Partagez | .
La fin des chemins, le début de la route
Invité Invité

-



MessageSujet: La fin des chemins, le début de la route   Jeu 26 Jan - 20:47



La fin des chemins, le début de la route
feat. SOLO



Nishizumi Miho
En train d'attendre

Takebe Saori
En train d'attendre

Isuzu Hana
Dans le tank



Akiyama Yukari
Dans le tank

Reizei Mako
En train d'attendre

Alycea Kitasu
En train d'attendre



Bientôt réunies


Un panache de fumée pointait à l’horizon de la plaine. Pas des plus sombres, pas des plus oppressants, juste une simple petite colonne de fumée grisâtre, qui indiquait le début de quelque chose, mais aussi la fin d’une autre. La fin de moments difficiles, des temps où les loups régnaient en maître, où la crainte et l’ignorance dominaient sans partage. Le début d’un moment qui s’annonçait des plus prometteurs, et qui avait été attendu pendant des longs moments, pendant des mois entiers…

Ce qui approchait, à l’horizon, était bel et bien le blindé… Le panzer IV, qui avait sût se faire un nom en Kosaten de par son étrangeté que son engagement aux cotés des forces de la république du serpent, posait ses chenilles d’acier dans le sol calme et régulier de la plaine. Bien loin des montagnes qu’il avait emprunté, bien loin des routes pavés que l’on pouvait trouver aux abords de la capitale. Certes, les roues prenaient l’humidité de l’herbe et la couleur de la terre en passant par quelques flaques boueuses que l’on pouvait rencontrer, mais rien d’impossible pour le poids lourd, qui avait connu pire que ça…

Et il était attendu de pied ferme. Avant même qu’il ne soit visible, les sens aiguisés de la Kitasu avaient détecté la colossale masse de fer en approche, et avait prévenu les différentes jeunes filles de l’arrivé de ce qui était pour elle l’achèvement de mois de séparations et d’inquiétudes. En effet, depuis qu’elles avaient retrouvée Saori (et accueillit par la même occasion Tamae, la petite protégée de la rouquine), la Kitsune et la Nishizumi s’étaient rendues chez Natsume, qui hébergeait depuis bien longtemps la Reizei. Les retrouvailles furent particulièrement chaleureuses entre elles, tout particulièrement de la part de Mako qui, retrouvant son amie d’enfance après l’avoir vu tomber sous les balles, ne put contenir ses larmes.

Oui, bien évidement, il y avait aussi Harall dans cette histoire, qui veillait sur la jeune fille pendant que Natsume était loin, parti au cœur des territoires neutres pour aider une population en proie à une dangereuse épidémie. Dans toute cette histoire, dans ce rassemblement comprenant maintenant bien 6 jeunes filles (3 tankistes, une Kitsune, une enfant et Harall), il était clair que la fête pouvait battre son plein, d’autant qu’avec ce qu’avait appris la Kitasu aux cotés d’Aki Nishiie, elle rendait petit à petit la mémoire à la rousse. C’était long et fastidieux, terriblement éprouvant pour l’être surnaturel, mais cela portait de bons résultats, puisqu’elle arrivait maintenant à trouver, par instants, des souvenirs en rapports avec son ancienne vie, et quelques autres vis-à-vis de Kosaten. Aucun lien pour le moment avec ce qui lui était arrivée dans la forêt luxuriante, mais c’était loin d’être indispensable.

Les jeunes filles, à cause de l’arrivée massive de personnes, étaient un peu à l’étroit non loin dans la cabane du gardien de la plaine, si bien que, motivée à rester ici, elles allaient régulièrement au village pour aller récupérer quelques ressources, tels des planches, des clous ou quelques pierres, qui étaient livrés sur place. Même si elles n’étaient pas particulièrement riche, la bonne foi des habitants de la plaine, qui connaissaient bien l’androgyne et pouvaient accorder des réductions à ses amis, et la présence du sceau de Manshe aidait bien, et en quelques jour, une petite cabane fut construite, relativement sommaire certes. Elle ne comprenait à vrai dire que quelques espaces pour dormir, un peu de stockage et de rangement, mais elles avaient maintenant un toit au dessus d’elles, et tant bien même c’était temporaire, la sensation de pouvoir appeler un endroit ‘’maison’’ n’avait pas de prix…

