Partagez | .
La sécurité n'existe pas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: La sécurité n'existe pas   Sam 10 Déc - 14:53





Feat. Aki

La sécurité n'existe pas



Je sentais la main de la Nishiie se resserrer sur la mienne, alors que son esprit était assailli d'une profonde détresse. Je la sentais commencer à craquer, et je n'opposais aucune résistance quand elle voulut se réfugier dans mes bras, bien au contraire, je l'accueillais tendrement en glissant ma main derrière sa tête pour caresser ses cheveux flamboyant. Il n'y avait pas besoin de mots ou de bague pour sentir qu'elle avait besoin de moi. Je continuais de la réconforter quand des larmes commencèrent à rouler sur ses joues, avant que quelques mots ne quittent sa gorge affaiblie par les pleurs, me demandant de ne jamais la quitter, de ne jamais mourir.

"Je serais toujours là mon amour. Même la mort ne saurait nous séparer. Je ne laisserais rien, qu'il s'agisse de démons, de dieux, ou de quoi que ce soit se mettre entre nous."


Plusieurs longues minutes passèrent pendant lesquels nous restions enlacés, sans grande considérations pour notre environnement et les regards que l'on pouvait nous jeter. Aki finit par briser cet étreinte en glissant une main contre ma joue, et l'autre dans mes cheveux, en me confiant qu'elle avait peur de me perdre, et de perdre Orina, que nous étions tout pour elle et qu'elle serait prête a abandonner les dieux et tout le reste pour passer tout son temps avec moi.

Sans dire un mot, et avec un sourire attendris, j'enlaçais de nouveau la druidesse pendant quelques minutes, pour lui transmettre ce qui ne pouvait pas être dit par des mots. Aki me parla d'une élue qu'elle avait rencontré, une élue qui était devenus mère ici, sur Kosaten, et la druidesse priait pour pouvoir suivre son exemple et devenir la mère de mon enfant. Mon esprit eu quelques flashs, me montrant plusieurs scènes d'un possible avenir. Voir ma fiancée avec le ventre gonflé par la présence de ce petit être en elle, voir les attentions que je lui donnerais, pour ensuite me voir tenir le bambin avec sa mère a mes cotés. Me voir éduquer et chérir cet enfant qui serait le miens, le notre. Je me blottissais plus encore contre la Nishiie après sa question, lui confiant le fond de ma pensée sans détours.

"On y arrivera mon amour. Nous aurons notre propre enfant, même si nous devons passer des siècles a chercher un remède a ma condition. Nous aurons un bébé."



Revenir en haut Aller en bas
Messages : 2330
Yens : 1148
Date d'inscription : 07/08/2015

Progression
Niveau: 213
Nombre de topic terminé: 102
Exp:
15/24  (15/24)
avatar
Aki Nishiie ¦ Justicière ¦

-



MessageSujet: Re: La sécurité n'existe pas   Sam 10 Déc - 17:27




La sécurité n'existe pas



feat.Tanith, le prince sur son cheval blanc



Il n'y avait pas à dire, cela faisait longtemps que Aki ne s'était pas montré aussi expansive en public. Cela ne lui était même jamais arrivé pour tout dire. Et elle s'en fichait complètement. Pourtant les passants autour regardaient d'un mauvais œil cette démonstration d'affection, considérant sans doute que cela devait être fait dans un lieu privé et non pas ainsi en plein milieu d'une rue. Certains lorgnaient avec pitié sur les épaules secouées de sanglots de la rouquine qui n'éprouvait aucune honte à ce qu'on la considère avec compassion. La seule chose qui lui importait était la réponse rassurante de son amant, ses mots doux et tendre, et la main qu'il avait passé dans son dos, sans montrer non plus le moindre signe de gêne, ni donner l'impression de vouloir la repousser, ce qu'elle aurait pus très certainement mal prendre. Elle sourit doucement, d'un sourire invisible caché contre le torse de celui qu'elle aimait, quand il confirma ressentir le même désir qu'elle, pour la deuxième fois. Un jour … Lorsque la guerre serait terminée, lorsqu'elle serait rentrée, lorsqu'elle pourrait enfin sourire à l'avenir de nouveau, sans craindre pour eux. Et si Seika dans toute cette histoire avait perdus son empire, qu'à cela ne tienne, ils trouveraient un moyen, ils fuiraient les dangers de ce monde pour en trouver un où ils seraient en sécurité, ils ne se préoccuperaient plus de rien sinon d'eux trois, et du quatrième être à venir.

