Partagez | .
Sauvageonne & Sebonbanana
Messages : 97
Yens : 957
Date d'inscription : 02/10/2016

Progression
Niveau: 1
Nombre de topic terminé: 0
Exp:
0/6  (0/6)
avatar
Kyrrð ¤ Inconnue ¤

- En ligne



MessageSujet: Sauvageonne & Sebonbanana   Dim 16 Oct - 23:29

Sauvageonne & Sebonbanana

— Ft. Byakuya Kuchiki —



Tu avais couru à en perdre haleine durant de nombreuses heures, sans doute plusieurs jours. Quittant le refuge grouillant d’humains dans lequel ta pauvre personne venait d’apparaître pour traverser un monstrueusement long désert, vide de toute créature, mort et oppressant. Dans lequel la moindre parcelle d’ombre devenait un point de repos vital et essentiel à ta survie. Un territoire hostile. Les paysages découverts et observés avec la plus grande attention n’avaient fait que te conforter dans la triste idée que tu semblais te trouver dans un monde complètement différent du tien.

Ta forêt complètement disparue, la présence du Dieu-Cerf indiscernable, ainsi que tout ce qui caractérisait ton habitat ; rien ne se présentait familier. Tout se désignait inconnu, tes sens particulièrement développés te le démontrant. Tu continuais ton inlassable course, dans le vain espoir de peut-être te sortir de ce cauchemar ; comme si fuir pouvait t’apporter quelque chose. Essoufflée, tu parvins finalement à atteindre un endroit qui apparaissait le plus bienveillant depuis ton arrivée. Une forêt ! Enfin ! Ton visage s’illuminait légèrement, en réponse à cette vision salvatrice.

Tu y entras sans la moindre hésitation, tellement heureuse de retrouver un espace de verdure comme celui-ci. C’était vraiment l’endroit parfait pour une louve telle que toi, il te permettrait de te ressourcer dans ce moment d’incertitude angoissant. Tes jambes flageolaient insensiblement, avant de te laisser tomber sur l’herbe, fluorescente par endroit. Tu relevas ton masque de bois rouge de ton visage et pris une profonde inspiration de l’air si pur qui régnait dans cette forêt, dont la profonde densité des arbres se trouvait compensée par leurs caractéristiques phosphorescentes — Qui, au point où tu en étais, ne t’étonnait même plus —, unique luminosité de ton repaire du moment.

Avant de sombrer dans de mélancoliques pensées, tu demandas faiblement à ton frère loup, hôte de ton corps :

— Dis, Amarok... Que nous arrive-t-il ?

Après un lourd silence, presque suffocant, ses paroles résonnèrent dans ton crâne.

« Si seulement j’en avais la moindre idée, on serait sortis de ce pétrin depuis bien longtemps. En attendant, ton but premier est de trouver les raisons de cette situation et d’éviter tout danger. Je ne peux pas te protéger dans mon état actuel. »

Tu lâchas un profond soupir. Après ce pratiquement interminable combat contre les humains, ton territoire jouissait finalement d’une paix tant espérée depuis si longtemps... mais il fallait que tu te retrouves embarquée dans toute cette histoire. Franchement, quel enfer. Enfin, pendant ce temps, une petite bestiole qui semblait parfaitement se fondre dans cet environnement s’approchait de toi, avant de débiter un flot de paroles incompréhensibles.

Elle venait de t'appeler « élue » ? C’était la deuxième fois que quelqu’un te caractérisait de telle, bien que tu n’aies pas la moindre idée de sa signification. Puisque tu pouvais communiquer aisément avec tout être vivant, tu t’attendais pouvoir soutirer quelques informations à la créature, mais celle-ci venait de s’enfuir tout aussi vite qu’elle venait d’apparaître. Peut-être que ta présence en tant que louve, et donc par extension, prédatrice, l’avait fait s’échapper ? Peu importait, tu te retrouvais aussi peu avancée qu’au départ.

Une intervention d’Amarok te ramena bien vite à la réalité, te signalant qu’il avait un mauvais pressentiment. Comme pour amplifier ses dires, une odeur inconnue, ni animale, ni humaine, te parvenait de plus en plus, accompagnée de bruissements de feuilles au loin, se rapprochant dangereusement. Tu te redressas brusquement, scrutant les alentours de tes pupilles habituées, avant de lancer un puissant :

— Qui est là ?

