Partagez | .
Les voleurs de gens [Quête]
Messages : 1048
Yens : 899
Date d'inscription : 09/11/2016
Age : 17
Localisation : Minshu

Progression
Niveau: 112
Nombre de topic terminé: 43
Exp:
11/12  (11/12)
avatar
Bashô ℣ Traître ℣

-



MessageSujet: Les voleurs de gens [Quête]   Lun 19 Déc - 21:02



Nouveau boulot


Cela faisait maintenant quatre jours que Bashô était entré à Tokonatsu et il lui était déjà arrivé pas mal de choses. Pourtant le fait qu'il ait frôlé la mort et qu'il se soit fait kidnapper le même jour pour des raisons totalement différentes ne le dissuada pas de répondre positivement à la demande qu'on lui fut.

Quelques heures plus tôt:

Bashô entendit frapper à la porte et alla ouvrir. Un homme d'une trentaine d'années se présenta à lui. Il était plutôt bien habillé.

-Bonjour monsieur, vous êtes bien l'élu récemment arrivé à Kosaten appelé Bashô?

Cela étonna beaucoup le poète qui pensait n'être alors connu de personne. Cependant, intrigué, il consentit.

-Lui-même, répondit-il en montrant son tatouage d'élu. C'est à quel sujet?

-Connaissez-vous le gang des kidnappeurs? C'est un gang existant depuis quelques années mais qui est entré dans une dynamique assez inquiétante que récemment. Tous leurs membres ont opérés en même temps avec une organisation effrayante. Le nombre de kidnappings de leur part étant assez élevé, les autorités ont rapidement été débordés. Le gang semble être régit par une...

-Et qu'est-ce que je viens faire la-dedans? le coupa Bashô avant qu'il ne se perde dans trop d'informations inutiles.

-Et bien voilà, les forces de l'ordre étant dépassées, la riche famille dont je suis le serviteur a préféré faire appel à vous plutôt que d'attendre la justice. Il faut absolument que leur fille rentre seine et sauve... Vous savez, Miranda est une charmante jeune fille et...

-Bon, et vos maîtres seraient prêt à payer combien pour mes services? le recoupa-t-il. Décidément, cet homme avait tendance à partir vite loin. Cela commençait à agacer un peu l'élu...

-Mes maîtres seraient prêt à vous payer cinq cent yens. La prime est négociable et peut être revue à la hausse si nous sommes particulièrement satisfait de votre efficacité, lui répondit-il.

Cinq cent yens, c'était déjà pas si mal... Surtout qu'il pouvait facilement faire augmenter la prime s'il tenait la fille... Il passerait donc de sauveur à rançonneur... Une proposition intéressante...

-Très bien, j'accepte, conduit-moi à tes maîtres, lui ordonna-t-il.


***


Et c'est comme cela qu'il se trouva chez ses nouveaux employeurs, dans une somptueuse villa. La dernière qu'il avait vue comme cela n'était plus qu'un tas de cendre à l'heure qu'il était. Un tas de cendres signé avec un "Z".
Il se tenait maintenant devant les parents de la kidnappée, très touchés par les événements.

-Votre travail n'est pas d'une difficulté extrême, expliqua l'homme. Nous connaissons la localisation des bandits et ils semblent encore manquer d'expérience malgré ce que laisse penser leur organisation. Seulement, il faut vraiment qu'il n'arrive rien à notre petite Miranda vous comprenez! Si vous avez besoin de quoi que ce soit, n'hésitez pas à nous demander...

-Je me met au travail immédiatement, vous ne serez pas déçu, répondit le maffieux.

La soir même, Bashô vagabondait dans la ville basse, les quartiers défavorisés où la pègre s'était implantée. Il était dans son milieu naturel et se sentait comme un poisson dans l'eau.
"Quel bel endroit de paradis" se réjouit-il. Soudain, quelque chose attira son attention. "Tiens, voilà ce que je cherchais..." pensa-t-il. Qu'étais-ce? Il se dirigeait actuellement vers un mendiant tenant un journal.

-Salut à toi, dit Bashô en lui donnant dix yens, j'aime parler aux gens qui savent écouter. On pourrait parler dans un endroit sûr?

