Partagez | .
Le cruel horizon
Messages : 6091
Yens : 751
Date d'inscription : 25/10/2014
Localisation : En haut de la montagne

Progression
Niveau: 253
Nombre de topic terminé: 133
Exp:
7/18  (7/18)
avatar
Zayro Jinn ✚ Messager de l'enfer ✙

-



MessageSujet: Le cruel horizon   Lun 7 Nov - 14:41



Le cruel horizon

feat.Akemi



Décollant de sa montagne Fuyujin, le haut sommet blanc ou siégeait le trône des rois, Zayro vola par dessus les nuages et les frontières sans s'arrêter. Cela dura plusieurs jours, alors qu'il cherchait encore clairement à atteindre l’île volante. Cet endroit légendaire qu'il savait existant, qu'il avait vu de ses yeux passer sans avoir l'occasion d'y aller. Cette heure était proche, alors que la guerre debutait entre les vermisseaux de Kosaten. Ils étaient loin de savoir à quel point ce monde était vaste. Il y'avait une limite qui semblait juste infranchissable. Le colosse avait testé quelque fois, sans succès, malgré sa force et sa portée, cette prison dorée ne semblait pas pouvoir être quittée aussi facilement. Il fallait une passerelle et des clés, de la patiences et surtout beaucoup d'indices.

Tout cela ne le mena qu'à s'épuiser un peu plus. Lorsqu'il atterrit à nouveau, il était sur les territoires neutres, sur la côte ouest de la frontière Seikajin. Les mouettes, l'odeur de l'océan et le bruit des vagues, on ne pouvait s'y tromper. Il posa donc les pieds sur la terre ferme et replia les ailes invoquée dans son corps, comme si tout ça n'avait été qu'une ombre mystérieuse. Il chercha les premiers jours à simplement faire une pause et analyser plusieurs des choses qui lui était arrivé dernièrement. Entre la secte Zayrienne, ce vieil homme et ses idéaux, cette fille un peu trop familière avec lui, mais aussi cet élu qui l'avait trouvé facilement sur les propos de l'assassin Yashkan... Il n'aimait pas être aussi... Trouvable.

Zayro ne fuyait pas et n'avait peur de personne, mais être trouvé par un tiers n'était pas non plus une preuve de force. Il fallait faire en sorte d'être craint sans forcément être vu. Pour l'instant, il n'avait pas dit non à la proposition du conglomérat, mais plusieurs de ses objectifs "nouveaux" se dessinaient clairement devant lui. Toutefois, il souhaitait pour le moment arborer la veste du Nest qu'il avait jadis, dans son monde. Puis réparer la fêlure dans son armure, ainsi que la faiblesse de celle ci.

Pour cela, il se devait de trouver une ville ou un village, puis un forgeron assez compétent. C'est donc ce qu'il fit, trouvant un village du nom de "Kanatoko". Une ville qui s'adossait aux collines rocheuses qui bordaient l'océan et donc assez portuaire dans son ensemble, mais trop peu habitée et animée pour faire bouger économiquement les choses. Il ne trouverait pas son bonheur ici, mais ça ne l'empêcha pas de chercher. Avec un peu de chance, il tomba sur un forgeron, ce dernier lui répara une pièce de l'armure moyennant sa vie. Zayro entre dans son établi en menaçant celui ci, comme à son habitude. La réparation n'était pas grande, les matériaux feraient l'affaire pour cela.

Puis il s'efforça de trouver un bon couturier ou quelqu'un s'y connaissant dans le vestimentaire. Il n'y avait qu'une boutique en ville. Entrant en défonçant la porte, surprenant le personnel composé de deux personnes, une femme d'une cinquantaine d'années et son mari du même âge, certainement. Zayro s'adressa à eux sans vergogne ou politesse ;



Fabriquez moi ce modèle de manteau à col.




Mais... Mais monsieur vous ne pouvez pas no..

Il ne servait à rien d'essayer de parler avec Jinn, lorsqu'il voulait quelque chose, il fallait le lui donner. C'est pour cela qu'il frappa d'un coup de poing le mari en lui ouvrant le crâne en deux. Laissant le sang jaillir et gicler sur la femme qui eut un moment de latence avant de crier. Le visage déformé par la peur. Mais il s'en fichait, ce qu'il voulait c'était un manteau à col, ou plutôt une redingote militaire sombre et brodé aux bordures grainées blanches, voir grise. Une très belle pièce qui normalement aurait prit la journée. Mais il ne voulait pas attendre et le fit très bien comprendre.

Empoignant la femme par le cou en la soulevant, il lui arracha un ongle en un mouvement, sec et fluide. Il ne devait pas briser les mains d'une couturière, mais devait lui faire comprendre que sa concentration déterminerait si elle vivrait demain ou non. Vu le choc traumatique, le rappel de la douleur était un bon moyen de revenir à la réalité. Dans le magasin, les cris de terreur, d'effrois, percèrent les murs sans que personne n'aille voir pour les aider. Après tout, ce n'était qu'un village maigre de quelques habitants, tous assez vieux, personne ne voulait voir la guerre, les élus ou les problèmes. Faire profil bas semblait être une seconde nature ici.

Relâchant sa poigne, Zayro s'assit sur l'une des chaises libre et attendit. Il avait le temps et ne voulait pas voir cette femme se tuer pour le moment.



Vous avez trois heures.







Fiche technique~Mon nouveau theme
Spoiler:
 


Dernière édition par Zayro Jinn le Mar 8 Nov - 1:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1068
Yens : 437
Date d'inscription : 31/07/2016

Progression
Niveau: 66
Nombre de topic terminé: 23
Exp:
4/6  (4/6)
avatar
Akemi Namikaze ⱡ Altruiste ⱡ

-



MessageSujet: Re: Le cruel horizon   Lun 7 Nov - 23:11



Le cruel horizon
feat. Zayro et Akemi


Cela faisait maintenant une semaine que j’avais quitté les villages marchands. Je me dirigeai maintenant vers l’océan qui bordait les territoires neutres, avant de me rendre à Seika pour revoir Haruno-san, mais aussi retourner à Hibana, comme je leur avais promis.

Je souhaitai me rendre au bord de la mer une dernière fois, pour m’imprégner du calme que j’y avais ressenti la dernière fois. Certes, Seika possédait aussi une façade maritime. Mais qui sait combien de temps cela me prendrait avant de pouvoir m’y rendre ? C’était dans cette optique que je m’y dirigeai.

Etant adepte du voyage à pieds, il me fallut encore deux jours de marche pour arriver au premier village bordant la mer. Et comme depuis le jour où j’avais quitté Jason, les mêmes questions venaient hanter mon esprit. Devais-je me rendre plus sociable, créer des liens ? Ne risquai-je pas une dépression profonde en faisant cela pour ensuite perdre brutalement ces personnes ?

Cependant, ma conversation avec l’autre élu m’avait aussi permis de me rendre compte que le contact humain me manquai énormément. Enchaînée comme je l’étais par mon devoir de kunoichi dans mon monde d’origine, j’avais pu accumuler les missions, ce qui m’avait permis de ne pas me rendre compte de ma solitude. Mais par le même temps, j’avais élevé une barrière mentale infranchissable, que même moi n’avais pas envie de détruire, effrayée comme je l’étais à l’idée de perdre un autre être cher.

Alors que je pénétrai dans un petit village côtier, un cri strident raisonna dans les rues, me faisant sursauter, tout en me tirant de mes pensées. Posant la main sur la garde de mon épée, je me précipitai approximativement vers la source du bruit.

En arrivant devant un établissement de couturier, j’hésitai. Leur métier incluait des blessures. Il se pouvait que la personne ayant poussé ce hurlement eut simplement été effrayée par quelque chose, ou se soit blessée d’une quelconque manière.

Mais le doute subsistait. Le cri avait été bien trop empreint de douleur et de terreur, pour que cela soit une simple blessure ou frayeur. Et même s’il ne s’agissait que de cela, au moins j’en aurai le cœur net. Alors, j’entrai lentement dans l’établissement. Il faisait assez sombre, mais je pus tout de même distinguer une forme au sol, un liquide sous celle-ci. Je resserrai ma prise sur le manche de mon épée, me doutant de ce que cette forme pouvait bien signifier.

Je continuai d’observer la pièce du seuil de la porte, jusqu’à ce que mon regard tombe sur une femme en pleurs, assise devant un mannequin, je me précipitai vers elle, ne remarquant pas la présence imposante qui se trouvait aussi dans la pièce. Mon esprit était accaparé par cette victime, et je la rejoignis en quelques enjambées. Je remarquai de suite son ongle arraché, et sortis un bandage de ma poche médicale, tout en lui adressant la parole.

- Vous allez bien ?! Qu’est-ce qui vous est arrivé ? Et à cette pauvre personne là-bas ?

