Partagez | .
Une tranquillité relative
Invité Invité

-



MessageSujet: Une tranquillité relative   Dim 2 Oct - 16:02



Une tranquillité relative
feat. Zoro Roronoa



Nishizumi Miho
Dans l'eau

Takebe Saori
Dans l'eau

Isuzu Hana
Dans l'eau

Akiyama Yukari
Dans l'eau

Reizei Mako
Dans l'eau



Baignade dangereuse

Cela faisait maintenant un long moment que les cinq lycéennes avaient quittées la ville de Chikaï, capitale de l'empire du Phénix, pour se diriger pour la première fois vers les terres du serpent, là où elles devaient être depuis longtemps. Cela ne les enthousiasmait à vrai dire pas beaucoup au début, se sentant forcée par cette entité qui se voulait divine, et c'était après de long et un peu tumultueux moment passées dans la capitale du Phénix qu'elles s'étaient décidée à rallier la nation de Manshe.

Néanmoins, le voyage n'avait pas été forcément des plus agréables, principalement sur la fin, pour une cause très simple : La chaleur. Ayant choisi de couper par le désert afin d'économiser une partie du carburant et des jours de trajet en devant faire une halte au milieux des territoires neutres, elles ne pouvaient pas vraiment s'en plaindre, devant supporter tant bien que mal la canicule...

Mais tout changea drastiquement lorsque le tank et son équipage réussirent finalement à faire la traversée du désert, et à arriver sans encombre dans les environs de Minshu. Et il fallait bien le dire, il était temps pour les jeunes filles d'enfin prendre un peu de repos. Après tout, elles avaient beau être arrivée dans un nouveau climat, plus tempéré et humide que ce qu'elles avaient connues les semaines précédentes, elles n'étaient pas encore arrivée dans une ville telle que Kansei... Elles n'avaient à vrai dire même pas croisées un seul village pour le moment, et il était fort probable qu'elles aient à bivouaquer cette nuit !

Le soir tombait, et les lycéennes avaient décidé de faire halte au bord d'un lac, tout entouré d'une épaisse végétation, en posant bien évidement le blindé sur la rive. Si dans les premières dizaines de minutes, tout s'organisait mécaniquement, récupérer du bois, allumer un feu, caller le tank, vérifier les environs et commencer à récupérer quelques baies pour agrémenter le repas du soir, dès que celui-ci fut passé, les jeunes filles étaient un peu plus relaxée et détendue, se tournant les pouces en attendant lentement que la nuit tombe.

Mais même si elles étaient devenues en quelques sortes des aventurières en ayant pris la décision de voyager seules à travers ce monde, prenant un nombre grand de risque et devant se limiter aux besoins les plus élémentaires à leurs survies, elles étaient des jeunes filles, des lycéennes, et... Un voyage sous une chaleur des plus étouffante avait tôt fait de dégrader considérablement les conditions d'hygiène, laissant la sueur perler sur leurs corps. Il était grand temps qu'elles puissent s'octroyer un peu de soin.

Se plongeant tour à tour dans l'eau rafraîchissante et décrassante du lac, il ne fut pas plus de quelques minutes pour que les 5 se retrouvent avec de l'eau jusqu'aux épaules en cette belle soirée, tandis que le soleil montrait encore des rayons. La température n'était certes pas aussi bonne que les sources chaudes où elles allaient régulièrement à Ooarai ou bien à Chikaï, mais... Il y avait un certain sentiment qu'elles ne sauraient décrire, mêlant à la fois la simplicité de la nature et le fait qu'à part elles, il ne devait y avoir personnes dans les environs, ou tout du moins elles l'espéraient. Toutes avaient encore une grande pudeur à se dévêtir -et encore heureux- en présence de femmes qu'elles ne connaissaient pas beaucoup, et ce n'était même pas la peine d'y penser avec un homme !

Mais bon, perdue au milieu de Minshu, qui pouvait arriver ? Probablement personne. Personne ne viendrait ici les épier, prendre des photos ou même voler leurs serviettes et leurs vêtements qu'elles avaient posés sur la rive. A ce niveau là, elles avaient au moins le mérite d'être tranquille... Mais le serait-elle éternellement ? Le danger viendrait-il des profondeurs ou bien de la forêt ? C'était des questions qu'elles ne se posaient pas, alors qu'une ombre gigantesque commençait lentement à venir depuis les profondeurs... Une ombre de danger et de mort, qui viendrait frapper les inconscientes qu'elles étaient, les fauchant ainsi à peine à l'aube de leurs vies.

Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1305
Yens : 541
Date d'inscription : 17/06/2016
Age : 20
Localisation : Perdu quelque part

Progression
Niveau: 152
Nombre de topic terminé: 63
Exp:
7/12  (7/12)
avatar
Roronoa Zoro Le pirate perdu

-



MessageSujet: Re: Une tranquillité relative   Lun 3 Oct - 20:39





Who am I ?

Âge : 21
Ce à quoi je ressemble : Cactus nonchalant
Où se trouve mon sceau : Côté droit du cou
Lien vers ma présentation : Oui
Ma chronologie : Non
Mes liens : Rémi sans famille
>Mes familiers : Akemi, Law & Rinkyu






Bord de l'océan
feat.Anglerfish team & zozo




C’était fini, ce foutu désert de malheur…Retrouver toute cette verdure et ce climat méditatif réjouissaient le jeune homme qui gambadait sur le chemin menant aux lacs. Comme à son habitude, il se laissait porter au gré du vent, et selon son instinct, n’ayant aucune destination précise en tête.

Pendant sa marche, il avait le temps de revisiter ses aventures de Seika, le loup-garou du désert, puis cet adolescent étrange qui lui payait tous ses verres, sans compter sur la rencontre la plus marquante du territoire rouge : Akemi.
Cette nana… Même les pensées passagères qui la concernaient énervait Zoro. Pas qu’il ne l’appréciait pas, bien au contraire, il l’aimait bien et ça l’emmerdait de le reconnaître, alors quand par hasard, ses songeries s’égaraient sur cette femme, il les chassait aussitôt. De plus, leur affaire de chèvre avait été des plus loufoques. Comment oublier un sauvetage aussi débile ? Même accompagné de Luffy, leurs aventures n’atteignaient pas un aussi bas niveau.

Bref, une fois de plus, les jambes du cheveux vert l’emmenèrent aux Grands Lacs de Minshu. Quand il aperçut les plans d’eaux reconnaissables entre tous, il freina sa randonnée, et observa les alentours à deux fois avant de rouspéter intérieurement : «  Encore ces lacs ? Mais ce n’est pas vrai, il n’y a que ça ici ! ».
En effet, avec son périlleux sens de l’orientation, Zoro finissait toujours par revenir ici. Un sort du destin ? Ou une hilarante coïncidence ? Si dans notre monde, tous les chemins menaient à Rome, à Kosaten, tous les chemins menaient aux Grands Lacs.

Toutefois, ce lieu était parfait pour la méditation, et ces derniers temps, l’homme aux trois sabres en avait bien besoin. Faire le tri, et surtout le vide dans ses idées afin d’éclaircir son cerveau assez ombreux. Il avait cette vieille sensation de tourner en rond sur cette île, il hâtait le jour de son départ.

Tandis qu’il s’avança vers un rocher lambda qui surplombait un des lacs, et qu’il s’y posa sans regarder autour, des voix féminines sollicitèrent son attention. Il ouvrit alors les yeux et perçut 5 têtes hors de l’eau, mais ce n’était pas le plus étonnant. Ce qui était complètement fou à l’heure actuelle était cette énorme engin qui se traînait un peu plus loin sur la rive. Une machine de guerre plutôt impressionnante que Zoro n’avait jamais côtoyé dans son monde. Peut-être était-ce une invention de Vegapunk, le scientifique le plus illustre de son temps ?

Une pensée le fit alors déglutir… Que se passait-il si ces cinq demoiselles sortaient de l’eau ? Il imaginait bien qu’elles ne se baignaient pas avec leurs fringues, à moins d’être un peu sonnées ? C’était assez déconcertant, surtout qu’il n’était pas si loin d’elles, heureusement pour lui elles ne le regardaient pas pour l’instant.
Embarrassé, et commençant à rougir, il se redressa, mais ce fut sans compter sur son intense perturbation qui vint à le rendre maladroit. Ainsi, un de ses pieds glissa sur une mousse de rocher, et plouf, le voilà à moitié à l’eau… Sauf que lui était habillé. Il s’était retenu de justesse pour ne pas tomber entièrement mais toute sa jambe gauche y était passée. Merde alors… Et ces filles qui risquaient de s’affoler…







† Que ce soit en bien ou en mal, tout le monde connaîtra mon nom †
Fiche Technique
Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Une tranquillité relative   Mar 4 Oct - 14:15



Une tranquillité relative
feat. Zoro Roronoa



Nishizumi Miho
Dans l'eau

Takebe Saori
Dans l'eau

Isuzu Hana
Dans le blindé

Akiyama Yukari
Dans l'eau

Reizei Mako
Dans l'eau



En eaux troubles

Les cinq amies dans l'eau semblaient se soucier peu pour le moment de ce qu'il pouvait y avoir de l'autre coté du rivage. Elles avaient rapidement observé les alentours, essayant de voir si, par exemple, il y avait un pêcheur dans les environs, mais elles n'avaient rien vu, et le sabreur qui méditait sur les rochers avait échappé à ce regard... Mais peut être était-il arrivé après cette inspection ? Qui savait, si ce n'était lui... En tout cas, encore insouciantes, elles s'en moquaient bien, conversant sur de nombreuses choses, comme sur les différentes personnes qu'elles avaient croisés jusqu'à maintenant, sur le bien fou que faisait l'eau sur leurs corps, malgré qu'elle soit tout de même un peu fraîche.

A vrai dire, la vue des lycéennes dans l'eau clair d'un tel lac pouvait ressembler à l'un de ces contes fabuleux et fantastique, où elles seraient des nymphes, vivant en harmonie avec la nature en oubliant tout concept de pudeur ou de timidité, et où une dimension mystique prendrait place... Une dimension où elles conseilleraient les aventuriers, les locaux et n'importe quelle personne qui viendrait pour leurs savoirs... Enfin, tout ceci serait une très belle estampe, mais un peu atypique à cause de la présence du blindé en arrière plan, immobile et presque ancré dans les âges, mais qui pourtant était là, brisant la paix et la tranquillité des lieux, même si en restant ainsi des siècles, il serait probable qu'un arbre pousse sur lui, le laissant à l'état de ruine...