-Mes oreilles n'entendent que le bruit du vent monsieur, mais discuter avec quelqu'un de votre vertu n'est pas de refus, lui répondit poliment l'homme.

La soirée s'annonçait fructueuse.


©MangaMultiverse

Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1048
Yens : 899
Date d'inscription : 09/11/2016
Age : 17
Localisation : Minshu

Progression
Niveau: 112
Nombre de topic terminé: 43
Exp:
11/12  (11/12)
avatar
Bashô ℣ Traître ℣

-



MessageSujet: Re: Les voleurs de gens [Quête]   Mar 20 Déc - 19:15



L'"Oreille"...



Pourquoi s'était-il dirigé vers cet homme-là? Il tenait un journal. C'était souvent un code pour signaler qu'ils étaient "oreille". Les "oreilles" étaient les gens qui étaient au courant de toute les affaires illégales et qui vendaient leurs informations. C'étaient souvent des mendiants.
Bashô était maintenant sûr que son interlocuteur en était un. Il "entendait le bruit du vent" et avait proposé son invitation. Il était sur la bonne voie.

Le mendiant l'amena dans un modeste bar puis échangea quelques mots avec le tenancier qui leur ouvrit l'accès à une salle composée de plusieurs alcôves. Apparemment, il n'était pas tombé sur la première oreille venue. Lui était un pro, un vrai. Mais le poète ne lui ferai pas perdre son temps...Il s'assirent puis commencèrent à parler business.

-Bon, qu'est-ce que tu veux savoir, sache qu'il n'y a rien que je ne sache pas où que je ne puisse pas apprendre, commença l'homme.

-Tu dois être au courant de tout ça donc je te fais la version courte, répondit l'élu. Le gang des kidnappeurs a fait agir tous ses groupes en même temps récemment. L'un de ces groupes est actuellement situé dans la plaine au nord de la ville, à l'orée de la forêt. Ils détiennent une jeune fille appelée Miranda. Je veux connaître leur manière d'effectuer l'échange pour pouvoir les contrer.

-Mmm... réfléchit-il. Je ne peut pas faire ça. Je pourrai arriver à le savoir mais je m'expose à de lourdes représailles si on découvre ce que j'ai fait... Et je pense que ça se saura facilement. Ce n'est pas souhaitable pour moi. En revanche si tu veux, je pense être en mesure de te dire où et quand tu pourrai trouver un de leurs membres isolé. A ce moment-là, tu fais ce que tu veux de lui, ça ne me regarde pas.

Bashô pesa le pour et le contre. D'un côté, l'oreille lui avait avoué qu'il avait la réponse à sa question, il pouvait donc le torturer pour l'obtenir. De l'autre côté, s'il mettait la main sur l'un des membres du gang, il pourrait le torturer lui et ça revenait au même.
Après plus mûres réflexions, il décida d'accepter sa proposition. Il ne se sentait pas vraiment de soutirer des informations de force au mendiant ici. Il ne pouvait pas non plus l'amener ailleurs. De plus, la qualité des informations venant directement de l'un des membres du gang devait être supérieure à celle d'un intermédiaire.

-D'accord, acquiesça-t-il. Je me contenterais de cette information. Parle.

-Tout d'abords, tu dois me payer... cinquante yens, ça me semble être un minimum. Ensuite je n'ai pas l'info sous le coude, il faut que j'aille la chercher, lui expliqua l'homme.

Bashô prit trente yens de sa poche et dit:

-Alors prend ça et va me chercher ce que je cherche immédiatement. Je t'attend ici. Tu aura trente autres yens quand tu seras revenu avec l'information.

L'oreille consentit puis partit.

Il revint une heure plus tard. Un homme nommé Glen faisait parti du groupe qui avait kidnappé Miranda et ne dormais pas dans leur planque mais chez lui, chaque soir. Bashô prit note de l'adresse, paya son informateur, puis repartit après l'avoir mis en garde:

-Merci de ta collaboration. En revanche, si tes informations s'avéraient inexactes ou si tu m'a tendu un piège, sache que je trouve toujours le chemin de la vengeance...


***


Le lendemain, il se rendit à l'adresse indiquée vers seize heure. A priori, sa proie ne devait rentrer chez lui que bien plus tard. Cela lui laisserait largement le temps de se préparer et de contrer un éventuel imprévu.