Revenir en haut Aller en bas
Messages : 6091
Yens : 751
Date d'inscription : 25/10/2014
Localisation : En haut de la montagne

Progression
Niveau: 253
Nombre de topic terminé: 133
Exp:
7/18  (7/18)
avatar
Zayro Jinn ✚ Messager de l'enfer ✙

-



MessageSujet: Re: Le cruel horizon   Mar 8 Nov - 1:48



Le cruel horizon

feat.Akemi



Le regard de tueur de Jinn était posée sur la pauvre femme. Si elle souhaitait vivre, il lui faudrait surmonter peur et malheur, chagrin et terreur et surtout la souffrance qu'elle endurait sous toutes ses formes, tout ça dans le but de coudre un vêtement. Mais puisque le messager de l'enfer souhaitait se recouvrir de ses atours d'autrefois, il ne fallait pas lui faire perdre patience. Cet ongle ce n'était rien et il était prompt à la laisser travailler dans ses propres conditions. Bien sur, la vision de son mari mort pouvait en perturber plus d'un, mais elle était en vie, n'était-ce pas là le principal ?

Les humains serviles et faibles de son acabit, n'étaient fais que pour remplir des tâches subsidiaires qui se devaient de contenter les plus hautes et plus fortes instances. Zayro faisait presque parti du carré V.I.P de Fuyu en y réfléchissant. L'un des plus puissants élus et certainement le plus dissident et connu de ce monde, en plus d'avoir fait parti de la politique directe de Sul en étant son bras droit et quelque part son fer de lance pour ses rixes internationaux.

Mais il était loin d'avoir été le joujoux des nations ou du tyran au service de Long, ni même la marionnette du Conglomérat dans le futur et c'est bien pour cela qu'il souhaitait porter à nouveau cette veste. Affirmer devant élus et natifs qui il était, son rang et la terreur qu'il devrait incarner à leurs yeux. Bien qu'à y réfléchir, il souhaitait cela plus par respect et intimidation que par véritable désir de crainte et d'horreur de le voir arriver quelque part. Il avait bien comprit ça dernièrement, ce monde était plus vaste qu'on ne l'entendait. Bref, il patienta sur une chaise de bois, la même que l'ont utilisait pour se balancer de l'arrière à l'avant. De bonne confection, il ne grinçait pas et lorsque la jeune Akemi entra, elle ne remarqua pas sa présence.

Jinn laissa faire, voyant alors cette dernière d'abord en position défensive, main sur la garde de son épée et analysant de fait qu'il s'agissait d'une combattante. Une garde ou une élue, les possibilités étaient encore multiples. Cette dernière sorti de quoi panser la plaie de la couturière, une vraie perte de temps, en plus de poser des questions inutiles. Qu'était t'il arrivé ? C'était pourtant simple...



J'ai tué cet homme qui me gênait et ordonné à cette femme de confectionner un habit.




Coupa alors Zayro, brisant le silence dans l'ombre et par la même, la surprise de le voir ici. Ses yeux légèrement amethyses et grisâtres selon la luminosité, fixèrent pleinement Akemi. Elle pouvait peut être sentir désormais cette aura émaner, quelque chose de malveillant, presque maléfique. Il était le responsable du crime et se posait là en veritable patron, assit et plein de confiance. Il ne manquait que le rire diabolique pour avoir la scène du méchant parfait, mais le colosse n'avait rien de sadique à ce niveau là. Il n'avait fait que demander quelque chose et le cailloux gênant à ses pieds avait été écarté par un geste mortel, voila tout. Vous auriez fait pareil avec sa vision des choses et bien sur, sa puissance !

Mais voila, la situation cocasse était présente. La Kunoichi se retrouvait devant un terrifiant danger qu'elle n'avait jamais encore rencontré. Au mieux, elle en aurait entendu parler par moments et par endroits, mais encore fallait t'il qu'elle connaisse son nom et reconnaisse son visage. Il fut un temps, ce dernier fut placardé un peu partout en Seika, mais la guerre arrivait, non, était déjà là... Et avec elle, les attentats, toutes les autres catastrophes. L'ennemi numéro un des nations passa un peu en second plan, question de priorités...

Que comptait faire la jeune femme ? En tout cas, Jinn ne se leva pas vraiment et réitéra même sa demande avec sévérité.



Depêchez vous de faire ce que je vous ais demandé. Quand à vous, j'ignore qui vous êtes, mais si vous ne pouvez l'aider dans sa tâche, sortez d'ici...



C'est la dessus qu'un homme du village entra, tout plein de courage et de curiosité sans doute. Un couteau de boucher dans la main droite, pointant un peu tout le monde dans la pièce lorsqu'il arriva. C'était un gaillard rondouillard d'une trentaine ou quarantaine d'année, moustachu aux sourcils touffus, qui menaça autant Zayro qu'Akemi dans le doute.

Oi ! Vous deux ! Sortez d'là ! On a appelé la garde frontière, ils vont arriver à ch'val rapidement, quittez c'te ville en vitesse !

Mais la menace tombait un peu dans l'oreille d'un sourd. Le  visage intimidant et pourtant si neutre de Zayro ne changeait pas d'un iota. Il ne comptait certainement pas partir d'ici avant d'avoir eu gain de cause. En l’occurrence, un simple habit.




Fiche technique~Mon nouveau theme
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1068
Yens : 437
Date d'inscription : 31/07/2016

Progression
Niveau: 66
Nombre de topic terminé: 23
Exp:
4/6  (4/6)
avatar
Akemi Namikaze ⱡ Altruiste ⱡ

-



MessageSujet: Re: Le cruel horizon   Mar 8 Nov - 15:53



Le cruel horizon
feat. Zayro et Akemi


La pauvre femme n’eut pas le temps de répondre, qu’une voix grave s’en chargea. Surprise, je me retournai vers sa provenance, la main sur la garde de mon épée.  Et aussitôt, un fort sentiment d’appréhension me saisit. Un colosse avec des cheveux blancs, qui parlait de donner la mort comme d’une petite chose.

J’avalai difficilement, et jetai un regard perdu à la couturière. Je me doutai de l’identité de l’homme. D’ailleurs, maintenant qu’il s’était exprimé, je me demandai comment je n’avais pas pu le remarquer plus tôt. Car, sa présence était plus qu’imposante. Il dégageait une sorte d’aura maléfique qui me faisait frissonner de peur.

Je savais que je ne pouvais rien contre un individu tel que le fameux Zayro Jinn. Même Haruno-san m’avait mise en garde contre lui, m’avait dit de fuir si je venai à croiser son chemin. Et à présent, je comprenais pourquoi. Si mon instinct me criait autant de fuir à toutes jambes, il devait être un véritable monstre. Je n’étais pas quelqu’un à reculer face à un challenge. Mais je savais aussi faire la part des choses et respecter les conseils des Anciens. Si mon sensei m’avait dit de fuir, c’était parce qu’il n’y avait pas d’autre choix.

Cependant, je ne pouvais pas non plus laisser cette pauvre femme avec lui. Qui sait ce qu’il lui ferait une fois qu’il aurait eu sa commande ? Il n’avait pas hésiter à tuer son mari et à lui arracher un ongle ! J’aurai donc volontiers accepter de quitter cet endroit, mais avec la femme à mes côtés.

Oui, c’est ce que j’aurai fait si un villageois, équipé d’un simple couteau de boucher, ne s’était pas montré. Bien que le geste soit très courageux, je palis violemment face à son annonce. Non seulement, il s’exposait comme une nouvelle cible potentielle, mais en plus il nous informait que d’autres allaient arriver !

- Idiot ! Fuis ! Vous ne pouvez rien contre lui ! Vous allez juste vous faire tuer inutilement !

Sur ces mots assez violents, je saisis la mains de la couturière et tentai le tout pour le tout. Il était hors de question d’affronter ce colosse. Il ne restait plus qu’une seule solution, la fuite. Je me précipitai donc vers la sortie, tirant la vieille femme derrière moi, et espérai que le villageois suivrait mon conseil. Mais ce que je redoutai le plus, c’était que Zayro ne nous laisse pas passer. Ce qui était plus que probable.



Dernière édition par Akemi Namikaze le Mer 9 Nov - 22:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 6091
Yens : 751
Date d'inscription : 25/10/2014
Localisation : En haut de la montagne

Progression
Niveau: 253
Nombre de topic terminé: 133
Exp:
7/18  (7/18)
avatar
Zayro Jinn ✚ Messager de l'enfer ✙

-



MessageSujet: Re: Le cruel horizon   Mar 8 Nov - 22:27



Le cruel horizon

feat.Akemi



En remarquant que Zayro était là, Akemi fit donc presque volt face et son visage permettait de comprendre qu'elle savait de qui il s'agissait. La couturière restait encore là à pleurer et se morfondre, s'en devenait embêtant. Le colosse ne se leva cependant pas tout de suite et continua de fixer la kunoichi, jusqu'à ce qu'elle décide de réagir. Mais elle se fit stoppé dans sa lancée par l'arrivée inopinée de l'individu précédent. Ce dernier pointant son arme à tout bout de champ. Il est clair que lui, ne savait pas ce qu'il faisait et la prévention de la jeune femme fut immédiate, sonnant comme le clairon de replis ! En effet, elle indiqua à l'homme au bon embonpoint qu'il devait fuir, dégager immédiatement et que pour ceux qui viendraient après lui, ce devait être la même chanson.