Au bout de quelques temps, elle s'écarta légèrement, un léger sourire retrouvé. S'il fallait éliminer le mal de ce monde pour trouver la paix qu'elle désirait, en compagnie des deux personnes qu'elle aimait le plus au monde, elle le ferait. S'il fallait traquer Zayro jusqu'au bout du monde, et le tuer des centaines de fois, jusqu'à ce qu'il ne puisse plus jamais revenir, s'il fallait en faire de même avec Pain et le monstre qui s'en était pris à sa fille, elle le ferait. Autant de fois qu'il le faudrait. Elle était prête à gaspiller des milliers d'années de sa vie pour cela. Un par un elle éliminerait tous les dangers qui étaient un obstacle à son bonheur, ce qui cherchaient la souffrance et le sang, elle ne laisserait plus personne souffrir par la fautes de meurtriers, de violeurs, ou même d'empereurs avides de vengeance. Tout le monde avait droit au bonheur, mais ceux qui se mettaient en travers de celui des autres ne devaient pas exister.

Nous devrions rentrer. Nous en aurons pour plusieurs heures et je voudrais me reposer. Tu as sans doute dû laisser Orina seule à la maison, elle doit s'inquiéter pour nous deux. Je … ce qu'ils ont fait là bas … ce qu'ils m'ont fait. Je sais que tu te poses la question. Je n'ai pas la force d'en parler ni la force de te l'expliquer. Je t'en prie, ne parle jamais à personne de l'état dans lequel tu m'as retrouvée. Personne ne doit jamais penser que … Je doit rester la seule à savoir, je suis désolé.

Ce qu'il s'était passé dans les profondeurs obscures de cet endroit, ce qu'elle n'avait pus empêcher, ce à quoi elle n'avait plus eu la force de dire non. Jusqu'où les doigts souillés et le corps putride était allé, jusqu'où son souffle de mort avait courus, jusqu'où elle se sentait atteinte … Il n'y avait pas nécessité de le dire, pas nécessité de l'expliquer. Car seul restait au final un sombre frisson sur sa peau, un hérissement brusque lorsque n'importe quelle personne tenterait de la toucher sans la prévenir, et une haine fondamentale et bestiale, sans pitié, de tous ces hommes et ces femmes qui abusaient de la faiblesse des autres. Ce fut une scène étrange qui attendit les habitants de ce hameau qui ne tardèrent pas à voir un vampire aux sombres ailes s'envoler dans le ciel en tenant, blottie au creux de ses bras, la jeune femme qui s'accrochait à son cou. Une scène qui ne fut pas sans rappeler à la Nishiie son arrivée en ce monde, l'homme démon qu'elle y avait rencontré, et le premier vol de sa vie. C'était de cette manière qu'il l'avait porté également, et de cette manière que, pour la première fois, elle avait pus sentir le vent des hauteurs balayer ses cheveux avec cette sensation unique de liberté. Incapable de voler de nouveau par ses propres moyens, elle raffermit sa prise sur le cou de son compagnon et regarda avec patience le paysage défiler sous eux. Lorsqu'enfin il la déposa devant leur manoir, ils ne purent ici encore échapper aux regards. Consciente qu'il n'y avait de toute façon plus rien à faire de ce côté là, elle lui prit la main pour l'entraîner jusqu'à l'intérieur.

J'ai besoin d'oublier … Et tu doit avoir faim, rigola t-elle.

Doucement elle repoussa sa longue tignasse bouclée derrière sa nuque, dévoilant sa nuque ainsi offerte, qui comportait deux petites cicatrices, légers points blancs seuls témoins de la proximité si spéciale que pouvait avoir un humain et un buveur de sang.


Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: La sécurité n'existe pas   Sam 10 Déc - 19:09





Feat. Aki

La sécurité n'existe pas



J'enlaçais Aki avec toute l'affection que je lui portais, la serrant a plus proche de mon corps, alors que je lui caressais les cheveux. Avoir un enfant, c'était un rêve qui jusqu'à lors était resté inatteignable. Mon immortalité a très souvent été un fardeau, m'obligeant à rester seul alors que le peu de personnes qui m'étaient proches mourraient de vieillesse. J'avais complètement abandonné l'idée de réaliser ce rêve, sans avoir quelqu'un avec qui le vivre.

