Partagez | .
Fangs and Feathers
Invité Invité

-



MessageSujet: Fangs and Feathers   Dim 20 Nov - 12:32

Ce RP se déroule juste après l’Appel de la Guerre IV de Seika (la même scène qu’on ne pouvait pas continuer là-bas).





***



Qrow s’attendait à ce que son petit discours ne plaise pas à tout le monde. Bon, soyons réaliste : il savait qu’il cela n’allait plaire à personne. Il fallait être soit très perspicace, soit très maladroit en relation humaine pour comprendre immédiatement ses intentions. Mais cela ne le gênait pas. En effet, cinq mille années à perdre la face devant des populations entières pour les empêcher d’aller en guerre lui ont laissé un mental d’acier. Plaire à tous ? Il savait d’expérience que c’était impossible. Alors, il avait arrêté de penser à son honneur – dans une moindre mesure - , à sa réputation et à l’image qu’il renvoyait. L’humain devait avoir une main pour le guider, sans quoi il se ferait lui-même du mal.

Évidemment, il essuya quelques désaccords, plus ou moins polis ; mais un seul retint son intention. Un "pauvre idiot", d’une voix… Non humaine ? Ou peut-être que si ? On aurait dit une dame avec des problèmes à la gorge… Difficile à dire. Qrow chercha la source de cette insulte et fut confronté à une scène… familière. Von n’était pas là cette fois, mais un loup, d’assez grande taille, venait juste de lui… Adresser la parole. Mmh. Encore. Cela doit être normal en Kosaten… Deux fois en moins d’un mois quand même… Il devait donc s’habituer à ce que des canidés géants palabrent sur son compte. De manière violente à chaque fois, apparemment. Avait-il fait quelque chose à la race des loups par le passé ?

Le loup mit en question l’honneur de l’ancien Roi. Dans cette situation précise, où il faisait passer le bien de tous avant son égo, la pique ne lui fit rien. Il se contenta de regarder l’animal s’approcher de lui. Leurs pupilles se croisèrent pour ne plus se quitter. Étrange. Ce loup n’était pas comme le précédent. Il avait quelque chose de… Humain. Diva s’illumina doucement. De la magie… spirituelle ? Une shaman ? Ce loup était un de ces métamorphoses ? Ou peut-être avait-il été en contact avec un être pouvant communiquer avec les esprits ? Qui sait. Sur l’instant, Qrow ne s’embarrassait pas de ces détails. Il écoutait ce que la bête avait à dire, sans répondre. Se disputer maintenant pour défendre son point de n’allait déboucher qu'au mieux sur une prise de partie de la ministre présente –qui se serait surement contre le corbeau -, qu'au pire sur un affrontement avec l’animal. N’ayant retrouvé toute sa force, il préféra ne pas s’y risquer.

Néanmoins, d’un ton toujours aussi neutre et distant, Qrow répondit pendant qu’il regardait le loup partir et se changer en jeune femme :

- Je ne remets en cause que les circonstances de ce recrutement. À l’heure actuelle, tout le monde est affligé par l’attentat. Laisser ses émotions dicter les décisions ne mène qu’à une chose. La destruction. Les soldats ont eu du temps pour s’engager. Ils ont pesé le pour et le contre, des mois, peut-être des années, en temps de paix. Les personnes ici présentes n’ont eu que deux semaines. Deux semaines pour évaluer ce qu’ils sont prêts à perdre. C’est trop peu. Je ne dis pas que les décisions qui prennent du temps à mûrir sont les meilleures, mais je dis que celles qui sont prises sous le coup de la précipitation et des sentiments tels que la vengeance sont les pires.

Il laissa un moment à la foule et la femme pour digérer ce qu’il venait de dire. Comment allaient-elles réagir ? Mieux valait nuancer.

- Une guerre reste une guerre. Nous n’allons pas nous battre à coup de mouchoir. Et je suis d’accord avec vous sur un point : les conséquences se payent. Aussi bien par ceux qui prennent les décisions…

À ces mots, il se tourna vers la foule. Il regarda de nouveau tous ceux qui avaient les yeux sur lui.

- Que ceux qui demandent à ce que ces décisions soient prises.

Maintenant, il regardait fixement la Ministre de la guerre. Une rare noirceur s’échappait de ses iris. Le sous-entendu de ses phrases d’avant venait de lui faire comprendre une chose : il n’allait pas s’entendre avec elle.

- Une missive de Kansei ! On recherche des élus pour une mission spéciale ! L’aide de Seika est demandée !

- J’en suis.

Qrow avait répondu sans même prêter attention au messager. Il dévisageait toujours la femme, sur son estrade. Était-ce un acte calculé, que d’amener la populace à prendre les armes ? Son discours était galvanisant. L’intention était claire. L’avenir des relations entre Seika et Qrow aussi.


[Note : Pour gagner du temps et des tours, tu peux me répondre et décrire le voyage jusqu’à Kansei !]





Dernière édition par Qrow le Jeu 24 Nov - 16:44, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Fangs and Feathers   Dim 20 Nov - 17:09







- Tu y vas pas un peu fort avec ce nouveau ?

Un regard méprisant en guise de réponse à Makoto qui ravala aussitôt sa salive, l'hybride pesta intérieurement : les nouvelles recrues ne paraissait décidément pas prête à ce qui les attendraient. Quant à son allié, il lança un bref regard désolé vers le corbeau. Il connaissait suffisamment Geleerde pour savoir qu'elle n'était pas si détestable, habituellement... Mais depuis son retour à la Capitale, l'indomptable restait plongé d'un mutisme profond et inquiétant. Son aura, originellement taquine et pourtant réfléchie, avait pris lentement l'ascension vers une teinte de noirceur impénétrable...

Pourtant, la réponse de Qrow ne tomba pas dans l'oreille d'un sourd. L'indomptable l'écoutait malgré qu'elle se soit éloignée de lui, sans pour autant lui jeter un regard direct. Jusqu'à ce que :
 

- (...) Les conséquences se payent.

A cet instant, un désagréable frisson prit naissance sur l'épine dorsale de l'élue qui serra lentement le poing. Les conséquences se payent toujours. Cela paraissait si évident. Un flash de sa propre mémoire lui vint en tête, tandis qu'elle tenta d'y faire abstraction. Tête basse, elle ajouta, dans un murmure, telle une confession pour elle-même :

- ... Et les vivants doivent le supporter.

Sa gorge se noua un instant, tandis qu'elle reprit finalement sa route sans se retourner. Le messager faisant part d'une mission à Kansei passa rapidement devant la louve qui, d'une oreille, tout en continuant d'avancer, écouta ses dires. Lorsque qu'on connaissait Geleerde suffisamment bien, il n'était pas bien difficile de dire qu'elle y participerait...

Pourtant...

- Nous en serons aussi ! Pas vrai, Geleerde ?

Makoto posa sa main sur l'épaule de sa coéquipière qui releva la tête vers lui, l'air interrogateur et dédaigneux. Encore cet habituel sourire agaçant sur le visage du soldat. Ce même sourire qu'il lui avait adressé, lorsqu'elle était revenue de la Capitale, ce même air soit disant compatissant et réconfortant... A cette réaction, le pauvre allié de la louve retira graduellement son emprise du corps de Geleerde, une pointe d'inquiétude naissant sur son visage.

- Tu... Comptes y aller après-tout, pas vrai ?

L'hybride prit un instant avant de répondre, observant au loin les élus qui acceptaient la mission du jour. Ses mèches rebelles voilant une partie de son œil droit incandescent, elle conservait malgré tout cet air glacial et inhabituel, comme ci son âme lui hurlait de mettre à feu et à sang tout ce qui se trouvait autour d'elle. Au bout de quelques secondes, paraissant une éternité pour Makoto, la louve daigna finalement répondre, tout en reprenant sa route :

- Viens. Nous devons nous occuper des préparatifs.

Un soupir de soulagement traversa les lèvres du soldat, qui n'était pourtant pas encore tout à fait rassuré : combien de temps lui faudrait-elle encore pour faire son deuil ?

***

Plusieurs heures après, le convoi était enfin prêt et les premiers kilomètres afin de se diriger à Kansei, effectués. Ils étaient peu nombreux à avoir fait acte de présence, mais le désavantage du nombre, permettrait au moins une meilleure discrétion lors de ce périple. Geleerde, qui n'avait nullement besoin de se procurer un cheval, avait repris sa forme originelle tout en ouvrant la marche aux autres participants. Guettant les environs, ses sens en alerte, l'élue de Seika restait pour le moins silencieuse, tandis que Makoto et Zenjiro, se tenaient tous les deux sur leurs montures respectives. Le plus jeune des soldats, était suffisamment proche de l'ancien roi pour lui parler en toute discrétion. Après tout, depuis leur départ de la Capitale, il n'avait pas réellement digéré le comportement de la louve, à l'égard de ce dernier.

- Élu, Je...

Jetant un rapide coup d’œil vers la louve qui se tenait à quelques mètres devant eux, il reprit :

- Ne prenez pas mal le tempérament de feu de notre hybride : elle... Elle n'est pas si détestable, je vous assure.

Un sourire gêné en guise de conclusion, il resserra son emprise sur les lanières de cuir de son équidé, suivi d'un raclement de gorge discret. C'était presque une habitude pour lui, de présenter ses excuses aux autres, à la place de Geleerde...



NB QROW:
 


NB CORRECTEUR:
 


Dernière édition par Geleerde le Jeu 15 Déc - 2:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Fangs and Feathers   Lun 21 Nov - 18:25




***


Pas de réponse. Qrow observa donc la femme s’en aller, après avoir fait part de son envie de participer à la quête qu’offrait Minshu. C’était logique ; vu son discours, elle agissait en soldat loyal : on avait besoin de Seika, elle serait là. Au bout de cette première rencontre, il ne lui ferait que sommairement confiance. Il savait que les soldats aveuglés par leurs devoirs étaient dangereux. Massacre et autres atrocités au nom de quelque chose de plus grand – ou qu’ils considèrent comme plus grand -. Néanmoins, le corbeau relativisa : lui aussi pouvait être perçu comme un fanatique ; à purger le monde du Mal par son épée.

Le voyage commença donc. Impossible d’en déterminer la durée ; Qrow n’était pas encore familier avec l’écoulement du temps de Kosaten. Ce qu’il savait, c’était que les jours et les nuits s’enchainaient plus vite qu’en son monde. Une aubaine finalement : Il pouvait rester éveillé deux jours – de Kosaten – sans se fatiguer.  Hélas, ce n’était pas le cas des autres élus, des natifs ou de Capon. Le cheval peureux n’avait pas beaucoup d’endurance ; et pour avoir déjà voyagé jusqu’à Minshu à ses côtés, l’ancien Roi savait qu’il allait le ralentir. Il avait donc pris ses dispositions : Capon serait ramené à Tokonatsu par un palefrenier de Chikai, ou l’une de ses filles. Le bougre n’avait pas été clair, mais il avait promis de faire arriver le cheval chez Rovert, en sécurité. Petite prolepse : les deux hommes allaient regretter cette décision.

Pour se mouvoir à bonne allure, Qrow compta sur son manteau. C’était une pièce unique en son genre. Une très belle et émouvante légende circule à Hénoch à son sujet. Une princesse, amoureuse d’un Roi rival. Cette dernière se fit prisonnière pour être prêt de lui, mais se rendit compte de son tempérament violent. Elle confectionna donc ce manteau, fait à base de plume de corbeau – espèce disparue dans le monde de Qrow – qui donnait à son utilisateur la capacité de s’envoler et s’en servit pour s’échapper. Après quoi, elle fut abattue en plein vol, confondu avec un oiseau rare par le Roi. Mais cette légende était fausse. L’élu le savait, car il avait été présent lors de sa confection. Sur ordre d’un petit enfant gâté, les mages avaient enchanté ce vulgaire manteau de fausse plume pour en faire l’un des trésors les plus convoités. Bref. L’ancien Roi prit donc la voie des airs, volant à basse altitude, avec ses compagnons de route.

La femme, Geleerde d’après l’autre soldat, avait repris sa forme de lycan et ouvrait le convoi. Pour sa part, le corbeau trainait un peu, voulant au maximum éviter d’interagir avec elle. Non pas qu’il avait peur d’elle, mais elle ne semblait pas disposée à lui parler. Tant pis, il ne s’en inquiétait pas plus que cela. Cependant, Makoto, dont il avait appris le nom pendant le voyage, n’était pas de cet avis. Cela se voyait, l’attitude de l’élue le dérangeait, au point qu’il ne vienne s’en excuser auprès du choix de Xeu.

- Elle traverse beaucoup en ce moment.

Finit-il avant de se replacer convenablement sur son cheval. Qrow prit quelques secondes pour réfléchir. Ce n’était pas ses affaires et il ne se sentait pas de s’en mêler. Néanmoins, il avait pitié pour le bougre qui était venu se justifier de l’offense.  

- Pas d’inquiétude. La vie est une succession d’épreuve ; nous les affrontons tous différemment.

Il finit sa phrase par un petit ricanement. Pas un rire de moquerie, loin de là, mais de nostalgie. Ces mots qu’il venait de dire, c’était Muriel, une de ces filles, qui les lui avait répété. La maxime était belle. Elle avait attendu que son pauvre père ne soit dans une phase noire de sa vie pour la lui réciter. Un bien bel égard, qui faisait toujours sourire l’ancien Roi... Même si cette histoire avait déjà plus de deux millénaires.

- Et puis je vous fais confiance en ce qui concerne son tempérament. Vous semblez être quelqu’un avec de bonnes fréquentations.

Joie de vivre et énergie, voilà ce que le corbeau avait pu voir en Makoto pendant le voyage. Pour réconforter le pauvre soldat qui semblait dépité, Qrow décida d’enterrer la hache de guerre. Ou du moins, d’essayer d’apaiser les tensions, au lieu de simplement l’ignorer. Après tout, ils allaient travailler en équipe. Il se promit donc de ne pas réagir sur d’éventuelles piques lancées  à son encontre. À moins que ces dernières ne soient trop… Salées.

***


Kansei, enfin. Si le chemin avait semblé long, la suite des évènements était beaucoup plus rythmée. D’abord quelques fouilles de la part des gardes de la Capitale de Minshu, puis une confirmation d’identité grâce aux sceaux, pour finir sur la présentation de l’ordre de mission, signé par une haute gradée de Seika. Une fois les formalités effectuées, la troupe du phénix fut autorisée à commencer ses investigations. Qrow ne perdit pas une seconde et interrogea le garde aillant réalisé les fouilles. Ce dernier leur tendit un rapport :

« Lors de l’attentat de Kansei, une poudre explosive a été utilisée. Après analyse des quelques grammes retrouvés sur les corps des victimes, les mages de Minshu affirment qu’elle n’a pas pu être importée de Fuyu car elle est trop instable. Elle a donc forcément été fabriquée sur place, par quelqu’un de compétent. L’enquête des soldats a révélé la présence d’un grand artificier étranger dans la ville. L’homme est introuvable ; mais son lieu de résidence révèle que des dépôts d’ingrédients pour la poudre sont situés à des endroits inconnus aux abords de la ville. Toute porte à croire que d’autres fanatiques vont venir récupérer la marchandise. »

D’autres fanatiques ? Ils préparaient un autre attentat ? Les saligauds ! Qrow ne supportait pas que l’on s’en prenne lâchement à la population. Il était plus que déterminé à les empêcher de nuire. Fort de son peu de force récemment retrouvé, il se sentait capable de miracle. Cependant, il était aussi terre à terre : il n’était pas seul, qu’en pensaient les autres ?