C'était le messager de l'enfer devant eux, le seul et unique. Celui qui répendait le chaos et les flammes partout ou il passait. Mais pour le moment, ce dernier restait calme, il le resta même quand la panique s'imbriqua sur le visage de la couturière et puis du gaillard. Visiblement, eux aussi avaient entendus parlés de ce nom terrifiant. Toutefois, il est clair que tous n'étaient pas au courant de son physique et ne pouvaient donc pas trembler de peur juste en voyant un tel homme. En revanche, lorsque Akemi saisi la main de la vieille dame pour l'emmener dehors, alors là, Zayro se releva de son fauteuil, passa à travers le bois du mur qui était à coté de la porte pour aller plus vite et surprendre la Kunoichi.

Puis il tournoya sur lui même, jusqu'à ce que ses lames face un cercle mortel et tranche en deux le type qui était venu les avertir et menacer, mais également les jambes de la couturière pour qu'elle tombe cisaillé en deux mais en vie sur le plancher des vaches. Son élan était aussi accompagné d'un puissant coup de pied qui visait le haut de la poitrine de l'élue en question. Force et impact, son tibia s'écrasa contre sa chair avec violence, jusqu'à marquer celle ci d'un bleu qui n'allait pas la quitter tout de suite. Il était même possible qu'il ait brisé quelques côtes au passage et n'empêche la jeune demoiselle de bien respirer par la suite...







Je n'ai pas autorisé cette femme à partir.




Fit t'il froidement, sans sentiments (ni ressentiments d'ailleurs). Mais le constat était là, il avait coupé la couturière en deux et elle n'en aurait plus pour très longtemps. Bien qu'elle ait encore ses bras et soit en état de faire son travail jusqu'à mourir au final. Le sang perdu allait trop vite et le plancher de bois devenait de plus en plus rouge, de plus en plus glissant, tandis que le liquide rouge se répandait doucement en coulant le long des marches pour arriver à la boutique.

Si cette élue n'avait pas fait le mauvais choix, la vieille serait peut-être encore en vie. Mais c'était désormais deux et bientôt trois cadavres qui gisaient là. Mieux valait esperer qu'Akemi sache coudre. C'était une femme, mais elle n'avait pas forcément ce talent dans le sang non plus. Zayro ne lui ferait pas l'affront de passer pour quelqu'un de sexiste ou de machiste, puisque ce genre d'attraits lui passait bien au dessus de la tête. Si les personnes étaient inférieurs pour lui, c'était sur un jugement de force pure et simple. La question du sexe n'avait rien à voir dedans.




Puisque vous êtes responsables de tout cela. Trouvez de quoi faire cet habit.



Dit t'il presque trop normalement, comme si rien de grave ne s'était passé. Il montra du doigt le plan sur la table et esperait désormais voir la kunoichi se transformer en brave couturière. Ca n'allait pas être aussi simple, d'autant plus que les gardes frontière seraient bientôt là. Un autre fait conséquent était l'attroupement de villageois qui s'était fait autour du magasin.



Je vais être clair, si je n'ai pas ce que j'ai demandé rapidement, je tuerais un villageois toutes les dix minutes.




A raison d'environs trois bonnes heures de travail, cela faisait 18 villageois tué sur une centaine qui habitaient ici. Mais ça, c'était dans l'optique ou Akemi acceptait de faire la couturière et mieux, savait y faire en étant douée. Alors qu'au loin déjà, la cavalerie arrivait avec des chevaux de bataille et des drapeaux tenus. Zayro ne se préoccupa pas vraiment de la jeune femme et commença à sortir en lui tournant le dos.



Je commencerais pas les enfants...






Fiche technique~Mon nouveau theme
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1068
Yens : 437
Date d'inscription : 31/07/2016

Progression
Niveau: 66
Nombre de topic terminé: 23
Exp:
4/6  (4/6)
avatar
Akemi Namikaze ⱡ Altruiste ⱡ

-



MessageSujet: Re: Le cruel horizon   Mer 9 Nov - 23:13



Le cruel horizon
feat. Zayro et Akemi


Comme je m’en étais doutée, Zayro ne nous laissa pas partir facilement. Alors que nous atteignions la porte de sortie, il surgit soudainement et découpa littéralement le villageois à l’aide de deux lames. Par le même temps, il trancha les jambes de la couturière, la faisant se vider de son sang. De mon côté, je pourrai presque dire qu’il s’était montré clément, puisque je me pris (seulement) un coup de tibia dans les côtes. Cependant ce simple coup était assez puissant pour me plier en deux et me couper la respiration.

Je m’agenouillai, grimaçant sous la douleur, tout en tentant de reprendre mon souffle. Si je ne me trompais pas, il avait bien du me fêler au moins deux côtés avec cette attaque. Ainsi positionnée, j’avais une vue imprenable sur les restes du villageois et la couturière baignant dans son sang. Je serrai les dents face à ce carnage. Cet homme était horrible.

La voix de l’individu attira mon attention vers lui, et j’ouvris un peu la bouche d’incompréhension. S’attendait-il vraiment à ce que je fasse ce qu’il me dise bien gentiment ?! Il venait juste d’assassiner froidement deux personnes ! Et je savais qu’il y avait très peu de chances pour que je m’en sorte aussi ! Outre ce fait, je n’avais jamais cousu de vêtement de ma vie ! Oui, j’avais pu recoudre des centaines de personnes avec mon métier, mais cela n’avait pratiquement rien à voir !

- Non, mais ça va –

Je fus interrompue par ses paroles suivantes et je pâlis violemment. Un villageois toutes les dix minutes. Et quelque chose me disait qu’il allait commencer de suite. Serrant les poings de fureur et d’impuissance, je me relevai, le regard baissé. Je n’avais pas le choix. Je ne pouvais pas laisser plus de personnes mourir. J’avais déjà la mort de deux personnes sur la conscience et d’autres allaient s’ajouter au fil des minutes, et ce, même si je m’activai.

Alors que je me dirigeai vers la table qu’il m’avait indiqué, je me stoppai un moment quand il m’informa qu’il commencerait par les enfants. Ce bâtard ! N’avait-il aucune humanité ?! Il ne faisait que parler de meurtre comme si c’était la chose la plus naturelle au monde ! Il n’avait pas changé d’expression faciale une seule fois depuis le début de notre échange !

Et ces propos furent la goutte d’eau qui fit déborder le vase. Je pouvais me montrer impulsive, surtout concernant la vie d’innocents. Je savais que ça pourrait me coûter ma vie un jour. Mais à ce moment-là, aucune de ces pensées sensées ne m’atteignirent alors que je me retournai vers la figure disparaissant de l’établissement ensanglanté.

- Vous êtes complètement fou ! Comment voulez-vous que je réalise une telle pièce en dix minutes ? Je suis sûre que ça prendrait au moins deux jours à une couturière de métier ! Il n’y a aucune chance que j’y arrive en si peu de temps, même si j’avais été spécialisée dans cette filière ! Une personne toutes les dix minutes ? Vous aurez tué tout le village longtemps avant que je puisse terminer l’ouvrage ! Et dans ce cas, que ferez-vous ? Vous continuerez de tuer jusqu’à ce que je finisse ?! Je repris mon souffle, cachant une grimace à cause de mes côtes douloureuses, et repris ma tirade. Le monde ne fonctionne pas comme ça ! Personne n’est à vos ordres ! On ne peut pas transcender les limites physiques juste pour vous ! Avouez que vous avez imposé cette clause juste pour le plaisir de tuer ! Vous savez très bien que cette tâche est impossible à effectuer ! Autant tous nous tuer maintenant !

Une fois que j’eus lâché mes nerfs, je le fixais, un feu ardent brillant dans mes yeux. Oui, j’étais effrayée par ce colosse. Evidemment que je savais que je n’avais aucune chance contre lui, qu’il pouvait me tuer d’un coup. Mais ce n’était pas pour autant que j’allais céder à ses exigences farfelues ! Elles étaient déjà impossibles à réaliser ! Autant ne pas se faire d’illusions dès le départ. Bien sûr que le fait d’être responsable de la vie de chaque personne dans ce village me pesait. Je savais que je venais de tous nous condamner par ce discours. Mais dès le début, j’avais su qu’il n’y aurait aucune chance de s’en sortir, pour qui que ce soit ici. Alors autant mourir en rebelle plutôt que soumise.

