Partagez | .
le courage d'oser l'hostilité [aki]
Messages : 1764
Yens : 125
Date d'inscription : 29/12/2014

Progression
Niveau: 92
Nombre de topic terminé: 35
Exp:
4/6  (4/6)
avatar
Rumaki Oshigato マ Maman de Fuyu マ

-



MessageSujet: le courage d'oser l'hostilité [aki]   Mer 23 Nov - 21:51






Hésitation


Ce rp se passe une à deux semaines après le rp sur les routes commerciales avec Jason. Haïko a maintenant environ 15 mois



Voilà. J'y étais. J'avais atteint la limite de ce qui m'était connu. Encore un pas et j'entrai dans un territoire que je désirais beaucoup connaître, mais qui me faisait peur. J'en avais beau coup entendu de bien, par Mei, Kamatari ou d'autres, mais je n'osais avancer mes jambes pour y pénétrer. Debout, regardant l'horizon, j'hésitais. Je me demandais ce que je devais faire. Avancer ou renoncer ? Etait-ce le bon moment ? Le vent portait lentement mes cheveux qui ondulaient, ma respiration était calme, mais cachait une grande appréhension. J'allais entrer chez mon ennemi. Enfin... je devrais dire l'ennemi de la marque qui ornait ma hanche depuis plus de deux ans et demi...

Qu'allais-je y trouver ? De l'accueil ? Du rejet ? Comment allaient-ils prendre ma venue ? Haïko dormait dans mon dos et me rappelai sans cesse, comme l'avait dit ma chère Mei, pour qui je me battais. Pour qui j'avais fait tout ce chemin. Oui, mais il m'accompagnait... quelque part, je le mettais aussi en danger si je décidais de fouler le sol de Seika. N'était-ce pas un grand risque ? J'étais tendue, je ne pouvais pas le nier, mais mon cœur désirait vraiment franchir ce cap, continuer l'objectif que je m'étais fixée avant la naissance de mon protégé. Ma main serra d'elle-même la croix chrétienne que je portais toujours dans ma poche. Cela faisait un bon moment que je n'avais pas exécuté ce geste, et il me fit du bien. Il me remit à l'esprit que quelque part dans mon cœur, il existait toujours cette flamme qui me protégeais. Elle était faible ici-bas, mais elle était présente, je le savais.

Après de longues minutes à scruter le début des terre du Phénix, je jetai un dernier regard en arrière, comme si c'était la dernière fois que je voyais le paysage des territoires neutres, puis je fis le premier pas. Ma tension n'était pas retombée, au contraire, elle s'accentua. Je faillis reculer, mais fis preuve de courage pour continuer et affronter mon nouveau défi. Un pied devant l'autre, je foulai ces terres inconnus et me paraissant hostile de part mon appartenance au dragon.

Calme-toi Rumaki, tout va bien se passer. Ils ne sont pas comme à Fuyu...mei te l'a dit... me murmurai-je sans cesse pour tenter de me rassurer.

Je progressai ainsi lentement pendant une petite demi-heure, ne découvrant que de la roche et une chaleur que je n'avais plus ressentie depuis bien longtemps. Habituée depuis quelques temps à des températures glaciales, le changement me parut bien extrême. J'avais l'impression d'être entré à nouveau dans un univers parallèle.

Restait à savoir si j'allais y survivre...



Revenir en haut Aller en bas
Messages : 2330
Yens : 1148
Date d'inscription : 07/08/2015

Progression
Niveau: 213
Nombre de topic terminé: 102
Exp:
15/24  (15/24)
avatar
Aki Nishiie ¦ Justicière ¦

-



MessageSujet: Re: le courage d'oser l'hostilité [aki]   Sam 26 Nov - 19:15




Le courage d'oser l'hostilité



feat.Rumaki :3



Aki rajusta lentement le foulard blanc qui couvrait ses cheveux flamboyants, le rabattant sur son front pour protéger celui ci des rayons insupportables du soleil. Ce n’était plus le désert brûlant, mais comme auparavant, la chaleur n’était atténuée par aucun arbre ou végétation assez grande (et assez pacifique) pour pouvoir la protéger des traits ardents que répandait autour de lui l’astre solaire. Son corps la prémunissait de bien des choses, mais l’insolation n’en faisait pas partie, même si sa résistance était bien au dessus de la moyenne. C’était comme toujours ses recherches qui l’avaient menés jusque là, même si cette fois ci, la raison était bien spécifique, elle avait besoin de mener des expériences avec Mizu, raison pour laquelle Mune n’avait pas été invité à les suivre et se contentait de veiller sur sa fille à Chikai. Orina … Elle manquait à Aki à chaque fois que celle ci quittait l’enceinte de Chikai sans elle. Mais depuis l’attaque de Handa, il était absolument impensable de lui faire de nouveau courir un tel risque. Elle devait rester plus prudente que jamais, et ce voile clair l’aidait grandement à camoufler sa couleur de cheveux qui la rendait reconnaissable entre milles. Elle avait décidé de faire ce trajet à pied, laissant également Murmure, l’étalon aux crins sombres, dans la petite écurie en bois qu’elle avait fait construire à l’arrière de leur manoir, tout en dédommageant une de ses amies infirmières qui était ravie de pouvoir s’en occuper tous les jours, même si elle lui avait confié être grandement effrayé par son vampire de fiancé.

Doucement elle soupira en tâtant sa gourde. La rivière n'apparaîtrait que lorsque le soir serait venus selon ses estimations, et d’ici là il fallait qu’elle économise précieusement chaque goutte. D’un geste elle chassa une mèche de cheveux trempée de sueur de son front, la rejetant derrière son oreille, et cachant ainsi tout ce qu’il pouvait y avoir de roux autour de son visage. Mizu trottinait tranquillement derrière elle, consciente qu’elle devrait bientôt faire quelque chose qu’elle n’avait jamais osé envisager, et qui la terrifiait, au plus haut point. Elle ne connaissait pas les comportements que cela engendrerait, et elle ne pouvait que se ronger les sangs à ce propos.

Tout à coup, une vision inhabituelle se présenta à ses yeux, inhabituelle pour l’endroit bien sûr, dans la majorité des lieux, voir une femme et son enfant se promener, ou s’arrêter pour chercher leur chemin, ce n’était pas plus extraordinaire que cela. En revanche, en plus de l’incongruité de trouver un bébé dans des terres aussi désolé, et souvent aussi hostiles, un détail la frappa immédiatement. Un sceau. Cette jeune femme portait un sceau, et l’enfant qu’elle protégeait également. Un bébé avait il été emmené en Kosaten par les dieux ? Ou alors … Etait ce son enfant ? L’enfant d’une élue? Les yeux brillants, la rouquine s’approcha d’un pas déterminé (mais pas trop rapide, afin de ne pas l’effrayer, car il était clair qu’elle n’était pas à l’aise) vers la nouvelle venue, jusqu’à atteindre une distance suffisante pour discerner les traits de son visage.

C’était une belle femme, assurément, aux contours fins et délicats, et aux yeux pleins de douceur. Une personne pour laquelle Aki se sentit immédiatement prise d’affection. Quant à son bébé, il était difficile de le distinguer dans les langes qui l’entouraient, mais il était assurément aussi mignon que pouvait l’être un enfant de cet âge là. En revanche, la chaleur devait être pour lui une véritable épreuve, et sa … protectrice devait avoir une bonne raison de l’avoir emmené jusqu’ici.

Excusez moi mademoiselle, vous et votre bébé ne devriez pas traîner dans les environs. En plus des plantes carnivores, j’ai peur que le soleil ne fasse trop de mal au bout de chou que vous tenez dans vos bras. Pourrais je vous aider ? Vous m’avez l’air perdue.

Elle arborait un sourire amical, se demandant de quelle nation était cette élue. Malgré tout son refus de catégoriser les gens parce qu’ils appartenaient au royaume du dragon, ils étaient en guerre, et il valait mieux éviter de se faire attaquer parce qu’elle était elle même une élue de Seika.


Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1764
Yens : 125
Date d'inscription : 29/12/2014

Progression
Niveau: 92
Nombre de topic terminé: 35
Exp:
4/6  (4/6)
avatar
Rumaki Oshigato マ Maman de Fuyu マ

-



MessageSujet: Re: le courage d'oser l'hostilité [aki]   Mer 30 Nov - 15:43






Stress



Le climat avait radicalement changé depuis le début de notre voyage. Passant de températures glaciales à bouillante. Le chemin construit en pierre accentuait cette sensation en renvoyant les rayons du soleil sur nous. Pour la première fois depuis bientôt 3 ans, je pus enlever les manches longues et afficher une tenue plus légère. Mon sac fut rempli par ma grande veste et toutes les affaires qui habituellement était sur moi. Toujours le bébé au dos et le sac en bandoulière, je commençais à fatiguer. Tout ce poids à transporter m'épuisait, et je songeais de plus en plus à faire une pause.

C'est là que je vis une personne dont la tête était entourée d'un drap blanc s'approcher de moi. Si je ne pouvais pas savoir grand chose d'elle, je pouvais sentir une aura plutôt imposante, comme si... comme c'était une élue... était-ce ma peur qui me faisait automatiquement penser au pire ou Est-ce que mon intuition était bonne ? J'étais incapable de le dire, malgré un fort soupçon. J'en vins alors à souhaiter qu'elle ne fasse que passer. Je ne voulais pas avoir de problème. Me mordillant la lèvre, j'étais tendue, et j'espérais intérieurement qu'il ne se passe rien. Malheureusement, plus les secondes avançaient, plus je vis que ça n'allait pas être possible.

Enfin, la sanction tomba. La jeune dame me parla. Elle semblait bien gentille, je pouvais le sentir, mais j'avais peur. J'étais tellement obnubilée par ma marque que je prenais tout le monde pour un potentiel danger. Du coup, quand elle m'adressa la parole, je devins toute rouge en la regardant. Que devais-je faire ? M'attarder ? Continuer ? Avait-elle de bonnes intentions ? Je fuis son regard en bredouillant.

Euh... non... je vous remercie... euh... ça va aller...

Elle avait quand même parler de plantes carnivores, ce n'était pas anodins. Intérieurement, je savais que j'étais une ninja, donc je devais pouvoir m'en sortir sans trop de problèmes, mais je ne pouvais pas le lui dire. Elle ne devait pas savoir mon statu et encore moins ma nation. Du coup, il fallait que je trouve une excuse pour l'ennemi qu'elle mentionnait. Toujours perdue face à elle, je continuai d'articuler comme je le pouvais.

Euh... pour les plantes.. euh... je... je les éviterai merci... et pour mon fils...euh... généralement, un petit chapeau comme il a s...suffit... je... je ferai une pause à l'ombre... euh... merci...

Je n'avais jamais autant bégayer, mais me savoir en territoire ennemie me rendait très anxieuse, ce qui prenait le dessus sur ma raison...



Revenir en haut Aller en bas
Messages : 2330
Yens : 1148
Date d'inscription : 07/08/2015

Progression
Niveau: 213
Nombre de topic terminé: 102
Exp:
15/24  (15/24)
avatar
Aki Nishiie ¦ Justicière ¦

-



MessageSujet: Re: le courage d'oser l'hostilité [aki]   Mer 30 Nov - 16:17




Le courage d'oser l'hostilité



feat.Rumaki :3



Pourquoi tant d’angoisse chez cette jeune femme ? Elle bredouillait, fuyait le regard pourtant sympathique de la rouquine, cherchait très visiblement à quitter la conversation. En soit, Aki n’aurait sans doute pas dû insister, et c’est ce qu’elle aurait fait, la majeure partie du temps. Mais la vision de cet enfant, ce tout petit bébé, l’attendrissait hautement, et de plus, elle était intrigué de voir pour la première fois un véritable bébé portant un sceau, et étant donc techniquement un élu ! Elle ne pouvait pas laisser cette chance de savoir si … avoir des enfants entre élus était possible. Elle ne fit que sourire encore plus tout en détachant le filin de corde qui maintenait sa gourde à sa ceinture pour le tendre à la jeune femme.

Vous êtes certaine ? Je ne vous conseille vraiment pas de vous perdre dans les parages !

Quelque chose cependant, interrompit le geste de l’archère. Son … fils! Son fils ! C’était donc une élue qui avait fait un enfant ! Etant donné la puissance qui émanait d’elle, elle était ici depuis un certain temps, clairement, et son bébé était encore si jeune … Elle avait eu un enfant sur Kosaten ! Non, décidément, elle ne pouvait pas laisser passer cette chance ! Aki avait envie de s’approcher pour voir le petit être, mais ne voulait clairement pas brusquer cette jeune femme, qui avait l’air si tendue.

