Partagez | .
Naufragés
Messages : 1406
Yens : 1397
Date d'inscription : 09/11/2016
Age : 18
Localisation : A Bashô Tokaï

Progression
Niveau: 133
Nombre de topic terminé: 52
Exp:
5/12  (5/12)
avatar
Bashô ¤ Recherché mort ou vif ¤

-



MessageSujet: Naufragés    Mer 4 Jan - 16:06



Job en mer



Bashô était arrivé avec son maître Kuru depuis quelques jours dans l'un des villages pécheurs du bord de l'océan, toujours en quête de se faire oublier des élus de Seika. Son devoir de retrouver Mirya n'avançait pas beaucoup mais pour l'instant, sa priorité restait la fuite. Et quitte à fuir, autant fuir loin. Là où il était, personne ne le connaissait. Mais ce n'était pas encore assez prudent. Pourquoi ne pas aller aux archipels paisibles? Là-bas, les gens étaient bien au dessus de toutes les querelles d'élus et les élus eux-mêmes qui y allaient étaient souvent des pacifiques venus pour se "recentrer sur eux-mêmes".
De plus, l'archipel avait la réputation d'être magnifique. Décidément, ce monde regorgeait de lieux où l'inspiration des deux poètes ne pouvait qu'être à son apogée. Les deux hommes étaient donc d'accord sur le choix de leur destination. Le désaccord vint après...

Kuru voulait acheter une barque pour décider de la destination et avoir le choix de l'horaire. Cela leur permettrait également de pouvoir prendre le temps qu'ils voulaient sur l'étendue bleue pour travailler leurs poèmes. Bâshô quand à lui n'était pas d'accord avec ceci. Il trouvait qu'acheter une barque était trop onéreux. Et il avait raison. Ils n'avaient manifestement pas l'argent nécessaire.
Malheureusement, l'un étant aussi têtu que l'autre, le débat se clos ainsi: Kuru réussit à trouver un loueur de barque qui avait son frère qui était sur l'archipel. Il était possible, par un service qu'ils proposaient, de louer un bateau à l'un et de le rendre à l'autre. De cette façon, le coût revenait moins cher mais les avantages restaient les mêmes.
Malheureusement, "moins cher" était encore trop selon l'élu qui était très près de son argent. Comme son vieux maître ne voulait pas changer d'avis, il décida de partir à la recherche d'un boulot qui le rémunérerait et l'amènerait sur les îles. Ce boulot aurait au moins le mérite de rendre lucratif la traversée et peut être également celui de rembourser les extravagances du vieux.

Ils se séparèrent donc, se donnant rendez-vous sur l'île Nord de l'archipel dans quelques jours. Comme on peut le voir, ils ne se prenaient pas la tête et n'étaient pas inquiets. Il fallait avouer que la fuite de l'élu se passait plutôt bien jusqu'ici. Encore aucune raison de s'en faire. Sauf que la vague échéance que lui avait donnée Zayro approchait à grands pas...

***

Bashô, comme à son habitude, alla chercher des informations de potentiel boulot à la taverne du coin. Ces gens étaient toujours au courant des derniers ragots et beaucoup d'employeurs y déposaient leurs annonces. C'était l'endroit idéal.

Une fois à la taverne du "Moussaillon éméché", qui se voulait la taverne la plus en vogue du port, il alla parler au tenancier:

-Un verre de tord-boyaux, tavernier.

Après qu'il fut servit, il but cul sec son verre et lui demanda:

- Sauriez-vous si des marins allant à l'archipel paisible aurez besoin d'hommes? Je sais me battre. Je pourrais être très utile. N'importe quel boulot me va, je ne serai pas très regardant, surtout si la paye va avec.

-Hmmm...réfléchit le tavernier. Je suis désolé mais il ne me semble pas connaître de gens dans le besoin et je n'ai eu aucune annonce récemment. Tu devrais peut-être aller voir directement sur les quais, tu pourrais trouver preneur.

Bashô s'apprêta à le remercier pour s'en aller quand quelqu'un l'interpella:

-Moi j'ai un boulot à te proposer si tu veux... Suites aux attaques pirates récentes, il me faut de robustes guerriers pour m'accompagner. Et ta descente me dit que tu en fais parti. Si tu es partant, sois au quai numéro huit demain à l'aube. La paye sera de soixante-quinze yens. Cent cinquante si on est attaqué. Vous avez tout intérêt à vous montrer efficace.

La paye n'était pas énorme et le maffieux en vint même à espérer une fraction de secondes qu'ils soient attaqués. Mais bon, ça ferai bien l'affaire.
L'homme qui avait parlé était un vieux marin imbibé d'alcool comme les clichés le dictent. Mais il semblait avoir beaucoup vécu en mer, doté d'une expérience à toute épreuve. Allait-elle suffire cette fois-ci aussi?...

***

Le lendemain, Bashô trouva le bateau où tout le monde s'affairait. Une fine brise amenait un air iodé des plus agréables. Son nouvel employeur lui fit signe de monter dans le navire qui était assez imposant, environ une trentaine de mètres de longueur. Ils partiront dans l'heure.


©MangaMultiverse

Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Naufragés    Mer 4 Jan - 21:48



feat.Bashô
Naufragés





Le dernier humain croisé, n'avait pas laissé une intense satisfaction à Sherkhan. Zoro Roronoa, bien qu'il soit en femme, lui avait transpercé l'abdomen avec deux de ses sabres, laissant des blessures assez vives pendant plusieurs jours. Le temps que ses bandages, ses soins, sa patience et la technologie de Vasm incorporée dans son corps ne fasse effet pour lui retirer les douleurs lancinantes et les méfaits liés à ces cicatrices. En tout cas, il était temps pour le félin de clairement s'affranchir de sa faiblesse, devenir plus robuste et coriace était devenu son principal objectif.

Les élus étaient, en plus d'êtres souvent des Hommes avec un grand H, de puissants magiciens ou guerriers et rarement le félidé n'avait pu faire face, autrement que par sa ruse. Heureusement, le cerveau et la malice n'avait pas étés affectés tous deux par le sceau divin. Seulement, ce genre d'atouts ne pouvaient pas forcément le mener à une victoire totale. Après s'être donc séparé de lui ou elle, enfin de cet épéiste au caractère plus qu'étrange, et bien le fauve se dirigea par delà les montagnes, franchissant les monts pour descendre vers la mer.

Sherkhan n'aimait pas l'eau, lui qui, ironiquement d'ailleurs, était arrivé sur Kosaten en plein dans un lac. Il ne savait presque pas nager, enfin si, mais c'était très instinctif. Quoiqu'il en soit, ce n'était pas forcément pour approcher la grande étendue bleu qu'il s'y dirigea, mais c'est plutôt par l'odeur de l'argent et du poisson. Une ville portuaire et une faim qui s'étendait dans tout le corps, suffisait au léopard pour l'obliger à prendre quelques risques parmi la populace humaine.

C'est donc comme cela, que l'Ayns intégra rapidement la ville, en restant discret au demeurant, le temps de prendre assez ses marques et ce, jusqu'aux marchés matinaux ou la vente de poissons se faisait à la criée. Des tonnes amassés dans des paniers en osier ou mis là, sur des stands à la vue de tous. C'était en se léchant les babines à l'idée d'en voler quelques-uns, que le félidé décida de passer à l'action. Lorsqu'un petit groupe décida d'acheter tout un tonneau de poiscaille, en plus d'un fût de vinasse et quelques bons mets allant du fruit bien frais et inconnu au bataillon, à la charcuterie. De quoi mettre l'eau à la bouche !

Mais l'Ayns était encore en état plus que discutable, certes il s'était bien remit, mais son mauvais réflexe allait le mettre dans une mauvaise passe. Surplombant les petits toits de chaumes en courant à vive allure au dessus du groupe, il sauta sur eux pour voler le tonneau de poisson. Comme l'étonnante attaque avait percuté quelques uns des hommes, certains tombèrent surpris, le vin se fracassant par la même occasion, engendrant une taulé et des cris. Pour l'heure, le fauve commença une course effréné pour fuir ses nouveaux assaillants, tout en ayant dans l'idée de se faire un bon repas mérité ce soir.

C'était sans compter l'ingéniosité de quelques marins présents. Des filets de pêches, des poids, de la précision et une bonne dose de solidarité suffirent à piéger l'impudent imprudent ! Ce dernier se retrouvant alors à terre, tonneau tombant, pattes emmêlés, devant son affront et ses victimes.

Quelle imprudence .. !

Les marins et mercenaires qui l’entourèrent, n'étaient évidemment pas heureux, mais satisfait d'avoir vu le voleur capturé. Après s'être prit quelques coups, croyant avoir aussi à faire à un animal, les hommes s'écartèrent devant l'un d'eux, prenant la parole. Celui qui plus tard, allait proposer le fameux boulot à Bashô. Mais cet événement, se passait une heure avant l'arrivée de celui ci.

Toi le chat ! Tu comprends mes mots ?

Je suis un Ayns Humain... Relâche moi !

Bien, si tu veux. En tout cas tu as volé mes hommes alors que je devais prendre la mer, cassé notre fût de vin. Nous te couperions bien les pattes, on pourrait aussi te jeter à l'eau pour te noyer ou te pendre, mais ça ne serait pas très constructif. Mets ta force à mon service le temps d'un voyage et paye ta dette comme un Homme.

Je ne suis pas un Homme... Ne me compare pas a ta race !

Quel caractère ! Emmenez le, enfermez le dans la cale. S'il n'est pas utile, je le revendrais à des gens plus intéressés et moins sympathique que moi.

Les marins se regardèrent puis emmenèrent le léopard emmailloté dans son filet, pour l'enfermer dans une cage situé dans la cale du bateau. Si une attaque de pirate avait lieu, peut être réussirait t'il à aider malgré lui, sinon, comme le prévoyait le vieillard, ce dernier le revendrait vu cette curiosité, à très bon prix surement.

Et peu de temps après, Bashô arriva, pour demander du travail, en étant accosté par le même vieil homme, recherchant quelques mercenaires pour l'aider à traverser la mer brumeuse jusqu'aux archipels. Ce que ne savait pas encore l'auteur des haikus, c'était que dans la cale du navire, un élu de Minshu, grand de deux mètres, puissants et à l'allure bestiale, était enfermé. Un bien étrange équipage, qui mettait désormais les amarres et prenait l'eau, direction le nord.

Dans le fond du bateau cependant, on pouvait entendre Sherkhan râler et cogner sa queue contre le bois du vaisseau et ses pattes fracasser avec tempo les barreaux en fer de la prison de fortune dans laquelle il était installé malgré lui. Des râles semblables à des cris de Léopard, parfois suivis de paroles très compréhensibles. Cette perte de sang froid et de self contrôle, provenait sans doute d'une cause à effet, lié à sa précédente rencontre. Les blessures du bretteur restant au demeurant, comme un retour à la réalité et la crainte d'une reprise de sa liberté, surtout par ceux qu'il détestait tant.

GrrRRAAAAoooommm.... Relâchez moi !
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1406
Yens : 1397
Date d'inscription : 09/11/2016
Age : 18
Localisation : A Bashô Tokaï

Progression
Niveau: 133
Nombre de topic terminé: 52
Exp:
5/12  (5/12)
avatar
Bashô ¤ Recherché mort ou vif ¤

-



MessageSujet: Re: Naufragés    Jeu 5 Jan - 17:48



Étrange créature



Il ne faisait pas très beau ce jour-ci. D'épais nuages noirs menaçaient à l'horizon. Inquiet, Bashô alla voir le capitaine. Ce dernier l'écouta tout en continuant de donner des ordres.

-Excusez-moi, commença-t-il. La météo semble défavorable à une traversée que je pense dangereuse. Est-elle vraiment prudente? Nous pourrions peut-être la remettre à un autre jour?

-Écoute gars, répondit le vieux loup de mer, tu te considères peut-être comme ayant de l'expérience mais pour moi, t'es qu'un gamin. Il y a en effet de bonnes chances qu'une tempête se déclare, et alors? Nous allons en ligne directe vers les archipels paisibles. L'écart n'est pas si grand. La proximité des côtes font que les tempêtes n'y sont jamais violentes. Tu peux en croire mes quarante années de marin... Aide-nous à faire monter les marchandises au lieu de t'occuper le cerveau inutilement.

