Partagez | .
L'alcool coule à flot
Messages : 187
Yens : 833
Date d'inscription : 27/01/2017
Age : 23

Progression
Niveau: 17
Nombre de topic terminé: 9
Exp:
0/6  (0/6)
avatar
Son Gokû Black ¤ Inconnu ¤

-



MessageSujet: L'alcool coule à flot   Ven 3 Fév - 21:33

Après plusieurs heures de marche, nous arrivâmes enfin dans la capitale du royaume, Yuki. C'était vraiment énorme comme endroit. Il y avait des boutiques, des gros bâtiments, des bars partout, ainsi que le château dans lequel se trouvait le roi en personne. Cependant, il faisait nuit, les rues étaient donc presque désertes. Quelques poltrons imbibés d'alcool, quelques personnes voulant simplement se balader dans la capitale durant la nuit. Alors que nous nous dirigions vers le château, Arkana se tourna vers moi.

"Bon, Black. Il se fait tard. De plus, j'ai encore une mission à accomplir, seule. Cela veut donc dire que notre entrevue avec sa majesté est reportée à plus tard. Tiens, prend cet argent et trouve-toi un endroit où passer la nuit. On se voit dès que j'en aurai terminé avec ma mission. J'espère que je peux compter sur toi."

Elle me tendit une bourse dans laquelle se trouvait de l'argent, tourna les talons et s'en alla au-dehors de la ville. J'étais à nouveau seul, livré à moi-même. Ce n'était pas plus mal.
J'avançai à l'aveugle dans la ville. Il avait commencé à neiger et il fallait vite que je trouve un endroit dans lequel m'abriter. Je marchai pendant encore quelques minutes et je vis l'enseigne d'une auberge sur laquelle il était marqué "Yuki Furu : Auberge". Je décidai d'y entrer. L'auberge était composée d'un bar au rez-de-chaussée et de chambres à l'étage. Le bar était presque vide. Il y avait seulement deux crétins tellement imbibés d'alcool qu'ils disaient que des stupidités. Bande de cons qu'ils sont.

Je m'avançai vers le barman et lui commandai un thé vert. J'ai horreur de l'alcool. Cela n'a pas échappé à l'un des crétins qui me balança au passage:

"Et bah quoi mon petit, on trouve que l'alcool est trop fort pour soi?" dit-il, en rigolant très fort.
Je décidai d'ignorer cet imbécile et, une fois servi, j'allai tranquillement m'installer dans un coin de la pièce, ma tasse de thé en main. S'il y avait bien quelque chose que les humains savaient faire, c'est le thé.


Dernière édition par Son Gokû Black le Sam 4 Fév - 1:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: L'alcool coule à flot   Sam 4 Fév - 1:14

Bruuuuh… mais qu’est-ce que c’est que ce patelin de l’horreur. Non seulement je suis complètement paumé et sans un rond, mais en plus je me les pèle comme pas possible. Si encore je pouvais créer des étincelles pour me réchauffer, mais rien à faire, j’avais beau essayer tous les jours depuis mon arrivée dans ce guêpier, pas un brin de fumée ne voulait jaillir de mes mains.  

Atchoum !

Et me voilà maintenant avec un gros rhume… La morve dégoulinait de mon nez, mais je n’avais même pas de quoi m’essuyer. Cela faisait des jours que je me coltinais mon uniforme scolaire et que je crevais la dalle. Cette nana que j’avais rencontré en arrivant dans son monde, elle m’avait bien proposé de m’héberger, mais hors de question pour moi de dépendre de qui que ce soit ! Grr. La seule chose que j’avais pu récupérer était une vieille couverture grise dans laquelle je m’enveloppais pour ne pas avoir encore plus la crève que je ne l’avais déjà. Mort de faim, sale, et l’air irrité plus que jamais, j’avais finalement atteint mon objectif : La capitale de ce royaume de merde. Vous vous demandez sûrement pourquoi j’avais accepté d’effectuer des jours de marche dans un tel état pour arriver jusqu’ici ? Tout simplement parce que la rumeur courrait qu’ici, on pouvait facilement trouver du travail si l’on était un guerrier. Quoi de mieux pour le futur plus grand héros de tous les temps pour se faire la main ?!

Tandis que je marchais dans les rues en périphérie de la ville, tous les passants semblaient terrorisés en croisant mon regard qui semblait menacer de mort chaque personne osant poser ses yeux sur moi. Il n’y a pas à dire ! Je ne pouvais que difficilement être de plus mauvais poil aujourd’hui ! Pourtant, le paysage était particulièrement magnifique. De légers flocons de neige tombaient sur la cité aussi finement qu’une feuille d’automne ballotée par le vent (mais qu’est-ce que je raconte comme dinguerie ?! Waaah, ça fait dire des choses chelou, d’avoir un mal de crâne pareil !). La brise glaciale était tout juste assez forte pour nous faire frissonner la peau, mais bordel… ce froid ! Ce satané froid ! Qu’est-ce qu’il gâchait l’ambiance !

Bientôt la nuit tombait, et la neige se faisant de plus en plus forte se reflétait maintenant à la lumière de la lune. L’ambiance nocturne donnait place au silence, les bruits de la foule ayant complètement disparus. Il se faisait sûrement très tard. Soudain, je m’arrêtais devant une auberge, que dis-je ? Un taudis, en espérant pouvoir y passer la nuit. Rien que la poussière soulevée lorsque je soufflais devant le bord de la fenêtre qui fut marquée d’une marque de buée, ne laissait imaginer qu’un mauvais présage. La cabane sombre et boisé, éclairée par quelques bougies, abritait trois autres clients. Je m’asseyais à côté d’un duo d’amis bruyant et jacassant, dont les voix portaient dans tous les recoins du lieu auquel nous nous trouvions. La couverture et mes cheveux cachaient la quasi-totalité de mon visage. Enervé par le fait que cela faisait maintenant une dizaine de minutes que j’attendais bêtement que l’on s’occupe de moi, le barman me demanda enfin :

Que puis-je faire pour vous, monsieur ?

Tremblant de froid, sans même prendre la peine de le regarder, je grognais :

Ferme-là et contente-toi de me donner à manger et une chambre…


Le barman me dévisagea du fait de mon ton et de mon air désagréable. Il ajouta donc :

Vous avez au moins de quoi payer, monsieur ?

Fais-ce que je te dis, si tu ne veux pas crever !

La situation s’envenimait. Aussi, les deux acolytes se levèrent et l’un d’eux posa sa main sur mon épaule, tout en la serrant.

Pour qui tu te prends, gamin ? On était assis tranquillement en train de s’amuser, et tu te pointes et tu viens nous déranger ? Je vais t'apprendre les bonnes manières, moi !

Et là, je me prends un gigantesque pain en plein dans la figure, me faisant valdinguer quelques mètres plus loin, là où était posé le troisième client, et lui renversant sa tasse par la même occasion. Et moi qui pensait que cette journée ne pouvait pas être pire… Sans même prendre la peine de m’excuser, je m’élance vers mon assaillant, bien décidé à lui rendre son coup par pure fierté ? C’est dans mon élan, que d’un ton désagréable, bousculant une nouvelle fois le troisième client sans même le regarder, je rugissais :

Pousse-toi de là, abruti !


Dernière édition par Katsuki Bakugou le Ven 10 Fév - 16:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1372
Yens : 789
Date d'inscription : 10/07/2016
Localisation : En guerre

Progression
Niveau: 163
Nombre de topic terminé: 81
Exp:
10/12  (10/12)
avatar
Uchiha Rinkyu þ Challenger þ

-



MessageSujet: Re: L'alcool coule à flot   Sam 4 Fév - 18:14




feat.Black Goku & Katsuki Bakugou

Les limites de tout humain

Le vent glacial du nord, alourdissait l’air, et ainsi les soupirs de chaque être vivant dans les alentours semblaient êtres suivis par un bref jet glacial de couleur blanche, se dissipant quelques secondes après son expulsion. C’était mes terres, c’était Fuyu. Le ciel nocturne mais pas moins nuageux pour autant, était une fois de plus la cible de mon regard azuré. En plein centre d’une vaste étendue de terres glaciales, je contemplais l’avidité de ce ciel inexpressif. C’était comme m’observer dans un miroir, car à l’image des cieux, mon faciès ne dégageait rien, ni peine, ni joie, ni amour, ni tout autre sentiment. Attendais-je quelque chose ? Cherchais-je quelque chose ? Nul ne pouvait réellement le dire avec certitude. Le guerrier que j’étais, était maintenu en posture droite la tête légèrement inclinée vers l’arrière. L’un après l’autre, les flocons de neige tombaient à répétition sous mes yeux, ceux-ci produits par les ailes de Long, qui s’était établit dans les cieux. Contrairement à la routine, ce soir-là, mon esprit était bien vide, dénué de toute pensée et dans un calme digne des eaux les plus profondes de ce monde. Tout aurait été parfait, si mon corps ne me rappelait pas les besoins les plus élémentaires de tout humain, le besoin infaillible de nourriture : j’avais faim.

Nul doute que dans la position que j’avais adoptée, les chances que j’arrive à satisfaire ce besoin de nourriture étaient nulles. De ce fait, faire un détour afin de faire escale dans une contrée proche de ma position, était une obligation à suivre pour ôter ce désir primaire, limitant et affaiblissant. Ce dont j’avais réellement besoin était un corps parfait, qui ne connaîtrai ni faim, ni soif afin qu’il puisse me débarrasser de toutes ces formalités complètement inutiles. Replaçant ma tête dans l’optique de garder en vue les alentours de ma position, je vis les torches dans le lointain, annonçant certainement une vie dans les parages. C’est alors que, par curiosité mais aussi par un désir alimentaire que je m’avançai dans le lointain, jusqu’à entrer dans la citadelle. Après quelques recherches, je tombai sur une auberge dont le nom était Yuki Furu à en juger par la pancarte. J’étais donc à Yuki, intéressant.

Debout sur mes deux bottes, j’observai d’un œil agacé, l’ambiance qui régnait au sein de l’établissement. Sans même avoir eu besoin d’entrer, il m’était déjà possible d’écouter le sacré raffut qu’il y avait dans cet endroit. Poussé par le désir de me sustenter, je fermai les yeux pendant un long moment, avant de finalement entrer dans la pièce. Traversant doucement le seuil de la porte tout en me dirigeant vers le comptoir, j’esquivai dans un premier temps, une bouteille provenant certainement de la lutte qui avait lieu pas très loin de là. Cet échange de coups de brutes était réellement intense et m’interférer aurait été une très mauvaise idée. Me concentrant sur l’objectif de ma venue, j’en étais venu à négliger le bruit autour de moi, jusqu’au moment où, un homme dans la trentenaire me heurta sans le faire exprès. Après s’être retourné dans ma direction, il ne tarda pas bien longtemps avant de pester à mon égard.

- Oi, Oi gamin… Tu vas dégager de la voie sinon je te défonce la tron-…

Oui, l’homme âgé cessa de parler, parce que, mon coup s’en était allé dans son ventre, lui attribuant une douleur si vive que les pupilles initialement brunes du fou furieux, perdirent de leur clarté. Il s’étala par la suite à même le sol, inconscient. La leçon correctement attribuée, je pris place juste en face du maître des lieux, me méfiant des autres individus au sang bouillonnant qui auraient bien pu commettre la même erreur que le trentenaire.

- J’aimerais avoir de quoi me nourrir. Je n’ai pas de préférence, toutefois, donnez-moi votre meilleur plat

L’épée qui était accrochée à ma taille était bien visible et aurait dissuadé tout être censé de m’approcher pour s’en prendre à moi. Après quoi, rien n’était jamais certain.




Revenir en haut Aller en bas
Messages : 187
Yens : 833
Date d'inscription : 27/01/2017
Age : 23

Progression
Niveau: 17
Nombre de topic terminé: 9
Exp:
0/6  (0/6)
avatar
Son Gokû Black ¤ Inconnu ¤

-



MessageSujet: Re: L'alcool coule à flot   Sam 4 Fév - 21:38

Putain, mon thé ! Ces idiots, avec leur bagarre, avaient renversé mon thé. J'allais me les faire. Du moins, je le voulais mais à peine eu-je le tempe de me lever qu'un individu, un homme aux cheveux bleus et portant un cache-oeil,  entra et assomma l'un des deux hommes bourrés, d'un seul coup de poing dans le ventre. Tant pis, j'allais m'amuser quand même. Ils m'avaient énervé, il fallait que je passe cette colère sur quelqu'un. J'approchai du second homme bruyant de tout à l'heure, celui qui riait de moi alors que je commandais un thé. Je posai ma main sur son épaule pour qu'il se retourne. Il me regarda d'un air stupéfait et avait l'expression d'un chien battu, d'un mec qui ne voulait plus poser aucun problème. Trop tard ! Le mal était fait. Je le saisi par le col et le jeta au sol. Il se releva avec difficulté, il était vraiment dans un état déplorable. Voilà donc les ravages de l'alcool chez un parfait imbécile. Une fois qu'il était debout, je lui donnai un coup de poing au visage, ce qui le mit K.O. Enfin, ces deux êtres inutiles n'allaient plus me faire chier.

Bon, il ne restait plus que l'autre mec qui avait volé exactement là où j'étais assis, comme par hasard, ainsi que l'autre individu qui avait assommé le vieux con un peu plus tôt. Je m'approchai du garçon aux cheveux blonds. J'avais ma fierté et il ne s'en tirerait pas comme ça. Le fait qu'il me tombe dessus, je pourrais encore l'accepter mais me faire bousculer par un mortel, je ne pouvais l'accepter. Je n'avais pas encore recouvré ma puissance, mais une fois que ce serait fait, il sera dans mes priorités d'éliminer ce gars. Pour l'heure, j'étais encore "faible" et j'allais devoir la jouer plus finement. Pourquoi pas m'en faire un allié afin de l'utiliser pour progresser? Une simple idée qui m'a traversé l'esprit. Je m'adressai au type avec les cheveux blonds avec un petit sourire:

"Hé toi, tu vas me payer une nouvelle tasse de thé, j'espère?"

Cela me faisait mal de ne pas être moi-même, de devoir jouer la comédie. Ce n'était qu'un mal pour un bien. Je préfère m'allier temporairement avec des êtres imparfaits que de me faire tuer par l'un d'entre eux mais c'est vrai que ça me démangeait de lui mettre également une rouste. Aussi, ce type au cache-oeil m'intriguait. C'était quelqu'un de calme en apparence mais ça se voyait qu'il ne fallait pas lui chercher des noises. Autant ne pas énerver ce type, pour le moment.