Revenir en haut Aller en bas
Messages : 6091
Yens : 751
Date d'inscription : 25/10/2014
Localisation : En haut de la montagne

Progression
Niveau: 253
Nombre de topic terminé: 133
Exp:
7/18  (7/18)
avatar
Zayro Jinn ✚ Messager de l'enfer ✙

-



MessageSujet: Re: Le cruel horizon   Jeu 10 Nov - 21:11



Le cruel horizon

feat.Akemi



Envoyer valser un élue ou une élue en l'occurrence n'était pas très compliqué pour le messager de l'enfer. Akemi s'était retrouvé séparé de la couturière et enfoncé dans la plaque de bois qui arrêta sa course. Récupérant doucement ses moyens, comme sa respiration, elle ne pu que constater que les corps gisants étaient juste un peu plus nombreux et le sang coulait désormais abondamment au sol. Zayro jinn ne comptait évidemment pas s'arrêter là dans ce carnage et prévenait que si elle ne lui faisait pas ce qu'il demandait, il tuerait encore et encore, en commençant par les enfants. En commençant par descendre les quelques marches du magasin menant le colosse dehors, c'est là que la kunoichi se décida à réagir.

Elle avait été vivement atteinte par ses propos plus que durs, inhumains. Elle voyait cet être n'éprouvant aucun sentiments, mais pire, faisait même l'affront de demander quelque chose d'impossible, juste pour assouvir une pulsion meurtriere. La vérité etait que Jinn savait bien qu'il était improbable de voir cette pièce créée en dix minutes, s'il avait dit ça, ce n'était pas par sadisme, mais pour tenter de "motiver" celle qui était maintenant visée par sa demande. Puis elle devait se rendre compte que c'était de sa faute si ils en étaient ainsi arrivés là.

Ses propos sur les talents liés à ce métier avaient beaux êtres justes ou vrais, il n'en avait rien à faire, mieux, ne s'arrêta même pas, sauf lorsqu'il fit trois pas en direction des villageois dehors, tandis que la troupe de gardes frontières arrivaient dans les trente prochaines secondes.



Vous saviez bien à quoi vous attendre en me désobéissant. Assumez vos actes pitoyables. La vérité, c'est que je me fiche que vous réussissiez ou non. Mais je vais vous montrer qu'il n'est pas impossible de faire ce que j'ai demandé...




Ajouta la colosse froidement, tout en se rapprochant d'un premier villageois, c'était un habitant lambda, assez vieux, il l'écarte et saisi la main d'un garçon qui se cachait derrière et qui lui, devait avoir une dizaine d'années. Il n'y avait pas beaucoup de jeunes dans ce village. La troupe de soldats arrivèrent mais Zayro s'en fichait complètement. Le temps qu'ils s'arrêtent en criant, descendant de leurs palefrois et tentant d'arriver, le messager de l'enfer avait déjà traîné sur la moitié du chemin, alors que le vieillard de tout à l'heure essayait vainement de l'en empêcher. Le gosse qu'il forçait à suivre, pleurait et ne pouvait rien faire d'autre que laisser ses genoux saigner au contact du sol sur lequel le géant Fuyujin le traînait.

Puis il arriva enfin à nouveau devant Akemi, il montra l'enfant comme un pièce de jambon, puis arracha sa peau devant elle. S'il le fit avec tant de précision et dans la plus grande souffrance pour ce dernier encore en vie, c'est parcequ'il recouvrit le bout de ses doigts de lasers atomiques. Lorsqu'il prenait la peau, celle ci se décollait presque toute seule et il n'avait qu'à tirer. Il l'arracha tout de même sans prendre en compte la vie humaine qu'il avait dans ses paumes refermées.

Lorsque la chair fut suffisamment écorchée, sous des cris et des pleurs toujours plus puissants et bruyant, il jeta le corps de l'enfant rougeoyant de muscle et de sang par la fenêtre du magasin. Les gens avaient de quoi êtres choqués et terrifiés, ils pouvaient... Même les gardes furent surpris alors qu'ils arrivaient cette fois juste devant la façade. L'un d'eux vomis même sur place. Cette froideur ne s'arrêta pas ici, puis il attrapa le bras d'Akemi dans la violence, collant la peau écorchée du gamin et la chauffant avec ses atomes jusqu'à la fusionner par brûlures intenses à la propre chair de la kunoichi.

Voila qu'elle ne ferait plus qu'un avec la peau de cet enfant, qui était tout de même encore en vie dehors, le visage jusqu'au cou et un peu de l'épaule complètement dénuée de peau désormais... Une vision horrible, un cauchemar... Qui ne semblait pas prendre fin tout de suite.




Etait-ce si compliqué ?




Gardes : Vous.. Dans le magasin, so... SORTEZ... !!

Voila que les gardes cernaient maintenant le bâtiment, alors que l'enfant laissait ses derniers soupirs sur le carreau. Le vieillard en pleurait, les habitants furent paniqués et certains soldats demandèrent à ces derniers de s'éparpiller et de fuir au plus vite devant le danger. Ils ne savaient pas encore à qui ils avaient à faire. Akemi elle... Savait. Elle qui était maintenant greffé via son bras, de la peau d'un visage d'enfant... D'un mort. Zayro avait encore le toupet d'ignorer les menaces de cette garde et se dirigea vers une penderie à l'intérieur de la boutique.

Il fut étonné et trouva une rédingotte qui, avec quelques modifications, irait parfaitement au style qu'il recherchait actuellement. Il l'a prit, la fixa. Elle était noire de jais, une belle parure aux manches longues recourbées comme son col de corsaire, c'était parfait. Il l'a mit immédiatement et se retourna vers la kunoichi et les soldats frontaliers de l'entrée principale.



Cela fera finalement l'affaire. Mais je dois y faire quelques modification pour avoir mon modèle. Vous allez portez le poids de votre faute sur votre corps.




Termina t'il d'une voix rauque en fixant la jeune femme qui devait souffrir le martyr. Il comptait bien tuer tout le monde, ça se voyait, c'était clair, que ferait t'elle pour empêcher cela ? A moins qu'elle n'abandonne tout et ne le laisse faire. Pouvait t'il seulement être stoppé ?







Fiche technique~Mon nouveau theme
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1068
Yens : 437
Date d'inscription : 31/07/2016

Progression
Niveau: 66
Nombre de topic terminé: 23
Exp:
4/6  (4/6)
avatar
Akemi Namikaze ⱡ Altruiste ⱡ

-



MessageSujet: Re: Le cruel horizon   Ven 11 Nov - 21:21



Le cruel horizon
feat. Zayro et Akemi


Mes propos ne semblèrent pas atteindre l’autre élu, qui continua son chemin hors de la boutique. Cependant, alors que je le suivais pour voir ce qu’il comptait faire, ce qu’il dit me fit stopper net. Une sueur froide me coula dans le dos, alors que je me demandai ce qu’il préparait. Et vu ce qu’il avait déjà fait jusqu’ici, je m’attendais au pire.

J’entendis des cris en dehors de l’établissement, ce qui ne présageait rien de bon. Alors que j’allais esquisser un mouvement pour rejoindre le colosse et savoir de quoi il en retournait, celui-ci réapparut dans l’atelier, traînant un garçon d’une dizaine d’années derrière lui. Il le tenait par la main et vint se placer devant moi. L’enfant pleurait toutes les larmes de son corps, me faisant culpabiliser pour ce qu’il lui arrivait. Ce pauvre garçon n’avait rien de mandé !

Mais ce qui suivit décupla ce sentiment. Lentement, comme s’il se donnait en spectacle, Zayro se mit à arracher la peau qui recouvrait le visage de sa victime. Il le faisait avec une simplicité extrême, usant d’une technique qui m’était inconnue. A vrai dire celle-ci m’importait peu, tant j’étais accaparée par cette scène monstrueuse. Les cris de l’enfant étaient déchirants, je ne savais même pas comment il pouvait encore avoir la force de crier face au supplice qu’on lui infligeait.

Les larmes me montant aux yeux, horrifiée par ce qui se produisait, je finis par crier :

- Ça suffit ! Arrêtez ! Il n’y est pour rien !

Je fus complètement ignorée. Le colosse continua sa besogne jusqu’au bout, son visage imperturbable alors que les pleurs et cris montaient crescendo. Je serrai les poings de frustration et m’apprêtai à risquer le tout pour le tout, quand il acheva sa tâche. Et sans plus de précautions, il jeta sa victime, dépossédée de la peau de son visage, par la fenêtre.

Avant que je puisse dire ou faire quoi que ce soit, Zayro me prit par le bras avec force, tellement de force que je ne pus rien faire pour m’échapper. Et sans un mot, il me colla le morceau de peau sur ce même bras. Ce fut atroce et je poussai un horrible cri de douleur quand la brûlure commença. Je crus que j’allai m’évanouir sous le supplice. Ma chair était en feu ! Mon esprit ne pouvait se concentrer sur rien d’autre que cette torture !

Je ne sentis même pas quand le Fuyujin me lâcha, ni même entendis sa remarque. Cependant, je me tins aussitôt mon bras, réflexe primitif, lorsqu’il fut libéré. A travers mes larmes, je pus suivre les mouvements de Zayro qui se dirigeait maintenant vers une sorte de penderie et en retirai une veste noire.