Mais c'était différent aujourd'hui. Kosaten m'avait fait rencontrer des personnes dans la même condition que moi, des personnes libérées des contraintes du temps, des personnes avec qui je pouvais me lier sans craindre de les voir disparaitre de manière inexpliquée. Elles m'avaient rapproché le plus possible de l'humain que j'avais été, il y a plusieurs siècles de cela. J'avais de nouveau envie de me battre pour gagner ma place dans le monde.

Aki finit par s'extirper doucement de notre étreinte en me retournant un grand sourire, avant de m'annoncer qu'elle voulait rentrer, et préférait que je ne parle à personne de ce qu'il s'était passé dans ce sordide endroit. Je lui promettais ne jamais partager notre secret, alors que je m'approchais d'elle, passant un bras derrière ses épaules et l'autre derrière ses genoux, avant de me redresser en portant la druidesse dans mes bras, alors qu'elle entourait les siens autour de ma nuque.

Je déployais de nouveaux mes ailes noires et pris mon envol pour Chikai, a un rythme néanmoins plus lent qu'a l'aller a cause du passager supplémentaire, et l'attention requise pour ne pas la laisser tomber. Après plusieurs heures de vol, nous étions arrivé a notre manoir, sous les yeux époustouflés des habitants du quartier, qui venaient de voir un vampire ailé se poser prêt de leur maison, une druidesse dans les bras. Aki ne se fit pas prier pour m'entrainer dans notre demeure, probablement aussi gênée que je ne l'étais d'être au centre de l'attention.

Elle me proposa de la mordre, en commentant que je devais avoir faim, un grand sourire sur les lèvres. La raison de sa proposition était certainement le venin que j'injectais dans le processus, qui était intensément plaisant à la victime de la morsure. Quoi qu'il en soit, elle le méritait amplement, et je m'approchais d'elle avec un grand sourire attendris. Je l'enlaçais doucement, restant quelques instants sans trop bouger, avant de commencer à embrasser sa joue et de redescendre lentement vers son cou, que j'embrassais plusieurs fois, avant de finalement y planter mes crocs, injectant le plaisir tant attendus par ma fiancée, alors que je ne laissais pas mon étreinte faiblir pour lui éviter de tomber.


Revenir en haut Aller en bas
Messages : 2330
Yens : 1148
Date d'inscription : 07/08/2015

Progression
Niveau: 213
Nombre de topic terminé: 102
Exp:
15/24  (15/24)
avatar
Aki Nishiie ¦ Justicière ¦

-



MessageSujet: Re: La sécurité n'existe pas   Sam 10 Déc - 23:43




La sécurité n'existe pas



feat.Tanith, le prince sur son cheval blanc



Aki frissonna lorsqu'il la prit dans ses bras. Un frisson bardés d'émotions agréables comme fortement répulsives. L'intimité retrouvée de leur foyer, le bonheur de l'avoir à ses côtés, et peut être l'envie d'autre chose. Une envie qu'elle sentait pourtant avec un certain dégoût, la rapprochant beaucoup trop de ce qu'elle venait de vivre. Elle ferma les yeux vivement pour se forcer à ne pas bouger lorsqu'il lui embrassa doucement la joue, essayant de ne pas penser à l'haleine fétide de cet homme et de se concentrer sur l'odeur douce de la peau qu'elle connaissait si bien. Elle le laissa aller dans son cou sans bouger, après tout c'est ce qu'il faisait assez souvent, environ une fois par semaine. Il avait la gentillesse de ne mordre personne d'autre, dans une espèce de fidélité étrange pour celle qui lui donnait son sang. Elle pencha encore légèrement la tête pour le laisser la mordre et glissa ses bras dans son dos en tremblant légèrement. Le laisser de nouveau s'approcher ainsi était dur, très dur. Elle se sentait faible d'en avoir si peur et pourtant. Et pourtant de nombreuses femmes ne pouvaient plus être touchées pendant des années. Et pourtant beaucoup d'entre elles passent tout simplement leur vie seule, incapable de faire confiance à un homme à nouveau. Elle faisait preuve d'une telle violence envers elle même pour ne pas s'écarter d'un bond qu'elle ne sentit même pas les deux crocs se planter dans sa veine.

