Partagez | .
Une louve, deux pingouins et une amnésique.
Invité Invité

-



MessageSujet: Une louve, deux pingouins et une amnésique.   Dim 30 Oct - 0:41



feat. Von & Anglerfish Team
Une louve, deux pingouins et une amnésique.
Bruits de clic et bruits de dood, bruits de clac et bruits de dood. En boucle, en boucle, sans arrêt "Clic, dood, clac, dood". Tels étaient les premiers sons entendus par une jeune fille au beau milieu d'une usine. Que faisait-elle là ? Sur un tapis roulant, suivie et suivant des pingouins l'observant avec une étrange fascination. Personne ne disait le moindre mot, derrière elle, on entendait juste d'autres clics, d'autres clacs et d'autres doods.

Etrange réveil pour Fuka Kazamatsuri, tout ce qui lui restait de sa chute dans les bras de Morphée étaient sa  batte et son sac à dos. Elle observait autour d'elle, ces étranges pingouins s'agitant, courant dans tous les sens et hurlant "Dood !" à tout va. Et enfin le tapis roulant sur lequel elle était s'arrêta. Elle en descendit, se retrouvant face à l'un de ces étranges pingouins.

Bienvenue en enfer, dood ! C'est étrange, on avait plus assez de peau pour te faire un costume complet de Prinny, dood ! Dans tous les cas, je m'appelle Alto, enchanté, dood !


C'est quand ce "Prinny" nommé Alto finit enfin ses présentations qu'une grande lumière blanche vint l'aveugler, lui et Fuka. Elle n'avait même pas eu le temps de répondre "MAIS C'EST QUOI CE BORDEL ?!" qu'elle tomba dans l'inconscience.

Les minutes passèrent dans le noir complet, des minutes de plus en plus longues dont le silence fût brisé par une lueur de Soleil doux. Fuka et Alto ouvrirent lentement les yeux et cette fois, la jeune fille put s'exprimer librement.

Mais c'est quoi ce rêve absurde là ?!


Les deux étaient allongés au milieu de ce qui semblait être plusieurs lacs. Fuka se redressa et attrapa le Prinny, encore endormi, par les épaules. Il finit enfin par ouvrir les yeux, tombant sur le visage sévère de l'adolescente.

Ah t'es là toi, dood ? Qu'est-ce qu'il s'est passé, dood ? C'est drôle tiens, t'as qu'une casquette en forme de Prinny, dood.


J'en ai aucune idée ! Dis-moi comment on se réveille tout de suite !


Se réveiller ? Mais on dort pas, dood.


Fuka ne pouvait visiblement rien tirer de ce stupide pingouin imbécile heureux. Quel trait de la personnalité de la jeune fille il pouvait bien représenter ? Etait-ce juste une absurdité créée par son esprit ? Pas la moindre idée. Fuka se leva sans rien dire, prenant Alto, sans raison apparente sous son bras gauche, attrapant sa batte de l'autre main. Puis elle se mit à marcher à travers les lacs.

On va où, dood ?


Peu importe, tant que ça permet de me réveiller.


Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Une louve, deux pingouins et une amnésique.   Dim 30 Oct - 1:21



Une louve, deux pingouins et une amnésique
feat. Fuka Kazamatsuri et Von



 
???
Allongée au bord de l'eau



Sur les galets

Cela faisait bien une bonne vingtaine de minute que la jeune fille avait reprit conscience. Et pourtant, épuisée, même après avoir eu l'impression de dormir pendant ce qui semblait être un fragment trop grand de l'éternité. Ses jambes, ses bras, tout son corps était gravement faible et douloureux. A vrai dire, elle ne savait même pas si elle était encore en mesure de bouger ses orteils, mais elle sentait qu'avec difficulté, elle arrivait à remuer son dos ses jambes et ses bras, mais rien de plus. C'était bien la première fois qu'elle se retrouvait dans un état d'épuisement aussi avancé, comme si elle avait conquis l'Everest à deux reprises en moins d'une journée. Mais contrairement à ce que pourrait donner une expédition sur le toit du monde, la jeune lycéenne avait été envahi d'une chaleur des plus perturbantes, comme si... Non, elle ne préférait pas penser pourquoi cela avait put arriver, ni comment. Actuellement, c'était certes une préoccupation, mais plutôt mineure...

Puisqu'elle ne savait déjà même pas où elle se trouvait. Elle sentait dans son dos une multitude de galet rond, qui initialement était un peu douloureux, mais c'était supportable. Il suffisait qu'elle évite de trop remuer son corps pour que le lit de pierre fasse son office. C'était loin d'être ce qu'on pouvait décrire comme étant confortable, mais c'était suffisant pour l'accueillir un temps... Plus qu'incertain. De plus, elle sentait régulièrement le contact d'une eau tiède contre l'arrière de sa tête... Elle voulait bien savoir où elle se trouvait, mais elle n'avait pas la force de bouger sa tête, et la seule chose qui captait son attention actuellement était ciel bleu, parsemé de beau et somptueux nuages, ainsi que le sommet de quelques peupliers. Rien de bien tropical, à vrai dire, mais la chaleur ambiante lui avait fait remarquer cela...

Mais pire que d'être perdue, pire que d'avoir les cheveux mouillés ou un galet dans le dos, la jeune fille, rousse de son état, avait comme pouvait-on dire un mal de chien à se remémorer la moindre chose... Ses plus récents et seuls souvenirs semblaient dater d'il y a quelques minutes encore, lorsqu'elle ressenti pour la première fois le contact de l'eau et cette douce chaleur qui traduisait encore en elle des sensations qu'elle n'aurait pas penser avoir d'une telle manière, surtout en se réveillant dans un tel endroit. Bien des craintes, infondées, lui venaient en tête, mais faute preuve elle ne pouvait rien en tirer... D'autant que cet endroit était comme son esprit : vide.

Elle n'arrivait à rien. Son âge ? Elle ne l'avait pas. Quel était le numéro de là où elle habitait ? Aucune trace. La couleur de ses yeux ? Absolument aucune idée. Son nom ? Perdu à jamais. C'était une bien triste journée pour elle, tout du moins c'était ce qui s'annonçait, car avant de pouvoir réussir à se relever, la jeune fille allait devoir attendre encore bien des heures... Et cette attente n'allait pas se faire sans douleur... Alors faute de mieux, elle se contentai d'observer les nuages, essayant de les assimiler à des formes connus. Un chien ? Elle arrivait à savoir ce que c'était, mais... Impossible pour elle de si elle en avait déjà vu ou non... Ni même d'où elle connaissait cette espèce animale...

En tout cas, ce qu'elle n'avait pas put voir pour le moment, c'était que son haut blanc et que sa jupe verte étaient encore humides, mais surtout que des traces rouges étaient encore visible... Des traces avec une odeur particulière, que les prédateurs pouvaient reconnaître entre mille... Et autre détail, une arme, posée juste à coté de son bras... Un MP40, qui étrangement avait suivi la jeune fille, mais pouvait-il témoigner des horreurs qu'il avait vu ? Non, mais était-ce heureusement ou malheureusement... Tout dépendait du point de vue... Toutefois, ce fut à cet instant que la jeune fille entendit des pas sur les galets, trahissant qu'une personne ou quelqu'un approchait...

Revenir en haut Aller en bas
Messages : 104
Yens : 1097
Date d'inscription : 02/10/2016

Progression
Niveau: 1
Nombre de topic terminé: 0
Exp:
0/6  (0/6)
avatar
Kyrrð ¤ Inconnue ¤

-



MessageSujet: Re: Une louve, deux pingouins et une amnésique.   Dim 30 Oct - 2:25

Louve, pingouins & amnésique

— Ft. Fuka et Saori —



Ton pas se faisait rapide, voire inquiet, en direction inconnue. Tu prenais le temps, parfois, de combler ton ennui avec celui qui partageait ton être ; ton parasite — Frère, ton frère —, toujours de bon conseil concernant ta sécurité. D’ailleurs, valorisant la prudence, tu avais pris grand soin d’éviter la ville humaine distinguée au loin (La Capitale de Kansei, ce que tu ne sais pas, mais après tout, ça t’est bien égal, pas vrai ?), quitte à la contourner et augmenter énormément ton temps de marche.

Tant pis, c’était un sacrifice nécessaire à la conservation de ta stabilité, après tout. Ce que tu cherchais ? Aucune idée. Mais rester éternellement au même endroit ne te mènerait sûrement à rien. Prenant ton courage à deux mains, tu avais finalement quitté ton refuge temporaire, non sans un léger regret. Et puis, tu ne pouvais plus perturber l’équilibre d’un tel lieu, pas après tes deux rencontres —  Humaines, toujours —  là-bas.

Enfin. Te voilà donc en vagabondage ; libre. Tu finis par arriver (Arriver, arriver, ce n’est pas comme si tu possèdes une destination particulière, Von, tu erres, tout simplement) dans un endroit assez particulier, mais calme. Le genre de lieu qui ne devait pas grouiller d’Hommes, pas vrai ? Un grand espace, parsemé de lacs de taille variable. Parfait pour te ressourcer en paix. Mais, bien sûr, rien ne se déroulait jamais comme tu le souhaitais, en Kosaten.

Tu l’apercevais, se dessinant au loin, la forme d’une — Supposée — jeune fille, allongée (Blessée, ça devrait te sauter aux yeux, personne ne s’allonge ainsi en plein milieu de nulle part, Von, mis à part peut-être toi) sur les galets, à la frontière même entre terre et eau d’un des lacs. C’était exactement le genre de situation dans laquelle tu ne pouvais t’empêcher de réagir, en dépit même de la nature de l’individu concerné. Tu juras mentalement à Amarok que ça tombait toujours sur toi, ce genre de situations. Évidemment, tu accéléras quand même le pas pour te rendre compte, arrivée à sa hauteur, que son regard te semblait étrangement vide.

— Hé ! Est-ce que ça va ? Tu m’entends ? Tu peux bouger, tu...

Tes mots se stoppèrent lorsque ton regard divergea vers ses vêtements, légèrement tâchés de sang dont l’odeur te parvenait enfin. Métallique. Écœurante. Et, pour t’achever — Métaphoriquement —, juste à côté de son bras, tu découvrais un objet bien étrange, mais dont l’utilité t’apparaissait évidente. Beaucoup plus sophistiquée que tout ce que tu avais pu voir (Ou subir, subir le feu destructeur des Hommes, Von, souviens-toi), mais c’était bien une arme. Et il n’y avait pas eu un seul élu croisé en Kosaten qui n’en possédait pas une, affirmation que tu peinais à reconnaître ; qui te confortais dans le fait que cette humaine devait forcément avoir vécu des évènements assez difficiles pour se retrouver dans cet état.

— Mais... Que t’est-il arrivé ?

Puisque la violence semblait monnaie courante, ici-bas. Tu ne supportais pas ça, vraiment. Détestable humanité qui n’apprendrait donc jamais, détestable, détestable. Tu repris ton souffle, te calmas. Légèrement troublée par cette vision, tu hésitais. Il ne fallait surtout pas la bouger. Attendre qu’elle te réponde, déjà, puis s’assurer qu’elle ne souffrais pas d’un quelconque traumatisme physique ; ou pire. Attendre, juste attendre. Mais tout allait bien se passer, il n’y avait aucune raison que la situation dérape. Tout irait bien.

Même si ce n’était jamais suffisant, pour Kosaten. Ce que tu voyais en relevant la tête, là-bas, qui s’approchait — Dangereusement, à tes yeux — de toi, c’était une silhouette, pas vrai ? Une silhouette humaine. Mais c’était trop tard, Von, tu ne pouvais tout de même plus faire machine arrière maintenant. Et, de ce que tu tentais de distinguer, elle transportait dans sa main droite un objet bizarre, comme un gros bâton en bois taillé ? Mais tu ne voulais pas réellement savoir ce que c’était, ni à quoi ça servait... Et sous son bras gauche se trouvait une espèce d’oiseau bleu (Un pingouin, ça ressemble à un pingouin, mais tu ne le sais pas, Von, tu n’en as jamais vu)... sûrement ? Certainement, la plus étrange des rencontres possibles en Kosaten.

Un être humain à gérer, c’était déjà beaucoup pour tes pauvres nerfs, mais alors deux...

©MangaMultiverse
Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Une louve, deux pingouins et une amnésique.   Dim 30 Oct - 2:54



feat. Von & Anglerfish Team
Une louve, deux pingouins et une amnésique

Une marche des plus rapides, une marche qui semblait ne mener nulle part car le seul paysage qui se dessinait était d'avantages de lacs. Toujours plus de lacs et encore des lacs. Il ne manquait plus que ça, pourquoi de tous les endroits dont on peut rêver, il fallait que ce soit celui-ci dans lequel Fuka tombait ? De plus, il fallait supporter Alto qui n'arrêtait simplement pas de parler de choses insignifiantes comme la couleur de l'eau ou son envie de sardine. Tout ça était long, d'autant plus qu'il n'y avait personne à l'horizon.

Ou pas, après plusieurs minutes de marche, deux silhouettes se firent apercevoir. Celle d'une fille debout et celle d'une autre allongée dans un des lacs. A cette vue, Alto finit enfin par se dégager du bras de Fuka pour se précipiter sur les deux filles.

Salut ! Avec l'autre là, on est perdus, dood ! Vous pourriez nous orienter, doo-eh ! Mademoiselle, vous êtes pleine de sang, dood ! Vous allez bien, dood ?


Puis il fût rapidement rejoint par Fuka dont le premier réflexe fût de lui mettre un grand coup de batte sur le crâne avant de rediriger son regard vers les deux inconnues. Elle se pencha au-dessus de celle allongée avant de lui tapoter le front du bout de la batte. Puis elle se redressa, tendant la main à la fille debout.

Yo. Je m'appelle Fuka Kazamatsuri, je suis ta créatrice et ceci est mon rêve.