Pendant ce temps, je rassemblai le peu de courage qui me restait, et, malgré le martyr que mon bras m’infligeait, je me dirigeai vers l’encadrement de la porte. A peine y étais-je rendue que le colosse m’adressait de nouveau la parole. Bien que mon esprit soit toujours embrumé par la douleur et par ma culpabilité croissante, je restai suffisamment lucide pour savoir ce qu’impliquaient ses propos.

Alors, sortant mon épée de son fourreau avec mon bras encore utilisable, je le pointai vers Zayro avec un air de défi, même si je savais que mes yeux transmettaient la peur que je ressentais.

- Je ne vous laisserai pas faire !

Oui, j’étais très inconsciente. Peut-être l’horrible douleur finissait-elle par atteindre mes neurones. Mais c’était aussi ce qui me définissait. Il était hors de question pour moi de laisser des innocents souffrir de mon erreur involontaire. Je tournai la tête vers ces mêmes innocents, avant de leur crier :

- Fuyez ! Vous ne faites pas le poids contre lui ! Je doute qu’une armée puisse le faire, alors vous n’avez aucune chance ! Dégagez d’ici ! Vous m’avez bien comprise ?

Revenir en haut Aller en bas
Messages : 6091
Yens : 751
Date d'inscription : 25/10/2014
Localisation : En haut de la montagne

Progression
Niveau: 253
Nombre de topic terminé: 133
Exp:
7/18  (7/18)
avatar
Zayro Jinn ✚ Messager de l'enfer ✙

-



MessageSujet: Re: Le cruel horizon   Sam 12 Nov - 2:32



Le cruel horizon

feat.Akemi



Le supplice était grand, sans doute trop pour la jeune femme. Les larmes montant à ses yeux, prouvant son empathie et sa compassion envers le jeune enfant qu'elle aurait voulut pouvoir sauver, mais il était trop tard. Le colosse était trop rapide dans sa besogne et en avait déjà terminé, finissant une vie comme s'il tournait les pages d'un livre sans saveur. Le géant de Fuyu n'éprouvait rien, il était un veritable mur de non-émotions et Akemi ne pouvait que le souligner d'avantage en le voyant aujourd'hui. Elle qui avait été prévenue de ne pas croiser sa route, n'avait sans doute aucune chance aujourd'hui, car le karma n'allait pas en s'arrangeant.

La situation s'aggrava en effet, lorsqu'il décida de coudre sommairement grâce à ses atomes et d'intenses brûlures au corps, le visage arrachée sur le bras de la kunoichi. Marquée peut être pour un temps indéfinie de cette tragédie. Cela dit, il n'était plus question de se laisser faire, malgré les actes et les remarques incessantes du messager des enfers, ainsi que la prévention des gardes qui encerclaient le bâtiment, la jeune femme courageuse, prit l'initiative de stopper elle même le fléau. Epée à la main, elle cria aux soldats regroupées et aussi aux habitants de fuir. Zayro Jinn était là, n'était t'il pas un peu trop tard pour cela ? Quoiqu'il en soit, le colosse se retourna un instant de plus vers elle ;



Vous ne saisissez pas l'écart de force qu'il y'a entre nous ? Est-ce donc là à chaque fois la méthodes des faibles et autre pseudo-héros de toute heure ? J'ai écrasé une multitude d'insecte qui prétendaient pouvoir me stopper comme vous le faites maintenant. Ne me faites pas perdre mon temps..




Pour Jinn, dit ainsi, c'était un peu comme s'il faisait la leçon à Akemi. Lui prouvant d'abord qu'elle n'avait pas la force nécessaire de son ambition à l'arrêter, il lui faisait clairement comprendre qu'il irait au bout de ses propos et ses idées malsaines, sans qu'elle ne puisse rien faire à son encontre. Elle le savait, il le savait, il n'y avait pas d'enjeu aussi grands. A moins d'un miracle, l’espérance était au plus bas. Les habitants avaient néanmoins fuis et ce, sans attendre la remarque de l'élue et des soldats. La panique crée par la tuerie précédente et plus encore par l'enfant décimé sous leurs yeux avait largement suffit. Un impact qui aurait au moins le mérite de peut être en sauver quelques autres.

Mais en revanche, les gardes étaient des guerriers, aguerris et au moins tout aussi courageux que la kunoichi. Ils ne comptaient pas abandonner et entrèrent même dans la boutique. Un, deux, trois étaient à présent devant l'entrée et huit autre attendaient à l’extérieur. Ils possédaient tous des sabres à double tranchants, des arcs et des couteaux bien aiguisés. S'ils pensaient faire la différence avec cela, ceux ci se trompaient lourdement. Mais il n'en avait rien à faire, car son visage pointait encore vers la jeune élue. Elle semblait bien décidée après tout.




Les gens comme vous ne sauve personne. Si vous ne m'arrêtez pas, je les tuerais tous sans hésiter, sans même me fatiguer. Aucun de vous ne comprends que pour réussir, il faut sacrifier quelque chose. Par exemple...




Chef des Gardes :Attaquez !
Garde : Yaah !
Garde : AAAAAH !

Jinn recu alors trois coups d'épées simultanée dans son dos, mais les lames se heurtèrent à un corps aussi solides que l'acier. Que ce soit sa peau ou l'armure, l'impact ne fit rien, sous les yeux choqués et surpris des quelques gardes qui firent leurs mouvements synchronisés et amplis d'une certaine force et exprerience tout de même ! Ils reculèrent, alors que le colosse impressionnant par son aura et sa carrure se tourna vers eux. Puis il pointa du doigt chacun de ceux présents devant lui, en ayant toujours les yeux rivés vers Akemi.



... De ces trois, si vous ne pouviez en sauver qu'un, lequel serait-ce ? Si vous en tuez deux, je laisserais le dernier vivre. Vous pourrez alors dire que vous avez sauvé une vie car vous aviez un choix à faire. Si vous ne le faites pas, je le tue tous... Vous avez dix secondes.




Il laissait à la jeune Kunoichi, dix secondes pour décider d'épargner une vie en tuant deux autres. Pire, il demandait à ce que ce soit "elle" et ELLE seule qui achève les deux autres. Son regard inquisiteur, perturbateur et insistant saurait si elle feinterait ou non, il n'était pas question d'essayer d'abuser de sa patience et de ses talents d'observateurs. Mais les gardes qui tressaillirent sur le coup, se reprenaient petit à petit, fixant alors la femme pour lui dire ;

Chef des Gardes :OI vous la, fuyez nous nous occuperons de lui !
Garde : N'écoutez pas ce fou !
Garde : O.. Ouais !



Je ne laisserais partir personne sans que je n'al décidé... Cinq secondes...




Il n'y avait qu'un cruel horizon devant elle, une décision unique qui devait être prise à la va-vite, pour tuer ou sauver une vie... Le sacrifice en valait t'il la chandelle ? Le choix valait t'il le coup ?


_________

Hrp :

* Si tu refuses le choix de Zayro > Combat staté déclenché (tu pourras commencer)




Fiche technique~Mon nouveau theme
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1068
Yens : 437
Date d'inscription : 31/07/2016

Progression
Niveau: 66
Nombre de topic terminé: 23
Exp:
4/6  (4/6)
avatar
Akemi Namikaze ⱡ Altruiste ⱡ

-



MessageSujet: Re: Le cruel horizon   Sam 12 Nov - 17:34



Le cruel horizon
feat. Zayro et Akemi


Je supportai difficilement le regard du colosse, alors qu’il m’adressait de nouveau la parole. Bien sûr que je savais que je ne faisais pas le poids ! Je n’étais pas idiote à ce point ! Mais il me fallait cependant gagner du temps pour pouvoir permettre aux villageois et gardes de s’enfuir le plus loin possible.

Malgré ma mise en garde, les soldats étaient trop obnubilés par leur devoir qu’ils ne voyaient pas la différence de niveau entre Zayro Jinn et eux tous rassemblés, tandis que les villageois s’enfuyaient à toute jambes. Trois entrèrent même pour affronter l’ennemi, alors que celui-ci continuait sa tirade, ne semblant pas se soucier des gardes. Sans doute était-ce le cas. Il ne devait rien craindre d’eux.

Et cela se prouva quand les idiots l’attaquèrent ensemble. Leurs coups se contentèrent de rebondir sans avoir le moindre effet sur le Fuyujin. Enfin si, il se tourna vers eux, mais toujours les yeux rivés sur moi. Et alors qu’il désignait chacun d’entre eux, il proposa un horrible marché : choisir qui vivrait parmi les trois et tuer les deux autres moi-même, ou ils les tuerait tous. En plus de cela il imposait une limite de temps !

Je serrai les dents et les poings, incapable de me résoudre à faire un choix quelconque. Il m’était impossible d’enlever deux vies innocentes, même si c’était pour en sauver une autre. Pour moi, chaque existence avait sa valeur. Enfin, sauf pour les ordures de la pire espèce comme celle qui se trouvait en face de moi.

