Partagez | .
Plus que le temps
Invité Invité

-



MessageSujet: Plus que le temps   Mer 16 Nov - 20:11






Plus que le temps



Avec : Emily Grimbald
   

Cela faisait maintenant deux jours que j'avais, enfin, franchis les portes de la grande cité nommée Chikai... Deux jours, pour lesquelles les choses n'avaient à vrai dire pas vraiment changée... A peine étais-je arrivé dans la ville que des urgences me demandaient, comme par exemple l'effondrement d'une maison, où j'avais réussi, par chance, à déblayer suffisament rapidement pour permettre aux occupants d'en sortir avec des blessures relativement mineures, qui avaient été ensuite amenés vers une clinique de quartier, qui allait s'occuper d'eux. Qu'est-ce que j'y avais gagné ? Comme souvent, presque rien... Bon, quelques piécettes offertes généreusement par un ami de la famille, et surtout des remerciements, mais c'était ce genre de chose qui me convenaient...

En tout cas, tout s'emboitait pour le moment mieux que je ne l'espérais. Ayant préféré retardé mon arrivée dans la capitale de quelques jours, à causes des nombreux tracts comme quoi la ministre de la guerre du pays allait prononcé un grand discours de mobilisation à cause des événements qui avaient ébranlées les fondations même du pays, je n'en restais pas moins tendu... Après tout, un élu de Fuyu dans les rues de la grande capitale de Seika... C'était très dangereux, et je risquais être traité tel un espion, ou un parias si jamais ce secret était percé à jour...

Mais prudence était mère de sureté, et j'étais déjà assez chanceux. En effet, le sceau de Long, qui ornait mon corps depuis maintenant plus de deux années, avait cessé de luire, ne devenant plus qu'une marque, aussi terne qu'une cicatrice sur mon corps. Bon, quelqu'un qui connaissait les sceaux des divins pouvait facilement le repérer si je l'exposais, mais il fallait déjà être beaucoup plus proche... Et loin de moi l'envie de tenter le diable !

Déjà qu'à vrai dire, j'avais risqué gros aux portes. J'avais beau être arrivé par une petite caravane en provenance du village que j'avais aidé il y a quelques jours vis à vis de l'esprit qui hantait ses rues, un garde, visiblement gradé, avait décidé en me voyant, m'identifiant directement comme une voyageuse inhabituelle à cause de mon arme rangée dans mon dos de procéder à une petite inspection en règle... Et cela au détriment de toute la circulation... Heureusement, une famille de citoyens, en me voyant, me reconnurent et m'identifièrent comme une personne amicale, qui les avait aidés par le passé. Sur le coup.... Je m'en voulais de ne pouvoir les reconnaître, mais avec quelques mots et remerciements de ma part, j'apprirent qu'ils venaient d'un village des territoires neutres, et que je m'étais occupé d'un bandit, nommé... Ygostof... Cela me fit sourire, voyant une preuve que mes actes avaient été utiles... Cette famille avait déménagé à l'annonce de la guerre, et maintenant, ils étaient en sécurité à Chikai... En tout cas, plus qu'au milieu des territoires neutres...

Et dans une telle ville, je devais avouer que j'étais totalement perdu. Je n'étais pas un grand adepte des cités, passant plus de temps sur les routes et dans les villages qu'à l'intérieur de murailles. La seule autre ville équivalente en termes de population et de densité que j'avais put observer et visiter sur Kosaten avait été Yuki, la capitale de Fuyu... Et autrefois, il y avait Kyoto, mais c'était un temps et une époque révolue depuis bien trop de temps. Ma place était en ce monde, je me le répétais, encore et toujours...

Mais au cours de ces deux jours, j'avais commencé à faire quelques recherches, malheureusement infructueuses. La jeune fille aux cheveux violets était introuvable... Et les raisons étaient diablement nombreuses : Avait-elle renoncer à cette décision ? Renoncer à me revoir ? Etais-je arrivé trop tard ? Trop tôt ? Au final... j'aurais dût lui répondre lorsque j'en avais l'occasion... J'aurais dût... Et j'avais été présomptueux... J'avais pensé pouvoir arriver tout vaillant et tout fort jusqu'à Chikai, mais... Mon sens de l'orientation m'avait joué des tours... Et il y avait eu la rencontre du titan... Il était clair que si l'occassion m'en était donnée maintenant... Les choses seraient bien différentes... Mais ce n'était pas la priorité ! Je me devais de la trouver, coûte que coûte, même si j'allais devoir arpenter la majeure partie de la ville !

Et en tout cas, je partais sur de bons espoirs... Plusieurs personnes témoignaient du passage très récent d'une jeune fille qui correspondait exactement à sa description, ce qui me donnait bon espoir de la retrouver. La cité avait beau être vaste, ma motivation était encore plus grande ! J'avais traversé le monde et bien des épreuves. Reculer ou abandonner maintenant... Aurait-été un aveu d'échec de tout ce que j'avais put faire en ce monde.

Mais en tout cas... Les choses allaient devoir attendre encore un peu plus. Ayant pris un repas plutôt fourni, une spécialité hautement épicée de Chikai, qui m'en avait fait voir de toutes les couleurs (et surtout plusieurs minutes la tête sous l'eau à essayer de me passer cette impression que ma gorge était en feu, j'avais décidé de faire une petite sieste. L'aubergiste, une femme un peu âgée ayant le rire facile, me connaissait déjà, puisque c'était là où je logeais. Une petite auberge, sans aucune prétention, nommée "Le drequin ivre". Rien de bien extraordinaire, l'ambiance étant sympathique, mais j'avais surtout besoin de me reposer un peu... Après tout, ma pouliche bénéficiait déjà d'un toit presque permanent aux écuries, nourrie et logée pour quelques bouchées de pains...

En tout cas, la porte de ma chambre (qui était la numéro 5) avait un petit problème, au niveau de la poignée... En effet, dès que l'on fermait la porte d'un geste, même doux, elle tombait dans un tintamarre assez gênant, ce qui faisait qu'on m'entendait me lever, même depuis les autres chambres... une chose bien dommage pour la tranquillité, mais bon, je n'étais pas à ça prêt, ayant déjà eu une petite réduction en ayant aidé l'aubergiste sur quelques petites tâches demandant des efforts physiques, comme porter des tonneaux ou déplacer des caisses. Mais bon, pour le moment, c'était le sommeil qui me gagnait, et je m'affalais dans mon lit, trouvant rapidement ce que j'attendais, m'abandonnant à l'inconscience...

*****
Musique

Je repris lentement conscience, sur une plage de sable doux et chaud. Une chose rare, que je n'avais presque jamais ressentie, mais dont l'existence m'avait été confirmée par les échos de quelques voyageurs et autres marins... Si initialement, les choses m'apparaissaient comme étant vraiment confuses, me demandant si j'avais été enlevé ou non, il apparaissait clairement, au bout de quelques minutes, que cet endroit n'avait rien de réel. Les nuages, sombres et rosées à la fois, se berçaient dans un levé de soleil sur une mer presque opaque, qui reflétait pourtant presque trop les rayons de la boule de feu qui siégeait à l'horizon, immobile.

J'étais dans une sorte de petite crique, entouré par la mer et des falaises, alors que seul un petit hotel, au centre du sable, sortait du lot. Un petit édifice, haut comme un loup, qui semblait être une sorte de stèle... Ou de table, qu'importe au final, l'endroit étant déjà suffisamment mystique par le doux, alors que le sifflement du vent sonnait comme une douce mélodie, qui changeait bien souvent. Et étrangement, malgré le fait que je ne sois pas un grand habitué des rêves... Je m'y sentais bien... Relaxé, reposé... Cet endroit était aussi ressourçant qu'une nuit de sommeil, et je... Comptais bien en profiter, quelques secondes, quelques heures, qu'importaient, je me sentais dériver... Et me contentais de m'asseoir sur la plage, à admirer la curieuse danse des vagues. Rare, trop rare étaient les moments de contemplations que je m'offrais, mais aujourd'hui était un moment trop spécial...


Et toutes ces choses complexes à mes yeux que sont les rêves et la magie... N'allaient pas tarder à le devenir encore plus...


Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Plus que le temps   Jeu 17 Nov - 21:16



Plus que le temps
FEAT. Kamatari Honjo





Cette ville… était vraiment différente de Kansei. L’architecture bien sûr, les couleurs aussi, mais pas seulement ! Le climat n’avait rien à voir, et je ne pensais pas qu’à la différence évidente de température. Les gens semblaient plus… chaleureux. Plus sereins dans leur vie. Cela pouvait s’expliquer de plusieurs manières, mais je n’insinuais pas que les habitants de Minshu étaient moins gentils, c’était différent ! Juste… il était clair que leur contexte de vie n’était pas le même. Le pays du serpent était une démocratie, ce qui malgré l’époque rapprochait la nation verte de ce que j’avais connu sur Terre. Cela signifiait que les habitants avaient un impact sur la vie politique de leur terre, puisqu’il était de leur responsabilité de choisir leur dirigeant. 

Les notions de loi, de liberté de parole, d’action, mais aussi de manipulation et de corruption, concernaient les Minshujin bien plus que dans tout autre état. Et même si M. Tekina avait rendu la nation bien plus propre qu’elle ne pu l’être par le passé… Inévitablement l’esprit et les traditions du pays de l’Est en conservaient de nombreuses traces. 
Alors qu’ici… c’était différent. Paix et Confiance régnaient.  Les gens semblaient plus amicaux, moins renfermés, …

Mais peut-être que la distance qui séparait cette ville des terres hostiles de Fuyu jouait aussi ? Ou que mon point de vue était altéré parce que ce n’était pas le dieu de Seika qui m’avait arrachée à ma vie ?
Après tout ce qu’il s’était passé, et surtout après que les choses aient été mises au clair au Temple de la Terre… Mon point de vue n’était peut-être pas vraiment neutre.   

En tout cas, il n’était pas rare que je me retrouve à vadrouiller dans les rues, visitant chaque recoin de ce nouveau lieu, et retranscrivant bien sûr chaque détail sur mon carnet ! Cette ville était belle, chaleureuse, gouvernée par un roi apprécié de son peuple, comme on en trouve dans les histoires heroïc-fantasy ! 
Presque…paradisiaque ?

Néanmoins, même s’il s’agissait d’une affaire agréable, ce n’est pas en touriste que j’avais choisis de rester ici quelques temps. Mais en étudiante ! La grande bibliothèque, quoique pas toujours facile d’accès, contenait un grand nombre de connaissances sur Kosaten et sa magie, le second sujet m’intéressant particulièrement, en complément de ce que j’apprenais avec la famille d’élus m’ayant gentiment hébergée… 

Mais il y avait encore autre chose à faire dans cette cité. Un rendez-vous sous la forme d’une lettre, envoyé il y a des mois de cela… L’avait-il seulement reçue ? L’avait-il seulement accepté ? Avec la guerre déclarée, n’avait-il pas eu de problèmes pour venir ?
Et si, par ma faute, M.Honjo avait eu de graves problèmes ?...  Jamais je ne me pardonnerais. 
Pas seulement de l’avoir invité à venir ici, mais… d’avoir coupé nos routes. D’avoir été d’une cruauté dont je ne me serais jamais cru capable. Après avoir vécu deux ans sur Kosaten, entraînée dans cet horrible monde, cet horrible conflit, avoir vu et vécu toutes ses choses… mes sentiments, mon esprit, ils avaient changé. Cela ne m’excusait en rien, mais expliquait pourquoi j’avais parfois l’impression de ne plus être la même personne qu’avant. De ne plus réellement ressembler à cette personne, en fait. 
De ne plus réellement la connaître.
Même si, quelque part, je faisais de tout mon possible pour ne pas m’en éloigner… M’y accrocher. 

Et retrouver M.Honjo, suivre les sentiments confus que j’éprouvais… Était définitivement quelque chose qu’aurait fait la collégienne invoquée ici deux années auparavant. 

C’est sur un banc face à une modeste auberge que je décidais de prendre une pause, mes courtes jambes n’appréciant pas trop les marches prolongés. Et que cette ville pouvait être grande ! A vrai dire, il serait aisé de s’y perdre, sans l’aide des passants à qui j’avais à plusieurs reprises demandé des indications… 
Mais, alors que je m’apprêtais à dessiner le bâtiment en face de moi, le sommeil me prit soudainement…
Ça, c’était quelque chose que j’aurais bien voulu perdre !




Technique contextuelle:
 

« Le sable chaud. Le Soleil. C’est dans cette ambiance d’été que me conscience s’éveilla au sein du monde onirique, une petite plage entourée d’eau et de dunes. Le doux et léger vent respirait la pureté, et l’astre diurne s’extirpait paisiblement de son sommeil, figé au milieu de l’horizon, boule de feu perdue dans l’océan. 


Mais ce n’est pas le décor, aussi vaste soit-il, qui retint mon intention. 


Non, ce n’était qu’un élément perdu dans ce paysage, qui semblait ne pas vraiment en faire partie. Un habit traditionnel japonais,  de sombres cheveux mi-longs, une lourde faux attachée dans le dos… je ne connaissais qu’une seule personne correspondant à cette description.


M.Honjo !...


Mais il n’était pas là. Enfin, il ne pouvait pas être là… cela faisait des mois que nous étions séparés. Que nous ne voyagions plus ensembles. Qu’il était bien hors de portée du monde onirique. Mais se pourrait-il que ?...


Non, il n’y avait que trop peu de chances que cela puisse arriver. Étant l’un de mes principaux sujets de préoccupation, c’était envisageable que ce songe me le présente maintenant, une cruelle hallucination envahissant mon esprit à chaque instant.


Pourtant, je ne pu pas m’empêcher de faire un pas en avant. Puis un deuxième. Puis un troisième. Lentement, mes bottines formant des traces dans le sable jamais bafoué, j’approchais lentement de lui. Il y avait tellement de choses que je voulais dire. Tellement de choses… 


Alors, serait-ce un rêve prémonitoire ? L’annonce de nos, j’espère, retrouvailles proches ?... Cela semblait trop beau pour être vrai, et j’avais commencé à croire que Kosaten n’aimait pas laisser les rêves devenir réalité. 
Et puis, cela pouvait annoncer un grand nombre de choses…  Bonnes comme mauvaises. 


Pourtant… c’était plus fort que moi. Mon corps vint quasiment de lui-même s’asseoir à sa hauteur, maintenant néanmoins un mètre de distance. Il n’était pas réellement là, ce n’était pas réellement lui, mais aussi illusoire soit-il je ne pouvais m’empêcher d’agir comme si c’était le cas. 
Était-ce peut-être là le résultat d’avoir un cœur trop lourd, au moins pouvais-je le décharger un petit peu… Et qui sait, ce songe avait être comme but de me préparer pour nos vraies retrouvailles ? 


Oui, c’était ça, une préparation… un peu comme une répétition au théâtre ! Comme ça, je pouvais dire des bêtises maintenant, et ne pas paraître trop idiote quand ce sera devant le vrai lui ! 