Cependant, ses préoccupations fondirent à une rapidité incroyable. Ce venin avait des propriétés extraordinaires, des propriétés qu'elle connaissait très bien et qui étaient la principale raison pour laquelle elle le lui avait donné. Ses doutes s'évaporèrent alors qu'elle agrippait la cape du vampire dans son dos, qu'elle le plaquait contre elle et qu'elle se laissait faire par les ondes de plaisir qui traversait son corps en lui faisant tout oublier. Tout oublier … Elle se laissa aller dans ses bras, s'appuyant contre lui pour ne pas tomber, sachant qu'il faisait toujours très attention à cela à chaque fois. Il l'avait prévenus qu'elle risquait une dépendance à ces instants, mais cela ne l'avait pas dérangé. Elle pensait en réalité que son Fluide allait gérer le manque à sa place, mais qu'en était il réellement ? Elle avait été absente pendant de courtes périodes dernièrement, jamais assez longtemps à son avis pour ressentir quoi que ce soit du genre. Elle se laissa aller pendant la dizaine de minutes que durait généralement la morsure, avant qu'il ne la relâche enfin. Encore complètement hagarde, elle lui saisit le bras. Il faisait nuit et Orina devait déjà dormir, pourtant tout ce que la guérisseuse voulait en cet instant était de laver son corps de cette souillure qu'elle avait subis. Si tous les nettoyages du monde n'aurait servis à rien, d'autres idées lui trottaient dans la tête. Elle saisit la main de l'immortel et l'entraîna doucement dans la chambre, en essayant de ne pas faire craquer les marches. Elle ne lui demanda pas son avis, consciente qu'il n'avait au final aucune raison de résister. Une fois la porte fermée, elle lui demanda s'il pouvait insonoriser la pièce. Il y avait des dizaines de raisons qui pouvait la pousser à faire une telle demande. Elle pouvait vouloir tout simplement parler avec lui sans avoir à chuchoter, ou communiquer avec Mizu et Mune, ce qu'elle lui avait déjà quémandé une fois pour une discussion il y avait quelques temps.



Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: La sécurité n'existe pas   Dim 11 Déc - 0:27





Feat. Aki

La sécurité n'existe pas



Je buvais lentement les quelques filets de sang qui suintaient des deux petits trous dans la gorge de ma moitié, alors que je la sentais se détendre dans mes bras. Le processus continua pendant une bonne dizaine de minutes, durant lesquelles morsures et baisers se rapprochaient tellement qu'il était difficile de discerner l'une de l'autre. Je marquais quelques petits pas, berçant presque la jeune femme en transe par le venin qui quittait mes crocs pour rejoindre son corps.

Une fois le temps écoulé, j'extirpais mes crocs de sa chair, enlaçant de plus belle le corps tremblotant de ma moitié pour lui éviter de tomber alors que son esprit revenait doucement sur terre. Encore a moitié en transe, la druidesse me saisit le bras pour me guider jusqu'à notre chambre, me demandant au passage d'insonoriser la pièce, comme je l'avais déjà fait plusieurs fois par le passé. Que pouvait-elle bien vouloir faire. Elle ne pensait tout de même pas a ...




Revenir en haut Aller en bas
Messages : 2330
Yens : 1148
Date d'inscription : 07/08/2015

Progression
Niveau: 213
Nombre de topic terminé: 102
Exp:
15/24  (15/24)
avatar
Aki Nishiie ¦ Justicière ¦

