Partagez | .
La statuette
Messages : 1048
Yens : 899
Date d'inscription : 09/11/2016
Age : 17
Localisation : Minshu

Progression
Niveau: 112
Nombre de topic terminé: 43
Exp:
11/12  (11/12)
avatar
Bashô ℣ Traître ℣

-



MessageSujet: La statuette   Sam 26 Nov - 0:04



Petites annonces...


Bashô se baladait nonchalamment en ville. Il était arrivé dans la ville charmante et animée qu'est Tokanatsu. Pourquoi était-il dans cette ville? Pour la même raison qu'à chaque fois qu'il se déplace: L'inspiration. Cette ville était bien plus vivante qu'Hibana qui n'était qu'une bourgade en comparaison. Les relations humaines étaient bénéfique pour l'esprit créatif du poète. De plus cette ville était composé du nom de "Natsu". Cela lui rappelait son aventure avec les bandits lors de laquelle il s'était fait passer pour cet élu.

Le cœur du poète
Tremble et bat
Nouvelle aventure?


En tout cas, c'était une belle journée pour se promener. Il faisait beau et chaud. En arrivant sur une place, il vit des artistes danseurs. Leurs costumes légers rouges mettait bien en valeur leur "danse du feu". Bashô voulut se montrer généreux mais se souvint qu'il devait profiter d'être en ville pour récupérer de l'argent. "Ah oui, c'est vrai, je suis complètement raide..." s'exaspéra-t-il. Sur ces mots, il s'appuya sur une sorte de panneau. Il entendit le bruit du papier froissé. Une affiche s'était fripée au contact du dos de l'élu.
"Petites annonces" lut alors Bashô en titre de ce panneau d'affichage. "Tiens donc" se dit-il intrigué. Il se mit à lire les annonces, la plupart étaient banales. Une pourtant, attira son attention:


Type de l'annonce: Emploi (mission à caractère unique)
Nombres de postes: 2
Prime: 500 yens
Compétences requises: Savoir enquêter et se battre.

Autres: Tous les intéressés sont priés de se retrouver 13 rue Fenghuang. Il y aura une sélection parmi les candidats. Seuls les deux candidats jugés les plus aptes seront retenus pour ce travail. Pour cela, une simple démonstration de vos capacités fera l'affaire (élus favorisés).



Si cette annonce avait retenu son attention, c'était parce qu'elle puait le travail illégal. La description trop vague de l'emploi et les compétences exigées allaient dans ce sens. Au vue du nom de la rue, Bashô aurait mis sa main à couper que c'était une riche villa dans l'un des plus beau quartier. Le commanditaire devait sûrement être un noble où quelque chose du genre. C'est pourquoi il ne devait pas craindre de poser une telle affiche ici sans plus de vérification sur l'annonce de la part de la milice locale. Et ce mystérieux commanditaire avait bien pris soin de ne pas donner son nom.

Néanmoins, le caractère sans doute illégal de cette affaire ne voulait pas dire que ce serait mauvais pour lui... Bien au contraire, c'était même comme ça qu'il travaillait le mieux. Bashô décida donc de se présenter. "L'investigation au sein de la pègre a toujours été ma spécialité" ricana-t-il...


***


Le lendemain soir, après avoir mené sa petite enquête sur la villa, ce qui est la routine avant un travail, il alla à l'adresse indiquée. Un homme de main semblant travailler là l'accueillit à l'entrée du jardin. Il ne ressemblait pas à un maffieux, pourtant c'en était un, Bashô en était maintenant sûr. Il avait l'air qu'ils ont tous, toujours à se méfier de tout. Ses beaux habits ne le trompait pas, bien au contraire. Il avait du flair pour ce genre de choses.

-Bonjour, que puis-je faire pour vous? demanda l'homme.

-Bonjour à vous, je viens pour l'annonce, répondit-il humblement.

-Vous êtes au bon endroit, suivez-moi. Puis il partit en direction de la porte d'entrée.

La villa était, comme il s'y attendait, immense. En entrant, le hall d'entrée était finement décoré. Il put également y voir des idoles de phénix sculptées. Ils traversèrent plusieurs pièces avant d'arriver.

-Attendez ici s'il-vous-plait, dit l'homme en l'abandonnant.

La salle dans laquelle il avait été amené comptait 8 autres guerriers tous plus imposants les uns que les autres. Et tous n'étaient sûrement pas arrivé.

-Bonsoir! se risqua Bashô.


©MangaMultiverse

Revenir en haut Aller en bas
Messages : 5801
Yens : 158
Date d'inscription : 25/10/2014
Localisation : En haut de la montagne

Progression
Niveau: 232
Nombre de topic terminé: 125
Exp:
16/24  (16/24)
avatar
Zayro Jinn ✚ Messager de l'enfer ✙

-



MessageSujet: Re: La statuette   Mar 29 Nov - 13:51



La Statuette

feat.Bashô



C'est à Tokonatsu que Zayro décida de s'arrêter. Après avoir tué le Lionix, il devait trouver un enchanteur spécialisé et un alchimiste doué pour pouvoir faire quelque chose avec le morceau de peau de la bête et son sang si rare. Tuer une bête sacrée était un crime en Seika et c'est pour cela qu'il se rappela ou frapper. Toute les villes de la nation rouge n'accueillait pas la pègre. Il y'en avait quelques un à Chikai, la capitale trop renforcée au niveau sécuritaire et bardée de gardes qui à défaut d'avoir sa force et son niveau, pourraient tout de même le ralentir jusqu'à l'arrivée des sous-fifres royaux, il était donc inutile de viser cet endroit. Hibana ? Cette citée connaissait depuis toujours la terreur rien que par son propre nom. Il avait par deux fois détruit ce village, enfin la moitié au moins et autant d'habitant.

Les monuments aux morts et tombeaux étaient presque aussi nombreux que les maisons qui furent depuis reconstruites. Mais le moral n'y était pas et autant dire que la mafia non plus. Si ils avaient pu profiter dans les premiers instant de cela, la seconde attaque laissa une place de malédiction de la part de cette ville qui était désormais boudée. Au final, était-ce un mal ? Pas si sur... Quoiqu'il en soit, c'est donc à Tokonatsu que Jinn trouverait ce qu'il cherchait.

Il n'était pas venu ici, en tout cas pas dans ses lointains souvenir, quoique... Mais cette periode de son histoire devait être effacé de son esprit. De toute manière, même si il y'était passé il y'a fort longtemps, ce dû être furtif et ne laissa pas chez lui une marque tangible. En revanche, il avait encore la mémoire des documents lu à Fuyu, concernant certains éléments et groupement de bandits farouches et organisés dans certaines régions. Chacun étaient connus pour diverses choses, pouvant s'averer utiles ou non. Combats clandestins, alchimie et magie noire, tortures, deal de drogue, vente de documents, réunion obscures et j'en passe. Ceux qu'il venaient voir, étaient spécialisés dans deux grands marchés. Les combats pour le compte de nobles s'en réjouissants que trop et, l'alchimie noire. Cela comprenait donc des guerriers qui étaient bien souvent recrutés pour des jobs ou par annonces et s'en allait divertir dans des maisons closes ou des châteaux, les nobles, dans des duels à mort.

Zayro avait l'adresse et de toute manière il ne tarda pas à trouver la preuve qu'il cherchait. Il se fichait qu'on puisse le reconnaitre, disparaitre était à sa portée depuis qu'il avait apprit à se défragmenter entièrement. Kosaten avait beau brider les élus dés leurs arrivées, il n'empêche que lorsqu'on surpassait le sceau, l'ont transcendait ses propres pouvoirs. Une affiche était donc posée sur un mur et il l'a décrocha pour la lire.



Une annonce payée comptant. Ce doit être eux.




Il l'arracha et se rendit calmement à l'endroit indiqué. Ce n'était pas une maison close ou un château, mais une villa. Un endroit qui puait la bourgeoisie et le luxe, la dépravation et la paresse d'un vieux noble lui rappelant un peu ces paresseux de Matsuri. En s'approchant de la porte, un homme l'aborda pour le stopper. C'était vraisemblablement un des gardes qui s'occupait d'accueillir les invités ou ceux qui avaient répondus à l'annonce. A coup sur, ces derniers n'hésitaient pas à graisser la pâte des autorités compétentes qui osaient passer pour tenter quelque chose. Mais ce n'était pas une autorité de loi aujourd'hui.

Monsieur ? Vous ne pouvez pas rentrer... Vous êtes sur le domaine d'un Lord de Seika.

Evidemment, il était difficile de ne pas dévisager Zayro Jinn. Bien que le garde semblait ignorer de qui il s'agissait, chose assez rare et en même temps pathétique. Cela laissait bien entendre que ces gens et leurs braves soldats ne intéressaient pas au monde qui les entouraient. Enfin bref, comme sous entendu précédemment, ce type dévisageait le colosse.

Un mètre quatre vingt dix de muscle, enrobé d'une armure sombre et violacée, d'une robe de combat laissant traîner derrière elle une vingtaine de lames tranchantes rayant le marbre ou un simili sur lequel elles étaient posées. Même si le garde était costaud, il avait la sueur au front. Inutile de dire la suite, le géant de Fuyu saisit l'individu par le cou, le soulève à son niveau sans qu'il ne puisse rien faire, mis à part tenter de chercher de l'air inutilement.

Que... Qu'e...Arrglraaala.... aa.. L'Ai....dE....Arfgghh...



Je ne suis pas ici pour perdre du temps avec la main d'oeuvre.




Broyant la nuque du pauvre type, dans un craquement significatif qui laisse la peau se tordre et la chair exploser sous la compression, il jette par la suite le corps sur le coté et passe son chemin, ouvrant la porte et continuant sa route dans les longs couloirs de la villa, la main encore ensanglantée et gouttant. C'est une servante en soubrette qui est interloquée par le bruit et les traces qui vient à croiser son chemin, avant de pousser un cris horrifié. Il n'y a pas tant de raison que ça, mais bon.

Zayro passait les pièces, voyant défiler les phénix en pierre, en or, ornés de dorures. C'était le comble de l'hypocrisie, mais un bel endroit pour la pègre après tout. Jusqu'à ce qu'il sente autour de lui quelques atomes bien rassemblé et entra donc sans hésitation dans la pièce. Huit individus y étaient tous regroupés, l'air suspicieux, attendant visiblement quelque chose ou quelqu'un. Zayro comprit rapidement qu'il s'agissait des gladiateurs d'aujourd'hui, ceux qui avaient étés recrutés et ne savaient pas qu'ils finiraient sans doute dans une caisse en bois dans les prochaines heures. Généralement c’était des pauvres, des gens de la rue, seuls et sans familles... Qui les pleureraient ? Personne.

Jinn entra donc et referma la porte, passa devant eux toujours la main droite pleine de sang, avant de prendre place sur un fauteuil qui trônait par là. Si ils attendaient, c'est que quelqu'un viendrait. Sauf s'il s'agissait du type de l'entrée, pour sur lui, ne viendrait plus.

Est-ce que pour autant, certains avaient reconnus le messager de l'enfer ?




Fiche technique~Mon nouveau theme
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1048
Yens : 899
Date d'inscription : 09/11/2016
Age : 17
Localisation : Minshu

Progression
Niveau: 112
Nombre de topic terminé: 43
Exp:
11/12  (11/12)
avatar
Bashô ℣ Traître ℣

-



MessageSujet: Re: La statuette   Mar 29 Nov - 19:45



Rencontre avec la peur...