Bon, en fait, je ne savais pas quoi dire de toute façon… mais pour une fois, j’étais contente que la règle de la voix verte s’applique, me soulageant de l’effort d’avoir à réfléchir, ce qui n’aurait pas été aisé dans la situation actuelle. Après quelques instants, le silence fût brisé :


« J-je suis désolée, M.Honjo, s-sincèrement désolée… m-mes sentiments, i-ils s’opposent entre eux, je…je veux rester avec vous, mais en même temps partir de ce monde. J-je ne veux rien avoir à regretter en partant, m-mais je vous ai regretté dès l’instant où vous avez quitté cette chambre… J-je sais que ce n’est pas pardonnable, c-ce qui m’a pris, je ne le c-comprend pas moi-même, m-mais je m’en veux, je m’en veux tellement… »


Fatalement, le flot de larmes se mit à couler. Même si je ne contrôlais pas vraiment mes paroles, la voix qui s’exprimait était une porte directe vers mon âme, un chemin qui n’admettait ni mensonges ni masque voilant la vérité. Chaque mot prononcé, était la représentation exacte d’un sentiment qui m’habitait, qu'il soit altruiste ou égoïste. 
Ainsi fonctionnait la voix verte.


« S-si je pouvais t-tout recommencer… s-si je pouvais revenir à cet instant, j-je n’hésiterais pas une seconde, pour t-tout changer, effacer mon erreur, effacer le mal que je vous ai fait... S-si vous ne voulez plus m-me voir, s-si vous ne voulez plus v-voyager avec moi, j’essayerai de c-comprendre, même si ça me ferait t-terriblement mal, je me dirais surement que c-c’est une juste v-vengeance, après ce que j’ai fait… »  




 



Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Plus que le temps   Sam 19 Nov - 11:39






Plus que le temps



Avec : Emily Grimbald
   

Musique

Depuis combien de temps m'étais-je assis sur cette plage ? Quelques minutes ? Quelques secondes ? Ou bien des heures entières ? Le temps passait à la fois si vite, et si lentement, que je commençais à en perdre tout repère. Il n'y avait pourtant que le bruit caractéristique des vagues qui chutaient sur le bord de mer, et le vent qui sifflait toujours des mélodies, rendant cet endroit à la fois mystique et intouchable, comme s'il n'avait jamais existé autre part que dans mon imagination...

C'était surprenant tout de même... Mes rêves n'avaient jamais été des estampes, bien au contraire. A la place de tout ce que l'on pourrait qualifier de contemplation, de poétique et de beau, c'était des scènes macabres ou de combat qui me revenaient en tête, tel un fardeau invisible qui se libérait lorsque je baissais ma garde... Il était rare tout de même que je sois plongé dans de tels cauchemars, et par l'habitude, je commençais à y développer une sorte d'immunité, une sorte... D'habitude au sang et aux membres tranchés... Mais pourtant, jamais je ne me réveillais dans une forme optimale après un tel songe...

Tandis que celui-ci... Etait tout simplement différent. J'avais envie de rester ici, quelques heures de plus, avant de revenir à la difficile et parfois cruelle réalité. Certes, j'allais bientôt retrouver Emily, j'en étais certains... Mais quand ? Et surtout... Qu'allait-il se passer ? Est-ce que, en se retrouvant, en reposant le regard l'un sur l'autre, tout cela n'allait pas s'emballer, et que l'un de nous regrette d'être venu jusqu'ici ? Jusqu'au cœur de la cité du désert ? Je ne l'espérais pas, bien au contraire... Je voulais qu'elle soit là, pour que...

Pourquoi ?

Pour m'assurer qu'elle aille bien, pour prendre de ses nouvelles, pour lui conseiller de rester dans des zones sûres, malgré la guerre. Pour lui conseiller de faire confiance à telle ou telle personne, que j'avais put rencontrer au cours de mon voyage, et qui saurais aider la jeune fille... Ou peut-être... Parce que je voulais la revoir... Pour la protéger, pour la faire sourire, veiller sur elle lorsqu'elle tombait de sommeil, pour être à ses cotés, une journée de plus... Pour être on ne peut plus vivant, même s'il ne s'agissait que d'une entrevue de quelques dizaines de minutes...

Car après tout... Je me souvenais encore de cette discussion, à Jiyuu, la ville du temps, où nous nous étions séparés... Chaque mot, chaque sensation, chaque contact... Ils étaient parmi mes souvenirs les plus étranges, ceux que je me souvenais le mieux... Il y avait certes cette séparation, qui avait été nécessaire à cause de nos objectifs divergents sur le long terme quand à ce monde... Mais il y avait eu aussi cette proximité, inédite, que nous avions eue... Je m'étais confiée à elle, elle s'était confiée à moi... Et je me souvenais encore de cette promesse que je lui avais fait... Que je n'avais pas put remplir pour le moment... Il arrivait que les serments ne puissent être remplis, mais... S'il y en avait bien un qui ne le serais pas... Ce serait celui-ci...

Mais alors que les yeux se tournèrent un instant vers la boule de feu gigantesque et immobilisée dans les cieux, m'abreuvant un instant de ses doux rayons, quelques foulées dans le sable m'indiquèrent qu'il y avait quelqu'un. Mais étrangement, je ne me retournais pas. J'étais dans un rêve après tout, chaque chose, chaque action, avait à la fois un sens mystique trop complexe pour que je puisse le décrypter, et aucune logique. Mais je devais avouer être grandement troublé lorsque je tourna la tête une fois que cette personne s'assit presque à coté de moi... Sachant que cette personne était...

Emily...

C'était un rêve, malheureusement. Elle n'était que le reflet de mon imagination, malheureusement. Je savais qu'elle avait utilisée, lorsque nous étions encore à Fuyu et de manière inconsciente, quelques étranges pouvoir vis à vis de son monde onirique, mais... Sans que je puisse vraiment en prendre le sens... Actuellement, il était quasiment impossible que ce soit elle, mais la voir, ainsi, telle que j'aurais put l'imaginer après une année d'absence... Me réchauffait le cœur... Surtout qu'elle prit la parole, me disant tout haut ce que j'espérais peut-être tout bas... J'étais confronté à mon fort intérieur actuellement, à ce que je pouvais espérer...

Ses... Sentiments étaient partagés... Elle voulait partir, mais rester... En grande partie par ma faute... Etions-nous devenus trop proches pour que tout cela puisse s'estomper ? Je ne le savais pas... Après tout, c'était mes pensées... Qui étaient alimentés par l'espoir de la revoir, par cette lettre que j'avais eu de sa part...

Mais même si elle n'était pas réelle, la voir pleurer... M'étais douloureux... Elle... Elle souhait tout recommencer, revenir à Jiyuu, et modifier ce qui s'apparentait comme une erreur... Mon cœur, mes sentiments... Au moins ils étaient très clairs sur ce point... J'aimais la jeune fille, malgré tout ce temps où nous avions été séparés... Et imaginer ce qu'aurait donné mon voyage si je n'avais pas été séparé d'elle... Etait impossible... Qui pouvait savoir ce qui... Se serait passé, en une année de vie commune ? Je n'osais donner de pronostics, mais... Vu la force avec laquelle mon cœur se jetait contre ma poitrine... Toutes les suppositions auraient été permises... Si c'était réciproque, évidement... Même si je savais que... Que je comptais pour elle, au moins un peu, je ne pouvais pas définir quel étaient ses sentiments... Déjà que je ne maîtrisais pas les miens...

En tout cas, ce fut avec une voix calme que je répondis à ce fragment, à cette illusion qui ne pouvait être réelle... Même si elle était parfaite sur des nombreux points, elle n'était pas la jeune fille... Mais en lui répondant, peut-être que j'en apprendrais plus sur ce que je souhaitais, intérieurement...

"Tu sais, Emily... Je t'ai promis, à Jiyuu, de ne pas t'abandonner... Je n'ai pour le moment pas put tenir parole, mais... Je compte bien le faire, me racheter, de t'avoir laissée seule, d'avoir accepté cette fatalité sans rien dire, sans avoir cherché de solution..."


Je tournais ma tête vers elle, vers cette illusion, en affichant un air assez triste, dans le remord, avant d'afficher un maigre sourire, mais qui trahissait un espoir, une confiance...


"Mais nous serons bientôt tous deux réunis, à Chikai. Et nous pourrons dire ces choses en face à face, avouer nos torts, et... Reprendre où nous nous en étions arrêtés..."


Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Plus que le temps   Ven 25 Nov - 1:57



Plus que le temps
FEAT. M.Honjo





Au début avec lenteur, puis bien vite avec  la force d’une cascade, les souvenirs me revenaient. Cet instant dans cette auberge, cet échange, puis… mon égoïsme. Les mots les plus horribles que j’aie jamais prononcé, les choses les plus ignobles qui m’avaient échappées… sur une impulsion, une révélation m’ayant heurtée comme jamais.
Cet instant m’avait révélé deux choses : Le mal que je pouvais faire par ma quête, et mon attachement  à M. Honjo. Des mots regrettés dès les premières secondes, dès l’instant où il avait quitté cette pièce, et pourtant…

J’aurais pu le poursuivre. J’aurais pu le rattraper. M’excuser, espérer qu’il me pardonne, espérer oublier cet écart. 
Mais je ne l’avais pas fait. Cette douleur, celle infligée par Kosaten… à quel point avait-elle empoisonnée mon cœur pour que j’en arrive à agir comme ça ? Ne pas avoir d’attaches. Ne pas créer de lien que je pourrais regretter. Ne pas entreprendre de projets qui m’éloigneraient de mon but. Était-ce vraiment moi ?... 

Mais j’aurais peut-être la chance de me rattraper, si ce rêve devenait réalité… Jamais je ne lui demanderais de me pardonner, juste… de me donner une autre chance. De rattraper le temps perdu. De lui montrer… l’affection, que je lui portais. Passer un peu de temps avec, entendre de nouveau sa voix, visiter le quartier marchand ensembles, lui montrer tous mes dessins depuis notre séparation, oublier un instant éphémère mes malheurs, en l’écoutant me raconter tous ses voyages et toutes ses rencontres, dans les moindres détails !
Enfin… s’il le voulait bien, et si un tel scénario était seulement possible… Mais s’il y avait la moindre chance que ça le soit, mon cœur aurait de nouveau un pincement. Le même qui avait conduit à la destruction de notre lien la première fois, mais je déciderais de l’ignorer, tout en étant pleinement consciente de ce que ça signifierait.
 Je ne voulais plus le faire souffrir de nouveau, alors cet acte d’abnégation… serait nécessaire.  

Avec surprise, j’entendis la voix de l’homme que j’aimais. Sa véritable voix. Le monde onirique permettait ce genre de choses, mais… quel sens cela avait-il ? Ses paroles étaient-elles prémonitoires, ou cette cruelle projection de l’image que j’en avais ne faisait que mettre en mots ce que j’espérais qu’il dise à nos retrouvailles, si retrouvailles il y avait ? C’en était presque trop beau, trop… idéal. Était-il vraiment prêt à oublier, si facilement ? A l’entendre, il semblait presque prendre la faute pour lui, parce qu’il m’avait laissée faire ! En quoi était-ce sa faute si la déchirure de mon âme me rendait cruelle et égoïste ?

…Non… C’était quelque chose qu’il ferait. Ma mémoire contenait bien les souvenirs de quelqu’un comme ça. Ou n’était-ce à nouveau que l’espoir déformant mon jugement? Comment savoir ?... Il n’y avait pas d’autre solution que de continuer à lui parler, observer si ses réactions étaient bien cohérentes avec l’homme que j’avais connu.
A condition qu’il n’ait pas changé. Le monde onirique pouvait tout aussi bien me montrer l’image de mes souvenirs, que ce qu’il était réellement aujourd’hui…

« N-non, ce n’est pas à vous de dire ça… je suis c-celle qui vous a aband-donné… q-qui vous a rejeté, cruellement, a-alors que ce qu’il m’arrive, v-vous n’y êtes pour rien, t-tout est entièrement ma  faute !... V-vous avez tant fait pour moi, e-et tout ce que j’ai trouvé pour vous rendre la pareille c’est… ça… »

Les sanglots ne firent que s’accentuer.

 « j-je suis…un monstre, d-d’avoir…agis ainsi… v-vous n’avez pas à me pardonner, m-mais…je voudrais juste…q-que vous me laissez une chance… v-vous êtes le seul… à qui j-je peux me confier... l-le seul qui a a-autant v-veillé sur moi, l-le seul que je ne veux pas perdre… l-le seul q-que je regretterais… »

Mes yeux noyés se posèrent sur mes mains douloureusement serrées entre elles, dont il émanait quelques étincelles grisâtres.

«  J-je souhaiterais… v-vous revoir, au plus vite, et r-rester à vos côtés…l-le plus longtemps possible, ne pas vous abandonner… m-même si c’est impossible… a-avec mon objectif… »

Je finis par prendre ma tête entre mes mains, me courbant en deux. Une migraine cognait contre l’intérieur de mon crâne, au moins aussi forte que mon cœur contre ma poitrine. 

« j-je ne sais plus… quoi faire… »





Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Plus que le temps   Sam 26 Nov - 15:24






Plus que le temps



Avec : Emily Grimbald
   

Musique

Elle avait beau être là, à coté de moi, la jeune fille était infiniment lointaine... Je savais très bien que tout ceci n'était qu'un songe, un rêve des plus étranges, des plus inconnus, où il n'y avait point d'objectif, point de lieu, point de combat, mais où les affrontements les plus intenses se déroulaient, à l'intérieur de mon être... J'avais beau être un habitué des conflits, des combats, du sang, un coutumier malheureux de la mort... J'étais on ne peut plus vulnérable à ces choses là... A cause de ma volonté de vouloir que les choses aillent mieux avec mon passage...

Et malheureusement, ce n'avait pas forcément été le cas avec la jeune fille... J'avais beau réussi à l'extraire des terres gelés de Fuyu, à la préserver, en la maintenant en vie et en bonne santé (malgré de trop nombreux accrochages, où je regrettais de ne pas avoir ma force actuelle pour régler ces problèmes par moi-même), je n'avais pas réussi à la préserver d'une chose... De moi... Je savais pourtant que l'objectif de la jeune fille était de quitter Kosaten, de retourner dans son monde, saine et sauve... Alors que le miens... Etait de vivre à nouveau à travers de ce monde...

En acceptant l'amitié d'une personne en ce monde... C'était accepter que tout ici n'était pas mauvais, qu'il y avait de la lumière au milieu de l'obscurité... Et il était beaucoup plus facile de partir sans rien regretter en considérant ces lieux étaient un véritable enfer... Et c'était ce choix, cette volonté qu'avait la jeune fille de rentrer dans son monde, là où était sa place, qui était responsable de notre séparation... Mais je ne pouvais pas l'en blâmer... Malgré le fait qu'elle disait que c'était de sa faute, insistant sur le fait que c'était elle la coupable...

D'autant que les larmes étaient nombreuses à couler de son visage, elle, qu'importe qu'elle soit une illusion ou non, qu'importe qu'elle ne soit qu'un fragment de mon esprit, je... Je ne pouvais pas la laisser pleurer ainsi, d'autant qu'elle semblait s'en morfondre de plus en plus... La situation semblait s'envenimer, puisqu'à mes yeux, elle n'était pas coupable, de rien que je puisse la blâmer... Et même si elle avait des torts, je ne lui en voudrais pas... Je ne pouvais tout simplement pas... C'était étrange, très étrange à mes yeux de vouloir tant faire pour elle, mais... En même temps, cela me paraissait être tout à fait normal... Et que de ne pas faire ainsi aurait été une chose des plus horribles...