Tu caressais du bout des doigts ta dague, qui ne te servait qu’à chasser pour te nourrir et serait sans grande utilité face à un être humain, comme pour te donner un peu plus de confiance. Ce n’était pas de la peur — Tu étais forte et possédais un bon mental —, mais surtout de l’appréhension avec l’accumulation des évènements tous plus étranges les uns que les autres. Si au moins l’on daignait te fournir une explication digne de ce nom.

HRP:
 
©️MangaMultiverse
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1201
Yens : 51
Date d'inscription : 27/04/2015

Progression
Niveau: 70
Nombre de topic terminé: 33
Exp:
3/6  (3/6)
avatar
Byakuya Kuchiki ¤ Inconnu ¤

-



MessageSujet: Re: Sauvageonne & Sebonbanana   Mar 18 Oct - 20:53




La déception était encore grande et torturante. Un pas après l'autre, les blessures sur son ventre et le long de son corps rappelait à Byakuya sa cuisante défaite face à cet être aux yeux étranges. C'était la deuxième depuis son arrivée ici. Déjà la première fois, il s'était sacrifié pour un village minable qui n'en valait pas la peine, et avait subi de très très lourds dégâts. Il se sentait si faible qu'il avait l'impression d'être inutile, et ce sentiment était très dure à porter, même pour quelqu'un d'assuré et de calme comme lui. Il avait perdu l'habitude d'avoir peur et de ce caché derrière autrui. Etant à la tête de la plus noble famille su seireitei, il avait toujours combattu avec fierté et gloire. Il n'en faisait rien paraître, mais intérieurement, il était actuellement meurtri. Il ne supportait pas être privé de sa force, et devenir aux yeux des autres un vulgaire combattant de second ordre, même pas capable de toucher son adversaire de façon critique. À quoi lui servait les centaines d'années d'entraînement aujourd'hui ? Que lui restait de la force qui avait fait son prestige il y a encore si peu de temps.

Se tenant le ventre, et marchant de façon légèrement boiteuse, le shinigami avait encore quelque traces de sang sur ses habits et sa tête. Le petit garçon qu'il avait croisé n'avait pu que lui stopper l'afflux de sang en faisant un bandage, mais les plaies étaient encore vives. Leur douleur apportaient au capitaine une nouvelle part de frustration. Quelle lamentable présentation... il était pitoyable, ce sceau bridant ses meilleures attaques. Il maudissait ceux qui étaient finalement au même statu que lui : les dieux. Lui shinigami, eux êtres suprêmes, et c'est eux qui menait la danse. Une fois les pouvoirs revenus, Byakuya se promit d'aller les défier.

Mais pour l'instant, en bougeant une branche, il sursauta légèrement, quand une voix forte et bien assurée demanda qui arrivait. Le chef des kuchiki regarda plutôt mollement qui avait parlé, et découvrit une jeune fille à la tenue plutôt campagnarde, maquillée aux joues. Il la fixa sans bouger un instant, pas le moins du monde impressionné, puis il jugea qu'il n'avait de loin pas l'envie de parler. Il n'avait pas la tête à ça. Il reprit alors lentement son chemin, sans décrocher un seul mot, ne serait-ce que pour répondre à sa question. Il l'ignora simplement, se replongeant dans ses sombres pensées.


                             

                     

             

     

Revenir en haut Aller en bas
Messages : 97
Yens : 957
Date d'inscription : 02/10/2016

Progression
Niveau: 1
Nombre de topic terminé: 0
Exp:
0/6  (0/6)
avatar
Kyrrð ¤ Inconnue ¤

- En ligne



MessageSujet: Re: Sauvageonne & Sebonbanana   Jeu 20 Oct - 18:55

Sauvageonne & Sebonbanana

— Ft. Byakuya Kuchiki —



Tu semblais, de prime abord, des plus méfiantes, à l’écoute du perturbateur de ton environnement. Perdue, dans un monde dont tu n’avais même pas conscience. L’unique raison pour laquelle la panique ne te détruisait pas demeurait la présence salvatrice de ton frère au plus profond de ton être. Il t’accompagnait, te guidait, te permettait de résister en cette situation inconnue. L’auteur de ton inquiétude apparaissait, finalement, sous tes yeux. Il avait tout l’air d’un humain parfaitement normal. Peut-être que tes sens ne fonctionnaient plus aussi bien qu’auparavant ?

Ce fut là ta première pensée, avant que tes pupilles ne distinguaient les quelques blessures parsemant son corps. Du... sang ? Blessé. Il était blessé. Et pour toi, ce simple fait changeait absolument tout ; te laissant sombrer dans un tourment d’interrogations, ne te préoccupant plus de ta seule incompréhension, mais de son histoire, aussi.