La note de politesse de Bashô n'avait visiblement laissé qu'un froid, aucun d'eux ne répondit. "Ce boulot ne promet pas d'être drôle" soupira-t-il pour lui-même. N'ayant pas de place où s'assoir, il attendit debout. Mais seulement quelques minutes plus tard, un cri féminin retentit. Tout le monde dans la pièce se crispa, certains se levèrent. Des regards furent échangés mais pas une seule parole.

Puis, d'un seul coup, la porte s'ouvrit pour faire entrer un des guerriers les plus imposants que Bashô n'ait jamais rencontré... Une véritable montagne dont la manière de se mouvoir trahissait une grande aisance martiale. En se déplaçant, des lames sur le bas de sa robe de combat s'entrechoquaient. Sa main droite couverte de sang frais ne dénotait absolument pas avec son physique de tueur. Pour la première fois depuis longtemps, Bashô eut peur...


Gouttes de sueur
Maux au ventre
La Terreur est là...


Ce nouvel arrivant, après les avoir examinés, alla s'assoir à la place d'un guerrier qui s'était levé. Ce dernier n'osa rien dire et s'éloigna aussitôt. L'ambiance ne se détendit pas.

Tous attendirent plusieurs dizaine de minutes avant de commencer à sérieusement se poser des questions. Cela faisait maintenant une demi-heure que l’horaire de rendez-vous était dépassé et toujours personne ne s'était présenté. En temps normal, attendre une demi-heure pour un client important n'aurait pas posé problème à notre mercenaire professionnel, mais cette fois-ci, l'ambiance oppressante due à l'arrivé du colosse le poussa à s'impatienter.

Il sortit donc de la pièce à la rencontre de quelqu'un pouvant le renseigner, sans rien dire aux autres occupants de la pièce. Une fois dans le couloir, il fut surpris de pouvoir être autant soulagé d'avoir quitté un endroit. Pourtant, ce guerrier, en plus d'une certaine peur, lui inspirait également la curiosité. Un tel homme, s'il avait une manière de penser similaire à celle de Bashô, pourrait former un formidable compagnon d'arme. Il attendait donc avant de se faire son opinion sur cet homme malgré la difficulté pour lui d'être impartial dans cette situation.

Une chose surpris l'élu. La villa semblait inhabité, aucun bruit ne se faisait entendre contrairement à son arrivé où elle semblait plutôt active. Il se mit à monter doucement les marches du somptueux escalier menant à l'étage sans faire de bruits. Son oreille aiguisée le prévint d'une présence dans une chambre à quelques portes de là. Toujours à pas de loup, Bashô s'approcha de la porte. Les bruits se précisèrent. C'étaient des sortes de gémissement. Après avoir calmé les battements de son cœur comme il avait appris à le faire il y a de nombreuses années déjà, il entra tout d'un coup dans la chambre!
La personne s'y trouvant sursauta à l'entrée fracassante du guerrier. Ce n'était qu'un simple serviteur, il n'y avait aucune menace apparente.

-Qui es-tu?! Que se passe-t-il ici?! Répond à mes questions! dit Bashô au serviteur en étant presque agressif.

-Je ne suis qu'un simple serviteur! Lord Juma m'a demandé de faire sa valise, je ne fais rien de mal! répondit le serviteur, apeuré par quelque chose que Bashô ignorait encore.

-Sa valise? Explique toi plus en détail, je ne suis pas d'humeur...dit-il calmement.


-Un guerrier est venu pour l'annonce mais ce n'était pas n'importe quel guerrier. Je l'ai aperçu et l'ai reconnu! C'était le messager de l'enfer, l'élu de Fuyu, Zayro Jinn! Pas besoin de vous faire un dessin, vous connaissez forcément cette terreur là! Dès que lord Juma l'apprit, il partit immédiatement, sans rien emporter d'autres que ses hommes d'armes. Le messager de l'enfer devait venir pour lui. Moi, je suis chargé de faire sa valise puis de le rejoindre. Sans ordre spéciaux de la part du maître, beaucoup sont partis. Et il faut vite que je le rejoigne avant qu'il m'arrive moi-aussi des problèmes! lui répondit-il, complètement affolé.

Il ne connaissait pas ce Zayro mais il se souvenait de ce que  lui avait dit Nitawia, la première élue qu'il avait rencontrée."Prends garde aux élus de Fuyu" lui avait-elle conseillé. Les craintes de Bashô s'étaient confirmées. Mais l'offre de son employeur, lord Juma de son vrai nom, devait toujours tenir malgré les évènements.

-Félicitation, tu viens gagner une escorte, amène moi à ton maître immédiatement!
lui dit-il, content de pouvoir saisir cette occasion.

©MangaMultiverse



Dernière édition par Bashô le Dim 11 Déc - 21:55, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 5801
Yens : 158
Date d'inscription : 25/10/2014
Localisation : En haut de la montagne

Progression
Niveau: 232
Nombre de topic terminé: 125
Exp:
16/24  (16/24)
avatar
Zayro Jinn ✚ Messager de l'enfer ✙

-



MessageSujet: Re: La statuette   Mer 30 Nov - 15:17



La Statuette

feat.Bashô



La présence de l'imposant Jinn ne laissa pas de marbre certains des guerriers qui le dévisagèrent. Mais il n'en avait que faire, du moins pour le moment. Il s'était installé en attendant que quelque chose de neuf se produise, qu'on vienne l'accueillir. Bien entendu, il sentait les présences dans la villa, ça bougeait, forcément quelqu'un allait venir ? Mais après les premières minutes, longues il fallait l'avouer, c'est avec un certain ennuis qu'il constatait que personne n'allait se présenter à eux ou lui. Un homme s'était aussi impatienté dans la troupe et il l'observa quitter la pièce alors que les autres étaient comme figés sur place.

Ouvrant la porte et quittant donc la salle ou il se trouvait précédemment, Bashô entreprit surement de trouver lui même les réponses à ses propres questions. Zayro se leva également, disons quelques secondes après. Regardant une dernière fois les autres qui étaient entassé comme des bœufs préparés à aller à l’abattoir, il referma la porte avec ses yeux froids habituellement si distants. Il n'avait pas grand chose à faire de leurs vies, mais ce qui lui importait actuellement était de trouver cet enchanteur de la pègre. Hors, Jinn avait la mauvaise impression qu'on le fuyait.

Même si la crainte qu'il inspirait était forcément normal, avec la réputation qu'il se traînait, ne pas obtenir quelque chose pouvait être embêtant et il était hors de question de courir après le fameux Lord de cette maison... C'est donc dans cette optique qu'il traversa les couloirs, voyant le pas de la personne ayant prit le parti de chercher dans la ville, disparaitre au sommet des escaliers. Pour le moment, Zayro resta au rez-de-chaussez, tout simplement parce-que c'est ici qu'il ressentait les atomes les plus... Vif diras-t'on.

Laissant donc Bashô au premier, mener son enquête pour le moment, le colosse entra quand à lui dans une pièce qui faisait office d'entre-deux, avant d'ouvrir une autre porte menant à une sorte de lavoir. Des serviteurs étaient encore réunis en tremblant, la peur au ventre.



Ou est votre maitre ?




Lor... Lord Juma s'est... Enfuis en vous voyant arriver.. Il est peut être encore dans sa chambre... Je ...



Peu importe ce couard finalement. Son enchanteur personnel était avec lui ?





Le.. Le mage de sa cour ... Il... Il se trouve au second dans... Son bureau...

Le géant fuyujin avait donc obtenu ses réponses. Si ce lord avait fuit pour sa vie, c'est qui devait surement avoir quelque chose à se reprocher ou de peur que Zayro le tue simplement pour le tuer, ait pensé a sa vie avant celle de tous les autres. Il ne lui en voulait pas vraiment, mais il eut été possible que le messager de l'enfer l'ait tué pour diverses raisons. La possibilité que Juma soit encore présent était à étudier, mais il n'était pas, malgré ses craintes, l'objet de sa venue ici.

Quand bien même, il restait au moins le plus important, son mage et sans doute quelques gardes et serviteurs qui dans le manque de compréhension et de panique n'avaient pas pu s'enfuir. Sans compter le combat clandestin annulé pour la soirée finalement. Zayro se dirigea donc à nouveau vers le hall principal pour rejoindre les escaliers emprunté quelques minutes auparavant par Bashô. Entre temps, il croisait les soubrettes fuyants en déversant à ses oreilles des cris peu agréable, alors qu'il ne faisait rien... Pour le moment en tout cas.

Mais comme ces pies étaient particulièrement agaçantes, vraiment, il en attrapa une au passage de course pour lui briser la nuque sur le coup. Elle cessa son piaillement incessant et le calme revint devant les airs choqués de ses congénères.



Faites donc un peu de silence.





C'est sur ce meurtre gratuit et ces mots doux que le colosse commençait désormais à monter doucement mais surement les marches de marbres luxueux de la villa, pour finalement atteindre le second étage et chercher ce qu'il désirait depuis le début.

Le second était composé d'un salon privé, de chambres et de bureau notamment du maitre de maison et aussi du mage en personne. Le tout parfumé par un concentré de rose carmin qui donnait à la résidence une douceur bourgeoise dont... Zayro se fichait il fallait bien le dire. Mais on sentait un certain goût pour la richesse, la finesse et la propreté. Sous ce masque se cachait pourtant des combats à mort, les plus noirs desseins d'une mafia sans remords.

Arrivant au second, faisant face à un autre couloir qui n'en finissait pas, Jinn prit donc à parti de faire sortir l'abeille de son trou d'une manière ou d'une autre. De plus, toute cette comédie avait assez duré pour lui. Il posa sa main contre la tapisserie et usa de combustion atomique pour faire brûler les murs qui ne tardèrent pas à prendre feu.

Inutile de dire que les fourrures et les tissus brodés étaient particulièrement réceptif aux flammes dévorantes. La villa allait disparaitre en quelques heures, tous avaient encore assez de temps, mais c'était la "punition" pour ne pas avoir bien accueilli le messager de l'enfer en ces lieux.



....




Il s'avança doucement, tandis que peu de direction et de choix possible s'offrait à lui. A droite, une chambre dans laquelle se trouvait Bashô et un serviteur. Tout au fond du couloir, le bureau du mage, un peu avant sur la gauche, celui du Lord. Bientôt, plusieurs gardes sortirent en entendant le feu crépiter à leur étage. Ils avaient des masques, des épées et auraient pu faire peur à un bandit à la limite, mais là...




Fiche technique~Mon nouveau theme
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1048
Yens : 899
Date d'inscription : 09/11/2016
Age : 17
Localisation : Minshu

Progression
Niveau: 112
Nombre de topic terminé: 43
Exp:
11/12  (11/12)
avatar
Bashô ℣ Traître ℣

-



MessageSujet: Re: La statuette   Mer 30 Nov - 16:53



Retraite stratégique



Le serviteur ne comprit pas tout de suite la réelle intention de Bashô qui était de se servir de lui. Il devait être l'une des seules personnes à savoir où était actuellement le parrain, donnée qui serait très utile au mercenaire.