Mais très loin d'elles serait cette époque, et encore plus l'idée d'abandonner le panzer ! Toutefois, un bruit d'eau surprit les cinq tankistes, qui immédiatement lancèrent un regard surpris et apeuré dans la direction, craignant le pire, avant de voir qu'en effet, ce qu'elles redoutaient venait d'arriver... Quelqu'un était présent, quelqu'un venait de troubler leur tranquillité... Et pire, ce quelqu'un... Etait un homme...

D'abord, ce fut l'incompréhension, se demandant pendant quelques petites secondes que si ce qu'elles voyaient était bien réel... Mais aux sons de l'eau et à la vision de cet homme qui s'agitait, elles ne pouvaient s'y tromper... Puis, ce commença à être la panique, se demandant ce qu'elles devaient faire, si elles devaient fuir à toute jambe, ou au contraire rester dans l'eau pour se préserver des regards pervers de cet homme, et si tout simplement, elles devaient crier le plus fort possible pour le faire fuir !

Mais elles n'eurent pas le temps de se décider... En effet, au centre du lac, une grande ombre commençait à arriver à la surface, déplaçant un énorme volume d'eau qui projeta une puissante vague d'entrée de jeu sur tout le rivage, avant de dévoiler un immense serpent de mère aux crocs pointus telles une myriade de lames, regardant avec gourmandises les nombreux humains qui venaient de pénétrer dans son territoire, dans ce lac...

Poussant une nouvelle fois un puissant cri, il n'hésita pas une seule seconde avant de se jeter gueule en avant en direction des jeunes filles, montrant directement ses intentions belliqueuses, pendant qu'elles, tétanisées et stupéfaites de l'apparition d'une telle créature, ne bougeait pas, même en voyant la mort arriver...

Mais c'était sans compter sur l'Isuzu qui, n'ayant pas eu la même entrave que ses amies, avait couru jusqu'au blindée, pour rentrer à l'intérieur et utiliser la MG34 avant pour tirer plusieurs salves de balles sur le serpent de mer, autrement nommé Umihebi, mais elles ignoraient ce détail. Les balles, tirées par de courtes rafales pour éviter la surchauffe de l'arme qui arrivait extrêmement rapidement sur Kosaten, blessèrent un peu le serpent, le faisant ralentir... Mais il n'allait pas s'arrêter pour si peu, oh que non...

Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1305
Yens : 541
Date d'inscription : 17/06/2016
Age : 20
Localisation : Perdu quelque part

Progression
Niveau: 152
Nombre de topic terminé: 63
Exp:
7/12  (7/12)
avatar
Roronoa Zoro Le pirate perdu

-



MessageSujet: Re: Une tranquillité relative   Ven 7 Oct - 17:37





Who am I ?

Âge : 21
Ce à quoi je ressemble : Cactus nonchalant
Où se trouve mon sceau : Côté droit du cou
Lien vers ma présentation : Oui
Ma chronologie : Non
Mes liens : Rémi sans famille
>Mes familiers : Akemi, Law & Rinkyu






Bord de l'océan
feat.Anglerfish team & zozo




Et voilà, ce qui devait arriver arriva. 5 x 2 = 10. 10 yeux braqués subitement sur lui, telles des mitraillettes prêts à l’assassiner sur place. Combien fallait-il compter de secondes pour que cette situation temporairement immobile et silencieuse dégénère en une hystérie collective ? Eh bien, zéro seconde puisque un nouvel événement vint surgir des profondeurs, histoire d’envenimer les choses. Ainsi, au lieu de paniquer pour l’intrus aux cheveux verts, on paniqua pour ce grand monstre des lacs.

Une espèce de serpent géant, le genre que l’on trouve dans les mythes, se fraya un chemin jusqu’à la surface, écartant ainsi des murs d’eaux immenses tout autour de lui afin de sortir.
Toujours sur son rocher, le bretteur resta dans un premier temps médusé devant les circonstances. Tout se déroulait bien trop rapidement pour lui… Zoro était encore sur cette affaire de filles dénudées dans l’eau, et voilà qu’un vieux serpent dégueulasse ramenait sa fraise.

Donc… Qui signifiait serpent géant à l’air agressif, signifiait risque de se faire bouffer, donc la vie des personnes environnantes étaient menacées, ce qui revenait à être…. EN DANGER DE MORT !
L’éveil fut brutal, Zoro s’empressa de se redresser avec difficultés sur son rocher pour être en posture d’esquiver toute attaque. Mais, dans la précipitation, il glissa une nouvelle fois et se rentama le genou contre la roche. Un gémissement retenu s’égara dans les airs, mais l’urgence de l’action l’obligea à omettre cette souffrance pour se relever.

Il réussit à regagner le rivage, qui se trouvait juste à côté de lui, en boitant légèrement, et se retourna pour apercevoir cinq… Non quatre têtes, toujours face au monstre aquatique. Tiens, il aurait juré qu’elles étaient cinq. Ses sens le trompaient rarement… Peut-être s’était-elle déjà fait dévorer tout cru ? C’était bien dommage pour elle.
En tout cas, il se rendait compte d’une chose : même dans l’endroit le plus posé du monde, on ne pouvait jamais être tranquille. Qui aurait cru qu’un serpent résidait dans des tels lacs. L’analogie entre ce truc et le monstre du Loch Ness était évidente. Les grands lacs de Minshu représentaient l’Ecosse. Mais revenons à nos moutons.

Abandonner ces filles ici était une idée inconcevable pour l’épéiste, qui ne trouvait pas encore le moyen de réagir. Heureusement, l’une d’elles, plus réactives que les autres s’était chargée de faire fonctionner la machine de guerre, et alluma le feu contre le serpent.
Avec l’intégralité de ses pouvoirs, Zoro aurait déjà tranché la tête de cette immense ver de terre des eaux en deux deux. Mais cette fois, il devrait se montrer plus méthodique pour en venir à bout, et pourquoi pas faire équipe avec ces cinq nanas. Et oui, il lui semblait bien en avoir aperçu cinq !

Les filles devaient absolument sortir de l’eau et rejoindre le panzer. Quant à Zoro, il était plutôt un excellent nageur, s’il pouvait essayer de distraire ce monstre. Il contourna la rive, afin d’être placé derrière le serpent. Il retira alors son grand manteau vert, et en profita pour envoyer deux lames d’airs au serpent afin d’attirer son attention. Ses lames d’airs, il les avait crée en sortant deux de ses lames de leurs étuis respectifs avec vélocité :

- Eh ! Par ici l’anguille !

Ainsi, il ne restait plus qu’à espérer que ces lames tranchantes poussent la bête à se tourner vers Zoro, et ainsi laisser les quatre autres se barrer quand il leur tournerait le dos :








† Que ce soit en bien ou en mal, tout le monde connaîtra mon nom †
Fiche Technique
Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Une tranquillité relative   Sam 8 Oct - 15:31



Une tranquillité relative
feat. Zoro Roronoa



Nishizumi Miho
Dans le blindé

Takebe Saori
Dans le blindé

Isuzu Hana
Dans le blindé

Akiyama Yukari
Dans le blindé

Reizei Mako
Dans le blindé



Pan, dans les dents !

Alors que le grand serpent de mer continuait d'être malmené par les projectiles de métal qui fusaient contre son corps sans réellement causer de blessure, au maximum des saignements et quelques lambeaux de chairs arrachés qui partaient dans tout les sens, mais n'enlevant que la première des couches de protection qui composaient son corps. Toutefois, déstabilisé et malmené de plus par l'homme qu'elles avaient vu juste avant que le monstre pointe le bout de son nez, les quatre amies encore dans l'eau réagirent au bruit caractéristique de la MG34, arme qu'elles avaient utilisées très régulièrement, pour harceler leurs adversaires en économisant les obus, qui en cas de long combat devenaient des munitions rares... Autant dire, certains affrontements pouvaient se jouer sur l'économie des tirs, mais là, ce n'était pas le moment de songer à cela, c'était le moment... De faire face et feu !

Courant rapidement se mettre à l'abri dans le blindé, non sans quelques cris de paniques tout en cachant les parties les plus intimes de leurs corps. Mais dès lors qu'elles furent à l'intérieur, à la fois protégées du monstre et du regard de cet homme, elles purent se préparer pour passer à l'offensive. Si elles avaient put s'enfuir et se mettre à l'abri, c'était grâce aux risques que prenait cet homme, et... Elles ne pouvaient pas le laisser ainsi, seul face à une telle créature.

Mais même si à l'intérieur du blindé, une certaine forme de panique était présente dût à la précipitation des choses, la Nishizumi, même si elle avait été prise de court précédemment, organisa ses forces !

Hana, prend le contrôle de la tourelle, et fait feu à mon signal dès lors que tu as trouvé un endroit qui pourrait être sensible ! Yukari, assure-toi que l'on puisse tirer le plus rapidement possible, nous allons compenser la puissance par le nombre ! Mako, contourne le rivage pour essayer de t'approcher à distance raisonnable, puis soit vigilante pour essayer de déplacer le blindé s'il nous attaque. Saori, prend la mitrailleuse, et essaye de l'attirer ! Nous devons le blesser pour l'obliger à fuir ! Panzer Vor !


Deux mots pour conclure ses instructions, pour autoriser le déplacement et l'exécution des ordres... Deux mots qui lançaient la chasse et le début des combats... Deux mots, reprit immédiatement après par les quatre autres à l'unisson, pendant que sur leurs visage se laissait transparaître une grande tension, et une peur palpable. La mort était sous les traits d'un monstre, et même si elles hésitaient grandement à faire feu sur un être vivant, il était question aujourd'hui de la vie d'un homme qui prenait des risques pour elles.

Sortant le haut de sa tête en récupérant un drap pour couvrir le haut de son corps, la Nishizumi serrait les dents dans cette situation de crise, pendant que le blindé, lancé à une vingtaine de kilomètres par heure, vrombissait de force en avançant, pendant que la tourelle pivotait pour ne pas quitter à un seul instant le monstre, assaillit de balles qui continuait à l'égratigner. Par ailleurs, il avait pris pour cible l'homme, qui était un épéiste, et commençait à attaquer, fouettant le sol et le balayant les arbres comme des petits cubes de bois. Mais après quelques touches au niveau de la nuque (aussi grande puisse-t-elle être), il se tourna vers les jeunes filles, poussant un grand cri avant de commencer à charger, montrant clairement les dents ! Ce fut à cet instant que le tank s'immobilisa, et que l'Isuzu murmura à sa capitaine qu'elle avait son tir. Un seul mot fut prononcé par la Nishizumi, signifiant l'autorisation de tirer :

Feu !