Votre fils est magnifique, il as quel âge ? Comment s’appelle t-il ? Enfin excusez moi, rigola doucement la guérisseuse. C’est juste que … vous m’avez l’air d’une personne sympathique, et habituellement, je ne laisse pas les personnes sympathiques dans l’embarras. Je m’appelle Aki Nishiie, guérisseuse à la capitale, et vous ? Vous avez une raison particulière de traîner dans les environs avec lui ?

Elle avait beau essayer de ne pas se montrer trop intrusive, c’était réellement difficile. La curiosité la tannait, et malgré toute la prudence dont elle voulait faire preuve, elle mourrait d’envie d’inviter cette mère et son enfant à boire un verre dans un endroit plus frais et de discuter avec elle jusqu’à comprendre ce qu’une élue seule faisait avec son fils ,élu lui aussi. Certes, la Nishiie aussi avait une fille, une jeune homonculus du nom de Orina, mais celle ci n’était pas sa fille biologique, juste une enfant perdue que l’archère avait voulus adopter en compagnie de son fiancé vampire.

La renarde, quant à elle, se tenait à une distance respectable de la conversation, tournant en rond en attendant qu’elles puissent enfin reprendre leur route. Comme toujours elle haïssait les humains. Comme toujours, l’amie des animaux parlait à une humaine et cela l’agaçait au plus haut point. Était elle à ce point importante pour retarder leur entraînement ? Sérieusement ? Cependant, voyant le regard de la Seikajin, elle n’avait pas osé poser son regard glacé sur l’étrangère, de peur de la faire fuir et que l’élue du phénix lui en tienne rigueur.

Un léger courant d’air détacha les liens peu solides du foulard de la jeune femme, rabattant ses longs cheveux roux sur son visage. Soupirant légèrement, celle ci ramena méthodiquement chaque mèche derrière ses oreilles avant de nouer à nouveau le bout de tissus.

Quoi qu’il en soit, je vous déconseille vraiment de traîner ici. Il y as un petit village au fond d’un canyon, vers le Sud, ils profitent de l’ombre des falaises et d’un ruisseau qui y coule, c’est assez agréable.


Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1764
Yens : 125
Date d'inscription : 29/12/2014

Progression
Niveau: 92
Nombre de topic terminé: 35
Exp:
4/6  (4/6)
avatar
Rumaki Oshigato マ Maman de Fuyu マ

-



MessageSujet: Re: le courage d'oser l'hostilité [aki]   Dim 4 Déc - 11:02






Méfiance


La nouvelle-venue insista. Elle désirait vraiment en savoir plus sur moi, et je me demandai bien pourquoi. Pourtant, avoir un enfant avec soi n'était pas si rare que je sache... Et puis, elle ne connaissais pas mon statu d'élu, alors elle ne pouvait pas montrer un intérêt comme le ninja de l'akatsuki l'avait fait. Pourquoi avait-elle autant de question à me poser ? Ce n'était pas que je refusais à répondre par orgueil, j'étais à des lieux de ce caractère mais... j'étais en territoire ennemi, et tous les mots que je pouvais prononcer pouvait se retourner contre moi, alors... que devais-je répondre ? Après quelques secondes d'hésitation, je pris la gourde qu'elle me tentait, un peu méfiante, plus par politesse que par envie. Je n'osai en boire une goutte, de peur qu'il ne m'arrive quelque chose de mal. Je ne voulais pas froisser la jeune femme, mais je ne pouvais pas accepter son cadeau, ça me faisait trop peur.

Puis, elle prononça un prénom, qui me fit réagir malgré moi. Aki... Aki nishiie ! Kamatari n'en avait parlé il y a quelques temps de cela. Avais-je devant moi la seule personne à qui je pouvais faire entièrement confiance d'après le jeune homme ? ça avait l'air pourtant trop facile. Faire quelques pas dans les territoires d Phénix et tomber comme par hasard sur elle, qui en plus est venue d'elle-même vers moi ? On croirait un rêve, et vu la chance que j'ai eu jusqu'à  maintenant sur Kosaten, ça passait un peu d'un extrême à l'autre... non ça ne pouvait pas être elle. Pourtant, lorsque le vent se leva, je vis très clairement de grands cheveux roux et des yeux verts. Comme la description de l'élu de Fuyu. Tout coïncidait. Etait-ce donc vrai ?

Quoiqu'il en soit, celle qui se présentait sous le nom que je recherchais me proposa une auberge. Etait-ce un piège ? Je regardai la gourde que je n'avais toujours pas bu, alors qu'intrinsèquement j'en avais bien envie, puis Aki, puis je fuyai à nouveau son regard.

Je... je préférerais pas... je... ne me sens pas trop à l'aise quand il y a du monde...  


Surtout des seikajin quand on est soi-même fuyujin. Je pris tout de même le temps de réfléchir à des réponses quant au bébé. Les dévoiler n'allait probablement pas mettre ma couverture de civile en danger. Du moins si je n'en disais pas trop. Alors, finalement, je me lançai.

mon fils a environ 15 mois, il commence à marcher. Il s'appelle euh... Haïko... et je viens ici pour euh... visiter...

J'omis volontairement de dire mon prénom, de peur qu'elle sache qu'une Rumaki de Fuyu existait. Je contrastait avec cette nation froide, mais elle n'en savait peut-être rien. Qand j'aurai la conviction que j'avais bien devant moi Aki nishiie de Seika, alors j'allais pouvoir me détendre, mais pour l'instant, je restais sur la défensive.




Revenir en haut Aller en bas
Messages : 2330
Yens : 1148
Date d'inscription : 07/08/2015

Progression
Niveau: 213
Nombre de topic terminé: 102
Exp:
15/24  (15/24)
avatar
Aki Nishiie ¦ Justicière ¦

-



MessageSujet: Re: le courage d'oser l'hostilité [aki]   Dim 4 Déc - 14:25




Le courage d'oser l'hostilité



feat.Rumaki :3



Encore une fois, la rouquine remarqua que quelque chose n'allait pas. Pourquoi autant d'inquiétude ! D'autant plus que, habituellement, lorsqu'elle se présentait, les gens devenaient plus sympathiques ! Elle haussa légèrement les épaules, ne pas aimer les grand rassemblements, elle avait connus cela également lorsqu'elle était arrivé en Kosaten. Ce n'était pas vraiment qu'elle était asociale, mais plutôt que cela faisait très longtemps qu'elle n'avait pas connus de telle affluence, avec le temps elle s'était de nouveau habituée aux contacts humains et se mettait même à apprécier les auberges et leur atmosphère. Au final, elle s'était rendus compte que la quantité de gens rendait chaque individu beaucoup plus discret, il n'y avait aucun endroit plus approprié pour se faire oublier. Cependant, elle ne pouvait pas nier comprendre la jeune femme face à elle, puisqu'elle aussi avait ressentis ces blocages par le passé.

Je comprends bien en effet, trop d'affluence peut être effrayant, pour votre fils également.

Voyant que la jeune femme aux longs cheveux noirs ne se décidait toujours pas à boire, la rouquine leva un sourcil interrogateur. Elle se méfiait donc à ce point ? Si c'était légèrement vexant, cela lui rappelait aussi de vieux souvenirs. Le temps où elle n'était pas connue, le temps où, pour tout le monde, elle n'était qu'une jeune élue de Seika qui avait tout à prouver. C'était assez nostalgique, et étrange à la fois. Sa célébrité lui donnait de nombreux avantages, mais aussi beaucoup d'inconvénients qui la fatiguaient régulièrement.

Ne vous en faites pas, c'est de la bonne eau, un peu chaude tout au plus. Cela dit vous avez bien raison d'être méfiante, par les temps qui courent. Si cela peut vous rassurer je peux en boire avant vous.

Elle tendit la main pour reprendre sa gourde et ainsi lui prouver sa bonne foi. Bon, en réalité, il y aurait beau y avoir un poison à l'intérieur, il n'affecterait en rien la Nishiie, mais cela, elle n'avait pas besoin de le savoir, du moment que ça suffisait à la rassurer. Si jamais la mère du bébé acceptait de la lui rendre, elle y boirait une longue goulée avant de la lui donner de nouveau en souriant.

Enchantée Haïko alors, ajouta t-elle en riant, même si ta mère semble ne pas avoir de me donner son nom.

Elle adressa un clin d'oeil au nourrisson qui ne devait certainement en avoir absolument rien à faire, avant de se retourner de nouveau vers sa génitrice, l'air un peu plus sérieux.

Il est généralement très intelligent de ne pas accorder sa confiance à n'importe qui, et je ne peux que comprendre votre peur de me donner des informations que vous craignez sans doute que je retourne contre vous, mais en temps de guerre, ne rien dire risque surtout de vous attirer des ennuis. Ce n'est pas une menace, je n'ai personnellement aucune crainte à votre égard, et quel que soit l'endroit d'où vous veniez où les raisons qui vous poussent à être ici aujourd'hui, ce ne sont bien sûr que vos affaires, et pas les miennes. Mais de nombreuses personnes en ce pays ne pensent pas comme moi, et ils risqueraient de vous brutaliser afin d'obtenir de vous ce qu'ils désirent, soit une preuve que vous êtes du côté qu'ils estiment être le leur. Peut être que l'influence d'une personne en qui ils ont confiance pourrait vous aider à préserver l’identité à laquelle vous semblez tant tenir, mais je ne pourrais pas vous aider si je ne sais rien de vous. Vous n'avez bien évidemment aucune raison de me croire, mais je peux personnellement vous garantir qu'à moins que vous aimiez causer la souffrance, ou que vous soyez ici dans le but de tuer ou d'aider à faire tuer d'autres personne, je n'aurais strictement rien contre vous.

C'était une élue, et sa méfiance donnait beaucoup d'indices sur sa provenance, à moins qu'elle ne se trompe complètement, il y avait fort à parier qu'elle venait de Fuyu. C'était assez inquiétant, mais des personnes comme Kaede lui avaient prouvé par le passé qu'ils n'étaient pas forcément tous malveillants,. Sauf que, lui révéler qu'elle le savait ne ferait que paniquer plus encore cette jeune inconnue !


Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1764
Yens : 125
Date d'inscription : 29/12/2014

Progression
Niveau: 92
Nombre de topic terminé: 35
Exp:
4/6  (4/6)
avatar
Rumaki Oshigato マ Maman de Fuyu マ

-



MessageSujet: Re: le courage d'oser l'hostilité [aki]   Mar 6 Déc - 20:42






Adoucissement



Cette jolie femme inspirait de plus en plus la confiance. Par ses gestes, ses paroles, en bref, sa façon d'être devant moi émanait une douceur qui me ressemblait. Elle tentait réellement de me rassurer, et je trouvais ça très touchant de sa part. Sans vraiment pouvoir l'expliquer, plus je dialoguais avec elle, plus ma peur s'en allait. Avais-je vraiment Aki Nishiie devant moi ? Cela semblait de plus en plus être plausible. Quand elle me prit la gourde des mains, je ne résistai pas et le vit boire. Je l'observai en silence, encore intimidée. Je repris le récipient qu'elle me tentait, et avec quelques hésitations, je finis par en boire une gorgée. Si elle en avait bu, elle n'avait pas eu le temps d'y ajouter quelques choses de néfastes. Seul un anticorps qu'elle aurait déjà en elle pourrait m'induire en erreur. Mais étrangement, à cet instant, je ne crus pas à cette version.

Elle parlait vraiment avec sagesse, et je me sentis un peu mieux à ces côtés. J'avais toujours peur, je devais l'avouer, car l'image de mon bébé qui m'échappait des bras, attiré par le ninja de Fuyu me restait en tête, et je n'avais aucune envie que ça se reproduise. J'avais promis à cet enfant que c'était la dernière fois qu'il était ainsi menacé. Alors j'avais tendance en ces territoires que je pensais hostiles, à prendre vraiment des précautions. L'eau qui traversa mon cou me rafraîchi un peu et me fit du bien. Je n'en bus pas beaucoup, d'une part pour ne pas abuser de l'apparente gentillesse de la rouquine, mais aussi pour éviter d'avoir trop d'éventuels produits toxiques dans le corps. Une fois finie, je lui rendis la gourde et affichai un début de sourire timide.

Vous... vous vou appelez vraiment Aki ? Je veux dire... ma question peut paraître farfelue, mais... un ami m'a parlé d'une personne aux cheveux roux portant ce nom, qui habite ici, et j'avais beaucoup envie de la rencontrer, car il m'en a dit beaucoup de bien. Mais j'ai peur de tomber sur une autre personne.


Puis, je me concentrai énormément pour mentir, chose que je faisais pour ainsi dire jamais. Kamatari m'a dit que c'était indispensable en arrivant ici, et que j'allais pouvoir cacher mon rôle d'élu si je faisais bien attention. Je tentai d'avoir l'air le plus possible d'une civile lambda, venue du Nord.