Ton interlocuteur, après t’avoir observé durant un court laps de temps sans témoigner le moindre changement d’expression, t’ignora, tout simplement, avant de continuer son chemin.

— Hé ! lâchas-tu, presque inconsciemment.

Tu serras légèrement les poings en signe d'incertitude, ne sachant si tu devais obéir à ton instinct, qui te poussait à suivre cet être en difficulté, ou ta raison, qui te rappelait que l’humanité n’était pas digne de confiance... Non, en fait, c’était très clair : tu allais agir sans la moindre réflexion, comme à ton habitude. Tu ne vaudrais pas mieux qu’eux si tu fermais les yeux face à la détresse d’une existence, peu important son origine. Et, s’il s’avérait que cet individu ne méritait définitivement pas ton aide, tant pis, cela ne confirmerait que plus ta haine viscérale envers eux.

Même si ton frère risquait de désapprouver cette idée, tu ne pouvais décemment pas rester sans agir face à une telle situation d’infortune.

— ... Attends !

Tes pieds, nus, décidèrent de rattraper son pas boiteux. C’était surréaliste, toi, suivant volontairement un humain ? Qu’essayais-tu donc de faire ? La visée de tes actes se dévoilait pleinement égoïste, en réalité, profitant à prouver que tu n’étais pas comme eux ; différente. Que tu pouvais surmonter ta misanthropie pour attester de la bonté de ton âme, dans le but de démontrer la distance entre toi et les Hommes.

N'ayant qu'une maigre, voire inexistante, expérience en rapports humains, tu tentas vainement un :

— Tu devrais arrêter de bouger. Tu sais que le sang peut attirer des prédateurs ? Et c’est certainement la dernière chose que tu souhaites.

Voilà. Une situation à éviter par tous les moyens. Premièrement, cet individu ne semblait définitivement pas en mesure de se défendre face à une quelconque bête sauvage. Deuxièmement, si tel en devenait le cas, tu ne pourrais pas pardonner à un Homme s’attaquant à une créature sans raison valable, d’autant plus en étant l’unique responsable de sa situation. Bref, il fallait à tout prix éviter cette funeste possibilité. Et ton frère, Amarok, insistait pour que vous tentiez de récupérer des informations sur ce qu’il t’arrivait actuellement, n’ayant pas d’autre solution que de passer par cet humain, vu la tournure des évènements.

Alors, ravalant ta haine, te concentrant sur les uniques raisons te poussant à agir — Ce qui, en soi, étaient des efforts assez importants —, tu tentais d’engager la conversation, toi, l’enfant-louve, avec un des leurs ; te confortant, t’imaginant que ton attitude possédait un caractère inéluctable.

©MangaMultiverse
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1201
Yens : 51
Date d'inscription : 27/04/2015

Progression
Niveau: 70
Nombre de topic terminé: 33
Exp:
3/6  (3/6)
avatar
Byakuya Kuchiki ¤ Inconnu ¤

-



MessageSujet: Re: Sauvageonne & Sebonbanana   Jeu 27 Oct - 16:44




Le capitaine stoppa ses pas quand la jeune fille l'interpella une nouvelle fois. Que lui voulait-elle ? Désirait-elle aussi savoir la minable raison de son état actuel ? N'avait-il pas déjà assez honte pour en rajouter une couche ? Voilà ce que pensa spontanément le shinigami, avant que la jeune élue ne lui explique la véritable intention derrière son appel. En étant ainsi tâché de sang, apparemment, le capitaine allait attirer... des prédateurs ? De quoi parlait-elle ? De bête sauvages ou d'ennemies qui profiterait de sa faiblesse pour l'attaquer ?

Lentement, il se tourna vers elle, et l'observa plus longuement. À voir son accoutrement de roturière, elle devait avoir beaucoup d'attirance pour la nature, et la possibilité qu'elle pense plutôt aux attaques animales en le mettant en garde sembla plus plausible. Il était vrai maintenant que l'odeur de son liquide de vie pouvait réveiller l'instinct de survie de ces bêtes, et dans son état, il n'était même pas sûr de le tenir. Démoralisé, il n'était plus sûre de rien. Après un instant de silence, il déclara.

Êtes-vous une spécialiste des habitants de cet environnement ? Êtes-vous certaine qu'il rôde ici des êtres potentiellement attirés par de la chaire humaine ? Car il se trouve qu'en arrivant ici il y a plus d'une année, j'étais dans le même état et rien ne...

