Partagez | .
Eva
Messages : 900
Yens : 347
Date d'inscription : 09/11/2016
Age : 17
Localisation : Minshu

Progression
Niveau: 104
Nombre de topic terminé: 38
Exp:
5/12  (5/12)
avatar
Ferun (Bashô) ✝ Victime ✝

-



MessageSujet: Eva    Mer 8 Fév - 10:44



Regrets...



Cela faisait quelques jours que Bashô avait rejoins la campagne de Chikai lorsqu’il fut pris par le besoin de retrouver la statuette qu’il avait laissé à Iérad, un paysan du coin. Cet homme lui avait rendu un grand service et le poète avait donc promis de revenir payer sa dette. En gage de sa bonne foi, il lui avait laissé la précieuse statuette que lui avait donnée Zayro. Il revenait maintenant mettre fin à cette attente. L’élu venait de lui expliquer les raisons de son retour.


Les deux hommes se regardaient, chacun n’ayant que de l’amitié dans son regard pour l’autre.

-Je suis content que tu sois revenu, mais tu n’es pas obligé de tenir ta promesse tu sais? commença-t-il. Je n’ai pas besoin de grand-chose ici. Il y a néanmoins une chose que tu pourrais faire pour moi. Mais si tu acceptes ma requête, j'aimerais que ce soit en tant qu’ami, pas au nom d’une soit disant "dette". Entre amis, on ne se doit rien, n’est-ce pas ?

Dès les premiers mots du natif, Bashô avait été touché par son calme et sa gentillesse. Déjà à l’époque, il n’avait rien demandé pour l'avoir sauvé ainsi que Kachou. Il ne s’était pas non plus soucié de qui il était, son origine ou même qu’il soit un élu ou non. Il avait juste fait son devoir de patriote impassiblement et sauvé deux personnes. Et apparemment, il n’était pas non plus motivé par le fait qu’on lui soit redevable. Le maffieux se sentait plus juvénile que jamais face au parangon de sagesse auquel il était confronté.
Pourtant le vieil homme semblait préoccupé par quelque chose… Et pas des moindres au vue des rides qui se creusaient sur son visage.

-En effet, on ne se doit rien, répondit-il. Mais dis-moi ce qui te fait réfléchir, l’amitié qui est en train de naître en moi pour toi me pousse à vouloir te rendre service. Explique-moi ce qui te tracasse.

-je te remercie de ton implication
, déclara Iérad. Mais pour que tu comprennes ce qui occupe mon esprit, il faut d’abords que je te conte une histoire qui prend ses racines il y a longtemps…

J’étais alors encore un jeune homme lorsque je tombai amoureux. Seul vingt-cinq printemps m’avaient côtoyé, tous aussi éclatant que la beauté dont je venais de faire la rencontre. Par un bienfait des dieux, mon amour pour elle était partagé. Et rien n’entravait cela. Pas même l’enfant qu’elle avait déjà eu avec un autre homme. Ce soleil s’appelait Eva. Je la considérais comme ma propre fille et l’élevai comme tel même si tout ne fut pas facile. Je veux bien sûr parler de l’adolescence ; cette période de la vie qui ravie trop tôt les enfants que l’on chéri. Elle me faisait souvent remarquer que je n’étais pas son fils. Et même si je réagissais sur le coup, dans le fond je ne m’en indignais pas. Nous vivions heureux tous les trois…
Mais un jour, je partis en voyage quelques jours pour ne pas retrouver ma fille chéri en revenant. Eva n’était plus. Des loubards lui étaient tombés dessus et l’avaient violée puis tuée. Ma pauvre fille. Quand je revins, ma femme l’avait déjà enterré. Je ne voulais pas savoir où. Je ne voulais pas être sûr qu’elle soit morte. Comme si un doute pouvait encore subsister...
Bien sûr qu’elle était morte.


Il marqua un bref silence avant de reprendre :

-Cela fait maintenant deux ans que Jéna, ma raison de vivre, est morte elle aussi, emportant le secret du lieu de sa tombe avec elle. Je ne pouvais donc pas les enterrer côte à côte et je sais que cette proximité leur manque. Moi-même, je ressens l’envie de pouvoir discuter avec ma fille mais je ne le peux pas. Quel âge aurait-elle maintenant? Vingt-huit ans il me semble. Vingt-huit années qui nous furent ravies. Presque l’âge que j’avais quand je les ai rencontrées. Si tu peux faire quelque chose pour moi, ce serait de retrouver sa tombe. Je t’en supplie.