Dernière édition par Qrow le Jeu 24 Nov - 16:44, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Fangs and Feathers   Mer 23 Nov - 17:08






- (...) Elle traverse beaucoup en ce moment.

Il n'avait pas pu s'en empêcher.

Makoto agissait toujours ainsi : à la fois immature et pourtant si franc, il ne supportait pas de dissimuler quoi que ce soit. Le jeune soldat pensait pourtant bien faire, en justifiant les réactions de sa coéquipière, mais cette dernière semblait refuser toute aide extérieure. Le déni, un fléau qui avait atteint l'esprit de la louve...

Ses oreilles s'attardèrent sans réellement le vouloir sur les propos du corbeau dont elle décelait une part de vérité qu'elle ne pouvait nier : Makoto était effectivement quelqu'un de fiable, dont la présence était fort appréciable. Songeant un instant aux nombreuses beuveries qu'ils avaient partagés et des taquineries amicales de la part de Geleerde, elle chassa malheureusement cette pensée agréable d'un bref mouvement de tête : depuis combien de temps n'avaient-ils pas fait cela ?

***

Les gardes ayant effectuées les fouilles suite au récent attentat, vinrent rapidement leur offrir quelques informations supplémentaire, quant à leur mission du jour. Certains natifs, furent surpris d'y croiser Geleerde à la Capitale de Kansei, n'osant toutefois pas poser des questions trop indiscrète à la louve, se contentant de lui décerner un regard chaleureux ou étonné. Malheureusement, l'élue de Seika n'y répondit pas, ignorant les messes basses des guerriers du Serpent. Tout en conservant sa forme animale, aux côtés de l'ancien Roi, elle commença à lire attentivement le rapport, avant de relever sa gueule en direction du plus haut gradé :

- Cette poudre que vous avez pu trouver sur le corps des victimes... Auriez-vous un échantillon ?

- Mais certainement, élue. Je comptais justement sur le fait que vous en auriez sans doute besoin... Tenez.

Rapidement, il extirpa de sa besace un flacon dans lequel se trouvait la source de convoitise. Lorsque le soldat la tendit à Geleerde, celle-ci lui jeta un bref regard désabusé, ce qui fit aussitôt comprendre au mercenaire, son erreur : après tout, sous cette forme, elle ne pouvait pas ouvrir la fiole toute seule. Une légère perle de sueur naquit sur sa tempe, alors qu'il ramenait lentement son bras vers lui, la tête légèrement relevée pour pouvoir faire face au canidé qui le dépassait d'au moins deux têtes.  

- Heuu...

- Laissez. Je m'en charge.

Zenjro, le plus ancien, vint finalement à la rescousse du pauvre homme, récupérant l'objet afin de l'ouvrir et le présenter au museau de Geleerde qui le flaira rapidement. Son regard s'aiguisa peu à peu, jusqu'à ce que sa mémoire olfactive de canidé lui permette de retenir l'odeur de la poudre. Avec cela, ils n'auraient aucune difficulté quant à trouver la planque en question... Par la suite, elle effectua une ronde sur plusieurs mètres, inspirant l'air environnant durant de longues minutes, les sens à l'affût. Ses oreilles bougèrent frénétiquement durant sa recherche, jusqu'à ce que, finalement, elles cessèrent de se mouvoir. Reportant son attention vers son coéquipier du jour, elle lui fit part de sa découverte :

- Nous ne sommes pas loin de l'une des planques en question. Par sécurité, le périmètre doit être évacué au plus vite : si ces fanatiques reviennent récupérer leurs marchandises, nous ne sommes pas à l'abri d'un nouveau coup d'état.

Sans attendre de réponse, elle jeta un simple regard entendu aux soldats qui les avaient accueillis, répondant par l'affirmation d'un simple mouvement de tête.

- Il serait plus prudent d'y effectuer une surveillance en sous effectif, également : nous devons éviter de nous faire repérer par nos ennemis.

A ces mots, Zenjiro fixa durement Geleerde : il paraissait évident que si elle s'obstinait à conserver sa forme d'origine, elle ne pourrait pas être des plus discrète. Retenant un las soupir, la louve reprit finalement son apparence humaine à contre-cœur et sans un mot, soutenant toujours le regard de son aïeul. Face à cela, un soldat retenu difficilement une plainte de surprise : reconnaissant l'élue de Seika - qu'il n'avait pourtant jamais rencontré, seulement entendu ses prouesses passés - il ne pu contenir sa joie tout en s'approchant d'elle :

- Dame Geleerde ?! J-je ne pensais pas que c'était vous ! C'est incroyable... Vous êtes enfin revenue ! On m'avait pourtant dit que vo-...

- WAHOU ! T'as vu un peu cette donzelle ?! Je lui montre mes quartiers privées quand elle veut~

Hélas, le pauvre soldat se fit couper dans son élan par Makoto qui exagéra ses propos en tapant du coude, les côtes de Zenjiro tout en sifflant le passage d'une native de Minshu passant non loin d'eux. Quel était le plus affligeant, au final : le fait qu'il simulait ouvertement cette diversion pathétique ou que la demoiselle en question était une vieille femme approchant les quatre-vingt-quatre ans... En réaction, Zenjiro frappa légèrement l'arrière du crâne de son cadet, roulant des yeux devant pareille immaturité.

L'homme qui avait reconnu Geleerde, quant à lui, ria nerveusement tout en se grattant négligemment la joue de son index. Bercé entre la surprise et la gêne, il abandonna finalement de parlementer avec la louve. Au même instant, Makoto, - qui se frotta douloureusement la tête suite au coup reçu par son coéquipier - jeta un discret regard vers l'hybride, espérant déceler un sourire en demi-mesure...

Mais il n'en fut rien.

Pas un seul pincement de lèvre, ni une quelconque brimade dont elle avait pourtant le secret. Aucun sourire espiègle. Pas de réaction. Juste l'ombre d'une louve déchue.

La noirceur l'enveloppe lentement...

- Allons-y. Nous n'avons pas de temps à perdre...





NB CORRECTEUR:
 

NB HS:
 


Dernière édition par Geleerde le Mer 23 Nov - 20:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Fangs and Feathers   Mer 23 Nov - 18:58





***


Qrow assistait à la scène sans vraiment y participer. Il donna le rapport à ses compagnons seikajin pour qu’ils puissent en prendre connaissance, puis observa Geleerde mettre ses talents à l’œuvre. Ainsi donc, ce n’était pas qu’une simple métamorphose. Elle avait les capacités d’un vrai loup… Géant. Diantre, qu’avait ce monde avec les canidés disproportionnés ? Au moins cette fois, Capon n’était pas là. Le pauvre n’aurait pas supporté d’être une nouvelle fois pourchassé.

Après une scène quelque peu comique où le garde de Minshu avait demandé à la louve de lui tenir une fiole ; Geleerde affirma qu’un dépôt de poudre n’était pas loin. Étrange et dangereux, le groupe était quasiment aux portes de la ville. Le fait qu’il y avait ce genre d’armement dans l’enceinte même de la capitale Minshujin était… Louche. Comment les fanatiques avaient-ils pu s’installer aussi profondément ? La place forte était à ce point rongée par la corruption ? Les rumeurs disaient que Jeong Tekina avait pourtant fait le grand ménage. D’autres forces étaient en mouvement ? Qrow ne put poursuivre ses interrogations ; Zenjiro fit comprendre à l’élue qu’il était temps qu’elle devienne plus discrète. Elle redevint la jeune femme vue à Chikai. Maintenant qu’il l’a voyait de face, l’ancien Roi pu graver ses traits dans son immense mémoire. Chaque information, chaque chose qu’elle dirait, chaque action seraient maintenant associées à ce nez, ces yeux et cette bouche. Il ne l’oublierait jamais ; tout comme tous ceux dont il croisait la route.

Le garde de Minshu reconnut l’élue de Seika. Elle était célèbre ? Pas pour son accueil en tout cas. Makoto s’empressa alors de l’interrompre pour une raison saugrenue. Il voulait emmener une dame dans ses quartiers privés. Maintenant, il va falloir se mettre à la place de Qrow. Immortel et très vieux, le bougre avait été marié un bon nombre de fois et était resté avec ses femmes jusqu’à la toute fin. Aussi, parce qu’elles vieillissaient normalement, il s’était accommodé aux apparences fripées et âgées des ladies. Ce n’était pas qu’il était attiré par elles, mais c’était que cela lui était égal. Il avait lui-même de la chance de conserver son apparence de trentenaire. L’amour n’avait pas s’âge. Peu de gens raisonnaient ainsi. Alors quel ne fut pas son étonnement, lorsqu’il vit un autre homme qui semblait penser la même chose ! Décidément, ce Makoto, plein de surprise.

Après des remontrances musclées de la part de Zenjiro, Geleerde décida qu’il était temps d’y aller ; ce à quoi Qrow réagit directement.

- Doucement ! Rien ne sert de nous précipiter tout de suite. Il faut déjà laisser le temps aux gardes d’aller évacuer la zone.

En disant cela, il s’était tourné vers un garde qui était présent qui s’empressa d’aller chercher ses compères. Ils se chargeraient de guider le maximum de civile possible en zone sure, afin d’éviter toute effusion inutile. Laissant au soin aux professionnels de la protection de trouver un prétexte pour ne pas alarmer la population, l’ancien Roi partit ensuite quérir l’attention du garde qui avait récupéré la fiole d’explosif et le rapport.

- Il me faudrait un plan du quartier. Bien que je ne doute pas des dons de pistages de Dame Geleerde, je pense qu’il serait plus sage de repérer d’éventuels lieux susceptibles d’accueillir une cache.

Attentif, le soldat s’affaira à aller dénicher une carte, utilisée pour définir les rondes et tours de garde. Il pointa ensuite un bâtiment, affirmant que la troupe se trouvait ici en ce moment. Qrow passa de longues minutes à l’observer l’agencement des maisons, des rues et même des commerces. L’aubaine, c’était que les rondes des gardes éliminaient beaucoup d’endroits, trop exposés à une découverte. Finalement, l’élu se tourna vers les Seikajin, leur indiquant deux points sur le plan. Il mit son doigt sur le premier :

- Il y a les égouts. Le plus probable selon moi. Même si l’entrée qui se trouve dans ce quartier est sur le chemin des gardes, on peut facilement y accéder entre deux rondes. Je n’ai pas les cartes détaillées, mais j’imagine qu’il y a un réseau d’évacuation d’eaux usées qui s’étend sous la ville, ce qui pourrait être problématique pour les recherches.

Par la suite, il mit l’index sur une maison, très proche de leurs positions actuelles.

- Aussi insolent que cela puisse être de la part des fanatiques ; il y a aussi de fortes chances que cette maison soit une planque. Aucun garde ne passe devant et elle donne directement sur les portes du village. Le plan indique que la bâtisse est assez vieille. Il doit être aisé de s’y introduire.

Ayant mémorisé l’emplacement des deux possibles dépôts de poudre et de quelques autres options, Qrow redonna le plan au garde. Sans laisser paraitre la moindre émotion, il se rétorqua à Geleerde.

- Maintenant nous pouvons y aller ; le quartier doit être vide et nous n’allons pas nous balader aveuglément. Je fais confiance à vos capacités pour la suite. Après tout, vous m’avez l’air assez connue.  






Dernière édition par Qrow le Jeu 24 Nov - 16:44, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Fangs and Feathers   Jeu 24 Nov - 1:57






L'indomptable arqua un sourcil lorsque le corbeau répliqua. Tournant la tête derrière son épaule, elle jeta un bref regard de façade à son coéquipier du jour, sans réelle expression. Intérieurement, il fallait l'avouer, Geleerde donnait raison à l'ancien Roi : se précipiter n'était jamais une bonne chose, lors d'une mission. Pourtant, la louve désirait en finir au plus vite, quitte à foncer tête baissée s'il le fallait. Un désavantage notable pour son équipe et elle-même. L'hybride aurait dû s'abstenir de participer à cette besogne : son mental n'était pas encore prêt pour agir comme elle l'avait toujours fait, à savoir, réfléchir avant d'agir.  

Cette simple constatation la ramena finalement à la réalité durant un instant : ravalant sa fierté, elle observa le plan des lieux, à son tour.

- Concernant cette vieille bâtisse, je doute fortement qu'elle soit réellement utilisable de la part des fanatiques : trop exposée et éloignée de la piste que j'ai pu détecter. Rien ne nous empêche toutefois de poster quelques gardes ici, par précaution. En revanche, la possibilité d'un accès aux égouts, est effectivement la plus envisageable : l'odeur du lieu masquerait aisément celle de la poudre. Les transferts auraient pu parfaitement se faire ici... Makoto. Zenjiro.

Les deux soldats relevèrent la tête en direction de l'indomptable :

- Je vous fait confiance pour partir en repérage sur ses évacuations d'eaux : nous nous retrouverons ici. - Elle pointa du doigt la zone adéquate sur la carte - ... Soyez prudent, avant toute chose.

Un léger tic nerveux traversa le visage de l'élue de Seika qui se mordilla légèrement la lèvre inférieure lorsqu'elle prononça ses derniers mots : c'était une habitude chez elle, de les avertir. Car malgré tout, quand bien même elle éprouvait actuellement des difficultés à reprendre le contrôle de ses émotions, certaines choses ne changeraient jamais...

Ses deux coéquipiers, d'un hochement de tête synchronisé, finirent par enfin se mettre en route de leurs côtés, laissant les deux élus, seul. Par la suite, lorsque Qrow lui donna le feu vert, elle ne pu toutefois s'empêcher de relever ces derniers propos, concernant la réputation de la louve en ces lieux. Plongeant son regard dans le sien, elle poussa un léger soupir avant d'observer le lointain, pensive :

- Pas vraiment... Il n'y a pas grand chose à en dire.

Sans attendre de réponse de la part de l'élu, Geleerde reprit finalement sa route vers leur lieu de destination commun, suivant la piste qu'elle avait pu repérer, quelques instants plus tôt.

***

La nuit commençait lentement à tomber tandis que les deux élus se terraient non loin du bâtiment que la louve avait détecté comme le point fulminant de cette sordide affaire. A n'en point douter, ils passeraient sans doute la nuit, voir même plusieurs jours ici, avant de croiser un quelconque fanatique : la patience de l'indomptable allait donc être mise à rude épreuve...

Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Fangs and Feathers   Jeu 24 Nov - 16:45





***


Qrow écouta attentivement les instructions de la louve. Les gardes et les coéquipiers de la seikajin s’occuperaient de vérifier les endroits qu’il avait indiqués, tandis qu’il l’accompagnerait à l’endroit qu’elle avait trouvé grâce à son flair. Ne voulant manquer aucune piste, l’ancien Roi décida suivre ce schéma ; bien que, étrangement, inspecter les égouts lui aurait paru plus logique. Qu’importe de toute façon, Makoto et Zenjiro n’étaient pas des petites pointes. Il ne les avait vus s’entrainer qu’une seule fois pendant le voyage, et il pouvait attester qu’ils étaient loin d’être des amateurs !

L’élu emboita donc le pas à l’élue pour finalement arriver à destination, trois pâtés de maisons plus loin. Un bâtiment. Il n’avait pas l’air abandonné, mais il n’était pas ouvert. Aucune enseigne, juste une porte et une vitrine recouverte de l’intérieur par un épais drap noir. Un commerce ayant mis la clé sous la porte ? Peut-être. Ou peut-être était-ce une cache ? Assez louche, en effet. Et puis, si l’odeur de l’a poudre venait d’ici, il ne restait plus qu’à attendre les fanatiques. Qrow et Geleerde décidèrent donc de patienter pour surveiller tout mouvement hostile. Une bonne vieille planque, comme à l’ancienne.