Le poète était désormais rassuré. Il croyait en l'expérience de l'homme qui l'avait convaincu. Il n'avait pas mal pris la comparaison de lui avec un "gamin". C'était vrai qu'il était ici en tant que parfait néophyte. Il se défendait bien mieux en d'autres domaines.
L'élu aida donc aux corvées. Il s'agissait juste de prendre des caisses et de les amener dans la cale.

Lorsqu'il alla déposer la première caisse, quelque chose de très inhabituel l'attendait: il y avait une sorte de léopard humanoïde assez imposant attaché au fond du navire. Il vociférait des grognements mais parlait aussi. Il demandait à ce qu'on le relâche. Il n'appréciait pas beaucoup cette vision qui lui rappelait les mauvais souvenirs de sa rencontre avec un tigre à dents de sabre. Mais celui-ci avait l'air d'être un félidé intelligent puisqu'il parlait. Vraiment étrange...
Décidément, Kosaten était aussi bien peuplé que son monde. "Tiens, ça me rappelle l'événement des fourmis chimères qui avait été beaucoup médiatisé à l'époque..." se dit-il. La bestiole qu'il avait devant lui était loin d'être aussi étrange que les créatures à intelligences génétiques de son monde mais elle restait une curiosité.
En sortant de la cale, il questionna l'homme qu'il aidait à transporter les caisses.

-C'était quoi ça?

-Tu veux parler du gros chat? C'est rien, t'inquiète, juste un voleur à l'arrachée qui a essayé de nous voler du poisson. Il semble fort, du coup on l'a pris avec nous pour la même raison que toi. Sauf que lui on ne le paye pas. S'il se montre inutile, on le vendra comme esclave à un cirque de cour. Je pense que celle de Seika paierait cher pour un spécimen comme celui-là...

Le gros chat? Bashô trouvait la qualification assez... inadaptée. Ce "gros chat" était surement plus grand que lui debout, rien avoir avec les animaux de compagnie de salon que l'on pouvait trouver dans les maisons riches. En repensant, à lui, il repensa également à ses yeux. Rouges, comme deux novas. Ce regard était la preuve même que cet être avait une origine mystique. Pourtant, le fait qu'il se déplaçait en ville et qu'il s'habille démontrait également que ce n'était pas un simple monstre. Mais que pouvait-il bien être?

Sous le noir pelage
De l'Ayns
Se cache un serpent...

***

Ensuite, le navire partit. Le félidé ne s'était toujours fatigué et continuait à menacer l'équipage qui se moquait de lui quand il ne pouvait pas les entendre. "Vous avez bien raison de camoufler vos moqueries pour qu'il ne puisse pas vous entendre, car s'il était libre, il n'aurait certainement aucun mal à vous tuer. Et libre, il le deviendra surement bien assez tôt..." se dit le maffieux qui avait du mal à voir une telle bête dans un cirque.

Il finit par succomber à la curiosité et retourna voir celui qui occupait actuellement son esprit. Il était désormais seul dans la cale sombre, tous les marins étant actuellement en train de manœuvrer le navire. Les yeux rouges du fauve étaient parfaitement perceptibles dans l'obscurité tels deux flammèches. Il s'approcha et engagea la conversation:

-Bonjour, je me présente, je suis Ferun. Et je suis également curieux de savoir ce que tu es. Tu n'est évidemment pas un natif, mais tu ne sembles pas non plus être un monstre.

Il avait mentit sur son nom, comme c'était le cas depuis qu'il avait quitté l'empire. Simple mesure de sécurité étant donné qu'il était recherché partout dans Seika. Pour mettre son interlocuteur en confiance, il ajouta:

-Je suis un élu de Fenghuang, à la fois poète et guerrier. Je suis conscient que ta situation actuelle n'est pas forcément très confortable. Si je peux faire quelque chose de raisonnable pour toi, n'hésite pas.


©MangaMultiverse

Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Naufragés    Ven 6 Jan - 14:24



feat.Bashô
Naufragés





Enfermé depuis environs une bonne heure dans la cale, le léopard avait plusieurs fois tenté de s'évader, faire céder les chaines ou les clous, il faisait endurer à sa prison, toute sa force sans aucun relâchement. Des humains successifs venaient déposer des caisses en bois ou d'autres choses pour le voyage qui les attendaient, juste sous ses yeux.

L'odeur de poisson et de vin, ne pouvaient s'empêcher d'émoustiller ses papilles, mais sa colère bien réelle, l'empêchait d'y voir très clair. Dans le noir, ses pupilles rougeoyante contrastait avec les ténèbres et pouvait en faire frémir plus d'un. Mais en haut, l'heure du départ était synonyme de fête et d'humeur chauvine.

Du vieux loup de mer au premier mousse embarqué, les verres se levèrent et Sherkhan pouvait entendre l'ambiance planer d'ici, étouffé par plusieurs planchers, le son de ripaille, de rire et de blabla incessants arrivait à son ouïe fine, comme lorsque les escaliers grinçants de la cale, laissèrent débarquer à nouveau l'un des hommes du groupe. Un costaud barbu, qui avait l'allure d'un pirate, mais le cœur d'un poète.

L'humain qui arriva à lui, se présenta sous le nom de Férun, et un grand silence plana après qu'il ait dit cela. L'Ayns ne baissait pas le regard, même s'il s'était calmé, semblant comme assit à le fixer sans cligner des paupières. Il lui accordait tout d'abord deux choses, dont l'une était intéressante tout de même.

La première, étant que pour Bashô caché sous son autre diminutif, le félin ne pouvait pas être un natif, mais par contre, qu'il n'avait pas non plus l'air d'un monstre. C'était une mention honorable.

Qui te dis que je ne suis pas un natif ? Ce monde est vaste, très vaste.

Répondit alors froidement le félidé. Toujours sans bouger de position, juste séparé par une ligne de barreaux en fer. L'arrivant indiqua alors, sans même prendre le soin de s'en cacher, qu'il se trouvait être un élu de Fenghuang. N'ayant jamais entendu parlé de ce nom, ou ne s'en souvenant pas clairement pour le moment, Sherkhan tilta un peu dessus.

Le fauve avait naturellement entendu parler de Seika, Minshu et Fuyu, ainsi que des tatouages représentant les nations, tel que le Phénix, le serpent et le dragon.  Ce dernier savait aussi les codes couleurs et les relations entre chacune...

De ce fait, il ne pouvait pas montrer sa méconnaissance à l'égard de ce mot, à moins que ça ne soit un test ? Mieux valait être prudent, alors dans le doute, l'Ayns joua une autre carte, après avoir écouté le discours de l'étranger venu le rencontrer.

De plus, Bashô proposait même de rendre sa traversé confortable, il ne fallait pas négliger sa gentillesse et en profiter s'il le pouvait !

Je suis un Ayns, mais ça ne te dira probablement rien. Je ne connais pas encore tout de ce monde, je suis loin de chez moi.

Quand à sa proposition d'aide, Sherkhan réfléchissait bien à ce qu'il pourrait lui dire, ou même lui demander. Ce n'était pas évident de se décider dans l'instant présent. Après un court silence, le félidé se leva dans sa cage, approchant un peu plus des barreaux, alors que le son des chaines se cognant au sol et glissant de plus en plus vers Férun, rendait cette avancée lugubre, un poil menaçante. Le félidé était assez imposant, de part sa taille, mais aussi de par sa nature animale. Il tendit alors les pattes hors des barreaux, tout juste bloquées par ses entraves

Même si je pense que tu ne le ferais pas, libère moi ou donne moi du poisson Humain. Si tu ne peux rien faire de ces deux choses, on a rien à se dire.

Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1406
Yens : 1397
Date d'inscription : 09/11/2016
Age : 18
Localisation : A Bashô Tokaï

Progression
Niveau: 133
Nombre de topic terminé: 52
Exp:
5/12  (5/12)
avatar
Bashô ¤ Recherché mort ou vif ¤

-



MessageSujet: Re: Naufragés    Ven 6 Jan - 22:31



Danger imminent...



Sherkhan perturba la réflexion de Bashô au sujet de son origine. Il était vrai que ce monde est vaste et le poète était bien loin d'être allé partout. Seulement, c'était un peu gros. Si un peuple intelligent non-humain vivait sur le continent, ça se saurait. Venait-il d'au-delà l'océan? C'était une possibilité, il ne savait pas si des explorateurs avaient réussi a faire le tour du monde à bateau ou pas. Peut-être existaient-ils d'autres terres? Mais si c'était le cas, d'autres questions s'imposaient. Comment était-il venu? Était-il seul? Comment cela ce faisait que personne ne soit au courant de l'existence d'un nouveau monde?
En prenant en compte toutes ses considérations, il y avait décidément peu de chances qu'il ne soit pas un élu. Pourquoi tant de méfiance? "S'il se méfie de moi, j'en ferai autant..." réfléchit Bashô.

Pour vérifier la véracité de ses propos, il hésita à lui poser des questions sur les dieux comme Fenghuang ou à baratiner et voir s'il marchait. Mais il ne le fit pas. Après tout, toutes les personnes, natifs et élus connaissaient parfaitement toutes ces histoires là... Juste une idée bête...

-Mmm... lui dit Bashô en réfléchissant. Je persiste à croire que tu es un élu. Mais tu n'as pas à te justifier, tu es maître de tes propos et je n'ai pas à en juger.

En effet, il était mal placé pour parler, lui qui avait mentit sur son nom. Il avait eu de bonnes raisons de le faire et le félidé en avait peut-être lui aussi. En attendant, impossible d'être sûr de son origine. "Ce n'est pas si important après tout..." se dit Bashô. Cette information n'était en effet pas capitale.

Ah! Une nouvelle information à son sujet venait d'être dévoilée: il était loin de chez lui. Peu déterminant au final, il était loin de chez lui comme un élu ou un étranger pourrait l'être. Il apprit également que sa race s'appelait les "Ayns". Cela pouvait servir pour questionner les natifs.

Quand à sa proposition d'aide, il la prit en demandant d'être libéré ou au moins qu'on lui donne du poisson. En revanche, la formulation déplut fortement à l'élu qui pensait son interlocuteur plus civilisé.

-Humain? Je pense que tu aurais pu te passer de ce mot là... répliqua-t-il. Je t'aurai bien amené du poisson mais je ne suis pas ton chien, "Félin". Mais sache que sinon ça aurait été volontiers... Je te souhaite bonne chance, enchaîna-t-il après un léger silence. J'espère qu'on se fera attaquer par des pirates et que tu ne seras pas vendu en tant qu'esclave. A plus amigo.

Puis il partit rejoindre les autres marins sur le pont.

Il en profita pour aller parler au seul marin qui ne faisait rien sur le pont malgré la tempête. Enfin, il ne faisait pas tout à fait rien, il vomissait. Être marin sans en avoir le pied, ça devait être un peu pénalisant. Bashô fut pris d'une légère compassion à son égard.
Il put tirer cette réponse de ses questions:

-Je ne connais aucune race qui s'appelle les "Ayns". Je ne connais d'ailleurs aucune race civilisée autre que la notre. Quand à la possibilité qu'il vienne d'un autre continent, très peu probable à mon avis... Je pense plutôt que c'est un élu. Est-ce que ça me fait peur de m'opposer aux volontés divines? Pas vraiment non. Déjà parce que nous nous y opposons pas vraiment, et puis parce que j'ai tout autant peur des pirates. Donc l'un dans l'autre...

Puis le marin reprit calmement son activité.

***

Ce matin, la mer était vraiment déchaînée. Des gosses vagues la démontait. De grosses vagues mais comme l'avait prédit le capitaine, pas d'énormes non-plus. C'était évident que le navire serait secoué mais qu'il n'y avait aucun danger. Pourtant, en prêtant bien attention à l'allure du bateau et au niveau de l'eau sur la coque, Bashô avait impression qu'il coulait. "Mais que ce passe-t-il?!!" se demanda-t-il un peu paniqué.


Subit sa colère!
Celle du père
Des mers! Neptune!

©MangaMultiverse

Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Naufragés    Dim 8 Jan - 15:42



feat.Bashô
Naufragés





Le costaud qui se trouvait en face, d'un naturel sympathique en arrivant, se mettait à faire bouillonner ses neurones pour réfléchir à la situation. Sherkhan n'était pas dans sa tête et ne pouvait donc pas vraiment deviner ce qui était entrain de se passer dans sa tête. Puis il sembla un peu hésitant, comme si ses prochaines formulations étaient choisies avec soin.