Il n'avait pas fallut plus de temps pour que, d'un oeil meurtrier, l'Isuzu appuis sur la gâchette, entraînant une grande détonation, et le départ de l'obus du canon, qui fonça à une vitesse trop grande vers son adversaire, avant de percuter de plein fouet des dents. La bête eu un grand mouvement de reculs, pendant que par dizaines ces morceaux d'ivoires étaient propulsés dans les cieux, retombant partout tels une pluie de lame ! Mais malheureusement, le tank n'était pas encore suffisamment puissant pour endurer un tel tir, et l'extrémité du canon s'était tordue, tandis que la chambre de tir était bouchée... Et la bête reprenait ses esprits. L'affrontement n'était pas encore fini.


Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1305
Yens : 541
Date d'inscription : 17/06/2016
Age : 20
Localisation : Perdu quelque part

Progression
Niveau: 152
Nombre de topic terminé: 63
Exp:
7/12  (7/12)
avatar
Roronoa Zoro Le pirate perdu

-



MessageSujet: Re: Une tranquillité relative   Mar 11 Oct - 15:56





Who am I ?

Âge : 21
Ce à quoi je ressemble : Cactus nonchalant
Où se trouve mon sceau : Côté droit du cou
Lien vers ma présentation : Oui
Ma chronologie : Non
Mes liens : Rémi sans famille
>Mes familiers : Akemi, Law & Rinkyu






Bord de l'océan
feat.Anglerfish team & zozo




Le serpent abandonna l’idée d’attaquer les jeunes filles, et cibla à la place le jeune homme. Parfait, il avait suffisamment mis de la puissance dans ses épées pour que les lames d’airs tranchantes n’atteignent la proie ! Car oui, l’anguille géante était la proie, Zoro le chasseur, et hors de question que les rôles s’inversent !

Tandis que le serpent tentait d’attaquer le cheveux vert qui l’esquivait comme il le pouvait, non sans fatigue car bien moins endurant qu’avant, ça laissa le temps aux cinq supers nanas de rejoindre leur engin destructeur. Zoro s’interrogeait sur la puissance de ce machin, ça ne devait pas être anodin. Il imaginait que ça produisait le même effet qu’un canon lambda d’un navire de guerre, en plus optimal et avec de nouvelles fonctions. On aurait presque dit une invention de Franky, l’ami Cyborg de Zoro qui adorait fabriquer des machines aussi folles que celle-ci.

Mais alors qu’il attendait la fuite des cinq filles, qui n’avaient franchement pas l’allure de guerrières, ces dernières prirent part à la lutte, et n’hésitèrent pas à attirer l’attention du monstre. Ces gamines là n’avaient pas froid aux yeux, et étaient pleines de surprise. Qui aurait cru en observant leurs airs insouciants de fillettes qu’elles puissent gérer un engin pareil, et le manipuler pour combattre ardemment ?
Soit elles étaient complètement cinglées, prenaient la situation pour un jeu et n’avaient aucune idée des conséquences, soit elles savaient tout simplement y faire, et dans ce cas, le proverbe « l’habit ne fait pas le moine » ne fut jamais aussi véridique.

Enfin bref, Zoro demeura concentré, et profita du fait que le serpent soit dérangé par les filles, pour entrer dans l’eau. Le monstre fonçait droit sur les nanas, tandis que Zoro nageait de toutes ses forces derrière lui. Une grande puissance de tir fut tiré du panzer, et l’écho de ce bruit se répandit sur ces étendues d’eaux tranquilles. Le cheveux vert n’avait pas le temps de savoir ce qu’il en était exactement, mais au vue de l’arrêt soudain du serpent, et de sa réaction « sonnée », elles ne lui avaient pas seulement chié dessus !

Parfait, maintenant qu’il était dans les vapes, le bretteur eut le temps de le rattraper, et réussit à l’atteindre. Sa peau était rugueuse, mais laissait l’opportunité au sabreur de l’escalader. Ainsi, il grimpa tout le long de sa « nuque » ?, ou de son dos ? On ne savait pas trop où s’arrêtait et où commençait quoi, et une fois qu’il eut repris ses esprits, le serpent vint très certainement à sentir quelque chose lui parcourir le « dos ».
De ce fait, il s’agita dans tous les sens, tentant de se débarrasser de ce chatouillement insupportable, et même si Zoro manqua de tomber plusieurs fois, il demeura sévèrement accroché, tout en serrant les dents.

Le but était d’atteindre son crâne pour le lui transpercer, ou pourquoi pas lui crever les yeux dans un premier temps, mais en remuant ainsi, il était impossible de monter davantage, et de plus, il se tortillait tellement que Zoro n’allait pas tarder à lâcher, peu importait sa résistance.
Par conséquent, il planta sévèrement une de ses épées dans la « nuque » du serpent, et l’enfonça le plus possible. Une fois son accroche mis en place, il enfonça une seconde, avec autant d’ardeur et voilà, maintenant, tant qu’il tenait les manches de ses sabres plantées, il ne pouvait plus tomber… Il ne pouvait pas avancer non plus cela dit, à moins de les retirer, mais c’était en attendant que l'anguille se calme.

Sauf que Zoro n’avait pas pensé que se prendre deux épées dans le « dos » ne faisait pas beaucoup de bien. Alors au lieu de se calmer, le serpent se remua encore plus, et émit des cris étranges. De plus, ses accroches qui lui semblaient fiables se mirent soudainement à glisser. La peau du serpent, pas si solide que ça, ne supportait plus le poids qu’exerçait le bretteur en se retenant qu’aux manches de ses lames plantées dans le monstre. De plus, ce dernier qui bougeait de partout n’arrangeait rien, puisque en s’agitant, il secouait le corps de Zoro qui accentuait une pression déjà massif de son poids, sur les épées plantées.
Ce qu’il se passa ? Bah la peau du serpent finit par céder sous cette masse pressée, et les lames se mirent donc à glisser le long du « dos » du serpent, sous la surprise de Zoro qui ne les lâchait guère, et ainsi, sa peau se fendit tout du long. Il fallut attendre que le corps du bretteur atteigne l’eau pour que le massacre de serpent cesse. Merde, il était redescendu....

Il ne l’avait pas fait exprès, mais Zoro venait de blesser grièvement le serpent, qui avait désormais une plaie béante du haut de sa nuque jusqu’à son demi-dos.








† Que ce soit en bien ou en mal, tout le monde connaîtra mon nom †
Fiche Technique
Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Une tranquillité relative   Jeu 13 Oct - 14:29



Une tranquillité relative
feat. Zoro Roronoa



Nishizumi Miho
A coté de l'eau

Takebe Saori
S'avance

Isuzu Hana
S'avance

Akiyama Yukari
Derrière le blindé

Reizei Mako
Derrière le blindé



La fuite d'un monstre

Dès lors que l'obus, propulsé à pleine vitesse contre l'immense armurerie qu'était la bouche de la créature percuta de plein fouet la cible, déséquilibrant le grand serpent de mer, le jeune homme qui avait épié les jeunes filles profita de la diversion qu'elles avaient offertes pour commencer à monter sur le monstre ! Il faisait preuve soit d'un grand courage, soit il était inconscient du danger qu'un tel acte de bravoure engendrait ! Au moins, elles avaient l'espoir qu'il faisait ça pour vaincre ce monstre, et non pas pour leurs beaux yeux. Car elles n'oubliaient pas que même s'il prenait énormément de risque, c'était de manière totalement abusive qu'il s'était rincé l'œil sur elles !

Néanmoins, sa technique fut somme doute un peu maladroite, ce qui fit qu'à la place d'aller jusqu'au sommet de l'animal, il dût se maintenir en place, mais glissé malencontreusement, arrachant un immense lambeau de chair qui se décrocha non sans dégâts, alors que la créature poussait un cri effroyable de douleur, se mutilant un peu plus à chaque mouvement, alors que l'épéiste ne tombe dans l'eau, à la merci du monstre !

Mais c'était sans compter sur les jeunes filles, qui si elles avaient cessé le feu lorsqu'elles virent le jeune homme entreprendre une opération si délicate, pour éviter tout risque de balle perdue, elles le reprirent immédiatement lorsqu'il tomba à l'eau, visant bien évidement cette partie vulnérable lorsque la chose était possible.

Acculé et grandement blessé, la créature, aussi titanesque pouvait elle être, était obligée de reconnaître qu'elle était aujourd'hui tombé sur des proies bien fougueuses, peut être trop pour lui, l'obligeant à devoir renoncer. Il devrait jeuner ou profiter des quelques proies moins dangereuses, mais moins conséquentes dans les abysses... Après tout, blessé, ne devenait-il pas lui même une proie ? Il espérait que non, poussant un nouveau rugissement, avant de plonger de là d'où il venait, dans les tréfonds...

Laissant un soupir collectif se faire une fois que la créature ne montrait plus aucun signe, elles se regardèrent un peu, laissant les moments de tensions s'apaiser, pour que bien vite les choses ne les rattrapent : Nues dans un blindées, trempées jusqu'aux os avec un léger vent frais, il paraissait crucial qu'elles s'habillent et se sèches rapidement ! Déjà pour ne pas attraper froid, mais aussi pour éviter de s'exposer à la vision de cet homme. Faisant un rapide demi tour pour commencer à rouler là où elles se trouvaient initialement, la Reizei plaça intelligemment le blindé, de telle manière à bloquer la vue de là où elles se changeraient, en récupérant leurs affaires, pendant que par l'une des trappes de la tourelle elles sortaient tour à tour, récupérant leurs vêtements avec hâtes, ne séchant véritablement presque pas, ou que le nécessaire. Autrement dit, un œil pervers et averti pourrait se réjouir de voir leurs formes presque exposées, les vêtements qu'elles avaient collant à leurs peaux à cause de l'eau...

Dès lors qu'elle fut habillée, la Nishizumi sorti de la protection visuelle qu'offrait le blindé, pour se dévoiler à l'individu, pour prendre de ses nouvelles. Certes, elles auraient peut être dût faire ça immédiatement, mais il semblait aller bien, et ce fut plus par politesse que par réelle inquiétude qu'elle demanda :

Est-ce que vous allez bien ? Vous... Vous avez pris beaucoup de risques pour nous...


A vrai dire, elle oubliait aussi de mentionner le fait de pourquoi il était là... Ne voulant à vrai dire pas savoir les véritables motivations de cet individu qui l'avaient poussé à être présent aujourd'hui... A observer les jeunes filles. Donc même si elle se montrait polie, elle n'en restait pas moins nerveuse, enchainant tout de suite sur un autre point, alors que deux des autres filles arrivaient :

Je m'appelle Miho Nishizumi. Moi et mes amies sommes des élues de Manshe. Et vous ? Comment vous appelez vous ?



Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1305
Yens : 541
Date d'inscription : 17/06/2016
Age : 20
Localisation : Perdu quelque part

Progression
Niveau: 152
Nombre de topic terminé: 63
Exp:
7/12  (7/12)
avatar
Roronoa Zoro Le pirate perdu

-



MessageSujet: Re: Une tranquillité relative   Mer 19 Oct - 13:18

Zoro Roronoa a écrit:




Who am I ?

Âge : 21
Ce à quoi je ressemble : Cactus nonchalant
Où se trouve mon sceau : Côté droit du cou
Lien vers ma présentation : Oui
Ma chronologie : Non
Mes liens : Rémi sans famille
>Mes familiers : Akemi, Law & Rinkyu






Les grands lacs
feat.Anglerfish team & zozo




En grimpant sur le monstre, les cinq jeunes filles avaient eu la jugeote de stopper leurs tirs le temps que Zoro s’exécute. Une vraie opération commando qu’ils réussirent haut la main, puisque une fois le bretteur à l’eau, les demoiselles prirent le relais afin de ne laisser aucun répit à la féroce créature.
Se tortillant de douleur, et agacé d’être tombé sur plus « coriaces » que lui, le serpent replongea subitement au fond du lac. Ce lâche fuyait devant Zoro qui ne pensait qu’à la poursuivre dans les profondeurs afin de l’achever, mais même ses capacités exceptionnelles de nageur ne surpassaient pas celles du monstre.

En tout cas, s’il revenait dans les prochaines minutes, le sabreur était prêt à l’accueillir comme il se devait, prévoyant de lui dédier une entrée d’honneur.
Bien que le cheveux vert avait porté un coup colossal à l’anguille géante, il avait conscience qu’il n’était pas le seul moteur de cette victoire. Ce fut de cette collaboration  avec ces inconnues que découla la victoire.  La machine de ces supers nanas était redoutable, tout comme les lames du bretteur. Une puissance de feu, associé à une puissance tranchante, évidemment que ça apportait de glorieux résultats.

Enfin bon, il était temps de regagner la rive, mieux valait éviter de rester sur la potentielle trajectoire du serpent s’il décidait de se ramener par surprise pour la revanche.
Sorti de l’eau, le bretteur avait complètement oublié la nudité des demoiselles de tout à l’heure, ou même l’instant gênant qui avait précédé l’épisode du serpent. Après s’être battu ensemble contre une bête quasi mythique , le reste paraissait si dérisoire. Cependant, les filles elles n’avaient guère zappé et se pressèrent de se revêtir.

Indifféremment, il s’approcha de la machine, tandis qu’une tête apparut afin d’engager la conversation. Elle prenait les nouvelles du jeune homme, se souciant de son sort après les risques encourus. Ensuite, elle se présenta, en tant qu’élue de Minshu, vraisemblablement. D’un air dédaigneux, il répondit :

- Oi Oi… Commencez pas à imaginer n'importe quoi, je n’ai pas combattu pour vous. Votre présence ne change rien !

C’était à peu près vrai. Avec ou sans ces nanas, Zoro aurait certainement essayé de lutter contre le serpent, mais n’y serait certainement pas aussi bien arrivé. En revanche, il niait le fait que apercevoir des jeunes filles en danger l’avaient probablement influencé à s’activer, et à foncer dans le tas quand à la normale, il aurait peut-être pris le temps de réfléchir.  

- … Mh… Zoro !

Rétorqua-t-il tout aussi nonchalamment, en n’indiquant pas son appartenance. De toute façon, son sceau au cou était largement visible, alors il trouvait inutile de le préciser.
Ses jambes l’emmenèrent juste à côté du panzer qu’il analysa avec intrigue :

-  Votre machine me rappelle étrangement les créations de quelqu’un…. Le nom de Franky vous parle, ou peut-être  celui de Vegapunk ?  

Le cheveux vert n’était toujours pas au courant qu’il arpentait la terre d’un autre monde, se pensant encore et toujours dans le sien, égaré sur une île quelconque, comme dans son passé.








† Que ce soit en bien ou en mal, tout le monde connaîtra mon nom †
Fiche Technique
Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Une tranquillité relative   Lun 24 Oct - 13:41



Une tranquillité relative
feat. Zoro Roronoa



Nishizumi Miho
Derrière Zoro

Takebe Saori
Derrière Zoro

Isuzu Hana
Derrière Zoro

Akiyama Yukari
Sur le blindé

Reizei Mako
Derrière le blindé



La fuite d'un monstre

Ce n'était en tout cas non sans crainte que plusieurs des jeunes filles s'étaient approchées. Après tout, s'il avait été capable de, sans hésitation, combattre un monstre ressemblant vaguement à un serpent de mer, c'est qu'il déjà beaucoup plus habitué qu'elles à en voir, et surement un maître dans l'utilisation de ses épées... Autrement dit, il était beaucoup plus dangereux que les jeunes filles, qui même avec un blindé et des armes à feu, ne les utilisaient qu'en cas d'extrême urgence, comme ce fut le cas ici. La vie de cet homme, et les leurs, étaient sous le menace, donc elles n'avaient eu le choix d'agir. Elles ne pouvaient simplement pas laisser les choses ainsi. Du courage ? Peut-être, mais elles n'en avaient pas vraiment conscience, parce que dans leurs esprits, c'était ce qu'elles devaient faire.

En tout cas, l'individu répondit d'une voix assez sèche vis à vis de ce qu'il avait fait, prétextant immédiatement que la présence des cinq amies n'était en rien responsable de ce qu'il avait fait. Dit de cette manière, cela paraissait en tout cas vexant pour les jeunes filles. Qu'elles soient en danger de mort ou non, il aurait tout de même agis, juste pour combattre cette créature... A croire qu'il n'était qu'un simple homme qui voulait utiliser de n'importe quelle manière ses armes, pour trancher dans le tas tout ce qui pouvait passer à sa portée. Autrement dit, peut-être que les jeunes filles n'étaient pas sorties d'affaires... Mais bon, elles ne pouvaient s'empêcher de trouver cette formulation un peu "tsundere", même s'il n'y aurait pas de raison qu'il se montre ainsi... En tout cas elles l'espéraient !

Puis, l'individu donna son nom... Zoro... Elles avaient déjà entendu un tel nom, elles en étaient certaines... Mais d'où ? Réfléchissant un peu, elles finirent après plusieurs secondes à trouver le responsable... Elles le connaissaient de la bouche de Natsume, l'élu de Minshu qu'elles avaient rencontré à Chikai. Il disait avoir rencontré cet individu... Et ce n'était pas dans les meilleures circonstances... Le conseil que l'androgyne avait donné était de ne pas accepter les champignons qu'il pourrait donner. Bien évidement, ce conseil n'avait pas réellement de raison d'être, et il était probable qu'elles auraient oubliées au bout d'un temps, mais... Elles ne pouvaient pas s'empêcher maintenant de se montrer prudente face à cet individu armé et potentiellement dangereux. Mais elles préférèrent garder pour le moment le silence, alors qu'il s'avançait vers la machine, et demandait son origine, parlant d'un certain... "Franky" et d'un "Vegapunk"...

Et bien évidement, il en fallait bien moins que ça pour que l'encyclopédie vivante en matière de blindée ne se montre très intéressée par la question, se montrant en grimpant sur le blindé, toute fière, avant de se lancer dans une grande tirade d'explication :

Ce n'est pas n'importe quelle machine ! C'est un Panzer IV allemand ! Le tank le plus produit de l'histoire de la seconde guerre mondiale ! Lourd de plus de vingt tonnes et... Le seul qui existe ici malheureusement...


La jeune fille avait terminée par un long soupir, triste de ne plus pouvoir croiser d'autres merveilles de l'histoire qu'étaient les blindés... Elle était impatiente de rentrer, impatiente de retrouver les odeurs caractéristiques des autres tanks de l'école, qui lui manquaient... Et aussi sa famille et ses amies ! Bien évidement ! Mais pour une passionnée comme Yukari, n'avoir qu'un seul blindé dans ce monde était toujours difficile... Donc elle le chouchoutait autant qu'elle pouvait...

Affichant ensuite un sourire tout de même un peu mitigé, ce fut néanmoins la Nishizumi qui, en s'approchant, relança la suite de la discussion, en demandant des précisions sur ces personnes qui étaient nommées :

Hum, excusez-moi de vous demander cela mais... Qui sont ces personnes ? Franky et Vegapunk ? C'est que... Nous ne sommes pas ici depuis très longtemps et... De ce que nous avons put voir sur Kosaten... Les habitants ne sont pas du tout habitués à voir une telle machine, se montrant parfois hostiles avec nous... Vous êtes même l'un des rares à ne pas l'être... A moins que... Vous ne soyez vous aussi un élu ?


Si c'était le cas... De quelle nation serait-il ? Seika ? Minshu ? Ou bien... Fuyu ? Les jeunes filles n'avaient pas rencontrées beaucoup d'élu, et aucun de la nation du dragon... Mais on leur avait répéter maintes fois de se méfier d'eux... Devaient-elles craindre cet homme ?

Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1305
Yens : 541
Date d'inscription : 17/06/2016
Age : 20
Localisation : Perdu quelque part

Progression
Niveau: 152
Nombre de topic terminé: 63
Exp:
7/12  (7/12)
avatar
Roronoa Zoro Le pirate perdu

-



MessageSujet: Re: Une tranquillité relative   Mer 26 Oct - 16:24





Who am I ?

Âge : 21
Ce à quoi je ressemble : Cactus nonchalant
Où se trouve mon sceau : Côté droit du cou
Lien vers ma présentation : Oui
Ma chronologie : Non
Mes liens : Rémi sans famille
>Mes familiers : Akemi, Law & Rinkyu






Les grands lacs
feat.Anglerfish team & zozo




Les filles se rapprochaient prudemment du jeune homme, ce qui n’échappa guère à son sens de l’observation. Il ne craignait pas ces cinq petites nanas, mais leur machine était très dangereuse, alors mieux valait rester sur ses gardes.
A sa question, l’une des filles sembla se sentir plus concernée vu qu’elle répondit quasiment au tac au tac, en expliquant qu’il s’agissait d’un Panzer IV allemand. Zoro ne s’y connaissait vraiment pas du tout, mais il saisissait à peu près le sens. Quoi que pour le « allemand » lui fit arquer un sourcil mais il comprit qu’il était certainement question d’un peuple quelconque sur l’une des cinq mers de son monde.