Placé au coin de la rue, dans une ruelle sombre, le couple de seikajin ne perdait pas une seconde de ce qui se passait devant le bâtiment. Au cours des deux jours suivants, ils allaient se relayer pour aller chercher de la nourriture, se reposer, se dégourdir les jambes ou prendre des nouvelles des gardes de Minshu et des deux autres soldats de Seika. Le fait que la louve possédait des sens hyperdéveloppés était un atout assez avantageux, tout comme l’insomnie de Qrow. L’endroit était constamment sous surveillance.

Durant ce laps de temps, l’ancien Roi eut tout le loisir d’essayer d’assouvir sa soif de connaissance. En effet, jusqu’à présent, il n’avait rencontré que des élus jeunes qui ne connaissaient rien à ce Nouveau Monde, ou qui préféraient rester cloitrés dans leurs forêts. Généralement les deux. Or, Geleerde semblait être sur Kosaten depuis très longtemps. Assez pour que les gens de deux capitales, peut-être plus, de nations différentes ne la reconnaissent. De plus, les deux soldats qui la suivaient lui vouaient une confiance admirable. Tout ceci ne pouvait être obtenu du jour au lendemain. Une élue ayant une vision différente de celle des natifs : interroger la louve pouvait être très éclairant sur certains points.

Malgré tout, pendant la première nuit de la planque, l’immortel ne dit rien de particulier. Lancer de la conversation était assez… Délicat. Au vu de leur premier échange, le héros d’Hénoch hésitait à être trop amical ; mais il ne voulait pas être trop rustre non plus. Il prit un long moment avant de trouver le bon ton et les bons mots ; tellement long que l’aurore commença à répandre ses cheveux orangés sur la ville.

- Je n’ai pas rencontré beaucoup d’élus ayant voyagé. Pour tout vous dire, c’est la première fois que je pars moi-même aussi loin de Seika. Si je puis me permettre, avez-vous beaucoup exploré Kosaten ? J’ai ouï dire qu’il fallait plusieurs mois pour rallier les deux bouts les plus éloignés du continent, cela doit prendre du temps. L’avez-vous déjà fait ? Depuis combien de temps êtes-vous là ?

Trop. De. Question. Certes, il n’y en qu’avait trois ; mais le rythme où elles étaient posées était soutenu. Qrow ne l’avait pas fait exprès, mais quand la machine était lancée… Il se tut par la suite, priant pour ne pas avoir jeté de l’huile sur un feu… de mauvaise humeur.  Enclin lui aussi à répondre à des questions, signifia qu’il avait fini de poser des interrogations par un léger sourire.




Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Fangs and Feathers   Ven 25 Nov - 5:04






Les ténèbres enveloppèrent Kosaten d'un linceul silencieux de longues heures durant, alors que nos deux élus surveillèrent le lieu propice à l'arrivée des fanatiques. La nuit passa sans réel encombre, ni même d'une discussion cordiale de leur part, ce que la louve su apprécier. En comparaison de Makoto qui semblait avoir fermement décidé de ne laisser aucune minute de répit à Geleerde en l'assommant de toutes les idées les plus farfelues que son esprit pouvait engendrer, la compagnie d'une homme capable de se taire, fut d'un certain ravissement pour cette dernière. Bien qu'elle se doutait que ce mutisme commun, soit en majeure partie dû à leur première altercation...

Pourtant, elle accordait parfois, quelques discrets regard vers sa direction, quelque peu curieuse à son sujet, ainsi que de l'étrange tenue que ce dernier avait en possession. Après tout, la louve se montrait toujours très attentive, lorsqu'elle faisait la découverte d'une chose qui lui était inconnu.

***


Les premières lueurs de l'aube vinrent enfin, tandis que Geleerde s'était adossé à l'un des murs, bras croisé, tête légèrement en contrebas et yeux clos. Ses sens restèrent cependant constamment en alerte, guettant tout passage suspicieux aux alentours. Il va sans dire que même sous forme humaine, elle conservait toujours ses capacités développés en tant que louve. Toujours armée de son traditionnel bandeau voilant son œil arraché, elle était restée silencieuse durant toute la première nuit de leur filature. Le corbeau semblait respecter cela, puisqu'il ne tenta pas d'engager la conversation. Une première qualité qu'elle apprécia aussitôt : le moment devait être toujours mûrement choisi lorsque l'on désirait parlementer.

Pourtant, ce fut au lever du jour, que l'ancien roi tenta de rompre le silence religieux qui s'était instauré entre eux. Il avait eu la décence de lui laisser une nuit entière de paix, elle pouvait donc, de ce fait, daigner entendre ce qu'il avait à dire...

A ces propos, l'hybride arqua un léger sourcil inquisiteur, avant de se frotter négligemment la nuque d'un revers de main, portant son attention vers le lointain. Comment pouvait-elle manquer à ses devoirs en tant qu'ancienne élue ? Après tout, il était dans son intérêt, non seulement pour sa nation, mais pour elle-même, à ce que les nouveaux appelés soient rapidement au courant de la situation.

- Vous êtes bien curieux, dites-moi...

D'une brimade qui semblait - pour une fois - involontaire, elle retraça en mémoire ses premières semaines dans ce Nouveau Monde : se rappelant combien elle avait pu se montrer insistante et fascinée par tout ce qu'elle avait pu y découvrir, interrogeant quiconque qui croiserait sa route. Désormais, cette place appartenait à Qrow et l'indomptable devait prendre le relais de ses aînés.  

- Mais vous avez raison de l'être : la connaissance est une force bien plus appréciable que tout autre chose.

Toutefois, cela ne lui déplaisait pas particulièrement : bien qu'aux premiers abords, Geleerde paraissait renfermée, elle accordait toujours une place de premier choix pour les conversations qui lui demanderait ses éruditions, ainsi que celles de ses compères. En effet, la louve pouvait se montrer des plus ouverte, lorsque l'occasion s'y apprêtait. Pourtant, cela n'était malheureusement pas arrivé depuis fort longtemps, pour certaines raisons que nous tairons volontairement ici, pour le moment... Reportant son attention vers l'élu de Seika, elle plongea son regard incandescent dans les siens, mesurant ses mots avec parcimonie, veillant bien à ne pas élever la voix, afin de conserver leur discrétion :

- Cela fait bien maintenant trois années et - Elle eu une seconde d'hésitation, ramenant sa main contre son menton, l'air pensive  - ... Six mois, que je foule les terres de ce monde. Je dois bien reconnaître que cela me surprend à chaque fois que j'y repense : le temps parait si différent ici. Même après ces années, je me sens parfois encore déroutée.

A presque quatre ans d'existence, Geleerde n'avait pourtant toujours pas acceptée d'abandonner son monde d'origine ainsi que ses compagnons de l'époque. Elle espérait toujours déceler un moyen de retourner parmi les siens tout en récupérant sa puissance, par la même occasion.

- La superficie de Kosaten est bien plus imposante que nous pourrions le croire. J'ai pu en explorer une large partie, bien que certains lieux me sont encore inaccessible ou tout simplement parce que la zone est encore trop hostile pour songer à s'y aventurer...

L'apparition de la cité flottante fit écho dans son esprit à cet instant : ce lieu que personne n'avait pu encore découvrir, ni même en connaître les origines exactes. Un point que Qrow découvrirait bientôt, lui aussi, une fois le moment opportun. De plus, l'hybride avait en sa possession une carte de Kosaten qu'un ancien élu lui avait confié, à sa première année. Depuis, elle la conservait toujours avec elle, prenant toutes les notes qui lui était possible de faire, à chaque nouvelle découverte, tout particulièrement lorsqu'il s'agissait de la faune et la flore... Ses deux sacoches de cuir toujours fermement accrochées à sa taille étaient remplies de fiole contenant divers échantillons, ainsi qu'un calepin d'époque qui ne cessait de s'user avec le temps.

- Vous pourriez toutefois plus aisément faire le tour du continent plus rapidement, selon votre moyen de transport ou de vos capacités personnels. Vous semblez pouvoir voler de votre côté, tandis que j'utilise ma véritable forme pour me déplacer. Nous possédons tous divers atouts, je le conçois. En revanche, je ne vous conseillerais que trop bien d'éviter les territoires neutres et Fuyu : à l'heure actuelle des choses et en vu de votre récente arrivée, il serait plus judicieux de rester sur les terres alliées.

Une expiration exagérée, semblable à un rire moqueur contre elle-même, lui fit traverser une nouvelle pensée : depuis quand l'indomptable osait-elle donner des leçons, qu'elle n'avait pas pu tenir, seulement une semaine après son arrivée à Kosaten ?

- Il est malheureux que vous soyez tombé en plein temps de guerre active, vous qui êtes encore très récent : depuis quand remonte votre arrivée, d'ailleurs ? Avez-vous pu vous renseigner sur les coutumes ou le passé de Kosaten, voir, même, des dirigeants des trois nations ?

Se surprenant elle-même d'enrichir le dialogue, elle eu un léger froncement de sourcil ainsi qu'un pincement de lèvre face à cela : depuis combien de temps n'avait-elle pas pu converser avec quelqu'un d'autre, entamant des sujets divers et variés, comme celui-ci ? Elle ne se souvenait que difficilement de la dernière fois qu'elle avait pu venir en aide à un élu en lui expliquant sa nouvelle condition : cela remontait à bien trop longtemps, désormais...

Beaucoup, trop longtemps.

Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Fangs and Feathers   Ven 25 Nov - 14:00





Le narrateur indécis vous indique que:
 

***



À sa première remarque, je ne peux m’empêcher d’afficher un sourire profondément gêné. Comprenez-moi, je connaissais déjà quasiment tout d’Hénoch. Aussi bien l’histoire ancienne, grâce aux archives célestes que le Dieu Xeu me laissait consulter de temps à autre, que l’histoire récente, à laquelle j’avais activement participé.  Kosaten est une aubaine de nouvelles connaissances ; un terrain inconnu qui possède par exemple des plantes inconnues. Une faune, une flore et un parcours humain à retracer. Un vent frais dans ma curiosité qui commençait à s’ennuyer.

En cette fin de semaine, Geleerde se montre docile ; contastant avec son attitude depuis Chikai. Elle approuve un fait important à mes yeux : le savoir prime sur toute chose. Peut-être n’est-elle pas ce soldat, fortement attachée à sa nation, que je m’étais imaginé ? Après tout, ce genre de personne ne réfléchit pas : ils exécutent les ordres, en essayant de se poser le moins de questions possible. Un être faisant passer l’intellect avant tout ne pouvait faire cela : les questions éthiques, morales et sociales l’en empêcheraient.

Je réagis d’un haussement de sourcil lorsqu’elle m’affirme qu’elle est là depuis près de quatre ans. Quatre ans. Aussi longtemps ? Certes, sa représentation du temps doit être aussi faussée que la mienne ; le temps de Kosaten était étrange ;  mais c’est quand même un sacré délai. Avait-elle trouvé un moyen de rentrer dans son monde ? Vu qu’elle est encore ici, il n’y a que très peu de chance. Je me demande si je devrais attendre autant, voire plus, avant de revoir Hénoch. Hildegarde devait s’impatienter ; je lui avais promis un enfant. La reine guerrière obtenait toujours ce qu’elle voulait. Alors je prie pour qu’elle veuille de tout son cœur me revoir.

L'élue répond ensuite à ma question sur la taille de Kosaten. Comme je m’en doute, ce continent doit être aussi grand Hénoch, peut-être même plus. Elle n’a évidemment pas tout visité et révèle des zones dangereuses. Intéressant à savoir. Elle parle ensuite de Fuyu. Bon nombre de soldats m’ont dit de ne jamais m’y aventurer seul ; mais maintenant que j’ai un pied dans la guerre, c’est mon devoir d’y aller. Je ne sais pas encore quand, peut-être quand j’aurais récupéré assez de force, ou quand la situation me l’imposerait.

Geleerde me questionne ensuite. Un pas vers l’apaisement de nos relations ? Je l’espère bien. En l’écoutant parler, je me rends compte que c’est une personne assez instruite. M’engager dans plusieurs discussions avec elle pourrait être fort amusant. Pour l’heure, tout en gardant un œil la possible planque, je décide de lui répondre.

- Cela fait environ cinq mois que je suis sur Kosaten… Ou sept. Vous m’excuserez de mon imprécision, mais d’où je viens, le temps s’écoule plus lentement qu’ici. Pour tout vous dire, si je n’ai pas fermé l’œil depuis avant-hier, c’est parce que pour mon organisme, c’est l’après-midi en ce moment.

La remarque me fait lâcher un rire franc. Mon corps, divin de surcroit, doit se réadapter ! Xeu n’avait surement pas prévu ce cas de figure en me le donnant.

- En ce qui concerne la géopolitique de Kosaten… Mes connaissances sont sommaires. Si je n’avais pas entendu le discours un peu trop… Galvaniseur de la Ministre de la Guerre, je me serai contenté de ne pas participer au conflit. Je connais les grands noms ; Karui Hanja, Sul Hei, Jeong Tekina et bien sûr…

Zayro Jinn. Même si je ne l’ai jamais rencontré, je savais à peu près tout de ses « exploits ». Les plus notables, tels que le massacre d’Hibana et du temple, comme les plus mineurs, comme l’assassinat de masse sur les plages paradisiaques.

- Dame Shahao Inda.

Ne pas parler de l’élue de Fuyu. C’est une chose que j’ai apprise après avoir chassé des sectaires d’Hibana. Il a tellement traumatisé les esprits, que son simple patronyme suffit à éveiller des craintes. La louve étant ici depuis un peu moins de quatre ans, il y avait fort à parier qu’elle s’était déjà confrontée à lui ; directement ou indirectement. Mieux valait ne pas perdre ce progrès dans leur relation.

- Pour ce qui est de l’histoire de Kosaten, là aussi je n’en sais que très peu. Je n’ai malheureusement pas eu la joie de laisser ma grande curiosité me guider depuis mon arrivée. Beaucoup d’aventures et de mésaventures m’ont distrait de mon but premier : rentrer chez moi.

Mon regard se perd dans le vide un moment. L’espace de quelques semaines, j’ai mis de côté les pensées concernant mon fils. Je ne me suis bien sûr pas pardonné de ne pas avoir pu le sauver ; et encore moins de l’avoir… Mmh. Mais réfléchir sur son cas, tenter de refaire le passé avec des si, me repasser toute la scène dans ma tête… Je ne peux plus passer mes journées à faire cela. Je dois avancer. Wyvard et Xeu ont besoin de moi. Tout Hénoch risque de succomber au Mal si je ne trouve pas le moyen d’y retourner. Alors, très sérieusement, j’accroche les iris de Geleerde pour lui demander.

- Dans mon monde, je suis Roi d’un royaume. Mais plus important que cela, je suis un immortel au service de mon Dieu, Xeu. Cela fait des millénaires que je maintiens la paix, mais… Sans moi, j’ai peur que la situation ne devienne vite hors de contrôle. Vous voyez, ma simple présence agit comme une arme dissuasive. Si je venais à manquer trop longtemps…

Le cœur des hommes sera rongé par le Mal, et le sang coulera à flots. Sans mortels pour les prier, les dieux mourraient aussi, faute d’énergie d’espoir. Le monde entier sombrerait alors dans le néant.




Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Fangs and Feathers   Sam 26 Nov - 2:54







Timidement, la conversation vint prendre une place à part entière entre les deux élus. Bien qu'ils restaient prudent et continuaient d'observer la planque des fanatiques, ils s'autorisèrent mutuellement une pause sans doute méritée.