Un cri retentit. Les deux individus stoppèrent tout mouvement. Le serviteur s'arrêta même, sans s'en rendre compte, de respirer pendant quelques instants. Ils purent entendre le colosse monter et dire quelque chose qui n'était pas audible pour eux. Le silence se fit instantanément dans le couloir.

Quelques secondes plus tard, des crépitements se firent entendre et de la fumée sentir. C'était clair, quelqu'un venait de mettre le feu à la tapisserie dans le couloir. "Et merde, il aura pas traîné celui-là!" pensa-t-il en devinant le responsable de ce départ d'incendie. La chose devenait plus complexe, ils ne pouvaient pas simplement sortir par là où il était rentré, au risque de tomber né à né avec l'autre tueur psychopathe. Bashô posa sa main sur la bouche du serviteur qui commençait à s'agiter par peur. Ce dernier n'avait pas tord. C'était normal dans cette situation d'être terrifié. Si seulement Bashô avait sa force d'antan, il aurait sûrement put faire quelque chose mais là... Il se concentra pour percevoir son aura qui symbolisait toute sa puissance. "Si peu, je ne peut vraiment pas me battre dans ces circonstances..." se dit-il accablé par sa propre faiblesse.

Apparemment, des hommes de main de la villa étaient sortis afin d'appréhender Zayro Jinn. Encore une fois, il ne put pas entendre ce qu'il se dit. Contrairement aux maisons traditionnelles nippones, les murs de celle-ci étaient assez épais. Une rapide évaluation s'imposa dans l'esprit du poète-guerrier. Zayro était un élu de Fuyu ayant une grande renommé étendue partout dans le monde. Cela voulait dire qu'il était sûrement arrivé à Kosaten il y a longtemps et qu'il avait eu le temps de récupérer toute sa force d'antan. Il était donc sans aucun doute aussi fort que Bashô avant qu'il perde ses pouvoirs. Certainement encore plus même. Il parvint donc à cette conclusion: Les maffieux n'avaient pas l'ombre d'une chance de le vaincre. Ils devaient donc fuir et ne pas compter sur les guerriers du parrain pour mettre fin à la menace. Le parrain lui-même l'avait compris après tout...

-Y a-t-il un passage secret pouvant nous mener à l'extérieur sans passer par le couloir, toi qui est le serviteur personnel du parrain?
demanda-t-il en chuchotant à l'oreille de son assurance paiement; après avoir enlevé sa main de sa bouche.

-Il y en a bien un en effet, mais il est dans le bureau de notre enchanteur, à quelques pièces d'ici. Le problème c'est que pour y aller, il faut emprunter le couloir! lui répondit-il, toujours apeuré.

Un enchanteur? Ce genre de personnes n'existait pas dans le monde de Bashô et il s'étonna de cette pratique. Mais il y avait plus important: Il y avait bel et bien un passage secret qui pouvait leur permettre de sortir sans être vus du messager de l'enfer. Malheureusement, il fallait passer par le couloir pour accéder à cette pièce. En bon enquêteur sachant garder son sang froid, il alla examiner la façade de l'arrière du bâtiment à la fenêtre. "Bonne nouvelle" se dit-il. En effet, la villa possédait un rebord ouvragé à la jointure des étages de vint centimètres de large. C'était plus qu'il n'en fallait pour atteindre leur but. "Trop facile..." ricana-t-il intérieurement.

Leur avancée fut en effet facile. Le serviteur, mue par la peur, ne ralentit pas Bashô. Ils n'eurent pas non plus de difficultés à s'introduire dans le bureau. Par cette chaleur, les fenêtres restaient la plupart du temps ouvertes en soirée pour rafraîchir la villa. En pénétrant dans le bureau du mage, il fut presque étonné de ne pas y trouver ce dernier. "Il a dû lui-aussi prendre la fuite" se dit-il. Une potion était en train de décanter sur son atelier de travail, lui servant certainement de laboratoire, et dégageait encore des vapeurs verdâtres. "Mais il n'y a pas longtemps" ajouta-t-il à sa première réflexion.

-Sais-tu où se trouve exactement le passage secret? demanda Bashô à son acolyte.

-Malheureusement non, je ne connaît que son existence, lui répondit-il.

Bashô souffla et ils se mirent à le chercher. Si l'enchanteur était parti précipitamment, il avait sûrement laissé des indices sur l'emplacement du passage secret.

Il savait qu'ils devaient se dépêcher. En revanche, il ne savait pas que l'endroit où ils se trouvaient était également l'endroit où se dirigeait Zayro.

©MangaMultiverse

Revenir en haut Aller en bas
Messages : 5801
Yens : 158
Date d'inscription : 25/10/2014
Localisation : En haut de la montagne

Progression
Niveau: 232
Nombre de topic terminé: 125
Exp:
16/24  (16/24)
avatar
Zayro Jinn ✚ Messager de l'enfer ✙

-



MessageSujet: Re: La statuette   Mer 30 Nov - 22:35



La Statuette

feat.Bashô



Le feu commençait à se répandre doucement, tandis que de l'autre coté de la porte Bashô et le serviteur cherchait à tout prix à éviter de croiser Zayro. Même si il ne le connaissait pas encore, la réputation taillé par le sous fifre à ses cotés semblait largement suffisant. Dépeignant un homme à la fois monstrueux et craint. Le colosse n'avait pas que la carrure pour faire trembler les autres, mais il se fichait de cette réputation, acquise de la part de Nukumi d'ailleurs, il l'apprit plus ou moins à ses dépends peu de temps avant. Au moins, cette folle avait lâché sa trace pour le moment. Quoiqu'il en soit, il se retrouvait face à une multitude de gardes qui ne voulaient pas vraiment le laisser faire ou aller à sa guise.

Même si ces derniers étaient enveloppé par la peur, ils ne se dégonflèrent pas pour autant et les premiers foncèrent sur lui avec leurs armes blanches. Ils se débrouillaient, c'étaient vraisemblablement de bons guerriers au corps à corps, avec de bonnes connaissances en arts martiaux. Mais ce genre de facéties étaient inutiles face à lui. Au même moment, le barbu de l'autre chambre avait finalement trouvé le moyen d'éviter le couloir et passait par les rebords exterieurs, accompagnés du valet qui allait visiblement le coller encore un bon moment.

Cela n'échappa pas vraiment au regard de Zayro, même si il n'y avait aucune ombre à travers le tissus, étant donné que la lumière était à l'intérieur, les atomes eux, étaient bien présent. Mais pour le moment, il devait garder un oeil sur ses adversaires, ce qui laissa assez de temps à l'élu en question pour arriver au bureau de l'enchanteur sain et sauf... Pour le moment. Les premiers gardes virent leurs armes se briser au contact de l'armure du géant de Fuyu. Mais ce n'était pas encore tout...



Reizâ... Sen'tan.




En prononçant ces quelques mots, Zayro pointa son doigt dans la direction de l'un des sbires et transperça son crâne d'un seul coup, alors qu'un laser atomique très fin sorti pour se planter en plein dans le coeur d'un autre juste derrière. Bashô pu le voir, puisque le laser traversa la porte en laissant un trou simple d'environs cinq centimètres de diamètre. Le géant continua de transpercer les premiers venus avec son doigt comme s'il s'agissait d'une balle et rapidement les six ou sept gardes s'écroulèrent, morts et necrosés. Les lasers chargés d'atome corrompus ne faisaient pas seulement mal s'ils touchaient leurs cibles...

Mais d'autres arrivèrent derrière lui, venant du rez-de-chaussez, des renforts appelés par le lord sans doute. Ces derniers étaient plus d'une vingtaine et il était désormais hors de question de s'en occuper un à un. Autant faire les choses vite et bien.

Zayro chargea quelques chose dans sa main, avant de relâcher une energie qui laissa un flash blanc intense éclairer la pièce comme en plein jour !



Disparaissez... Atom chaos orb.







Une vague de feu nucléaire, atomique, bref... Tout engloba la pièce jusqu'à en dévorer les flammes précédente et que la matière ne soit totalement engloutie en quelques secondes. Après que la vague ait simplement tranchée tout l'étage de moitié et coupée par la même occasion tous les hommes debout en deux à ce moment là, ceux touchés, organisme ou non, furent emportés. La défragmentation désagrégeait alors bout à bout chaque morceaux ou parcelles de vivants et de non vivants. Les murs laissèrent bientôt place au vide et la vie à la mort.

Plus de porte et pourtant, dans tout ce chaos, l'élu qu'il avait face à lui avait survécu et pas seul en plus. Etait-ce la chance qui avait préservé ces deux là ? En tout cas, en ayant fait table rase de l'étage, Zayro pu enfin voir le reste et ceux qui s'étaient cachés. Bashô... Le serviteur... Et une autre surprise.... Un nuage de fumée explosa en laissant apparaître : l'Enchanteur !

Ce dernier avait utilisé un sort de retrécissement pour échapper à cet enfer de justesse. C'était bien joué de sa part en quelque sorte et ça arrangeait Jinn, qui était après tout venu pour lui.



Trois survivants, dont vous... Je vous cherchais.




L'Enchanteur : Quel affront ! Vous attaquez à Lord Juma, dans Seika ! Puis à moi... Et... Puis il se tourna vers Bashô ... Et vous qui êtes vous ?? Bon sang... Que se passe t'il ici. Le messager de l'enfer et cet homme que je ne connais pas. Que me voulez vous ?!

Il était peut être l'heure des explications, des peurs et des révélations ?




Fiche technique~Mon nouveau theme
Spoiler:
 


Dernière édition par Zayro Jinn le Ven 2 Déc - 16:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1048
Yens : 899
Date d'inscription : 09/11/2016
Age : 17
Localisation : Minshu

Progression
Niveau: 112
Nombre de topic terminé: 43
Exp:
11/12  (11/12)
avatar
Bashô ℣ Traître ℣

-



MessageSujet: Re: La statuette   Jeu 1 Déc - 17:27



Explications



Bashô et le serviteur, dont il ne connaissait même pas le nom, cherchaient frénétiquement un indice, une preuve de la présence du passage secret. Bashô n'avait pas réellement peur, il était plus mût par son instinct de survie. Ce n'était pas comme si le guerrier sanguinaire était venu pour le tuer lui. Mais obéir à cet instinct qui lui avait plus d'une fois sauvé la vie était devenu une sorte de règle pour lui.

Soudain, un laser transperça la porte et les fit sursauter! Il fallait réellement qu'ils se dépêchent s'ils ne voulaient pas avoir à devoir s'expliquer avec l'autre énergumène. Cela ne serait pas forcément mauvais pour lui mais prudence est mère de sureté. Au lieu de se dépêcher, le serviteur se jeta sous le bureau, tout tremblant. Bashô ne pouvait pas le pousser à chercher avec lui pour deux raisons. Premièrement, il ne savait pas qu'ils avaient déjà été repérés depuis longtemps par Zayro, il ne voulait donc pas faire de bruits. Deuxièmement, même en travaillant de son plein gré, il avait une efficacité déplorable alors en travaillant sous la terreur... Bref, il devait continuer à chercher seul et vite. "Il faut que je cherche des signes au sol, c'est forcément à cet endroit que se trouve l'entrée du passage secret" se fit-il la réflexion. En effet, les murs étaient épais, mais pas assez pour renfermer un passage secret. Bashô l'avait bien vu en les parcourant de l'extérieur de la villa pour venir dans cette pièce.