Le félin était loin d'être un naïf, lui même appréciait manipuler les Hommes qu'il haïssait tant et c'était parfois d'une main de maître, même s'il lui arrivait souvent de tomber sur plus malin. Finalement, il répondit et ce n'était pas pour croire bêtement à son histoire.

Pour le barbu, il était clair et net, que l'Ayns était un élu, venant d'un autre monde et apparut en Kosaten. Pourtant, il y'avait un nombre incalculable de lieux, d’îles, de mers ou océans, ce n'était pas comme si tout ce monde était un petit village. Néanmoins, le félidé n'interrompit pas vraiment le Seikajin. Se justifier, s'aurait été lui prouver qu'il avait raison de douter, hors, sans répondre, le doute planait encore un peu. Pour se faire, le fauve se contenta juste de se détendre en basculant légèrement son torse en arrière.

Par la suite, ce dernier était surement entrain de faire le mélange d'informations récoltés, aussi bien d'un coté que de l'autre bien entendu. C'était un premier contact et bien souvent, le plus important. C'était là qu'on pouvait voir si l'intermédiaire était jovial ou non, menteur ou honnête et surtout ici, la question de la nation et tout ce qui entourait cette problématique. Cependant, le sourire de Férun, comme il s'était présenté, disparu aussitôt que notre ami poilu le nomma "Humain". Pourquoi se vexait t'il ? Il l'était après tout, tout comme Sherkhan était un Ayns.

C'est ce que tu es... Un Humain. Moi je ne suis pas un félin, je suis un Ayns. Vous avez tous un problème à être nommés par ce que vous êtes. Cela montre bien que même vous, vous n'êtes pas fiers de ce que vous représentez.

La vexation avait marché dans les deux sens. Ayns ce n'était pas félin. C'était comme appeler des hommes, des animaux, il y'en avait aussi sur mandoo, et pourtant il ne s'agissait pas d'ayns, et bien c'était la même chose. Mais cela enragea un peu le fier matou, qui prit les barreaux à pleine pattes pour serrer fermement le fer. De toute manière, Bashô s'en alla, sans répondre et sans donner ni à manger, ni le libérer. Simplement en souhaitant un presque bonne chance.

La suite du voyage se déroula, avec les craquements du navire et la façon qu'il avait de tanguer. Le félin, qui n'avait pas vraiment le pied marin non plus, se mit à avoir des nausées. La mer, ce n'était décidément pas pour tout le monde et pouvait faire chavirer le coeur du plus grand des guerriers. Toutefois, dans les minutes qui suivirent, quelqu'un descendit dans la cale. Tout était trop sombre et un peu flou pour bien le distinguer, mais Sherkhan avait aussi une bonne ouïe et un excellent odorat.

Chaque marins présents portait une drôle d'odeur, un peu unique et ce n'était pas le mélange de poisson et de poudre qui empêchait le museau radicale, de trier cela. Plusieurs coups dans la coque, avec ce qui ressemblait à une hache, avant que le félidé ne se lève, pour se mettre près des barres de fer et cris.

HEY ! Qu'est ce que tu fiches sale humains !?

La dessus, la silhouette se tourna, avec surprise, vers lui. Puis lâcha sa hachette et s'enfuit dans l'ombre, remontant pour se mêler peut être à la foule. Mais en attendant, la cale se remplissait d'eau, petit à petit, puis de plus en plus vite.

Si bien que bientôt, les premières choses sur le plancher étaient déjà sous la substance salée et les pieds griffus de l'Ayns gouttait à la froideur de cette mer agité. Il ne lui restait pas grand chose à faire, mis à part crier ou tenter de se libérer par la force. Comment faire réagir des marins imbibés d'alcool ? Un rugissement de léopard énervé s'entendit dans toute la cale inondée... Serait-ce suffisant ?

RROAAAAAAAARRRrrr !! On coule ! Libérez MOI !.

Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1406
Yens : 1397
Date d'inscription : 09/11/2016
Age : 18
Localisation : A Bashô Tokaï

Progression
Niveau: 133
Nombre de topic terminé: 52
Exp:
5/12  (5/12)
avatar
Bashô ¤ Recherché mort ou vif ¤

-



MessageSujet: Re: Naufragés    Dim 8 Jan - 16:56



Un équipage à la mer!



Lorsqu'il sortit de la cale, il se remémora les dernières paroles de celui qui se déclarait être un "Ayns". Il disait que si Bashô s'était vexé d'avoir était appelé "humain", c'était parce qu'il avait honte de sa race. Seulement, ça n'avait rien avoir. Il se fichait pas mal de quel était son code génétique primaire. Ce qui l'avait dérangé et non vexé, c'était le ton du matou. Être arrogant dans sa situation... Enfin bon, il avait peut-être mal interprété ses paroles après tout...

***

Plus d'une dizaine de minutes plus tard, le poète était donc sur le pont à se demander si le bateau coulait ou si ce n'était qu'une impression. Il perdit bien deux ou trois minutes à observer le niveau de l'eau quand lui et plusieurs autres hommes entendirent Sherkhan rugir. Il hurlait que le bateau coulait! Les hypothèses de Bashô se confirmaient donc!

Quelques marins qui venaient de descendre revinrent plus paniqués qu'à l'aller.

-IL Y A UN GROS TROU DANS LA COQUE!!! VITE, TOUT LE MONDE!!! IL FAUT ESSAYER DE LE REBOUCHER TOUT EN ÉVACUANT L'EAU!!!

Avant de se précipiter dans la cale, l'élu de Seika aperçu quelque chose au loin. Il n'était pas sûr mais une petite embarcation se montrait entre deux vague. "Ça ne ressembla pas à un bateau pirate, ce n'est rien d'important, il faut commencer par s'occuper de notre propre bateau!" se raisonna-t-il.

Le maximum de mains s'évertuèrent à cette tache mais il fallut se rendre à l'évidence. Le bateau coulerait. C'était inévitable. Il fallait maintenant utiliser les chaloupes.
Et c'est comme ça que tous remontèrent sur le pont pour voir leur moyen de secours saboté. Ils allaient tous couler. Et à cette distance de la côte, une grande majorité mourraient. Voir tous, évidemment. Bashô pensait pouvoir s'en sortir. Il était très endurant et même si ça mettrait longtemps, il tiendrait. A moins de se faire attaquer par un monstre marin bien sûr...

Actuellement, c'était la panique à bord. Tout le monde se bousculait, tantôt pour récupérer un gilet de sauvetage, tantôt pour prendre n'importe quoi de flottant puisqu'il n'y avait pas assez de gilets. La panique arriva à son paroxysme lorsqu'ils se rendirent compte que les gilets eux-aussi avaient-été sabotés.

On ne peut le fuir,
Le destin.
Vous allez mourir...

Bashô était triste pour tous les gens qui allaient mourir aujourd'hui mais il n'avait pas le temps de s'apitoyer sur leur sort. Un rugissement lui rappela quelque chose d'important. "Merde, l'Ayns est toujours dans la cale!" pensa-t-il en réalisant la mort honteuse qui l'attendait si personne ne faisait rien. Et si un homme possédait une chose, c'était bien sa vie. Pour lui, il était inimaginable de le laisser mourir comme cela.

Il alla donc voir le capitaine qui s'efforçait de rassurer ses hommes:

-Capitaine! Donnez-moi les clés des entraves du félin!! Il va se noyer si on ne fait rien!! cria-t-il par dessus le brouhaha ambiant.

-Et bien qu'il se noie, c'est le cadet de mes soucis! répondit le vieux loup de mer.

-Je suis sûr que vous ne voudriez pas que quelqu'un meurt sans raison! C'est un élu, il vous a fait du mal aujourd'hui, il sauvera Kosaten demain! Laissez-le partir! Laissez-lui la chance de survivre! poursuivit le maffieux.

Puis, pour achever de le convaincre, il ajouta en montrant son tatouage d'élu:

-Je suis un élu de Fenghuang. J'en prend l'entière responsabilité!

Son interlocuteur râla mais lui donna les clés nécessaire à la libération du minshujin.

Il descendit alors. La progression était difficile puisqu'il avait de l'eau jusqu'à la taille. Il arriva finalement devant l'Ayns.

-Je vais te libérer et tu pourra essayer de survivre. Mais à une seule condition. Que si Manshe décide de te laisser la vie sauve, tu m'aides à retrouver le responsable du massacre par noyade qui va avoir lieu! Après quoi, tu seras libre d'aller où tu voudras. Es-tu d'accord pour vivre? lui demanda le poète d'un ton grave.

©MangaMultiverse

Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Naufragés    Lun 9 Jan - 13:42



feat.Bashô
Naufragés





Celui ou celle qui venait de frapper le rafiot de fortune dans lequel tout le monde était embarqué, était surement un traître, mais il avait été choisi pour faire parti de l'équipage, à moins d'avoir réussi une improbable infiltration. Et maintenant, le bateau coulait lentement dans une mer bien sombre et inconnue. L'eau commençait à grimper doucement chaque couches de la cale et les orteils de Sherkhan furent recouverts plus vite qu'il n'eut le temps d'appeler de l'aide. Maintenant, elle s'infiltrait si vite, que les chances de vider le compartiment inondé était perdue.

Les genoux de la bête étaient assez haut, vu sa grande taille et pourtant, les mollets étaient déjà prit dans la substance liquide, froide et obscure, laissant deviner le triste sort qui l'attendait si personne ne venait le sauver. Mais le félin avait du mal à y croire, car c'était un prisonnier et un monstre pour certain. Il représentait toujours une sorte de danger, et le navire était surtout rempli d'Hommes, aussi bêtes et avides ou encore trop égoïste pour penser à autre chose que leurs nombrils. Non, le fauve devrait s'y faire, c'était bientôt la fin !

Evidemment, alors que le léopard montait sur la couchette pour éviter de se prendre trop d'eau salée dans le pelage, des marins descendirent et remontèrent aussi paniqués, pour crier, il était temps, que le bateau sur lequel ils étaient, coulait. Ces derniers voulaient de l'aide pour réparer ou reboucher la brèche, mais c'était un peu tard... Leurs seaux ne feraient pas la différence, mais quelques hommes essayèrent de clouer des grosses planche, seulement la paroi avait vraiment été laminée de sorte à ne pas pouvoir la colmater si facilement.

C'est irréparable ! Libérez moi !.

Malgré sa demande, personne n'écoutait l'Ayns au fond de la cale, il était le soucis de trop et aucun des humains ici présents n'étaient prêts à perdre du temps ou risquer sa vie pour lui.

HEY ! Qu'est ce que tu fiches sale humains !?

La dessus, la silhouette se tourna, avec surprise, vers lui. Puis lâcha sa hachette et s'enfuit dans l'ombre, remontant pour se mêler peut être à la foule. Mais en attendant, la cale se remplissait d'eau, petit à petit, puis de plus en plus vite. Mais voila, en plus de cela, une panique se faisait sentir, ça, Sherkhan n'avait pas besoin de le voir. L'odeur de la peur et du stress envahissait ses naseaux et surtout, les pas désorganisés dans le haut, montrait à quel point tous courraient et dans tous les sens. Il se passait quelque chose ?

S'il s'agissait d'un vrai bon sabotage, faire couler le bateau n'aurait pas eu grand interêt, s'il n'emportait pas avec lui son équipage. En y réfléchissant et en réfléchissant surtout à ce qu'aurait fait le félidé dans une même situation, il semblait désormais évident qu'en plus de broyer la coque, saboter les chaloupes ou les mettre à l'eau ou les voler aurait été une solution concluante. C'était peut être le cas, ou pas... Impossible de le savoir à cet exact moment.

Puis finalement, un peu comme un miracle, un seul Homme revint en progressant difficilement dans l'eau. Il ne restait plus grand chose pour respirer et la serrure était même déjà sous la flotte. Toujours un peu posté sur la couchette pour gagner quelques centimètres acceptables, l'Ayns vit l'impensable arriver. Bashô ou plutôt Férun comme il s'était présenter, arrivant pour le libérer. L'avait t'il prit en pitié ? C'était une hypothèse, mais la chance devait être saisie.

Ainsi, le félin l'écouta parler et formuler sa condition. Il s'agissait de retrouver celui ou celle responsable de ce chaos. Chose assez aisé pour lui, même s'il n'avait vu qu'une silhouette. De toute manière, même si celui ci n'avait absolument rien vu, ni senti, il aurait menti.