Il ne put finir sa phrase, car il fut pris d'une toux soudaine et continue, qui finit par se transformer en crachage de sang. Ceci eut pour conséquence d'à nouveau faire saigner sa plaie au ventre. Les blessures laissés sans véritable soin depuis quelques bonnes heures maintenant manifestaient plus intensément leur besoin de disparaître. Il n'était plus conseillé d'attendre plus avant de se faire correctement soigner. Pour le shinigami, la honte s'agrandissait, mais il devint réaliste. En ces temps de faiblesse, il se devait de compter sur les autres. Elle peut-être ? Il n'en savait rien.

Il ne dit rien de plus quand sa toux fut terminée, trop occupé à gérer le tournis que sa tête avait commencé. Il était dans un état minable, et ça, il avait du mal à l'accepter...

                             

                     

             

     

Revenir en haut Aller en bas
Messages : 97
Yens : 957
Date d'inscription : 02/10/2016

Progression
Niveau: 1
Nombre de topic terminé: 0
Exp:
0/6  (0/6)
avatar
Kyrrð ¤ Inconnue ¤

- En ligne



MessageSujet: Re: Sauvageonne & Sebonbanana   Ven 28 Oct - 0:56

Sauvageonne & Sebonbanana

— Ft. Byakuya Kuchiki —



Tu inspiras un grand coup, de manière à calmer un peu ta respiration. L’humain t’avait finalement répondu. Un pas après l’autre, tu traçais ton chemin dans ta sinueuse recherche d’explications. Pourtant, les paroles de ton interlocuteur ne reflétaient pas réellement ce que tu souhaitais entendre. Elles sonnaient vides, comme s’il n’avait pas saisi la profondeur de ton avertissement ; comme s’il ne voyait pas l’essentiel. D’ailleurs, il ne réussit même pas à terminer son discours qu’il fut pris d’une violente toux.

— Peu importe. Une proie blessée est une proie de choix.

Ta rencontre semblait bien à même de t’apporter un peu d’aide dans ta quête de réponses. Il était déjà venu ici, il y a un an. Cet Homme connaissait les lieux et sûrement ce Monde. Parfait ! Voilà de quoi te remonter un peu le moral. En attendant, il semblait bien mal en point, au point de cracher du sang. Vraiment, il serait « inhumain » — Douce ironie — de le laisser continuer sa route et croiser un quelconque danger. Tu ne doutais pas vraiment de ses capacités en temps habituel, mais là, cela semblait légèrement épineux.

— Je préférerais éviter que le sang ne coule dans cet endroit..., ajoutas-tu dans un murmure, principalement à toi-même.

Alors que cet humain se débattait avec son mal, tu tendis tes deux mains en sa direction... mais rien ne se produit. Tes pouvoirs ne fonctionnaient pas, ne semblaient même plus capable de soigner une vulgaire blessure. Serrant la mâchoire en signe de frustration, il te faudrait user de moyens plus rudimentaires, qui devraient tout de même s’avérer efficaces, avec de la chance. Tu n’étais pas vraiment versée dans les arts de guérison, possédant juste quelques connaissances basiques acquises au cours de tes longues années d’existence. Juste de quoi te permettre de survivre à ce genre de blessures, dans ce genre de milieu.

En tout cas, sans doute ton interlocuteur ne t'écoutait même plus, au vu de son véritablement piteux état. Il avait besoin d'aide, c’était une pure évidence.

— Tu devrais t’asseoir, je ne tiens pas particulièrement à ce que tu t’évanouisses. Je peux arrêter l’écoulement, si jamais tu te laisses faire.

Tu aurais voulu prendre des précautions, beaucoup de précautions, en dépit du temps qui s’égrenait. Au cas où, parce que même si tu souhaitais sincèrement ne pas abandonner un être en souffrance, lui offrais ton aide volontairement — En espérant pouvoir lui soutirer quelques informations par la suite, cela dit —, il demeurait complètement impossible de s’assumer en parfaite sécurité ou même, simplement, en droit d’agir ainsi, malgré tous tes beaux discours contre l’humanité.

Mais tu ne pouvais pas attendre ici, à réfléchir ou attendre un quelconque accord. Tu te concentras donc sur son abdomen, qui t’apparaissait comme la partie la plus touchée.

— C’est bizarre...