Et pour la construire, chacun avait retroussée ses manches ! Si au début, c’était la partie plus technique qui démeurait régnante, à savoir les plans, qui furent confiées à la Reizei, ce fut rapidement les commandes qui prirent une place majeure, orchestrée par la bonne volonté de la rousse et de la Nishizumi. Bien entendu, la Kitasu et Tamae firent du mieux qu’elles purent, mais ce fut surtout sur la construction qu’elles se rendirent utile, étant toutes deux de grandes casse-cous agiles qui montèrent sur le toit pour le faire. Et à part une chute de Tamae, qui fut rattrapée par Saori, qui ne pouvait s’empêcher de s’inquiéter en voyant la plus jeune faire à sa guise. Mais bon, c’était dans sa nature de prendre des risques…

Mais est-ce que cela pouvait se comparer au fait que le blindé arrivait, contenant en son sein les dernières personnes qui manquaient pour que le groupe soit complet ? Aucunement.


Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: La fin des chemins, le début de la route   Jeu 26 Jan - 21:09



La fin des chemins, le début de la route
feat. SOLO



Nishizumi Miho
Câlin collectif

Takebe Saori
Câlin collectif

Isuzu Hana
Câlin collectif



Akiyama Yukari
Câlin collectif

Reizei Mako
Câlin collectif

Alycea Kitasu
Observe la scène
avec bienveillance



Larmoyantes retrouvailles


Il ne fallut que quelques dizaines de minutes supplémentaires pour que l’amas de tôle et de fer ne s’immobilise non loin de la maison de l’androgyne. Ce dernier était descendu plus tôt, pour s’occuper d’un homme dont la jambe était blessée suite à une mauvaise chute. S’il avait pu venir avec le groupe et aller se faire soigner dans la maison du gardien de la plaine, l’autochtone avait été trop impressionné par la bête de fer pour vouloir s’en approcher, si bien que le Naegi avait du descendre pour le soigner sur place et l’emmener jusqu’au village, non loin, pour se charger de lui à l’auberge. Et puis, le connaissant, il n’aurait aucun mal à revenir en quatrième vitesse dès lors qu’il aurait fini. Après tout, son endurance et sa vitesse de course était plutôt phénoménale, proche d’un athlète malgré son jeune âge. Peut-être aurait-il une grande carrière dans le monde d’origine des lycéennes…

Mais pour le moment, même si toutes appréciaient le jeune garçon, il n’était pas la priorité, oh que non ! Le panzer, inerte, laissais lentement dévoiler ses deux occupantes, qui descendirent promptement, l’air visiblement éreinté par le long voyage qu’elle avait faite, à rouler jour et nuit pour arriver jusqu’au cœur de la plaine de Minshu, mais… Elles étaient enfin arrivées, elles étaient enfin là…

Et enfin… Elles purent voir que même la mort ne les séparerait pas… Miho… Saori… Et Mako… Les trois étaient vivantes, les trois étaient là, à quelques pas d’elles, debout, souriantes, heureuse de les revoir après être toutes les trois passées d’un côté d’où personne ne revenait… L’androgyne ne leur avait pas menti… Il avait raison… Et qu’elles avaient été sottes de ne pas le croire, même si ceci… Etait un miracle… Un miracle tout simplement, qui montrait une chose… C’était que cet homme, ce meurtrier qui était à l’origine de ce cauchemar… N’était pas invincible… Il avait échoué, puisqu’elles étaient là…

Et tant bien même les jeunes filles avaient prit beaucoup plus d’assurances en comparaison de leurs premiers pas sur Kosaten, et qu’elles essayèrent de faire bonne figure, en affichant comme leurs trois camarades un sourire enjoué, ce fut rapidement leurs émotions qui prirent le dessus en à peine quelques secondes, et l’Akiyama se jeta sur ses amies qu’elle n’aurait jamais pensé revoir. Même l’Isuzu, qui essayait de faire de son mieux pour se contenir, ne put s’empêcher de verser quelques larmes en suivant les pas de son amie, pour faire ce que l’on appellerait couramment un câlin collectif entre les cinq lycéennes. Certes, Harall, Tamae et Alycea étaient de bonnes amies, mais elles savaient très bien qu’il ne fallait pas déranger pour le moment, les étudiantes d’Oarai vivant actuellement dans un autre monde…