Marché conclu, je connais son odeur, libère moi maintenant !

Mais là encore, c'était une épreuve, le navire commençait à chavirer et le tout se transforma en jeu d'adresse. En effet, d'abord ce dernier se leva un peu à la verticale, avant de pencher complètement sur la droite, du coté ou les coups de haches avaient étés assénés. Avec ces mouvements, les objets présents bougeaient aussi, se cognaient contre les marins ou même l'élu de Seika. Et bien entendu, l'eau aussi changeait de place et laissait boire une tasse aux moins prudents. Maintenant, c'était un délais de quelques secondes tout au plus, avant que la coque ne rejoigne le fin fond de l'océan.

Dépêche toi ! J'ai pas envie de crever ici !

Au delà de sa "peur" phobique de l'eau, Sherkhan avait un instinct de survie supérieur et il savait nager mine de rien. Sa première entrée en Kosaten, se fit en plein milieu d'un lac. Certes, les eaux de celui ci, avaient étés plus calmes et la situation mieux maîtrisé, mais parfois, endurer le pire permettait d'en ressortir meilleur !

Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1406
Yens : 1397
Date d'inscription : 09/11/2016
Age : 18
Localisation : A Bashô Tokaï

Progression
Niveau: 133
Nombre de topic terminé: 52
Exp:
5/12  (5/12)
avatar
Bashô ¤ Recherché mort ou vif ¤

-



MessageSujet: Re: Naufragés    Mar 10 Jan - 18:43



L'envie de vivre



Au grand bonheur de Bashô, l'Ayns accepta de l'aider à retrouver le saboteur en change de sa libération. Maintenant, il fallait espérer qu'ils survivraient tous deux. "Je sens qu'on ne passera pas une bonne fin de journée..." se dit le poète, réaliste.

Un grand craquement de la coque se fit entendre ce qui motiva l'élu seikajin à se dépêcher. Malheureusement, l'eau s'engouffra à un débit bien plus intense et le navire sombra en quelques secondes. Lorsqu'il parvint à ouvrir la cage, l'eau avait déjà emplit la cale toute entière. Bashô eut à peine le temps de prendre une dernière bouffée d'air avant de ne plus pouvoir le faire.

Ensuite, il se précipita immédiatement vers le trou dans la coque. Celui-ci était plus prêt que la sortie de la cale et beaucoup plus gros. Il n'eut qu'une seule pensée pour son nouveau compagnon: "Bonne chance, faisons tout pour survivre!".

C'est là qu'il se rendit compte qu'il avait peut-être sous-estimé la difficulté de l'épreuve. Il la pensait gagnée d'avance mais les efforts qu'il dut déployer pour sortir de l'espace de l'épave pour ne pas couler avec elle furent faramineux en proportion des quelques mètres franchis. Sans exagération. Il sentait déjà une certaine fébrilité dans ses membres. "J'espère que Sherkhan s'en sors mieux de son côté!" pensa-t-il inquiet mais pas paniqué. En effet, malgré cette pensée, il ne se retourna pas pour voir comment s'en sortait son acolyte.

Il sortit enfin la tête de l'eau. Dans cette mer agitée, tout l'équipage gesticulait et essayait de nager vers la côte. Celle du continent, manifestement plus proche. La panique leur faisait faire des mouvements inutiles qui finiraient par les fatiguer. Et à ce moment-là, la basse température de l'océan se fera ressentir et les engloutira à jamais...

Heureusement pour lui, l'élu de Seika ne perdait pas son calme facilement. Une valeur qui était chère à ses yeux. Il n'était pas non plus sensible au froid pour les mêmes raisons. Un guerrier ne ressent pas ces choses-là selon lui. Ce n'était évidemment pas qu'il ne les percevait pas, juste qu'il avait appris à les ignorer.

Il se mit donc à nager en direction de la côte, de moins en moins de marins à ses côtés. Il ne s'en souciait pas. Il savait que beaucoup mourront mais il s'était résolu. Il n'y pouvait rien.

Quand il était fatigué, il se contentait de faire la planche puis de se laisser porter par les vagues. En effet, la marée était montante. Apparemment, Fenghuang était avec lui. Malheureusement, se stratagème ne marcha pas indéfiniment. Il ne récupérait pas toute son énergie à chaque fois même si cela l'aidait grandement. Mais il s'accrochait!

-JE DÉFIERAI L’OCÉAN EN COMBAT SINGULIER S'IL LE FAUT MAIS JE NE MOURRAI PAS ICI!!!
hurla le maffieux pour se donner la force de triompher.

***

Au bout d'un moment, alors que Bashô n'avait jamais été aussi proche d'atteindre son but, il commença à couler. Il avait déjà utilisé toutes ses ressources au maximum. Même surnaturelles. Son renforcement musculaire l'avait beaucoup aidé mais il ne le mènerait pas plus loin. Évidemment, tous les marins étaient déjà morts. "Si je survis, le saboteur ne s'en sortira pas comme ça!" ragea le poète!

Malheureusement, le problème était bien là. Il fallait qu'il survive. Alors qu'il commençait doucement à s'enfoncer dans l'eau, il eut un déclic. Il venait de rager alors qu'il était épuisé. Mentalement, il lui restait donc des forces! C'était dans cette réserve la qu'il lui fallait puiser.

A ce moment-là
Naquit Rage!
Colère! Fureur! Vie...

Ce haïku lui redonna le courage nécessaire pour continuer; mais la suite des événements fut floue. Il ne réussit jamais à s'en souvenir parfaitement. Tout ce qui était clair, c'était qu'il avait réussi à rejoindre une plage non-loin du village. Et qu'il était en vie. Allongé sur le sable.

"Sur la mer, je perds pater et mère, je perds la Terre mère, mal de mer, plus de repère, plus les pieds sur Terre"



©MangaMultiverse



Dernière édition par Bashô le Mer 11 Jan - 16:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Naufragés    Mer 11 Jan - 16:15

[quote="Sherkhan"]


feat.Bashô
Naufragés





Le craquement significatif qui eut lieu, était le point de départ pour voir le navire emporté sous les flots. Bashô luttait déjà efficacement pour sa propre vie, mais la cellule était ouverte. Par contre, l'Ayns était encore enchaîné et avec la mer qui s'engouffrait avec force et vigueur, la clé fut emporté dans un torrent de bulle, de corps, d'objets, plaquant aussitôt le félidé contre la paroi en bois. Puis tout fut recouvert d'eau. Ouvrir les yeux dans ce milieu, c'était impossible, il ne pouvait absolument rien voir, ni se baser sur son odorat pourtant si précieux. L’ouïe aussi était amoindris, et pour couronner le tout, plus d'oxygène.

Pour le moment, le plus important n'était pas de se demander comment s'en sortait Férun, ni s'il avait réussi, mais de retrouver la clé ou bien de briser la chaine. La porte était ouverte, la brèche permettrait sa fuite de ces eaux glacés, mais si le fauve ne parvenait pas à se libérer, autant dire que tout ceci finirait mal. Tirant d'abord successivement dessus, Sherkhan tenta de tapoter avec sa queue, le plancher, cherchant la clé. Mais c'était comme trouver une aiguille dans une botte de foin. Avec le mouvement de l'eau et le navire qui sombrait, il n'aurait plus aucune chance.

Alors, dans un élan de force perpétuel et répété, lui prenant concentration et oxygène à fond, ce dernier tira et tira encore, ne se débarrassant évidemment pas de ses fers, mais déboulonnant le tout fixé au bois. Le choc l'avait un peu aidé, fragilisant la coque générale, quelques débris se cognant avait fissurer le tout, juste vers ce niveau là. Et voila, l'Ayns était libre mais pas encore sorti d'affaire. Des chaines aux poignets, se finissant par une plaque de métal heureusement légère ou les fixations avaient sautées. Maintenant, il lui fallait nager encore, et user toujours plus de son endurance si précieuse dans cette situation.

Sherkhan brassa donc dans les torrents, évitant les corps et les barils, jusqu'à la brèche en question ou l'eau avait cessé de s'engouffrer. Le bateau était entrain de couler à vitesse grand v, la surface s'éloignait de plus en plus. A combien de mètres était t'il actuellement ? Trois, quatre ? Peut être six mètres maximum. Le fauve ressentait la pression et ses oreilles se comprimait. Heureusement, phobique mais bon nageur, et fort de part son métabolisme et anatomie, parvenir à la surface fut assez aisé.

UAAAAAAAAHRRRRrr !!!

Une grande bouffée d'air plus tard, le félin revivait. Mais c'était la panique ici, plein de marins gesticulaient dans tous les sens, criaient, certains décidant de nager jusqu'à la côte continentale. Que faire ? Les rejoindre ? Ou était donc son libérateur ? Pas mal de questions sans réponses. Barbotant un peu dans l'eau, restant en surface grâce à ses pattes qui battaient sans arrêts juste en dessous, Sherkhan chercha quelqu'un du regard. Heureusement au moins pour l'Ayns, le froid ne l'atteignait pas vraiment. En dépit du reste, sa fourrure et sa graisse animale était assez épaisse et chaude pour l'en préserver.

Mais ce dernier avait, comme tout le monde bien sur, ses limites en capacités d'endurance. Chaque mouvements actuels, c'était un mouvement en moins plus tard. De plus, le poids des chaines qui certes, n'était pas elevé pour le moment, deviendrait un véritable calvaire dans peu de temps. Il était temps de prendre une décision.

"Allez, hors de question de me faire avoir, c'est qu'un grand lac... Juste un grand lac"

Pensa-t'il. Motiver son esprit, c'était motiver son corps. Enchaînant alors sur un crawl très répétitif, il n'eut pas de mal à dépasser les premiers humains, les plus faibles sans doute. Ceux qui allaient servir de repas aux requins. C'était majoritairement les plus vieux et blessés. La premiere ligne qui ne survivrait pas. D'ailleurs, plus le félidé avancait et plus il en dépassait, si bien qu'à la fin, c'était à se demander qui arriverait en vie à bon port. Cette mésaventure était un poids de plus pour lui, à rajouter à ces Hommes qui faisaient vraiment n'importe quoi !

Bref, pas question de se laisser envahir par l'amertume en plein océan. Nageant sans s'arrêter, ces chaines devenaient vraiment très agaçantes, mais l'Ayns se devait de faire avec. Puis, le silence l'enveloppa, l'impression d'être seul, alors que tout le monde était loin derrière. Jusqu'à ce qu'il entende un cris au loin. Il y'avait donc encore un seul Humain devant ?

Impossible de bien sentir son odorat ou même de le voir, cet individu avait prit une bonne avance, même sur lui. Continuant donc son crawl pour espérer le rattraper, à son tour, le matou fut prit de fatigue et devait imposer des pauses. Mais avec les chaines, c'était presque impossible sans couler. Une véritable plaie, qui comme dit précédemment, se faisait désormais ressentir !

Tant pis, mieux valait nager jusqu'à l'épuisement total et voir ou il pourrait arriver. Sherkhan continua donc, renforçant autant son mental que son physique, au moins, c'était un très bon entrainement ! Lorsque Bashô failli couler au loin, lui, ne vit que des bulles en surface. Ce type avait fait tous ces efforts pour rien ? Non...

Le félin passa finalement vers lui et lui tendit sa patte, puis fixa la chaine autour de sa taille et le prit sur son dos, continuant jusqu'au rivage qui se dessinait de plus en plus. C'est en voyant son visage que le fauve avait prit cette rare décision, de sauver quelqu'un qu'il n'aurait pas sauvé en temps normal. C'était Férun, son sauveur précédent, autant lui rendre la pareil, d'autant plus qu'il venait de sombrer dans l'inconscience.

Mais Sherkhan devait l'admettre, il n'en menait pas large non plus. Sa vision se troublait et s'il survécus jusqu'ici, c'est à cause de la technologie Vasm introduite dans son corps lors des tests par les Shogats. Une décharge électriques agissait comme un défibrillateur quand le léopard commençait à tomber dans les vapes. Avec celle ci, un flux d’adrénaline qui fut heureusement suffisant, pour se laisser échouer sur le sable, grâces aux vagues.

Après ça, l'Ayns se souvint juste d'avoir posé le corps de Bashô quelques part et de s'être écroulé lui même plus loin. Le coeur battant la chamade, la respiration halletante, un effort de trop...