Ce sont sûrement des blessures causées par un Homme, beaucoup trop nettes pour être le fait de morsures animales ou autre chose du même type. Les humains s’attaquaient ainsi, même entre eux ? Tu déglutis, tentant de ne pas te concentrer sur ta colère, mais plutôt sur les soins. Effectuant un point de compression, à l’aide de tes deux mains, à l’endroit où le sang semblait s’échapper majoritairement, tu réfléchissais à la suite. Retirer les vieux pansements. Impossible de nettoyer les plaies ici, ce qui n’était pas très indiqué d’après tes souvenirs, mais tant pis, il ferait avec. D’autant plus que, malheureusement, tu ne connaissais absolument pas ce lieu, ni les points vitaux de cette forêt.

À la base, tu étais une adepte de laisser les bobos à l’air libre pour leur permettre une bonne cicatrisation, mais là, sans doute préférerait-il des soins plus « humains », sans compter que les plaies pouvaient toujours se rouvrir s’il ne se posait pas un peu. Peut-être qu’un bout de tes vêtements suffirait, comme substitution. C’était des habits humains, après tout, ça devrait bien faire l’affaire. Tu en déchiras une partie sans plus de cérémonies, à un endroit peu visible et camouflé par ta fourrure, avant de lui prodiguer un bandage de fortune.

Poussant un long soupir, te demandant vraiment ce que tu faisais ici après coup, tu lui lanças :

— Bon, ça devrait suffire pour l’instant, c’est le mieux que je puisse faire. Mais si tu ne leur laisses aucun temps, elles continueront de s’ouvrir encore et encore.

Jusqu’à ce qu’il se fasse encore attaquer, ou pire, tu n’en savais rien. En tout cas, ton frère loup, qui attendait ce moment avec une certaine impatience et frustration non camouflées, se fit remarquer par ta personne. Tu répétas, mot pour mot, ce qu’il te dictait dans ton esprit.

— Du coup... J’aurais quelques questions à poser, c’est assez important, si tu es en état d’y répondre.

HRP:
 
©️MangaMultiverse
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1201
Yens : 51
Date d'inscription : 27/04/2015

Progression
Niveau: 70
Nombre de topic terminé: 33
Exp:
3/6  (3/6)
avatar
Byakuya Kuchiki ¤ Inconnu ¤

-



MessageSujet: Re: Sauvageonne & Sebonbanana   Ven 4 Nov - 19:53




Après la toux, le tournis persistait, à tel point que le capitaine se déplaça comme il pouvait jusqu'à un arbre pour s'y appuyer, assis. Puis, respirant irrégulièrement, il tenta de supporter sa douleur comme il le put. Il ne prêta aucune intention aux premières phrase de la jeune fille, tant il était occupé à subir ses maux. Quand il fut à nouveau capable de prendre en compte ce qu'il entourait, ce fut pour entendre l'élu de Minshu lui proposer son aide... encore... et il fallait se rendre à l'évidence, dans son état, il ne pouvait plus continuer seul... en plus, avec la guerre qui se préparait, se promener blessé à Kosaten devenait très inconscient. Le danger pouvait être partout, comme à Handa il y a peu. Le capitaine avait pris cette attaque comme les prémices d'une guerre sans merci. À défaut d'avoir pu se battre avec tous les capitaines contre Aïzen et protéger ce qui lui était cher, il se retrouve à combattre comme un faible pour une cause qui ne le concerne en aucun point. Quel désolation... Presque à contre-coeur, le shinigami finit par répondre.

Très bien, fais ce dont tu seras capable...

Elle se mit donc à l'œuvre, et le sabreur ne put réprimer une grimace quand elle pressa sur ta plaie. Par réflexe une main se souleva, dans l'optique de repousser d'un coup sec cette action, mais il l'arrêta juste avant qu'elle ne touche sa cible. Conscient de la gravité de ses plaies, il se devait de prendre sur lui. Il se força à imaginer que la 4e division se chargeait de ses plaies, l'espace d'un instant, pour se calmer. Mais au fond de lui, il savait qu'il ne guérirait pas ici, comme il pouvait le faire entre les mains de la section du capitaine Ounoana. Sa main retomba et il attendit patiemment que la jeune fille eut fini. En fait, elle n'avait pas l'air d'en savoir beaucoup plus que le jeune garçon qu'il avait rencontré il y avait quelques minutes, mais au moins, elle paraissait légèrement plus mature...

Quand elle lui prodigua un dernier conseil, il laissa un court silence, avant de simplement déclarer.

J'en suis bien conscient...