Puis j'eus une idée. Si je voulais m'en faire des alliés ou du moins recueillir des informations sur cet endroit, il fallait me faire bien voir. Quelque chose me sauta aux yeux. Je n'avais pas assez d'argent sur moi mais je trouvai vite la solution. Je décidai alors de fouiller les poches des deux abrutis afin d'y trouver de quoi payer repas et boissons. Je trouvai une somme considérable dans leurs poches et m'adressai ensuite aux deux derniers clients encore debout dans l'établissement.

"Hé, vous deux. On va oublier tout ce qu'il s'est passé, ok?"

Je leur tendis à chacun l'argent nécessaire pour payer ce qu'ils voulaient.

"Tiens, pour toi te payer à boire et toi, de quoi te payer à manger."

Avec ça, ils seraient contents, j'espère. Bon, j'allais passer aux choses sérieuses.

"En échange, j'aimerais qu'on discute tranquillement. J'aimerais aussi que vous m'éclairiez sur deux ou trois petites choses."

Espérons qu'ils coopèrent. L'un avait l'air calme et raisonnable, l'autre avait l'air plus impulsif. On verra ce que tout cela donnera...
Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: L'alcool coule à flot   Lun 6 Fév - 1:13

Alors que j’étais prêt à en découdre avec ces deux abrutis, mon altercation fût rapidement coupé court, premièrement par un homme qui n’avait apparemment pas eût peur de s’intro dans cette auberge malgré l’ambiance qui y régnait. Le type, dans le plus grand des calmes, avait sonné l’un des deux costauds d’un simple poing bien placé dans le bide, avant de retourner à ses occupations comme si de rien n’était. Lui, il m’en fallait pas plus pour ne pas pouvoir le blairer, tiens ! Plus branleur comme attitude, tu meurs !  Il se la joue badass, l’enfoiré, sûrement pour attirer les minettes par milliers, mais bon… Je dois avouer une chose, en l’état actuel des choses, même si j’avais perdu mes pouvoirs, mon flair n’était pas perdu pour autant, et je devinais donc qu’il ne valait mieux pas que je lui cherche des noises, à celui-là !

Le deuxième bouffon fût également rapidement mit K.O par le buveur de thé que j’avais renversé. Etant donné la situation, vous vous doutez bien que j’ai pas pût m’empêcher d’ouvrir ma gueule :

- Hey, vous deux, vous jouez à quoi, les blaireaux ! Je pouvais mater ces nazes tout seul !

S’il y avait bien quelque chose dont j’avais horreur, c’était que l’on vienne à mon aide, que ce soit voulu ou non, lorsque je me bats. Question de principe, où plutôt devrais-je dire de fierté, je préférais même plutôt me faire défoncer la tronche plutôt que l’on me sauve les miches. Mais bon, passons pour cette fois. De toute façon, ce n’est pas comme si j’aurais pu tirer une quelconque satisfaction d’avoir réussi à coucher des types pareils. C’est alors que le buveur de thé osa m’adresser la parole, alors que j’étais déjà sur les nerfs :

- "Hé toi, tu vas me payer une nouvelle tasse de thé, j'espère?"


Mais il veut quoi lui ? Il n’tient pas à la vie, lui aussi, non ? Ce taré avait dû la voir, la veine sur mon front qui s’était dessiné, signe que c’était pas vraiment le bon moment pour faire copain-copain avec moi. Elle devait être si épaisse que l’on pourrait croire qu’il serait possible qu’elle éclate à tout moment. Un pain… Je vais lui mettre un pain en pleine face, ça me démange comme jamais ! Grr ! Bon, j’abuse, en soi il ne m’a rien fait. Calme toi, Katsuki, calme-toi… Rappelle-toi le nombre d’avertissements que t’as eu au lycée à cause de ton comportement. C'est donc poliment et avoir courtoisie, que je lui répondis avec toute la délicatesse dont j'étais capable de faire preuve :

- J’ai aucun rond sur moi, lâche moi les basques, toi !

C’est alors que le type, comprenant certainement que je ne lui serais d’aucune aide financière, fouilla les poches des deux mecs dans les vapes et leur vola leurs tunes, comme si c’était normal, avant de nous donner une part à moi et à l’autre hurluberlu. Ouaaaaaaaah, mais c’est quoi ce gars malsain, encore ? Rassurez-moi, y a pas que moi que ça choque, ce qu’il vient de faire ? Comme si j’allais accepter cet argent ! Un tel comportement n’était en aucun cas digne du héros en lequel j’aspirais devenir ! Bon, j’avoue, l’espace de quelques secondes, j’avais un peu douté face à la perspective de pouvoir enfin avoir un vrai repas. Surtout que les gargouillis que pouvaient entendre mes deux interlocuteurs entachaient ma crédibilité… Mais qu’est-ce que je raconte ?! Ressais-toi, Katsuki, bordel ! C’est alors que, le menton levé et le corps droit, je mis mes mains dans les poches et, d’une attitude provocatrice, j'adressais ces quelques mots au buveur de thé :

- Ecoute moi bien, raclure. Je suis p’tet assez con pour rentrer dans une bagarre avec des mecs bourrés à peine arrivé ici, mais je ne suis certainement pas du genre à me rabaisser à voler l’argent de pov’ types évanouis. Et je n’aime pas trop non plus les mecs avec ce genre de comportements. Tu vois où je veux en venir, enfoiré ? Ton argent, là, tu sais où je te le fou ?!

Mes yeux semblaient remplis de noirceur et d’agressivité, fusillant du regard ce satané buveur de thé. Serrant les billets et les quelques pièces dans mon poing, je jetais l’argent sur le bar avec une grande violence. Pas de chance, c'est en agitant les bras un peu partout que par ma grande maladresse, je renversais le plat que le troisième protagoniste de cette histoire avait pourtant attendu un bon moment. Gloups... En espérant qu'il ne s'énerve pas. J'avoue, pour le coup, j'ai un peu chaud, là...
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1372
Yens : 789
Date d'inscription : 10/07/2016
Localisation : En guerre

Progression
Niveau: 163
Nombre de topic terminé: 81
Exp:
10/12  (10/12)
avatar
Uchiha Rinkyu þ Challenger þ

-



MessageSujet: Re: L'alcool coule à flot   Lun 6 Fév - 9:17




feat.Black Goku & Katsuki Bakugou

Mécréants


Suite au coup envoyé à l’encontre de l’homme qui avait précédemment essayé de me renverser, l’ambiance se calma bien vite, du moins, pour une poignée de secondes. Il n’en fallu pas beaucoup pour neutraliser le deuxième turbulent de la scène qui était certainement de mèche avec le premier au sol. Une fois en place, je détaillai les deux personnages encore debout : un homme dans la vingtaine et un autre jeune homme plus jeune. Le premier était vêtu d’un vêtement noir laissant croire à une tenue de combat. Quant au deuxième, il semblait avoir une tenue… de major d’homme, même si cette dernière était quelque peu différente et qu’il était beaucoup trop jeune pour la profession. Deux parfaits inconnus avaient réussi à attirer mon attention au point où j’en oubliai un moment le repas que le serveur avait déposé en face de moi. Le plus brun des deux se mit à dépouiller les hommes vaincus pour par la suite, nous offrir une part de son ‘’butin’’, certainement en guise de réconciliation. À la vue d’une telle action, il était réellement difficile de savoir quoi penser de lui et de ce fait, mes mots ne se retinrent pas très longtemps.

- Vous êtes vêtu d’une tenue de combat et à votre regard, l’on ressent l’expérience du combat que vous avez certainement, par de nombreuses fois, mené. Même si votre force semble être anodine, le regard d’un homme de guerre ne trompe pas. Introduisant en ces termes, je poursuivis par la suite Un guerrier qui se doit être honorable, pourvu de valeurs, peut-il dérober des êtres inconscients et espérer avoir de la sympathie d’un autre par un tel geste ? C’est totalement absurde.

Ce fut pour lui une erreur que de se rabaisser au comportement mécréant des êtres qui vivaient dans le camp voisin, les Minshujins. Ces derniers étant des voleurs, trompeurs et vicieux, il ne ressortait aucune fierté à se comporter comme eux. Revenant par la suite à ce qu’il m’avait emmené ici, j’avais dans l’intention de commencer ma dégustation quand le plus agité des deux, s’empressa de jeter les pièces sur le comptoir en frappant, par un geste malencontreux de sa part, mon assiette posée en face de moi. C’était sous mes yeux que le contenu de ce dernier se renversa contre le sol, chose qui ne me plut particulièrement pas. Ma mâchoire se serra un long moment après quoi, je leur fis face tous les deux, sans me lever de ma chaise. Main gauche posée sur ma cuisse gauche et poing droit serré juste en face de mon visage – poing dont le coude prenait son appui sur le comptoir – je les toisai avec insistance sans dire un mot. Sachant que je ne pouvais pas me résoudre à les ignorer, j’allais donc procéder autrement.

- Le respect est une notion qui vous est totalement inconnue, n’est-ce pas ? Il faudrait peut-être que je vous l’inculque proprement, c'est-à-dire en passant par un langage que vous connaissez bien : la force. Mais avant d’y arriver, mon nom est Uchiha Rinkyu, élu de Fuyu et certainement l’être que vous devez craindre en ce moment même. Qui êtes-vous ? Je ne vous conseille pas de me mentir. La dernière personne à l’avoir essayé s’est vu dépourvue de ses yeux et de ses oreilles.

Mon regard marbre se posait maintenant sur eux, alors que mon poing se desserra afin que mes doigts soutiennent ma tête, sans toutefois cacher mes yeux, mais soulevant quelques brins de cheveux. Le moindre faux pas de leur part, et leurs têtes rouleraient sur le parquet rejoignant ma nourriture qui s’y plaisait déjà. C’était en tout cas ce que dégageait mon aura. J’avais pour principe de ne pas m’en prendre aux personnes incapables de se défendre elles-mêmes., ce qui était le cas présent. Toutefois il m’arrivait de faire quelques exceptions quand on poussait le bouchon trop loin. Allaient-ils le faire ? La balle était dans leur camp.



Revenir en haut Aller en bas
Messages : 187
Yens : 833
Date d'inscription : 27/01/2017
Age : 23

Progression
Niveau: 17
Nombre de topic terminé: 9
Exp:
0/6  (0/6)
avatar
Son Gokû Black ¤ Inconnu ¤

-



MessageSujet: Re: L'alcool coule à flot   Mar 7 Fév - 22:43

Bon, ça n'avait pas marché. Ces deux mortels avaient même très mal pris le fait que je leur offre de l'argent que j'avais dérobé à ces deux poivrots quelques instants auparavant. Ils ne sont donc jamais contents ! Son honneur de guerrier, il pouvait se le mettre où je pense.
Le sommet de la connerie, c'est quand même l'autre excité qui renverse le plat du type au cache-oeil, qui s'énerva. Il se présenta en tant que Uchiha Rinkyu et c'était un élu, lui aussi. Super, peut-être allait-il pouvoir m'éclairer sur ces histoires mais ce n'était pas le moment car, comme je l'ai écrit plus haut, il est pas content.

Avant de répondre, je balayai la salle des yeux. C'est devenu un vrai chantier ! Des tables cassées, des chaises retournées, du verre brisé et les deux idiots inconscients au sol. On avait vraiment foutu une vraie pagaille ! Puis je vis l'autre excité à côté de moi. Il avait l'air mal à l'aise, du moins il avait l'air de s'être calmé depuis qu'il avait renversé le repas d'Uchiha. Enfin, je croisai le regard du barman, qui resta impassible, comme s'il avait l'habitude de ce genre de spectacle.

Revenons à nos moutons. L'autre attend une réponse de nous. Cependant, je ne peux pas lui révéler tout. Je ne vais pas lui mentir mais je vais seulement lui dire une partie de la vérité. Sinon, j'ai une alternative, à savoir le faire taire pour toujours, mais, dans mon état actuel, je ne pense pas faire le poids face à lui. Bon, tant pis, je me lance.

"Je m'appelle Son Gokû. Je suis moi aussi un élu de Fuyu. Je vois que cette histoire d'argent vous contrarie. Ces types devaient payer. Ils ont troublé mon calme et renversé mon thé. Dans ces cas-là, je me fiche totalement de ces valeurs ou d'un quelconque honneur."

Mon nom réel est Zamasu, bien évidemment, mais il n'a pas besoin de le savoir. Après tout, c'est le corps du dénommé Son Gokû qu'il a en face de lui et je ne lui mentais pas en disant cela, du moins, pas totalement.
Que c'est éreintant de se faire passer pour un simple mortel. Je me répète mais il me tarde vraiment d'avoir à nouveau cette puissance divine capable d'écraser ces humains d'un simple claquement de doigts.
Il ne restait plus qu'à l'autre excité de décliner son identité et puis on verra ce qu'il se passera...
Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: L'alcool coule à flot   Mer 8 Fév - 16:24

Décidément, l’ambiance en ces lieux ne cessait de se dégrader, tant la tension entre les trois protagonistes de cette histoire était palpable.

Il semblerait que nos deux tempéraments, à moi et à ce satané buveur de thé, avait finit par agacer notre « ami » pour de bon. Face au vol que venait d’effectuer le buveur de thé sous nos yeux, cache-œil se mit à effectuer un sermon sur l’honneur, le respect où une connerie dans le genre. Bon, sur ce coup là, il avait pas tout à fait tort. J’irais même jusqu’à dire que j’étais tout à fait d’accord avec lui. Ce type méritait une bonne dérouillée pour ses actions. Quand bien-même il tenta de justifier ses actions comme quoi on avait renversé son thé, cette remarque n’eût pour effet que de m’énerver encore plus, si bien que je me rapprochais encore plus de lui, à la limite de faire un front contre front avec lui. A la limite, qu'il leur pique une somme équivalente, ça serait passé un petit plus, mais de là à tout leur prendre... Ils avaient l'air, certes, de bien gros abrutis bien saouls, mais n'étaient pas forcément mauvais au point de leur cracher dessus (ou du moins, on n'en savait rienà. Qu’est-ce que ma main me démangeait… on aurait pût croire qu’elle allait partir à tout moment toute seule dans sa face. Le fixant à nouveau avec hargne, je lui répondis :

Et donc, une simple tasse de thé justifie de leur prendre tout leur pognon ? Tu te foutrais pas un peu de nos gueules ? Et puis, que je sache, certes, c’est eux qui m’ont envoyé valdinguer vers toi, mais si j’entre dans ta logique conne, c’est mon corps qui a renversé ta tasse, non ? Donc j’attends, qu’est-ce que tu vas me faire, hein ?!