Je t'ai déjà dit qu'on était pas dans un rêve, dood ! Me frappe plus jamais comme ça ! Ca fait mal, dood !


La ferme le pingouin ! Ta voix est insupportable !


Alto se contenta d'aller bouder dans un coin tandis que Fuka observait la fille au sol. Elle n'avait pas l'air aussi amochée que ça au final, à part les quelques traces de sang et le pistolet, elle avait l'air d'aller plutôt bien. Du moins, du point de vue de Fuka. Elle ramassa l'arme à feu avant de l'essuyer et de la mettre dans son sac à dos. Pourquoi avait-elle fait ça ? Un moyen de défense en plus n'est pas négligeable. Elle finit par redresser la fille au sol avant de tapoter chaque zone de son dos pour en voir l'état. Puis elle lui mit un coup sur le haut du crâne avant de se relever et de demander :

Bon, vous êtes qui et je suis où ? Ce rêve commence sérieusement à m'agacer en plus de me donner envie de pisser.


Je suis pas un pingouin, je suis un Prinny, dood. Je suis pas un pingouin, je suis un Prinny, dood...


Murmurait Alto dans son coin. Sa libération des enfers commençait bien, il se retrouvait avec une fille violente et bâtarde qui le traitait comme un chien. Il se releva avant d'appuyer son front sur la jambe de la fille inconnue debout. Pendant ce temps, Fuka prenait la fille allongée sur son dos.

A partir de maintenant, cette fille-là, j'en fais mon esclave ! Tu t'appelle... Comment je vais t'appeler ?


Tu peux pas juste décréter que quelqu'un est ton esclave comme ça espèce de malade ! Même moi, j'ai péché toute ma vie, je respectais plus les gens, dood !


Je vais t'appeler Akagi. Parce que t'es rousse. Eh toi à côté ! Tu peux me dire où est le village le plus proche ? Tant qu'à avoir une esclave, autant qu'elle soit en bonne santé ! Profites-en pour me dire comment tu t'appelle.


Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Une louve, deux pingouins et une amnésique.   Dim 30 Oct - 10:31



Une louve, deux pingouins et une amnésique
feat. Fuka Kazamatsuri et Von



 
Akagi ?
Sur le dos de Fuka



Bizarre, ou juste un rêve ?

Même si la situation dans laquelle la jeune fille se trouvait était assez inconfortable, elle n'y pouvait pas grand chose. Quelques bâillement, tout au plus, en attendant qu'elle puisse réussir à bouger en partie ses jambes et ses bras, jusqu'à pouvoir marcher. Bon, elle craignait de s'affaisser tant un seul mouvement était difficile, mais c'était probablement l'une des seules choses qu'elle pouvait espérer faire. Car après tout... Elle semblait être totalement perdue, ce qui lui faisait tout de même bien douter de ses chances d'être retrouvée par quelqu'un... Ce qui, à la longue, pourrait être dangereux... Mais elle ne perdait pas espoir, loin de là. Avec quelques heures de repos, elle serait en forme et elle pourrait sans difficulté apprendre où elle était, ce qu'elle faisait ici et surement quelques renseignements sur elles, qui deviendraient tout de suite évident. C'était juste que là... Elle n'arrivait pas à s'en souvenir, trop préoccupée par sa situation actuelle.

Néanmoins, lorsque des bruits de pas sur les galets se firent entendre, ce fut pour elle un grand soulagement. Elle ne savait pas du tout de qui il s'agissait, mais personne de sensée ne la laisserai dans cet état. Des gens iraient forcément à sa rencontre, voir si tout allait bien, et si besoin l'amener à un endroit plus confortable que des galets. Par exemple, un hôtel ! Elle pourrait s'y reposer dans un grand lit et prendre un bain bien chaud... Mais tout ça semblait étrangement loin, en fait, comme tout ce à quoi elle pouvait penser... Sauf les galets, qui eux se faisaient ressentir depuis bien trop longtemps.

Finalement, ce fut une voix féminine qui vint déranger celle dont l'arrière de la nuque était bercée par l'eau. Sa voix semblait visiblement inquiète, mais elle se pencha vers la jeune fille lui permettant de voir son visage... Enfin, ce qu'elle pouvait distinguer, parce que sa vision était assez... Floue. La fatigue en était probablement en grande partie responsable, ce qui l'empêchait donc de dire avec certitude à quoi elle ressemblait... Mais elle pouvait être sure d'une chose : il s'agissait d'une jeune femme, un peu plus âgée qu'elle, aux cheveux marrons et habillée de beaucoup de blanc. Bref, un portrait qui était le premier que la jeune fille mémorisait, même s'il était incomplet, et elle prit le temps d'essayer de savoir s'il était connu ou non, mais... Aucune familiarité... Toutefois, il fallait lui répondre, puisqu'elle avait poser quelques questions :

Bonjour ! Et bien... Je ne saurais pas vraiment le dire, mais hormis que j'ai mal un peu partout, je pense que je vais bien, mais... Je n'arrive presque pas à bouger.


Cela était au moins rassurant, cette personne allait surement porter secours à la jeune fille, et les choses rentreraient dans l'ordre. Mais c'était sans compter de nouveaux bruits de pas dans la direction opposée, qui se ponctuèrent par deux voix... Celle d'une jeune fille, et l'autre... Indéterminée. Honnêtement, elle n'arrivait pas à dire à quoi pouvait correspondre la voix aux "dood"...

Toutefois, la jeune fille perdue grimaça lorsqu'un long objet de bois lui tapota le front. Certes, ce n'était pas spécialement méchant, mais... C'était surtout très perturbant... Disons que la situation venait littéralement de prendre une discussion beaucoup plus perchée, alors que la voix féminine se nommait comme étant Fuka Kazamatsuri, et que... C'était un rêve ? Pourtant du peu qu'elle savait, la jeune fille sentait tout de même bien tout, que ce soit la fatigue, la douleur et bien le bout de sa batte. Si elle avait put se pincer pour vérifier, elle l'aurait fait, seulement... Une autre information entra de nouveau dans son esprit... Un pingouin ?

L'autre voix appartenait à un pingouin ? Encore une chose bizarre qui se rajoutait sur un nappage de mystère des plus perturbant. Dans ce qu'elle savait, les pingouins étaient des animaux, et... Les animaux ne parlaient pas... Etrangement, cela fit pencher grandement la balance du coté du rêve. Si c'en était un, c'était perturbant, mais... Pourquoi pas ?

Toutefois, elle sentit son corps se faire redresser, avant de se faire palper le dos, qui était très douloureux à cause du temps qu'elle avait sur les galets, avant de recevoir  un coup sur le crane qui lui envoya une atroce douleur partout sur le corps et qui la fit de nouveau chuter, alors qu'elle grimaçait sous l'effet du coup ! Pourquoi avait-elle fait ça ? Ça faisait très mal ! Taper sur les gens était une chose répréhensible ! Ça, elle en était sûre !

Seulement, elle n'avait pas la force de protester, et hormis un "Aie" de douleur, elle ne put pas spécialement faire autre chose... Etrangement, il était difficile pour cette grande bavarde de communiquer, sentant sa cage thoracique se comprimer un peu plus à chaque seconde, ce qui manqua de lui couper le souffle, avant qu'elle expire un grand coup, et que la suite ne se joue... Elle fut tirée et amenée sur le dos de cette étrange et violente personne nommée Fuka, et la suite n'allait pas forcément pour lui plaire ! Devenir une esclave, même en rêve, cela n'était pas enviable, mais pouvait-elle protester ? Pas vraiment... Elle se limita donc de très rares signaux : Un non de la tête, qui lui fit une misère sans nom, et un regard implorant envers l'autre personne, qui ne semblait pas elle lui vouloir de mal...

Seulement, Akagi... Etait bien actuellement le seul nom qu'elle pouvait avoir. Elle se sentait juste totalement perdue, et dans l'immédiat, elle ne pouvait simplement pas se souvenir de son nom, même après une somme considérable d'effort... Bon... Temporairement, elle allait s'appeler comme ça, même si... Ce n'était pas véritablement voulut.

Revenir en haut Aller en bas
Messages : 104
Yens : 1097
Date d'inscription : 02/10/2016

Progression
Niveau: 1
Nombre de topic terminé: 0
Exp:
0/6  (0/6)
avatar
Kyrrð ¤ Inconnue ¤

-



MessageSujet: Re: Une louve, deux pingouins et une amnésique.   Dim 30 Oct - 23:56

Louve, pingouins & amnésique

— Ft. Fuka et Saori —



La rouquine répondit vaguement à tes questions, ce qui aurait dû te rassurer, mais tu avais vraiment un très mauvais pressentiment concernant les deux nouveaux arrivants.

Le supposé animal (Pingouin, le supposé pingouin) s’avança le premier et se mit à... à parler ? De manière parfaitement compréhensible, en plus ! Tu te retrouvais complètement étonnée de la capacité de cette bestiole. Ironique venant de toi, mais c’était très inhabituel ; dans ton monde, seuls les Esprits pouvaient communiquer en un langage humain. Et il avait l’air de tout, sauf d’un Esprit, c’était sûr ! Puis il terminait toutes ses phrases en « dood », ce fameux Alto. Après sa présentation, il demanda de l’aide pour s’orienter, ce dont tu n’avais pas la moindre idée (Tu es perdue en permanence, Von, tu vas là où tes jambes te portent), malheureusement pour eux.

Et tu n’eus même pas le temps de lui répondre que la demoiselle qui l’accompagnait le frappa violemment sur le crâne, avec son espèce de bâton bizarre. Qui s’avérait être une arme, en fait. Évidemment. La dénommée Fuka Kazamatsuri déblatéra des absurdités — Notamment le fait que tout n’était qu’un rêve — avant de te tendre la main, geste que tu ne comprenais pas et qui t’arrachas simplement un mouvement de recul. Surtout qu’elle ne t’apparaissait pas très rassurante, avec ses coups ! Tu ouvris la bouche sans que le moindre son ne franchisse la barrière de tes lèvres, nageant en plein choc. Aucune réaction de ta part lorsqu’elle subtilisa l’arme à feu pour la ranger dans son sac, ni quand elle vérifia manuellement l’état de la rousse, mais quand la brune lui asséna un coup sur la tête, les mots sortirent tout seuls.

— Mais t’es malade ou quoi ! Tu ne vois pas qu’elle est mal en point ?

Sûrement, cela équivoquait à discuter avec un sourd. Alto murmurait dans son coin des paroles que tu pouvais légèrement entendre, avant de venir poser son front contre ta jambe. Il te faisait un peu de peine, quand même. Devoir voyager avec une humaine, qui plus est aussi violente.

— Tu n’es pas un pingouin, tu es un Prinny... C’est ça ?

De toute manière, les deux termes sonnaient absolument inconnus à ta personne.

Puis tu ne te sentais pas, mais alors pas du tout à l’aise. Là, la situation te dépassait et tu détestais ça. Tout ce que cette Fuka Kazamatsuri faisait ou disait frôlait le non-sens absolu, d’ailleurs, tu te gardais bien de lui répondre pour l’instant. Dangereuse et égoïste, voilà ce qu’il en ressortait. Purement, tout ce qu’il lui importait semblait se résumer à sa propre personne. Tu priais intérieurement Amarok pour qu’il te sorte de là, tout en étant parfaitement consciente qu’il ne pouvait pas te tirer de cet enfer (Mais tu y as mis les pieds toute seule, Von, tu le sais).

La jeune fille récupéra la blessée sur son dos avant d’annoncer en faire son esclave — En plus de lui donner un nom —, et honnêtement, ça ne ressemblait pas du tout à une blague.

— C’est pour ça que je déteste tant les humains, grinças-tu.

Cela dit, la brune disait vrai sur un point : si la demoiselle en détresse nécessitait des soins, ce serait ceux d’une personne compétente, par extension, logeant très probablement dans un village ou une ville. Mais là, il importait plus de ne pas la laisser commettre un acte aussi déraisonné. Tu serras instinctivement les poings (Tes douces mains qui ne peuvent pas faire le moindre mal tant tu es faible) avant de lui rétorquer :

— Non, non, non ! Tu ne vas prendre personne avec toi, surtout pas pour en faire ton esclave !

La tournure des évènements devenait bien trop compliquée. D’ailleurs, il ne te semblait pas avoir véritablement répondu à la moindre de ses questions (Volontairement lorsqu’elle t’avait demandé ton nom, parce qu’il est précieux, pas vrai ? Tu ne veux pas le laisser fuir dans les oreilles de n’importe qui, hein, Von ?), ce à quoi tu pallias immédiatement.

— Tu n’es pas dans un rêve, encore moins le tien, mais en Kosaten, Fuka Kazamatsuri. Le simple fait que j’en sois consciente le prouve. D’ailleurs, je n’ai pas la moindre idée d’où se trouve le village le plus proche, ni même où on se trouve exactement. Mais ce que je sais, c’est que tu n’enlèveras pas « Akagi », ni n’en feras ton esclave ou quoique ce soit d’autre.

Oui, bon, puisque son identité demeurait inconnue, autant l’appeler ainsi. Tu lui demanderais son nom plus tard. Enfin, si jamais on t’en laissait l’occasion. Tu tentais quand même la conversation, on ne savait jamais, peut-être que Fuka se dévoilerait réceptive ? Sinon, tu userais d’un autre moyen de persuasion. Surtout que la pauvre Akagi remua faiblement sa tête de gauche à droite et semblait te supplier du regard. Et ça, ça ne pouvait que te pousser à vouloir l’aider, la sortir de ce que tu considérais comme une pure injustice.