Elle exprima son besoin de lui poser des questions. Elle avait dû retenir dans les propos du shinigami juste avant sa toux qu'il était à Kosaten depuis un certain temps. Du coup, il pouvait penser que ce n'était pas son cas à elle. Ce n'était pas la première fois qu'il renseignait des personnes dans ce nouveau monde, et comme elle l'avait aidé, certes à sa manière, mais elle avait tout de même arrêté les saignements, il se montra indulgent.

Que désires-tu savoir ?


                             

                     

             

     

Revenir en haut Aller en bas
Messages : 97
Yens : 957
Date d'inscription : 02/10/2016

Progression
Niveau: 1
Nombre de topic terminé: 0
Exp:
0/6  (0/6)
avatar
Kyrrð ¤ Inconnue ¤

- En ligne



MessageSujet: Re: Sauvageonne & Sebonbanana   Dim 6 Nov - 23:26

Sauvageonne & Sebonbanana

— Ft. Byakuya Kuchiki —



Ce fut, non sans un léger étonnement de ta part, bien entendu, qu’il abdiqua et t’offrit la liberté de procéder, comme demandé. Pourtant, tes pupilles ébène le remarquèrent bien rapidement, à l’instant même où tu t’occupas de lui compresser la plus importante plaie, son bras se releva, dans un mouvement dont la trajectoire t’apparaissait toute tracée.

Tu serras instinctivement la mâchoire en plissant légèrement le regard, suivant vaguement sa main des yeux. Bien sûr, ce n’était certainement pas une sensation agréable, tu le comprenais aisément. Mais tu avais énormément prit sur toi, pour ton propre intérêt, certes, mais aussi le sien. Et il s’agissait là d’un acte qui aurait difficilement — Voire pratiquement impossiblement — eu lieu dans ton Monde originel. Tout ce changement te bousculait, te poussant carrément à lui apporter ton aide.

Ainsi, tout ne tenait qu’à un fil ; un fil qu’il tenait entre ses doigts. Heureusement, il sembla se reprendre, rabaissant finalement sa main. Mais si jamais il s’était risqué jusqu’à la finalité de son geste, tous tes efforts auraient été réduits à néant. Il représentait ta première rencontre en Kosaten (Monde dont tu n’as pas encore conscience, cela dit), alors le moindre faux pas pourrait entièrement modifier ton comportement et la manière dont tu décidais d’aborder tout ceci.

En tout cas, ta tâche terminée, il démontra son accord pour répondre à tes questions ; questions que tu lui sommas sans attendre. Commençant par le plus basique, mais rigoureusement important.

— Où sommes-nous, exactement ? Je ne me souviens de rien, je me suis retrouvée ici, sans même l’avoir décidé. Et malheureusement, je ne ressens plus la moindre présence du lieu où je me situais à l’origine.

Tes pouvoirs aussi te posaient un certain problème. Enfin, « tes », ceux que ton frère daignait bien t’offrir. Parce que sans eux, tu ne représentais rien ; rien de plus qu’une vulgaire humaine, dénuée de la moindre possibilité de se défendre face à un quelconque danger. À la base, dévoiler ton inutilité forcée aussi clairement au premier humain venu n’était peut-être pas une excellente idée, mais étrangement, vu le cours de la situation actuelle, cela ne t’inquiétait pas réellement.

— Pourquoi ne suis-je plus capable de rien ? J’ai l’impression d’avoir perdu jusqu’à la moindre de mes... capacités.

Cinq petites lettres revinrent se frayer un chemin dans tes pensées, auparavant énoncées à ta personne. On te l’avait répété plusieurs fois depuis ton arrivée, alors tu désirais bien connaître la signification de ce mot ; ce mot qui finirait par bercer toute ton existence, sans que l’éventualité ne frôle actuellement ton esprit. Ce mot qui, bientôt, régnerait sur tes choix et actions, décisions et obligations, et dont il te faudrait beaucoup plus de temps pour ne serait-ce qu’accepter son lien avec toi.

— Ah... Et que signifie le terme « élue » ?

Le plus transcendant étant posé, il te restait bien une ultime question qui te brûlait les lèvres ; une question qu’il te fallait absolument lui hasarder, mais tu décidas de le laisser, tout d’abord, digérer tes premières interrogations, de te répondre à celles-ci, avant de ne daigner la lui asséner.