En revanche, quand elle cita cette histoire de seconde guerre mondiale, le sabreur commença à se frotter le front, légèrement interloqué par cette appellation. Probablement voulait-elle parler de la guerre au sommet, aka Marineford, qui avait réuni toutes les plus grandes figures du monde ? Malheureusement, il n’avait pas pu y assister et ainsi voir ces fameux Panzer.
C’était assez impressionnant quand on y pensait qu’une telle machine se retrouve entre les mains de cinq jeunes filles :

- Mh… Je vois… Mais comment un engin aussi prestigieux a pu se retrouver en votre possession ?! Vous étiez présentes à Marineford ?! Etes-vous des soldats de la marine ?

Elle acheva son discours par une expiration nostalgique. Elle se remémorait certainement quelques souvenirs dont le cheveux vert ne pouvait soupçonner l’existence. C’était assez amusant le quiproquo que chacun des élus provoquaient, en essayant de mettre deux mondes parallèles en commun… Ainsi, la seconde guerre mondiale devenait la guerre au sommet, et ainsi de suite.
Au final, on se rendait compte que la plupart des mondes avait de gros points communs, comme les guerres par exemple. Rares étaient les mondes d’êtres vivants pourvus d’une conscience où une guerre n’avait pas éclaté, preuve que la guerre faisait inévitablement partie du destin des hommes. Tragédie nécessaire ?

Puis, une demoiselle prit à son tour la parole, paraissant légèrement plus curieuse et moins assurée. Elle raconta qu’elles étaient fraîchement arrivées sur Kosaten et qu’aucun d’entre eux n’était vraiment habitué à ce genre de machines. Ce n’était pas étonnant, la plupart des habitants ne quittait jamais leur île, ils ne pouvaient donc pas explorer les richesses cachées du monde, ou faire des rencontres qui changeraient en quelque sorte leur vision.

De plus, elles ignoraient l’identité de Franky et de Vegapunk… Comme la plupart des gens lambdas nous diriez-vous. Cela dit, détenir une telle machine et ne connaître aucun des deux, ça semblait très étrange. Rien que le fait de savoir manier ce panzer, il fallait certainement les plans de l’inventeur. Bon, pour Franky, pourquoi pas ? Il n’était pas non plus très reconnu. Cependant, Vegapunk était l’un des seuls auteur de toutes les technologiques actuelles que l’on connaissait… Y’en aurait-il un autre dans l’ombre ? Ou ces filles étaient simplement ignorantes ? Cette histoire le turlupinait :

- Vegapunk ne vous dit rien ?! Mais… Vous connaissez le nom de celui qui a inventé ce panzer ?! A moins que vous l’ayez volé et puis appris à vous en servir toutes seules?

L’idée de l’école ne traversa pas l’esprit du jeune homme. A aucun moment, il était au courant qu’on formait des gens à manier ces machines, et encore moins quand il s’agissait de confier un modèle unique à cinq fillettes.
Le sceau du jeune garçon était ancré sur son cou, et visible aux yeux des jeunes femmes. De ce fait, il en conclut qu’elles n’avaient pas encore capté la façon dont on reconnaissait les élus. Elles prenaient certainement le sceau du garçon pour un tatouage.

- Oui, je suis un élu. Et vous ? J’imagine que oui, vous ne passez pas vraiment inaperçus pour être de simples résidentes du coin.








† Que ce soit en bien ou en mal, tout le monde connaîtra mon nom †
Fiche Technique
Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Une tranquillité relative   Sam 29 Oct - 17:11



Une tranquillité relative
feat. Zoro Roronoa



Nishizumi Miho
Derrière Zoro

Takebe Saori
Derrière Zoro

Isuzu Hana
Derrière Zoro

Akiyama Yukari
Sur le blindé

Reizei Mako
Derrière le blindé



La passionnée

L'homme qui était maintenant assez proche des lycéennes semblait tout de même être un peu méfiant vis à vis de la machine qu'elle avait à disposition. En même temps, il avait de quoi, le sabreur étant l'unique témoin autre que les jeunes filles d'un tir du panzer IV... Certes, il allait falloir qu'elles passent des heures à réparer le canon à cause de la puissance trop grande qu'elles avaient déployées en ce jour, mais rien que le fait d'entendre les échos et de sentir les vibrations causées par la déflagration avait suffit à rendre nostalgique les jeunes filles, même si elles avaient dû blesser une créature qui... N'aurait pas hésité un seul instant pour les dévorer. Donc étaient-elles coupables ? La question restait en suspens, et pour probablement encore très longtemps.

En tout cas, il ne répondit pas vraiment aux questions que la Nishizumi lui avait posées. Au contraire, il posait à son tour encore plus de question, demandant si elles étaient des militaires de la marine, sur comment un tel blindé avait put se retrouver entre leurs mains et si elles étaient présente à... Quoi ? Marine...Ford ? Elle connaissait les deux termes séparés, la marine étant le complément de l'aviation et de l'armée de terre, mais... Qu'est-ce que Ford, une entreprise de production automobile, avait à voir avec tout cela ? Cela laissait perplexe les jeunes filles, qui osèrent montrer leur manque de culture.

Je suis désolée, mais... Je ne sais pas ce qu'est "Marineford", et nous ne sommes pas de la marine. Nous venons de l'école d'Oarai, qui se situe sur un grand navire, mais... Nous ne sommes pas du tout affiliées à l'armée !

Il y eu un petit instant de silence après les paroles de la jeune fille, avant que la rousse ne reprenne la parole, pour expliquer d'autres détails que cet homme aux deux épées ensanglanté voulait savoir... Bien que les jeunes filles n'étaient pas très rassurées à cause de sa proximité et de ce qui s'était passé, que ce soit le monstre ou bien juste avant...

Nous sommes des lycéennes, et ce panzer nous a été fourni par notre école, car nous apprenons l'art du combat de blindé ! Depuis que nous sommes sur Kosaten, il semble que ça à l'air de choquer les personnes qui connaissent les tanks, mais... Pour nous, c'est un sport comme un autre, c'est même l'un des plus populaire !

Sur ces mots, les jeunes filles ne purent qu'acquiescer, souriant à la Takebe, avant de porter à nouveau leurs regards sur l'homme à proximité, et qu'il apprenne que les noms ne leur disait rien... Il semblait être presque choqué d'apprendre que ce... Vegapunk n'avait pas de rapport avec le blindé. Et sur le point de savoir qui à inventé le blindé... Il suffisait de se tourner vers l'Akiyama, qui triomphante sur le blindé, répondit en souriant :

Je ne sais pas qui est ce Vegapunk, mais n'a rien à voir avec le Panzer ! C'est avant la seconde guerre mondiale que l'empire Allemand demanda aux entreprises allemandes d'étudier la possibilité de créer un blindé plus lourd que les précédents. C'est le projet de l'entreprise Krupp, alors dirigé par Bertha Krupp et Gustav Krupp von Bohlen und Halbach, qui fut sélectionné.

La jeune fille continua de faire un grand sourire, avant de s'asseoir sur la tourelle, continuant sans difficulté son explication sur le sujet. Il était rare après tout de rencontrer des gens qui allaient s'intéresser jusqu'à la conception du blindé, et en tant que passionnée, elle se sentait le devoir de répondre aux moindres questions de cet homme.

Tout cela était alors en 1935, et c'est deux années plus tard que sortira des usines le premier panzer IV Ausf. A. Le nôtre est un tout petit peu plus récent, étant un Ausf. D, qui est plus gros et plus protégé, mais d'un tout petit peu plus !

Bon, elle avait probablement donné à l'individu aux cheveux verts un grand mal de tête et une envie probablement immense de la faire taire, mais elle était tellement excitée de pouvoir parler de ce sujet qu'elle ne s'en était pas rendue compte. Toutefois, à la vue des visages un peu gênés de ses camarades, elle reprit la parole, une dernière fois :

Euh désolée, c'est que j'adore vraiment les blindés, et... Quand vous avez posé la question, je n'ai pas sût résister à la tentation.

Elle soupira, avant de mettre ses genoux jusqu'à son torse, alors que ce fut au tour de l'Isuzu de parler, pour répondre à la dernière question de cet homme. Certes, elles s'étaient présentées ainsi précédemment, mais... Avec le flot d'émotion, il était normal qu'il n'ait peut être pas put tout assimiler...

En effet, nous sommes toutes les cinq des élues. Et de ce que je peux voir... Votre sceau sur votre cou... Si c'est bien ça, je ne le connais pas. Est-ce que vous seriez... Un élu de Long ?!

L'entente de ces mots avaient réussi à donner un petit état d'alerte aux jeunes filles, mais elles n'allaient pas crier ou fuir. Il les avait sauvé d'une situation critique, et il semblait ne pas vouloir grand mal aux lycéennes...


Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1305
Yens : 541
Date d'inscription : 17/06/2016
Age : 20
Localisation : Perdu quelque part

Progression
Niveau: 152
Nombre de topic terminé: 63
Exp:
7/12  (7/12)
avatar
Roronoa Zoro Le pirate perdu

-



MessageSujet: Re: Une tranquillité relative   Mer 2 Nov - 0:03

Zoro Roronoa a écrit:




Who am I ?

Âge : 21
Ce à quoi je ressemble : Cactus nonchalant
Où se trouve mon sceau : Côté droit du cou
Lien vers ma présentation : Oui
Ma chronologie : Non
Mes liens : Rémi sans famille
>Mes familiers : Akemi, Law & Rinkyu






Les grands lacs
feat.Anglerfish team & zozo




Ne pas connaître Marineford ? Même un gamin coupé du monde, séquestré au fond d’une grotte depuis sa naissance connaissait Marineford. Qu’est-ce qu’elles lui chantaient encore ? D’où sortaient ces cruches ?
Bon dans un sens, ce n’était pas la première fois qu’il se retrouvait dans ce type de situation ici. Les gens semblaient se créer des mondes fictifs dans leur tête et pensaient en avoir été arrachés pour venir ici. Tout ça n’était vraiment pas clair : un mystère à élucider.

Il apprit par la même occasion qu’elles provenaient d’une école posée sur un grand navire, et une autre enchaîna pour approfondir l’explication. Le panzer fut confié par l’école et ces jeunes filles étaient des lycéennes en pleine étude. Tout ça sans être lié à la Marine ? Cette histoire n’avait ni queue ni tête. A quel moment on formait à manier une machine de guerre hors secteur marine ? Surtout qu’elles ne semblaient pas considérer pleinement l’enjeu, elles prenaient ça pour un simple « sport ». Y’avait des sports bien plus adéquates pour cinq filles de leur trempe.