©MangaMultiverse
Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Une louve, deux pingouins et une amnésique.   Lun 31 Oct - 1:06



feat. Von & Anglerfish Team
Une louve, deux pingouins et une amnésique
La fille en bon état avait bien sûr râlé au moment où Fuka avait mis un coup sur le crâne d'Akagi. Personne n'était donc foutu de comprendre qu'un bon coup sur le crâne était la meilleure solution pour se remettre les idées en place ?! L'adolescente l'observa longuement avant de tendre sa batte vers elle et d'annoncer :

Tu réfléchis cinq minutes ? Elle a pas les idées en place ! Moi, la seule solution que je connaisse pour réveiller quelqu'un c'est un bon coup sur la tête !


L'autre commença enfin à s'intéresser à Alto qui boudait dans son coin, elle au moins, avait compris qu'il n'était pas un bête pingouin mais un Prinny. Même si ce statut était loin d'être valorisant vu qu'il avait péché toute sa vie. Il se releva brusquement en se mettant au garde à vous.

Oui, dood ! Un Prinny, dood ! La réincarnation d'un humain qui a péché toute sa vie, dood !


Et enfin, la fille en bon état se mit à râler. Elle n'aimait pas les humains ? Et elle était quoi elle ? Un pingouin ? Si Fuka ne réagit pas, Alto encouragea la démarche, en effet, Fuka n'était plus humaine, c'était une âme errante, un Prinny inachevé, une chose destinée à devenir esclave dans le NetherWorld.

Ahem, je me permets de rectifier, dood. Cette fille n'est même pas humaine, dood. Elle a tellement fait d'erreur dans sa vie qu'elle a été bannie en enfer, dood. Et s'il restait assez de peau, elle serait exactement comme moi, dood.


Aha ! C'est là que tu te trompe ! J'ai été gentille toute ma vie ! Donc si j'étais morte, je serais au paradis, pas en enfer ! Ce qui est une preuve indéniuble, indroniable, indé-bref, c'est une preuve que tout ça est mon rêve !


Et puis la fille continua à râler. Pourquoi fallait-il que la notion d'esclavagisme soit si mal vue même dans un rêve ? De plus, dans son subconscient, elle était reine, Fuka faisait ce qu'elle voulait quand elle voulait. Cette fille était agaçante à la fin ! Représentait-elle la bonne conscience de la Kazamatsuri ? Mais quelle bonne conscience énervante ! De plus, elle déblatérait des choses incompréhensibles. Des gosses sans gluten ? C'était n'importe quoi... Fuka tendit sa batte en sa direction avec un sourire malicieux.

Ha ! On est dans mon rêve ! Je fais c'que je veux ! Et si je veux que cette fille soit mon esclave, elle le sera !


DOOD ! Ca suffit vous deux ! Peu importe ce que Fuka va faire d'Akagi ! L'important c'est de la soigner, dood ! Si vous voulez vous crêper le chignon, vous ferez ça plus tard, dood !


Hein ? C'est possible de faire des crêpes avec des cheveux ?



Fuka, elle était toujours sur la crêpe aux cheveux, quelle pouvait en être la signification ? Peu importe, elle sentait que cette fille allait l'agacer avec son histoire d'esclavagisme pas bien, pas gentil. Elle soupira, baissant enfin sa batte, mais toujours avec un regard malicieux. En effet, elle avait beaucoup d'idées en tête, des choses qu'elle n'oserait faire qu'en rêve. Et elle comptait bien les utiliser sur la rouquine.

C'est bon, j'ai compris madame la bonne conscience, je laisse tomber l'idée d'en faire mon esclave... Mais en échange, je réserverai le droit de tenter un truc avec elle une fois qu'elle sera rétablie... Après tout, je suis dans un rêve, j'ai bien le droit de tester des trucs.


Tu me fais peur, dood... Qu'est-ce que tu compte faire, dood ?


Rien qui implique de la violence ou de la douleur en tout cas. Bon, allez, on va marcher au pif, on finira bien par tomber sur un village.Mais avant, Alto, tu vas partir en éclaireur.


Euh, dood ?


Des gouttes de sueur coulaient sur le front d'Alto, qu'est-ce que cette malade allait faire ? Fuka avait bien entendu l'intention de l'envoyer valser le plus loin possible façon home run, cependant, une Akagi sur le dos et sa batte dans la main, faire autre chose en même temps allait s'avérer compliqué.

Nan, rien, laisse tomber en fait. Avec la rousse sur le dos, je peux pas faire ce que je voulais faire.


J'espère que tu pensais pas à me lancer, dood ! Les Prinnies explosent quand ils sont lancés, dood !


Fuka fit comme si elle n'avait rien entendu et se mit en route en sifflotant, espérant être suivie par l'autre fille et Alto. Le Prinny s'était caché derrière la brune, ayant réellement peur de ce dont Fuka était capable.

Dood, je me doute que t'en as pas vraiment envie mais faudrait la suivre et je veux pas faire ça tout seul... En plus, je le sens pas ce dont elle a parlé sur Akagi, dood. Elle a les idées de traviole et si elle a fini en enfer, c'est sans doute pas pour rien, dood.


Allez ! On s'active ! Ou je vous apprends comment on fait un vol plané façon home run !


Les minutes passèrent en marchant sans que Fuka ne se retourne pour vérifier si les deux autres la suivaient et enfin, un village se fit apercevoir. Un petit ensemble de maisons en bois dans lequel il devait bien y avoir un médecin ou deux. Fuka se plaça au milieu de la place centrale et hurla :

Un médecin please ! On a une rousse amochée et il faut la soigner.


Si les quelques personnes sur place observaient étrangement le petit groupe, une vieille femme s'approcha avant de tirer Fuka par l'épaule jusque dans une maison. Alto la suivit en courant, histoire d'être sûr que cette femme n'était pas un problème.

En effet, cette petite a besoin d'aide. Allongez-la dans le lit là-bas, je vais l'examiner...

Merci madame, dood ! Vous nous sauvez, dood !


Fuka s'effectua sans dire un mot et elle s'assit sur une chaise à proximité. Cette maisonnette était très rustique, on aurait dit une hutte tellement elle était petite et mal conçue. Alto lui, monta sur le lit, à côté d'Akagi, sautillant sur place avec le mou du matelas. Finalement, il se retourna vers la brune.

Désolé pour tout ça, dood ! On se rattrapera comme on peut, dood !


Mouais, moi tant que je peux faire mes tests, je suis contente.


La vieille femme commença à ausculter Akagi pendant plusieurs secondes suite auxquelles elle fit un signe de pouce en l'air aux personnes dans la salle. Puis elle partit, elle aussi sans rien dire. Ce rêve était totalement absurde, Fuka y rencontrait n'importe qui et n'importe quoi. Au moins ça avait le mérite d'être divertissant, émotion que l'adolescente ne laissait, évidemment pas du tout transparaître.

Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Une louve, deux pingouins et une amnésique.   Lun 31 Oct - 12:30



Une louve, deux pingouins et une amnésique
feat. Fuka Kazamatsuri et Von



 
Akagi ?
Dans un lit



Traitement sans antibiotique

Plus cette conversation avançait, plus il était certains que quelque chose n'allait pas dans l'esprit de tous ces gens autour. La plus saine ira-t-on dire, celle qui s'était approchée en premier pour s'enquérir de l'état de la rousse, était d'après ses quelques paroles une personne qui vivait habituellement marge de la société, pour considérer qu'elle puisse détester les humains alors qu'elle en avait les traits... Ou alors, c'était une autre chose, qui en avait l'apparence... C'était assez déroutant, mais pas assez pour que cela inquiète rousse, qui entre un état de fatigue extrême, des douleurs qui s'aggravaient chaque seconde et l'incapacité de se souvenir même des choses les plus simples sur elle... Mais tout cela, même réuni, n'était rien par rapport aux deux derniers personnages qui avaient eu le don de sauter dans le plat les deux pieds joints avec de l'élan.

Un pingouin qui pouvait parler. Rien que ça suffisait à ce que l'amnésique soit pleinement consciente que quelque chose ne tournait pas rond. Bon, à vrai dire, selon les explications qui avaient été rapidement fournies par le duo... Ce n'était pas un pingouin, mais... Un prinny, qui était la réincarnation d'un humain ayant mal agi durant sa vie... Et qui donc devait être banni en enfer...

Tout à fait normal pour un rêve...  Akagi ne se souvenait pas qu'elle pouvait avoir une sorte de fantasme sur les pingouins, mais... Il semblait qu'elle se découvrait un peu plus à chaque phrase... Même si le tout ensemble n'avait absolument aucun sens. Mais bon... Pouvait-on dire qu'un rêve en avait ? Uniquement pour ceux qui avaient fait des études et qui étaient en état d'analyser, ce qui... N'était pas du tout le cas de la jeune fille, qui gémissait encore alors que celle qui la portait remuait telle une véritable pile d'énergie...

Et parlons-en d'elle, de cette Kazamatsuri... Ses projets étaient des plus étranges... Déjà, elle se considérait comme étant la rêveuse, et... Il semblait que ses domaines étaient l'agressivité, la violence et les mauvaises idées... Puisqu'elle voulait réduire en esclavage la rousse, avant de changer d'avis suite à l'opposition de l'autre jeune femme, pour finallement se résoudre à, dans un futur proche, expérimenter quelque chose avec elle... Ce qui, bien évidement n'allait pas pour la rassurer... Mais pouvait-elle s'y opposer ? Non, car actuellement, la chose dont elle avait le plus besoin était d'une main secourable, et tous s'étaient mis d'accord sur un point : Il fallait apporter la nommée Akagi jusqu'à un village pour qu'elle puisse y recevoir des soins...

Elle n'avait peut-être pas suivit l'intégralité de la conversation, étant trop amoché pour cela, mais... Il était certains d'une chose, c'était que ce petit groupe commençait à se déplacer en direction d'un village, puisque même si elle n'utilisait pas ses jambes, la blessée ressentait chaque pas, et cela avait le don de l’amocher encore plus... Avant que, finalement, ils arrivent dans un village, où un médecin fut immédiatement sollicité, et rapidement trouvé.

La rousse fut donc allongée dans un lit, un peu mou, un peu rustique, mais pas forcément très désagréable. Au moins, ce n'était pas un nouveau lit de galet, et elle s'en satisfaisait plutôt bien, essayant de faire un léger sourire aux personnes qui l'accompagnaient pour indiquer qu'elle allait un peu près bien, même si ses traits trahissaient qu'elle luttait contre une douleur croissante. Après tout, même si elle avait reçu un violent coup sur la tête de la part de Mlle Pingouin, elle pouvait lui pardonner. Elle semblait être encore une enfant, et elle avait essayée de bien faire, même si ses méthodes étaient très clairement à revoir... Après tout, même dans un rêve, la rousse avant le défaut de s'attacher assez facilement à ses cadettes, même si, aujourd'hui, elle n'était pas vraiment en état de pouvoir aider et guider comme elle le faisait habituellement...

Finalement, elle fut auscultée avec rapidité, la vieille femme qui lui servait de docteur vérifiant en appuyant un peu partout sur son corps, parfois de manière un peu brutale, si son état était aussi grave que la douleur de la jeune fille semblait indiquer. Mais rien de bien folichon, aucune blessure ouverte, aucun membre manquant, juste de nombreuses traces de sang, des marques dût au fait qu'elle était restée très longtemps sur des galets plutôt inconfortables, et... Des petits objets de métal ? C'était ce qu'elle ressentait, néanmoins au contact du dos de la rousse, et cela lui fit froncer un peu les sourcils... Avant qu'elle ne décide d'aller chercher de quoi s'occuper de la jeune fille. Rien de plus que des herbes, un peu d'eau et du linge propre, car elle ne comptait tout de même pas laisser quelqu'un avec de telles guenilles ensanglantés... A croire qu'elle avait fait la guerre...

Ce fut en tout cas bien rapidement qu'elle revint, avec une bonne poignée d'herbes médicinales, une petite tunique en lin et une gourde remplie d'eau. Le minimum pour soigner cela, d'autant qu'elle avait déjà sur place quelques bandages. Revenant de sa démarche lourde jusqu'à la hutte, elle commença directement en enlevant les vêtements ensanglantés de la jeune fille, qui ne chercha pas à résister, malgré le fait que d'être exposée en sous vêtements devant des inconnus n'avait pas spécialement la faculté de la mettre en confiance...

Pour ceux qui observaient la scène, comme pour la nommée Akagi, c'était un spectacle qui s'offraient. Déjà, les formes mises en valeur de la jeune fille pouvaient faire frétiller quelques hommes en âge, mais à vrai dire, c'était un pâle spectacle devant les nombreuses marques et cicatrices qu'elle avait un peu partout sur le corps. Des marques, des impacts, des blessures à peine refermées partout sur son torse... Et parmi elles, quelques unes avec des petits projectiles metaliques encore au bout, que la doctoresse enleva sans aucune difficulté, avant d'observer ces... Trucs, et de les tendres aux autres protagonistes :

Je sais pas pour vous, mais j'sais pas c'que c'est. Une idée peut-être ?


En tout cas, cela n'empêcha pas la femme de commencer les soins, infusant quelques herbes dans de l'eau qu'elle mit à bouillir, avant de se servir des autres pour apaiser directement la douleur des plaies de la jeune fille, qui arrivait à peine à être consciente...

Revenir en haut Aller en bas
Messages : 104
Yens : 1097
Date d'inscription : 02/10/2016

Progression
Niveau: 1
Nombre de topic terminé: 0
Exp:
0/6  (0/6)
avatar
Kyrrð ¤ Inconnue ¤

-



MessageSujet: Re: Une louve, deux pingouins et une amnésique.   Lun 31 Oct - 23:41

Louve, pingouins & amnésique

— Ft. Fuka et Saori —



Les problèmes ne se résolvaient pas avec un coup sur le crâne, ça, tu en étais certaine.