Mais comme je le disais plutôt, cache-œil était également prêt à en découdre, et mon geste de tout à l’heure ne semblait pas lui avoir vraiment plût, comme je l’avais soupçonné. Ça puait la baston à plein nez, d’autant plus qu’il nous provoqua directement, moi et le buveur de thé. Vraiment, ça commençait à craindre. J’avais beau avoir une très grande confiance en moi, j’avoue que ma conscience me disait que ça allait être chaud, de les prendre tous les deux sans aucun pouvoir, surtout cache-œil. La raison aurait voulu que j’essaye de calmer le jeu, mais vous me connaissez, c’est pas vraiment mon genre de me défiler quand on me cherche, même si je sais que mes chances de gagner sont faibles. Pointant du doigt cache-œil, je me mis à hurler à pleins poumons, comme à mon habitude.

J’en ai rien à battre de savoir qui vous êtes ! Retenez juste bien ça : Mon nom est Katsuki Bakugou, un « élu de Fuyu », comme vous aimez vous l’appelez ! Et un jour, quand j’aurais retrouvé tous mes pouvoirs, je deviendrais le héros de ce monde et me débarrasserais de cette fichue malédiction ! Alors je vous conseillerais de ne pas vous mettre sur mon chemin, bande de demeurés ! Mais si vous voulez-vous battre, je vous prends tous les deux !

Cette déclaration pouvait sembler à une gigantesque blague, mais j'y croyais à fond, et mon sérieux pouvait se lire sur mon visage déterminé. Elu de Fuyu, nous l’étions tous. De par nos conditions, était-ce le hasard qui nous avait réuni tous les trois dans cette pièce ? J’avais beau avoir compris les grandes lignes de cette histoire d’élu, que nous étions obligés d’obéir à un certain « dieu », à notre patrie, que nous avions tous perdu temporairement nos pouvoirs et que nous venions tous d’un monde différent, il était vrai qu’il persistait quelques zones d’ombres. Peut-être que ces ceux-là auraient pu, dans un autre contexte, m’en dire un peu plus sur ce monde, mais je crois bien qu’il était trop tard pour faire marche arrière. Tant pis, je m’étais déjà mis en position de combat, observant chacun de mes deux adversaires, afin de déterminer qui fera le premier assaut.

Mais alors que, en temps normal, je me serais focalisé pleinement sur ce combat qui se préparait, je constatais alors une chose : tous les dégâts qui avaient été fait dans cette auberge, méconnaissable par rapport au moment où j’y étais entré. Des meubles renversés, détruits, ce qui allait sûrement être lourd de conséquence pour le propriétaire de cet endroit. Tous ces dégâts avaient été provoqué par ma propre présence. Me rendant compte de ma connerie, je réalisais que c’était moi qui, en rentrant dans ce bar, avait déclenché la bagarre, ce qui allait sûrement faire perdre beaucoup de client à cet établissement, et ce qui était surtout indigne d’un héros. Bordel, et depuis quand je me soucie des conséquences de mes actes ?! J’en connais un qui a dû pas mal m’influencer ces derniers temps…  Ainsi, relâchant ma posture de combat et soufflant un grand coup, je hurlais une nouvelle fois, tout en levant la main (faut croire que je suis incapable de parler sans crier) :

TEMPS MORT !


Marchant entre les deux individus sans prendre la peine de les regarder, je les dépassais et sautais sur le bar, mettant ma grosse tête à proximité du barman qui semblait apeuré en voyant mon visage naturellement agressif et peu commode, ceci malgré mes bonnes intentions?

Monsieur, dressez-moi une facture équivalente aux troubles que nous avons commis moi et ces deux, pardon, ces quatre autres énergumènes. Je viendrais vous rembourser dès que je me serais fait assez d’argent en devenant la nouvelle étoile de ce monde !

Puis, en jetant un mauvais regard, bien qu’à l’allure un peu moins hargneuse qu’il y a quelques minutes aux deux autres, j’ajoutais maintenant :

Si vous voulez toujours vous battre, remettons ça à plus tard en trouvant un lieu approprié. Ne causons pas plus de problèmes à cet homme.


Plusieurs phrases d’affilés sans insultes, on dirait que je fais des progrès…
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1372
Yens : 789
Date d'inscription : 10/07/2016
Localisation : En guerre

Progression
Niveau: 163
Nombre de topic terminé: 81
Exp:
10/12  (10/12)
avatar
Uchiha Rinkyu þ Challenger þ

-



MessageSujet: Re: L'alcool coule à flot   Mer 8 Fév - 19:12




feat.Black Goku & Katsuki Bakugou

Coopération non négociable

Le geste de l’homme en noir suscita de nombreuses choses et chacun avait son point de vue sur la situation qui se présentait à nous. Quoi qu’il en soit, comme je l’avais bien demandé, les deux se présentèrent tour à tour indiquant précisément leurs affiliations ainsi que leurs noms. D’une part, nous avions l’infâme Son Gokû qui se présenta à moi, à ma grande surprise, comme étant un élu de Fuyu. Ses yeux produisaient un regard qui dégageait le mal dans son état le plus brut, une chose qui avait certainement un lien avait son monde d’origine ainsi que ce qu’il avait eu à y vivre. Si ses yeux avaient été témoins de ce que Kosaten m’avait montré, alors son regard serait encore plus rempli de colère. Quoi qu’il en soit, en lui, je revoyais le Rinkyu que j’étais dans mes premiers jours au sein de Kosaten. Une personne hautaine, imbus d’elle-même et totalement méprisable. Même si aujourd’hui j’étais différent, ce côté de mon être demeurait toujours présent et ce même si je le contrôlais un peu mieux

Le deuxième quant à lui, était tout aussi intéressant que le premier. Mais lui, contrairement à l’autre, avait une notion de l’honneur ainsi même que de la fierté bien plus poussée ce qui était réellement admirable. Ça pouvait se confirmer par le rapprochement presque menaçant qu’avait effectué le jeune blond vis-à-vis du troisième protagoniste suite à la piètre justification de ce dernier. Au moins, de la bonne graine arrivait encore au sein même de Kosaten. Egalement élu de Fuyu, à ma grande surprise également, le dénommé Katsuki Bakougo avait pour projet de devenir le héros du monde. Si lors de son discours il n’affichait qu’un faciès déterminé, moi, je n’y voyais que de la folie, de la folie admirable en tout cas. Ça aurait été avec un plaisir fou que j’aurais réduis les espoirs du Bakugou à zéro, mais ayant déjà répondu à mes attentes, je ne pouvais plus rien faire à ces deux-là.

Après une bien étrange prise de position de combat, le blond remarqua bien l’état de la salle et alla même voir le barman afin de lui promettre un remboursement dans les plus brefs délais de tous les dégâts. Cela était jusque là bien réalisé, mais la deuxième partie de ses paroles firent écho dans ma tête. L’individu désirait changer le lieu où nous étions, croyant que j’avais une quelconque intention de me battre contre lui. À mes yeux, ils n’étaient que des petits ouvriers, des nouveaux qui auraient pu porter le destin de Fuyu. Et de ce fait, un vétéran de mon état ne pouvait se battre contre eux, non, il les écrasait sans scrupule, tout simplement. De ce fait, je me relevai, me mettant de ce fait à la hauteur du plus agité qui s’était mystérieusement retrouvé sur le comptoir en face du barman, avant de soulever mon poing droit pour le rabattre sur son ventre. L’impact était tel qu’il aurait fait voltiger ce dernier avec grande puissance, l’amenant même à s’écrouler tout aussi violemment sur le brun. Il était clair que l’effet communiqué dans mon poing était grandement allégé afin de n’immobiliser que celui qui reçu l'attaque pour une bonne poignée de minutes.

Mon regard toujours aussi neutre, j’entrepris de prendre parole

- Si… ? Ne causons plus… ? N’outrepassez pas votre chance jeune élu de Fuyu. Je suis venu ici pour me nourrir, et je le ferai. Concernant les dégâts que vous avez occasionnés dans cet endroit, le nettoyage sera fait par vos propres soins. La personne qui refuse de s’y soumettre périra sur le moment.

Je regagnai ma chaise pour par la suite reprendre la parole envers le barman. Il n’aurait pas été très compliqué pour lui de comprendre qu’à l’aide de ce qu’il venait de se produire, qui il se devait d’écouter. Le jeune garçon avait raison, les êtres responsables de cette catastrophe se devaient de la ranger. De ce fait, j’observai le barman un moment avant de reprendre doucement

-Servez-moi un autre plat s’il vous plait et apportez à ces deux-là, une serpillière, un sceau d’eau ainsi que des balais. Ça ne sera certainement pas tout mais ne vous inquiétez pas, la somme d’argent de ces deux individus sur le sol, réunis, devraient certainement pouvoir rembourser les dégâts restant.

Les ustensiles ainsi que mon plat fournis, il était grand temps de leur faire passer le message avant même de commencer mon repas.

-Vous deux… Maintenant, passez-moi cet endroit au peigne fin. Étant les dégâts que vous avez causés, il n’est que normal que vous le fassiez. Désobéissez et mourrez à l’instant. Mais expiez vos fautes par le dur labeur.

Sans un mot de plus, j’attaquai mon repas qui dégageait une odeur réellement agréable. Avec ces deux individus tout laissait croire que j’étais rude, mais il fallait que ceux-ci comprennent que Fuyu n’était régi que par la loi du plus fort, et donc, que tuer n’était qu’un jeu pour les êtres qui en avaient le pouvoir. Autrefois j’étais passé par là, et c’était maintenant à leur tour d’y passer. Maintenant le choix était leur. L’obéissance ou la mort ?




Revenir en haut Aller en bas
Messages : 187
Yens : 833
Date d'inscription : 27/01/2017
Age : 23

Progression
Niveau: 17
Nombre de topic terminé: 9
Exp:
0/6  (0/6)
avatar
Son Gokû Black ¤ Inconnu ¤

-



MessageSujet: Re: L'alcool coule à flot   Jeu 9 Fév - 15:05

Le jeune homme blond ne sait donc vraiment pas parler sans crier, cet imbécile. Voilà qu'il me crie dessus parce qu'il a renversé mon thé. Ensuite, il se tourna vers l'homme au cache-oeil et gueula aussi fort que tout à l'heure dans sa direction. Là, il partait dans des élucubrations en disant qu'il ne fallait pas se mettre en travers de son chemin, qu'il allait devenir super puissant ou je ne sais quoi. Bref, il était mignon à s'énerver ainsi. En plus, il avait l'air sérieux, c'est encore plus drôle.
Après cela, il se fit une fois de plus remarquer en gueulant et en s'approchant du barman, cette fois-ci pour lui proposer de le rembourser une fois qu'il aura l'argent nécessaire.

Quelques instants plus tard, c'était à l'autre de s'activer. Il envoya son poing sur le blond, qui me tomba dessus. Suite à cela, l'homme au cache-oeil prit la parole, nous ordonnant de nettoyer nos conneries. J'ai bien entendu "nos conneries"? NOS CONNERIES? Ses conneries plutôt. J'étais tranquillement en train de boire quand ces humains me sont tombés dessus. Il est hors de question que je nettoie pour quelque chose que je n'ai pas fait.
L'Homme au cache-oeil se tourna ensuite vers le barman et lui demanda des seaux et des serpillières pour le nettoyage. Il est sérieux, ce con?
En plus, il nous menace de mort si on ne le fait pas?
De ce fait, je suis tiraillé. J'ai horreur de me faire rabaisser, encore plus si ça vient d'un mortel. Aussi, je n'avais rien à voir dans cette histoire et j'étais même ce qu'on peut appeler une "victime". D'un autre côté, ça se voit que cet homme peut nous balayer en un clin d'oeil s'il s'y met à fond et tant que je n'ai pas retrouvé ma puissance divine, je ne pourrai rien faire contre lui. Donc, le plus sage à faire serait de s'écraser pour le moment pour mieux les avoir plus tard. Oh que oui, j'allais les retrouver et les massacrer une fois au summum de ma puissance, c'est une promesse.

Bon, pour montrer ma bonne foi, j'allais tout de même couvrir une grosse partie des frais avec la bourse que m'avait donnée Arkana et tant pis pour la nuit, je trouverai un autre endroit où loger, gratuitement. L'argent m'importait donc peu. Je m'approchai du barman et lui tendit la bourse.

"Tenez, je couvre une partie de vos frais. Avant que l'un des deux autres guignols n'ait quelque chose à dire, cet argent vient de ma poche cette fois-ci. Aussi, il est hors de question que je me salisse les mains à cause d'imbéciles qui me sont tombés dessus alors que j'étais tranquillement en train de boire. Je pense que vous pourrez confirmer mes dires. Par contre, amenez-moi un seau rempli d'eau quand même, j'ai une petite idée. Je connais deux personnes qui seront ravies de nettoyer cet endroit."

Le barman revint avec les seaux remplis d'eau nécessaires au nettoyage de la salle. J'en pris un et le déversa entièrement sur les deux rigolos de tout à l'heure, toujours K.O, pour les réveiller. Cela avait marché et les deux hommes ivres se réveillèrent, encore groggy. Je les mis rapidement au courant ce qui allait se passer.

"Bon retour parmi nous."

Je les saisi tous les deux par le col et les soulevai, les obligeant à regarder autour d'eux pour constater l'état déplorable de l'endroit.

"Regardez par vous-même dans quel état est l'auberge par votre faute. Maintenant, fini de rigoler. Vous allez aider au nettoyage et à la remise en ordre de cet endroit."

Je me tournai vers le barman et lui criai:

"Barman ! Amène donc des seaux supplémentaires ainsi que des serpillières pour ces messieurs."

Je me tournai à nouveau vers les deux individus:

"Vous n'y voyez pas d'inconvénient, j'espère !?" dis-je, d'un ton assez menaçant.