En tout cas, je laissai quelques secondes s'écouler, le temps que je réfléchisse à quoi dire, quoi faire... J'avais beau être quelqu'un d'assez indépendant, les profonds dialogues n'étaient pas vraiment ma tasse de thé, même si j'essayais à chaque fois de peser mes mots dans ce genre de situation, étant certes un peu plus relaxé au quotidien... Mais je devais le faire. Je devais trouver les mots aujourd'hui... Sinon, que pourrais-je faire lorsque je serais face à elle ?

Dans tous les cas, je me résolue à avancer un peu vers elle, me mettant sur les genoux, avant de poser l'une de mes mains sur son épaule, espérant que ce simple contact l'aide un peu... Cela avait commencé d'une manière similaire, à Jiyuu... Elle pleurait, et j'avais posé ma main sur elle, pour la réconforter... Je ne pouvais peut-être pas m'empêcher de faire les mêmes erreurs que là bas, mais... Le sujet était différent, maintenant... Et si les racines étaient communes... La fin serait différente, j'en étais persuadé...

"Je ne t'en veux pas, Emily... Je ne t'en ai jamais voulu pour ce qu'il s'est passé à Jiyuu... Tu n'as donc pas à t'excuser, tu n'as pas à t'en vouloir..."


Je reprenais une nouvelle fois le silence, avant de m'asseoir de nouveau, juste à coté d'elle, laissant mon regard se perdre dans l'océan, avant de reprendre, sur le point crucial qui existait... Sur l'incompatibilité entre son objectif et le fait que... D'être à mes cotés... Je devais avouer que, même si j'arrivais à prendre sur moi la plupart des nouvelles, j'étais tout de même assez... Assez gêné qu'elle dise ça, même si elle n'était pas réelle... Mais imaginer un instant ce que cela pourrait être... Etait... Agréable...

"C'est le point où nous devons trouver une réponse, ensemble... Cette divergence est... L'origine de tout... Je souhaiterais aussi te revoir, au plus vite, et... J'aimerais aussi être à tes côtés pour le plus longtemps possible... Pour être avec toi, te rendre heureuse, pour t'accompagner... Que ce soit ici, sur Kosaten... Ou ailleurs..."


En effet... C'était une idée qui avait depuis longtemps germé dans mon esprit, comme, à vrai dire, seule et unique solution qui permettrait de concilier les deux... Mais c'était hautement improbable... Quitter Kosaten semblait chaque jour être un peu plus difficile pour ceux qui s'y tentaient... Alors amener quelqu'un avec soit...

"Tant que je suis avec toi, tout me convient..."


Elle n'avait beau être qu'une illusion, elle n'avait beau être un fragment de mon imagination, sa tangibilité permettait que ces paroles ne partent pas dans le vent, et qu'elles me soulagent, avant que je ne dise une petite phrase, lentement :

"Je te retrouverais, Emily, bientôt... Et nous pourrons avoir cette discussion face à face..."




Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Plus que le temps   Mer 30 Nov - 0:37



Plus que le temps
FEAT. Kamakama




Cette main sur mon épaule…évoquait encore ces douloureux souvenirs.  Une réminiscence du passé réécrite dans le monde onirique depuis les méandres de mon subconscient, ce rêve voulait-il me narguer, me faire revivre à nouveau ce que j’avais fait là-bas ?
Me faire dire à nouveau ce que j’avais dit ?

…Non… Cette fois-ci, c’était différent. Le soleil qui nous réchauffait… cette scène était une aube, pas un crépuscule. Le début d’une histoire, pas son enterrement sous un horizon inaccessible !
Le passé ne pouvait pas être changé. Mais c’était en faisant face à nos erreurs qu’elles pouvaient être évitées. Cette chance que j’avais, de pouvoir peut-être arranger les choses… ne pouvait pas être gaspillée.

D’autant, qu’il ne m’en voulait pas… Il ne m’en voulait pas de ce que j’avais fait. Mais comment était-ce possible ? Après les mots et les promesses que nous avions échangés, précédant ce véritable coup de couteau dont j’étais seule coupable… Je l’avais trahi. Oui, trahis, agissant comme le serpent auquel je ne prétendais pas ressembler !

« Après ce que j’ai dit, c-comment ne pouvez-vous pas m’en vouloir ?... »
Murmurais-je.
Néanmoins, mûs d‘un désir que je ne contrôlais point, mes doigts vinrent rejoindre ceux de la faucheuse.

Lentement…

Fébrilement…

Aussi onirique ce contact pouvait-il être, rien n’avait changé depuis la dernière fois. La chaleur de sa peau n’avait en rien perdu de son aspect rassurant. En sa présence je me sentais protégée. Ce n’était pas vraiment surprenant, s’il s’agissait d’un souvenir mais…
Je souhaitais tant que cela devienne vrai. Il était si proche !...

Mais revenait encore et toujours le même problème, la même contrainte source de bien des tourments. J’étais la seule à blâmer, pourtant jamais je ne pourrais m’en séparer… mon but. Oui, nous n’échapperons pas à une discussion à ce sujet. Oui, en parler serait nécessaire. Une réponse devra être trouvée… mais la mienne, je la connaissais déjà : Kosaten n’était pas mon monde.

Cependant… Ça ne voulait pas dire que je souhaitais abandonner M. Honjo. Tout formait là le paradoxe de mon idéal… Cependant, il existait peut-être une réponse à celui-ci, que le combattant semblait avoir sous-entendu. Ailleurs que Kosaten ? Qu’est ce que mon subconscient tentait de suggérer ?
Que s’il existait une porte de sortie, ou que j’en façonnais une par moi-même, il y aurait assez de place pour deux personnes ? La Terre, était une époque trop moderne pour que le guerrier de l’ère Edo s’y intègre, mais… le Mundus Magicus… abritait bien des personnes différentes, de ce que l’on m’en avait dit ! Là-bas, sans aucun doute qu’il pourrait y trouver sa place !

…Encore fallait-il que tout cela soit possible…

« J-je serais heureuse d’être à vos côtés, M.Honjo… S-si seulement ça pouvait être a-aussi simple… »





Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Plus que le temps   Jeu 1 Déc - 14:58






Plus que le temps



Avec : Emily Grimbald
   
Musique

De ce simple contact, tout s'était initié... La tristesse, la joie, les appréhensions quant aux futurs, les regrets du passé... Tout se mélangeait maintenant dans mon esprit, chaque fois que je clignais des yeux, chaque fois mon regard se détournai un seul instant de la jeune fille qui avait sût, involontairement, me transporter, me transformer... Si je n'avais jamais fait sa rencontre... Si j'étais resté la même personne, le guerrier ne recherchant qu'à faire connaître le nom de Makoto Shishio... Que serais-je devenu ? Plus fort ? Plus implacable ? De combien de personne aurais-je le sang qui entacherait mes mains ?

Au final, cela ne m'importait que peu. La voie que j'avais choisi, que j'avais prise avait ses défauts, ses hauts et ses bas... Mais elle me convenait... Rien n'était parfait en ce monde, surtout pas moi, mais... J'avais l'impression d'être bien plus libre, privé de cages ou de barreaux, alors que pourtant... Elle était toujours là, toujours présente... J'étais après tout condamné à errer sur Kosaten, mais... Cela ne me gênais pas, tandis que pour d'autres, c'était insupportable... Et je savais que c'était le cas de la jeune fille, qui avait son lot d'attaches à son monde, des points sentimentaux, très fort dans son être... A vrai dire, je ne savais pas vraiment toutes l'histoire, ne l'ayant qu'effleurer, mais... Je savais qu'elle était spéciale, déjà en tant que personne...

Mais aussi et surtout dans mon cœur...

C'était quelque chose que je me souvenais lui avoir dit, à Jiyuu, en apprenant cette vérité, comme quoi... Elle cachait dans son passée très complexe des souvenirs qui devaient être douloureux... J'aurais, à vrai dire, bien besoin d'une piqûre de rappel sur le sujet, mais ce n'était pas l'urgence... Et ce serait seulement si... Elle souhaiterait m'en parler... Tout comme à vrai dire, elle ne savait pas grand chose sur qui j'étais... Je me souvenais qu'elle avait vu Makoto en rêve, lorsque j'abandonnais son service, au village de Rin... Mais pour le reste... A part que je venais du Japon, au début de l'ère Meji... Il était probable qu'elle l'ignorait...

Mais en tout cas, elle se prit d'un murmure, d'une simple question, qui... Etait pourtant si complexe... J'étais incapable à vrai dire de comprendre pourquoi je pouvais lui en vouloir, de la moindre petite chose... De la moindre de ses paroles... Mais il y avait bien une raison, que je répondis doucement, alors qu'elle posait ses doigts sur les miens...

"Je ne peux t'en vouloir, Emily, qu'importe la raison... Je ne le peux... Tu es trop spéciale, trop importante à mes yeux... Trop unique..."


Je tournais encore trop autour de ce mot, que je m'avouais pourtant intérieurement... Je l'aimais, je l'aimais à la déraison... Et je n'avais pas assez d'assurance pour pouvoir le dire à un souvenir... Qu'est-ce que cela serait en vrai... Mais alors que je proposais l'idée de... D'être avec elle, elle m'avouait qu'elle en serait heureuse... Même si malheureusement, les choses n'étaient pas simple... Après tout, personne n'avait encore trouvé une sortie à ce monde, malgré des recherches intensives... Si bien que... En effet, douter de son existence était possible... Et je me doutais que cela serait un coup très dur pour la jeune fille aux yeux d'émeraudes, tant on pouvait voir tout ce qu'elle était prête à sacrifier pour aller de l'avant... Pour ne rien regretter...

"Les choses ne le sont pas... Elles ne le sont jamais..."


C'était bien les seuls mots que je pouvais malheureusement dire, ne... Ne pouvant et ne voulant pas forcer la jeune fille à un choix qu'elle devrait faire seule... S'il était possible de quitter ce monde... Ce serait à elle de choisir, et uniquement à elle... Je n'avais pas de mon côté la réponse, ne mentionnant juste qu'une possibilité de plus, qui pourrait être un grand compromis, avant de me relever lentement, époussetant mes habits, avant de légèrement m'étirer.

"Mais s'il existe une réponse, alors nous la trouverons ! Je suis en tout cas très heureux de t'avoir vu, Emily, même si tout cela n'est qu'un rêve..."
Je me penchais vers elle, pliant les genoux, avant de lui murmurer : "Je suis arrivé à Chikaï... Désolé de t'avoir tant fait attendre, mais nous serons bientôt réunis, j'en fais le serment !"

Je concluais ces mots en me baissant encore plus, avant de lui poser un léger baiser sur le front... D'ordinaire, jamais je ne m'autoriserais ça, mais... Il s'agissait d'un souvenir, tout cela n'était pas réel... Et j'avais été enivré par sa simple présence... Puis lentement, je reprenais conscience, le monde des rêves disparaissant en devenant de plus en plus flous, jusqu'à ce qu'il soit remplacé par le plafond de ma chambre... L'armoire, les quelques meubles, le lit de bois avait remplacés le mer et le sable... La réalité était de retour...

Me levant un peu difficilement, un peu engourdis, en m'étirant de nouveau, je constatais, avec le sommeil, que je m'étais bien reposé pendant environ deux bonnes heures, au moins... En tout cas, j'étais en forme, et prêt à aller de l'avant ! Avec de la chance, peut-être reviendrais-je ici avec une piste ce soir. La capitale avait beau être grande, j'étais prêt à l'arpenter de fond en comble !

Je reprenais donc d'un geste mon arme, fermant en même temps mes vêtements, avant de faire craquer mes doigts, et de passer le seuil de la porte, on ne peut plus motiver ! L'on pouvait voir très facilement sur mon visage un sourire confiant, déterminé en l'avenir, qui pouvait traduire l'espoir de ce qu'il allait advenir...

Enfin, c'était sans compter le fait qu'en fermant la porte, la poignée tomba, une nouvelle fois, dans un grand bruit de métal... Tout le bâtiment avait dût entendre ça... Ou peut-être l'étage, à vrai dire, je l'ignorais, mais sur le coup, je me retrouvais là, un peu bête je devais l'avouer, me grattant l'arrière de la tête, encore une fois un peu gêné d'être responsable de ça...

"Oups..."



Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Plus que le temps   Lun 5 Déc - 21:00



Plus que le temps
FEAT. M.Honjo <3 <3



Il ne peut pas m’en vouloir… parce que je suis…trop unique ?

Ses mots se répétaient en écho dans mon esprit. Pourquoi ? Trop unique, cela voulait dire plein de choses ! Mon caractère pouvait me rendre unique, mes pouvoirs pouvaient être uniques, ma maladie et ma façon de la gérer pouvaient me rendre unique, mon apparence aussi… Sans parler de ma nature ! Alors pourquoi, alors que les sens possibles se comptaient par milliers, mon cœur accélérait autant ?
Que devais-je dire ? Que devais-je répondre ? Que devais-je faire ?

M. Honjo ne me laissa pas le temps de paniquer à ce sujet, prenant l’initiative de se relever, à ma grande surprise. Ainsi qu’un peu de…déception ? Il semblait si enthousiaste. En fait, il semblait si… lumineux, bien plus que dans mes souvenirs ! Était-ce le rêve qui l’idéalisait, me donnant la vision que je souhaitais voir ? Ou le soleil ? A moins que ce ne soit tout simplement, que mes derniers souvenirs de lui étaient… bien moins reluisants. Peut-être avait-ce conditionné ma mémoire consciente… ? Et qu’il avait toujours été comme ça, avant ?

Mais les mots suivants mirent fin à toute autre réflexion. Il était… à Chikai ? Mais, c’était un songe ! A moins que, le rêve essayait justement de me dire que j’approchais de mon but ? Que nos retrouvailles seraient proches… ou du moins, que nous étions dans la même ville ! C’était assez étrange de recevoir une promesse de la part d’un songe, quand on y pensait,  mais ça ne m’empêcha pas de la prendre sérieusement ! Enfin, si jamais elle ne devenait pas réalité, je n’allais pas lui en vouloir pour autant, mais…



Si nos retrouvailles ne devenaient pas réalité, j’aurais mieux à faire que de lui en vouloir, de toute façon. Mais alors, avant que le songe ne s’efface, il se passa quelque chose d’inoubliable. Il, M.Honjo, se baissa et…déposa un doux baiser sur mon front.

« ?!... »

Je devins toute rouge, alors qu’un frisson électrique parcourut mon corps de haut en bas, ainsi qu’une étrange et incontrôlable jubilation. J’avais déjà reçu ce genre de contact, mais plutôt de mes parents, et… jamais ça ne m’avait fait cet effet ! C’était comme si… Ah, mais je devais me reprendre, ce n’était qu’un rêve après tout, il ne l’avait pas vraiment fait ! Ahah…


----------

C’est un grand bruit résonnant qui vint conclure ce magnifique songe. Étrangement, il ne me fallu pas beaucoup de temps pour me réveiller, comme si…  comme si j’étais remplie d’énergie ! Pourtant, ce n’était pas à mon lieu d’endormissement que ma conscience reprit, mais dans une… chambre ? L’intérieur avait tout de l’agencement Seikajin, alors je supposais juste que quelqu’un m’avait déplacée ici !
Enfin, cela ne me préoccupait pas plus que ça. Un tel songe… il fallait que je le dessine. Et tout de suite ! Mais la petite chambre n’avait pas de bureau ou de table qui permettrait de poser mes affaires, alors je décidais plutôt de rentrer à la maison d’Aki… mais ça ne pouvait pas attendre ! Ma sacoche accrochée, le carnet dans mes bras, c’est avec une vivacité rare que je jaillis, presque sautillante, dans le couloir !
Cependant… mon élan fût bien vite intercepté.
Car entre la sortie de ma chambre, en fond de couloir, et l’escalier menant à l’étage d’en dessous se trouvait… une certaine personne.