-



MessageSujet: Re: La sécurité n'existe pas   Dim 11 Déc - 2:09




La sécurité n'existe pas



feat.Tanith, le prince sur son cheval blanc



Il était clair que peu d'hommes auraient pus se contrôler autant que le vampire en cet instant. Alors que l'objectif de la jeune femme était clairement de lui faire perdre le contrôle, il parvenait à rester cohérent, à penser aux conséquences, et surtout à ce qui lui était déjà arrivé dans la journée. Justement. Justement ! Elle n'éprouvait plus assez d'estime envers son propre corps pour avoir envie de le ménager. Elle s'en foutait, elle s'en fichait. Complètement. Elle voulait qu'il n'ai aucune pitié, elle voulait sentir qu'elle était au moins encore capable de ça. Des émotions contradictoires se bousculaient dans sa tête, et il fallait avouer que la majorité de celles qui la poussaient à avoir ce comportement étaient plutôt malsaines, mais elle n'y réfléchissait pas. Pas une seule seconde. Pourtant si elle l'avait fait, elle se serait peut être retenue de l'aguicher ainsi. Si elle avait pris conscience qu'elle essayait de s'achever plutôt que de se sauver. Elle fronça très légèrement les sourcils en le voyant toujours aussi maître de lui même. Pourtant elle l'avait sentis frissonner sous ses caresses, elle voyait ses yeux briller du même désir, il en avait envie, alors au nom de Gaea pourquoi ne faisait il pas comme tous les autres hommes ? Après tout, ils étaient tous … non. Non. Voilà ce qui n'allait pas. Pas tous. Sûrement pas tous. Ces hommes qui lui avaient fait du mal étaient comme ça. Pas lui. Lui craignait de lui faire du mal, lui craignait qu'elle ne fasse ça sous une impulsion qu'elle regretterait plus tard. Il était doux, il était l'homme qu'elle aimait, et il l'aimait aussi. Il se refuserait toujours à abuser d'elle comme eux l'avait fait. Il les haïrait sans doute milles fois plus encore s'il connaissait l'entière réalité, et avec un peu de malchance, il risquait même de vouloir retourner les chercher dans leur tombe pour les tuer une deuxième fois. Ils n'étaient pas tous comme ça. Et lui n'était pas comme ça. Parce qu'elle ne méritait pas ça. Personne ne méritait ça.




Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: La sécurité n'existe pas   Dim 11 Déc - 3:02





Feat. Aki

La sécurité n'existe pas






Revenir en haut Aller en bas
Messages : 2330
Yens : 1148
Date d'inscription : 07/08/2015

Progression
Niveau: 213
Nombre de topic terminé: 102
Exp:
15/24  (15/24)
avatar
Aki Nishiie ¦ Justicière ¦

-



MessageSujet: Re: La sécurité n'existe pas   Dim 11 Déc - 13:08




La sécurité n'existe pas



feat.Tanith, le prince sur son cheval blanc






Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: La sécurité n'existe pas   Dim 11 Déc - 18:48





Feat. Aki

La sécurité n'existe pas






Revenir en haut Aller en bas
Messages : 2330
Yens : 1148
Date d'inscription : 07/08/2015

Progression
Niveau: 213
Nombre de topic terminé: 102
Exp:
15/24  (15/24)
avatar
Aki Nishiie ¦ Justicière ¦

-



MessageSujet: Re: La sécurité n'existe pas   Lun 12 Déc - 22:21




La sécurité n'existe pas



feat.Tanith, le prince sur son cheval blanc



Battement raté. Elle devait s'y raccrocher. S'y accrocher comme à une bouée. Ses bras enserrant son cou elle se laissa porter. Battement raté. Dès qu'elle sentit la moelleur du matelas elle quitta sa position de paresseux agrippé pour se roule en boule comme un vulgaire bébé. Il était si proche, et pourtant elle sentait une violente solitude l'étreindre alors qu'elle se recroquevillait encore et encore sur elle même, comme si elle souhait s'enfoncer à l'intérieur de son propre corps pour ne former plus qu'un grain de poussière. Savoir d'où cela venait où pourquoi tout cela était aussi fort n'était plus à la portée de son esprit. Que se passait il pour qu'elle se sente aussi tiraillée ? Elle en perdait parfois le souffle, puis réussissait à se reprendre de justesse. Elle ferma les yeux, s'écrasant les paupières contre ses genoux en respirant toujours aussi difficilement. Attendre que cela passe. Elle sentait bien le réconfort qu'il essayait de lui donner, mais elle parvenait difficilement à se détendre. Ne venait elle pas de faire une énorme bêtise, ne venait elle pas de souiller un moment qui aurait dû rester pur à tout jamais ? Elle se sentait immensément coupable de l'avoir poussé à le faire alors qu'elle même avaient des motivations plus qu'obscures qu'elle ne saisissait pas parfaitement.