Bien sûr, ils acceptèrent de se plier sans broncher et s'attaqueraient donc aux travaux de rénovation et de nettoyage. Maintenant, j'espère que l'homme au cache-oeil ne me fera plus chier. J'avais remboursé en grosse partie le barman et les vrais coupables allaient remettre en ordre cet endroit. Je n'allais pas me laisser marcher dessus non plus.
Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: L'alcool coule à flot   Jeu 9 Fév - 20:14

Alors que je m’étais désormais préparé au combat, cache-œil se rapprocha de ma position, semblant déterminé à débuter les hostilités. Bien sûr, toute mon attention était désormais focalisée sur lui, chacun de mes sens se retrouvant en alerte face à la moindre offensive. Cependant, même cela ne suffit pour parvenir à arrêter son attaque. Vous n’imaginez même pas la sacrée patate dans le bide que je me suis prise, ne manquant point de bousculer le buveur de thé par la même occasion. Je n’avais rien vu venir…

Peinant à me relever tant la douleur était atroce, je n’avais guère besoin de plus pour comprendre la différence de niveau entre lui et moi. Sans mes pouvoirs, que dis-je, même avec mes pouvoirs, il était difficile d’imaginer une victoire face à un monstre pareil. Me tortillant dans tous les sens, un sentiment étrange m’habitait. Vous me connaissez, moi qui détestait la défaite et l’impuissance, vous pensez sûrement que j’allais être frustrée d’avoir perdu si vite et piquer une grande colère. Et bien détrompez-vous, en me relevant, on ne pouvait voir qu’un léger sourire sur mon visage que je tentais de cacher tant bien que mal.

« Bon sang, que j’ai hâte de retrouver mes pouvoirs pour affronter des types de la sorte ! » me dis-je.

Ce n’était pas que le lycée me manquait, mais ma plus grande crainte en étant prisonnier de ce monde avait été de perdre mon temps. J’avais tant de choses à réaliser… Montrer ma supériorité à Deku et Shoto, mes rivaux, surpasser All Might, le plus grand des héros et vaincre la ligue des super-vilains. Mon désir de puissance était si grand, que j’étais jusqu’à maintenant très pressé de trouver un moyen de regagner mon monde afin de continuer l’entraînement afin de devenir plus fort. Mais ça, c’était avant de réaliser que ce monde regorgeait également de types de la trempe de ce cache-œil.

Les élus… venaient tous d’une infinité de monde différents. Qui dit de nombreux mondes, dit de nombreuses façons de se battre et de nombreux pouvoirs différents. Peut-être qu’au final, était-ce le destin qui souhaitait que je surmonte cet épreuve dans ma quête de pouvoir, afin qu’au travers de cette aventure, j’affronte des ennemis toujours plus fort et que je devienne capable de vaincre n’importe quel vilain. Tu entends-ça, Deku ? Attendez-moi, les demeurés. A mon retour, plus personne ne sera en mesure de m’arrêter !

Tout à coup, je fus sorti de mes pensées par… des ordres de monsieur ? Nettoyer cet endroit ? C’est une blague j’espère ?! Et bien non, je compris que ce n’en était pas une lorsque l’on me lança une serpillière et tout le reste du matériel à la gueule. Le comble de cette histoire, c’est que cache-œil nous avait bien menacé de mort deux-trois fois au cas où on décidait de ne pas faire le ménage. Oulaaah… Encore un mec chelou, lui. Je veux dire, tuer pour ne pas avoir passer la serpillère, c’était une sanction un peu disproportionnée. On aurait presque dit qu’il jouait les petits chefs, comme s’il attendait quelque chose de nous et qu’il essayait de nous apprendre une leçon de vie. Non mais pour qui il se prenait, cet enfoiré ?! Si cela avait été demandé gentiment, je me serais exécuté sans trop rouspéter, mais dans ces conditions, j’avais encore moins envie d’aider. C’est pourquoi je ne pus m’empêcher de crier en m’agitant dans tous les sens :

Qu’on soit d’accord, ce n’est pas pour toi que je m’exécute, crétin ! Plutôt crever que de te faire plaisir !


Décidément, on pouvait penser que je jouais depuis le début avec le feu et que je ne tenais pas spécialement à la vie. C’était plus fort que moi, ma fierté mal placée m’empêchait de la fermer quand on essayait de me rabaisser d’une quelconque façon que ce soit. Et puis comme j’avais une grande gueule, je n’ai pas pu m’empêcher d’ajouter, renversant par la même occasion un seau sale (en espérant que ça passe incognito) :

Et puis arrêtez de m’appeler « Elu de Fuyu » vous aussi, tiens ! J’ai dit que je voulais me débarrasser de ce sceau afin de regagner mon libre-arbitre, mais ce conflit entre les différentes patries de ce monde, en revanche, je m’en tape complètement ! Cette guerre n’est pas la mienne. Je n’ai aucun sentiment d’appartenance à ce patelin, et vu la réputation de ce patelin, lui aussi, il est sur ma liste des types que je vais défoncer !

Bon, je pense que je pouvais dorénavant écrire mon testament.  Mes derniers mots n’allaient sûrement pas lui plaire. Si je ne me trompais pas sur ce cache-œil, il avait, d’un premier avis, un sens du patriotisme assez important. Si j’avais raison, je trouvais donc cela étrange qu’un élu tout comme moi, qui n’a absolument pas grandit à cet endroit et qui connaît à quel point son roi peut être cruel, peut-être dévoué en une cause qui ne semble pas du tout être la sienne. Mais bon, aussi connes peuvent-elles être, il avait sûrement ses raisons d’agir ainsi. Après tout, vu sa force, il devait être là depuis bien plus longtemps que moi. Peut-être même que lui aussi n’avait pas atteint le maximum de son potentiel… A cette idée, je me réjouissais encore plus de l’affronter plus tard quand j’aurais retrouvé mon niveau à moi aussi. Que j’ai hâte, que j’ai hâte !

Ah ? Et le buveur de thé ? Je l’avais oublié celui-là. Même pas envie d’en parler tellement il m’énerve. Bon, certes, il s’était un peu rattrapé en filant sa tune au barman pour réparer les dégâts (même si, de mon point de vue, cela relevait plus de l’envie de faire bonne figure que de la sincérité).  En revanche, l’enfoiré ne voulait apparemment pas « se salir les mains » et venir donner un coup de main. Par contre, pour se donner des grands airs et faire le beau devant les deux autres que lui et cache-œil avaient couchés et les forcer à participer, là, y a du monde. S’écrasant devant plus fort que lui mais suffisant dès qu’il a l’occasion de montrer sa supériorité, il n’y avait pour moi pas plus méprisable que ce genre de mec. Mais qu’eeeeeeeest-ce que j’ai envie de me le faire, la raclure, je vous jure !

Bref, même si je peux pas le saquer, concentrons-nous pour remettre en ordre cette pièce. C’est ainsi que, tout en hurlant de rage on ne sait pourquoi, je me mis à courir de long en large au travers de la pièce à une vitesse fulgurante, même si l’on avait plus l’impression que j’essayais de taper quelqu’un plutôt de que de faire le ménage.
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1372
Yens : 789
Date d'inscription : 10/07/2016
Localisation : En guerre

Progression
Niveau: 163
Nombre de topic terminé: 81
Exp:
10/12  (10/12)
avatar
Uchiha Rinkyu þ Challenger þ

-



MessageSujet: Re: L'alcool coule à flot   Ven 10 Fév - 2:05




feat.Black Goku & Katsuki Bakugou

Fierté mal placée


Un délice. On ne pouvait mieux qualifier la soupe mêlée aux spaghettis que je consommais dans le bol que m’avait gentiment servi le serveur. À chacune des bouchées auxquelles j’avais droit, l’agréable impression que mon être s’élevait dans les cieux se faisait de plus en plus grande. Loin d’être un artiste culinaire, j’admirais la vie ainsi que ses différentes composantes qui pullulaient le monde entier. La nature était le lieu-même où mon regard se perdait continuellement dans la recherche sempiternelle d’une paix intérieure, d’un souffle de détente. Kosaten était magnifique et les personnes qui l’habitaient faisaient pour la plupart de véritables miracles avec leurs mains, comme c’était le cas du serveur de cet établissement. De ses seules mains il avait préparé ce merveilleux plat que je ne me lassais pas de délecter.

Me déliant complètement de mon entourage, je me concentrai pleinement sur l’exécution de la seule tâche qui méritait de l’attention, ma consommation. Pourquoi autant d’insouciance vis-à-vis des deux êtres à qui j’avais parlé il y avait peu et qui, je l’espérais pour leur propre bien réalisaient la simple tâche de nettoyer le parquet ? J’étais déjà persuadé que le blond partageait les mêmes convictions que moi et de ce fait, attaquer dans le dos lui aurait été impossible à faire. Le deuxième, n’aurait très certainement pas fait cela, étant tout de même assez malin pour savoir comment se terminerait un tel geste. De ce fait, je n’avais rien à craindre de ces deux-là, si ce n’était qu’ils aient pris la fuite.

Une fois mon plat achevé, c’est par le biais d’une bonne coupe de Sake légère, que ma digestion, comme dirigée par une mélodie inaudible, se mit en marche progressivement jusqu’à ce que je sois capable de me déplacer sans gêne. Je me retournai alors, après ce long moment d’isolement pour observer ce qu’il se passait sur ces lieux. Ma surprise fut très grande quand je découvris que l’un des deux travaillait d’une façon réellement originale, mais l’autre lui, ne le faisait absolument pas. Deux nouvelles personnes s’étaient également ajoutées à la liste de travailleurs, les deux-là même qui avaient encore peu de temps finis étalés et inconscients sur le sol qui était là. Mais biensur, ces deux-là ne m’intéressaient absolument pas. Hautain était le brun aux cheveux en bataille et de ce fait, il venait de signer son arrêt de mort. Je me levai, m’avançant doucement jusqu’à lui, plantant mon corps imposant de par l’énergie qu’il dégageait devant lui. Mon regard supérieur au sien de deux centimètres, je le détaillai avec dédain. Il était une personne de plus à aller exécuter. Et cela, était bien dommage.

- Son Gokû, vous n’avez rien fait pour nettoyer ce lieu, c’est bien dommage. Mes avertissements ne sont-ils pas parvenus à vos oreilles ? Jugez-vous que mes ordonnances sont trop déplacées ou bien même qu’elles ne méritent pas d’être exécutées ? Vous vous êtes enfoncé dans un chemin bien sombre

Tout aussi soudainement, ma main alla saisir sa mâchoire, me permettant de soulever le mécréant du sol pour le suspendre à quelques mètres de la terre ferme. Je me demandai bien de quelle façon j’allais bien pouvoir le tuer. Seulement, même si j’avais dit devoir le tuer s’il ne s’exécutait pas, l’envie d’éteindre la vie d’un nouveau Fuyujin n’était pas réellement grande. Il était une force pour l’armée de Long, un pas qui nous aurait très certainement rapprochés de la victoire absolue. Et pour ce faire, j’hésitai, une chose encore rare au cours de mon existence.

-Donnez-moi une seule bonne raison de ne pas vous écraser le crâne sous la pression de ma main.



Revenir en haut Aller en bas
Messages : 187
Yens : 833
Date d'inscription : 27/01/2017
Age : 23

Progression
Niveau: 17
Nombre de topic terminé: 9
Exp:
0/6  (0/6)
avatar
Son Gokû Black ¤ Inconnu ¤

-



MessageSujet: Re: L'alcool coule à flot   Ven 10 Fév - 16:20

Le blond se tuait à la tâche avec les deux autres individus tandis que l'homme au cache-oeil dégustait toujours son plat, dont il avait l'air de raffoler. Pendant ce temps, je les regardais exécuter la tâche demandée. Quelques minutes plus tard, après un travail acharné des trois personnes, l'endroit était comme neuf et bien nettoyé. L'homme au cache-oeil finit son repas, se tourna pour voir les résultats et se leva par la suite et, sans que je ne le voie venir, m'attrapa par la mâchoire et m'éleva du sol de plusieurs centimètres. Il avait vraiment une belle poigne et une force hors du commun. Je ne pouvais tout simplement pas bouger. Une fois qu'il m'eut bien attrapé, il me somma de me justifier, sinon il mettrait ses menaces à exécution. Il avait l'air prêt à le faire, quoiqu'il hésitait peut-être, je ne sais pas. Toujours est-il que je me trouvai dans un sacré pétrin. C'est simple, il me faudra du temps avant de pouvoir rivaliser avec lui, du moins, si j'en ai encore parce que peut-être que tout s'arrête pour moi ici. Il fallait que je sois convaincant dans une espèce de "plaidoyer" pour ma survie.

J'eut le temps de réfléchir un peu. L'homme au cache-oeil me regardait toujours fixement, attendant une réponse. Quelle raison aurait-il de ne pas me tuer? Mais d'un autre côté, de quel droit se permettrait-il de me tuer? Non, ça n'allait pas. Il ne pouvait pas me tuer et c'est sans doute pour ça que j'ai ressenti une petite hésitation de son côté. La raison me paraît simple, j'allais devoir jouer là-dessus, je n'avais pas le choix. Je le regardai, alors qu'il me soulevait toujours, et, prenant un air sérieux, je lui dis:

"Tu ne peux pas me tuer. Tu m'as l'air de quelqu'un de loyal envers ton royaume. Sache que je suis dans le même camp que toi. Que diraient tes supérieurs s'ils apprenaient que tu avais tué un autre élu de Fuyu? Seraient-ils content? J'en doute fortement, vois-tu. De plus, tu n'as aucune raison valable pour me tuer. Je n'ai absolument rien fait dans cette auberge qui ait porté préjudice au propriétaire de l'établissement et quiconque dit le contraire est un menteur. Mes seules actions dans ce bar ont été de commander un thé, de boire et de mettre K.O un pauvre imbécile qui foutait le bordel ici, troublant mon calme. De quel droit te permets-tu de juger mes actions alors que tu n'as pas tellement agi différemment?"

Emporté par mon plaidoyer, je pris un ton autoritaire, mais restai poli tout de même:

"Maintenant, lâche-moi, s'il te plaît !"

