Partagez | .
Le festival de Tsuniya
Invité Invité

-



MessageSujet: Le festival de Tsuniya   Sam 28 Jan - 1:48



Le festival de Tsuniya
feat. Natsume Naegi



Nishizumi Miho
Dans le blindé

Takebe Saori
Dans le blindé

Isuzu Hana
Dans le blindé



Akiyama Yukari
Dans le blindé

Reizei Mako
Dans le blindé
Alycea Kitasu
Sur le blindé

Tamae
Sur le blindé



En route !


C’était une belle journée qui s’annonçait sur la plaine, ou plutôt qui s’était copieusement entamée déjà. Ayant consacrée toute la matinée et une bonne partie de l’après midi à continuer la fabrication de la maison où les jeunes filles comptaient se reposer, avoir enfin un endroit d’où elles pourraient décider où partir et où aller. Quand bien même le travail était physique, difficile et parfois pénible, les lycéennes y allaient de bon cœur, se donnant à fond à chaque instant pour qu’en quelques jours, les fondations et les plans de ce qui allait être une bonne cahute et un hangar conséquent voient le jour. Mais ce n’était encore le début des travaux, et il faudrait encore de longues journées pour qu’elles finissent l’immense chantier, voir des semaines entières !

Et pourtant, il y avait du monde pour les épauler. Déjà à elles cinq, elles avaient cette force de caractère qui pouvait déplacer des montagnes, mais elles pouvaient compter sur l’androgyne, qui était après tout leur nouveau voisin, mais aussi sur Harall, sur Alycea, sur Tamae, présent eux aussi pour les aider, mais d’une manière plus inattendue, sur les habitants du village proche, qui assistait d’une manière tout de même intéressée les élues. En effet, avec elles à proximité, en plus du gardien de la plaine, ils étaient sûrs d’être débarrassés de toute forme de banditisme et de problème, tout du moins c’était leurs espérances, ce qui pouvait après tout se comprendre. Kosaten était un monde dangereux, ça elles en avaient prit conscience en payant le prix fort, mais elles ne referaient pas deux fois la même erreur, ni pour elles ni pour personne !

Mais elles devaient avouer qu’une certaine forme de routine s’installait. Se lever aux aurores, passer des commandes sur les différents villages, écrire des lettres aux différents services de Minshu pour obtenir de l’aide de la part de l’état (et par la même occasion, entraîner la jeune et motivée Tamae, dont le rêve était d’être une grande messagère), mais aussi et surtout donner des coups de marteau, déplacer du bois, fixer avec des cordes les fondations, ramener de la pierre, aplanir le terrain… Bref, les lycéennes, relativement autonome, s’improvisaient ouvrières des bâtiments publics, mais avec tout de même des résultats plus qu’honorable !

Tout cela amenait les jeunes filles à prendre au moins une demi-journée de repos bien méritée. Mais pour faire quoi ? Elles savaient que si elles restaient sur place, à voir le chantier en cours, elles risquaient de s’y remettre. Il fallait qu’elles se changent les idées, et ce fut par l’intermédiaire d’un petit message laissé par des habitants enjoués qui donna un sens à cette journée : En effet, à quelques heures de là, peut-être trois heures en se dépêchant (ou en roulant en blindé), se trouvait une petite ville bien sympathique et un peu plus grosse que les villages de la plaine qu’avaient pu voir les jeunes filles pour le moment.

Côtière, nichée en haut d’une falaise d’une bonne trentaine de mètre de haut, nommée Tsuniya, la ville était un endroit paisible, habituellement peu fréquenté, qui était un tout petit port de pèche et de commerce, qui n’avait pris son importance que récemment, avec l’arrivée de plusieurs familles Seikajins, en provenance directe de Tokonatsu. Si rien ne permettait initialement de distinguer la petite bourgade des autres, ce fut bel et bien par cette journée qu’elle comptait devenir une petite destination d’importance ! En effet, utilisant les restes d’un très lointain festival qui était organisé de temps à autres, la petite communauté avait décidé d’en faire un événement bien plus populaire, et les anciens habitants du phénix, enjoués à l’idée de mettre le feu (pas au sens propre, bien évidement), avaient organisés un festival qui risquait de se montrer tout de même impressionnant…

Toute la plaine parlait de ce qui risquait d’être l’événement de la saison, si ce n’était de l’année ! Les lycéennes, trop concentrées par le labeur qu’elles donnaient chaque jour, n’avaient guère fait attention à ces détails, mais actuellement, elles étaient plus que tentées d’y aller… Après tout, cela permettrait de se changer les idées, mais aussi de vivre un moment convivial en groupe, comme elles avaient pu tant en avoir par le passé. Le mal qu’elles avaient eu était derrière elles, et un prometteur avenir se dessinait. Il fallait juste tendre les bras.

En tout cas, elles en informèrent l’androgyne bien rapidement, et s’empressèrent de charger les quelques affaires dont elles risquaient d’avoir besoin (c'est-à-dire très peu de chose) dans le blindé, pour ce qui allait être un premier voyage ! En effet, le Maus n’avait presque pas été utilisé depuis son apparition, tant il y avait un nombre conséquent de réparation à faire dessus. Mais après quelques ajustements techniques qu’avaient put faire le groupe dessus, lorsqu’elles attendaient les ressources pour construire la future demeure, elles réussir à faire démarrer le moteur, qui semblait être emprunt d’une force rare ! Elles étaient prêtes, et une seule question, à l’initiative de la Nishizumi, fut posée :

Tout le monde est prêt ? On peut y aller ?


Toutes, à l’intérieur du blindé, hochèrent la tête ! Mako aux commandes, Saori à la radio (qui ne fonctionnait pas, mais c’était un détail), Yukari en pourvoyeuse, Hana en tireuse, Alycea et Tamae en passagère sur le blindage, elles étaient prêtes à y aller, mais il fallait tout de même attendre l’androgyne et Harall ! Après tout, ils étaient de la fête eux aussi !


Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1263
Yens : 221
Date d'inscription : 29/08/2016
Age : 16
Localisation : Plaine Verdoyante

Progression
Niveau: 124
Nombre de topic terminé: 54
Exp:
8/12  (8/12)
avatar
Natsume Naegi ¦ Justicier ¦

-



MessageSujet: Re: Le festival de Tsuniya   Sam 28 Jan - 17:27








Le festival de Tsuniya

feat Anglerfish Team

Musique
Un petit quotidien s'était installé sur la Plaine Verdoyante. Depuis la réunion de l'équipage du panzer et son installation à côté de chez Natsume, les journées semblaient bien plus mouvementées qu'à l'accoutumée.

Suite à ses rondes, l'adolescent aidait les cinq filles à construire leur maison, principalement en s'occupant de ramener les matériaux. Son entraînement avec Aeleus lui permettait de porter de lourdes choses ce qui était un avantage non négligeable pour une construction de bâtiment.

Cependant, il ne comprenait absolument rien à toute l'organisation dont faisaient preuve les adolescentes. C'était donc Harall qui les aidait à ce niveau-là. En tout cas, avec cette vie, Natsume pensait très sérieusement à ne plus faire les missions concernant la guerre. S'il voulait protéger ce qui lui était cher, ce ne serait pas en allant dans les Territoires Neutres.

Tout cela permettait de plus d'installer une routine qui pouvait se répéter une fois l'équipage rentré dans son monde. Le garçon à l'écharpe avait pour projet de les y suivre pour vivre avec Mako et Harall. Cependant, une question se posait : Que faire avec Alycea et Tamae ? Si la Kitsune avait des plans sur Kosaten, la petite fille n'avait que Saori de ce qu'avait compris Natsume. Comptait-elle aussi venir dans l'autre monde ?

Mais bon, ce n'était pas à l'adolescent de se poser ces questions, cela le perturbait simplement. Sans doute l'équipage y avait déjà réfléchi.

En tout cas, cette journée s'annonçait comme les autres, la ronde du Gardien de la Plaine n'avait rien donné. Aucun perdu ou blessé et c'était tant mieux, cela voulait dire que la Plaine était de plus en plus sécurisée.

Cependant, l'étendue verte était bien plus animée que d'habitude. Beaucoup de touristes étaient présents et ne parlaient que d'un événement qui allait se passer à Tsuniya. Visiblement, des gens de Tokonatsu allaient y faire un festival. Natsume pensait à un festival O-Bon comme on en voyait dans les mangas. Il avait toujours rêvé d'y aller et s'était mis d'accord pour se rendre à la petite ville côtière en début d'après-midi.

C'était un endroit auquel Natsume n'allait pas souvent et pour cause, malgré la grandeur de l'endroit, il n'y avait rien à y faire. C'était donc une occasion de voir ce que cet endroit avait à offrir.

Le temps que les membres de l'équipage préparent leurs affaires, l'adolescent cuisinait quelques en-cas. Evidemment des gyozas mais aussi des Taiyakis dont des touristes de Chikai lui avaient donné la recette. Il voulait d'abord faire un essai pour voir si les ingrédients de Kosaten correspondaient avant d'apprendre à les perfectionner avec Mako.

Une fois les snacks préparés, il ne restait plus qu'à y aller et l'équipage ainsi que Alycea et Tamae étaient déjà sur le départ. Harall rapetissa pour s'installer comme à son habitude dans Erimaki et Natsume rejoignit la Kitsune et la petite fille sur le toit.

On est prêts ! Ca va me faire bizarre de voyager jusque là-bas, j'y vais quasiment jamais...

Murmura-t-il, attendant que le blindé se mette en route. Il se serait bien installé avec la Reizei mais il valait mieux qu'elle puisse se concentrer sur la conduite bien qu'elle aie appris les bases au garçon à l'écharpe.

Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Le festival de Tsuniya   Sam 28 Jan - 21:57



Le festival de Tsuniya
feat. Natsume Naegi



Nishizumi Miho
Dans le blindé

Takebe Saori
Dans le blindé

Isuzu Hana
Dans le blindé



Akiyama Yukari
Dans le blindé

Reizei Mako
Dans le blindé
Alycea Kitasu
Sur le blindé

Tamae
Sur le blindé



En route !


Et voilà que, sans s’en rendre compte ou presque, en étant parti d’une manière plutôt sur les chapeaux de roues, le groupe de 9 se dirigeait vers la ville de Tsuniya ! Seul le tanuki de Natsume restait, mais connaissant le caractère plutôt aigri de l’animal, ce n’était pas forcément un mal. Déjà qu’il ne supportait pas la présence de la Reizei, le forcer à cohabiter avec un nombre beaucoup plus important d’humaine aurait probablement eu raison de sa bonne conduite, et cela aurait pu créer un véritable cataclysme digne de cartoons que l’on pouvait voir à la télévision, enfin, s’il y en avait sur Kosaten.

Le Maus fut tout de même la principale source d’inquiétude pour le voyage. En effet, le lourd panzer, qui n’avait eu que quelques réparations mineurs, faisait ici son baptême de terre si l’on pouvait le nommer ainsi. En effet, c’était la première fois qu’il allait se mouvoir pendant plus de quelques minutes. Là, c’était des heures de voyages qui s’annonçaient, presque aussi conséquent qu’un départ en vacance avec un nombre de bagage certes limité, mais des passagers en surnombre et surtout, pas la moindre trace d’un embouteillage sur le chemin !

Mais il réagit, ronronnant avec douceur et rage, avant de se mettre à roder les pistons et les engrenages. Si au début, la conduite de la Reizei était loin d’être douce, faisant vivre à ses passagers un nombre considérable d’à-coups afin de vérifier les possibilités et les limites du blindé (une sorte de test ultime, en faisant subir des contraintes au moteur dès le départ, cela permettait de savoir s’il aurait eu un problème, et d’éviter de devoir rentrer à pied). Et malheureusement, les sacs à vomis n’étaient guère disponibles. Enfin, si les lycéennes avaient l’habitude de voyager ainsi, et que la petite Tamae était une battante qui s’en amusait grandement, ce fut la Kitasu, avachi contre le canon, qui en souffrit le plus, subissant chaque remous. Après tout, pour une créature de la forêt, les blindés étaient tout sauf familiers.

Mais au final, le Panzer VIII avançait vite, aussi vite qu’une petite souris ramenant son fromage à son terrier ! Bon, à la différence que la souris du groupe pesait plus de 180 tonnes, mais c’était un détail, comme beaucoup de chose. Voyez vous, tout est une question de détail, c’est après tout sur ça que l’on peut différencier un blindé d’un autre et…

Pour en revenir aux jeunes filles, rassurée de voir que le voyage se déroulait bien alors que la Reizei avait fini ses tests et adoptait une conduite stable mais concentrée, impassible mais en même temps terriblement contente de pouvoir s’essayer de nouveau à la conduite d’un blindé, une discipline où elle excellait, un parmi tant d’autres certes, mais une où elle n’était pas seule ! Ensemble, les jeunes filles avaient le potentiel de faire des miracles ! C’était leur plus grande force, le travail d’équipe !

Le voyage de déroula donc bien, et alors que le soleil commençait sérieusement à décliner, l’on pouvait voir à quelques minutes de là la ville de Tsuniya, objectif actuel des jeunes filles ! Il semblait déjà que l’endroit était copieusement animé, puisqu’en effet, un rassemblement de personne s’était formé, ainsi que de longues files d’attentes pour entrer ! Toute une ville était en ébullition pour cette soirée, et c’était à se demander si elle n’allait pas littéralement exploser d’impatience tant elle bouillonnait ! Ce genre d’endroit, ce genre d’atmosphère, pouvait présager du meilleur, comme du pire ! Mais fort heureusement, ayant entendus qu’un tel événement se déroulait ici, plusieurs gardes s’étaient mit en tête de s’assurer que la fête se fasse sans aucun accrocs. Bandits, brigands et autres scélérats devraient se serer la ceinture !