Les émotions qui se dégageaient de l'histoire de ce père, de cet amant, étaient des plus tragiques. Les regrets qu'il exprimait transcendèrent le poète qui retint ses larmes pour... Pour quoi d'ailleurs? Cette histoire était triste, n'avait-il pas le droit de s'en émouvoir? Ce qui était sûr, c'était qu'il était déterminé. Il trouverait cette tombe et ses pouvoirs l'aideraient. Il avait récemment retrouvé l'usage du "En", cette capacité lui permettant d'être conscient de toute chose inerte ou vivante dans un rayon de dix mètres autour de lui. Il retrouverait cette tombe et soignerait le cœur de ce vieillard qui avait tant fait pour lui...

-Comptez sur moi, Iérad, je ne vous décevrai pas
, lui dit-il. Pour une quête aussi noble et légitime que celle-ci, je mettrai tout en jeu, même ce que je n'ai pas...

Quand le crépuscule s'abat sur une vie,
Celle-ci ne doit s'abandonner aux regrets.
Même le destin réserve de la beauté,
A ceux dont les heures de gloires sont finies...


©MangaMultiverse



L'apparence de Bashô maintenant qu'il cherche à camoufler son identité:

Revenir en haut Aller en bas
Messages : 900
Yens : 347
Date d'inscription : 09/11/2016
Age : 17
Localisation : Minshu

Progression
Niveau: 104
Nombre de topic terminé: 38
Exp:
5/12  (5/12)
avatar
Ferun (Bashô) ✝ Victime ✝

-



MessageSujet: Re: Eva    Mer 8 Fév - 13:30



La tombe perdue...



Maintenant, le plus dur était de trouver la zone approximative où était la tombe. Une fois sur les lieux, son En devrait suffire pour la localiser précisément. Mais où chercher? Telle était la question...
Une grande réflexion occupa alors le cerveau de Bashô pendant quelques heures.

Le lieu ne pouvait qu'être un endroit symbolique, la mort de sa précieuse fille unique était bien trop dramatique pour laisser le choix de la place de sa tombe au hasard. Et elle n'était pas non plus simplement dans le jardin sinon Iérad l'aurait trouvée depuis longtemps. Il faudrait chercher autre part. Il faudrait peut-être même chercher partout. S'il le fallait, soit, Bashô fouillerait jusqu'aux tréfonds les plus profonds de Kosaten...

Pendant qu'il réfléchissait, le propriétaire de la maison se mit à pleurer. Enfin, pleurer est un bien grand mot, seul une larme perla sur sa joue. Bashô ne dit rien pour ne pas perturber ses pensées. Il devait sûrement se poser beaucoup de questions qui ne trouveraient peut-être jamais de réponses. Mais ce n'était pas le principal. Il fallait qu'il retrouve la paix intérieure, seul cela comptait. Il le méritait bien après tout.

-Il faut vraiment que vous la retrouviez, murmura-t-il autant à son attention qu'à celle du poète. Quand je suis parti en voyage, elle voulait retrouver son père. Elle était obsédée par cela. Elle ne se sentait pas bien et je n'ai pas été là pour elle. Peut-être que c'est à cause de moi qu'elle est allé dans des endroits peu adaptés pour son âge. Peut-être que c'est à cause de moi qu'elle est morte.

Bashô ne répondit pas, n'essaya pas de le réconforter. A la place il se déplaça jusqu'à la porte et dit:

-Je ne sais pas si tu as bien ou mal fais. Toi non plus. Mais ce que je sais en revanche, c'est que deux élus sont en pleine forme grâce à toi. Deux élus qui feront tout pour leur nation. Peut-être que sans toi ils seraient morts et n'auraient pas pu sauver les vies qu'ils ont sauvées. Et ce n'était qu'un jour normal pour toi. Alors maintenant donne moi l'adresse du vrai père d'Eva, et si tu peux pas te consoler simplement, alors contente toi de dormir...

Il avait peut-être été un peu dur mais il ne supportait pas qu'une personne aussi bonne, aussi noble, aussi vertueuse que lui puisse s'en vouloir. Iérad lui donna les informations qu'il voulait et l'élu partit.

***

Cela faisait quelques heures qu'il marchait pour finalement retrouver la maison du père génétique d'Eva. Peut-être Jéna avait-elle voulu enterrer sa fille prêt de la maison de son père, elle qui était si tourmenté par le fait de retrouver celui qui l'avait en partie conçue. Un respect envers ses dernières volontés en quelque sorte.

