices



Une des questions de ma chère compagne que j'avais anticipé et qui ne se fit guère attendre était celle concernant Orina. En effet, la petite fille n'était pas a la maison et cela n'aurait pas put ne pas inquiéter Aki. Il est vrai qu'il pouvait lui être arrivé quelque chose, mais la probabilité que cela arrive était vraiment infime, surtout après sa dernière fugue. Je me tournais vers Aki et lui faisais part de mon raisonnement.

"Ecoute, je sais que cela fait longtemps que nous ne l'avons pas vus, mais elle est grande et sait s'occuper d'elle. Probablement qu'elle est entrain d'étudier a la bibliothèque, ou entrain de se promener en ville. Elle ne serra pas bien longue, c'est certains, ce qui veux dire que nous devons nous dépêcher pour faire ce que nous avons à faire."

La druidesse ne se fit pas prier plus que nécessaire pour s'occuper du dépeçage de nos trophées. Aki grimpa rapidement à l'arrière de la charrette et commença à découper les peaux méthodiquement. Il était évident que ce n'était pas la première fois qu'elle le faisait, et cela était parfaitement en accord avec le style de vie plutôt rudimentaire de la jeune femme. Une fois son œuvre terminé, Aki me demanda si je voulais qu'elle travaille les peaux. Mes pouvoirs me permettaient de remanier la matière, je pouvais donc m'occuper du raffinage d'une manière beaucoup plus rapide et économique en temps et en efforts.

"Non ça ira, merci bien. Je n'ai besoin que de la matière première, il est assez facile de s'occuper du raffinage des matériaux pendant le rituel."


Je pris quelques peaux et accompagnais Aki jusque dans la cave où se tiendrait le rituel permettant la création du sceau qui lui permettrait de mieux contrôler ses pouvoirs. La salle était toujours aussi propre, même depuis le temps pendant lequel nous avions laissé la maison a Orina. La jeune fille était une personne particulièrement ordonnée, probablement plus par peur de déranger que par réel soucis d'ordre. Je déposais les peaux sur la table en pierre qui se tenait devant le cercle magique que j'utilisais pour mes rituels.

Le Cercle:
 

Aki ajouta une précision a sa commande : elle dessina un étrange symbole sur un calepin et me demanda de l'incorporé dans son sceau. Chose purement futile car le pouvoir était lié aux runes et non a cette image, je ne pus qu'acquiescer en voyant a quel point cela semblait lui tenir a cœur.

"En effet, cela ne serra pas très utile, mais si tu y tiens, ça ne me pose pas de problème."


Je tendais le bras vers le cercle en invitant la druidesse à suivre mes instructions.

"Je t'inviterais à rejoindre le centre du cercle, et a exposé l'endroit où tu veux que l'enchantement prenne place."


Je m'occupais pour ma part de rassembler suffisamment de fioles pour contenir le sang nécessaire au rituel.


Revenir en haut Aller en bas
Messages : 2330
Yens : 1258
Date d'inscription : 07/08/2015

Progression
Niveau: 213
Nombre de topic terminé: 102
Exp:
15/24  (15/24)
avatar
Aki Nishiie ¦ Justicière ¦

-



MessageSujet: Re: Souffrances Salvatrices    Mer 28 Sep - 2:21




Souffrances Salvatrices



feat.Tanith, un méchant vampire torturateur de jeunes filles





Comme elle s'y attendait, Tanith la rassura en spécifiant que Orina savait parfaitement prendre soin d'elle et qu'il n'était que très peu probable qu'il lui soit arrivé quelque chose. C'était sans doute la réaction la plus logique, mais il restait rare qu'une mère inquiète pour son enfant soit logique. Le plus souvent, dans ce genre de situations, les pires scénarios pouvaient lui passer par la tête. Et si on l'avait enlevé parce qu'on savait que ses parents avaient de l'argent ? Et si on avait voulus en faire de même pour la simple raison qu'elle était une élue ? Et si on l'avait fait par pure cruauté ? Et si elle avait subis pire encore ? Si elle s'était faites voler, violer ou tuer ? Après tout, rien ne différerait de la situation actuelle dans la maison, aucun indice ne prouvait le contraire jusqu'à présent ? ! Consciente qu'elle se laissait plus mener par une peur panique que par un réel instinct qui aurait pus l'avertir d'un danger pour l'homonculus, elle prit deux grandes inspirations et hocha la tête d'un air décidé. Si lorsque la nuit tomberait elle n'était toujours pas de retour elle se mettrait à sa recherche, mais d'ici là, aucune raison de paniquer.

Tendant les peaux qu'elle n'aurait pas à retoucher au vampire, elle le suivit jusque dans la cave, constatant qu'il y avait des signes d'activité et de nettoyage récents, et donc que Orina avait été dans les parages il y avait peu de temps. Ajoutant cette indice aux nombres de raisons qui la rassuraient, elle observa le cercle rouge tracé au sol avec une légère appréhension. Personne n'aimait souffrir, personne ne désirait une telle chose, à part quelques êtres un peu tordus ou aux plaisirs déviants, et il fallait dire que ce n'était pas son cas. Elle avait peur, peur d'avoir trop mal, peur de perdre l'esprit, peur d'en mourir. Elle avait compris que la douleur ne ressemblerait en rien à ce qu'elle avait déjà pus connaître.

Lorsqu'elle tendit le croquis à l'alchimiste, celui ci confirma qu'il ne servirait à rien mais que cela ne le dérangeait pas vraiment de le faire. Lui adressant un petit sourire, elle passa de nouveau machinalement sa main sur son nombril, retraçant les formes noires du bout des doigts, des formes qu'elle avait eu dès son plus jeune âge.

Pour l'instant l'intérêt n'est que décoratif, bien entendus. J'ai toujours eu ce tatouage, et je l'ai toujours aimé. L'avoir de nouveau me fait tout simplement plaisir. A l'époque il était pour moi le symbole d'une nouvelle vie, la possibilité d'aller de l'avant. Tu sais, à la fin de mon apprentissage, mon corps était couverts de dessin du genre, et après le transfert en Kosaten, il était le seul à rester, même si il s'est effacé en même temps que mon sceau … Il fait un peu partie de moi en fait …

Il fallut ensuite qu'elle se mette au centre du cercle, ce qu'elle fit, puis lorsqu'il lui demanda de découvrir l'endroit concerné, elle fronça légèrement les sourcils. Devait elle changer de place ? Elle n'en avait pas envie mais d'un autre côté, si elle conservait cet emplacement, il faudrait qu'elle se découvre du haut. Malgré les bandelettes qui la protégeaient et qui l'avait toujours fait, elle était si facilement gênée en présence du boutiquier qu'elle sentait que ce serait un problème de plus à gérer … Oh et puis après tout … C'était son travail, et il n'était pas du genre à s'en formaliser.

Je pense le faire autour du nombril, là où j'avais l'ancien. Encore une histoire de nostalgie.