Des cheveux sombres mi-longs. Une stature de combattant. Une faux que je ne pourrais même pas soulever en rêve. Un kimono traditionnel parfaitement assortis à un air asiatique. Un visage si efféminé qu’on ne pouvait deviner son véritable genre… et un air gêné si unique.  Était-ce encore un songe ?
Non, ça…. Ne pouvait pas l’être. Les sensations pouvaient être imitées, les personnes aussi, les souvenirs… mais le carnet que je tenais dans les mains ne pouvait simplement pas apparaître dans le monde onirique, cause d’une étrange logique que je ne parvenais à saisir.
En d’autres termes….

Il était là. Juste devant moi. Même s’il ne m’avait pas encore vue, même si je ne voyais pas le blanc de ses yeux… il était là. Le carnet m’échappa dans mains, tombant au sol dans un faible son. Et moi, je ne parvenais pas à en émettre un seul. Figée. Paralysée. Le monde aurait pu brûler tout autour, je serais restée pétrifiée comme ça, le corps tremblant légèrement, les bras hésitants, les lèvres entrouvertes.

Un rêve venait de se réaliser. Des mois de séparation… venaient de disparaître. Et une voix fragile se fraya finalement un chemin entre mes lèvres :

« Monsieur…Honjo… »






Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Plus que le temps   Mer 7 Déc - 19:07






Plus que le temps



Avec : Emily Grimbald
   
Il avait fallut quelques secondes seulement pour que je passe d'un état de confiance, de zèle, presque de fanatisme, à un qui transparaissait beaucoup plus la gêne, le malaise et aussi un peu de maladresse... J'avais beau savoir que ce n'était pas entièrement de ma faute, puisque ça m'était déjà arrivé plus d'une fois, que ce petit bout de métal parte lorsque je claquais la porte... Je ne pouvais malheureusement pas m'empêcher de me sentir un peu coupable pour cette bonne femme qui allait devoir, encore une fois, la refixer... J'aurais bien voulu m'en occuper moi-même, mais... Je n'avais pas vraiment les outils nécessaires pour le faire, ni même toute la technique et le doigté que la tenancière utilisait pour remettre en état tout le mobilier du batiment... Il suffisait parfois de l'entendre, en journée, taper avec un maillet sur un lit bancal pour savoir qu'en une bonne heure il serait de nouveau d'aplomb...

Bref, ne comptant pas garder éternellement la pose, même si cela me dérangeait d'admettre cette petite erreur. Je soupirais longuement, avant d'écarter, du plat du pied, la poignée, pour la poser dans le coin de la porte. Au moins, personne ne risquerait de marcher dessus, bien que cela restait un risque mineur et que cela serait probablement réparé d'ici ce soir... Mais déjà, avant que la nuit tombe, j'avais du pain sur la planche !

Une ville entière à explorer, son lot de problème dans lequel je m'investirais. Des heures de recherches, pour trouver cette personne, alors que je devais remuer ciel et terre, le monde entier de Kosaten pour la retrouver... Et puis, si les recherches demeuraient infructueuses... Je persévérais. Elle était arrivée, j'en étais certain, et ce rêve, aussi étrange avait-il put être... Aussi réaliste et irréel à la fois... Me l'avait bien rappelé...

Mais parfois... Il suffisait de tourner la tête pour se rendre compte que les choses auxquelles ont tenaient le plus n'étaient pas si lointaines... Que les plus beaux rêves tendaient leurs bras, juste à proximité...

Musique

Ce fut un petit bruit, celui de pages se tournant, la chute d'un petit objet sur le sol, qui eu pour effet de me faire détourner le regard, un peu intrigué, vers le prolongement du couloir. C'était sans doute une personne qui, elle aussi, avait pris le loisir et le luxe de se permettre une petite sieste en cours de journée, rien de plus rien de moins qu'un autre voyageur... Ou pire, cela aurait put être un petit animal, comme un chat ou une volaille, qui en entendant le bruit de métal avait prit peur... Après, ce que ferais une volaille dans une auberge, ça je l'ignorais... Probablement évitait-elle la cuisine...

Mais... Contre toute attente... Envers et contre tout désespoir, a ma plus grande surprise... Les mots me manquaient pour dire toute la surprise que j'avais en trouvant du regard ces cheveux violets dont la familiarité... Etant sans pareille... Je les avais après tout observés longuement il y a seulement quelques minutes, dans mon esprit... Tout comme le visage doux, bien que légèrement entaillé, de la jeune fille qui était en face de moi... De cette jeune fille qui... Possédait mon coeur...

Elle... Elle était là, stoïque, presque choquée, a seulement quelques pas... Ses yeux pommes me fixaient, me sondaient, pendant que, sous la surprise, elle n'avait put retenir son inséparable carnet (dont à vrai dire, je ne consultais pas du regard, étant moi-même très surpris à la vision de la jeune Minshujin devant moi)... Tout... était trop beau... Ce rêve l'avait annoncé, et pourtant depuis tant de temps cela semblait être un songe trop lointain... Depuis cette nuit, passée dans la ville du temps, depuis que nos chemins avaient bifurqués... Je n'avais cessé de pensé à elle, comme un fou, un malade... Et j'avais beau avoir réfléchis à mille manières de l'aborder lorsque je la retrouverais... Je me retrouvais aussi stoïque qu'une pierre, qu'une statue...

Mais lentement, j'avançais vers elle, les yeux toujours aussi surpris, le regard se perdant dans le sien, avant d'arriver juste devant elle, à moins d'un pas... Et ce fut assez lentement que je posais ma main sur son épaule, en affichant un léger sourire, en disant, en sentant tout de même une grande émotion en moi... Le fait de la revoir...

"Emily..."

Je sentais mon corps trembler intensément, comme lors d'une situation critique, lorsque ma vie était en jeu... Tout mon corps était à fleur de peau, juste devant elle... C'était une sensation... Qui m'était totalement inconnue... Mais je retirais ma main, en me penchant pour ramasser son carnet, avant de lui rendre, toujours avec ce léger sourire, en m'assurant bien qu'elle le prenne...

Mais la suite fut beaucoup moins contrôlée... Je fermais un seul instant les yeux, juste une seconde, pour prendre une grande inspiration... Et mon corps, mon esprit, mon âme s'allièrent pour la prendre dans mes bras, la serrer contre moi, ne pouvant pas exprimer ma joie par une autre manière... Ah si en fait, par quelques larmes qui coulèrent de mes yeux...

"Je suis... Si heureux d'enfin te revoir..."


J'aurais aimé que ce moment dure le plus longtemps possible... Une éternité même... Mais malheureusement, je me rendais compte, après plus d'une dizaine de compte, que... C'était assez inapproprié... J'avais beau au comble de la joie, je... Ce n'était pas une raison pour faire ceci, et je me reculai, en me mordant la lèvre inférieure de gêne et d'un peu d'angoisse...

"Désolé... Je me suis un peu emporté... Mais... Cela fait si longtemps..."

Je me grattais un peu l'arrière de la tête, à nouveau, en baissant le regard, pour laisser un grand souffle se faire, avant d'essuyer le bas de mes yeux, étrangement humide... Même les combattants avaient leurs faiblesses, notamment sentimentales... Et je n'y faisais pas exception, bien au contraire... Méritais-je de posséder de tels sentiments ? Je l'ignorais, mais... Cela m'était bien égal, ressentant dans mon corps une immense joie, et un grand soulagement... Celui de la savoir en vie, en bonne santé... Près de moi...


Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Plus que le temps   Jeu 8 Déc - 23:19



Plus que le temps
FEAT. kama





Combien de chances? Combien de chances y avait-il, pour que dans une grande ville comme Chikai, deux êtres puissent ainsi se retrouver par hasard ? A quel point avais-je été chanceuse, de prendre spécifiquement cette route, de m’arrêter spécifiquement à cette auberge, de m’endormir spécifiquement à cet instant ? 
Et qu’ensuite, quelqu’un me ramène dans une chambre proche de celle de l’homme que je voulais voir de tout mon cœur ? Sans oublier le bruit m’ayant extirpée de mon sommeil, pile au moment où celui-ci se trouvait dans le couloir ? 

Minces. Très minces… Il y avait de quoi croire au destin, que les auteurs de récits romantiques aimaient utiliser dans leurs œuvres, afin de créer des situations comme celle-ci…
Mais mon avis sur le destin importait bien peu… Car il y avait des choses bien plus importantes, à cet instant précis…

C’est lorsqu’il murmura mon nom, que j’eus un petit tressaillement,  que ma conscience s’aperçut que l’homme à la faux s’était approché. Sa main, sur mon épaule, ne me dérangeait aucunement. Comme si elle était à sa place, qu’elle était une partie intégrante de ma réalité…

« Je… » Commençais-je à dire, sans vraiment savoir ce qui venait après. Il brisa le contact, afin de se baisser, ramasser mon carnet, et me le tendre. Mes doigts tâtèrent le cahier comme pour chercher une prise, tandis que mes yeux ne parvenaient à quitter ceux de M.Honjo, totalement pétrifiée. 

Et puis, ses bras puissants m’entourèrent, me collèrent contre son torse. Je ne protestais pas. Je n’avais pas envie de protester. C’était…agréable ? J’avais si craint ce moment, si redouté ces retrouvailles, me préparant au pire, que…. Je me retrouvais incapable de dire ou faire quoi que ce soit. 
Ce dont j’étais sûre, c’est que je ne voulais pas que ce contact se brise. Ce qui malheureusement, arriva quelques secondes plus tard, accompagné d’excuses qui n’avaient rien à faire là. Les mots ne vinrent pas pour lui exprimer à quel point la joie était réciproque. Ni pour lui demander de ne pas me lâcher. 

Alors à la place, ce fût mon corps qui parla… laissant mon carnet tomber –à nouveau- par terre, volontairement cette fois, c’est à mon tour que je vins me jeter littéralement contre lui, l’enfermant entre mes frêles bras, enfouissant ma tête dans son torse. Et ce fût également au tour de mes larmes de couler.

 « V-vous êtes vraiment venu…m-malgré la guerre…m-malgré le temps…m-malgré ce que j’ai fait… j-je n’arrive pas à y croire, c’est..t-trop beau pour…être vrai… »

Reculant ma tête pour le regarder, j’eus un sourire. Un de mes rares sourires sincères, depuis longtemps… Mais le voir, le savoir avec moi, entier, me rendait réellement heureuse. Il n’y avait plus de mondes. Il n’y avait plus de Kosaten. Il n’y avait… que lui.

« V-vous m’avez manqué !... »






Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Plus que le temps   Sam 10 Déc - 0:12






Plus que le temps



Avec : Emily Grimbald
   
Musique

Je... Me sentais à vrai dire cruellement gêné par ce que je venais de faire... Et je craignais que le fait d'avoir cédé à instant à mes émotions, à mes pulsions sentimentales, ne puisse détruire tout ce que pourquoi nous avions tout deux entreprit ce voyage... Après tout, il était tout à fait possible que cette fois-ci... Soit la dernière fois... Que pendant cette discussion, la jeune fille... M'expliquerai pourquoi, pourquoi elle ne pouvait pas rester à mes cotés, de pourquoi elle ne pouvait pas accepter une telle solution... Et cela... Il y en avait des tonnes. J'étais loin d'être parfait, j'étais loin d'être sans défaut, il était même aisé de le reconnaître...

Après tout, qui aurait voulu d'un fanatique ? D'un traitre ? D'un combattant sans maître, sans voie, qui ne suivait que le fil de sa vie, s'autorisant parfois trop ?... Qui voulait d'un vagabond, d'une personne qui ne prévoyait pas le futur, se contentant de vivre le présent à chaque instant, se contentant d'apprécier... La liste était longue, encore bien longue... Et elle faisait partie des craintes qui me possédaient...

Chaque seconde, chaque instant, chaque battement de l'un de nos cœur... Etait une éternité, alors que j'attendais la moindre réaction de sa part, le moindre signe, la moindre petite chose qui pourrait m'aiguiller sur comment mon geste incontrôlé avait été perçu par la jeune fille... Mais elle restait immobile, comme paralysé, me laissant dans une angoisse des plus incertaines, une angoisse qui me prenait le cœur, qui me le comprimait si fortement que j'en avais des vertiges... Avais-je tout détruit ? Est-ce que ce moment où mon coeur avait dominé sur mon habituelle retenue avait-il des conséquences trop grandes, trop impressionnantes ? Je l'ignorais, et pendant ce temps, je ne pouvais m'empêcher de détourner le regard de ses yeux de pommes...

Mais en fin de compte, l'éternité qui avait envahie mon esprit... N'avait duré que quelques secondes, moment à partir duquel je sentis son contact de nouveau, mais fois-ci... Ce n'était pas à mon initiative... Elle se trouvait être là ! Elle ... Me tenait, ayant de nouveau laissé ses affaires à terre, cette fois-ci délibérément, pour... Pour venir se coller contre moi, posant sa tête contre mon torse, contre mes habits, pendant qu'elle parlait, refoulant pendant ce temps quelques larmes qui l'envahissait, alors que, si initialement j'étais sous la surprise (une très agréable surprise), je posais mes mains à l'arrière de son dos, complétant avec douceur l'étreinte qu'elle m'offrait, en prenant la parole :

"J'aurais été fou de ne pas être venu à ta rencontre... Pardonnes-moi... De ne pas avoir répondu à cette lettre, de ne pas t'avoir donné de nouvelle, d'arriver après tant de temps... Mais je peux t'assurer, Emi, que tout ceci... Est bien réel... Aucun songe, aucun rêve ne pourrait remplacer cet instant..."


Je dis ceci en souriant, moi aussi, répondant au sourire de la jeune fille... Un sourire des plus authentiques, des plus beau... Qui me renvoyait bien des mois en arrière, lorsque nous étions encore tous deux... Certes, les circonstances faisaient que d'avoir une telle discussion n'était pas monnaie courante, à cause du fait grave qu'elle risquait sa vie à chaque instant, en étant dans les dangereuses terres gelés du dragon, mais... Il arrivait aussi que quelques rares moments viennent égayer un voyage parfois bien sombre... Et ce fut de mon corps tout entier que sortirent les quelques prochains mots, sentant mon cœur battre intensément dans ma poitrine, si bien que positionner ainsi, elle devait très probablement l'entendre...

"Tu m'as manqué aussi Emily, beaucoup manqué... Personne ne peut savoir à quel point..."

Mon souffle était assez fort, de longues inspirations qui soulevaient régulièrement ma cage thoracique... Je n'avais pas vraiment l'habitude de relever de tels détails sur mes agissements, mais ici, chaque chose, même minime, avait son importance, une si grande importance que je pourrais en fermer les yeux, et me laisser transporter... J'avais presque totalement oublié l'existence de Chikai, de l'auberge, des chambres et du couloir même... Actuellement... Il n'y avait que nous deux, et rien d'autre...

