Partagez
L'échappée belle
Messages : 517
Yens : 1209
Date d'inscription : 19/09/2015

Progression
Niveau: 88
Nombre de topic terminé: 27
Exp:
L'échappée belle  - Page 2 Left_bar_bleue1/6L'échappée belle  - Page 2 Empty_bar_bleue  (1/6)
Valentine W.
Valentine W. ~ Vagabonde ~

-



MessageSujet: Re: L'échappée belle    L'échappée belle  - Page 2 EmptyMar 19 Mar 2019, 08:51

La traqueuse eut un soupire qu’on aurait presque pu rapprocher du ricanement lorsque la pirate lui demanda de mentir pour dire qu’elle avait cherché à la retenir, hochant négativement la tête.

Tu plaisantes ? J’essayais de dormir pour récupérer moi, je n’ai rien vu ou entendu de spécial.

Il suffisait d’écouter sa voix, moins lasse, plus joueuse et plus assurée, pour réaliser à quel point elle était en meilleure condition que quelques heures auparavant. Le sang ingéré avait boosté son organisme avec une efficacité redoutable, décuplée par le fait qu’il appartenait à un individu puissant, même si la blonde n’en avait pas conscience. Tout ce qu’elle savait, c’était que la plaie sur son flanc la faisait déjà bien moins souffrir, et que dans quelques semaines tout au plus, elle n’aurait plus qu’une vilaine cicatrice et une paire de mauvais souvenirs. Sur Era Necrolia, le décompte se serait plutôt fait en jours, voir en heures, mais le sceau qui bridait ses pouvoirs était encore puissant ... Et contre-productif au possible, mais la demi-vampire ne pouvait pas vraiment s’en plaindre. Elle avait très tôt réalisé que son dieu dépréciait les commentaires négatifs, et n’était pas partisane de l’idée de souffrir totalement inutilement pour son opinion, qu’elle gardait donc plutôt pour elle. Elle n’en pensait pas moins ... Mais nul besoin d’exprimer ce ressenti.

En quelques pas qui avaient retrouvé une certaine vigueur, elle s’approcha de la fenêtre, et s’accroupit devant. « elle n’avait rien vu ou entendu » ... ça, c’était sûrement le plus gros mensonge qu’elle avait eu à sortir depuis ... Une éternité. En y réfléchissant bien, elle n’était pas spécialement de nature à avoir besoin de mentir, de façon générale ... Mais certaines situations le demandaient. Et celle-ci, en particulier, ou plutôt, la personne pour laquelle elle mentait ... en valait la peine, à ses yeux. Tout simplement. Changeant ses deux index en griffes, elle les fit lentement rentrer dans la serrure, et commença le travail délicat de savoir sur quels pignons appuyer et à quel point, pour débloquer la rotation du mécanisme métallique et permettre l’ouverture. Un instant, elle se souvint encore du sourire espiègle de celui qui lui avait appris ce genre de choses ... Nathaniel. Son premier véritable amour, facétieux et mystérieux, avait sans nul doute des compétences de malandrin et de filou : pickpocket, cambrioleur, menteur et illusionniste, il avait à plus d’une reprise appris à sa belle blonde les trucs et astuces de certains de ses tours les moins recommandables. Si à l’époque, elle s’était drapée dans la dignité et l’honneur, et justifiait son écoute attentive par « une curiosité pure et désintéressée », elle avait bien des fois depuis été forcée d’admettre que ... ce genre de talents pouvait être d’un pratique absolument incomparable. Utilisés avec parcimonie, bien entendu... Mais une fois encore, le cas présent justifiait plus qu’amplement son geste, même si ce dernier pouvait être considéré comme une légère traitrise à sa nation, vu qu’elle portait assistance à une fuyujin. Pour l’hybride cela-dit, les choses étaient autrement. Zoro avait prouvé être une guerrière d’exception, une femme au caractère bien trempé et sur laquelle on pouvait compter ... Et quelqu’un à qui, même si elle ne la connaissait pas si bien que cela, elle avait envie d’accorder sa confiance. C’était pour toutes ces raisons que le « clic » de la fenêtre se déverrouillant lui fut si agréable à l’oreille, alors qu’elle se relevait et poussait la vitre d’une main. S’écartant pour la laisser passer, elle la regarda enjamber le rebord ... Et lâcher une dernière phrase.