Ce fut en tout cas la plus jeune du groupe qui, en voyant la ville, réagit la première, criant d’excitation en tapant plusieurs fois dans ses mains tant elle était euphorique :

Je vois la ville, je vois la fille ! Festival, nous voilà !


Et dès lors, elle tapa plusieurs fois sur les trappes du blindé, pour avertir les lycéennes que l’objectif était en vue ! Et elles ne manquèrent pas de sortir leurs têtes, pour voir en effet que l’objectif était proche ! Elles avaient fait la traversée de la plaine ! Le panzer avait démontré sa fiabilité pour le moment ! Une grande joie donc que de voir que le blindé avait réussit cette première épreuve !

Tu as déjà fait ce genre de festival ? C’était assez courant dans notre monde, à l’échelle d’une école ou d’un lycée, et Oarai n’est pas spécialement un grand établissement.



Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1263
Yens : 221
Date d'inscription : 29/08/2016
Age : 16
Localisation : Plaine Verdoyante

Progression
Niveau: 124
Nombre de topic terminé: 54
Exp:
8/12  (8/12)
avatar
Natsume Naegi ¦ Justicier ¦

-



MessageSujet: Re: Le festival de Tsuniya   Dim 29 Jan - 17:53








Le festival de Tsuniya

feat Anglerfish Team

Natsume voyageait la plupart du temps à pieds. Tout endurant et rapide qu'il était, il en fallait beaucoup pour l'épuiser. Cependant la donne avait changé depuis l'appel de la guerre. A partir de là, il fût amené à voyager jusqu'à Kansei mais aussi jusqu'à Kupuo avec des convois. Et durant ces trajets, son esprit était toujours empli de questions sur ce qui l'attendait.

C'est pourquoi durant le trajet jusqu'à Tsuniya, le garçon à l'écharpe s'était simplement endormi. D'une part, cela ne l'amenait pas à une mission, d'autre part, il ne se posait pas de questions et enfin le bruit du moteur du blindé avait le don de le détendre et cette fois-ci, malgré un départ turbulent, l'adolescent s'endormit.

Harall quant à elle soutenait Alycea comme elle pouvait, lui disant régulièrement de prendre de grandes respirations et posant la main dans son dos. La miniature avait développé une sorte d'affection pour la Kitasu, cette dernière étant la seule femme adulte du groupe avec elle. Après tout, malgré l'énergie qu'avaient les deux adultes à revendre. Un quotidien entouré d'adolescents survoltés et une enfant pouvait s'avérer éprouvant.

C'est quand Tamae hurla que le Naegi fût sorti de son sommeil. Il se frotta les yeux en bâillant avant de s'étirer et d'observer la ville au loin. Elle semblait bien plus animée et illuminée que d'habitude ce qui était surprenant, surtout le soleil couchant.

Durant la fin du trajet, Miho posa une question, demandant si quelqu'un avait déjà fait ce genre de festival. Natsume pensa qu'elle s'adressait à lui et répondit donc :

Ben quand je suis devenu indépendant, j'ai vu ce genre de festival dans des mangas mais j'y suis jamais allé...

Attends, j'ai un vague souvenir qu'Erimaki t'aie emmené à un festival mais ça date trop, je m'en souviens presque pas...

Je m'en souviens pas du tout... Pourquoi il m'aurait emmené à ce genre de t- Oh !

Natsume réalisa que ce genre de fête impliquait de s'habiller en yukata. Passé la révélation qu'il allait voir sa bien-aimée dans un sublime kimono traditionnel, il pensa à quelque chose qui lui permettrait d'en avoir un simplement avec Erimaki. En effet, s'il n'avait pas encore la capacité d'enlever l'écharpe, il pouvait la faire changer de forme et la faire descendre sur son corps. Il n'avait jamais eu l'occasion d'essayer et c'était le moment parfait.

Au final, cela l'enthousiasmait et il était pressé d'y être. Il avait presque envie de descendre du panzer pour y courir mais il s'en empêcha. Il voulait y arriver avec tout le monde espérant que la présence du blindé ne rende pas la situation délicate.

Et vous ? Vous en avez déjà fait ? C'est comment ?

Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Le festival de Tsuniya   Lun 30 Jan - 15:01



Le festival de Tsuniya
feat. Natsume Naegi



Nishizumi Miho
Dans la rue

Takebe Saori
Dans la rue

Isuzu Hana
Dans la rue



Akiyama Yukari
Dans la rue

Reizei Mako
Dans la rue
Alycea Kitasu
Dans la rue

Tamae
Dans la rue



Arrivée sans fanfare


La ville se rapprochait de plus en plus, passant d’un petit point à l’horizon à une agglomération de plusieurs batiments, et rien que d’ici, alors que le panzer n’était même pas encore aux portes, on pouvait sentir les premières inquiétudes quant à la présence d’un blindé de plus de 180 tonnes au milieu d’un monde encore technophobe. Ça, les jeunes filles l’avaient bien compris, depuis presque les premiers jours de leurs arrivées en ce monde et leur rencontre avec la druidesse Aki Nishiie. Elles ne comptaient pourtant pas faire de grabuge, juste participer à cet événement extraordinaire, mais parfois, même en étant armée des meilleures intentions, les personnes en face se montraient hostiles.

Toutefois, ce fut par l’ouverture d’une autre trappe sur le panzer qu’une voix répondit à l’androgyne. Ce dernier avait déclaré qu’il n’avait jamais été à un festival, ou tout du moins qu’il ne s’en souvenait pas, puisque fort étrangement Harall témoignait de la vie passée de l’élu de Minshu… Fait étrange, mais qui n’interpella pas suffisamment les esprits des jeunes filles pour qu’elles développent sur ce point. L’Isuzu, qui avait sortie sa tête pour observer la ville en approche, se permit en tout cas de prendre la parole, pour lui répondre d’une voix calme :

Il y en avait au moins un par an à Oarai, organisé par toutes les élèves de l’école, mais… C’est assez loin des grands festivals traditionnels, mais ce sont des moments agréables.


Elle tourna ensuite sa tête vers la Nishizumi, pour lui demander de cette même voix calme :

Tu n’as pas pu faire celui de cette année par ailleurs. Il y en avait beaucoup à Kuromorimine ?


Cette dernière baissa un peu les yeux, avouant une ignorance totale en la matière pour répondre d’une voix un peu gênée, percée à vif :

Pas vraiment… En fait, les fêtes organisées là-bas étaient plus européennes que véritablement japonaises. Ce sera mon premier festival… Je suis un peu anxieuse pour tout dire…


Mais la chef de char n’eu pas beaucoup à attendre pour avoir une réaction. En effet, la rousse sortit d’une trappe, pour lui adresser un sourire, en disant d’une voix surmotivée :

Alors faisons en sorte que ce moment soit inoubliable pour nous tous !


Après tout, inoubliable, ça il avait de bonne chance de l’être, vu ce qui attendait le groupe… Sur 9 personnes, près de la moitié n’avait aucun souvenir d’un précédent festival, ce qui laissait aux étoiles de très grandes chances de venir jusque dans les yeux des adolescents… Et c’était de cas pour la jeune Tamae qui, si elle en avait eu l’occasion, se serait jetée en avant pour s’envoler jusqu’à la ville ! Elle était aussi énergique qu’à son habitude, et cela était un bon signe ! Toutes risquaient de passer un moment agréable et reposant, chacun à sa manière… Chacun y trouverait son compte, chacun trouverait une part du gâteau ou un œuf de pâques ! C’était en tout cas ce que l’on souhaitait à ce groupe.

Arrivant dans la ville en terrifiant les gardes et autres citoyens, qui comprirent rapidement que cette bête d’acier était aux commandes d’élues (connaissant tout de même les rumeurs comme quoi une telle bête avait été aperçue dans les environs, et reconnaissant en plus le visage de l’androgyne qui était le gardien autoproclamé de cet endroit !). Une fois garé, non loin de la porte en bloquant totalement une petite ruelle servant d’impasse (en veillant à ce que tout le blindé soit verrouillé, afin d’éviter quelques petits problèmes), le groupe se retrouva dans la rue principale, encore en amont du festival qui se déroulait de l’autre coté de la bourgade, non loin de la mer et des falaises. L’on pouvait néanmoins voir d’ici les nombreux éclats de lumières qui défiaient le soleil couchant en intensité.

Il restait néanmoins une chose des plus importante, se vêtir ! En effet, en tenue diverses, les jeunes filles n’étaient pas spécialement habillée pour un festival, qui se faisait habituellement en kimono ou en yukata. C’est donc en recherche d’un endroit en proposant (que ce soit à la location ou à l’achat) qu’elles s’aventurèrent dans la ville, espérant tout de même ne pas revenir bredouilles.


Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1263
Yens : 221
Date d'inscription : 29/08/2016
Age : 16
Localisation : Plaine Verdoyante

Progression
Niveau: 124
Nombre de topic terminé: 54
Exp:
8/12  (8/12)
avatar
Natsume Naegi ¦ Justicier ¦

-



MessageSujet: Re: Le festival de Tsuniya   Lun 30 Jan - 20:14








Le festival de Tsuniya

feat Anglerfish Team

Natsume écouta tout d'abord Hana expliquer que le lycée duquel venait l'équipage faisait effectivement ce genre de festival mais dans une moindre mesure. Elle ajouta tout de même qu'il s'agissait de moments agréables, ce qui fit sourire le garçon à l'écharpe. L'Isuzu continua en demandant comment cela se passait à... un nom incompréhensible que l'adolescent devina être un autre lycée.

Apparemment, les festivals qui y étaient faits étaient d'avantage européens. Genre de chose que l'adolescent avait déjà vu également dans des mangas mais bien plus rarement.
Elle ajouta se sentir anxieuse ce à quoi Natsume pouffa de rire.

T'en fais pas ! Ca va être cool !

Lui répondit Natsume avec un grand sourire, suivant la lancée de Saori tout aussi optimiste que lui. Il fallait juste espérer que rien n'arrive afin de profiter comme il se doit de cette première expérience unique. L'adolescent ne voulait pas en perdre une miette et que tout le monde en profite. C'était également le tempérament d'Harall qui attendait patiemment que la Kitasu se remette.

Finalement, le panzer arriva à destination, tout le monde descendant du véhicule se servant du calme avant le festival pour réfléchir aux préparatifs. Mais au bout de la rue, on pouvait apercevoir des stands de nourriture, les taiyakis de Natsume allaient donc attendre un peu.

Mais bon, avant toute chose, il fallait trouver un magasin qui louait au moins des yukatas et des kimonos. Mais au lieu de tourner en rond dans la ville, l'adolescent préféra demander à une jeune femme qui passait par là, justement habillée traditionnellement.

Elle indiqua une petite boutique assez cachée sur la rue principale en conseillant au passage de louer les vêtements car les acheter coûtait assez cher..

Ainsi le petit groupe se rendit dans la boutique mais même sans avoir franchi le pas de la porte, Natsume se fit attraper à l'intérieur sans avoir le temps de comprendre ce qui se passait... Peut-être n'aurait-il pas dû mener la marche.

Il se rendit rapidement compte de la personne à qui il avait à faire. Eh oui, c'était l'étrange femme au vocabulaire étrange qui lui avait fait son costard à Chikai et comme la première fois, il n'eut pas son mot à dire et ressortit avec un yukata bleu serti d'un noeud violet.

Natsume en Yukata (Imaginez l'écharpe en plus):
 

Il observa ses accompagnatrices, l'air un peu gêné. C'était à croire qu'à chaque fois qu'il allait changer de vêtements, il tomberait sur cette vendeuse devenant effrayante avec le temps. De plus, elle ne cessait de l'appeler "Ma chérie" alors qu'il lui avait sans cesse répété qu'il était un homme...

A-Alors ? Ca me va ?

Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Le festival de Tsuniya   Lun 30 Jan - 21:57



Le festival de Tsuniya
feat. Natsume Naegi



Nishizumi Miho
En yukata

Takebe Saori
En yukata

Isuzu Hana
En yukata



Akiyama Yukari
En yukata

Reizei Mako
En yukata
Alycea Kitasu
En yukata

Tamae
En yukata



Arrivée sans fanfare


Dès lors que le panzer fut garée et que les jeunes filles purent mettre pied à terre, un gong de libération sonna dans l’esprit de la Kitasu, qui sauta de pied ferme sur le sol, en n’assurant que moyennement son équilibre, pour finalement finir par secouer la tête, en se soutenant contre une maisonnette proche. Il semblait que la jeune femme d’apparence était atteinte d’une terrible mal, celui des transports… Ou tout du moins qu’elle n’en avait pas l’habitude. Après tout, il paraissait normal pour un esprit naturel que la technologie soit une véritable aversion ! Mais contrairement à de nombreuses personnes, elle avait essayée, et elle retenterait surement l’expérience, jusqu’à ce qu’elle puisse assurer sans difficulté un tel voyage. Tant qu’elle n’était pas aux commandes, bien évidement.

Soufflant plusieurs fois, elle reprit néanmoins ses sens et ses marques assez rapidement, s’étirant rapidement pour remettre son corps d’aplomb, pour finalement taper dans ses mains d’une manière déterminée ! Elle avait vu pire, elle connaîtra mieux ! Tels étaient les mots quels se répétaient pour se remotiver, avant de simplement mettre une pichenette à son couvre chef, en affichant un grand sourire !

Yosh, c’bon, on peut y aller !


Commençant la marche qu’elle avait sonnée d’une manière un peu trop entrainée, la Kitasu n’oublia pas au passage de faire une simili-tape dans l’épaule d’un doigt sur Harall, seul autre femme de ce groupe, qui avait suffisamment de recul pour l’accompagner dans certains délires, même parfois quelques remarques salaces. Il fallait au moins se serrer les coudes, tant le degré d’innocence en matière de sensualité frôlait des niveaux invraisemblables. Il en fallait du courage, et il en faudrait beaucoup pour faire comprendre à ces jeunes filles en fleurs les métaphores sur le pollen et les abeilles.