Normalement, après ce que je viens de lui dire, s'il a du bon sens, il me lâchera. Cependant, ce type est imprévisible et je reste méfiant quant à ses prochains agissements. Les secondes qui suivirent furent longues, voire interminables. J'espère sincèrement l'avoir convaincu ou je n'en donnais pas cher de ma peau. J'ai joué cette carte de "l'élu de Fuyu", bien que je ne sache toujours pas quel rôle nous jouons pour le royaume. A en croire la force de ce type, nous avons notre importance surtout en temps de guerries et ça, je l'ai aussi déduit par le fait qu'il hésite à me tuer. Bref, la balle est dans son camp maintenant...
Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: L'alcool coule à flot   Ven 10 Fév - 17:37

Les lieux maintenant propres, nous aurions pu penser que tout allait maintenant revenir dans l’ordre et que tout le monde pourrait s’en aller vaquer à ses occupations. Malheureusement pour nous, il semblait que cache-œil n’était pas du même avis. En voyant que ce satané buveur de thé n’avait absolument rien foutu, notre nouvel « ami » s’empressa de lui sauter à la gorge. C’est en le soulevant que celui-ci se mit à mettre à exécution ses menaces. Alors, il allait vraiment le tuer ? Ici et maintenant ? Pour un motif aussi naze ? Bordel, si toutes les personnes de ce pays sont aussi dérangées, j’ai intérêt à me faire la malle aussi rapidement que possible, moi… Vraiment, ces gars-là ont aucun savoir-vivre, aucune éducation ! (Si on m’avait dit un jour que cette dernière phrase sortirait de ma bouche…)

Cache-œil donnant une dernière chance de se justifier au buveur de thé, ce dernier ne semblait guère inquiet et, au contraire, le défia du regard. Premièrement, il argumenta tout d’abord en évoquant le fait qu’il serait dommage de s’entre-tuer entre élus de Fuyu, et que ce serait certainement une grande perte pour le royaume. Sérieusement ? Il avait des chances de s’en sortir avec ces paroles ? Moi, à la place de cache-œil, je m’en contre-foutrais bien profondément.

Elu de Fuyu, sérieusement… A part être enchainée à la volonté de quelqu’un d’autre, quelle sorte de fierté pouvait ressortir de ce symbole sous mon épaule. Aucun de nous n’avait de liens de sang avec une personne de cette nation. Pour ma part, je n’en avais même pas un ami, alors pourquoi devrais-je m’exécuter à protéger ce camp plutôt qu’un autre, si ce n’est que par la contrainte ?

C’est en me posant cette question que, au fond de moi, je commençais à m’interroger sur les raisons des élus de se dévouer à cette cause, et en particulier la sienne s’il en avait une. Mais bon, après tout, ce n’était pas mes oignons, et je me voyais mal demander à un inconnu de me raconter son passé tellement ça me regardait pas, et tellement moi, j’aboierais sur celui qui me demandait une chose pareille.

Par la suite, il justifia également son action par le fait qu’il n’avait pas vraiment causé plus de troubles en ces lieux que celui qui le menaçait lui-même. Honnêtement, même si je détestais une fois de plus son air supérieur en toute circonstance, je ne pouvais pas lui donner forcément tort. Je devais bien l’admettre, la quasi-totalité du bordel avait été issus de mon altercation avec les deux zigotos, un peu plus loin, qui n’osaient même plus ni l’ouvrir, ni bouger, par peur de se prendre une autre dérouillée. Comment devais-je donc réagir dans cette situation ?... Roh, et puis merde ! J’ai rempli ma part du contrat, j’ai plus rien à faire avec ces deux-là, moi ! Dans ces conditions, autant la jouer franc jeu ! Je m’approchais donc doucement des deux individus, puis, je posais ma main sur l’épaule de cache-œil avant de déclarer :

Franchement, il a raison. J’assume entièrement la responsabilité de ce carnage. Si je n’avais pas commencé à provoquer, jamais les deux autres n’auraient eût à agir, et on aurait tous pu éviter cette scène. Maintenant, si vous voulez bien m’excuser, je me tire chercher un endroit où bouffe et dormir ailleurs. A moins que t’aies une raison de nous retenir où que t’attends quelque chose de nous, je n’ai plus rien à faire ici, alors tchao, les minables !

Pour la première fois depuis le début de cette histoire, mon regard, en disant ces mots, ne voulait pas dire « je vais te buter, enfoiré ! », tandis que mon ton, bien que toujours désagréable, donnait plus l’air de la fatigue que de l’énervement. Ce n’était pas que je souhaitais aider le buveur de thé, mais j’avais tout simplement décider d’intervenir afin de faire ce qui me semblait juste, tant pis si même avec ça, cache-œil ne changeait pas d’avis. Après tout, dans les circonstances actuelles, ce n’était pas comme si je pouvais y faire grand-chose…

Bref, tout ceci m’avait bien épuisé, d’autant plus que je n’avais toujours pas un rond et que mon dernier repas remontait à bien longtemps. Si j’avalais pas un truc dans l’heure, je crois que j’étais parti pour m’évanouir. Hors de question de perdre la face devant ces gars bizarres. Plutôt tomber dans les pommes dans la neige et le froid, puis décéder suite à de l’hypothermie, que de leur montrer un signe de faiblesse. Relâchant donc l’épaule de cache-œil, je me dirigeais donc lentement et péniblement vers la porte de sortie, tentant tant bien que mal de cacher mes gargouillis. Raah, ce que j’ai la dalle… vite… que quelqu’un me donne de la graille, n’importe quoi fera l’affaire…
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1372
Yens : 789
Date d'inscription : 10/07/2016
Localisation : En guerre

Progression
Niveau: 163
Nombre de topic terminé: 81
Exp:
10/12  (10/12)
avatar
Uchiha Rinkyu þ Challenger þ

-



MessageSujet: Re: L'alcool coule à flot   Ven 10 Fév - 20:57




feat.Black Goku & Katsuki Bakugou

Épargné

Yeux dans les yeux, seule la mort attendait Gokû et il le savait tout aussi bien que moi. Seulement, je voulus lui accorder une chance pour survivre car pour tout avouer, je n’étais pas comme Zayro Jinn, le titan sombre et messager des enfers. Tuer plus faible que moi, sans véritable raison m’écœurait parce que je n’en tirais aucune forme de gloire ou même encore de satisfaction. Agir comme tel était se rabaisser à l’état de lâche, une chose qui me répugnait au plus haut degré. Conformément à ma demande, il tenta sa chance et se justifia du mieux qu’il le pouvait. Ses paroles étaient ambigües, car étaient à la fois remplies de propos justes et erronées. À la fois sensées et dénuées de raison. Certains points devaient obligatoirement être rectifiés pour qu’il comprenne à quel point il n’était pas tiré d’affaires. Plissant légèrement des yeux, je pris parole.

- Vos premières paroles sont réellement dénuées de raison. Je PEUX vous tuer et maintenant même car rien ne m’en empêche. Ni un quelconque supérieur, ni une quelconque loi. Vous n’êtes à mes yeux qu’un microbe qui refuse de rester à sa place et juste pour cela votre mort est chose normale. Et que ça soit bien clair, je n’ai aucun supérieur. Je n’obéis qu’à Long lui-même, celui à qui je dois la vie. Sachez donc, misérable, que votre langue bien pendue pourrait à tout moment vous être arrachée. Ne l’oubliez pas, peu importe où vous êtes

Par la suite, le blond s’approcha de moi pour poser sa main sur mon épaule, action qui me contraignit à guetter du coin de l’œil dans mon dos pour voir ce qu’il me voulait. À ma grande surprise, il appuya la justification de l’hirsute. Ce dernier n’avait aucune responsabilité dans les dégâts de l’établissement. N’étant responsable de rien, il refusait catégoriquement de se salir les mains pour des choses qu’il n’avait pas eu à faire. De l’honneur, non c’était de la fierté. S’il était dépourvu d’honneur, le brun était muni d’une fierté qu’il n’hésitait pas à brandir même en regardant la mort dans le fond des yeux. Ces deux jeunes élus étaient réellement inconscients et ils n’allaient pas tarder à le savoir, le jour même où ils allaient rencontrer Zayro Jinn. Mon regard revint par la suite croiser celui du suspendu.

- Je ne prendrai pas votre misérable existence aujourd’hui. Mais si vous voulez un conseil, évitez de défier tous ceux que vous croiserez. Votre vie n’en sera que plus longue

Je le lâchai alors soudainement avant qu’il ne heurte le sol. Sans afficher un quelconque sourire, j’observai le blond qui décida soudainement de prendre le large. Il n’avait certainement pas d’argent et à voir ses pas, il était à la fois épuisé et affamé. Devant un être qui partageait les mêmes principes que moi, il était certain que la famine n’allait pas le tuer, s’il était aussi tenace qu’il le laissait prétendre toutefois, j’avais envie de voir de quoi il était capable et de ce faire, je n’allais pas le laisser s’en aller ainsi

-Tu m’as l’air bien affamé toi…

J’allai le saisir par l’arrière du col avant de le traîner sur une chaise, demandant au barman de lui apporter de quoi manger. Remarquant que j’avais oublié l’autre, je me demandai si lui demander de nous joindre à nous aurait été une bonne chose. Quoi qu’il en soit, je pris place devant le blond de m’adresser au troisième

- Vous n’avez pas eu l’occasion de terminer votre tasse. Si vous le voulez, je vous offrirai une tasse mais cela bien évidemment si vous voulez

Me retournant à présent vers le blond, je repris parole

-Vous êtes bien ambitieux pour un jeune garçon comme vous. Seulement n’oubliez pas que votre marque vous contraint à faire certaines choses.





HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 187
Yens : 833
Date d'inscription : 27/01/2017
Age : 23

Progression
Niveau: 17
Nombre de topic terminé: 9
Exp:
0/6  (0/6)
avatar
Son Gokû Black ¤ Inconnu ¤

-



MessageSujet: Re: L'alcool coule à flot   Ven 10 Fév - 23:39

Un calme incroyable régnait dans cette auberge. Tout s'était arrêté, même le temps. L'homme au cache-oeil épargna ma vie et décida de me lâcher. Suite à cela, il me dit des paroles qui ne cessèrent de résonner dans ma tête: "Je ne prendrai pas votre misérable existence aujourd’hui. Mais si vous voulez un conseil, évitez de défier tous ceux que vous croiserez. Votre vie n’en sera que plus longue." Pour qui se prend-il, celui là? Je fais ce qu'il me plaît et c'est tout. Je n'ai pas besoin de conseils, encore moins venant de la part d'un stupide mortel.

L'homme au cache-oeil n'en eut pas fini pour autant. En effet, il attrapa par le col le garçon blond, avant que celui-ci puisse s'en aller. Suite à cela, il le traîna sur une chaise et commanda à manger pour lui. C'est vrai qu'il était dans un piteux état: il avait l'air affamé et exténué suite à sa charge de travail dans l'auberge afin de tout remettre en ordre. Toujours est-il que ce type n'allait vraiment pas nous lâcher.

Par la suite, l'homme au cache-oeil me proposa une tasse de thé. Je ne voyais aucune raison d'accepter. Je n'avais qu'une seule envie, m'en aller de cet endroit, loin de ces deux énergumènes. Cependant, quelque chose me força à rester ici encore un moment. En effet, suite à sa proposition de tasse de thé, l'homme au cache-oeil se tourna vers le blond et mentionna une marque qui le contraindrait à faire certaines choses. Sans doute parlait-il de la marque de l'élu, dont moi-même était également pourvu.

"C'est d'accord pour une tasse de thé."

Je me posai sur une chaise, juste à côté de l'homme au cache-oeil. Le temps que le thé et le repas n'arrivent, j'allais pouvoir le questionner un peu sur cette fameuse histoire d'élu de Fuyu. Tout en fixant l'homme au cache-oeil, je commençai mon "interrogatoire":

"Cette marque dont vous parlez, c'est bien la marque d'un élu de Fuyu? Si tel est le cas, racontez-moi ce que vous savez sur ces histoires d'élu parce que j'avoue ne rien y comprendre. Pourquoi ai-je également cette marque? Quel est notre rôle à jouer? Comment me suis-je retrouvé ici? "

Pendant ce temps, les deux guignols ivres morts de tout à l'heure, qui ont payé leurs dettes en remettant de l'ordre dans cet endroit, se dirigeaient vers la porte de sortie, encore choqués de ce qu'il s'était passé. La prochaine fois, ils réfléchiront à deux fois avant de venir me faire chier, que ça leur serve de leçon ! Personnellement, j'en ai terminé avec eux, ils peuvent partir, pour cette fois. Je ne sais pas ce qu'en pensent le blond et cache-oeil. Enfin, pour revenir sur le cache-oeil justement, nous allons bien voir s'il acceptera de répondre à chacune de mes interrogations. Seul l'avenir nous le dira...
Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: L'alcool coule à flot   Sam 11 Fév - 18:31

Alors que je manquais de m’évanouir à tout moment tellement je crevais de faim, cache-œil m’attrapa finalement par le col. A ma grande surprise, il demanda un repas pour ma pomme et une tasse de thé pour l’autre abruti. La querelle semblait avoir finalement prit fin. Je ne savais pas quel argument lui avait fait changé d’avis, si c’était le fait que nous étions tous les trois dans le même camp, où s’il avait compris que ce satané buveur de thé n’avait au final pas fait grand mal en ces lieux, mais en tout cas, j’avais compris que son objectif n’était certainement pas d’aider le roi et l’armée de cette région. L’homme n’avait que peu peur des sanctions que pouvaient engendré un meurtre. Etait-ce la une preuve de sa grande force, où de sa détermination liée à ses convictions ?

En tout cas, notre ami avait apparemment abandonné l’idée de prendre la vie à notre arrogante connaissance. Une chose était maintenant sure : il nous voulait quelque chose, à tous les deux. Etait-ce parce que nous étions nous aussi des élus de Fuyu ? Cette histoire me préoccupait de plus en plus. Ainsi, cache-œil tint à nous avertir du danger qui planait potentiellement sur nos têtes, à commencer par cette fameuse marque qui nous contraignait à l’obéissance. Mais quels étaient les pouvoirs et les enjeux qu’elle représentait ? J’avais beau essayé de me renseigner depuis mon arrivée en ce monde, trop de zones d’ombres subsistaient encore sur la question de ce que cette marque représentait réellement. Dans une telle situation, qui de mieux qualifié qu’un élu bien plus expérimenté que moi pourrait m’éclairer sur mes interrogations ?

Les trois protagonistes de l’histoire réunis autour d’une même table, j’allais maintenant prendre la parole, mais le buveur de thé prit l’initiative avant même que les mots me viennent. Il demanda donc ce que moi aussi je voulais également savoir, c’est-à-dire pourquoi nous avions été choisis, et quel était notre mission. Il était vrai que j’avais beau, depuis mon arrivé, avoir concentré mon activité à la quête d’information auprès de la populace, et que j’avais compris l’essentielle, à savoir trois dieux et trois pays qui se frittaient pour je ne sais quel raison, des mecs venus d’autres mondes ayant un pouvoir plus ou moins important et obligés de se joindre à la lutte à cause d’un sceau, je commençais réellement à tourner en rond, sans bien comprendre la nature véritable du bourbier dans lequel je m’étais retrouvé.