Voyez-vous, je suis une civile de Fuyu, et je sais qu'ici, on déteste ce genre de personne, à mon grand regret. Alors... c'est la raison qui me rend distante avec vous... j'espère que... que vous comprenez.

Par ce biais, j'espérais avoir un signe, un indice, quelque chose qui puisse me convaincre que je ne faisais pas une bêtise en dévoilant ma nation. Je prenais des risques, mais je m'étais jurée de devenir plus forte, et ça passait par là. Je ne pus dissimuler de légers gestes d'anxiété, mais tus encore mon nom, même si elle me le demanda de façon indirect en s'adressant à mon enfant. C'était très ingrat de ma part, mais je voulais m'assurer de l'identité de la personne en face de moi avant de le dévoiler.



Revenir en haut Aller en bas
Messages : 2330
Yens : 1148
Date d'inscription : 07/08/2015

Progression
Niveau: 213
Nombre de topic terminé: 102
Exp:
15/24  (15/24)
avatar
Aki Nishiie ¦ Justicière ¦

-



MessageSujet: Re: le courage d'oser l'hostilité [aki]   Mer 7 Déc - 16:32




Le courage d'oser l'hostilité



feat.Rumaki :3



Un sourire se dessina sur le visage de la rouquine lorsque la jeune femme accepta enfin de boire à sa gourde. Enfin elle réussissait à avoir un peu de confiance en elle, c'était un pas en avant dans leur discussion. Suite à quoi, elle lui demanda confirmation sur son nom, parlant d'un ami qui lui avait visiblement parlé d'elle. Qui cela pouvait il bien être ? Elle connaissait beaucoup de monde en Kosaten, mais qui lui faisait assez confiance pour ainsi la ''conseiller''à quelqu'un d'autre ? Il y avait bien Natsume, mais elle voyait mal le jeune homme beaucoup trop énergique convaincre cette jeune femme de sa bonne foi, d'autant plus qu'il était à Seika aux dernières nouvelles, à moins qu'il ait déjà regagné les plaines de Minshu ? Il y avait également Matsuo, mais celui ci n'avait pas donné de nouvelles depuis longtemps, Aki espérait d'ailleurs qu'il se portait bien. Ieta, Kamatari et Jason restaient les dernières personnes les plus probables. Elle hocha doucement la tête.

Oui, c'est bien moi, mais à vrai dire, si vous ne m'avez pas crus la première fois, que je vous le dise de nouveau ne change pas grand chose. Si vous me permettez, quel est le nom de votre ami ? Si c'est une connaissance commune que nous avons, je pourrais peut être vous prouver ma bonne foi !

Elle avoua ensuite être une civile de Fuyu. Civile ? Non sans doute pas. Mais à vrai dire, peu de personnes étaient capables de détecter les sceaux, il était normal qu'elle pense que son mensonge passerait. Soit, c'était une tromperie largement acceptable. Kamatari lui même se faisait passer pour une native, chose d'autant plus complexe étant donné qu'il était un homme. Dans un monde comme celui ci, tant qu'on n'avait pas fait l'erreur de la Nishiie de s'être trop fait connaître en tant qu'élu, il était toujours plus prudent de dire que l'on ne l'était pas, d'autant plus qu'elle avait un enfant à sa garde, et qu'il devait représenter pour elle milles fois plus que sa propre vie, tout comme Orina représentait beaucoup plus pour l'archère que qui que ce soit d'autre. Et ce Pain et cette créature avait essayé de s'en prendre à elle parce qu'elle était sa fille ! Ils méritaient la mort. La mort pour cela.

Je comprends parfaitement. Mais vus que vous êtes une civile, rien ne dit sur vous d'où vous venez n'est ce pas ? Vous pouvez prétendre être une fermière de Minshu, ou une native des territoires neutres fuyant jusqu'ici pour être protégée par l'empire. Je sais qu'il est parfois difficile de mentir, mais les gens d'ici, et votre ami avait raison de vous le dire, sont souvent bien trop bornés. Ils pensent que parce que vous avez eu le loisir de naître ailleurs que chez eux, vous êtes plus mauvais qu'eux. Au final nous sommes tous humains, et vous devriez avoir le droit de vous affirmer telle que vous êtes, mais la loi du monde vous force à mentir … Je vous aiderais si vous le souhaitez. Il vous feront plus confiance si je vous présente comme une connaissance. Si je peux me permettre, pourquoi êtes vous partie de chez vous ? Je ne sais pas trop comment c'est là bas, ce qu'on raconte ici n'est pas toujours fiable, mais on dit que le gouvernement tyrannise ses sujets. Du peu que j'y suis allé, cela ne me semblait pas être le cas, mais peut être qu'avec la guerre, les choses changent ? Quoi qu'il en soit, vous comptez donc dormir dehors ? Nous pourrions nous arranger, les nuits sont moins dangereuses à plusieurs.

Un autre sourire fugace traversa le visage de l'élue du phénix. A ses côtés, la renarde désespérait. Encore, et encore, l'amie des animaux ne cessait de lier des liens avec des humains risibles et ridicules au lieu de ne se vouer qu'à elle et à Mune. Certes, dans le passé, elle n'aurait même pas pensé au louveteau, absent aujourd'hui pour des raisons qui ne concernait que la soigneuse et la démone, mais aujourd'hui, il faisait partie de leur vie, comme la petite homonculus et … encore plus récemment … cet … alchimiste. Ah il lui en coûtait de l'avouer, mais depuis que la chasseuse et lui se connaissaient, cette dernière était beaucoup plus heureuse, et en plus de cela il lui avait sauvé la vie. Bref, elle avait finis par l'accepter, mais il en faudrait beaucoup pour qu'elle accepte quelqu'un d'autre. Il y avait eu Kachou, dans un passé lointain, cette épéiste qui la première avait réussis à se faire comprendre de la boule de poil, mais depuis, la plus grande majorité des humains continuaient à l'exaspérer au plus haut point. Remarquant que son regard se faisait de plus en plus insistant elle se retourna vers l'élue qui ne l'avouait pas.

C'est Mizu, ma compagne de voyage. Elle n'est pas très amicale avec les gens qu'elle ne connait pas, mais ne vous fera pas le moindre mal.


Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1764
Yens : 125
Date d'inscription : 29/12/2014

Progression
Niveau: 92
Nombre de topic terminé: 35
Exp:
4/6  (4/6)
avatar
Rumaki Oshigato マ Maman de Fuyu マ

-



MessageSujet: Re: le courage d'oser l'hostilité [aki]   Mer 14 Déc - 10:58






Je suis une civile



La rouquine devant moi affirma simplement être Aki Nishiie, mais avait visiblement bien conscience que simplement le dire ne suffirait à me convaincre complètement. Elle avait l'air vraiment gentille, attentionnée envers son prochain, comme je l'étais, et elle correspondait bien à la description rapide qu'en avait fait Kamatari. Mais loin de vouloir m'imposer sa version, la jolie femme me proposa de me dire le nom de la personne qui m'avait conseillé de venir la voir, afin de peut-être avoir une chose en commun à partager. L'idée n'était pas mauvaise, et étant donné que mon ami était déjà venu à Seika, sinon il ne m'en aurait pas dit du bien, je ne voyais pas vraiment de problèmes à le lui annoncer.

Mon ami s'appelle Kamatari.

Puis, la dénommée Aki me proposa une alternative pour tout de même aller dans une auberge. Il est vrai qu'en ce moment, je n'avais plus eu l'habitude de chaleur si haute depuis mes années à Fuyu, et je supportais de moins en moins l'étouffante température qui régnait ici. Pour mon bébé, ce devait être encore pire. Il n'était pas bon de lui faire subir ça plus longtemps. Je réfléchis un instant et me dit que si elle me croyait civil, elle allait forcément me sous-estimer, même si je n'étais pas une grande combattante. Alors j'avais l'avantage de la surprise. Une raison peut-être de se sentir moins menacée. Je lui affichai un petit sourire.

Pourquoi pas.

À ses questions sur Fuyu, je n'avais qu'à être honnête, car elle avait probablement déjà décelé des traits de mon caractère, et en avait peut-être déjà déduit que je ne ressemblait pas à une civile conquérante comme c'est le cas dans cette affreuse nation du Dragon.

Je suis partie de chez moi car je ne me sens pas à l'aise à Fuyu. Comme vous le dites, le dirigeant est très autoritaire et mes valeurs de vie ne coïncident pas du tout avec sa façon de régner. Il cherche à tout conquérir et j'ai peur que ses envies de puissance ne retombent négativement sur nous. Alors je suis venu voir comment c'était dans les autres royaumes. C'est la première fois que je sors depuis 19 ans que je vis ici, alors c'est la grande découverte. Peut-être y trouverai-je un meilleur endroit pour vivre avec mon fils.  

Quand elle me présenta son petit compagnon, je le trouvai de suite mignon. Je fis un pas vers lui, en affichant un sourire attendrit. Me mettant accroupie, je lui tendis doucement la main.

Salut, enchantée ma petite.



Revenir en haut Aller en bas
Messages : 2330
Yens : 1148
Date d'inscription : 07/08/2015

Progression
Niveau: 213
Nombre de topic terminé: 102
Exp:
15/24  (15/24)
avatar
Aki Nishiie ¦ Justicière ¦

-



MessageSujet: Re: le courage d'oser l'hostilité [aki]   Mer 14 Déc - 12:39




Le courage d'oser l'hostilité



feat.Rumaki :3



Kamatari, c’était le nom de son ami. Un grand sourire illumina le visage de la Seikajinn. L’élu de Fuyu était une personne tout à fait sympathique qu’il lui tardait de revoir depuis la dernière fois, dans la toundra boréenne, où ils avaient affrontés un dragon ensemble.C’était un des seuls élus que Aki considérait en ce monde comme un ami, et elle avait sans doute des choses à dire sur lui. Qu’est ce qui, à présent, ne serait ni trop personnel (comme son implication avec une élue de Minshu nommée Emily Grimbald qui vivait à présent chez la druidesse) ni trop facile à savoir, pour convaincre la jeune femme qu’elle avait face à elle.

Kamatari Honjo c’est cela ? C’est un homme qui se fait passer pour une femme, armé d’une grande faux, plutôt doué au combat et fort sympathique. Il n’éprouve aucune liaison envers sa nation, tout comme vous sans doute, et s’il vous a raconté l’endroit de notre rencontre, il aura très probablement parlé des territoires neutres, bien que nous nous soyons revus une fois à Fuyu. Pour ce qui est du reste, je ne sais pas trop ce que je suis en droit de vous dire, car c’est une personne qui garde beaucoup de secrets pour lui.

La Fuyujin accepta la proposition de l’élue du phénix, lui permettant ainsi de faire un pas de plus dans la confiance qu’elle lui vouait. C’était presque un exercice amusant que d’essayer de délier ainsi sa méfiance avec des arguments sensés et raisonnables. Au moins, elle pouvait également savoir qu’elle avait face à elle quelqu’un de réellement très prudent, ce qui n’était pas critiquable par les temps qui couraient. Elle lui expliqua ensuite les raisons de son départ, qui rejoignaient en grande partie ce que la rouquine avait soupçonné. Il fallait dire que la réputation de Fuyu n’était pas à faire, un dirigeant tyrannique qui n’hésitait pas une seule seconde à mettre en danger les habitants de son pays pour des raisons d’honneur et de conquête. Mais pourtant, au grand étonnement de tout le monde, ce n’était pas directement lui qui avait déclaré la guerre à Seika mais bien leur empereur pas si sympathique que ça qui avait décidé pour des histoires obscures en relation avec le titan des enfers de mettre en danger sa nation toute entière. Le jeu des alliances avait poussé le président de Minshu à se joindre à la guerre et à présent, la bataille planait au dessus de la vie de chacun, et tout le monde s’inquiétait pour sa vie et pour celle de ses proches.

Ce n’est pas beaucoup mieux ici. Même si personne n’est enrôlé de force dans l’armée, l’empereur Karui a manqué de discernement en déclarant la guerre pour des raisons qui m’ont semblé bien trop personnelles. Mais à vrai dire, je doute qu’il y ai un endroit sur Kosaten où il fasse bon vivre actuellement. Même les territoires neutres sont en dangers, tout le monde voudra s’approprier cet endroit pour augmenter sa puissance avant le moment fatidique. J’aurais voulus pouvoir vous rassurer et vous dire que vous trouverez ici la paix que vous cherchez pour vous et votre fils mais … j’espère avant tout que vous parviendrez à vous établir dans un endroit tranquille, loin des questions, de la peur et de l’agitation. Ce serait le plus raisonnable.

