Partagez | .
La résolution de ses problèmes [PV Aizen Sôsuke]
Invité Invité

-



MessageSujet: La résolution de ses problèmes [PV Aizen Sôsuke]   Dim 23 Nov - 1:55

Essoufflé, vidé de toute mon énergie, j'apparus en plein cœur de la capitale, grâce à ma lâche technique : la téléportation. Elle m'avait aidé à fuir un combat. La première fois de ma vie. C'était humiliant. Le pire dans tout ça ?
L'être qui était sur le point de me vaincre était celui que j'aurais pu...Que dis-je, que j'aurais dû, ridiculiser lorsque j'étais encore...normal, et bien...C'était Piccolo.

Le namek qui m'avait involontairement donné ses cellules, qui avait donc aidé à ma naissance et m'avait même donné quelques uns de ses pouvoirs. Il m'avait littéralement ridiculisé.

J'étais l'être le plus fort de l'univers, puis une coalition de Super Saiyans me vainquirent de la façon la plus malhonnête qui soit, ensuite j'apparus, intact physiquement mais extrêmement affaibli psychiquement et énergiquement, sur un vaste et désert plateau, où je tombais dans l'inconscience alors que je faisais face à un vieux clochard moustachu, et pour finir, cet être répugnant, ce faible namek que je devrais pouvoir écraser sans même essayer, m'amène jusqu'à la défaite. Jusqu'au désespoir.

J'étais Cell, Cell, l'être parfait, le plus fort de l'univers, le plus intelligent, le plus doué, je n'étais pas fait pour connaître le désespoir, je ne...Je...

Je me reposais encore une fois cette question, qui m'envahissait depuis mon arrivée en ce monde ignoble : Que m'arrivait-il ?!

La constante dans toutes ces mésaventures, c'était ce mal de tête. Encore et toujours, tapant à l'intérieur de ma tête, ne me laissant aucun répit. Maintenant il me semblait avoir changé, ce n'était plus qu'un ltrèd lourd sifflement, ennuyant, handicapant, encore et toujours. Mon énergie déjà bien vidée était maintenant complètement disparue. Alors que j'étais arrivé en flottant dans les airs, je ne tins cet état que quelques secondes, avant de m'effondrer de la manière la plus pathétique, genoux à terres en plein milieu d'une foule indifférente. Telle était donc ma destinée, à moi l'être parfait ? Se faire battre par un enfant, puis un vieillard, et enfin un faible namek ?

...

Je refusais cela ! Mon orgueil d'être parfait le refusait ! Son Gokû, Vegeta, Freeza, King Cold, Piccolo, le meilleur des êtres les plus puissants de l'univers était en moi ! J'étais fait pour réussir ! Je me relèverais plus fort que jamais, je réussirais à tout dominer, à tout détruire, c'était mon devoir !

Frappant le sol de mon poing, créant une fissure, j'essayais de dégager le plus d'aura possible, pour créer un déferlement symbolique de ma colère. Mais une simple flamme jaune s'échappa de mon dos, avant que je ne baisse la tête, défaitiste.
Ne m'abaissant pas à me laisser tomber la tête la première sur le sol, je me relevais difficilement, jambes tremblantes. Tout était flou autour de moi. Je ne réfléchissais plus. Je vis deux gorilles en armure s'approcher de moi. Non, ils étaient humains. Ils avaient des lances. Des gardes ! Je devais être dans un grande ville. Plissant mes yeux fatigués, et tentant de me tenir droit, pour montrer ma supériorité face à eux, je les écoutais me parler. Ou plutôt parler de moi entre eux.


-Pff...Tu le vois, ce gus ? On dirait un homme-lézard bourré ! C'est marrant...[/i] dit l'un à son collègue avant de bêtement me frapper le torse. Hey ! Y a quelqu'un d'opérationnel là-dedans ? Hahahaha !

Ma patience atteignait ses limites.


-Piètres gardes humains...

Je saisis leur tête à chacun, d'une main et les éclatait l'une contre l'autre dans une explosion des plus sanguines. J'étais content de voir que les humains, eux au moins, étaient toujours aussi fragiles. Et toujours aussi stupides.

Soudain, une dizaine, un peu plus sérieux, s'alarma tout autour de moi, lances menaçantes envers ma direction. L'un deux, le chef sans doute, parla d'une certaine loi, sans doute imaginaire, et disait qu'ils allaient m'emmener dans les quartiers de leur "Président". J'entendis deux d'entre eux se murmurer que j'étais un "élu".
Décidément, l'ouïe de Namek, ça aide, même si un mal de tête s'acharne sur nous !

Élu, je me demandais ce que ça pouvait vouloir dire, mais sur le moment je m'en fichais. Le mot qui m'avait le plus intéressé était "Président". J'avais entendu ce mot très récemment. Piccolo l'avait prononcé.
Cela pouvait m'aider. Un sourire sadique se dessina sur mon visage fatigué.