L'écoutant attentivement, elle hocha la tête en signe d'affirmation. L'indomptable avait pu en effet constater que le corbeau n'avait nullement besoin de dormir autant qu'en comparaison d'un simple individu et qu'il était compréhensible qu'il ne se soit pas encore acclimaté de ce Nouveau Monde. De plus, il semblait lui aussi enclin à apprendre et à découvrir ce qu'il lui était encore inconnu, chose que Geleerde respecta. Ce fut donc de la même manière, qu'elle rétorqua :

- La bibliothèque de Chikai vous sera sans doute utile, afin de connaître sommairement l'état de Kosaten. Si vous êtes toutefois aussi curieux que moi, je ne vous cacherais pas que vous serez déçu du peu d'information concernant des détails essentiels à l'origine de ce monde. Je ne perds pas espoir malgré tout, espérant trouver des réponses à mes questions, restées trop longuement en suspend. Nous sommes nombreux désirant en savoir plus, pour diverses raisons.

C'était un fait : bien que Seika pouvait se vanter d'être la nation des érudits, il n'en restait pas moins que la vérité, paraissait beaucoup moins éclatante. Les bras toujours croisée contre sa poitrine, un pied reposant contre le mur derrière elle, la louve arqua un sourcil surpris en écoutant la suite du discours de son coéquipier du jour.  

- Des millénaires, vous dites ? Votre secret de jouvence en ferait pâlir plus d'un, vous savez.

Une petite taquinerie innocente, qui eu dont de la faire sourire intérieurement. Il fallait bien l'avouer après tout : l'ancien roi n'était pas pour le moins bien conservé, pour son âge. Qrow ne semblait toutefois pas mentir quant à ses millénaires d'existence et c'est cela était bien le cas, il aurait sans doute bien des choses à lui raconter...

Mais ce qui marqua un tournant décisif à cette conversation, fut le désir du corbeau, à repartir vers son monde d'origine. Relevant la tête vers lui, elle plongea de nouveau son regard de braise dans les siens :

- Je ne peux que comprendre votre désir d'un retour dans votre monde. Bien que les années ont passées, j'ai toujours espérance de quitter Kosaten...

Un léger soupir traversa ses lèvres tandis qu'elle ramena l'une de ses mèches rebelles derrière son oreille, une mélancolie soudaine traversant son visage pâle, avant de finalement reprendre :  

- En revanche, je vous mentirais si je disais que nous partageons tous ce point de vue, Qrow. Certains élus, ont su acquérir une nouvelle chance et une vie meilleure ici, tandis que d'autres, ont abandonné l'espoir de retourner chez eux. Je ne peux les blâmer pour cela : nos vies sont toutes bien différentes.

Un bruit attira l'attention de l'érudite durant un instant, qui tourna aussitôt la tête vers la sortie de la ruelle. Affûtant son regard pour observer la raison de ce trouble-fête, elle aperçue finalement un chat de gouttière, tentant désespéramment de trouver de quoi se nourrir. Avait-il était abandonné des siens ? Sans quitter des yeux le petit être et tout en reprenant lentement une mine sombre, la louve éleva de nouveau la voix, ses mèches rebelles dansant au rythme de la brise matinale :

- Quoi qu'il arrivera à l'avenir, Qrow... Restez déterminé.

***

La seconde nuit arriva lentement à Kansei, alors que Makoto et Zenjiro, étaient revenu dans la journée, afin d'énumérer leur rapport - entre deux blagues concernant l'état des réseaux d'évacuation d'eaux de la ville de la part de Makoto - à l'indomptable. Les égouts ne semblaient pas avoir été utilisé par les fanatiques, mais par précaution, ils retournèrent - à la grande déception de Makoto - en surveillance, à la demande de l'hybride.

Le silence s'était de nouveau instauré entre les deux élus, tandis que le chaton de la précédente nuit, s'était blottie contre les genoux de Geleerde, désormais assise à même le sol, s'enfermant de nouveau dans une bulle de mutisme impénétrable.

Encore combien de temps devraient-ils rester ici ?    

Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Fangs and Feathers   Mar 29 Nov - 8:49





Je note dans ma tête tout ce que cette élue expérimentée avait à me dire révéler. Chaque détail compte, surtout quand on n’en a aucun. La connaissance donne accès au pouvoir. Et en temps de guerre, le pouvoir était malheureusement le seul argument valable. Si seulement les choses pouvaient en être autrement ? Pourquoi les dirigeants ne pouvaient-ils pas se réunir autour d’une table et discuter ? Je suis certain qu’il finirait par trouver un point d’accord ; ou à dû moins à régler leurs différends. Hélas, il fallait qu’ils entrainent des nations entières dans leurs démences.

Ma pensée est interrompue par la remarque de la louve sur ma jeunesse. En effet, j’ai de la chance de disposer d’une apparence jeune, malgré mon très vieil âge. Cependant, cette tête me pose quelques soucis : lorsque je disparaissais quelques décennies à Hénoch, et que je revenais ; on pensait que je ne pouvais pas être le fier combattant d’avant, étant trop jeune. Je devais sans cesse refaire mes preuves et rappeler que le Dieu Xeu m’avait accordé quelques privilèges.

- L’alcool conserve.

M’amusai-je avant de continuer à écouter. Les arguments d’après me font longuement réfléchir. En effet, j’ai toujours assumé que tout élu voulait rentrer chez eux. Qu’aucun n’était satisfait de leurs statuts actuels et qu’il fallait trouver une solution au plus vite. J’ai assumé qu’ils étaient comme moi. Mais à y penser de plus près, Kosaten est un eldorado, une occasion de tout recommencer. Pas de réputation ici, pas casier judiciaire, pas de lien contraignant. Le rêve pour ceux le milliard de personne n’étant pas satisfait de sa vie. C’était… Un nouveau départ…

Est-ce là la volonté de Xeu, au final ? Que de me retrouver ici, à la merci de l’inconnu ? Me donne-t-il ma retraite… ou une autre mission ? Qui sait, les voies de ce dieu sont impénétrables. Je ferai comme je l’ai toujours fait et je suivrais mon cœur. Quoiqu’il arrive, je resterai…

- … déterminé.

Mmh ? Je sursaute légèrement en constatant qu’elle avait fini ma pensée. Une télépathe ? Mentaliste ? Après tout, elle peut se transformer en loup, cela ne m’étonnerait pas.

***


J’attends que Makoto et Zenjiro finissent leurs rapports pour leur donner quelques bouts de bœufs séchés que j’avais achetés quelques heures auparavant. De nouveau seul avec Geleerde, une nouvelle discussion s’engage. Des mondanités, quelques histoires. Elle n’était pas si difficile à supporter que cela, meme s'il y avait plus bavarde. Makoto semblait d’ailleurs avoir été rassuré en voyant que mes tripes étaient encore dans mon estomac.

***


C’est alors que cela se produit. En milieu de soirée, je vois deux hommes devant le bâtiment. L’un d’eux transporte une petite caisse et l’autre est en train d’ouvrir les portes. Les propriétaires de l’endroit ? Que faisaient-ils ici ? Tous les civils avaient été évacués depuis déjà deux jours. Ne s’étaient-ils pas inquiétés de voir que le quartier était désert, surtout en ce début de soirée ?  Je fais alors signe à la louve, qui les avait sans doute déjà repérés, avec son odorat. Je lui dis alors à voix basse.

- Je pense qu’on les tient, mais il faut être sûr que ça soit eux. Je n’ai perçu aucun mouvement à l’intérieur en deux jours. On peut en conclure qu’ils sont seuls à l’intérieur, mais restons sur nos gardes.

La porte s’ouvrit et les deux hommes s’y engouffrent rapidement. Voyant en cela une chance, j’utilise la capacité de lévitation de mon manteau pour rejoindre et bloquer la porte avant qu’elle ne se ferme totalement. Ainsi, il n’y aura aucun bruit d’ouverture lorsque l’on s’y introduira. Que faire maintenant ? Confronter les hommes tout de suite et risquer de mettre mal à l’aise des innocents ? Ou attendre qu’ils s’en aillent pour fouiller l’endroit ?

La sécurité avant tout. Il est plus simple de s’excuser pour intrusion que de présenter ses condoléances à des familles en pleure. J’entre.  

Gomen:
 


Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Fangs and Feathers   Jeu 1 Déc - 18:16






Caressant le chaton d'une main distraite, l'hybride restait désormais focalisé vers l'entrée du bâtiment, sens en alerte. Le silence n'était interrompu que par les demandes diverses du corbeau, que la louve répondit simplement par quelques bribes de mots. Elle s'attardait plus longuement, si cela semblait être nécessaire, mais s’abstenait d'alimenter la conversation, en renvoyant les questions à Qrow. Le moment n'étant hélas pas choisi pour s'attarder sur cela et Geleerde n'espérait qu'une chose : que cette mission se termine au plus vite.


Ce fut donc à la seconde nuit, alors que l'obscurité avait pris en siège Kosaten depuis plusieurs heures déjà, qu'un nouveau mouvement suspect, eu lieu. Deux hommes, visiblement encombré d'une petite caisse d'usage, entrèrent dans le bâtiment l'un après l'autre. Hochant la tête face aux propos de l'ancien roi, elle pu l'apercevoir se déplacer rapidement, afin de maintenir la porte d'entrée. Le rejoignant aussitôt après avoir reposé le félin à même le sol, ils passèrent la porte discrètement, découvrant ainsi, l'intérieur du bâtiment.

Le lieu semblait désert depuis fort longtemps : la poussière était devenue lentement gardienne du temple, tandis que diverses carcasses de cageot, de différentes tailles, n'avaient visiblement plus été servis depuis des lustres. En son centre, se tenait les deux hommes, l'un semblant chercher la source de leur convoitise, d'un rapide coup d’œil aux alentours avant de se diriger vers l'une des caisses, tandis que l'autre tentait de maintenir son état de stress avancé, les mains liés entre elles.

- I-Ikki... D-dépêche-toi, s'il-te-plait...

- Arrête de stresser : y a pas un chat ici.

Mais il y avait un corbeau et une louve, à la place.

Caché dans les ombres, les deux élus de Seika fixèrent la scène avec attention, jugeant respectivement, le moment le plus opportun pour agir. A n'en pas douter, les deux êtres se tenant face à eux, étaient les fanatiques recherchés : vêtement et capuche sombre - idéal pour un camouflage en bonne et due forme - ainsi que l'odeur infecte de la poudre traînant sur leurs vêtements, n'étaient pas des détails à prendre à la légère. Le dénommé Ikki, après quelques manœuvres sur le caisson de bois, débloqua finalement le double fond qui cachait une partie de la poudre qu'ils venaient récupérer, lui décrochant un sourire de satisfaction.  

- B-bon... Qu'est-ce qu'on a-attends p-pour foutre l-le camp, m-maintenant ?

Cette voix...

- Tant qu'notre contact est pas encore là, on bouge pas d'ici.

A ces mots, il récupéra les sacs de poudre, les déposant dans la caisse qu'il avait précédemment emmené, avant de s'accouder contre le mur adjacent tout en retirant sa capuche, sous le regard médusé de Shun.

- M-Mais... O-on va quand m-même pas a-attendre ici, à c-côté de la p-poudre...

La pénombre du lieu empêchait au deux élus de percevoir clairement le visage de leurs ennemis, tandis que Geleerde fronça lentement des sourcils : s'avançant furtivement vers eux, veillant bien à ne pas émettre le moindre bruit, elle chercha un meilleur angle de vue : quelque chose clochait, mais quoi ? Un regard de travers de la part de Ikki, fit regretter aussitôt amèrement les paroles de son coéquipier, tandis qu'il rangea sa main dans l'une de ses poches, un sourire narquois sur le visage.

- Tsh', ça s'voit qu't'es encore qu'un bleu dans l'métier, Shun.

Accroupie et dos contre l'une des caisses en face de leurs adversaires, l'hybride porta prudemment sa tête vers leurs directions. Commençant par finalement à s'acclimater de l'obscurité de l'entrepôt et tout en se concentrant suffisamment grâce à ses sens développés d'hybride, elle pu enfin déceler une bribe de leurs visages.

***
« Dame Geleerde ?! J-je ne pensais pas que c'était vous ! »

***

Mais lorsque son œil s'attarda sur Shun, Geleerde dû retenir de pousser un hoquet de surprise : l'apparence quelque peu juvénile et immature, le soldat qu'ils avaient précédemment rencontré deux jours plus tôt... Se tenait désormais, aux côtés de Ikki.

Infiltration ou double jeu ?



NB CORRECTEUR:
 

NB QROW:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Fangs and Feathers   Jeu 1 Déc - 19:49





MUSIQUE


Mon pas est emboité par celui de Geleerde. Bien. Au moins je ne serai pas seul face à ces deux hommes. Qui sait de quoi ils sont capables ? Je n’ai plus ma force pour me soutenir, même si mes compétences à l’épée restent celles d’un épéiste émérite. Cachés dans la pénombre, nous écoutons la conversation en observant. Ma vision nocturne ne m’est pas revenue, quel dommage. Néanmoins, grâce à la faible lumière entrante éclairante le centre de l’endroit, je peux localiser les hommes. La louve voyait-elle dans le noir ? Peut-être, cela serait un atout remarquable. Hélas, je n’ai pas loisir de lui demander qu’un détail me perturbe.

La voix de l’un des hommes, le plus stressé… Je l’ai déjà entendu. C’est même très récent. J’essaye de trouver où j’avais entendu ce timbre si particulier, jusqu’à ce que je trouve enfin. Il y a deux jours, les gardes nous ayant accueillis… Celui qui s’était fait couper la parole par Makoto… Merde. L’armée de Minshu est donc corrompue ? Quelle plaie pour Seika. Déjà que l’alliance semblait être à sens unique, voilà que le serpent était gangrené… Cette pensée, purement machiavélique, est balayée lorsque les fanatiques se mirent à hausser le ton entre eux.

- J-Je dis juste que tu n’as plus… B-Besoin de moi ! J-Je n-ne te suis p-plus d’aucune utilité ! Eh si on me v-voyait ici… E-En plus avec tous ces élus qui rodent… Je m’en vais !

- Shun, fait un pas de plus et je dirais aux autres que tu veux nous balancer. Chochotte.

- Q-Quoi ? Non ! J-Je ne veux pas f-…

- Tu contestes pas être une chochotte alors, hein, Chochotte ? Parce que c’est tout ce que t’es au final. Une chochotte peureuse.

- …


Intéressant retournement de situation. Le dénommé Shun, soldat de Kansei, semble ne pas être ici de gaieté de cœur. Vient-il de réaliser l’erreur de s’allier à pareil monstre ? Ou est-il contraint de les aider par une quelconque raison ? La justice en décidera. Pour l’heure, il faut les arrêter. Toutefois, celui qui s’appelle Ikki avait parlé d’un contact qui devait venir… Ne serait-il pas mieux de les avoir tous les trois ? Absurde. Le troisième larron allait venir ; autant s’occuper de ces deux-là pour éviter d’avoir trop d’adversaires à gérer.

J’observe les contours de la pièce. Je distingue de vieux meubles, des caisses en bois détruites et quelques vieux articles au sol. Je suis prêt d’une porte, qui donne sur un couloir amenant à la sortie. Dans la même pièce que mes proies, la noirceur du lieu et de ma tenue les empêche de me voir si je ne bouge pas et s’ils restent à bonne distance de moi. Parfait. Je n’ai qu’à attendre que l’un d’eux me fasse dos pendant que l’autre regarde ailleurs. Geleerde comprendra instantanément lorsque je lui foncerai dessus et neutralisera le deuxième. Un plan impeccable qui permettra de livrer le fanatique et le traitre en état pour des interrogations.