Il enleva donc le tapis du bureau de l'enchanteur pour voir s'il recelait en effet un passage secret. Il colla son oreille au sol et le frappa pour entendre s'il sonnait creux. C'était en effet le cas! Pourtant, une chose encore le préoccupait. Si l'enchanteur avait bel et bien emprunté le passage secret en hâte, il aurait du laisser plus d'indices. Or aucun ne faisait encore son apparition.

Quand tout à coup, une onde de feu détruisit toute la partie supérieure de la maison! La destruction fut propre, jusqu'à presque faire douter à d'éventuels témoins que la partie détruite ait un jour existé. Seulement, Bashô, lui, avait survécu. S'étant allongé au sol pour détecter le passage secret, la vague de flammes l'avait laissé indemne. C'était également le cas du serviteur qui s'était accroupi sous le bureau. Les objectifs de Bashô tenaient toujours mais ils n'étaient plus sa première préoccupation.

Il respira un bon coup et se calma. Il avait fait tout ce qu'il pouvait pour éviter leur rencontre, elle était tout de même arrivé, tant pis. Maintenant il n'avait plus qu'à se montrer noble dans la vie comme dans la mort. Seul le déshonneur était à craindre. Il se mit debout, face à Zayro, armé seulement de son orgueil.

Il garda son air grave, même lorsqu'un nuage de fumé apparu pour laisser place à l'enchanteur qui était sensé être déjà parti. "Il a utilisé un sort de rétrécissement, c'est pour cela qu'on ne trouvait ni de traces de lui, ni de traces du passage souterrain" réalisa Bashô.

-Quel affront ! Vous vous attaquez à Lord Juma, dans Seika ! Puis à moi... Et... s'exclama-t-il à l'intention de Zayro avec une expression mêlé de peur et d'agacement avant de se tourner vers Bashô. Et vous qui êtes vous ?? Bon sang... Que se passe t'il ici. Le messager de l'enfer et cet homme que je ne connais pas. Que me voulez vous ?!

Pendant ce temps, le serviteur était toujours sous le bureau, ou plutôt ce qu'il en restait, à certainement pleurer et prier.

Ce fut Bashô qui répondit le premier:

-Je m'appelle Bashô et ne suis qu'un simple citoyen de Seika. Si je suis ici, c'est pour répondre à la demande de ton maître même si tout cela me semble compromis désormais. Je ne suis hostile à personne et ne cherche qu'à gagner un peu d'argent car cela m'est nécessaire dans l'immédiat. Je pense que trouver un terrain d'entente nous serait profitable à chacun. Au risque de me répéter, je suis neutre, termina-t-il.


©MangaMultiverse

Revenir en haut Aller en bas
Messages : 5801
Yens : 158
Date d'inscription : 25/10/2014
Localisation : En haut de la montagne

Progression
Niveau: 232
Nombre de topic terminé: 125
Exp:
16/24  (16/24)
avatar
Zayro Jinn ✚ Messager de l'enfer ✙

-



MessageSujet: Re: La statuette   Ven 2 Déc - 16:50



La Statuette

feat.Bashô



Avançant dans le couloir, alors que le feu avait finalement disparut, l'enchanteur recula d'un pas lorsque Zayro s'approchait. Bien sur, il guêtait en même temps le barbu, le serviteur n'étant pas encore bien visible car ce dernier se cachait. Il devait surement, effectivement, être entrain de prier Fenghuang pour essayer de survivre à tout ça. C'était une soirée qui dégénérait et inutile de dire que les personnes qui attendaient en bas avaient aussi soit fuis, soit se préparaient à monter pour venir voir. Dans tous les cas, Bashô fit sa propre présentation en se levant.

Il disait être un citoyen répondant à l'appel de l'annonce concernant les combats clandestins. Ok, pour ça il y'avait bien une possibilité que ça soit la verité, mais que faisait t'il dans le bureau de l'enchanteur ? Ce dernier le pointa du doigt.

L'Enchanteur : Qui vous à permis d'entrer dans mon bureau Alors ? MENTEUR ! Comment vous avez passez la garde du couloir d'abord ? Oh bon sang... J'ignore tout ce qui se passe, mais je suis le grand mage de Lord Juma, ne me sous-estimez pas tous les deux.

Bien que l'élu barbu ait demandé une sorte de terrain d'entente, ce qui serait évidemment profitable à tout le monde et éviterait de voir le tout finir dans un bain de sang harmonieux, il semblait que l'enchanteur ne soit pas de cet avis. Celui ci ne croyait pas les propos de Bashô et était en même temps terrifié par le messager de l'enfer, dans lequel il n'avait aucune confiance également ! Il faut dire que c'étaient les terres de Seika ici et lui, un ennemi juré de cette nation plus que le monde entier.

Zayro continua sa marche en silence, le regard froidement porté sur le vieil homme qui se justifiait en faisant maintenant de drôle de mouvement, créant dans ses deux mains des boules d'energies vertes étranges. Il comptait surement s'en servir à des fins défensives. Il jeta en effet l'une d'elle sur Jinn, ce qu'il l'enveloppa dans une sorte de bouclier qui l'empêchait d'avancer plus.

L'Enchanteur : STOP ! Pas un pas de plus... Et vous Il tira la même chose sur Bashô. Pareil. Ne bougez pas vous deux. Je ne sais pas encore quoi faire de vous... Une chose est sure, votre venue cache autre chose, tout comme ce fou de Zayro. Repondez à mes questions, tous les deux.




Hmm... Vous pensez vraiment pouvoir me stopper avec une magie défensive d'un tel niveau ?




Mettant un puissant coup de poing dans le bouclier, ce dernier se brisa petit à petit, jusqu'à ce que la magie distillé pour le maintenir n'explose entièrement. Etrangement, cela sembla briser celui de Bashô également, comme si les deux énergies étaient liées. L'enchanteur prit alors cette fois, tout en bondissant en l'air pour reculer un peu plus, deux flammes ardentes dans ses mains.

L'Enchanteur : Im..Possible.... N'approchez pas j'ai dis ! Je suis un maitre des arcanes du feu du Phenix... Je ne suis sans doute pas aussi fort que vous, mais je peux vous promettre une chose, je ...




Je ne viens pas en ennemi. Je venais pour un enchantement personnel. Mais votre accueil déplorable m'a poussé à agir de la sorte, vous ne pourrez vous en prendre qu'à vous.





L'Enchanteur : P...plait t'il ? Vous avez ... Saccagé la villa.... A cause d'un mauvais accueil ? Vous vous rendez compte de votre... VOTRE SOTTISE ! Vous êtes le pire élu de Kosaten tout entier, comment vouliez vous que nous réagissions imbécile !

Le vieil enchanteur finissait par s'enerver tout seul. Il est vrai que Zayro avait ses methodes et qu'elles étaient souvent radicales pour pas grand chose à la base. Néanmoins, il portait un certain courage à agir de la sorte envers lui, le traiter d'imbécile en sachant pertinemment à qui il s'adressait encore une fois ! Bashô devait soit rire, soit pleurer d'une telle situation. Mais au moins, pour le moment, tout le monde discutait. N'était-ce pas ce que cherchait l'élu rouge après tout ?

Cependant, le colosse n'appréciait pas vraiment de se faire insulter et sous estimer dans le même temps. Il fallait faire comprendre à ce vieux fou, qu'il n'allait pas avoir le choix dans tous les cas. C'est donc pour ça, que le messager de l'enfer se téléporta en se défragmentant, juste derrière le mage qui n'eut pas assez de temps pour réagir. Posant alors son pied sur son mollet droit pour le plier en deux et l'écraser brusquement, tout en saisissant son épaule gauche pour lui déboiter. Il brisa les deux membres d'un seul choc, évitant à ce dernier de tenter quoique ce soit.

Très vite, l'enchanteur se retrouva au sol dans un cris de douleur atroce. Zayro se tourna ensuite vers Bashô qui n'allait pas être si inutile après tout.



Vous deux, vous servirez de cobayes pour les prochains enchantements, sortez d'ici et approchez. Quand à vous.. N'essayez pas de me tromper vieux fou. Je vous laisse une main pour travailler. Vous allez faire ce qui se trouve sur cette liste.




L'Enchanteur : aARRhhGgh... Qu'avez vous fais... Mon bras et ma jambe... Je ne les sens plus... Aaah...




Fiche technique~Mon nouveau theme
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1048
Yens : 899
Date d'inscription : 09/11/2016
Age : 17
Localisation : Minshu

Progression
Niveau: 112
Nombre de topic terminé: 43
Exp:
11/12  (11/12)
avatar
Bashô ℣ Traître ℣

-



MessageSujet: Re: La statuette   Ven 2 Déc - 18:38



Collaboration forcée



Malheureusement pour lui, le discours de Bashô ne fit qu'attiser la méfiance du mage et peut-être même de Zayro. Pourtant, tout ce qu'il avait dit n'était que la pure vérité. Il n'avait pas approfondi, ce qui pouvait cacher des choses, ok, mais d'un autre côté la situation ni étais pas propice non plus.

L'enchanteur commença donc à s'énerver contre les deux élus. Cette attitude énervait profondément Bashô. En effet, il était clair qu'il n'était pas dans une position avantageuse et pourtant il se comportait comme si c'était le cas. De plus, Zayro Jinn n'avait rien fait pour cacher sa puissance, que ce soit par sa réputation ou par sa démonstration de force de tout à l'heure. Une telle désillusion de sa part le rendait méprisable aux yeux du héros seikajin. "Pauvre fou..." se dit-il.

Pendant que ce risible personnage essayait de faire valoir son pouvoir verbalement, l'élu de Fuyu continuait d'avancer vers lui. Pour se défendre, il envoya une sphère verdâtre englober son prédateur pour l'arrêter. Bashô, apparemment également compté comme une potentielle menace, en fut lui-aussi victime. Seulement, ce sort était une insulte aux pouvoirs du colosse. D'un seul coup de poing, il brisa sa prison magique. La mage en fut si chamboulé, que celle de Bashô aussi vola en éclats.

L'enchanteur comprit enfin son indiscutable infériorité. Il aurait donc été sage qu'il ne s'obstine pas. C'est pourtant ce qu'il fut, baissant encore davantage dans l'estime de l'élu du phénix. Heureusement pour tout le monde mais surtout pour l'alchimiste, Zayro fit preuve d'une clémence encore insoupçonné. Il était là pour une raison bien précise et la mort de l'enchanteur ne lui apporterait rien de bon. Bashô commençait à cerner sa manière de pensée. "Je ne devrai pas mourir tant que je ne lui fait pas obstacle et que je ne provoque pas son mépris en me montrant comme étant faible" réalisa-t-il.

La situation n'était donc pas si critique. Elle était même plutôt bonne. Que ce soit pour lui, où pour l'enchanteur. Mais ce dernier, fidèle à l'avis de Bashô, ne laissa pas passer l'occasion de jouer avec le feu. Malheureusement pour lui, la limite du messager de l'enfer venait d'être atteinte. Il se téléporta derrière lui, lui brisa la jambe et lui déboita le bras. "Si ça peut lui permettre de la fermer" se dit Bashô en riant de la position dans laquelle se trouvait le mage. Il ne s'étonnait plus de l'ampleur des capacités de Zayro en comparaison de sa faiblesse. En revanche, par pur réflexe professionnel de prudence, il prenait note des capacités de son ennemi potentiel.