Un monde où l’injustice et le mal perdaient et disparaissaient, un monde où la mort, sous les traits de cet élu de Fuyu, n’aurait jamais existé, un monde… Où les jeunes filles étaient on ne peut plus heureuses, rien qu’en étant ensemble… Oui, c’était un petit nuage de coton sur lequel elles se trouvaient toutes, ce n’était rien d’autre qu’un moment d’euphorie au milieu de l’obscurité, mais… Elles s’en moquaient bien actuellement, tant bien même ce monde avait ses défauts, tant bien même cela n’avait été qu’un enchaînement d’épreuves difficiles avec de rares accalmies, les jeunes filles… Pouvaient enfin sortir la tête de l’eau, et respirer… Et même si cela se faisait dans les larmes, aucune ne souhaitais y mettre un terme… Et ce fut après bien des secondes que l’une d’entre elles prit la parole :

Vous… Vous nous avez manqués… Terriblement…


En effet, les mots étaient faibles pour exprimer à quel point toutes avaient souffert. Celles qui avaient été frappées d’amnésie avaient dû se débrouiller seules (ou auraient dû, si l’androgyne et la Kitsune ne s’étaient pas occupées de la réception), tandis que les deux autres avaient dû subir le fardeau de savoir que leurs amies étaient partis, et de tenter tant bien que mal de trouver une raison à continuer. Abandonner aurait été une porte de sortie, mais… En aucun cas une solution… Et tant bien même le chemin qu’elles avaient empruntés était loin d’être parfait, il s’arrêtait aujourd’hui, comme celui des autres… Il était temps pour ce groupe de se réunir, et d’outrepasser tout le mal qu’elles avaient subis…

Il était temps de vivre sous un nouveau jour !




Dernière édition par Anglerfish Team le Ven 27 Jan - 0:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: La fin des chemins, le début de la route   Jeu 26 Jan - 22:15



La fin des chemins, le début de la route
feat. SOLO



Nishizumi Miho
Face aux autres

Takebe Saori
Debout

Isuzu Hana
Debout



Akiyama Yukari
Debout

Reizei Mako
Debout

Alycea Kitasu
Observe la scène
avec bienveillance



Couper le contact


Rien n’était probablement plus fort actuellement que le sentiment qui envahissait les jeunes filles. Savoir que les autres, étaient bien là, étaient bien réelles, était quelque chose d’extraordinaire, et ça, les différentes témoins de la scène pouvaient le confirmer. Si la jeune Tamae était très contente pour Saori, sa grande sœur adoptive, elle ne pouvait s’empêcher d’être au fond un peu jalouse et anxieuse que ces autres personnes qu’elle ne connaissait pas ne la monopolisent de trop, pour risquer au final de disposer de moins de temps pour être avec elle.

Et de l’autre coté, il y avait l’étrangement songeuse Alycea. Certes, et bien évidement, elle était très heureuse pour son amie que cette dernière retrouve enfin toutes les personnes avec qui elle devait être, mais cela signifiait aussi la fin du voyage de son coté. En effet, la Kitsune avait encore un nombre considérable de chose à faire, et elle allait devoir s’entrainer avec Aki Nishiie, sa maîtresse d’apprentissage. Après tout, si elle avait été jusqu’à Chikai pour la rencontrer, cela avait été pour cette raison, et c’était uniquement pour aider la Nishizumi à retrouver ses camarades qu’elle n’était pas restée dans la capitale du pays du soleil. Alors allez savoir pourquoi aujourd’hui une certaine fièvre nostalgique s’emparait d’elle ?

