Partagez | .
La jalousie étouffe souvent la tendresse du cœur
Invité Invité

-



MessageSujet: La jalousie étouffe souvent la tendresse du cœur    Ven 6 Jan - 11:55


La jalousie étouffe souvent la tendresse du cœur
feat.Sayo-Hee Yun Fang

       Enfin partie de Kansei après tant d’événements imprévus, j'étais enfin en chemin pour retourner à Chikai. Je restais encore perturbée et touchée par l'horrible spectacle auquel nous avions eu à faire avec Tenma... Cela avait eu tant d'impact sur nous, que l'on n'avait pu laisser passer cela, allant jusqu'à enquêter. Malheureusement, sans trouver le coupable de cet immonde acte, il a fallu tout de même que le minshujin et moi nous séparions... Gardant en tête, l'espoir de retrouver le coupable et de lui faire la peau, pour ma part. Lui, si je le retrouvais, il ne s'en sortirait pas vivant. Non, ça, c'était certain.

   C'était donc avec le cœur lourd et pleins de regrets que je passais par la forêt de Minshu. Première fois que j'y mettais les pieds, je restais ébahie par la beauté de ces lieux. Comme à chaque fois que je découvrais un nouvel endroit, je prenais le temps pour apprécier les paysages, venant même jusqu'à ralentir le pas, au risque de faire fuir certaines espèces animales.
D'ailleurs, il était possible de découvrir certains fruits produits par la nature avec générosité. En échange de quoi, j'affichais un sourire apaisant.
Me sentant libre comme l'air, je fermais les yeux et profitais, comme si ce monde de fou disparaissait et laissait place à mon ancien monde,. M'imaginant Kyo à mes côtés, plus grand encore qu'avant, toujours aussi magnifique et rassurant. Le sourire sur les lèvres, m'invitant à partir découvrir de nouvelles terres pour oublier toutes les inquiétudes qui m’inondaient chaque instant.

   Bien évidemment, cela n'était que le fruit de mon imagination. Kyo n'existait plus, bien mort et enterré, il ne pourrait plus jamais me voir... Et découvrir la femme que j'étais devenue. D'ailleurs, ni Shiloa (monde de Kachoute) n'existait plus... Tout du moins, à mes yeux, pour l'instant. J'espérais encore pouvoir retourner dans ce chez moi qui n'en était pas vraiment un non plus. Tout n'était que tromperies et vengeance.. En fait, tout comme ici. Partout où je pourrais aller, un ennemi existerait...
Repenser à Kyo après tout ce temps, tout cela me semblait encore incroyable. Auparavant, avant même de mourir... Lorsqu'Adakor était encore à mes côtés... J'arrivais à ne plus penser à lui. J'avais su retrouver du réconfort, apaisant mes peines et acceptant sa mort. Mais désormais, depuis ma rencontre avec Rinkyu.. La première fois que je l'avais rencontré, en être venue à les comparer tous les deux, tout cela n'avait de sens.

   En tout cas, maintenant, j'étais ici, dans Kosaten et à Minshu. Sans Kyo, ni même Adakor. Je me retrouvais à nouveau seule, devant faire face à mes démons et ne pas sombrer dans la dépression d'avoir perdu un être qui m'était cher. Oui, je devais me relever, comme j'avais su le faire avec Kyo. Sauf, qu'à la différence de mon sauveur, pour ma petite citrouille, c'était MOI sa sauveuse... Et elle avait été tuée sans que je n'ai pu l'aider... La situation était différente et le manque plus intense encore. Surtout dans cet horrible monde où la logique n'existait plus.
Seuls quelques exceptions réussissaient à me redonner de la joie de vivre.. Mais même ici, ce n'était que superficiel, étant donné notre poursuite d'objectifs différents. Certains allant jusqu'à parcourir le monde pour explorer, comprendre.. Certains obstinés à rentrer dans leur monde et d'autres à se venger... Comme moi. Nous étions tous différents, nous forgeant petit à petit des nombreuses épreuves que nous subissions.

Oui, c'était sur ce genre de pensées que je m'arrêtais, alors qu'une si belle vue se trouvait devant moi. Ce moment de réflexion intense, le regard perdu dans les hauteurs pour observer les arbres et l'impact du vent sur leur feuillage... Oui, aujourd'hui était un autre jour, où je ne savais pas encore ce qu'il allait m'arriver.



Dernière édition par Kachou le Lun 9 Jan - 13:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 161
Yens : 444
Date d'inscription : 27/05/2015

Progression
Niveau: 46
Nombre de topic terminé: 15
Exp:
0/6  (0/6)
avatar
Sayo-Hee Yun Fang ¤ Inconnue ¤

-



MessageSujet: Re: La jalousie étouffe souvent la tendresse du cœur    Sam 7 Jan - 1:36







La jalousie étouffe souvent la tendresse du cœur

Feat. Kachou








Après l’événement au lac, en compagnie de mercenaires plus alléchant les uns que les autres, je m'étais séparée d'eux. Bien sûr, je ne vous dirais pas si j'étais parvenu à les mettre tous dans ma couche, ou non. Ceci je le garde pour moi. Bande de petits pervers et voyeurs, je vous vois venir. Mais oui, je suis une petite cachottière.Et alors?

Au moins, j'en avais terminé avec cette mission et... Non, je ne vous dirais pas la finalité non plus, il faudra lire mes aventures, si vous voulez tant savoir.Non mais je vous jure! Donc, je disais; Après avoir fini cette épopée, je venais de quitter mes compagnons... Bien plus personne pour m'interrompre? Je continue!Je me suis dirigeais vers... En faites, je sais même pas ou je me suis dirigée car mon sens de l'orientation était proche du zéro et puis avec les pêchés tous les jours différents, il était vite difficile d'avancer comme on le désire. Je voudrais vous y voir vous, si Colère est là, vous fracassez tout sur votre passage, autant dire que ça ralenti votre avancé, ou empêche votre raisonnement d'agir. Si Paresse est là autant dire qu'avancer s'élève à l'ordre d'un exploit légendaire ou d'un miracle.Donc vous l'aurez compris, j'avançais pas si rapidement, et en plus je savais même pas vers où j'avançais actuellement.

Mais au moins de fil en aiguille, je me suis retrouvée dans un lieu. Vous allez me dire merci, on aurait deviné. Mais ce lieu était super et magnifique, calme et cachant un danger mystérieux. Une véritable forêt luxuriante avec toutes ses beautés et ses secrets. Et mon dieu que je l'enviais. En faites, c'est bien simple aujourd’hui j'enviais tout et n'importe quoi. A cet instant précis, je jalousais même une fleur dont al couleur était si parfaite et sa beauté si pure, que je me sentais attaquée dans mon amour propre.Une vive douleur attaque mon cœur et mon esprit. Comment chose pareil pouvait exister et m'être supérieur en magnificence. Bien sûr, dans cet état, j'avais un comportement totalement instable. Je pouvais pleurer toutes les larmes de mon corps, comme massacrer la source de mon dérangement. Pour la fleur, ce fut le sort le moins positif, puisque je l'écrasais de mon pied, en la piétinant bien pour m'assurer qu'elle ne pourrait jamais devenir aussi belle qu'elle était.

Pourtant, je pouvais pas rester ici, il fallait que j'avance sans quoi ce lieu aussi splendide deviendrait rapidement un désert, à force de tout détruire, ou une rivière à force de pleurer, ou que sais-je encore. Donc j'avançais encore et toujours, m'enfonçant de plus en plus dans les profondeurs de ce bois luxuriant. Alternant différent comportement. Mais au moins , j'avançais s'était déjà ça.  Et j'avais personne à manipuler. Ben oui l'envie ou la Jalousie me poussait à ce genre de bassesse aussi... Mais c'est quand, je pensais me sortir d'une journée sans croiser personne et donc sans faire d'histoire, que je la vis... Et qu'elle me vit. Impossible donc de prendre mes jambes à mon coup pour lui éviter... Ben ce qui pouvait et risquait d'arriver sans qu'elle le comprenne.

D'ailleurs, elle était une belle femme. Belle de surcroît, enfin tout me paraissait plus beau, plus intelligent et plus fort que moi aujourd'hui. Mais elle était vraiment belle, si j'étais normale.... Enfin si cela pouvait encore arriver ou être dit pour ma part...Mais si j'étais normale je l'admettrais sans hésiter. Elle était belle.Trop proche donc pour m'en éloigner, une veine palpita sur mon cou. Alors que elle avait la peau aussi pure que du satin. Néanmoins, je devais essayer de me contrôler. J'irais pas jusqu'à la tuer, bon sauf si elle m'attaquait ou si elle était de Fuyu, mais quand même fallait pas que je me mette tout le monde à dos. Respirant à plusieurs reprises, je fini par m'approcher d'elle, lançant un bonjour que j'espérais sympathique et chaleureux. Mais probablement que tout de mon visage ou de mon langage corporel signifiait et hurlait que quelque chose n'allait pas. Je restais franche et en aucun cas agressive, ça personne pouvait s'y tromper, mais je bataillais dure contre moi même. Un véritable combat intérieur de chaque instant... Mon combat intérieur de tous les jours...

-Bonjour...

Bon oui ça je lui avais déjà dis...Mais j'essayais de vite me reprendre alors que Jalousie tambourinait dans ma tête, et me montrait tous les détails qui pouvait me donner envie.

-Je m'attendais pas à voir quelqu'un ici... J'espérais être seul à vraie dire...

Bordel, j'avais dis d'être normal et voilà que je pouvais l'inquiéter ou la rendre plus méfiante, enfin elle devait déjà l'être mais bon. Fallait que je trouve autre chose, que je me fasse excuser avant que Envie fasse des siennes:

-Pardon, on va dire qu'aujourd'hui comme beaucoup de jours, je suis pas très sociable si ma sœur n'est pas dans les environs...Malheureusement, je ne la reverrais plus de si tôt...

Mon visage se crispa, première attaque du pêché, me faisan miroiter le fait que peut être, cette fille avait une sœur, forcément elle devait en avoir une. Alors que moi j'étais seul, Sae-Hee restait dans mon monde d'origine.Je me mordillais aussitôt, la joue pour éviter de faire une bêtise. Bon si avec ça elle n'avait pas fuit, ou tentait quoique se soit contre moi, elle devait être aussi folle que moi. Bon ok, je semblais sincère, mais bon quel être surtout de Kosaten resterait longtemps après une telle bizarrerie que je suis.




















©Codage by Mr. Chaotik from Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: La jalousie étouffe souvent la tendresse du cœur    Lun 9 Jan - 14:02


La jalousie étouffe souvent la tendresse du cœur
feat.Sayo-Hee Yun Fang

   Le regard perdu sur ce ciel magnifique, aucun nuage dans les environs, seule une légère brise de vent venait caresser mon visage, je lâchais un soupir long et profond. Un soupir qui venait de soulager toute ce stress et ces sentiments qui me submergeait en cet instant. Repenser à ma petite Adakor, c'était toujours avec un cœur pesant et douloureux.
Je fermais donc les yeux et reprenais une grand bouffée d'air. Les poumons remplis, je relâchais la pression en étirant mes bras vers le ciel comme si je sortais du réveil. Après quoi, je sortis de ma besace, ma gourde pour boire un peu de son contenu et ainsi m'hydrater un peu après avoir marché jusqu'ici.