Etonnamment, cette histoire avait beau être fantaisiste, tout droit sorti d’une fan-fiction d’un type où ses héros préférés issus de différents univers se retrouvaient ensemble pour participer à un grand combat, j’avais plutôt rapidement accepté ma situation. Mon ancien monde ne me manquait pas, seul ma perte de pouvoir me dérangeait réellement. Mais le buveur de thé n’avait pas tout dit, ce pourquoi je pris la parole :

Moi aussi, en connaitre un peu plus sur cette histoire m’intéresse beaucoup. J’aimerais également savoir : j’ai cru comprendre qu’à cause de ce sceau, nous étions forcés à obéir à une sorte de puissance surnaturelle, un dieu cosmique où je ne sais plus quel délire. Tu as évoqué un de ces dieux tout à l’heure, à savoir Long. Pourquoi donc un élu, qui vient d’un autre monde, en viendrait à obéir à un quelconque dieu qui, de base, n’est même pas le sien ?

Le dieu Long, cette partie du discours de cache-œil m’avait assez perturbé tout à l’heure. Il disait lui devoir la vie, mais de mon point de vue, ce dieu était clairement notre ennemi commun, pour oser nous soumettre grâce à ses pouvoirs magiques sans que nous ayons notre mot à dire. Ma question avait peut-être été un peu trop personnel, peut-être même que cache-œil allait refuser de répondre, mais je voulais savoir. Je voulais comprendre ce que ce dieu, qui était pour moi une nuisance, pouvait donc avoir fait de bien à cet homme, et peut-être à nous tous, pour que l’on se plie à sa volonté sans rouspéter.

Nous fûmes tous les trois interrompus durant notre échange lorsque le proprio de l’établissement apporta nos commandes respectives. Des pates chaudes à la bolognaise se présentaient devant moi. La présentation était impeccable, les pates formant un cercle quasi-parfait, et la sauce tomate, ayant été versée au centre du plat, avait coulée de manière parfaitement équilibrée sur le reste du plat sans en atteindre les bords. Les boulettes, les épices, tout y était. Le parfum alléchant de la tomate mêlée à la viande et mélangée à la vapeur qui s’en dégageait pourrait donner l’appétit à n’importe quel gourmand.

Mon ventre hurlant une dernière fois, mes narines absorbant la légère fumée qui émanait du plat, un sourire des plus honnêtes se manifesta sur mon visage. Ainsi, j’attaquais le plat d’une sauvagerie perturbante, comme si j’en avais oublié les bonnes manières. On aurait dit que j’avalais sans même prendre le temps de mâchouiller, tellement j’avais faim et que ce délice était merveilleux. Une larme de plaisir se retenait de tomber de mon œil droit. Cela faisait si longtemps que je n’avais pas goûter quelque chose d’aussi remarquable ! Même le jour de pizza à la cantoche du lycée ne serait pas parvenu à aussi bien me remonter le moral ! Il faut dire aussi que ma mère n’était pas vraiment un cordon bleu, mon quotidien étant plus habitué aux surgelés qu’au véritable festin. Maman… je me demandais à ce moment précis ce qu’elle pouvait bien faire depuis le jour de ma disparition. J’espère qu’elle ne s’inquiète pas trop… Bordel, mais qu’est-ce que je raconte, moi ?! C’est pas mon genre de jouer les fragiles mélancoliques !

Revenons à nos moutons. Tandis que j’engloutissais littéralement mon repas, si bien que sa disparition n’était l’affaire que de quelques minutes, si ce n’était quelques secondes, j’ajoutais, tout en parlant la bouche pleine et en envoyant sûrement quelques postillons :

Puis d’ailleurs, cette marque, qu’est-ce qu’elle nous oblige à faire, réellement ? Je veux dire, j’ai bien compris que l’on doit se défendre face aux autres élus des autres nations et tout, mais comme je le disais tout à l’heure, l’idée de perdre mon libre-arbitre ne m’enchante guère. Pour être tout à fait honnête, s’il ne s’agissait que de défendre ce pays, pourquoi pas, après tout. Cependant, l’idée de participer aux manœuvres de ce fameux roi, et de prendre potentiellement la vie à des personnes qui ne m’ont rien fait et dont je n’ai absolument aucune raison de faire du tort ne me plaît pas du tout. Et toi, qui se trouve dans ce monde depuis bien plus longtemps que nous, je suis curieux de connaître ta position sur la question. Au vu de ta puissance et de ton engagement envers Fuyu, n’as-tu pas peur de prendre plus de vies que tu n’en sauves ?

Voilà que je me la jouais philosophe. Je me faisais rire moi-même. Malgré tout, j’étais hyper sérieux, et il me tardait de connaître sa réponse. Cette dernière question que j’avais posée, reflétait en réalité l’état d’esprit et le réel souci de conscience que je gardais en ce moment au plus profond de moi. Tuer quelqu’un qui essaye également de tuer pour les mêmes raisons que nous, à savoir soit par soumission au travers du sceau, soit pour simplement protéger les siens, était une idée inconcevable pour un héros, tel était ma position sur le sujet.
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1372
Yens : 789
Date d'inscription : 10/07/2016
Localisation : En guerre

Progression
Niveau: 163
Nombre de topic terminé: 81
Exp:
10/12  (10/12)
avatar
Uchiha Rinkyu þ Challenger þ

-



MessageSujet: Re: L'alcool coule à flot   Dim 12 Fév - 10:08




feat.Black Goku & Katsuki Bakugou

Kosaten


Aussi étrange que cela pouvait laisser croire, tout se passa merveilleusement bien. Le petit blondinet ne rechigna pas lors de ma prise et de mon déplacement forcé. Comprenant l’intention qui était cachée derrière, il sembla plutôt soulagé par mon geste. Le deuxième quant à lui accepta de venir prendre une tasse de thé à notre table, conformément à ce que je lui avais proposé. C’était donc à mes diagonales gauches et droites, que les deux étaient assis près à échanger quelques instants avec moi. Les deux derniers qui avaient fini par ranger la pièce sous l’influence du brun ? J’ignorais où ils étaient ainsi que ce qu’ils faisaient. Mon point de vue à leur égard n’avait pas changé d’un pouce depuis qu’ils ont été inconscients et donc, de ce fait, aucune importance de ma part ne leur a été adressée.

Le bol ainsi que la tasse n’étaient même pas encore présents qu’ils m’avaient déjà envoyé des suites de questions, toutes aussi complexes à répondre les unes que les autres. Il y en avait eu tellement, qu’au final, j’avais de la peine à me retrouver au milieu de tout ce grand ensemble et même de savoir par quoi répondre premièrement. Il était clair que je développais un certain intérêt pour ces deux-là, notamment savoir de quoi ils étaient capables ainsi que la complexité ou la particularité de leurs mondes d’origine. Je me devais donc de répondre posément et du mieux que je le pouvais. Plissant mon seul œil visible, je pris rapidement la parole.

- En effet, il s’agit bien de la marque, mais contrairement à ce que vous pensez, ce n’est pas la marque de Fuyu seule qui détient une telle capacité. Avez-vous déjà entendu parler des trois territoires qui sont en guerre au sein de Kosaten ? Ces trois sont connus sous le nom de Fuyu, terre du Nord, Minshu, terre de l’Est et enfin Seika terre du Sud. Chacun de ses trois royaumes dispose d’une marque qui lui est propre. La terre glaciale est représentée par le dragon, la terre chaude du Sud est représentée par le phœnix et enfin, le dernier est représenté par une vipère. Ceci est d’ores et déjà, la base même de la compréhension de Kosaten

Je marquai une légère pause avant de croiser mes doigts sur la table, observant le buveur de thé laissant par la même occasion le goinfre à son office. En passant même, cette façon de consommer me rappela bien Roronoa Zoro, un frère d’arme qui était certainement quelque part au sein de Kosaten entrain de chasser pour son ventre. Mais là n’était pas le sujet n’était-ce pas ?

- En ce monde il existe aussi trois principaux dieux. Long, dieu de Fuyu, Manshe dieu de Minshu et Fenghuang, dieu de Seika. Appelons-les le trio divin. Parlant également de la définition même d’élu, en plus simple un élu est une personne, combattant ou pas, extirpé par le trio divin depuis son monde pour être déposé dans celui-ci en tant que serviteur de leurs royaumes respectifs. Etant extirpé par les dieux eux-mêmes, il est clairement impossible de savoir comment nous avons fait pour venir dans ce monde. Je fermai les yeux un moment avant de reprendre. Même des personnes anciennes de ce monde, ne comprennent pas toujours tout ce qu’il s’y passe. Comprenez que certaines de vos questions, ne pourront trouver de réponse si vous-même, n’y accordez pas suffisamment d’importance à ces dernières.

J’ouvrai à nouveau les yeux pour maintenant m’adresser au jeune blond, mais bien évidemment les informations étaient pour les deux individus respectifs

- En réalité, quand je suis arrivé sur cette terre, j’étais faible, bien plus faible que vous ne pouvez l’imaginer. Mon état lamentable était contraignant et donc, il m’était impossible de faire certaines choses. Cela n’eut pour conséquence que de me pousser à me battre, à m’entraîner sans relâche pour revenir à une puissance réellement digne d’un Uchiha. Ce processus passa par les services que j’ai eu à rendre à la nation, services qui biensur n’allaient pas à l’encontre de mes principes et aussi par des entraînements multiples. Quant à ma dette avec Long… elle provient du fait qu’une fois j’ai été proche de la mort, bien plus encore que vous. Rempli d’arrogance, mon entêtement passé m’a causé du tort. N’ayant pas su me plier aux exigences d’un être infiniment plus puissant, un élu puissant m’a infligé un supplice qui me rapprocha de la mort. Pour demeurer en vie, j’ai passé un contrat avec Long. Son assistance contre mon obéissance. C’est pour cette raison seule que je suis encore présent en face de vous aujourd’hui

J’en avais vraiment trop dit, certainement par le fait que leurs questions étaient loin d’être bien anodines. Quoi qu’il en soit, je décidai de m’arrêter là pour le moment, afin de leur poser les questions qui m’intéressaient plutôt.

- Pour la suite des questions, vous aurez les réponses par la suite, mais avant j’ai également quelques questions à vous poser… Long, le dieu dragon, vous a désigné comme étant ses élus, combattant à ses côtés pour lui assurer la victoire, que vous le vouliez ou non. Le simple fait qu’il vous ait choisi, signifie déjà que vous êtes bien loin d’être des individus incapables ou anodins. Un sourire malicieux se dessina sur mon visage parce que c’était généralement la partie que je préférai le plus dans les rencontres. Qu’est-ce qu’il a bien pu déceler en vous ? Quels sont les pouvoirs que vous avez, et pourquoi désirerait-il le convoiter ? À quel point peuvent-ils être puissants ?



Revenir en haut Aller en bas
Messages : 187
Yens : 833
Date d'inscription : 27/01/2017
Age : 23

Progression
Niveau: 17
Nombre de topic terminé: 9
Exp:
0/6  (0/6)
avatar
Son Gokû Black ¤ Inconnu ¤

-



MessageSujet: Re: L'alcool coule à flot   Dim 12 Fév - 11:44

L'homme au cache-oeil avait vraiment été bombardé de questions, auxquelles il a bien répondu, du moins en grosse partie. Ses révélations se montrèrent riches d'informations et j'en savais un peu plus sur ma situation et pourquoi j'étais ici. Ainsi, il y aurait 3 camps, chacun voué à une divinité différente, qui se confrontent. Ainsi, j'avais été extirpé de mon monde par une divinité qui voyait en moi quelque chose de spécial, quelque chose capable de remporter la victoire. Les choses qui avaient dû l'attirer étaient évidentes.

Entre temps, mon thé fut servi. Je pouvais enfin le savourer. Je comprends pourquoi mon maître, Gowasu, était friand de cette boisson. Il en buvait tout le temps, c'était abusé. Bon, redevenons sérieux. Maintenant, l'autre interrogation que je me posais était: pourquoi sommes-nous devenus si faible lors de notre passage dans ce monde? A mon avis, je n'aurai pas réponse à cette question mais ce dont j'étais sûr, c'est que l'homme au cache-oeil avait dû passer par les mêmes étapes que nous et, donc, était arrivé dans ce monde dans le même état que nous sommes aujourd'hui, à savoir très faible. Mes pensées furent confirmées par ses paroles.

Dans mon malheur, je pourrai finalement dire que j'ai eu de la chance de tomber sur cet homme au cache-oeil qui m'aida à voir un peu plus clair sur ma situation. Je n'ai donc pas le choix, je vais devoir tout recommencer à zéro et m'entraîner d'arrache-pied pour retrouver mon niveau d'antan et pouvoir accomplir mes desseins ainsi que satisfaire l'idéal pour lequel je me bats. Je ne sais pas s'il sera possible un jour de retourner d'où je viens, mais autant ne pas trop y penser pour le moment.

Alors que nous discutions encore, que le blond dégustait son repas et que moi, je savourais mon thé, l'homme au cache-oeil se permit de nous poser des questions plus personnelles. Il voulait justement savoir ce qu'a vu notre divinité d'intéressant chez nous pour qu'il nous choisisse et nous ramène dans son monde. Bah, je crois qu'il est inutile de tout lui cacher plus longtemps. Je souris malicieusement avant de débuter ma phrase:

Musique

"Ce que la divinité a décelé en moi? C'est très simple. Je suis moi-même une divinité dans le corps d'un mortel, dont la race est adaptée au combat et possède un potentiel illimité. C'est ce qu'il a dû voir en moi. Le corps que tu vois là est bien celui d'un dénommé Son Gokû mais le coeur qui bat à l'intérieur est le mien, celui de Zamasu, un dieu."

Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: L'alcool coule à flot   Dim 12 Fév - 16:22

Ouaaah ! Comment ça fait du bien de se remplir la panse après avoir mangé des bouts de pains où des trucs dans le genre depuis des jours ! On pouvait le dire, j’avais littéralement englouti mon repas, bien que copieux, en quelques minutes. C’était limite si j’avais pas lâché un rôt de satisfaction une fois mon repas finit. Il est vrai, on aurait pu croire au départ qu’au vu de mon caractère, je me serais débattu comme un fou furieux pour me débarrasser de l’autre qui osait me trainer comme un bambin ou un animal. Or, je n’avais tellement plus de force et mon esprit était tellement ailleurs que résister ne m’étais même pas venu à l’esprit !