"J'étais inquiet, si inquiet... Peur que quelque chose de mal ne t'arrives, peur de ne plus jamais te revoir... Mais tu es là... Et cela me rend tellement heureux..."


L'une de mes mains se déplaça légèrement, se rapprochant de la nuque de la jeune élue de Manshe, pour finir par se glisser entre quelques mèches... Elle était là... Et ce n'était pas un rêve, ou tout autre hallucination...


Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Plus que le temps   Jeu 15 Déc - 18:56



Plus que le temps
FEAT. Kama





Mes faibles bras serraient de tout leur possible le corps d’athlète de M.Honjo. A vrai dire, je me demandais bien comment il pouvait ne serait-ce que sentir leur présence, tant la différence de carrure était énorme !...
Il était…devenu physiquement bien plus fort, je pouvais le sentir. Enfin, il avait toujours été physiquement supérieur, mais j’avais l’impression maintenant de n’être qu’une brindille désespérément accrochée à une montagne. Enfin, je ne veux pas dire que M.Honjo était corpulent ! C’est juste que…. Je devais paraître bien trop fragile à ses yeux… Beaucoup de monde devait me voir comme ça, certes, mais cela me gênait étrangement plus que les autres d’imaginer qu’il pensait ça.

Et par-dessus tout, j’espérais que cette stature n’était que le fruit du sceau se dissipant, et non de douloureuses épreuves… après tout, avec les mois nous ayant séparés, quelles aventures, quelles rencontres, quelles difficultés avait-il pu rencontrer ?... M.Honjo était un homme courageux, prêt à risquer sa vie pour de bonnes causes ! Et dans un monde comme celui-ci, les dangers étaient omniprésents, pour soi-même comme pour les autres… 
Mais malgré tout… il était là. En train de s’excuser de ne pas avoir donné de nouvelles. D’être arrivé si tard.
Enfin, des nouvelles, j’aurais voulu en avoir ! … Mais il m’était impossible d’être frustrée de ça, à ce moment. 

« L-le plus important est que vous soyez là… »


Et il s’était inquiété pour moi. C’était vrai que, voyager toute seule n’était pas rassurant, le vide de n’avoir personne à ses côtés n’avait fait que me rappeler la solitude… l’absence d’Akina… et son absence à lui, bien sûr ! Mais je n’étais pas une héroïne !...  Loin de là ! Je restais loin des problèmes, utilisais des charrettes bien protégées  pour être sûre d’éviter les problèmes, m’éloignais des possibles zones de conflits –sauf à Handa…- et n’avais pas quitté le territoire de Minshu avant de rencontrer une famille de gens très forts, vivant ici-même !
 
« N-non, je…j’ai évité le p-plus possible les dangers… pris des routes bien protégées… me suis déplacée là où il ne risquait pas d’avoir de conflits… J-j’ai lâchement f-fui les risques, j-je ne mérite pas qu’on s’inquiète pour moi… A-alors q-que v-vous êtes courageux ! N-ne pas avoir de vos nouvelles, j-je me suis imaginée le pire… »


C’était une image bien négative de moi. En fait… un peu trop ! Il allait me prendre pour une trouillarde, une fourbe qui abandonne les autres… ce n’était pas vrai non plus, et je ne voulais pas qu’il me voit comme ça ! Il me trouverait juste… indigne d’être à ses côtés ?

« E-enfin, q-quand les problèmes étaient face à moi, j-j’ai quand même f-fait ce que j’ai pu !... C-comme soigner un é-élu aux cheveux roses, q-qui avait été attaqué p-par Z-zayro, et… p-puis i-il y a eu une b-bataille, à Handa… »

Néanmoins, je préférais me taire, les souvenirs étant encore trop douloureux.

« J-je suis…désolée, d-d’avoir fait ça, m-mais… »

Doucement, je me détachais de lui, ne repoussant néanmoins pas ses bras. Et utilisais ensuite la leçon que le rêve précédent m’avait donnée :

« J-je comprendrais q-que…vous ne me p-pardonniez pas… M-mais j-je voudrais u-une deuxième chance… q-que nous recommencions c-comme avant, s..si possible… si ça ne vous dérange pas… »  







Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Plus que le temps   Jeu 15 Déc - 22:21






Plus que le temps



Avec : Emily Grimbald
   
Musique


Mes mains, mon torse, mon corps entier contre le siens, séparé uniquement par les vêtements que nous portions. Peut-être pour la première fois depuis que je le portais, je regrettais que mon ample kimono soit si épais, si lourd alors qu'étrangement, je me sentais si léger, revigoré par une énergie nouvelle et inconnue... Elle était là... Juste à coté...

La jeune file que j'avais croisée il y a maintenant presque deux années, celle qui avait été l'une de mes premières rencontres, la seconde, mais surtout la plus importante de toute, celle qui m'avait à jamais donné l'espoir d'avancer, de relever la tête alors que je sombrais, petit à petit, dans une grande folie à n'être qu'un combattant sans objectif, sans conviction, sans maître à servir... Mais à coté d'elle, lors des mois où nous avions traversés Fuyu pour l'amener jusqu'à Minshu... Avait été ce qui m'avait fait revivre...

Et tout cela, c'était sans compter mon cœur, qu'elle possédait entièrement depuis tout ce temps... A quel moment mes sentiments s'étaient mêlés à cette histoire ? Je l'ignorais, mais... Je me souvenais encore du moment où il m'était apparu clairement que je développais quelque chose pour elle... Lorsque j'étais dans la forêt de Minshu, profitant d'un bain mérité après les efforts fait pour sortir du pays des neiges... Dire à quel point j'avais évolué, progressé, était tout de même assez surprenant...

Et là... La jeune fille... Que j'espérais tant revoir, dont je souhaitais apprendre plus, dont je voulais passer du temps avec elle... Me disait... Que l'importait était que j'étais là... Que nous soyons ensemble, envers et contre tout... Et j'avais beau m'excuser de ce que j'avais put faire... C'était bel et bien le présent qui importait le plus, c'était le moment actuel, que je passais avec elle, un moment me rendant si heureux...

Et elle annonçait, juste ensuite que... Qu'elle n'avait pas cherché à prendre beaucoup de risque, qu'elle ne cherchait pas les conflits... A vrai dire, je ne trouvais pas forcément cela lâche... La jeune fille, qui souhaitait rentrer chez elle, n'avait aucune raison d'être mêlée à des problèmes, surtout ceux qui découlaient de la guerre, que nous cherchions à fuir tous deux... Étant donné qu'elle n'était pas une combattante, il était normal que je sois effrayé pour elle, connaissant en plus son mal qui la faisait s'endormir de manière assez... Abrupte.

Toutefois, elle renchérit immédiatement, m'expliquant, presque en se rattrapant, que lorsqu'elle était confrontée aux problèmes, elle faisait de son mieux... J'avais très vaguement entendu parler de grabuge dans un village au nord de Minshu, se nommant Handa, mais... De là à ce qu'elle y soit mêlée, c'était surprenant... Probablement avait-elle rejoint la coalition d'élu qui s'était mis en avant pour défendre la ville ? Je l'ignorais pour le moment, mais cela avait surement été très dangereux pour elle... Mais pour ce qui s'agissait de l'élu aux cheveux roses, qui avait été attaqué par Zayro, j'avais ma petite idée en tête, reconnaissant probablement dans cette description un certain pyromancien...

Et puis, finalement... La jeune fille me fit une demande... qui m'était familière, que j'avais déjà vécu, il y a quelques minutes de cela, alors qu'elle s'écartait un peu... Elle souhaitait avoir ce qu'elle considérait comme une deuxième chance, elle souhaitait recommencer, comme avant... Mais recommencer sur quoi ? L'objectif que nous avions fut de fuir Fuyu et gagner Minshu... Il n'y avait pas de fuite, ni de crainte à avoir, non... Il s'agissait d'être... Ensemble, non pas par intérêt, mais pour des raisons plus... Personnelles... Ce fut en parlant presque à moi-même que je commençai :

"Quelle chance d'avoir fait un tel rêve juste avant..."

Puis, cette fois-ci, je la regardais dans les yeux, en souriant grandement, trop heureux d'une telle nouvelle... Tout mon corps était tendu, attendant une délivrance, alors que mon cœur battait la chamade au niveau de mon poitrail :

"Je ne t'en ai jamais voulu, Emily, tout comme, tout simplement, je ne le pourrais jamais... Et rien ne réchaufferait autant mon coeur que d'être à nouveau avec toi..."

Toutefois, l'agitation de la salle commune, juste en bas, me parvint pendant quelques secondes, et c'était vrai que, après tout, nous étions toujours dans un couloir, ce qui... N'était pas vraiment un lieu très adapté...

"Allons dans ma chambre, si tu le veux bien. Il y aura moins de risque pour que des gens nous interrompes."

Je continuais d'afficher un sourire, avant de, rapidement, me diriger vers la porte, qui... Oui, qui avait la poignée a terre, mais en la reprenant, et en essayant de la mettre, on pouvait toujours ouvrir le passage... C'était juste qu'elle ne tenait pas. Bref, j'ouvris la porte, en laissant passer la jeune fille, pour fermer ensuite, avant de poser contre un mur l'arme qui était dans mon dos et qui n'avait pas d'utilité dans une telle situation... Puis, je m'assis sur le bord du lit, prenant une grande inspiration, avant de me tourner vers elle :

"Hum... Tu as les salutations de Natsu Dragnir. C'est lui que tu as sauvé de la mort non ? Sâche qu'il va bien, je l'ai vu il y a une semaine, peut-être deux, dans le nord de Seika. C'est quelqu'un que j'ai croisé plusieurs fois dans les territoires neutres, quelqu'un d'amical, même si... Il n'y a pas que des bons souvenirs de notre dernière rencontre..."


J'affichais un air un peu triste, sachant pertinemment pourquoi le pyromancien s'était emporté contre moi, je ne niais pas ma part de responsabilité dans cette affaire, mais c'était un autre point qui me posais question, un point qui remontais il y a maintenant bien longtemps...

"Pour savoir, tu as put voir la prêtresse de Minshu ? Je sais que cela remonte, mais... C'était l'un de nos objectifs... Les poils de cette bête des montagnes t'ont été profitables ?"



Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Plus que le temps   Mar 3 Jan - 23:40



Plus que le temps
FEAT. Kama



Les premiers mots de M.Honjo eurent pour effet de me perturber. Un rêve ? Lui aussi, avait rêvé de… nous deux ? De quoi pouvait-il s'agir d'autre, pour qu'il en parle maintenant?... Je n’y avais pas prêté attention jusqu’à lors… mais si quelqu’un m’avait amenée dans cette auberge devant laquelle le sommeil avait frappé, et qu’il avait dormis avant… alors il n’était pas impossible que le M.Honjo onirique n’ait pas été si illusoire que ça…

Mais le fil de pensée fût interrompu par la proposition de ce dernier d’aller dans sa chambre. Annoncée comme ça l’idée était un peu gênante, mais après un rougissement timide il m’apparut que nous étions effectivement au milieu du couloir, un endroit peu propice à de telles retrouvailles ! C’est donc d’un hochement de tête que la proposition fût acceptée, avant que je ne ramasse mon carnet et n’emboîte son pas vers la dite pièce…
Ç’aurait été un mensonge de me dire gênée de mettre les pieds pour la première fois dans la chambre d’un homme, parce qu’au collège l’internat était organisé en chambres communes… et Akina était un sacré garçon manqué. Et l’année précédente encore, j’avais partagé la pièce avec une amie androgyne… sans compter le nombre de fois où nous avions dormis au même endroit, avec M.Honjo.
Enfin, ce n’était pas vraiment la même chose, mais ce genre de situation n’était pas si inhabituel pour autant !

Il déposa -à ma grande joie- son arme au mur, et par politesse j’en fis de même avec mon bâton. Même s’il n’avait pas du tout la même fonction que la faux, le garder sur moi aurait été plus gênant qu’autre chose de toute façon.

L’homme à la faux me donna alors les salutations d’un nom qui ne m’était pas inconnu… Natsu Dragnir. Je me souvenais encore de notre rencontre dans les montagnes, où le pauvre avait fait la rencontre du messager des enfers… que j’avais cru disparu jusqu’à ce jour. N’ayant pas assisté à la totalité de sa guérison, savoir qu’il se portait bien me réchauffait le cœur ! Le fait d’y être pour quelque chose donnait aussi un certain sentiment d’accomplissement, bien que secondaire.
Il était cependant un peu triste de savoir que leur dernière rencontre ne s’était pas très bien passée… la raison me rendit un peu curieuse :

« O-oui ! Je me souviens d-de lui… Je suis contente de savoir q-qu’il va mieux ! J-j’ai eu peur pour lui, q-quand j’ai vu son état… M-mais que s’est-il p-passé à v-votre dernière rencontre ? E-enfin, si c’est p-personnel, j-je comprendrais !...»

Il me questionna ensuite sur mon rendez-vous avec Kor… et les sentiments furent bien différents. Bien qu’avec un peu de recul mon cœur n’était plus si amer avec la prêtresse qu’il avait pu l’être lors de notre discussion, on ne pouvait là non plus pas parler de bons souvenirs. Elle était froide… peut-être pas si sans-cœur que son visage ne le montrait, cependant. Je n’avais peut-être simplement pas apprécié sa façon de parler… Et encore moins le peu de choses que cette rencontre m’avait apportée, vis-à-vis de mon but :

« O-oh, les poils a-appartenaient à une créature r-rare, en fait ! Un K-Kitsune, je crois. Mais notre discussion ne s’est pas si bien… passée… E-enfin, j’ai a-appris une partie de p-pourquoi on m’avait amenée ici mais… r-rien sur comment en repartir… à part q-que ça ne viendrait pas des dieux… Cependant, e-elle a dit que je devrais revenir l-la voir le moment v-venu… »

A vrai dire, l’idée de retourner à Minshu ne me procurait pas de grande joie… Mais quelque part, j’étais persuadée qu’apprendre à utiliser ces étranges pouvoirs serait important pour le futur. En premier lieu, parce que je les espérais capable de me rapprocher d’une porte de sortie.
Réaliser l’impossible faisait-il partie des capacités de la Muse des Rêves ?...

Et parlant de ça… y songer me remémora mon une interrogation précédente, s’étant noyée dans le flot de la conversation. Quelque chose qui pouvait devenir très gênant, d’ailleurs, si mes craintes se confirmaient:

« V-vous avez dit q-que…vous avez fait… un rêve ?... »








Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Plus que le temps   Jeu 5 Jan - 1:10






Plus que le temps



Avec : Emily Grimbald
   

Musique

Combien de fois avais-je put ressentir un tel sentiment faire battre mon cœur ? Je l’ignorais… Tellement peu de fois. Si j’avais put être illusionné un nombre trop grand de fois, en rencontrant des personnes envers qui j’avais autant d’admiration que d’amour, cette fois-ci, les choses étaient totalement différentes… Je pouvais le ressentir, les choses étaient différentes, bien différentes, plus fortes et plus intenses… Tant bien même je me sentais extrêmement maladroit, que d’une action, elle pouvait s’évaporer, disparaitre, se briser et ne plus jamais revenir… J’avais peur, si peur de la perdre, que je m’en trouvais ridicule…


Mais à vrai dire, cela m’importait peu par rapport au fait que je me concentrais sur le présent actuellement… La jeune fille était là, juste à coté de moi, à quelques centimètres… Je pouvais dessiner son corps de mes yeux, je pouvais sentir son odeur enivrante, tout semblait si réaliste et pourtant… Si irréel… Je ne pouvais le définir clairement, mais… Il était évident que mon être tout entier adorait cette élue de Minshu, dont je ne pouvais me lasser… Est-ce que c’était les effets si spéciaux que le cœur pouvait faire ressentir ? 