   Soudainement, venue de nulle part, une jeune et jolie femme était venue m'accoster.... D'une façon peu commune et rassurante. Malgré tout, en réponse à ses salutations, j'en faisais de même par politesse et bienveillance. Peut-être que cette étrangère se sentais mal, un mal de ventre ? Des nausées? Ou extrêmement timide? Dans tous les cas, n'étant pas du genre à être impolie, j'affichais un sourire compatissant et qui se voulait rassurant.
Répétant de nouvelles salutations, je commençais à me demander si elle n'avait pas un certain problème psychologique ou émotionnel? Il était rare de croiser des personnes avec des déficiences dans ce monde, malgré tout, cela ne voulait pas dire qu'il n'y en avait pas. Et lorsque l'on se trouvait avec ce genre d'individu, Kyo me répétait constamment qu'il fallait savoir jouer avec la patience et joie. Me rappelant ces mots, je m'apprêtais à réagir d'une telle manière, en espérant ne pas rater mon coup.

   D'un ton qui se voulait certainement agréable, la jeune femme m'avoua qu'elle ne s'attendait pas à rencontrer quelqu'un dans les parages... Choses que je comprenais tout à fait, puisque j'en étais moi-même surprise! Se retrouver dans lieu aussi éloigné de la ville, je ne me doutais pas une seule seconde que j'allais rencontrer une quelconque personne. Du coup, en réponse à cela, j'affichais un sourire amusé en croisant les bras sous ma poitrine et observais gentiment cette inconnue. Elle avait mentionné le fait d'espérer se retrouver seule, chose qui bien évidemment n'était pas spécialement agréable à entendre.. Mais la timidité ou le fait de se sentir mal pouvait générer ce genre de sentiment indépendant et solitaire. Malgré tout, je tentais de rester le plus agréable possible pour tenter de la mettre à l'aise :

- Effectivement! Moi non plus, je n'aurais jamais cru rencontrer quelqu'un, héhé!

   Rapidement, la demoiselle reprit la parole pour s'excuser de ce comportement négatif et désagréable. Annonçant le fait que sans sa soeur, son état ne s'arrangerait pas, je ressentais un certain malaise. Le fait qu'elle se trouve à vagabonder à des endroits improbables tel que cette forêt, peut-être qu'elle était tout simplement à la recherche de sa fameuse soeur. A voir son accoutrement, il était difficile de juger d'où elle venait, mais ce qui était sur, c'est qu'elle avait de la famille. Et le fait qu'elle soit de mauvaise humeur, peut-être que la disparition de sa soeur en était la cause? Si disparition il y a eu, alors cette femme qui se trouvait devant moi avait du vivre un certain traumatisme... La perte d'un être cher... Enfin, au vu de ses paroles, plusieurs suppositions pouvaient être faites. Sa soeur s'est faite enlevée? Sa soeur est peut-être décédée? Ou encore... Peut-être qu'elle était tout simplement une élue, désormais séparée de sa famille. Une supposition que je mettais de côté, tant il y avait de personnes vivant dans ce monde. Rien n'était sur et je ne voulais pas la brusquer.

- Vous ne reverrez plus votre soeur? Il y a eu un problème? Si vous avez besoin de quoi que ce soit.. D'un peu d'aide ou je ne sais quoi, je vous aiderai avec grand plaisir. Perdre un être qui nous est cher, cela n'est jamais simple... Vous semblez être une voyageuse... Peut-être êtes vous à sa recherche? Vous avez des pistes?

Je tentais de rester le plus agréable possible pour éviter une saute d'humeur venant de sa part. Dans le cas où je me raterai, il allait me falloir agir avec davantage de prudence.


Revenir en haut Aller en bas
Messages : 161
Yens : 444
Date d'inscription : 27/05/2015

Progression
Niveau: 46
Nombre de topic terminé: 15
Exp:
0/6  (0/6)
avatar
Sayo-Hee Yun Fang ¤ Inconnue ¤

-



MessageSujet: Re: La jalousie étouffe souvent la tendresse du cœur    Lun 9 Jan - 16:48







La jalousie étouffe souvent la tendresse du cœur

Feat. Kachou








Décidément, je parvenais à être étonnée. La jeune femme, qui était face à moi, n'avait pas fuis ou fait mine de s'éloigner. A moins qu'elle était folle. Ce qui était fort possible aussi, après tout se balader dans une forêt aussi magnifique que probablement dangereuse. A moins qu'elle soit dotée d'une véritable force de la nature. Non mais s'était assez, déjà que j'avais croisé Geleerde et qu'elle m'avait mis une bonne raclée, je voulais pas que ça continue. Pourquoi, il fallait que ce monde connaisse des femmes plus puissante que moi, en ce moment. Et aller, voilà que je jalousais une hypothétique puissance d'une autre personne. Fallait-il que je tue par manipulation et non force brute, comme je le faisais depuis tout temps. Surtout qu'évidement, elle devait être plus intelligente que moi, par dessus le marché. Mes poings se serrèrent, aussitôt, sous l'action de la Jalousie et d'une certaine colère. Oui les deux pêchés n'étaient finalement pas très loin, l'un de l'autre...

Bon dans tous les cas, l'inconnue n'était pas parti, et me répondis par un sourire, me faisant crier intérieurement. Voilà qu'en plus, elle était compatissante, non mais ça suffisait d'être aussi parfaite? Bon il fallait pas non plus que je lui destine le même sort que la fleur, précédemment. Un peu de tenu quand même! Mais voilà qu'elle croisa ses bras sous sa poitrine, mettant en avant ceux-ci. je bénis les cieux que Luxure ne soit pas là à ce moment, sinon, j'aurais été tenté à lui sauter dessus pour lui toucher la poitrine et plus encore. Non à la place, j'aperçus sa poitrine plus petite que la mienne. Mais forcément, comme elle était plus petite, elle attirait forcément plus les regards. Oui, je suis une femme, et j'étais jamais contente de ce que j'avais lorsque l'Envie était là. Mon regard se posa quelques secondes sur les deux "présences" féminine, avant de vite remonter les yeux. Le poing de plus en plus serré, à presque le mettre en sang, tant j'essayais de contrôler le pêché.

Je ne cessais d'ailleurs de me rappeler de respirer et penser à autres choses. Mais mission de plus en plus impossible, alors que ma malédiction tambourinait ma tête et mon corps. Je me concentrais donc sur les paroles de mon étrangère. Paroles qui n'arrangèrent rien à mon état. Je me mordillais les lèvres,  un instant, alors qu'elle proposait son aide. Peut être devrais-je lui expliquer ce qui n'allait pas. Avant toute chose, il fallait que je lui réponde, du moins que j'essaye...

-Je pense pas que vous pouvez m'aider, sauf si vous connaissez le moyen de retourner chez nous, sans passer par la case "aider ce Dieu qui m'a fait venir ici". Donc oui ma sœur est pour l'instant, inaccessible, toujours restée sur notre monde, alors que je suis coincée ici.

Bon! Oui j'avais tout déballé, et aucun doute, qu'elle pourrait comprendre que j'étais une élue. En même temps, je ne le cachais jamais vraiment, donc je n'étais pas plus inquiet que ça. Mais peut être qu'elle le serait. J'avais vu tout type de comportement, lorsque l'interlocuteur apprenait cette vérité. A moins que dans sa perfection absolue, elle se mette à comprendre. A essayer de me rassurer, de me réconforter, comme une vraie sœur, ou je ne sais quoi d'autre. Et puis finalement, peut être qu'elle avait vécu pire. Et qu'encore une fois, elle m'était supérieure en tout. Et comme j'aurais aimé avoir son sang-froid, son contrôle et .... Ce fut la goutte de trop, le pêché aussi virulent que du métal en feu voulu tout extériorisé. Mais pas sur le jeune femme... Il fallait que je trouve autre chose. Regarder ailleurs! Mon dévolu se jeta sur un arbre, il en fallut pas beaucoup plus. Il la narguait avec ses milliers d'année de sagesse et de vie, son écorce aussi résistante et parfaite, comme dame nature l'avait fait. Jusqu'à.... Bref s'en était assez, dans un cri de rage, je vins fracasser mon poing sur l'arbre qui s'effondre au sol. Mais j'en avais pas fini. Un déluge de coup se mit à pleuvoir sur le tronc, faisant voler dans tous les sens l'écorce, des morceaux entier de bois ou encore des feuilles et des branches.

Après quelques minutes, à avoir libérer la fureur du pêché, je me relevais avec quelques gouttelette de sueur sur le front. Mon esprit était un peu plus apaisé, mais pour combien de temps. Je me relevais, cherchant du regard la jeune femme. Si elle n'avait pas fuis. Bien sûr, j'allais aussitôt, lui expliquer, un peu embarrassée.

-Excusez-moi... Je suis pas... Ordinaire, nous allons dire! Une certaine malédiction me possède et a toujours corrompu mon corps...

Non seulement, j'avais fais preuve d'une force herculéenne, totalement à l'opposé de mon corps tout frêle, mais aussi d'une vitesse hallucinante, juste sous ses yeux. Donc il était pu dire, que d'expliquer que je n'étais pas ordinaire. Haha au moins je la dépassais surement sur ce domaine. Elle pouvait pas rafler tous les sujets quand même. Mais aussitôt, je tournais mon regard sur elle:

-Mais vous, que faîtes vous ici?

Oui, oui je sais je pouvais passer du coq à l'âne comme si de rien n'était et avec une facilité déconcertante. Mais je vous assure qu'une fois qu'on me connaissait et qu'on prenait l'habitude de ce comportement, on pouvait bien m’apprécier!




















©Codage by Mr. Chaotik from Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: La jalousie étouffe souvent la tendresse du cœur    Mer 11 Jan - 11:39


La jalousie étouffe souvent la tendresse du cœur
feat.Sayo-Hee Yun Fang

   Une certaine gène et colère s'infiltraient au fond de moi... Je ne savais pas ce qu'elle avait, une maladie ou que sais-je? Mais cette fille était déplacée en tout point. Tout d'abord par son langage, de plus, par son attitude! Avec son regard de fouineuse, cette fille osait observer ma poitrine d'une façon des plus agaçantes. Je ne savais pas ce qui me retenait de ne pas lui faire une balafre à chaque oeil... Histoire qu'elle se calme un peu. Depuis quand, les gens étaient-ils à se point déplacer? Je n'en revenais tout simplement pas. Du coup, je faisais claquer ma langue contre mon palais pour montrer mon mécontentement à l'intéressée et me mordais la lèvre inférieur en détournant le regard... Oui, j'évitais tout simplement de lui en coller une.
J'avais déjà beaucoup de mal avec les hommes.. Mais là... Qui plus est une femme... Je ne savais vraiment pas comment lui faire comprendre les bonnes manières. Non, vraiment pas.