Quand il arriva, la maison n'était pas vide, il y avait au moins une personne à l'intérieur. Faisant confiance à ses capacités d'improvisation, il toqua à la porte.
Une belle femme lui ouvrit. C'était certainement la femme du bandit et également la raison qui faisait qu'il rentrait chaque soir. Il était la faiblesse de son gang et elle était sa faiblesse.

-Qui êtes vous? demanda-t-elle.

-J'aimerais m'entretenir avec Glen. Est-il là?

-Malheureusement non, que lui voulez vous?

-Rien de bien important mais c'est délicat... Puis-je entrer? demanda-t-il en faisant tinter sa bourse pour motiver la jeune femme.

Elle acquiesça et s'exécuta. Il était désormais dans la place.


Sois prudent, le loup
Est peut-être
Là, derrière toi...

©MangaMultiverse

Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1048
Yens : 899
Date d'inscription : 09/11/2016
Age : 17
Localisation : Minshu

Progression
Niveau: 112
Nombre de topic terminé: 43
Exp:
11/12  (11/12)
avatar
Bashô ℣ Traître ℣

-



MessageSujet: Re: Les voleurs de gens [Quête]   Mer 21 Déc - 12:10



Soustraction d'informations



Une fois l'homme entré, elle demanda à nouveau:

-C'est à quel sujet?

-J'ai un message à lui faire passer. Je vous fais confiance mais j'aimerais savoir si vous êtes seule dans cette maison, demanda Bashô.

-Nous sommes seuls, parlez sans crainte, répondit-elle.

A ces mots, le maffieux n'hésita pas une seconde. Il plaqua sa main contre le visage de la jeune femme puis la poussa violemment contre le mur pour l'assommer. Le choc avait été important, mais pas assez pour la tuer, heureusement. Elle allait seulement faire une longe sieste...
Bashô la ligota, la bâillonna puis fouilla la maison. Rien de notable de ce côté-là. La suite des opérations aller se passer le plus simplement possible. Il allait juste s'embêter en attendant que Glen arrive. La journée serait longue pour sa femme ligotée, la nuit longue pour lui, s'il ne coopérerait pas...


***

Dès que l'heure arriva, Bashô alla se poster prêt de la porte avec un couteau affûté pris à la cuisine. Il l'avait laissé ouverte de façon à ce que l'homme entre sans appeler sa femme au cas où il n'ai pas les clés. Les bougies étaient toujours allumées pour simuler l'activité de sa femme dans la maison.

Au bout d'un moment, il entendit des bruits de pas s'approchant de la porte. Il se tint prêt, arme en main. L'homme entra. L'élu se jeta sur lui en mettant sa main de libre sur sa bouche et le couteau contre sa gorge.

-Si tu cries, je t'ouvres la trachée, tu ne seras plus jamais en mesure de parler... lui dit-il calmement.

L'homme hocha la tête en signe d'approbation. Déjà, une goutte de sueur perlait sur sa joue.
La manœuvre avait été relativement simple. Sa cible était détendu et ne s'attendait pas du tout à ce qui allait lui arriver. Il avait eu l'effet de surprise de son côté.

Il attacha à son tour l'homme sur son lit. Dans un coin de cette pièce se trouvait la femme, toujours plongée dans son sommeil forcé.

-Je vais te poser quelques questions, commença-t-il en s'adressant à son prisonnier. Les tarifs sont les suivants: Si tu refuses de répondre, je te coupe les couilles, puis je t'enlève la peau pour ensuite t'empaler, etc. Fais moi confiance pour trouver les idées nécessaires. En plus de ça, je marquerai chacune de ses questions sur la peau de ta femme, ça ne sera pas très beau à voir... Mais bon, si tu coopère, il ne t'arrivera rien, rassures-toi...

Dans le regard de l'homme pouvait déjà se lire une peur indicible.

-Bien, commençons et allons droit au but, continua l'élu du phénix en jouant avec son arme. Quelle est ta place au sein de l'organisation et comment s'organise-t-elle?

-Nous sommes une associations de plusieurs groupes régit par un conseil qui organise nos coups mais chaque groupe conserve une certaine indépendance, expliqua-t-il après une certaine hésitation. Nous avons chacun un chef. Dans mon groupe, je suis l'espion qui récupère les informations. C'est moi qui ai su que la cible que nous avons en ce moment avait des moments où elle était vulnérable, sous sécurité insuffisante.