Respirant un grand coup elle défit les boutons de sa chemise et la retira en détournant le regard. C'était son travail. C'était son travail. C'était son travail. Il s'en fichait éperdument. Il ne la regardait sans doute même pas. Peut être un peu mais uniquement pour jauger l'endroit où il allait devoir pratiquer son enchantement. Ce n'était pas son genre que de regarder ailleurs, là où les bandes blanches cachaient une partie de son corps qu'elle ne désirait pas exposer. On voyait le Z ressortir, là où elles marquaient un très léger décolleté, toujours aussi vif qu'au premier jour, et incessamment douloureux lui aussi. Il ne regarderait pas. C'était quelqu'un de sérieux, n'est ce pas ? N'osant pas vérifier si elle avait raison, elle se contenta de fixer obstinément le sol.

Maintenant je suppose que je doit attendre ? Je ne suis pas des plus résistantes, il y as un risque que je m'évanouisse ou que je tombe ?



Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Souffrances Salvatrices    Mer 28 Sep - 3:13





Feat. Aki

Souffrances Salvatrices



La jeune femme rejoignit le centre du cercle, comme je l'avais demandé et commença à enlever timidement sa chemise, révélant un corps svelte et athlétique aux muscles visibles mais discrets. Sa poitrine était comprimée derrière plusieurs bandes blanches, probablement pour éviter d'être gênée par cette dernière pendant ses voyages ou ses combats. Il y avait toujours cette vilaine cicatrice en forme de Z, qui dépassait de ces bandes, triste souvenir d'un échec. C'était loin d'être la première fois que je voyais le corps d'une femme au naturel, mais celui là provoqua un léger déclic dans mon esprit. Sans trop savoir de quoi il s'agissait, je me concentrais sur la tâche à accomplir.

Je déposais des fioles vides sur chacune des runes du cercle, ce qui faisait un total de huit récipients. Je me contentais ensuite d'ouvrir la bouche pour laisser s'échapper une fumée acre qui allait prendre la forme de Sanguine. J'entamais une ronde autour du cercle magique en plaçant le bout de la lame dans les fioles en y faisant couler le sang de Nekomata qu'elle avait bus. Une ou deux minutes suffirent pour remplis les récipients, et je n'avais plus qu'a me replacer face a Aki, en demandant si cette dernière était fin prête au rituel à venir.

A son signal, je commençais l'incision de mes veines en utilisant Sanguine. Je fis couler mon sang sur le cercle en faisant courir mon mana à l'intérieur pour résonner avec la magie du cercle. Quelques secondes passèrent avant que je ne me synchronise avec le cercle, ce qui commença par embraser le sang dans les fioles réparties tout autour du cercle. Un petit nuage de flamme rouge sang flottait au dessus de chaque fiole, inspirant un faux sentiment de sécurité. Mais après quelques minutes de lévitation tranquille, les flammes se ruèrent sur le nombril d'Aki, commençant à graver le corps et l'âme de la jeune femme de leurs couteaux rougeoyants. De longues minutes passèrent, alors que le corps de la druidesse se faisait attaquer par les flammes sanguines, avant qu'elles ne disparaissent, marquant la fin de la torture de la jeune femme, en laissant derrière elles le résultat tant escompté par Aki. Un sceau entouré de runes était apparus sur son nombril encore chaud.
Le Sceau:
 

Légèrement haletant, je m'accordais quelques secondes de répit, avant de me relever et de rejoindre Aki au centre du cercle.

"Ça va aller ?"

Je tendais ma main vers la druidesse pour l'aider a se relever.  


Revenir en haut Aller en bas
Messages : 2330
Yens : 1258
Date d'inscription : 07/08/2015

Progression
Niveau: 213
Nombre de topic terminé: 102
Exp:
15/24  (15/24)
avatar
Aki Nishiie ¦ Justicière ¦

-



MessageSujet: Re: Souffrances Salvatrices    Mer 28 Sep - 17:40




Souffrances Salvatrices



feat.Tanith, un méchant vampire torturateur de jeunes filles





Retenant sa respiration, la rouquine regarda le vampire mener les préparatifs. Plusieurs fioles vides prirent place aux différentes extrémités du cercle bientôt remplies du sang des nekomata qui avait été absorbé dans cette étrange épée rouge. La jeune femme hocha la tête à la demande de l'alchimiste en le regardant dans les yeux. Il fallait qu'elle se calme, il fallait qu'elle laisse sa peur s'en aller. Quoi qu'il se passe maintenant, elle ne pouvait plus faire machine arrière, elle devait l'affronter. Il n'était plus question de reculer, de se désister ou de fuir. Fermant finalement les paupières, elle dirigea sa tête vers le haut pour respirer de larges goulées d'air en attendant le moment fatidique qui ne tarderait assurément pas à venir. L'idée de paraître ridicule et faible aux yeux du vieil homme lui avait aussi traversé l'esprit, mais elle essayait de ne pas s'en soucier. Il comprendrait assurément, ayant également été humain. Si des siècles de douleur lui avaient permis de la maîtriser, il avait été un gosse tout le monde, pleurant à l'apparition de ses dents de lait, la morve au nez quand il s'égratignait, ou alors un adolescent, les dents crispés et les larmes roulant sur les joues alors qu'il s'était brisé un os … Il avait connus la douleur comme elle l'avait également connue, et il savait parfaitement qu'elle n'avait pas eu le temps nécessaire pour s'y faire comme lui l'avait fait.

Elle ne vit pas ainsi la procédure qu'il accomplissait, restant dans l'attente la plus parfaitement immobile. Puis, elle qui pensait recevoir une douleur progressive, quelque chose de lent qui irait au début avant de devenir dévastateur, elle ne put s'empêcher un immense sursaut de surprise quand son nombril fut attaqué. Aussitôt elle se mit à trembler, dû refermer les bras juste au dessus, craignant de déranger l'opération si elle touchait la zone en question. Les avants bras serrés contre son estomac, elle serrait les dents alors que la souffrance était si cuisante. Mais là n'était que la souffrance physique, celle qui était la plus aisément supportable, celle qu'elle ne craignait pas. Alors qu'une larme roulait doucement, synonyme de la retenue extraordinaire dont elle devait faire preuve pour ne pas se laisser aller à des cris de douleur, elle se rendit compte que ce n'était pas finis.

Ce fut cette fois quelque chose de plus profond, quelque chose qui se trouvait à l'intérieur d'elle même, quelque chose que son Fluide ne pouvait pas apaiser ou arrêter, qui commença à prendre place. Un cri de douleur s'échappa, qu'elle interrompit aussitôt, alors qu'elle ressentait que son âme était en train d'être arrachée de son corps, littéralement. Tombant à genoux dans le cercle, elle essaya de s'empêcher de se recroqueviller, peine perdue. Se ramassant sur elle même, elle finit par ramener ses genoux contre sa poitrine, suffoquant tant la torture était horrible. Gémissant de douleur et perdant toute notion de honte ou de retenue, oubliant que l'être de la nuit se moquerait peut être d'elle après ça, elle pleurait. Que ça cesse, que ça cesse, que ça cesse. Ouvrant parfois sa bouche dans un cri d'horreur muet, sa respiration s'accélérait ensuite à nouveau. Elle allait mourir. C'était impossible de survivre à cela. Elle allait mourir et devenir complètement folle. Aucun être humain ne pouvait tenir. Elle s'était surestimée. Elle allait mourir. Que ça cesse, que ça cesse, que ça cesse. Combien de temps s'écoula ainsi ? Une seconde ? Vingts minutes ? Trois heures ? Six semaines ?