- Ya du mouvement à la porte !

Hurle Ikki. Merde. Je n’ai pas bougé pourtant ! Geleerde ? Peu probable… Le troisième complice ? Non, je n’ai vu personne d’autre ! Mon cœur s’emballe lorsque je vois le fanatique envoyer le soldat apeuré vers moi. Je mets doucement ma main sur la garde de Diva, prêt à l’assommer avec. Arrivé à environ deux mètres de moi, il s’accroupit.

- C- C’était juste un chat ! Il a dû nous suivre ou rester dedans depuis la dernière f-fois…

En effet, ronronnant telle une machine à béton, un félin – assurément celui qui était avec Geleerde il y a peu- se frotte allègrement le dos contre la main de Shun. Sale bestiole ! Me faire avoir des frayeurs pareilles ! Et puis, comment j’avais fait pour ne pas l’entendre arriver ?

- D-Donc… Ça ne te fait pas peur… Toi ? T-tous ces élus en ville… Parait que ya même Aki de Seika…

Détendu, Ikki lui répond de manière désinvolte.

- Peuh, ça pourrait être Karui de mes deux lui-même que je m’en ficherai. On est de pro nous, on n’a pas peur de ces connards.

J’hausse un sourcil en entendant le mot connard. Lui, il va tomber de haut. Le moment est venu. Shun se relève, le chat dans les bras, et retourne voir Ikki. Il me fait dos, tandis que le fanatique regarde sa caisse. Ni une, ni deux, je me prépare à foncer. Tel est mon erreur. Lorsque je prends un solide appui sur le sol pour foncer sur ma proie, celui-ci (le sol, pas la proie) se met à craquer fortement. Surpris, je m’arrête dans mon geste.

- Ça ! C’était pas un chat ! Qui va là !?

Hurle de nouveau Ikki. Shun, paniqué, laisse tomber le chat et tend sa main vers ma position. Une boule de feu y apparait et éclaire toute la pièce. Ils m’ont vu ? L’espace de quelques secondes seulement, car Ikki lui attrape le bras.

- Pauvre fou ! Pas de feu prêt de la poudre ! Et toi là, dans le noir ! Qui es-tu !?

Bonne nouvelle, Geleerde ne semble pas être repéré. Mais ma couverture est grillée par contre…

- J-Je… Je crois que c’est un élu de Seika !

Je prends une inspiration, dégaine Diva et m’avance lentement. Cela ne sert plus à rien de rester en zone trouble ; je m’avance jusqu’au centre éclairé de la pièce.

- C’est exact, je suis Qrow, élu de Seika. Je suis ici pour vous arrêter. Si vous avez la gentillesse de n’émettre aucune résistance, je vous promets de plaider la clémence pour votre jugement, lorsque vous avouerez vos crimes. Autrement…

J’agite Diva sous leurs nez, comprenant bien que ma demande avait de fortes chances d’être rejetée en bloc. Si je le peux, je réglerai tout cela sans violence.



Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Fangs and Feathers   Sam 3 Déc - 20:25






La mâchoire de l'hybride se serra de frustration face à l'identité désormais révélé du soldat : s'il était en filature, les gardes auraient forcément prévenu les élus. Mais quelles étaient donc les raisons qui aurait pu pousser un natif à accepter pleinement de collaborer avec de tels ennemis ? Dans quel but ? Il paraissait beaucoup trop innocent pour être corrompu, quand bien même il appartenait à la nation du Stratège...

Alors, pourquoi ?

Geleerde n'eu hélas pas le loisir de réfléchir plus à cela, qu'un bruit vint perturber les deux fanatiques. Se raccrochant contre la paroi de la caisse tout en adressant un coup d’œil vers là où se trouvait Qrow, elle aperçue Shun venir à lui dangereusement. Serrant le poing, un genou à terre, elle était prête à agir pour aider son coéquipier du jour. Fort heureusement - et étrangement - ce fut la présence du chat qui avait été repérée. Arquant un sourcil suspicieux, l'indomptable reporta son attention un instant vers la porte d'entrée, persuadée qu'il n'avait pas pu passer par ici. Les fenêtres étaient effectivement en sale état et il aurait pu être aisé pour un animal comme lui de s'y faufiler, pourtant, la louve ne comprenait pas pourquoi n'avait-elle pas pu ressentir sa présence avant...

Le nom de la grande archère cité par Shun, résonna longuement aux oreilles de la louve dont la renommée de Aki ne lui semblait pas familière, à sa grande surprise : Geleerde avait-elle disparue depuis si longtemps pour ne pas avoir entendue les prouesses d'une élue qui semblait être tant craint par ses ennemis ?

Toutefois, elle fut de nouveau prise de court dans ses réflexions, lorsque l'ancien Roi décida finalement à agir : malheureusement, le sol en piteux état, l'empêcha d'attaquer discrètement les fanatiques. Une chance malgré tout dans cela : l'hybride n'avait pas encore été débusquée, malgré que la pièce fut éclairée par la boule de feu de Shun. Mais pouvait-elle laisser son allié du jour, faire front, seul, le temps qu'elle élabore une stratégie ?

- Élu d'Seika ou pas, rien à foutre ! T'es pas l'bienvenu, ici !

Ikki n'était pas du genre à être impressionné par qui que ce soit, malgré qu'il ne soit qu'un simple natif de Kosaten. Il était prêt à tout, même à mettre sa vie en péril.

- A-attendez ! J-je ne voulais pas le s-suivre !

Contrairement au jeune Shun...

- Tsh, quelle chochotte ! Quand il faut arracher la gueule des autres, t'es pas l'dernier, mais dès que ça t'concerne, tu décampes...

Les tremblements significatif du prétendu soldat, agacèrent son coéquipier fanatique, au point qu'il l'attrapa violemment par le cou, calant le dos de sa nouvelle victime contre son torse, en guise de protection. Désormais pris en otage, Shun lança un regard apeuré vers Ikki, puis de détresse vers le corbeau.

- Ecoute moi bien, élu ! Si tu tentes quoi que ce soit, j'fais exploser cet entrepôt et nous avec.

Une longue minute de silence religieuse s'instaura d'elle-même, tandis que Geleerde continuait toujours de fixer la scène, au loin. Durant ce court laps de temps, l'indomptable avait traversée la distance entre elle et eux, veillant à contourner les angles qui auraient pu l'empêcher de s'avancer. Désormais, elle se tenait derrière leurs ennemis, à quelques pas d'eux, toujours dissimulée dans les ombres.

- Avec toute la poudre autour de nous et celle dans l'estomac de Shun, même toi, tu pourras pas y survivre...

Un sourire narquois prit place sur les traits de Ikki, tandis que Shun tentait vainement de se défaire de son emprise. L'expression du fanatique fit pâlir de terreur le pauvre soldat, qui sombra lentement dans un mutisme profond, face à cela. Nos deux protagonistes ignoraient encore si Shun avait été contraint de suivre les agissements de l'ennemi contre ce gré ou s'il avait pleinement suivit leurs ordres, avant de se rendre compte de son erreur.

Du côté de l'indomptable - alors qu'elle était désormais juste derrière Ikki et prête à l'attaquer - le félin eu la regrettable idée de grimper sur l'une des caisses en bois, alertant le fanatique qui tourna la tête vers sa direction, découvrant Geleerde, par la même occasion.

Tsh. Les félins n'étaient pas détestés des canidés pour de mauvaises raisons...

Sans pour autant perdre son sang froid, Ikki fit pivoter son corps et celui de Shun afin de se tenir en biais des deux élus de Seika. Son regard s'attarda sur eux l'un après l'autre, tandis qu'il ajouta, fièrement :  

- ... Et si vous êtes là pour savoir d'où vient cette poudre, souvenez-vous juste que les morts ne peuvent pas parler.



- Oh, vraiment... ?

Si seulement, il savait.

La louve, quant à elle, arqua un sourcil dédaigneux à sa réponse, posant une main sur ses hanches nonchalamment, avant de pousser un profond soupir désabusé tout en baissant légèrement la tête vers le sol. Ce genre d'énergumène ne méritait pas qu'ils parlementent avec eux.  

- Tu as la langue bien trop pendue, à mon goût.

Fort heureusement, aucun civil n'était dans les parages, ce qui permettait au moins à Geleerde de s'assurer qu'aucun innocent serait touché, si les choses devaient mal se terminer. Mais devoir prendre le risque d'être enfoui dans les décombres avec les fanatiques, n'était peut-être pas envisageable pour Qrow. Relevant la tête légèrement, ses yeux couleur braise brillèrent étrangement, décernant au soldat, un regard glacial de circonstance.

- Dis moi, Shun... Penses-tu que nous devrions te sauver, en dépit de ta trahison contre ton pays ?

Provocation suicide.



NB CORRECTEUR:
 

NB TROLL:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Fangs and Feathers   Sam 3 Déc - 21:33





MUSIQUE


Eh merde. Nous voilà maintenant en jeu d’otage. Ce genre de situation me stresse énormément. J’avais déjà vu d’innocentes victimes se faire trancher la gorge sous mes yeux, car je n’avais pas su trouver les bons mots pour arrêter leurs bourreaux. Mais ces échecs me motivent. Ce Shun n’allait pas mourir ici. Pour que cela arrive, il ne fallait pas brusquer Ikki, qui semblait déjà être prêt à faire exploser tout le quartier. Commençant par une simple demande, j’ai l’espoir naïf que cela suffise.

- Ikki ! Fait pas ça.

- Ouais Ikki ! Fait pas ça !
{c'est un lien}

La familiarité dans la phrase ne me ressemble pas. Tant pis, de temps à autre, cela fait du bien de laisser son cœur s’exprimer. Un détail me choque alors. Avait-il dit… « La poudre […] dans l’estomac de Shun »… Non… Impossible ! Le moyen de faire passer cet explosif si instable, si dangereux… Un être humain. Totalement l’opposé de la réponse à ma prochaine question. Qui serait capable d’imaginer un plan pareil ? Soumis à une légère rage, je ne peux m’empêcher de serrer le poing. C’est Geleerde qui me distrait et me prévient d’un énième monologue moralisateur.

La scène se complique quand celle qui est censée venir à mon aide se fait aussi repérer. Mmh. Je suis mal placé pour juger. Ça arrive. Nous voilà donc, deux infiltrés découverts, face à un homme à son otage pas si innocent que cela. D’ailleurs, pour ce dernier, il n’y a que deux raisons qui auraient pu pousser un… Couard – ce n’est pas péjoratif - comme lui à être complice de tels actes : la peur, qu’elle soit pour lui ou pour un autre ou l’appât du gain facile. Peut-être les deux. Mais quoiqu’il en soit, il est clair qu’il n’est pas blanc comme neige.

- Nous allons tous calmer et trouver une sol-

- Je t’en foutrai du calme moi ! Ca va exploser je vous dis ! Et tous les gens du quartier mourront par votre faute ! Voyez l’utilité des élus du Phénix et cette misérable alliance avec le serpent !

Je soupire. Il semble que je n’aurais pas l’occasion de le raisonner pour l’instant. Trop obnubilé par sa tâche, il ne m’écoute pas. Mais il y a encore matière à espérer ; après tout, cela faisait déjà deux minutes qu’il répétait qu’il allait s’exploser.

Pendant ce temps, Shun a arrêté de se débattre et répond à la louve répondre à la louve.

- J-Je… Je ne… J’ai… Je ne sais pas…

- Ah comme c’est nouveau ça tient ! Tss ! Tu me dégoutes, chochotte ! Pourtant ça devrait pas te gêner de demander de l’aide ! Surtout toi, hein ? Le pique-assiette assisté !

Ces mots ont l’air de blesser violemment le soldat dans son amour propre, signe qu’une certaine dose de vérité s’y trouvait.

- Messieur ! Calm-

- Mais puisque je te dis que tu vas l’avoir ton calme ! Attends que ça pète et je te jure ! Yaura pas plus calme que nous ! HAHAHAHA !

Je soupire. Il n'est toujours pas temps de le convaincre.



Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Fangs and Feathers   Sam 3 Déc - 22:34







Pauvre idiot.

L'indomptable révéla un sourcil de dépit face aux provocations ouverte de Ikki lorsqu'il évoqua la possible perte de civil dans l'explosion qu'il provoquerait. Il n'était pas au courant que toute la population avait été évacuée par la garde de Minshu, à la demande de nos deux élus. Le risque à ce que des civils soient là, n'était donc pas recevable. Un avantage considérable pour le corbeau et la louve, en soit. De plus, le fait que le fanatique n'avait toujours pas accompli ce qu'il ne cessait de dire depuis le début, fit grandement douter l'hybride quant aux motivations et la sincérité de ce dernier : S'il était réellement capable de jouer les kamikazes, pourquoi s'évertuait-il à ne pas le faire maintenant ? Bluffait-il ou était-il réellement sérieux ? A cette pensée, Geleerde releva ses bras contre sa poitrine afin de les croiser, le fusillant d'un regard se voulant meurtrier.  

- Ne te moques pas de moi. Si tu tenais tant à te faire exploser la cervelle, tu l'aurais fait depuis longtemps.

Devant cette agressivité verbale, le fanatique serra son emprise sur le cou de Shun, soutenant fièrement du coin de l’œil, l'hybride.  

- Ne joue pas à ça avec moi, grognasse !

A ces mots, le visage de Geleerde se fissura d'un demi-sourire malsain tandis que son aura s'échappa doucement de son corps, l'enveloppant d'une ombre inquiétante.  

- Veux-tu vraiment prendre ce risque ? Après tout, tu ne sais rien de nos capacités à Qrow et moi... La mort ne te sauvera même pas, Ikki, tu le sais.... Tu n'as pas beaucoup d'option devant toi, au final.

Rapidement, elle porta son attention vers le corbeau : ce dernier semblait vouloir régler la situation pacifiquement, contrairement à l'hybride qui jouait volontairement sur les nerfs du fanatique et ce, pour une unique raison. Celle de déterminer s'ils méritaient de vivre ou de mourir. Bercé d'un calme étrange, Geleerde fixa par la suite le jeune soldat tout en s'adressant à lui d'un ton neutre :

- Ecoute moi, Shun : si tu veux que nous te venons en aide, il va te falloir être bien plus convainquant que ça. Je réitère donc ma question...

Elle fit doucement un pas vers eux, épaules en arrière, prête à bondir tel un prédateur face à sa proie du jour.

- ... Dois-je te laisser mourir avec lui... Ou t'aider ?



NB CORRECTEUR:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Fangs and Feathers   Sam 3 Déc - 23:41





- Geleerde !

Aboyai-je sans vraiment m’en apercevoir. De toute façon, je doute qu’une personne saine d’esprit ne réagisse autrement aux actions de la louve. Elle vient de provoquer un homme, vraisemblablement instable, qui a la capacité de réduire, peut-être, un quartier en cendre. Qui plus est, il y aurait au minimum deux morts. Même si ce sont des fanatiques, leurs vies ont encore de la valeur. En effet, ils ont des informations capitales sur ce réseau de terroriste kamikaze. Les tuer maintenant serait une grave erreur. Surtout que je ne connais toujours pas la résistance de l’élue : elle pourrait tout aussi bien succomber à l’explosion. Étant immortel, je ne m’en inquiète pas, mais si un malheur devait lui arriver… Makoto et Zenjiro ne me le pardonneraient jamais. Tout comme moi.

- Cesse de le pousser à se tuer, sa vie importe ! Tout comme celle du jeune homme !