Apparemment, il avait bien comprit le concept de coopération. C'était tant mieux pour eux deux.

-Très bien! continua Bashô. Je sais que vous détenez Miranda Eritan. Si ses parents coopèrent, comment se passera l'échange?

-Ils devront envoyer quelqu'un avec l'argent au parc de la ville. A ce moment-là, il rencontrera deux hommes. Un lui prendra l'argent et partira en direction de la base en prenant le chemin de la ville basse. A la sortie de la ville, d'autres membres l'attendront et l'escorterons jusqu'à la base. Pendant ce temps, le second brigand accompagneras l'homme jusqu'au quartier des tanneries où plusieurs autres bandits les attendront avec l'enfant. S'il n'y a eu aucun problème à ce moment-là, l'enfant lui sera rendu.

-Merci pour tout mec, et surtout repose en paix... lui dit l'élu avec un visage sans expression avant de lui enfoncer son couteau dans la gorge.

Il décida de laisser la femme en vie, après tout elle était toujours évanouie et ne savait rien. Il marqua sur le mur avec le sang de l'homme: "Pour avoir tué mon fils, Charogne!"; pour faire passer l'acte pour une simple vengeance et que les kidnappeurs ne s'inquiètent pas.

Il retourna ensuite à la villa de ses employeurs.

©MangaMultiverse

Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1048
Yens : 899
Date d'inscription : 09/11/2016
Age : 17
Localisation : Minshu

Progression
Niveau: 112
Nombre de topic terminé: 43
Exp:
11/12  (11/12)
avatar
Bashô ℣ Traître ℣

-



MessageSujet: Re: Les voleurs de gens [Quête]   Mer 21 Déc - 22:49



Échange



Bashô était de nouveau devant ses deux employeurs.

-Alors, vous avez trouvé le moyen de récupérer notre fille? Dites nous comment vous allez faire! Quand pourrons-nous la revoir?! demanda le père de moins en moins patient.

-Calmez-vous. Votre fille n'est pas maltraitée là où elle est, c'est un otage de marque, le rassura-t-il. J'ai en effet trouvé le moyen de la récupérer. Je vais vous demander dans un premier temps d'accepter de payer la rançon.

-Quoi?! le coupèrent-ils. Ce n'est pas pour ça qu'on vous paye je vous signale! continua l'homme. Vous ne nous servez à rien là! Vous savez combien ils demandent en plus?! Mille cinq cent yens et pas moins! De quoi nous ruiner...

-Mais évidemment, je le sais bien. Seulement je connais maintenant le déroulement de l'échange. Et étant donné que je le connais, il est facile de le court-circuiter. J'ai bien étudié toutes les solutions possibles et le plus simple n'est pas de récupérer votre enfant avant, mais bien d'intercepter l'argent après. Vous coopérez, ensuite moi je récupère l'argent et je vous le rend. Rien de plus simple, leur expliqua-t-il.

-En effet, cela me paraît simple... répondit-il en cherchant l'approbation de sa femme qui la lui donna. Je suis pour. On vous fait confiance.

-Très bien! conclut Bashô satisfait. Parlons plus technique maintenant. Quels sont les moyens qu'ils vous ont donné pour les contacter?

Apparemment, ils devaient aller à un endroit spécial, cela signifierait leur accord. Ensuite, sûrement rapidement, quelqu'un les contacterais pour leur donner le lieu et les conditions de l'échange. Ils devront s'y plier où il sera annulé. Mais le problème n'était pas là, ils s'y plieraient totalement.

Le serviteur que Bashô avait vu le premier jour alla donc au lieu de rendez-vous et y resta une heure. Deux heures plus tard, quelqu'un vint devant la villa déposer un journal puis repartit aussitôt. Dans ce journal était inséré un papier sur lequel était écrit:

"Félicitation pour votre lucidité. Rendez-vous au parc du feu demain à 18h. L'intermédiaire doit-être le même qu'à chaque fois: votre serviteur au nœud papillon. A votre arrivée, un aveugle sera assis sur un banc. Vous irez vous assoir à côté de celui-ci. Un homme d'apparence pauvre viendra demander l'aumône. Il aura un chapeau rouge, comme ceux à la mode il y a trois ans à Chikai, et en mauvais état. Vous lui donnerez le sac d'argent en disant que ce sont vos restes. Ensuite L'aveugle partira. Vous le suivrez. Ils vous emmèneras à d'autres membres du gang. Si tout s'est bien passé, votre fille vous sera rendue."