Mais cette difficulté… N’était rien quand à ce qui tomba nez à nez avec le groupe. Guidé par Natsume, qui avait pris la tête en demandant à une native s’il y avait des magasins qui pourraient permettre aux jeunes filles d’être correctement habillées pour cette occasion si particulière, tout le monde tomba dans un piège terrible, dont seul une voix enjouée témoignait les nombreuses horreurs qui se déroulait en ces lieux… Une voix qui donna des frissons dans le dos de la Kitasu, de la Nishizumi et de la Reizei… C’était elle…

Ah ma chérie ! Enfin je te retrouve ! ‘Tou’ va voir, on va faire des merveilles aujourd’hui ! Tu sera ‘’soublime’’ !


La Kitasu écarquilla immédiatement les yeux, en regardant si derrière elle était une solution de sortie, mais… Trop tard… Elle était prise au piège, elle était coincée, et ça… Elle ne l’avait réalisée que trop tard !

Ne vous inquiétez pas mes trésors, je finis avec votre amie et je m’occupe de vous ! Vous serez les ‘plous’ belle de toute la ‘répoublique’ !


Elles n’eurent en tout cas pas le temps de véritablement comprendre ce qui se déroulaient que les 7 jeunes filles se retrouvaient assises sur des sièges, conscientes pour la plupart que le malaise arriverait bientôt… Personne ne pouvait espérer fuir cette dame, personne ne pouvait lui échapper, personne, pas même les plus grands héros de Kosaten… Il n’y avait guère d’espoir tant elle était acharnée…

Mais il fallait avouer que malgré ça, elle disposait de doigts quasiment divins ! En effet, en quelques coups d’aiguilles, de brodures et d’autres coups de ciseaux, elle transforma et adapta un yukata qu’elle avait fabriquée pour qu’il soit absolument parfait pour l’androgyne, dont elle ignorait totalement la véritable identité ! En tout cas, accoutré ainsi, il eu le droit à des sourires et pouces levés, tant ces habits lui allait bien (même si l’écharpe lui donnait un drôle d’air, contrastant en l’habit d’été et la protection contre le froid qu’il portait). Mais la fin de l’essayage de Natsume sonnait le début de celui des jeunes filles qui durent se lever et aller en avant du danger !

Spoiler:
 

Ainsi vêtue, les jeunes filles durent avouer être un peu mal à l’aise, notamment la Kitsune qui avait été repérée en tant que tel, mais cela ne semblait guère être un problème pour la styliste qui n’en tint pas rigueur, en continuant d’habiller les autres, pour au final déclarer avec son accent habituel :

Vous êtes tous soublimes, mes chéries, des vraies perles ! Des joyaux de beauté ! Vous avez en vous cette part de féminité qui ‘ressourgit’ ! C’est vraiment Ma-Gni-Feï-Que !


En tout cas, les jeunes filles durent avouer qu’elles étaient bien vêtue, et ce fut la Reizei qui, en s’approchant de Natsume, lui posa la question fatidique, non sans timidité :

Tu… Tu me trouves… Comment ?



Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1263
Yens : 221
Date d'inscription : 29/08/2016
Age : 16
Localisation : Plaine Verdoyante

Progression
Niveau: 124
Nombre de topic terminé: 54
Exp:
8/12  (8/12)
avatar
Natsume Naegi ¦ Justicier ¦

-



MessageSujet: Re: Le festival de Tsuniya   Mar 31 Jan - 21:51








Le festival de Tsuniya

feat Anglerfish Team

S'il y avait bien une personne satisfaite de son yukata, c'était Harall qui avait pris sa petite taille pour ne pas se faire repérer et pouvoir choisir tranquillement ce qu'elle porterait dans l'arrière-boutique et elle en fût ravie car elle put trouver un noeud et un kimono de ses deux couleurs favorites : bleu et rouge. Elle reprit taille humaine, toute contente de sa tenue et de son habile esquive de l'habilleuse de la mort.

Image

Au moins, le yukata de Natsume semblait être apprécié même s'il était déçu de ne pas avoir pu essayer de s'en faire un avec Erimaki. Puis ce fût au tour des filles de passer à la casserole.

L'adolescent les attendit simplement à l'extérieur se demandant comment tout allait se dérouler. Il observait le soleil se coucher, les passants commençant à affluer, les lanternes s'allumant au fur et à mesure. Au final, la rue principale eut une aura de feu des plus agréables à l'oeil.

Et finalement, les Angler sortirent de la boutique, toutes habillées traditionnellement. Natsume leur adressa un grand sourire et leur rendit le pouce en l'air. Mais s'il y avait quelque chose à laquelle il ne s'attendait pas, c'était Mako. Elle s'approcha de lui pour avoir son avis et cela lui allait bien, très bien, peut-être trop bien...

En effet, Natsume la regarda de haut en bas plusieurs fois mais s'il mourrait d'envie de dire qu'elle était magnifique, les mots ne voulaient pas sortir. L'adolescent était paralysé, transit et le visage écarlate devant celle qu'il aimait dans une sublime tenue.

De plus, il n'arrivait pas à détourner le regard et son esprit n'arrêtait pas de lui hurler "Vas-y ! Dis-le !". Plus il la regardait et plus son coeur battait vite. Mais enfin, sa voix parvint à formuler quelques mots :

Tu me... Je... Tu es splendide Mako !

Il fallait croire que cela l'avait débloqué et comme un réflexe il s'abaissa pour embrasser sa bien-aimée. Harall regardait la scène d'un air attendri et vu qu'elle aimait vanter à quel point le couple dont elle s'occupait, elle se pencha vers Alycea pour lui dire fièrement :

T'as vu ? C'moi qui m'en occupe ! Mon p'tit protégé est allé loin pas vrai ? Enfin breeeeeeeef. Si on les laisse comme ça, il en auront jamais fini...

Une fois que Natsume eut fini son baiser, la miniature lui mit la main sur l'épaule pour lui indiquer qu'il était temps de le commencer ce festival.

Ah oui pardon... On fait quoi pendant ces festivals du coup ?

Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Le festival de Tsuniya   Mer 1 Fév - 14:36



Le festival de Tsuniya
feat. Natsume Naegi



Nishizumi Miho
Dans la rue

Takebe Saori
Dans la rue

Isuzu Hana
Dans la rue



Akiyama Yukari
Dans la rue

Reizei Mako
Contre Natsume
Alycea Kitasu
Dans la rue

Tamae
Dans la rue



Aux portes du festival


Encore une fois, la plus dangereuse et la plus grande des stylistes de Kosaten venait de frapper d’une manière inattendue et terriblement efficace… Elle avait, en quelques coups, habillée non pas une personne, non pas deux, mais bel et bien huit, puisqu’Harall avait usée de subterfuge pour se mettre à l’écart et choisir tranquillement ses habits. Si la Nishizumi s’occupa de payer un prix tout de même impressionnant (qu’elle put réduire tout de même grâce à son sceau visible), pour tout le monde, ce fut bel et bien la Reizei qui fit sensation auprès de l’androgyne.

En effet, ce dernier ne réussissait pas à trouver les mots pour décrire la jeune fille, qui était littéralement bluffante. Et il fallait avouer qu’entre les joues de l’androgyne et celle de la jeune fille, personne ne pouvait dire lesquelles étaient les plus écarlates. Encore une fois, il y avait cette pudeur et cette timidité qui n’était pas encore éteinte, et qui resterait pendant encore longtemps. Se savoir belle aux yeux de lui, tel était la chose importante pour la Reizei actuellement, qui rougit encore plus lorsqu’elle eu droit aux mots de l’androgyne, suivit de peu d’un baiser inattendu, dans lequel la jeune fille se jeta éperdument, agrippant au cou l’androgyne en fermant les yeux, pour ressentir intensément ce baiser qui restait aussi puissant et addictif qu’aux premiers instants…

Commençait-elle a en devenir dépendante ? A vouloir l’embrasser à longueur de journée ? A aller de l’avant, d’une manière encore plus privée ? Personne ne pouvait le savoir, si ce n’était elle. Arriverait un moment où la jeune fille serait prête à donner cet unique présent…

Mais dans tous les cas, s’embrassant en public, le petit couple eu droit à quelques petits commentaires, de la part de leurs amies. En effet, toutes trouvaient cette scène trop mignonne, trop spéciale, et se réservaient de faire des remarques si ce n’était des ‘’Oooowwww’’ charmés, tout en éprouvant un peu d’envie de trouver, elles aussi, une personne si spéciale pour chacune d’elles…

Pour la Kitasu en revanche, c’était différent. Cette dernière n’accordait pas vraiment plus d’importance à ces histoires, et se contenta de hausser les épaules et de rouler les yeux, d’une manière un peu perplexe, pour rajouter d’une manière un peu nonchalante, alors qu’elle joignait ses deux mains sur sa nuque :

Si tu l’dis. Ce serait presque tentant d’les laisser s’bécoter toute la soirée, maiiiiis… On a un festival à découvrir !


Et dès lors, par l’action d’Harall, l’androgyne comprit qu’il était temps d’aller de l’avant. Pour la Reizei, qui se rendit compte qu’elle était sous l’éclat des projecteurs, ce fut un peu difficile pour elle, tant elle fut gênée que tout le monde ait pu la voir dans un état aussi spécifique, qu’elle n’avait guère l’habitude de dévoiler. Ses amies la connaissait habituellement sous un autre éclat, et non pas sous celui des sentiments (à l’exception de la Takebe, avec qui elle était amie de très longue date).

Mais bref, le groupe se remit en route, lentement, et ce fut les têtes parlantes et bien portantes qui répondirent à l’androgyne sur sa grande question : que faisait-on dans un festival ?

Hum… Je crois que l’on visite des lieux, tout en profitant d’une ambiance festive, d’une ambiance gaie et colorée, où tout le monde est là pour passer un agréable moment. Il y a beaucoup de stand, où des habitants proposent des petits objets, de jeux ou de la nourriture.


La Nishizumi se basait de ce qu’elle savait des festivals. Elle n’était pas du tout une experte en la matière, bien au contraire, mais elle fut secondée par l’Isuzu, qui en avait déjà fait, que ce soit en tant qu’exposant ou bien en tant que promeneuse :

C’est ça. Du coup, chacun profite d’un bon moment, où l’on parle, on s’amuse, on se repose, on rit. On peut même parfois danser ou chanter, et généralement, le moment le plus magique est le feu d’artifice qu’il y à la fin, mais… Je ne sais pas s’il y en aura un ici.


Ce à quoi la rousse répondit immédiatement, enjouée et pleine d’espoir :

Ce serait fantastique s’il y en avait un !


Dans tous les cas, habillées ainsi, les jeunes filles avaient de quoi faire sensation, étant, avouons le, plutôt belles. Bien qu’involontaire, elles récoltaient plusieurs regards des autres passants, que ce soit par curiosité ou bien par admiration. On pouvait dire que la styliste avait fait des merveilles ! Et en tout cas, si Tamae avançait gaiement, manquant presque de courir, et que la Reizei était accrochée au bras de l’androgyne, il n’y avait pour le moment rien à signaler.

Le festival risquait d’être prometteur !


Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1263
Yens : 221
Date d'inscription : 29/08/2016
Age : 16
Localisation : Plaine Verdoyante

Progression
Niveau: 124
Nombre de topic terminé: 54
Exp:
8/12  (8/12)
avatar
Natsume Naegi ¦ Justicier ¦

-



MessageSujet: Re: Le festival de Tsuniya   Jeu 2 Fév - 19:03








Le festival de Tsuniya

feat Anglerfish Team

Miho et Hana expliquèrent le principe d'un festival. Il s'agissait donc d'une balade à ambiance, voyageant à travers les stands avec éventuellement des feux d'artifice. Bref, de quoi enthousiasmer Natsume qui afficha un grand sourire.

Ca va être génial !

Décidément, ce festival commençait bien, des tenues allant bien à tout le monde, un baiser entre amoureux et aucun problème à l'horizon.

Natsume était au comble de la joie, ayant sa Reizei au bras, marchant à travers ce magnifique festival. Harall marchait à l'arrière du groupe, les bras croisés derrière la tête et salivant sur chaque stand de nourriture.

L'adolescent, lui, avait les yeux d'avantage rivés sur Mako et son yukata et éventuellement sur les stands de souvenirs ou de jeux. Son regard était surtout attiré par les masques.

Il en avait vu dans des mangas mais en général, il s'agissait de masques de tout type comme des animaux ou des robots. Là, il n'y avait que des masques de renard et de chat. Il regarda Mako lui faisant un sourire.

Ca t'irait bien un masque de chat ! Tu sais, sur le côté de la tête, c'est trop mignon !

Hep hep hep, c'est moi qui gère tes dépenses Natsume. Je te connais, si je te laisse faire tu vas nous ruiner. Hors nourriture, c'est cinq achats max. Parce que la nourriture... Ben y a besoin, donc on en prend plus. Donc ça te fait un achat pour le masque si tu le prends.

J'aime pas quand tu joue la maman autoritaire tu sais ?

Héhé, ouais je sais. Allez je vais te le prendre ce masque.

Sur ce, Harall se rendit au stand d'achat de masques pour prendre un masque de chat noir à 6 yens. Cependant avant qu'elle puisse payer, le vendeur leva un sourcil et prit un air désagréable.

Z'êtes pas des élus ?

Euh ouais et alors ?

Ben, z'avez pas d'autres trucs à faire que de faire la fête ? Genre la guerre tout ça ?