Lorsqu'enfin la souffrance reflua, elle était recroquevillée sur elle même, comme un bébé dans le ventre de sa mère, pleurant de douleur, regrettant de toute son âme d'avoir un jour voulus une chose pareille. Mais quelle idiote elle avait été! Enfin, enfin c'était finis ! Ses larmes cédaient la place à d'autres, de soulagement cette fois. Vingt ans tout juste, et combien de fois avait elle décidé qu'elle ne pleurerait plus jamais ? Combien de fois avait elle voulus devenir l'héroïne d'un roman, résolue forte et déterminée, froide comme la glace que rien n'atteignait ? Combien de fois n'avait elle pus faire autrement que de n'être qu'une jeune femme de vingt ans détruite par la vie et cherchant malgré tout à s'en sortir ? Combien de fois avait elle coulé pour ressortir ? Elle n'était qu'une humaine après tout.

Attrapant la main du boutiquier, elle se releva avec une difficulté incroyable alors que son corps la lançait encore atrocement. Toute la durée du processus elle était restée crispée, et impossible à présent de dénouer correctement ses muscles. Elle hocha la tête, sans grande conviction toutefois, à sa question qui partait d'un bon sentiment, puis trébucha jusqu'à une chaise pour s'y asseoir, posant ses coude sur la table pour prendre sa tête entre ses mains. Il lui fallait quelques minutes pour s'en remettre, elle qui n'était au final qu'une jeune femme d'une vingtaine d'année trop petite pour ses pouvoirs et pour la vie qu'on avait voulus lui donner.


Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Souffrances Salvatrices    Mer 28 Sep - 18:47





Feat. Aki

Souffrances Salvatrices



Aki était, comme tous ceux qui l'avaient précédé, complètement vidée par le rituel. Son corps et son esprit avaient subis bien des souffrances, et si le premier pouvait être entrainé à ce genre de stimuli, le second en revanche était bien plus difficile à préparer. La jeune femme se saisit de ma main, en hochant mollement la tête pour me signifier qu'elle allait bien. Elle essaya ensuite de se diriger vers un siège, en trébuchant sur le trajet a cause de ses muscles encore contracté par l'expérience qu'elle venait de traverser. La druidesse posa ses coudes sur la table et sa tête dans ses mains sans dire quoi que ce soit. Il n'était pas dur de comprendre que cette expérience l'avait surprise et qu'elle avait surestimée sa préparation.

Je me retirais vers les rangements, avant de revenir avec une chope et un pichet de jus de fruit. Je remplissais le récipient du nectar fortement sucré, avant de le déposer devant Aki.

"Cette douleur force l'humilité, pas vrais ? J'ai déjà vus des généraux et des vétérans pleurer comme des enfants après cette expérience. Si le corps peut-être entrainé à subir des traumas jusqu'à apprendre à contrôler les impulsions qui le traverse, il est impossible de préparer l'âme a la souffrance. La douleur vient du fait que ma magie a dut se forcer un passage dans ton âme pour y placer l'enchantement, et qu'il soit reconnus comme partie intégrante de ton âme et de ton corps. Même si tu devais perdre la partie de ton anatomie sur laquelle réside le sceau, il continuerait d'exister dans ton âme, et réapparaitra si tu récupérais la partie perdue."


Je caressais gentiment le dos d'Aki, avant de retourner a mon cercle magique. Maintenant que cette étape difficile était passée, il me restait à m'occuper de la partie la plus bénigne de la commande d'Aki : l'armure capable de s'adapter a ses métamorphoses. Je pris les peaux qui étaient sur la table de pierre et les posais au cœur du cercle, avant de répéter la même ronde que j'avais fait avec l'enchantement d'Aki, en remplissant les fioles maintenant vide du sang contenus dans Sanguine. Une fois cette ronde terminée, je m'entaillais de nouveau les veines pour entrer en communion avec le cercle et tout ce qu'il contenait. Je drainais la magie contenus dans les fioles pour alimenter le rituel, au cours duquel les peaux lévitèrent, se décomposèrent comme si elles étaient devenus liquide. Quelques dizaines de minutes passèrent au cours des quelles la matière première se modelait pour donner forme a un plastron, une paire de gants et une paire de botte. Les pièces d'équipements maintenant forgées, il ne me restait plus qu'a les enchanter. Le sang restant dans les fioles s'embrasa comme l'avait fait celui qui avait servis à enchanter la druidesse, et ses flammes se ruèrent sur les pièces immobiles pour y graver leur magie.

Le résultat fut un set d'armure, qui donnait l'impression d'être fait d'une seule pièce, car dépourvus de sangle, de clous, ou d'autres éléments qui auraient pus servir de raccord. Sur la surface intérieure de chaque pièce se trouvait un même set de runes qui rendait la pièce plus résistante et s'adapterait au physique du porteur, dans la limite de la matière composant l'armure. L'armure pouvait se modifier pour être portée, mais elle ne pouvait pas créer ou détruire sa propre matière, ce qui ne la rendait pas réellement portable par tous, mais qui devrait tout de même s'avérer utile pour une métamorphe.

Je marquais quelques secondes de pause, avant de me relever et de me saisir des résultats du rituel et de les apporter a leur commanditaire.

"Ton armure est prête. Quand tu t'en sentira capable, tu devrais l'essayer, histoire de voir si elle correspond a tes attentes."



Revenir en haut Aller en bas
Messages : 2330
Yens : 1258
Date d'inscription : 07/08/2015

Progression
Niveau: 213
Nombre de topic terminé: 102
Exp:
15/24  (15/24)
avatar
Aki Nishiie ¦ Justicière ¦

-



MessageSujet: Re: Souffrances Salvatrices    Mer 28 Sep - 23:28




Souffrances Salvatrices



feat.Tanith, un méchant vampire torturateur de jeunes filles





Un léger bruit de choc lui fit relever la tête, constatant ainsi que Tanith avait été attentionné au point de lui chercher de quoi boire. Elle reconnut rapidement le jus de fruit préféré d'Orina et lui adressa un léger sourire. Avec un petit sentiment de culpabilité vis à vis de sa fille, elle était tout de même reconnaissante d'avoir quelque chose pour s'hydrater alors que sa gorge était aussi sèche que possible. L'avalant d'un trait, elle garda ensuite les yeux ouverts quelques secondes, se massant les tempes pour faire passer la migraine qui la possédait, tout en écoutant le vampire. Il n'essayait pas spécialement de la rassurer ou de la calmer, en même temps, ce n'était clairement pas ce qu'elle attendait de lui, commençant à connaître son caractère. Il lui expliquait juste que beaucoup avaient finis dans des états abominables après avoir vécus la même chose qu'elle. Elle ne valait pas mieux que cela, c'était certain, d'autant plus que même pour ce qu'il était de la douleur physique, elle avait toujours été incapable de s'y habituer. Evidemment, sa résistance n'était pas comparable avec un enfant pleurant pour une ronce, mais Kosaten ne laissait jamais ses élus loin de la souffrance bien longtemps.