Lorsque la mère tendit sa main vers Mizu, la renarde recula d’un bond en montrant les dents. Elle aurait sans doute eu envie de lancer un coup de griffe dans la direction de cette impertinente, mais il y avait un bébé entre elles, et malgré toute sa haine des humains, la gardienne des arbres gardait une affection non dissimulée envers tout ce qui avait moins d’une douzaine d’année. Ce n’était pas pour rien qu’elle s’était entendue avec Orina, et ce n’était pas non plus pour rien que Rumaki venait sans le savoir d’échapper à la colère de la démone.

Je suis désolé, vraiment, elle a du mal avec notre ... race. Elle me laisse très rarement la caresser, alors je pense qu’il faudra malheureusement vous résoudre à ne pas la toucher. En temps normal, il y a également un petit loup avec nous qui s’appelle Mune et est beaucoup plus amical, mais il est resté chez moi, à Chikai pour protéger ma fille.

Elle sourit doucement en pensant à l’homonculus, lui envoyant toutes les pensées positives qu’elle pouvait de loin et sentant une chaleur autour de son doigt, là où était passé l’anneau qui transmettait toutes ses émotions à Tanith.


Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1764
Yens : 125
Date d'inscription : 29/12/2014

Progression
Niveau: 92
Nombre de topic terminé: 35
Exp:
4/6  (4/6)
avatar
Rumaki Oshigato マ Maman de Fuyu マ

-



MessageSujet: Re: le courage d'oser l'hostilité [aki]   Mer 21 Déc - 22:18






Relâchement


La rouquine me prouva en grande majorité qu'elle s'appelait bien aki en récitant une foule d'éléments qui correspondait à Kamatari, dont le plus flagrant, sa tendance efféminée totalement volontaire, qui peut avant mon accouchement m'avait beaucoup surprise. Bien entendu, cela ne prouvait pas à 100% qu'Aki Nishiie se trouvait devant moi, car elle n'était probablement de loin pas la seule à connaître l'élu de Fuyu, et beaucoup aurait pu tenir le même discours, mais à ce stade, je décidai de lui faire confiance. Elle m'avait témoigné assez de gentillesse pour que je cède. La mise en garde du ninja de l'Akatsuki résonnait encore dans ma tête, mais je ne voulais pas être trop méfiante, car si Aki se trouvait vraiment devant moi, alors je n'avais aucun risque à courir en restant en sa compagnie, et je voulais aussi rester moi-même et ne pas m'isoler sous prétexte que Kosaten est un monde ignoble. Je devais chercher les quelques âmes qui me ressemblaient pour tisser des liens et me permettre d'exister.

Pourtant, la description que je reçue de l'élu du Phénix quant à sa nation me refroidi un peu. Toute l'image que je m'étais faite de l'endroit s'assombrit. Apparemment, si le camps de Karui était moins répressif, il n'en restait néanmoins pas égoïste. C'est vrai que de façon surprenante, ce n'était ce rustre de Sul hei qui avait déclaré la guerre, mais bien le dirigeant d'une nation que juste qu'ici je croyais désireuse de paix. Est-ce que Karui avait des points communs avec le roi de Fuyu ? Je ne pus m'empêcher de tenter de trouver une réponse envers Aki.

Je vois sombre tableau... Est-ce que ce Karui ressemble à Sul Hei, à part au niveau de la souplesse concernant l'armée ?

Quand un peu plus tard, je tentai une approche avec son animal de compagnie, je dus essuyer un rejet plutôt marqué, accompagné bientôt par les explications de la rouquine. Je fus un peu frustrée mais je n'insistai pas. J'offris simplement un sourire amicale à la bête avant de me relever. Chemin faisant, je décidai d'un peu m'ouvrir à la rouquine.

Et que pensez-vous de cette guerre qui est à venir. En tant qu'élue, vous devez avoir une triste image de ce qui se fait ici, dans mon monde...


on statu d'élu était la seule chose que je pensais encore secrète. Je n'avais pas consciente qu'elle savait déjà tout.



Revenir en haut Aller en bas
Messages : 2330
Yens : 1148
Date d'inscription : 07/08/2015

Progression
Niveau: 213
Nombre de topic terminé: 102
Exp:
15/24  (15/24)
avatar
Aki Nishiie ¦ Justicière ¦

-



MessageSujet: Re: le courage d'oser l'hostilité [aki]   Sam 7 Jan - 19:54




Le courage d'oser l'hostilité



feat.Rumaki :3



Elle semblait déçue. C'était assez logique en soi. Elle avait fuis Fuyu pour trouver un endroit plus paisible, et voilà que Aki était en train de lui dire que ce n'était pas vraiment mieux que chez elle. Un sourire triste se dessina sur les lèvres de la rouquine alors qu'elle passait nerveusement sa main sur sa nuque. Elle aurait voulus pouvoir proclamer que le pays qu'elle défendait était le meilleur, et surtout qu'il était irréprochable, c'était faux, entièrement faux, et elle ne pouvait qu'être sincère envers elle même. Les raisons qui la poussaient à guerroyer n'étaient pas celles qu'auraient pus avoir d'autres. Elle ne voulait pas défendre l'honneur de sa nation, elle ne voulait pas défendre ses richesses, elle se fichait éperdument de son empereur. Non, ceux à qui elle pensaient, c'était les citoyens lambda, les gens qu'elle croisait tous les jours, dans les auberges, sur la route, à la capitale, ces personnes qui malgré tous leurs défauts, malgré leur intolérance, n'avaient rien fait de mal à personne, et se contentaient de désirer une vie simple, ou de vouloir réaliser leurs rêves : ouvrir une taverne, fonder une famille … C'était pour eux qu'elle se battait, et cela la frustrait toujours de savoir à quel point leur gouvernement ne faisait rien dans leur sens.

Les dirigeants ressemblent à des dirigeants. Le nôtre ressemble malheureusement à n'importe quelle autre personne riche, disposant de pouvoirs quasi illimités. C'est triste à dire, mais c'est ainsi. Il est peut être animé de meilleures intentions que celles de Sul Hei, mais il n'en reste pas moins un puissant. Ces gens là pensent qu'il est possible de jouer avec nos vies, je pense qu'inconsciemment, ils se disent tous que nous valons moins qu'eux. Bref …

Après que Mizu l'aient repoussés (c'était ainsi qu'elle faisait toujours de toute manière), la jeune Fuyujin eut l'air déçue, encore une fois (mais c'était toujours aussi peu étonnant), et posa de nouveau une question à l'élue du phénix. Une question qui avait tout de la pertinence, mais qui risquait fort de lancer la chasseuse dans un long monologue. Elle savait que son interlocutrice n'était pas une native, elle comprenait également les raisons qui la poussait à le cacher, mais c'était d'autant plus tentant que de voir ses réactions par rapport à une question qu'elle semblait avoir posé, presque pour la tester, ou pour se teste elle même.

Cette guerre est stupide et déraisonnable. Pourquoi nous affrontons nous au final ? Parce qu'il fait chaud ici et qu'il fait froid chez vous ? Des milliers de personnes vont mourir pour ça, et au final, je ne pense pas que la situation changera beaucoup. Mais ce ne sont ici que les décisions de ceux qui nous gouvernent. Ce monde … Je l'aime énormément. C'est la raison pour laquelle je me battrais. Pour le protéger, et protéger les gens qui y habitent. Je n'ai pas perdus grand chose lorsque j'ai été transportée ici, puisque ma seule amie est cette renarde, et qu'elle est venue avec moi. Mais ici … j'ai trouvé l'amour, et de la reconnaissance dont j'étais totalement dépourvue ailleurs … D'ailleurs … permettez moi de vous poser une question à laquelle vous pouvez parfaitement ne pas répondre … qui est le père de votre enfant ? Je … enfin … simple curiosité.

C'était un demi-mensonge. Presque un mensonge complet. Ce n'était pas de la « simple » curiosité. Rumaki était une élue, et Haïko tout autant, qui était donc cet homme qui avait donné un enfant à une Fuyujin ? Et quelle était la nationalité de l'enfant ? Bref, que se passerait-il, si, après la guerre, Tanith et elle parvenaient à trouver une solution à sa stérilité ? Que se passerait-il si elle aussi, un jour, parvenait à tendrement bercer la chair de sa chair dans ses bras ? Elle eut une nouvelle pensée vers le vampire, et vers Orina.

Vous savez … Je raconte peut être beaucoup de choses mais … j'ai une fille ici … C'est une élue également, et ce monde m'as permis de la rencontrer, de l'adopter. Avant Kosaten, sa vie était loin d'être rose. Sans ce monde, sans cet endroit … Je n'aurais pas pus l'aider. Personne n'aurait pus le faire, sans doute. Je ne serais jamais assez reconnaissante à ce transport, même si de prime abord, j'ai trouvé ça parfaitement atroce de transporter une enfant aussi jeune. Ce monde est beau, et pleins de ressources, ne laissez pas quelques politiciens véreux vous faire croire le contraire.

Pendant ce temps, la nuit commençait doucement à tomber, sans doute allait il falloir commencer à envisager une halte pour se ressourcer.


Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1764
Yens : 125
Date d'inscription : 29/12/2014

Progression
Niveau: 92
Nombre de topic terminé: 35
Exp:
4/6  (4/6)
avatar
Rumaki Oshigato マ Maman de Fuyu マ

-



MessageSujet: Re: le courage d'oser l'hostilité [aki]   Sam 14 Jan - 23:02






Similitude



Cette fille était pareil que moi. Kamatari ne m'avait pas menti. Si je fus déçue d'entendre un portrait de Karui ressemblant à celui de Sul hei, je fus au contraire ravie d'entendre des propos que je partageai, de la bouche d'une élue. Cette fois plus de doute, j'avais bien Aki Nishiie devant, telle que l'élu de Fuyu me l'avait décrite. À cet instant, je décidai de totalement faire fi des conseils de Nagato, et de faire confiance à la rouquine devant moi. J'allais peut-être le regretter, mais je voulais profiter du bonheur que je pouvais avoir en sa compagnie.

Déjà avec Jason à l'auberge des routes commerciales, j'avais passé un excellent moment malgré les altercations du début, aujourd'hui encore, j'allais pouvoir apprécier un moment paisible avec quelqu'un qui avait la même situation de départ que moi: Une élue aux bonnes intentions, qui cette fois en plus, désirais la paix. Elle allait participer à la guerre, mais le faisait pour des raisons que je trouvais totalement fondée. Finalement, elle était comme moi, avec un atoût en plus: Elle avait le courage de blesser autrui pour sauver ceux qu'elle aimait. Je l'enviais beaucoup.

Quand elle me posa la question de l'identité du père, je ressentis un légère amertume. C'était fou comme tout le monde voulait savoir cela. J'aurais tellement aimé qu'on ne l'évoque pas à chaque que j'avais Haïko à mes côtés. Bien sûr, les personnes qui posaient la question n'en savait rien, mais je répugnais toujours à répondre à cette question. Pourtant, cette fois-ci, je voulus être plus honnête. La druidesse m'avait tellement mis en confiance, que je voulus lui en dire un peu plus qu'à l'accoutumée.

Je suis heureuse que vous ayez trouvé le bonheur à Kosaten et que votre fille adoptive vous apporte l'amour qu'une personne peut attendre. Mais moi je ne peux pas me permettre de parler de ce monde avec tant de douceur. Kosaten est mon enfer depuis le début. Ce que j'y ai vécu, je ne le souhaite à personne, même  ceux que je porte moins dans mon cœur. Pour répondre à votre question, je ne connais pas du tout l'identité du père, je sais juste qu'il est originaire de Minshu et qu'à l'heure actuel, il n'est plus vivant. Quand bien même je saurais son nom, je préférerais l'oublier...

Je baissai la tête, un peu honteuse d'avoir ainsi plombé l'ambiance. Pour ne pas qu'un silence gênant s'installe entre nous, je me permit de demander quelque chose en rapport à un élément qui me choqua.

Elle... elle est comment votre fille... enfin... c'est vraiment une élue enfant ?? ils ont réellement fait appel à une personne de cet âge ?



Revenir en haut Aller en bas
Messages : 2330
Yens : 1148
Date d'inscription : 07/08/2015

Progression
Niveau: 213
Nombre de topic terminé: 102
Exp:
15/24  (15/24)
avatar
Aki Nishiie ¦ Justicière ¦

-



MessageSujet: Re: le courage d'oser l'hostilité [aki]   Dim 15 Jan - 12:40




Le courage d'oser l'hostilité



feat.Rumaki :3



Les expressions de cette jeune femme (qui n'avait toujours pas donné son nom par ailleurs), variaient constamment. Elle avait eu l'air satisfaite de la première tirade de Aki, même si la Nishiie avait craint qu'elle ne rétracte en entendant que la rouquine se battrait, mais à présent que la question du père de l'enfant avait été évoqué, le visage de la Fuyujinn venait de se fermer. Etait ce si terrible que cela ? Il y avait des milliers de raisons de détester l'homme qui nous avait donné un enfant, et cela l'archère le comprenait, mais à quel point était ce ? Quel était le crime de cette personne pour que l'élue du dragon ait l'air aussi attristée ? Finalement, à travers le discours de la mère, il ne fut pas dur de deviner ce qui était arrivé. Elle détestait presque Kosaten, ou peut être le détestait elle tout court ? Si elle ne connaissait pas la personne qui avait créé la vie en elle, et que cela la dégoûtait à ce point … la conclusion était logique.