La miniature s'apprêtait à lui hurler dessus mais elle fût rapidement rejointe par Natsume, sachant garder son calme en argumentant. Il posa la main qu'il avait de libre sur l'épaule d'Harall pour qu'elle se calme et s'éclaircit la gorge.

Primo, on sort d'une mission en territoires neutres pour la nation. Secundo, je fais le tour de la Plaine tous les jours pour m'assurer que personne ne s'y blesse ou s'y perde. Tercio, excusez-nous d'être humains et de vouloir se reposer et s'amuser un peu.

Il soupira, mains sur le visage et reprit finalement :

On voulait juste acheter un masque, c'est trop demander ?

Désolé, j'vends pas aux élus feignants, dégagez d'là !

Natsume soupira à nouveau, soit le reste de l'équipage s'en mêlait pour la boucler à ce vendeur insultant, soit le groupe passait outre et continuait tranquillement le festival...

Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Le festival de Tsuniya   Ven 3 Fév - 18:36



Le festival de Tsuniya
feat. Natsume Naegi



Nishizumi Miho
Dans la rue

Takebe Saori
Dans la rue

Isuzu Hana
Dans la rue



Akiyama Yukari
Dans la rue

Reizei Mako
Contre Natsume
Alycea Kitasu
Dans la rue

Tamae
Dans la rue



Vacuitée d'une contestation


Les consignes que la mère adoptive de l’androgyne avait donnée étaient on ne peut plus claire : Limiter les achats. Les lieux étaient pourtant festifs, et les dépenses étaient très faciles, mais en effet, il fallait se modérer. Combien de fois la rousse du groupe s’était-elle retrouvée dans l’embarras en ayant trop achetée ? Malheureusement trop, et il faudrait bien quelqu’un de sérieux pour modérer ces jeunes filles qui malgré un statut très particulier n’en restaient pas moins humaines, et donc faillibles.

Mais d’avance, elles pouvaient se régaler, rien qu’à l’odeur qui émanait des différents étals de marchands, venu ici pour célébrer ce festival et en tirer un bon bénéfice par la même occasion. Certes c’était intéressés qu’ils venaient dans cette ambiance festive, mais c’étaient eux aussi qui donnaient cette ambiance si particulière, ces tentations que l’on souhaitait repousser, mais pour lesquelles on craquait… Cette simulation si particulière du jeu du chat et de la souris, où le seul perdant était le porte monnaie…

Bref, c’était en tout cas amusant de voir une nouvelle démonstration d’autorité de la miniature sur l’androgyne. Le lien entre eux était vraiment unique et puissant, alors qu’ils ne se connaissaient que depuis Kosaten (même si, paraît-il, la vérité était encore plus profonde et mystérieuse, datant d’une période bien sombre de l’histoire de l’élu de Manshe), mais celui qu’il avait avec la Reizei l’était tout autant… En effet, rien qu’à l’évocation du masque de chat, la jeune fille eu l’imagination fertile, s’imaginant en effet avec, en souriant. Le félin était probablement l’animal qui lui ressemblait le plus, avançant d’une manière nonchalante et montrant peu d’attache sauf aux personnes qui en était les plus proches. Elle sourit en tout cas, hochant la tête alors qu’il avançait vers le stand…

Mais les choses étaient loin d’être simple, en effet, le vendeur n’était pas vraiment d’humeur à faire affaire avec des élus, manifestant une sorte de frustration et de colère qu’il contenait en lui, en la déversant sur le pauvre androgyne qui ne voulait faire de mal à personne, souhaitant juste faire un cadeau à sa bien-aimée. En tout cas, beaucoup des jeunes filles manifestèrent leur incompréhension d’un tel acte ! La Kitasu, si elle en avait la possibilité, lui aurait bien incrustée son poing droit au milieu de sa joue, mais elle se contenu, sachant bien qu’un tel acte lui vaudrait des problèmes non seulement à elle, mais aussi à tout le monde, et qu’ils risqueraient d’être expulsés du festival. Inactive, mais gardant le poing fermé, elle marmonna plusieurs mots, avant de s’en éloigner, pour éviter qu’un mauvais coup de sang ne soit regretté.

Si à coté de ça, Tamae affichait une mine boudeuse, et qu’elle était prête à piquer un caprice contre ce vendeur, Miho, Saori et Mako s’échangeaient des regards désolées… En effet, elles étaient des élues, mais… Elles n’avaient jamais put aider la république, alors que la nation du serpent les aidait grandement… C’étaient elles qui étaient visées par ces paroles acerbes, d’autant que c’était pour la plus petite du groupe que cette discussion avait lieu…

Mais finnalement, ce fut par l’Akiyama que les choses évoluèrent, alors qu’elle posait sa main sur l’épaule de l’androgyne, en jetant des regards simples aux autres, pour indiquer d’un mouvement de tête qu’ils feraient mieux d’aller voir ailleurs. C’était ce qu’il y avait de plus simple, et ce qui prendrait le moins la tête aux jeunes filles, qui devaient penser à autre chose qu’aux problèmes. Sur ce point, l’Isuzu était bien d’accord, ayant comme sa camarade et l’androgyne, suée bec et ongle pour aider cette nation, pour voir que certains pensaient que ce n’était jamais suffisant. Mais au contraire de Yukari, elle ne se priva pas de faire quelques remarques pointues, alors qu’elle indiquait aux autres la suite de la route :

Partons, partons. Nous avons mieux à faire que d’écouter les frustrations d’un homme qui est obligé de compter sur des élus pour protéger sa vie, qui doit compter sur d’autres pour que son foyer soit protégée, d’une personne qui n’a jamais dût prendre les armes.


Elle ferma les yeux, avant de s’approcher d’un pas du marchand, en affichant un air sévère sur ses traits, qui laissant pleinement apercevoir ce qu’elle avait pu subir lors des longs entrainements à l’Ouroboros :

Nous ne vous importunerons pas plus, mais j’espère pour vous que lorsque vous serez menacés, vous aurez la force de comptez sur vous-même, et que vous ne serez pas aussi laxiste et feignants pour comprendre que c’est aujourd’hui que vous devez réfléchir à ça.


Puis elle quitta l’étal, fermant les yeux en rejoignant ses camarades. Il était plus que probable le marchand ne soit qu’une tête de mule, et ne fasse quelques cris suites aux paroles de la jeune fille, mais peut-être aurait-il un éclat de lucidité après coup… Personne ne pouvait le savoir… Mais cela n’empêcha pas la Reizei de s’aggriper à nouveau à l’androgyne, pour lui murmurer :

On en trouvera d’autre, j’en suis sure. Et puis… Je pense que pour toi… Un masque de chien t’irais bien.



Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1263
Yens : 221
Date d'inscription : 29/08/2016
Age : 16
Localisation : Plaine Verdoyante

Progression
Niveau: 124
Nombre de topic terminé: 54
Exp:
8/12  (8/12)
avatar
Natsume Naegi ¦ Justicier ¦

-



MessageSujet: Re: Le festival de Tsuniya   Sam 4 Fév - 1:03








Le festival de Tsuniya

feat Anglerfish Team

Désagréable, ce vendeur était désagréable. Pour qui se prenait-il à faire la morale à des personnes traînées sur Kosaten contre leur gré et se faisant utiliser par leur nation comme bon semblait ? C'était insupportable et il méritait parfaitement de se faire hurler dessus.

Si Natsume n'avait pas été en accord avec Hana, il l'aurait arrêtée mais suivant totalement les idées évoquées, il la laissa parler. Après tout, peut-être que sans le Gardien de la Plaine, ce stupide vendeur aurait été tué par des brigands. Apparemment, ce que l'Isuzu pensait s'avérait vrai car dès qu'elle prit la parole, l'homme bougonna.

B-Bien sûr que si, j'ai déjà pris les armes... J-J'ai pas besoin de vous... Vous êtes la pour une raison donc remplissez votre rôle au lieu de vous amuser !

Ferme-la un peu. Allez on s'en va, ce type mérite pas notre attention.

Et vous snobez les habitants en plus ! Vous nous prenez de haut, vous vous croyez supérieurs ! Eh ben reposez-vous sur vos lauriers pendant que nous, on crève !

C'est à ce moment-là que Hana devint d'avantage sévère, ce n'était pas nouveau de sa part mais restait surprenant de par son calme habituel. Natsume soupira, ce festival commençait pourtant si bien. Il avait suffi d'un seul problème, d'une seule mauvaise réaction pour que l'ambiance s'en retrouve alourdie.

Dans tous les cas, le vendeur, tout de même intimidé, tenta de répliquer bien qu'il savait être en tort.

C-C'est ça ! Lâchez-nous ! c'est tout ce que vous savez faire de toute façon !

Et finalement, tout s'arrêta, le groupe se remettant en route dans un certain malaise. Malaise qui fût brisé par Mako, inhabituellement énergique annonçant à Natsume qu'un masque de chien lui irait bien. En effet son côté enthousiaste permanent correspondait bien à l'adolescent.

Ca marche ! Au prochain stand de masques, on se les prends !

La petite balade continua, Harall enchaînant stand de nourriture sur stand de nourriture et Natsume cherchant attentivement les stands de masques.

Et finalement, il en trouva un. Il acheta un masque de chien qu'il mit sur le côté de sa tête et finalement un masque de chat qu'il tendit à Mako.

Bon, ça aura coûté quelques yens de plus mais au moins on a trouvé !

Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Le festival de Tsuniya   Dim 5 Fév - 22:54



Le festival de Tsuniya
feat. Natsume Naegi



Nishizumi Miho
Face à un stand

Takebe Saori
Derrière Miho

Isuzu Hana
Dans la rue



Akiyama Yukari
Dans la rue

Reizei Mako
Contre Natsume
Alycea Kitasu
Avec un masque

Tamae
S'amuse d'Alycea



Renouveau


Le marchand pestiférait à nouveau des remarques et des attaques gratuites envers celles qui donnaient sang, larmes, temps et dévotion, mais ne fut pas écouté. En effet, le groupe s’en allant, se moquait bien de ce qui pouvait se passer derrière. Les mots, étant nettement moins puissants qu’ils avaient pût être, n’étaient que les râles d’agonies d’une haine stupide, comme le marchand pouvait s’en rendre compte actuellement. Peut-être avait-il eu son égo blessé, sa fierté mutilée dans l’état actuel, mais peut-être se rendrait-il compte qu’en effet, les élus avaient peut-être une part à jouer, mais c’était aussi aux natifs de se défendre par eux-mêmes, ayant encore plus de raisons que les envoyés divins qui, à la différence des autres, n’appartenaient pas vraiment à ces terres.

L’Isuzu continua un temps les yeux fermés, alors que le groupe avançait… Pourquoi ce marchand était-il si énervé ? Avait-il eu des pertes dans ses proches à cause de la guerre, et rejetait-il ça sur les élus ? Rejetait-il sa misère, sa haine et son impuissance sur les épaules des autres, en se cherchant un bouc émissaire ? C’était probable, mais la jeune fille ne souhaitait pas vraiment en apprendre plus, mais néanmoins, elle comprenait en partie cette rage, cette sensation d’impuissance face à la mort de ses proches, car après tout, c’était ce qu’elle avait fait, avant de se rendre compte à Kupuo de l’imbécilité de sa réaction et de sa haine…

Et sans qu’elle ne dise rien, sans qu’elle ne laisse rien paraître, l’Akiyama posa doucement sa main sur l’épaule de sa comparse, en affichant juste un sourire en coin. Il ne débordait pas de confiance, il ne débordait pas de joie, mais il était simplement là pour l’ancrer dans la réalité, pour lui faire comprendre que parfois, nous étions impuissants, c’était un fait, et que la seule chose qui était possible de faire était d’aller de l’avant. Elles avaient en plus la chance d’être réunie avec celles qui n’étaient plus, alors autant ne pas la gacher, et sourire pour profiter de ce moment.

Et c’était justement ce qu’était en train de faire la Reizei, en proposant à l’androgyne d’essayer un masque de chien. Certes, ce n’était pas l’animal le plus mythique, le plus fort ni même le plus imposant, mais c’était un animal proche, fidèle, de confiance, qui témoignait de son affection mais aussi de sa volonté de protéger les siens. Après tout, le gardien de la plaine était un protecteur, et pour compléter son escouade de choc, il lui manquait un saint-bernard armé de son fidèle petit tonnelet d’alcool fort ! Du moins, cela donnerait un soutien supplémentaire, d’autant que les compagnons canins pouvaient beaucoup aider de nombreux traumatisés à reprendre contact et parole, en s’habituant et en câlinant un être docile et amical…

En tout cas, les deux amoureux purent trouver un petit stand de masque, certes un peu plus cher, mais nettement plus agréable et ouvert au commerce, qui leur permit d’acheter les accessoires tant désirés, qui firent sensation ! En effet, la jeune fille équipée de son masque complétant ses habits donnait vraiment une ambiance festive au groupe, qui jusqu’à maintenant était resté tout de même assez sage. En tout cas, c’était aussi l’occasion aux lycéennes de discuter sans prise de tête, d’une manière naturelle même après tout ce qui s’était passé…

Et il faudrait pourtant se remuer un peu pour parvenir au meilleur état ! Tel était la tache de la Kitasu dans cette histoire, qui avait envoyée une lettre à Chikai pour la dénommée Aki Nishiie, et qui attendait de pied ferme une réponse, afin d’organiser les retrouvailles, à la fois entre maître et disciple, mais aussi entre médecin et patientes… Dans tous les cas, elle ne voulait en aucun cas presser les choses, qui allaient à leur rythme, et se prit elle aussi au jeu, achetant un masque qu’elle mit immédiatement sur sa tête… Un masque… De renard…

Hey Hey, devinez ce que je suis !


Si la réponse était on ne peut plus évidente, la petite Tamae répondit immédiatement, de grande joie, en pointant du doigt le masque incriminé :

‘’Une kitsune ! Une renarde ! Une kitsunarde ! Une renardune !’’