C'est ... Pas.... Possible ... Tout.... Ca... Aaah.... Puis s'évanouis.


Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1406
Yens : 1397
Date d'inscription : 09/11/2016
Age : 18
Localisation : A Bashô Tokaï

Progression
Niveau: 133
Nombre de topic terminé: 52
Exp:
5/12  (5/12)
avatar
Bashô ¤ Recherché mort ou vif ¤

-



MessageSujet: Re: Naufragés    Mer 11 Jan - 18:11



Agacement suprême...



Cela faisait plus d'une heure que Bashô était allongé sur la plage, semi-inconscient, lorsqu'il décida de se relever. Tout était flou et le fait même de se relever lui provoqua des vertiges. Il attendit alors encore quelques minutes debout, regardant devant lui. Une fois ses moyens récupérés, il observa l'endroit où il se trouvait. C'était une plage déserte. Au loin, on pouvait apercevoir un petit village portuaire. Il semblait à l'élu que c'était celui dans lequel il était arrivé, mais à cette distance, impossible d'en être sûr.

A quelques mètres de là, une tête connue du poète était affalée. Sherkhan avait lui-aussi réussi à rejoindre la côte. Mais était-il encore en vie? Bashô se précipita à ses côtés. Il le mit sur le dos et écouta les battements de son cœur. Ils étaient faibles et irréguliers, mais toujours existants! Quel soulagement... Non pas que les deux élus étaient proches mais plutôt que le poète préférait être avec quelqu'un pour franchir la prochaine épreuve... Il fallait qu'ils trouvent le saboteur qui avait failli les tuer et qui avait assassiné l'équipage. Sans Sherkhan qui avait été un témoin du sabotage, la tache se serait grandement compliquée.

Il mit alors l'Ayns sur son dos qui semblait moins lourd que prévu. Il pesait beaucoup tout de même mais comme Bashô devait être exténué, il pensait trouver la tache bien plus ardue. Seulement non, ça allait. "Je dois avoir de bonnes capacités de récupération." déduit l'élu.

Il était loin de se douter que le minshujin lui avait épargné les derniers efforts pour sa survie. C'était pour cela que l'Ayns était si proche de la mort et lui tant en forme.

Le poète était vraiment énervé par cette journée. Et il ne décompressera pas avant d'avoir tué celui qui l'avait gâchée. Cela se voyait dans ses actions. Par exemple, voici les paroles qu'il adressa au premier natif qu'il croisa sur la plage:

-Et toi là! Viens ici! T'as une maison? Parfait! Aide-moi à porter ce léopard et guide moi jusqu'à elle. Et surtout ne pose pas de questions, ferme juste bien ta gueule! Ce qui me donne le droit de faire ça? Mon poing dans ta sale face, ça compte?! Je suis un élu et sûrement que lui aussi, tu voudrais pas nous faire défaut? Alors maintenant tu fais ce que je te dis bordel!

Non, il n'était vraiment pas sous son meilleur jour. Mais le vieil homme qu'il avait accosté s'exécuta. Il habitait seul en bordure du village qui s'avérait bien être celui que connaissaient les élus. Lorsqu'ils arrivèrent dans sa demeure, Bashô commença par allonger Sherkhan dans le lit.

-Bon, pendant que je ne ferai rien, toi t'ira chercher de quoi le requinquer au village. Et si tu ne sais pas ce qu'il lui faut et ben tu te renseignes. Ah oui, une dernière chose, ne dis à personne que nous sommes ici. Si j'apprends que tu as désobéis, je t'étranglerai avec les boyaux de ta fille, c'est clair?

Apparemment, ça l'était car le vieux ne se fit pas prier pour partir. En temps normal, Bashô n'aurait jamais adopté un comportement si agressif, surtout envers des gens incapables de se défendre. Ses actes étaient donc bien la preuve de l'intensité de sa fureur. Ce qui était sûr c'est qu'encore une autre personne n'allait pas tarder à mourir...

Désormais, aucun
Lieu n'est sûr
Pour toi... Tu dois fuir!

***

Une heure plus tard, leur hôte forcé revint avec les ingrédients nécessaires au bon rétablissement de l'élu mal en point. Encore deux heures plus tard, ce dernier se réveilla. Bashô lui expliqua alors sans ménagement ce qu'il s'était passé pendant qu'il était dans les vapes. Il ajouta également:

-Bon, dès que tu te sentiras prêt, on partira à la recherche de l'homme qui a saboté le navire. A mon avis, lui avait un plan pour survivre. Avant que le bateau coule, j'ai aperçu une chaloupe au loin. Je la soupçonne d'avoir récupéré l'enflure responsable de tous les morts d'aujourd'hui! Alors même s'il fait maintenant nuit, si t'es capable de sentir son odeur, si t'es capable de marcher, on y va sans plus attendre putain!

Selon la réponse de Sherkhan, le saboteur pourrait ou non voir la fin de la journée. "Ça va chier des bulles carrées..." pensa Bashô plus bouillonnant que jamais.

©MangaMultiverse

Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Naufragés    Jeu 12 Jan - 14:51



feat.Bashô
Naufragés





Toute cette aventure en mer, l'avait exténué comme jamais auparavant. Bien sur, il avait déjà recus des coups, comme ceux de Zoro, ou la sûreté de s'en sortir était bien remise en question. Mais ici, c'était vraiment une question de se dépasser et ne plus compter que sur soi. Enfin bien entendu, la technologie Vasm l'avait inconsciemment aidé dans cette démarche. Fort heureusement d'ailleurs. Par la suite, c'était les vapes, le grand rêve, il ne senti pas du tout lorsque Bashô le mit sur son dos et voguait cette fois ci, sur un autre océan, celui de Morphée.

Mais pour lui, tout se passa en quelques minutes et bien assez tôt à ses yeux, Sherkhan se réveilla. Redressé et éveillé, Férun expliqua d'abord qu'il avait failli y passer, que c'était grâce à lui qu'il se trouvait ici, en sécurité et en vie finalement. Après avoir dormi au moins trois bonnes heures, la récupération avait fait son bout de chemin. Posant sa patte sur son crâne velue, l'Ayns analysait et écoutait les propos de son protecteur du jour, tout en secouant légèrement la tête. Celui qui était en face, voulait partir à la recherche du saboteur.

C'était tout à son honneur, surtout quand on pense que le pirate ou l'abrutis responsable de tout cela, avait du sang d'Homme sur les mains et failli avoir celui du léopard aussi. Les deux élus passaient surement une mauvaise journée en effet. Fixant désormais, sans encore remercier l'homme costaud, écoutant ses paroles concernant la chaloupe et sa demande toujours d'actualité pour retrouver le coupable, le fauve se décida à se lever, pour éviter de perdre du temps. Après tout, la régénération qu'il possédait et la technologie des Shogats avaient bien fais leurs travail.

Basho était visiblement pressé et énervé, désireux d'en finir le plus rapidement possible. Cet humain voulant tuer un autre humain, cela avait quelque chose de jouissif en soi pour Sherkhan, mais pour le coup, il laissa un peu de coté sa haine de cette race, car lui aussi voulait en découdre à sa manière et puis, malgré tout, le félidé n'oubliait pas que Férun l'avait libéré plus tôt. A l'image d'Aki Nishiie, peut être que lui aussi, était particulier ?

Calme toi hu... Calme toi. Je connais l'odeur que j'ai senti, je pourrais la reconnaître entre mille.

D'abord, avoir l'esprit clair et garder son sang froid, c'était quand même important, dans toutes les situations qu'offraient la vie. Néanmoins, d'un certain coté, l'élu de Seika avait vraiment l'air excédé, comme si le monde lui tombait sur la tête. C'était le cas ? Peut être. Il ne connaissait pas sa vie et n'avait pas encore envie de la connaitre.

En tout cas, en testant un peu ses articulations, ses muscles, son flair également, tout semblait bien aller pour continuer. L'Ayns se massa légèrement la nuque, regarda s'il ne lui manquait rien, ah si, il avait encore ses fers et c'était chiant, très très chiant.

Avant tout, tu saurais comment je peux me débarrasser de ces chaines à mes poignets ? J'ai failli y passer la dessous tout à l'heure, à cause de ça. Je sens une odeur de feu, y'a un village pas loin ? Ils auront peut être ce qu'on cherche ou des outils... Je te suit.

Pas encore de merci, ni de "ou on est". C'était des questions primordiales d'un certain point de vu, mais pas encore urgentes pour le moment. Le fer gênait Sherkhan pour tout, que ce soit la marche, la discrétion ou même d'un coté éthique. L'impression d'être à nouveau un esclave ou un prisonnier, le gênait au plus haut point. Hors de question d'aider Bashô, tant que ceci ne serait pas ôté de ses avants bras. En revanche, il acceptait de le suivre pour le moment, au moins jusqu'au village.

Qui sait, même encore enchaîné légèrement, rien ne l'empêchait de tracer ou trouver une odeur corporelle qui avait, selon lui, bien marqué ses naseaux.

Si l'odeur est dans le coin, je te le dirais t'en fais pas va.  


Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1406
Yens : 1397
Date d'inscription : 09/11/2016
Age : 18
Localisation : A Bashô Tokaï

Progression
Niveau: 133
Nombre de topic terminé: 52
Exp:
5/12  (5/12)
avatar
Bashô ¤ Recherché mort ou vif ¤

-



MessageSujet: Re: Naufragés    Jeu 12 Jan - 18:02



La traque va pouvoir commencer...



La première chose qu'exprima Sherkhan, après s'être réveillé et reposé, était son envie d'être libéré de ses chaînes. Bashô avait totalement oublié ce "détail" qui, pour le principal intéressé, ne devait pas en être un. Il hésita un instant à le laisser sous entrave pour mener la traque du saboteur, mais y renonça vite. C'était stupide car lorsque l'Ayns serait libéré, il lui en voudrait sûrement et un combat entre eu-deux ne lui serait pas bénéfique. C'était également contre son honneur, il lui avait promis de le libérer s'il acceptait sa requête, ce qu'il avait fait.

-En effet, il faut s'occuper de ce problème en priorité, répondit Bashô. Le bûcheron du village sera certainement endormi mais ce n'est pas un problème, on le réveillera avec un orchestre s'il le faut.

Puis il alla chercher deux tenues simples pour qu'ils puissent se confondre aux natifs.

-Tiens, enfile-ça
, dit-il en lui en tendant l'un des deux vêtements avant de se tourner vers le propriétaire de la maison. On s'absente mais on revient, ne t'inquiète pas. Tu ne bouges pas d'ici! La menace de tout à l'heure tient toujours!

Puis ils partirent avant de pouvoir entendre le vieillard murmurer: "Mais je n'ai même pas de fille...". Ce n'était pas important. Il avait tellement peur qu'il n'allait sûrement pas se rebeller. Sûrement.

Peu après, le village étant petit, ils arrivèrent devant la forge, évidemment fermée. L'élu de Seika interpella plusieurs fois les résidents tout en augmentant le volume de ses appels. Ils ne répondirent pas. Étant quelqu'un de poli de nature et se souciant du sommeil du voisinage, il décida au bout de dix secondes d'appel seulement d'enfoncer la porte en bois d'un coup d'épaule. Malheureusement, le forgeron répondit juste après. Dommage pour la porte. Si le maffieux avait su, il ne l'aurait pas enfoncée...

Évidemment, le grand homme barbu qui se présenta à eux en pyjama ne le fit pas sous son meilleur jour. Il fallait le comprendre, être réveillé en pleine nuit pour travailler pour des inconnus qui viennent de casser votre porte d'entrée, ce n'était pas très réjouissant. Malheureusement, Bashô non plus n'était pas sous son meilleur jour. L'impatience vint même s'ajouter à son caractère déjà peu avenant. Si bien que la conversation fut courte. Le forgeron, psychologiquement sur la défensive, exprima son mécontentement. Mais l'élu, plutôt porté sur l'affirmation de soit, se contenta de cogner son interlocuteur au visage.

La suite des négociations se passa beaucoup plus simplement. Quand l'homme en pyjama comprit, assez vite, il faut le lui reconnaître, que s'il se montrait coopératif, ni lui ni aucun membre de sa famille ne prendrait de coups, il accepta de libérer Sherkhan. Bashô prit quand même le temps de leur expliquer au cas où ce qui leur arriveraient s'ils prévenaient les autorités par inadvertance. Ce serait dommage que le village perde une famille de plus pour une bête erreur...