L'élue du phénix ouvrit de grands yeux surpris. Pourquoi avait elle gardé le bébé ? Pourquoi n'avait elle pas avorté ? Il était assez rare que ce genre de pratique existe, que ce soit dans son monde d'origine ou ici, mais avec une telle haine, pourquoi risquer de détester l'enfant que l'on allait mettre au monde ? Au final, ce n'était pas la chose la plus importante, loin de là, c'était sa décision, et elle semblait aimer Haiko comme une mère se doit d'aimer sa progéniture. Non, le véritable soucis, c'était ce qu'elle avait vécus. Ce qui la faisait encore souffrir. Sa main se posa sur l'épaule de son interlocutrice et elle la regarda quelques instants, même après qu'elle ait essayé de changer de sujet. Y avait il des mots à dire qui pouvait consoler une femme ayant subis ce genre de choses ? Certainement pas. Elle aurait pus lui dire qu'il y avait son fils, malgré tout, elle aurait pus lui dire que cela allait passer, elle aurait pus lui dire des milliers de choses, mais rien n'aurait changé quoi que ce soit. Elle l'apprendrait bientôt par elle même, car dès que cette rencontre serait finie … elle connaîtrait la honte et la rancoeur, cette même honte et cette même rancoeur.

Oui, c'est une enfant. Enfin … c'est plutôt compliqué. En réalité elle n'est pas humaine. C'est une homonculus, la création de mages puissants de son monde, ce qui la rends d'apparence plus grande et plus mature aussi. Mais elle n'avait que quelques mois lorsqu'elle est arrivée, et l'innocence d'une fillette de cinq ans … Elle était terrifiée … Les dieux sont des monstres, d'avoir emmené pareille enfant ici. Heureusement, son père et moi même l'avons recueillis, et maintenant elle est en sécurité, à Chikai. Même si … Kosaten ne l'as pas épargné non plus. Kosaten n'épargne personne. Parfois certains d'entre nous réussissent malgré tout à tirer leur épingle du lot, mais jusqu'ici, je n'ai rencontré personne qui ai vécus parfaitement son transfert. D'ailleurs vous … euh … non rien pardon.

Elle s'était repris juste à temps, s'apprêtant à poser une question qui aurait signalé qu'elle était au courant du fait qu'elle et son fils étaient des élus, ce qui aurait sans doute mis très mal à l'aise sa compagne temporaire de voyage. Au dessus d'elles, le ciel commençait à virer du bleu clair à l'opale plus sombre, ce qui ne tarderait pas à se transformer en nuit noire.

Nous devrions nous arrêter ici, il ne vas pas tarder à faire nuit. Je vais rassembler du bois, et de quoi faire un feu.

Elle n'attendit pas vraiment de réponse avant de commencer à se mettre en quête de ce qu'elle avait dit. Après tout, cette personne avait l'habitude de voyager seule, elle était toujours moins en danger avec la guérisseuse dans les parages que durant tout le trajet qu'elle avait accomplis pour arriver jusqu'ici. L'endroit que la soigneuse trouvait le plus approprié était l'arrière d'un grand rocher, qui protégeait efficacement d'un vent fort qui avait commencé à souffler, et elle y avait également déposé sa besace. Tout en poursuivant sa quête de végétation assez sèche, elle caressait sa bague du pouce, constamment. Il lui manquait si facilement, si rapidement. La majorité du temps, elle ressentait des émotions en réponse des siennes, et cela lui suffisait. C'était comme si elle était toujours avec lui, constamment. Même s'ils étaient loin, elle pouvait connaître ses tristesses et ses joies, son inquiétude et sa sérénité. Non, décidément, Kosaten lui avait apporté plus de bien que de mal. Malgré Zayro Jinn, malgré l'homme des rocheuses, malgré tout.


Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1764
Yens : 125
Date d'inscription : 29/12/2014

Progression
Niveau: 92
Nombre de topic terminé: 35
Exp:
4/6  (4/6)
avatar
Rumaki Oshigato マ Maman de Fuyu マ

-



MessageSujet: Re: le courage d'oser l'hostilité [aki]   Dim 12 Fév - 20:44






Infâmie et amour


C'était horrible... je détestais déjà ces divinités qui m'avait amenée ici pour que je vive un calvaire sans répit, mais alors quand je sus qu'il était allé encore plus loin en emmenant un enfant encore innocent et loin de saisir les enjeux d'une guerre, je crus que j'allais exploser de rage. Ils n'avaient aucune limite, et n'avait même pas l'excuse de prétendre vouloir remplir ses rangs d'armée. Cette petite fille n'était très probablement pas capable de se battre. À croire qu'ils aimaient juste quelquefois être uniquement sadiques. C'était dégueulasse. Et ça se prétendait divin... ils n'étaient que des monstres démoniaques et sans âmes.

Je ne pus d'ailleurs vraiment réagir, car je ne savais pas comment exprimer mon avis sans être blessante, et je ne voulais pas choquer Aki, avec qui je discutait bien gentiment. Je levai tout de même un sourcil quand elle interrompit sa phrase. Bien entendu, je me demandais ce qu'elle avait l'intention de dire avant de se stopper, mais finalement, je ne fis pas part de mon interrogation. Si elle n'avait pas envie d'en parler, c'était son choix. Elle me proposa par la suite de de s'arrêter pour la nuit et partit chercher de quoi faire du feu sans vraiment me laisser le temps de répliquer. Je restai un moment silencieuse, à la regarder partir, avant de me poser des questions. Pourquoi partait-elle si vite ? Avait-elle quelque chose à faire dont elle ne pouvait pas me parler ? La quête de matériel de feu était-elle juste un prétexte pour prévenir des complices ? Jouait-elle la comédie jusqu'à présent, se nourrissant de ma soif de relation pour me manipuler ?

Je secouai la tête. J'étais probablement trop méfiante. Si elle avait voulu me faire du mal, elle aurait déjà eu beaucoup d'occasion, notamment en se servant d'Haïko, la proie facile. Et puis, elle semblait bien connaître Kamatari, et elle réagissait comme l'élu de Fuyu me l'avait décrit. Nan. *a devait vraiment être elle. Et puis de toute manière, si elle voulait vraiment nos blesser mon fils et moi, je n'allais pas me laisser faire, j'avais promis à mon enfant.

D'ailleurs, celui-ci se mit  pleurer, ce qui me sortit de mes pensées. Cela faisait un moment que l'on avait plus rien mangé, et le temps qui se rafraîchissait, sans atteindre les températures de notre nation, et de loin, devait contribuer à le mettre mal à l'aise. Je le détachai de mon dos et m'assis. Je serrai un moment le petit contre moi pour le réconforter, puis entreprit de sortir une petite boîte de nourriture de mon sac, que je le lui donnai par petite cuillerées successive. Au fur et à mesure des bouchée, mon petit ange cessa d'être crispé, et reprit sa mignonne bouille de nourrisson. Il m'arracha un sourire attendrit. Qui aurait cru que j'aimerait autant un enfant en sachant les malheur de sa venue. Peut-être étais-je trop gentille, mais je préférais cette tendresse à une vie de regret parce-que j'aurais avorté. J'étais chrétienne après tout, et cet enfant n'y était pour rien. Le tuer aurait été la pire des douleurs pour moi.

Quand je fus à la moitié du pot, j'entendis Aki revenir. Lui affichant un joli sourire, je lui proposai.

Vous voulez que je vous aide ?



Revenir en haut Aller en bas
Messages : 2330
Yens : 1148
Date d'inscription : 07/08/2015

Progression
Niveau: 213
Nombre de topic terminé: 102
Exp:
15/24  (15/24)
avatar
Aki Nishiie ¦ Justicière ¦

-



MessageSujet: Re: le courage d'oser l'hostilité [aki]   Lun 13 Fév - 22:59




Le courage d'oser l'hostilité



feat.Rumaki :3



Quelques minutes à peine suffirent pour récupérer assez de bois pour la nuit. C'était quelque chose que Aki faisait de plus en plus régulièrement depuis des années. D'abord son entraînement druidique, et maintenant Kosaten, elle était toujours à l'extérieur, et avait adopté un sacré instinct pour déterminer rien qu'à l'oeil, les branches qui seraient les mieux appropriés et les moins encombrantes à sa quête. C'est donc les bras chargés de branchages qu'elle laissa tomber dans un cercle qu'elle avait machinalement tracé avec son pieds, qu'elle revint vers Rumaki. La rouquine adressa un grand sourire à son interlocutrice qui lui proposait son aide. C'était ce genre de personne qu'elle appréciait rencontrer, ce genre de personnes qui lui prouvaient tous les jours que Long ne choisissait pas que d'immondes monstres pour son armée. Et qu'il échouait même parfois, comme avec Kamatari et elle, à en faire de parfaits petits soldats.

Nulle âme ne peut être sauvée.

Elle secoua la tête. Cette idée, quoique bien ancrée en elle, ne ferait plus long feu très longtemps. Vingts ans. Vingts ans sans perdre sa naïveté, n'était ce pas beau à voir ? Pourtant quelques jours plus tard, tout disparaîtrait, mais cela ne pouvait pas encore être réalisé par l'élue du phénix qui se contenta de faire un cercle de petits cailloux dans le sable. Il n'y avait que peu d'herbe dans les parages, mais elle était si sèche qu'une simple braise un peu trop chaude incendierait toute la région. Il n'était par conséquent pas nécessaire de faire un brasier hurlant, un petit feu pour réchauffer la nourriture et éloigner les prédateurs suffirait.

Non merci, vous êtes aimable, mais vous avez votre enfant, et j'ai l'habitude, ce genre de travaux rébarbatif me détends.

Elle acheva son tas et l'incendia immédiatement avec son briquet. Loin des briquets modernes, il s'agissait là d'un instrument en ferraille dont on cognait les deux extrémités pour faire jaillir des étincelles, souvent suffisantes à enflammer l'amadou ou le papier utilisé en premier combustible. Ceci fait, elle se laissa tomber par terre avec un soupir de soulagement en se massant les jambes.

Et bien, qu'avez vous l'habitude de manger ? Je crains de ne pas avoir grand chose à partager, mais si vous avez du pain, je pourrais mettre en commun ma viande !

Elle sourit doucement. Effectivement, le pain étant une denrée qui pourrissait ou séchait extrêmement rapidement, et qu'elle n'était pas capable de faire elle même, elle n'en avait quasiment jamais dans sa besace, tandis que la viande, qu'il lui suffisait d'attraper d'un tir à l'arc précis, était une nourriture qui était … son pain quotidien, si l'on peut dire. La rouquine avait abandonnée l'idée d'apprendre le nom de l'élue qui lui faisait face. Lui poser la question directement ne ferait que la gêner si elle ne voulait pas le lui révéler, et dans le cas contraire, elle le lui dirait bien assez tôt. Doucement, elle se mit sur les genoux pour s'approcher un peu plus de la jeune femme aux longs cheveux noirs, et tendit prudemment sa main jusqu'à l'enfant.

Je peux ?

Si la mère ne montrait pas de mouvements de recul ou de frayeur, elle comptait tout simplement lui caresser la joue du bout des doigts, autrement, elle se rassirait au coin du feu en souriant, n'ayant aucune intention de forcer la jeune femme à accepter qu'on touche son fils. Les yeux de l'archère étaient pleins d'adorations et de fascination pour ce petit être.

Un jour … un jour moi aussi je voudrais être comme vous … Avoir un enfant de mon sang … Un enfant que j'aurais porté neuf mois, et que j'aurais sentis bouger … Un enfant à qui j'aurais donné la vie … J'aime ma fille, mais je ne la vois pas grandir seule. Je veux qu'elle ait une petite sœur ou un petit frère. Je veux qu'ils soient deux pour affronter la vie … Enfin excusez moi, vous devez vous moquer de tout ça !


Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1764
Yens : 125
Date d'inscription : 29/12/2014

Progression
Niveau: 92
Nombre de topic terminé: 35
Exp:
4/6  (4/6)
avatar
Rumaki Oshigato マ Maman de Fuyu マ

-



MessageSujet: Re: le courage d'oser l'hostilité [aki]   Ven 10 Mar - 21:49






Panique



Refusant l'aide que je lui proposais d'une façon très élégante, Aki entreprit d'allumer. Je pus m'apercevoir en la regardant faire qu'elle avait de l'expérience. Elle devait passer pas mal de temps dans la nature pour avoir une telle habileté. C'était très intéressant à observer, et je ne pus détacher mes yeux du spectacle, jusqu'à ce que je sente les main de mon fils toucher la mienne et manifester son envie de continuer à manger. Il me tira de mon observation, et je plongeai une nouvelle fois la cuillère dans le pot pour le lui donner. La rouquine me demanda juste après ce que j'avais comme nourriture, ayant dans l'idée de la mettre en commun avec la sienne. Je réfléchis quelques secondes, me remémorant ce que j'avais acheté au villages marchands avant de partir.

J'ai effectivement une livre de pain qui date de la veille. J'en ai déjà grignoté une partie, mais c'est avec plaisir que je partage le reste avec vous. J'ai aussi quelques fruits que j'ai cueilli en chemin. ça vous dit d'en avoir quelques uns ?

Je n'en dis pas plus quand je la vis regarder avec assistance mon bébé. Le temps de me demander ce qui lui prenait et d'imaginer quelques scénarios bien désagréable que pourrait trahir ce regard intense sur Haïko, Aki s'était déjà approchée. Mes réflexes n'attendirent pas sa question pour reculer. En réalité, je pris peur, l'image de Nagato me prenant Haïko si aisément, refaisant surface dans mon esprit. Ce n'est qu'après ce geste instinctif que je ressentis un peu de gêne et que je réalisai sa question. Je commençai à bredouiller, serrant un peu plus mon fils contre moi.

Excusez-moi... je... je ne voudrais pas vous offenser, mais... je peux pas... C'est pas que je doute de votre personne mais... je...

Je soupirai pour me calmer. Je n'arrivais pas à trouver les mots pour que la druidesse ne croit pas que je ne l'aime pas. Je fuyai son regard.

Je ne veux pas qu'il lui arrive du mal. Comme je suis élue de...

Je m'interrompit, écarquillant les yeux. Un regard paniqué fusa sur Aki. Que venais-je de dire ??? Comment avais-je pu ??? Quelle idiote !!! Que faire maintenant ?? Je regardai autour de moi. Je me levai, ne sachant plus si je devais partir ou non... j'étais perdue... pourquoi avais-je laissé ce mot s'échapper de ma bouche ??



Revenir en haut Aller en bas
Messages : 2330
Yens : 1148
Date d'inscription : 07/08/2015

Progression
Niveau: 213
Nombre de topic terminé: 102
Exp:
15/24  (15/24)
avatar
Aki Nishiie ¦ Justicière ¦

-



MessageSujet: Re: le courage d'oser l'hostilité [aki]   Sam 11 Mar - 2:06




Le courage d'oser l'hostilité



feat.Rumaki :3



Lorsque Aki avait voulus toucher le front de l’enfant, Rumaki s’était reculée très violemment, complètement décontenancée et effrayée, puis avait tenté de se justifier en bredouillant. La Nishiie ne pouvait pas nier que ça la vexait légèrement, mais elle ne pouvait pas non plus reprocher à une mère de vouloir protéger son bébé. Elle essaya donc de lui faire comprendre que cela n’était rien en secouant la tête avec un sourire, mais l’élue poursuivait, encore et encore … jusqu’à laisser échapper l’information qui la cloua sur place. Elle avait révélé d’elle même qu’elle se trouvait être une envoyée de Long. Paniquée, désespérée, elle se leva brusquement, comme si elle voulait s’échapper. Résistant à l’envie de se lever pour poser une main sur son épaule, craignant que cela ne fasse que l’effrayer encore plus, la rouquine lui parla de la voix la plus douce et calme qu’elle pouvait avoir, essayant de choisir ses mots avec attention pour ne pas la blesser, la vexer, ou la braquer encore plus.

Ne vous en faites pas. Je m’en doutais. Calmez vous. Ca ne change rien. Vous n’avez pas plus décidé que moi de qui vous as envoyé ici, n’est ce pas ? Et que vous cherchiez à fuir ceux qui vous ont proclamé de la sorte ne fait que prouver que vous n’êtes pas d’accord avec leurs agissements. Cela me suffit amplement. Je ne vais pas vous attaquer ou le dévoiler à qui que ce soit. Nous sommes des gens comme les autres après tout, non ? Même si ici nous possédons cette dénomination, qui sommes nous sinon des personnes qui cherchons à suivre nos rêves et à vivre heureux ? Du moment que vos rêves n’impliquent pas de crimes atroces, d’où vous venez, où quel sceau orne votre peau, ça m’est égal, d’accord ? Je ne voue respect à aucun dieu en ce monde, et je ne me battrait pas pour eux. Je vous en prie, asseyez vous. Discutons tout simplement, voulez vous ? De tout et de rien, de ce qu’il vous plaira. C’est ce que font les personnes normales lorsqu’elles se rencontrent, et, comme beaucoup d’élus, tout ce que j’aspire à être se trouve ici.

Elle tapota doucement la place à côté d’elle où se trouvait la belle jeune femme quelques secondes auparavant. Que pouvait elle faire à part ça? Tout se trouvait du côté de la raison pourtant. Ce qu’avait dit Kamatari, la confiance qui arrivait petit à petit … Mais ses deux évènements qui se succédaient, d’abord sa terreur incroyable lorsqu’elle s’était approchée du bébé, et maintenant ça … Oui il était probable que son interlocutrice ne retrouve pas de chemin cohérent dans ses pensées. L’archère se mit alors à fixer le feu, pour ne pas se montrer trop insistante.

N’est ce pas ce que vous souhaitez ? Qu’on ne fasse pas de vous ce que vous ne voulez pas être ? Mais pour arriver à cela, il faut d’abord être franche envers sois même. Que vous ayez peur de ma réaction, je le comprends, mais n’ayez pas honte de venir de là bas. N’en ayez jamais honte. Ce n’est pas votre faute. Ce n’est pas votre faute si Zayro Jinn ou Pain ont semé le malheur. C’est eux qu’il faut blâmer, pas vous. Et je vous promets que je lutte tout autant contre ceux qui s’empressent de mettre tous les élus de Fuyu dans le même panier que contre ceux qui sèment la terreur. La haine engendre la haine … ou quelque chose comme ça. Et je n’aspire qu’à l’amour. Cette chose dont on se moque en parlant de sentimentalisme. Cependant je n’insisterais pas. Si vous voulez vraiment partir, je ne vous retiendrez pas, j’oublierais même vous avoir rencontré, vous et votre fils. Cela vous convient ?

Elle tourna de nouveau son regard vers elle. Il y avait quelque chose que malgré tout elle ne pourrait pas oublier. Ce besoin viscéral qu’elle ressentait en cet instant. Tenir son enfant dans ses bras. Son propre enfant. La chair de sa chair, le sang de son sang. Et elle ne pourrait pas non plus oublier cette expression d’amour intense qu’avait la femme aux cheveux noirs lorsqu’elle regardait le bébé. La pureté de cette dévotion. La beauté de cet abandon.
[/color]


Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1764
Yens : 125
Date d'inscription : 29/12/2014

Progression
Niveau: 92
Nombre de topic terminé: 35
Exp:
4/6  (4/6)
avatar
Rumaki Oshigato マ Maman de Fuyu マ

-



MessageSujet: Re: le courage d'oser l'hostilité [aki]   Dim 19 Mar - 13:41






Doute


Encore prise de panique, j'hésitais amèrement à quitter les lieux, pour ma propre sécurité et celle de mon enfant. Je ne savais pas grand chose d'Aki, mais les rumeur d'Handa m'avait rapporté une élue de Seika puissante qui avait tenu tête à Nagato. Celui-ci voulait la même chose que moi et pourtant elle s'est battu contre lui. Qui sait ce qu'elle pensait vraiment ? Mais d'un autre côté, j'avais décelé en elle une bonté encore rare sur Kosaten. Je ne voulais pas la perdre, jeter une personne si accueillante sous prétexte que j'ai la mauvaise marque des dieux sur moi.

Ce fut elle-même qui parvint à me faire revenir sur terre. Je n'avais de loin pas enlevé mon stress, mais ses paroles eurent pour effet d'à nouveau me concentrer sur la réalité et de ne plus divaguer dans mes angoissantes pensées. La rouquine m'expliqua d'abord qu'elle savait déjà pour ma nation, où du moins qu'elle s'en était douté. Cette remarque me surprit. Pourquoi m'avouait-elle cela maintenant ? Pourquoi n'avait-elle pas réagi plus vite à mon sceau ? Pourquoi m'avait-elle laissée continuer dans mon mensonge ? Me testait-elle ? Etait-ce une ruse ? Et puis... pourquoi restait-elle si calme face à un élu de Fuyu ? Les serviteurs de Long n'étaient-ils pas détestés au delà des frontières ?

[...] Et que vous cherchiez à fuir ceux qui vous ont proclamé de la sorte ne fait que prouver que vous n’êtes pas d’accord avec leurs agissements. Cela me suffit amplement. Je ne vais pas vous attaquer ou le dévoiler à qui que ce soit. Nous sommes des gens comme les autres après tout, non ?

Mais... mais... vous ne vous méfiez pas de moi ?

Après quelques arguments, Aki m'invita à m'asseoir. Je restais interdite devant cette femme. Apparemment Kamatari avait raison. Les élus hors des frontières savaient reconnaître en moi l'exact opposé de mon sceau. Je savais démontrer par ma façon d'être que je n'avais rien à voir avec la mentalité qui m'avait attirée ici. Un peu moins paniquée, je regardai la place que la druidesse tapotait. J'avais très envie de m'a rasseoir, mais j'avais toujours cette petite anxiété qui m'habitait maintenant que mon secret était découvert. Mon interlocutrice se remit à parler. J'y restai silencieuse jusqu'à ce qu'elle ait terminé, puis pris le temps de m'approprier ses paroles, puis de mettre de l'ordre dans mes idées.

Pain ? Vous... vous voulez dire Nagato ? Je... je croyais qu'il voulait la paix... malgré ses méthodes dures, il me semble que les discours qu'il me prodiguait faisaient sens en moi.

J'avançai doucement et m'asseyai à ses côtés.

Je... je suis désolée... j'ai tellement peur de ce sceau... Il m'a valu beaucoup de souffrance par le passé, et... c'est la première fois que j'entre à Seika, alors... je ne sais pas trop à quoi m'attendre...

Je posai mes yeux sur Haïko qui commençait à trouver le temps et à gesticuler un peu dans mes bras.

Je suis quelqu'un de fragile, et n'ai pas pu me défendre correctement quand ce petit a été conçu. J'aurais tellement voulu le voir naître dans d'autres conditions.

Je sentis ma gorge se nouer. Même si je n'avais pas tout dévoilé, c'était la deuxième fois que je me confiais autant à quelqu'un. Je me de,amdais d'ailleurs pourquoi j'en disais autant. Qu'Est-ce qu'elle en avait à faire de mon histoire, nous venions à peine de nous rencontrer. Soupirant, je décidai de m'arrêter là, ça ne l'intéressait sûrement pas.



Revenir en haut Aller en bas
Messages : 2330
Yens : 1148
Date d'inscription : 07/08/2015

Progression
Niveau: 213
Nombre de topic terminé: 102
Exp:
15/24  (15/24)
avatar
Aki Nishiie ¦ Justicière ¦

-



MessageSujet: Re: le courage d'oser l'hostilité [aki]   Lun 20 Mar - 15:36




Le courage d'oser l'hostilité



feat.Rumaki :3



Les arguments de la rouquine finirent par venir à bout de la peur de Rumaki, et celle ci accepta de s’asseoir de nouveau à la place qu’elle avait quitté, s’interrogeant tout de même sur une possible méfiance de la part de la guérisseuse.

Me méfier ? Et bien je me méfie de vous autant que je me méfierais de n’importe quelle nouvelle personne que je rencontrerais ! Que votre sceau soit celui de Fuyu ou de Seika ne vous définit pas, et j’aime à croire que ce qui a amené autant d’êtres nocifs dans la même nation n’est qu’un hasard malheureux. Après tout, Kamatari et vous le prouvez bien, et je dois dire que lorsque je venais d’arriver, un homme m’as aidé à m’entraîner. Il a refusé de me communiquer sa nation, comme je venais de Seika j’en ai déduis qu’il était lui même Fuyujin … Il a eu milles occasions de me tuer, d’autant plus que lorsque je l’ai croisé pour la première fois, je l’ai menacé en le prenant pour un autre homme que j’avais croisé un peu avant. Mais non, il as même soigné mes blessures après notre affrontement. Il s’appelait Vergil, si jamais vous vener à le croiser, je pense qu’il doit encore aujourd’hui être digne de confiance. Quant à la personne avec laquelle je l’ai confondue ..