Surtout concernant une personne blessée ! Pourtant, Fuka semblait y croire dur comme fer. Vraiment, tu pensais y voir de la sincérité. Ce qui signifiait surtout qu’elle ne risquait pas de changer ni d’avis, ni de pratique, de sitôt. Levant les yeux au ciel sans rien répondre, maintenant que c’était fait, tu n’y pouvais plus grand-chose. Et évidemment, puisque juger sans rien savoir appartenait à tes habitudes, Alto rectifia tes dires qui s’avéraient faux. Honnêtement, tu aurais presque pu croire à l’histoire de rêve de la demoiselle vu les absurdités qu’ils te sortaient, tous les deux.

— Donc tu es la réincarnation d’un humain qui a péché... Et elle aurait dû être un Prinny, tout comme toi, mais il ne restait pas assez de peau.

C’était vraiment n’importe quoi.

Mais soit, ils avaient bien le droit au bénéfice du doute, après tout. Et puis, vu le peu de morale que semblait posséder Fuka, tu voulais bien concéder le fait qu’elle avait commis pas mal d’erreurs — Que tu comprenais au sens de « crimes » — durant sa vie, vu son comportement actuel. En tout cas, les concepts tels que l’Enfer ou le Paradis sonnaient complètement inconnus, surtout qu’ils n’étaient, à la base, que le fruit de croyances humaines, donc aucune chance pour toi d’en avoir entendu parler un jour.

Alors que tout ce qui t’importait se résumait à empêcher les agissements irrationnels de ton interlocutrice, celle-ci balaya simplement tes paroles en s’enfonçant dans son illusion de rêve, te pointant de son arme. Ce qui t’agaçait grandement et à quoi tu répondis sans plus attendre.

— Puisque je te dis que ce n’est pas un rêve !

Heureusement, ce fut Alto le Prinny qui mit fin à cette ridicule conversation, recentrant l’objectif sur l’aide à apporter à la rouquine. Et il avait parfaitement raison ! Puis, Fuka sembla recevoir un éclair de lucidité, abandonnant son idée d’esclavage, même si tu ne comprenais pas réellement ce qu’elle racontait par la suite. Soupir d’apaisement.

— Bon, c’est déjà ça...

Apparemment, elle avait aussi prévu de lancer Alto pour l’envoyer en éclaireur, mais se ravisa, pour son plus grand soulagement. Et tu le comprenais. Ah, et les Prinnies explosaient quand ils étaient lancés. Parce que rien ne serait assez fou pour être faux, hein ? Mais Fuka marchait déjà, sans trop savoir où, prenant une longueur d’avance. Ce qui te permit de souffler un peu, de relâcher la pression, tout en prêtant l’oreille à ce que le pingouin racontait.

— Je n’ai plus vraiment d’autre choix, de toute manière. Surtout si tu penses qu’elle a vraiment une mauvaise idée derrière la tête.

Ouais, clairement, tu n’avais pas la moindre envie de les suivre. Puis Amarok te conseillait de ne pas l’écouter, d’arrêter de toujours te mêler de tout, d’agir dès que tu croisais une existence en peine, de réfléchir un peu ! Mais tu avais dépassé le point de non-retour à l’instant même où ton regard s’était posé sur le corps inanimé d’Akagi. Ta bonté te jouerait de très mauvais tours et traîner avec des humains ne pouvait rien donner de bon, de toute façon. Un peu de ton plein gré, un peu sous la contrainte, tu emboîtas donc le pas des deux jeunes filles, suivie d’Alto.

Tu demeurais assez passive, parce que l’extravagance du duo suffisait à épuiser toute ton énergie. Et que tu avais décidé de ne pas laisser tomber Akagi (Même si c’est une humaine, parce qu’au fond, tu es sensible, tu ne peux abandonner un être en souffrance, qu’importe sa nature) à la merci de la brune, dont les pensées demeuraient très incertaines. Après un long temps de marche, vous découvriez enfin un petit village, quelques bâtisses de bois, rien de bien particulier. Enfin, il y avait pas mal d’habitants ici, à tes yeux. Assez pour te laisser mal à l’aise, en tout cas. Et même si tu avais encore du mal à l’admettre, ils ne se dévoilaient pas agressifs ou dangereux, au contraire, puisqu’ils constituaient la dernière chance de secours de la rouquine.

Fuka s’occupa d’interpeller les habitants, jusqu’à ce qu’une vieille dame ne l’entraîne dans une petite maison — La sienne —, avant de demander de poser Akagi sur le lit présent. Alto annonça qu’ils se rachèteraient, alors que la plus jeune (Ou tu le supposais au vu de son physique, même si tu sais que ce n’est pas une valeur sûre, Von, tu en es la preuve) précisa que seules ses expériences lui importaient. Tu détournas le regard, ne sachant pas réellement s’il était préférable qu’ils tentent de se rattraper d’une quelconque façon. Ton corps se posa dans un coin, attendant patiemment tout en observant de ton œil avisé ce qui se déroulait devant toi.

Le supposé médecin commença donc à ausculter la blessée, lui arrachant souvent des grimaces de douleur. Mais la vieille femme sembla faire face à un point qui la dérangeait, avant de sortir de la pièce un instant, le temps de récupérer le matériel nécessaire, puis exposa le corps meurtri, couvert de blessures et cicatrices, d’Akagi à la vue de tous ceux présents. Littéralement criblé de marques, certaines encore ouvertes et d’autres présentant toujours l’objet métallique responsable des plaies.

Une vision d’horreur, tout simplement. Pourquoi les Hommes se faisaient-ils la guerre, même entre eux ? Tu fulminais intérieurement, ravalant ta colère, parfaitement consciente — Ou tu le supposais, en tout cas — de ce dont il s’agissait. C’était juste nettement plus évolué que ce à quoi tu fis face par le passé, et beaucoup plus petit aussi, étrangement. Mais il y avait tellement d’impacts sur son pauvre corps ! Tu t’avanças lorsque la dame tendit les éclats restants, tout en murmurant assez distinctement, mais notamment pour toi-même :

— Le résultat d’une création humaine, évidemment.

Ah... Et après, on s’étonnait que tu les haïsses (Haïr, sans distinction, est un bien grand mot, tu commences à changer, Von, fais attention) autant.

Qui ? Pourquoi ? Comment ? Voilà des questions beaucoup plus importantes, selon toi. Surtout que, bon, à part penser qu’il s’agissait sûrement de projectiles provenant d’armes à feu (destructeur, meurtrier, ce feu-là), tu ne pouvais pas vraiment donner le moindre détail. Mais peut-être Fuka s’y connaîtrait mieux, oui, sans doute même ! Ou le Prinny, il semblait connaître beaucoup de choses aussi ; beaucoup plus que toi, en tout cas.

Une question en particulier te taraudait, celle de connaître les raisons de cette situation, de son état, mais tu prenais sur toi, préférant attendre que les soins soient terminés, que la vieille femme ne finisse sa tâche.

©MangaMultiverse
Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Une louve, deux pingouins et une amnésique.   Mar 1 Nov - 1:48



feat. Von & Anglerfish Team
Une louve, deux pingouins et une amnésique
Akagi était salement amochée, tout son torse était recouvert d'impacts de balles et de restes desdites balles. Et étrangement, personne ne semblait réellement savoir ce que c'était à l'exception de Fuka et Alto. Le Prinny ne savait pas quoi dire, il était coincé entre l'excitation de voir une fille à nu et l'horreur des balafres sur son corps. Il était donc bec-bé. Fuka, elle avait prit l'un des résidus de balles.

Ouais, c'est des munitions d'arme à feu. J'y connais rien, du coup qu'est-ce que ça fout dans mon crâne ? Dans mes rêves, je veux voir un beau prince charmant sur un cheval blanc qui viendrait m'emporter ! Et j'en tomberais amoureuse, on fonderait une famille un royaume et bla bla bla bla bla etc...


L'adolescente était visiblement partie dans un autre monde dans lequel elle aurait préféré être. Sa fascination pour la romance contrastait tellement avec son attitude froide et violente qu'on aurait dit une autre personne. Elle semblait parler dans le vide et Alto tenta de relancer la conversation.

Ahem... Du coup, on fait quoi, dood ? Je suis qu'un Prinny moi, dood. Je peux pas rester tout seul dans un endroit que je connais pas, dood. Et puis on peut pas laisser Akagi toute seule, dood, elle va avoir besoin de repaires quand elle sera rétablie, dood.


Et c'est aux prises d'un terrible dragon qu'il m'embrasserait -Ben je vais te garder avec moi, tu feras un très bon cobaye du subconscient ! Et pour Akagi, je vais la garder aussi, pas en esclave mais avec moi quand même.- Puis nous gambaderions dans une plaine remplie de fleurs de toutes les couleurs en riant et chantant et bla bla bla bla etc...


A nouveau, Fuka repartait dans ses délires solo et pour Alto, le fait d'être sous sa charge et qu'elle s'occupe d'Akagi était une très mauvaise idée. Mais malheureusement la seule à disposition, l'autre fille avait l'air plutôt solitaire et rebutée par le contact social et laisser la rousse seule était la plus mauvaise proposition possible.

Pas le choix j'imagine, dood. Par contre va falloir t'assagir, tu vas t'attirer des ennuis à continuer à te comporter comme ça, dood !


Blabla bla sous la tutelle d'une fée avec trois baguettes magiques et -La ferme Alto ! C'est mon rêve, je fais ce que je veux !- Elle pourrait changer le plomb en or et la peau en diamant bla bla bla piscine de rubis et de miel bla bla bla licornes et bonbon bla bla bla etc...


Au moins elle m'appelle par mon prénom maintenant, dood...


L'air de rien, le fait que Fuka appelle quelqu'un par son vrai nom et pas par un qualificatif aléatoire était un signe de considération assez haut mais du point de vue de n'importe qui, elle ressemblait juste à une lunatique.

Non mais il dit des mots super compliqués le narrateur ! J'y comprends rien ! Faut simplifier ! Une lune à trique ? Un calice figuratif ?


A qui tu parle, dood ? T'as pété les plombs, dood ?


(C'était dans le script qu'elle m'entende ?-Je vois ça écrit nulle part !-On fait quoi ?-Bah on continue...) Hum hum... Dans tous les cas, le ventre de Fuka commençait à gargouiller, elle n'avait rien avalé depuis qu'elle s'était endormie et même en rêve, ça se ressentait. Son ventre émettait des gargouillis très sonores qui ne se ressentaient pas sur le visage intransigeant (Ca veut dire strict, inquisiteur quoi.-Mais le lecteur est pas con, il le sait !-Oui mais Fuka, elle entend et elle est débile !) de l'adolescente.

Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Une louve, deux pingouins et une amnésique.   Mar 1 Nov - 14:27



Une louve, deux pingouins et une amnésique
feat. Fuka Kazamatsuri et Von



 
Akagi ?
Dans un lit



Alitée

Etrangement, ce n'était pas la jeune fille en pleine perdition que ce soit physique ou mentale qui pouvait débiter le plus d'idioties à la seconde. La nommée Kazamatsuri se sentait à vrai dire totalement dans un rêve, et il paraissait maintenant évident qu'elle nageait dans un délire des plus étrange, à la fois aussi emmêlé que des écouteurs ayant été quelques minutes dans une poche, mais semblant aussi cohérent que les rêves enfantins que ferait une jeune fille, ce qui poussait à croire que, malgré le fait qu'elle paraissait physiquement un tout petit peu moins âgée que la rousse, l'être à la batte et aux couettes étaient dans sa tête encore une enfant... Enfin, si l'on excluait les idées d'esclavagismes, de ses expériences perturbantes et de son don inné pour la violence, qu'elle soit animale ou envers ses congénères... En tout cas, il y avait un point sur lequel elle et la jeune femme un peu plus mûre s'étaient mises d'accord : Les petits bouts de métal qui étaient jusqu'à encore peu incrusté dans le corps de la rousse étaient des munitions d'arme à feu, du même type que celle que la maitresse du Prinny avait ramassé directement...

En tout cas, si cela ne fit que sourciller la doctoresse, qui restait assez perplexe sur le sujet, ne comprenant à vrai dire pas toutes ces histoires... Car après tout, entre la guerre, l'animal qui parlait, les jeunes filles qui divaguaient et la prochaine saison des patates qui s'annonçaient, elle avait bien de quoi penser. Seulement, cela eu plus d'effet à la rousse, qui avait bien compris ce qui avait eu autant d'effet sur son corps. Mais cela amenait bien d'autres questions : Pourquoi ? Pourquoi s'étaient-elles fait tirer dessus ? Pourquoi autant ? Comment avait-elle survécue alors que les cicatrices se comptaient facilement par dizaine ? C'était à peine croyable, et pourtant... Rien ne pouvait la renseigner sur le sujet... Car toutes les personnes dans la pièce venaient de la rencontrer, alors que... Qu'elle avait été laissée pour morte... Mais ce qui était aussi étrange, c'était que les blessures qu'elle avait n'étaient pas aussi graves que ce qu'auraient causé des tirs... Le mystère ne faisait que s'épaissir de plus en plus...

Seulement, la vieille soignante elle n'en démordait pas, bien au contraire. Dès lors que ce mystère aussi peu important pouvait-il être avait été donné, elle se remit au travail, terminant d'enlever les bouts de fer, avant de commencer à nettoyer les plaies de la jeune fille. Après tout, il y avait de nombreuses parties de son corps qui étaient encore à vif, tandis que d'autres s'étaient tachés d'une fine particule de sang, notamment au niveau de sa hanche, qui révéla, après passage d'un peu d'eau et d'un bout de tissue sur le coté droit un tatouage, semblable à celui d'un serpent aux crocs sortis, qui semblait avoir l'intention de mordre n'importe qui oserait se mettre face à lui. Et pourtant, il semblait que cette marque ne laissait pas la doctoresse insensible : Elle recula d'un pas, avant de faire un grand sourire :

Et bah si j'avais sût qu'elle était une élue, j'aurais tout de suite amené de quoi la chouchouter ! Vous avez bien fait de me l'amener ! C'est courant qu'on retrouve des élus dans des situations aussi étranges ! D'après ce qu'ils racontent à chaque fois, ils arrivent après un flash blanc intense, et bam, les voilà sur Kosaten. Et j'vous l'dit, chuis pas crédule pour un sous !