Les deux élus ne repartirent pas de suite. Ils prirent le temps de discuter à l'abri des oreilles indiscrètes de la question d'où aller pour ne pas déambuler au hasard. Bashô lui exposa son point de vue:

-Je pense que l'on devrait tout d'abords aller jeter un coup d’œil vers les ports. Si mon hypothèse s'avère vraie, qu'il s'est en effet échappé en chaloupe, elle y sera peut-être. A ce moment-là, tu pourrais le pister à partir d'une éventuelle trace olfactive. Étant donné la perfection et l'acharnement dont il a fait preuve dans son sabotage, et la difficulté à survivre du naufrage, je ne pense pas qu'il ait redoublé de prudence par la suite. Pourquoi se cacher si plus aucune preuve n'existe? Ce serait plus un aveu qu'autre chose...


Après avoir écouté l'avis de l'élu de Manshe, il demanda:

-Tu as pu voir l'élu responsable du sabotage? Es-tu sûr de pouvoir reconnaître son odeur? Est-ce que ses vêtements avaient une odeur caractéristique d'un certain lieu où l'on pourrait chercher, comme l'alcool pour les bars? Le moindre détail dont tu te souviennes peut nous aider à retrouver cette enflure plus vite. Mais même si tu n'en as pas, il ne s'en sortira pas sans mourir! Je te fais confiance, je te laisse mener la traque...


Profite bien, homme,
De ton temps.
Lucifer t'attends...

©MangaMultiverse

Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Naufragés    Jeu 12 Jan - 22:23



feat.Bashô
Naufragés





Comme prévu, s'occuper du soucis d'enchainement était la priorité et Bashô n'eut pas grand chose à y redire. Il ne perdit pas de temps et donna un habit basique à enfiler, sans prendre en compte la taille et la carrure de Sherkhan, qui vraisemblablement, ne pouvait pas enfiler les vêtements d'un vieillard aussi décrépis. De plus, utiliser un truc porté par un humain était hors de question. Bien qu'il prit ce dernier avec sa patte, il le laissa tomber sur le sol presque aussitôt. Le vieux annonça qu'il n'avait aucune fille, tandis qu'eux, disparurent tout bonnement par la porte d'entrée.

L'Ayns ne comptait pas se la jouer discret pour le coup et puis, même le saboteur n'avait pas vraiment vu le léopard dans sa cage. Juste entendu une voix, assez humaine pour croire qu'il s'agissait d'un énième marin dans la cale à ce moment là. Sous le stress, l'empressement, ce type s'était enfuis sans vérifier quoique ce soit, ce qui donnait le point de la surprise pour le félin. Ainsi donc, le duo se dirigea en pleine place centrale, il faisait nuit noire sur la petite île. Légèrement éclairé tout de même, par quelques brasiers disséminés d'ici, de là.

Des palmiers, du sable fin, les cocotiers et les étoiles comme compagnes, la nyctalopie du fauve était très utile, il voyait très bien, comme en plein jour, ce qui était encore un avantage non négligeable à ajouter à son pedigree. Puis, c'est vers non pas un bûcheron, mais un forgerons que Férun se tourna. Annonçant la couleur en scandant à celui ci de sortir de son lit, et fracassant sa porte au moment ou celui ci se montra. Un bien mauvais timing.

Tu voulais pas aller voir un bûcheron ? C'est un forgeron non ? Bon, ça fera l'affaire de toute manière.

De toute manière, l’île était petit et le barbu en pyjama de nuit, était tout aussi polyvalent. Il possédait une hache, il était donc surement bûcherons, une pioche, sans doute un peu mineur et une forge, également forgeron ! Trois métiers et pas un seul de trop dans cette situation. Mais la violence dont eu recourt Bashô, fit au moins sourire légèrement le matou. Décidément, les Hommes ne changeaient pas, même entre eux. Ils étaient plus animaux que les plus sommaires des animaux.

Au moins, cette démonstration de force, avait achevé de convaincre le pauvre bougre de s’exécuter et surtout, s'appliquer dans sa tâche. Après quelques minutes, de l'outillage et de l'huile de coude, Sherkhan pu enfin sentir de nouveau ses poignets libres. D'ailleurs, celui ci se massa un peu à ce niveau là, poussant un petit soupir de soulagement.

Après que ce soit fait, l'élu de Seika prit un peu à part l'élu de Minshu, pour discuter des détails qui suivraient, concernant la fameuse traque du saboteur. Proposant alors, comme première idée, de fouiller le petit port de pêche, trouver avec de la chance la chaloupe et suivre l'odeur à partir d'ici.

Ouais, ouais, j'y pensais. Allons y.

Le léopard géant et le barbu musclé, continuait donc de former une équipe soudée pour ce coup. Tout en se dirigeant vers l'endroit ou commencerait l'enquête, Bashô préférait éclaircir les points d'ombres et ainsi, être sur que son acolyte du jour puisse bien reconnaître l'odeur en question, remonter le filon et piéger l'enfoiré responsable de tout ce chaos.

Quand ce type est descendu, je ne l'ai pas bien aperçus. Il portait une capuche, enfin il... Cette personne avait deux odeurs bien distinctes. Une odeur hormonale et une autre de stress. Je suis capable de t'affirmer que nous cherchons une femme enceinte. Mais j'ai perdu sa piste pour l'instant, alors autant aller  à l'endroit indiqué.  

Peut être que... Cette nouvelle allait secouer Bashô ? Le saboteur serait en fait, une saboteuse et en plus, une femme enceinte. Sa réaction pouvait t'elle changer malgré tout ? Les morts eux, étaient bien morts. Tous ses semblables avaient soufferts, coulés et noyés, maintenant ils nourrissaient les poissons tout au fond de l'océan qui n'eut aucune pitié. Sans compter le presque assassinat de deux élus.

Sherkhan avait une aversion envers la race humaine et que ce soit un homme, une femme ou même si cette dernière portait un enfant, sa réaction ne changea pas vraiment. Il comptait bien se venger, mais ce n'était pas un tueur pour autant et le fauve préférait largement "profiter" d'une situation pour qu'elle lui rapporte quelque chose de mieux en échange. Tuer, n'apportait généralement rien. Rien en tout cas, si ce n'est un profit personnel sur le très court terme.

Le poète serait t'il du même avis ? L'Ayns n'attendit en tout cas pas de le voir retourner sa veste ou continuer sur sa route, pour se rapprocher des bateaux qui tanguaient dans le petit port. Il y'en avait quatre ou cinq, pas plus. De celui fait pour la pêche, à la bicoque, en passant par des chaloupes. L'odeur de la mer étant forte et le village assez proche, le félidé devait monter sur chacun d'eux pour faire marcher son museau.

Hmpf hmpf. * Renife * Hmpf hmpf. Non, pas celui ci... Ni lui... Ah !? Là, ici.

S'arrêtant alors sur une certaine embarcation, avec une rame manquante, un peu d'eau dedans et surtout, une petite odeur particulière, que lui seul sentait. Des hormones. Il venait de retrouver la piste, mais avant d'aller plus loin, est-ce que Bashô avait un mot à dire ?

C'est bien cette odeur, pas de doute. Je peux la pister, on se bouge ou non ?

Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1406
Yens : 1397
Date d'inscription : 09/11/2016
Age : 18
Localisation : A Bashô Tokaï

Progression
Niveau: 133
Nombre de topic terminé: 52
Exp:
5/12  (5/12)
avatar
Bashô ¤ Recherché mort ou vif ¤

-



MessageSujet: Re: Naufragés    Ven 13 Jan - 18:40



Cruel dilemme...



Alors qu'ils étaient encore chez le forgeron à discuter de comment allaient-ils s'y prendre, Sherkhan dévoila une information cruciale: l'homme qu'ils cherchaient n'en était pas un mais plutôt une femme enceinte. Cette information chamboula absolument toutes les certitudes de Bashô. Tuer une femme plutôt qu'un homme ne le dérangeait pas tant que ça au final. Même si cela lui déplaisait plus, une femme était tout autant responsable de ses actes qu'un homme après tout, pourquoi lui faire un traitement de faveur?

En revanche, son enfant, lui, n'y était pour rien dans toute cette histoire. Le tuer parce que sa mère était une tueuse était absurde. Malheureusement, ne pas la faire payer l'était aussi. Une trentaine d'hommes disparus sous les flots, ce n'était pas négligeable. Alors quoi? La tuer et se maculer du sang d'un innocent ou ne provoquer aucun dommage collatéral et laisser trente meurtres impunis? De quoi s'arracher les cheveux...

Heureusement, la situation ne demandait pas de prendre la décision tout de suite et l'élu en était soulagé. Peut-être trouverait-il une solution alternative avant de retrouver la tueuse? Ou peut-être ne la retrouveraient-ils même pas? Bizarrement, cette idée ne lui paraissait plus si mauvaise que ça... Il venait de perdre en quelque secondes toute l'assurance qu'il avait eue jusqu'ici.

Sherkhan n'ayant pas de meilleures solutions que d'aller chercher du côté des ports, c'est là qu'ils allèrent. Le poète fut pensif durant tout le trajet, laissant l'Ayns guider la marche. Ils arrivèrent finalement à destination quelques minutes après. L'embarcation de la saboteuse s'y trouvait bien selon le traqueur. Ils avaient enfin une piste! Nouvelle qui bizarrement ne réjouit pas le maffieux...

Il fallait qu'il prenne une décision tout de suite. Cela ne servait à rien de continuer si c'était pour ne rien faire. Il lui fallait prendre une décision maintenant. Seulement le dilemme n'avait pas changé... Le minshujin dut sentir lui aussi que c'était maintenant qu'il fallait renoncer ou ne rien dire et aller jusqu'au bout puisqu'il lui demanda s'ils devaient continuer. Il était au pied du mur. Il devait prendre une des deux alternatives dans les instants qui suivraient. Si seulement son maître était là, il saurait sûrement comment réagir, lui.

Face à un tel choix
Ton élève
Envie ta raison...

Comme si son cet haïku s'était réalisé, il reprit la parole d'un ton et d'une stature assurés:

-Continue-t-on la traque? Bien sûr que oui. A moins que tu m'aies caché que tous les morts de ce jour si néfaste ont ressuscité, il n'est pas question de s'arrêter. En revanche, ne la tue pas. Même si tu le fais par accident, je ne te pardonnerai pas... Nous nous contenterons de la capturer. Après quoi tu seras libre de t'en aller, tu auras rempli toute ta part du contrat. Si l'avenir de cette femme t'intéresse, sache que je vais la garder avec moi jusqu'à ce qu'elle accouche. A ce moment-là, je la tuerai. Je m'occuperai ensuite de son enfant jusqu'à ce que je trouve une famille qui puisse l'accueillir et lui donner la vie qu'il mérite... Des objections?

Bashô avait en effet reprit confiance en lui. Ce choix lui paraissait évident maintenant qu'il l'avait fait. C'est comme si son maître avait investit son corps pour parler à sa place. Ce vieux Kuru... Le poète aurait donné cher pour qu'il soit là aujourd'hui. Néanmoins, le choix qu'il avait pris n'était pas sans conséquences non plus. Il n'aurait peut-être pas à s'occuper de la femme longtemps mais du gosse sûrement. L'idée d'un gosse entre les bras lui paraissait étrange. Il avait déjà assez de mal à s'occuper de lui... Mais un sentiment de maturité commençait à émerger de son cœur, là où il avait toujours été enfoui. "J'espère juste que Kuru acceptera de s'occuper des couches et de l'accouchement" se détendit-il intérieurement.

Enfin bon, il fallait d'abord la retrouver.

-Ne perdons pas plus de temps!
adressa-t-il à son compagnon de chasse à l'homme.

©MangaMultiverse

Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Naufragés    Sam 14 Jan - 14:12



feat.Bashô
Naufragés





Est-ce que la situation allait changer, est-ce que la révélation de l'homme léopard avait été assez choquante pour bouleverser les convictions de Bashô ? Il s'était pour le moment, contenté de suivre le mouvement dans un grand calme, une grand réflexion lorsque son regard croisa celui de l'Ayns.