MUSIQUE


Tel un père à l’aura réprobatrice, je ne quitte pas la louve des yeux, oubliant au passage le centre de ce conflit. C’était vrai, chaque vie a une valeur. En l’occurrence, la seule valeur que je trouvais à l’abject bandit et au traitre, c’était celles de leurs informations.

- Chaque vie à un poids, une valeur. Tu ne peux pas la nier. Refuser de la voir, c’est refuser de voir la réalité en elle-même. Alors quand tu pousses cet homme à se donner la mort… Quand tu demandes à l’autre de quantifier son envie de vivre… Quand tu demandes à des inexpérimentés de faire la guerre… Tu joues avec des vies.

Mon regard devient sombre, teinté d’une colère millénaire. Ressentiment, haine, vengeance. Voilà ce qu’est en ce moment très facilement déchiffrable sur mon visage.

- Et crois-moi. Il ne vaut mieux pas être de ceux qui font cela quand je suis sur le terrain. Car je vais retrouver ma puissance ; et si ce jour-là j’apprends qu’un malotru s’amuse aux dépens d’autrui… Il mourra là où il se tient.

A ces mots, je me retourne vers Ikki qui tressaillit légèrement. Jamais il n’avait dû croiser des yeux aussi expressifs. Sans me vanter, j’avais des émotions à portée ostentatoire. L’intimidation visuelle est l’un de mes talents.

- T-Toi ! Ne me donne pas de leçon ! V-Vous êtes cinglé ! Je peux tout faire péter ! Vous ne-

- Je suis immortel, elle a probablement assez de puissance pour résister à l’explosion et le quartier est évacué depuis deux jours. Votre mort ne concernera que vous. Et vous savez...

- Mensonges… Vous ne comprenez pas ! Personne ne comprend nos motivations ! Pas même la plupart de nos semblables ! Vous nous appelez fanatiques ! Mais nous sommes des engagés ! Nous sommes déterminés ! Et nous triompherons !

Froid et distant, je plante Diva dans le parquet avant de m’asseoir en face d’elle. Mon visage caché par le dos de la lame séparant nos vues, Ikki ne peut voir aucune expression.

- J’ai passé beaucoup de temps à traiter avec ceux qui ont une idéologie radicale. Au final, vous êtes comme tout le monde. Des êtres doués de consciences qui essayent de répondre à la question primaire : « Pourquoi sommes-nous en vie ? ». Le problème c’est que vous trouvez une réponse. Sans vous soucier des recherches des autres ou des différentes possibilités, vous essayez l’imposez à tout le monde. Mais on vous le refuse. Et ça vous énerve. Ça vous énerve dans votre orgueil même, car cela remet en question votre soi-disant raison de vivre. C’est là que vous tombez dans cette argumentation incomplète et folle. « Mourir pour ma cause prouvera qu’elle est juste ». Non. Elle ne l’est pas. A partir du moment où l’on meurt par pure satisfaction personnelle, on est dans l’erreur.

Chaque mot est posé, pesé et égalisé. Rien au-dessus de l’autre, aucun jugement d’arrière-fond décelable. Juste un vieillard racontant son expérience, en espérant que l’auditoire au complet l’écoute. Gardien de mon monde, je laisserai jamais l'esprit humain le mettre en danger.

- Nya ? Comme c’est intéressant tout ça ? Mais je crains de devoir vous arrêter là ~  

Euh... Est-ce que le chat vient de parler ?



Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Fangs and Feathers   Dim 4 Déc - 3:07






Les propos de l'ancien Roi déstabilisèrent l'élue de Seika durant quelques instants dans sa manœuvre contre les fanatiques : tournant la tête de nouveau vers lui, elle ne le quitta pas des yeux ne serait-ce qu'une seule seconde. Osait-il réellement lui déblatérer un tel discours en pareille situation ? Elle qui se sentait pourtant au départ dans son élément naturel dans ce jeu de provocation, avait maintenant l'impression qu'elle devait se justifier auprès de l'élu. Après tout, si elle devait subir le courroux de son allié, autant que ce la soit pour une réelle raison... Et il ne détenait pas toutes les cartes en main pour faire cela : certes, l'indomptable usait d'une tactique dangereuse pour en finir avec leurs ennemis, mais elle avait suffisamment confiance en ces capacités et en celles de Qrow pour savoir ce qu'elle faisait.   

- Yare yare...

Posant la paume de sa main contre son front, l'aura sombre autour d'elle se dissipa lentement, à mesure que Qrow argumentait. Ce ton. Cette assurance. Ce désir de sauver des vies, qu'importe s'il s'agissait de fanatique ou non... Pourquoi avait-elle l'impression de l'avoir déjà entendue ? Pourquoi les traits du corbeau, prenaient lentement une figure paternel auprès de l'hybride. Ce sentiment. Cette appréhension. Faisait-elle le mauvais choix ? Non... Elle ne se laisserait pas avoir une seconde fois. Elle avait ses raisons. Des raisons qui devaient désormais être affichés au grand jour. Des raisons, qu'elle avait transformée en conviction et qui n'était que la lente ascension vers son renouveau... Elle ne pouvait décemment plus réfléchir comme par le passé. Les choses avaient changées.

Beaucoup trop changées.

Fermant longuement les yeux, elle revint finalement à la réalité de cet instant, pour s'expliquer auprès du roi déchu :  

- Tes causes sont louables, corbeau. Nos méthodes diffèrent, mais nos buts sont les mêmes. Je respecte ton ancienneté en terme d'âge, mais ici, à Kosaten, tu as encore bien des choses à apprendre. Je comprends que tu puisses douter de moi, mais sache que je ne jouerais pas avec la vie de quelqu'un d'autre, si je ne savais pas précisément ce que je faisais. Tu as toi aussi vécu suffisamment longtemps pour savoir que les décisions de chacun, ne sont que le fruit d'une cause à effet. Ce que chacun a pu vivre par le passé et les choix que qu'ils ont pu faire, se reflètent dans chacune de leurs actions. De ce fait... Si ce fanatique désirait réellement mettre fin à ses jours, il l'aurait déjà fait.


Expirant une bref bouffée d'air, elle chassa cet air provocateur qu'elle tenait contre Ikki depuis tout à l'heure, se contentant d'une expression se voulant indifférente, mais qui fut couplé paradoxalement, par une pointe de malice lui appartenant habituellement pas.  

- Vois comme il ne semble pas être prêt à abandonner son existence. Pourtant, malgré tes tentatives de dissuasion et ma persistance à ce qu'il le fasse, il n'a pourtant pas été capable d'agir un seul instant. Se pense t-il si spécial ? Je ne le crois pas. Ce ne sont pas leurs soucis qui m'intéressent, mais la façon dont ils les gèrent. Si je dois insister, sa méthode était aussi banale que je m'y attendais...

Toisant de nouveau ouvertement Ikki d'un regard en biais, l'indomptable reposa de nouveau une main sur ses hanches, tandis que de son autre main libre, elle présenta nonchalamment son index, plissant de l’œil tout en reprenant son monologue en baissant la tête :  

- Prendre en otage son allié, quand bien même si Shun ne semblait pas être totalement de son côté et tout en sachant que nous ne le connaissons pas personnellement, était l'un des premiers points qui m'ont convaincue de prendre cette voie : Comment pouvait-il jouer sur la corde sensible, avec un captif qui n'était pas au moins, l'un de nous ? Le second point - son majeur prit place aux côtés de son index - fut que nous savions tous les deux que la zone été dénué des tout civil : à moins qu'il ne soit stupide, il l'avait sans doute remarqué, lui aussi. Le troisième point - son annulaire se leva - était que nous sommes des élus, dont toi qui est un immortel. L'explosion n'aurait donc eu, au final, aucune répercussion néfaste sur nous... Le quatrième point et non des moindres - son auriculaire vint rejoindre les autres - est que nous ne sommes pas les seuls appelés de Seika ou de Minshu sur cette affaire. Si Ikki mourait, je ne doute pas de nos compagnons pour avoir réussi à intercepter les autres. Au final, en se donnant la mort, Ikki n'aurait jamais pu empêcher nos alliés de s'en prendre aux autres fanatiques. Il n'aurait été qu'une perte de plus, sans réelle conséquence pour son équipe. Et ça... Ikki devait parfaitement le savoir, l'empêchant ainsi de mettre son plan à exécution contre nous.

Relevant finalement son visage pâle vers sa direction, l'indomptable planta son regard dans celui de son allié :

- Ce n'était que de la provocation, Qrow. Il espérait tomber sur quelqu'un qui pourrait croire dur comme fer à ses inepties. Je n'ai fait donc que simplement rentrer dans son jeu...

- Nya ? Comme c’est intéressant tout ça ? Mais je crains de devoir vous arrêter là ~

Soudain, une nouvelle voix fit son apparition, arrêtant nos deux protagonistes dans leurs argumentations. Cherchant l'origine de ce trouble fête, l'hybride aperçue non loin d'eux, le félin qui se tenait sur l'un des cageots de bois, se léchant scrupuleusement les pattes. Ses oreilles effectuèrent quelques rotations, avant qu'il ne relève la tête vers les deux élus et les fanatiques. S'étirant de tout son long, il bondit pour descendre de son piédestal, laissant découvrir ainsi à tous, sa véritable forme. Celle d'une femme aux courbes voluptueuse et à la chevelure violette.

- Vous m'avez bien divertie, élus ! Chat faisait tellement longtemps que je ne me suis pas autant amusée, Nya~

Ramenant ses deux mains l'une contre l'autre, elle applaudit sincèrement, sous le regard consterné de Ikki.

- Attends... T'es qui, toi ?!

- Nya ?~ Juste une chatte curieuse~ Et accessoirement... Votre contact. Mais peut-être que vous vous attendiez à voir l'un de vos compagnons à ma place, nyah ? ♥️

Relevant les mains vers son visage, la féline les déposa délicatement contre ses joues, telle une jeune fille immature et insouciante, sourire aux lèvres. L'indomptable pesta face à cela : elle qui avait pourtant était si proche, n'avait pas pu ressentir un seul instant l'énergie de la change forme ! Une honte, pour elle... Voici donc pourquoi Qrow et Geleerde s'étaient fait remarqué par les fanatiques. Ce stupide matou jouait avec eux depuis le début ! Il fallait croire que si la soit disant érudite était capable de participer pleinement à un jeu de provocation et de bluff, elle n'était pas non plus la plus prudente des combattantes et qu'il lui restait encore bien à apprendre de ce monde...

- Quel dommage que vous n'ayez pas tué ces deux crétins, par contre : chat m'aurait tellement arrangée et j'aurais pu éviter de me chalire les pattes. Je ne suis là que pour empocher la marchandise, après tout. Nya~ ♥️





NB QROW & CORRECTEUR:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Fangs and Feathers   Dim 4 Déc - 8:32





Contrairement à ce que j’aurais pensé, Geleerde ne s’agace pas contre moi. J’étais pourtant convaincu que mes reproches allaient sonner le début d’un nouveau conflit. À la place, j’eus l’impression de me faire sermonner. Non pas que cela ne m’arrive rarement, mais quasiment jamais après avoir… Eh bien prouvé un point, avouons-le. La louve s’élance alors dans une justification. Je n’en avais pas besoin, mais cela apporta quelques clés de compréhension sur le comportement général de l’élue. Elle est forte et sûre d’elle. Une leader en devenir, ou qui est déjà devenue. Pragmatique et intellectuelle, elle réfléchit avant d’agir. Mais elle prend un pari risqué. Immaturité ? Non, son regard est celui d’une personne ayant vécu plus longtemps qu’un humain. Je miserai plus sur de l’orgueil.

L’un des plus grands péchés du monde. Responsable de quasiment tous les maux, il est d’autant plus dangereux quand il est couplé avec l’un des six autres péchés capitaux. Par orgueil, on peut décimer un peuple, commettre des actes innommables, mentir à la Terre entière, devenir le plus vicieux des êtres. Chacun de nous en est imprégné ; c’est d’autant plus vrai chez les personnes avec des avantages dans leurs vies, tels que la force, l’argent, la beauté et tout ce qui serait perçu comme de « bonnes choses ». Moi-même, j’ai tendance à utiliser mon vieil âge comme justification vaniteuse, me cachant derrière ce voile épais d’expérience. Pour Geleerde j’hésite. Est-ce son intelligence, ou sa force qui nourrit sa fierté ? Voire les deux ? Après tout, je n’avais été témoin que d’un seul de ces facteurs.

Avant qu’elle ne commence à énumérer les raisons de ne pas s’inquiéter de la situation, je peux observer, en penchant la tête pour voir derrière Diva plantée en face de moi, le preneur d’otage est au bord de la crise de nerf. La suite du raisonnement de la femme me fait écho. Au tout début de ma croisade contre le Mal, j’aurais tenu le même discours. Elle présume beaucoup de la nature de son ennemi. Même moi je n’en ferai pas autant. Tellement de surprise, de comportement inattendu et d’éléments inconnus. Se baser sur des « si » pour créer un plan n’est clairement pas la meilleure solution. Mais à défaut de réfléchir bien, elle réfléchit efficacement. Encore une fois, j’ai l’impression de voir un parfait soldat devant moi.

Lorsqu’elle eut fini de s’exprimer, le fanatique fond en larme. Ne lâchant toujours pas Shun, sa crise de nerfs vient de se transformer en burnout. Pourquoi pleure-t-il ? Je ne me doute pas qu'il est réalité blessé au plus profond de lui. Je mettrai ma main au feu que Geleerde l’avait surestimé et que le contraste avec ce qui s’était réellement passé l’avait chamboulé. Il s'est rendu compte de sa bétise et avait perdu la face devant ceux qu'il considérait comme faible... Peut-être est-il tellement sot qu’il n’avait pas remarqué le quartier vide ? Peut-être a-t-il réalisé qu’il n’avait rien de spécial dans sa foule de fanatiques ? Toujours est-il qu’il pleure maintenant. Il essaye même d’essuyer le rhume de son nez sur son épaulière. J’en éprouve presque de la pitié. En parlant de moi, il est temps de répondre à la louve.

- Et tu penses que tout ceci vaut le coup de prendre un risque ? De prendre deux vies ?

Certes, je pinaille sur ce « détail » quand je suis moi-même tout aussi pragmatique. Rien que pour sauver des situations, j’avais déjà tué beaucoup de personnes. La réponse à sa question ne serait de toute façon ni mauvaise ni bonne. Chacun a sa méthode, je ne fais que juger de l’extrémité de son imprudence. Je vois en elle un possible allié pour la guerre ; mais si elle est du genre à s’en remettre à la passion pour prendre des décisions, je ferai route seul.

Sa dernière justification remet cependant tous mes arguments en question. Prétendait-elle jouer un rôle tout ce temps ? Uniquement pour faire craquer – ou réagir – le fanatique ? Cela serait… J’hésite entre astucieux et machiavélique.

Soudain, une nouvelle voix faire son apparition. Féminine et trop aiguë à mon goût, elle avait une étrange manière de parler. Ponctuant ses phrases par des nya et des chats, le félin de tout à l’heure se transforme en charmante jeune femme. Mmh. Les métamorphes dans ce monde sont donc courants – et ils ont la faculté de faire apparaitre des vêtements de nulle part -. Cela peut devenir très inquiétant, surtout si certains peuvent prendre la forme de mouche ou même d’autres humains. Je me demande quelles sont les dispositions prises par les hautes instances pour lutter contre cela ?

La femme chatte se présente comme étant le contact des deux hommes. Ils ne l’avaient jamais vu, j’ai l’impression. Qu’en conclure ? Que les fanatiques étaient composés de petites cellules indépendantes les unes des autres ? Ou que peut-être que la nouvelle arrivante n’en faisait pas partit ? Une acheteuse opportuniste. Quoi qu’il en soit, je me relève et prend Diva.