   Alors, ironiquement, la prétentieuse décida de répondre à ma question gentiment posée. Je tentais de lui sourire poliment pour éviter de lui sauter dessus et l'égorger, pour l'écouter jusqu'au bout. J’espérais que l'histoire avec sa sœur soit AU MOINS intéressante... Et bien, quelle surprise cela fut lorsque l'inconnue demandait ironiquement, si je connaissais le moyen de retourner dans son monde. D'un coup, ma colère disparu pour laisser place au raisonnement... Elle était donc une élue et sa sœur, elle, était toujours dans son monde d'origine. Séparées, cela expliquait donc ses paroles précédentes disant que l'élue ne reverrait pas de si tôt sa sœur.
A ce détail, je ne pu m’empêcher de sourire gentiment, malgré ses regards déplacés et le ton de sa voix.

- Ah oui, effectivement... Je comprends.

   Puis, soudainement, elle péta un câble sans raison apparente. Tout d'abord, avec un regard meurtrier, j'avais cru qu'elle s'avancerai vers moi et m'attaquer. Je me préparais donc à répondre à son attaque.. Seulement, la situation devenait alors étrange. Plutôt que se défouler sur moi, elle s'était empressée de démolir un arbre. Enchaînant les coups les uns après les autres afin de détruire cet arbre qui, bien évidemment, ne lui avait rien fait...
Ce n'était qu'un arbre après tout.
Juste un arbre.
Stupéfaite par cette crise soudaine, je n'avais pas bougé d'un pouce. Seul mon regard avait suivi les déplacement de l'élue.. Elle avait pété un plomb, je n'avais pas grand chose d'autres à dire... C'était plus qu'une maladie à ce niveau-là. Elle était folle, juste folle. Du coup, j'arrêtais de sourire... Je ne ressentais rien. Pas même une once de peur. Zayro n'avait, certes, rien fait de fou.. Mais il était cruel et puissant. Elle, elle n'était rien comparé à cet homme.

   Restée à ma place, la jeune femme s'empressa de me rejoindre après en avoir eu fini de l'arbre. Calmée ou non, je n'en avais rien à faire... Si elle voulait péter les plombs, je n'allais pas le lui refuser après tout. Peut-être avait-elle simplement besoin d'évacuer un stress qui s'accumulait avec le temps... Et qu'elle avait fini par venir s'isoler dans cette forêt pour tout évacuer. C'était une hypothèse à ne pas rejeter...
Du coup, une fois revenue pour s'excuser.. On pouvait sentir le calme en elle. Telle l'expression " Le calme après la tempête ". Trouvant l'excuse de la malédiction, j'essayer d'accepter ses termes... Je ne la connaissais pas après tout. Ce qu'elle me disait était possible tout comme cela pouvait ne pas l'être. Mais qu'en avais-je à faire? Bientôt, nous nous séparerons et, alors, nous ne nous reverrons pas de si tôt... Sauf si le destin en décidait autrement, mais dans ce cas là, ni elle ni moi n'en saurait quelque chose.

Comme si rien ne s'était passé, elle décida de me demander les raisons de ma venue ici... Sur le coup, je ne pu m'empécher d'ironiser.

Pas pour péter un câble devant toi en tout cas... Haha.

Mais, tout comme elle, je décidais de faire comme si rien ne s'était passé pour jouer comme elle le faisait.

- Je suis en route pour rentrer chez moi, héhé. En tout cas, je n'aurai pas cru rencontrer une élue sur le chemin du retour... D'ailleurs... Je ne vois votre sceau nulle part... Je n'aurai jamais cru que vous en étiez une si vous ne me l'aviez pas fait comprendre, héhé..

Je n'avais plus qu'à espérer qu'elle me le montre docilement.. Ou m'informe de quelle nation elle venait.. Si elle le souhaitait.. Ce qui, j'imagine,semblerait peu probable... Au vue de son comportement hystérique.


Revenir en haut Aller en bas
Messages : 161
Yens : 444
Date d'inscription : 27/05/2015

Progression
Niveau: 46
Nombre de topic terminé: 15
Exp:
0/6  (0/6)
avatar
Sayo-Hee Yun Fang ¤ Inconnue ¤

-



MessageSujet: Re: La jalousie étouffe souvent la tendresse du cœur    Jeu 12 Jan - 17:42







La jalousie étouffe souvent la tendresse du cœur

Feat. Kachou









Décidément, cette femme face à moi était soit une sainte, soit une folle. Attendez, elle restait devant moi après ma crise d'hystérie. Elle n'avait pas bougée et agissait comme si de rien n'était. Une minute, elle pouvait être encore plus folle que moi? Même là, elle m'était encore supérieur, si je comprenais bien. Même dans la folie, elle faisait preuve de plus de talent. Mon visage se crispa à nouveau sous cette révélation. Je ne pouvais la battre nulle part?  Elle m'était supérieure en tout point? Devais-je lui envier toute sa vie?

Enfin au moins, elle me répondait déjà ça. Elle rentrait chez elle, mais s'était où chez elle. Je m'imaginais mal la voir habiter dans un tel lieu, isolée de toute vie humaine. Qui était-elle d'ailleurs? Lui mentait-elle? J'aurais pu m'en inquiéter ou trouver cela louche et inquiétant. Mais j'étais Jalousie, et je n'arrivais qu'à penser que jouer avec elle au jeu de la manipulation ne fonctionnerait pas...Encore une fois, elle serait meilleure que moi. Elle me parlait d'ailleurs de mon sceau? Ah oui, celui qui prouvait son appartenance à son royaume! Pourquoi lui demandait-elle? Oh et puis, il ne servait à rien de vraiment lutter, mais je voulais savoir moi aussi. J'allais jusqu'à envier l'information...

-Chez toi? Et c'est où, sans indiscrétion? Je doute que tu vives dans cette forêt. Et je pense que tu es une guerrière accomplie, puisque tu voyages seule sans aucune crainte!

Finalement, le mystère s'épaississait. pourquoi désirait-elle autant savoir pour mon sceau? Mais après tout, je n'avais rien à cacher et si elle était de Fuyu, nous serions tout aussi rapidement, si nous devenions ennemi ici et maintenant.  Je n'aimais pas tourner autour du pot, et façon, je n'avais jamais été très patiente. Toutefois, un point, ou je pouvais un peu m'amuser et lui montrer que malgré toutes ses qualités, elle me dépasserait sûrement pas dans l'humour. C'est donc sans un mot, et avec un sourire narquois, que je l'invitais à descendre son regard sur ma poitrine protubérante, dans un décolleté très voyant. D'ici, on pouvait apercevoir quelques morceaux du sceau vert du serpent. Allait-elle s'empourprer, en comprenant que son propre sceau se tenait sur son sein?

-Êtes- vous aussi une élue? J'ai cru remarquer que ce monde était très patriarcale. Un peu comme le mien, mais avec ma jumelle, nous nous sommes fait rapidement une place au milieu de tous ces hommes. Et vous voir, ainsi armée et vous baladez librement, je me dis que vous êtes tout comme moi!


Bien sûr, qu'elle devait en être une, pour augmenter encore ma sensation de jalousie. Je n'étais pas unique dans cette forêt. Même, si j'avais pu l'espérer. Je jouais carte sur table, alors peut être le ferait-elle aussi? Et elle pourrait partir sur un meilleur pied. Peut être même s'expliquer chacune leurs histoires respectives...

















©Codage by Mr. Chaotik from Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: La jalousie étouffe souvent la tendresse du cœur    Lun 16 Jan - 10:49


La jalousie étouffe souvent la tendresse du cœur
feat.Sayo-Hee Yun Fang

   Prétendant jouer les curieuses, la folle hystérique me demanda où était mon "chez-moi". Bien évidemment, pour n'importe quel élu, parler de "chez-moi" équivalait à notre monde d'origine. Celui auquel nous appartenions de base.. Car Kosaten n'était pas le notre, il nous avait adopté sans même nous demander notre avis, nous imposant toutes sortes de choses désagréables et horribles... Quoique parfois, agréables et douces, mais ces choses-là étaient bien rares.
Du coup, après avoir été décrite comme étant une guerrière accomplie, je souriais à la folle en croisant les doigts. C'était amusant... Tout comme Gally, cette fille pensait pouvoir tout savoir ? Il y avait de plus en plus de prétentieuses dans ce monde... Heureusement pour moi, je n'avais pas l'intention de me rapprocher plus qu'il ne faut de ce genre de personnes.

   D'ailleurs, ma demande vis-à-vis de son sceau n'a eu d'effet que de rendre sa personne provocatrice. Mettant en valeur son décolleté pour dévoiler le sceau qui se trouvait sur sa poitrine imposante, je ne pu m’empêcher de rire de ce spectacle pitoyable. Elle était vraiment folle.. Ou désespérée? Peut-être pensait-elle qu'agir de la sorte devant moi allait m'attirer? Ou.. Me rendre jalouse? Malheureusement pour elle, j'avais passé la majorité de ma vie à ne penser qu'à ma survie et à ma vengeance. Tout ce qui était attrait à l'apparence, je n'en avais pas spécialement d’intérêt. Que cela soit des hommes ou tout simplement de penser à ma féminité... Bien évidemment, j'avais ce corps de femme et mes proches s'étaient préoccupés de moi.. M'invitant parfois à faire attention à moi, que j'avais bien le droit de me pomponner comme le faisaient les filles de mon âge. Que cela soit Kyo lorsqu'il était encore vivant.. Il n'arrêtait jamais de me dire d'être moins bagarreuse avec les jeunes garçons des bas fonds, sinon je n'allais jamais être capable de trouver l'homme de ma vie. Seulement.. L'homme de ma vie, c'était lui. Il m'avait sauvé la vie et rendue plus autonome, il m'avait apprit à vivre.. A survivre. Je lui devais tout. Je l'aimais... D'un amour sincère. Mais cela, je ne me l'étais jamais avoué... La seconde personne à m'avoir demandé de prendre soin de moi, c'était Adakor. Ma petite citrouille qui n'arrêtait pas de me dire, au moment du bain, que si je le voulais, je pourrai avoir quelqu'un avec qui partager ma vie. Mais je n'en avais aucune envie. Je n'avais besoin que d'elle..

   Malheureusement, à chaque fois que j'avais des proches.. Il fallait toujours qu'ils finissent par mourir avant moi.. Ou bien, tout comme Adakor, ne jamais revenir à la vie comme je l'avais fait. Tout d'abord mes parents, ensuite Kyo et.. Adakor. Ceux qui m'étaient chers finissaient toujours par perdre la vie... Comme si j'étais la malédiction des personnes que j'aimais le plus au monde. Alors, avec le temps, j'avais perdu toute envie de me rapprocher d'un homme. Alors, la tentation n'était pas dans mes cordes... Contrairement à cette élue dénuée d'amour propre. De par son comportement, il était clair qu'elle aimait plaire... Tout mon inverse.

- Effectivement, chez moi, ce n'est pas dans cette forêt. Je me dirige vers Chikai, la capitale de Seika. C'est là-bas que j'habite. Et, malheureusement pour vous, le privilège d'élu n'est pas accordé à tout le monde. La puissance que vous avez en vous doit être phénoménal.