Et puis, son visage atterrit sur une troisième fille, à la parole bien passionnée, qui débita info sur info. Encaisser une tonne de renseignements à la fois, sachant qu’il ne comprenait même pas le contenu de ces infos, c’était assez hard pour le jeune garçon qui faisait de son mieux pour se concentrer. Ses sourcils se froncèrent, arborant une mine plus sévère, et légèrement agacé de ne rien capter à ce charabia.
L’entreprise Krupp ? C’était ça le blaze des constructeurs ? Zoro commençait à penser que les cinq lycéennes connaissaient un nom que Zoro ignorait, probablement par souci de confidentialité, mais les mots qui suivirent le tourmentèrent un peu plus. 1935….

Le sabreur s’était arrêté ici, n’écoutant plus le reste de son discours. Il restait bloqué sur le 1935…. Ok, ces filles prétendaient venir du futur ? Quelle histoire de fou. Mais étrangement, l’hypothèse des voyageurs du temps était largement plus plausible que cette histoire de changer d’univers selon Zoro. Car dans son monde, ce ne serait pas si étonnant que ça que de voir apparaître des voyageurs du temps. Et en plus, tout s’expliquait : elles ne connaissaient pas Vegapunk et les Krupp incarnaient très certainement ses successeurs :

- Oh…. Impressionnant… Ravi de voir que le monde est toujours en état après des siècles

Marmonna le jeune homme, en faisant alterner son regard vers chacune des filles, avant que la dernière ne s’exprime à son tour, et en revienne à cette affaire d’élus. Elle cita le sceau ancré sur le cou du garçon, et apparemment, elles rencontraient leur premier élu de Fuyu. Il se contenta d’hocher la tête face à la demoiselle, tandis qu’elles semblaient toutes étrangement s’affoler à cause de cette annonce.
Encore cette maudite réputation colportée par des élus odieux, à tous les coups ! Il ne désirait aucunement effrayé ces fillettes et il comptait bien le faire savoir, n’appréciant pas cette soudaine agitation :

- Ecoutez.. J’ignore ce que vous avez entendu mais il n’y a pas de quoi paniquer. Torturer cinq jeunes filles, c’est franchement pas mon délire….

Puis, sur ce ton revêche, il fit le tour du panzer afin de l’explorer. Un panzer du futur, c’était complètement taré, et le jeune homme avait presque envie de faire un tour avec. Comme ça, il le raconterait à Luffy et Franky et ils en baveraient. Mais monter dans un panzer empli de lycéennes, c'était bien trop malsain pour lui, et trop genant :

- Où comptez vous aller maintenant ?








† Que ce soit en bien ou en mal, tout le monde connaîtra mon nom †
Fiche Technique
Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Une tranquillité relative   Sam 5 Nov - 12:16



Une tranquillité relative
feat. Zoro Roronoa



Nishizumi Miho
Sur le coté du blindé

Takebe Saori
A coté de Zoro

Isuzu Hana
Sur le coté du
blindé

Akiyama Yukari
Sur le blindé

Reizei Mako
Allongée sur le
blindé



Autour du blindé

Si l'homme aux cheveux verts se montra bien perdu à travers toutes les explications que les jeunes filles donnèrent vis à vis de qui elles étaient, et surtout vis à vis de celle du panzer (qu'il avait demandé après tout, les jeunes filles n'avaient fait que laisser la spécialiste dans le domaine agir encore mieux qu'une encyclopédie), il dégagea rapidement une théorie des plus surprenantes, non sans avoir avant affiché une mine déconfite à cause du flot de parole de l'Akiyama.

Selon lui... Même si ses paroles n'étaient pas aussi démonstratives et un peu marmonnées, elles indiquaient très clairement qu'il pensait que les jeunes filles venaient du futur... Chose assez flagrante initialement, avec leurs uniformes, leurs armes mais surtout avec le blindé qui était... Très visible. Mais pourtant, cette théorie eu le don de faire froncer les sourcils des jeunes filles, qui ne comprenaient pas vraiment la logique derrière cette histoire. Après tout, depuis qu'elles étaient arrivées en ce monde, elles avaient été bassinées un nombre incalculable de fois avec cette histoire d'élu, de dieu et de monde... Tout cela était bien beau et bien fantaisiste, mais... Comme tout le monde semblait être d'accord sur ce point, cela devait être la vérité... Et puis, de combien de millions d'année les jeunes filles se seraient-elles déplacées ? Surement trop, puisque la carte des lieux ne disait rien à personne, et que les déplacements des îles se faisaient très lentement...

Alors pourquoi disait-il ça ? Il savait pourtant que les jeunes filles étaient des élues, et la vue de son sceau, qui affola rapidement l'Isuzu suite aux nombreux conseils vis à vis des élus de la troisième nation qu'elles avaient reçus... Voulait-il penser que les jeunes filles étaient originaire... Du même monde que lui ? Ce n'était pas impossible, après tout, il n'avait pas fait usage de magie... Mais disposait-il de suffisamment d'information pour s'avancer dans une telle théorie ? Cela restait à voir, mais tout d'abord... Elles étaient réprimandées par cet individus qui... Avait en bonne partie raison, malgré ses théories farfelues et ses réactions un peu étranges...

Je... Je suis désolée, mais... On a souvent recommandé de nous méfier des élus de Fuyu. Nous serions paraît-il en guerre contre eux et... Vous êtes le premier que nous rencontrons.

Après tout, les jeunes filles savaient déjà un peu près qu'il ne risquait pas de leur faire de mal. Après tout, pourquoi se serait-il mit en si grand danger face à un immense serpent de mer si c'était pour, juste ensuite, attaquer celles qu'il avait sauvé ? Ce serait ridicule... Mais en tout cas, elles furent tout de même un peu soulagées de l'entendre dire qu'elles n'avaient rien à craindre de lui... Même si, le mention de la torture fis quelques frissons aux lycéennes, qui n'avaient pas réellement l'habitude d'entendre de tels horreurs être mentionnées... Mais des choses aussi violentes étaient malheureusement légions en ce monde, et... Elles en étaient malheureusement encore inconscientes. Toutefois, la théorie du bretteur demanda réponse, et ce fut la rousse qui s'avança gentiment vers lui, alors qu'il commençait à faire le tour du blindé.

Que nous venons du futur, c'est un peu étrange à vrai dire. On n'arrête pas de nous dire que nous venons d'un autre monde, et ce depuis notre arrivée ici. Mais... Il n'y a pas tout ces pouvoirs ni cette magie chez nous, c'est un endroit tout ce qu'il y a de plus normal ! Et comme tout le monde nous le dit... C'est que ça doit être vrai, non ?

Toutefois, ce fut l'Akiyama qui, toujours sur le toi du blindé, continua la conversation, affichant un grand sourire pendant qu'elle aida la Reizei à monter elle aussi, même si cette dernière se contenta de s'allonger en lisant à nouveau un livre qu'elles avaient put se procurer à Chikai.

Mais de là d'où vous venez, est-ce que ça serait le même endroit que le nôtre ? Est-ce que vous connaissez l'Asie, l'Europe ou l'Afrique ? Ce sont des continents, des immenses continents !

La question était suffisament simple pour que s'il répondait positivement, elles puissent être sûre de ça. Par exemple, Natsume venait du même monde qu'elles, à la différence que... Que le monde avait tourné d'une manière des plus étranges, avec une arrivée de démon etc. En fait, est-ce que cela était le même monde, mais d'une version différente ? Ce n'était pas impossible, et imaginer un monde sans blindé était suffisant pour faire déprimer l'Akiyama.

Toutefois, la lycéenne était tout de même intriguée de ce que cet homme pensait du blindé. Après tout, il en avait fait le tour avec un certains intérêt. Pouvait-elle lui proposer de monter à l'intérieur ? Peut-être, mais... Avec tout ce qui s'était passé récemment, elles avaient besoin de souffler sans se préoccuper de ce que pourrait faire quelqu'un d'inexpérimenté avec un blindé... Après tout, il suffisait de savoir ce que cela avait donné avec Natsume pour convaincre mille fois la Reizei de s'y opposer. Déjà qu'avec l'androgyne, ce moment avait été... Spécial, ne pouvant dire après coup si ce contact avait été une bonne ou une mauvaise expérience, si en plus c'était avec quelqu'un pour qui elle n'avait pas spécialement d'affinités, et de plus âgé en plus... Jamais.

Néanmoins, ce fut une question des plus lambda qu'il posa ensuite, pour continuer cette petite et tranquille discussion, bien qu'un peu tendue par instant... La présence des lames du bretteur y était en partie pour quelque chose... Alors que théoriquement, c'était les jeunes filles qui avait l'arme la plus grosse...

Nous nous dirigeons actuellement vers Kansei, pour espérer trouver un moyen de rentrer d'où nous venons, quitte à allez se présenter devant le dirigeant de notre nation ou bien devant le dieu lui même. Et vous ?



Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1305
Yens : 541
Date d'inscription : 17/06/2016
Age : 20
Localisation : Perdu quelque part

Progression
Niveau: 152
Nombre de topic terminé: 63
Exp:
7/12  (7/12)
avatar
Roronoa Zoro Le pirate perdu

-



MessageSujet: Re: Une tranquillité relative   Dim 6 Nov - 17:42





Who am I ?

Âge : 21
Ce à quoi je ressemble : Cactus nonchalant
Où se trouve mon sceau : Côté droit du cou
Lien vers ma présentation : Oui
Ma chronologie : Non
Mes liens : Rémi sans famille
>Mes familiers : Akemi, Law & Rinkyu






Les grands lacs
feat.Anglerfish team & zozo




En guerre… en guerre.. On ne leur avait pas demandé leur avis aussi. Zoro s’en battait les steaks de c’te guerre de pédales ! D’ailleurs, ça l’emmerdait de ne plus pouvoir circuler n’importe où, sachant sa grande tendance à se perdre.. Il se retrouvait rapidement en terre ennemie, malgré lui, et les ennuis lui tombaient dessus :

- Hm.. Faites vous votre propre opinion…


Il ne comptait pas les influencer en leur jurant devant Dieu le caractère bienfaiteur des élus de Fuyu. Tout simplement parce qu’aucun élu ne se ressemblait, et ce qu’était vrai pour l’un n’était pas valable pour un autre.
S’il tuait ces jeunes filles, il se servirait de ce motif bidon qu’était la guerre, alors s’il comptait leur faire du mal, il l’aurait déjà fait. Ces demoiselles possédaient des facultés intellectuelles qui leur permettaient de prendre conscience de ce fait indéniable. Après, leur méfiance à son égard demeurait compréhensible, surtout que Zoro n’aidait pas avec son air bougon qui traînait sans cesse sur sa gueule.