Frissonnant légèrement en sentant le contact de la main de l'élu de Seika contre sa peau nue, elle réalisa qu'elle n'avait toujours pas pensé à remettre sa chemise. Se levant de nouveau, légèrement moins chancelante, elle la récupéra et enfila les manches l'air pensif en contemplant le vieil homme préparer la prochaine étape de ses préparations. Alors qu'elle allait refermer les boutons, son regard se porta sur le tatouage qui ornait désormais le bas de son ventre. C'était là. Lâchant les pans de son vêtement pour l'observer, elle glissa la pulpe de son index sur les lettres qui formaient le pouvoir et sur le dessin qu'elle lui avait demandé, ressentant une puissante magie qui avait maintenant pris place en cet endroit. Un énorme soulagement l'emplis. C'était finis, et à présent, son pouvoir ne pourrait plus la contrôler aussi facilement qu'avant. Elle finit de reboutonner son haut avant de retourner s'asseoir, contemplant toujours attentivement le travail de l'alchimiste qui avait l'air particulièrement concentré.

Elle avait beau le regarder, son visage ne changeait pas d'un poil, à part lorsqu'il la taquinait ou qu'il était heureux d'être avec Orina. En ce moment il avait beau faire quelque chose d'infiniment délicat, aucun trait ne voilait son front, aucun serrement de mâchoire, pas une goutte de sueur. Il avait le visage le plus placide qu'elle n'ait jamais vus. Malgré tout, chacun de ses gestes était assuré, mais empreint d'un soin particulier. Il ne ferait pas d'erreur, c'était tout ce que sa gestuelle témoignait. C'était un artisan attentif, mais froid. Alors que Aki, elle, lorsqu'elle devait effectuer un rituel (ce qu'elle n'avait d'ailleurs pas fait depuis longtemps), voyait passer sur son visage toutes les émotions qu'elle ressentait. Une brusque peur d'échouer, une concentration sans faille, une joie lorsque cela semblait fonctionner … Une vingtaine de minutes plus tard, tout ceci était finis. Il lui apporta la pièce d'armure, en cuir magnifique bien qu'il ait été brut.

Elle hocha la tête lorsqu'il lui demanda de l'essayer et se leva pour la prendre dans ses mains. Chaque parcelle de son corps l'élançait encore et la plante de ses pieds brûlait comme si elle avait marché sur du charbon ardent. N'était ce pas son pouvoir qui s'énervait d'être ainsi ligoté, raison pour laquelle sa douleur était uniquement localisée au niveau du ventre ? Essayant de chasser cette question de sa tête en se disant que cela finirait bien par se calmer, elle regarda la pièce sous toutes ses coutures. En théorie elle semblait portable, même avec d'autres vêtements en dessous, ce qui pouvait être rudement pratique. Mais ce qu'elle portait aujourd'hui, sa tenue traditionnelle hakama et chemise n'était clairement pas adaptée. Tant pis, de toute façon ce n'était pas pour l'utiliser immédiatement, mais juste pour voir si elle lui allait.

L'approchant de son corps en se demandant comment la mettre, celle ci sembla comprendre toute seule ce qu'elle voulait, elle s'enroula autour d'elle, recouvrant les parcelles à protéger jusqu'à ne faire qu'un avec elle, plaquant ses vêtements contre sa peau. Bougeant légèrement pour en constater la fluidité, elle récupéra son arc sur la table et le tendit à vide pour constater qu'elle ne la gênait absolument pas.

C'est parfait … Elle est superbe.

Relevant les yeux vers le père adoptif de sa fille, elle le regarda longuement avant de poursuivre.

Merci pour tout ce que tu as fait pour moi. Non seulement ce sceau et cette armure, mais m'avoir permis de vivre ici avec vous deux … tout ce que tu fais tous les jours peut être sans même t'en rendre compte. Merci.

Un léger sourire flottait sur ses lèvres alors que la souffrance se calmait peu à peu. Quelle qu'ait été son origine, enchantement ou colère de son propre pouvoir, celle ci avait décidé de la laisser en paix.


Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Souffrances Salvatrices    Jeu 29 Sep - 22:25





Feat. Aki

Souffrances Salvatrices



Aki s'empressa d'enfiler son armure, qui semblait bien lui plaire. D'une certaine façon, j'étais content d'avoir créé quelque chose qui lui plaise, mais ses remerciements me rendirent quelque peu inconfortable. Je détournais le regard vers le coté quand elle les énonça, répondant sur un ton légèrement gêné.

"Tss, dépêche-toi de te transformer plutôt que de perdre ton temps en excuse. N'est-ce pas ce que tu souhaitais de cette armure, qu'elle s'adapte aux changements de ton corps ? D'ailleurs, même si elle est enchantée, elle n'est pas capable de faire des miracles et de créer de la matière, elle pourra donc seulement s'adapter dans les limites de la matière qui la compose. De même, ce n'est que du cuir, enchanté certes, mais du cuir tout de même, et il garde les mêmes vulnérabilités que l'ordinaire, bien que légèrement plus résistant."

Aki semblait a l'aise dans sa nouvelle tenue, probablement que le fait qu'elle soit entièrement dépourvue de jointure de métal ou de lanière de cuir, la rendait plus souple que les armures ordinaires. La sensation de porter quelque chose d'entièrement magique plutôt que créer par des mains humaines y jouait peut-être aussi. Je regardais de nouveau la jeune femme, en commentant sur ses paroles, toujours un peu gêné.

"Tu n'as pas à me remercier. Les choses se sont goupillées comme cela, et si cela n'avait pas été pour Orina, nous n'aurions probablement pas cette conversation. Nous serrions resté de parfaits inconnus, au mieux, ou des ennemis, au pire des cas. C'est pour son bien à elle que tu es ici, et non par charité."

Je détournais de nouveaux le regard sur le coté, les joues légèrement rougies. Il s'agissait probablement de paroles trop forte pour la jeune femme, mais tel était la réalité. Je l'avais laissé vivre chez moi, car c'était un avantage pour Orina. C'était ce que j'avais en tête a l'époque, en tout cas.


Revenir en haut Aller en bas
Messages : 2330
Yens : 1258
Date d'inscription : 07/08/2015

Progression
Niveau: 213
Nombre de topic terminé: 102
Exp:
15/24  (15/24)
avatar
Aki Nishiie ¦ Justicière ¦

-



MessageSujet: Re: Souffrances Salvatrices    Jeu 29 Sep - 23:53




Souffrances Salvatrices



feat.Tanith, un méchant vampire torturateur de jeunes filles





Plus qu'étrange aux yeux de la rouquine, le vampire semblait ressentir une certaine … gêne ? Cela ne lui ressemblait pas vraiment et jusqu'ici elle n'avait jamais pus observer un quelconque comportement du type de sa part. Elle mit cela sur le compte de sa propre gêne, pensant qu'elle interprétait mal les mimiques du vieil homme, même si il fallait dire qu'avoir cette impression lui provoquait une étrange chaleur dans le cœur. Si il était gêné, cela voulait donc dire que … ? Non, il fallait qu'elle ôte cette pensée au plus vite, c'était clairement vendre la peau de l'ours avant de l'avoir tué. Trop de facteurs rendaient cette déduction inadéquate. Elle même n'était pas bien et pouvait donc avoir mésinterprété son comportement, et lui pouvait avoir ce ton pour une raison tout à fait autre ! Quoi qu'il en soit, il lui enjoignit de se transformer. Bien sûr ! Qu'elle était idiote de ne pas y avoir pensé plus tôt ! Si il avait autant travaillé pour lui concocter une pièce aussi efficace, ce n'était pas seulement pour sa souplesse ou son extraordinaire aptitude à s'ajuster toute seule, mais surtout parce qu'il fallait qu'elle résiste à ses futures transformations. Il était inenvisageable de prendre la forme d'un Barioth ou d'un Alatreon dans un espace aussi exigu, mais les formes animales qu'elle avait récemment réussis à maîtriser de nouveau pouvaient être de tous les acabits possible.