Je lui souriais davantage et pointais mon épée du doigt :

- Je passe mon temps à m'entraîner, au cas où il y aurait besoin de moi pour aider la veuve et l'orphelin.. Rien de très particulier. Je suis certainement, l'une des personnes des plus banales que vous rencontreriez... A moins que vous ne soyez une fuyujin attiré par la gloire et le meurtre, ce que j'en doute? Mais si cela était le cas, je me serais battue pour faire régner la justice, bien évidemment. Fuyu et Seika sont des nations ennemies, donc forcément.. Les élus du dragons ne seront pas spécialement appréciés par leurs actions s'ils s'en prennent à des seikajin tels que moi. C'est pour cela que je m’intéressais à votre sceau, en espérant y trouver du réconfort et la paix.

Ce n'était pas un mensonge... Mais j'évitais simplement de répondre à la réelle question. Je ne la connaissais que trop peu, je ne savais même pas de quelle nation cette élue venait.. Ni même son nom! Elle croyait peut-être que j'allais m'ouvrir à elle, alors qu'en plus de tout cela... Elle avait agit telle une folle enragée? Il fallait avoir une case en moins pour oser se dévoiler...


Revenir en haut Aller en bas
Messages : 161
Yens : 444
Date d'inscription : 27/05/2015

Progression
Niveau: 46
Nombre de topic terminé: 15
Exp:
0/6  (0/6)
avatar
Sayo-Hee Yun Fang ¤ Inconnue ¤

-



MessageSujet: Re: La jalousie étouffe souvent la tendresse du cœur    Mar 17 Jan - 16:51







La jalousie étouffe souvent la tendresse du cœur

Feat. Kachou









J'avais à faire à un drôle de personnage face à moi. Elle semblait muette et pensive, alors qu'elle était en pleine contemplation de mon être. Qui avait-il à la fin? J'avais une feuille de salade coincée entre les dents, ou un gros furoncle sur le corps. Non et puis sérieusement, elle se jouait de moi. Oui je l'ai dis, je n'étais pas douée à ce jeu, alors j'aurais aimé qu'elle arrête. N'avait-elle pas compris qu'elle m'était ô combien supérieure? Elle devait vraiment enfoncer le clou. Non, mais je vous jure. Le pêché revenait d'autant plus au galop, alors que j'attendais mes propres réponses. Mais j'allais être forcément déçu, quand j'allais les recevoir. D'ailleurs, j'en restais un instant la bouché ouverte, sans voix.

Insinuait-elle, qu'elle n'était pas une élue et donc de Seika? Bon au moins un point positif, elle ne deviendrait pas une ennemi car même si j'étais jalouse à en mourir et qu'à coup sûr, j'aurais perdue face à elle, je n'aurais jamais permis un être de Fuyu foulé le sol de Minshu. On était donc considéré comme allié politiquement parlant. Mais j'avais l'impression que nos rôles fussent inversés. Elle méritait plus d'être à Minshu en jouant son petit jeu et moi d'être à Seika avec mon impulsivité et mes talents d'être direct et explosive. Les dieux avaient vraiment eu un problème en choisissant leurs héros. Je sais pas ce qu'ils leur étaient passé par la tête. Mais forcément, eux étaient divin, et moi... Juste une princesse! Mon visage figé, se changea à une moue boudeuse.

~Ouai, ouai, fait pas genre que je dois être puissante, alors que tu l'es bien plus que moi! Et en plus prend moi pour une .....!!!!~


Oui, bien sûr, je suis en plus obligé de me censurer pour ne pas recevoir les foudres des lecteurs. Où va le monde, je vous le demande. Mais bientôt, je vais craquer et vous balancer une série de jurons bien sentie.Mais, elle pensait vraiment que j'allais la croire. Bon oui, j'aurais pu, car j'enviais tout d'elle et j'aurais pu tout croire. Mais sans témoigner réellement de son non-appartenance à la caste des élus, je pouvais mieux raisonner sur cela. On était dans un régime patriarcale, donc laisser une fille s’entraîner se s'habiller comme une guerrière. Elle n'était certainement pas une personne banale qu'on rencontrerait au coin d'une rue. Encore plus à se balader dans un lieu aussi perdu. Mais pourquoi me mentait-elle ou cachait-elle la vérité? Était-ce sa crainte de tomber sur un guerrier du dragon, comme elle semblait le sous-entendre? Je parti d'un rire franc et sincère. Me comparait à un de ces scélérats?

-Ne m'insultez pas, ainsi. Je ne pourrais jamais être un des leurs.


Mon regard devint plus carnassier et presque dangereux:


-N'importe quel Fuyujiin qui se présente devant moi devra fuir ou mourir. J'en ai combattu, un des leur élu il y a peu, avant d'être interrompu. Vous voulez savoir d'où je viens, alors que je marche sur ce territoire?

Oui, ne vous plaignez pas. Je suis Jalousie donc mes actes manques de raisons ou de réflexion. Donc soyez prêt à ce qui arrive! Vous l'avez cherché. Car aussitôt, je tirais sur le tissu qui couvrait ma poitrine pour dévoiler, finalement le sceau verdâtre de Minshu. Et une fois assurée, qu'elle avait bien pu contempler mon appartenance, je remis aussi rapidement le tissu, la voix plus bougonne que depuis le début!

-Vous êtes contente? Soyez plus direct avec moi, et ne tournez pas par quatre chemin. Depuis que je suis arrivé en Kosaten, je ne cesse d'être ballotter d'un endroit à un autre sans qu'on me demande mon avis. J'arrive en, ce que j'apprends plus tard, Territoire neutre, pour prendre la mauvaise direction et me trouver en Seika avec le pêché de la colère qui a élu domicile dans mon corps. Je reprends mon chemin en direction de Minshu, mon royaume d'adoption, à ce qu'on m'a expliqué, pour me retrouver téléporter par une sorte d'être qui se dit divin pour accomplir une énigme sans queue ni tête. Pour être, envoyer en plein territoire de Fuyu, sans savoir où je suis. Et puis après je sais pas combien de temps, je parviens enfin à Minshu, où je reste quelques temps pour essayer de comprendre ce qui se passe réellement. Donc le jeu du chat et de la souris, très peu pour moi! Je sais que vous êtes supérieure à moi, que ça soit en puissance, en prestige, ou ce que vous voulez. Que vous êtes sûrement une élue de Seika, à priori. Mais pour, je ne sais quelle raison, vous voilez la vérité. Mais, il faudra faire mieux que ça, j'ai côtoyer des hommes de la pire espèce toute ma vie, plus doués que vous dans ce domaine. Même si en ce jour, vous l'êtes bien plus que moi. En même temps quand le pêché de la Jalousie et de l'envie prend mon corps, je maudit, j'envie et je jalouse tout ceux sur quoi mon regard se porte. Je suis épuisée de ma propre malédiction, pour en plus jouer à un jeu que je sais perdu d'avance....


Si j'avais craqué ou perdu mon sang-froid? Oui, peut être, mais il faut dire aussi qu'avec le pêché de l'Envie. Il m'arrivait souvent par épuisement, de tout désirait et jalouser, péter une durite comme ça et tout balancer. J'avais déblatéré mon discours, sans prendre de pause, reprenant seulement un grand souffle à la fin de mon monologue. Tout en frappant mon poing au sol, qui fit tremblait tout le sol environnant, faisant fuir les animaux sauvage des alentours.Bon si elle avait pas comprit, que j'avais vraiment un problème, mais sûrement pas de ma propre volonté, elle devait être plus stupide, qu'elle ne le laissait paraître. Je ne sais pas ce qui allait se passer par la suite. Elle allait fuir, peut être la solution qu'elle aurait dû opter depuis le début. Être plus franche envers moi, pour ne pas déclencher une nouvelle crise? S'interroger sur mes véritables motivations et mon histoire? Répondre enfin à mes questions, et discuter normalement avec moi? Bon on était pas dans un endroit normal, mais quand même....














©Codage by Mr. Chaotik from Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: La jalousie étouffe souvent la tendresse du cœur    Lun 23 Jan - 0:03


La jalousie étouffe souvent la tendresse du cœur
feat.Sayo-Hee Yun Fang

   Après avoir prononcé mes mots, je me figeais. La folle s'était mise à rire sans prévenir. Comme si j'avais dit une quelconque idiotie.. Bien évidemment, il n'y avait rien d'idiot à penser d'elle qu'elle puisse être une élue du dragon, elle avait le profil tant elle était folle et perturbée... Et insolente qui plus est. Elle se fichait clairement de moi, sous mon nez, sans même avoir la décence d'avoir un peu de respect pour la personne qui lui faisait face.
Je laissais donc rire à plein poumons, sans bouger d'un pouce, le visage impassible. Si elle comptait me prendre pour une idiote, elle n'avait qu'à continuer. D'ici peu, je perdrai certainement patience et l'enverrai rencontrer un arbre si elle aimait tant se les prendre dans la face. Mais, me raisonnant que je n'avais affaire qu'à une folle, il fallait à tout prix que je garde mon sang-froid. Dans le pire des cas, je n'aurai plus qu'à tracer ma route.

   Respirant l'excès de confiance, elle avoua avec grande fierté qu'il lui suffisait de rencontrer un élu du dragon pour lui mettre sa raclé au point de lui ôter la vie. Sur l'instant, je ne pu m’empêcher de pouffer de rire. Elle se croyais si puissante que cela? Elle pensais peut-être que l'arbre qu'elle avait abattu plus tôt était une chose exceptionnelle? Si seulement elle rencontrait Zayro Jinn... Si seulement, haha. Cela lui remettrait certainement les pendules à l'heure. Car cet orgueil qu'elle nourrissait allait forcément la faire tomber de haut.. Très haut. L'illusion qu'elle se faisait de ses capacités, se croyant la plus puissante en ce monde pour avoir les capacité d'éliminer n'importe quel fuyujin, haha. Si elle savait, au moins, le nombre d'élus puissant qu'il y avait dans cette nation.. Elle arrêterait certainement de s'envoyer des fleurs sur une puissance qui lui avait été restreinte.

    Puis soudainement, passant du coq à l'âne, l'élu ouvra davantage son décolleté pour me montrer son sceau situé sur ses formes généreuses et, certainement, envieuses. Ne portant l’intérêt que sur son sceau, je croisais les bras, satisfaite du résultat. Minshu.. Cela lui convenait bien. Une tarée dénué de bons sens ne pouvaient que se trouver là-bas. Du coup, les bras croisés, un sourire satisfait naissait sur mon visage.
L'instant d'après, la minshujin parti dans un récit long et qui, malheureusement pour elle, ne m'intéressait absolument pas. Déblatérant des paroles insensées et pitoyable, je décroisais finalement les bras pour poser mes mains sur mes hanches. J'écoutais d'un oreille inattentive ce qu'elle me disait, surtout concernant son parcours. A dire vrai, je m'intéressais rarement aux inconnus... Encore plus lorsqu'il était question d'une personne au cerveau complètement détraqué.

   Seulement, elle commençait à monter le ton, hurlant en avoir mal de jouer au chat et à la souris, enchaînant avec ma puissance qu'elle comparait avec la sienne. A la différence d'elle, je ne me plaignais pas constamment et usais de ma force pour faire régner la justice.. Et non pas forcément pour me défouler. Quoi que parfois, il m'arrivait de me laisser m'emporter  par la haine... Dixit ma rencontre avec Bashô. Mais, il y avait toujours une très bonne raison derrière de tels agissements. Puis, tant qu'on y était, en plein dans sa crise, elle disait savoir pour mon statut d'élu et tentait de deviner... Alors là, c'était la palme. Alors, ça y est? La jeune femme se croyait surhumaine pour venir s'incruster dans ma peau? Waaaa... HAHA, j'en pouvais plus, à mourir de rire... Elle m'exaspérait.. Non, en fait, elle me faisait pitié.
Mon sourire s'agrandissait de plus en plus au fur et à mesure qu'elle déballait ses dires. Puis une fois qu'elle eu ENFIN terminé, je me tordais de rire comme jamais auparavant.