L'élu informa donc ses employeurs qu'il savait que le mendiant se dirigerai vers la ville basse. Il sera seul jusqu'à ce qu'il sorte de la ville. Durant toute cette distance, il sera vulnérable et Bashô pourra le cueillir.


***


Le lendemain, tout se passa comme prévu. Bashô n'était vu que comme un simple passant, son affiliation avec les parents de la kidnappée n'était pas connue. Récupérer l'argent fut alors d'une facilité sans précédent.

Alors que le brigand déguisé en mendiant s'était maintenant bien éloigné du centre-ville, vers des ruelles moins surveillées et souvent désertes, quelqu'un lui demanda de l'aide. Cet homme, c'était Bashô. Il lui demanda s'il pouvait regarder sa blessure à la main. Il était lui-même déguisé en "clodo", pour parler vulgairement. L'homme le repoussa verbalement en lui disant que ça ne l'intéressait pas mais l'élu rapprocha quand même sa main. Jusqu'à transformer cette approche en coup. Sa cible fut prise par surprise ce qui la sonna. Ensuite, en une avalanche de coups de poing, il l'assomma pour finalement le tuer.
Un vieil homme passa par là à ce moment-là.


Les actes invoquent, mais
L'argent, elle,
Révoque; le silence...


Il donna trente yens au témoin afin qu'il se taise. Ce dernier, sûrement en difficulté financière,  hocha la tête et partit.

Mais notre maffieux ne se rendit pas vers ses employeurs après. Il alla exactement vers le point de sortie de la ville basse où les brigands attendaient leur confrère. Il tenait dans sa main la veste de l'homme qu'il venait de tuer.

©MangaMultiverse

Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1048
Yens : 899
Date d'inscription : 09/11/2016
Age : 17
Localisation : Minshu

Progression
Niveau: 112
Nombre de topic terminé: 43
Exp:
11/12  (11/12)
avatar
Bashô ℣ Traître ℣

-



MessageSujet: Re: Les voleurs de gens [Quête]   Jeu 22 Déc - 21:05



Intégration



Quand ils le vit, ils s'exclamèrent:

-Qui es-tu!? Que fais-tu avec les habits de notre associé?! Parle!

-Salutations, je m'appelle Bashô Nostrade, et je viens vous remettre ce qui vous revient de droit! dit-il en leur jetant le sac plein d'or. Votre intermédiaire s'est fait intercepter par des mercenaires sous les ordres de votre cible. Je suis nouveau dans ce monde, je suis un élu. Mais dans le mien, j'étais un sommité de la pègre. Donc inutile de dire qu'être au courant de votre coup était choses aisée. Je me suis interposé et ai battu les hommes d'arme pour récupérer le sac d'or. Si j'ai fait cela, c'est pour intégrer votre groupe, même si je pense que vous avez beaucoup à apprendre... Acceptez-vous ma proposition?!

Un temps de silence se fit puis un homme qui avait-l'air d'être le chef se dirigea vers Bashô.

-Tu es le bienvenue parmi nous tant que tu ne convoite pas mon poste, dit-il calmement. Je suis heureux qu'une personne telle que toi rejoigne nos rangs. Je t'en remercie.

Il lui tendit le sac qu'il ramassa au sol et continua:

-Tu fais désormais partie du gang des kidnappeurs, prend ta part, mon frère!

Son plan avait marché. Même trop bien, il ne s'y attendait pas. Cela était bizarre mais il restait sur ses gardes. Peut-être que si la chose se passa si simplement c'est parce qu'ils n'avaient qu'à y gagner à prendre un homme de sa trempe dans la bande. Il y avait peu de chances qu'il veuille les trahir. Pourquoi? Parce qu'il n'avait tout simplement pas de motif. Si l'argent le motivait, il aurait eu plus vite fait de partir avec le sac plein sans partager.
Son but depuis le début n'était pas de sauver la rançon de ses employeurs qu'il avait maintenant trahi mais plutôt mettre un pied dans ce cercle fermé de la pègre. Et une fois entré, il était facile d'aller où on voulait, surtout pour quelqu'un qui, comme lui, connaissait si bien les rouages de ce monde illégal.