Une lourde fourrure brune commença à pousser sur son corps alors que son visage s'allongeait. Au bout de quelques secondes, elle posa deux énormes pattes griffues sur le sol en pierre, provoquant un léger crissement désagréable à l'oreille. Secouant sa grosse tête d'ursidé, elle tourna la tête à plusieurs reprises pour analyser la façon dont cela c'était adapté. Quatre bandes de cuir avaient persisté sur ses pattes, les entourant à la manière de bracelet, tandis que ce que l'on pouvait assimiler à une selle protectrice la recouvrait jusqu'au garrot. Le cuir c'était donc déplacé à merveille pour protéger les endroits stratégiques (ses nerfs par exemples), sans se briser ou s'étirer outre mesure. Reprenant forme humaine, elle acheva sa transformation en ébrouant son visage redevenus enfantin, chassant ainsi quelques poils restés accrochés à ses cheveux.

C'est impressionnant ! Et si je prends une forme beaucoup plus petite, que se passe t-il ?

Bien évidemment, la tenue avait repris une forme adaptée à sa nouvelle constitution, couvrant parfaitement son petit corps d'un mètre cinquante-sept de cet harnachement spécial. Il n'y avait pas à tergiverser, c'était du travail de professionnel. La phrase que l'alchimiste prononça ensuite eut pourtant le don de toucher la rouquine plus qu'elle ne l'aurait voulus. Il avait raison, bien sûr, c'était pour Orina, et lui n'avait jamais voulus qu'elle vienne habiter ici mais la guérisseuse avait secrètement espéré que quelque chose se serait ajouté à cette cohabitation plus ou moins forcée … Baissant les yeux pour cacher sa déception, elle faillit louper l'étrange rougeur qui s'était emparée des joues de son colocataire. Cette fois ci, il n'y avait plus de doute ! Il était réellement mal à l'aise ! Ouvrant de grands yeux surpris, elle se dit que c'était le moment de saisir sa chance, de lui tendre une perche et de comprendre un peu mieux ce qu'il se passait dans ce cœur de pierre qu'avait le boutiquier.

Je … Ce n'est plus la seule raison qui fait que nous vivons encore ensemble aujourd'hui, non ?

Rougissant à son tour, elle détourna encore une fois le regard, fixant attentivement ses pieds chaussés de deux bottes en cuir brut qu'elle avait fabriqué elle même et qui manquait clairement d'esthétisme. Refusant de le regarder à nouveau, elle se prit à chercher dans sa tête les multiples manières dont elle pourrait les améliorer pour les rendre plus jolies et plus pratiques au jour le jour. Elle était une débrouillarde, et pas une couturière de style, mais à force d'entraînement, l'on finissait souvent par connaître quelques techniques qui rendait nos vêtements plus agréables. Au bout de quelques secondes, elle releva la tête pour essayer de voir la façon dont il avait réagis. Qu'il soit silencieux ou qu'il est nié tout en bloc, elle pourrait aisément remarquer un mensonge si il continuait à être aussi lisible qu'il l'avait été les quelques dernières minutes.


Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Souffrances Salvatrices    Ven 30 Sep - 21:55





Feat. Aki

Souffrances Salvatrices



Aki utilisa rapidement ses pouvoirs pour transformer son corps en celui d'un hybride d'ursidé et d'humain. Le changement se fit progressivement, alors qu'elle gagnait en taille et en masse musculaire. La belle jeune femme n'avait plus grand chose d'humains dans cette forme, mais étant moi même un monstre, cela ne me dérangeait pas plus que cela. Elle souleva ensuite le problème concernant une forme plus petite que sa forme naturelle. En effet, si l'armure pouvait se répartir sur un corps plus grand, il était logique de se demander ce qu'elle ferait en cas de corps plus petit, alors qu'elle recouvrait déjà entièrement le corps original.

"Si tu adopte une forme plus petite que ta forme naturelle, l'armure condensera au mieux sa matière pour te protéger sans gêner tes mouvements, mais le cuir qui sera présent sera alors plus lourd et plus épais que celui qui protégerais tes formes plus grandes."

Puis vient sa réaction à mes propos concernant sa présence ici. Comme l'on s'en serait douté de sa part, la jeune femme semblait déçue de mes paroles, mais elle posa une question lourde de sens : N'y avait-il pas d'autres raisons a sa présence ici ? Aurait-elle vus à travers moi ? Aurait-elle vus ce que je ressentais pour elle ? M'étais-je attendri au point qu'une pauvre humaine était capable de me percer à jour ? Probablement. Orina, comme tout mes enfants, m'avait fait apprécier de nouveau la vie, mais c'était la première fois que cette période de faiblesse avait donnait naissance a d'autres sentiments.

Personne depuis Liara ne s'était intéressé à mon sort, encore moins soutenus, mais cette Aki était différente. Elle gardait une mentalité entièrement humaine, et ne pouvait probablement pas comprendre la mienne, qui avait changée de nombreuse fois au fil des siècles. Et pourtant, elle restait gentille et me traitait comme un semblable, malgré notre différence d'âge, de philosophie et de nature. Peut-être était-ce ce genre de contact qui pouvait rendre même l'immortalité supportable. Je lançais un regard énervé vers la jeune femme, les joues encore plus rouge que précédemment, incapable d'accepter ce que je voyais comme un signe de faiblesse et complètement inconscient des signaux que donnait son corps a son insu.

"Et qu'est ce que ça changerait si c'était le cas ? Tu n'es venue que pour Orina n'est-ce pas ? Tu l'as, alors qu'est ce que tu cherche de plus ?"

Je détournais de nouveau le regard sur le coté, en croisant nerveusement les bras, alors que la teinte rouge sur mes pommettes demeurait.


Revenir en haut Aller en bas
Messages : 2330
Yens : 1258
Date d'inscription : 07/08/2015

Progression
Niveau: 213
Nombre de topic terminé: 102
Exp:
15/24  (15/24)
avatar
Aki Nishiie ¦ Justicière ¦

-



MessageSujet: Re: Souffrances Salvatrices    Sam 1 Oct - 0:15




Souffrances Salvatrices



feat.Tanith, un méchant vampire torturateur de jeunes filles





La jeune femme hocha la tête aux réponses de l'artisan. Tenant tout de même à le tester, elle se fit de plus en plus petite pour ne garder qu'une forme fort semblable à celle de Mizu, légèrement plus grande en réalité, celle d'un renard adulte, les poils bruns et la longue tâche blanche sur le ventre. La reconnaissant même ainsi, son amie de toujours la rejoins, attendant visiblement que leur tradition habituelle de courses ensemble se perpétue. Posant son museau rose et humides contre celui de la boule de poil blanche, la jeune femme resta ainsi pendant une longue minute, regardant dans les yeux celle qui partageait sa vie, celle qui la soutenait plus que personne d'autre ne l'avait jamais fait. Sur son dos reposait l'armure, assez lourde pour ses muscles de canidé mais tout de même portable, et qui la protégeait avec une grande efficacité. Verts dans le bleus, les iris se mélangeaient, tourbillonnants ensemble dans des millions de promesses que personne n'oublierait.