-Enfin des paroles censés, humains ! Amenez moi donc à votre "Président"...Mais tâchez de ne pas me toucher de quelque façon que ce soit, ou ces soi-disantes armes que vous tenez, et que vous devriez baisser d'ailleurs, finiront par empaler vos propres corps sans même que vous ne vous en rendiez compte...

Mes paroles étaient prononcés calmement par une vois des plus agacés, mais elles eurent l'effet escompté. Ils avaient pris peur, tel les couards qu'ils étaient tous, tandis qu'ils m'emboîtaient le pas dans la direction de la résolution de mes problèmes.

Je ne le savais pas, mais ce mal de tête allait cesser, et j'allais me relever, pour toujours...
[/i]
Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: La résolution de ses problèmes [PV Aizen Sôsuke]   Dim 23 Nov - 19:02

Après ma rencontre avec Zayro, un humain qui représentait parfaitement ce monde en terme de faiblesse et de laideur. Je me dirigeais vers la ville de Minshu histoire de voir si je ne pouvais pas éclairer certains points sans forcément, en demander gentiment avec ces stupides êtres vivants. Je quittais le lac pour prendre le chemin le plus court vers le village de Minshu. Mes mains étaient rentrés dans mes poches très larges, mon visage expressif reste toujours le même, rien n'avait changé que lors de ma rencontre avec Zayro ou alors ma petite " baston " avec cet abruti qui m'a manqué de respect dont j'ignore son nom.

J'ai remarqué que même si je ne connais pas très bien ce monde, il y a un air de ressemblance avec celui de la Soul Society, mais avec un peu plus de style Moyen-Âge... La petite ville où j'étais passé était laide. J'espère que du moins, cette capitale sera plus jolie que cette ville qui menait au lac. Suite a de longues minutes, suivant mon rythme de marche assez lent, ne me précipitant pas, j'arrivais enfin à la Capitale. Tss, la même laideur, mais en plus grand. Toujours cette ambiance ridicule, ces humains qui ne servent strictement a rien, même pas capable de se protéger. Les bâtiments malgré la hauteur, le décor est loin d'être à mon goût. C'est le parfait exemple d'un humain.  

Continuant ma traversée, c'est comme si je nageais dans le désespoir. Minshu regorge énormément de faiblesse, c'est tellement dégoûtant que ce serait a vomir. Quand je passais par plusieurs chemins, l'ambiance était toujours la même. Que de la joie, de la bonne humeur et toutes ces belles paroles que j'aimerais les découper grâce a ma précieuse épée, Kyôka Suigetsu. Je traversais une foule assez " ambianceuse ", mais en compagnie de ma présence, la " bonne joie " diminuait, ces gens me fixant tout en se disant :

- C'est qui ce type ?
- Il m'a l'air louche !
- Sa présence ne m'inspire pas confiance.


Je m'arrêtais une seconde pour dire quelque chose a ces faibles. Me raclant la gorge, une première fois afin de se préparer a ce discours assez menaçant, j'observais certaines de ces personnes qui avaient un regard décomposé a cause de ma présence.
Fermant les yeux et me concentrant sur les mots que je vais dire, d'un ton calme, doux et serein :

- Vous, créature et habitant de Minshu, vous avez bien raison d'avoir peur de moi. Dans quelques temps, je serai votre nouveau Roi. Tandis que vous, vous seriez mes esclaves. Vous implorerez mon pardon, ma gentillesse sera l'uniquement moyen de vous laisser la vie sauve.

Ainsi, cette ambiance joyeuse disparaît subitement, mais je n'entendais pas non plus la panique totale. Enfin, j'en passe. Je continuais ma traversée pour espérer trouver quelque chose jusqu'à qu'a plusieurs mètres de ma position, j'entendais alors :

- Enfin des paroles censés, humains ! Amenez moi donc à votre "Président"...Mais tâchez de ne pas me toucher de quelque façon que ce soit, ou ces soi-disantes armes que vous tenez, et que vous devriez baisser d'ailleurs, finiront par empaler vos propres corps sans même que vous ne vous en rendiez compte...

Quel drôle d'accent ! Je fus surpris a cet instant. Il n'avait pas l'air d'être humain et je voyais que lui aussi n'apprécie pas ces humains. Pourquoi se retrouve-t-il encerclé par des gardes de Minshu, s'il est aussi sûr de lui ? C'est peut-être un kosaten comme a dit, Zayro. Peut-être qu'il vient d'un autre monde. Il ne savait rien de ce monde, il était affaibli. En voyant ces humains, cela me tapait sur les nerfs de se vanter, car ils ont attrapé une créature mystérieuse. Sans plus attendre, j'utilise alors le Shunpô, mon déplacement instantané. En un rien de temps, je me trouvais face a cette étrange créature. Dégainant mon épée Kyôka Suigetsu a moitié cassé, je tranchais la trachée de ces gardes. Une sorte d'explosion " sanguinaire " est visible, mais aucune m'ont tâché. Avoir du sang humain sur ses propres vêtements, c'est tellement écoeurant... Cependant, certaines gouttes de sang traversaient le visage de cette créature mystérieuse.
En un rien de temps, les gardes s'écroulaient créant une mare de sang. Mais en fixant un périmètre, je crée alors un bouclier Reiatsu hébergeant " le lézard bourré ". Des gens fuient en criant :

- CE SONT DES CRIMINELS ! COURONS !