Sans attendre une réponse des deux personnes à qui étaient adressés ces paroles, elle mit quelques bandages autour des blessures les plus "graves" de la jeune fille, avant de la forcer à s'allonger, la bordant directement en la forçant ainsi à se reposer. Néanmoins pendant l'opération, elle dût enlever les quelques papiers que la jeune fille avait sur elle. Des cartes, qui avaient subis le même sort qu'elle, et qui n'étaient maintenant plus du tout lisible, entre l'eau, le sang et les balles... Toutefois la rousse avait d'autres paroles à dire, à faire savoir, et ce fut de sa faible voix qu'elle répondit :

Je... Je n'ai pourtant pas souvenir de... D'un tel flash. A vrai dire... Je n'arrive pas du tout à savoir ce qui m'est arrivé... Tous mes souvenirs, tous ce que j'ai vécu... Je ne m'en rappelle pas. Mais merci beaucoup de votre aide, à toutes !

En tout cas, ce fut à la doctoresse de reprendre le fil de la discussion, fronçant un peu les sourcils à causes des divagations ininterrompues de la jeune fille en bleu et de son animal de compagnie. Pour parler autant sans avoir rien à dire... Elle devait être malade aussi ! Etais-ce la fièvre ? Possible, et elle continua en se penchant vers eux :

Et vous, j'imagine que vous êtes aussi des élus non, pour avoir un aspect aussi étrange. Z'êtes sur que vous êtes pas malade ?


Revenir en haut Aller en bas
Messages : 104
Yens : 1097
Date d'inscription : 02/10/2016

Progression
Niveau: 1
Nombre de topic terminé: 0
Exp:
0/6  (0/6)
avatar
Kyrrð ¤ Inconnue ¤

-



MessageSujet: Re: Une louve, deux pingouins et une amnésique.   Mer 2 Nov - 23:52

Louve, pingouins & amnésique

— Ft. Fuka et Saori —



Mal au crâne.

Tout ce que la demoiselle débitait commençait légèrement à te taper sur le système, résonnant encore et encore dans ta tête. Si Fuka continuait comme ça, elle allait mourir. Du peu que tu avais vu, du peu que tu avais vécu, ce Monde semblait bien tortueux, dangereux ; mortel. N’y tenant plus, tu décidas de lui exprimer toutes tes pensées, fatiguée de garder le silence. Même si, finalement, le fond de tes paroles se dévoilait étrangement préoccupé ; préoccupé des trois existences du petit groupe, qui possédaient le droit de vivre.

— Tu te permets de prendre sous ta responsabilité des vies, et ça, c’est un jeu périlleux, Fuka Kazamatsuri. Ce monde est beaucoup plus dangereux qu’il ne semble l’être, même si tu te penses dans un rêve, ça ne change en rien. Tu as beau m'être assez agaçante, je n'ai pas pour autant envie de t'apprendre morte à cause de ton inconscience. Et ça vaut aussi pour Alto et Akagi, je n’ai pas forcément envie de savoir que tu les as entraînés avec toi dans ta chute.

Inspiration. Expiration.

— Par ailleurs... vu l’état d’Akagi, si le quelqu’un qui lui a fait ça la poursuit, je me demande bien comment tu réussirais à lui faire face. J’espère que tu ne t’attends pas à tout surmonter d’un claquement de doigts, j’ai le profond sentiment que ce ne sera pas aussi simple.

Parce que le rêve pourrait rapidement tourner au cauchemar.

Enfin, ta maigre expérience ne te permettait pas encore de connaître avec exactitude ce qui rôdait en Kosaten, mais... il y avait bien de grands démons. Vraiment, le pire du pire de l’humanité, tu le sentais. Et même sans ça, tu trouvais Fuka dangereuse, envers elle et envers les autres.

— Mais je sais très bien que tu n’écouteras jamais rien de ce que je pourrais te dire. Alors, soit, c’est tout ce que j’avais à ajouter sur ce sujet, j’arrêterais avec ça. Ce n’est pas vraiment mon problème, après tout.

Tu haussas les épaules sur la dernière phrase, t’attendant bien à recevoir un énième « Mais de toute manière, c’est mon rêve, j’y fais ce que je veux, gnagnagna ! ». Tant pis. Maintenant, au moins, tu avais énoncé tout ce qui tournait dans ton crâne depuis tout à l’heure. Tu aurais bien voulu qu’elle en prenne compte pour éviter un désastre, mais sûrement était-ce peine perdue. Laissant complètement tomber le problème « Fuka », tu recentras ton attention sur la vieille femme qui semblait avoir découvert autre chose : le symbole de Manshe qui courrait sur la hanche droite de la rousse.

Tu ne t’étais même pas posé la question de si Akagi était une élue ou non, et pour Fuka, ça tombait sous le sens. À vrai dire, ce concept t’échappait encore un peu et ne t’intéressait pas vraiment. Et puis, une vulgaire marque ne devait pas définir la valeur d’une personne, mais le reptile vert qui se dessinait sur sa peau, tu le connaissais bien. Parfaitement identique au tien, vous « apparteniez » à la même faction.

— Attends... Tu as perdu la mémoire ? Tu ne te souviens vraiment de rien, tu es sûre ?
Si tu es ici et que tu possèdes le sceau, tu es forcément une élue et tu as donc forcément vécu la lumière blanche.


Tu te rapprochas de la rousse en relevant les mèches de cheveux qui camouflaient ton front pour lui dévoiler le serpent qui trônait dessus.

— Regarde, on m’a dit que j’en étais une aussi, même si ça ne m’intéresse pas vraiment et que je ne comprends pas tout. Mais ton arrivée ici, ce n’est pas quelque chose qui s’oublie.

Un silence, de ta part.

— Après tout, tu proviens d’un autre Monde. Ce n’est vraiment pas un rêve, contrairement à ce que pourrait penser Fuka : c’est la réalité.

Peut-être qu’elle ne te croirait pas. Tant pis. Tu énonçais des faits, libre à tes interlocuteurs de les écouter ou non. Tu haussas une nouvelle fois les épaules lorsque la vieille femme demanda à Fuka — Et Alto, accessoirement — s’ils n'étaient pas malades, vu les paroles incompréhensibles qu’ils racontaient. Franchement, tu trouvais beaucoup plus étonnant de voir un pingouin qui parlait que deux êtres nageant en plein délire, mais ça, tu te gardas bien de le préciser.

©MangaMultiverse
Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Une louve, deux pingouins et une amnésique.   Ven 4 Nov - 21:20



feat. Von & Anglerfish Team
Une love, deux pingouin et une amnésique
Tiens, la brune semblait s'être réveillé, elle commença à débiter un charabia incompréhensible sur la dangerosité de l'inconscient de Fuka. Bien sûr, l'adolescente en était consciente, ce rêve était plus un cauchemar et dans un cauchemar, on a aucun contrôle.

Bien sûr que je prends la responsabilité de vies... On a beau être dans mon crâne, j'ai aucun contrôle. La preuve, tu continue de me gueuler dessus mais en tant que déesse créatrice et toute puissante de ce monde, je me dois de vous protéger ! Mes larbins me sont précieux !


Alto, lui, avait arrêté d'écouter sa partenaire de route au mot "larbin". Il avait retenu qu'au moins, Fuka assurait une protection et il ne savait pas pourquoi, mais ça lui semblait une garantie. Quand elle eut fini, la vieille femme posa une question. Des élus ?

Hein ? Des élus ? J'en sais rien moi, je me suis endormie et me voilà là. Je m'en fiche un peu en fait.



A-Attendez une seconde ! Fuka s'en fiche un peu mais moi, je veux savoir, dood ! C'est quoi des élus ? Si on en est, comment on peut le savoir ? Avec le genre de marque qu'a Akagi, dood ?


Dans ce cas, je vais faire un test... Si je trouve ma marque du premier coup, je suis vraiment dans un rêve... Je paris qu'elle est... sur mon ventre !


Fuka souleva son uniforme, laissant son abdomen à l'air et, comme prévu et par pure chance, au-dessus de son nombril se trouvait un emblème de dragon bleu.

Ha ! Et une preuve de plus ! Une !


C'était de la chance, dood ! De la pure chance, dood !


Mais Fuka n'avait pas entendu, elle se leva de sa chaise en riant doucement, puis, une sorte d'aura jaune se forma autour d'elle, dégageant une puissance monstrueuse.

HAHAHA ! BIENVENUE DANS MON RÊVE ! SOUMETTEZ-VOUS !


PAUSE ! Il est l'heure de l'explication du régent des enfer ! Voyez-vous, un humain changé en Prinny ne peut normalement utiliser que 30% de ses capacités totales. Mais Fuka est tellement persuadée d'être dans un rêve qu'elle arrive à dégager 100% de ses capacités ! Bien sûr, elle a toujours la limite du sceau mais sa puissance est surhumaine dans la mesure de ses possibles ! Mais assez parlé d'elle ! Je vous fais un concert ?! Un, deux-

STOP ! Donc, où en étais-je ? Ah oui, une aura jaune s'était formée autour de Fuka sous l'oeil totalement perturbé d'Alto, elle était à fond, elle se sentait capable de tout ! Si elle ne faisait pas son test avec Akagi maintenant, elle ne le ferait jamais ! Elle fonça sur la rouquine et la saisit par les épaules.

T'inquiète ! Ce sera rapide et pas désagréable !


Mais qu'est-ce que tu fais ?! Lâche-la, dood !


Mais il était trop tard, Fuka rapprocha rapidement son visage de celui d'Akagi avant de déposer ses lèvres sur les siennes, puis d'insérer sa langue. Plusieurs secondes s'écoulèrent tandis que l'adolescente embrassait Akagi, Alto, bec-bé et la vieille femme bouche-bée. Finalement, Fuka termina son baiser et recula son visage, laissant un léger filet de salive tomber de sa bouche et de celle de la rousse.

Aaaaah ! J'ai toujours rêvé d'embrasser une fille ! L'élu de ton coeur aura de la chance d'embrasser des lèvres aussi douces !


Je n'ai... rien vu... dood...


Enfin, Fuka se rassit sur sa chaise, les bras croisés et avec un sourire de fierté. Son aura jaune avait disparu par ailleurs.

Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Une louve, deux pingouins et une amnésique.   Lun 7 Nov - 19:17



Une louve, deux pingouins et une amnésique
feat. Fuka Kazamatsuri et Von



 
Akagi ?
Dans un lit, sous les draps



Baiser volé

Qu'est-ce qui pouvais être le plus consternant ? L'état physique de la jeune fille, qui devait actuellement avoir la puissance et la menace d'un nourrisson en bas âge, ou bien le fait qu'elle semblait être mentalement totalement à l'ouest ? Après tout, elle avait la marque des élus, elle était porteuse de la volonté divine, à la fois arme et main du puissant serpent qui était responsable de sa venue en ces lieux... Seulement... Contrairement à tous ses semblables... La jeune fille ne trahissait à travers son expérience aucun des symptômes habituels...

Allez savoir, hormis le fait qu'elle n'arrivait même pas à marcher correctement, elle n'était pas spécialement plus choquée qu'un autre. Tout lui semblait... Et bien, normal et nouveau. Elle n'avait même pas à vrai dire conscience de ce que pouvait être un autre endroit... Et même, quand à sa possible perte de puissance... Tout semblait porter à croire que c'était ses blessures (en nombre plus que conséquent à vrai dire) qui en étaient responsable, et pas le sceau d'un divin... Et pour ce qu'il s'apparentait au flash blanc... Elle n'en avait aucun souvenir, ce qui rendait la rousse bien confuse, alors que la plus posée des autres personnes qu'elle avait rencontrée lorsqu'elle était encore allongée sur la rive s'adressa à elle...

Elle avait le sceau... Donc elle était une élue, et donc forcément elle avait forcément vécue ce flash blanc... Mais malheureusement, aucun souvenir... Et tout s'expliquait presque simplement... Elle avait perdue la mémoire. Aussi invraisemblable que cela pouvait paraître, c'était bien le cas, et ses premiers souvenirs étaient encore tous récents, ne datant d'il y avait au maximum une à deux heures... Mais en tout cas, de ses yeux tout de même bien fatigués, elle observa très attentivement le sceau qui trônait sur le front de cette personne... Un sceau, ou tout du moins une sorte de tatouage représentant un serpent... Et c'était donc la même marque qui ornait son corps ? Elle ne pouvait le vérifier d'elle même, mais elle n'avait actuellement aucune raison d'en douter...

D'autant plus que, contrairement à ce que disait depuis le début Fuka... Et ce que pensait tout de même la jeune fille... C'était la réalité. Ce qu'elle ressentait, la douleur, sa faiblesse... C'était des sens trop réel pour être imités avec autant de perfection... Finalement, elle se contenta de baisser un peu la tête... Un peu honteuse de ne pas pouvoir se souvenir de ce qui était inoubliable.

Je suis désolée mais... Je ne m'en souviens pas... Je ne me souviens de rien, pas même de mon nom, ni de qui j'étais...


Toutefois, pendant ce temps... Si le Prinny posait des questions que la rousse ne pouvait pas du tout répondre, qui intrigua tout de même en plus la lycéenne, la jeune fille-pingouin elle se livrait à de curieuses expériences, devinant presque intensément qu'une marque particulière était sur son ventre... Une marque, qui semblait être du même type, mais qui elle représentait elle une sorte de... Dragon ? En tout cas, c'était ce que les gens pouvaient voir, et c'est ce qui fit reculer d'un pas la doctoresse, qui semblait un peu surprise d'avoir une élue de Fuyu sous son toit, mais aussi et surtout de la voir faire une démonstration un peu sommaire de ses pouvoirs... Avant toutefois être encore plus choquée par la suite alors qu'elle se dirigeait rapidement vers la malade, qui écarquillait les yeux, surprise, alors que ce qui allait suivre s'annonçait pour le moins déstabilisant...