« Jamais je ne t'abandonnerais. Hier, aujourd'hui ou demain, ma fidélité t'es indéfectible. Jamais je ne te quitterais des yeux. Qui sommes nous et comment nous définir ? Deux animaux perdus qui ont trouvés leur réconfort dans le regard de l'autre. Amies ? Amoureuses ? Soeurs ? » Il n'y avait pas de mots. Leur lien était empreint de la magie la plus puissante de tous les temps, l'amour même de Gaea. Chacune d'elle était attachée à l'autre avec une force qui n'avait nul égal si ce n'est l'amour pur. « Jamais je ne me séparerais de toi. Quoi qu'il se passe, nous sommes à jamais une seule et même volonté. Quelles que soient nos différences, nos divergences, hier, aujourd'hui et demain, nos regards auront toujours la même direction. » L'une et l'autre, une patte blanche dans une main humaine, échange incroyablement atypique, bouleversant pour celui qui pouvait le sentir. Pourquoi cet instant particulier avait il ravivé l'intensité de la relation des deux êtres ? Peut être parce que la glace de la renarde avait calmé quelques instant le feu bouillant dans la poitrine de l'élue flamboyante. Elle s'était sentie comme rassurée par la douce caresse de cette sérénité alors que elle même était si perdue en présence du vampire. Elle était son ancrage, son point de stabilité, elle l'aimait, et qu'il était rassurant d'être au moins certaine de cela.

Fermant les yeux quelques secondes en posant leur front l'une contre l'autre, Aki reprit de nouveau forme humaine, accroupie à côté de sa compagne. Se relevant beaucoup plus sereinement, elle put appréhender la réponse du boutiquier avec moins d'énervement. Elle lui lança un sourire empreint de toute la douceur qui était ressortie de cet échange alors que son cœur qui battait la chamade quelques secondes auparavant s'était peu à peu ralentis. La gêne de cet homme était palpable. Il était en colère de se retrouver dans une telle situation de faiblesse, lui qui voulait être plus fort que tout, il était énervé contre elle car c'était sa faute si il en était là, mais aussi contre lui même de ne pouvoir se maîtriser. Alors peut être que finalement … peut être que finalement elle lui plaisait, et qu'il se refusait à l'avouer ? Constatant cela, elle ne put que sourire encore plus, un ravissement sans la moindre ombre de moquerie.

Je l'admets, la raison était Orina. Mais pour moi aussi, d'autres choses ont changés depuis. Je n'ai aucune expérience en matière de cette émotion particulière, mais j'ai pus constater à de nombreuses reprises que les sentiments trop longtemps reniées finissaient toujours par nous faire mal. Je ne sais pas ce qu'il en est pour toi, mais je ne peux que l'admettre. Orina est ma fille et je ne l'abandonnerais jamais. Cependant ce qui me pousse aujourd'hui à vivre dans cette cave ne porte pas que son nom.

Les bras crispés contre son torse, l'alchimiste n'était visiblement pas à l'aise mais il n'était pas question de poursuivre plus avant sur cette conversation. Etait ce de l'amour ? Fou qui aurait prétendus cela à cette heure. Il ne s'agissait là de rien de plus que deux êtres attirés l'un par l'autre de manière irrésistible. Tant de choses pouvaient encore arriver. L'un d'eux pouvait tourner les talons ou refouler cette attraction, les sentiments, quels qu'ils soient, pouvaient également en rester à ce stade enfantin ou mourir tout simplement. Tout cela la Seikajin ne le savait pas. Ce qu'elle savait, en revanche, c'était qu'elle ressentait une euphorie extraordinaire en cet instant.


Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Souffrances Salvatrices    Sam 1 Oct - 13:56





Feat. Aki

Souffrances Salvatrices



Aki vérifia mes propos en prenant la forme d'une renarde adulte, obligeant l'armure à s'adapter à la masse plus petite de l'animal qu'elle était devenue, devenant une sorte de petite carapace autour de son plastron qui semblait tout de même peser son poids.

Aki admettait qu'elle était elle même venue vivre ici pour Orina, et pour rien d'autre. Mais elle disait aussi que les choses avaient changés pour elle, et que la petite homonculus n'était plus la seule raison de sa présence dans cette maison. Cette pauvre humaine avouait-elle s'être attachée à moi, a ce que j'étais ? C'était impossible. Aucun humain, dans quelques univers que ce soit ne pourrait aimer ce que j'étais devenu. Je détournais le regard vers le sol a mes cotés, un air désolé dans les yeux.

"Je ne suis pas, ou plutôt, ne suis plus comme toi, mortelle. J'ai vus ce que le monde était vraiment, et je sais que tisser des liens avec d'autres n'est qu'une autre source de souffrance. Quel intérêt y aurait-il à s'attacher aux autres, pour gagner une joie temporaire, qui serra remplacée par une souffrance infiniment plus longue une fois que ces personnes auront disparues ? J'ai déjà perdus une femme et plusieurs enfants, et si mes enfants étaient devenus des personnes importantes, bien que dans le mauvais sens du terme, je n'ai jamais rien put faire pour ma femme. Tu devrais chercher un véritable humain avec qui te lier, plutôt que t'attacher a un monstre."


Revenir en haut Aller en bas
Messages : 2330
Yens : 1258
Date d'inscription : 07/08/2015

Progression
Niveau: 213
Nombre de topic terminé: 102
Exp:
15/24  (15/24)
avatar
Aki Nishiie ¦ Justicière ¦

-



MessageSujet: Re: Souffrances Salvatrices    Sam 1 Oct - 17:51




Souffrances Salvatrices



feat.Tanith, un méchant vampire torturateur de jeunes filles





Que se passait il dans l'esprit du vampire en cet instant pour qu'il paraisse presque lancer des éclairs de ses yeux ? L'avait elle énervé à ce point ? A ce moment elle s'en voulut grandement de l'avoir poussé jusque là dans cette discussion. Il aurait fallu qu'elle s'arrête avant, et elle le savait. Ce n'était pas un sujet à aborder les mains dans les poches avec un être qui avait aussi peu de confiance en lui. Craignant sa réaction, elle fut reconnaissante au loup qui avait pris une forme plus grosse pour venir se glisser sous ses doigts, même si ce n'était pas son habitude. Ainsi de la taille d'un véritable loup, voire même un peu plus grand, il darda son regard vert, en tout point semblable à celui de la Druidesse, sur l'être de la nuit. Il n'avait rien de particulier contre lui, même si sa présence était loin d'être rassurante à son goût, mais s'il voulait blesser la rouquine, alors il aurait affaire à lui. Voilà ce qui se produisait dans les émeraudes qui luisaient entre les longs poils blancs. Sur son dos les différents sceaux de la même couleur brillaient très légèrement, prouvant sa velléité de protéger son amie, même si ce n'était pas réellement nécessaire. Celle ci n'aurait pas beaucoup à donner pour expliquer au vieil homme qu'il n'était pas nécessaire de lui en vouloir. Tout ce qu'elle avait d'arrogance ou d’orgueil avait largement cédé la place à autre chose. Quoi exactement ? Il était encore difficile de le déterminer. Bien sûr elle n'en restait pas dénuée pour autant, mais n'était plus du genre à s'opposer uniquement pour préserver sa fierté ou son honneur, pas comme ces idiots qui mourraient pour ces raisons stupides.