Les gardes, dans leur bêtise, m’assurèrent qu’ils pourraient se charger de Zayro, même après leur cuisant échec. Ils me conseillaient même de fuir ! Or, ils étaient tout aussi impuissants que moi face à lui ! Et en plus, pour me rajouter plus de pression, le monstre m’indiquait le temps restant pour prendre ma décision. Cinq secondes.

Je fermai les yeux, ne sachant pas quoi faire. Le choix était trop dur, je ne pouvais pas jouer ainsi avec la vie d’innocents. Je rouvris donc mes yeux, déterminée à en finir. Puisque j’étais tout simplement incapable en mon âme et conscience de prendre une décision, j’en créerai une troisième. Resserrant ma prise sur mon épée, je joignis mes mains ensemble (lentement à cause de mon bras endommagé) pour former quelques signes. Puis, je pris une inspiration avant de cracher une petite boule de feu dans la direction de mon ennemi. Je m’adressai ensuite rapidement aux gardes, en m’élançant vers Zayro.

- C’est à vous de fuir pendant que je le distrais ! Ne me faites pas me répéter inutilement et gâcher mes effort pour rien ! Vous ne pouvez absolument rien contre lui ! Donc rangez votre satané fierté, et dégagez d’ici ! Et au pas de course !

Sur ces mots, je continuai mon assaut, traçant une diagonal avec mon sabre, visant le torse du colosse, tandis que j'injectai plus de chakra dans mes muscles. J'enchaînai ensuite avec mon plus puissant coup d'estoc à mon niveau actuel.

Je savais bien que je n’avais aucune chance contre lui. Après tout, il était un monstre de puissance. J’espérai cependant le distraire assez longtemps pour permettre aux gardes de s’enfuir. Si tant est que ces idiots profiteraient de l’occasion !




Dernière édition par Akemi Namikaze le Dim 13 Nov - 22:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 6091
Yens : 751
Date d'inscription : 25/10/2014
Localisation : En haut de la montagne

Progression
Niveau: 253
Nombre de topic terminé: 133
Exp:
7/18  (7/18)
avatar
Zayro Jinn ✚ Messager de l'enfer ✙

-



MessageSujet: Re: Le cruel horizon   Sam 12 Nov - 23:40



Le cruel horizon

feat.Akemi



Il était inutile pour les gardes se continuer leurs assauts, tout comme il était inutile pour les villageois de fuir ainsi. L'ombre de Zayro commençait à réagir étrangement, ils ne le savaient pas encore mais c'était en réalité Glaugan qui se faufilait doucement à l’extérieur. Le seiba ou Lion noir du géant Fuyujin comptait bien faire un carnage. C'était pour évident non ? L'espoir avait depuis quelques minutes déjà, quitté entièrement ce village et ce, peu importe le nombre de renfort. La vérité c'est que personne ne viendrait aider quelques habitants d'un coin paumé, tout comme une garnison de frontière loin de tout danger véritable, alors que la guerre grondait et que les grandes décisions étaient prises ailleurs. Pourquoi n'arrivaient t'ils pas à ouvrir les yeux tout simplement ? C'était risible.

Akemi ne prit pas de décision et laissa les secondes s'écouler, lentement mais surement, jusqu'à ce que sa poigne se resserre sur son épée, mais elle ne l'utilisa pas tout de suite. C'est avec un énième avertissement qu'elle attaqua, en prenant une drôle d'inspiration et crachant par la suite des flammes. Elles n'avaient pas encore l'ardeur suffisante pour faire quoique ce soit, c'était le potentiel d'une flammèche tout au plus. Non bien sur, c'était une boule de feu, mais pas assez conséquente. Les gardes comprenaient qu'ils n'avaient pas le niveau et fuirent... Deux d'entre eux en tout cas ! Le chef se targuait de vouloir rester et aider coûte que coûte la jeune femme !

Mais rapidement, ceux dehors se retrouvaient bien vite devant une ombre formée de plus en plus solide. Un esprit maléfique dans le corps d'un animal roi ! Glaugan, le familier loyal de Zayro Jinn leur faisait face. Dix hommes contre une bête qui avait largement la force et le niveau de leurs tenir haleine en combat. Mais si nous revenions à notre boutique, alors Akemi s'apprêtait à attaquer vivement, arme à la main, de façon frontale. Jinn se tenait devant elle, sans bouger d'un iota ;



Agir de façon zélé, sans réflexion, c'est donc là votre choix...




Alors que les flammes n'avaient même pas pu dévorer son armure ou sa chair, le premier coup qui lui parvint ne fit absolument aucunes égratignures, cependant un second vint très rapidement sur Zayro, alors celui ci vit que la puissance était tout autre, même si ça ne lui aurait rien fait, il saisit rapidement le bout de la lame d'estoc de la kunoichi pour la dévier légèrement jusqu'au chef qui était resté, le coup frappa ce dernier même s'il avait touché sans faire de dégâts le géant de Fuyu. La lame d'Akemi s'enfonça dans le torse du pauvre homme qui décolla de la surface du sol pour se planter contre le mur, en y laissant un trou dans la charpente.




Vous voyez, vous pouvez choisir. Mais c'est trop tard à présent, votre choix est fait, le poids de vos conséquences aussi.




Chef des Gardes :Aaa...Aaa... Fu.... Yez...! Ajouta le chef dans un dernier soupir.


Alors que dehors, le lion ravageait tout, en luttant et créant une pagaille qui allait croissante. Un tel animal pourrait rattraper sans sourciller les vieux et les enfants après s'être occupé des soldats qui essayaient encore vainement de l'arrêter. Que pouvait faire Akemi ? Rien... Rien du tout. Mais dans la boutique, Jinn ne comptait pas forcément la ménager et bougea sa cape de gauche à droite avant de faire des mouvements circulaires plus que dangereux !

_________

Hrp :

Petite erreur dans les calculs, je te mets donc ici la manière de les calculer :

Boule de feu 60 + 31(bonus magique) = 91 + 10%(bonus seika) = 100

Arme 20 + 33(bonus physique) = 53 + 10%(passif dgt physique) = 58.3 + 10%(bonus seika) = 64.13 -30%(malus polyvalent) = 45(on arrondit le résultat final au supérieur)

Coup d'estoc 60 + 33(bonus physique) = 93 + 10%(passif) = 102.3 +10%(bonus seika) = 113 (on arrondit le résultat final au supérieur)


total que tu me faisais : 258 et non 266






Fiche technique~Mon nouveau theme
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1068
Yens : 437
Date d'inscription : 31/07/2016

Progression
Niveau: 66
Nombre de topic terminé: 23
Exp:
4/6  (4/6)
avatar
Akemi Namikaze ⱡ Altruiste ⱡ

-



MessageSujet: Re: Le cruel horizon   Dim 13 Nov - 23:45



Le cruel horizon
feat. Zayro et Akemi


Alors même que j’attaquai, je pus me rendre compte du coin de l’œil que les gardes s’enfuyaient. Enfin, tous sauf le chef. Cependant, ma confrontation était beaucoup plus importante, et ce fut avec horreur que je vis le colosse encaisser ma boule de feu, sans que cela ne fasse le moindre dégât. Et il en profitait même pour parler, toujours de sa façon aussi désintéressée, alors que je serrai les dents, et ma main encore utilisable autour de mon sabre.

Il se prit aussi mon premier coup de plein fouet, sans en être perturbé, et je pus enfin prendre la pleine puissance de cet être. Mais surtout la différence de niveau qui existait entre nous. Je voulais bien reconnaître que je n’avais pas les compétences que j’avais avant d’arriver, mais je ne pensais pas que ce serait à ce point ! Il n’avait même pas un bleu ou une égratignure !

Cependant, ce n’était pas fini. Et je plongeai lentement dans le désespoir quand Zayro se contenta de dévier ma lame d’un simple et rapide mouvement. Ce qui fut pire, et ce qui alourdi encore plus ma conscience, ce fut vers où il dévia mon coup. Et je ne pus rien faire d’autre que de voir la lame s’enfoncer dans le pauvre chef de la garde. Horrifiée, je retirai bien vite mon épée de son corps et me précipitai pour le rattraper avant qu’il n’heurte le sol. Même dans ses derniers instants, il m’ordonna de fuir.

Je fermai les yeux et frappai le sol de mon poing valide, frustrée et coupable. C’étais moi qui avait été trop faible pour les protéger. C’étais moi qui avait provoquer la mort de ce pauvre garçon. Tout ça parce que j’avais eu le malheur de ne pas pouvoir coudre un simple vêtement, et parce que j’étais trop faible pour pouvoir protéger qui que ce soit. J’avais l’impression que l’histoire se répétait. J’étais incapable de sauver ces gens, comme j’avais été incapable de sauver mes coéquipiers et amis.