Oh zeubi, encore cette histoire d’autre monde. Pourquoi tout le monde le bassinait avec cela ? Tous les élus rencontrés jusqu’ici, à l’exception de Law, prétendaient et se convainquaient d’être originaires d’un autre monde ? Ca paraissait complètement absurde et à part les considérer comme des tarés, Zoro ne s’y était jamais vraiment attardé. Mais là, ça commençait à faire beaucoup… Beaucoup trop d’élus qui lui radotaient la même « connerie » avec chacun son propre monde… Alors maintenant, la vraie question à se poser était : Pourquoi toi, Zoro, es-tu le seul élu qui soit encore dans son monde ? Pourquoi arracher une poignée d’élus de leur monde respectif, et toi, t’épargner de quitter le tien ?
Il espérait recroiser Law bien assez vite, son seul ancrage par rapport à son passé, qui lui apporterait certainement des réponses. Contrairement à Zoro, si Law n’était plus dans son monde, il le saurait…

- ….! Va savoir !

Tous ces racontars le laissaient sérieusement dubitatif. Il détestait se faire aveugler à coups de «  On dit que … Alors c’est vrai », mais il reconnaissait qu’il perdait le contrôle de la situation. Toutes ses certitudes étaient remises en doute et, il s’en frotta le front en clouant son œil quelques instants, histoire d’espérer y voir plus clair.
Et puis, la passionnée  questionna le garçon sur son monde à elle, afin de pouvoir comparer. Et sans surprise, les mots qu’elle cita sonnait comme du russe dans sa tête. Autrement dit, ça ne signifiait absolument rien pour lui. On pouvait sentir dans sa voix une soudaine baisse d’assurance, l’homme étant égaré :

- C’est… Non …. Le seul continent ici est Red Line, il coupe ce monde en deux.

Il y a quelques jours, il serait enclin à les ranger dans la catégorie : «  grosses folles qui s’imaginent tout un monde dans leur tête comme tous les autres élus »…. Mais, comment autant de gens pouvaient-ils tenir exactement le même discours ? Il entendait la même rumeur partout, et il refusait de la réceptionner. Il la rejetait complètement, s’auto-persuadant de la grossièreté d’une telle affirmation et pourtant… Peut-être avait-il lui aussi déménagé de son monde sans le savoir ?
Car, son monde avait certes beaucoup de points communs avec Kosaten, et les divergences n’étaient pas flagrantes, d’où le fait qu’il puisse encore se sentir chez lui mais… Les différences existaient malgré tout, et il les voyait ! Seulement, il les niait.

Si l’hypothèse au sujet de leur folie tombait totalement à l’eau, il n’était pas obligé que lui ait aussi changé de monde, n’est-ce pas ?
Au final, son petit tour du blindé ne semblait pas être passé inaperçu, et l’une des filles lui répondit qu’elle souhaitait s’entretenir avec le dirigeant de leur nation pour pouvoir rentrer chez elles.
Un rire s’échappa alors de sa gorge, nerveusement, comprenant les illusions de ces demoiselles puisque lui aussi en avait été victime quelques temps auparavant :  

- Vous perdez votre temps…. Il n’est pas possible de se tirer d’ici tant qu’on a ce…..


Il interrompit sa phrase afin de placer sa main au niveau de son propre sceau et d’y enfoncer ses doigts, quitte à méchamment se pincer la peau sous l'énervement :

- Foutu sceau encré sur nous ! Il nous possède, et le seul moyen de s’en débarrasser est de le surpasser, en s’entraînant durement….

Au fil de sa phrase, il était parvenu à retrouver un brin de sang-froid. Il était rare que quelque chose le déstabilise, mais la grande remise en question qui l’attaquait en ce moment l’incitait à perdre ses moyens.






]



† Que ce soit en bien ou en mal, tout le monde connaîtra mon nom †
Fiche Technique
Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Une tranquillité relative   Jeu 10 Nov - 18:01



Une tranquillité relative
feat. Zoro Roronoa



Nishizumi Miho
Sur le coté du blindé

Takebe Saori
A coté de Zoro

Isuzu Hana
Sur le coté du
blindé

Akiyama Yukari
Sur le blindé

Reizei Mako
Allongée sur le
blindé



Divergences

Pas très aimable en tout cas ce monsieur, c'était ce que pensait les jeunes filles en entendant la réponse presque grommelée de l'homme aux cheveux vert. Sa nation avait beau être opposée à celle des manieuses du blindé, il ne faisait preuve d'aucune assistance pour aider les jeunes filles, malgré le fait qu'il pouvait avoir bien plus d'expérience et qu'il venait de sauver les vies des lycéennes. Mais bon... Ce n'était pas forcément parce qu'il n'était pas méchant qu'il était gentil... Et ça, malheureusement, les jeunes filles ne le savait qu'à moitié, n'ayant pas encore l'habitude de se dire que rien n'était tout blanc ou tout noir...

En tout cas, le fait d'entendre les explications des jeunes filles eues comme effet de le perturber. Il... Semblait douter, comme si ce qu'il croyait comme étant vrai était totalement bouleversé... Et qu'il se raccrochait bien faiblement à ses croyances... Qui étaient frappées à grand coups de masses... Et c'était ce que sa voix semblait transparaître... Un seul continent ? Red Line ? Coupant le monde en deux ? C'était du jamais vu, et les jeunes filles se regardèrent un instant, légèrement médusée, avant que l'une d'elle prenne la parole, doucement.

Nous savons que... Que ce n'est pas simple à accepter, et moi-même, j'espère encore que tout ceci ne soit qu'un rêve, qu'un mauvais cauchemar... Mais nous n'avons pas le choix... Nous avons dût prendre sur nous pour aller de l'avant.


Mais un rire nerveux, alors que la Nishizumi répondait à la question de l'épéiste, fut la seule réponse... Il disait qu'elles perdaient leurs temps, qu'elles ne pourraient pas partir d'ici avant qu'elles se soient libérées de l'oppression qu'était le sceau présent sur chacune d'elle... Et qu'il faudrait qu'elle s'entraîne durement... Mais comment ? En quoi devaient-elles s'entrainer ? A conduire le blindé ? En faisant sans arrêt des exercices de musculation ? Cela n'avait pas plus de sens, et ce fut l'Isuzu qui, en se rapprochant, répondit :

Ce n'est pas parce que vous dîtes que c'est impossible que ce le sera. Cela à beau être dur, nous allons tout faire pour y parvenir. Nous avons des proches, des amies, de la famille à retrouver... Et nous ne pouvons pas nous permettre de rester ici, que ce soit un autre monde, le passé ou quelque chose d'autre.


Peut être sévère, peut-être trop sérieuse, la jeune fille n'affichait pourtant sur son visage que sa détermination, sa volonté qu'elle et ses amies trouvent le chemin qui les mèneraient à Oarai, à leur école... Et même si cela allait surement prendre du temps, et que cela ne serait pas simple... Elles n'abandonneraient pas, pas à un seul instant, à aucun moment... Car elles devaient aller de l'avant, coûte que coûte...

En tout cas, peut-être que ces divergences d'opinions allaient rendre la discussion stérile. C'était un grand risque, malheureusement, et il se pourrait bien qu'elles partent sous peu, si jamais elles avaient vexées le guerrier qui avait pourtant prit bien des risques pour elles... Mais avant cela, la curieuse Akiyama préférait poser quelques questions d'où venait l'individu ! Après tout, elle ne savait rien de son monde, et quitte à en apprendre plus... Si jamais il y avait un blindé...

Est-ce vous pouvez me parler de là d'où vous venez ? De me dire qui sont ces personnes, Vegapunk et Franky ? Ils ont déjà construit des blindés ? Ils doivent être redoutablement ingénieux pour en fabriquer ! Et vous ? Vous étiez quoi avant d'arriver sur Kosaten ? Maître d'un dojo ? Expert en kendo ?



Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1305
Yens : 541
Date d'inscription : 17/06/2016
Age : 20
Localisation : Perdu quelque part

Progression
Niveau: 152
Nombre de topic terminé: 63
Exp:
7/12  (7/12)
avatar
Roronoa Zoro Le pirate perdu

-



MessageSujet: Re: Une tranquillité relative   Ven 11 Nov - 18:47





Who am I ?

Âge : 21
Ce à quoi je ressemble : Cactus nonchalant
Où se trouve mon sceau : Côté droit du cou
Lien vers ma présentation : Oui
Ma chronologie : Non
Mes liens : Rémi sans famille
>Mes familiers : Akemi, Law & Rinkyu






Les grands lacs
feat.Anglerfish team & zozo






Et comme si le garçon n’était pas assez déstabilisé comme ça, l’une de ces gamines enfonça le clou timidement. Il comprit tout à fait son sous-entendu, en dépit du ton doux qu’elle empruntait, par compassion pour l’homme qu’elles venaient de perturber. Il interprétait ses propos de cette façon : « eh oui, t’es pas chez toi, alors réveille-toi ! c’est dur mais c’est comme ça ! ».
Là, il l’avait dans le cul profond…. Mais s’il se trouvait qu’elles aient raison, tous ses plans de fuite se démolissaient et… Existait-il une machine pour rentrer chez lui ? Il était d’accord pour passer un peu de temps ici, mais dés qu’il surpasserait ce sceau, il disparaîtrait. Il ne songeait pas une seconde à s’éterniser ici. Pas question de mourir à Kosaten, il avait beaucoup trop de choses à accomplir en son mode.

Et tandis que la face de cactus méditait à pleine couture, une soudaine voix sévère l’arracha de sa torpeur. Celle qui prenait la parole possédait un franc-parlé prononcé, et allait droit au but. Au moins, ils partageaient ce point commun. Cependant, sa façon d’accuser le coup ainsi l’agaça au plus haut point :

- Eh ! J’ai dit que ce n’était pas possible tant que tu as ce sceau ! Pas que ça serait impossible éternellement, alors ne déforme pas mes propos gamine !

Qu’est-ce qu’elle croyait ? Lui aussi désirait la même chose qu’elle : retrouver ses amis. Plus que tout même ! Luffy avait besoin de lui, et ça le rendait assez fou comme ça de le laisser tout seul, et de ne pas pouvoir assurer ses arrières, sachant que Sanji s’était également barré on ne savait où au moment de l’arrivée de Zoro sur Kosaten. Il était urgent de rentrer et pourtant, il s’était accoutumé à l’idée qu’il faudrait attendre… !

- Pour reprendre vos conseils … Ce n’est pas simple à accepter, mais il faut prendre sur vous et aller de l’avant ! Vous avez réussi à le faire une première fois, faites de même cette fois-ci… Vous croyez êtres les seules élues à vouloir rentrer chez vous ? Vous pensez être les seules à essayer… ?!