Mhhh, ne te fais pas pincer ma grande ... Je ferais en sorte que tu l’ai, ton sake, quand je pourrais.

Souriant un peu, et croisant les bras alors qu’elle regardait la pirate s’enfuir, la traqueuse lâcha un long soupire fatigué en se laissant un peu aller contre le montant de la fenêtre. Pour ceux de son espèce, même le temps d’une vie humaine n’était pas bien long, et elle était tout à fait disposée à attendre un peu avant de revoir la demoiselle aux cheveux verts ... Mais cela ne l’empêchait pas de regretter ce départ un peu précipité par les circonstances. Elles avaient passé leurs derniers instants ensembles sans le savoir à dormir et tourner en rond, et maintenant ce temps semblait perdu, gâché ... Mais regretter serait sans effet. Revenant vers le lit, la traqueuse se jeta dessus, jugeant inutile d’essayer de refermer la fenêtre tandis qu’elle cherchait à se rendormir. Un coup de pouce du destin voulu que sa fatigue soit suffisante pour effectivement lui permettre de sombrer en quelques instants : lorsque, 20 minutes plus tard, deux serviteurs rentrèrent dans la chambre apporter un plateau orné de quelques victuailles, ils ne trouvèrent aucune pirate, et une demi-vampire assoupie sur les draps de soie. Bien entendu, l’alerte fut sonnée, l’élue réveillée en sursaut, et le chaos régna un instant dans le castel familial ... Mais il n’y avait plus aucune trace de l’échappée belle du jour. Que pouvait-on y faire ?

* *
*

Et donc ... Vous n’avez aucune idée d’où elle aurait pu désirer se rendre ?
La traqueuse hocha négativement la tête, affichant une expression avec juste ce qu’il fallait de fatigue, et tout le reste de résignation peinée. Je l’ignore totalement monsieur.
Une honte pour votre maison, seigneur Saijo. Laisser s’enfuir ainsi une quadruple meurtrière ... Le seigneur local semblait furieux au plus haut point ... Mais sa colère n’entamait pas l’impassibilité tranquille et, il fallait le dire, assez réconfortante du père de Marine. Et une Fuyujin, en plus de cela ...
Sama, vous savez comme moi que sa nation d’appartenance n’est en rien le fruit de sa volonté ... Et que ce paramètre aurait pu la faire condamner à lui tout seul. Je ne cautionne pas sa fuite, mais je la comprends. Tournant son regard vers Valentine, l’homme d’âge moyen l’observa avec une expression impassible ... Même si l’hybride crut décerner autre chose sur ses traits. Bien sûr, je me sens personnellement responsable de l’échec de son confinement, et j’en conçois une grande honte. De plus, justice ne sera sûrement jamais rendue ... Ma seule consolation est le retour en ces murs de ma fille ainée.
Bien sûr, le fait que votre héritière ait été retrouvée constitue un soulagement énorme pour nous tous seigneur Saijo ... Mais cela ne doit pas obscurcir notre jugement sur ce qui a été fait.

La traqueuse retint un soupire. Être forcée à s’asseoir sur ses talons n’était pas suffisant : il fallait en plus que cela dure longtemps, qu’elle n’ait pas l’autorisation de bouger un cheveu, et qu’on la juge ... Heureusement, malgré ses paroles fortes, le seigneur ne semblait pas vouloir châtier une élue du serpent, ou en tout cas pas trop lourdement. La nuit était tombée depuis un certain temps, et malgré le temps qu’elle avait déjà passé à se « reposer », elle serait bien retournée sous ses draps pour s’y endormir ... Et bien entendu, ce n’était même pas une idée envisageable, pour le moment. Enfin ... Prendre son mal en patience était la seule option lui restant, pour l’heure. Et elle en fut « presque » récompensée lorsque le seigneur décida finalement d’énoncer la sentence décidée, qui avait été consignée sur un parchemin.