Dans tous les cas, je fus un peu amusé de voir la réaction un peu timide de la jeune fille. Certes, la proposition que je venais de faire était tout de même… Sujette à bien des sous-entendus, mais bon, j’imaginais sans peine qu’elle comprit ce pourquoi je lui demandais cela… Après tout, nous étions actuellement au milieu d’un couloir, sans aucune intimité, où nous risquions d’êtres dérangés malheureusement… Et puis, nous devions tant parler, tant discuter de tout ce qui s’était passé depuis ce jour fatidique… Et ma nation d’origine risquait probablement de venir plusieurs fois, et j n’avais guère envie qu’une oreille indiscrète entende cela. Si j’avais retrouvé la jeune fille, ce n’était pas pour devoir fuir après seulement quelques minutes.


Bref, nous rentrions en tout cas tous les deux dans la pièce adjacente pour discuter. Après avoir donc posé ce que nous portions (mon arme pour moi et son bâton, un instrument insolite qu’elle avait récupérée entre temps), et que je me sois assis sur le bord du lit, la jeune fille, après m’avoir écoutée, me demanda plus de renseignements sur le pyromancien de Seika. En effet, j’avais vu juste, et j’étais heureux de ne pas m’être trompé. Ce fut avec un sourire toutefois un peu mitigé que je répondis, soupirant en repensant au passé :


‘’Pour tout dire… C’est en grande partie de ma faute. Lorsque j’ai reçu ta lettre, et que donc j’ai pris la direction de Seika, on peut dire que j’ai caché un peu mon identité. Les élus de Fuyu n’ont pas une très bonne réputation à vrai dire, d’autant qu’avec la guerre qui est arrivée, c’était beaucoup trop dangereux. J’ai pris la responsabilité de la cacher, en me faisant passer pour une native, et Natsu… Fut amené à l’apprendre, et il n’a pas vraiment apprécié…’’


Je soupirais de nouveau, en m’accoudant un peu plus sur le lit, tout en regardant le plafond, pour me rappeler des quelques instants qui s’était déroulés avec lui, même s’ils n’avaient pas été d’une importance majeure dans ma vie, dans mon cheminement, je devais bien avoué qu’il ne m’avait pas été désagréable, et qu’il restait une personne assez intéressante…


‘’Enfin… Je sais qu’il m’en veut, peut-être même beaucoup, mais il ne me considère pas comme un ennemi, sinon il ne m’aurait jamais laissé passé, il ne serait pas parti en gardant cette nouvelle simplement pour lui… Et je dois bien avouer que le fait de t’avoir mentionné à bien aidé dans cette voie.’’


Dans tous les cas, la discussion continuait, lentement, à son rythme. Si je fus à la fois surpris et un peu amusé de ce que m’avoua dans un premier temps la jeune fille, que j’avais été confronté à un kitsune dans les montagnes, une créature qui m’avait pourtant donné bien du fil à retordre, et qui avait réussi à s’échapper en me laissant inconscient, ce qu’avait apprit la jeune fille eu un effet plus mitigé, me laissant un peu désolé pour elle, du fait qu’elle n’en savait pas plus sur comment quitter cet endroit, mais surtout qu’une porte de sortie se fermait, que les dieux n’avaient pas assez de clémence pour la renvoyer dans son monde… Ce qui m’agaça, la minshujin n’ayant rien d’une combattante ou d’une guerrière ! Pourquoi devait-elle mener une guerre ou des combats pour une divinité qui n’était pas la sienne ? Je ne le savais pas, personne ne pouvait le savoir, tel était le fardeau des élus.


Et si je fus un peu songeur, réfléchissant au sens que les élus avaient en ce monde, et aussi sur le fait que la jeune fille disait qu’elle allait devoir y retourner, pour en apprendre plus, elle mentionna un fait intriguant, me demandant d’une manière presque craintive si… J’avais fait un rêve ? C’était à vrai dire un peu gênant, d’avouer avoir rêvé d’elle, d’une vision, et de ce qu’il s’était passé… Notamment sur la fin ! Mais bon, pour elle… Je pouvais lui dire, j’en étais sûr. J’avais l’impression d’avoir des aîles, qui me permettait de voler, mais qu’elles étaient alimentée par sa présence…


‘’Oui, j’ai fait un rêve. A vrai dire, c’est déjà peu commun que cela m’arrive, mais celui que j’ai fait juste avant, il y a quelques minutes… Etait très étrange, comme s’il était presque réel… Pour tout te dire… Tu étais dedans, et, en quelque sorte, cela m’a permis d’anticiper un peu, de savoir… Comment et quoi je pourrais te dire, lorsque je te reverrai en vrai...’’






Un petit sourire gêné se dessina sur mes lèvres en même temps que je baissais le regard, ne sachant vraiment comment expliquer vraiment tout ce qui s’était joué… Certes, cela m’avait entraîné un peu, mais en même temps, cela m’avait rassuré, d’imaginer ce qu’elle pouvait… ressentir à mon égard… Je l’ignorais à vrai dire encore, n’ayant jamais eu de confirmation claire, mais… Je savais qu’elle m’accordait de l’importance, mais… A quel point ? Je continua ensuite d’une voix calme, en tournant mon regard vers elle :


‘’Mais nous sommes bien loin de cette plage, ou de ce levé de soleil par delà la mer…’’


Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Plus que le temps   Mar 10 Jan - 1:35



Plus que le temps
FEAT. M.Honjo





Assidue, j’écoutais attentivement le récit de M.Honjo. Ce dernier avait caché son identité afin de ne pas laisser la réputation de Fuyu ternir la sienne, et Natsu ne fût pas ravi de découvrir cette mascarade… j’aurais été bien mal placée pour réprimander le pyromancien, étant donné mon propre passé et le jeu qu’avaient joué mes propres « parents », mais… d’un autre côté, ce que M.Honjo avait fait était parfaitement justifié ! Nous n’avons pas choisis d’être liés à tel ou tel dieu, alors il est injuste de se voir affubler de clichés liés aux nations ! Certains assument parfaitement leurs couleurs et d’autres préfèrent les cacher mais, on ne peut juger l’une ou l’autre des voie « meilleure »…

Mon choix était de ne pas me présenter comme une élue, mais de ne pas le cacher si on me le demandait. A vrai dire, il s’agissait surtout d’affirmer mon identité comme indépendante, mais… comme je n’avais commencé que récemment à faire cela, un scénario similaire ne s’était pas produit…  et ne se produirait jamais, j’espère.
Même si, contrairement à l’homme à la faux,  j’essayais de ne pas faire de lien, de ne pas m’encombrer de trop fortes amitiés… Pour lui, ça avait dû être un choc difficile !

« J-je suis désolée q-que ça se soit terminé c-comme ça… j-j’espère, non, je suis s-sûre que ça ira mieux quand vous p-pourrez vous parler à nouveau ! » affirmais-je, avec toute la sincérité possible.

Le fait qu’il m’ait mentionnée me fit quelque chose… l’impression d’exister à ses yeux, d’être assez spéciale pour qu’il parle de moi à ses connaissances, c’était… agréable.  Mais un peu égoïste néanmoins, M.Honjo pouvait parler de qui il voulait à n’importe qui, après tout, ça ne voulait pas forcément dire grand-chose ?...

Puis, vint le sujet du rêve…Et mes craintes se confirmèrent de plus en plus.



Chacun des mots décrirait le songe, les sensations qu’il procurait, et son intérêt principal… celui de nous préparer aux véritables retrouvailles. Chacun des mots pour le décrire… correspondait avec exactitude  à ce que j’avais vécu. Et pour écraser la moindre trace de doute qu’il pouvait subsister, vint ensuite l’image… le lieu, l’environnement, le cadre de la scène… Tout semblait coller dans les moindres détails.
Mais cela voulait surtout dire que même les paroles échangées… Alors qu’il pensait faire un simple rêve, et que ma langue était liée par la loi de vérité absolue… Alors que nous pensions faire face à une illusion, une représentation de l’autre forgée par notre seul inconscient, alors que nous avions chacun cru ouvrir nos cœurs à un reflet du miroir…
Avaient bel et bien été entendues par l’autre ? En fait… nos retrouvailles avaient commencées dès l’instant où nous avions tous deux trouvé le sommeil.

Et c’était à moi de lui explique cette vérité… plus que gênante. Je me tournais alors doucement vers lui, rougissante tant d’abasourdissement que de honte, peinant à trouver des mots assez flous pour ne pas le heurter, mais assez clairs pour ne pas avoir à prolonger cette épreuve :

« M-monsieur… Honjo, j-je… c-ce rêve… »

Et ça partait plutôt mal. Les mots s’accumulaient dans ma gorge comme l’eau d’une rivière contre un barrage, cognant avec violence contre la paroi de mon cœur trop serré pour les laisser passer. En fait, je crois qu’à ce moment, si j’avais tenté de dire quelque chose le résultat aurait ressemblé à un charabia incompréhensible, ou peut-être un grognement digne d’une entité cosmique venue d’ailleurs. Mais certainement pas à une explication claire sur le fait que nous avions partagé un moment d’intimité dans un songe partagé.

Alors à la place, c’est à un moyen d’expression bien plus intuitif pour moi que je fis appel. Empoignant mon carnet et le matériel acheté à Fuyu en sa compagnie, le crayon/pinceau commença à gratter la feuille, guidé par une main faisant compromis entre vitesse et précision. Un dessin de bonne qualité pouvait prendre plusieurs heures,  alors il valait mieux chercher l’essentiel ! Néanmoins il ne m’était pour autant pas possible de bâcler un dessin, alors il fallu bien une dizaine de minutes pour obtenir un résultat correct… bien sûr, il n’y avait pas les couleurs, les ombres étaient loin d’être parfaites, et le manque de détail à la surface de l’eau n’était pas loin de l’insulte au reste du carnet mais le croquis était clair :

Nous deux, assis côte à côte sur une même plage. Un tracé au premier coup d’œil anodin, mais décoré d’assez de détails pour que les acteurs ne puissent pas feindre d’ignorer cette scène… Et comme m’expliquer simplement n’était pas possible, l’explication arriva d’un moyen détourné, peut-être un peu énigmatique, alors que je posais le carnet sur mes genoux de mon bienfaiteur :

« J-je partais p-pour le dessiner q-quand je vous ai croisé… »


Mes mains se serrèrent devant ma bouche, la tension tirait sur chacun de mes muscles. Mais après être allée aussi loin, je ne pouvais plus reculer :

« P-parce que j-je ne sais pas si v…vous vous en souvenez m-mais, je dessine t-toujours à mon réveil  les rêves que je viens de vivre… »







Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Plus que le temps   Mar 10 Jan - 15:57






Plus que le temps



Avec : Emily Grimbald
   
Musique

Peut-être qu’avec le pyromancien, plus rien ne serait plus jamais comme avant… Non, c’en était sûr. Il avait appris ma véritable identité, autant sur le fait que j’étais un élu, que sur le fait que j’étais un homme en réalité. Kaede n’était qu’une facette, une image, un mensonge que je souhaitais renvoyer aux gens qui m’entourait, à toutes ces personnes que je croisais. Le portrait d’une personne qui, malgré qu’elle ait tout perdu, continuait à aller de l’avant, continuait à marcher, à se relever, à se battre, sans hésitation, sans faille, le tout avec une certaine nonchallance, un certain éloignement vis-à-vis de la réalité…

Et dans ce sens, parfois, il m’arrivait de me dire dans mes heures sombres que, peut-être, Kaede avait plus de mérite que moi, qu’elle aurait dût exister. Après tout, j’étais quelqu’un qui avait derrière lui un passé torturé, dont je disais bien souvent m’être séparé, mais qui me suivait, encore et toujours, dans l’emprunte de mes pas, caché dans l’ombre… Il suffisait encore de m’évoquer le nom de Makoto pour que je m’emballe, comme avait put le faire Rumaki… Mais il était mort, deux fois même. Avais-je un problème avec le deuil ?

En tout cas, la jeune fille était désolée que la relation entre moi et Dragnir se soit pour le moment conclu sur une note mitigée. Elle était sûre que les choses iraient mieux… Et en effet, ce n’était pas impossible. Tant bien même je ne lui en voulais pas, il avait eu parfaitement raison d’agir ainsi avec moi, du fait que je l’ai dupé. Mais… Peut-être que le temps panserais les plaies que je lui ais causé, et qu’un jour, nous puissions coopérer de nouveau… J’étais surement trop optimiste sur le sujet, mais l’espoir que voulais me transmettre Emily me réconfortait un peu sur le sujet.

Toutefois, les choses s’enchainèrent, pour tomber, bientôt, sur le sujet du rêve. Si j’annonçais ça avec une certaine mélancolie, et n’étant le plus à l’aise possible pour parler de telles choses (Après tout, de base, je n’étais le plus grand orateur du monde, ni même la personne qui arrivait le mieux à se confier aux autres), la jeune fille eu une réaction qui eu l’effet de me perturber… Elle semblait être songeuse, et aussi… gênée, rougissante et mal à l’aise ? Avais-je dit quelque chose de mal ? Il ne me semblait pas avoir mentionné la fin du rêve pourtant, de ce que j’avais… Fait…

Et si elle eu la voix coupée pendant un certains temps, la jeune fille s’exprima par d’autres moyens, délaissant sa voix aux profits de ses mains, qui s’empressèrent de dessiner sur un cahier ô combien familier, acheté il y a plus d’une année dans une ville enneigée… Cela me fit plaisir de voir qu’elle avait conservée ces affaires, malgré le temps, malgré ce qui s’était passé… Elle se laissati guider, dessinant de manière presque évidente des formes sur sa feuille, pour qu’au bout de plusieurs minutes, les formes ne prennent vie, et que je puisse voir ce qu’elle voulait me dire…

Qu’elle… Avait fait un rêve semblable en tout point au miens… Que tout ceci… N’avait pas été une coïncidence, mais bel et bien la réalité… L’une de ses capacités, de mémoire, qui m’avait guidé dans un palais il y a bien longtemps… Et donc… Nous avions… Partagés le même songe ? C’est en tout cas ce qu’elle indiquait, à la fois par ses mots… Et par ses paroles. Et il suffisait de la voir, de l’observer, qu’elle était consciente de tout ce qui s’était déroulé, me laissant bouche bée un long moment, trop long à mon goût, avant que je ne puisse prononcer quelques mots…

‘’Je… Tout ce qui s’est passé dans ce rêve…’’


Je ne savais plus quoi dire, plus quoi faire, baissant de nouveau la tête en inspirant fortement, fermant les yeux pour me concentrer un tout petit peu. Elle regrettait terriblement cette nuit à Jiyuu, et que… qu’il y avait ces… Ce lien…

Puis finalement, je me tournais vers elle, un regard toujours perdu, confus, après tout, ce que j’avais fait là-bas, dans ce… Ce rêve… Tout cela avait le don de me rendre mal à l’aise, d’autant qu’il s’agissait de quelque chose que nous avions tous les deux vécus, à mon insu… A notre insu… Et que pouvais-je faire ? Que devais faire ? Je l’ignorais, ayant peur que… D’en avoir trop fait…

‘’Je suis désolé… Ce qu’il s’est passé, dans ce rêve… Je n’aurais pas dût le faire…’’

J’étais réellement gêné, et il était difficile de supporter le regard de la jeune fille… Et dire que j’avais combattu des créatures terriblement dangereuses, et que ce qui parvenait à me mettre dans l’embarra était-elle… Plus je m’approchais d’elle, plus je me sentais à la fois vulnérable et invincible… Un mélange des plus déconcertants… Mais prenant mon courage à deux mains, je me levais, pour m’avancer d’un pas dans sa direction, en retenant mon souffle, pour… reprendre la parole…

‘’Je… Tout ce que j’ai put dire… Dans ce rêve… Je le pensais vraiment...’’




Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Plus que le temps   Jeu 9 Fév - 0:04



Plus que le temps
FEAT. M.Honjo




Est-ce que chaque chose a un sens?...

Le monde onirique m’avait toujours semblé affirmer cette thèse. Même dans le chaos le plus absolu, le désordre le plus total, la torsion du temps et de l’espace, et de tous les piliers supportant ma réalité… il n’a jamais cessé d’exprimer quelque chose. Une cohérence cachée dans les incohérences les plus choquantes.

Alors quel sens avait celui-ci? Il ne pouvait s’agir d’une simple prémonition de l’avenir proche. Les choses s’y étant déroulées étaient trop…différentes. Directes. Et importantes. Même si le pourquoi du comment de ce partage onirique, cette connexion mentale, m’était inconnu… cela faisait forcément partie de son sens.
La conversation que nous avions eue là-bas… ça n’avait jamais été une préparation, un entraînement pour nous préparer à la véritable rencontre avec l’autre.
Nos retrouvailles avaient déjà commencées à cet instant. Nous n’en étions juste pas conscients, croyants parler à une simple image… les doutes se sont envolés, la peur de blesser l’autre était inexistante.
La peur d’ouvrir son cœur était inexistante.
Alors nous avons échangé des mots… Des mots que, peut-être, nous n’aurions pas eu la force de prononcer ici, dans cette réalité grisâtre. Des mots qui n’auraient peut-être jamais quitté nos véritables lèvres. Et puis des gestes, aussi.

C’était donc là le sens de ce songe.

M.Honjo semblait paniquer de quelque chose. Pas d’un danger ou d’un ennemi, mais la révélation… le fait de savoir que ses mots, je les avais entendus. Que son geste, je l’avais senti… C’était compréhensible ! Se retrouver dans une telle situation, c’est un peu comme être surpris à parler devant son miroir, ou voir quelqu’un lire son journal intime. Une telle réaction n’avait rien d’anormal ! Personne n’est à l’aise de savoir que son cœur a été exposé ainsi.
Enfin…  Surtout quand on ne s’y attend pas.

Je ne saurais dire si je paniquais moi aussi. Bien sûr, je n’étais pas restée muette lors de cette conversation intemporelle, mais ce sur quoi je me focalisais à ce moment, étaient ses mots à lui… Et le fait que je les avais reçus à son insu.
Non… ce n’était pas la même chose que s’il avait cru me parler réellement. Le sens se montrait encore plus complexe…

« M-M.Honjo… »

Mon cœur habitait une sensation étrange. Habituellement, mes émotions se présentaient comme de puissantes flammes heurtant contre mon esprit, me perturbant par leur force et leur puissance. Mais les choses se présentaient d’une autre manière ici…
Je n’étais pas… nerveuse. Je n’étais pas… apeurée.  
Un étrange calme m’habitait. Une douce brise chaleureuse. Son souffle chassait les lourds nuages ayant recouvert mon cœur, et des rayons de soleil percèrent au travers, me baignant dans une lumière jusqu’alors jamais ressentie.

« T-tout ce que vous avez dit là-bas, e-et ce que vous avez fait, je ne vous en veux pas… E-et je vous crois sur parole, q-quand vous dîtes que vous le pensiez… »

Puis, je me tournais dans sa direction, quelques perles humides s’échappant de mes yeux, mais un sourire aux lèvres :

« P-parce, v-vous ignoriez  que j’entendais…a-alors leur honnêteté est pure… »

C’était naturel, non ? Quand on voulait dire de belles choses à quelqu’un, notre conscience y fait attention. On cherche ses mots. On formule de façon à ne pas blesser leur destinataire. Il y a au final, une différence entre l’expression du cœur et le véritable message transmis, même mineure.
Mais quand on se retrouve seul, c’est comme pouvoir dessiner sans les contraintes du crayon et du papier. Il n’y a aucune barrière entre l’intention et l’acte.

De toutes les magies possibles et imaginables, celle-ci était à mes yeux la plus puissante.

Je n’étais plus sûre de savoir quoi faire. Entre juste le regarder, le prendre dans mes bras, ou… autre chose. Quelque chose était troublant dans sa manière de paniquer ainsi. Lui qui était si fort, si courageux, mais en même temps si fragile… Il n’était pas un bête guerrier sanguinaire, mais un être humain avec ses forces et ses faiblesses… Et c’est lui tout entier qui comptait pour moi :

« M-moi aussi, je…j-je pensais chacun de mes mots… »










Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Plus que le temps   Jeu 9 Fév - 21:42






Plus que le temps



Avec : Emily Grimbald
   
Musique

Bien présomptueux était le guerrier qui ne connaissait pas la peur. Surhomme, mortel, divin ou simple irresponsable, toute personne se retrouvait parfois dans des situations difficiles, des situations aux issues très importantes, au moins pour elle… Et c’était mon cas actuellement, je ne respirais pas la confiance, j’étais très loin de mon côté détaché, bien au contraire… J’étais très soucieux… Très tendue, craignant que… Que mes mots, mes actions, mes pensées, aient pu… agir d’une manière trop brusque… Je ne voulais rien imposer à la jeune fille dont le rêve était de rentrer dans son monde, et si j’en avais la possibilité, j’étais même prêt à l’aider dans cette longue aventure, qui pouvait connaître un tragique dénouement, celui d’apprendre que tout ceci… N’ai servit à rien…

Face à un dragon, certes mes sens s’étaient éveillés et j’avais eu plusieurs frisons alors que des attaques me frollaient de peu, mais… C’était totalement différent. Face à l’écailleux, j’avais un minimum de contrôle sur la situation, un minimum de puissance et d’entrainement, mais ce qui se passait ici, dans cette chambre d’auberge, passait au-delà de ma force, se posant tel un papillon sur mon cœur qui n’avait jamais cessé de me mutiler…

Je craignais la moindre de sa réaction, le moindre sens ou doute qu’elle pourrait exprimer, mais… Ce fut d’une voix étrangement calme et apaisée qu’elle me répondit, doucement, pouvant me faire chavirer d’une manière si puissante que je n’en devenais qu’un marin affrontant la tempête, mais qui était accueillit par une douce brise.

Elle… Elle ne m’en voulait pas, elle était certaine que ce que j’avais pu dire là-bas… Etait sincère. En effet… Comme je ne me doutais pas de sa présence à cet instant, j’avais été beaucoup plus prompt, beaucoup plus sincère avec moi-même, me permettant ce contact que je n’aurais jamais osé en vrai, par peur de sa réaction. J’affichais un air tout de même surpris, trahissant certes mon impuissance, mais aussi beaucoup d’émotions et de sentiments que je pouvais ressentir envers elle, alors que quelques larmes s’échappaient de ses yeux, et qu’un sourire démarquait de son visage...

Je… Combien de fois… L’avais-je vu sourire avec autant de sincérité ? Je l’ignorais… Mais surement pas assez… Emily pouvait parfois pleurer, afficher ses chagrins, sa peine, mais elle savait aussi être forte, et sourire lorsqu’il le fallait, même d’une manière forcée… Mais celui qu’elle avait là… Valait tout l’or du monde, toute puissance, toute conquête et toute victoire… C’était assurément la plus belle chose, le plus beau trésor…

Et… Elle avait qu’elle aussi, pensait chacun de ses mots, qu’elle avait parlée avec sincérité face à moi, sans même deviner ma présence… Que j’étais le seul qu’elle ne souhaitait pas perdre, qu’elle regretterait… Et qu’elle souhaitait rester avec moi… Mais dans quel sens ? Peut-être percevais-je de manière trop intense cela, et qu’elle souhaitait m’avoir à ses côtés pour voyager, pour discuter du monde et des étoiles, ou alors… Je n’en savais rien… Ou tout du moins, ma raison était perdue.

Car quand bien même je n’avais aucun contrôle sur la situation, et que j’étais perdue entre les milles significations possibles, mon corps s’était apaisé, respirant calmement alors que mon cœur continuait de battre la chamade à l’intérieur de ma poitrine. J’étais fixé depuis bien longtemps sur mes sentiments, sur ce que je ressentais, et cela n’avait fait que croître, jour après jour, nuit après nuit, pour exploser encore plus à sa simple vision. Je pouvais l’affirmer sans arrière pensés, sans retenu : Je l’aimais.

Et quand à ce qu’elle pouvait penser de moi… Etrangement, mon cœur semblait être empli d’une force titanesque, d’une puissance inimaginable. Peut-être il s’illusionnait en croyant ce qu’il voulait voir, mais… Il savait se montrer persuasif, et il ne restait plus que le plus difficile… Le premier pas… Cette ultime et si difficile épreuve, qui paraissait insurmontable, et pourtant… Si simple lorsque l’on n’y était pas confronté…

Après tout… Est-ce qu’il ne faudrait pas que je recule, tant que j’en avais encore la possibilité ? Mieux réfléchir à cela, me préparer jusqu’à l’être beaucoup plus ? Non, c’était trop tard, je le savais depuis longtemps. Tout ces sentiments s’étaient engrangés depuis bien trop longtemps, et à refuser d’y faire face, je risquais de le regretter amèrement. Non… Ce que je devais faire, c’était maintenant !

Avançant à nouveau d’un pas, et posant mes mains d’une manière délicate sur les hanches de la jeune fille, j’arborai un sourire confiant, tout en me penchant pour être à sa hauteur. Nos visages étaient proches, peut-être même trop en fait… Je pouvais entendre sa respiration, les battements de son cœur… Je pouvais voir chaque détail des délicates sculptures d’émeraudes qu’était ses yeux… Et puis, je repris la parole, lentement, et calmement, mais pouvant faillir à chaque instant, avec cette sensation d’être invincible et si fragile en même temps…

‘’Emily… J’aimerais être à tes côtés… Etre avec toi… Te faire sourire, chaque jour… Profiter de chaque instant en ta compagnie, le plus longtemps possible, pour toujours même…’’

Je n’étais guère un adepte des discours, mais j’essayais d’avoir la même sincérité que j’avais pu avoir… C’était mon cœur qui parlait, qui s’exprimait, qui montrait ses désirs et qui… S’ouvrait à la jeune fille, d’une manière officielle…

‘’Je… J’ai des sentiments pour toi, Emily…’’



Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Plus que le temps   Mer 1 Mar - 23:09



Plus que le temps
FEAT. M.Honjo




Cette situation… Jamais je n’aurais imaginée la rencontrer un jour. Mes rêves de petite fille, à grand coup de chevaliers, de dragons et de cheval blanc, se trouvaient très loin… Mais je me suis toujours trouvée trop jeune,  jamais assez prête pour assumer une telle chose. Au collège, mes cheveux m’ont toujours rendue un peu bizarre aux yeux des autres, et avec ma timidité je ne pouvais pas approcher facilement les garçons.

En arrivant sur Kosaten… il n’était plus question d’y penser. Comme une erreur de parcours facile à rectifier, j’avais décidé trop tôt de ne pas faire de projets.  Il avait paru évident à mes yeux naïfs que je ne pouvais laisser mon cœur trop s’accrocher à quoi que ce soit dans ce qui avait semblé n’être qu’une étape temporaire. Lorsque l’on part en vacances ou en colonie, il peut être dangereux de trop s’attacher aux personnes que l’on rencontre, de trop rêver d’avenir avec eux, alors qu’il y a de fortes chances de ne plus jamais les revoir une fois les deux ou trois semaines écoulées, quand chacun retourne à sa vie normale… Mais ensuite, sont arrivés tous ces évènements… les mois ont défilé, un par un, l’espoir de revenir à ma vie de se diluant dans le temps… et jamais je n’étais revenue sur cette décision,  m’accrochant à elle comme seule ancre avec mon passé, avec la « réalité ». La disparition d’Akina n’ayant fait qu’empirer les choses par la suite…

Kosaten n’est qu’à mes yeux, un cauchemar ayant duré bien trop longtemps.  

Lors de la rencontre avec M.Honjo, je n’aurais pas pu concevoir un tel développement. A mes yeux, ce n’était qu’une âme de plus piégée ici, un visage de plus à oublier le jour de mon départ. Mais il m’a protégée dans les terres inhospitalières de Fuyu, il m’a aidée à supporter cette solitude, il m’a rappelé que même dans cet enfer, il existe une pointe d’espoir… qu’il y a ici-bas des gens qui valent la peine d’être rencontrés, quitte à les regretter après.  

Tous ces mois passés à voyager ensembles… Avant même que je ne m’en rende compte,  M.Honjo était devenu quelqu’un de très important pour moi. Peut-être même plus important que toutes les personnes que j’avais jusqu’alors connues, y compris dans mon vrai monde… Et c’était aussi, en quelques sortes, un danger. Pouvais-je supporter de le perdre à présent ? Étais-je capable de prendre ce risque, celui de lui confier mon cœur, d’avoir quelque chose à perdre ici ?
D’être…attachée, à ce monde ?

Je ne cessais de le fixer, nos regards plongeant l’un dans l’autre. Son visage était si près, si proche que je venais à peine de prendre conscience d’à quel point nous l’étions vraiment. Ses mots restés dans l’air ne cessaient de résonner dans ma tête, comme un rêve marquant qui flotterait encore à l’instant du réveil, un songe si prenant que l’on éprouve qu’une seule chose : L’envie de replonger dans les bras de Morphée afin de le continuer, de raviver la magie ayant dissipé la crue réalité le temps d’un sommeil…

Cependant, cette fois-ci, je ne dormais pas, et c’était bien dans le monde réel que ces mots avaient résonnés.  Un songe ayant pris forme, un miracle ayant pris vie, une magie n’ayant pas besoin d’être imaginée pour devenir vraie… Alors c’est dans les bras de sa source que je choisis de plonger, déposant délicatement  mon front contre son épaule, entourant son torse de mes membres supérieurs et agrippant doucement le dos de son vêtement.  



« M.Honjo… »
Prononçais-je dans un murmure. Néanmoins, je n’avais aucune idée de quoi dire par la suite. Des comportements contradictoires se battaient en moi, et pendant de longues minutes aucun son ne put m’échapper, aucun geste ne put être effectué. Les souvenirs ne cessèrent d’être ressassés, des questions d’être reposées. Une inlassable répétition des mêmes images et des mêmes mots, tournoyant sans fin dans mon esprit sans qu’aucune échappatoire ne soit entrevue.

Mais c’est finalement en faisant comme je l’avais toujours fait que la force d’aller de l’avant me revint : Suivre mon cœur.