Suite à sa énième démonstration de force, le guerrier lui ordonna de servir de cobaye. Cela ne l'enchantait pas mais sa situation n'était pas la plus mauvaise. Il pourrait peut-être y gagner en travaillant avec un enchanteur doué. De plus, il était à l'affut, si une occasion de fuir se présentait, selon l'évolution de sa situation, il pourrait la prendre ou non. Il fallait pour lui être attentif à ce qui allait se passer. Dans la mesure où il n'avait pas le choix, il devait juste essayer d'en tirer le plus de biens possible.

Parlant sur la voix du semi-agonisant, il dit ceci:

-J'accepte, même si je n'ai pas le choix. Sache juste que je suis un élu et que je suis voué à m'améliorer jusqu'à devenir l’héro que je fut jadis. Si tu as peur d'éventuelles représailles futures, libère-moi où tue-moi maintenant. Si tu es aussi confiant en ta force que l'on le dit, je ne rechignerai pas à t'aider provisoirement.

Bashô attendait sa réponse. Il savait que si l'élu prenait mal ses paroles, il le tuerait. Il le savait et était prêt. Fidèle à ses principes et à lui-même.


©MangaMultiverse

Revenir en haut Aller en bas
Messages : 5801
Yens : 158
Date d'inscription : 25/10/2014
Localisation : En haut de la montagne

Progression
Niveau: 232
Nombre de topic terminé: 125
Exp:
16/24  (16/24)
avatar
Zayro Jinn ✚ Messager de l'enfer ✙

-



MessageSujet: Re: La statuette   Sam 3 Déc - 22:32



La Statuette

feat.Bashô



Bashô comprenait plutôt vite et bien les choses. C'était tout à son honneur même si me le messager de l'enfer ne le lui dirait certainement jamais. L'enchanteur était en sueur et dans la souffrance, se tordant de douleur avec sa jambe pliée dans l'autre sens et sa main broyée. Mais il pourrait encore travailler et faire ce qui lui avait été demandé très spécifiquement. Pointant une liste d'ingrédients sous ses yeux, par écrit, le colosse lui indiquait qu'il souhaitait quelque chose de très précis.

Puis il sorti un morceau de métal étrange et inconnu. Ca allait être l'objet à enchanter dans un premier temps. Pour ça, il faudrait la peau de Lionix, ou du moins sa chair et aussi son sang. Tout ceci avait été conservé et il posa la barbaque sur une table ayant survécu à coté de lui. Puis la fiole de sang. Relevant alors le vieillard qui continuait de geindre de toute ses dernières forces, il vit le barbu s'approcher à son tour avec le suivant qui tremblotait. Tout à l'heure, l'élu de Seika avait parlé dans sa barbe et même rit au sort de l'enchanteur, ça n'avait pas échappé à Zayro.

Jinn écouta d'ailleurs parler celui ci, lorsqu'il fut à ses cotés, prêt à servir visiblement d'experience de laboratoire, dont le but premier était de voir si les prochains enchantement étaient les bons. Il disait être un élu de Seika, ce n'était donc plus un simple citoyen hein ! Ces coups tordus ressemblaient presque à du Minshu, mais bon, il ne fit aucune remarque, et aucune émotions ne pu trahir ses intentions.

L'Enchanteur : aAaah.. La... Laissez moi partir....



Peu importe votre statut. Ne me tutoyez pas ou je vous en ferais passer l'envie à tout jamais. Vous serez le second, faites passer ce type derrière vous.





Il s'agissait évidemment du serviteur, qui n'eut pas le choix que d'approcher, de toute manière il ne pouvait plus fuir depuis longtemps. Puis le géant Fuyujin releva par le col le vieil homme pour qu'il se mette au travail, tout en prenant soin de coller son visage contre la liste, l'invitant à se depêcher en lui donnant de violents coups dans la colonne vertebrale. Cela ne tira que des cris de douleurs au début. Puis la méthode devint enfin efficace !

L'Enchanteur : A.. Arrêtez.. Je vais le faire... Mais avec une main.. .Je ne ... Ne promet rien... Par Fenghuang, laissez moi tranquille.



Je n'ai pas la patience de ton faux Dieu. Depêche toi de faire cet enchantement.




Pour le tester, il fallait donc que le serviteur et non Bashô pour le moment serve de cobaye. Le magicien prépara d'abord à la manière d'un alchimiste une potion à base de peau, poils et sang de Lionix sacré, puis il avala le tout et ouvrit un grimoire pour réciter des cantiques étranges, visant précisément le servant en manipulant une gestuelle particulière de sa main. Le rite dura quelques minutes, jusqu'à ce que les arcanes sombres n'entoure l'individu en question. Un pentacle au sol brillant, puis une lumière, de la fumée et enfin une réaction.

Le servant étonné, pleurant, fut prit de contorsions étrange, avant de sentir des craquements et voir sa chair se plier puis finir en boule de chair aussi petite qu'une bille. Tout en se comprimant ainsi, une marre de sang gicla dans la pièce et autant le vieux fou que Bashô furent recouvert de la substance rouge vitale. Quand au serviteur, il n'était plus qu'à l'état d'une boule de chair sans vie... Zayro s'était presque protégé inconsciemment sous un bouclier d'atome, s'épargnant la salissure.

Il tourna sa tête vers le vieux ;




A quoi jouez vous ?





L'Enchanteur : Je vous .. L'avais dis Aaah... Sans mes deux mains... L'enchantement a échoué.... J'ai bien trop mal pour me concentrer, j'ai du... Louper un cantique... J'ai fais un sort de contorsion maximal. De toute manière il... Il nous reste cet homme ! Dit t'il en désignant Bashô du regard.




Hmm.. Ne me faites pas perdre de temps.





Mais comme il voulait s'assurer de la réussite et de la bonne foi de l'enchanteur, il manipula non seulement les atomes, mais bien plus que ça, la régénération même de sa victime précédente, pour réparer son membre broyé. Ainsi, l'enchanteur récupérait une main neuve, un peu de sourire, même si sa jambe le faisait encore bien souffrir. Il ne fallait pas esperer plus de la part du messager de l'enfer ! Il était simplement objectif et voulait que tout soit clos le plus rapidement possible.

L'Enchanteur : O... Oui, avec deux mains... Je devrais y arriver cette fois. Vous... Ne bougez pas ! Dit t'il haletant. Page 2053 ah voila... Sanctum Zatanis Melfur Septa Inak Madonis Izur Sitis, que vive en toi l'arcane sacrée, mille et un sorts te sois damné !

Dans les faits, ce qui se passa autour de Bashô, fut semblable à précédemment. Un pentacle, de la lumière, de la fumée, avant que celui ci ne soit recouvert par une sorte de liquide argenté et que ce dernier n'entre dans sa peau jusqu'à disparaitre. Le vieil enchanteur leva alors les mains au ciel.



Vous avez réussis ?




L'Enchanteur : Sans hésiter, oui...



Hmm... Voyons ça.





Zayro frappa alors de toute ses forces dans le crâne de l'élu de Fenghuang. Une onde de puissance s'en dégagea intensément.

__________

> l'enchantement qui touche bashô "temporairement" est une résistance incroyable. Le coup de Zayro ne t'as rien fait du tout, tu as senti un petit picotement.





Fiche technique~Mon nouveau theme
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1048
Yens : 899
Date d'inscription : 09/11/2016
Age : 17
Localisation : Minshu

Progression
Niveau: 112
Nombre de topic terminé: 43
Exp:
11/12  (11/12)
avatar
Bashô ℣ Traître ℣

-



MessageSujet: Re: La statuette   Dim 4 Déc - 11:32



Enchantement réussi


Bashô fut frappé par quelque chose lorsque le serviteur fut invité à entamer les festivités. Il avait jusque là fait preuve d'une discrétion insoupçonnée pour un trouillard comme  lui, sûrement motivé par l'envie de vivre, mais pourtant Zayro devina sa présence sans difficultés. C'était même plutôt comme s'il l'avait toujours su. Était-ce dû à un sens particulièrement développé ou à un pouvoir? Il ne le savait pas mais prendre en compte ce pouvoir compromettait grandement une éventuelle fuite.

Pendant sa réflexion, leur chef forcé sortit trois objets: un bout de métal, de la peau d'un animal méconnaissable par le traitement qu'il avait subit et une fiole de sang. Il motiva ensuite l'enchanteur à commencer son sort à grands coups sur la colonne vertébrale. La technique porta ses fruits et le mage ne mit pas longtemps à entamer sa besogne. Il prépara une mixture avec les ingrédients que lui avait donné Zayro mais il ne toucha pas au morceau de métal. Ensuite, il but la mixture et récita une incantation qui parut durer cinq longues minutes tant le suspens était insoutenable. Bashô souhaitait que ça réussisse. Si c'était le cas, il n'aurait peut-être pas besoin de servir de cobaye. Un pentacle finit par apparaître sur le sol, sous le serviteur suivit d'une lumière éblouissante. Bashô ferma les yeux pour les rouvrir à la fin de la réaction. Le serviteur se contorsionnait et devenait difforme pour enfin se condenser en une boule parfaitement sphérique de chair. "Bon, c'est cramé pour retrouver le parrain grâce à lui, j'ai intérêt à trouver un autre moyen de gagner de l'argent. De toute façon, ce n'est pas vraiment ma préoccupation première" se dit-il tout en se faisant asperger du sang de son ancien associé.

Cette sensation ne le dégoutait pas. Elle ne l'avait jamais dégouté. Le sang était riche d'émotions et pouvait se montrer être un terreau fertile pour l'inspiration dont il avait besoin pour ses haïkus.


Ce sang, cette mort,
Si tragique!
Mais elle n'est pas mienne...


Malheureusement, en plus de vouloir dire que les soucis financier de l'élu ne s'arrangeaient pas, cela voulait également dire qu'il pouvait finir comme son homologue cobaye. Zayro soupçonna l'enchanteur d'essayer de lui la faire à l'envers mais il se justifia en disant qu'avec une main c'était le mieux qu'il pouvait faire. Cela ne convainquait pas Bashô qui pensait que l'enchanteur voulait tuer les cobayes pour se rendre inutile. Alors le colosse recomposa la seconde main du magicien. "Encore une capacité intéressante. Si l'enchanteur est sensé, il ne fera pas plus de vagues" pensa-t-il, mais il doutait franchement de retrouver cette qualité là chez lui.

Ce dernier recommença alors. L'opération eu la même apparence si bien que Bashô ne put retenir un certain mouvement de recul. Si les mêmes choses se produisaient, c'est qu'il allait y passer lui-aussi! Une mort si minable ne l'enchantait guerre... Mais il ne se passa rien."Avec une main, il tue son cobaye, avec deux, rien ne se passe? Il n'est pas nul qu'en évaluation de la situation apparemment..." pensa-t-il, convaincu de l'incompétence du jeteur de sort.

Malheureusement, il disait avoir réussi et Zayro Jinn voulait le vérifier. Mais il ne savait même pas de quel sort il était sensé être victime. Comment le messager de l'enfer allait-il vérifier l'efficacité de l'incantation? Coupé dans sa réflexion par ce dernier n'ayant pas envie d'attendre, il lui envoya un coup de poing à la tête d'une puissance apparemment démentielle! Bashô n'eut pas le temps de se demander pourquoi, que la douleur le prévenait déjà qu'il venait d'être frappé. De la douleur, oui, mais minime. Le sort dont il était victime avait finalement fonctionné et lui conférait une résistance époustouflante. Largement digne de son endurance à son apogée. "Intéressant..." ricana-t-il.