Car oui, le fait d'explorer les amygdales d'une autre personne sur un coup de tête avait tout pour l'être... D'autant que ça avait été fait sans le consentement de la rousse, qui si était restée immobile pendant toute la durée de ce contact non-désiré à cause de la panique et de la peur, tournait maintenant rouge écarlate, en s'enfouissant sous les draps de honte. Est-ce que c'était son premier baiser ? Est-ce qu'elle venait de se faire agresser presque sexuellement par cette... Détraquée ?! Elle ne savait pas, et ne voulait pas savoir !

Toutefois, la doctoresse poussa un long soupir, avant de lancer un regard noir en direction de la perturbatrice... Qui avait déjà bien trop perturbée la tranquillité de ces lieux... Si elle était armée d'un balais, une arme à vrai dire bien inoffensive, la vieille femme avait beaucoup de printemps d'expérience, et était autrefois une redoutable combattante, ayant vaincue ours, malotrus et esprits démoniaques à la seule force de cette arme rudimentaire... Autrement dit, en tant que nouvelle élue, la Kazamatsuri avait du souci à se faire

Sortez de ma maison ! Vous avez déjà perturbée bien de trop le repos qu'elle mérite ! Et estimez-vous heureuse que je ne rameute pas de suite le village entier pour vous donner chasse !


Revenir en haut Aller en bas
Messages : 104
Yens : 1097
Date d'inscription : 02/10/2016

Progression
Niveau: 1
Nombre de topic terminé: 0
Exp:
0/6  (0/6)
avatar
Kyrrð ¤ Inconnue ¤

-



MessageSujet: Re: Une louve, deux pingouins et une amnésique.   Ven 11 Nov - 17:58

Louve, pingouins & amnésique

— Ft. Fuka et Saori —



Remarquant bien qu'Akagi ne réussissait pas à assimiler correctement tous tes dires, sans compter son annonce très claire de son amnésie, tu lui lâchas un léger « Ce n’est rien, tu récupéreras forcément tes souvenirs un jour. Tu dois être assez confuse, surtout dans ton état. » Puis, tu t’y connaissais, en problèmes de mémoire, pas vrai, Von ? Essentiellement par la faute de l’influence de ton frère, mais il ne s’agissait pas de la préoccupation actuelle. À vrai dire, la plus jeune répondit à ta longue tirade à son encontre.

Malgré le terme inapproprié de « larbins », Fuka ne se dévoilait pas complètement sourde à tes paroles, ce qui t’ôtait une épine du pied. Au moins, même si son état ne lui permettait pas de défier qui que ce soit, elle ne semblait pas inutilement insensible à la notion de prendre des vies sous sa responsabilité. En tout cas, la demoiselle le prétendait, alors tu préférais lui faire confiance, même si cette tournure de phrase dénonçait un sentiment beaucoup plus fort que celui que tu ressentais actuellement. En fait, plutôt que de t’entêter, tu décidais d’accepter ses paroles telles qu’elles étaient, sans même les démentir. En somme, tu ne désirais plus t’embêter plus longtemps, après t’être autant efforcée, voilà une réponse plus que suffisante.

Enfin, apparemment, le duo ne possédait aucune connaissance du statut d’élue de l’humaine-qui-aurait-du-être-un-Prinny. Mais à l’annonce du sceau, Fuka clama pouvoir mettre la main dessus du premier coup. Impossible. Et pourtant, elle venait de trouver son tatouage presque instinctivement ! Déjà que te concernant, ce processus avait pris énormément de temps, sans compter sa position peu aisée à découvrir par toi-même. Un coup de chance, pas vrai ? Sûrement... Mais ce misérable petit acte sembla l’emplir d’une énergie insoupçonnée. Très honnêtement, tu n’avais pas la moindre idée de ce qui se produisait sous tes yeux, mais la silhouette de la brune fut enveloppée d’une aura dorée.

— Hé, mais attends ! T’avais dit qu-...

« ... Que tu comptais attendre qu’elle se rétablisse avant de faire quoi que ce soit », voilà comment tu désirais terminer ta phrase. Mais la demoiselle ne t’en laissa pas le temps, empoignant la rousse par les épaules avant de l’embrasser sans la moindre cérémonie ; ni le moindre consentement, au passage. Puis elle se posa sur sa chaise, tout simplement ? Au final, tu te rendis compte que plus tu essayais de comprendre ses agissements, moins tu y parvenais. « Fuka » correspondait, dans ton esprit, à un enchevêtrement de confusion, d’incompréhension, d’immaturité, de dangerosité, d’irresponsabilité, d’égoïsme et d’inconscience, brisant d’autant plus par ce simple acte tout ce que tu avais tenté de définir sur sa personne.

Mais face aux menaces du médecin suite aux agissements de la marquée du Dragon, tu haussas un sourcil, ne pensant réellement pas que ce soit suffisant pour la faire partir, mais après tout, si la vieille femme voulait le tenter, pourquoi pas. Toi, tu te contenterais d’observer la scène, il ne s’agissait plus de ton problème. Voilà exactement le genre de situation que tu insinuais, plus tôt. Au moins, à l’avenir, tu ne tenterais plus ce genre de tentatives verbales de persuasion, vu les effets presque inexistants que tes efforts semblaient avoir portés.

Un soupir, puis un murmure.

— Si seulement c'était aussi simple...

HRP:
 
©MangaMultiverse
Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Une louve, deux pingouins et une amnésique.   Ven 11 Nov - 18:48



feat. Von & Anglerfish Team
Une louve, deux pingouins et une amnésique
Aussi inconsidéré soit le geste de Fuka, il n'y eut qu'une seule réelle réaction de la part de la vieille femme qui lui demanda d'un regard noir de quitter les lieux. L'adolescente se leva, poings sur la hanche et batte sur l'épaule.

Okay ! J'me casse !


Dood ?! Tu reviens sur ta décision maintenant, dood ?!


Bah écoute Alto, c'est tout con. Je pense pas vraiment que ce soit parce que j'ai roulé une pelle à Akagi que je me fais virer...


Je te suis pas, dood. Pour quelle autre raison, dood ?


Tu vois le signe que j'ai sur le bide ? Il est bleu et celui des deux autres est vert... Et cette vieille femme est raciiiiiste !


Alto n'avait rien à redire, c'était aussi absurde que cela semblait logique. Fuka commença donc à marcher vers la sortie. Mais elle s'arrêta, sortit le pistolet de la rousse et le lança derrière elle.

Tenez, récupérez vot' jouet, ma batte est amplement suffisante !


Je suis désolé pour le dérangement, dood. Je vais la suivre, elle est le seul repère que j'ai de mon monde, dood.


Et enfin, Fuka sortit, accompagnée d'Alto. Certes elle avait embrassé Akagi et peut-être qu'elle était bleue mais ce serait oublier que si elle n'avait pas été là, la rouquine serait peut-être encore effondrée dans son lac. Quand Alto le réalisa, il se précipita à l'intérieur.

Ok, Fuka est bizarre et elle agit anormalement, dood. Mais c'était un peu ingrat de la jeter dehors, dood ! C'est quand même elle qui a amené Akagi ici, dood !


Puis il ressortit, raccompagnant la brune aux couettes qui n'avait même pas compris pourquoi Alto était rentré pour dire ça. Elle se mit à déambuler dans le village jusqu'à tomber sur une carte accrochée au mur. Une carte de Kosaten. Il y avait trois régions colorées et elle appartenait sans doute à la bleue nommée Fuyu.

On va aller vers Fuyu. J'y trouverai peut-être un moyen de me ré... ve... iller...


Eh oui, aussi forte de caractère Fuka soit-elle, elle ne peut pas échapper à la fatigue. Elle s'effondra au sol, la carte toujours dans les mains. En y regardant de plus près, Alto remarqua que la jeune fille dormait paisiblement avec un grand sourire. Le Prinny soupira et accrocha Fuka à ses épaules avant de le traîner à nouveau jusqu'à la maison de la vieille femme.

Voilà un moyen de vous racheter, dood ! elle s'est écroulée de fatigue, dood !



Dernière édition par Fuka Kazamatsuri le Sam 12 Nov - 13:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Une louve, deux pingouins et une amnésique.   Sam 12 Nov - 12:44



Une louve, deux pingouins et une amnésique
feat. Fuka Kazamatsuri et Von



 
Akagi ?
Dans un lit



Coupure son

Les actions de la choisie de Long avait semé avec une très grande facilité une grande zizanie à l'intérieur du modeste bâtiment, reconverti pour l'occasion en clinique. Déjà, elle venait d'abuser du corps d'Akagi, ce qui après tout dans un monde moderne aurait été considéré comme un délit, une infraction ou même un crime, mais en plus à la place de simplement aller attendre dehors pour que la rousse puisse obtenir les derniers soins nécessaire à sa condition éprouvée, la mi-pingouin exagéra de manière assez exceptionnelle les événements, considérant que c'était parce qu'elle était une élue de Long qu'elle se faisait renvoyer. La doctoresse, normalement, aurait dût l'expulser, et même s'opposer à elle juste à la vision du sceau du dragon. Après tout, les nations étaient en guerre, et en tant que domiciliée chez le serpent...

Mais elle avait fort à faire. Avec les bandits, les pseudos soldats et les villageois, elle était suffisamment occupée pour pouvoir s'exempter d'un devoir patriotique évident. Si la jeune fille était incapable d'attendre quelques minutes qu'elle finisse de soigner la pauvre Akagi... Et bien elle devait attendre dehors, à grand coup de balai dans l'arrière train si la chose était nécessaire... Dans tous les cas, tout semblait bien se finir, malgré les accusations de la jeune fille aux couettes et de son familier pingouin, qui trouvait ça ingrat. Il ne faisait après tout pas si froid dehors, et cela n'allait pas lui créer des démangeaisons mal placées que de s'asseoir quelque part... Et ce ne fut qu'une fois la porte claquée que la vieille dame soupira, avant de se tourner vers l'élue à la peau de bête.

Et bah, drôle de spécimen celle là ! J'en ai vu des bavardes et des idiotes, voir des complètement siphonnées, mais alors celle-là... Elle n'doit pas être facile à vivre tous les jours non ? Fin, c'est si vous voyagez ensemble. C'est l'cas ? J'espère que non !

En tout cas, la doctoresse tourna son regard vers la rousse, alors enveloppée presque totalement sous les draps, comme si elle souhaitait se cacher du monde extérieur. Elle était très gênée, et cela se comprenait, après tout, elle avait été embrassée par une folle inconnue coiffée comme un pingouin... Donc n'importe qui pouvait être troublé... Néanmoins, le contact de la main sur le dessus des draps, au niveau de l'épaule de la rousse, allait peut-être la rassurer...

Bien, va falloir sortir de là-dessous si tu veux que je termine mon travail. J'ai encore quelques plaies à nettoyer et à désinfecter, il faut que je mette quelques bandages.

A  vrai dire, elle ne demanda pas l'avis de la blessée pour enlever légèrement les draps, et la faire s'asseoir, avant de terminer avec rapidité les soins. Ils demandaient bien quelques produits, mais la doctoresse était une personne efficace et organisée, si bien qu'en à peine quelques minutes, les plaies les plus importantes étaient bandées, et la jeune fille, toujours aussi rougeâtre au niveau de ses joues, fut allongée sur le dos, prête à quitter sa conscience pour le monde du sommeil... En espérant que les choses soient plus claires avec un peu de repos...

Seulement, les problèmes revinrent, en même temps que la jeune fille a la batte, qui avait par ailleurs lancé un tuyau de métal dans la pièce, qui n'avait à vrai dire pas spécialement inquiété la doctoresse, se contentait des priorités, à savoir la blessée. Peut-être que l'autre élue du serpent y avait touché, mais c'était sans grande importance... Toutefois, le fait qu'elle soit inconsciente fit froncer les sourcils de la vieille dame, qui ignora tout simplement les remarques du pingouin, en prenant l'exécrable élue de Fuyu dans ses bras, avant de la poser sur un petit sac de couchage, avant de commencer à s'enquérir de son état, pour finalement dire, après deux petites minutes :

Et bien, c'est rare de pas la voir délirer, et au moins elle peut respecter le repos des autres.. Surement la fatigue qu'elle avait dût accumuler jusqu'à maintenant. Donc c'est une nouvelle élue, c'est ça ? Relativement inconsciente tout de même ! J'vous apprendrais tout de même qu'il y a une guerre entre notre nation et la sienne !

Elle soupira un long moment, avant d'aller chercher et de prendre un bon verre d'alcool qui fit trembler l'espace d'un instant la doctoresse, avant qu'elle ne secoue la tête, et ne se mette à presser quelques fruits, pour amener aux malades le jus... Et aussi à l'élue la plus silencieuse.

Revenir en haut Aller en bas
Messages : 104
Yens : 1097
Date d'inscription : 02/10/2016

Progression
Niveau: 1
Nombre de topic terminé: 0
Exp:
0/6  (0/6)
avatar
Kyrrð ¤ Inconnue ¤

-



MessageSujet: Re: Une louve, deux pingouins et une amnésique.   Dim 13 Nov - 23:40

Louve, pingouins & amnésique

— Ft. Fuka et Saori —



— Attends, tu vas partir juste comme ça ?

Tes mots ne trouvèrent que le silence comme réponse, peut-être même qu’ils n’étaient même pas parvenus jusqu’aux oreilles du duo. Avec toutes ses belles paroles et sa force de caractère, il suffisait juste de quelques menaces pour la faire quitter l’endroit ? Peut-être avais-tu véritablement mal jugé Fuka Kazamatsuri. Tu n’arrivais tout simplement pas à la comprendre, peu importait le temps qui passait. Jamais tu n’aurais pu deviner que la demoiselle obéirait sans la moindre remarque. Enfin, en tout cas, elle précisa que ses soupçons concernaient plutôt la marque sur son ventre que son agissement concernant la réaction de la vieille femme.