La demeure semblant abandonnée, le maffieux y entra sans scrupules, ouvrant sa porte d'un coup d'épaule bien placé. Du palier il ne put apercevoir qu'une pièce unique, vide de tous meubles. L'ex-propriétaire de cette chaumière devait être parti depuis bien longtemps. Plusieurs centimètres de poussières enrobaient toute la salle donnant l'impression qu'elle ressurgissait d'une autre époque. Personne n'avait dû mettre les pieds ici depuis vingt ans. Peut-être même plus.
Bashô sonda la pièce de son En pour ne rien trouver de particulier. Il ressortit alors faire le tour de la maison.

Il trouva alors quelque chose de vraiment intéressant. Un magnifique cerisier en fleur derrière la maisonnette. Son charme n'avait d'égal que la féérie qu'il dégageait. Une véritable merveille comme l'on en voyait que très rarement. Et sur ce symbole d'amour était gravé un haïku:

Ne me quitte pas
Mon amour
Sois mon cerisier...

Sûrement un écrit du mâle en mal d'amour. Bashô ne put s'empêcher de penser aux raisons qui les ont poussés à se séparer.

Mais ce n'était pas la seule chose qui retint son attention. Au pied de l'arbre, la terre semblait avoir été retournée. "Tiens! J'ai peut-être quelque chose..." pensa l'élu interloqué. Il se pencha pour de nouveau sonder le sol et y trouver entière satisfaction. Quelque chose de creux était enterrée là. Peut-être la tombe? Le fait qu'il n'y ait aucune note au sol n'allait pas en ce sens mais cela n'empêcherait pas le poète de fouiller.

Il commença alors à creuser au pied du cerisier, jaloux des secrets qu'il pouvait renfermer...

©MangaMultiverse



L'apparence de Bashô maintenant qu'il cherche à camoufler son identité:



Dernière édition par Bashô le Mer 8 Fév - 22:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 900
Yens : 347
Date d'inscription : 09/11/2016
Age : 17
Localisation : Minshu

Progression
Niveau: 104
Nombre de topic terminé: 38
Exp:
5/12  (5/12)
avatar
Ferun (Bashô) ✝ Victime ✝

-



MessageSujet: Re: Eva    Mer 8 Fév - 22:30



Signée Eva...



Il ne fut pas déçu le moins du monde par ce qu'il trouva. Sous l'arbre l'attendais une cercueil. Il la perçut de son En avant de l'avoir découvert même partiellement de la terre qui le recouvrait. Exactement comme il sut que ce n'était pas le cercueil d'Eva avant de l'avoir totalement déterrée. En effet, la boîte funéraire n'était pas assez lourde. Elle semblait presque totalement vide. Pourtant il était quand même sensé y avoir un cadavre à l'intérieur. Ce n'était donc peut-être juste pas un cercueil? Enfin bon, il ne servait à rien de trop tergiverser, l'élu aurait vite sa réponse de toute façon.

Il mit du temps à le desceller. Même s'il ne renfermait sûrement pas de corps, il ne voulait pas prendre le risque de blasphémer. S'il y avait les ossements d'Eva à l'intérieur et qu'il l'avait mal traité, la réaction de Iérad serait... Imprévisible. Difficile de penser qu'un tel homme puisse être en colère. Mais les plus sages d'entre nous savent qu'il faut redouter l'éruption d'un volcan endormi bien plus que celle d'un en activité...

La boîte grinça en s'ouvrant et ne dévoila rien d'autre qu'une lettre. Une seule et toute petite lettre. Un ridicule et simplissime bout de papier qui bouleversa tous les acquis du maffieux au sujet de cette histoire. Sur celle-ci était écrit:

Bonjour papa,

si tu lis cette lettre, c'est que je dois avoir trente ans et que maman vient de t'avouer quelque chose qui peut être te semble terrible. Sache que pour moi, la décision que j'ai prise s'imposait. Je devais retrouver mon père! Mon vrai père! Ne croies pas que je ne sois pas reconnaissante, je le suis pour toutes ses années passées avec toi... Mais maintenant je veux savoir qui je suis. Qui je suis vraiment, tu comprends?!
Je suis désolé d'en venir là mais si je décidais de simplement partir, je savais que tu ne me laisserais pas faire. Après beaucoup d'insistance, maman céda à ma demande et me laissa faire. Nous avons orchestré ma mort, véritable pour toi, fausse pour nous. De fausses larmes.
Maintenant cela doit faire dix ans que je vis avec mon père si j'ai réussi à le retrouver. Si je ne suis pas revenu, c'est sûrement le cas. Alors je veux bien que l'on se revoie mais ce ne sera certainement pas facile pour moi de me déplacer. D'après ce que je sais, mon père s'en est retourné loin, dans son pays natal, dans sa ville natale. Une ville nommée "Rin", à ce que j'en sais. J'espère que tu ne nous en voudras pas trop. Respecte ma décision. S'il te plait.