- Nyaaaa ~ Non ! Je ne suis pas une combattante moi ! Chat se voit, non ~ ?

Demanda-t-elle en bombant la poitrine.

- Nan, moi je suis une chatte d’affaires ~ Et j’ai absolument besoin de cette poudre ! Chat vous pose un problème si j’embarque la cargaison ?

Quelle personnalité… Légère.

- Bien sûr que non. Ce sont des preuves dans l’affaire des attentats de Kansei. Sans compter que c’est un puissant explosif.

- Quelle affaire ? Les coupables chont morts, non ? Et je chais ce que c’est puissant explosif, baka ! C’est pour chat que je veux le stock en entier ~


Le preneur d’otage, qui avait fini par sécher ses larmes, s’exclame alors :

- Mais attends ! C’est Hyoga qui était censé me rencontrer ce soir ! Où est-il ?!

La femme ricane profondément. Ses yeux se brident, montrant qu’elle retient un fou rire.

- Nyahaha ! Eh bien, il était au courant de l’évacuachion… Lui. Donc il n’est pas venu ~

Le fanatique tressaille, encore une pique droit au coeur. Il lâche enfin Shun. Aussitôt, ce dernier se précipite vers Geleerde et se mit à genou.

- Je me rends ! Je dirai tout ! Je n’ai pas de poudre dans l’estomac ! Protégez-moi d’eux s’il vous plait !

Mmh. Dénouement un peu rapide. Mais ce n’était pas comme si nous étions maitres de la situation. L’imprévu de l’évident avait un certain charme. Bref, il s’expliquerait plus tard.

- Nyaaa ~  Yosh mes p’tits chatons ♥ Le temps c’est de l’argent, donc je ne vais pas m’attarder longtemps ! Tant pis pour mes pattes propres ~

Cela annonce un combat. Mais ne venait-elle pas de dire qu’elle n’était pas une combattante ? Comment va-t-elle se salir les pattes sans nous combattre ? J’ai ma réponse quand elle claque des doigts. Deux cercles magiques bleus se dessinent sur le sol, chacun d’environ un mètre de diamètre. Une lumière bleutée s’en échappe, matérialisant deux énormes matous. Ce ne sont pas des lions, ni des tigres et encore moins des chats. Je ne saurais nommer l’espèce, mais à en juger par leurs crocs, je dirai que cela doit se finir par « dent de sabre ». Sans attendre, les animaux foncent sur nous. Par pur réflexe défensif, je donne un coup de Diva à celui qui m’attaque, fendant ainsi son crâne. C’était… Facile… Ne doutant pas que ma partenaire ait pu faire de même, je me tourne vers la chatte.

- Nyaaaa… Well… Tchuss ♥



Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Fangs and Feathers   Dim 4 Déc - 11:17






Imposer son point de vue aux autres n'étaient jamais une bonne chose.

Tellement de facteurs devaient être à prendre en compte pour cela : que ce soit le rang social, l'éducation, le vécu, l'expérience ou l'âme en elle-même. Les Hommes restaient uniques, possédant chacun leurs propres convictions et buts. Au fond, qui pouvait prétendre connaître la vérité absolue ? Qui pouvait juger la notion du bien et du mal ? La notion de « bien » est inclut à la racine même de l'humanité. Elle est le pilier central de son évolution. Le « mal » est condamné par tout être humain élevé dans les valeurs humaines. Il n'est pas atavique ni inné. Il résulte d'un ensemble de facteurs sociaux et éducatifs. De carences affectives. De défaut d'éducation à l'empathie. D'un manque d'apprentissage à la frustration. D'absence de formation à la morale et à l'éthique. De pulsions violentes stimulées par la société...

C'est en ça que Geleerde se démarque. Car elle n'est pas humaine. Seulement un animal sauvage, qui ne possède pas la même idéologie de pensée et d'agir, face au mal et au bien. Son éducation est loin d'être celle que les Hommes ont pu forger, au fil des années. Son tempérament de feu, n'était qu'une simple empreinte à son identité pure : car elle était louve, jusqu'au bout.

Pourtant, cela ne l'empêchait pas de comprendre ou d'accepter la vision des autres espèces, ainsi de celle dont appartenait Qrow. Leurs présences, avaient été un véritable pilier pour l'érudite, en foulant du pied, les terres de Kosaten. Lentement, elle s'était habituée à leurs présences et de leurs surprenants résonnements. Elle s'était mainte fois surprise à admirer leurs ténacités, leurs bravoures et grandeurs d'esprits. Oui, la louve devait au moins cela : l'opportunité à l'ouverture vers des horizons qu'elle ignorait encore jusqu'à aujourd'hui.

Malheureusement, l'hybride ne pouvait pas totalement abandonner ce qu'elle possédait, au plus profond de ses gênes. Son cercle de relation reste et resterait toujours intimement fermé. Elle ne pouvait offrir sa confiance et sa dévotion à n'importe qui. Mais quand elle le faisait...

C'était pour l'éternité.

- Je ne suis pas une héroïne, Qrow : je ne sais que trop bien que ceux qui ont tentés de l'être, n'ont jamais pu sauver tout ceux qu'ils étaient censés protéger. Je préfère me battre aux côtés de mes alliés, plutôt que de leur offrir une promesse impossible à tenir.

Elle avait pourtant essayé.

Essayé vainement de protéger des êtres qui comptaient pour elle. Essayé de les guider, de les ramener du bon côté...

Et tu penses que tout ceci vaut le coup de prendre un risque ? De prendre deux vies ?

Ces mots firent écho longuement dans son esprit. Deux vies... Elle en avait justement perdu deux, en l'espace de quelques semaines. Ce jour-là, la louve n'avait pas seulement perdu un frère et un partenaire de vie. Elle avait aussi perdu une partie de ce qu'elle était.

Enfouir les sentiments dans un linceul éternel. Ne pas abdiquer. Ne pas abandonner.
A la mémoire de ceux qui étaient désormais, redevenus poussière.


Les reniflements de la part de Ikki firent tiquer l'indomptable qui se contenta d'un rapide coup d’œil vers lui, haussant légèrement un sourcil : la provocation avait un peu trop bien marché, mais pas sur celui qu'elle pensait. Elle ne connaissait rien du passé du fanatique, c'était un fait. Mais méritait-il le pardon absolu ? Le moment n'était pourtant pas venu pour en décider...

Soudain, tout s'accéléra sous ses yeux : le jeune soldat au nom de Shun, vint implorer pour sa vie en se jetant face contre terre vers Geleerde, posant une main sur sa jambe tandis qu'au même moment, la seconde créature que fit apparaître la change forme, bondit vers elle, crocs en avant. Elle n'avait pas le temps d'esquiver avec Shun en face d'elle, ni de quoi stopper la bête. Serrant la mâchoire de frustration, la louve prit donc une décision surprenante et totalement contradictoire... En protégeant le soldat.

La gueule du tigre à dent de sabre, se logea dans l'épaule de l'élue qui dû retenir une plainte de douleur significative, ne l'empêchant pourtant pas de riposter à son tour, maintenant que la bête était aussi proche. Armant son poing, elle l'enfonça dans la gorge de la bête, traversant sa mâchoire, jusqu'à atteindre sa boite crânienne avant de disparaître dans un hurlement de douleur. Face à cela, le regard de Shun s'éclaira d'une lueur de reconnaissance temporaire, tandis que l'indomptable lui décerna un bref regard de circonstance, le toisant durement, le sang perlant le long de son bras.

- Ne... Te méprends pas...

Bonté passagère non assumée ou raison purement tactique pour la suite des événements ?

- Nyah ! 

La féline, d'un pas souple et agile, tourna le dos aussitôt aux deux élus afin de s'enfuir, non sans laisser un dernier petit souvenir en invoquant quatre autres créatures dont celles-ci, semblaient bien plus féroce que les précédentes. Malheureusement pour elle, l'indomptable ne l'entendait pas de cette oreille : si elle n'était pas arrêtée maintenant, quand cela sera-t-il le cas ? Instantanément, Geleerde se rua donc vers elle, malgré la vive douleur qui lui lacérait l'épaule gauche, prête à en découdre.



Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Fangs and Feathers   Dim 4 Déc - 14:08





La femme chatte devant moi, je m’approche d’elle bien décidé à la neutralisé quand le son trop familier d’une chair lacéré vient à mes oreilles. Geleerde a… perdu contre ces animaux ? Je regarde les restes de celui que j’ai abattu partir en lambeau de lumière. Peut-être n’est-elle pas aussi puissante qu’elle ne le laissait croire ? Je regarde la scène de plus près. Ils sont faibles, elle a été surprise, car… Elle protégeait Shun ! Elle qui dit ne pas être une héroïne… En y réfléchissant, cet acte ne contredit rien ses paroles. Elle ne se considère pas comme telle, car elle a peur de ne pas tenir de promesse. J’aurais bien répondu qu’il faut simplement faire attention à la promesse que l’on tient ; pour ma part, tant qu’Hénoch restait habitable j’étais dans mes objectifs. Mais ce n’est pas le moment pour cela.

M’inquiétant du sort de la louve, je fais un pas en arrière pour aller l’aider. Quelle n’est pas ma surprise en la voyant régler la situation et foncer droit sur la femme chatte. La douleur ne la dérange pas ? Signe d’une combattante chevronnée. Plus loin, je vois Shun, encore sous le choc, et Ikki qui s’approche dangereusement de la caisse d’explosif. D’un bond prodigieux assisté par la lévitation de mon manteau, je m’élance sur lui pour le plaquer au sol. Je lui cogne alors la tête avec la garde de Diva pour le mettre hors d’état de nuire. Contrairement à la fois avec les sectaires de Zayro Jinn, je parviens à assommer ma victime du premier coup, signe que ma puissance revient peu à peu – ou que mon adversaire ne soit pas très fort -.

Cette petite joie est écourtée par les grognements de quatre autres gros félins, tous s’avançant dangereusement vers Shun. Ce dernier crie et projette des boules de feu devant lui. L’attaque semble puissante. En tout cas, plus puissant que je ne l’étais maintenant. Les bêtes sont ralenties, mais continuent leurs progressions… Si une attaque magique comme celle-ci ne marche pas, aucune chance que ma faible lame ne peut leur faire quelque chose. Geleerde est occupée avec la femme… Il ne reste que Shun, moi et l’inconscient qui allait prendre… La poudre ! Je me saisi de la caisse, non loin et je tente de l'ouvrir à main nue en m'époumonant :

- Soldat ! Combien de grammes de poudre pour tuer ses bêtes sans faire effondrer le bâtiment !

Au son de ma voix, Shun trouve le courage de se relever et vient vers moi, tout en arrosant les ennemis de ses flammes.

- J-Je… Je sais pas ! L-Les autres ont pris une poignée avant de se faire… E-Exploser…

Exténuer, le traitre de Minshu ne tiendrait pas très longtemps. Je fais un rapide calcul. Basé sur cette nouvelle information, je conclus qu'une poignée faisait sauter un homme et tout ce qui se trouve à environ 5 mètres de lui, selon le rapport lu deux jours avant sur les circonstances de l'attentat. Donc logiquement, un septième de cette somme devrait… Pas de temps à perdre ! J’ouvre la petite boite d’explosif avec Diva et récupère la poudre. Les félins se préparent à bondir.

- Shun ! Ne tire plus avant que je te le dise ! Tiens-toi prêt !

Ce dernier s’exécute et va se cacher derrière moi. Deux des félins sautent. Prenant une grande respiration, je leur jette la poudre pendant qu’ils sont dans les airs en criant :

- Maintenant !

Une boule de feu se décolle des doigts du soldat pour fendre l’air droit vers la poudre. En plein élan, les bêtes ne peuvent pas l’éviter et l’explosion qui en résulte les souffle. Et nous aussi d’ailleurs. La détonation est incroyable. Si la chaleur ne nous avait pas atteints en elle-même, l’onde de choc m’a sonné, tout comme Shun qui semble ne plus entendre ce qui se passe autour de lui. Envoyé au sol, comme mon partenaire de survie de la soirée, je me relève avec Diva, me tenant prêt à accueillir les deux autres fauves. Eux aussi touchés, ils ne sont malheureusement pas morts comme leurs semblables, qui se décortiquaient maintenant en lambeaux de lumière. Ils sont trop proches de moi, tandis que la poudre est trop éloignée pour leur refaire le coup. Sans compter, Shun n’est plus en état de m’aider… Que faire ?

Simple. Se mettre en garde et se battre.





Dernière édition par Qrow le Mar 13 Déc - 12:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Fangs and Feathers   Lun 12 Déc - 3:48






La déflagration portée par l'explosion fit vibrer les cloisons de l'entrepôt, surprenant la femme-chat qui tentait de fuir par l'une des fenêtres, bondissant au dessus d'une caisse de bois. Suite à la manœuvre de Qrow et Shun, la féline en vint à perdre l'équilibre quelques secondes, se rattrapant pourtant de justesse, poussant un soupir de soulagement. Du côté de la louve, il ne lui fallut guère longtemps pour la rattraper, l'empêchant de passer à travers la lucarne en se tenant juste en face d'elle. Crachant tel un matou contrarié, elle appela en aide l'une des deux dernières créatures encore en vie, afin qu'il s'interpose entre elle et l'hybride de Seika. Aussitôt invoqué, la bête retroussa ses babines en grognant, fixant froidement la louve.

- Désolée pour toi ma jolie, mais mes petits compagnons n'aiment pas quand on s'en prend à moi, nyah~ 

Arquant un sourcil désapprobateur, Geleerde lui accorda un sourire pernicieux en réponse, une main posée sur les hanches.  


- Oh, vraiment ?

Aussitôt, le tigre à dent de sabre se jeta contre elle tandis que l'appelé de Fenghuang rattrapa la gueule de la créature de ses deux mains, prenant appui sur l'une de ses jambes en retrait. Désormais à sa merci, elle renforça sa prise jusqu'à en faire décrocher la mâchoire de la bête, avant de la plaquer violemment contre le sol.

- N-NON !

Face à cela, la féline recula d'un pas, son corps légèrement tremblant. Elle avait été trop gourmande sur ce coup, assurément. Vouloir récupérer la marchandise des fanatiques, avant tant d'élus à proximité, c'était de la folie pure. Avait-elle des raisons louables pour prendre un tel risque ?

- Veux-tu tenter de fuir, maintenant ?

Sa voix résonna étrangement et son ton devint plus sombre, à mesure que l'aura dévastatrice de l'indomptable grandissait au fur et à mesure, tenant toujours fermement la créature qui hurlait en tentant de se débattre vainement, ventre à terre.

Geleerde était-elle joueuse ou simplement lasse de tout cela ? Aurait-elle agi d'une autre manière, à une époque passé et lointaine ? Face à ses ennemis, la guerrière était capable de ne ressentir aucune once de pitié. Pourtant, elle avait protégée le soldat des crocs de l'une des créatures invoquées. Mais alors, pourquoi certaines de ses actions, se contredisaient ?

Pourquoi, Geleerde, était capable du meilleur... Comme du pire ?

- Tu as cinq secondes.

Devant cette menace, la femme chat n'attendit pas plus longuement pour de nouveau reprendre sa course, tournant le dos à Geleerde, pour se diriger droit vers la seule et unique porte de sortie.

Un...

Armant son gantelet au dessus de sa tête, Geleerde l'enfonça dans la chair du tigre, son crâne désormais exposé à la vue de tous.  

Deux...

Le temps semblait se ralentir, à mesure que la féline courait, entendant au loin, les hurlements de ses anciens protecteurs.