N’importe quoi ! Tu étais la première à défendre la liberté d’un être en dépit du sceau apposé contre sa volonté. Elle ne comprenait tout simplement pas la portée de ses actes, rejetant la faute sur le tatouage, voilà ce que tu pensais. Quelques instants après son départ, le Prinny déboula de nouveau dans la pièce, se faisant l’avocat de la Fuyujin. Et Alto n’avait absolument pas tort, tu le concédais, mais en dépit de cet acte, son comportement divergeait complètement. Tu songeas qu’il était un peu facile de venir rappeler le sauvetage, alors qu’en contrepartie, la brune se permettait de tels écarts. Puis, à la base, elle désirait tout de même la soigner pour en faire son esclave. Enfin, tout ce qui importait concernait uniquement l’état de santé de celle-ci, par ailleurs.

Une porte de claquée, un soupir poussé, avant que la dame ne s’adressât directement à ta personne, supposant que vous voyagiez ensemble.

— Non, non. Nous nous sommes juste croisés, et, par le hasard du sort, nous avons fini par faire une partie du chemin ensemble... en partie pour aider Akagi, hum.

Tic, tac, tic, tac.

Finalement, l’atmosphère se dévoilait bien silencieuse sans le duo, offrant au médecin la possibilité de terminer ses soins dans le plus grand des calmes. Tu en profitas pour ramasser l’arme qu’elle avait balancée par terre, laissant tes doigts courir sur le métal. Pour quelles raisons la rouquine possédait un tel objet meurtrier ? Et si sophistiqué. Était-ce cela qui lui avait provoqué son douloureux état ? Tu ne pouvais pas le deviner, juste hypothéquer. Et, au fond, tu te disais que son absence de souvenirs ne pouvait pas lui faire de mal, pour le moment ; les horreurs de la guerre ne méritaient pas d’exister, encore moins lorsqu’il s’agissait de corrompre une âme.

Tu sursautas, manquant de laisser tomber l'objet au sol, lorsque réapparut Alto, portant une Fuka inconsciente sur son dos. Ta première réaction fut de te demander ce qui lui avait provoqué cette conclusion, te demandant si le peu de temps qu’elle venait de passer à l’extérieur lui avait suffit pour se retrouver dans un quelconque problème. Finalement, alors que la doctoresse s’occupa de constater de l’état de la marquée du Dragon, le Prinny expliqua qu’elle semblait s’être tout simplement endormie, sous la fatigue.

— Se « racheter » ? soufflas-tu, à l'écoute de son sermon.

Quel comble. Pensait-il vraiment que tout fonctionnait ainsi ? Cela dit, tu lâchas tout simplement un soupir, te surprenant même à esquisser un sourire, pour une raison obscure. La vieille femme confirma ses paroles, enchaînant sur deux, trois détails.

— Je pense qu’elle vient tout juste d’arriver, oui. En tout cas, elle ne se rend pas encore compte du monde qu’est Kosaten, ni de ses enjeux, répondis-tu, tout en lançant un bref regard à Alto, pour confirmer la véracité de tes dires, histoire de ne pas raconter quelque chose de faux, puisqu'il devait certainement en connaître plus que toi à son sujet.

Un monde qui arrachait les élus de leurs origines, les forcer à se battre, à porter des idéaux qu’ils n’avaient même pas demandés ; un monde qui se mettait à feu et à sang, pour des raisons incompréhensibles, qui ne les concernaient en rien. Tu le voyais comme ça : une pure injustice. Par ailleurs, suite à l’allusion de la femme sur la guerre entre vos deux nations, tu ne pus t’empêcher de rétorquer.

— Mais je ne crois pas que ce soit si important que cela. Aucun de nous n’a choisi d’arriver ici, on nous a imposé nos nations. Pourquoi devrions-nous nous entre-tuer juste parce que nos sceaux sont différents ? C’est tout simplement stupide.

Voilà, c’était le sujet que tu ne souhaitais véritablement pas aborder. Ta vision de ce monde semblait différer de celles de certains élus, après tout.

Lorsque l’hôte de cette petite maison vous apporta un jus de fruit à chacune de vous trois, dont toi, tu baissas le regard sur la boisson dans ta main, accompagnant ton geste d’un léger « Merci... ». Étrangement, tu semblais désormais bien habituée à cet environnement des plus humains. Et ça t’inquiétait. Pourquoi te trouvais-tu ici, déjà ? Quand est-ce que les choses avaient tourné ainsi, te poussant à baisser ta garde et continuer ton futile jeu d’imitation ? Une âme en peine en fut le moteur principal, certes. Mais tu agissais d’une manière dont jamais tu ne t’en serais douté, dans ton monde originel.

©MangaMultiverse
Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Une louve, deux pingouins et une amnésique.   Mar 15 Nov - 20:27



feat. Von & Anglerfish Team
Une louve, deux pingouins et une amnésique

Heureusement, la vieille femme récupéra Fuka pour l'allonger. Elle dormait paisiblement, comme si rien de tout cela se passait, comme si elle était encore chez elle. La doctoresse continua donc en explicitant le fait que la brune aux couettes n'y comprenait rien, se faisant confirmer par Von. Mais Alto était tout à fait d'accord.

Ca, pour ne pas comprendre, elle ne comprend rien, dood... Mais dans un sens je peux comprendre, dood. Elle a été tuée, envoyée aux enfers avant de se faire transférer ici, dood. Y a de quoi ne pas y croire mais un tel niveau de déni est absurde, dood.


Puis, il soupira et il observa Akagi avant de s'incliner en signe d'excuse. Ce n'était pas de sa faute mais ce n'était pas Fuka qui irait s'excuser d'elle même. Puis il croisa les bras, fermant les yeux et faisant les cent pas. Une guerre ? Si c'était le cas, les deux pingouins n'avaient pas intérêt à rester dans le coin trop longtemps et encore moins d'emporter Akagi s'ils devaient aller à Fuyu. Ce monde avait l'air aussi dangereux que n'importe quel autre et encore, le Netherworld était bien clément de laisser l'opportunité à ses démons de ressusciter en échange de quelques Hells (Monnaie du Netherwordl) et que les conflits se résumaient à qui allait devenir l'Overlord.

Tout ça m'a l'air compliqué, dood... Laissez-moi deviner, on a aucun moyen connu de rentrer chez nous, dood.


Oui, cela tombait sous le sens, un monde qui arrache des gens aux leur ne pourrait pas laisser le moindre échappatoire. Quoique le système pour démons des Enfers n'était pas plus clément. Mais tout ça était atroce pour Alto. Il ratait la vie qu'il aurait pu avoir à nouveau, celle  dans laquelle il n'aurait pas fait autant de conneries. Quand il le réalisa, il tomba à genoux (Oui c'est possible même si on en a pas).

Fait chier ! J'étais censé travailler dans le Netherworld, rattraper mes dettes, aller à la lune rouge et me réincarner, dood ! A quoi ça sert de bosser à apprendre un code de Prinny super compliqué dont on peut même pas se débarrasser si on finit dans un autre monde, dood ?! DOOD !


Bien sûr, il se retenait de hurler pour ne pas réveiller les deux endormies dans la pièce mais à l'intérieur, il brûlait de rage, il manqua presque d'exploser tellement son âme en devenait instable. Des vélos immenses se créaient dans son esprit. Oui ! Après tout, quitte à avoir appris cette connerie de code de Prinny, autant l'utiliser ! Il allait se mettre au service de Fuka ! Au moins il aurait un but comme ça ! Il ne manquerait pas de la remettre à sa place si besoin, mais il allait le faire, même sans sardine à la clé !

Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Une louve, deux pingouins et une amnésique.   Jeu 17 Nov - 13:37



Une louve, deux pingouins et une amnésique
feat. Fuka Kazamatsuri et Von



 
Akagi ?
Dans un lit



Les années perdues


La doctoresse afficha un bon sourire. La boisson qu'elle avait offerte à ses "invités" avait été acceptée sans contestation. Elle se souvenait de malade qui, même souffrant, même à l'agonie, refusaient la moindre attention par peur de gêné ou que c'était trop, et qui finissaient par avoir un état qui s'empirait, puis par passer l'arme à gauche... Et parfois, c'était de gens jeunes, fort, brave et courageux, qui se laissaient avoir par de telles bêtises, alors que tout partait d'une bonne intention. Elle ne laissait plus le choix maintenant, la vieille femme s'appliquant à ce que les soins et ses cadeaux soient acceptés, même si elle devrait, par exemple, boucher le nez d'un malade pour le forcer à ouvrir la bouche pour qu'il puisse boire un peu !

Et surtout, ne pas faire mal, n'est-ce pas ?

En tout cas, la jeune femme encore consciente, au prénom toujours inconnu et à l'allure un peu "sauvage", avait ses opinions... Pourquoi devrait-elle tuer ses frères et ses sœurs juste à cause d'une marque ? Pour servir la volonté d'un dieu qui l'avait arraché de son monde, à ses connaissances, à ses amis et à son quotidien ? La doctoresse n'avait entendue que trop souvent ce discours, à l'époque où elle vagabondait encore sur les routes, croisant la route d'un nombre conséquent d'élus et de personnes hautes en couleurs... Et elle même, qui n'avait jamais été une fervente servante d'un des trois divins, se posait parfois les mêmes questions... Pourquoi tous ces conflits ? Pourquoi toutes ces guerres ? Elle n'en savait rien, n'étant plus qu'une aventurière à la retraite qui s'occupait maintenant de soigner les maux de ventres de quelques villageois dans une région un peu reculé de Minshu...

L'on pouvait se demander qu'est-ce qu'il y avait d'enviable à un tel destin... Elle n'avait jamais fait grand chose d'extraordinaire, quelques combats qui lui avaient laissés des cicatrices et mal de dos... Sa force avait disparu, et elle n'était devenue qu'une commère, parfois même mauvaise langue... Heureusement que les gens du village étaient sympathiques, cela empêchait de peu la vieille femme de devenir totalement folle... Déjà qu'elle avait entre ses mains la vie de bien des patients, si en plus elle commençait à ne plus être cohérente dans ce qu'elle faisait ou disait... Mais c'est en prenant une petite gorgée d'alcool qu'elle reprit la parole, juste pour se concentrer, avant de commencer à faire chauffer un peu d'eau.

Du temps où j'voyageais encore à travers l'pays, j'me posais souvent la question de pourquoi les dieux s'étaient jamais mis d'accord, et pourquoi y'avait toujours des conflits. Aucune réponse, j'ai jamais été très croyante... Ni très attentive. J'me mêle pas trop de toutes ces histoires, mais y'en a qui ne vivent qu'à travers la volonté des divins, et qui aurait déjà planté cette baroudeuse...


Elle soupira, avant d'écouter avec attention et un peu de perplexité les dires de l'animal de la jeune fille en bleu, ce qui semblait être bien aberrant... Mais bon, les élus avaient toujours des particularités spécifiques, et cette jeune fille n'y échappait pas... Tuée et envoyée aux enfers, même ces lieux, qui semblaient sinistres, n'avaient pas voulut d'elle... A se demander pourquoi le dieu Dragon l'avait amené ici... Avec en plus un serviteur animal qui semblait être au moins plus modéré qu'elle, même si ses "dood" étaient assez étranges, et infiniment plus réfléchi.

J'n'ai pas encore entendu d'histoire concernant des élus qu'auraient réussis à rentrer d'où ils venaient... Et j'imagine que s'ils avaient trouvés un moyen, ils ne seraient pas revenus pour l'annoncer.


En tout cas, il semblait contrarié d'apprendre cette nouvelle. Il parlait d'un "Netherworld", d'une lune rouge, de réincarnation... Des choses bien mystiques en somme, qui devaient être légions dans son monde d'origine, mais qui étaient maintenant bien différentes, maintenant qu'il était arrivé sur Kosaten, la terre des élus et des trois divins... Même si, actuellement, la plus personne la plus dangereuse de cette pièce se trouvait être une vieille femme native...

Oui, le sceau, toutes ces histoires...

Ce fut néanmoins d'une voix calme qu'elle reprit la parole, récupérant l'eau chaude avant d'en faire quelques infusions, pour demander à ses invités ce qu'ils en pensaient :

Vous sentez pas forcés avec moi, loin d'là, je ne vais pas vous dénoncer ou vous chasser à grand coup de balai sous prétexte que vous êtes d'une nation ou d'une autre... Juste si vous êtes incapable de laisser les malades se reposer. Bref, qu'est-ce que vous comptez faire maintenant ? Ralliez les capitales ? Vous perdre dans les territoires neutres et vagabonder ?


Revenir en haut Aller en bas
Messages : 104
Yens : 1097
Date d'inscription : 02/10/2016

Progression
Niveau: 1
Nombre de topic terminé: 0
Exp:
0/6  (0/6)
avatar
Kyrrð ¤ Inconnue ¤

-



MessageSujet: Re: Une louve, deux pingouins et une amnésique.   Lun 21 Nov - 0:46

Louve, pingouins & amnésique

— Ft. Fuka et Saori —



Au fond, tout cela était très logique. Le déni, le désespoir, la colère, l’abandon, l’insoumission et tant d’autres, que d’émotions naturellement ressenties lors de la prise de conscience de tout ce que Kosaten signifiait. Tu te demandais si tous les élus passaient par là ? Te concernant aussi, la pilule fut légèrement difficile à avaler. Peut-être qu’il existait des individus voyant ce voyage comme une opportunité nouvelle, une échappatoire, une seconde chance, mais cela signifierait que leur lieu de provenance devait représenter un très grand pourcentage de noirceur. Enfin, cela serait à découvrir.