La Seikajinn sera les dents en pensant à cet être abject. Elle n’avait pas son nom, mais disposait de plusieurs informations sur lui, et une femme fragile psychologiquement comme semblait l’être l’élue du dragon (et celle du phénix aussi, ne nous mentons pas), devait en être avertie.

C’est un homme aux cheveux blancs, il a l’air de pouvoir changer d’apparence, mais il garde cette caractéristique. Ainsi que des yeux violets je crois. Il est de Minshu, mais je ne connais pas son nom. Fuyez le comme de la peste. Cet homme il … il a l’air d’aimer tuer mais c’est loin d’être la pire chose qu’il semble capable de faire à une belle femme comme vous. Enfin, je ne l’ai pas recroisé depuis bien longtemps, il est peut être mort, je l’espère de tout mon coeur en tout cas.

Elle soupira légèrement puis haussa un sourcil étonné lorsque la bleuté lui parla de Pain, ou plutôt de Nagato comme elle l’appela.

Je ne sais pas ce qu’il vous as raconté, mais ce fou furieux à attaqué un village remplis d’innocents, tués des centaines d’hommes, de femmes et d’enfants, s’est acharné sur ma propre fille qui pourtant n’avait rien fait de mal à personne. Il ne mérite clairement pas le respect de personnes honorables, et si vous voulez mon avis, il ne mérite pas la vie tout court. En revanche, si vous avez des choses à m’apprendre sur lui, j’en suis curieuse. Je ne suis pas du genre à exécuter mes ennemis sans réfléchir, si cela vous inquiète, en revanche, j’apprécierais pouvoir l’empêcher de tuer d’autres personnes. Quelles qu’en soient les raisons, le meurtre n’est jamais une solution, jamais.Si une cause nécessite le meurtre d’innocents, c’est que la cause est injuste, ou qu’elle n’est qu’un prétexte. Quant à votre peur, ne vous en faites pas, je ne peux que la comprendre. Je ne serais pas très sereine non plus en me baladant à Fuyu voyez vous !

Elle rigola légèrement. Bien sûr les deux nations n’avaient pas la même manière de réagir face aux étrangers, mais elle cherchait avant tout à détendre l’atmosphère en faisant comprendre que pour elle, cette différence n’avait strictement aucune importance. L’élue aux cheveux noirs se remit ensuite à parler de son enfant, et des difficultés que cela avait entraîné.

Raison de plus de vous mettre dans un endroit tranquille et de ne plus vous préoccuper de tout cela. Veillez sur votre fils, c’est le mieux. Établissez vous dans un petit village, trouvez vous un travail paisible … Ne vous faites pas remarquez. Quand il seras grand, les possibilitées seront plus étendues pour vous, mais dans l’état des choses, reposez vous.



Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1764
Yens : 125
Date d'inscription : 29/12/2014

Progression
Niveau: 92
Nombre de topic terminé: 35
Exp:
4/6  (4/6)
avatar
Rumaki Oshigato マ Maman de Fuyu マ

-



MessageSujet: Re: le courage d'oser l'hostilité [aki]   Ven 24 Mar - 21:10






Aveu



La rouquine devant moi répondit à ma question de façon simple et bien intéressante. Je retrouvai un demi sourire en l'écoutant. Finalement, plus je passais de temps avec elle, plus je découvrais quelqu'un d'ouvert et d'accueillant, n'hésitant pas à rassurer quiconque éprouvait un besoin d'aide. Elle parla d'un fuyujin avec qui elle avait de bons rapports, et cela me fit plaisir de voir que je ne vivais pas entourée de monstre dans la nation qui m'avait choisie. Mais la druidesse, suspendue sa phrase, et cultiva le suspens en moi. Avait-elle eu de mauvaise expérience ?

Vous avez rencontré des êtres qui vous ont fait du mal ?

Elle me répondit bien vite, et tout ce qu'elle put voir c'est des yeux écarquillés quand elle évoqua des cheveux blancs et surtout... des yeux violets. Mes globes oculaires se remplirent d'eau avant que je ne baisse la tête le regard assombri.

C'est trop tard, regardez...
déclarai-je en sanglottant.

Je pris Haïko par la taille et le soulevai légèrement de façon à ce qu'Aki puisse voir ses yeux. Lâchant quelques larmes, je m'expliquai.

Il m'a déjà agressée il y a environ 2 ans de cela...

Je reposai le bébé sur mes genoux et séchai mes larmes, mais la tristesse m'inondait toujours. Je respirai profondément pour ne pas fondre en larme puis pris plusieurs secondes à baisser l'adrénaline. J'entendis tout de même le discours de la rouquine à propos de Nagato. En fait, je savais déjà un peu cela, même si je ne pensais pas les faits si graves. Il ne m'avait jamais parlé d'une petite fille qu'il aurait agressé. J'avouai avoir du mal à comprendre pourquoi il avait fait ça, alors que d'après ses dires, il aspirait à la paix...

Eh bien, pour vous dire ce que je sais, nagato et moi venons du même monde. Là-bas, il faisait partie d'une organisation appelée "Akatsuki" qui avait pour but de créer un monde nouveau de paix en... comment dire... en repartant à zéro. Autrement dit, il comptait faire connaître la souffrance véritable comme ils l'appelaient au monde entier pour que chacun sache ce qu'il répand lui-même indubitablement. Alors, quand il m'a avoué avoir attaqué Handa, j'ai certes été choquée, mais je me suis résignée à lui faire confiance.

Je marquai une pause.

En même temps, je n'ai pas vraiment le choix, c'est le seul qui veuille bien nous protéger, moi et mon enfant. Il semble beaucoup s'intéresser à mon enfant, pour le simple fait qu'il vienne de deux élus de mondes différents. Il m'a sauvé des catastrophes naturelles qui a ravagé tout Kosaten il y a quelques temps, et il me force avec des mots parfois durs à entendre, à devenir plus forte pour moi-même et pour mon enfant. Je ne peux pas le haïr malgré ses méthodes très brutes...



Revenir en haut Aller en bas
Messages : 2330
Yens : 1148
Date d'inscription : 07/08/2015

Progression
Niveau: 213
Nombre de topic terminé: 102
Exp:
15/24  (15/24)
avatar
Aki Nishiie ¦ Justicière ¦

-



MessageSujet: Re: le courage d'oser l'hostilité [aki]   Sam 25 Mar - 14:58




Le courage d'oser l'hostilité



feat.Rumaki :3



La réaction que Rumaki eut à l’évocation de cet homme qui été resté dans la mémoire de Aki comme un monstre hideux bouleversa la jeune femme. Ainsi il avait recommencé. Et cette fois il était allé jusqu’au bout. Et il existait même un enfant qui était né de cette engeance. Es ce que ce bébé était haïssable pour autant ? La rouquine contempla pendant quelques secondes Haïko qui était absolument inconscient de ce qui était en train de se passer. Il avait les yeux de cette couleur étrange qui lui rappelait celui qui était malheureusement son père. Mais son visage n’était qu’innocence. Qui l’avait fait, ce n’était pas sa faute, et s’il avait les gènes de cet hideux personnage en lui, cela ne voulait pas dire qu’il deviendrait comme lui, et ça, c’était à Rumaki de l’éviter. L’élue de Seika tenta de poser sa main sur l’épaule de la pauvre femme. Ce qu’elle avait vécus … Un frisson de dégoût parcourut l’échine de celle que l’on disait justicière. Cet homme … cet homme mourrait de sa main s’il ne l’était pas déjà de la main de quelqu’un d’autre.

Je suis désolé. Vraiment désolé. Je … n’ai aucun mot qui saurait consoler la peine qui doit vous animer. Je m’en veux terriblement d’avoir fait ressurgir ce sentiment … Vous … Vous êtes forte, plus forte que vous ne semblez vous même le croire … Et votre fils … votre fils deviendra sans doute le meilleur des hommes à vos côtés.

Cependant, ce que la Fuyujin dit en réaction à ces révélations sur Pain glaça le sang de l’élue du phénix. “Résignée à lui faire confiance” ? “nous protéger” ? “ne peux pas le haïr” ? Une certaine colère ne put s’empêcher d’arriver, une colère vite réfrénée. Ce qui se passait à ce moment précis était important. Très important. Cette femme était en train d’hésiter entre deux camps, l’un était, selon la Seikajin, celui du bien, tandis que l’autre était celui du mal. Et c’était une occasion inespérée que l’archère avait de la faire enfin basculer du bon côté. Il fallait qu’elle soit calme, il le fallait. Parce que c’était maintenant, dans ce qu’elle allait répondre, que tout allait se jouer. Elle prit une grande inspiration.

Et si je vous protégeais, moi ? Vous m’avez l’air d’être une personne bien, sincèrement, et votre fils, quel que soit son origine, est un enfant qui mérite de connaître ce que tout enfant normal doit connaître. Le mêler à ses projets insensés ne pourra que le rendre malheureux. Cela fera de lui un instrument, un objet aux mains de Pain. J’ose espérer que ce n’est pas ce que vous voulez pour lui. En revanche, si vous acceptez d’aller à Chikai, ou à tout autre endroit qui conviendrait, je ferais en sorte de vous offrir une couverture contre toute personne trop curieuse, et une protection contre la guerre, la mort et la souffrance, comme à toutes les personnes qui vous le mérite. Réfléchissez un peu. Vous avez le choix entre laisser cet homme qui massacre des innocents instrumentaliser votre fils, pour une paix qui n’existera pas, ou juste vivre pour vous, sans jamais craindre quoi que ce soit, et sans jamais rien devoir à personne.

Et pourquoi es ce que je dit que cette paix n’existera pas ? C’est du simple bon sens. Un monde construit sur un massacre tel que l’escompte cet homme ne peut être en paix. La haine, la souffrance, la peur … Tout cela ne fera qu’imprégner les bases de son nouveau monde. Et pensez à tous ces gens à qui il veut “enseigner” la douleur. Pensez à ceux qui s’aiment, ceux qui sont heureux, ceux qui ne veulent que vivre. Pensez y. Réellement. Ne vous voilez pas la face. Voulez vous vraiment leur infliger tout cela ? Moi ces gens là je les protège de la souffrance, et j’essaye aussi d’apporter la paix à ma manière. Je ne nie pas que la paix totale me sera sans doute à jamais inaccessible. Mais elle le sera tout autant pour Nagato, comme vous l’appelez. Il ne vous rends pas plus forte, il voile votre esprit d’illusions. Vous êtes DEJA forte. Et vous le serez plus encore en vous libérant de cette emprise. Vous n’avez pas besoin qu’on vous parle avec méchanceté, vous n’avez pas besoin qu’on vous tende une béquille illusoire qui ne fera que vous frapper et vous soumettre. Vous valez mieux que ça, et je suis prête à vous l’offrir, parce que vous le méritez. S’il vous plaît, revenez sur la voie de la raison.





Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1764
Yens : 125
Date d'inscription : 29/12/2014

Progression
Niveau: 92
Nombre de topic terminé: 35
Exp:
4/6  (4/6)
avatar
Rumaki Oshigato マ Maman de Fuyu マ

-



MessageSujet: Re: le courage d'oser l'hostilité [aki]   Ven 31 Mar - 18:18






Entre deux feux.



Quand Aki posa sa main sur mon épaule, je me crispai une seconde avant de relâcher la pression. Elle s'excusa d'un ton qui était clairement sincère, et j'appréciai ce geste. Elle n'était pas la première à avoir commis cette maladresse, et à s'en repentir tout de suite après, mais étrangement, je sentais dans ses mots une compassion et une envie de me rassurer plus hautes que ses prédécesseurs. Kamatari avait raison: cette Aki était quelqu'un de bien, et je fus très contente de l'avoir rencontré. Je lui souris, séchant mes yeux encore embués.

Ne vous excusez pas, vous ne pouviez pas savoir. Et vous n'êtes pas la première. Cette histoire remonte à des années, et s'il est vrai qu'elle me hante encore un peu, je commence à l'accepter. Pour moi, avoir donné naissance à cet enfant sonne comme une première victoire. Je n'éprouve pas de haine contre ce petit être, car il n'y est pour rien. Je tente juste de l'élever comme une mère ordinaire le ferait.  

La suite de la discussion me surprit. Pas en mal, au contraire, mais je ne pensais pas que la rouquine irait si loin dès la première rencontre. Elle me proposait clairement de me protéger, moi l'inconnue rencontrée par hasard au milieu de nulle part. Elle argumenta que laisser Nagato disposer de mon fils lui porterait clairement préjudice, faisant de lui une arme, un outil pour une guerre qu'elle et moi ne voulions pas. Il était clair que je ne désirais pas voir Haïko prendre part à ceci. J'avoue qu'à ce stade, je ne savais pas vraiment ce que souhaitait le ninja de Fuyu pour lui. Je ne m'étais pas trop poser la question, et l'affirmation d'Aki sema le doute en moi.