Mais au milieu de ce moment d’émotion, ce qui créa la surprise ne fut pas les jeunes filles qui se retrouvaient, et qui n’avaient pas encore réellement discutées, non… Ce fut bel et bien le blindé. En effet, l’amas de fer et d’acier semblait réagir à la réunion des jeunes filles, et comme pour marquer le pas, il commençait à briller, d’abord faiblement, puis d’une manière de plus en plus puissante, jusqu’à en devenir tout simplement éblouissant. Ce n’était pas les phares, ce n’était pas le canon, non, c’était l’intégralité du blindé qui luisait d’une puissance incommensurable, pour commencer, lentement, à prendre de plus en plus de masse, de volume, de force, de puissance…

Avait-il réagit aux cœurs soignés des lycéennes ? Possédait-il lui aussi une âme ? Personne ne pouvait le dire, mais il était clair maintenant qu’il avait évolué… Que le petit panzer IV, tank moyen ayant connu bien des combats et des situations catastrophiques, était devenu une bête encore plus terrible, encore plus impressionnante, encore plus terrible que tout ce qu’avait put autrefois être… Son teint grisâtre était devenu rouille certes, et de nombreux impacts et fissures indiquaient qu’il faudrait au moins des journées entières, voir des semaines pour en faire la totale révision, mais… Ce fut la réaction des jeunes filles qui permirent de comprendre un peu mieux :

Ce… Ce n’est pas


Un… Maus… Un panzer VIII… Maus…



En effet… Le blindé était devenu l’un des tanks les plus puissants et les plus lourds que le monde avait pu connaître. Tant bien même il s’agissait d’un prototype, qui avait son lot de défaut, c’était… Le leur… Cela faisait un choc aux jeunes filles, qui avaient depuis toujours guerroyées avec le Panzer IV, et après tout, elles étaient aussi un peu sous le choc d’une telle transformation. Et après quelques petits coups du dos de la main sur le blindage, pour vérifier si ceci était bien réel, l’Akiyama, qui ne perdait pas le nord en terme de blindé, se mit au garde à vous, les larmes aux yeux, comme pour remercier ultimement le panzer de les avoir mener aussi loin, et d’être encore là malgré tout ce qui s’était déroulé… Geste qui fut suivit et imité par les autres jeunes filles, en simple guise de respect et de remerciement, avant que le silence ne soit troublé par l’Isuzu, qui tendit son bras à la Nishizumi, en donnant les clés, maintenant différentes, du panzer, en disant d’une voix encore émue :

Elles te reviennent plus qu’à moi. Je ne suis pas faite pour ça… Ce… C’est toi que je suivrais, Miho, où tu iras… Où nous irons…


La Nishizumi, d’abord surprise, fut la cible des différents regards, avant de prendre les clés dans ses deux mains, et de fermer les yeux, en faisant quelques pas, pour se tourner vers l’abri qu’elle et les autres avaient construit… Puis, elle rouvrit les yeux, en l’observant un peu, mais surtout en voyant beaucoup plus loin, pour répondre d’une voix amicale et conciliante :

Et pourquoi… Ne pas couper le contact… Au moins un temps ?


Elle se retourna juste après avoir dit ces quelques mots, un sourire simple aux lèvres. Oui… Toutes avaient envie de se reposer, de ne pas se morfondre à savoir où elles seraient demain, ce qui les attendraient… Elles souhaitaient poser bagage, avoir un sentiment de calme, de repos, de chez-soi… Et il n’y avait pas meilleur endroit qu’ici pour ça…

Hier cinq voies entremêlées… Et maintenant… Une route calme et sereine…


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

-



MessageSujet: Re: La fin des chemins, le début de la route   

Revenir en haut Aller en bas
La fin des chemins, le début de la route
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Trois chemins qui se croisent (PV Oeil de Lynx et Nuage de Cerisier)
» les chemins de la liberté
» A la croisée des chemins
» Ce qu'apporte la poussière des chemins [Aetius][Terminé]
» Quatre Chemins, Trois Chatons [PV Petite Perle et Petit Courage]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Manga Multiverse ::  :: République de Minshu :: Plaine verdoyante-


Crédits : Design : Phoenix & Pingouin Règlements & Contexte : Phoenix
Forum optimisé pour Google Chrome.