Il commençait à se dire qu'un moyen possible pour qu'il retrouve ses capacités était justement les enchanteurs. Finalement, cette mésaventure, s'il ne mourrait pas, ne pouvait que se montrer bénéfique. Si l'empereur Karui Hanja avait des enchanteurs, son statut d'élu pourrait lui donner accès, s'il savait se montrer utile. Il regardait désormais la magie de ce monde, n'ayant aucun équivalent dans le sien, d'un autre œil. Il doutait que Zayro soit du genre à vouloir d'un assistant et c'était bien dommage. Il y aurait largement trouvé son compte.

"Les effets durent combien de temps?" se risqua-t-il à demander.

©MangaMultiverse

Revenir en haut Aller en bas
Messages : 5801
Yens : 158
Date d'inscription : 25/10/2014
Localisation : En haut de la montagne

Progression
Niveau: 232
Nombre de topic terminé: 125
Exp:
16/24  (16/24)
avatar
Zayro Jinn ✚ Messager de l'enfer ✙

-



MessageSujet: Re: La statuette   Dim 4 Déc - 23:53



La Statuette

feat.Bashô



Si le premier enchantement avait échoué. Ca n'allait possiblement pas être le cas du second. Apres la dernière tentative, rien ne se passa, même si tout s'était déroulé de la même manière. Bashô n'eut pas vraiment le temps d'y réfléchir correctement, qu'un poing arriva droit à sa rencontre. Mais au lieu de valser comme n'importe qui, celui ci ne décolla pas du plancher. Ce n'était pas à cause de sa force, mais bien de ce qu'il venait de se produire.

La force de Jinn avait été complètement absorbée, mais pas comme une vulgaire barrière ou un simple bouclier, non. Cette force avait été convertis et après quelques secondes, laissant le barbu se demander combien de temps durerait cette histoire, non sans sourire certainement à cette possibilité que l'enchantement dure indéfiniment... Le reste du bâtiment derrière l'élu de Seika disparut dans une onde d'energie.

C'était presque comme si, le coup avait bien eu lieu. Mais avait comme dévié pour traverser l'individu visé, en compresser la ténacité pour la libérer ailleurs, en l’occurrence juste à l'opposé, sous sa plus féroce forme. C'était plus ou moins au point, avec quelques détails à revoir tout de même. Mais dans l'idée, c'était ça. Zayro se tourna vers l'enchanteur, pendant que le vieux répondait à Bashô.

L'Enchanteur : Une minute environs... Pour enchanter un corps humain plus longtemps, il faut bien plus de temps et d'ingrédients. C'était un test à la hauteur de l'objet qu'il veut. Pour cette chose, l'enchantement serait multiplié par cent. Mais si nous usons de tout le flacon, je peux le faire durer plusieurs années...



Pas si mal. Très bien, mettez vous au travail avec cet objet et mon armure également, j'ai bien plus de peau et de sang.





Puis le messager de l'enfer, qui semblait assez satisfait, garda toujours un oeil sur Bashô qui finalement, n'allait pas pouvoir satisfaire ses envies de resistance si tenté qu'il en ait. L'élu avait pour le moment fait preuve de conciliation et écouté tout ce qui lui était dit, presque trop sagement.

L'Enchanteur : Je .. Je vais commencer sur l'objet désiré. Pour l'amure, vous devrez l'enlever.



Evidemment imbécile. Quand à vous élu de Seika, vous êtiez venu pour un combat. Votre rôle n'est pas terminé ici.  




Soudainement, une ombre noire se sépara de Jinn, pour prendre peu à peu forme, comme un amas de molécules visibles et sombres. Ces dernière prirent alors l'allure d'une silhouette et enfin, de Zayro lui même. Un clone atomique, créé à partir de la matière elle même. De la plus petite particules, pour en faire un être à part entière. Cela étant dit, les clones du colosse n'étaient qu'à 10% de ses capacités réelle, même si c'était amplement suffisant pour tenir Bashô en respect la encore. Ce clone indiqua d'un regard au barbu de le suivre.

Le veritable lui, attendrait aux cotés de l'enchanteur, pour justement avoir ce pourquoi il était venu. Quand au double, il souhaitait amener l'élu de Fenghuang en bas, pour finir ce qui avait été commencé ou plutôt, faire ce pourquoi il était venu. La doublure était encore en armure et savait parler, même s'il ne pouvait sans doute pas user d'autant de pouvoir que l'original. Il indiqua d'une voix rauque et calme, mais toujours froide ;




Je ne veux aucun témoins de plus ici. Vos concurrents doivent êtres éliminés s'ils sont encore ici. Payez vous une fois le travail accomplis avec la richesse de ce qu'il reste de ce lieu. Peu importe, je veux juste observer la méthode... D'un futur héro.





Au final, les individus et combattants qui avaient répondus à l'appel, n'étaient effectivement pas tous partis, certains pillaient même la villa. Il faut dire qu'avec la confusion, les morts, l'incendie... Avant l'arrivée de gardes ou de renforts, surtout dans une propriété de mafieux, ces bougres avaient largement le temps d'accomplir leurs basses besognes. Mais voila que la situation devenait cocasse pour Bashô. Celui ci pouvait tuer ses opposants (il n'avait guère le choix en fait) et se payer comme eux le faisaient actuellement. Tout pouvait "bien" se finir pour lui. Allait t'il pour autant saisir cette perche, cette chance, et ôter la vie d'autrui pour sauver la sienne ?

Hey, tu es le type de tout à l'heure
Ouais, viens nous aider à prendre ces vases en or !
Grouillons nous les mecs, c'est notre jour de chance ahah
Bordel, le feu a cramé la tapisserie, elle valait une fortune...

Certains avaient reconnus le barbu, lorsqu'il avait été avec eux. Etaient-ce des amis pour autant. Pas si sur. Le clone de Zayro croisa les bras et poussa un peu l'élu dans les escaliers pour le pousser à avancer. C'était aussi là le signe que, l'enchantement était fini...  Mais ces types avaient plus des gueules de voyous que de vrais combattants. Ils avaient étés attirés par l'argent pour le spectacle et ne frôlait pas un haut niveau de compétition. Malgré tout, même faibles, ils restaient nombreux. Si Bashô s'y prenait mal, il se retrouverait en infériorité face à eux... Quels seraient ses choix ?



Depêchez vous.








Fiche technique~Mon nouveau theme
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1048
Yens : 899
Date d'inscription : 09/11/2016
Age : 17
Localisation : Minshu

Progression
Niveau: 112
Nombre de topic terminé: 43
Exp:
11/12  (11/12)
avatar
Bashô ℣ Traître ℣

-



MessageSujet: Re: La statuette   Lun 5 Déc - 20:52



Méthode d'un Héros



Suite au coup de Zayro qui n'eut aucun autre effet sur Bashô que celui de le surprendre, une onde de choc dévastatrice se propagea derrière ce dernier. Cette onde paraissait encore plus puissante que le coup initial. Décidément, cet enchantement n'avait rien de normal. Zayro Jinn était déjà un monstre, alors sous l'effet de ce sort... Les dieux en trembleraient! Mais pour l'instant, c'était l'élu de Seika qui en bénéficiait...

L'enchanteur l'informa que les effets dureraient encore un peu moins d'une minute, ce qui est trop peu pour n'importe quel plan d'envergure. Mais il lui dit aussi qu'avec tous les ingrédients nécessaires, cette durée trop faible pourrait être rallongée jusqu'à deux ans. Deux ans. Deux ans où tu ne crains rien ni personne. Deux ans que tu peux mettre à profit pour régner sur le monde pour toutes les années suivantes. Deux ans d'immortalité.


Avec ce sort
Tous les sages
Seraient terrifiés


Les fantasmes silencieux du poète furent interrompus par la voix du messager de l'enfer qui lui signalait que sa tache ici n'était pas terminée. Il n'en doutait pas et ne souhaitait d'ailleurs pas que cela s'arrête. Plus ça durait, plus la situation se montrait intéressante et pleine d'enseignement.
Une ombre noire se détacha alors du guerrier pour prendre peu à peu sa forme. "Non seulement ses pouvoirs sont extrêmement variés et puissants mais en plus, il n'hésite pas à me les montrer. Cela prouve que je ne représente pas la moindre menace pour lui" réfléchit Bashô, même si l'idée de fuir l'avait déjà quitté depuis longtemps.

Zayro lui demandait de suivre son clone pour se débarrasser des rats qui étaient toujours dans la villa. Il pourrait se payer ensuite avec les richesses du lord ce qui résoudrait son objectif financier. Son clone pouvait largement le faire sans l'aide de l'élu mais il voulait voir comment celui-ci se débrouillait. Apparemment il se montrait curieux, à moins que cet acte ne soit qu'une réponse aux précédentes paroles de Bashô.

Quoi qu'il en soit, le clone et lui s'engagèrent vers l'escalier. Effectivement, des guerriers pillaient la demeure. Un petit groupe de quatre l'aperçurent et l'interpellèrent. Bashô gagnerait sûrement en un contre un mais à partir de deux, ça se compliquait. Et pourtant le vrai problème n'était pas là. Il y avait sûrement quelques autres guerriers disséminés dans la maison et les ordres étaient clairs: "aucun témoin".

Treize secondes. Ce fut le temps que Bashô mit à trouver un plan avant que colosse ne lui demande de se dépêcher. Ce plan ne comprenait ni combat ni ne demandait d'être fort. Il contournait totalement ses actuels problèmes d'aptitude. Il avança d'un pas, estima les chances qu'avait son plan de fonctionner, puis, les pensants suffisantes, accouru prêt des mercenaires après avoir dit au clone: "Je reviens...".


***


Il commença par expliquer aux mercenaires qu'ils ne craignaient rien de l'étage supérieur tant qu'ils n'y allaient pas.

-Ne vous inquiétez pas. Ils cherchent juste à faire des expériences, dépêchons-nous de tout prendre!

-T'es sûr? lui demanda l'un d'eux.


-Mais oui, j'en suis bien parti moi! Et en un seul morceau. Nous devrions nous disperser pour piller, nous gagnerons du temps et nous attarder serait dangereux.

-T'as raison! approuvèrent-ils.


Ils se séparèrent alors, et Bashô, seul, entama la première partie de son plan. Il se mit à dessiner le portrait du mercenaire qui avait l'air plus fort que les autres sur l'une de ses feuilles à haïkus. En effet, l'un deux portait deux hachettes et mesurait quelques vingt centimètres de plus. Il inscrivit en note, comme prise à la va-vite, ceci:"400 yens". Le portrait était assez fidèle, comme on pouvait s'y attendre d'un artiste confirmé.

Il alla ensuite voir un à un chacun des trois autres guerriers en leur montrant le portrait pour leur dire ceci: "Si vous êtes vraiment ici pour vous enrichir facilement, laissez tomber ces pauvres bibelots. L'homme avec les deux hachettes à sa tête mis à prix à quatre cent yens. A nous quatre, c'est une cible facile et la tête serait facile à transporter. Sans parler de la gloire. De plus, son sac m'a l'air plus rempli que le votre, j'ai cru y apercevoir le collier de la femme du lord d'en haut. Il s'est bien gardé de le montrer."
Apparemment, Bashô avait perdu ses pouvoirs, mais pas sa verve. Les trois guerriers étaient déjà convaincus par l'appât du gain avant même d'avoir entendu la fin de son discours. Regarder le portrait correspondant à leur compagnon de pillage avec l'incsription "400 yens" dessus leur avait suffit.