Les phrases qu'il prononça ensuite la heurtèrent bien entendus. Elle sentait tout son mépris, toute son acidité, toute sa colère et sa peine, engendrée par la souffrance qu'il avait dû vivre par le passé. Entendant chacun de ses mots comme un coup de poignard, elle ne tressaillit pas. Même si il venait d'assassiner sauvagement les espoirs qu'elle se faisait, elle ne devait pas en être affectée. C'était hautement difficile, car en cet instant elle avait juste envie de fondre en larme. Pourquoi paraître si gêné, si sympathique, pour finalement lui retourner tout cela contre elle et lui donner tant d'aigreur ? Respirant doucement pour se calmer, elle recommença à regarder le bout de ses chaussures. Elle ne le valait sans doute pas, en effet. Pourquoi se donnerait il dans ce genre de relation qui finiraient par lui causer toujours la même douleur, et surtout pour une idiote comme elle avec qui il ne partageait rien au final ? Et elle, pourquoi s'acharnait elle à désirer quelque chose avec lui alors qu'il était si détestable ? Tout cela n'avait décidément aucun sens. Elle parla néanmoins avec douceur.

Tu ne peut pas choisir à ma place pour qui je me prends d'affection. Que ce soit pour toi ou n'importe qui d'autre, je ne le contrôle pas moi même, alors comment voudrais tu que tes propres paroles, aussi sensées soient elles, puissent atteindre mon cœur ? Quant à ce qu'il en est de ton temps de vie … et à ton assignation sur ma mortalité, je me réserve le droit d'y mettre un véto. Je te rappelle la discussion que nous avions eu. Je fais toujours la même taille, et j'ai toujours le visage d'une gamine bien moins âgée que moi. J'ai vingt ans je te rappelle, et combien m'en donnerais tu ? Pas plus de 17 j'en ai peur. Je veux bien croire à un grand nombre de raisons extérieures et je suis toujours dans l'attente de la suite, mais j'ai réfléchis et il y aurait peut être des raisons. Je ne vais pas m'étaler sur le sujet, ce n'est pas le débat … Tu refuses de t'attacher, soit, fais à ta guise, je n'ai pas la capacité de t'y forcer, mais ne me demande pas à moi de changer, j'en suis incapable. Tu es un vieil aigri, borné et insupportable,ajouta t'elle avec un sourire taquin mais les choses sont désormais ce qu'elles sont. Je n'ai pas pus faire autrement et je me demande encore pourquoi. Ne me le reproches pas, s'il te plait. Je me contenterais de ta tolérance si je ne peux avoir plus.

Se détournant pour ne pas qu'il puisse voir à quel point elle s'était empourpré ni les larmes qui menaçaient de couler de par la peur de voir filer sous son nez ses derniers espoirs, elle croisait résolument les bras. C'était la première fois qu'elle avait dit quelque chose qui signifiait aussi clairement qu'elle s'était attaché à ce personnage grisonnant. Mais pourquoi ? Pourquoi lui et pas un garçon plus jeune, plus avenant, plus amical, moins désagréable ? Il n'y avait toujours aucune réponse à cette question, peut être n'y en aurait il jamais. Cela faisait une semaine qu'ils vivaient ensemble désormais, ou qu'ils cohabitaient plutôt, et son attachement était encore succin, faible, naissant, qui aurait pus prédire la façon dont celui ci allait évoluer ?


Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Souffrances Salvatrices    Dim 2 Oct - 1:55





Feat. Aki

Souffrances Salvatrices



Aki était grandement bouleversée par mes propos. Jusqu'où cette pauvre humaine était prête à aller pour moi ? Jetterait-elle sa vie aux orties pour moi ? Irait-elle jusqu'à sacrifier son bonheur pour s'assurer du miens ? Espérait-elle vraiment vivre avec moins a ce point ? Les questions fusèrent dans ma tête alors que je me sentais gêné de l'avoir blessé. Ce que je ressentais ne me laisser plus de choix, son existence était indéniable tant elle pesait sur moi. Je me concentrais pour affronter son regard du mieux que je pouvais, essayant de rassembler mon courage pour affronter ce que j'avais du mal à reconnaitre, mais qui existait pourtant bel et bien.

"Je ... Je ressens aussi plus de chose que je ne le devrais pour toi. Mais tu es une humaine, certes avec une grande longévité, mais une humaine tout de même. Je suis un vampire, un monstre de la nuit, je me nourris de tes semblables pour maintenir mon corps en décomposition en état de marche. Je suis un vieillard aigris et insupportable qui pourrais mille fois être ton père, si ce n'est plus. Tiens-tu vraiment à t'attacher à un tel personnage ? Pourquoi moi et pas un autre, plus jeune et plus en accord avec tes principes ? Je ne sais pas si tu te rend compte de ce que tu me demande."

Je gardais les bras croisé, qui étaient devenus presque tremblant tant ils étaient crispés. Etait-ce de la peur ? Peur d'être rejeter, ou peur d'être accepter, difficile a dire, mais pour la première fois depuis bien des siècles, je ressentais de vraies émotions traverser mon cœur de pierre. Peut-être que je souffrirais mille fois plus de le faire, mais je voulais créer un lien avec cette petite humaine, du fin fond de mon âme, comme si elle reniait entièrement ce que j'étais devenus, ce que j'avais accumulé au fil des siècles, pour ne revenir qu'au simple désir du Tanith qui avait été humains, il y a bien longtemps.

"Si, Si tu es prête à accepter tout cela, peut-être que j'accepterais de me lier a toi. Mais tu n'as pas intérêt à me décevoir si tel était le cas. Tu ne voudrais pas avoir un vampire rancunier a tes trousses, n'est-ce-pas ?"


Je détournais les yeux, les joues rougeoyantes de gêne, le cœur battant le sang qui avait cessé d'être le miens depuis quelques centaines d'années, mais qui réagissait tout de même a mes propres émotions. Je tendais fébrilement une main vers la jeune femme, sans trop oser la regarder dans les yeux, attendant un quelconque signe de la part de la druidesse.