Oui, la jeune fille inventait totalement ses termes, mélangeant à la fois le coté mystique de la Kitasu avec le masque qu’elle portait… Une kitsunarde… Un terme plutôt original, qui fit rire l’incriminée de bon cœur, se moquant bien de ce que le vendeur pouvait penser de ce groupe très original ! Mais alors que les rires se multipliaient, plus contenu par les autres filles, Miho s’avançait vers un autre stand, presque omnubilée par un bien, qui donnait à son regard une lueur étrange, ce qui fit réagir la rousse.

Miho ? Tu as trouvée quelque chose qui te plait ?


La chef de char se retourna immédiatement, prise sur le fait, comme si elle essayait de voler quelque chose, dévoilant sur le stand qui l’intéressait plusieurs petits ours de tissus. La jeune fille était certes sérieuse, mais malgré l’éducation très stricte qu’elle avait reçue, elle restait un peu une grande enfant, notamment sur un point très précis : Les ours en peluche, et pas n’importe lesquels, les ‘’Boko’’, l’ours optimiste et faible.

Et il se trouvait qu’un ours au design semblable, bien qu’involontaire, se trouvait là, à un prix plus qu’abordable…


Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1263
Yens : 221
Date d'inscription : 29/08/2016
Age : 16
Localisation : Plaine Verdoyante

Progression
Niveau: 124
Nombre de topic terminé: 54
Exp:
8/12  (8/12)
avatar
Natsume Naegi ¦ Justicier ¦

-



MessageSujet: Re: Le festival de Tsuniya   Mar 7 Fév - 20:48








Le festival de Tsuniya

feat Anglerfish Team

Des personnes qui crachaient sur les autres nations que la leur, Natsume en avait vu, des personnes qui considéraient les élus comme des gens normaux aussi mais quelqu'un qui rejetait son malheur sur les élus, c'était du jamais vu.

De plus, il était presque sûr que ce type ne s'était presque jamais retrouvé en danger de mort. D'où avait-il le droit de rejeter la faute sur des élus et de les empêcher de faire ce qu'ils voulaient ?

Mais bon, ce type était derrière et il n'allait clairement pas empêcher le petit groupe de profiter de la fête. D'ailleurs, la plupart des élus furent vite passés à autre chose.

Natsume et Mako avaient tous deux leurs masques mais Alycea en prit un aussi. Elle effectua une imitation cependant, si Tamae semblait parfaitement savoir de quoi il s'agissait, ce n'était pas du tout le cas de Natsume qui observait cette prestation, perplexe.

Mmmmmh, j'en ai aucune idée... Tu dois sacrément bien l'imiter pour que j'arrive pas à trouver...

L'adolescent passa vite à autre chose, remarquant que Miho s'intéressait à ce qui s'apparentait à des peluches d'ours et que Saori lui demandait si elle comptait en acheter. Natsume se baissa pour proposerà voix basse à Mako.

On lui en offre une ? Histoire qu'elle comprenne qu'il y a pas à avoir honte...

En effet, lorsque la Takebe était allée voir la Nishizumi, on pouvait clairement voir que cette dernière n'avait pas l'intention d'officialiser son admiration face au stand.

Tenant sa Reizei par la main, il passa la tête au-dessus de l'épaule de Miho avec un grand sourire et un regard malicieux. La Nishizumi était assez drôle lorsqu'elle était gênée ou surprise, il espérait avoir une réaction satisfaisante.

Elles sont mignonnes ces peluches, tu veux qu'on t'en offre une ?

Il prit l'une des peluches et se rendit compte qu'il n'en avait jamais vu sur Kosaten, les seuls enfants qu'il avait vus utilisaient principalement des housses ou des draps en guise de doudou ou de peluche. C'était rassurant qu'en ce monde cruel, il y avait un peu de tendresse en des peluches.

Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Le festival de Tsuniya   Mer 8 Fév - 21:14



Le festival de Tsuniya
feat. Natsume Naegi



Nishizumi Miho
Face à un stand

Takebe Saori
Derrière Miho

Isuzu Hana
Dans la rue



Akiyama Yukari
Dans la rue

Reizei Mako
Contre Natsume
Alycea Kitasu
Avec un masque

Tamae
S'amuse d'Alycea



Un présent bien en peluche


Hébétée. Tel était le mot pour décrire la Nishizumi à l’instant qui regardait, d’une manière toute ahurie l’androgyne et ses comparses, masquant de son air penaude une gêne profonde, celle d’être prise sur le vif, alors qu’elle se laissait aller à des préférences on ne peut plus simplistes… Après tout, sur Kosaten, les lycéennes étaient en manque d’argent, que ce soit pour les achats de matériaux, qu’elles devaient négocier, que pour l’entretien du tank. Certes, elles n’étaient pas sur la paille, mais il fallait qu’elles fassent des économies, un maximum, pour éviter de devoir trop compté sur Natsume qui travaillait dur chaque jour. Et ces restrictions commençaient au quotidien, sur les détails, comme celui-ci…

Après tout, l’ourson était un produit tout de même peu commun dans ce monde, où les enfants câlinaient bien souvent des poupées de chiffons, des bouts de vêtements cousus entre eux ou même des animaux, qui parfois répliquaient agressivement. Avoir un ourson de laine aussi bien manufacturé était tout de même rare, et son créateur devait en être un expert ! Par ailleurs, c’était une certaine forme de fierté qui se dégageait de l’homme entre deux âges, mâchonnant ardemment une brindille dans sa bouche en haussant le regard, un petit éclat se faisant sur le coté de son crane !

Et si la jeune fille était si surprise, si ébahie, c’était parce que l’androgyne, qui avait déjà maintes et maintes fois aidé le groupe, venait de proposer à la Nishizumi qu’il lui offre une peluche ! Elle était abasourdie, confuse, ne sachant comment réagir ! Certes, elle désirait cette œuvre unique, et cette occasion ne se présenterait peut-être jamais deux fois à elle, mais elle devait résister, faire avec. Il y avait des problèmes bien plus urgent et important à traiter que ça, beaucoup plus importants ! Mais alors quelle tentait de gesticuler en agitant les bras, la rousse était déjà passée dans son dos, et avait prit dans ses mains l’ourson, pour en tester la qualité, et elle en était satisfaite, vu le signe de tête qu’elle fit au reste du groupe, tandis que le marchand voyait une belle affaire se réaliser sans difficulté !

En tout cas, la Reizei, qui avait acquiescée à la question de l’androgyne avant ces événements, et souriait maintenant d’une manière calme, et heureuse de voir que son amie avait toujours cette fascination étrange pour les peluches de Bôko. Il fallait espérer qu’elle puisse trouver une personne aussi passionnée qu’elle sur le sujet, ou sur un autre sujet. Après tout, à partir du moment où elle trouvait quelqu’un qui acceptait et comprenait sa passion, qui restait discrète (au moins beaucoup plus discrète que celle de l’Akiyama pour les blindés), cela lui convenait. Et puis, même… Tant qu’elle trouvait quelqu’un avec qui elle se sentirait bien… C’était tout ce qu’on pouvait lui souhaiter.

La rousse en tout cas donna une partie de ses économies, gagnées par-ci par-là, pour prendre la peluche dans ses bras, et la tendre à son amie qui, toujours hébétée, ne savais comment réagir, alors que les regards se multipliaient dans sa direction, la rendant encore plus confuse…

Je… Je ne sais pas quoi dire…


Prenant en main la peluche, la Nishizumi sentit les larmes lui monter au visage, alors qu’elle ne savait pas du tout où se mettre. Essuyant ses larmes d’un revers de la main, la Nishizumi regarda le sol, d’une manière toujours confuse, avant de regarder lentement la peluche, et d’en sourire… Elle… Elle avait une peluche de Bôko, comme celle qu’elle serrait à Oarai, lorsque les moments étaient durs… Et ce fut avec une joie toute particulière qu’elle reprit la parole, enjouée :

Merci beaucoup, les amis ! J’en prendrai le plus grand soin !


Toutes acquiescèrent. Il était certain que la Nishizumi serait prévenante avec ce cadeau qu’elle venait de recevoir ! Mais alors qu’elle serait fort contre elle cette peluche, de l’agitation se fit entendre, de l’autre côté de la rue. Si chaque festival avait son lot de chamboullements, les quelques malotrus qui venaient en ces lieux, habillés d’armures de cuirs et de vêtements rapiécés, avait de quoi faire froid dans le dos. Des bandits probablement, tout du mois ils en avaient la dégaine, mais il restait à savoir ce pourquoi ils venaient ici…


Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1263
Yens : 221
Date d'inscription : 29/08/2016
Age : 16
Localisation : Plaine Verdoyante

Progression
Niveau: 124
Nombre de topic terminé: 54
Exp:
8/12  (8/12)
avatar
Natsume Naegi ¦ Justicier ¦

-



MessageSujet: Re: Le festival de Tsuniya   Jeu 9 Fév - 23:01








Le festival de Tsuniya

feat Anglerfish Team

La réaction de Miho fût celle attendue, assez hilarante en soi. La voir agiter les bras sans savoir quoi répondre était tout ce qu'il y avait de plus jouissif. Cela fit rire Natsume à gorge déployée, surtout qu'il était prêt à payer la peluche.

Après tout, enchaîner les petits boulots et les arrestations sur la Plaine faisaient de lui quelqu'un d'assez confortable au niveau de son argent. Il était donc normal pour lui de payer ce qui était cher à l'équipage déjà bien moins riche que lui.

Cependant, le temps qu'il puisse s'arrêter de rire de la réaction de la Nishizumi, Saori avait déjà payé. Si la chef du panzer ne savait pas où se mettre, l'adolescent était dans la même situation. Il aurait dû acheter le nounours avant d'éclater de rire.

Mais bon, Miho semblait au comble de la joie, allant jusqu'à verser quelques larmes, annonçant qu'elle prendrait bien soin de la peluche. Natsume voulait tout de même avoir participé à l'achat, il se dirigea donc vers Saori, lui prit la main, avant d'y glisser le prix du nounours.

Vous en avez bien plus besoin que moi. Dis-toi que j'ai acheté le nounours, d'accord ?

Une fois qu'il eut terminé, il retourna au près de Mako, l'admirant à nouveau dans son yukata. Il aurait pu la regarder comme ça pendant des heures tellement il la trouvait sublime dans ces vêtements.

Cependant, sa séance d'admiration fût interrompue par des bruits venus de l'autre côté de la rue. Vu que lesdits sons semblaient violents, Natsume pensa bon d'aller jeter un oeil.

Je vais voir, je reviens dans deux minutes, on sait jamais.

Il se dirigea vers la provenance du bruit, tombant sur cinq hommes aux visages cachés pointant des couteaux sur un marchand. L'adolescent soupira, ce festival ne pouvait pas se passer tranquillement ?

En tant que Gardien de la Plaine, il devait intervenir. Il se dirigea vers les bandits avant de se mettre derrière eux et de demander d'un ton totalement incrédule :

Vous faites quoi, dites ?

L'un d'entre eux se retourna violemment, pointant son poignard vers Natsume sans pour autant répondre. C'est le vendeur qui hurla.

Ils veulent voler mes revenus et mon stock ! Aidez-moi !

L'adolescent n'eut pas le temps de soupirer une nouvelle fois qu'un autre jeune homme légèrement plus petit s'exclama :

Oh ! Le gardien de la plaine va se friter ! Venez voir !

Alors là, pour le coup, la pseudo-célébrité de Natsume n'allait pas lui porter chance car tout un cercle de spectateurs entoura la scène comme s'il s'agissait d'un numéro de cirque.

Bon ben... Ma réputation me précède... Je vous laisse le choix : Soit vous filez vite fait, soit je vous explose, je révèle votre identité à tout le monde et je vous livre aux gardes.

C'est à ces mots que l'un des bandits finit par ouvrir son clapet :

HA ! C'est ça ouais ! Comment une gamine peut espérer battre cinq grands hommes forts comme nous ?! Tu veux pas prendre un verre plutôt ?

Alors là, c'en était trop. Natsume garda son air neutre mais brandit un Eri-Fist en guise de menace. Les bandits ne devaient pas s'y attendre et prirent rapidement la fuit en direction... Du reste du groupe d'élus...

Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Le festival de Tsuniya   Dim 12 Fév - 17:02



Le festival de Tsuniya
feat. Natsume Naegi



Nishizumi Miho
Face à un stand

Takebe Saori
Derrière Miho

Isuzu Hana
Dans la rue



Akiyama Yukari
Dans la rue

Reizei Mako
Vient de se libérer
Alycea Kitasu
En garde

Tamae
Paniquée



Prise d'otage


En effet, en plus d’avoir la dégaines de brigands, de malotrus et d’autres indésirables, ces hommes en étaient réellement, montrant des lames rouillés et émoussés à des marchands pour essayer de leur soutirer illégalement de la monnaie. Bien évidement, ce n’était pas très bien vu, et le gardien de la plaine, qui ne connaissait jamais le repos ni le dimanche, se dirigea courageusement en direction du conflit, en essayant de le résoudre, pacifiquement tout d’abord, mais sans grand succès. Il fallait dire aussi que même si l’androgyne était assez puissant avec ses capacités, il n’était pas vraiment une personne très intimidante, au contraire. Il paraissait trop enfantin et candide pour réussir à effrayer des hommes rôdés au pillage et au sang. Tout du moins, sans démonstration, car dès lors qu’il utilisa d’une manière un peu plus démonstrative son écharpe, les bandits comprirent qu’ils n’auraient pas vraiment de grandes possibilités de victoire face à cet élus, et s’empressèrent de fuir, en prenant la direction du festival.