- Hahahaha...!!! Oh bon sang! Vous êtes pas croyable euh.... J'sais pas qui! Hahaha! Non, franchement? Moi? Une élue? Hahahaha, j'en peux plus! Vous me comparez donc à une élue! Et beh, quel privilège! Vous trouvez que j'en ai l'air? Woaw! Quand je raconterai ça en rentrant, ils n'en reviendraient pas!

Je décidais malgré tout de jouer le rôle que j'avais décidé de jouer. Il était clair, que je n'allais à aucun moment lui avouer la vérité à ce niveau-là. Je n'avais aucune envie de lui faire confiance...

- Vraiment désolée pour cet éclat de joie... Haha! Alors que vous sembliez tellement impliquée, voir presque furieuse contre moi! Puis, en plus vous parliez de votre malédiction, ce ne doit vraiment pas être simple pour vous... Mais vous savez, cela ne sert à rien d'être jalouse de moi. Vraiment! Je suis simplement en voyage! Certaines personnes m'attendent à Chikai, donc je me dépêchais simplement de retourner à la maison... Puisque j'ai pu livrer les courses qu'il fallait à bond port. J'en ai simplement profité pour observer les alentours! Puis l'armure, c'est pratique, non? Genre s'il y a un monstre, ou je ne sais quoi, héhé!

   Je ne disais jamais la vérité... Mais ne mentais pas non plus. Je voulais simplement qu'elle arrête de se focaliser sur de telles choses. Puisqu'après tout, je n'avais plus aucune confiance en aucun élu. Ou tout du moins, pas les inconnus. Mon expérience avec Bashô m'avait suffit. Il était hors de question que je refasse l'erreur de vouloir venir en aide à n'importe qui. Puisque cela pouvait me faire prendre plus de risques concernant le messager des enfers. Depuis qu'il m'avait vu... Je m'inquiétais constamment de le croiser ou tout simplement qu'il ait de nouveau placé un sceau sur d'autres élus.. Mes proches? Ou tout simplement donné la mission de m'éliminer. Je n'avais plus de véritables raison de faire confiance au premier inconnu que je croisais. Natsume avait était le seul, depuis mon expérience avec Bashô, à qui je m'étais ouverte.. Rinkyu étant hors compétition, étant donné le fait que je l'avais rencontré avant le renégat de Seika.


Revenir en haut Aller en bas
Messages : 161
Yens : 444
Date d'inscription : 27/05/2015

Progression
Niveau: 46
Nombre de topic terminé: 15
Exp:
0/6  (0/6)
avatar
Sayo-Hee Yun Fang ¤ Inconnue ¤

-



MessageSujet: Re: La jalousie étouffe souvent la tendresse du cœur    Sam 4 Fév - 0:59







La jalousie étouffe souvent la tendresse du cœur

Feat. Kachou









Finalement, la jeune fille qui me faisait face était aussi stupide qu'on pouvait s'attendre. Décidément même dans son attitude, ce qui n'était pas forcément un compliment, de la manière que je la voyais, elle devenait plus stupide que je ne pourrais jamais l'être. Peut être que même dans cette caractéristique, elle me surpassait. Elle n'avait nullement agit, même pas un soubresaut à mon discours, pour finalement éclater de rire. Et se permettant une nouvelle fois de se moquer de moi. N'avait-elle pas écouté mes paroles, ne se rendait-elle pas compte dans quel monde elle vivait pour me sortir pareil sornette. Comme je l'avais dis, j'avais connu homme et femme plus habile dans l'art du mensonge, de la manipulation, et j'en passe. Elle n'était qu'une enfant dans ce domaine. Après tout, peu importe qui elle était, je restais la princesse d'une cité, ou mafieux, anciens hors-la-loi, scélérats et hommes de la pire espèce, vivaient. Certes, ils désiraient tous une seconde chance, mais les débuts étaient souvent difficile et les rechutes existaient.

Tout ça pour dire, que j'allais pas tomber dans le panneau, même si j'enviais sa folie, son courage ou sa détermination à persévérer dedans. Néanmoins, ce que je ne remarquais pas, fut la flamme dans mes yeux, peut être pouvait-on y voir le démon qui avait possédé mon corps, et qui avait sensé avoir disparu depuis mon enfance! Des histoires que l'on m'avait souvent caché. Tout mon corps bouillonnait d'un mélange de jalousie et de colère. Le sol se craquelait tout autour de moi. Je laissais peser un silence entre nous, ne sachant même pas comment j'allais réagir moi même. Toujours de nature impulsive et sanguine dans mon monde, je devais apprendre à changer, dans celui-ci. Car jamais on ne pouvait savoir l'identité de son opposant. Mais s'était souvent plus simple à dire qu'à faire. J'enviais encore son sang-froid, malgré la situation. J'arrivais même à envier sa parano, pour ainsi ne pas lui faire confiance... Mais peut être était-elle de Fuyu et voulait cacher sa nature après ce que je venais de dire! Tout était possible après tout. Mais à l'inverse d'elle, j'étais une personne nature, entière, sans faux semblant. Je ne jouerais donc pas son petit jeu espiègle et digne des enfants les plus immature. Parvenant à me calmer, après de longue respiration, les yeux fermés, je me mis à sourire, tout en posant mon magnifique regard sur elle. Enfin magnifique tout était relatif, puisqu'en ce jour cette femme était plus belle encore que moi.

-Je dois dire que vous êtes bornée! Mais je vais vous donner un conseil, lorsque vous voulez mentir ou inventer cette histoire, perfectionnez plus vos mensonges. J'ai connu des êtres dont la verve et les mensonges étaient de loin plus développés et solide que les vôtres. Commencez tout d'abord, par connaître le monde dans lequel vous vivez. Kosaten est un monde qui ne laisse pas de chance ou de place aux femmes. Le système est patriarcale, aucune femme de ce monde ne possède tant de liberté. A moins qu'elle ne soit de rang noble et royal, ou importante, mais même encore là, elle ne se retrouvera pas seul dans un tel lieu, sans une escorte importante! Ou l'autre possibilité est si la femme est une élue comme nous deux... Mais soit, vous voulez m'endormir avec un roman mal construit, c'est votre choix...

Je m’arrêtais un instant dans mon discours avant de reprendre, un sourire carnassier aux lèvres:

-Néanmoins, je m'interroge! Pourquoi mentir à une personne qui ne vous cache rien et qui s'est ouvert à vous. Une personne qui a eu le respect de ne point vous mentir, car si Seika et Minshu sont alliés, tôt ou tard la vérité éclatera. Donc soit, vous manquez un profond respect pour une futur alliée dans la guerre à venir... Soit vous venez vous même de Fuyu, et en ce sens, vous êtes mon ennemi et me cacher la vérité. A croire que même le messager de la mort. Le grand Zayro...Qui n'a rien de bien impressionnant quand je l'ai rencontré, enfermé avec lui et le clown. Même  celui qui semble craint de tous, possède plus de savoir vivre que vous. Même Geelerde devenue une de mes amie, alors que nous avons combattu l'une contre l'autre était plus digne et une guerrière noble et respectueuse!

Mon corps bouillonnait toujours, mais je parvenais à contrôler mes émotions, un exploit quand on me connaissait. Pourtant, le pêché me faisait entre-voir tant de choses en elle et les alentours qui me rendait jalouse, qu'il rendait ce contrôle de soi plus difficile, à chaque secondes. Et puis la Colère n'étant pas très loin après cette confrontation avec une telle inconnue, il fallait soit que je m'échappe d'ici rapidement, avant de lui bondir dessus. Soit qu'elle me dise enfin la vérité pour une personne qui s'était ouverte à elle! Je me rendais compte, en un instant, que j'avais mentionné le nom de Geleerde. Et l'envie de vouloir la voir à nouveau me prit. Une des guerrière de ce monde qui m'avait comprit et pour qui une relation et un lien fort s’était crée en peu de temps!

Mais avant, je devais partir, puisque cette conversation ne menait à rien avec une personne complètement fermée et parano. Même si elle excellait même dans cela par rapport à moi. Je fis un demi-tour sur moi même, mais avant de faire un pas en avant, je repris la parole, à priori pour une dernière fois:

-Je pense que notre conversation ne mène à rien. Et le pêché de la jalousie qui me contrôle vient à me faire envier votre parano et votre manque d'imagination pour mentir. Jusqu'à votre folie de le faire ou votre courage, je ne sais pas trop. Pour la première fois, peut être, je vais laisser s'échapper un être du royaume des glaces. Après tout, vous avez l'attitude d'un de ses habitants. Mais tant pis, j'espère pour vous que vous ne croiserez pas une créature ou des brigands sur votre chemin!


Et tiens dans tes dents, même si elle l'emportait encore une fois sur le manque de respect et les insultes, j'avais posé des termes bien senti. Comme souvent, j'avais pas ma langue dans ma poche, et si elle était bien de Seika comme je le supposais. Ma comparaison d'elle en tant que membre de Fuyu la ferait surement réagir. Même si, elle pouvait devenir violente, je m'en moquais, au moins j'aurais tiré la tigresse de sa torpeur. Et puis souvent, je considérais que par les poings on s'exprimait bien mieux. J'en avais fais la démonstration avec Geleerde!














©Codage by Mr. Chaotik from Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: La jalousie étouffe souvent la tendresse du cœur    Jeu 9 Fév - 1:05


La jalousie étouffe souvent la tendresse du cœur
feat.Sayo-Hee Yun Fang

Ambiance

   Bon, il était devenu évident pour elle et moi que l'entente serait quelque peu... Inexistante. Non pas qu'elle n'avait pas essayé d'être amicale malgré ses sautes d'humeur, mais le soucis étant la confiance que j'accordais à une telle élue. Il était vrai qu'elle avait osé s'ouvrir à moi.. Me parler d'elle et de son monde.. De sa soeur... En bref, elle avait essayé de me faire comprendre certaines choses, mais il aurait été tout aussi bon elle de s'analyser. Elle n'était pas aussi blanche qu'elle pouvait le penser.. Elle ne devait pas se rendre compte de l'influence néfaste de sa malédiction. Car quiconque, avec un esprit plus serein, aurait très certainement fuit sa personne tant sa folie semblait meurtrière... C'était tout bonnement inhabituel et presque effrayant.

   La minshujin m'en voulait pour ce "mensonge" qui lui semblait si évident.. Me considérant alors ignorante de ce monde, mettant en premier plan les "valeurs" kosatenniennes. Le simple fait que la femme soit quelque méprisée par ce mondes de brutes, il était semblait donc que le port de l'armure soit interdit aux yeux de cette élue... Bon, elle n'avait peut-être pas tord concernant les principes de ce monde, mais ce qui était le plus agaçant... Etait le fait qu'elle se sente plus enclin au savoir que moi-même. J'avais suffisamment voyagé pour avoir compris ô combien les hommes pouvaient se montrer horribles envers les femmes... Et les jeunes filles. Mais certaines avaient décidés de devenir plus vaillantes, plus fortes.. Prêtes à se battre pour défendre leur nation... Leur famille. Dans l'ombre ou dans la lumière, ces femmes étaient là et n'avaient pas peur d'être mal vues par l'Homme.