Au bout de longues minutes, elle finit par écarter légèrement son corps enroulé sur lui même pour répondre à l'étreinte du vampire qu'elle aimait. De nouvelles longues minutes passèrent avant qu'elle ne sente qu'il s'apaisait à son tour, sa respiration devenant plus profonde et plus calme. Elle même était encore incapable de trouver le repos que pouvait lui offrir Morphée. Elle attendit une heure entière avant de se résoudre à l'évidence ; elle n'y arriverait pas. Doucement elle tenta de s'extirper des bras de son bien aimé sans le réveiller, ce qui fut un échec. Il ouvrit les yeux, se demandant sans doute ce qu'elle comptait faire. Avec un léger sourire elle lui déposa un baiser sur le front en lui assurant que tout allait bien et qu'il pouvait se rendormir. Sans plus regarder s'il l'avait écouté, elle ouvrit la fenêtre d'où jaillit un souffle d'air frais. Pendant quelques secondes, elle observa les étoiles qui ruisselaient dans le ciel, elle goûta la nuit, pas suffisamment, encore enfermée dans cette pièce. Silencieuse comme un chat, elle se hissa sur l'appui puis disparut en un mouvement fluide, ne laissant entrapercevoir que l'espace de quelques secondes la queue rousse d'un félin des rues.

Spoiler:
 

Les tuiles ne firent aucun bruit lorsque ses coussinets les frôlèrent, elles n'en firent pas non plus lorsqu'elle galopa jusqu'au sommet du toit du manoir, puis lorsqu'elle se servit de cet appui pour sauter dans les branches de l'arbre qui surplombait de loin le haut de leur habitation. Ses griffes se plantèrent dans l'écorce, puis elle crapahuta à travers le bois pour arriver jusqu'en haut. Alors perchée sur une brindille plus fine encore que toutes les autres, pourtant aussi légère qu'une plume, elle tendit son museau à la lune et ferma les yeux. Un grand soupir la balaya enfin. Elle retrouva la sensation de liberté qui l'avait étreinte quelques heures plus tôt au bord d'un des canyons. Elle savait qu'à présent, le temps qu'elle se remette totalement, elle oscillerait sans doute entre ces libérations fugaces et ces profonds moments de désespoir. Elle comprenait aussi que si elle ne voulait pas en faire pâtir ceux qu'elle aimait, et si elle voulait retrouver la vigueur de son esprit au plus vite, elle ne pouvait pas rester ici. Tanith tenterait sans doute de la retenir, mais elle ne comptait pas se laisser faire. Elle était récemment devenue mère de famille, tout à fait volontairement, car c'était sans aucun doute l'un de ses rêves, mais ce n'était pas pour rien si les gênes de ses parents dans les veines. Tout deux ne tenaient jamais en place, et c'était aussi son cas. Elle avait besoin de se libérer de l'emprise que lui donnait cette vie. De se libérer de ces responsabilités, ne serait ce qu'un peu, de filer entre les mains de son amant, pour se retrouver elle même, seule et face à sa peine et à sa douleur, sans avoir besoin de faire bonne figure ou d'offrir des sourires forcés pour rassurer.

Discrètement, en quelques bonds, elle fut de retour dans la chambre, achevant son dernier bonds qui devait l'amener sur le parquet en se transformant de nouveau. Fort évidemment, son fiancé lui demanda comment elle se portait. Elle se contenta de lui adresser un nouveau sourire. Mieux, je vais mieux. Avant de se lover de nouveau dans ses bras, les yeux fermés. Il n'y avait pas à dire, elle se préparait à des sacrés montagnes russes, le temps de digérer le passé avec lequel elle allait désormais devoir vivre, mais Kosaten l'avait rendus plus forte, beaucoup plus forte. Enfin, le sommeil l'emporta.

Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

-



MessageSujet: Re: La sécurité n'existe pas   

Revenir en haut Aller en bas
La sécurité n'existe pas
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» Est-ce que Haldir existe? O_o
» de L'insécurité en Haiti ou Insécurité provoquée ?
» évaluation comparée des facteurs de l’insécurité
» Ce type d'insécurité pourrait être l’œuvre d’un groupe ...
» Diagnostique préliminaire de la Commission de reflexion sur la sécurité publique

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Manga Multiverse ::  :: Empire de Seika :: Grands canyons-


Crédits : Design : Phoenix & Pingouin Règlements & Contexte : Phoenix
Forum optimisé pour Google Chrome.