Il était fort à parier qu’ils cherchaient à le semer dans la ville, pour ensuite continuer leurs méfaits. Autrement dit, les laisser courir ne serait en rien une victoire, juste un gain de temps. Mais le grand problème fut que ces hommes prenaient la direction des jeunes filles qui, au contraire de l’androgyne, n’étaient pas armés et étaient beaucoup plus vulnérables sans le panzer qui était la principale force du groupe.

Et patatra, ce fut le choc. Les hommes, qui préféraient la fuite, percutèrent de plein fouet le groupe et les jeunes filles qui le composaient. Le résultats fut certes un peu douloureux, notamment pour les lycéennes qui eurent l’impression de se prendre un rugbymen dans les côtes, mais rien de grave. Ou tout du moins pour le moment, puisque les bandits, paniqués et en proie à une déroute des plus pathétiques, se mirent en tête qu’avoir des otages serait probablement la meilleure idée.

De lycéennes, elles étaient passées à élues. D’élues, elles étaient devenues des victimes. De victimes, elles étaient devenues des vengeresses… Et la prochaine étape était donc de devenir des otages ? De répéter une nouvelle fois les nombreux contes qui se racontaient, où le beau et fort chevalier sauvait d’un élan courageux la princesse ? C’était malheureusement ce qui risquait d’arriver, à l’exception que… Quelques détails ne se passèrent pas comme prévu.

L’Isuzu et l’Akiyama notamment. Certes sonnées, les deux jeunes filles avaient réussies à s’écarter rapidement de ces hommes, et à les repousser lorsqu’ils tentèrent de les saisir. L’entrainement au sein de l’Ouroboros n’avait pas été vain, et elles étaient beaucoup plus fortes que leurs amies pour combattre. Après, il y avait aussi la Kitasu, qui n’avait pas été renversée, et qui pourtant restait la plus grosse menace, très loin devant les jeunes filles. Fronçant les sourcils, la kitsune fit apparaître un orbe magique enflammé, qu’elle envoya au visage de plusieurs des assaillants, celui de Miho et celui de Saori pour être exact, qui en plus d’être repoussées risquaient de perdre cheveux et sourcils s’ils ne plongeaient pas la tête dans un sceau d’eau, et ce au plus vite.

Mais il restait un problème, et de taille… La Reizei… Etait aux mains du brigand, qui dans la panique, avait sorti sa lame et la collait contre la gorge de la jeune fille. Autant dire que la situation n’était pas très jouace, bien au contraire. Mako, une nouvelle fois en danger, une nouvelle fois menacer, était encore sous le choc du coup qu’elle avait reçue, mais elle comprenait bien comment la situation était critique, mais… Elle cherchait un moyen de se libérer, de faire en sorte que ses camarades ou l’androgyne puisse agir, mais… Comment ? Cela elle l’ignorait, le brigand ne laissant pas une ouverture suffisamment longue pour laisser le temps d’agir aux autres…

Ou sinon, la solution viendrait d’elle ! Analysant comment le bandit se comportait, même sous la panique, la jeune fille réussit à trouver une faille, qu’elle exploita ! Mordant le poignet de son agresseur alors qu’il le laissait trop apparent, la lycéenne réagit en donnant un coup d’épaule pour essayer de s’en éloigner, tout en donnant d’une manière certes peu violente un petit coup de pied dans une partie … Sensible… Autant dire, elle avait put s’en éloigner alors que le bandit, confus, piaillait de douleur et de surprise !


Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1263
Yens : 221
Date d'inscription : 29/08/2016
Age : 16
Localisation : Plaine Verdoyante

Progression
Niveau: 124
Nombre de topic terminé: 54
Exp:
8/12  (8/12)
avatar
Natsume Naegi ¦ Justicier ¦

-



MessageSujet: Re: Le festival de Tsuniya   Mer 15 Fév - 0:09








Le festival de Tsuniya

feat Anglerfish Team

Il y avait deux type de stupides criminels sur Kosaten : Les premiers réfléchissaient à un plan, se préparant à toutes les possibilités et ne paniquant pas, restant rationnels lorsqu'ils sont mis en danger.

Les seconds cependant se disaient simplement qu'ils allaient faire n'importe quoi sur un coup de tête, se croyant au-dessus de tout, ils étaient bien plus enclins à paniquer quand la situation tournait mal.

En l'occurrence, cette bande faisait partie de la seconde catégorie et avait pris la fuite à peine après avoir vu une pauvre main géante en tissu bleu... Et qui pouvait leur en vouloir ? Bien que ce ne soit pas réellement effrayant, il y avait de quoi être surpris.

En tout cas, en plus d'être stupides, ils étaient malchanceux vu qu'ils avaient choisi comme otages, dans l'ordre, une kitsune habituée au combat, deux filles ayant subi un entraînement quasi-militaire, une autre qui avait connu les Zayriens et savait se dégager et enfin une femme qui savait allier souplesse et puissance.

Inutile de préciser qu'avant même que Natsume n'arrive à rattraper les fuyards, l'un des assaillants était à terre et les quatre autres n'avaient pas du tout réussi à prendre le dessus.

Harall s'était contentée de se dégager avant de donner deux coups dans les parties intimes de deux des bandits avant de leur asséner des coups aux genoux pour les faire tomber au sol, se tordant de douleur en compagnie du premier s'étant fait mettre hors-jeu par Mako.

Natsume arriva enfin à proximité et n'estima pas nécessaire de se montrer clément, il voulait profiter du festival et en finir avec ça le plus rapidement possible. Il asséna deux grands coups d'Eri-Fist dans le visage des bandits qui tombèrent au sol, inconscients.

Le premier réflexe de l'adolescent fût d'aller voir la Reizei s'assurer qu'elle allait bien. Il observa attentivement son cou, espérant qu'elle n'aie pas été coupée et par chance, cela n'avait pas été le cas. Il poussa un soupir de soulagement.

Eh ben, tu sais te défendre maintenant ! Tu vois ? Ca vient tout seul ce genre de trucs !

Il se retourna vers les hommes au sol avant de les enrouler dans les deux extrémités d'Erimaki. C'est à ce moment-là que des gardes arrivèrent. Ils ne semblaient pas connaître le Gardien de la Plaine, ils devaient donc venir de Tokonatsu. Ils embarquèrent rapidement les bandits, laissant le groupe vaquer à ses occupations.

Natsume retourna vite auprès de Mako, la serrant dans ses bras, il avait eu une peur bleue qu'il soit arrivé quelque chose à sa bien-aimée.

Je suis désolé, j'aurais dû les arrêter tout de suite au lieu de leur donner le choix...

Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Le festival de Tsuniya   Mer 15 Fév - 23:50



Le festival de Tsuniya
feat. Natsume Naegi



Nishizumi Miho
Dans la rue

Takebe Saori
Proche de Natsume

Isuzu Hana
Dans la rue



Akiyama Yukari
Dans la rue

Reizei Mako
Contre Natsume
Alycea Kitasu
Dans la rue

Tamae
Se calme contre Saori



Retombée


Il n’avait pas fallut beaucoup de temps pour que les bandits, pourtant expérimentés dans le vol, les crimes et les pillages, ne se fassent mettre en déroute, puis sauvagement stoppées par le groupe de jeune filles qui s’empressèrent de se défendre et de les mettre hors d’état de nuire. C’était à vrai dire assez surprenant de leur part, n’ayant pas vraiment beaucoup de puissance ni beaucoup de talent pour se défendre. Elles comptaient en ce monde sur la force et le blindage du Panzer pour survivre, mais bien souvent, elles n’y étaient pas. Lorsqu’elles étaient aggressées, c’était bien souvent quand elles étaient en dehors de cette infernale machine, au moment où, malheureusement, elles étaient le plus vulnérable… Et pourtant, cela n’avait pas été suffisant à ces hommes pour gagner un avantage, puisque Kosaten avait réussi à transformer ces jeunes et innocentes lycéennes en des femmes aguerries, mais parfois troublées.

Et pourtant, rien n’avait prédestiné ces hommes à faire de telles choses aujourd’hui. Venus aujourd’hui en bande pour profiter d’un festival accessible à tous (ils n’avaient pas vraiment les moyens de louer des Kimonos ou autre vêtements), les lurons comptaient passer un moment sympathique entre eux, avec si possible quelques verres d’un bon saké et des femmes qui, veuves ou à la recherche de virilité, s’amouracheraient dans leurs bras musclés. Mais malheureusement, la cupidité avait prit le dessus, et ils s’étaient retrouvées à menacer un pauvre homme pour quelques poignées de monnaie, et avec un résultat catastrophique.

Une triste fin pour ces hommes qui finiraient aux fers alors qu’ils souhaitaient juste se détendre, et personne n’avait de la peine pour eux alors que, inconscients, ils se faisaient emmenés par les gardes qui, visiblement, se prirent d’un zèle presque sadique à nouer leurs mains et leurs pieds, pour empêcher toute tentative d’évasion, pendant que le marchand, satisfait de ce résultat, arborait un sourire carnassier, en remerciant abondament son héros du jour, l’androgyne.

Les jeunes filles, elles, étaient encore sous le choc. La Reizei, qui venait d’échapper de peu à une situation très critique, tout comme la Nishizumi et la Takebe, étaient encore un peu perdue, et regardaient vaguement dans la direction des gardes qui s’occupaient de maintenir l’ordre en ces lieux. Elles avaient été impuissantes, mais pourtant, elles allaient bien… C’était difficile à croire, tant Kosaten était un monde cruel où la moindre erreur était fatale, mais… C’était pourtant bel et bien ce qui se passait, et la Kitasu se permit même de souffler, alors qu’un sourire se faisait sur son visage :

Fiooooouuuu, bon débarras ! Venir ici pour ruinez l’ambiance, ils manqueront à personnes c’pauvres types !


Timidement, la Nishizumi hocha la tête, en se rapprochant de la Kitasu, qui avait sût garder son sang froid alors que tout partait à la dérive. Décidement, elle était beaucoup plus une personne d’action qu’elle, quand bien même la stratège d’Oarai n’était pas en reste… Mais généralement, c’était son tank, et non directement sa vie, qui était sous la menace. Les choses étaient grandement différentes, mais il ne faudrait qu’un peu d’entrainement à la jeune fille pour atteindre un stade où ce ne serait plus un problème.

En tout cas, l’Isuzu posa sa main sur l’épaule de la jeune fille pour la rassurer un peu, pour lui faire comprendre qu’elles étaient ensemble, et que tout irait bien tant qu’elles seraient en groupe. L’Akiyama fit par ailleurs la même chose avec sa comparse aux cheveux orangés, tandis que la Reizei avait le droit à la meilleure personne qu’elle pourrait avoir, l’élu de Minshu et de son cœur… Elle fut serrée dans ses bras, et après une à deux secondes d’hésitation, elle s’y plongea en fermant les yeux, refermant l’etreinte d’une manière totalement libérée, se délestant de ses craintes juste en sentant le corps de l’androgyne contre le sien… Et il fallait en plus avouer qu’en plus, avec le peu de vêtements qu’elle portait sous son kimono, la sensation était assez unique… Et… Elle savait au fond d’elle que, malgré sa pudeur qui diminuait petit à petit, les couches de vêtements qui les sépareraient disparaitraient, un jour ou l’autre…

Mais en attendant, elle se contenta de garder le silence, écoutant et se rassurant avec les respirations régulières de l’androgyne qui la maintenait proche, si proche… Néanmoins, ce fut la Takebe qui, se forçant à sourire, s’approcha des deux, et dit d’une voix optimiste et amicale :

Et si on allait chercher un coin où l’on pourrait manger ? Le bord de la falaise doit être une superbe vue, j’en suis sûre ! Oh oh ! Il y aura même peut-être des choses intéressantes en chemin ! Comme des jeux, ou de la barbe à papa !



Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1263
Yens : 221
Date d'inscription : 29/08/2016
Age : 16
Localisation : Plaine Verdoyante

Progression
Niveau: 124
Nombre de topic terminé: 54
Exp:
8/12  (8/12)
avatar
Natsume Naegi ¦ Justicier ¦

-



MessageSujet: Re: Le festival de Tsuniya   Lun 20 Fév - 1:25








Le festival de Tsuniya

feat Anglerfish Team

L'ambiance se calmait petit à petit. Les gardes emmenaient les perturbateurs loin du festival, le petit groupe d'élus se calmait après les événements et la foule qui s'était rassemblée pour admirer le "combat" s'était dissipée. Cette histoire restait stupide en soi. Si ces bandits voulaient profiter du festival, autant éviter de faire n'importe quoi.

Après tout, ne dit-on pas que l'enfer est jonché de bonnes intentions ? Bon, si ce n'était pas le cas de Zayro Jinn, beaucoup de personnes ayant fait le mal n'étaient pas malveillants. Si de base ces bandits n'avaient que l'intention de prendre du bon temps, il ne pouvaient s'en prendre qu'à eux-mêmes d'avoir été stupides.

Bref, faire retomber l'ambiance fût assez fastidieux avec une première tentative d'Alycea pas vraiment concluante. De plus, cette histoire avait légèrement miné Harall qui tentait tant bien que mal de se calmer en mangeant ce qu'elle avait acheté aux stands. Natsume aussi essayait de faire passer la pilule avec Mako mais cela restait assez compliqué.

Mais le groupe devait avancer, faire autre chose et profiter du festival, il était venu pour ça, pas pour se battre avec des idiots. Et ce fût Saori qui commença la transition en proposant d'aller acheter à manger et s'installer au bord de la falaise. Cela semblait être une bonne idée, d'autant plus qu'admirer la mer était réellement reposant.

Natsume profita de tenir la Reizei dans ses bras encore quelques instants avant de la prendre par la main et de diriger le groupe avec un sourire encore légèrement forcé.

Bon, on va éviter de trop y repenser et on va continuer !