Et j'en passe...

En chuchotant une phrase, ayant ce sourire machiavélique pour montrer ma joie, je disais :

- Je vous l'ai dit que je vous ferai la guerre, misérables insectes.

Ainsi, tournant mon regard, je regardais ce lézard qui n'avait pas vraiment l'air surpris de ma puissance. Son visage étant tâché de sang des gardes, cela me fichait la nausée sans vouloir le montrer... Je lui échange, alors une phrase :

- Je sais que tu es spécial. Toi aussi tu as perdu tes pouvoirs. J'ai provoqué une panique générale, le président doit être au courant du carnage des gardes qui se sont fait tués. Je détrônerai le " Président  ". J'espère qu'il sera fort. Ces gardes ne peuvent rien contre moi, sans compter qu'un champ de force de mon énergie spirituelle est présent et vu leurs forces de mouche, ils pourront jamais traverser. Il est temps d'éclairer des points que ce stupide Zayro aurait du m'éclairer.
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 55
Yens : 746
Date d'inscription : 14/10/2014
avatar
Jeong Tekina - Pnj -

-



MessageSujet: Re: La résolution de ses problèmes [PV Aizen Sôsuke]   Ven 28 Nov - 19:28






La résolution de ses problèmes
Oeil pour Oeil et le monde finira aveugle






Décidemment, impossible de terminer son café si facilement dirait-on. Alors qu’il prenait sa toute première gorgée, le président se fit interrompt par un homme qui entrait, haletait vraisemblablement d’un effort cardiaque immense. Jeong levait un sourcil en déposant sa tasse. Lorsqu’il s’informait de toute cette commotion, au début, la simple envie d’envoyer des soldats lui traversait l’esprit. Mais bon, il se levait et se dirigeait vers l’endroit indiqué par l’autre associé plus tôt. Il ne voyait pas l’intérêt de se presser, d’un pas confiant et normal, il se rendait pile là. Lorsqu’il vit le bain de sang, l’associé n’avait pas eu tort, criminel.

-Vous savez que c’est un crime, et que vous serez en prison, chers élus? Ici, vous n’êtes pas traité supérieur aux autres, et peu importe votre ancien statu, dans ce monde, vous n’êtes que des civils.
Dit-il en regardant à tour de rôle chacun, un regard sévère.

Il se devait de mettre les barèmes le plus clair possible et au plus vite. Tuer était une punition d’emprisonnement. Peut-être avaient-ils déjà rencontré d’autres élus, mais ici, ils n’étaient pas traités plus haut que tous les autres individus, tous étaient égaux. Bien évidemment, Jeong ne faisait pas respecter les règles par la peur ou la force, mais par les codes et procédures. Sa rigidité était telle, qu’il n’avait que faire du statut social, la loi c’est la loi. Eux aussi, devaient apprendre. Certes, si les lois n’étaient pas respectées, il n’aurait pas d’autre choix que d’utiliser sa force, mais c’était bien souvent en dernier recours et la population préférait largement le système.

-Vous allez me suivre, dans mon bureau.
Dit-il en se tournant, prenant pour aquis qu’ils comprendraient qu’on devait le suivre.

En y repensant, un ressemblait beaucoup plus à un humain que l’autre, il ne fallait cependant pas les sous-estimer, il venait tout de même de tuer des gardes. Leur principe et leur moral devaient probablement s’ancrer dans les bains de sang et la peur. Enfin, ils devaient savoir et être assez intelligents pour voir qu’Ils avaient plus fort qu’eux, et qu’attaquer serait tout simplement chargé uniquement de conséquences.


© Jawilsia sur Never Utopia

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

-



MessageSujet: Re: La résolution de ses problèmes [PV Aizen Sôsuke]   

Revenir en haut Aller en bas
La résolution de ses problèmes [PV Aizen Sôsuke]
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Renverser le gouv haitien n'est pas une solution aux problèmes d'Haiti !
» nouveau laby ror et tot la solution pour le parcourir
» Les maux qui ravagent Haiti: A la recherche d'une solution ou d'un remede
» La loi Hope, est-ce une solution? et IT?
» Solution constitutionnelle, consensuelle et haïtienne

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Manga Multiverse ::  :: République de Minshu :: Capitale de Kansei-


Crédits : Design : Phoenix & Pingouin Règlements & Contexte : Phoenix
Forum optimisé pour Google Chrome.