Cependant, je revins bien vite à la réalité, sentant un léger courant d’air. Et relevant la tête, je pus voir deux bouts de cape exécuter des mouvements circulaires dans ma direction. Je roulai d’un côté pour échapper au premier. Et évitai de justesse le dernier. Mon cœur palpitant, et trempée de sueur, je regardai avec des yeux effrayés ce monstre de puissance.

Des cris d’effroi, d’horreur et de douleur me firent reprendre contact avec la réalité. Ce n’était pas fini ! Je pouvais encore permettre à ces gens dehors de fuir. Si j’occupai ce qui les attaquait, peut-être qu’ils auraient une chance de s’en sortir ! Je couru dehors et tombai sur une scène macabre. Un lion d’ombre déchiquetait tout ce qui se trouvait sur son passage, et avait déjà laissé un sillage de cadavres derrière lui.

Horrifiée devant ce carnage, il me fallut un petit moment pour réagir. Cependant, il me fallait cette fois agir ave prudence. Car après le témoignage de puissance dont avait fait preuve le colosse de Fuyu, je savais que si je me prenais ne serait-ce qu’une attaque, je serai sans doute morte. Il me fallait donc un plan, et vite, car le temps pressait ! Puis, un début de plan se formula dans ma tête. Le tout était d’attirer l’attention du fauve sur moi, pour permettre aux villageois de fuir. Il me fallait donc une attaque pour attirer son attention et une technique qui permettrait de la garder, tout en restant hors de sa portée. Levant les yeux vers le ciel, mon regard tomba sur les mouettes qui le peuplait. Et mon plan se précisa.

Je rangeai tout d’abord mon sabre dans son fourreau avant d’effectuer les même signes que précédemment et d’envoyer une boule de feu en direction du lion.

- OI ! Viens donc affronter quelqu’un qui offre un challenge !

Sur ces mots, j’effectuai un nouveau signe de mes mains et pris mon élan avant de sauter et me transformer en mouette. Je rejoignis rapidement les autres haut dans le ciel, espérant confondre l’esprit de l’animal, et du maître. Je tentai aussi de bien voler, avec une seule aile utilisable, et me posai donc dans un courant qui pourrai me maintenir dans les airs sans trop d’efforts de la part de mon aile blessée.




Dernière édition par Akemi Namikaze le Mar 15 Nov - 21:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 6091
Yens : 751
Date d'inscription : 25/10/2014
Localisation : En haut de la montagne

Progression
Niveau: 253
Nombre de topic terminé: 133
Exp:
7/18  (7/18)
avatar
Zayro Jinn ✚ Messager de l'enfer ✙

-



MessageSujet: Re: Le cruel horizon   Mar 15 Nov - 3:29



Le cruel horizon

feat.Akemi



Elle pouvait être effrayé, ce n'était pas anodin de se retrouver face à Zayro et survivre. Le garde qui avait été frappé n'était qu'une victime de plus sur sa longue liste, ce n'était clairement pas de la faute de la jeune femme, mais à coup sur, ce serait encore une qui garderait les sévices mentales de cette rencontre. En tout cas, les attaques contre le colosse s'avéraient inutiles. Le feu se dissipa et les coups rebondirent sur son armure. Mais lorsqu'il s'était servit de sa propre puissance à de mauvaises fins, elle comprit l'ampleur de la différence entre eux. Akemi, comme le chef des gardes avaient pensés pouvoir faire le poids, mais dans Kosaten il était un des plus gros poissons.

La colère de la Kunoichi était aussi une preuve de sa faiblesse pour Jinn. Laisser s'échapper ainsi de telles émotions ne montrait aucune preuve de contrôle. Mais il n'en avait que faire, elle devait être une élue héroïque de la nation ennemie et cela lui prouvait qu'il avait encore une fois raison sur ses opposants. Tous cloitré dans leurs visions étriqué de sauvetage et de sauvegarde de ce monde. Bien sur, il existait des élus puissants parmi eux, des exceptions comme la druidesse Aki Nishiie. Mais rares étaient ces derniers et encore, la rouquine n'avait pas pu rivaliser avec lui lors de leurs combats. Bien qu'il ait dénoté son étonnante progression... Sans savoir trop quoi en penser.

Pendant cette phase de reflexion ou Zayro resta tout de même assez attentif, il vit donc la femme sortir. Elle ne comptait plus vraiment s'attaquer à lui, voyant que ça n'avait aucune utilité, ce qu'elle visait avant tout était désormais Glaugan. Voulant sauver le plus de vie possible, son choix paraissait logique. C'est peu de temps après qu'elle rangea son arme et lança le même genre de boule de feu sur le Seiba sombre.



Glaugan mon lion, n'est pas un simple animal...




Elle profita de son petit tour de passe passe, pour continuer d'ignorer Zayro et se transformer en mouette, profitant donc du bord de mer et de la tonne de volatiles des environs pour s'y mêler. Elle avait donc ce genre de capacités ? Cela pouvait être pratique. Le lion avait d'hors et déjà tourné le regard dans la direction du feu qui frappa l'endroit ou il se trouvait. Cela permit aux gardes restant de s'écarter, tout en tombant parfois, tentant désormais de fuir sans demander leurs restes. En un sens, le plan d'Akemi marchait plutôt bien pour le moment.

Zayro mit un pas dehors également et croisa les bras. Il fixa son lion, et c'est son regard qui lui permit de faire passer le message ; "Elimine là, tu en est largement capable, ne me décois pas". C'était grosso modo ce qu'il pouvait comprendre en cernant les pupilles de son maitre. Les pattes solidement musclées de Glaugan le rendrait impressionnant et dangereux. C'était un esprit maléfique dans le corps du roi de la jungle, version ténébreuse. Il fallait ajouter à cela sa terrifiante capacité de se fondre dans l'ombre du messager de l'enfer, mais aussi ses talents bestiaux comme l'odorat ou l'ouïe beaucoup plus développés !



"Cette humaine pense me narguer ?"  RrrrRRrr..




L'animal se positionna sur ses pattes arrière et bondit dans les airs à une hauteur impressionnante. Un jaguar pouvait bondir et grimper à un arbre assez aisément, a une hauteur de dix bons mètres. Glaugan lui, pouvait faire de même dans les airs et se servir de sa puissance pour s'élancer plus haut encore. Une fois vers les volatiles il n'hésita pas un instant à frapper de toute sa force avec ses terribles griffes acérées ! La rangée mortelle gifla plusieurs mouettes dans le lot et c'est une pluie de sang qui s'écoula sur la zone. Il n'avait pas vu précisément ou était Akemi, mais avait pisté son odeur, elle avait été dans le lot touché, c'était certain...

_________

Hrp : tu as oublié de te retirer le drain par tour. Je draine passivement 120 pv par tours. Tu es donc a 445 et si tu comptes ce tour tu seras donc à 325 pv







Fiche technique~Mon nouveau theme
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1068
Yens : 437
Date d'inscription : 31/07/2016

Progression
Niveau: 66
Nombre de topic terminé: 23
Exp:
4/6  (4/6)
avatar
Akemi Namikaze ⱡ Altruiste ⱡ

-



MessageSujet: Re: Le cruel horizon   Mar 15 Nov - 21:59



Le cruel horizon
feat. Zayro et Akemi

Du haut de ma position, je pus un peu mieux observer ce qu’il se passait. Mais le constat n’en était que plus macabre. Plusieurs dizaines de cadavres gisaient sur le sol des rues. Même les femmes et les enfants n’avaient pas été épargnés. Cependant, je pus aussi constater que ma diversion avait fonctionné, le lion s’étant détourné de ses cibles. Les gardes et villageois restants purent donc tenter de fuir un peu plus facilement.

Mon attention fut vite accaparée par une forme surgissant de nulle part. Et ce fut plus par réflexe qu’autre chose, que je plaçai mon aile non endommagée devant mon corps, en guise de protection sommaire. Je ne pus distinguer ce qui se passa, mais une vive douleur, et une sensation de profonde griffure au bras gauche me firent prendre conscience de ce qui se trouvait face à moi. Il s’agissait du lion d’ombre ! Comment avait-il put se rendre à une telle hauteur ?

C’était pourtant le moindre de mes soucis, car malgré mon réflexe de protection, mon second bras était maintenant aussi endommagé. Et je n’avais plus rien pour me protéger du second coup de griffes que je me pris en plein abdomen (enfin, ventre d’oiseau). Sous l’effet de la douleur, je poussai un cri, et retrouvai mon apparence normale, mes bras pendant mollement de chaque côté de mon corps, tandis que le sang coulait en assez grande quantité de mon bras gauche et de mon torse.

J’étais en pleine sensation de chute libre, à demi-consciente, à cause de la perte de sang, la chute d’adrénaline, et la souffrance dont j’étais affligée. J’eus pourtant le vague réflexe de me réceptionner sur mes pieds quand je vis le sol arriver à grande vitesse. Seulement pour m’effondrer de nouveau, le dos contre un mur de maison. Je regardai vaguement vers Zayro, que je pouvais distinguer non loin. Il était vraiment un monstre de puissance, même son familier le démontrait. Mais je l’avais su dès que je l’avais reconnu dans la boutique. Mon seul objectif avait été de pouvoir gagner du temps aux gardes et villageois pour s’échapper.