- Je ne suis pas ce genre d'élue qui s'ouvrirait au premier venu. Et je n'ai guère mentis.. Je n'ai fais que cacher une vérité. Un mensonge par omissions me diriez-vous? Mais en quoi est-ce mal, de rester prudent? Surtout lorsque la personne qui se trouve devant nous.. Fini par exploser un arbre sans raison apparente? Et vous semblez bien orgueilleuse tout à coup... A croire que ce monde me soit inconnu... Je suis certaine de connaître suffisamment de choses pour comprendre la situation en ce mode.. Mais cela ne veut pas dire que les femmes ne se battent pas pour montrer de quoi elles valent.. Certaines sont prêtes à vaincre les péripéties pour survivre.. Au risque de devoir voyager. Peut-être n'avez jamais-vous eu l'occasion de rencontrer de telles femmes... Mais pour ma part, je peux vous assurer que certaines, au péril de leur vie , se montrent bien plus courageuses que l'on ne peut l'espérer. Et l'habit d'une femme en dit long sur elle.

Je disais cela tout en faisant voyager mon regard de sa poitrine à son regard. Peut-être ne comprendrait-elle pas le sens de cette phrase, peut-être que oui, mais il n'y avait aucun doute là-dessus... Son vêtement ne lui permettrait pas de se déplacer en toute quiétude si un combat venait à s'enclencher.
De plus, le fait est qu'elle en soit venue à penser que je sois une élue de Fuyu me fit sourire. Tentait-elle de me manipuler de sorte à ce que ma haine l'emporte sur ma conscience? C'était peine perdue. Ce genre de remarque ne m'atteignait pas.. Même s'il était certain que mes agissements n'avaient rien à voir avec les élus d'une telle nation...

- Fuyu dîtes-vous?

Comme si elle n'écoutait pas, elle continuait son discours des plus moralisateurs... Allant même jusqu'à me comparer à ce monstre de Zayro Jinn... Me considérant comme bien pire que lui. Bon là, par contre... C'était un commentaire de trop.

- Pardon...?

   La folle enchaîna bien rapidement pour prononcer un nom qui m'était très familier.. Geleerde. Elle que Bashô avait eu pour but de trahir.. Repensant à elle sur le coup, j'oubliais d'écouter la suite du monologue de la minshujin pour repenser à l'indomptable seikajin. J'espérais sincèrement avoir réussit à mettre des bâtons dans les roues de Bashô, histoire qu'il n'ait pu venir à bout de sa "mission". Mission commanditée par le terrible Zayro Jinn... Je n'avais plus qu'à croire en la suite des choses... En Geleerde.. En Fenghuang. Pourquoi parler de ce dieu de pacotille? C'était pourtant simple.. Un dieu... N'était-il pas censé assurer la bienveillance de son peuple? S'il tolérait un tel acte de rébellion... Il était certain que cela mettrait à mal la nation du Pheonix.

   Finalement, ce qui me sorti de mes pensées, fut ce demi-tour fait par l'hystérique. Insinuant alors que continuer notre discussion ne servait à rien et l'influence de sa malédiction qui reprenait de nouveau le dessus... Je ne risquais pas de dire le contraire. Au moins, pour une fois, nous étions sur la même longueur d'onde. Ni elle ni moi n'étions prête à continuer de nous parler sans que l'une de nous deux finisse par sauter au cou de l'autre... Qu'elle ait osé me catégoriser comme PIRE que ZAYRO JINN... C'était la cerise sur le gâteau. Que cela soit dans n'importe quel domaine.. Il ne pouvait y avoir plus terrible que lui... Et elle, insinuait que je l'étais? C'était mal me connaître...
Du coup, comme si son but était de se faire passer pour la gentille, elle m'annonça alors qu'elle ne souhaitait pas qu'il m'arrive un quelconque malheur après notre séparation. C'en était presque ironique. Si elle voulait jouer à cela pour des adieux... Il n'y avait pas de soucis.

- Si Fuyu est votre ennemi, je ne suis donc pas votre ennemie... Mais comme vous l'avez si bien dit, continuer ainsi serait parler à l'oreille d'un sourd. Je n'espère pas grand choses de vous, vous avez osé m'insulter... Alors il est certain que la discussion doit en rester là. Par conséquent, ne vous perdez pas sur la route... Je passerai vos salutation à Geleerde.

   Allez hopla, petit bonus pour la fin, un sourire aussi faux que ses seins et demi-tour, c'est parti! Chikai m'attendait, je n'avais pas que ça à faire que de me chamailler comme une gamine avec une folle furieuse. Si je devais avoir à la rencontrer de nouveau... J'espère pour elle que la jalousie ne la rongerait pas au point d'en perdre la tête. Nous avions chacune eu nos tords, qu'ils aient été volontaires ou non. Nous n'avions plus qu'à espérer une futur rencontre... Sous un jour meilleur... Sous un péché moins envahissant... Si cela était possible.


Revenir en haut Aller en bas
Messages : 161
Yens : 444
Date d'inscription : 27/05/2015

Progression
Niveau: 46
Nombre de topic terminé: 15
Exp:
0/6  (0/6)
avatar
Sayo-Hee Yun Fang ¤ Inconnue ¤

-



MessageSujet: Re: La jalousie étouffe souvent la tendresse du cœur    Jeu 16 Fév - 0:46







La jalousie étouffe souvent la tendresse du cœur

Feat. Kachou








Voilà que mes paroles avaient fait mouche en partie. Et j'avais enfin la révélation que je désirais. Elle était donc bien une élue et de Seika, ce qui confirmait mon point. Finalement, je parvenais à m'en sortir sans ma sœur. Ce qui me surprenais aussi quelque part. Bon, je ne doute pas que Sae-Hee aurait trouvé un moyen plus rapide et subtil pour avoir la vérité. Elle était après tout bien plus posée, plus intelligente et diplomate que moi. En général, elle attisait même la sympathie et la confiance d'autrui. Même si elle pouvait s'avérer être plus intransigeante que moi parfois. A Vrai dire, parfois je la craignais même, mais ça jamais je lui aurais avoué. Et puis quoi encore. Déjà que je pouvais... Voilà que je me mettais à envier ce qui se rapprochait au plus proche d'un simple souvenir d'un fantôme. Elle me manquait s'était un fait. Et  mon visage se changea certainement. Plus sombre, plus triste, alors même que le pêché sévissait toujours, me rendant jalouse auprès de ma jumelle. Pourquoi m'avait-on choisi moi et pas elle?

Mais le regard de la guerrière sur moi en dit long sur ce qu'elle pensait de mon accoutrement en comparaison de sa belle armure. Oui, elle était mieux équipée que moi et armée s'était un fait. Et en ce jour, je pouvais même désirait être vêtue de la même sorte. Mais au fond mon âme me chuchotait qu'elle se trompait. Il ne fallait jamais se fier à la couverture d'un livre et l'habit ne faisait pas le moine. Une telle armure, une telle arme signifiait être lent, gêné dans ses mouvements, oubliant l'agilité et la souplesse du corps. Mon arme était mon propre corps, mais ceci, elle ne le verrait probablement jamais...

Notre rencontre sembla donc se clore et chacune de nous était prête à reprendre son chemin.  Je me permis même de souffler quelques termes dans le vent, en plein milieu de son discours:

-Osez vous insulter? Comme vous l'avez fait depuis le début...

Quel était son problème à la fin? Oui, j'en avais aussi dû à la malédiction. Mais comment une élue de Seika pouvait autant douter et manquait de confiance aux autres. Qu'avait-elle vécu? Et Par dessus le marché, elle gagnait leur joute verbale en tournant elle aussi les talons, non sans mentionner la louve. Un nom qui me fit tourner d'un coup, vers elle, le visage interdit. Connaissait-elle réellement Geleerde? Devais-je l'interpeller pour en savoir plus? Comment allait la louve, celle que je considérais comme mon amie, ma rivale...

Mais au moment, ou les mots allaient franchir mes lèvres, un son attira mon attention, dans les bosquets alentours. Puis sans attendre plus longtemps une horde de mercenaires et gobelins sortirent pour nous faire face, sourire carnassier sur le visage. Autant dire, qu'ils allaient pas nous laisser partir tranquillement autant elle que moi. Ils s'attardèrent d'ailleurs plus sur l'élu de Seika que moi. Sûrement étais-je trop frêle et sans défense à leurs yeux. Ceci serait leur première erreur, comme venait de le commettre la boite de conserve féminine. Un combat s'annonçait, à moins qu'elle ne fuit, comme elle le désirait. A moins, qu'elle ne me montre ce qu'elle disait prête à combattre ce mal. Mais bientôt, nous allions être pris au dépourvu et à un petit contre-temps. Car alors que la horde d'une dizaine d'homme se tenait devant nous. Trois autres hommes se présentèrent devant nous. Ceux-ci accompagné et surtout maintenant trois autres silhouettes. Un jeune garçon, une jeune fille, tout deux à peine à l'adolescence et encore, et probablement leur mère. Couteau sous la gorge.

-Ma jolie, tu vas te laisser faire sinon, tu seras responsable de leur mort. Mais bien sûr avant de les tuer, nous nous serons amuser sur eux.

Il s'adressait à la "menteuse", m'ignorant totalement. Après tout je n'étais pas une menace pour eux. Et ils avaient raison de mettre hors d'état la seule personne pouvant leur imposer une résistance.  Ils se doutaient, qu'une femme ainsi vêtue, n'était pas anodin. Encore elle qui avait l'attention, j'en rageais de l'intérieur, pourquoi encore et toujours elle? Et pourquoi ce foutu pêché m'empêchait de se comporter correctement? Je la regardais attentivement, un flamme dans le regard. Allait-elle jouer avec la vie de ces innocents?  Elle pouvait s'occuper de la moitié de ces hommes, j'en étais sûr. Je me sentais capable de le faire, et elle étant aussi supérieur que moi pouvait le faire aussi. Au moins la moitié facilement comme moi. Mais je ne pouvais laisser prendre des risques aux enfants et à la femme. Je devais agir, ne sachant pas comment allait réagir mon interlocutrice.

Un seul homme me surveillait le reste concentré sur la chevalière. Je lui envoyais donc un regard apeuré, tout en me déplaçant discrètement et légèrement. Mon corps se mouvait tel un félin, avec grâce et agilité. Je devais m'approcher du plus possible de mes cibles. Tout en écoutant ce que la guerrière du phœnix leur répondrait ou ce qu'elle ferait. Espérons, qu'elle comprenne mes actions et n'attire pas l'attention sur moi...