©MangaMultiverse
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1201
Yens : 51
Date d'inscription : 27/04/2015

Progression
Niveau: 70
Nombre de topic terminé: 33
Exp:
3/6  (3/6)
avatar
Byakuya Kuchiki ¤ Inconnu ¤

-



MessageSujet: Re: Sauvageonne & Sebonbanana   Sam 12 Nov - 20:49




Alors qu'elle continuait de le soigner, le capitaine resta silencieux. Il écoutait d'une oreille ses questions, que quelque part, il aurait pu aisément anticiper. En effet, ces questions était les siennes il y a plus d'une année. Les nouveaux qu'il avait rencontré posaient aussi les mêmes questions quand il les rencontrait. C'était un cercle éternel, et pourtant bien logique. N'importe qui agirait de la même façon en arrivant ici. Il prit un instant pour rassembler ce qu'il savait sur le sujet, puis commença.

Cet univers a pour nom "Kosaten". C'est un monde parallèle au tien qui invoque des combattants afin de défendre ses terres.


Il se replaça contre l'arbre, sentir la douleur de son ventre s'atténuer sans pour autant s'enlever. Après un soupir de fatigue dû à son état, il poursuivi ses explications.

Cette faiblesse que tu ressens présentement s'explique par un sceau ornant ton corps, scellant la majeur partie de tes capacités. Tu ne les retrouves qu'avec le temps et l'entraînement. Je suppose qu'ils agissent ainsi pour anticiper les évidentes tentatives de rébellion.

Puis, la jeune fille parla d'élu. Ce terme énerva intérieurement le shinigami, mais il n'en fit rien paraître. Il détestait cet appellation qui supposait un consentement à une nation, chose qu'il refusait catégoriquement de faire tant que Minshu ne lui avait pas montré sa valeur. Pour lui ce royaume ne valait rien, et il était hors de question de le servir. Après cette réaction réflexe, le capitaine calma sa colère et répondit.

Elu signifie toutes les personnes dans ta situation, extirpée de leur monde pour rejoindre celui-ci. Elles sont réparties entre trois royaumes: Fuyu, Seika et Minshu...


Il ne parla de son sceau à lui, car il répugnait à l'idée de déclarer qu'il était soumis à la nation du serpent. Pour lui, ce n'était pas la vérité. Il était libre malgré sa faiblesse actuel. Aucune nation ne l'obligerait à quoi que ce soit. À ce stade, il ne connaissait pas la véritable puissance de persuasion du sceau et pensait qu'un peu de volonté suffisait à le contrer. Il se tut après ceci, jugeant qu'il avait répondu aux questions. Si elle en avait d'autres, elle allait probablement les poser, alors il les attendit, silencieusement...



                             

                     

             

     

Revenir en haut Aller en bas
Messages : 97
Yens : 957
Date d'inscription : 02/10/2016

Progression
Niveau: 1
Nombre de topic terminé: 0
Exp:
0/6  (0/6)
avatar
Kyrrð ¤ Inconnue ¤

- En ligne



MessageSujet: Re: Sauvageonne & Sebonbanana   Sam 19 Nov - 21:17

Sauvageonne & Sebonbanana

— Ft. Byakuya Kuchiki —



— Qui ?

Ce fut là, tout d’abord, l’unique mot que tu parvins à lâcher. Il représentait une grande partie de tes doutes. Ce « qui » définissait l’identité même de l’origine de toutes ces péripéties, de ton arrivée en Kosaten, des changements qui débutaient, à l’instant présent même, leur modification de ton être tout entier. Tu te trouvais à l’infranchissable limite de lui supplier des réponses, des explications, espérant futilement qu’elles pourraient te sauver. Toi, dans cette imprévisible situation, te surprenait même à converser avec un humain.

Comprenant tout ce que cela impliquait, tu continuas, pour t’ôter d’un léger doute.

—  Qui est capable, ici, de nous « invoquer » ? Qui possède suffisamment de puissance pour nous arracher ainsi du Monde d’où l’on provient ? C’est complètement fou... Un sceau capable de brider les capacités ?

Si c’était une blague, c’en était une de très mauvais goût. Malheureusement, il ne rigolait pas, tu le voyais bien. La moindre des syllabes qu’il épelait respiraient la vérité ; la cruelle vérité. On ne peut plus sérieux, l’Homme t’apportait des réponses qui, au fond, t’offraient plus de mal que de bien. Tu avais du mal à assimiler le fait qu’il s’agissait d’un monde parallèle, mais cela clarifiait la plupart de tes craintes.

— Je serais donc une élue. Allons bon, grognas-tu.