Revenir en haut Aller en bas
Messages : 2330
Yens : 1258
Date d'inscription : 07/08/2015

Progression
Niveau: 213
Nombre de topic terminé: 102
Exp:
15/24  (15/24)
avatar
Aki Nishiie ¦ Justicière ¦

-



MessageSujet: Re: Souffrances Salvatrices    Dim 2 Oct - 13:54




Souffrances Salvatrices



feat.Tanith, un méchant vampire torturateur de jeunes filles





Rien n'avait de sens. Pourquoi tout était ainsi différent ? Pourquoi cela manquait il autant de logique ? Tout était trop rapide. Cette tension qui s'était subitement installée entre eux après son remerciement qui partait pourtant d'une simple bonne intention, la façon dont il avait parlé et la façon dont elle lui avait répondus, les secondes qui semblaient s'être figés pour écouter leur conversation. Tout ceci ne pouvait pas être réel. Le vampire était un être aigri et au caractère renfrogné, absolument pas impressionnable et souvent résolus au sarcasme dans les situations les plus tendues. Il n'était pas le genre de sentimental, comme elle l'était, à détourner les yeux lorsque quelque chose le gênait ou à laisser transparaître son malaise à travers des mouvements non maîtrisés. Des dizaines et des dizaines d'années lui avaient forgés un caractère dur et brutal qu'il ne pourrait sans aucun doute jamais changer … Alors pourquoi ? Pourquoi donnait il l'impression qu'il allait se mettre à rougir, pourquoi avait il cette envie visible de détourner les yeux alors que le souffle de la rouquine se coupait en fixant son regard. Trop rapide ! Trop rapide ! Elle se retint de reculer d'un pas alors qu'il parlait, avouant ce qu'elle craignait et avait en même temps tellement envie d'entendre.

Je … ne sais pas. Je n'en ai aucune idée. Je n'ai pas choisis, je n'ai rien décidé … Je suis juste … perdue.

Prenant sa tête entre ses mains, elle eut envie d'être seule. Juste ses deux amis à quatre pattes, eux et elle, dans la forêt, allongés à côté d'une rivière, regardant la canopée éclairée par les derniers rayons du soleil, écoutant le bruissement doux de l'eau roulant sur les galets et le chant timide des oiseaux du soir, appréciant la douce brise s’immisçant entre les feuilles pour les faire frissonner, ne sentant que l'odeur de la mousse humide et du sous bois. Rien d'autre. Personne d'autre. Aucunes questions, aucunes préoccupations, le bruit multiple des âmes animales vivant tout autour d'eux, dans lesquels il était si facile de se fondre et d'oublier. Mais la réalité était toute autre. Elle était dans cette cave, seule avec l'alchimiste, peinant à distinguer des formes claires dans la noirceur du soir alors qu'ils n'avaient pas encore allumés les bougies, l'odeur de la pierre et aucun vent pour la distraire, rien d'autre que le son de leur respiration. Fuir, elle voulait tant fuir en cet instant, alors que son cœur lui enjoignait de rester ici.

Ouvrant de nouveau les yeux, elle remarqua la main tendue vers elle du mage. Hésitant quelques secondes, elle finit par la prendre dans la sienne, manquant de perdre ses moyens au contact de sa peau pâle et glaciale, manquant de fondre en larme ou de dire quelque chose qu'elle aurait regretté. Tout ceci n'était qu'un rêve qui n'existait sans doute que dans son esprit, alors elle pouvait bien dire ce qu'elle voulait n'est ce pas ? Levant de nouveau les yeux vers lui elle dut s'y reprendre à plusieurs fois avant de lui répondre.

Je le voudrais … Je le voudrais sincèrement et de tout mon cœur. Mais j'ai besoin de plus de temps. J'ai besoin de comprendre et d'apprendre … Je ne veux pas me précipiter au risque de faire une erreur, même si j'en ai envie. Je ne suis peut être qu'une enfant comparé à toi, mais je sais au moins ça, j'ai le temps. J'ai le temps d'essayer de mettre un mot sur ça, d'essayer de voir si c'est vraiment ce qu'il me faut … ce qu'il nous faut. Si … si un jour ma décision était prise, je reviendrais t'en parler. Je … je suis heureuse que nous ayons eu cette conversation aujourd'hui, et pour l'instant, cela me suffit amplement. Et quoi que tu puisses en dire, merci pour tout.

Se hissant sur la pointe de ses pieds pour atteindre la hauteur du Seikajin qui, même si il était dans la moyenne des tailles, restait bien plus grand qu'elle, elle déposa un léger baiser sur sa joue avant de tourner les talons, sa poitrine battant avec une vigueur démesuré. Elle grimpa en haut de l'échelle qui la mena dans la boutique puis sortit dans la rue, puis de la ville, pour rejoindre un endroit plus calme, loin de toute l'agitation. Ici, assise sur un rocher, elle regarda longtemps le soleil se coucher, se calmant peu à peu alors que tant et tant de questions tournoyaient dans sa tête, incessamment.


Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Souffrances Salvatrices    Dim 2 Oct - 19:38





Feat. Aki

Souffrances Salvatrices



Les choses avaient bien changé ces derniers mois. Moi qui m'étais fait a l'idée de vivre seul pour l'éternité, avait maintenant une petite fille qui vivait sous mon toit, et une jeune femme fougueuse. J'avais accepté qu'elles vivent ici pour donner toute ses chances à un jeune bourgeon, pour qu'elle puisse être la fleur qu'elle veuille être. Jamais je n'avais voulus que tout ceci arrive, jamais je n'aurais pensé que cela arrive. Je pensais être prêt, je pensais être suffisamment fort pour continuer ma route, seul, sans avoir à craindre une quelconque perte.

Mais il faut croire qu'un cœur humain reste fondamentalement humain, quoiqu'il traverse. Même si mon cerveau était conscient des défauts que cette relation symbolisait, mon cœur, qui avait repris un peu d'activité depuis que j'avais recueillis Orina, lui me disait qu'il voulait essayer. Même en ayant conscience des chances que cela avait de mal finir, je ne pouvais pas renier vouloir essayer.

Aki attrapa fébrilement ma main, avant de s'excuser mille fois en me disant avoir besoin de temps pour bien assimiler ce qu'elle ressentait, qu'elle ne voulait pas précipiter les choses au risque de faire une erreur monumentale. Sa respiration était forte, presque paniquée, ce qui me donnait bien une idée sur ce que ressentait la demoiselle, mais je jouais le jeu, pensant qu'il serrait en effet mieux pour la jeune femme de faire le point sur ses sentiments par elle-même. J'affichais un sourire

"J'ai vécus cinq-cents ans seul, tu pense bien qu'une dizaine d'année supplémentaire ne changera pas grand chose."

Aki termina sa phrase en se mettant sur la pointe de ses pieds et vint déposer un baiser sur ma joue. Je sentis mon cœur sauter un battement en sentant ses lèvres sur ma peau, et avant qu'elle ne s'éloigne de moi, je posais ma main sur sa joue et posais brièvement un baiser sur ses lèvres, avant de me retirer.

"Allez va, on a tous deux des choses sur lesquels nous devons réfléchir."

Je regardais la jeune femme quitter la cave un sourire aux lèvres, l'esprit légèrement euphorique, avant de me pencher vers le rangement du matériel que nous avions ramené de notre voyage.


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

-



MessageSujet: Re: Souffrances Salvatrices    

Revenir en haut Aller en bas
Souffrances Salvatrices
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Manga Multiverse ::  :: Empire de Seika :: Capitale de Chikai-


Crédits : Design : Phoenix & Pingouin Règlements & Contexte : Phoenix
Forum optimisé pour Google Chrome.