Par la suite, cache-œil se décida donc à répondre à nos nombreuses interrogations. Tout d’abord, il expliqua au buveur de thé ce que je savais à peu près dans les grandes lignes, en ajoutant quelques détails que j’ignorais. La géographie de ce monde nous paraissait maintenant un peu plus claire. Aussi, il évoqua les notions de dieux et d’élus, mais nous avoua que lui-même et la quasi-totalité des habitants de Kosaten ignoraient la véritable raison de la venue de personnes venues d’autres mondes.

Après quoi, il nous expliqua que plus tôt, lui-même s’était retrouvé dans la même situation que nous, à savoir la perte de sa puissance. Cette aventure l’avait donc poussé à s’entrainer de nouveau et à aider ce pays. Une fois, le Dieu lui-même serait venu lui sauver la vie. Il était maintenant facile de comprendre pourquoi il semblait prendre son rôle d’élu autant au sérieux. Cependant, même si je trouvais ce geste tout à fait honorable, mon point de vue restait le même. Pour l’instant, ce dieu n’avait rien fait d’autre pour moi que de m’enlever la vie et de me faire participer à un combat dans lequel je n’avais aucune envie de m’investir. Accepter ce destin qui m’était imposé était donc tout simplement inadmissible.

Si beaucoup d’interrogations n’avaient plus lieux d’être, notre « senpai » prit soin en revanche de plus ou moins éluder ma dernière question, tout comme l’histoire de sa confrontation avec un autre élu et son soi-disant « sauvetage » par un Dieu n’était pas tout à fait claire. Affirmant que c’était à notre tour de répondre à ses questions, il nous demanda ce que chacun de nous avions de si spécial pour avoir été choisi en tant qu’élu. Allait-il réellement répondre à ma dernière question, ou bien souhaitait-il peut-être que nous trouvions nos propres réponses ? Boh, de toute façon, étant donné son histoire, j’imaginais très bien un truc du genre que combattre et tuer ne lui importait peu, si c’était pour défendre Fuyu, de par son engagement envers Long et son vécu auprès du peuple de ce royaume. Et si c’était là sa raison de se battre, il était vrai, que je devais de me chercher ma propre voie, afin de savoir moi aussi, pour quelle réelle cause je voulais me battre, et ce que je voulais protéger par-dessus tout.

C’est à notre grand étonnement, à cache-œil et moi, que le buveur de thé nous fit une révélation pour le moins surprenante. Lui-même, dans son monde d’origine, était un dieu. Cette histoire semblait tellement invraisemblable qu’il était difficile de la croire, mais après tout, quel aurait été l’intérêt de créer un mensonge aussi stupide ? Si cet abruti de dieu en était bien un, à quels points les pouvoirs des dieux de Kosaten étaient-ils puissants pour arriver à ramener un dieu d’un autre monde lui-même ? Décidément, je sens que je n’étais pas au bout de mes surprises.

Le dieu abruti ajouta également que son esprit où quelque chose dans le genre aurait fusionné avec le corps d’un « mortel » au potentiel de combat illimité ? J’ai rien compris. Qu’est-ce que c’était encore que cette histoire ? Ne cherchant pas vraiment à comprendre, à la fois parce que cela semblait un peu trop compliqué, et que son passé ne m’intéressait guère, je me disais tout simplement qu’il n’avait pas de chance. S’il voulait un corps vraiment puissant, il aurait dû posséder le mien ! A cette pensée, je ne pus m’empêcher de rire tout seul, sous les interrogations de mes deux partenaires. Me ressaisissant, il était maintenant temps de dévoiler ce que je savais faire, moi aussi.

Musique

A vrai dire, l’idée de parler de mes pouvoirs ne me plaisait pas vraiment. Il faut dire que même si les tensions s’étaient apaisées, je ne faisais toujours pas confiance en ces deux-là, en particulier au buveur de thé. Après tout, au vu du discours du senpai et de l’intérêt enthousiaste qu’il nous portait, je le voyais difficilement nous causer du tort désormais. Or, si notre emmerdeuse divinité ici présente semblait encore plus paumée que moi, je n’avais aucune idée de ses ambitions et de ce qu’il comptait faire par la suite. Je ne pouvais donc le considérer véritablement comme un allié malgré la marque de Fuyu, et lui parler de mes capacités pourraient peut-être me causer des soucis à l’avenir… Mais… Bakugou, qu’est-ce que tu racontes là, c’est pas comme s’il suffisait à n’importe quel péquenaud de te battre parce qu’il connait tes pouvoirs ! Avec une grande confiance en ma puissance potentielle, je tapais donc du poing sur la table avant de je ne sais pour quelle raison, sauter pieds-joints bruyamment dessus, et de gueuler à nouveau, tout en faisant une tête d’ahurit :

Mon pouvoir à moi ?! Il est aussi simple qu’efficace :  l’explosion. Je viens d’un monde où chaque habitant possède une individualité plus ou moins utile, que ce soit dans la vie de tous les jours ou en combat. Ma particularité à moi est que mon corps produit une substance capable de faire littéralement exploser tout ce qui se trouve à ma portée ! Et je compte bien l’utiliser pour éclater tous ceux qui se trouveront sur mon chemin, soyez-en sûrs !


Quel culot, devait se dire notre senpai, vu qu’il n’y a même pas une demi-heure, je ne faisais pas autant le fier ! Seulement, c’était plus fort que moi. J’avais peut-être perdu actuellement l’intégralité de mes pouvoirs, mais si ce type, au travers de l’entraînement, avait réussi à retrouver un tel niveau, alors pour moi, c’était évident : Je n’avais qu’à m’entrainer cent fois plus ! Bien sûr, cache-œil devait bien l’avoir compris, j’étais absolument incapable pour l’instant d’utiliser mon pouvoir. A vrai dire, je mourrais d’envie de lui demander comment faire pour retrouver mes capacités au plus vite, car c’était bien beau de s’entrainer physiquement, mais ne pas exploiter ma singularité était tout simplement du gâchis. Malgré tout, je m’étais retenu de lui poser cette question. Je voulais devenir fort par moi-même, et il était hors de question d’obtenir de l’aide d’un type que je voulais rattraper !

Ma route était maintenant toute tracée. Il ne me manquait plus qu’à partir faire le tour du monde une fois que je serais assez fort, et de découvrir ce que je comptais faire pour atteindre mon but final, à savoir détruire mon sceau et vaincre les dieux ! Comme cache-œil l’avait dit, je me devais de trouver mes réponses par moi-même. Ma voie ne sera sûrement pas la sienne, et qui sait, si nous sommes alliés aujourd’hui, peut-être que l’avenir nous amènera à combattre selon les choix que j’aurais décidé de prendre. Et à ce juste titre, il me fallait poser une ultime question. Pointant du doigt senpai avec panache, j’aboyais donc :

Et toi, quels sont donc tes pouvoirs ?! Si on doit te dévoiler nos forces, il est normal que tu nous rendes la pareille, non ?!

Un sourire provocateur émanait de mon visage, tandis que je fixais cache-œil avec insistance. Ma motivation pouvait se sentir à des kilomètres. Il devait lui-même l’avoir compris, ma question ne cachait aucune mauvaise intention, bien qu’elle débordât de sincérité. De plus, il n’était en aucun cas obligé de répondre. Malgré tout, si je ne m’étais pas trompé sur son compte, il allait me répondre et accepter le défi que sous-entendait mes mots.
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1372
Yens : 789
Date d'inscription : 10/07/2016
Localisation : En guerre

Progression
Niveau: 163
Nombre de topic terminé: 81
Exp:
10/12  (10/12)
avatar
Uchiha Rinkyu þ Challenger þ

-



MessageSujet: Re: L'alcool coule à flot   Jeu 16 Fév - 0:31




feat.Black Goku & Katsuki Bakugou

Powers



Chacun des deux prenait un réel plaisir à savourer leurs commandes respectives, ce qui prouvait que tout un chacun était bien habitué à consommer ce qu’il se présentait en face de lui. Il m’avait tout d’abord paru bizarre qu’un combattant aguerrit décide de prendre un thé vert pour se sustenter. Il était vrai que tout le monde avait ses préférences, toutefois je ne le faisais que quand je n’avais aucune envie de consommer quelque chose de consistant. Les chances pour que ça soit le cas du brun étaient également grandes. Toutefois, les deux semblaient avoir compris ma préoccupation à leur sujet, et c’était le sourire ôté que j’attendis patiemment les réponses de mes deux interlocuteurs. Chacun avait une particularité, une capacité qui lui était propre, même si certaines étaient plus étonnantes que d’autres.

Gokû était en réalité un dieu du nom de Zamasu incorporé dans le corps d’un combattant humain. À Kosaten donc, il aurait été assimilable à un dieu dompté par un autre, ce qui était un sacré coup pour son honneur j’en étais bien persuadé. La question qui me taraudait l’esprit, certainement tout autant que celui du dieu-humain, était celle de savoir comment les dieux de Kosaten pouvaient-ils soumettre à leur volonté et à leurs pouvoirs d’autres dieux qui étaient dans d’autres espaces temps ? Décidemment, je n’étais pas au bout de mes surprises dans ce monde régit par la magie et l’étrange. Si ces dieux pouvaient donc dompter d’autres dieux, alors il était réellement difficile de s’imaginer avoir une chance de les vaincre. Quoi qu’il en soit, au vu de mes projets, ceux qui avaient pour finalité mon établissement en tant que quatrième dieu au sein de Kosaten, j’aurai peut-être eu besoin d’assistance, d’un être qui avait eu de l’expérience dans le domaine.

- Je vois, un dieu dans la peau d’humain. Ne pensez-vous pas que le fait que Long ait pu vous soumettre soit dû au fait que vous vous trouviez dans un corps d’humain ? Et même, vous ne possédez pas d’arme. Je suppose que les dieux dans le monde d’où vous êtes originaire n’utilisent pas d’arme également

Par la suite, ce fut au tour du jeune blondinet de présenter ses capacités dans un élan d’excitation. Il était clair qu’il devait encore crier comme chaque fois qu’il ouvrait sa bouche depuis le début de notre rencontre. Agaçant ou pas ? Je n’avais que faire de ses méthodes d’expression. Toutefois au vu de son tempérament, il était clair que les missions d’infiltration ne devaient donc pas être son fort. Montant sur la table, la même qu’il avait nettoyée, il y avait encore peu, il m’affirma de la plus claire des façons que sa faculté principale consistait en sa capacité à pouvoir créer des explosions : un pouvoir de destruction, encore. Même si cela avait été difficile de visualiser la chose, le surexcité semblait bien trop déterminé pour mentir et donc, possédait bel et bien la capacité de destruction. Cela était un bien étrange pouvoir en réalité et il me tardait de le voir sur le champ de bataille. Revenant à moi, le blond me demanda ce que je pouvais bien faire également. Contrairement à lui, mes talents étaient multiples et j’ignorai comment illustrer ces dernières. Certainement par ce que l’illustration était réellement inutile. Quoi qu’il en soit, je pris parole, avec la même neutralité affichée sur mon visage

- Pour faire simple, je suis un manieur d’épée qui maîtrise quelques notions élémentaires. Étant un ‘’ninja’’ depuis mon jeune âge, j’ai su développer des techniques liées à l’usage simultané de mon arme et de mon énergie. J’aurai bien fait une démonstration mais les risques que ce bâtiment s’en retrouve rasé sont très grandes. De ce fait, contentez vous d'écouter pour le moment. Mais sinon, dîtes m’en plus sur vos univers. Étiez-vous au moins des parfaits combattants ?  





Dernière édition par Uchiha Rinkyu le Jeu 16 Fév - 18:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 187
Yens : 833
Date d'inscription : 27/01/2017
Age : 23

Progression
Niveau: 17
Nombre de topic terminé: 9
Exp:
0/6  (0/6)
avatar
Son Gokû Black ¤ Inconnu ¤

-



MessageSujet: Re: L'alcool coule à flot   Jeu 16 Fév - 14:20

Le petit blondinet, comme à son habitude, se sentait obligé de crier pour communiquer. Tout en montant sur la table il cria haut et fort les pouvoirs qu'ils possédait, à savoir des pouvoirs de destruction. Pffff, ses pouvoirs ne me faisaient pas peur, moi, qui avait vu en chair et en os de vrais dieux de la destruction dans mon univers. Je dirais même que ses déclarations avaient provoqué en moi une profonde envie de me moquer mais je m'abstint, cependant. Toujours est-il qu'il posa une question relativement intéressant à notre ami au cache-oeil. Il lui demanda d'en dire plus sur ses pouvoirs. Etant donné que nous avions dû nous prêter au jeu, pourquoi pas lui? Ah, il n'était peut-être pas totalement stupide non plus.

Le cache-oeil, maintenant. Toujours de marbre, neutre, sans expression il s'exprimait. Son impassibilité pouvait être déconcertante pour certaines personnes. Il répondit dans le plus grand des calmes à la question du blondinet. Il nous révéla être un manieur d'épée et un ninja, depuis son jeune âge. Au cours de ses entraînements, il développa donc de nombreuses techniques qu'il ne put cependant pas nous montrer car vraisemblablement trop puissantes. Il enchaîna ensuite par une question qui nous était destinée à tous les deux. Il voulu savoir si nous étions de parfaits combattants dans nos univers respectifs. Je décidai de prendre la parole en premier, répondant en toute franchise:

"Ce corps est issu d'une race de guerriers dans mon univers, les Saiyajin. Ces Saiyajin sont taillés pour le combat, c'est une race très puissante et destructrice de conquérants. Dès leur plus jeune âge, ils sont formés à devenir de grands guerriers, subissant des entraînements de plus en plus dur chaque jour, à tel point qu'ils frôlent parfois la mort. Aussi, ils n'ont pas besoin d'arme pour se battre, juste de leurs poings et leurs techniques d'art martiaux."