Cette nouvelle, l'avait très certainement chamboulé mais ça, même le fauve n'en savait rien, enfin si, dans l'idée il se disait bien que tuer une femelle et surtout en pleine grossesse était plus complexe pour la plupart des semblables de Férun. Mais c'était aussi un gars à l'allure déterminé. La piste était désormais retrouvée et Sherkhan attendait une réponse. Celle ci ne tarda pas vraiment à ce propos.

L'élu de Seika, voulait bien entendu continuer la traque, c'était indéniable, l'objectif fixé ne pouvait pas être changé juste sur une confirmation de sexe et le fait que cette même personne soit enceinte. Il y'avait un coupable et ce coupable devait être punis. Derrière tout ça, on ressentait encore la colère renfrognée en lui. Les morts seraient vengés quoiqu'il en coûte. La seule chose qui fut modifié, était de ne plus la tuer tout de suite mais, la capturer.

Que voulait-t'il faire ? Le félidé se demande au début, puis compris simplement en l'écoutant. Bashô désirait simplement prendre la femme, attendre qu'elle accouche et la tuerait ensuite. Il ne désirait pas punir un nouveau né qui, n'y serait définitivement pour rien. Dans le fond, même si le félin n'aimait pas les Hommes en général, il s'accordait au moins sur ce point. Un bébé était innocent, pur et ne dérapait que sous l'influence de ceux l'élevant par la suite.

Non, aucune objection, ce sera ton fardeau après tout.

Au moins, le matou n'aurait pas cette responsabilité sur le dos. Cet enfant, finirait t'il par être elevé par un élu ? Et puis, au bout de combien de temps cette femme accoucherait t'elle ? Sherkhan pouvait dire que celle ci était enceinte oui, mais pas dater cette grossesse.

Comme il le disait si bien, ce n'était pas son fardeau, mais celui que Bashô s'imposait. Le barbu n'avait pas prit l'option de la simplicité, mais de bonnes valeurs ressortaient de cet acte, c'était indéniable.

La traque pouvait donc reprendre et cette fois, de manière plus simple encore. L'air ambiant humé, l'Ayns se dirigea un peu autour du village, se laissant totalement guider par les fluctuation. Cela lui fit faire quelques zigzags. L'odeur alla à un moment vers l'arrière d'une sorte de petite boutique de souvenir de l’ile. La dessus, proche de quelques débris, le félidé s'accroupis pour toucher une trace de sang et puis évidemment en fouillant un peu et relevant quelques objets qui traînaient par là, il trouva la fameuse hache.

Elle est venue ici, pas seule. Quelqu'un l'attendait ici. Ils se sont battus, la hache à été cachée.. Vu le sang, pas de mort, mais ce n'est pas celui de la saboteuse, elle a certainement blessé quelqu'un avant de s'enfuir à nouveau. J'ai deux odeurs, mais pour le moment suivons la piste principale.

Juste avec quelques regards, analyses et odeurs, Sherkhan pouvait plus ou moins en déduire par logique, ce qui était arrivée. La jeune femme enceinte était revenue ici en chaloupe, soit accompagné par un complice, soit ce dernier l'attendait ici.

Le rendez-vous avait visiblement mal tourné et la rixe commença. La saboteuse armé se défendit en blessant son complice, une blessure non mortelle, mais lui laissant assez de temps pour s'enfuir et lâcher sa hache dans la panique.

Le complice reveillé avait juste prit le temps de se carapater à son tour, peut être pour la retrouver ou pour s'enfuir aussi... Difficile de savoir exactement ce qui avait pu s'échanger non plus. Ce pouvait être un malentendu, de l'argent, de la drogue ou plein d'autres choses.

Quoiqu'il en soit, le léopard suivait encore la piste, toujours fraîche. Cela le fit s'éloigner du village et aller plus vers le bord de plage, juste éclairé par la lune. Pendant une bonne centaine de mètres, la marche continua tout droit, puis, la piste s'arrêta soudainement.

Hmpf hmpf... Elle est allée dans l'eau ? Bizarre... Hmpf hmpf.  

User de tous ses talents de traqueur, son flair indéfectible ne tarda pas à reprendre la piste. Peut être s'était t'elle arrêté un peu dans l'eau pour se mettre un coup d'eau fraiche. La panique, le stress, elle devait en avoir. Cette fois, l'odeur entrait en pleine forêt, il fallut marcher peut être encore sur trois cent mètre, en s'arrêtant par moment pour être sur de ce qu'il sentait.

Les odeurs en pleine nature étaient plus multiples et rendait une traque plus difficile. Puis, l'entrée d'une grotte sonna le glas de cette dernière. Sherkhan s'arrêta environs dix bons mètres avant, en se tapissant dans l'ombre des fougères.

La dedans. L'odeur s'arrête. A toi de t'occuper de la suite.  

Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1406
Yens : 1397
Date d'inscription : 09/11/2016
Age : 18
Localisation : A Bashô Tokaï

Progression
Niveau: 133
Nombre de topic terminé: 52
Exp:
5/12  (5/12)
avatar
Bashô ¤ Recherché mort ou vif ¤

-



MessageSujet: Re: Naufragés    Sam 14 Jan - 16:32



Objectif n°1: Accompli



Au bout de quelques dizaines de minutes de traque, la piste se précisa prêt d'une boutique en bordure du village. Un piste solide puisque c'était là que se trouvait l'arme du crime. Et apparemment, elle avait resservi entre-temps, et pas pour couper du bois. Du sang la maculait mais en trop petite quantité pour signifier la mort de quelqu'un. Apparemment, tout ne s'était pas déroulé comme prévu pour la meurtrière.

Sherkhan, après avoir soigneusement reniflé le moindre indice, apporta un hypothèse détaillé sur ce qu'il s'était passé. Apparemment, elle était venue ici où quelqu'un l'attendait. Quelque chose ne s'était pas passée comme prévu pour eux et ils s'étaient battus. La femme avait apparemment toujours sa hache et avait réussi à blesser son adversaire. Cela lui permit alors de s'enfuir. L'autre inconnu était lui aussi parti, peut-être à sa poursuite, peut-être autre part. En tout cas, les deux personnes ne devaient plus être ensemble à l'heure qu'il était puisque leurs pistes se séparaient. Toutefois, il restait la possibilité qu'ils se soient retrouvés ensuite.

Ils décidèrent donc de poursuivre la piste de la femme même si l'Ayns se sentait capable de suivre aussi l'autre piste. Chaque chose en son temps. Si lui aussi était mouillé, il paierait également.
La piste se poursuivit donc jusqu'à une plage éloignée du village. A ce moment-là, ils furent confronté à une difficulté: le femme était rentré dans l'eau. Apparemment, cela posait problème pour la retrouver et Bashô le comprenait. Cela effaçait totalement ses traces olfactives. "Concentre-toi Sherkhan, tu ne peux pas la perdre maintenant!" commença à s'énerver légèrement le poète sans rien en montrer.

Finalement, il réussit à retrouver son odeur. Décidément, il avait prouvé plus d'une fois ses talents de pisteurs au cours de leur rencontre. "Il devrait se mettre à chercher des truffes plutôt que de voler du poisson s'il est si doué..." ironisa Bashô. Mais bon, en attendant, il était bien content d'avoir quelqu'un avec ses talents à ses côtés. Sans lui, toute cette tache aurait été bien plus compliquée.

La femme avait pénétré dans la forêt quelques temps plus tôt et les deux élus faisaient donc de même. A partir d'ici, l'affluence d'autres odeur rendirent la traque plus compliquée mais une fois de plus, le temps suffit à régler ce problème. Ils finirent par arriver près d'une large grotte. L'élu de Manshe lui affirma que sa cible était dans cette cavité rocheuse. "La vengeance finit toujours par rattraper ses proies..." se dit le poète en se dirigeant vers la grotte.

En entrant, une voix féminine lui somma de s'arrêter.

-Qui va-là?! C'est toi Marco?! Arrête-toi tout de suite, n'avance pas plus loin!

-Non, désolé madame, ce n'est pas Marco mais je pense que cette personne aussi va m'intéresser... Vous ne me reconnaissez pas? Lui, vous voyez qui c'est non? demanda Bashô en montrant l'Ayns resté en retrait.

-Oui, je sais qui vous êtes! Que me voulez-vous?!

-Ce que je vous veux? Vous osez demander cela? Êtes-vous si froide que vous avez déjà oublié les dizaines de marins que vous avez tués? C'est un acte plutôt récent pourtant... Enfin bon, je viens pour votre mort, vous devez à présent vous en douter.

-Ce n'est pas ma faute! rétorqua la femme en se mettant à pleurer. Marco détient l'un de mes enfants! Il a menacé de le tuer si je ne faisait pas ce qu'il me disait! Mais il était sensé me le rendre tout à l'heure, ce qu'il ne fit pas... Il voulait continuer à m'exploiter... A ce moment-là, j'avais la hache dans la main et lui était désarmé. Je me suis dite que si j'arrivais à le tuer, peut-être que tous mes problèmes se résoudraient. Mais je n'ai pas réussit... Maintenant il va assassiner mon enfant et peut-être moi aussi! Et comme vous le voyez, je suis enceinte...

-Si vous pensez m'attendrir, ça ne marchera pas. Vous auriez dû faire appel à un élu pour votre problème. Je ne vous trouve pas de circonstances atténuantes. Trente personnes sont tout de même mortes à cause de vous. En revanche, je dois vous remercier d'une chose: merci pour l'info. Nous allons nous occuper de Marco. Il est tout autant responsable que vous.

-Je vous en prie! l'implora-t-elle. Je faisais ça pour mon fils, ne me tuez...

Bashô assomma la femme d'un coup sec pour ne plus avoir à l'entendre. Puis il dit à son compagnon:

-Mes projets pour cette femme n'ont pas changés. Une fois qu'elle aura accouché, elle mourra. En revanche Marco doit payer lui aussi. Tu disais avoir une deuxième piste. Je te suis...

Il n'y a aucune,
Pour ce crime.
Excuse possible...

©MangaMultiverse

Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Naufragés    Sam 14 Jan - 20:42



feat.Bashô
Naufragés





Le duo poursuivit la traque, même si pour le moment, Sherkhan faisait absolument tout et Bashô, et bien, il ne faisait que suivre sans pouvoir faire grand chose. Mais, l'Ayns n'avait pas l'utilité de se plaindre, puisque ce qui attendait le barbu, était bien pire que tout. Tuer un semblable, s'occuper de sa progéniture et retrouver un autre humain dans le lot.

Avoir autant de sang sur les mains et à peu près autant d'explications à fournir, ce devait pas du tout être aisé. Un jour, le gamin grandirait, retrouvant celui qui fut à la fois son sauveur et l'assassin de sa mère, et ça, le félidé était bien content de ne pas devoir être là ce jour là, pour rendre un compte rendu détaillé.

La grotte offrit comme prévu, la présence de cette demoiselle. Elle cru un instant voir débarquer un certain Marco, mais Férun la fit très rapidement redescendre sur terre. Et là, c'était le temps des larmes et des violons. Pour manipuler quelqu'un, survivre ou le tromper, les Humains se croyaient tout permis, mais l'histoire qui devait faire pitié, en tout cas visait surement ce but, ne prit pas sur l'élu de Seika.

Finalement, l'Ayns croisa les bras en secouant légèrement la tête de droite à gauche, pas non plus très convaincu, quand bien même l'histoire fut vraie. Normalement, il avait respecté sa part et pouvait se barrer, mais l'ami marco courrait toujours après tout.

La vengeance était un plat qui se mangeait froid. C'était au moins agréable de constater que Bashô, n'était pas si naif ou trop tendre. L'homme s'était fixé un but et comptait bien aller au bout, remarquable en un sens.

Puis, comme pour clore brutalement la discussion, sans plus de sommations, le barbu assomma la saboteuse et l'emporta sur son épaule. Se tournant vers le Léopard pour confirmer la suite de la mission.

Attends une minute...

Se rapprochant alors dans la petite cavité rocheuse, quelques affaires rassemblées. Le matou fouilla, car il restait fidèle à lui même. Une sacoche, une gourde, une petite écharpe de laine, une torche éteinte... Ce qui interressait notre animal si curieux, était ce que contenait la sacoche en question.

Ouvrant alors le tout, sortant une bourse remplie d'or, la journée n'était pas si perdue. C'était surement le paiement du sabotage, mais il y'avait pas assez pour que ce soit un salaire entier.