Jusqu'à présent, elle ne semblait pas le faire. Peut être m'avait-elle même pas remarqué, elle non plus. Et puis, maintenant, il était trop tard pour eux. Avec une rapidité hallucinante pour mon gabarit, une force prodigieuse et surtout une agilité impressionnante et qu'une armure ne permettrait jamais de faire, je bondis sur les trois geôlier. Dans un mouvement surprenant, je parvins à m'hisser entre les trois hommes, alors que d'une main, je frappais l'un des mercenaires et dans un jeu d'équilibre, je projetais mon pied sur le gobelin à côté.Dans une nouvelle figure, j'esquivais avec habilité un coup qui m'était destiné, pour aller frapper du haut de mon crâne le troisième homme. Mon action n'avait durer qu'une fraction de seconde. On m'appelait l'éclair de Yama, et on allait pas me voler si facilement mon titre. Les prisonniers libre de tout mouvement, je me mis devant eux, les protégeant de mon corps. Alors que le reste de la troupe, me regardait surpris, interloqué avec une énorme incompréhension. Bien sûr s'était le calme avant le chaos qui allait se déroulait...


~Que vas-tu faire, élu de Seika. M'abandonnez à cette bataille ou combattre à mes côtés...~













©Codage by Mr. Chaotik from Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: La jalousie étouffe souvent la tendresse du cœur    Jeu 16 Mar - 2:13


La jalousie étouffe souvent la tendresse du cœur
feat.Sayo-Hee Yun Fang

   J'étais sur le point de m'en aller, j'en avais plus que marre de cette folle. Pourtant, les choses durent se dérouler tout autrement... Pour mon plus grand malheur. C'en était plus que lourd de devoir rester ici une seconde de plus. Me retournant en entendant tout le chahut et les cris des hommes... Je remarquais une dizaines d'hommes sur leur monture accompagnés de gobelins. Derrière se trouvait trois hommes de plus qui, eux, gardaient des prisonniers. Deux enfants et une femme plus âgée, certainement la mère des deux gosses.
Encerclée par le groupe d'hommes, sans raison d'ailleurs, je me fis rapidement menacer pour une raison qui m'était vraiment inconnu. Je ne les avais jamais vu jusqu'alors, impossible pour moi de remettre leur visage ce qui m'était tellement rare qu'impossible était fort probable. Je fronçais donc les sourcils lorsque l'un d'entre eux, autant croire qu'il était le chef de la bande, me réclama de me laisser faire au risque d'égorger les retenus.

   Je m’apprêtais à répliquer comme je l'aurai fait à mon habitude. Prenant le moins possible de risque, tentant d'amadouer mon interlocuteur, jusqu'à tous les planter avec mon épée, les plus dangereux en premiers... Soit ceux qui retenaient les enfants et la mère en otage.Sauf que cette fois-ci, j'avais dans les pattes une autre personne.. Alliée, je ne sais pas, mais à la voir bouger avec discrétion, il fallait croire que cette folle avait de la suite dans les idées pour tenter de venir en aide aux gosses et la bonne femme.
Je profitais d'un moment d'échanges hilarants entre les ennemis, pour remarquer les agissements de la minshujin. Elle semblait vouloir prendre des risques tout en réclamant que je garde l'attention de ces goujats.

- Avant toute chose... Bonjour, non? Chez moi, nous appelons ça la politesse.

Tous éclatèrent de rire.

- HAHAHAHA!! Elle est drôle elle, j'l'aime bien. Allez ma jolie, fais pas genre. On veut juste pas de blessés. Seulement toi et nous.. Une nuit remplit de désirs.. Tout ça tout ça quoi. C'est pas souvent qu'on rencontre une nana aux cheveux argentés comme les tiens.

Je leur offrit mon plus beau sourire de façade.

- C'est vrai? Vous m'envoyez ravir... Malheureusement pour vous, je n'apprécie pas des masse... D'être considérée comme une traînée. Alors...

Au même moment, l'autre folle agissait rapidement pour libérer les otages. Ainsi, elle se mit devant eux pour tenter de les protéger du moindre danger possible. Cette nana avait attiré l'attention de tout le monde, puisqu'en libérant les enfant et la mère, elle avait dû s'occuper de ceux qui les privaient du moindre mouvement. Les râles de ceux qu'elle avait blessé avait donc attiré tous les autres. Le regard posé sur l'interessée, je dégainais mon arme avec un sourire diabolique sur le visage.

- ... Il ne vous reste plus qu'à mourir.

   Sur ces belles paroles, je ne perdis pas de temps, je tranchais la gorge de celui qui se toruvait pile en face de moi, dixit le mec qui m'avait menacé plus tôt. Après quoi, voyant leur chef tomber lourdement au sol, le coupé ouvert en deux, laissant alors le sang couler à flot, tous furent choquer l'espace d'un instant. J'utilisais cet instant perturbé à mon profit, me jetant rapidement sur un second adversaire en plantant mon épée en plein dans son coeur. Voyant alors qu'un second camarade perdait la vie, tous décidaient de se ruer sur moi. Tandis que les gobelins armés d'archers s'en prenaient à moi depuis leur distance, d'autres gobelins armés de massues se ruaient contre celle qui avait délivré les otages.
Faisant un tour sur moi-même, lame placée de sorte à faire des ravages... Je pus éliminer quatre ennemis en faisant la ronde. A un moment donné, une cinquième personne réussit à intercepter mon épée, laissant ainsi l'opportunité au reste de la bande de s'en prendre à moi. Au même instant, une flèche et une seconde flèche vinrent se planter dans ma jambe droite, celle dont je prenais le plus appuie... Quelle bande de salopiauds !

   Désormais bloquée et blessée, je pris une seconde pour envoyer valser d'un énorme coup de pied -celui dont la jambe n'était pas blessée- l'homme qui retenait mon arme dans ses mains. Mais pendant qu'il vola plus loin, deux de ses collègues avaient prit l'opportunité de se rapprocher de moi au point de tenter de me planter avec leurs armes. Sans trop de réussite, car trop agacée, je faisais mine de ne pas ressentir la douleur, infligeant un énorme saignement à la jambe, pour faire un bond en arrière, les obligeant alors à se rentrer dedans et à se planter l'un l'autre.
Bref... Tous étaient à terre, sauf ces fichus gobelins qui m'avaient planté avec leurs archers. D'un regard sombre et destructeur, je me tournais vers eux, lame de l'épée traînant sur le sol pendant que je me rapprochais d'eux petit à petit. Ils ne méritaient plus que ça de perdre la vie... Ils s'en étaient tous pris à une famille. De plus, tous ces hommes s'étaient alliés à des gobelins de pacotilles... Minable. MINABLE!

- Fuyez... Ou mourrez.


Revenir en haut Aller en bas
Messages : 161
Yens : 444
Date d'inscription : 27/05/2015

Progression
Niveau: 46
Nombre de topic terminé: 15
Exp:
0/6  (0/6)
avatar
Sayo-Hee Yun Fang ¤ Inconnue ¤

-



MessageSujet: Re: La jalousie étouffe souvent la tendresse du cœur    Jeu 23 Mar - 23:12







La jalousie étouffe souvent la tendresse du cœur

Feat. Kachou









Au moins, elle avait la décence de ne pas m'abandonner à mon triste sort et à mon combat. Mais après tout, comment j'avais pu douter, elle était ô combien supérieur en tout point, et encore une fois, elle allait prendre toute la couverture de la gloire vers elle. C'est elle qui passerait pour l’héroïne et moi je resterais dans son ombre. Ne pouvais-je rien faire pour sortir de cette situation impossible?Bon donc, comme je pouvais m'y attendre, elle garda l'attention des gardes sur elle, tout en agissant d'un comportement toujours aussi exécrable. Mais au moins, elle avait été utile, je n'avais écouté que d'une oreille attentive ce qu'elle disait, mais je fus au première loge pour voir une scène des plus effroyable. Moi, qui pensais que Seika était Justice et élus fier et bon.

Il fallait croire qu'il n'était pas tous ainsi. Alors, que sans pitié, elle trancha la gorge d'un et tua un second sans plus de cérémonies. Aucune pitié dans ses coups, chacun de ses gestes était fait pour tuer. Loin de l'idée que j'avais de Seika. Faisait-elle vraiment parti de ce groupe? Mais point de temps pour discuter, car alors que tous se ruèrent sur elle, me délaissant un instant, je me tournais vers la femme et ses enfants.

-Il n'est pas bon de rester ici. Filez à l'abri!

Encore tétanisés par la peur, les visages horrifiés, ils ne bougèrent pas. Aussitôt, je me mis à leur aboyer dessus, pour les faire revenir à la réalité et le regard suppliant, ils finirent par sursauter et s'échapper comme si on leur avait infligé une décharge électrique. Le trio à l'abri, je pouvais me concentrais au combat, surtout que je reconnu un bruit reconnaissable entre tous, le trait d'une flèche. Craignant pour moi et attendant la douleur arrivé, je fus surprise de ne rien recevoir. Ainsi les archers s'acharnaient sur la chevalière. Il n'y en avait que pour elle décidément. J'en venais à regretter de ne pas avoir été la cible de l'attaque. Elle affrontait le plus gros de leurs troupes, alors que moi, je devais me contenter encore de vulgaire Gobelins. Décidément, j'étais abonnée à ces créatures vertes. Mais ils étaient une gêne devant ma véritable cible. Car ce que je désirais s'était en finir rapidement avec les archers, avant qu'ils n'acculent mon alliée. Forcément, je n'avais pas vu, qu'elle pouvait très bien s'en sortir seule.

Me mettant en route, poussée par l'ivresse du combat, je pris de l'élan en fonçant vers les deux gobelins à la massue, les laissant perplexe, quand à voir une femme qui leur fonce dessus, en poussant une hurlement de guerre. D'ailleurs, ils ralentirent un peu leur course, interloqués. Tout ce qu'il me fallait! Dans un bond, je pris appui de mes mains sur la tête d'une des créature pour faire un salto avant, vers les archers et avant même que mes pieds touchent le sol, je frappais de mon arme au sommet du crâne, les brisant probablement sur l'instant. Une seconde, le visage se changea en surprise totale, avant de s'effondrer au sol. Ils étaient faible, bien plus faible que ceux que j'avais vu fans les grand lacs. Probablement pour cela, qu'ils vivaient en groupe, l'union fait la force comme on dit. Mais leur nombre n'avait pas suffit.D'ailleurs, quand j'y pensais, il en restait encore deux, qui s'étaient figés, paniqués. Nous regardant tour à tour, elle et moi, comme si nous étions des démons sorties de l'enfer. Dans mon cas, ce n'était pas loin de la vérité, mais pour elle... Quoique.

Une respiration, et les deux peaux-vertes tentèrent de déguerpirent. Mais je fus tout aussi rapide, car d'une roulade je m'emparais de l'arc de la petite créature à mes côtés, j'encochais deux flèche qui dans la seconde filèrent droit dans le crane des deux créatures. Nous étions en présence, plus d'un champs de bataille, mais d'une véritable boucherie.

-Vous pouvez sortir!