Trois...

Un second coup vint se loger dans la gorge de la bête, le sang giclant sur le visage pâle de l'érudite.

Quatre...

La change forme posa ses mains sur la porte, l'ouvrant violemment, une lueur d'espoir naissante à l'intérieur de son iris en apercevant de nouveau la lumière de la lune, signe de sa liberté.

- Cinq.

Malheureusement pour elle, le gantelet griffu vint se poser contre la nuque de la pauvre contact des fanatiques, un froid glacial emparant son épine dorsale. La louve ne s'inquiétait même plus de sa propre blessure, à son épaule, tant la plaie lui paraissait superficielle. La femme chat n'osa pas même se retourner, refusant de croiser le regard meurtrier et pourtant étrangement calme, de Geleerde. Son œil ardent la fixant intensément, tandis que l'ombre d'un visage différent du sien, apparu un bref instant.

Elle était une traqueuse, tout comme un loup.

Tirant d'une lenteur vicieuse sur sa prise pour prendre un certain élan, l'indomptable repoussa sans aucune réelle retenue le visage de la féline contre la paroi en face d'elles. Les copeaux de bois s'enfonçant dans la chair de la regretté change forme.

- Je ne tuerais pas. Ta mort ne m'intéresse pas.  

La mission arrivait-elle enfin à son terme ?




NB CORRECTEUR:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Fangs and Feathers   Mar 13 Déc - 13:01






Un des félins disparut soudainement. Sa maitresse l’avait appelé pour faire face à Geleerde. Cela serait donc un duel. Tranchant de croc face au tranchant de Qrow. Normalement, j’aime ce genre de défis, mais l’explosion m’a quelque peu refroidi. Mon corps semble être passé sous un cheval, tandis que me yeux veulent me trahir. Je cligne plusieurs fois des cils pour chasser les fantômes chimériques de mon adversaire, me concentrant sur lui. Lui aussi avait l’air mal en point. Mais à chaque fois que je faisais un mouvement, il réagissait aussitôt. Nous étions acculés tous les deux.

Au moment où je pensai à parler avec l’animal pour trouver un terrain d’entente – quoi ? Après des loups et des chats, pourquoi pas des félins géants doués de parole ? -, un bruit sec attire mon attention. La mâchoire du deuxième énorme matou venait d’être violemment brisée par Geleerde. Mmh. Gore. J’ai de la peine pour le pauvre animal qui n’a fait que suivre les ordres de sa maitresse. Ceci dit, il y a de fortes chances pour que ces derniers ne soient pas réellement en vie ; après tout, leurs corps disparaissent en lambeaux de lumière après un coup fatal.

Ce cheminement de pensée détourne mon attention. L’animal en face de moi le remarque et en profite. Vif, il bondit sur moi, prêt à me plaquer au sol et à m’arracher la jugulaire. Surpris, je ne peux que dresser Diva devant moi quand je me retrouve contre le parquet de bois craquant. Une chance, la lame s’est enfoncée dans son torse. Il ne bouge plus. Il ne fait que grogner. Sa gueule, jusqu’à là ouverte pour accueillir mon cou, se ferme. Désolé. Je tourne Diva dans son corps, lui arrachant un cri de douleur. Il s’effondre alors et commence à disparaitre.  

Là est maintenant la partie drôle. Imaginer maintenant deux cent cinquante kilos de danger à fourrure s’écroulant sur vous, appuyant par la même occasion sur la garde de votre lame qui s’enfonce dans votre estomac. Je lutte de toutes mes forces, le temps que la créature ne se dématérialise. C’est en Shun que je dois mon salut. Ayant repris ses esprits, il poussa le cadavre sur le côté. Je prends une grande inspiration en me relevant. Au loin, je vois Geleerde arrêter la femme chatte. J’en perds mon souffle quelques instants, resserrant fermement Diva. Allait-elle la tuer ? Je dois être prêt à agir. Une aura meurtrière se dégage d’elle, même si elle trop grossière pour être réelle. C’était comme si une fausse habitude s’était emparée d’elle. Assez bizarre à expliquer, mais très explicite une fois ressentie.

Je relâche la pression en entendant ses paroles.  Enfin, je ne peux pas être aussi soulagé que la nouvelle prisonnière, qui semblait avoir vu la mort de très près. Je me tourne vers Shun qui regarde l’élue de Seika avec effroi. Avait-il vraiment pensé à s’opposer à ces personnes ? Choisi par les dieux eux-mêmes ? C’était ce que son expression exprimait. Je le toise alors, sans une once d’humanité.

- Alors, raconte-nous tout. Je ne connais pas la législation dans ce pays ; mais ton ami ne va pas échapper à la peine capitale. En ce qui te concerne, ta coopération sera déterminante. Tu es maintenant un traitre envers ta nation et envers tous tes camarades. Quelles sont les raisons qui t’ont fait agir de la sorte ?

Devant ces mots lourds de reproches, Shun ne peut rien faire d’autre que se mettre à genou en pleurant. Le regard tout aussi austère, je ne le quitte pas des yeux. J’attends patiemment qu’il ne se calme et commence, quelques minutes plus tard, à expliquer :

- M-Ma famille a des dettes… Ils ont fait fuir mes d-détracteurs… Et m’ont demandé de les… aider… Au d-début je n’ai fait que… Fermer les yeux sur des r-réunions secrètes… J’ai d-donné le plan des tours de garde… Mais après... Ils ont voulu q-que j’escorte la poudre... à l’intérieur de la v-ville pour éviter les fouilles… Alors j’ai… J’ai refusé ! Mais ils ont menacé de… Faire des choses horribles… À ma sœur… Alors j-je… J’ai.. Qu… Q-Qu’auriez-vous fait à ma place ?!

Je m’approche de Shun et lui relève le menton pour qu’il me voit lui parler.

- Je suis suffisamment fort pour ne pas céder aux menaces adverses. Et suffisameent fort pour mourir en essayant d'y résister. Tu as agi en voulant protéger ta stabilité financière. Ta famille. Tes intérêts. Tu as fait passer ton bien avant celui du plus grand nombre. Dans mon royaume où j’applique moi-même la justice, tu serais exécuté aux aurores.

La peur se lit sur son visage torturé. Il tremble, transpire, claque des dents.

- Mais la justice n’est pas mienne ici. Tu as sans doute beaucoup à apprendre à Minshu, qui décidera de te laisser vivre ou non.

Certes, je lui avais dit que je le défendrais s’il se rendait, mais sa haute trahison ne m’en donnait aucune envie. Je finis la confession par lui asséner un violent coup de Diva dans la nuque. Je me tourne ensuite vers la femme chatte.

- Et vous ?



Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Fangs and Feathers   Mer 14 Déc - 18:08






Les fanatiques et la féline désormais arrêtés, l'heure était venue aux justifications. S'approchant tout en retenant fermement la femme-chat, la louve écouta les dires de Shun. Il avait été effectivement quelque peu forcé à collaborer avec l'ennemi, pourtant, ses raisons pourront-elles lui pardonner son écart de conduite ? Après tout, il craignait pour la sécurité de sa sœur, ce qui l'avait poussé à commettre cela. Toutefois, ce fut les propos de Qrow, qui vint à surprendre l'érudite : elle comprenait la majorité de son discours, mais ne se contredisait-il pas, lorsqu'il évoquait le fait que Shun avait accepté sa condition, en faisant passer ses propres intérêts avant les autres ?

Pour le bien de sa propre famille ou pour ceux que nous aimions du plus profond de notre être, nous pouvions tous être capable du pire, après tout. Certes, le jeune soldat n'avait pensé qu'à sauver sa couvée, au détriment de la population entière de Kansei, mais était-ce une raison pour le tuer ? Ce n'était, ni à la louve, ni au Roi déchu, d'en décider.

Le regard de son partenaire se détourna vers la change forme qui éprouvait certaine difficulté à rester éveillée : après la violente embrassade non désirée contre la porte à cause de l'indomptable, cela pouvait être compréhensible.

- Je n'ai rien à vous dire : chat ne vous regarde pas !   

- Tu as mal compris, on dirait...

Sans attendre, Geleerde resserra sa poigne sur le cou de la féline, lui jetant un regard meurtrier en biais :  

- J'ai dis que ta mort ne m'intéressait pas, mais quel sera l'avis de la population de Minshu, d'après toi ? Si tu te montre coopérative, nous tâcherons d'éviter à ce que ton arrestation ne se fasse pas sur place publique.

La douleur provoquée de la part de la louve, n'eut toutefois pas l'effet escompté, bien au contraire. Toisant froidement Geleerde, l'aura de la féline devint étrangement sombre et son ton, bien plus mature qu'habituellement.

- Je connais cette citée bien mieux que toi, élue. Tu ne sais pas de quoi un natif de Manshe est capable de faire... Je ne dirais rien. Ni à toi, ni à ses enfoirés de soldat.

- ... Mauvaise réponse.

Un coup précis vers la nuque - tout comme avait pu le faire Qrow auprès du soldat - et la change forme perdit à son tour connaissance. La rattrapant, Geleerde la porta sur son épaule sans réelle difficulté, avant de poser son regard vers son compagnon du jour.

- Notre mission se termine ici. Ramenons les prisonniers et la poudre.  




Dernière édition par Geleerde le Mer 14 Déc - 20:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Fangs and Feathers   Mer 14 Déc - 20:13





MUSIQUE


Musique complète (parole en fr)

Je ne saurais dire pourquoi, mais mes dernières paroles se répètent dans ma tête. Comme s’il manquait quelque chose. Comme si j’avais manqué une donnée importante de la situation de Shun. J’ai prononcé mes incriminations. J’ai prononcé mon jugement. J’ai prononcé la sentence qu’il aurait eue à Wyvard. Mais pourquoi ai-je comme l’impression que c’est… injuste ? Ses actes ont causé la mort de plus d’une cinquantaine de personnes, quand il aurait pu facilement empêcher cela. Il aurait pu combattre, demander de l’aide, fuir ou se donner la mort. Mais au lieu de cela, il a succombé à la peur. Il mérite de mourir. Pour le bien de tous. Pour avoir laissé des portes ouvertes au Mal dans le cœur des familles des victimes.

Le Mal…


Ce monde en est dénué. Durant mes rares périodes de prospection sur l’histoire de Kosaten, aucun fléau semblable n’a remonté jusqu’à mes oreilles. Cette abomination prend place dans le cœur des gens en proie à une trop forte émotion. Elle donne des capacités monstrueuses aux pauvres possédés tout en les rendant fous. Être bloqué dans un corps qui ne vous écoute plus… J’avais déjà expérimenté le Mal. Je sais ce que cela fait. Je ne veux pas que cela se reproduise. C’est peut-être pour cela qu’en cinq mille ans, j’ai fait en sorte que les lois des pays se durcissent. Pour punir les criminels qui amènent indirectement le Mal chez la population. Les sanctions sont lourdes, mais efficaces. Rares sont les meurtres et les viols, à Hénoch ; et encore moins à Wyvard.

Mais dans ce monde qui n’a rien du mien… Est-ce la bonne solution ? En dehors de toute considération de juridiction, mes lois peuvent-elles s’appliquer ici ? Ont-elles seulement une raison d’exister ?

Perdu dans mes pensées, je ne capte que la fin des jérémiades de la femme chatte. Assommée par Geleerde, je la regarde perdre connaissance. Une dure à cuir, qui semble néanmoins savoir comment s’y prendre dans des milieux hostiles.

- C’est enfin fini… Ce fut une journée… Enfin deux jours… Épuisants. Bon travail.

Je chasse toutes mes considérations de mon esprit. Je n’ai pas encore matière à juger de la pertinence de mes lois, moral ou judiciaire, à Kosaten. Ce que je peux faire pour l’instant, c’est amener les coupables devant la justice locale. Je me saisis donc de Shun que je fais passer par-dessus mon épaule, tandis que j’avance vers Ikki pour l’attraper par le col. Les soulevant assez aisément, je me dirige alors vers la sortie.

***


- Ça alors… Shun… Qui aurais cru que ce petit vermisseau nous… Quel… Comment il a pu… Raaah !

Visiblement choqué, je fais signe au soldat de garde de s’asseoir quelques instants.

- Non, non ! Il faut les mettre derrière les barreaux tout de suite et allez réveiller le capitaine… Mon dieu… Dans quel pétrin il s’est mis le…

Après un profond soupir, le soldat nous montre la direction à des cachots, sous la caserne. Très serrés, un lit et des sanitaires se bataillent l’espace des cellules. Chacun eut droit à sa propre « chambre », tandis que le taulier prit soin de bien vérifier les serrures et les protections anti-magies. Nous remontons tout de suite après pour trouver le capitaine et le soldat.

- Élus… On m’a mis au courant… Je suis désolé pour tout cela. Et je vous remercie grandement pour votre contribution. Je ne tarirai pas d’éloges vous concernant dans mon rapport de mission. Ceci dit, puis-je vous demander un service que ma hiérarchie apprécierait ?

Honteux, l’homme ne nous regarde pas dans les yeux. Évidemment, j’ai deviné de quoi il s’agissait. Quel déshonneur pour le corps armé d’un pays que de compter des traitres en ses rangs ? Surtout quand la force militaire était moindre.

- Pourriez-vous éviter de parler du Caporal Shun à l’extérieur ? Du moins, avant que l’information soit officiellement rendue publique…

- Ne vous n’inquiétez pas. Du moment qu’il soit jugé pour ses crimes…

Le capitaine attend la réponse de la louve avant de continuer.

- Oh et je vous remercie aussi d’avoir capturé Temme. Cette receleuse à beaucoup à expier… et à avouer. Bref, je ne vous retiens pas ; nous avons déjà envoyé des hommes fouiller les lieux. Tenez.

Il nous tend deux bourses, moyennement rempli de pièce d’or. J’en prends une, sans hésiter. Tout travail mérite salaire.

- Oh et euh… N’y voyez pas un achat de votre silence. Je vous aurais versé cette somme de toute façon.

L’idée ne m’était pas passée par la tête. Une fois la récompense embauchée, je sors de la caserne pour admirer le ciel étoilé quelques instants. Je commence à avoir sommeil. Il vaut mieux aller dormir un peu avant de repartir. Mes yeux se posent sur Makoto et Zenjiro qui arrivent en hâte.

- On a appris pour votre exploit ! Bravo à vous !

Ces derniers vont à la rencontre de Geleerde. J’échange moi aussi des félicitations avec elle et des remerciements aux fouilleurs d’égouts.

- Eh bien, Geleerde, ce fut un plaisir de travailler avec vous. Je sais que nous sommes parties du mauvais pied. Très honnêtement, beaucoup de points restent à discuter… Mais je ne me sens pas d’en débattre maintenant. Si vous passez par Tokonatsu, n'hésitez pas à venir me voir. Demandez la ferme de Rovert, il saura où me trouver.


Sur ces mots,  c’est le regard plein de fatigue et le corps plein de douleur que je quitte mes compagnons. Je trouverai une auberge pas loin, ou un arbre. Mmh, un arbre parait plus intéressant.



Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

-



MessageSujet: Re: Fangs and Feathers   

Revenir en haut Aller en bas
Fangs and Feathers
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» CK002 - Les Herboristes de Kumo [1]
» Feather, un oiseau haut en couleur !
» Une tête de piaf' arrive ♪ || Diaval Feathers, étoile, rêveur et baby-sitter à temps plein
» Erlendur ✞ God hates fangs

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Manga Multiverse ::  :: République de Minshu :: Capitale de Kansei-


Crédits : Design : Phoenix & Pingouin Règlements & Contexte : Phoenix
Forum optimisé pour Google Chrome.