Surement une avance. Et bien si tu n'y vois aucune objection, je me paye pour avoir trouvé cette humaine et je garde le tout pour t'amener au second.

N'oublions pas, que les deux acolytes faisaient équipes, mais n'étaient ni amis, ni ne faisaient partis du même camp. Sherkhan l'Ayns restait un voleur et Bashô s’apprêtait à devenir un tueur. Chacun son paiement, en or ou en sang, chacun ses avances. Clair dans son propos, mais encore polis, le léopard prenait sa bourse comme acquise, mais était encore prêt à aider le monsieur muscle au torse si viril.

Pour pister le fameux marco, c'est sans surprise qu'il fallait retourner vers la boutique. Rebroussant chemin, jusqu'à la forêt, la plage et enfin l'arrière du cabanon à souvenirs, le félidé pu reprendre l'odeur en route et puis, l'individu en question était blessé, ce qui rendrait la tâche plus facile. Si ce n'était certes pas mortel, ce pouvait être grave quand même. Se prendre un coup de hache, ça n'avait rien de très marrant.

Pistant donc l'odeur et en plus, les traces de sang un peu disséminée sur les chemins de terre, cela l'emmena tout droit au cœur du village de l’île. Il y'avait une ambiance festive, des gens maquillés, faisant un peu penser à du vaudou. Une fête des morts ? Peut être bien. Mais loin de s'arrêter au folklore de cet endroit paradisiaque, même de nuit, le félin géant poursuivit la piste.

Cette fois ci, le sang traversait le centre du bourg, pour s'effacer dans une maison austère et plus reculée. Ca n'avait rien d'une hutte de médecin ou de chef de village, mais plus d'un endroit abandonné. Le félidé était sur que c'était là, que se trouvait le fameux marco. Sans doute entrain de tout faire pour se soigner. Mais pour le coup, le fauve entra le premier.

Le parquet était grinçant et la bâtisse sur deux étages. Pas d'éclairage, des toiles d'araignées, des meubles brisés, de la poussières, un lieu qui aurait pu être hanté. Montant l'escalier ou le sang frais restait visibles, scintillant à la lumière de l'astre nocturne, Sherkhan resta aussi silencieux qu'un chat et agile qu'un prédateur. Dans une chambre, allongé sur un lit, un homme à la respiration saccadé, une large blessure au niveau de l'épaule, profonde, il perdait pas mal de sang.

L'Ayns se détendit, le type en question n'était plus en état de faire grand chose. Sans doute s'était t'il trouvé cet endroit pour mourir en paix ou avec ses remords ? Mais rapidement, Sherkhan se fourvoya, lorsqu'il vit le corps d'une femme au pied du lit. Elle était morte, mais vu les petits instruments dans ses mains, tous tâchés de sang, ce devait être une jeune guérisseuse.

Les Hommes ne changent pas. Il va mourir, mais il a tué celle qui à sans doute refusé de le sauver... Je te laisse te salir les mains.  

L'homme léopard croisa de nouveau les bras en se mettant dans un coin, ses yeux rouges ne cessant de fixer l'individu en question.

Aaah.. Aidez moi et.. J'vous paierais, tout ce que vous voudrez. Je dois... Je dois ramener une fille aussi au capitaine Draks... Je...

Il devait parler de la saboteuse. L'énonciation d'un capitaine, était encore une nouveauté. Quelqu'un de plus "haut gradé" se trouvait donc derrière tout ça ? Et il voulait récupérer surement la fille, le bébé et l'argent par la même occasion. Le scénario qui s'était déroulé, commençait à pleinement fleurir dans l'esprit du fauve, mais il n'ajouta rien. Préférant finalement voir comment allait réagir Bashô. Tiendrait t'il sa promesse ?
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1406
Yens : 1397
Date d'inscription : 09/11/2016
Age : 18
Localisation : A Bashô Tokaï

Progression
Niveau: 133
Nombre de topic terminé: 52
Exp:
5/12  (5/12)
avatar
Bashô ¤ Recherché mort ou vif ¤

-



MessageSujet: Re: Naufragés    Dim 15 Jan - 20:59



Le capitaine Draks...



Avant de retourner à la boutique souvenir où se trouvait le début de la piste de Marco, Sherkhan fouilla entièrement les affaires de la femme pour lui soutirer tout l'argent qu'elle avait. Bashô n'y voyait aucune objection, elle allait mourir, elle n'en aurait plus besoin après tout. Sherkhan demanda quand même sans vraiment le faire si ça le dérangeait qu'il prenne tout le butin.

-Fais comme tu l'entends, lui répondit-il. Quand on retrouvera ce "Marco", tu pourras le dépouiller lui-aussi si tu le souhaites. Mes actes sont ici dictés par la justice et la vengeance, pas par la cupidité. Allons-y maintenant...

La seconde traque s'avéra bien plus facile que la première. L'odeur de sang aidait beaucoup l'Ayns et la piste ne les mena qu'en ville. Il y avait donc beaucoup moins d'odeur parasite. A chaque gouttelette de sang que le maffieux apercevait, il se disait qu'un litre coulerait. "Tu aurais dû économiser ton sang Marco, tu vas en avoir plus que besoin..." se dit-il sadiquement.

Ils passèrent au centre du village où se déroulait une espèce de célébration aux morts ou quelque chose comme ça. En tout cas, l'humeur des gens était à la fête et peu de personnes vinrent lui demander si la personne qu'il avait sur le dos allait bien ou non. A chaque fois, il se contenta de montrer son tatouage d'élu et de dire qu'il avait la situation en main.

Ils finirent par arriver à la bordure extérieure du village opposée. Sherkhan le conduisit aux abords d'une maison semblant abandonnée et lui affirma que la personne qu'il cherchait s'y trouvait.
Le minshujin entra le premier et s'avança dans la maison à pas de velours. Bashô, bien moins discret, le suivait de près. En montant les escaliers menant à la première pièce, ils purent voir une grosse tâche de sang sur l'une des marches. Le léopard entra alors aux aguets pour se détendre aussitôt. Bashô en déduisit qu'il n'y avait aucun danger et entra sans précautions à son tour.

L'homme qui devait être celui qu'ils venaient chercher était allongé sur le lit, gravement blessé. Apparemment, il avait déjà perdu beaucoup de sang et il ne tarderait pas à mourir. A côté, une jeune femme, morte. "Une victime de plus, trente et une victimes de trop." pensa Bashô en se dirigeant vers le blessé pour l'achever en même temps que l'Ayns l'invitait à le faire.

Cependant, un autre élément vint chambouler les plans du seikajin: alors que le futur mort protestait, chose que l'élu ignorait royalement, il mentionna un certain "Draks" qui serait lui-aussi mouillé dans l'affaire. S'il voulait rester fidèle à ses principes, il devait investiguer sur cet homme aussi et le tuer si son implication se confirmait. "Peut-être aurais-je mes trente et une revanches finalement..." se réjouit-il.

En effet, il était plutôt content de cette nouvelle. "Capitaine Draks", ça sonnait vachement pirate quand même. S'il arrivait à faire mordre la poussière à lui et à ses affaires louches, il pourrait peut-être gagner le respect des habitants du bled. Le respect, c'était bien, mais ce n'était pas non plus ce qui le motivait à prendre tant de risques. Mais si les habitants lui étaient redevables, ils pourraient peut-être le cacher d'éventuels élus venus pour lui. Après tout, il avait sûrement une prime sur sa tête. Et puis il ne fallait pas oublier qu'il devait se rendre à l'archipel paisible. S'il était un héros, le coût du voyage serait sûrement abaissé à zéro... Et puis de toute façon, son honneur était en jeu, il n'avait pas vraiment le choix.

Mais avant de faire tout cela, il restait une chose à régler: Sherkhan. Il avait largement rempli son contrat avec lui et était libre de partir. La suite de la quête serait certainement plus dure sans lui mais il ne pouvait pas l'obliger. Surtout qu'aucun butin n'était assuré. Ils devaient être au clair avec ça.

-Sherkhan, l'apostropha-t-il non sans avoir demandé à Marco de se taire. Je vais devoir continuer ma quête de justice contre ce "Draks", apparemment. Je te remercie pour tout ce que tu as fait pour moi, tu as mérité ta liberté. Il est peut-être un peu tôt pour dire que te laisser couler aurait été une grande perte pour Kosaten mais sache que je ne le regrette pas. Continueras-tu à m'aider ou nos chemins se séparent ici?

Un crime, deux chemins.
Les élus
Vont-ils se quitter?

©️MangaMultiverse



HRP!!!!!:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Naufragés    Dim 15 Jan - 22:51



feat.Bashô
Naufragés





Bashô se fichait que Sherkhan vol, lui, ce qu'il désirait de prime à bord, c'était venger ses quelques camarades tombés sans avoir pu combattre, dans la plus vil fourberie. Puis, elle allait mourir et effectivement, l'or ne servait pas à un mort. Toutefois, si le félidé avait demandé aussi simplement, au lieu de subtiliser sans faire d'autre recommandations, c'était pour deux choses.

D'une part, parce-que l'homme face à lui, l'avait aussi sauvé, deux fois tout de même. De ce même fait, lui poser la question éventuel d'un partage ambiguë, avait lieu d'être, malgré sa nature d'Humain. Mais tant mieux, l'homme viril n'en voulait pas.

Et une bourse plus tard, la traque de Marco avait bien débutée et se finie même très rapidement, à l'intérieur d'une maison abandonnée. Férun avait rejoins le fauve, plus détendu, pour constater un autre de ses semblables baignant dans les bras des ombres. Sans doute de trop, pressé d'en finir, ce dernier s'approcha pour taire à jamais les paroles de ce tueur. Cependant, l'évocation d'un certain Draks, avait eut tôt fait de stopper sa main.

L'Ayns se rappela que, après la mort de ce complice, il pourrait aussi subtiliser ses biens. Toute cette histoire sentait de plus en plus l'argent. Son instinct lui disait que ça pourrait rapporter gros et son coéquipier était visiblement un élu, plutôt débrouillard et pas trop chiant à supporter. Rien à voir avec sa dernière rencontre en tout cas !

De plus, l'acolyte du jour se tourna vers le léopard, pour le questionner, ou plutôt lui dire qu'il pouvait se barrer, car sa tâche était largement accomplie. L'élu de Seika comptait partir dans une vendetta qui finirait surement en sang. Mais, c'est vrai que "capitaine draks" ça sonnait comme un chef, un chef étant riche, car il avait à la fois payé la saboteuse et ce Marco. Ça, c'était peut être le bon plan, et ce, quitte à utiliser un peu son ami temporaire.

Pendant que Bashô parlait, Sherkhan décroisa les bras et puis alla aux cotés du mourant. On aurait pu croire, sans le connaitre et dans d'autre circonstance, qu'il l'aurait aidé, mais en fait non. Ses pattes fouillèrent ses poches, ses sacs et tout ce qu'il pouvait avoir sur lui. N'en ressortant que quelques yens, une carte de l'ile avec des emplacements gribouillés à la hâte et un couteau salit de sang humain...

Ces types ont de l'or, je le sens. Je viens, tu peux te venger, moi je peux les voler. Tiens, cette carte t'aidera surement.

Puis, en plus de cette carte, notant sans doute l'emplacement ou le navire du capitaine avait jeté l'ancre proche de l’île ou ses alentours, Férun gagnait un flair et un chasseur implacable. Le duo allait encore un peu continuer l'aventure... Pour le meilleur ou pour le pire !

Moi, je me fiche un peu de ces types, mais je vais t'aider jusqu'au bout pour ce coup ci.

Glissant les pièces dans ses poches, bien à l'abris, Sherkhan était fin prêt à en découdre et décarer d'ici, pour continuer cette quête des plus étranges, ayant commencé dans une prison, il se sentait cette fois ci, très libre de tout faire. Cela lui plaisait grandement !

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

-



MessageSujet: Re: Naufragés    

Revenir en haut Aller en bas
Naufragés
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Le naufragé...
» Le naufragé
» DES PARLEMENTAIRES LAISSENT LE NAVIRE NAUFRAGÉ DE LINITÉ COMME DES RATS
» Naufragés dans la nuit, direction la sortie. [Alexis]
» Solitude de naufragés

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Manga Multiverse ::  :: Territoires neutres :: Bord de l'océan-


Crédits : Design : Phoenix & Pingouin Règlements & Contexte : Phoenix
Forum optimisé pour Google Chrome.