La balade continua avec une ambiance légèrement pesante mais commençant à s'alléger au fur et à mesure. Natsume avait acheté quelques choses à manger qui ne ressemblaient même pas à ce que l'on pouvait trouver dans les mangas.

En tout cas, cela avait bon goût et Harall en avait pris environ six barquettes pour elle seule. Finalement, tout le monde arriva au bord de la falaise avec la nourriture. Des bancs étaient installés et les élus s'étaient assis dessus, admirant l'océan sur lequel la lune se reflétait.

Cela rappelait un peu la nuit sur le bateau durant laquelle Mako était venue se déclarer à Natsume lors de son amnésie.

L'adolescent posa sa barquette de nourriture à côté de lui pour à nouveau serrer Mako dans ses bras. Il était tellement heureux...

Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Le festival de Tsuniya   Mar 21 Fév - 19:34



Le festival de Tsuniya
feat. Natsume Naegi



Nishizumi Miho
Assise

Takebe Saori
Assise

Isuzu Hana
Assise



Akiyama Yukari
Assise

Reizei Mako
Contre Natsume
Alycea Kitasu
Assise

Tamae
Endormie contre Saori



Au clair de la lune

Est-ce que la meilleure chose à faire était de laisser cette sombre histoire derrière et d’aller de l’avant ? Surement. C’était en tout cas sur quoi les jeunes se réunissaient en faisant quelques pas pour s’éloigner de cet endroit, en emportant leurs quelques affaires, comme les masques et la peluche d’ourson qui était lovée dans les bras de Miho. Si les premiers pas restèrent assez silencieux suite à ce qui avait été fait en ces lieux, l’ambiance festive des habitants du village qui participaient gaiement aux différentes activités aidèrent à remettre d’aplomb le groupe, qui marchait plus sereinement, évitant des enfants agités qui courraient bien rapidement, comme s’ils étaient responsables de plus d’une farce. Il suffisait de voir, à une cinquantaine de pas de là, un chat à deux queues (autrement appelé Nekomata) qui courrait lui aussi dans tous les sens, une petite boite de métal accroché à la queue qui causait un véritable tintamarre, alors que derrière un marchand énervé tentait tant bien que mal de calmer le quadrupède effrayé.

Avec toute cette agitation, les jeunes filles ne purent qu’être spectatrice, mais fort heureusement, la boite se détacha, probablement mal attachée, et le chat terrifié parti à toute hâte vers une destination lointaine, au moins le quartier d’à coté, ce qui faisait qu’il ne risquait pas de participer de nouveau à la fête, du moins pas sans un bol de lait. Mais à vrai dire, heureusement… Il suffisait de voir l’aversion des Kitsune et de Nekomata entre eux pour se douter qu’une telle histoire aurait mal finie.

Dans tous les cas, en s’arrêtant à un stand choisi par l’odeur la plus forte, le groupe eu la possibilité de s’offrir un bon petit repas. Les mets étaient plutôt intrigants, la plupart n’étaient pas inconnus des jeunes filles, mais il fallait avouer que l’idée de regouter à des mets dont les saveurs étaient presque oubliées ne fut pas de refus. Elles prirent donc un peu de tout, espérant redécouvrir ces saveurs, mais aussi en trouver de nouvelles. Après tout même si Kosaten ressemblait au Japon d’antan, il y avait bien plus de spécificités que nulle part sur la terre.

Dans tous les cas, une fois payés, les plats avaient l’audace d’émettre leurs senteurs directement dans les narines des lycéennes qui, affamées, devaient composer avec cela, jusqu’à arriver à coté de la falaise, où le groupe put s’asseoir sur des bancs qui étaient judicieusement placés là. Le soleil s’était déjà couché, et le groupe eu le droit à un magnifique levé de lune, se reflétant avec un ciel étoilé sur la mer qui s’étendait jusqu’à l’infini. Un spectacle resplendissant, qui laissait penser que c’était peut-être ça, le secret du bonheur…

Mako, en tout cas, pouvait dire cela. Lovée contre l’androgyne dans cette ambiance de fête, de joie et d’affection, elle pouvait presque se targuer d’être la privilégiée dans cette histoire, souriant à celui qui la tenait fort contre elle… Tout cette histoire, tous les tracas qu’elle avait put avoir… Toute la peine du monde en apprenant le cruel destin qu’elle avait connue… Tout cela était derrière elle, car toutes étaient réunies, toutes étaient là, à contempler cette lune presque pleine… Jusqu’à ce que la rousse prenne la parole en demandant d’une voix curieuse :

Hey, vous savez ce qu’il y a par dela l’océan ? Ce qu’il peut y avoir de l’autre côté du monde ? Peut-être qu’il y a d’autres endroit, comme Kosaten, des pays regorgeant d’élus… Peut-être qu’ils vivent en paix, là-bas...


Soupirant légèrement à la fin de sa phrase à cause des conditions politiques des trois pays, la Takebe continua de manger tranquillement une nourriture dont le goût ressemblait au poulpe. Poulpe, vous avez dit ? Etrange en effet, mais rien de bien particulier, rien qui ne pourrait déclencher une terrible vengeance dont les mêmes les pires cauchemars ne sauraient imaginer… Non, absolument rien…

Mais en tous cas, l’ambiance était très tranquille, profitable pour un repos bien mérité, si tranquille que la jeune Tamae, qui avait tenue bon jusqu’ici, s’en retrouvait toute endormie contre l’épaule de celle qu’elle considérait comme sa grande sœur. Un diamant d’innocence, qui fit sourire les lycéennes qui protégeaient la gamine depuis qu’elle avait été laissée toute seule, sans rien ni personne…


Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1263
Yens : 221
Date d'inscription : 29/08/2016
Age : 16
Localisation : Plaine Verdoyante

Progression
Niveau: 124
Nombre de topic terminé: 54
Exp:
8/12  (8/12)
avatar
Natsume Naegi ¦ Justicier ¦

-



MessageSujet: Re: Le festival de Tsuniya   Jeu 23 Fév - 17:37








Le festival de Tsuniya

feat Anglerfish Team

Les élus sur Kosaten devaient être des éternels malchanceux. Lorsque le groupe de la Plaine voulait simplement prendre du bon temps durant un festival, cela tournait au vinaigre et deux incidents désagréables étaient intervenus avant d'enfin pouvoir se poser et profiter au bord d'une falaise.

Et ce coup-ci, tout semblait aller bien, le groupe était seul à observer l'océan, Natsume avait Mako contre lui et Harall descendait barquette de nourriture sur barquette de nourriture. Rien ne laissait présager un autre événement désagréable et au contraire, le reste serait plutôt calme et innocent.

Sa bien-aimée contre lui, l'adolescent aurait presque pu s'endormir tant il se sentait apaisé. Un doux sourire était clairement dessiné sur ses lèvres et il profitait au maximum du moment. Il n'avait même pas entendu la remarque de Saori à laquelle Harall répondit la bouche pleine :

Che chais pas... Chi cha che trouve, y a chuchte rien de l'autre coté... Che cherait peut-être mieux en fait...

En effet, si quelque chose se trouvait de l'autre côté de l'océan, les dieux de Kosaten ne laisseraient sûrement pas les élus y accéder, que ce soit pour éviter la désertion ou quoique ce soit d'autre. L'existence d'une terre sans guerre serait également très peu probable étant donnée la nature humaine...

C'est après cette réponse que l'incident suivant survint. Les élus pensaient être seuls au bord de la falaise mais ils se trompaient... Derrière eux se faufilait une ombre, rapide comme l'éclair accordée d'un yukata jaune. Cette forme surgit face à Natsume et Mako d'un air intrigué.

La fille:
 

Penchée en avant comme si elle observait un animal étrange elle commença en bégayant :

C-Comment vous avez fait ?!

D'un air un peu perdu, Natsume regarda de droite à gauche se demandant si c'était bien à lui que l'on parlait. Il se pointa du doigt d'un air interrogatif auquel la nouvelle arrivante répondit par un rapide hochement de tête.

Comment on a fait quoi ?

P-Pour être aussi mignons et-et ensemble et tout et amoureux et tout !

Natsume ne sut pas vraiment quoi répondre à ça. Cette fille était un étrange phénomène et semblait être encore plus survoltée que l'adolescent, fait assez rare pour le souligner. Il se gratta la tête d'un air perplexe, pour finir avec Mako, les causes étaient aussi tragiques qu'absurdes.

En résumé, la Reizei s'était faite tuée, avait ressuscité et perdu la mémoire pour être retrouvée par Natsume qui l'emmena à l'autre bout de Kosaten pour la soigner... Ce qui était une méthode relativement peu conventionnelle pour former un couple...

La situation devenait assez malaisante et Harall observait tout cela d'un air moqueur. L'adolescent finit par lancer un regard un peu paniqué de "Je dis quoi ?" à Mako.

La miniature ne manqua pas cette occasion pour se pencher à l'oreille de Saori pour lui murmurer :

Tu devrais écouter la réponse aussi, ça devrait t'intéresser non ? Héhé...

En effet, la Takebe avait une certaine tendance à parler de son envie d'avoir un petit copain, chose difficilement comprise par Natsume. Il était certes au comble de la joie avec Mako mais était-ce suffisamment important pour devenir l'objectif d'une vie ? Du moins, c'était l'impression que la rousse donnait...

Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Le festival de Tsuniya   Jeu 23 Fév - 18:30



Le festival de Tsuniya
feat. Natsume Naegi



Nishizumi Miho
Assise

Takebe Saori
A l'écart

Isuzu Hana
Assise



Akiyama Yukari
Assise

Reizei Mako
Contre Natsume
Alycea Kitasu
Assise

Tamae
Endormie



Complainte d'une rousse

Qu’il n’y ai rien par delà les mers était une possibilité. Plus que possible, c’était même probable. Déjà que sur un continent comme celui de Kosaten, il n’y avait pas assez de place pour trois dieux, qui voulait savoir quels seraient les innombrables conflits qui siégeaient là-bas ? Peut-être valait-il mieux se contenter de ce que l’on avait, peut-être était-ce une meilleure solution que de toujours essayer d’apercevoir la plus belle herbe du champ d’à coté… Après tout, même si elles étaient passées par des phases difficiles, les cinq lycéennes étaient réunies, en vie et plutôt bien portantes. De plus, l’une d’entre elle avait trouvée l’improbable… Tout n’était pas aussi sombre que l’on pourrait le croire…

Et puis… Même si elles se sentaient parfois seules, même si leurs amies, leurs familles, leur lycée manquaient grandement pour ces cinq adolescentes, cela faisait maintenant plus d’une année qu’elles étaient arrivées dans ce monde, et qu’elles se débrouillaient pour s’en sortir. Si l’objectif initial, de rentrer chez soi, était encore présent, sa volonté diminuait petit à petit, laissant place à une certaine lassitude… Il était toujours plus simple de se dire qu’une chose était impossible de base, plutôt que d’essayer tant bien que mal de le prouver…

Mais pour le moment, aucune d’entre elle n’y renonçait, oh que non. Abandonner, c’était faire chavirer tout l’équipage, tout ceux qu’elles avaient put croiser et apprécier… Elles étaient encore fragiles, encore vulnérables, mais… Par cette indépendance forcée qu’elles avaient dût prendre, elles devenaient de véritables femmes. Mais pour le moment, aucune d’entre elle n’avait franchie l’ultime pas, qui transformerait ces demoiselles. Mais comme ce n’était pas du tout la priorité, elles se contentaient pour le moment d’observer le paysage en mangeant ce repas, alors qu’un bateau de pêche tout illuminé semblait préparer quelque chose de grandiose.

Mais c’est à cet instant qu’une demoiselle tout de jaune vêtue (on aurait put la confondre avec un citron géant), ne manquant pas de charme, complimentait d’un air extrêmement étonnée, presque stupéfaite, le charme qui émanait du petit couple que formait l’androgyne et la Reizei, qui tourna d’une manière nonchallante son regard dans une direction proche, pour intercepter les communications qui se déroulaient… Et donc, comment avaient-ils fait pour être aussi mignons et amoureux ? Il était vrai que la question était très vague, et avait un nombre infini de réponse, comme pouvait en témoigner l’air un peu perdu et paniqué de l’androgyne, qui ne savait pas quoi répondre…

Et de l’autre coté, la miniature goinfre en profita pour enfoncer un clou dans la poitrine de la rousse… Oui, elle savait qu’elle cherchait un petit copain, et ce depuis longtemps. Oui, elle savait que sa cadette, qui renfermée et beaucoup moins sociable, avait réussie ce point, en trouvant l’une des meilleures personnes qui pourrait lui correspondre ! Oui, elle savait cela, et pourtant… Elle était incapable d’avoir une relation sérieuse avec une personne… Peut-être que ce n’était pas son destin ? Rien que cette idée, elle refusait catégoriquement. Oh que non, la rousse ne se voyait pas célibataire endurcie ! Elle comptait redoubler d’efforts, déjà qu’intérieurement, en plus d’être très heureuse pour son amie, elle en était aussi bien jalouse…

Mais si la jeune fille n’avait jamais réussie à créer un lien si fort avec quelqu’un, c’était à cause de ses propres qualités. Très sociable et plutôt populaire, la jeune fille savait très bien se faire des amis, mais… Elle se créait aussi sa propre friendzone. Toutes les personnes avec qui elle sympathisait devenait ses amis, mais… Rien de plus. Elle était l’amie de tous et de toutes, mais elle n’était qu’une amie.