Elue du serpent Valentine Weathley, pour les crimes dont vous vous êtes rendue coupable sur notre territoire et sous notre juridiction, et afin de rembourser vos méfaits auprès de la communauté, je vous condamne à 6 semaines de travaux d’intérêt public, ainsi qu’à une interdiction formelle de chercher à quitter la ville durant cette période. Vous serez mise à disposition du sieur Saijo, dont les décisions guideront les attributions de vos tâches, et qui veillera à votre bien être durant cette période. Repliant le parchemin, le seigneur observa directement l’hybride avec un air dur, poursuivant. L’extrême clémence dont nous faisons preuve aujourd’hui est dû aux services que vous avez rendu à notre village en déstabilisant ainsi une partie de son marché noir, ainsi qu’en ramenant à son père mademoiselle Sashañya, qui était portée disparue depuis presque deux mois. Inspirant profondément, le Daïmyo finit par lever une main à plat devant son visage, fermant les yeux. Manshee soit témoin de la décision arrêtée aujourd’hui, puisse-t-il guider nos cœurs et illuminer nos esprits. Bien ... En l’absence de votre compagne, nous levons dès à présent cette séance exceptionnelle. Seigneur Saijo, merci de nous avoir accueilli.

Se relevant lentement –un geste qui fut prestement suivi par les quelques serviteurs et autres gens présents dans la salle – de sa position assise sur le sol, le Daïmyo ordonna qu’on affrète les porteurs de sa voiture personnelle, afin qu’il puisse repartir rapidement. Quittant la salle, il fut suivi par ses gardes et les rares servants qui le servaient jusqu’ici. Se mettant en marche, le seigneur Saijo, le père de Marine, invita l’hybride à venir avec lui, marchant dans les couloirs longs et propres de sa demeure.

J’espère que vous ne tiendrez pas rigueur à ma fille de la situation dans laquelle elle vous a placées, vous et votre amie ...
Oh, pour être honnête ... Je savais dès le départ que cette histoire ne se terminerait pas sous les meilleurs auspices. Le résultat obtenu me satisfait amplement, monsieur. En revanche, si je puis me permettre ... Qu’allez-vous me faire faire ?
Oh, et bien ... La raison pour laquelle Sashañya avait fui était mon refus catégorique de lui apprendre certaines disciplines ... considérées « masculines », comme l’équitation, le maniement d’une arme blanche ou encore la lutte à main nue. Son départ ... N’était bien sûr pas la solution, mais il m’a ouvert les yeux. Le bonheur de ma fille m’importe plus, malgré ce que je pensais, que l’étiquette ... Aussi je pensais lui prendre un tuteur ... Mais je n’ai trouvé personne de qualifié pour le moment. Mais à écouter son témoignage et l’ardeur avec laquelle elle vous a défendu prouve qu’elle vous respecte énormément ... Cela serait donc déjà un excellent point de départ. Mais peut-être n’avez vous pas les compétences requises pour enseigner, encore moins ces pratiques ?

La traqueuse réfléchit un instant ... Elle ne se souvenait plus depuis combien de siècles elle n’avait pas formé un enfant à quoi que ce soit ... Pourtant, c’était un sourire qui éclairait son visage, alors qu’elle répondit.

Je pense tout à fait être en mesure de lui inculquer les bases de ce qu’elle demande, monseigneur ... même si un délai de 6 semaines me semble bien cours, je resterais plus longtemps, si besoin, ne vous en faites pas. Et également ... Même si je n’ai jamais fugué, je comprends parfaitement ce qu’elle ressent, j’ai éprouvé les mêmes désirs fut un temps ... Et je vous remercie de tout cœur de privilégier son bien-être.


"La plus grande Nemesis que j'ai jamais dû affronter ... C'est moi-même." :
 


"Ceci dit, petite boule est devenue grande ... Mais il s'appelle toujours Oor'ka.":
 
Revenir en haut Aller en bas
L'échappée belle
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» [UploadHero] La Belle et la Bête [DVDRiP]
» La vie n'est ni belle ni moche. Elle est ce qu'on en fait...(Jersey)
» La jalousie est la seconde plus belle preuve d'amour, après le don de soi. (Eponine et Hélio)
» Aussi belle que la lune, brûlante comme le soleil +ELOÏS
» Les chansons du muguet

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Manga Multiverse :: L'échappée belle  - Page 2 190103103231202569 :: République de Minshu :: Grands lacs-


Crédits : Design : Phoenix & Pingouin Règlements & Contexte : Phoenix
Forum optimisé pour Google Chrome.