Je m'esclamais à la mère et ses enfants qui étaient encore planqués derrière les arbres, alors que sans se faire prier, ils arrivèrent rapidement vers nous pour être protéger. Les yeux rempli de larme de joie, de remerciement et de soulagement. Mais ils allaient probablement remercier la Seikajiin...Peu importe, je fis craquer mes mains et les serrèrent tellement, que je fis couler mon sang, pour éviter de m’énerver encore. Je me mis simplement à avancer vers mon acolyte, déchirant une partie de mon tissu-oui, encore une fois, je passais mon temps à le faire pour un oui ou pour un non, ce qui me revenait cher en habit- pour rapidement faire un garrot autour de la jambe de la blessée. Même si, à tous les coups, elle était médecin ou des pouvoirs de guérison que j'allais envier, je ne pouvais me permettre de la laisser se vider de son sang.

-Maintiens bien ça, le temps d'arriver dans une ville. En espérant qu'on attire pas des prédateurs.

Je lui lançais un sourire franc, malgré que le pêché essayait de m'imposer à lui sauter à la gorge. Aussitôt rejoins par la petite famille qui arrêtait pas de remercier tout en pleurant, les nerfs qui devaient lâcher.










©Codage by Mr. Chaotik from Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: La jalousie étouffe souvent la tendresse du cœur    Dim 23 Avr - 19:59


La jalousie étouffe souvent la tendresse du cœur
feat.Sayo-Hee Yun Fang

   Bien trop énervée, je ne vis pas les actions de ma partenaire. De plus, mon esprit était fixé sur les adversaires qui me faisaient face, d’où mon attention focalisée sur ce qu’il se passait tout autour de moi. L’autre élue devait certainement agir comme une chef de son côté, vu son excitation de tout à l’heure, je n’avais certainement pas trop à m’en faire pour elle.
J’avais donc fini par éliminer tous ces brigands et commençais à me diriger vers les horribles créatures toutes vertes et pisseuses. Les flèches ralentissaient mon pas, lenteur qui profitait à la folle qui me servait d’alliée. Ses actions la rendirent presque héroïque, enchaînant les coups et les projectiles. Ainsi, elle exterminait les derniers ennemis qui restaient et tous étions sauvés.
L’instant qui suivit l’extermination fut tout simplement de réclamer aux otages de sortir de leur cachette. Puisque la menace avait été éliminé, il n’y avait plus de raison de s’en faire, ni pour eux, ni pour nous après tout.

La famille s’était donc précipitée vers moi pour me remercier en ayant les larmes aux yeux. La joie et le soulagement se lisait très facilement sur leur visage… Ce qui était tout simplement compréhensible. Je cachais ma blessure de leur yeux d’un geste naturel et je répondais à leur remerciement par un simple sourire et en osant mes mains sur la tête des deux minots.
Mais la minshujin s’était précipitée vers moi pour s’occuper de ma jambe. A croire que rien ne lui échappait. Elle avait donc déchiré une partie de son vêtement pour s’occuper de ma jambe blessée. Je la laissais faire, puisqu’elle semblait s’inquiéter de mon état, ou bien le faisait croire. Pendant qu’elle s’occupait de moi, je remarquais le sang qui s’écoulait de ses mains… Avait-elle, elle aussi, blessée ? Ou bien était-ce encore l’un de ses excès de colère ? Bonne question, n’est-ce pas ?
Du coup, lorsque cette demoiselle en eu fini de s’occuper de moi après m’avoir conseillé de maintenir ce qu’elle avait fait jusqu’à une ville, je ne pu m’empêcher de sourire et lui donner un coup de coude dans les côtes.

- Plutôt que de t’occuper de moi, ne devrais-tu pas t’occuper de tes propres blessures ? Regardes, tu inquiètes ces enfants.

La famille m’avait était reconnaissante, mais les enfants s’étaient aussi précipité vers ma binôme pour se serrer à elle.

- Merci… Merci de nous avoir sauvé mesdames…. Merci beaucoup.. !!

Je croisais les bras sous ma poitrine en l’observant.

- Tu vois, tu n’es pas la dernière de la classe. Sois fière de ces compliments qu’ils te font et ne te préoccupe plus de moi.

Je cassais le bout des deux flèches dans un silence…. Alors que je me mordais les lèvres pour ne pas hurler la douleur.

- Excusez-moi mesdames, mais… Serait-il possible de connaître vos noms ?

La mère des deux gosses avait fini par ouvrir la bouche pour connaître le nom de celles qui leur était venues en aide, chose tout simplement compréhensible.
Je jetais un coup d’œil à ma coéquipière et lui offrais un sourire. Ni elle ni moi ne nous étions présentées l’une à l’autre… Il était peut-être temps de lui donner cette opportunité.

- Vous pouvez m’appeler Kachou ou encore… La protectrice de Seika.

- De Seika ?

Je souriais naturellement à la mère et me tournais de nouveau vers la minshujin.

- Tu devrais donner ton nom toi aussi. Ce serait malpoli de ne pas leur faire connaître le nom de leur sauveuse. Tu fais partie de cette nation après tout, tu aurais plus de mérite que moi à donner ton statut.

Sur ces belles paroles, l’adulte qui nous faisait face dévisageait la princesse, tout comme ses enfants. Si elle se sentait bien moins supérieur à moi jusqu’à maintenant… Elle pouvait être servie en choses positives maintenant. Il n’y avait plus qu’à espérer qu’elle se calme.
Bref, j’avais d’autres choses à faire aussi… Comme partir pour Chikai. J’allais m’occuper de ma blessure… Oui, mais de mon côté. Je n’avais pas de temps à perdre dans les parages, puis ce n’était pas aussi dramatique que n’avait pu être ma situation à une autre époque.

- Bon, ce n’est pas tout ça, mais il est temps pour moi de vous laisser. Je suis heureuse de vous savoir sains et sauf vous et votre petite famille.

Me tournant de nouveau vers la petite princesse, je lui faisais un signe de la main.

- La prochaine fois… Faisons en sorte de mieux nous entendre. Puis… Merci pour le bandage, mais occupe toi aussi de tes mains, s’il te plait. Allez… On se reverra peut-être si le destin nous le permet.

C’était ainsi, que je reprenais la marche à suivre jusqu’à ma destination finale… La capitale.




Revenir en haut Aller en bas
Messages : 161
Yens : 444
Date d'inscription : 27/05/2015

Progression
Niveau: 46
Nombre de topic terminé: 15
Exp:
0/6  (0/6)
avatar
Sayo-Hee Yun Fang ¤ Inconnue ¤

-



MessageSujet: Re: La jalousie étouffe souvent la tendresse du cœur    Mar 25 Avr - 0:22







La jalousie étouffe souvent la tendresse du cœur

Feat. Kachou






J'avais vu juste a mon plus grand désespoir, la famille venait remercier en priorité la guerrière. Je préférais détourner mon regard avant que le pêché ne réagisse encore une fois. Tout mon corps tremblant de l'envie d'avoir l'attention qu'on lui portait. Et en plus, elle se montrait momentanément plus douce avec eux qu'elle ne l'avait été avec moi. Sales marmots à la bouille angélique qui pouvaient transformer cette créature sortie des enfers en un véritable agneau plein de douceur et de gentillesse. Est-ce que j’allais en venir à envier deux pauvres gamins qui avait du subit la peur de leur vie? Malheureusement, je ne contrôlais pas mes émotions quand l'Envie était présent. Alors à me répéter je pouvais envier même une pierre, alors de charmants petits enfants... Mais bon j'avais fini les premiers soins que je lui apportais, alors que je reçu un coup de coude dans la poitrine, mon regard surpris et interloqué se posant sur l'origine. L'auteur d'un tel acte n'était autre que l'élue de Seika, qui me lançait un grand sourire. Je restais perplexe à cela, avant qu'elle ne se prononce.

Un peu lente à la détente, sans réellement comprendre ce qu'elle me disait, je ne réagis pas de suite. Je devais sembler un peu comme un poisson hors de l'eau. Encore plus lorsque je sentis une légère pression autour de ma taille, alors que les enfants me câliner tout en me remerciant. Je baissais mes yeux sur eux dubitatif et interdite. Premièrement, je n'avais pas l'habitude d'être ainsi remerciée, alors que depuis toujours je faisais mon boulot de princesse de Yama et guerrière de la montagne. Mais deuxièmement, je n'avais pas l'habitude d'avoir à faire à des marmots. L'innocence et le gentillesse gratuite m'avait été dérobé dés mon plus jeune âge? Je savais ce que s'était bien sûr, j'avais lu et visité d'autres village de mon monde. Mais... Enfin pas besoin d'en rajouter. J'essuyais discrètement mes mains sur mon habit, un peu perdu et ne sachant pas quoi faire sur l'instant. Oubliant même la présence du pêché, qui étrangement s'était tût en moi.Je  tournais mon regard, muette comme une carpe, vers la Seikajiin, alors qu'elle s'exprimait à nouveau à moi. Elle me disait de profiter, mais n'avait-elle pas compris que le pêché m'y empêcherait à un moment ou un autre.

Pourtant, j'en profitais le temps que cela durait, suivant ses conseils, et je lui lançais un sourire franc et généreux, en réponse à ses paroles. La laissant occupée à ses affaires, rapidement interpellées par la mère des enfants. Finalement, elle lui donna son nom avec une simplicité déconcertante, là où moi j'avais eu tant de difficultés à avoir le vrai du faux. J'en perdis presque la mâchoire, alors qu'elle s'ouvrit en grand. Je regardais tour à tour Kachou et la mère, n'en croyant pas mes oreilles et mes yeux. Qu'avait-elle fait pour réussir là où j'avais échoué? La jalousie remontait peu à peu en moi, cette fois-ci dirigée vers la mère. Mais Kachou me rappela à l'ordre et une nouvelle fois je l'écoutais... Ce qui causerait une véritable crise, quelques temps plus tard, quand le pêché se rendrait compte de ce qui s'était passé.

-Je m'appelle Sayo-Hee Yun Fang, l'étoile du soir, la démone aux pêchés, l'éclair de Yama ou encore la guerrière de la montagne. Mais ici, je suis simplement Sayo-Hee, élue de Minshu...

J'avais à peine fini ma présentation, qu'une main se présenta à moi. Mes yeux allant de la main au visage de la guerrière, je restais muette une nouvelle fois. Que devais-je faire, après cette rencontre si atypique et aux débuts houleux. Mais après quelques secondes, je me mis à sourire à mon tour, tendant ma main pour la lui serrer fermement.

-J'espère que nous nous verrons dans de meilleures conditions. Et je te souhaite de bien rentrer chez toi. Mais je veux pas être impolie, il vaut mieux que tu partes vite, avant que le pêché reprenne ses droits sur mon corps. Je le sens déjà battre...


C'est ainsi que nous nous séparions, je ne savais dire si cette rencontre avait été positive ou négative. Mais elle avait été haut en couleur.










©Codage by Mr. Chaotik from Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

-



MessageSujet: Re: La jalousie étouffe souvent la tendresse du cœur    

Revenir en haut Aller en bas
La jalousie étouffe souvent la tendresse du cœur
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Rose gage d'amour éternelle et des lys gage de tendresse [Viktor]
» [ Amour, Jalousie, et autres Péripéties ] -PV-
» 07. Jalousie, quand tu nous tiens...
» De l'instint et de la tendresse ...
» Tsunami de Tendresse !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Manga Multiverse ::  :: République de Minshu :: Forêt luxuriante-


Crédits : Design : Phoenix & Pingouin Règlements & Contexte : Phoenix
Forum optimisé pour Google Chrome.