Et je ne sus plus quoi penser ni décider.

Tout en réfléchissant à ces premiers songes, je n'oubliai pas d'écouter la suite du discours de la druidesse. Ces propos était juste mais me laissèrent sans voix un instant. J'étais face à un terrible dilem. Que devais-je faire finalement. Que voulais-je réellement ? Elle me décrivait comme déjà si sûre de moi et forte. Qu'avais.je fait qui méritait ce titre ? Je n'ai jamais imposé mes sentiments, je me suis toujours soumise à autrui, acceptant avec lâcheté ce qui m'arrivait. J'ai même pardonné à mon agresseur pour avoir l'âme en paix... et puis, comment se sortir de cette relation avec Nagato maintenant qu'elle était tissée ? Comment réagirait-il ?

Je... je n'aimerais pas que mon fils se battent... c'est clair... et vos arguments m'évoquent beaucoup de respect pour vos opinions et votre force de caractère mais... mais je ne peux plus retourner en arrière...

Je n'osai la regarder, et fixai mes yeux l'enfant.

Il y a peu, juste après l'attaque de Handa, j'ai rencontré Nagato. J'avais des soupçons quant à sa culpabilité à ce combat. Pris d'un courage bien supérieur à ce que je démontre  d'habitude, je lui ai posai la question. Il m'a répondu clairement qu'il en était responsable, argumentant que cet acte était indispensable à ses projets de paix.

Je caressai les cheveux du petit.

Bien sûr, cela m'a choqué sur le coup, et je me suis dis que malgré nos envies communes de paix, et le fait qu'il m'ait sauvé de l'inondation qu'il y a eu à Hyouga, nos convictions ne collaient plus. J'ai alors proposé gentiment, sans aucun mots crus à la bouche d'interrompre nos rencontres, car nous divergions trop. Et là...

Une boule se forma dans ma gorge et ma main se stoppa sur la joue d'Haïko.

Et là, grâce à ses pouvoirs, il a attiré mon fils vers lui, le dérobant à mes bras, et a appliqué un pouvoir contraire sur moi qui m'empêcher de récupérer mon enfant. J'ai paniqué en voyant cela, et j'ai sentie une grande peur. Il ne lui a rien fait, il avait d'ailleurs un regard très tendre pour lui, comme quelqu'un qui considérerait cet enfant comme son fils, mais c'est là que j'ai réalisé que... que s'il le voulait, il arriverait très facilement à me faire du mal.

Je reposai enfin les yeux sur Aki.

Je ne peux pas m'opposer à lui mademoiselle Aki, il a trop de moyen de pression sur moi. Vous vous trompez quand vous dites que je suis forte. Au contraire, je suis fragile. Je n'arrive pas à imposer mes idées. Je suis toujours celle qui subit et qui s'adapte au pire cauchemar juste pour ne pas avoir à s'opposer aux événements. J'aimerais pouvoir faire plus amples connaissances avec vous, découvrir votre univers, et accepter cette proposition à laquelle je ne m'attendais de loin pas, mais comment réagira Nagato quand il apprendra que je me lie d'amitié avec un élu d'un camps voisin qui apparemment il a déjà rencontré ? À quoi je m'expose si je m'oppose à lui ?

Je conclus par une affirmation qui me fit mal.

Je ne peux plus me risquer à le trahir...



Revenir en haut Aller en bas
Messages : 2330
Yens : 1148
Date d'inscription : 07/08/2015

Progression
Niveau: 213
Nombre de topic terminé: 102
Exp:
15/24  (15/24)
avatar
Aki Nishiie ¦ Justicière ¦

-



MessageSujet: Re: le courage d'oser l'hostilité [aki]   Sam 1 Avr - 16:12




Le courage d'oser l'hostilité



feat.Rumaki :3



Visiblement Rumaki ne lui en voulait pas, ce qui était un soulagement. Un soulagement qui resta teinté d'amertume lorsque la femme aux cheveux noirs répondit à sa proposition. Elle disait ne plus pouvoir retourner en arrière, même si elle était d'accord avec la Druidesse. Elle raconta la façon dont elle avait rencontré Pain, et la façon dont celui ci avait récupéré son fils, montrant qu'il l'intéressait, mais également qu'il avait un moyen de pression sur elle, moyen de pression qu'il avait bien entendus utiliser pour lui faire peur et la garder de son côté, même face à une proposition qui avait tout d'avantageux pour elle. L'élue de Seika ne pouvait que réfléchir plus activement. Etait elle faible ? Peut être un peu, mais pas parce que c'était sa nature, parce que c'était ce qu'elle voulait. Elle avait très probablement besoin que quelqu'un la guide, quel que soit le côté. Si elle en avait le désir, sortir de cette condition serait sans doute facile. D'un autre côté, il n'y avait pas que ça. Elle avait l'air de ne pas comprendre. Et c'était peut être le plus agaçant. Quelqu'un de réellement faible se serait certainement rangé aussitôt du côté d'Aki, mais ce n'était pas son cas. Il devait y avoir quelque chose d'autre ! Cependant, si pour la majorité des choses, la guérisseuse ne se montrait pas insistante, il s'agissait là de quelque chose de beaucoup trop important, et elle ne comptait pas lâcher l'affaire, loin de là.

Et si vous vous fichiez de la façon dont réagira Nagato ? Cet homme, quoi qu'il vous ai dit, est loin d'être le plus puissant de Kosaten. S'il certains de ceux qui le dépassent son maléfiques, je fais partie de ceux qui peuvent le battre. S'il n'avait pas fuis lâchement à Handa, il serait mort à l'heure qu'il est, et il ne perds rien pour attendre. Quoi que vous décidiez, il finira par mourir, de ma main ou de celle de quelqu'un d'autre, car il est encore trop faible pour soutenir la violence de ses idées, car il s'est créé trop d'ennemis trop tôt, et pas assez d'alliés. Où voulez vous être à ce moment là ? Du côté de Pain, et porté comme un ennemi public, car je ne pourrais rien faire pour vous dans cette situation, ou de celui de la neutralité, qui n'aura rien à craindre ? Car c'est ce que je vous propose. Je ne vous demande pas de vous allier ou de participer à quoi que ce soit, je ne veux pas que vous vous mettiez en danger, vous ou votre fils. Au contraire, je vous encourage à vous protéger. Et si jamais cet homme viens, je vous protégerais de lui. J'en suis largement capable. Je l'ai battus une fois, et je n'ai pas cessé de progresser depuis. Faites moi confiance.

Elle calma légèrement sa voix. Il ne servait à rien de paraître trop empressée pour la convaincre, au contraire. Fermant les yeux quelques secondes, elle reprit sa respiration doucement.

Excusez moi, je me suis emportée. Je ne tiens pas à vous menacer, comprenez moi, juste à vous montrer à quel point les dangers de la voie dans laquelle vous vous engagez sont milles fois plus grands que celle que je vous propose. Si vous persistez dans cette alliance insensée, imaginez que LUI vous trahisse ? Pour récupérer l'enfant, ne serait ce pas la meilleure idée qu'il pourrait avoir ? Il peut contrôler des corps qui ne lui ressemblent pas, il lui suffirait de vous dénoncer comme élue de Fuyu et d'en apporter la preuve, pour ensuite demander à récupérer Haïko. Vous serez en prison, et le temps que je vous libère, Haïko sera déjà loin. Il vous trahira, mademoiselle, c'est certain, et s'il ne l'as pas encore fait, c'est uniquement parce qu'il doit attendre le meilleur moment pour le faire. Quant à moi, quel intérêt aurais je à vous trahir ? Si vous ne me faites pas assez confiance, écoutez au moins cela. Au contraire, je perdrais sans doute la confiance de notre ami commun, et je ne gagnerais rien en retour. Votre enfant ne m'intéresse pas plus que celui de n'importe quelle mère en ce monde, car il représente, lui et tous les bébés qui sont nés, l'avenir de Kosaten. Et tout ce que je souhaite pour eux, et pour lui par extension, c'est de vivre heureux. Rien de plus. J'ai tout intérêt à le laisser à vos soins et à vous protéger tous les deux. Si vous venez jusqu'à Chikai, personne ne pourra vous approcher impunément. Et si Nagato essaye de se frayer un chemin jusqu'à vous, je m'en occuperais personnellement. Lorsque nous gagnerons la guerre, vous serez plus libre que jamais, vous et votre enfant, et plus rien ne pourra vous menacer. Réfléchissez, voyons, réfléchissez bien. Il n'y as aucun espoir pour vous du côté de ce monstre. Ni pour vous, ni pour votre fils. Le risque est énorme si vous restez avec eux, tandis qu'il est minime si vous venez avec moi. Peur de Nagato ? Je le comprends. Mais si vous avez réellement peur de lui, vous comprendrez que vous ne pouvez pas compter sur lui, ni sur le fait qu'il ne vous enlèvera pas vote fils. Car il le fera.



Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1764
Yens : 125
Date d'inscription : 29/12/2014

Progression
Niveau: 92
Nombre de topic terminé: 35
Exp:
4/6  (4/6)
avatar
Rumaki Oshigato マ Maman de Fuyu マ

-



MessageSujet: Re: le courage d'oser l'hostilité [aki]   Ven 7 Avr - 22:27






Une promesse intérieure


Aki ne lâchait l'affaire. Cela me mettait dans une position fort délicate, mais cela montrait aussi à quelle point elle était déterminée à vouloir mon bien. Finalement, elle me ressemblait au niveau de la compassion pour autrui. Je n'avais pas autant de répondant et d'assurance qu'elle, mais je voulais la même chose qu'elle. Je voulais la paix, et le bonheur autour de moi. Je voulais le sourire aux lèvres de ces civils pris par une guerre de pouvoir dévastatrice. Oui, je voulais tout cela, et aki aussi.

Alors qu'attendais-je pour sauter sur l'occasion. J'avais enfin en face de moi la personne que je recherchais dans ce monde démoniaque. J'avais enfin la porte de sortie à toute mes souffrances. Après Mei qui m'avait sortie du trou de la torture, je rencontrais la personne qui allait me permettre de ne plus jamais y retourner. Alors pourquoi réfléchir autant. Pourquoi l'envie que j'avais de lui sauter dans les bras pour la remercier de sa grande dévotion ne se concrétisait pas ? Il y avait à cela deux raisons. Celles-ci stoppaient mes envies pour me scander d'être méfiantes. Pas envers aki, mais envers les conséquences future en cas d'acceptation. Je commençai à avoir de la peine à supporter le regard de la druidesse, mais après une minute de silence, je dus me faire violence pour déclarer, la mort dans l'âme.

Je ne saurais assez vous remercier Mademoiselle Aki. Votre dévouement pour quelqu'un que vous connaissez à peine me touche beaucoup. J'ai l'impression de me voir dans un miroir, tellement vos propos résonnent en moi. Vous avez juste un atoût que je n'ai pas: le courage et la détermination. Je vous connais depuis peu, et pourtant je vous apprécie déjà beaucoup. Mais malgré ça...


Je baissai les yeux sur mon fils.

J'aimerais prendre du temps pour réfléchir à votre proposition tombée du ciel comme un miracle de Dieu. Nagato reste un sujet de peur pour moi, et j'aimerais me sentir totalement prête avant de m'engager totalement et d'assumer la trahison que je vais lui porter. Et puis, il y a Mei. C'est une personne d'un certain âge qui a été plus qu'une aide pendant ma grossesse forcée. Elle a été mon ange gardien, un pilier solide pour me soutenir et me remettre de cette épreuve. Je ne peux pas l'abandonner sous prétexte que je veux me protéger moi. Je n'en ai pas le droit. En fait, j'aimerais lui en parler avant de vous donner ma réponse.  

Je posai enfin à nouveau mon regard sur elle, empli d'une légère euphorie à l'idée de pouvoir enfin quitter Fuyu en sécurité.

D'ici quelques mois je devrais pouvoir vous donner une réponse. Comment pourrais-je vous contacter ? Je n'aimerais pas perdre contacte avec une personne si aimable que vous.



Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

-



MessageSujet: Re: le courage d'oser l'hostilité [aki]   

Revenir en haut Aller en bas
le courage d'oser l'hostilité [aki]
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» wyclef a-t-il le courage d'un revolutionnaire?
» Première épreuve : Le courage !
» Quatre Chemins, Trois Chatons [PV Petite Perle et Petit Courage]
» Le 13 juin... divers et surtout COURAGE LES KAISANOUX !!!
» Courage, fuyons.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Manga Multiverse ::  :: Empire de Seika :: Grands canyons-


Crédits : Design : Phoenix & Pingouin Règlements & Contexte : Phoenix
Forum optimisé pour Google Chrome.