Ils attaquèrent alors à quatre en grande trombe ce qui avertit leur victime qui eut le temps de se mettre en garde. Il était en effet plus fort qu'eux car il n'eut aucun problème à en tuer un avant qu'il ait fini sa charge. Ce dernier aurait dû être plus précautionneux. Les deux autres ne se démontèrent pas pour autant et, sur leurs gardes, réussirent à mettre à mal leur adversaire. Bashô les aidaient sans grande efficacité (et c'était volontaire) mais c'était quand même un combat en leur faveur. L'élu, alors que le combat était sur le point de s'achever, poussa par "maladresse" un de ses acolytes sur l'arme levée de son adversaire. Le dernier pu l'achever, puis s'assit, exténué.

-Je sens que c'est bien parti pour être le gros lot pour nous deux mon p...


Il n'eut pas le temps de finir sa phrase que Bashô lui ouvrit le crâne avec l'une des petites haches prise nonchalamment sur la dépouille de son propriétaire. "Une bonne chose de faite" se dit-il.

Il avait poussé à la mort ses hommes sans le moindre souci de conscience. Ces hommes étaient misérables et faisaient hontes à la noble profession de Bashô. De plus, Zayro lui avait exigé, pas demandé.

Ensuite, il scarifia rapidement les corps avant qu'une autre de ses potentielles victimes ne le voit. Le traitement que les corps subirent fut absolument affreux. Digne de l'imagination du plus gore des poètes. C'était d'ailleurs peu-être lui. Le sol fut repeint, le nombre de morceaux de chaque personne indénombrable et leur visage méconnaissable. Pour parfaire la mise en scène, il mit les corps en un tas et s'éclaboussa le visage de sang. Celui-ci l'était déjà un peu du sang du serviteur mais le nouvel apport de substance vitale était frais. Il s'écria ensuite:

-CETTE VILLA EST MON TERRAIN DE CHASSE! SI VOUS Y  ÊTES ENCORE, JE VOUS LAISSE CINQ MINUTES POUR VENIR ME DÉFIER ET MOURIR OU PARTIR!!!

Apparemment, devant la mise en scène du maffieux, tous choisirent la seconde option en se contentant de ce qu'ils avaient déjà pris. Le butin de Bashô quand à lui avait déjà été rassemblé par les quatre personnes à l'état de cadavre sur lequel il marchait. Il aurait pu fouiller la maison mais son comportement n'était pas celui du charognard mais celui du lion.

Il revint voir le clone qui avait tout suivi. "Je vous avais bien dit que je ne serai pas long..." lui dit-il avec un sourire satisfait.


©MangaMultiverse

Revenir en haut Aller en bas
Messages : 5801
Yens : 158
Date d'inscription : 25/10/2014
Localisation : En haut de la montagne

Progression
Niveau: 232
Nombre de topic terminé: 125
Exp:
16/24  (16/24)
avatar
Zayro Jinn ✚ Messager de l'enfer ✙

-



MessageSujet: Re: La statuette   Mar 6 Déc - 0:23



La Statuette

feat.Bashô



Le sort était assurément puissant, bien que son aspect soit encore un peu archaïque et qu'il ne cache sans doute autre chose une fois pleinement expédié sur le pauvre bout de métal. D'ailleurs, que deviendrait cette pièce par la suite ? Zayro souhaitait vraisemblablement le fondre pour ensuite l'assimiler soit à ses atomes, soit à son armure. Rien n'était moins sur pour le moment, et ce n'était sans doute pas ce que se demandait le barbu... Quoique, après tout il fut aux premières loges concernant l'enchantement. Mais la suite ne tarda pas à se mettre en place.

Le colosse créant un double de lui même, qui tâcherait de superviser la suite pour Bashô. Il voulait peut être mettre à l’épreuve l'élu, tout en lui demandant par écho à sa dernière phrase, ce que pouvait faire un sois-disant héro face à ces hommes. Ainsi, c'est dans les escaliers que se dessina le plan de l'élu en question, pour se défaire des malandrins qui pillaient joyeusement la villa. Pendant ce temps, le messager de l'enfer attendit de voir l'enchanteur fignoler ses potions et son sort pour l'enchantement final. Evidemment, il ne prit aucun risque en surveillant étapes par étapes ce que faisait le vieillard. Ce dernier était d'ailleurs bien appliqué à sa tâche, sans doute ne souhaitait t'il plus perdre de membres....

Il faut dire que la délicatesse légendaire de Jinn, ne laissait pas toujours de très bons souvenirs à ses victimes. Le pentacle se mettais en place, tandis que les invocations commençaient à jaser dans la pièce entière. Jusqu'à l'éblouissement habituel pour signifier que le tout était réussi. Le colosse semblait satisfait du résultat, mais pour le rester, il plaqua la plaque de métal contre l'enchanteur et frappa de toute ses forces.

L'Enchanteur : Qu... Qu'est ce que... Réagit t'il, surpris de la décision.

Mais le coup brutal et normalement fatal, fut absorbé de la même manière que l'avait été physiquement Bashô quelques minutes plus tôt. Le vieil homme lugubre ne bougea pas d'un pouce, malgré la surprise et le mélange d'émotion entre désarrois, peur et puis soulagement. Lorsque son visage commença à s'illuminer, il se mit à changer du tout au tout. Il avait oublié l'espace d'une seconde, que le coup n'était pas vraiment absorbé, mais plutôt re-dirigé ailleurs. La puissance traversa donc la plaque pour aller le transpercer de part en part en explosant la totalité de ses organes internes...

Dans une grimace morbide, il lâcha le morceau de métal et des gerbes de sang, puis parti s'exploser contre une façade en la traversant complètement. Ses jambes furent arrachées au passages et il ne restait vraisemblablement plus grand chose du pauvre homme désormais. Mais le résultat était là. Zayro ramassa la plaque, sans une once de remord ou d'émotion.



Cela semble au point.





Puis comme prévu, désagrégea celle ci pour l'absorber atomiquement. Le temps que son corps ne transfert le tout et s'y habitue complètement pour en assimiler la magie liée. Ca n'allait pas être une étape facile du plan, mais il ne comptait jamais sur la facilité. En attendant, plus bas, l'élu de Seika avait avec étonnement, réussi son travail. Usant même de talent de graphiste, le poète semblait avoir plus d'un tour de passe passe dans ses manches. Il remonta le visage couvert de sang, les longs escaliers tapissés, pour ajouter qu'il avait terminé. Le clone de Jinn disparut cependant devant lui, avant de piper mot. C'était aussi le signe que le messager de l'enfer en avait terminé ici et qu'il était temps du  ; tout ou rien.

Le colosse sorti de la pièce précédente pour arriver au sommet des marches, surplombant alors le barbu fana de haikus, pour lui parler ;



Vous êtes le dernier témoin... Mais je me suis déjà bien assez salit les mains ainsi. Mais si vous voulez me stopper, essayez donc, vous ne seriez ni le premier, ni le dernier... A échouer.  




Le géant Fuyujin passa à coté de Bashô, mais même s'il ne comptait pas le "tuer" de ses mains, il ne comptait pas pour autant lui laisser l'option de facilité. Alors qu'il commençait sa démarche de descente lente et aux pas lourds. Le décors derrière lui, semblait partir en morceau, comme dévoré par l'invisible force qui émanait de lui. C'était bien entendu ses atomes et l'aura atomique de compression de la matière qui agissait en désagrégeant encore une fois, l'organique et le non-organique. Lorsqu'il aurait atteint le poète, il serait trop tard pour lui. Il pouvait encore fuir, courir, le temps était compté, calqué sur les pas du messager de l'enfer.

Cependant, l'ancien bras droit de Sul hei, s'arrêta un instant en tournant la tête pour observer une "Statuette" situé dans un creux marbré en décoration. Il s'agissait de Fenghuang le Dieu phénix surplombant Karui Hanja en personne. C'était amusant de voir de telles effigies dans la demeure d'un mafieux. Il ne pu donc s'empêcher de la prendre et de la lancer à l'homme qui lui faisait face.




Prenez donc cela, c'est l'effigie de l'homme et du faux dieu de ce pays. Ils finirons tous ainsi. Des décorations, des tombes... Puis le néant. Quels héros, quels dieux ? Il n'y a rien de tel en Kosaten.









Fiche technique~Mon nouveau theme
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1048
Yens : 899
Date d'inscription : 09/11/2016
Age : 17
Localisation : Minshu

Progression
Niveau: 112
Nombre de topic terminé: 43
Exp:
11/12  (11/12)
avatar
Bashô ℣ Traître ℣

-



MessageSujet: Re: La statuette   Mar 6 Déc - 16:24



Vie ou Trépas...



Le double atomique de Zayro ne répondit pas à Bashô. Au lieu de cela, il disparut pour laisser place à l'original. L'élu ne s'attendait pas à ce qui allait lui être dit alors que c'était pourtant prévisible venant de quelqu'un de méticuleux et ne s'encombrant de rien comme son locuteur. Ce dernier avait exigé absolument aucun témoin. Et apparemment Bashô ne faisait pas exception à la règle. Heureusement pour lui, le tueur avait peut-être encore une partie d'humanité dans l'âme et tous les morts de la journée l'avaient écœuré. En tout cas, il ne souhaitait pas en finir lui-même. Coup de chance pour l'homme qui verrait donc la fin de la journée. A priori...

Il lui proposa également de le stopper. Tentative totalement illusoire selon le poète. Surtout si l'enchantement avait réussi. Apparemment, beaucoup avaient essayé, ce qui déjà était bête si leur adversaire avait déjà son niveau actuel mais ce qui devenait un total mythe pour l'élu et ses compétences actuelles. "Je penserai à lui le jour où je voudrai mourir au combat noblement" pensa-t-il.

Cependant, la clémence du messager des enfers était pour le moins limitée. En effet, il n'épargnait pas vraiment son cobaye, il lui offrait plutôt une porte de sortie. Il se mit à tout détruire derrière lui si bien que s'il le dépassait, Bashô serai purement et simplement détruit. Mais il pouvait toujours fuir, la queue entre les jambes. Fuir comme un pleutre. Au plus profond de lui-même, fuir avait toujours été synonyme de lâcheté. Or ses principes lui avaient toujours dicté qu'il valait mieux être un héros mort qu'un lâche vivant. Il se trouvait face à un véritable dilemme. Renoncer à ses principes qui avaient guidé tous ses pas jusqu'ici et vivre; ou les suivre jusqu'au bout et mourir. Ce choix cornélien ne lui offrait aucune option enviable alors qu'il devait pourtant se décider vite. Pendant qu'il réfléchissait, la mort avançait vers lui. Il aurait été encore plus déshonorant pour lui de périr sans le choisir.

Son esprit était en total effervescence.

Mais cette effervescence porta ses fruits et trancha entre mort et honneur, et vie et lâcheté. Il fut dur à prendre mais objectivement vite pris. Les dernières volontés de son grand-père lui imposèrent la mort.
Il prit donc la pose du seppuku des samouraïs et resta stoïque, prêt à affronter les affres de celle-ci.