C’était pour cela que j’affichai un petit sourire, alors même que je savais que j’étais fichue. Ces deux attaques m’avaient plus qu’endommagé. Je me demandai même si je n’avais pas des dégâts internes. C’était plus que possible. L’esprit embrumé, je ne ressentais plus trop la douleur, je me sentais au bord de l’inconscience. Et sans doute plus, si Zayro achevait son travail. Mais au moins, j’avais accompli mon but. Protéger les innocents.


Revenir en haut Aller en bas
Messages : 6091
Yens : 751
Date d'inscription : 25/10/2014
Localisation : En haut de la montagne

Progression
Niveau: 253
Nombre de topic terminé: 133
Exp:
7/18  (7/18)
avatar
Zayro Jinn ✚ Messager de l'enfer ✙

-



MessageSujet: Re: Le cruel horizon   Mer 16 Nov - 0:19



Le cruel horizon

feat.Akemi



Avec la détente de Glaugan, le lion n'eut aucun mal à atteindre sa cible, il en visa plusieurs et le corps des mouettes tombèrent décharnées. La pluie de sang s'en suivie, forcément dans le lot, Akemi avait été touchée. Mais parmi les volatiles l'un d'eux fit preuve de bien plus de perspicacité, habileté et force. Elle bloqua comme elle pu les dégâts provenant des lourdes griffes du Seiba maléfique, mais ne pu rien faire contre la seconde volée. Sa transformation atteint ses limites et son corps sembla tomber au ralenti. Une scène de chute qui devait la faire réfléchir. Marque de griffures, os brisées, fêlures multiples, bleus et contusions, hémorragies diverses, tout ça dans le but de perdre... Perdre pour gagner du temps. La Kunoichi retombait dans un silence de mort en brisant le sol sous son poids depuis le ciel.

L'animal aussi retomba sur ses pattes, très fièrement. Il s'empressa de sauter sur Akemi qui ne pouvait plus rien faire si ce n'est garder un sourire béa malgré la situation. Elle avait sauvé des vies en sacrifiant la sienne, c'était peut être une question de nindô. En tout cas, les deux pattes vinrent bloquer les bras déjà ballants et inutilisable de la kunoichi. Fermement ancré sur ses positions, le lion hésita un instant à l'achever en lui arrachant la gorge. Approchant alors son museau au plus près d'elle, s'apprêtant à la mordre en ouvrant sa gueule pleine de crocs.

C'est étonnamment la voix de Zayro qui le stoppa dans sa course. Le messager des enfers arrivant à la hauteur de son familier et donc de l'élue de Seika, qui perdait un combat dont on savait la finalité d'avance et sans surprise. Le colosse se pencha vers elle et prit son épée, mais il ne comptait pas faire une collection. Il en avait déjà une depuis celle volée à Zoro roronoa. Non, cette fois il prit l'arme et la planta directement dans le ventre de la jeune femme, l'empalant sur le coup, mais sans la tuer. Il prit soin d'éviter les organes vitaux.



Ne l'achève pas. Je lui ai promis quelque chose... J'aime tenir mes paroles.







GrrRrrRRRrr...





Evidemment, Glaugan grognait, mais il s'écarta par respect pour son maitre. S'asseyant en regardant ce que le géant de Fuyu comptait tout simplement faire, alors qu'il avait eut totalement gain de cause. Il avait fait des victimes, battus gardes et élue, eut sa veste, que cherchait t'il encore ? C'est là qu'il se mit à ramasser et puis entasser tous ceux qui avait péris. Quelques gardes, quelques habitants, le corps écorché de l'enfant. Il les mettait les uns après les autres sur la jeune femme qui ne pouvait plus bouger, plus en état en tout cas. Les autres avaient fuis, et honnêtement, même si Jinn ou son lion aurait pu les rattraper et les tuer, il n'avait plus envie de perdre du temps pour cela, ce n'était pas un jeu, mais une sorte de punition...

Arrachant alors les visages des ces cadavres devant elle, qui était après tout blessée presque mortellement, mais toujours consciente. Zayro se rapprocha avec la poignée de chair disséquée dans la main, puis déchira la chemise de la kunoichi avant de plaquer les visages, les peaux de ces macchabées sur son torse, son bras, son épaule et une partie de son cou. La ou il trouvait de la place.



Je vous avais prévenus. Vous porterez sur vous... Le poids de vos erreurs.




Il approcha alors doucement sa main, puis plus vite, alors qu'elle chauffait atomiquement. La suite ressemblait plus à un repassage que de la couture humaine. Il imprégnait tellement de chaleur en brûlant la peau de l'élue en question, en plus des visages, que ceux ci fusionnaient directement dans son corps. Le poids de la défaite, la peau des morts gravé sur elle... C'était à la fois sadique, diabolique et lourd de sens. Son choix avait sauvé des vies, sacrifiés d'autres, mais c'est elle qui en assumait les cicatrices. Puis il écarta la main du corps fumant, se relevant et paré à reprendre sa route, sa veste bougeant au vent.

_________

Fin du combat staté.

Hrp : aucune erreur bien joué. Tu as désormais des visages gravés/fusionnés un peu partout sur ton corps. (voir ci dessous) Seul un medecin lvl 90 et + peu te soigner. Cela passera par des opérations pour retirer de la peau et la régénérer ensuite.







Fiche technique~Mon nouveau theme
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1068
Yens : 437
Date d'inscription : 31/07/2016

Progression
Niveau: 66
Nombre de topic terminé: 23
Exp:
4/6  (4/6)
avatar
Akemi Namikaze ⱡ Altruiste ⱡ

-



MessageSujet: Re: Le cruel horizon   Mer 16 Nov - 21:19



Le cruel horizon
feat. Zayro et Akemi

La brusque arrivée de l’imposant lion sur mon corps me sortie de ma torpeur, et je lui jetai un regard empli de défi et de fierté. Je m’en fichai complètement de mourir maintenant. Oui, il subsistait toujours une certaine peur face à cette créature. Mais, j’avais accompli mon objectif, donc je restai fière.

A ma grande surprise, l’animal fut interrompu par Zayro lui-même. Je levai vers lui des yeux un peu surpris, bien qu’ils soient ternis par le voile de la fatigue et de la douleur. Il avança à pas lents dans notre direction pour stopper son familier, et quand il arriva à notre hauteur, il n’hésita pas à rajouter une blessure de plus en m’empalant avec ma propre épée. Je crachai un peu de sang alors que cette douleur venait s’ajouter aux autres. Je me demandais comment je pouvais être encore consciente à ce stade.

Je distinguai vaguement son explication, tandis que le lion s’ôtait de mon corps. Les neurones finirent par se connecter, et je pâlis encore plus, en comprenant son sous-entendu. Il ne comptait tout de même pas… Je regardai mon bras droit où se trouvait déjà le visage d’un innocent, avant de le retourner vers le colosse.

Il avait déjà commencé à ramasser plusieurs corps. Je voulus bouger, protester, faire quelque chose ! Mais j’étais maintenant bien trop faible pour faire quoi que ce soit. Je regardai avec des yeux horrifiés les cadavres s’amonceler, alors que je prenais la pleine conscience de ce qui allait venir. Et je ne pus m’empêcher de détourner les yeux quand l’horrible être commença à arracher les peaux des visages des victimes. J’entendais pourtant tous les bruits, c’était un son révulsant, et je dus me retenir de rejeter le peu du contenu de mon estomac.

Cependant, le pire arriva bientôt, et je redirigeai mes yeux terrifiés sur Zayro qui venait d’arracher ma chemise. Il ne mit pas plus de temps pour commencer son macabre travail, soit fusionner les visages des victimes partout sur mon torse, mes bras, mes épaules et mon cou. De mon côté, mes hurlements de douleur devaient s’entendre jusqu’à Seika. La souffrance était encore pire que lors de la première fusion, et des larmes coulaient sur mon visage alors que je me débattais faiblement.

Puis, Zayro se releva pour s’éloigner, me laissant derrière sans un regard, alors que j’étais en proie à un supplice plus qu’intolérable. Je n’avais plus aucune pensée cohérente, la douleur surpassant toute autre chose. Jusqu’à ce que se fusse trop et que je sombre dans l’inconscience.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

-



MessageSujet: Re: Le cruel horizon   

Revenir en haut Aller en bas
Le cruel horizon
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Aimé Césaire, la liberté pour horizon
» Une silhouette dans l'horizon
» L'HORIZON - n'a pas son pareil ...
» ¤ Personnage le plus cruel/sadique ¤
» Peinture et décoration à l'horizon

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Manga Multiverse ::  :: Territoires neutres :: Bord de l'océan-


Crédits : Design : Phoenix & Pingouin Règlements & Contexte : Phoenix
Forum optimisé pour Google Chrome.