Tu plissas légèrement le regard avant de clore leurs énonciations concernant l’impossibilité d’une issue, un léger sourire à l’évocation du divin.

— Bien évidemment, il est impossible de pouvoir retourner chez soi. Après tout, la volonté des Dieux est absolue ! La seule solution serait de leur demander, mais je doute qu’ils permettent une telle requête, puisqu’ils en sont les responsables.

Et puisqu’ils l’avaient décidé, alors il en serait ainsi. Même si leur égoïsme demeurait d’une évidence folle, si la situation résultait de leur choix, alors l’unique action possible serait de l’accepter, tout simplement. Pour avoir bénéficié de la générosité d’un Dieu de ton Monde, tu savais pertinemment que ce n’était pas gratuit, toujours à double-tranchant... et que, inéluctablement, les pleins pouvoirs leur appartenaient, que seuls eux pouvaient accomplir certaines choses.

Tu bus quelques gorgées de l’étrange récipient, prolongeant ta réflexion, avant que les paroles de la vieille femme ne brisèrent une nouvelle fois le silence. Ce que tu allais faire ?

— Je me le demande bien...

Très bonne question. Tu ne te préoccupais pas de planifier à l’avance tes agissements futurs, ni ton itinéraire emprunté. Et tu ne possédais pas de véritable objectif, de même que ton frère — Du peu qu’il t’avait raconté —, alors à quoi désirais-tu te vouer, désormais ? Cela dit, avant de te lancer dans quoi que ce soit, le mieux serait sans doute d’investiguer un peu plus la terre que tu foulais.

— De mon côté, je ne connais pas grand-chose du Monde, alors je pense rester un peu dans les environs, le temps d’en apprendre plus. Les principes de Kosaten semblent bien différents de ce qu’ils étaient, chez moi, puis, pour préciser ton manque de certitude, tu ajoutas : enfin, sûrement.

Par principes, tu entendais ceux de l’univers. Enfin, pas exactement, mais disons que la structure même de cet endroit différait de celui d’où tu venais, le comportement humain aussi. Et puisque tu t’en rendais compte, il te fallait l’étudier. En découvrir les mécanismes, le fonctionnement, la raison pour laquelle tes rencontres jusqu’à aujourd’hui, à l’exception de Fuka que tu ne parvenais pas à définir un minimum, ne t’offraient aucune animosité, ni cruauté. Sans compter que, comme tu l'avais précisé plus tôt, ton séjour ici se dévoilerait certainement éternel ; éternel, jusqu'à ce que la Mort ne vienne te serrer dans ses bras.

©MangaMultiverse
Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Une louve, deux pingouins et une amnésique.   Lun 21 Nov - 15:40



feat. Von & Anglerfish Team
Une louve, deux pingouins et une amnésique

C'était une discussion d'idéaux qui se formait. Alto avait enfin réussi à se calmer et était assis par terre les bras croisés. Il écouta ce que la brune et la vieille femme avaient à dire avant de prendre lui-même la parole.

Les hommes veulent toujours prouver qu'ils ont la plus grosse, dood. Du coup ils se tapent dessus, dood. On est pas très malins, dood.


En effet, le Prinny était plutôt bien placé pour parler n'ayant jamais pris part aux conflits et se contentant de profiter des mêlées générales pour voler des choses de son vivant. Dans tous les cas, ni lui, ni Fuka ne voulaient faire la guerre et si leur destination était, comme l'avait décidé Fuka, Fuyu, ils ne pourraient pas prendre Akagi avec eux surtout en période de conflit.

Mais maintenant, la question qui se posait et que la vieille femme posa était de savoir ce que les deux Prinnies allaient faire.

Si on est en guerre, on va pas trop traîner dans le coin, dood. On va aller à Fuyu mais j'ai aucune idée de ce qu'on va y faire, dood. En tout cas, on va rester loin des champs de bataille, dood.


C'est ce moment que choisit Fuka pour se réveiller pour de vrai. Elle avait tout écouté depuis le début et ce sont les paroles de la brune qui firent germer une idée dans son crâne. Elle se redressa, l'air assez fatigué mais avec un grand sourire.

Moi, je sais ce qu'on va faire... Vos dieux là... Je vais aller me les faire et prendre leur place ! Ici, j'ai bien le droit d'être l'héroïne pas vrai ?


T'es pas sérieuse, dood ? Rendors-toi, dood !


Pas question ! Ces dieux, c'est de la camelote ! Vous voulez partir ? Eh ben je vous ferai quitter ce rêve en remplaçant les conneries qui le dirigent !


Alto en restait encore une fois bec-bé. Cet objectif n'avait aucun sens. Tuer des dieux ? Et Puis quoi encore ? Quoique Fuka en était capable vu son acharnement et sa puissance bien au-dessus de la moyenne. Ce ne serait sûrement pas surprenant qu'elle arrive au moins à les atteindre. Mais non, c'était du suicide, personne ne pouvait défier les dieux.

Bon bah, vu qu'on a pas d'autre objectif, patrons sur ça, dood...


Le Prinny n'en revenait lui-même pas d'avoir dit ça. Il avait décidé de se mettre au service de Fuka après tout mais ça restait tellement invraisemblable. Cet objectif n'était clairement pas le plus à portée de main mais Fuka était déterminée et persuadée d'y parvenir. Comme tout ce qu'elle entreprenait, c'était son rêve et dans son rêve, rien ne pouvait l'arrêter !

Vous allez voir ! Vos dieux seront de l'histoire ancienne ! Un bon coup de batte dans la tronche et je prends le contrôle !

Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Une louve, deux pingouins et une amnésique.   Jeu 24 Nov - 16:58



Une louve, deux pingouins et une amnésique
feat. Fuka Kazamatsuri et Von



 
Akagi ?
Dans un lit



Folles ambitions ?

La jeune fille en peaux de bêtes fut la première à reprendre la parole après les questions de la vieille doctoresse, qui avait passée depuis bien longtemps l'idée de se faire belle ou de plaire aux hommes. C'était un passé révolu, lorsqu'elle était encore jeune et insouciante... Et un peu bête, il fallait l'avouer. Les jeunes années étaient toujours revues avec regret pour les erreurs qui ont été commises... Mais aussi avec un certains élan de nostalgie, celui de se dire que ces années d'innocences avaient été belles, que les problèmes étaient différents, que les choses étaient simplement mieux avant... Enfin, mieux, mieux... Elle n'avait pas toute la stabilité qu'elle avait aujourd'hui, et ne mangeait pas à sa faim... C'était juste que les choses étaient différentes...

En tout cas, cette jeune élue, plus sage cependant que les deux autres (entre l'amnésique blessée et la bruyante, c'était suffisamment simple à deviner) semblait être un peu fataliste... Déjà résolue à rester ici jusqu'à sa fin... C'était un peu triste en somme, de ne pas avoir la fougue et les ambitions de la jeunesse... Mais peut-être qu'elle ne faisait pas son âge ? Tout était possible avec les élus, les plus grandes choses, comme les pires... Et chaque rencontre avec eux était une surprise !

Ce n'est pas parce qu'on ne les connait pas qu'elles n'existent pas ! Sinon personne ne croirait aux Jorougumos ! Un peu de nerf, de volonté que diable ! Vous avez encore une bien longue vie qui vous attends, surement plus que pour mes vieux os fatigués !


En tout cas, elle semblait vouloir rester un peu dans les environs, pour apprendre ce qu'il y avait comme loi et comme règles sur Kosaten. Une sage décision, les territoires de Minshu étant certes parfois un peu marécageux et humides, mais ils étaient sains et pour le moment assez sûrs, en comparaison de la chaleur étouffante de Seika, du froid mordant de Fuyu et de l'instabilité politique des territoires neutres... Un bon choix, qu'elle approuvait d'un simple petit hochement de tête, en souriant en coin.

Toutefois, alors qu'elle buvait un peu de sa boisson chaude, et que la bestiole avait répondu presque moralement sur l'inutilité d'une guerre (se faire critiquer par une bestiole bleu et blanche qui ne pouvait s'empêcher de communiquer avec des "dood" avait de quoi être un peu humiliant, il fallait l'avouer), il annonça à son tour vouloir prendre la direction de Fuyu avec son amie la sanguine aux habits bleus... Un choix qui se comprenait après tout, à cause du sceau qu'elle portait, et à quoi la doctoresse hocha aussi la tête, en fermant les yeux...

Mais ce fut de courte durée, puisque la dénommée Fuka profita de cet instant pour se réveiller, comme si elle n'avait jamais trouvée le sommeil, comme si cette élue était remplie de trop d'énergie pour se reposer plus de quelques secondes... Normalement, la vieille femme se serait contenter d'un long soupir, mais elle ajouta à cela un regard inquisiteur, en observant la jeune fille aux couettes, déclarer avec folie son objectifs... Irréalistes... Prendre la place des dieux ? Douter de la puissance divine ? En étant l'une de ses élues...

Bien ambitieuse. Peut-être trop... Evite de crier ça à tue-tête si tu ne veux pas être considérée comme une hérétique. Les jeunes d'aujourd'hui... Inconscient, je vous jure, mes aïeuls, je vous jure... Et puis, dévoilé ton plan ainsi... Je suis sûre que ton dieu doit te surveiller actuellement... Qui sait, peut-être que le dragon aurait l'envie de t'affronter un jour, jeune élue aux grandes ambitions...


Prise d'un rire de grand mère pendant quelques secondes, elle se calma, en terminant de boire sa boisson et de commencer à ranger la pièce, pour reprendre juste ensuite :

Déjà, va jusqu'au terres des neiges, et visite un peu la capitale, Yuki. C'est une grande ville blanche et fortifiée, visible à des kilomètres. Qui sait, peut-être aura-tu l'occasion de rencontre Sul Hei, le dirigeant de Fuyu.


Puis, la doctoresse se rassit, soupirant par la même occassion, avant de conclure sur des termes sympathiques :

Pour le moment, je vais veiller à ce qu'Akagi se remette de ses blessures, avant de l'envoyer vers la capitale. Qui sait, peut-être que Jeong Tekina, le président de Minshu, pourrait savoir pourquoi elle a été retrouvée dans un tel état... En tout cas, c'est probablement eux qui sont les mieux placés pour le savoir. Ma porte vous sera toujours ouverte en tout cas, même si vous êtes des sacrés spécimens...



Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Une louve, deux pingouins et une amnésique.   Lun 2 Jan - 22:26



Une louve, deux pingouins et une amnésique
feat. Fuka Kazamatsuri et Von



 
Akagi ?
Dans un lit



Au repos

Note HRP :
 

Visiblement, le discours sage et raisonné de la vieille doctoresse eu l’effet d’apaiser les esprits et de soigner les cœurs. Bien évidement, chacune des personnes dans cette pièce avait ses expériences, ses motivations, ses objectifs, ses ambitions et ses idéaux, mais au moins, la scène était nettement moins bruyante qu’elle avait put l’être. Tranquillement, la doctoresse prit le soin de ranger un peu ce qui lui servait de cuisine, avant de se diriger vers ses ‘’clients’’.

Bon, la rousse, nommée Akagi, était toujours dans son lit. Visiblement, elle s’était totalement écroulée de fatigue et dormait aussi innocemment qu’un nouveau né. Si sa présence restait un grand mystère, vis-à-vis du fait que la jeune élue du serpent était blessée et amnésique, la vieille femme devait avouer qu’elle s’y pouvait s’y attacher, et lui offrir autant de repos que nécessaire avant de l’aider en la faisant partir pour Kansei, avec bien évidement quelques yens et connaissances en poche. Pour le reste, toutefois, elle se tourna un peu plus sérieusement, moins attendrie que par celle qui avait énormement besoin d’aide…

Donc, entre celle qui portait des peaux de bêtes, assez silencieuse et calme, qui terminait sa boisson, et celle qui défiait ouvertement les dieux en étant accompagné d’un animal des plus surprenants, il y avait de quoi animer bien des soirées… Seulement, la seconde était tout de même assez fatiguée, comme en témoignait son état chancelant. Sans lui demander son avis, la doctoresse se pencha, un peu difficilement, pour la soulever presque aisément, et la mettre dans un lit, tant bien même qu’elle se débattait un peu. Mais une fois alitée, elle fut étrangement plus calme, alors que sa tête affichait une mine plutôt boudeuse, et qu’elle commençait devenir de plus en plus silencieuse, sombrant dans le sommeil une nouvelle fois, tandis que son animal rejoignait sa maitresse, pour veiller d’abord, mais à parier qu’il sombrerait bientôt lui aussi.

Restait donc l’une des élues de Manshe, qui resta calme, avant de, après un soupir et avoir terminée sa boisson, salua humblement la doctoresse, pour faire quelques pas en direction de la porte, pour la franchir sans un mot pour les deux jeunes filles qu’elle avait aidée aujourd’hui.

Ainsi, il ne restait plus que la vieillarde de consciente, qui après s’être servi un bon thé, commença à nettoyer ses outils, verres et autres instruments, avant de simplement s’asseoir sur une chaise, en regardant les deux élues de deux nations différentes dormir. Finalement, malgré la guerre, malgré les conflits et les dieux… Ces êtres venant d’univers si particuliers, si différents de Kosaten… Restaient des êtres humains, qui avaient besoin de manger et de dormir…


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

-



MessageSujet: Re: Une louve, deux pingouins et une amnésique.   

Revenir en haut Aller en bas
Une louve, deux pingouins et une amnésique.
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Un maitre, un sith et une jeune amnésique. [Pv Aykan, Horus]
» Hanako Hyûga, amnésique adoptée [chuunin-juunin]
» Gwendael, elfe amnésique.
» (m) david gandy # un mari amnésique
» Jack Frost l'amnésique [terminée]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Manga Multiverse ::  :: République de Minshu :: Grands lacs-


Crédits : Design : Phoenix & Pingouin Règlements & Contexte : Phoenix
Forum optimisé pour Google Chrome.