Cependant, ce moment n'arriva pas. L'élu Fuyujin s'arrêta net pour ensuite aller prendre une idole qui paraissait captiver toute son attention. Après quelques instants, il la lança au poète guerrier qui, perdu dans ses pensées, failli ne pas la rattraper.

Selon lui, dieux, héros, n'étaient que des chimères ici bas. Bashô ne voyait pas le monde d'un œil aussi pessimiste mais le moment ne se prêtait pas aux débats philosophiques. Il regarda la statuette puis dit au guerrier après quelques instants:

-Laisse moi partir, je ne divulguerais aucune information sur toi. Si tes armes sont de fer, ma parole est d'acier. De plus, je te serai redevable. Tu pourras venir me voir n'importe quand: demain, dans un an, dans dix ans. Et ce pour me demander n'importe quoi. Je le ferai. Après cela, nous serons quittes. Je n'ai pas l'intention de fuir. Si tu refuses, je mourrai. A toi de voir si tu as plus a y perdre qu'à y gagner.


Les dires du Juste
Sont aussi
Fiables que ses actes



Cette alternative pourrait peut-être lui permettre de vivre sans perdre la face. En revanche, si Zayro décidait que le tuer restait plus sage, il rejoindrait Izanami; mais il y était préparé.

Un haïku funéraire commençait à se former dans sa tête...


©MangaMultiverse



HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 5801
Yens : 158
Date d'inscription : 25/10/2014
Localisation : En haut de la montagne

Progression
Niveau: 232
Nombre de topic terminé: 125
Exp:
16/24  (16/24)
avatar
Zayro Jinn ✚ Messager de l'enfer ✙

-



MessageSujet: Re: La statuette   Mar 6 Déc - 18:18



La Statuette

feat.Bashô



Avoir un allié en Seika, assurément impossible selon Zayro. Utiliser Bashô car il lui prêtait une sorte de serment à l'heure de sa mort, même s'il n'avait aucune confiance en de telles confidences, il n'était pour autant pas obligatoire de les ignorer. Le messager de l'enfer n'irait sans doute pas jusqu'à les appliquer. Avouer avoir besoin d'un autre, c'était abdiquer, c'était montrer que nous n'êtions pas capable de faire les choses seul. Hors Jinn était un tueur solitaire. Il semait le carnage, la mort, la désolation dans toute sa splendeur d'une manière certes, conventionnelle, mais qui pour le moment avait porté ses fruits. Cependant, il y'avait depuis quelque temps ce grincement dans les rouages.

Zoro, Rinkyu... Deux personnes qui auraient dû rejoindre le royaume des morts facilement et qui étaient encore en vie. Cela ne lui plaisait pas. D'autant plus que depuis sa petite épopée avec le conglomérat, après s'êtres écarté des ordres de Sul Hei et de sa pitoyable guerre de nations, ses clones en Fuyu occupés entre paperasses et Nukumi, il n'avait plus autant de réseau qu'avant. Adam adam avait disparut et il avait été le seul élu informateur de l'époque. Sans doute éliminé par Rhadamanthys et Piccolo lors d'une découverte de trop ? Ou tout simplement tué par ce monde, les choix étaient grands.

Asuka ? Cela faisait plusieurs années qu'elle ne donnait aucune nouvelle et le temps avait toujours donné raison au géant. Ne fait confiance à personne et ne rien espérer des autres car Kosaten tuait dans l’œuf vos projets. Mais si il y'avait une chance a saisir, à nouveau, pourquoi s'en priver ? Bashô semblait avoir plus de potentiel que Matsuo, mais sous ses airs de bourrin affranchis et résigné, le Fuyujin devinait une nature plus intelligente.

Il était prêt à accepter la mort et en fut même surprit lorsque le tueur au sang froid s'arrêta net pour lui envoyer la statue. Peu y étaient vraiment préparés. Mais ses paroles furent lourdes de sens, lui sauvant sans doute la vie. Comme quoi, la verve était autant une arme qu'un bouclier parfois !



Il y'a bien une chose que vous puissiez accomplir. Trouvez une fille du nom de Mirya, fille adoptive de l'ancien héro de Seika. Elle doit être aux cotés d'une certaine Geleerde aujourd'hui. Apportez la moi. Pour savoir quand ce sera fais et si vous ne me trompez pas... Je vais vous apposer une marque.





Se rapprochant alors du barbu, le géant lui apposa sur le ventre son fameux Z. Marque que l'élu allait porter dans l'ordre des marqués. Cette marque avait été apposé à plusieurs élus ; Morgiana, Aki Nishiie ou encore Jason Rokuro. Mais voila, cette technique avait un point faible. En effet, seul trois personnes pouvaient êtres marqués en même temps. Si un nouvel individu était alors ciblé par cela, la dernière personne en date voyait la marque disparaitre. Ainsi, on pouvait imaginer que la jeune Morgiana (qui sait ce qu'elle devenait) n'avait désormais plus ce sceau démoniaque sur elle.



Avec cela... Je serais certains que vous tiendrez parole. Ne pensez pas avoir des années... Vous n'avez que quelques mois. Après quoi, je viendrais pour vous tuer.




C'était douloureux. Imaginez vous une brûlure constante d'un fer chaud contre de la peau à vif pour ce qui était du moment ou il l'apposait. Puis ensuite une douleur continuelle pendant plusieurs mois ou lors d'éveil d'émotions... Tout dépendait de la force et de la volonté d'un individu à l'autre cela pouvait changer. Mais il y'avait dans la marque les atomes corrompus de Zayro Jinn... Nous pouvions donc nous dire à quel point ce mal rongeait ceux qui y étaient victimes !

De toute manière, le mal était fait et Bashô avait ce qu'il désirait ; La vie sauve, en échange d'autre chose. Il est clair que désormais, le barbu allait devoir intensifier ses recherches tout comme ses forces, pour se rapprocher de Geleerde à défaut de pouvoir trouver Schneiden le disparu. Puis, avoir des informations ou gagner sa confiance, pour atteindre sa fille adoptive et enfin... La livrer au messager des enfers.

Dans un silence de cathédrale, le géant au regard vide, passa à coté du barbu, laissant le décors s'envoler et s'évaporer tout autour de lui, ne laissant finalement que ce dernier, sur un monticule de pierre, autour d'un cratère de cendre, de vent et de désespoir. Encore une fois, Zayro était passé là ou tout avait trépassé. L'élu de Seika allait t'il rompre certaines valeurs pour atteindre l'objectif fixé ?
___________

Te'no Gen'shi (Main d'atome) [contextuelle]
En touchant quelqu'un ou quelque chose, Zayro peut y déposer plusieurs atomes corrompus, cela lui permet de savoir ce qui se passe ailleurs sans y être. Cela marche aussi par le Z ou une cicatrice qu'il appose.
Effet : pose des atomes sur des gens ou des choses pour avoir des informations - Jusqu'à 3 personnes max à la fois. (Actuels : Morgiana, Aki, Jason, Basho)



hrp : aucun soucis t’inquiètes ^^
hrp² : Zayro s'en va, tu peux clore le rp et le mettre en correction



Fiche technique~Mon nouveau theme
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1048
Yens : 899
Date d'inscription : 09/11/2016
Age : 17
Localisation : Minshu

Progression
Niveau: 112
Nombre de topic terminé: 43
Exp:
11/12  (11/12)
avatar
Bashô ℣ Traître ℣

-



MessageSujet: Re: La statuette   Mar 6 Déc - 19:45



Sang, Honneur, Valeurs!



Zayro sembla réfléchir à la proposition de son homologue élu. Apparemment, son discours ne l'avait pas laissé indifférent. Bashô connut alors l'attente de la mort, sans savoir si elle allait venir ou non. Mais cela ne l'effrayait pas, il était plus résolu que jamais. Le messager de l'enfer finit par se décider. Le nouvel élu ne mourrait pas. Pas aujourd'hui.

Une mission lui fut donc confiée, Zayro Jinn n'ayant pas l'habitude de perdre son temps. Celle-ci s'annonçait dure. Très dure. A la hauteur de la valeur de la vie du poète. Bashô la remplirait. Il l'avait promis. Même la mort ne le délierait pas de son serment. En effet, l'aura des hunters comme lui dans son monde ne disparaissait pas à leur mort. Cela pouvait faire reculer n'importe qui à le tuer. Quand il aura récupérer ses pouvoirs, bien entendu.

Sa tache était de retrouver une fille répondant au nom de "Mirya", la fille adoptive d'un héro seikajin qui n'était plus. Il ne savait rien de plus, sinon qu'elle devait se retrouver en compagnie de quelqu'un nommé Geleerde aujourd'hui. Les informations, et c'est ce qui faisait toute la difficulté de la mission, étaient plus que minces. Bashô avait intérêt à s'y mettre au plus vite car il ne disposait que de quelque mois pour accomplir sa besogne. Ce délai passé, il y aurait rupture de contrat et Zayro reviendrait prendre la vie qui lui est due. Ça ne s'annonçait pas être un simple parcours de santé. Sans compter que Geleerde ne lui livrerait certainement pas la fille et qu'elle serait sûrement plus forte que lui. Il était arrivé dans ce monde depuis à peine deux mois après tout. Son seul espoir était dans la récupération de son pouvoir de téléportation qui pourrait, en usant de ruse, lui permettre de kidnapper Mirya.

"Mais bon, le plus dur reste la recherche de Geleerdre"
pensa-t-il.

Il se trompait. Cette femme était une élue qui n'avait plus à prouver sa puissance et sa réputation la précédait. La trouver serai dur, pouvoir la battre un rêve digne du roi des fous.

Pour s'assurer de la bonne foi du mercenaire, le missionnaire marqua son ventre d'un "Z". Cela était une insulte à son honneur. Il avait juré, c'était suffisant. Heureusement, la douleur causée par la marque vint rapidement lui faire oublier l'affront qu'il venait de subir. Jamais Bashô n'eut autant mal. C'était comme si chaque cellule de son corps, même celles à l'intérieur de lui, se transformaient en des plaies saignantes. Il ne cria pas. Ce n'est pas qu'il parvint à se retenir, mais plutôt que la douleur lui empêchait même de le faire. Le guerrier apprécia que la chose se passe comme cela. Son honneur restait sauf.

Cet honneur était d'ailleurs la seule chose qui était resté intact durant cette soirée. Et c'était la seule chose qui le rapprochait de son "lui originel". Quand il aura finit sa tache, s'il est encore en vie, tout Kosaten promet d'être différent pour lui. Des relations hostiles promettent de naître, du sang, et des haïkus.




Sang, Honneur, Valeur,
Contre Peur!
Ces qualités luttent!




©MangaMultiverse

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

-



MessageSujet: Re: La statuette   

Revenir en haut Aller en bas
La statuette
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» hermès, plusieur millier d'année dans une statuette pour découvrir un monde, où, la sécurité n'a pas changé...
» STATUETTE DE LA DÉESSE ROME
» Statues d'Indiens
» [TUTO] Peindre un cauchemar ailé par Asmo.
» [Diorama] Eomer le roi du rohan.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Manga Multiverse ::  :: Empire de Seika :: Ville de Tokonatsu-


Crédits : Design : Phoenix & Pingouin Règlements & Contexte : Phoenix
Forum optimisé pour Google Chrome.