Une fois ces paroles prononcées, je repris ma tasse de thé en main et continuai à la savourer. En tout cas, cet échange fut riche d'enseignements autant sur l'univers dans lequel je me trouve que sur le profil de potentiels futur alliés ou ennemis.
Après ça, je me mis à réfléchir à comment une divinité a pu m'entraîner, moi, une autre divinité, dans ce monde. Comme l'a si bien dit l'homme au cache-oeil, peut-être était-ce dû au fait que je sois dans le corps d'un mortel. Cependant, cela pourrait être une autre raison aussi. Peut-être suis-je une divinité mais qu' étant donné que je suis un peu trop faible, l'une des divinités de ce monde a pu m'entraîner ici sans aucun souci. Peut-être que du coup, l'on pourrait réintégrer notre monde si l'on devient assez fort mais la question est comment? Je me doute qu'aucun des deux en face de moi saurait répondre, sinon ils ne seraient sans doute plus ici depuis un moment. On verra ça plus tard.
A ce moment-là, je continuai à savourer mon thé, tout en me contentant de regarder et d'écouter ce que les deux autres avaient à dire.
Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: L'alcool coule à flot   Jeu 16 Fév - 23:30

A la suite de ma question, senpai nous en dévoila un peu plus sur ses capacités. Ainsi, celui-ci s’était qualifié avant tout comme un bretteur. En plus de cela, il était également un « ninja », mais ne désirait pas faire maintenant l’étalage de ses capacités car il jugeait cela « dangereux » pour cet établissement. Pff, pas de quoi être fier, me dis-je. Moi aussi, en temps normal, raser un bâtiment serait un jeu d’enfant ! J’étais donc très déçu de ne pas pouvoir découvrir ce dont il était capable. En entendant le terme ninja, j’imaginais déjà des techniques d’illusions, d’invocations, de clonages ou de maitrise des éléments, comme le font la plupart des ninjas dans les comics. Ma curiosité avait donc atteint un degré qui n’avait rarement été atteint auparavant. Mais bon, après tout, prenons notre mal en patience. J’étais certain que tôt ou tard viendrait le jour où je le verrais en action.

Cache-œil nous demanda ensuite si, dans nos univers d’origine, nous étions de « parfaits combattants ». Ne comprenant pas trop ce qu’il voulait dire par là, l’abruti de Dieu prit la parole en premier. Le corps d’emprunt de ce Dieu était donc celui d’une race de guerriers ne vivant que pour le combat. Chose en soi tout à fait intéressante, ce qui montrait que ce buveur de thé n’était peut-être pas qu’un beau parleur s’il disait vrai. Cependant, au vu de son caractère, il y avait quelque chose qui me dérangeait particulièrement, et je ne pus à cette idée m’empêcher de penser tout haut :

Et pourquoi donc un Dieu, qui doit sûrement posséder des pouvoirs très puissants, s’abaisserait donc à emprunter le corps d’un « mortel », si je puis-dire, quand bien même il fait partie de la race la plus puissante de son univers ? Quelle est la raison derrière tout cela ?

En disant ces mots d’un ton et d’un sourire moqueur, j’avais l’impression d’avoir peut-être touché un point sensible. Ce Dieu semblait véritablement imbu de sa personne, avec une fierté incommensurable. A moins que l’on ne l’y ait forcé, il était tout à fait étrange de par sa nature à prendre les gens de haut qu’il en vienne, de par son statut de Dieu, à faire le choix de devenir mortel. De plus, le fait que ce corps soit celui d’un combattant aguerri me faisait penser qu’il n’avait certainement pas été contraint de prendre ce corps, et qu’il s’agissait donc d’un choix. Je ne savais pas encore pourquoi, mais je sentais qu’entendre la raison, s’il ne nous sortait pas un mytho pour garder la face, allait me faire mourir de rire ! Bref, il était maintenant temps de m’exprimer à mon tour, non pas sans arrogance :

De même que dans mon univers, la possession de pouvoir est chose commune pour ses habitants, la criminalité a fortement augmenté. La police ne suffisant plus à arrêter tous les malfrats, le terme « héros » est devenu une véritable profession. Il existe une académie dans la ville d’où je viens où sont formés l’élite des héros. J’ai fini premier à l’examen d’entrée, puis encore premier au tournoi où les meilleurs de l’école se sont affrontés. Enfin, rien de comparable au pouvoir d’un Dieu d’un univers dans le corps d’un des meilleurs guerriers au monde, n’est-ce pas ?

J’avais dit cette dernière phrase, inspirant le sarcasme, en me tournant vers notre ami buveur de thé qui n’avait sûrement pas dû apprécier cette dernière remarque. Cependant, j’avais beau faire le fier, je me devais de l’avouer, mon histoire ne devait pas être bien impressionnante comparé à celle d’un dieu ou d’un ninja qui devait sûrement se battre pour sa vie depuis son enfance. Après tout, rares ont été jusqu’à maintenant les moments où ma vie eût été en danger, la plupart de mes véritables ennemis n’ayant été que des vilains de bas étage. Mes deux partenaires, s'ils ne devaient pas voir en moi un guerrier aguerri après ce discours, devaient donc détecter un fort potentiel tout au plus.

De plus, s’il était vrai que j’avais été premier au tournoi de l’académie, je n’étais en réalité que peu fier de cette victoire en finale. Après tout, cet enfoiré de Shoto avait refusé d’utiliser ses flammes contre moi, et quoi de plus facile d’exploser sa glace avec mon propre pouvoir. Une victoire amer… voilà ce que c’était. Gagner lorsque son adversaire ne se battait pas à 100%, était pour moi la pire des insultes, bien plus que la défaite en elle-même. Mais bref, le passé est le passé. La prochaine fois, s’il n’utilise pas tous ces pouvoirs contre moi, il ne s’en sortira pas avec de simples égratignures, cette enflure ! Concentrons-nous donc sur le présent. Levant la main, j’appelais donc le barman (bien qu’avec mon naturel, on aurait plutôt tendance à croire que je le menaçais quand je lui parlais), et lui demanda, comme si c’était moi qui payait :

LE DESSERT, S’IL VOUS PLAIT !
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1372
Yens : 789
Date d'inscription : 10/07/2016
Localisation : En guerre

Progression
Niveau: 163
Nombre de topic terminé: 81
Exp:
10/12  (10/12)
avatar
Uchiha Rinkyu þ Challenger þ

-



MessageSujet: Re: L'alcool coule à flot   Ven 17 Fév - 23:21




feat.Black Goku & Katsuki Bakugou

J'ai une idée


Fuyu n’avait pas besoin de personnes incapables de se battre, dans ses rangs. Il était bien vrai que la totale et parfaite liberté était une chose que tout élu aurait valorisée dans ce nouveau monde. Seulement, la victoire de Fuyu sur les deux autres territoires, que dis-je ? La fin de cette guerre sempiternelle était l’un de mes nombreux objectifs ici-bas. Si une chose m’avait bien été apprise avec le temps dans ce monde, c’était que seul, il m’était totalement impossible de faire cesser ce déchirement entre les trois royaumes. Jamais, ma force n’allait pouvoir surpasser celle du monde entier, même si, l’idée en elle-même n’abandonna pas mon être. Les deux autres états qui s’étaient alliés avaient chacun en leur sein des élus d’une puissance inouïe, faisant de ces nations-là, des territoires dont il fallait réellement se méfier. De ce fait, si des gringalets venaient à apparaître au sein de Kosaten, il m’aurait été totalement inutile de les conduire, de les guider dans ce monde afin qu’ils trouvent leurs chemins. C’était donc ça, la pensée cachée derrière ma question.

Bien que l’interrogation puisse paraître gênante, nous étions entre hommes, et entre combattants qui plus est. Il n’y avait donc pas besoin d’une quelconque forme de retenue. Sous une autre facette, la question que j’avais posée aurait été énoncée ainsi : ‘’Dites-moi à quel point vous étiez fort dans votre monde d’origine’’. Gokû m’expliqua qu’il était un dieu tout puissant, dans un corps tout aussi puissant, entraîné et formé pour le combat. En réalité, il aurait constitué la perfection, autant sur le plan physique que psychique. Seulement, une chose était un peu trop mise à l’écart. Aussi puissant que pouvait être le corps humain, il possédait de nombreuses faiblesses, autant sur le plan émotionnel que sur le plan de l’entretien. De toute évidence, il allait avoir le temps de le découvrir tout au long de son périple sur les terres de ce monde. Autre part, les émotions en elles-mêmes, pouvaient constituer une force importante, affectant d’une certaine manière sa façon de penser, comme c’était mon cas. Cela ne le rendrait pas forcément meilleur, mais plutôt assez objectif, du moins beaucoup plus qu’il ne l’était déjà. C’était donc, un cas prometteur à observer de loin.

Le deuxième quant à lui, étant originaire d’un lieu où ‘’héros’’ constituait davantage une profession qu’un statut. Le surexcité était dans une académie visant à développer les talents des jeunes héros de son monde. Ayant prouvé ses talents en passant meilleur élève à l’examen d’entrée, il gagna aussi un tournoi dans cette même école ce qui était donc pour lui un exploit qui ne pouvait être ignoré. Cela m’aurait paru bien inutile, si moi-même, je n’avais pas été dans une sorte d’institution du même style : l’académie des ninjas. Cet endroit où dès le bas âge, l’on traçait sa propre destinée afin de devenir l’un des ninjas les plus puissants du village. De cette connaissance que j’avais de la situation, à moins que le Bakugou ne dorme sur ses lauriers, il était destiné à un grand avenir. Son cas donc était tout aussi prometteur et l’aurait plus été encore, s’il évitait de crier à tout bout de champ bien évidemment.

- Bien… vous me rassurez. En réalité, dans ce monde, seules les personnes les plus fortes arrivent à avoir le droit de parler devant les autres, en tout cas dans le royaume de Fuyu. Il existe bien quelques exceptions, mais c’est généralement ainsi. De ce fait, lorsque vous vous retrouvez nez-à-nez avec un certain Zayro Jinn, le messager des enfers, votre vie sera continuellement en danger. En réalité même, je vous conseille de ne jamais croiser sa route. C’est réellement dangereux.

Je me levai de la table, observant un moment les deux protagonistes dans un silence digne du ténébreux que j’étais. Sans réellement savoir pourquoi, il me vint à l’esprit l’idée de tester leurs capacités afin de pouvoir juger leurs dires, comment ils pourraient se débrouiller même sans la possession de leurs véritables pouvoirs. Et de ce fait, il germa de mon esprit une petite idée.

- Bien. Terminez vos repas et rejoignez-moi à l’extérieur. Il est temps pour vous, de confirmer vos dires. Même sans capacités, tout combattant conserve toujours ses réflexes

Suite à cela, je me dirigeai vers le comptoir pour y déposer la somme que je devais pour le repas et la tasse, avec supplément de dessert également, à cause du blondinet. De toute évidence, je ne manquais pas de sous et tout cela ne constituait que de faibles dépenses. Une fois les comptes réglés, c’est à l’extérieur de l’établissement, sur la voie publique bondée de monde, que j’attendais les deux nouveaux élus.




Revenir en haut Aller en bas
Messages : 187
Yens : 833
Date d'inscription : 27/01/2017
Age : 23

Progression
Niveau: 17
Nombre de topic terminé: 9
Exp:
0/6  (0/6)
avatar
Son Gokû Black ¤ Inconnu ¤

-



MessageSujet: Re: L'alcool coule à flot   Sam 18 Fév - 14:00

L'ambiance dans l'auberge était retombée. Il n'y avait plus un chat dans l'établissement, si l'on exclu bien évidemment cache-oeil, blondinet et moi-même, ainsi que le propriétaire des lieux. Il y avait bien des clients qui allaient et venaient mais leur passage était généralement bref. De ce fait, nous étions tranquille pour discuter et nous discutions depuis plusieurs heures déjà. Chacun parlait un peu de lui, de son monde, de ses exploits, de son passé et c'était vraiment riche d'informations.

Après que chacun eut exposé ses habiletés ainsi que ses pouvoirs, le blondinet eut l'air interpellé par l'une des paroles que j'avais dite. Il bloquait sur le fait que j'avais échangé mon corps avec un mortel et cherchait une raison à cela. Avec un sourire moqueur, il me posa cette interrogation. J'esquissai un sourire malicieux et lui répondit:

"Faut-il une raison à cela? Quand bien même il y en aurait une, tu n'as pas besoin de le savoir."

Il pensait peut-être me mettre mal à l'aise en posant cette question et j'avais bien l'impression qu'il tentait de toucher un point sensible en me la posant. Toujours est-il que c'est raté et qu'il devra retenter sa chance.
Fidèle à lui-même, le blondinet surexcité s'exprima à son tour, avec plein de vigueur. Il viendrait d'un monde dans lequel le crime est monnaie courante et où des gens seraient formés à être des héros. Il se vanta de finir premier partout, non sans omettre de me balancer une petite pique au passage, que j'ignorai totalement.

Ce fut ensuite au tour du cache-oeil de s'exprimer. Il nous mis en garde contre un certain Zayro Jinn. Selon l'homme au cache-oeil, il est fortement déconseillé de croiser sa route, au risque de vite se retrouver en danger de mort. Je ne sais pas si c'était les cellules guerrières de ce corps qui provoquaient cela mais j'étais tout à coup excité et impatient à l'idée de rencontrer ce soi-disant messager des enfers.
Suite à ça, Cache-oeil se leva, régla la note auprès de l'aubergiste et nous demanda de le rejoindre à l'extérieur une fois nos plats terminés. Qu'avait-il encore derrière la tête, celui-là? Il n'y avait qu'une seule façon de le savoir. Je terminai mon thé, me levai sans un mot à l'autre, toujours en train de dévorer son dessert, et me dirigeai vers la sortie de l'établissement. Autant l'auberge était vide, autant la rue était bondée cependant.

Je fus le premier à rejoindre cache-oeil. Il était debout, au milieu de la rue, toujours d'un air calme et serein. Je m'approchai de lui. Même si j'avais ma petite idée sur la question, je me demandais ce qu'il nous voulait pour le coup.

"Alors, que va-t-il se passer maintenant?"
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

-



MessageSujet: Re: L'alcool coule à flot   

Revenir en haut Aller en bas
L'alcool coule à flot
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Quand l'alcool coule a flot par une nuit sans Lune
» L'alcool coule à flot
» [Quête] "Qui a dit que le rhum coulé à flot ?"
» Où l'eau coule à flots vient parfois l'allégorie...[TERMINÉ]
» Tu noies tes chagrins dans l'alcool ? Méfie-toi, ils savent nager. [PV Jennyfer Shepard]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Manga Multiverse ::  :: Royaume de Fuyu :: Capitale de Yuki-


Crédits : Design : Phoenix & Pingouin Règlements & Contexte : Phoenix
Forum optimisé pour Google Chrome.