En tout cas, même si ce n’était pas dit avec méchanceté, Harall venait de chambouller la rouquine qui, fermant les yeux, posa sa barquette sur le banc, là où elle était préalablement installée, avant de se lever, et de dire d’une voix qui laissait transparaître aux personnes les plus empathiques une certaine émotion de tristesse :

Je… Je vais marcher un peu…


Si cela causa une surprise un peu générale, un simple regard sur le dos de la jeune fille suffisait à faire comprendre qu’elle avait réellement besoin d’être un peu seule, avant d’être réconfortée. Ce n’était pas une profonde tristesse qui l’envahissait, mais réellement le besoin de réfléchir sur ce qu’elle avait fait jusqu’à maintenant. Sa mémoire avait beau être encore un gruyère, elle était tout de même largement capable de dire ce qu’elle avait put vivre, et surtout, qui elle était…

Pour la jeune fatiguée, qui assistait impuissante au départ de son amie, la réponse qu’elle devait donner à l’étrangère devenait de plus en plus chaotique dans son esprit. Si elle avait put avoir des certitudes sur le sujet, voilà qu’elles étaient en un millier de petits éclats, voilà que tout partait à la renverse d’un simple passage de main, tel un château de carte à l’approche d’une tempête. Ce fut en bafouillant un peu qu’elle répondit, maladroitement, à cette femme citron :

Je ne sais pas… Ne pas chercher… Peut-être ? L’amour est une chose trop psychologique pour être analysée. On peut en voir les résultats, mais… En définir les causes est presque impossible. Il faut, dans tous les cas… Rester soi-même, je pense…


De l’autre coté, la rousse soupirait. Sa marche devenait longue, et elle s’éloignait de bien une centaine de mètres, ne gardant avec elle qu’une petite lumière offerte par une lanterne, qu’elle posa à ses pieds en s’asseyant sur un rocher. De là où elle était, l’on pouvait distinguer toutes les lueurs de la ville, et même ses camarades, mais actuellement, elle était seule. Seule pour dire où le soleil se levait, seule pour dire je serais avec toi… Certes, ses amies étaient très précieuses à ses yeux, ça elle n’affirmerait jamais le contraire, mais… En restant éternellement en groupe, en pensant pour les autres, elle avait parfois l’impression de perdre son identité, de perdre ce qu’elle était vraiment, déjà que les choses n’étaient pas simple sur Kosaten, où elle était bien plus limitée…

Elle voulait quelqu’un qui puisse la comprendre, qui puisse l’aimer, qui puisse rire et pleurer avec elle, qui puisse avoir ce lien si particulier, si unique, qu’elle cherchait…


Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1263
Yens : 221
Date d'inscription : 29/08/2016
Age : 16
Localisation : Plaine Verdoyante

Progression
Niveau: 124
Nombre de topic terminé: 54
Exp:
8/12  (8/12)
avatar
Natsume Naegi ¦ Justicier ¦

-



MessageSujet: Re: Le festival de Tsuniya   Jeu 23 Fév - 19:38








Le festival de Tsuniya

feat Anglerfish Team

Houlà, Harall ne le savait pas mais elle avait tiré une balle droit entre les deux yeux de Saori. Elle ne pensait pas à mal mais, comme souvent, elle avait été désespéramment maladroite avec les sentiments des gens. Elle pensait que la Takebe plaisantait quand elle parlait de trouver un petit copain.

Ainsi quand celle-ci partit, l'air dépité, la miniature baissa la tête, se la cognant contre le banc en se plaignant : "Débile, débile, débile merde !". Natsume ne savait plus trop où donner de la tête entre la visite de la jeune fille en jaune et le départ de la rousse, il fallait faire un choix.

Et le plus logique était de se préoccuper d'une amie plutôt que d'une inconnue. Pendant que Mako tentait difficilement d'expliquer les choses au citron, l'adolescent alla voir Harall pour relever sa tête et l'inciter à aller s'excuser.

Tu vas la voir et tu t'excuse ! Je sais pas ce que t'as dit mais ça a l'air d'être ta faute.

Mais je voulais paaaaaaaaas... C'était pour plaisanter, je pensais pas qu'elle était aussi sensible là-dessus...

Raison de plus, comme ça tu pourras te justifier ! Allez fonce !

Termina-t-il en poussant la miniature en direction de là où était partie Saori. Il connaissait bien Harall, il était vrai que ses blagues étaient souvent de mauvais goût et que la seule raison pour laquelle il pouvait les supporter était car il ne les comprenait pas.

Côté Natsume

Il retourna ensuite auprès de Mako pour ne pas la laisser en plan face à la pile électrique.

Désolé pour ça... Bon, pourquoi tu veux savoir tout ça... Je veux dire, je crois que personne nous a déjà posé ce genre de question.

Suite à cette phrase, la fille-citron vit son visage rougir intensément et son corps de raidir comme si sa colonne vertébrale s'était changée en poutre. Si pour n'importe qui, il était clair que cette fille était amoureuse de quelqu'un, cela restait assez lointain pour Natsume qui s'en inquiéta plus qu'autre chose.

Eh ! Tu vas bien ?!

J-Je v-vais t-très b-bien. J-Je n-n'ai j-jamais p-posé d-de q-question...

L'adolescent était totalement perdu. Avant d'être en couple, il était dans le même état quand on lui parlait de Mako ou quand il était avec elle mais il était incapable de comprendre cela chez quelqu'un d'autre. Comme quoi, il était encore un enfant dans l'âme...

Côté Harall

La miniature suivait Saori de loin, dans le noir, réfléchissant à ce qu'elle pouvait lui dire. Déjà, s'excuser, c'était clair. Se justifier ? Etait-ce vraiment une bonne idée ? La Takebe ne prendrait-elle pas cela pour de la mauvaise foi ?

Harall ne voulait pas que la relation entre elle et l'équipage se détériore à cause d'une bêtise, elle devait trouver les mots et les gestes justes. Que pouvait-elle dire ou faire ?

Elle ne regardait même plus où elle marchait tant elle était dans ses pensées, si bien qu'elle  ne se rendit pas compte qu'elle marchait en continu contre un rocher à côté de celui sur lequel s'était assise Saori.

Le spectacle était assez cartoon mais la rousse n'était sûrement pas d'humeur à rire. Pourtant cette marche unidirectionnelle dura plusieurs secondes suite auxquelles elle s'arrêta, se retrouvant totalement perdue sur son emplacement.

Elle finit par se retourner, cherchant à se repérer dans l'espace quand son regard tomba sur la Takebe. Paniquée, elle jetait des coups d'oeil égarés autour d'elle ayant totalement perdu sa langue.

Finalement, elle se tapota les joues pour se reprendre, elle se plaça devant Saori et se mit à quatre pattes au sol, la tête baisée en signe d'excuse.

Je suis désolée ! Je savais pas, je me suis-enfin, j'ai pas voulu-tu, enfin je m'attendais pas à-Je suis désolée ! Je m'excuse, je voulais pas être méchante !

Harall était totalement déboussolée, elle pensait le chemin bien plus long et le résultat fût une sacrée panique durant laquelle elle ne savait absolument pas quoi dire...

Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Le festival de Tsuniya   Jeu 23 Fév - 21:11



Le festival de Tsuniya
feat. Natsume Naegi



Nishizumi Miho
Assise

Takebe Saori
A l'écart

Isuzu Hana
Assise



Akiyama Yukari
Assise

Reizei Mako
Contre Natsume
Alycea Kitasu
Assise

Tamae
Endormie



Surmonter sa tristesse

Assise sur le bord d’un rocher, la jeune fille réfléchissait. Perdue, ça oh que oui, elle l’était… Après tout, qu’est-ce qu’elle avait de si particulière vis-à-vis des autres ? Qu’est-ce qui la faisait ressortir, ce qu’elle devait mettre en avant pour n’être pas qu’une banale personne comme tant d’autres ? Après tout, ses camarades, ses amies, elles en avaient tant… Miho connaissait l’art du tank depuis son plus jeune âge, et avait une force de caractère qui l’avait fait rebondir, même lorsqu’elle était tombée au plus bas, lorsqu’elle n’avait plus aucun ami, ni aucune famille… Hana était distinguée, disposant d’une certaine élégance, presque noble, et maitrisait l’art de la composition florale, en plus d’avoir une précision sans pareil… Yukari, passionnée par les blindées, savait mettre de côté tous ses problèmes pour se libérer totalement, sans aucune honte ou gêne. Lorsque les choses n’allaient pas, elle était toujours là, prête à sourire… Et Mako…

Mako qui depuis toujours avait été épaulée par la rouquine. Pour se lever, pour s’habiller… Elle avait comptée sur elle tant de fois, et pourtant, voilà qu’aujourd’hui, en plus de disposer d’une intelligence bien plus grande que la moyenne, la Reizei la battait sur le domaine sentimental… La jeune fille avait cette impression d’être inutile, d’être en retrait par rapport aux autres, à ses amies qui jour après jour, devenait de plus en plus forte, alors qu’elle… Restait la même…

Après tout, Miho et Mako avaient eu la force de, malgré la perte de mémoire, continuer à avancer, jusqu’à s’en délivrer, jusqu’à s’en affranchir. Hana et Yukari avaient dût affronter la mort de leurs amies, et s’étaient hissées en première ligne contre Fuyu et ses représentants… Tandis qu’elle n’avait rien fait. Elle s’était éveillée un beau jour, elle avait été assistée, et puis elle n’avait été que l’équivalent d’un bagage le reste du temps, voyageant avec des marchands et d’autres convois, pour au final ne rien faire du tout… S’il y avait bien une personne en dessous, c’était elle…

Tout du moins, c’était ce qu’elle pensait actuellement… Car ce qui lui vint en tête peu après était différent… La nommée Tamae… La petite, qui s’était attachée à elle, avait put compter sur Saori quand elle en avait le plus besoin. Sans aide, qui sait ce que le golem aurait fait d’elle ? Ses parents ne l’auraient pas aidés, la Kitasu ne serait pas intervenue, tout comme Tenma… Personne n’aurait sauvé la jeune enfant, qui aurait connue un sombre destin…

Et puis, elle avait quelques qualités… Elle était rudement bonne dans les tâches ménagères… Certes, c’était peu, mais en plus de savoir comment utiliser les machines du quotidien et de comment laver le linge, elle savait bien cuisiner et s’en sortait même plutôt bien en pâtisserie… Après tout, lorsqu’elles voyageaient encore ensemble, ce fut elle qui s’était occupée de, avec les moyens du bord, cuisiner pour tout le monde.

Donc la sociabilité n’était pas sa seule qualité. En vrai, même si de son coté, la jeune fille était inexpérimentée, elle était de bon conseils en matière d’amour. Bon nombre de ses cadettes étaient venus lui demander comment s’en sortir avec les garçons, ce qu’il fallait faire et à contrario ce qu’il fallait éviter. Elle s’en sortait pour dire ce que les autres devaient faire, mais étrangement, tout cela ne fonctionnait pas avec elle… Après tout, elle restait une amatrice, et les rouages de l’amour avaient une mécanique des plus complexes.

Sa main glissa dans ses cheveux alors qu’elle soupirait de nouveau. Certes, elle n’était pas parfaite, personne ne l’était, et il lui arrivait de douter, mais ce n’était pas une raison pour abandonner. Ayant délaissée cette recherche de la personne qui lui correspondrait, la jeune fille comptait bien reprendre ! Mako avait peut-être trouvée cette personne si spéciale pour son cœur, la rousse ne comptait pas être laissée sur le côté, elle comptait bien y arriver, même si cela n’allait pas être simple, et qu’il faudrait jongler cela avec d’autres priorités qui sont bien plus importantes. Serrant les poings, la jeune fille afficha un sourire, encore un peu timide, en observant la mer, jusqu’à ce qu’elle reçut la visite de la miniature qui venait s’excuser d’une manière un peu… Trop solennelle, ce qui laissa la jeune fille un peu confuse, qui bafouilla alors immédiatement, ne sachant pas où se placer :

Je-tu n'as pas à t'excuser ! C'est de moi dont-il s'agit, et... Ce n'est pas ta faute, je te le jure !


Sa panique laissa lors progressivement place à une sérénité un peu plus grande, de voir qu'Harall se faisait du mouron même si elle n'était que pour très peu dans cette histoire. Après tout, elle aurait très put prendre le commentaire ave le sourire, mais elle avait ses limites, et elles avaient été atteintes... Elle continua alors, avec un regard rassurant :

C’est bon… C’était… Une accumulation, depuis que j’ai retrouvée la mémoire. Tout le monde est si… Fantastique, si unique, que j’avais l’impression d’être en dessous de tous… Mais ça va, j’y ai réfléchie, il faut que je redouble d’effort ! Après tout, ce n’est pas en restant les bras croisés que le prince charmant tombera du ciel !


Elle se permit un léger clin d’œil, avant de s’adosser d’une manière plus relâchée à la pierre, pour regarder les étoiles, si nombreuses, si brillantes… Sa complainte solitaire était finie, et elle se tapota deux fois les joues, avant de se remettre normalement, pour dire à la miniature, d’une voix sympathique, bien qu’un peu forcée :

On y va ?


A vrai dire, ce n'était pas une question, et la rousse mena la marche vers là où elle les avaient quitté précedement. Le simple fait de la voir revenir d'elle même un peu plus souriante semblait signifier que tout c'était bien passée, et qu'elle avait retrouvée la pêche après sa légère mélancolie. Dès lors, elle s'approcha d'elle même vers la jeune personne qui était venue demander conseil, pour lui dire d'une manière franche :

Tu as besoin d'aide pour quelque chose non ?


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

-



MessageSujet: Re: Le festival de Tsuniya   

Revenir en haut Aller en bas
Le festival de Tsuniya
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Festival de films de Jacmel a portee internationale
» FESTIVAL du jeu a istres
» Festival des Harmonies
» [Projet] Festival Vespéraeen
» [Archive 2009] 10-11-12/04 Festival Trolls et Légendes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Manga Multiverse ::  :: République de Minshu :: Plaine verdoyante-


Crédits : Design : Phoenix & Pingouin Règlements & Contexte : Phoenix
Forum optimisé pour Google Chrome.