Mon front se laissa doucement glisser jusqu’à atteindre la chair du cou de M.Honjo, laissant son odeur m’emporter toute entière. Puis, enfin, je repris :

« …J-je sais pourquoi j’ai d-douté, la dernière fois que nous nous sommes rapprochés… »

Reculant en douceur, mon visage vint se replacer face au sien, mes prunelles humides ne se lassant d’être envoûtées par ce regard à la fois si puissant et si fragile :

« …J’avais p-peur, mon cœur n’était pas prêt à…à faire face… »

Mes mains, guidées par des sensations jusqu’alors inconnues, lâchèrent l’habit pour glisser sur le tissus et remonter jusqu’à ses épaules, continuant leur route jusqu’à ce que mes doigts passent délicatement dans ses cheveux, et finissent par entourer ses joues. Puis enfin, pour le meilleur ou pour le pire, mon cœur se livra :

« …à l’amour que j’éprouve pour vous. »

Alea jacta est...




Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Plus que le temps   Ven 3 Mar - 16:09






Plus que le temps



Avec : Emily Grimbald
   
Musique

Je… Je m’étais confié… Je m’étais ouvert à elle… Jamais, au grand jamais, je n’aurais put croire en être un jour capable, trouvé au fond de moi la force de lui dire ces quelques mots qui résonnaient encore dans ma tête, et qui étaient depuis si longtemps une évidence au fond de mon être. Jamais je n’aurais pensé lui dire un jour en face, ce que je ressentais pleinement pour elle, et pourtant… C’était ce que je venais de faire, c’était ce que je venais d’avouer…Et chaque seconde, chaque instant qui s’écoulait après me paraissait comme étant une véritable éternité, qui ne semblait jamais avoir de fin, qui s’allongeait, comme si toute cette histoire n’avait jamais été autre chose qu’un rêve…

Une éternité dans l’attente de sa réponse, dans l’attente d’un signe, du moindre petit signal qui pourrait trahir ses pensées et sa réaction… Mais dans cet état, j’étais prêt à tout croire, que le simple petit tremblement signifiait qu’elle était embarrassée à cette idée… Après tout, je restais sur mon idée, celle que je n’étais pas véritablement une bonne personne, et encore moins pour la jeune fille qui se trouvait pourtant si proche de moi… Etait-ce la chance ou le hasard qui faisait que, pourtant, j’avais au fond de moi l’espoir qu’elle puisse… Peut-être… Avoir ces mêmes sentiments à mon égard…

Et c’est dans cet état de confusion que j’appréhendais la suite, qui vint d’une manière inattendue… Si j’avais personnellement anticipée le fait qu’elle ne puisse pas répondre à ce que j’éprouvais, qu’elle ne recule en l’apprenant, que… Ce qui avait été fait autrefois à Jiyuu ne recommence comme un infernal cycle vicieux, qui me hanterait encore et toujours, ce fut bel et bien l’inverse qui se produit, l’élue de Minshu allant de l’avant, osant au contraire aller vers moi, et… Me prendre dans ses bras, ce qui me laissa véritablement surpris, pendant que j’observais le haut de sa tête, impuissant, pendant que mon corps déjà mal à l’aise ressentait chaque respiration de la jeune fille maintenant contre moi…

Et immédiatement, je m’imaginais d’autres scénarios… Celui qu’elle ne voulait pas me blesser, qu’elle ne pouvait pas répondre à ce que je ressentais, qu’elle ne voyait en moi qu’une personne comme tant d’autres, ou peut-être juste un peu plus, mais qu’elle ne voulait pas forcément se séparer de moi… Les doûtes qui m’habitaient étaient véritablement cinglants, et j’avais l’impression que mon cœur se nouait et se dénouait à chacune de mes pensées, craignant à la fois le pire comme le meilleur. Ce qui arriverait… Qu’importe son choix… Je l’accepterai… Qu’importe ce qu’elle pourrait décider…

Pendant un temps, je fermais les yeux, posant mes mains contre son dos alors que le silence dominait la pièce. Je ne savais pas vraiment comment réagir, pas du tout, milles idées se confrontant dans ma tête. Jusqu’à ce qu’elle prenne doucement la parole, mes yeux s’entrouvrant alors légèrement… Elle énonçait… Jiyuu, la ville du temps, la ville qui signifiait la fin de notre voyage…

Et toujours animée d’une grâce et d’une douceur inégalable, la jeune fille recula son visage, me faisant ouvrir pleinement mes yeux remplis à la fois de tant d’affection pour elle, mais aussi de bien des craintes et des appréhensions… Elle avait eu peur… Qu’elle n’était à ce moment là pas prête pour se confronter à ce qu’elle avouait à son tour, en montant ses mains jusqu’à mon visage, pendant que je ne pouvais pas décrocher mes pupilles des siennes… Nos regards s’échangeant, pendant qu’elle déclarait dans cette bulle, dans cette chambre qui semblait être coupée du monde…

Qu’elle aussi, avait des sentiments pour moi…

Musique

Mon regard pouvait trahir facilement la surprise que j’avais en moi. Tout d’abord, je… Je ne pouvais y croire… Mais pourtant… La jeune fille parlait avec une sincérité qui lui était propre… Il était simplement impossible qu’elle soit en train de mentir, même pour essayer tant bien que mal de consoler la peine que je pourrais avoir en apprenant ce qu’elle pouvait ressentir pour moi… Mais si elle avouait vraiment ses sentiments, ce… ce…

C’était… Réel… Par rapport à tout ce que nous avions put vivre… Par rapport à notre passé commun… Le rêve… Nos retrouvailles… Tout cela était déjà magnifique, et voilà que maintenant… Nous… Nous étions tous les deux dans les bras de l’autre, à savoir que… Ce que nous ressentions, sans en avoir peur, sans avoir de crainte… Tout ce que j’avais put avoir comme idée se dissipait, s’évanouissaient en une infinité de petits fragments, pendant que, sans m’en rendre compte, quelques petites larmes vinrent couler le long de mes joues, glissant le long des mains de la jeune fille…

Je fermais plusieurs fois rapidement mes yeux, les sentant un peu piquants, avant de me noyer dans son regard, de me perdre dans l’immensité de ce que nos déclarations pouvaient signifier, pour finalement bafouiller légèrement, comme un murmure :

‘’Tu… Tu…’’

Je n’arrivais même plus à trouver mes mots… Aussi fort que je pouvais être, j’étais totalement vulnérable face à elle, ne pouvant rien faire de compréhensible, de sensé… Il n’y avait que mon cœur qui était maitre de moi, ce qui était quelque chose d’unique, de totalement nouveau, si bien que je me laissais porter par cette euphorie qui s’emparait de moi, serrant la jeune fille contre moi en fermant les yeux, avant de dire à son oreille :

‘’Tu fais de moi… La personne la plus heureuse de ce monde… De tous les mondes…’’

Mon cœur parlait de nouveau… Je me retrouvais face à elle… Face à celle qui depuis longtemps était dans mes pensées… Qui me faisait vivre ce qu’était un amour partagé… Je n’arrivais à vrai dire même pas à imaginer tout ce que cela allait amener, les changements dans nos vies... Mais… Je… Je voulais juste… Profiter de ce moment… De cet instant… Le vivre jusqu’à demain, et même au-delà… Et c’est dans cette euphorie que je commençais à tourner sur moi-même, la soulevant de terre de quelques centimètres, avant de maladroitement tomber sur le plancher, finissant ainsi sur le dos certes, mais  avec toujours Emily contre-moi…

Et certes la position dans laquelle nous nous retrouvions était un peu délicate, mais… Je… Je m’en fichais, un sourire trahissant mon bonheur pendant que je ne pouvais plus rien faire d’autre que de plonger mon regard dans le sien…



Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Plus que le temps   Mar 21 Mar - 1:03



Plus que le temps
FEAT. M.Honjo





Cette situation semblait si irréelle…  Moi, dans les bras d’un homme, rencontré sur Kosaten qui plus est… ça ne pouvait pas être vrai. Pourtant, le miracle était là, son cœur battant si fort que je pouvais presque l’entendre, le sentir vibrer au travers de mes doigts quelques peu humidifiés par ses larmes. Nous avions vécu tant de choses… Un voyage aux quatre coins du monde, débutant dans les terres gelées de Fuyu, passant par les vastes plaines de Minshu, et se terminant dans la chaleur d’une auberge de Seika.
Mais ce n’était que la conclusion du premier voyage… et le début d’un nouveau. Qu’est ce qui allait changer à présent ? Je l’ignorais… C’était une épopée aveugle, destination : l’inconnu. Mais quelque part, je sentais que rien ne pouvait mal se passer tant que nous restions ensembles.

Rien… sauf peut-être une chose. Mon rêve allait complètement à l’encontre de ce que nous vivions à présent… et je devinais déjà les sombres nuages cachés derrière l’horizon. Mais peu importe, car c’était un instant de joie, alors je m’efforçais de chasser doutes et appréhensions pour le moment.

Son bonheur était palpable, c’était si touchant… peut-être que la proximité de ses yeux amplifiait cette impression, mais je n’avais pas souvenir d’avoir vu  quelqu’un aussi heureux de toute ma vie. Son soulagement, sa maladresse, son sourire, ses larmes de joie, étaient autant de trésors d’une valeur que tout l’or et le pouvoir de l’univers réunis ne saurait arriver à la cheville.   Et dans une euphorie qui eût tôt fait de me surprendre, il m’emporta dans une étreinte tourbillonnante qui embrouilla tous mes repères avant de tomber sur le sol, sans me lâcher. Notre position était un peu gênante, mais vu son sourire je pouvais bien faire cet effort… Et c’est à mon tour que je fus prise d’un fou rire soudain, libérant l’espace d’un instant tout mon stress, ma tension, et mes appréhensions…
Un fou rire comme je n’en avais plus eu depuis trop longtemps.

Puis nos regards se croisèrent… et mon corps se figea, un sourire aux lèvres. Nous étions à nouveau si proches… et la température de cette chambre avait comme augmenté. Laissant mon cœur décider quoi faire à ma place, j’approchais un peu mon visage du sien… avant d’hocher sensiblement la tête, l’invitant à faire le premier pas pour… pour je ne savais pas vraiment quoi, en fait. Mon esprit avait tout simplement arrêté de réfléchir…






Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Plus que le temps   Mar 21 Mar - 19:27






Plus que le temps



Avec : Emily Grimbald
   
Musique

Le sol et le plancher n’avaient beau pas être des endroits spécialement conçus pour s’y allonger, manquant beaucoup de confort de transpirant de nombreuses irrégularité, dans l’état où je me trouvais actuellement, c’était probablement la dernière chose que je me souciais affichant un sourire comblé, alors que je pouvais voir n’importe lequel des détails de son visage… Les délicates mèches d’améthystes qui encadraient son visage d’une couleur unique… Ses yeux verts dans lequel je pourrais me noyer… L’on pourrait croire qu’elle était une véritable poupée de porcelaine, et peut-être même aussi fragile…

Mais son rire… Peut-être était-ce la première fois que je l’entendais, que je la voyais si détendue, ne se souciant plus de rien, plus de toutes ces choses qui étaient son terrible fardeau… Son sourire était déjà si beau, mais libérée ainsi… Elle était véritablement incomparable, si unique, si précieuse pour moi… Et pourtant… Elle était là, à moitié sur moi, dans une position tout à fait gênante, mais… Qui s’en souciait ? Personne… Et je vins à la rejoindre dans son rire. C’était inexplicable, mais rire ainsi… Faisait un bien fou, éliminant toutes les angoisses, les appréhensions et le reste. Il n’y avait qu’elle et moi ici, rien d’autre, rien du tout…

Je ne sais pendant combien de temps j’ai put rire avec elle, mais dès lors que le silence s’imposait de nouveau dans la pièce, je la regardais de nouveau, celle qui avait un si beau sourire à ses lèvres… Si j’avais un but dans ma vie, à partir de maintenant… C’était de prolonger ce qui la rendait si sublime… La faire sourire, la faire rire… Partager ses joies, ses peines, être là, jour après jour, nuit après nuit, au quotidien à ses cotés… C’était surement la chose que je souhaitais le plus au monde… Bon nombre souhaitaient quitter le confort qu’ils avaient pour partir à l’aventure, et je souhaitais le trouver… A ses côtés… Savoir qu’en me réveillant, ce serait contre elle que je serais… Il n’y avait pas de plus beau rêve ou de meilleur avenir…

‘’Tu… es vraiment… Magnifique…’’
Dis-je en ayant le souffle coupé, pendant qu’elle souriait… Cela lui allait si bien, et je disais ça avec la plus grande des sincérités… Véritablement, elle était cette personne qui me faisait chavirer au plus au point… Mais ce fut tout doucement que la suite s’emballa, tout comme mon cœur, alors qu’elle approcha doucement son visage, pour hocher la tête, m’invitant à… à…

Je rougis un peu, avant d’inspirer un peu… Est-ce que j’interprétais mal les choses ? Est-ce que j’étais parti sur de mauvaises bases ? Voulais-t-elle vraiment que je… L’embrasse ? Se sentait-elle prête à ceci ? Après tout, l’en connaissant ce qui avait amené les événements de Jiyuu… Mais aucun d’entre nous ne semblait vouloir s’astreindre à ceci… Il y avait ces sentiments qui déferlaient en moi, que je ne pouvais ignorer, que je ne pouvais refouler d’avantage… J’étais prêt à entrer en ébullition à chaque instant, mais… lentement…

Mon visage s’approchait d’elle… L’espace qu’il y avait entre nous, déjà si réduit, devenait de plus en plus infime… Je pouvais sentir sa respiration, entendre les battements de son cœur… J’avançais dans un terrain unique… Celui de l’amour… C’était la première fois que ces sentiments étaient aussi forts, aussi puissants, aussi ardents…

Et c’était aussi la première fois… Que j’embrassais quelqu’un que je désirais tant…

Nos lèvres se vinrent à se toucher, à se rencontrer… Mes mains étaient toujours contre elle, mais… C’était ce qui s’échangeaient entre nous qui était unique, et tout simplement inoubliable… Je me sentais pousser des ailes, trouver au fond de moi une force immense, alors que mon esprit se baignait dans un sentiment rare… Celui du bonheur… Le bonheur d’être avec elle…

Et je ne savais pas comment décrire ce contact qui nous unissait actuellement, l’un contre l’autre… Ni même à vrai dire combien de temps cela avait put durer… Des secondes ? Des minutes ? Plus encore ? Je ne le savais pas… J’avais tout simplement perdu le compte tant j’avais été transporté dans sur un nuage au sommet des cieux… J’étais vraiment confus, mais en même temps… Si heureux… C’était tout simplement…

Le bonheur…




Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

-



MessageSujet: Re: Plus que le temps   

Revenir en haut Aller en bas
Plus que le temps
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Un Temps pour chaque chose:Le Choix Judicieux
» "Ô temps ! suspends ton vol, et vous, heures propices ! ..."{Frédérick & Milena}
» Prix du petrole a travers le temps
» Arrêter le temps...
» Lit sa si t'a du temps a perdre mon chou =D

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Manga Multiverse ::  :: Empire de Seika :: Capitale de Chikai-


Crédits : Design : Phoenix & Pingouin Règlements & Contexte : Phoenix
Forum optimisé pour Google Chrome.