Ta fille, Eva.


Mince... En fait tout cela n'était qu'une mise en scène, un coup de théâtre qui durait depuis dix ans déjà! Eva n'était pas morte mais étais juste partie rejoindre son père! Dans deux ans, Jéna aurait dû tout raconter à Iérad seulement cette dernière est morte prématurément et sans prévenir! Mais qu'avait fait ce pauvre homme pour mériter cela?! Lui qui avait dû tant pleurer durant ces dix dernières années sans sa fille! Ses deux dernières années sans sa femme! Deux années complètes de solitude totale! C'était comme si tous les hommes l'avaient oublié... Et pourtant lui n'avait oublié aucun d'entre eux.

Ne voie que les bons côtés, bienfaiteur,
Ces deux dernières années de frayeur
Ont abouti après toutes ces heures,
A la renaissance de ton bonheur...


Il était vrai que si l'on regardait les bons côtés, pour lui c'était comme si sa fille allait revivre. Mais ce n'était pas si simple. Il devait être fort sinon apprendre que ces dernières années de désespoir n'étaient que factices n'arrangerait rien à sa santé mentale. Le choc serait violent.

Le poète n'avait jamais eu à annoncer une nouvelle si importante et ne savait pas comment il devrait réagir devant Iérad. Il se vantait souvent de son éloquence mais pourtant celle-ci lui faisait toujours défaut quand la situation l'exigeait réellement. A quoi servait une langue d'or sans empathie? A rien. Et tous ses gens qui lui en voulaient...

Apparemment la dépression était communicatif puisque les pensées de Bashô digressèrent jusqu'à ses problèmes qui n'avaient pas lieu d'être dans ce contexte. Plutôt alarmant comme réaction. Inconsciemment, Bashô faisait appel à son égoïsme pour chasser une triste nouvelle de ses pensées. Cela devait le mettre extrêmement mal à l'aise pour en arriver là.

Il finit par arriver à son point de départ: la chaumière de Iérad. Les résultats d'une brève introspection lui firent réaliser qu'il appréhendait énormément. Corps tremblant, yeux larmoyant et fébrilité seraient ses seuls aides...

©MangaMultiverse

[/color][/font]


L'apparence de Bashô maintenant qu'il cherche à camoufler son identité:

Revenir en haut Aller en bas
Messages : 900
Yens : 347
Date d'inscription : 09/11/2016
Age : 17
Localisation : Minshu

Progression
Niveau: 104
Nombre de topic terminé: 38
Exp:
5/12  (5/12)
avatar
Ferun (Bashô) ✝ Victime ✝

-



MessageSujet: Re: Eva    Jeu 9 Fév - 20:31



Serment



Bashô entra d’un pas peu assuré dans la maison pour y trouver Iérad, regardant par la fenêtre. Il n’avait pas bougé depuis que le poète était parti pourtant de nombreuses heures s’étaient écoulées. Lorsqu’il entra, le vieil homme tourna sa tête vers lui.

-Tu as trouvé quelque chose? demanda-t-il d’une voix faible mais rassurante.

Le moment que l’élu redoutait était arrivé. Il pouvait le sentir dans tous ses membres tremblants. Alors il décida simplement de s’approcher de l’homme et de lui tendre la lettre. Lorsqu’il la prit, Bashô se contenta de dire ceci :

-Assis-toi et lis cette lettre attentivement. Ne sois pas triste. Sois fort comme tu l’as toujours été.

Iérad suivit alors les conseils de Bashô avant de se mettre à la lecture de se message révolutionnaire pour son histoire. Dès les premières lignes, il se mit à pleurer. Iérad ne devait pas être le genre d’hommes à pleurer souvent, ni inutilement. Et Bashô, témoin de ce triste spectacle, pouvait assurer que la première goutte qui perla sur sa joue puis toutes les suivantes, si nombreuses, étaient faites d’émotions sincères.  Le natif interrompit les sanglots qui le secouaient pour citer un passage : « fausses larmes ». Puis il dit à voix haute, comme s’il était seul avec sa fille:

-Je ne pense pas que les larmes de ta mère étaient fausses Eva… Je me souviens du jour si funeste où elle m’annonça ta mort. Et je peux t’assurer que l’eau lacrymale qui s’échappait du bleu de ses yeux n’était pas « fausse ». Car même si elle te savait vivante, elle était consciente qu’elle ne te verrait plus. Mais si elle s’y était résolue elle-aussi, c’est que c’était nécessaire…

Sa voix était trouble mais le ton qu’il employait n’indiquait pas une quelconque détresse. Au contraire, l’émotion qui se dégageait était plus proche du… Soulagement. Voyant la mine interloquée de Bashô, Iérad compléta ses propos :

-Je suis content que ma fille soit en vie. Et même si je pense le contraire depuis si longtemps, l’important c’est elle et son bonheur, rien d’autre. Je ne lui en veux pas. C’est comme si ma fille ressuscitait! Je ne souhaite ce qu’il m’est arrivé à personne, mais je suis tout de même reconnaissant envers les dieux de m’avoir redonné espoir…

Un silence se fit. Des rides d’inquiétude se creusèrent sur le visage du père, effaçant celles de joie qui venaient à peine de naître.

-Mais cela fait tout de même dix ans que je suis sans nouvelle d’elle, et je ne sais pas s’il ne lui ait rien arrivé, reprit-il. Il faut que j’aille la chercher! Malgré la guerre qui s’annonce! Malgré la distance qui nous sépare! Malgré tout!

Puis il commença à préparer ses affaires sous les yeux éberlués de l’élu.

-Quoi, maintenant? demanda-t-il. Mais vous n’allez pas partir maintenant voyons! Je ne savais pas que vous pouviez vous montrer si déraisonnable! Calmez-vous avant de vous lancer bêtement dans une aventure que vous ne pouvez pas mettre à terme… râla-t-il

En y repensant, quelque soit son degré de préparation, se lancer sur les routes à son âge était complètement stupide. Bashô avait déjà entendu parler de Rin et dans ses souvenirs, cette ville se trouvait à Fuyu. Donc loin et dans des lieux hostiles, si l’on en croyait les rumeurs. Iérad ne pouvait tout simplement pas y aller. Mais comment le raisonner alors? Même s’il lui prouvait qu’une telle entreprise était suicidaire, l’amour qu’il porte à sa fille le pousserait certainement à prendre tous les risques! Et le maffieux avait déjà vu assez de morts inutiles. Surtout dans les rangs de ses amis.

-Je suis désolé Iérad, mais vous ne partirez pas. En revanche, si au nom d’une amitié et non à celle d’une « dette », vous me demandiez de partir chercher votre fille, sachez que je le ferai. Je serais heureux de pouvoir faire cela pour vous.

Bashô était conscient de ce qu’il faisait. En ces temps sombres, pour un élu de Seika, aller à Fuyu n’était pas très conseillé. Mais bon, il le ferait si Iérad le lui demandait. Et puis pour lui, trainer à Seika n’était pas très conseillé non plus. Il jurerait sur son sang, sa vie et son honneur qu’il la retrouverait et que seule la mort l’empêcherait d’accomplir sa tache! Il ressentit de la joie lorsqu’il entendit les mots de son confrère :

-S’il te plaît mon frère, ramène moi ma fille! demanda Iérad solennellement, laissant encore quelques larmes s’échapper.

-Je jure sur toutes les larmes que tu as pleurées ces dix dernières années, sur tous les pères qui ont perdu un enfant qu’ils ne pourront jamais revoir, sur tous les êtres qui s’aiment et qui pourtant vivent éloignés l’un de l’autre, sur le ciel et la mer qui se ressemblent et ne peuvent jamais se toucher; que ta fille, je te ramènerais… fit-il le serment.

Bashô n’avait que deux promesses qui le liaient à ce monde. La première était de retrouver Mirya, la seconde de retrouver Eva. Deux jeunes femmes ayant beaucoup de similarités. Leur seule principale différence étant qu’il devait en ramener une à son père, l’autre à la mort…

Une jeune femme se regarde dans l’eau
Elle s’appelle Eva, mais le reflet qu’elle voit
N’est pas le siens mais celui d’une enfant, Mirya.
L’eau se teint soudain de rouge, sang de Bashô…


©MangaMultiverse



L'apparence de Bashô maintenant qu'il cherche à camoufler son identité:

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

-



MessageSujet: Re: Eva    

Revenir en haut Aller en bas
Eva
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Manga Multiverse ::  :: Empire de Seika :: Capitale de Chikai-


Crédits : Design : Phoenix & Pingouin Règlements & Contexte : Phoenix
Forum optimisé pour Google Chrome.