Il reçu des applaudissements de la part de tous puis rentrèrent à la base. Une soirée pleine d'alcool dans une ambiance de fête se passa ce soir-là. Il se lia avec tout le gang, même sincèrement pour certains.

Il resta trois jours avec eux. Durant ces trois jours, il leur apprit les bases de tout ce qu'il savait. Il affina leurs techniques qui n'étaient pas si mauvaises. Tous bénéficièrent de son expérience. Et le chef n'en fut pas jaloux. Il ne devait pas considérer Bashô comme une menace étant donné qu'il ne possédait pas encore le charisme nécessaire pour renverser la situation. Il n'était là que depuis quelques jours après tout.

De plus, son arrivée leur apporta tellement qu'ils pourraient facilement se rendre plus important que la plupart des autre groupes de l'organisation. Il leur apprit comment choisir le lieux des échanges, comment tout prévoir sur le moment et surtout l'art de tout changer au dernier moment sans que les rançonnés ne puisse rien dire et par conséquent mettre hors course la police.

Le soir même, il tint cette conversation avec le chef du gang, de nom de code Méphisto:

-Je vous remercie sincèrement de votre accueil, commença le poète. Je vais être honnête avec toi. Je souhaite grimper dans la hiérarchie de votre organisation jusqu'à un jour en devenir le chef. Tu as, jusqu'ici favorisé mon intégration. Je ne suis pas fou. Je vois bien que j'ai besoin de toi pour parvenir à mes fins. Toi tu as ta place de chef, moi j'ai ma position et ma force d'élu. Je compte partir dès demain. Pour longtemps. Pendant ce temps tu parviendra certainement grâce aux conseils que je t'ai donné à monter et à faire monter ton groupe dans la hiérarchie de l'organisation. Quand je reviendrai, je serai fort. Et je ferai toujours parti de ton gang. Grâce à tes ficelles et à ma pression, nous pourrions nous placer en maître du gang des kidnappeurs. Nous le dirigerions. Peut-être qu'à partir de ce moment-là, nous pourrions même faire main basse sur d'autres gangs... Qu'en dis-tu?

A la fin de la tirade, Méphisto éclata de rire puis, une fois calmé répondit:

-J'ai su au premier regard que notre collaboration me serai bénéfique. Figure toi que si je t'ai fais confiance si facilement, c'est pour la simple et bonne raison que j'ai eu la même idée que toi. Et le fait que toi aussi tu y aies pensé ne fait que conforter mon avis... Tu es quelqu'un d'intelligent et d'ambitieux... On peut faire de grande chose ensemble.

Ils se serrèrent les mains fraternellement en guise d'engagement.

-C'est décidé, je m'occupe de l'organisation et je monterai les échelons un à un! déclara le chef du groupe

-Tandis que je deviendrai fort jusqu'à ce que plus personne de l'organisation ne puisse s'opposer à nous! répondit l'élu.

Bashô était sincère dans ses propos et son empathie de poète lui disait que son interlocuteur l'était aussi. A eux deux et leurs ambitions, ils pourraient faire de grandes choses...


Dieu sait, huile et eau
Vos effets
Lorsque rassemblés...


Puis le maffieux les quitta. Dès le lendemain, il se mit en quête d'un convoi pour continuer sa route et devenir plus fort.

©MangaMultiverse

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

-



MessageSujet: Re: Les voleurs de gens [Quête]   

Revenir en haut Aller en bas
Les voleurs de gens [Quête]
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Les gens du voyage
» On devrait mettre les gens du nord en quarantaine pour les empêcher d'entrer à
» Des gens sans scrupules !!
» [b]GENS JUSTE OU INJUSTE LE SALAIRE DU PECHE C'EST LA MORT ![/b]
» C'est le comble, des voleurs qui crient au vol!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Manga Multiverse ::  :: Empire de Seika :: Ville de Tokonatsu-


Crédits : Design : Phoenix & Pingouin Règlements & Contexte : Phoenix
Forum optimisé pour Google Chrome.