Une pure évidence. Pourtant, ce fait te dérangeait. Tu n’avais rien demandé, il en était hors de question. On t’avait qualifiée de telle, sans même que tu n’en comprennes le sens. Mais laissant ce point de côté, tu préféras te concentrer sur la suite de son discours. Fuyu, Seika et Minshu, hein ? Mieux valait retenir ces noms, certainement.

— Est-ce que tu peux m’en dire plus sur ces trois royaumes ? Je ne comprends pas... Si nous sommes répartis ainsi, comme tu le dis... J’appartiendrais à l’un d’eux ?

Puis, te rendant compte de l’absurdité de ta question, tu enchaînas :

— Ah ! C’est impossible.

Comme si tu allais accepter être définie par un vulgaire sceau, un futile statut d’élue ainsi qu’une injuste soi-disant appartenance à une des trois factions. Tu détestais cela. Vraiment. Ce genre d’emprise sur ta liberté représentait définitivement le pire. D’ailleurs, tu ne savais même pas pourquoi tu avais énoncé ceci à voix haute, à côté de cet humain. Tu commençais à bouillonner intérieurement, autant, tu avais réussi à vivre cette transition assez calmement jusqu’à présent, cette avalanche de révélations ne pouvait que te déplaire.

Comment osait-on te dépouiller de ton individualité contre ton gré ? Tu ne comptais pas te laisser avaler par Kosaten si facilement...

— Mais dis-moi... Qu'est-ce qui a bien pu te valoir, ici, un tel état ?

A moins que des ténèbres bien plus imposantes ne régnaient en cet endroit, telles que tu n'imaginais même pas. ©MangaMultiverse
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1201
Yens : 51
Date d'inscription : 27/04/2015

Progression
Niveau: 70
Nombre de topic terminé: 33
Exp:
3/6  (3/6)
avatar
Byakuya Kuchiki ¤ Inconnu ¤

-



MessageSujet: Re: Sauvageonne & Sebonbanana   Lun 21 Nov - 16:42




Loin de vouloir s'arrêter, la jeune femme continua de poser des questions. Même dans son état second, cela agaça le capitaine. Il n'avait pas envie de causer plus longtemps avec elle et désirait se remettre sur pied le plus rapidement possible pour décoder des prochaines opérations à mener. Maintenant qu'il parcourait ce monde depuis un bout de temps, il devait agir à l'intérieur. Faire bouger les choses à sa manière. On lui avait dit qu'il fallait servir un dieu, mais il en était hors de question. Sa fierté de capitaine ne pouvait se le permettre, et si réellement il ne devait avoir d'autres choix, ce serait seulement après une ardente bataille pour résister.

À vrai dire, il aurait espéré que ses premières réponses suffiraient à la jeune sauvage, mais loin de tout cela, elles alimentèrent plutôt une curiosité nouvelle chez elle. Il soupira lentement, forcé d'y répondre pour être quitte avec les soins qu'il avait reçu... jamais il n'était tombé aussi bas, c'était désespérant.

Je ne sais pas exactement, mais il semble très probable que le responsable de ta venue ici soit de l'ordre du divin. C'est l'un des trois dieux qui gouvernent piètrement ce monde. Quant aux autres royaumes...  

Il laissa cette phrase en suspens pour réfléchir.

... je ne connais que très peu de chose sur eux. Il semble que le nôtre soit honteusement le plus faible des trois et qu'il a une alliance avec Seika. Le dernier serait donc la bête noire de ce monde, mais de ce que j'ai pu observé, seul un être vaut vraiment la peine d'être craint... il se nomme Zayro. En ce qui te concerne, il me suffit d'observer ton faciès pour me rendre compte que tu es prisonnière du même dieu que moi.  

Puis, elle mit malencontreusement le doigt où ça faisait mal. Raconter sa défaite plus qu'humiliante à n'importe qui ? Hors de question... il resta immédiatement évasif, et n'allait pas répondre davantage en cas d'insistance. Cet évènement touchait sa fierté.

Je... j'ai défendu ceux qui n'ont rien avoir avec toute cette stupidité...
                             

                     

             

     

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

-



MessageSujet: Re: Sauvageonne & Sebonbanana   

Revenir en haut Aller en bas
Sauvageonne & Sebonbanana
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Sauvageonne & Sebonbanana
» Demande de la sauvageonne
» La belle et la sauvageonne
» Freyja, enfant du Chaos [Guerrière]
» La sauvageonne & le renard [PV]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Manga Multiverse ::  :: République de Minshu :: Forêt luxuriante-


Crédits : Design : Phoenix & Pingouin Règlements & Contexte : Phoenix
Forum optimisé pour Google Chrome.