Que ce soit les filles ou Zoro, chacun avait appris une triste nouvelle de la part de l’autre, et chacun devrait s’efforcer à l’accepter.
Après, ce qui l’angoissait dans cette histoire était que même le peu d’élus s’étant émancipés de leurs sceaux foulaient encore les terres de Kosaten. S’ils avaient la possibilité de s’échapper, ils n’avaient pas encore trouvé de moyen. Cependant, le bretteur refusait de croire qu’il était impossible catégoriquement de se tirer d’ici une fois le sceau retirée. Il avait bien compris que le sceau le ramènerait toujours ici, alors ça ne servait à rien de trouver une solution maintenant. Mais une fois l’insigne jarté, oui, il ne vivrait que pour virer d’ici.

Puis une autre lycéenne, souhaitant sans doute apaiser les tensions changea de sujet afin de le questionner sur son monde. Zoro n’avait toujours pas réalisé qu’il n’était plus chez lui… Ca lui demanderait certainement un temps de réflexion afin de s’adapter à cette déroutante nouvelle :

- Mh…. Vegapunk est un génie de la science, il est à l’origine de presque toutes les technologies dans ce m… Dans mon monde… Quant à Franky, c’est un homme moitié cyborg, le charpentier de notre navire… Il invente toutes sortes de machines de combat…Et certaines de ses créations ressemblent un peu à votre blindé, oui… il est très doué ! même s’il se balade en slip…

La sonorité de sa voix s’était abaissée à la fin de sa phrase. Il essayait de répondre à ces gamines au maximum, mais n’étant pas un grand fervent des dialogues, il évitait de se perdre dans les méandres du détail. De plus, même si raconter sa vie lui faisait du bien présentement, l’aidant à se remémorer, ce n’était à l’origine pas son truc de faire ça. Pour cette raison, il n’omit pas de répondre à la question qui le concernait, mais avec la plus grande des brièvetés :

- Quant à moi, j’suis un pirate, anciennement chasseur de primes…

Ironie du sort ? Il était devenu ce qu’il chassait









† Que ce soit en bien ou en mal, tout le monde connaîtra mon nom †
Fiche Technique
Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Une tranquillité relative   Sam 12 Nov - 16:40



Une tranquillité relative
feat. Zoro Roronoa



Nishizumi Miho
A moitié dans
le blindé

Takebe Saori
Dans le blindé

Isuzu Hana
Dans le blindé

Akiyama Yukari
Dans le blindé

Reizei Mako
Dans le blindé



Pervers

Elles le savaient. Elles savaient beaucoup de chose. Elles savaient que ce qu'il disait était qu'il faudrait qu'elle dépasse les limitations du sceau avant de pouvoir espérer rentrer chez elles... Elles savaient que c'était le but de son message, que c'était ce qu'il défendait, mais... Cela n'empêchait pas les jeunes filles de penser le contraire. Qu'il serait possible peut-être de rentrer plus tôt... Après tout, il n'avait pas l'air de posséder une preuve qui pourrait mettre à mal cette croyance. Tant qu'elles n'auraient pas la confirmation que c'était impossible, tant que quelqu'un ne le montrerait pas par A+B, elles essaieraient, car c'était le seul objectif que les lycéennes avaient... De rentrer chez elles, de retrouver Oarai et leurs amies, de retourner dans leur monde qu'elles n'auraient jamais dût quitter...

Et pourtant... Même si elles avaient la preuve, elles essaieraient tout de même... Elles n'avaient rien à faire en ce monde... Et sur un coup de chance, par le hasard et la volonté divine... Peut-être qu'elles pourraient. Elles ne comptaient pas se décourager, elles ne comptaient pas baisser les bras... Car elles étaient ensembles, et c'était peut-être ça la chose la plus importante ! Plus que d'être chez elles, plus que de savoir quel monde elles foulaient... Elles étaient là, en bonnes santés... Et elles pouvaient continuer d'avancer, envers et contre tout, qu'importe les épreuves, qu'importe quels seraient les personnes qu'elles rencontreraient, qu'importe ce qui se dresserait contre eux...

Elles avanceraient...

Et elles n'étaient pas les seules à vouloir s'échapper de la prison qu'était Kosaten. Il y avait bien des élus, qu'importent les factions, qu'importe les dieux et les rois, qui souhaitaient retourner d'où ils venaient... Natsu le souhaitait, lui le souhaitait, les lycéennes aussi... Et pourtant, ils étaient tous de sceaux différents... Ne pouvaient-ils pas s'unir, à la place que d'être les victimes d'un conflit absurde ? Pour le moment, les lycéennes n'y avaient pas été confrontées... Et elles ne souhaitaient pas en être témoins... Encore trop pures, encore trop innocentes ou candides... Les atrocités de la guerre n'étaient pas désirées... Et encore trop loin de ce qu'elles pouvaient s'imaginer...

Mais en tout cas, ce fut un brusque changement qui se produisit, alors que l'homme aux cheveux verts expliquait à l'Akiyama qui était Vegapunk et Franky. Si le premier était un génie, le deuxième était déjà... A moitié robotique et avait créé des choses qui ressemblait à des blindés... Elle aurait bien eu envie de le rencontré... Avant qu'il ne prononce ces derniers mots, que la jeune fille répéta, incrédule...

Il se ballade... En slip ?

Elle regarda avec stupéfaction ses amies, qui elles aussi écarquillèrent les yeux, avant qu'elles ne se mettent d'accord sur un point...

C'est un pervers...

Un pervers...

Pervers...

Grand pervers...

Totalement pervers...


En tout cas, cet instant avait réussi à faire rire les jeunes filles pendant bien une dizaine de seconde. C'était probable qu'il ne comprenne pas sur le coup pourquoi, mais à l'unisson... Dit tout naturellement... Cela avait détendu, même si la déclaration du fait que l'homme soit un pirate avait un peu fait vaciller la confiance qu'elles avaient, elles... Ne pouvaient pas juger hâtivement, ne connaissant pas les mœurs du monde bien étrange d'où il débarquait...

En tout cas, un long silence, un peu pesant s'installa ensuite, et les jeunes filles, n'étant à vrai dire pas motivée pour continuer le bain qui avait été interrompu. Après un commun accord, toutes se remirent à l'intérieur du blindé. Il avait été décidé de repartir en direction de Kansei sans attendre, mais la Nishizumi, trônant comme toujours  au sommet, afficha tout de même un sourire à cet homme, en disant :

Nous allons partir maintenant. Bonne continuation à vous en tout cas, au revoir !

Puis, le panzer commença à cracher comme à son habitude des bruits bien particuliers, avant de se mettre à se mouvoir, pour partir sur les routes. Kansei n'était qu'à quelques jour, voir heures... Mais avant ça, il faudrait qu'elle traverse la forêt, et cela n'allait pas être une simple affaire...

D'autant que les rencontre à l'intérieur... Etaient bien dangereuses...

Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1305
Yens : 541
Date d'inscription : 17/06/2016
Age : 20
Localisation : Perdu quelque part

Progression
Niveau: 152
Nombre de topic terminé: 63
Exp:
7/12  (7/12)
avatar
Roronoa Zoro Le pirate perdu

-



MessageSujet: Re: Une tranquillité relative   Sam 12 Nov - 17:58





Who am I ?

Âge : 21
Ce à quoi je ressemble : Cactus nonchalant
Où se trouve mon sceau : Côté droit du cou
Lien vers ma présentation : Oui
Ma chronologie : Non
Mes liens : Rémi sans famille
>Mes familiers : Akemi, Law & Rinkyu






Les grands lacs
feat.Anglerfish team & zozo






Quoi qu’il en coûtait, la révélation s’annonçait foudroyante pour l’avenir du bretteur. Si jusqu’ici, il n’avait pas voulu le croire, les paroles affirmées de ces demoiselles était la goutte d’eau qui faisait déborder le vase. Une fois éloigné d’elles, il devrait se préparer à une cogitation infernale. Il n’y croirait jamais complètement tant qu’on ne lui apporte pas de preuves concrètes, mais elles étaient parvenues à lui incorporer ce doute emmerdant, et… Merde ! Il ne pouvait pas se permettre de s’amuser dans un autre monde alors que la situation de son équipage devenait de plus en plus critique.
Elles ne relevèrent pas le caractère de chacal de l’homme aux trois katanas. Tant mieux, elles évitaient de s’y frotter et de s’y piquer, c’était la solution la plus raisonnable.

En fait, dans tout son discours, les cinq jeunes femmes ne retinrent la partie la plus inutile : le fait que Franky se balade en slip. S’ensuivit une succession de « pervers », l’une à la suite de l’autre, dans une parfaite symphonie. Cette façon de s’exprimer en crescendo lui rappelait ces 5 petites sirènes sur l’île des hommes poissons.
Et puis le contenu était assez risible. Même quand on le connaissait pas, Franky se voyait attribuer automatiquement le surnom de pervers. Preuve que ça le définissait assez bien. L’escrimeur en fronça les sourcils avant de sourire avec légèreté.

Sur cette dernière note amusante, les filles annoncèrent leur intention de poursuivre leur périple. Le temps des séparations advenait. Ces demoiselles étaient mignonnes, bien qu’il ne pariait pas cher de leur peau si elles ne se réveillaient pas. Plus qu’à espérer qu’il ne leur arrive pas trop de misères, ou qu’elles ne rencontrent pas quelques personnes désagréables…

- Bonne chance…. Et restez ensemble…

Oui, ça paraissait évident mais un groupe était si vite dissolu sur un désaccord débile ou autre, il en avait déjà fait les frais. Sauf qu’elles ne pouvaient pas se permettre de se séparer en Kosaten, ça ne rigolait plus !
Il tourna alors les talons, et déposa son derrière sur le rocher de tout à l’heure, reprenant le court de sa méditation interrompue.









† Que ce soit en bien ou en mal, tout le monde connaîtra mon nom †
Fiche Technique
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

-



MessageSujet: Re: Une tranquillité relative   

Revenir en haut Aller en bas
Une tranquillité relative
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Qui ose troubler ma tranquillité ? {Pour Illusion}
» Plus sur le trafic drogues-armes entre Haiti et la Jamaique
» 17 0ctOBRE JOURNÉE DE REFFLEXION POUR LES HAITIENS
» Tranquilité relative (Eva)
» Un peu de tranquillité et d'air frais ne fait pas de mal à personne, même en compagnie. [PV Ethel Dawkins]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Manga Multiverse ::  :: République de Minshu :: Grands lacs-


Crédits : Design : Phoenix & Pingouin Règlements & Contexte : Phoenix
Forum optimisé pour Google Chrome.